Navigation – Plan du site
Livraison juin

Les correspondances interceptées publiées dans les presses officielles pendant la Guerre d’Indépendance

Gérard Dufour

Résumés

Après avoir présenté la presse officielle publiée pendant la Guerre d’Indépendance aussi bien par le gouvernement afrancesado que par la Junta Central et la Régence, on examine comment les correspondances interceptées (authentiques ou non) ont été utilisées dans les deux camps, et avec quelle efficacité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Diario, 18 de julio de 1811, n° 289, p. 1465 : « Entre las varias clases de infidentes me parece qu (...)

1Le 18 juin 1811, lors de la discussion aux Cortès de Cadix du projet de décret présenté par Justo María Ibarnavarro, membre du Conseil royal, visant à déclarer coupables de félonie (« infidencia ») tous les afrancesados, le représentant de la Catalogne, Antonio de Capmany, qui s’était rendu célèbre par son ouvrage Centinela contra franceses, s’étonnait que les journalistes au service du roi Intrus ne fussent pas mis au premier rang de ces traîtres qu’il conviendrait de châtier avec la plus grande rigueur. Pour lui, le mal qu’ils faisaient à leur patrie par leurs écrits était le plus terrible que l’on pût imaginer et ils avaient d’autant moins d’excuses que si l’ennemi pouvait obliger quelqu’un à porter les armes, nul ne pouvait être forcé à prendre la plume1.

2De fait, la Guerre d’Indépendance fut aussi une guerre de propagande dans laquelle les journaux jouèrent un rôle prééminent et, d’un côté comme de l’autre, l’on n’eut aucun scrupule à manipuler l’information pour convaincre de l’inutilité de suivre le parti adverse. La démoralisation (réelle ou supposée) des troupes et des populations civiles fut l’un des arguments les plus fréquemment utilisés pour tenter de convaincre l’adversaire de renoncer à la lutte. Aussi, pour prouver la véracité de ce type d’assertions toujours suspectes, l’on eut recours à un nouveau genre d’articles : la publication de correspondances interceptées et communiquées par les autorités à la presse officielle.

I -Presse officielle joséphine et presse officielle patriote

3Avant d’étudier comment furent utilisées ces correspondances interceptées dans la presse officielle de l’un et l’autre bord, sans doute n’est-il pas inutile de rappeler quels en furent les titres, leurs conditions de publication et leur diffusion.

1 - La presse « afrancesada »

a) La Gaceta de Madrid

  • 2 Cf. notre article « Les autorités françaises et la Gaceta de Madrid à la veille de la Guerre d’Indé (...)

4Ce périodique, qui paraissait deux fois la semaine, les mardi et vendredi et était diffusé dans toute l’Espagne, continua d’être le « journal officiel » du pouvoir dit légitime après le départ de Ferdinand VII de la capitale, puis son abdication à Bayonne. A vrai dire, on ne pouvait trop savoir si la Gaceta de Madrid était l’organe du Conseil Suprême mis en place par Ferdinand VII ou du commandement des troupes françaises. Mais cela ne faisait aucune différence : la Gaceta de Madrid était le porte-parole officiel des Français, et plus particulièrement du lieutenant général de l’Empereur, Joachim Murat, qui se donnait des airs de monarque2.

  • 3 Gaceta extraordinaria de Madrid del martes 14 de junio de 1808, n° 58, pp. 575-578. Le premier décr (...)
  • 4 Gaceta de Madrid del domingo 31 de julio de 1808, n° 103, p. 949.
  • 5 Gaceta de Madrid del martes 2 de agosto de 1808, n° 105, p. 956.

5Le premier acte de Joseph en tant que souverain (tout juste désigné par Napoléon et pas encore proclamé par les députés à l’Assemblée dite nationale de Bayonne) fut de s’emparer symboliquement de la Gaceta de Madrid en en faisant paraître un numéro extraordinaire le mardi 14 juin 1808 dans lequel il publia ses deux premiers décrets ainsi qu’une proclamation en sa faveur de plusieurs membres de l’Assemblée de Bayonne3. La Gaceta de Madrid devait rester sous son contrôle jusqu’au dimanche 31 juillet 1808, date à laquelle la course de taureaux prévue pour ce jour était reportée, pour cause de jubilée au 4 août4. La vraie cause de l’annulation de la fête était en réalité la retraite que Joseph et les troupes qui occupaient Madrid se voyaient contraints d’effectuer sur Burgos, retraite qui fut annoncée dans le numéro suivant de la Gaceta, le 2 août5.

  • 6 Voir notre article « Une éphémère revue afrancesada : El Imparcial de Pedro Estala (mars-août 1809) (...)
  • 7 Gaceta extraordinaria de Madrid del martes 6 de diciembre de 1808, n° 150, p. 1561.
  • 8 Ibid., pp. 1562-1563.
  • 9 Gaceta de Madrid del miércoles 25 de enero de 1809, n° 25, p. 151 : « Ordenamos que se remita un ej (...)
  • 10 Ibid. « Art. VI : la redacción de esta gaceta estará a cargo del ministro de la Policía, quien la i (...)

6Quatre mois plus tard, après la capitulation de Madrid, la Gaceta de Madrid repassait sous le contrôle des Français, plus précisément, de l’Empereur lui-même6. Pour que nul n’en ignore, il fit publier le mardi 6 décembre 1808 un numéro spécial dans lequel on pouvait lire une déclaration de fidélité à sa personne et à la Constitution signée par ses ministres7, ainsi qu’une lettre qu’ils avaient adressée aux membres de la Junte Centrale, au doyen du Conseil ainsi qu’au corregidor de Madrid8. A partir du 11 décembre 1808 (date à laquelle Napoléon fit publier dans un numéro spécial les décrets qu’il avait pris à Chamartín en tant que maître de l’Espagne par droit de conquête) la Gaceta de Madrid devint quotidienne. Joseph, qui aimait les symboles, ne fit son entrée à Madrid que lorsqu’il fut débarrassé de la tutelle trop pesante de son frère l’Empereur, le 22 janvier 1809..Comme l’année précédente, il s’empressa de montrer qu’il était le maître de la Gaceta de Madrid en faisant publier dans le numéro du 25 janvier divers décrets parmi lesquels l’un portait sur l’obligation d’adresser tous les jours un exemplaire du journal aux archevêques, évêques, curés et maires9 et un autre précisait que la responsabilité de la rédaction de la gazette était confiée au ministre de la Police10.

  • 11 Gaceta de Madrid del lunes 17 de agosto de 1812 bajo el gobierno de la Regencia de las Españas, n°  (...)
  • 12 Gaceta de Madrid del lunes 4 de enero de 1813, n° 4, p. 16.

7La Gaceta de Madrid fut donc le journal officiel de Joseph jusqu’à ce qu’il dut pour la seconde fois abandonner Madrid, le 9 août 1812, à six heures du soir11. Sa publication sous ce titre séculaire fut interrompue après le numéro 223 de l’année 1812, paru le lendemain. Il fut remplacé par la Gaceta de Madrid bajo el gobierno de la Regencia de las Españas, dont nous reparlerons. La Gaceta de Madrid (sans autre précision) revit le jour le 4 novembre 1812. Comme si le temps avait été aboli depuis sa dernière parution, on avait repris la numérotation là où l’on en était quand Joseph s’était retiré sur Valence, au n° 224. Le 8 novembre, il n’y eut pas de gazette, Joseph ayant quitté la ville à la tête de ses troupes la veille. La Gaceta de Madrid sortit à nouveau des presses le 5 décembre et jusqu’au 27 mai 1813 (date à laquelle les troupes françaises évacuaient définitivement Madrid) elle devait être (pour la dernière fois) le journal officiel de la Cour de Joseph. On pouvait même y souscrire pour 180 réaux par an ou 90 réaux pour six mois pour Madrid et 320 réaux par an et 160 pour un semestre pour le reste du royaume (encore qu’il aurait été plus pertinent de dire ce qui restait du royaume)12.

b) Les autres journaux

  • 13 Cf. FERNÁNDEZ SIRVENT, Rafael, « Notas sobre propaganda probonapartista : proclamas y Gazeta de San (...)
  • 14 « Constitución de 6 de julio 1808 », in Constituciones históricas. Ediciones oficiales, edición de (...)
  • 15 On consultera toutefois avec profit José Javier SÁNCHEZ ARANDA, « Napoleón y la prensa afrancesada (...)
  • 16 Gaceta de Madrid del viernes 17 de junio de 1808, n° 59, p. 586.
  • 17 Ainsi la liste dans laquelle figurait Goya (promotion de la saint Joseph de 1811,) fut ainsi publié (...)
  • 18 Diario de Madrid del domingo 26 de febrero de 1808, n° 57, « Decreto del 17 de febrero de 1808 », p (...)

8Seuls la Gaceta de Madrid et la Gaceta de Valencia (quand Joseph dut abandonner sa capitale pour se replier sur cette dernière ville) peuvent être considérées comme l’équivalent du Moniteur en France. Toutefois, partout où l’autorité de Joseph réussit à s’imposer quelque temps, Français ou afrancesados s’attachèrent soit à créer une presse locale à leurs ordres13, soit à contrôler étroitement celle qui existait déjà. De ce fait, au mépris le plus total de l’article 145 de la Constitution de Bayonne qui garantissait la liberté de la presse (lato sensu), au mieux à partir de 181014, toutes les publications périodiques publiées dans les localités occupées par les troupes impériales furent des journaux officiels locaux. Sans être ignorés des historiens qui y trouvent une source d’information particulièrement intéressante, ces journaux ont rarement fait l’objet de recherches spécifiques15. Le plus important d’entre eux fut assurément le Diario de Madrid que les Français voulurent faire disparaître au profit de la Gaceta de Madrid qui aurait eu ainsi l’exclusivité de l’information dans la capitale. Ainsi, le 10 mai 1808, le Diario de Madrid cessa-t-il de paraître et, la veille de l’Assemblée dite nationale de Bayonne, le 17 juin 1808, la Gaceta de Madrid annonça la disparition de son confrère, en précisant qu’elle accepterait désormais les petites annonces (qui constituaient le fonds de commerce du Diario) et que tous ceux qui avaient souscrit un abonnement au quotidien la recevraient à sa place16. Joseph ayant dû fuir Madrid devant l’avance de l’Armée d’Andalousie, le Diario de Madrid ne tarda pas à renaître de ses cendres : le 8 août paraissait le second numéro 1 de l’année 1808. Quand Napoléon s’empara de la capitale en décembre de la même année, il ne fut plus question de sa suppression et le Diario de Madrid parut désormais sans interruption, traversant sans encombre, ni modification de titre, la Guerre d’Indépendance. Comme naguère sous les Bourbons, il fut à la fois un journal local (où les petites annonces en tout genre tenaient une place importante) et une sorte de Gaceta de Madrid "bis". C’est ainsi qu’il publia, en doublon avec celle-ci, les décrets que le gouvernement afrancesado jugeait les plus importants au niveau national (comme ceux relatifs aux promotions de l’Ordre Royal d’Espagne17). En revanche, il fut le seul à faire paraître les dispositions qui ne concernaient que les seuls habitants de la capitale, comme l’emprunt forcé que durent acquitter tous les commerçants, artisans et employés (nous dirions aujourd’hui, fonctionnaires) de la capitale18.

2 - La presse patriote

a) La Gaceta ministerial de Sevilla

  • 19 Gaceta ministerial de Sevilla del miércoles 1 de junio de 1808, n° 1, p. 1, « Advertencia ».
  • 20 Ibid : « En ella se incluirán las noticias de oficio de los acontecimientos actuales, y las reflexi (...)
  • 21 Ibid.

9Du côté patriote, le panorama est beaucoup plus touffu. Le premier organe de presse officiel fut la Gaceta ministerial de Sevilla dont le premier numéro parut le mercredi 1 juin 1808. Tirée sur les presses sévillanes de la veuve d’Hidalgo et de son neveu (« en la imprenta de la viuda de Hidalgo y Sobrino »), elle était publiée sur ordre et avec l’approbation de la Junte Suprême de Gouvernement (« por orden y aprobación de la Suprema junta de Gobierno »)19. Destinée à faire connaître les informations officielles sur les événements en cours et les solides principes qui justifiaient la lutte contre l’usurpateur20, elle devait paraître deux fois par semaine, le mercredi et le samedi. Toutefois, des numéros spéciaux étaient prévus en cas de nouvelles qu’il conviendrait de diffuser sans délai21.

  • 22 Gaceta extraordinaria de Sevilla del domingo 19 de junio de 1808, non paginé. On remarquera la conf (...)
  • 23 Le cuarto équivalait à quatre maravédis, et 34 maravédis faisaient un real.
  • 24 Gaceta ministerial de Sevilla del miércoles 29 de junio de 1808, n° 9, p. 72.
  • 25 Gaceta ministerial de Sevilla del sábado 2 de julio de 1808, n° 10, p. 80.
  • 26 Gaceta ministerial de Sevilla del miércoles 6 de julio de 1808, n° 11, p. 88.
  • 27 Gaceta ministerial de Sevilla del martes 20 de septiembre de 1808, n° 33, p. 264.
  • 28 Gaceta ministerial de Sevilla del martes 25 de octubre de 1808, n° 43, p. 344.

10Cette publication n’eut, dans un premier temps, qu’une diffusion régionale. On pouvait s’y abonner à Séville soit à la librairie d’Hidalgo, soit chez Antonio Correa, plaza del Salvador, messager de presse de son état, ou encore à Cadix et à Malaga (respectivement, chez les libraires Pajares et Martínez de Aguilar). Il en coûtait 35 réaux pour quatre mois si la gazette devait être livrée à Séville même, et 45 réaux pour le reste de l’Andalousie22. Ces prix furent rapidement revus à la baisse : à partir du 29 juin, on put se procurer à Séville la Gaceta ministerial… pour six cuartos l’exemplaire soit chez Correa, soit chez Berard ou Francisco Carrera, qui tenaient chacun boutique aux deux extrémités de la rue Génova. Cela, le jour même de la sortie du périodique, Hidalgo étant ensuite le seul libraire chez qui on put se le procurer. Cet achat au numéro représentait une réelle économie pour les lecteurs, puisque les 32 numéros correspondant à quatre mois de publication ne revenaient qu’à 15 réaux et 18 maravédis23 au lieu des 24 qui étaient désormais demandés pour un abonnement de cette durée à Séville et des 36 en dehors de la ville24. Petit à petit, s’accrut le nombre des points de souscription : le 2 juillet 1808, la Gaceta ministerial de Sevilla signalait que l’on pouvait s’abonner à Cordoue chez Rafael Rodríguez y Cuenca25. Dans le numéro suivant, celui du 6 juillet, elle annonçait qu’on pouvait en faire autant à Jerez de la Frontera chez le receveur des postes (« interventor de correos ») Antonio Emigidio Hidalgo26. Mais la Gaceta ministerial de Sevilla connaissait surtout bien de difficultés de diffusion : le 20 septembre 1808, son rédacteur protestait de son entière bonne foi auprès des nombreux abonnés qui se plaignaient de ne pas recevoir le périodique27. Le 25 octobre 1808, on apprenait qu’à Cadix, le libraire Victoriano Pajares ne se chargeait plus de recueillir les abonnements et qu’il fallait s’adresser pour cela à Josef Miel, rue San Francisco28.

  • 29 Gaceta extraordinaria de Sevilla del miércoles 4 de enero de 1809, pp. 513-516.

11Malgré ces difficultés évidentes de diffusion, la Gaceta ministerial de Sevilla n’en poursuivit pas moins sa publication jusqu’au mardi 10 janvier 1809, soit sept jours après avoir annoncé dans un numéro spécial le décès du comte de Floridablanca29. La page 532 du numéro 65 fut la dernière qu’imprimèrent la veuve d’Hidalgo et son neveu pour ce périodique. La rédaction n’eut même pas un mot d’adieu pour ses lecteurs.

b) La Gaceta del Gobierno

  • 30 Gaceta del Gobierno. Sevilla 6 de enero de 1809, n° 1, p. n.n. (1) : « Y como uno de los primeros c (...)

12Quatre jours avant que ne disparaisse la Gaceta ministerial de Sevilla, le 6 janvier 1809, la Junte Suprême avait fait paraître un nouveau journal intitulé Gaceta del Gobierno dans le but avoué de rendre manifeste à l’Espagne entière tous ses efforts pour la sauver de l’ennemi astucieux et malin qui faisait tout son possible pour la réduire à l’esclavage et de faire connaître les mesures qu’elle prenait pour le bien de la Nation. Cette nouvelle gazette, qui suivrait le plan de celle de Madrid, ne serait publiée qu’une fois par semaine, le mercredi. Mais on publierait immédiatement un supplément si survenait quelque nouvelle d’importance, notamment si elle concernait l’Espagne30.

13La Gaceta del gobierno ne nous fournit aucune indication sur son prix de vente et sa diffusion. En revanche, les variantes des conditions d’impression laissent entrevoir une histoire éditoriale pour le moins agitée. Ainsi, du 6 au 16 janvier 1809 (soit pour quatre numéros ordinaires, un supplément à celui du 6 et un numéro spécial) put-on lire à la fin de la gazette qu’elle avait été imprimée « con licencia, en la imprenta de la calle de la Mar ». Du 19 janvier au 27 janvier (deux numéros ordinaires, deux numéros spéciaux et un supplément), on trouve à cette place la mention « imprenta de la viuda de Hidalgo y Sobrino » (ceux qui avaient publié la Gaceta ministerial de Sevilla). Du 3 février au 19 mai, la seule indication fournie est que le périodique bénéficie d’un privilège royal (« con Real Privilegio »). A partir du 20 du même mois jusqu’au 11 juillet, il est précisé qu’il sort des presses de l’imprimerie Royale de la Gazette, puis, à partir du 14 juillet jusqu’au 29 août 1809 (date du dernier numéro paru), de celles de l’imprimerie royale tout court.

14Le rythme de production de la Gaceta del Gobierno est pour le moins surprenant également. Alors qu’il était annoncé dans le premier numéro qu’elle devait paraître une fois par semaine, tous les mercredis, ce même numéro parut un vendredi, le 6 janvier. Le suivant fut bien publié un mercredi, le 11, mais le troisième vit le jour trois jours seulement plus tard, le 14. Entre temps, était parus un supplément au numéro du 6 et deux numéros spéciaux, les 11 et 16 janvier. Le changement d’imprimeur (qui commença son travail par un numéro spécial en date du jeudi 19 janvier) fit que le numéro 4 vit le jour un vendredi. Désormais, ce fut le jour de parution normal de la Gaceta del Gobierno ; du moins jusqu’au lundi 27 mars où fut publié, sans être numérotée, une gazette qui aurait dû être la quatorzième. Cela n’empêcha pas le numéro 14 de sortir le vendredi 31 mars. De nouveau, un tirage de la gazette gouvernementale sortit sans être numéroté le lundi 3 avril, alors que le suivant, le vendredi 7 avril fut donné pour le quinzième. Ces cafouillages correspondaient en fait à un changement de rythme de parution de la Gaceta del Gobierno qui sortit désormais les lundis et vendredis. Avec toutefois quelques anomalies : on passe ainsi, du vendredi 14 au lundi 17 avril, alors que la nouvelle périodicité est respectée et que la pagination est suivie, du numéro 17 au 19. On trouve aussi deux numéros 34, l’un pour le lundi 5 juin, l’autre pour le vendredi 3 juin. On "rattrapera le coup" en qualifiant de trente-sixième celui du lundi 12. De même le numéro 44, daté du mardi 11 juillet, commence à la page 689 alors que le supplément à celui du 7 se terminait à la page 692 ! Cette nouvelle erreur fait suite à un nouveau changement de périodicité de la publication qui, du 4 juillet, au 1 août compris eut lieu les mardis et vendredis. Le 3 août, la Gaceta del gobierno changeait à nouveau de rythme de publication et passait à trois livraisons par semaine (les jeudis, samedis et mardis). Pour bien marquer la rupture, la numérotation des exemplaires et des pages recommençait à 1.

  • 31 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 13 de marzo de 1810, n° 1, p. 2 : « el gobierno (...)

15Les erreurs matérielles que nous avons signalées prouvent à l’évidence que les imprimeurs eux-mêmes ne s’y retrouvaient pas dans la masse de documents qu’ils devaient publier sous le titre de Gaceta del Gobierno. Il y avait bien de quoi ! Car entre chaque numéro ordinaire de la gazette, combien de numéros spéciaux et suppléments pouvait-on éditer ! Du 6 janvier au 28 avril 1809 (date à laquelle commence une très brève et très exceptionnelle série de trois numéros ordinaires sans suppléments ni numéros spéciaux), c’est à dire pour 21 numéros, on ne compte pas moins de 17 numéros spéciaux et 14 suppléments. Indubitablement, les membres de la Junta Central ne surent pas prendre la mesure de l’information à dispenser à leurs compatriotes. Cela ne les empêcha pas, comme nous le verrons, de veiller à ce que cette information fût efficace. Du moins, jusqu’au 29 août 1809, date à laquelle la Gaceta del Gobierno publia son dernier numéro. Ou du moins son dernier numéro en tant qu’organe de la résistance espagnole aux Français car, après avoir conquis Séville en février 1810, ces derniers y publièrent une nouvelle Gaceta del Gobierno, pensant peut-être duper l’opinion et rendant en fait un bel hommage au crédit qu’avait pu acquérir la première auprès des Sévillans31.

c) La Gaceta de la Regencia de España e Indias et la Gaceta de la Regencia de las Españas

  • 32 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 16 de marzo de 1810, n° 2, p. 20.
  • 33 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 23 de marzo de 1810, n° 5, p. 40.
  • 34 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 27 de marzo de 1810, n° 7, p. 50.

16L’Espagne patriote demeura sans organe de presse jusqu’au 13 mars 1810, date à laquelle la Régence (créée le 29 janvier de la même année par le même décret qui mettait fin à la Junta Central) fit paraître à Cadix, sous les auspices de la Real Imprenta, la Gaceta de la Regencia de España e Indias. La diffusion de ce périodique bi-hebdomadaire paraissant le mardi et le vendredi ne fut tout d’abord envisagée qu’à l’intérieur même de Cadix où l’on pouvait se le procurer pour un réal (soit au même prix que l’ancienne Gaceta del Gobierno) chez les libraires Murquí et Navarro qui étaient tous deux installés plazuela del Correo. Mais dès le deuxième numéro, on annonça qu’on pouvait aussi se le procurer à la Isla de León, à la librairie de Marina, rue Royale32. Faisant fi de la présence des troupes françaises en Andalousie, on annonça même le 16 mars 1810 que ceux qui avaient naguère souscrit à la Gaceta del Gobierno recevraient par la poste la nouvelle gazette33. Une semaine plus tard, le 23, on faisait savoir que l’on acceptait les souscriptions venant de tous les points du royaume, ce qui était faire preuve d’un bel optimisme en oubliant les mésaventures qu’avait connues naguère la Gaceta del Gobierno. Mais la preuve indubitable du succès que rencontra la Gaceta de la Regencia de España e Indias est que l’on communiqua en même temps que tous ceux qui brûlaient d’impatience de lire la gazette pouvaient se la procurer avant même sa parution officielle. Il suffisait pour cela de se rendre, les nuits du lundi au mardi et du jeudi au vendredi, plazuela de San Agustín, à la casa del Consulado, où chaque exemplaire du périodique serait vendu le double de ce qu’il coûterait le lendemain. C’était, disait-on, ce qui c’était fait à Madrid pour la Gaceta34, encore que nous n’ayons pas trouvé trace de cette pratique.

17Le 28 janvier 1812, la Gaceta de la Regencia de España e Indias devenait la Gaceta de la Regencia de las Españas. La variation sémantique n’était pas mince et pouvait donner lieu à maintes interprétations. Cependant, les rédacteurs ne donnèrent aucune explication et ne firent aucun commentaire sur ce changement de titre, qui n’entraîna même pas le départ d’une nouvelle numérotation. Le numéro 12 de la Gaceta de la Regencia de las Españas succéda donc au numéro 11 de la Gaceta de la Regencia de España e Indias publié trois jours plus tôt, le 25 janvier. Comme si les deux titres étaient strictement équivalents et la modification apportée un non-événement.

  • 35 Gaceta de la Regencia de las Españas del martes 21 de diciembre de 1813, n° 167, p. 1402.

18La Gaceta de la Regencia de las Españas fut publiée à Cadix jusqu’en décembre 1813. Le 21 de ce mois, elle annonça qu’à compter du 1er janvier 1814, elle le serait à Madrid (ce qui était logique, puisque la Régence allait s’y installer). Les abonnés ne seraient pas lésés puisqu’ils continueraient à recevoir le périodique pendant le temps prévu, sans frais supplémentaires, et ceux qui voulaient y souscrire pouvaient le faire moyennant le prix de 210 réaux par an et 105 réaux pour six mois en s’adressant soit à l’Imprimerie Nationale, à Madrid, soit dans tous les services de postes35. De fait, c’était bien l’Imprimerie Nationale (et non plus Royale) qui devait éditer à Madrid la Gaceta de la Regencia de las Españas. Elle le fit du 1er janvier 1813 au 10 mai 1814, date de la restauration de la monarchie absolue en Espagne.

d) La Gaceta de Madrid bajo la Regencia de las Españas

19Dans son premier numéro, la Gaceta de la Regencia de España e Indias crut bon de rappeler en quelles circonstances la Junta Central, d’abord, puis la Régence avaient été amenées à créer une presse officielle capable de suppléer à la Gaceta de Madrid. C’était parfaitement évident tant que la capitale était occupée par les troupes françaises. Cela l’était moins chaque fois qu’elle fut libérée et les explications fournies par la Gaceta de la Regencia de España e Indias par rapport à la période qui s’étend du 2 août au début décembre 1808 sont pour le moins embarrassées. La Gaceta de Madrid n’avait pas été privée de son rôle de presse officielle. Mais elle ne fut pas utilisée comme telle par la Junta Central qui, créée le 25 septembre 1808 à Aranjuez n’alla jamais s’installer dans la capitale.

  • 36 « Espíritu público.[…] Es preciso ilustrar al pueblo ; ya es tiempo de que el pueblo piense, conozc (...)

20En 1812, la Gaceta de Madrid cessa de paraître du mardi 11 au lundi 17 août après la fuite de Joseph pour Valence et l’entrée triomphale de Wellington dans la capitale. Pour bien montrer la rupture totale avec ce qui avait été l’organe de presse officiel du gouvernement de Joseph, on ajouta au titre la mention « sous le gouvernement de la Régence des Espagnes » (« bajo el gobierno de la Regencia de las Españas »). Une telle référence donnait à la Gaceta de Madrid des allures de presse officielle, que confirmait l’indication que le tirage avait été effectué sur les presses de l’Imprimerie Royale. Mais des allures seulement. Ainsi, dans un dialogue entre un quidam (« El Vulgo ») et le Rédacteur de la Gaceta de Madrid, celui-ci précisait à la demande de celui-là ce qu’était une gazette et la différence qu’il convenait de faire entre celle qui était qualifiée de ministérielle (qui faisait connaître l’opinion du gouvernement) et celle d’un particulier (qui diffusait celle de son propriétaire). Le rédacteur de la Gaceta de Madrid sous-entendait ainsi que son périodique était un organe de la Régence, ce qui était pour le moins audacieux. En fait, il était le porte-parole des députés libéraux aux Cortès, comme en témoignait la déclaration de principe (qui précédait le dialogue entre le Quidam et le Rédacteur de la gazette) selon laquelle il était temps d’éclairer le peuple, que celui-ci pense par lui-même, qu’il connaisse ses propres intérêts et qu’on le traite comme une nation respectable d’hommes et qu’on cesse de le conduire comme un troupeau de moutons36.

  • 37 Indication portée en tête du numéro 14 (p. 121) du mardi 14 septembre 1812.

21Vendue 8 « cuartos » le numéro37, la Gaceta de Madrid bajo el gobierno de la regencia de las Españas publia 33 numéros jusqu’au jeudi 29 octobre 1812, date après laquelle elle dut interrompre sa publication pour faire place, à partir du 4 novembre à la Gaceta de Madrid sans autre précision, c’est-à-dire, afrancesada. Les troupes françaises ayant à nouveau abandonné la capitale le 7 novembre, elle put reparaître le dimanche 15 novembre. Cinq numéros suivirent, les mardi 17, vendredi 20, mardi 24, vendredi 27 novembre et mardi 1er décembre, date de la dernière parution de Gaceta de Madrid bajo el gobierno de la Regencia de las Españas pour 1812.

  • 38 Indication portée à côté du titre du n° 25 (samedi 7 août 1813), p. 263.

22Ce n’est que le jeudi 3 juin 1813, après que les madrilènes restèrent sept jours sans gazette, après l’évacuation cette fois définitive de la capitale par les troupes françaises, que la gazette de Madrid porta à nouveau la mention « bajo el gobierno de la Regencia de las Españas ». Ce numéro et le suivant (daté du samedi 5 juin) sortirent avec l’indication qu’ils avaient été composés par l’Imprimerie Royale. Ensuite, elle parut normalement le mardi et le jeudi de chaque semaine. Mais elle n’était plus produite par l’Imprimerie Royale, mais par l’Imprimerie Nationale. Cela renforçait le sentiment que la Gaceta de Madrid bajo la Regencia de las Españas était bien un organe de presse officiel. Ce qu’elle n’était qu’en partie, car (comme nous l’avons vu) la Régence se refusa à renoncer à sa propre gazette et à redonner à la Gaceta de Madrid (même placée sous son autorité) le rôle qui était le sien avant la Révolution. Sans doute pour pouvoir mieux assurer sa diffusion, le prix de la Gaceta de Madrid bajo el gobierno de las Españas fut considérablement diminué puisqu’à partir du 7 août 1813 il ne fut plus que de cinq « cuartos » le numéro38.

e) Le Diario de las sesiones de las Cortes Generales y Extraordinarias

  • 39 Diario de Madrid del miércoles 19 de agosto de 1812, n° 232, p. 199.

23On ne saurait évidemment parler de presse officielle pendant la Guerre d’Indépendance sans évoquer le Diario de las sesiones des Cortès de Cadix dont le premier numéro véritable est celui de la session du 16 décembre 1810 (ceux qui le précédent n’étant que des artefacts reconstitués à partir des notes des secrétaires de séances). Nous ne le ferons que pour mémoire, le caractère d’enregistrement des séances d’une assemblée constituante, puis législative, n’ayant rien à voir avec la presse gouvernementale qui nous intéresse aujourd’hui. Signalons toutefois le grand intérêt que suscita la lecture des débats des députés, puisque le 19 août 1812, parmi les annonces de librairie, le Diario de Madrid signala que l’on pouvait trouver chez le libraire Vizcaino (calle de la Concepción gerónima) les numéros du Diario de Cortes du 16 mai au 13 juin, de même, d’ailleurs, que ceux de la Gaceta de la Regencia du 21 mai au 21 juillet39.

II – La publication des correspondances interceptées

L’offensive française

  • 40 Gaceta de Madrid del jueves 15 de diciembre de 1808, n° 155, p. 1599.
  • 41 « Qué dirá este anciano cuando sepa la derrota de los insurgentes en Camparroso, en Tudela, en Cala (...)

24La première lettre interceptée publiée dans un organe de presse officiel pendant la Guerre d’Indépendance le fut dans la Gaceta de Madrid du 15 décembre 1809, alors non seulement afrancesada, mais entièrement soumise à la volonté et au contrôle de l’Empereur lui-même. Elle avait été écrite (ou était censée avoir été écrite) à Aranjuez, le 18 novembre 1808, par le comte de Floridablanca lui-même au marquis de La Romana pour lui faire part des espoirs qu’il plaçait dans les forces d’Oneille (sic, pour O’Neill) et du général Saint-Marc qui s’étaient emparés de Caparroso40. Outre l’intérêt de montrer que les « insurgés » étaient menés par un vieillard en piteux état de santé, il s’agissait surtout de faire voir par cette correspondance à quel point la situation militaire avait changé en feignant de se demander ce que le Président de la Junta Central pouvait bien se dire après les défaites de Caparroso, Tudela, Calatayud et Guadalajara et que la grande armée de la droite ait été réduite à moins de 6000 hommes41.

  • 42 Gaceta de Madrid del sábado 17 de diciembre de 1808, n° 157, p. 1625.

25Nous ignorons si cette lettre était authentique ou pas et à moins de retrouver l’original dans des archives, nous l’ignorerons toujours. Mais si son authenticité est plausible, il n’en va pas de même pour le passage d’une correspondance familière (datée de La Corogne le 24 octobre) d’un sujet embarqué sur la Semiramis (un vaisseau anglais sans nul doute, bien que cela ne soit pas précisé). Sans indication du nom du signataire de la missive, ni précision sur la langue dans laquelle elle avait été écrite, on peut en effet douter de la réalité d’un discours qui n’était guère encourageant pour tous ceux qui comptait sur l’aide militaire britannique pour lutter contre Napoléon et où l’on déclarait ignorer quelle fatalité s’acharne contre les expéditions anglaises puisque Sir David Baird, venu sans être appelé par les Espagnols, était là depuis plusieurs jours avec près de 13 000 hommes et que rien n’était prêt pour les recevoir de sorte que les troupes étaient encore à bord des embarcations de transport42.

  • 43 Gaceta de Madrid del lunes 19 de diciembre de 1808, n° 159, p. 1642.
  • 44 Gaceta de Madrid del martes 20 de diciembre de 1808, n° 160, pp. 1649-1650.
  • 45 Gaceta de Madrid del Jueves 22 de diciembre de 1808, n° 162, p. 1660.
  • 46 Gaceta de Madrid del viernes 23 de diciembre de 1808, n° 163, p. 1666.
  • 47 Gaceta de Madrid del viernes sábado 24 de diciembre de 1808, n° 164, p. 1673
  • 48 Gaceta de Madrid del domingo 25 de diciembre de 1808, n° 165, p. 1670.

26Deux jours s’étaient écoulés entre la publication de la lettre interceptée de Floridablanca à La Romana et celle de ce sujet embarqué sur la Semiramis. On attendit encore deux jours pour faire paraître deux autres lettres interceptées43. Mais dès lors, ce type d’article devient une rubrique régulière voire un feuilleton qui s’achève par un « à suivre » (« se continuará ») et commence par le mot suite (« continúa ») : le 19 décembre on ne donna que deux missives. Mais on poursuivit la série le lendemain, avec onze autres lettres44. Le jeudi 22 commenca une autre série. Là encore, on ne donna que deux lettres45. Une troisième fut publiée dans le numéro suivant46. Puis quatre autres, le lendemain47. La série s’acheva le dimanche 25 décembre par deux dernières missives interceptées48. On avait su distiller l’information. On avait su aussi (et surtout) donner le sentiment que les troupes françaises contrôlaient toute l’Espagne en produisant des documents rédigés aux quatre coins du royaume : Aranjuez, Yébenes, Campo de Criptana, Herencia, Santa Cruz de la Zarza, Villafranca, Tolède, La Carolina, Cadix, Grenade, la Isla de León, ou Santander. Habilement, on avait publié des signatures illustres (comme celle de Saavedra) à côté de celles d’inconnus, parfois identifiés par le seul prénom (Pedro ou Ignacio). On en tirait le sentiment que, parmi les patriotes, tout le monde était démoralisé, quel que fût son état (du soldat ou du moine jusqu’aux membres de la Junta Central). Si ces lettres avaient été le fruit d’une sélection parmi des correspondances véritablement interceptées, le choix fut habile. Si elles furent fabriquées de toute pièce (dans leur ensemble, ou seulement pour certaines d’entre elles), c’est du travail bien fait. Car nous verrons que les meilleures lettres interceptées étaient quand même celles que l’on écrivait soi-même.

  • 49 Gaceta de Madrid del jueves 4 de enero de 1809, n° 4, p. 24 : « Se han encontrado muchas cartas en (...)

27Après une telle bordée, la Gaceta de Madrid n’eut pratiquement plus recours à ce type de publication. Tout au plus fit-elle, début janvier 1809, allusion aux correspondances qui avaient été saisies à Astorga sur des officiers anglais pour souligner le mépris dans lequel ils tenaient les troupes espagnoles en déclarant que l’on avait trouvé beaucoup de lettres que les officiers anglais s’adressaient d’un poste à un autre et divers courriers qui devaient être envoyés en Angleterre par les ports des Asturies et que l’on pouvait difficilement imaginer l’arrogance et le mépris dont ils parlaient dans ces lettres des corps espagnols qui avaient eu jusque là l’occasion d’opérer avec eux et qu’à les en croire, ils auraient été beaucoup plus forts s’ils avaient été seuls49.

  • 50 Gaceta de Madrid del lunes 23 de enero de 1808, n° 23, p. 140.

28Dans le même ordre d’esprit, le 23 janvier, fut publiée une lettre rédigée le 6 du même mois à Saint-Jacques de Compostelle par un officier anglais, L.M. Thurn, qui craignait de devoir quitter l’Espagne sans même avoir combattu50. Mais jusqu’au 8 mars, on ne trouva dans la Gaceta de Madrid plus aucune correspondance interceptée.

La riposte de la Gaceta del Gobierno

  • 51 Suplemento a la Gaceta del Gobierno del 6 corriente. Sevilla 8 de enero de 1809, n° 1, pp. 11-12.

29La riposte de la Junta Central ne fut, dans un premier temps, graduelle et proportionnée au tir de l’ennemi. Dès son premier numéro (daté du 6 janvier 1809), la Gaceta del Gobierno publiait une lettre interceptée rédigée à Madrid le 26 décembre51. C’était trois semaines après que la Gaceta de Madrid ait fait connaître à ses lecteurs la correspondance qu’avait adressée le conte de Floridablanca à La Romana. L’absence d’indication du signataire et du destinataire, le caractère général des accusations portées contre les Français, la présence à la fin du texte d’un résumé de celui-ci donnant des informations sur des succès remportés en Catalogne par les armes espagnoles (dont les madrilènes auraient difficilement pu être informés), l’imprécision sur la provenance de la lettre, simplement indiquée par la référence à « Madrid, 26 décembre 1808 », tout nous porte à douter que ce courrier fut effectivement pris à l’ennemi.

  • 52 Suplemento a la Gaceta del Gobierno del viernes 27 de enero de 1809, pp. 73-77.

30Que cette pièce fût authentique ou fabriquée, ce qui importait, c’était de montrer que les Français n’étaient pas les seuls à intercepter les courriers. Cette impérieuse nécessité apparaît plus clairement encore quand, pour faire pièce à la série de correspondances interceptées publiées dans la Gaceta de Madrid du 22 au 25 décembre, la Gaceta del Gobierno consacra, pour l’essentiel, un supplément à son numéro du 27 janvier 1809, à la divulgation de papiers adressés de Paris à l’Empereur par la valise et qui avaient été saisis sans qu’il fut précisé où et quand (« Extracto de algunos papeles interceptados en la valija dirigida desde Paris a Bonaparte »)52. On y donnait le résumé de lettres adressées de Munich par M. Otto (conseiller d’Etat), de Joséphine (donnant à son auguste époux des nouvelles des travaux du palais des Tuileries et lui demandant d’adoucir le sort du général Dupont), du Prince de la Paix, qui se faisait désormais appeler comte d’Evora, et du ministre des finances, le comte Mollien. Deux lettres, adressées à l’Empereur par le ministre d’Etat Chapmany et le ministre de la Police (Fouché), étaient citées textuellement, ainsi qu’un rapport confidentiel sur le climat politique à Paris. Ces textes étaient-ils authentiques ? Peut être, pour la plupart (nous ne saurions le préciser aujourd’hui). Mais en tout cas certainement pas le rapport confidentiel dont le moins que l’on puisse dire est qu’il contient (au moins) une monstrueuse invraisemblance lorsqu’il affirmait que, au mépris de la réglementation en vigueur, à Paris les vendeurs de journaux avaient annoncé la victoire des troupes françaises en Espagne en hurlant dans les rues de Paris que les troupes françaises y avaient massacré civils, femmes et enfants. Il fallait être à Séville pour croire que la police impériale ne serait pas intervenue pour faire cesser immédiatement des cris qui portaient atteinte à l’armée impériale. De même, on avait cru bon de préciser dans ce rapport confidentiel que The Times était un journal anglais. Cela était sans doute utile pour la plupart des lecteurs de la Gaceta del Gobierno. Mais certainement pas pour Napoléon. Décidément, on avait vite appris à la Junta Central que l’expression « interceptée » conférait à la plus invraisemblable des nouvelles un caractère d’indiscutable authenticité.

De part et d’autre, un usage modéré de la publication des correspondances interceptées

  • 53 Gaceta de Madrid del miércoles 8 de marzo de 1809, n° 67, p. 356.
  • 54 On trouve les articles intitulés « Reflexiones sobre la navegación y el comercio interiores de Espa (...)
  • 55 Gaceta del Gobierno del viernes 5 de mayo de 1809, n° 24, pp. 426-427.
  • 56 Gaceta del Gobierno del viernes 12 de mayo de 1809, n° 26, p. 1809.

31La Gaceta de Madrid n’eut à nouveau recours à la publication de correspondances interceptées que le 8 mars 1809, date à laquelle elle offrit à ses lecteurs, en l’accompagnant de commentaires scandalisés, des ordres adressés par le général Cuesta pour mobiliser des civils53. Manifestement, plutôt que d’attirer l’attention sur la résistance que rencontraient les troupes impériales, préférait-on dans le camp de Joseph I montrer les bienfaits que l’on devait attendre de son gouvernement éclairé en multipliant les articles de fond sur les sujets les plus divers, comme la navigation et le commerce intérieurs ou les bienfaits de la vaccination54. La Gaceta del Gobierno offrit à ses lecteurs une lettre d’un officier français embarqué sur un navire de l’escadre de La Rochelle bloquée par la marine anglaise, le 5 mai55. Quant à la correspondance d’un commerçant de Bayonne à un autre de Logroño qui fut publiée une semaine plus tard, et faisait manifestement partie des courriers interceptés, on se contenta de dire évasivement qu’on en avait eu connaissance « par hasard » (« por casualidad se ha hecho pública »)56. On hésitait encore à avoir systématiquement recours à ce genre de documents que n’avait jamais utilisé la Gaceta ministerial de Sevilla du temps où Floridablanca présidait la Junta Central.

  • 57 L’extrait cité était introduit par les phrases suivantes : « Entre los varios papeles de Andalucía (...)
  • 58 Gaceta de Madrid del lunes 3 de julio de 1809, n° 184, pp. 839-842.
  • 59 Gaceta extraordinaria del Gobierno del sábado 27 de mayo de 1809 et Gaceta extraordinaria del Gobie (...)
  • 60 Gaceta de Madrid del lunes 3 de julio de 1809, n° 184, pp. 839-840 : « Han llegado a nuestras manos (...)

32Parmi les papiers saisis à l’ennemi figurait aussi des journaux. Pour dénoncer les mensonges sciemment propagés par leurs auteurs, la Gaceta de Madrid publia le 5 juin un extrait de la Gaceta extraordinaria política y literaria de Murcia del sábado 13 de mayo de 1809 en l’accompagnant de commentaires qui se voulaient sarcastiques57. Elle recommença un mois plus tard, le 3 juillet, en reproduisant le texte de deux Gaceta[s] extraordinaria[s] del Gobierno, et d’un numéro spécial de la Gaceta del Principado de Cataluña58. Des notes venaient infirmer les propos tenus dans ces articles qui, à en juger par les deux gazettes extraordinaires de Séville, avaient d’ailleurs été retranscrits avec la plus grande fidélité59. L’argumentation sur les méfaits que les fausses informations pouvaient entraîner chez ceux qui y prêtaient foi était sans doute spécieuse. Mais elle s’accompagnait d’un vibrant hommage aux malheureuses victimes du siège de Saragosse qui ne manque pas d’intérêt60.

Campagne de presse et campagne militaire

  • 61 Gaceta del Gobierno del miércoles 18 de julio de 1809, n° 46, pp. 721-722
  • 62 Gaceta del Gobierno del martes 25 julio de 1809, n° 48, pp. 744-746.
  • 63 Gaceta del Gobierno del viernes 28 julio de 1809, n° 49, p. 753.

33Quand Wellington entreprit, pour s’emparer de Madrid, la campagne qui devait être arrêtée par Joseph I et le maréchal Jourdan à Talavera (27-28 juillet 1809), la Gaceta del Gobierno reprit la publication des correspondances interceptées. Le 18 juillet, elle reproduisait une lettre d’un commerçant de Marseille à un général français qui se trouvait en Catalogne. A en croire ce témoignage, le midi de la France était en rébellion ouverte contre Napoléon ce qui, évidemment, ne pouvait qu’encourager les Espagnols à lutter contre lui61. Sept jours plus tard, les lecteurs de la Gaceta del Gobierno trouvaient des correspondances officielles saisies à l’ennemi : une lettre, de Zamora, du commissaire des Guerres à l’Intendant général de l’armée de Soult, à Madrid ; deux missives du maréchal Soult, toutes deux de La Puebla de Sanabria, l’une au général Franceschi, l’autre à Joseph et enfin une correspondance adressée à M. Carlos, commissaire des guerres à Madrid62. Trois jours plus tard, le 28, alors que les combats faisaient rage à Talavera, la Gaceta del Gobierno publiait à nouveau deux lettres du maréchal Soult : l’une au général Franceschi, l’autre à Joseph. L’une et l’autre avaient été écrites à Puebla de Sanabria : la première le 26 juin, la seconde le 2563. Mais l’espoir que pouvait susciter la constatation que le roi intrus n’était même pas en mesure de recevoir le courrier que lui adressait un maréchal de l’Empire fut vite dissipé par le résultat de la bataille de Talavera : elle avait certes coûté cher aux Français ; mais les troupes alliées n’avaient pas réussi leur percée sur Madrid. La campagne de presse s’acheva comme la campagne militaire et la Gaceta del Gobierno renonça désormais à la publication de correspondances interceptées.

La contre-attaque des afrancesados

  • 64 Cf. GOTTERI, Nicole, La misión de Lagarde, policier de l’Empereur pendant laGuerre d’Espagne (1809- (...)
  • 65 Gaceta de Madrid del domingo 13 de agosto de 1809, n° 226, p. 10 : « Las cartas siguientes que han (...)

34A la cour de Joseph, l’alerte avait été chaude et la correspondance que le commissaire de police Lagarde (qui informait directement Napoléon de ce qui se passait à Madrid) ne laisse aucun doute sur le fait que la population, informée des mouvements des troupes alliées, avait publiquement manifesté son espoir et son impatience de voir les Français évacuer la capitale comme l’année précédente à même époque64. Il s’agissait donc pour le gouvernement afrancesado de montrer l’inanité des nouvelles propagée par la Junta Central. Evidemment, on eut recours pour cela aux courriers interceptés. Le 13 août 1809, avant de célébrer en grande pompe la saint Napoléon, elle reproduisait trois lettres interceptées : la première avait été adressée le 22 juillet de Campo de Talavera à une certaine Eleonor par le plus enthousiaste (« más apasionado ») de ses admirateurs, Francisco Martín ; la deuxième, du 2 juillet, l’avait été de Campo de Santa Olalla par un certain Francisco Xavier Gonzalez à son ami Francisco ; et la dernière (écrite au même endroit, le 26), était le fait d’un militaire, Matias Bincueira, s’adressant au général Juan de Pignatelli. Tous ces écrits manifestaient le désarroi des civils et des militaires qui s’estimaient dupés par les faux espoirs qu’avait fait naître en eux une propagande mensongère comme le soulignaient la notice de présentation et les commentaires qui accompagnaient ces textes65.

  • 66 Gaceta de Madrid del jueves 28 de septiembre, n° 272, pp. 1197-1198.
  • 67 Ibid., p. 1197 : « Amigo mío : he recibido en buen estado los objetos consabidos, aunque con bastan (...)
  • 68 Juan Antonio Llorente, Cartas del Verdadero Español, publiées in DUFOUR, Gérard, « Pourquoi les Esp (...)

35S’agissait-il de vraies lettres interceptées ? Nous ne saurions le dire. En revanche, le long courrier attribuée à un commerçant de Cordoue paru le 28 septembre 1809 dans la Gaceta de Madrid a tout d’une « vraie fausse » lettre interceptée66. Car comment croire qu’un commerçant, s’adressant à l’un de ses correspondant, ait pu écrire un texte de 7250 espaces environ (l’équivalent de près de deux pages à interligne simple d’une police 14 Times New Roman de nos ordinateurs) pour discourir de politique générale après n’avoir consacré que quatre lignes (au demeurant particulièrement vagues) à ses affaires67 ? Cet écrit ressemble trop à ces lettres de prétendus vrais espagnols écrites l’année précédente par Juan Antonio Llorente68 pour que nous nous laissions prendre au piège. Et les lecteurs de l’époque ne se laissèrent sans doute pas plus abuser que nous.

  • 69 Gaceta de Madrid del sábado 30 de septiembre de 1809, n° 274, pp. 1204-1206 : « Entre un crecido nú (...)
  • 70 « Para desengaño de los que todavía están preocupados, pondremos sucesivamente en este periódico un (...)
  • 71 Gaceta de Madrid…, n° 281 (samedi 7 octobre) p. 1234 ; n° 282 (dimanche 8) pp. 1237-1238 ; n° 283 ( (...)
  • 72 En 1809, Gaceta de Madrid n° 311 (lundi 6 novembre), p. 1360, n° 365 (30 décembre), p. 1594. En 181 (...)

36La Gaceta de Madrid n’en publia pas moins deux jours plus tard, le 30 septembre une nouvelle lettre, exactement du même type, mais encore plus longue (10 710 espaces). Se payant d’audace, l’auteur véritable suggérait qu’elle pouvait avoir été écrite rien moins que rien que par un membre du gouvernement de Séville69. L’effet produit ne dut pas être celui escompté, car on en resta (provisoirement) là. En revanche, pour dénoncer les mystifications, inventions de toute pièce et contradictions publiées dans la presse par les rebelles à l’autorité de Joseph, la Gaceta de Madrid publia régulièrement du 7 au 14 octobre des extraits de la Gaceta del Gobierno saisis dans les courriers interceptés70. Les textes étaient fidèlement reproduits (nous avons pris la peine de le vérifier). Mais, évidemment, des notes venaient éclairer le lecteur sur les « monstruosités » qu’on lui mettait sous les yeux71. Ce type de publication d’articles de presse trouvés car des courriers interceptés sera repris e temps en temps de façon épisodique, sans doute au gré des prises et du parti que l’on pouvait en tirer72.

L’art d’être faussaire

  • 73 Gaceta de Madrid del miércoles 29 de noviembre de 1809, n° 334, pp. 1463-1464 : « Carta interceptad (...)
  • 74 Ibid., p. 1463 : « Mi querido amigo : te escribo con efecto de Madrid mas no en medio de las satisf (...)
  • 75 Ibid. p. 1464 : « Se necesitaría sacrificar un millón de hombres para que se instruyesen prácticame (...)

37Les articles de la Gaceta del Gobierno conféraient aux correspondances interceptées publiées dans celle de Madrid une authenticité dont on pouvait sérieusement douter pour la plupart, voire toutes les lettres. Ainsi les lecteurs de la Gaceta de Madrid du 29 novembre 1808 trouvèrent-ils dans leur journal une lettre interceptée adressée par un officier fait prisonnier à la bataille d’Ocaña et adressée à l’un de ses amis habitant Séville à propos de la guerre et des maux qu’elle entraînait pour la Nation73. Sa confession était certes émouvante puisqu’après avoir dépeint les conditions (ô combien différentes de celles que l’on se promettait à Séville !74) il insistait sur la bonté du roi Joseph, dont l’humanité avait sauvé la vie à un très grand nombre de soldats à Ocaña, se montrant ainsi digne de gouverner la Nation comme l’avaient proclamé les quelques 8 000 prisonniers auxquels il s’était mêlé en toute confiance pour leur parler avec bonté et sagesse. Aussi avait-il compris que c’était une folie de se faire tuer pour ne pas avoir un bon roi et une excellente constitution75. C. q. f. d., dirait un scientifique. Mais l’auteur de ce poulet avait seulement oublié qu’il était impossible d’intercepter la correspondance d’un prisonnier pour la simple raison qu’il n’était pas en mesure d’en expédier.

  • 76 Gaceta de Madrid : n° 338 (dimanche 3 décembre 1809), p. 1479, n° 345 (dimanche 10 décembre), p. 15 (...)
  • 77 Gaceta de Madrid del domingo 3 de diciembre de 1809, n° 338, p. 1479.
  • 78 Gaceta de Madrid del domingo 10 de diciembre de 1810, n° 345, p. 1150.
  • 79 Gaceta de Madrid del jueves 4 de enero de 1810, n° 4, p. 14 : « el autor de esta carta no sabía que (...)
  • 80 Gaceta de Madrid del miércoles 17 de enero de 1810, n° 17, pp. 70-72.
  • 81 Gaceta de Madrid del martes 16 de enero de 1810, n° 10, p. 66 : « Madrid, 15 de enero. Se ha interc (...)

38Se rendit-on compte, dans l’entourage de Joseph, d’une telle maladresse ? Fort probablement. Car si l’on continua à publier régulièrement des lettres saisies76, on chercha à leur donner plus de crédibilité en précisant le plus souvent (ce qui n’était pas le cas jusque là) le nom et l’adresse du destinataire portés sur l’enveloppe. Eurent à ce titre les honneurs de la presse le P. Juan García Donas, lecteur de théologie des ordres mineurs de Valence77, don Josef María Calleja, curé à Cuenca, dans la Manche78, don Martínez (sic) Izquierdo, calle mayor, à Madrid, dont on annonça au passage qu’il avait été déporté à Bayonne pour avoir manifesté son soutien aux "insurgés"79. Pour que les lecteurs fussent bien persuadés que les correspondances publiées dans la Gaceta de Madrid était parfaitement authentiques, on fit précéder, la veille, la publication le 17 janvier 1810 d’une lettre (abondamment annotée) du gouverneur de Lérida, Joseph González80, de l’information des circonstances dans lesquelles ce document (avec d’autres en provenance de Valence et de Catalogne) était tombé entre les mains du gouvernement : on précisa même le nom du porteur de ces plis : un certain Antonio Martínez, et même, d’après son passeport, la date à laquelle il était parti de Valence (le 4 janvier)81.

  • 82 Comte de La Forest, Correspondance du comte de La Forest, ambassadeur de France en Espagne, 1808-18 (...)
  • 83 Ibid. III, p. 179, correspondance du 7 janvier 1810. Sur le P. Estala, journaliste au service de Jo (...)

39On n’indiqua pas le nom et l’adresse du destinataire de la lettre interceptée qui fut publiée dans la Gaceta de Madid du 19 janvier 1810, mais ceux du signataire, un certain Salvador Sánchez, de Villena. Malgré ces précisions (somme toute fort relatives), cette « lettre supposée d’un insurgé converti à l’un de ses amis de Séville » n’était qu’une « composition de M. le chanoine Estala ». Tels furent les termes employés par le comte de La Forest, l’ambassadeur de France à Madrid, pour signaler le fait dans la correspondance qu’il adressa le jour même de la parution de ce texte au ministre des Affaires Etrangères de l’Empire, Chapmany, pour l’assurer des moyens mis en œuvre pour gagner l’opinion publique82. Assurément le P. Estala, « la meilleure plume et l’esprit le plus au niveau du temps que le gouvernement royal ait [eu] sous la main » était un homme précieux pour Joseph et il n’y a rien d’étonnant à ce que ce dernier ait décidé de l’emmener avec lui pour la campagne d’Andalousie afin de rédiger des proclamations et d’autres écrits qui devaient être tirés sur une imprimerie mobile83. Si l’on devait un jour publier les œuvres complètes de Pedro Estala, il faudrait se garder d’oublier cette singulière contribution à la Gaceta de Madrid que le lecteur trouvera en appendice au présent article.

Les correspondances officielles françaises interceptées publiées dans la Gaceta de la Regencia de España e Indias ou l’assiégeant assiégé

  • 84 Gaceta de Madrid del viernes 11 de mayo de 1810, n° 131, pp. 547-548.
  • 85 Gaceta de Madrid del sábado 12 de mayo de 1810, n° 132, pp. 553-554.

40Le succès de la campagne d’Andalousie, au début de 1810 rendirent inutiles de semblables subterfuges et la Gaceta de Madrid ne publia plus aucune lettre interceptée (vraie ou fausse) avant le 11 mai 1810, deux jours avant le retour moins triomphant que prévu de Joseph dans sa capitale. Ce jour là, ses lecteurs découvrirent trois documents adressés à la Junte de Badajoz ou émanant d’elle84. Le lendemain, ils pouvaient prendre connaissance d’instructions de" la Junta Superior de Gobierno au général Freire et la réponse de celui-ci85.

  • 86 Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 17 de abril de 1810, p. 115 et (...)
  • 87 La première lettre était ainsi annoncée : « Copia de una carta original que escribía al intruso Rey (...)
  • 88 Gaceta extraordinaria de la Regencia de España e Indias del miércoles 2 de mayo, p. 164 : « Este em (...)

41C’était la riposte des autorités de Madrid à celles de Séville qui avaient fait paraître dans un supplément à la Gaceta de la Regencia de España e Indias du 17 avril et un numéro spécial de ce même périodique en date du 2 mai trois lettres adressées à son souverain par le ministre de la police de Joseph, Pablo Arribas86. En faisant publier ces lettres (qui semblent parfaitement authentiques) la Régence pouvait à bon droit espérer remonter le moral des patriotes qui avait été fortement malmené par l’entrée du roi intrus dans Séville. En effet, elles établissaient clairement que l’ennemi n’était même pas en mesure d’assurer la protection de ses courriers officiels, à la merci, entre Madrid et Séville des "vaillantes guérillas"87. Mais cette correspondance avait aussi l’avantage de faire apparaître les dissensions entre afrancesados et français, et le mépris profond dans lequel ces derniers tenaient ceux qui les aidaient. Pour que chacun en fût bien persuadé, les rédacteurs de la Gaceta de la Regencia de España e Indias insistèrent d’ailleurs sur ce point en expliquant que l’ambassadeur auquel faisait allusion Arribas dans la première lettre publiée dans le numéro spécial était celui de France et que l’on voyait bien, par cette allusion et toute la lettre, le peu d’harmonie qui régnait entre les ministres de Napoléon et de Joseph, de même que l’espionnage auquel ils se livraient mutuellement ; l’ignorance dans laquelle Joseph lui-même était tenu des desseins de son frère ; l’indépendance et la suffisance avec laquelle le gouvernement français traitait les affaires d’Espagne ainsi que l’abjection et le mépris qu’il portait au gouvernement franco-espagnol. Tel était le sort, concluait la Gaceta de la Regencia de España e Indias, que méritaient ces Espagnols avilis qui, abandonnant la cause de leur patrie, se proposaient de forger eux-mêmes les chaînes qui devaient l’emprisonner : les Français les méprisaient au fond d’eux-mêmes alors qu’ils ne pouvaient s’empêcher d’admirer la ténacité et la magnanimité des patriotes qui luttaient pour leur liberté, ce qu’il était possible de confirmer par plusieurs faits que les courtisans de Joseph n’ignoraient pas88.

  • 89 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 11 de mayo, n° 24, pp. 204-206.
  • 90 Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 12 de junio de 1810, pp. 307-31 (...)
  • 91 Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 6 de julio de 1810, p. 375. Ga (...)

42La publication de la correspondance d’Arribas à Joseph ne constitua pas un « scoop » sans lendemain mais une première. Le 11 mai, les lecteurs de Gaceta de la Regencia de España e Indias découvraient, annotées, deux lettres adressées au ministre afrancesado Mariano Urquijo, dont l’une par Arribas89. Un mois plus tard, le 12 juin, un supplément à la gazette faisait connaître une correspondance interceptée et publiée par le commandant de la province de Cuenca, Luis Alexandro Bassecourt90. On était encore dans l’information ponctuelle. Mais à partir du mois de juillet et jusqu’au mois d’octobre 1810, il n’eut guère de semaine où la Gaceta de la Regencia de España e Indias ne publia pas de documents saisis à l’ennemi. La fréquence de ce type d’articles parle d’elle-même sur l’importance que leur accordait la Régence qui les fit divulguer les 6, 10, 13, 20 juillet, 5, 14, 24, 28 août, 4, 7, 14, 20, 25, 29 septembre, et 9, 13, et 25 octobre. Certains jours, comme le 24 août, ou les 4 et 7 septembre, on put trouver des courriers interceptés et dans le numéro normal de la gazette et dans un supplément. Au reste, le tiers pratiquement de ces lettres interceptées (7 sur 20) parurent dans des suppléments ou firent l’objet d’un numéro spécial de la Gazette, ce qui soulignait le caractère exceptionnel de l’information qu’elles contenaient91.

  • 92 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 9 de octubre de 1810, n° 79, p. 773.
  • 93 A titre d’exemple, nous reproduisons deux lettre écrites à Madrid à un jour de distance et qui donn (...)
  • 94 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 20 de julio de 1810, n° 46, p. 425.
  • 95 Gaceta extraordinaria de la Regencia del domingo 5 de agosto de 1810, p. 477.
  • 96 Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 7 de septiembre de 1810, p. 63 (...)
  • 97 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 25 de septiembre de 1810 , n° 72, p. 708.
  • 98 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 29 de septiembre de 1810, n° 75, p. 732. La cor (...)

43Dans le numéro du 10 juillet, on trouvait des nouvelles et des rumeurs en provenance de correspondances particulières. Dans celui du 24 août, on faisait état de la piètre opinion d’officiers français sur la situation du maréchal Suchet devant Tortosa. Et dans celui du 9 octobre, on pouvait lire diverses lettres privées à côté d’un courrier attribué au ministre de la Marine de Joseph, Mazarredo et de lettres d’afrancesados « bien placés » qui exprimaient leur crainte d’être « f…s » (« j…s »)92. La Régence aurait assurément pu multiplier les témoignages de découragement dans les rangs des afrancesados, ou des militaires au service de Joseph, même si tous les témoignages saisis n’allaient pas dans le même sens93. Mais elle préféra s’en tenir à exhiber des courriers dont les dignitaires du gouvernement de Madrid ou les principaux chefs militaires français avaient été les signataires ou les destinataires, comme les ministres Arribas, Urquijo, Azanza, Pereyra, Mazaredo, ou les maréchaux Berthier, Mortier, Masséna, Soult, Victor, etc. Joseph lui-même était au nombre de ceux qui n’avait pas reçu certaines missives qui leur étaient adressées et c’étaient les lecteurs de la Gaceta de la Regencia de España e Indias qui prenaient connaissance des plis que lui avaient adressés le prince de Wagram, Berthier,94, Azanza95. Celui qui se croyait le maître de l’Europe, Napoléon lui non plus n’avait pas reçu deux courriers que lui avaient envoyés par un ministre de son frère, Mazarredo96, et le maréchal Mortier97. Mais le clou de cette collection diplomatique était assurément la lettre personnelle que Joseph avait rédigée à l’attention de sa femme et qui était tombée entre les mains des guérillas. Pour en assurer l’authenticité, le texte fut publié, dans la Gaceta de la Regencia de España e Indias du 29 septembre 1810, en français, avec traduction en espagnol en regard98.

  • 99 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 24 de agosto de 1810, n° 59, p. 566 à propos d (...)
  • 100 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 25 de septiembre de 1810, n° 72, p. 708 : « Vil (...)

44La publication réitérative de tels documents (sur l’authenticité desquels nous reviendrons plus loin) était extrêmement habile. Ils montraient en effet à tous ceux qui se trouvaient à Cadix (députés aux Cortès, troupes, population civile) que leurs assiégeants étaient eux-mêmes assiégés de toute part dans le reste de l’Espagne et qu’ils étaient incapables d’assurer les communications entre leurs lignes, l’un des principes de base de l’art de la guerre99. Ils témoignaient aussi, opportunément, de l’efficacité des « vaillantes » guérillas (« valerosas », l’adjectif est homérique) qui les avaient saisis, de haute lutte100, au moment où se posait la question du commandement unique des troupes alliées et du rôle que jouait l’armée régulière espagnole dans le conflit. Les lettres interceptées publiées dans la Gaceta de la Regencia de España e Indias n’étaient pas seulement destinées aux Espagnols. Elles s’adressaient aussi au gouvernement de Sa Gracieuse Majesté pour lui rappeler la part que les Espagnols prenaient dans la lutte contre l’ennemi commun.

La faible riposte des Français

  • 101 Gaceta de Madrid del viernes 20 de julio de 1810, n° 201, p. 900 : « Granada 10 de julio. - Se ha i (...)
  • 102 Ibid. : « Mi familia está en Gibraltar pues su gobierno me dispensa los mayores favores, al mismo t (...)

45Face à la véritable avalanche de correspondances interceptées publiées dans la Gaceta de la Regencia de España e Indias, la Gaceta de Madrid se montra fort discrète en la matière. Elle n’en revint pas moins à ses vieux démons en imprimant une lettre soi-disant adressée de Marbella à un de ses amis par un certain Josef Valdivia, bien connu (disait-on) pour sa conduite et la part qu’il avait prise dans les soulèvements de Grenade101. Mais comment pouvait-on se laisser abuser par un texte où l’auteur avait le front d’écrire (même à un intime) que sa « famille se trouvait à Gibraltar parce que le gouvernement anglais lui accordait toutes sortes de faveurs alors que le sien le méprisait, et qu’il était si généreux envers lui qu’il lui donnait tout l’argent qu’il demandait pour sa famille ou pour lui-même »102 ?

  • 103 Gaceta de Madrid del miércoles 19 de septiembre de 1810, n° 262, pp. 1162-1163. La première de ces (...)
  • 104 Gaceta de Madrid del martes 27 de noviembre de 1810, n° 331, p. 1484 : « Por lo que toca a su adhes (...)

46Mais la Gaceta de Madrid n’insista pas dans cette voie. Tout au plus publia-t-elle, le 19 mars 1810, quatre lettres de particuliers interceptées sur le « paquebot de Cadix ». A vrai dire, ces correspondances familières n’avaient d’autre intérêt que de montrer (ou faire croire) que le détroit de Gibraltar était sous le contrôle des Français103. Mais, de façon plus astucieuse, pour montrer l’inquiétude des officiers anglais, et même de leur commandant, la Gaceta de Madrid utilisa non pas des correspondances interceptées mais bel et bien publiées dans la presse anglaise. Ainsi le 27 novembre 1810, dans la rubrique « Grande Bretagne », put-on lire diverses lettres dont celle adressée le 30 avril par un officier britannique à l’un de ses amis de Plimouth dans laquelle il déclarait tout de go que les Espagnols détestaient les anglais plus encore qu’eux les Français et qu’ils se réjouiraient d’être débarrassés d’eux et que leur vœux ne tarderaient sans doute pas à être exhaussés104. Le texte original avait-il bien été publié dans le General Advertiser du 27 juin 1810 ? Quoi qu’il en soit, le 31 décembre 1810, les lecteurs de la Gaceta de Madrid pouvaient prendre connaissance, toujours à la rubrique « Grande Bretagne » d’une revue de presse dans laquelle figurait une lettre adressée de Pero Negro à lord Liverpool par Welligton le 3 novembre. Sans se montrer défaitiste, le commandant en chef anglais se montrait préoccupé par la situation militaire. La référence à une vague « Gazette extraordinaire » était censée conférer à ce document toute l’authenticité voulue mais rend impossible toute vérification. En fait, à la Gaceta de Madrid, on n’osait plus avoir directement recours à la publication de correspondances interceptées : le coup avait fait long feu.

« L’espoir changea de camp, le combat changea d’âme »

  • 105 Gaceta de Madrid del lunes 11 de marzo de 1811, n° 70, pp. 278-279.
  • 106 Gaceta de Madrid del jueves 19 de septiembre de 1811, n° 262, p. 1084 : « Traducción de la carta es (...)

47Au cours de l’année 1811, la Gaceta de Madrid ne publia pratiquement pas de lettres saisies à l’ennemi. Et quand elle le fit, elle se garda toujours d’employer le terme d’« interceptée » pour les qualifier, préférant, le 11 mars, parler de « lettres particulières ». Et pourtant, il s’agissait bien de cela, puisque l’on pouvait lire, à la rubrique « Nouvelles d’Espagne et de Portugal », créée pour la circonstance, trois lettres écrites à Lisbonne dans lesquelles on s’inquiétait de la situation militaire des alliés en raison des mouvements des troupes françaises105. Il fallut attendre le 19 septembre pour trouver dans les colonnes de l’organe de presse des afrancesados une nouvelle correspondance adressée à l’ennemi. Et encore ne pouvait-on pas parler véritablement de lettre interceptée, mais plutôt communiquée, puisqu’elle était censée avoir été écrite à l’intention de la Junte principale de la Principauté de Catalogne par le général Antonio Martínez pour lui annoncer la reddition du fort de Figueras et qu’il était prisonnier de guerre, ainsi que toute la garnison qui avait été traitée par les Français avec la générosité propre à leur nation106.

  • 107 Gaceta de Madrid del lunes 8 de junio de 1812, n° 160, pp. 649-650.
  • 108 Gaceta de Madrid del lunes 14 de diciembre de 1813, n° 237, pp. 953-954.

48Pendant près de neuf mois, la Gaceta de Madrid ne publia aucune correspondance interceptée. Ce n’est que le 8 juin 1812 que ses lecteurs découvrirent une nouvelle lettre, soi-disant saisie à l’ennemi107. Mais le véritable auteur avançait avec des sabots si gros qu’on l’entendait venir de dix lieues à la ronde. Ce fut la dernière correspondance interceptée que l’on trouva dans la Gaceta de Madrid avant le 11 août 1812 date à laquelle sa publication fut suspendue pour cause de retraite de Joseph et des troupes françaises sur Valence. Lors de la très brève reprise de sa publication, en novembre 1812, puis dans les derniers mois où elle servit de journal officiel à Joseph, ses rédacteurs renoncèrent à toute publication de lettre interceptée (vraie ou fausse). Tout au plus usèrent-ils de nouveau, fort ponctuellement, le 14 décembre 1812, de l’expédient de reproduire la lettre (fort critique à l’égard des patriotes espagnols) d’un officier anglais déjà publiée dans le journal britannique Statesman du 21 août 1812108. Mais qui pouvait vérifier, à Madrid, que le Statesman avait bien publié un tel texte ? En tout cas, c’est en vain que l’on cherchera des correspondances interceptées dans la Gaceta de Madrid du 8 juin 1812 au 27 mai 1813, date à laquelle parut le dernier numéro de la gazette contrôlé par les Français et les afrancesados.

  • 109 Gaceta de Madrid del miércoles 12 de junio de 1811, n° 163, p. 668.
  • 110 Gaceta de Madrid del domingo 29 de septiembre de 1811, n° 294, pp. 1126-1128
  • 111 Gaceta de Madrid del lunes 16 de diciembre de 1811, n° 350, pp. 1425-1426.
  • 112 Gaceta de Madrid del sábado 2" de mayo de 1812, n° 144, pp. 583-584.
  • 113 Gaceta de Madrid del lunes 1 de junio de 1812, n° 153, pp. 621-624.
  • 114 Voir, par exemple, l’anthologie du Semanario de agricultura y artes dirigido a los párrocos que nou (...)
  • 115 « Apéndice al vocabulario de la lengua castellana o Explicación del diccionario de la revolución pa (...)
  • 116 On la trouve aux numéros : 307 (samedi 3 novembre), p. 1272, 309 (lundi 4 novembre), p. 1276 ; 310 (...)
  • 117 Gaceta de Madrid del sábado 4 de enero de 1812, n° 4, pp. 15-16.
  • 118 Cf. notre article « Napoleón puso el epitafio », in dossier « Origen y ocaso de la Inquisición », L (...)

49La Gaceta de Madrid avait donc renoncé à un type d’informations (vraies ou fausses) qu’elle avait été la première à utiliser. A vrai dire, ses rédacteurs avaient pratiquement renoncé à tout pendant l’absence d’Espagne de Joseph (du 13 mai au 27 juin) et, par exemple, les nouvelles d’Espagne du 12 juin 1811 se limitèrent au programme des théâtres et aux cotisations de la Bourse de Madrid. Cela représentait à peine un tiers d’une des deux colonnes de la dernière page (sur six) que comptait la gazette109. L’espoir avait changé de camp, le combat changé d’âme. Mais même lorsque les afrancesados reprirent quelque peu confiance avec le retour du Roi dans sa capitale (le 15 juillet), et publièrent à nouveau dans la Gaceta de Madrid des textes de propagande en sa faveur, ce fut en donnant la parole à des personnages aux noms significatifs de Patricio Cantaclaro110, Papamoscas, Justo Patricio111, soit sous forme de lettres adressées à la rédaction, soit sous forme de dialogues, soit en combinant les deux genres. Pour donner plus de sel ou de sens à ces personnages, on leur inventa même des adresses hautement symboliques : l’un d’eux, Irato (Colère), demeurait rue Tienstoitranquille, à côté de Saint Juste (« El Irato. Calle de Tientetieso junto a San Justo »)112 ; l’autre, Prudencia Paz, à côté des Filles repenties (« calle de Atocha, cerca de las Arrepentidas »)113. On en revenait ainsi aux bonnes vieilles recettes de la presse du siècle antérieur114. On usa aussi de l’ironie en définissant (à la mode afrancesada) le sens des expressions en usage chez les "rebelles"115. On créa même une rubrique « Nouvelles de Cadix » qui tendit à devenir quotidienne à partir du mois de novembre 1811116. Le 4 janvier 1812, les nouvelles d’Espagne furent même exclusivement composées, à l’exception du programme des spectacles donnés ce jour là dans les théâtres de Madrid, d’extraits de journaux de Cadix, publiés sans le moindre commentaire117. Se rendant sans doute compte du piètre effet d’une information qui ne faisait que reprendre celle donnée par la presse adverse, la Gaceta de Madrid veilla ensuite à ce que la rubrique « nouvelles de Cadix » fût diluée dans d’autres types de nouvelles et n’apparût que de temps en temps. Il n’en reste pas moins que l’on trouva très régulièrement dans ses colonnes des revues de presse des journaux de Cadix, avec publication de larges extraits de ses articles ou des comptes rendus des séances des Cortès. Il s’agissait de montrer les dissensions qui existaient parmi les députés aux Cortès, les méfaits de leur politique aux Indes, que les députés libéraux ne faisaient que reprendre la politique menée par Joseph, notamment en ce qui concernait l’Inquisition118… et sans doute aussi que l’on avait quelques espions chez l’ennemi. Mais à vrai dire, on peut fortement douter que ces "nouvelles de Cadix" (dont l’utilisation par les afrancesados mériterait d’être étudiée en détail) aient produit chez les lecteurs de la Gaceta de Madrid les effets qu’en attendaient ses rédacteurs. En fait, ils fournirent ainsi à la Régence et aux Cortès une tribune inespérée. A Cadix, en revanche, on ne commit pas une telle erreur et l’on exploita à fond la publication des lettres interceptées.

  • 119 Lettres de Berthier à Masséna et de Masséna à Berthier, in Gaceta de la Regencia de España e Indias(...)
  • 120 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 1 de enero de 1811, n° 1, p. 6 , traduction d’u (...)
  • 121 Suplemento a la Gaceta de la Regencia del martes 11 de junio de 1811, p. 613. Cf. infra, « Appendic (...)

50Entre les mois d’octobre 1810 et de juin 1811, la Gaceta de la Regencia de España e Indias ne publia que par trois fois des correspondances saisies à l’ennemi : le 25 décembre 1810 ainsi que les 1er janvier et 21 mai 1811. L’objectif était toujours le même : montrer les difficultés que connaissaient les principaux chefs militaires français119 et faire la démonstration que les guérillas empêchaient toute communication entre les lignes françaises et avec la France120. Mais le 11 juin 1811, les informations que fournissaient de nouvelles lettres interceptées publiées dans le supplément de la Gaceta de la Regencia de España e Indias étaient véritablement extraordinaires puisque l’une d’elles, adressée à l’empereur Napoléon depuis Madrid le 24 mars, était de la main même de Joseph qui présentait à son auguste frère sa renonciation au trône d’Espagne121.

  • 122 Suplemento a la Gaceta de la Regencia del martes 25 de junio de 1811, pp. 665-672.
  • 123 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 6 de julio de 1811, n° 89, pp. 710-712.
  • 124 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 17 de agosto de 1811, n° 107, p. 859
  • 125 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 20 de agosto de 1811, n° 108, pp. 865-868.
  • 126 Gaceta de la Regencia de España e Indias del jueves 29 de agosto de 1811, n° 112, pp. 898-900.
  • 127 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 30 de agosto de 1811, n° 113, p. 908.
  • 128 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 30 de noviembre de 1811, n° 156, pp. 1309-1312.
  • 129 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 17 de diciembre de 1811, n° 163, pp. 1367-1369.
  • 130 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 7 de enero de 1812, n° 3, p. 23.
  • 131 Gaceta de la Regencia de las Españas, sábado 30 de mayo de 1812, n° 67.
  • 132 Gaceta de la Regencia de las Españas, martes 2 de junio de 1812, n° 68, p. 562. Cf. infra, « Append (...)

51Dès lors, la Gaceta de la Regencia de España e Indias publia régulièrement de tels documents : le 25 juin122, le 6 juillet123, les 17124, 20125, 29126 et 30 août.127 Cela tournait même au feuilleton quand on jugea bon de faire une pause. On ne reprit que le 30 novembre128. D’autres lettres furent publiées le 17 décembre 1811129 puis le 7 janvier 1812130. La première lettre interceptée qui parut sous le nouveau titre de Gaceta de la Regencia de las Españas, ne fut communiquée au public que le 30 mai131. Il s’agissait d’une correspondance adressée de Paris par le maréchal Berthier au général Dorsenne dont le principal intérêt résidait dans le fait d’avoir été interceptée. Le 2 juin, les lecteurs de la gazette de la Régence découvraient des textes d’une toute autre importance, puisqu’il s’agissait de lettres écrites de la main même de Joseph qui avaient été saisies à l’issu de l’attaque par Espoz y Mina d’un convoi militaire parti de Madrid pour Bayonne132.

  • 133 Gaceta de la Regencia de las Españas, martes 21 de julio de 1812, n° 91, pp. 755-757.
  • 134 Gaceta de la Regencia de las Españas, sábado 8 de agosto de 1812, n° 102, pp. 840-843.
  • 135 Suplemento a la Gaceta de la Regencia del jueves 3 de agosto de 1812, pp. 863-864.

52Faute d’avoir à tout instant de tels scoops à offrir à ses lecteurs, la Gaceta de la Regencia de las Españas en vint à publier, les 21 juillet et 8 août, des lettres interceptées déjà parues dans d’autres journaux patriotes. La première série était constituée de trois lettres, deux de Pedro de Mora y Lomas, préfet de Grenade, l’une à Mariano Urquijo, l’autre à Joseph, et la dernière d’un officier d’Etat Major de Soult à l’un de ses amis appelé Martin133. Le second jeu de correspondance interceptée, déjà publié dans la gazette de La Corogne, introduisait une nouveauté car, à côté de courriers officiels de personnages de l’importance de Joseph ou du maréchal Jourdan, on y trouvait aussi ceux, personnels, d’officiers à leurs camarades et même une lettre d’amour (au demeurant, bien émouvante) d’un aide de camp du maréchal Soult à une demoiselle de Ciudad Rodrigo134. Entre temps, le 3 août, deux lettres de Mariano de Urquijo au ministre de la Police Arribas avaient été insérées dans un supplément à la gazette du 3 août. La première de ces lettres n’avait rien de secret, puisque, comme on le précisait en note, elle avait déjà été publiée dans la Gaceta de Madrid. Mais la seconde témoignait de la part de son auteur d’un abattement qui, en soi, justifiait tous les espoirs chez les patriotes135.

Les soubresauts d’un genre désormais inutile

  • 136 Gaceta de la regencia de las Españas del martes 25 de agosto de 1812, n° 110, pp. 907-908.
  • 137 Ibid., p. 910.
  • 138 Ibid., p. 112 (sic, pour 912).
  • 139 Ibid., p. 908 : « las cartas precedentes han sido presentadas a esta junta superior por el mismo qu (...)

53En août 1812, alors que les troupes de Wellington s’étaient emparées de Madrid où fut proclamée la Constitution de 1812, la Gaceta de la Regencia de las Españas, attachait encore une grande importance à la publication de lettres interceptées. Elle faisait même feu de tout bois, puisque dans le numéro du 25, on trouvait successivement copie de correspondances de Joseph au général Rey et à Arribas136, puis deux pages plus loin, quelques lignes d’une lettre adressée à un ami par un employé qui suivait Joseph137, et enfin, deux pages plus loin également, le texte d’un pli adressé au général Brayer138. Par l’aspect « livraison en vrac » de ces nouvelles, on cherchait sans doute à montrer que les correspondances interceptées affluaient de toute part. Mais le plus important était de pouvoir affirmer que la correspondance de Joseph avait été remise par celui-là même à qui elle avait été confiée et d’inciter les autres courriers à suivre un tel exemple139.

54A vrai dire, il n’y avait plus besoin de lettres interceptées pour convaincre que ceux qui avaient embrassé la cause de Joseph avaient partie perdue. Tout n’était plus qu’une question d’ordre militaire. La Gaceta de la Regencia de las Españas ne publia aucune correspondance de ce type jusqu’au début janvier 1813. Pour sa part, pendant la période où elle put paraître sous la protection des troupes de Wellington, la Gaceta de Madrid bajo el gobierno de la Regencia de las Españas n’en publia aucune, ne reprenant même pas celles qui avaient paru dans la gazette des autorités de Cadix.

  • 140 Gaceta de la Regencia de las Españas del sábado 2 de enero de 1813, n° 1, p. 5.
  • 141 Gaceta de la Regencia de las Españas del jueves 1 de abril de 1813, n° 40, p. 325.
  • 142 Gaceta de la Regencia de las Españas del martes 22 de junio de 1813, n° 77, p. 637.
  • 143 Gaceta de la Regencia de las Españas del sábado 25 septiembre 1813, n° 126, p. 1037.

55En 1813, deux numéros de la Gaceta de la Regencia de las Españas publièrent à nouveau des correspondances interceptées. Mais il s’agissait de textes déjà diffusés dans la presse londonienne et saisis, non pas en Espagne, maisen Russie140. S’agissant de l’Espagne, ce type d’information devint véritablement sporadique puisqu’on ne les trouve que dans les numéros du 1er avril141, du 22 juin142 et du 25 septembre 1813143. Dans la dernière lettre interceptée publiée à Cadix par la Régence, on annonçait le lancement à Toulon d’un navire corsaire. On était loin des scoops qu’avait constitués naguère la mise au grand jour des correspondances privées de Joseph. Mais cela montre à quel point les rédacteurs de la Gazette de la Régence eurent de mal à renoncer à une rubrique qui s’était montrée si efficace.

Conclusion

56Les afrancesados avaient été les premiers à faire paraître dans la presse des correspondances interceptées. Ils renoncèrent cependant vite à ce type de publication. Non par manque de matériau : pour eux, les lettres saisies à l’ennemi n’étaient qu’une variante du courrier des lecteurs, un genre qui avait fait ses preuves et qui, alors comme aujourd’hui, était bien souvent rédigé par les journalistes eux mêmes du périodique qui publiait les textes qui lui avaient soi-disant été adressés. Les Andujar (principal rédacteur de la gazette), Estala, Llorente, et autres plumitifs au service de Joseph auraient parfaitement pu continuer à produire de semblables écrits. S’ils ne le firent que très épisodiquement en 1810, 1811 et 1812 et plus du tout après le 8 juin de cette dernière année, ce n’est pas parce qu’ils avaient renoncé à convaincre leurs compatriotes de l’inutilité de lutter contre les Français. Mais bien parce que nul ne pouvait croire que les troupes françaises étaient en état d’arrêter les estafettes ennemies alors qu’elles avaient le plus grand mal à assurer leurs propres communications, même en convois fortement armés.

  • 144 Suplemento a la gaceta de la Regencia del viernes 6 de julio de 1810, p. 375 ; Suplemento a la gace (...)
  • 145 Archivo Histórico Nacional, Estado 3003 (2).

57Nous avons vu que les correspondances interceptées publiées par la Gaceta del gobierno pour le compte de la Junta Central pouvaient être d’une authenticité fort douteuse. Pour sa part, la Gaceta de la Regencia … insista à diverses reprises sur le fait que les originaux des textes publiés se trouvaient à la Secrétairerie d’Etat144. De fait, une grande partie (ou la totalité) des correspondances interceptées communiquées à la Régence se trouve actuellement à Madrid, à l’Archivo Histórico Nacional, notamment dans les liasses 3003, 3065-3073 et très vraisemblablement dans d’autres dossiers que nous n’avons pas encore consultés. Le fait qu’elles figurent, sans classement chronologique, parmi d’autres documents ne rend pas la recherche aisée et nous sommes loin d’avoir repéré les originaux de toutes celles qui furent publiées, à Séville ou à Cadix. Ce fut cependant le cas pour certaines d’entre elles, et notamment l’une des plus importantes, celle qui parut dans la Gaceta de la Regencia de las Españas du 2 juin 1812. Conformément à ce qu’affirmaient les rédacteurs de ce journal, elle était bien de la main même de Joseph qui l’avait adressée, le 23 mars 1812, "à Monsieur mon frère Sa Majesté l’Empereur et Roi, à Paris" selon la mention portée sur l’enveloppe145.

  • 146 Op. cit., p. 755 : « Las cartas siguientes interceptadas a los enemigos que ya se publicaron en alg (...)
  • 147 Gaceta de Madrid del jueves 17 de octubre de 1811, n° 291, p. 1200 : « Córdoba 21 de septiembre - E (...)
  • 148 Gaceta de Madrid del viernes 24 de enero de 1812, n° 12, p. 96 : « Se ha establecido la comunicació (...)
  • 149 Gaceta de Madrid del domingo 21 de junio de 1812, n° 173, p. 702.

58Comme le dit clairement la Gaceta de la Regencia de las Españas du 21 juillet la publication des lettres interceptées permettait de faire pièce aux affirmations mensongères que propageait la presse afrancesada146. Elle rappelait aussi (et en particulier au gouvernement de Joseph et au roi intrus lui-même) que les courriers français étaient à tout moment à la merci des guérillas. La Gaceta de Madrid admit même cette réalité en présentant comme un exploit sans nom l’action du général Digeon qui, à Cordoue, au terme d’une expédition militaire, avait pu récupérer des « correspondances très intéressantes » en promettant la vie sauve aux « bandits » qui s’en étaient emparé et qu’il avait réussi à faire prisonniers147. On en arriva même à considérer comme un exploit digne d’être annoncé dans la presse le fait qu’une missive de Soult soit bien parvenue à Joseph et si l’on n’alla pas jusqu’à publier la lettre non-interceptée, on fit paraître en revanche une proclamation qui l’accompagnait148. Cette question devint si angoissante que la Gaceta de Madrid sombra tout bonnement dans le ridicule quand elle publia dans ses colonnes, en juin 1812 un article déjà paru dans la Gaceta de Guadalajara, et intitulé « ¿A quién perjudica la intercepción de correos ? » dans lequel on déclarait sur un ton puéril que les interceptions de courriers n’étaient ni justes ni normales car elles ne causaient de préjudice qu’aux particuliers et aux commerçants alors que les militaires trouvaient toujours le moyen de faire parvenir les informations qu’ils souhaitaient communiquer149.

59L’interception de courriers ennemis ne fut pas la seule tâche de la guérilla qui affronta parfois les troupes françaises dans de véritables batailles. Mais ces missions d’harcèlement eurent une importance capitale pour l’issue du combat : non seulement elles créèrent d’énormes difficultés de communication aux Français, mais la publication régulière de lettres interceptées dans la presse officielle patriote permit de maintenir le moral des troupes et des civils du côté patriote tout en augmentant le désarroi parmi les Français et afrancesados et en mettant en lumière auprès des autorités anglaises un peu trop sûres de ne devoir la victoire qu’à ses propres troupes le rôle joué par les Espagnols dans la lutte contre Napoléon.

Haut de page

Notes

1 Diario, 18 de julio de 1811, n° 289, p. 1465 : « Entre las varias clases de infidentes me parece que faltan en este reglamento uno o dos de los más esenciales. Nada se habla en él de los escritores públicos, como periodistas, gaceteros etc. que son los que más daño hacen a la Patria. Estos sirven voluntariamente al Rey intruso, y hacen con sus escritos un mal el más terrible [sic] que no sólo es del día y de este lugar, sino que se propaga a todas las provincias y se transmite a la posteridad con ignominia nuestra. De estos nada se habla y son los que menos disculpa tienen. Porque el enemigo puede obligar a uno a ponerse el fusil al hombro ; pero no le obligará a tomar la pluma ».

2 Cf. notre article « Les autorités françaises et la Gaceta de Madrid à la veille de la Guerre d’Indépendance », in El Argonauta español, n° 1 (2004), livraison de janvier.

3 Gaceta extraordinaria de Madrid del martes 14 de junio de 1808, n° 58, pp. 575-578. Le premier décret (daté de Bayonne le 10 juin) nommait le grand duc de Berg, Joachim Murat, lieutenant general du nouveau souverain et le second constituait une sorte de déclaration d’intentions adressée au doyen du Conseil.

4 Gaceta de Madrid del domingo 31 de julio de 1808, n° 103, p. 949.

5 Gaceta de Madrid del martes 2 de agosto de 1808, n° 105, p. 956.

6 Voir notre article « Une éphémère revue afrancesada : El Imparcial de Pedro Estala (mars-août 1809) », in El Argonauta español, n° 2 (2005), livraison de juin.

7 Gaceta extraordinaria de Madrid del martes 6 de diciembre de 1808, n° 150, p. 1561.

8 Ibid., pp. 1562-1563.

9 Gaceta de Madrid del miércoles 25 de enero de 1809, n° 25, p. 151 : « Ordenamos que se remita un ejemplar de la gaceta diaria de la Corte a los M.RR. arzobipos, RR obispos, curas y ayuntamientos de los pueblos por medio de los administradores de correos » (décret du 24 janvier 1809).

10 Ibid. « Art. VI : la redacción de esta gaceta estará a cargo del ministro de la Policía, quien la inspeccionará por sí mismo. Los artículos que se remitan por los otros ministerio se insertarán en ella ; pero ningún decreto nuestro se imprimirá si no se enviase para ello por nuestro ministro secretario de Estado. »

11 Gaceta de Madrid del lunes 17 de agosto de 1812 bajo el gobierno de la Regencia de las Españas, n° 1, p. 2.

12 Gaceta de Madrid del lunes 4 de enero de 1813, n° 4, p. 16.

13 Cf. FERNÁNDEZ SIRVENT, Rafael, « Notas sobre propaganda probonapartista : proclamas y Gazeta de Santander (1809) », in El Argonauta español, n° 3 (2006), livraison de janvier.

14 « Constitución de 6 de julio 1808 », in Constituciones históricas. Ediciones oficiales, edición de Raquel Rico Linaje, Sevilla, Universidad, segunda edición, 1994, p. 16 : « Art. CXLV. Dos años después de haberse ejecutado enteramente esta constitución, se establecerá la libertad de imprenta. Para organizarla se publicará una ley hecha en cortes ».

15 On consultera toutefois avec profit José Javier SÁNCHEZ ARANDA, « Napoleón y la prensa afrancesada en España », in Les Espagnols et Napoléon, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1984, pp. 85-100.

16 Gaceta de Madrid del viernes 17 de junio de 1808, n° 59, p. 586.

17 Ainsi la liste dans laquelle figurait Goya (promotion de la saint Joseph de 1811,) fut ainsi publiée dans la Gaceta de Madrid du mardi 19 mars (n° 78), puis dans le Diario de Madrid du mardi 26 mars (n° 75).

18 Diario de Madrid del domingo 26 de febrero de 1808, n° 57, « Decreto del 17 de febrero de 1808 », p. 229 et passim.

19 Gaceta ministerial de Sevilla del miércoles 1 de junio de 1808, n° 1, p. 1, « Advertencia ».

20 Ibid : « En ella se incluirán las noticias de oficio de los acontecimientos actuales, y las reflexiones solidísimas en que se funda la justicia de nuestra causa ».

21 Ibid.

22 Gaceta extraordinaria de Sevilla del domingo 19 de junio de 1808, non paginé. On remarquera la confusion du titre, alors qu’il s’agit bien de la Gaceta ministerial de Sevilla.

23 Le cuarto équivalait à quatre maravédis, et 34 maravédis faisaient un real.

24 Gaceta ministerial de Sevilla del miércoles 29 de junio de 1808, n° 9, p. 72.

25 Gaceta ministerial de Sevilla del sábado 2 de julio de 1808, n° 10, p. 80.

26 Gaceta ministerial de Sevilla del miércoles 6 de julio de 1808, n° 11, p. 88.

27 Gaceta ministerial de Sevilla del martes 20 de septiembre de 1808, n° 33, p. 264.

28 Gaceta ministerial de Sevilla del martes 25 de octubre de 1808, n° 43, p. 344.

29 Gaceta extraordinaria de Sevilla del miércoles 4 de enero de 1809, pp. 513-516.

30 Gaceta del Gobierno. Sevilla 6 de enero de 1809, n° 1, p. n.n. (1) : « Y como uno de los primeros cuidados de la Junta Suprema Central sea hacer públicos a España sus incesantes desvelos para salvarla del enemigo astuto y sagaz que a duras penas procura esclavizarla y darle parte de aquellas providencias que se dirigen al bien general de la Nación, ha acordado publicar en esta ciudad la Gaceta del Gobierno. Observará el mismo plan que la que se publica en Madrid [...] Se publicará esta Gaceta por ahora el miércoles, y si ocurriese alguna noticia interesante, se dará inmediatamente en un suplemento, y se insertarán preferentemente las noticias de España ».

31 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 13 de marzo de 1810, n° 1, p. 2 : « el gobierno intruso establecido por nuestros enemigos en Sevilla desde la ocupación de aquella desgraciada capital ha promovido en ella la publicación de una gaceta con el título anterior de gaceta del gobierno, denominación a propósito para sus fines políticos ».

32 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 16 de marzo de 1810, n° 2, p. 20.

33 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 23 de marzo de 1810, n° 5, p. 40.

34 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 27 de marzo de 1810, n° 7, p. 50.

35 Gaceta de la Regencia de las Españas del martes 21 de diciembre de 1813, n° 167, p. 1402.

36 « Espíritu público.[…] Es preciso ilustrar al pueblo ; ya es tiempo de que el pueblo piense, conozca sus intereses, y sea tratado como una nación respetable y no conducido como un rebaño de carneros » (Gaceta de Madrid del martes 22 de septiembre de 1812 bajo el gobierno de la Regencia de las Españas, n° 17, p. 170).

37 Indication portée en tête du numéro 14 (p. 121) du mardi 14 septembre 1812.

38 Indication portée à côté du titre du n° 25 (samedi 7 août 1813), p. 263.

39 Diario de Madrid del miércoles 19 de agosto de 1812, n° 232, p. 199.

40 Gaceta de Madrid del jueves 15 de diciembre de 1808, n° 155, p. 1599.

41 « Qué dirá este anciano cuando sepa la derrota de los insurgentes en Camparroso, en Tudela, en Calatayud, en Guadalajara, y que de este gran ejército de la derecha apenas quedan 6 000 hombres », Ibid., p. 1600.

42 Gaceta de Madrid del sábado 17 de diciembre de 1808, n° 157, p. 1625.

43 Gaceta de Madrid del lunes 19 de diciembre de 1808, n° 159, p. 1642.

44 Gaceta de Madrid del martes 20 de diciembre de 1808, n° 160, pp. 1649-1650.

45 Gaceta de Madrid del Jueves 22 de diciembre de 1808, n° 162, p. 1660.

46 Gaceta de Madrid del viernes 23 de diciembre de 1808, n° 163, p. 1666.

47 Gaceta de Madrid del viernes sábado 24 de diciembre de 1808, n° 164, p. 1673

48 Gaceta de Madrid del domingo 25 de diciembre de 1808, n° 165, p. 1670.

49 Gaceta de Madrid del jueves 4 de enero de 1809, n° 4, p. 24 : « Se han encontrado muchas cartas en que se escribían de un puesto a otro mutuamente los oficiales ingleses y varias con destino a Inglaterra para enviarlas por los puertos de Asturias. Difícil cosa sería el figurarse el tono de arrogancia y de menosprecio con que en dichas cartas hablan de los cuerpos españoles que hasta entonces habían estado en el caso de colaborar con ellos. Si se les hubiese de dar crédito, afirman que solos hubieran sido mucho más fuertes ».

50 Gaceta de Madrid del lunes 23 de enero de 1808, n° 23, p. 140.

51 Suplemento a la Gaceta del Gobierno del 6 corriente. Sevilla 8 de enero de 1809, n° 1, pp. 11-12.

52 Suplemento a la Gaceta del Gobierno del viernes 27 de enero de 1809, pp. 73-77.

53 Gaceta de Madrid del miércoles 8 de marzo de 1809, n° 67, p. 356.

54 On trouve les articles intitulés « Reflexiones sobre la navegación y el comercio interiores de España » dans les numéros 103-105, 114, 118, 125, 132-136 et 157 de la Gaceta de Madrid. Celui sur l’« Inoculación de la vacuna » commença à être publié dans le n° 138. On trouve la suite dans les numéros 139, 141-142, 148, 151, 154-155. Dans les deux cas, un « continuará » annonça une suite qui ne vint jamais.

55 Gaceta del Gobierno del viernes 5 de mayo de 1809, n° 24, pp. 426-427.

56 Gaceta del Gobierno del viernes 12 de mayo de 1809, n° 26, p. 1809.

57 L’extrait cité était introduit par les phrases suivantes : « Entre los varios papeles de Andalucía que se han interceptado, hay muchas gacetas, cuya existencia tendríamos por increible, a no estar viéndolas ahora mismo. Es excusado copiar aquí el cúmulo de desatinos que contienen : baste, para formar alguna idea el extracto siguiente… ». En guise de conclusion, on pouvait lire le commentaire suivant : « Véase ahí los medios de que echa mano la que se llama Junta de Sevilla para fomentar el espíritu de sublevación en Andalucía. Pero ¡qué aborchonada quedará cuando el pueblo lea las proclamas del Emperador de los franceses y los diarios de su glorioso triunfo en Viena. Debe creerse que la vergüenza no es nada para uso de unos hombres capaces de esta perfidia. » (Gaceta de Madrid del lunes 5 de junio de 1809, n° 156, pp. 729-730)

58 Gaceta de Madrid del lunes 3 de julio de 1809, n° 184, pp. 839-842.

59 Gaceta extraordinaria del Gobierno del sábado 27 de mayo de 1809 et Gaceta extraordinaria del Gobierno del lunes 5 de junio de 1809.

60 Gaceta de Madrid del lunes 3 de julio de 1809, n° 184, pp. 839-840 : « Han llegado a nuestras manos varias gazetas de Sevilla que contienen un sinnúmero de noticias falsas y patrañas absurdísimas. Si las publican de buena fe, y creen ser cierto cuanto refieren, hace muy poco honor al juicio y discernimiento de los que mandar publicar semejantes patrañas ; y si lo refieren no creyéndolo, y sólo con la mira de mantener engañados a los pueblos para que ellos se arrimen más y más cada día esperanzados de triunfar, es un grado de perversidad indigno de hallar acogida en pechos españoles.
Los valientes zaragozanos leían en las gazetas de Zaragoza del mes de diciembre que los franceses habían perdido 20 000 hombres a las puertas de Madrid, que 6 o 8 000, que eran los únicos restos que les habían quedado, andaban errantes por los montes de Castilla la Vieja, sin saber cómo escapar a Francia. - Ya se ve : no había español en Zaragoza que no exaltase sus bríos, se irritaba su amor propio, y juraba no ser menos que los madrileños, quienes habían hecho tal destrozo en los ejércitos franceses. No era extraño que cada español se creyese un héroe.
Los resultados fueron : mayor tesón en la defensa de Zaragoza, mayor mortandad, más lamentable ruina, y luego la rendición de aquella ilustre ciudad. Y ¿quién resucitará los españoles muertos, que tanta falta hacen a sus familias y al estado ? ¿quién fue el causador de tanto exterminio sino el que les hizo creer tan ridícula patraña ?
Lo mismo diremos ahora de las gazetas de Sevilla… ».

61 Gaceta del Gobierno del miércoles 18 de julio de 1809, n° 46, pp. 721-722

62 Gaceta del Gobierno del martes 25 julio de 1809, n° 48, pp. 744-746.

63 Gaceta del Gobierno del viernes 28 julio de 1809, n° 49, p. 753.

64 Cf. GOTTERI, Nicole, La misión de Lagarde, policier de l’Empereur pendant laGuerre d’Espagne (1809-1811). Edition des dépêches concernant la Péninsule ibérique, Paris, Publisud, 1991, pp. 114-122.

65 Gaceta de Madrid del domingo 13 de agosto de 1809, n° 226, p. 10 : « Las cartas siguientes que han sido interceptadas, manifiestan claramente las locas esperanzas que los enemigos de la patria habían hecho concebir en el ejército español con las ridículas y extravagantes noticias que habían esparcido en él a fin de alucinar como siempre a los infelices soldados que con tanta violencia y gravísimo daño de los pueblos han sido arrancados de sus hogares. ¡Hasta dónde ha de llegar la iniquidad de los que abusando de la credulidad del pueblo español se empeñan en conducirle al precipicio, por satisfacer resentimientos particulares, y por complacer a los enemigos eternos de la felicidad y sosiego de las naciones ! Y hasta cuándo ha de durar el sufrimiento de los españoles pues ven tantas veces desmentidos por una constante experiencia los absurdos y patrañas que les han vendido infalibles y que tan caras les han costado. »

66 Gaceta de Madrid del jueves 28 de septiembre, n° 272, pp. 1197-1198.

67 Ibid., p. 1197 : « Amigo mío : he recibido en buen estado los objetos consabidos, aunque con bastante retraso respecto a la urgencia con que mi corresponsal de Cádiz me había hecho los pedidos ».

68 Juan Antonio Llorente, Cartas del Verdadero Español, publiées in DUFOUR, Gérard, « Pourquoi les Espagnols prirent-ils les armes contre Napoléon », in Les Espagnols et Napoléon, op. cit., pp. 326-334.

69 Gaceta de Madrid del sábado 30 de septiembre de 1809, n° 274, pp. 1204-1206 : « Entre un crecido número de cartas de Andalucía que han sido interceptadas recientemente en la Mancha y que pintan la confusión que reina entre la Junta insurreccional, la siguiente merece publicarse pues, según el tono con que está escrita, parece que su autor es uno de los que tienen parte en el gobierno » (p. 1204).

70 « Para desengaño de los que todavía están preocupados, pondremos sucesivamente en este periódico un extracto del de [sic] los embustes, patrañas y contradicciones de mayor bulto que contienen algunas de aquellas gacetas » (Gaceta de Madrid del sábado 7 de octubre de 1809, n° 280, p. 1234).

71 Gaceta de Madrid…, n° 281 (samedi 7 octobre) p. 1234 ; n° 282 (dimanche 8) pp. 1237-1238 ; n° 283 (lundi 9), pp. 1243-1244 ; n° 284 (mardi 10), p. 1247,n° 285 (mercredi 11), pp. 1251-1252 ; n° 286 (jeudi 12), p. 1256 ; n° 288 (samedi 14), pp. 1263-1264, puis n° 363 (23 décembre)

72 En 1809, Gaceta de Madrid n° 311 (lundi 6 novembre), p. 1360, n° 365 (30 décembre), p. 1594. En 1810 : n° 6 (6 janvier), pp. 25-27, n° 7 (7 janvier), pp. 30-31, n° 8 (8 janvier), pp. 35-36.

73 Gaceta de Madrid del miércoles 29 de noviembre de 1809, n° 334, pp. 1463-1464 : « Carta interceptada de un oficial prisionero en la batalla de Ocaña a un amigo suyo residente en Sevilla sobre la guerra actual y los males que de ella resulta a la Nación ».

74 Ibid., p. 1463 : « Mi querido amigo : te escribo con efecto de Madrid mas no en medio de las satisfacciones que tan alegramente nos proponíamos. ¿Sabes en qué ha parado aquella entrada en triunfo de que tanto se hablaba en Sevilla, que se daba por tan segura y se pintaba como si se viera, tan brillante y magnífica ? En un espectáculo de oprobio, que no quisiera decirte si no fuera para desengañarte. »

75 Ibid. p. 1464 : « Se necesitaría sacrificar un millón de hombres para que se instruyesen prácticamente en los campos de batalla, recibiendo lecciones como en Ocaña en donde seguramente habrían perecido muchísimos si el rey no se hubiera mostrado por su humanidad digno gobernar nuestra nación. Así es que todos a una vez lo proclamamos cuando metiéndose con entera confianza entre más de 8 000 prisioneros, nos habló con tanta bondad como sabiduría, manifestando tales sentimientos que yo mismo no pude menos de conmoverme y como si volviera de un delirio, reconocí que era una locura hacerse matar por no tener un buen REY y una excelente constitución ».

76 Gaceta de Madrid : n° 338 (dimanche 3 décembre 1809), p. 1479, n° 345 (dimanche 10 décembre), p. 1510 ; n° 4 (4 janvier 1810), p. 14 ; n° 17 (mercredi 17 janvier), p. 70-72, n° 19.

77 Gaceta de Madrid del domingo 3 de diciembre de 1809, n° 338, p. 1479.

78 Gaceta de Madrid del domingo 10 de diciembre de 1810, n° 345, p. 1150.

79 Gaceta de Madrid del jueves 4 de enero de 1810, n° 4, p. 14 : « el autor de esta carta no sabía que su amigo había sido enviado a Bayona tres meses hacía por profesar tan santos principios. »

80 Gaceta de Madrid del miércoles 17 de enero de 1810, n° 17, pp. 70-72.

81 Gaceta de Madrid del martes 16 de enero de 1810, n° 10, p. 66 : « Madrid, 15 de enero. Se ha interceptado al correo Antonio Martínez la correspondencia de Cataluña y Valencia. Según su pasaporte salió de Valencia el día 4 de este mes ».

82 Comte de La Forest, Correspondance du comte de La Forest, ambassadeur de France en Espagne, 1808-1813, publiée pour la Société d’Histoire Contemporaine par M. Geoffroy de Grandmaison, Paris, Alphonse Picard et fils, libraires de la Société d’Histoire Contemporaine, rue Bonaparte, n° 82, 1905, III, p. 195.

83 Ibid. III, p. 179, correspondance du 7 janvier 1810. Sur le P. Estala, journaliste au service de Joseph I, voir notre article déjà cité publié dans El Argonauta español de juin 2005 (n° 2).

84 Gaceta de Madrid del viernes 11 de mayo de 1810, n° 131, pp. 547-548.

85 Gaceta de Madrid del sábado 12 de mayo de 1810, n° 132, pp. 553-554.

86 Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 17 de abril de 1810, p. 115 et Gaceta extraordinaria de la Regencia de España e Indias del miércoles 2 de mayo, pp. 164-165.

87 La première lettre était ainsi annoncée : « Copia de una carta original que escribía al intruso Rey José el enemigo de su Patria, D. Pablo Arribas, Ministro del Departamento de Policía, hallada en una valija que interceptó una de nuestras valerosas guerrillas » (Suplemento… del martes 17 de abril de 1810, p. 165).

88 Gaceta extraordinaria de la Regencia de España e Indias del miércoles 2 de mayo, p. 164 : « Este embajador es el de Francia y, por aquí, igualmente que por todo el tenor de la carta, se ve con claridad la poca armonía que reina entre los ministros de Napoleón y de José, el espionaje que hay entre ellos, la ignorancia que el mismo José padece acerca de los designios de su hermano, la superioridad e independencia con que el gabinete francés maneja los asuntos de España, y el estado de abyección y de vilipendio en que tiene al ministerio galo-hispano. Tal es la suerte merecida de estos españoles degradados, que abandonando la causa de su patria, se proponer forjar por sus propias manos cadenas para aprisionarla : los franceses la desprecian en el fondo de su corazón al mismo tiempo que no pueden menos de admirar el tesón y magnanimidad de los patriotas que combaten por su libertad, y en alegación de esto pudieran alegarse varios hechos que no ignoran los cortesanos de José ».

89 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 11 de mayo, n° 24, pp. 204-206.

90 Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 12 de junio de 1810, pp. 307-311.

91 Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 6 de julio de 1810, p. 375. Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 10 de julio de 1810, n° 43, p. 386 ; Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 13 de julio de 1810, p. 399 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 20 de julio de 1810, p. 425 ; Gaceta extraordinaria de la Regencia de España e Indias del domingo 5 de agosto de 1810, pp. 463-477 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 14 de agosto de 1810, n° 56, pp. 529-531 ; Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 24 de agosto de 1810, pp. 571-578 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 24 de agosto de 1810, n° 59, p. 566 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 28 de agosto de 1810, n° 60, p. 584-586 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 4 de septiembre 1810, n° 64, p. 618 ; Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 4 de septiembre de 1810, pp. 622-624 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 7 de septiembre de 1810, n° 65, p. 634 ; Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 7 de septiembre de 1810, p. 635 ; Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 14 de septiembre de 1810, p. 674 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del jueves 20 de septiembre de 1810, n° 70, pp. 695-698 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 25 de septiembre de 1810, n° 72, p. 708 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 29 de septiembre de 1810, n° 75, pp. 732-734 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 9 de octubre de 1810, n° 79, pp. 771-774 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 13 de octubre de 1810, n° 81, p. 786 ; Gaceta de la Regencia de España e Indias del jueves 25 de octubre de 1810, n° 86, pp. 831-834.

92 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 9 de octubre de 1810, n° 79, p. 773.

93 A titre d’exemple, nous reproduisons deux lettre écrites à Madrid à un jour de distance et qui donnent deux points de vue fort différents sur la situation. La première fut adressée le 16 avril 1810 à un de ses camarades, Juan Ruiz de la Herran, par un soldat de la Garde Royale qui ne cachait pas sa désillusion : « Ya sabrás como nada de lo que nos prometieron en Sevilla se ha verificado ; nos tratan lo mismo que a cualquier otro soldado, hacemos las mismas fatigas y mecánicas que éstos, sin la menor distinción, por lo que he pasado y estoy pasando los mayores trabajos. Ya hace tres o cuatro días que un compañero me da de comer por caridad y sino tal vez hubiera perecido. Las raciones se han reducido a cuatro onzas de carne y ocho de pan de munición y eso las más veces nos quedamos sin ella. La peseta ha quedado en tres reales y a este tenor estamos todos en el Regimiento de la Guardia Real… » (Archivo Histórico Nacional, Madrid, legajo 3073). En revanche, le lendemain, un certain Mariano de Falla adressait les lignes suivantes à sa mère : « Mi querida madre … Sean vos obedientes a los decretos del mejor de los Reyes, y procuren con todas sus fuerzas el que sea general este modo de pensar en ese pueblo ; pues de otro modo serán eternos y sumamente insufribles los males que nos aguardan. Nuestro actual Rey el Sr. d. Josef Napoleón tiene todas cualidades [sic] más brillantes que se requiere en un Jefe de Gobierno y desde luego sería una torpeza bestial oponérsele, sin otro motivo que las fantasmas extravagantes y caprichos que reinan en la exaltada imaginación de algunos…. »

94 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 20 de julio de 1810, n° 46, p. 425.

95 Gaceta extraordinaria de la Regencia del domingo 5 de agosto de 1810, p. 477.

96 Suplemento a la Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 7 de septiembre de 1810, p. 635.

97 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 25 de septiembre de 1810 , n° 72, p. 708.

98 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 29 de septiembre de 1810, n° 75, p. 732. La correspondance interceptée de Joseph publiée dans le Gaceta de la Regencia fait l’objet de l’appendice II du présent article.

99 Gaceta de la Regencia de España e Indias del viernes 24 de agosto de 1810, n° 59, p. 566 à propos des troupes françaises qui assiégeaient Tortosa : « Experimentan tan falta y dificultad de comunicaciones que han resuelto enviar el correo por Jaca. Esta plaza y la de Benasque están alarmadas y amenazadas de continuo por nuestras valerosas guerrillas que, según ellos explican, infestan la montaña y recorren las cinco villas ».

100 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 25 de septiembre de 1810, n° 72, p. 708 : « Villafranca del Bierzo, 20 agosto. - La partida de Louga interceptando la tarde del 13 de agosto un correo francés entre Vitoria y Salinas, después de un sangriento combate con el destacamento que lo escoltaba, en que murieron 20 de los suyos y 71 enemigos, entre ellos cuatro oficiales… ».

101 Gaceta de Madrid del viernes 20 de julio de 1810, n° 201, p. 900 : « Granada 10 de julio. - Se ha interceptado la siguiente carta de D. Josef Valdivia bien conocido por su conducta particular y por el papel que hizo en los alborotos de Granada… »

102 Ibid. : « Mi familia está en Gibraltar pues su gobierno me dispensa los mayores favores, al mismo tiempo que el mío me desprecia : son tantos los que han hecho por mí que basta con decirte que me suministran cuantos dineros les pido para la subsistencia de mi familia y mía ».

103 Gaceta de Madrid del miércoles 19 de septiembre de 1810, n° 262, pp. 1162-1163. La première de ces lettres avait été écrite à Ceuta par Josef Maynsi de Alis ; la deuxième par un certain Indo à l’intention de Don Luis de La Torre à Alcamar, par Valence ; la troisième était adressée par la "condesa du V.sa" à Don Josef Fernando, à Valence et la dernière par Lorenzo Cisneros y Toledo à Don Tomás P. De Arciber (Alicante).

104 Gaceta de Madrid del martes 27 de noviembre de 1810, n° 331, p. 1484 : « Por lo que toca a su adhesión [de los españoles] a los ingleses estoy persuadido de que nos aborrecen más de corazón que nosotros aborrecemos a los franceses y se alegrarían de verse libres de nosotros : pero yo creo que sus deseos quedarán muy pronto satisfechos. »

105 Gaceta de Madrid del lunes 11 de marzo de 1811, n° 70, pp. 278-279.

106 Gaceta de Madrid del jueves 19 de septiembre de 1811, n° 262, p. 1084 : « Traducción de la carta escrita por el general D. Antonio Martínez comandante del castillo de San Fernando de Figueras a la Junta Principal del Principado de Cataluña a 19 de agosto de 1811 […] últimamente me he rendido prisionero de guerra con la guarnición, la cual ha sido tratada por los franceses con la generosidad que acostumbra su nación. »

107 Gaceta de Madrid del lunes 8 de junio de 1812, n° 160, pp. 649-650.

108 Gaceta de Madrid del lunes 14 de diciembre de 1813, n° 237, pp. 953-954.

109 Gaceta de Madrid del miércoles 12 de junio de 1811, n° 163, p. 668.

110 Gaceta de Madrid del domingo 29 de septiembre de 1811, n° 294, pp. 1126-1128

111 Gaceta de Madrid del lunes 16 de diciembre de 1811, n° 350, pp. 1425-1426.

112 Gaceta de Madrid del sábado 2" de mayo de 1812, n° 144, pp. 583-584.

113 Gaceta de Madrid del lunes 1 de junio de 1812, n° 153, pp. 621-624.

114 Voir, par exemple, l’anthologie du Semanario de agricultura y artes dirigido a los párrocos que nous avons publiée en collaboration avec Elisabel Larriba, Valladolid, Ambito, 1997, « Conversación de un cura párroco y un feligrés suyo llamado Coleto Panzacola », pp. 89- 94.

115 « Apéndice al vocabulario de la lengua castellana o Explicación del diccionario de la revolución para la inteligencia de necios y discretos », in Gaceta de Madrid del sábado 28 de septiembre de 1811, n° 271, pp. 1123-1124.

116 On la trouve aux numéros : 307 (samedi 3 novembre), p. 1272, 309 (lundi 4 novembre), p. 1276 ; 310 (mardi 6 novembre), p. 1284 ; 311 (jeudi 7 novembre), pp. 1287-1288 ; 313 (samedi 9 novembre), p. 313 ; 316 (mardi 12 novembre), p. 1306-1308 ; 317 (mercredi 13 novembre), pp. 1311-1312 ; 320 (samedi 16 novembre), p. 1326 ; 322 (lundi 18 novembre), pp. 1333-1334 ; 323 (mardi 19 novembre), pp. 1336-1338 ; 324 (mercredi 20 novembre), p. 1342 ; 327 (samedi 23 novembre),pp. 1353-1354 ; 328 (dimanche 24 novembre), pp. 1357-1358 ; 330 (mardi 26 novembre), p. 1366.

117 Gaceta de Madrid del sábado 4 de enero de 1812, n° 4, pp. 15-16.

118 Cf. notre article « Napoleón puso el epitafio », in dossier « Origen y ocaso de la Inquisición », La aventura de la historia, n° 62 (diciembre 2003), pp. 73-79.

119 Lettres de Berthier à Masséna et de Masséna à Berthier, in Gaceta de la Regencia de España e Indias del miércoles 25 de diciembre de 1810, n° 112, pp. 1040-1043 et de Soult à Joseph et à Napoléon in Suplemento a la Gaceta de la Regencia del martes 21 de mayo de 1811, p. 535.

120 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 1 de enero de 1811, n° 1, p. 6 , traduction d’une lettre datée de Barcelone le 21 octobre 1810 et adressée « al señor general conde del Imperio prefecto marítimo del sexto districto : General prefecto, como continúa interceptada la comunicación por tierra me aprovecho de la vuelta a Francia de los corsarios César y Censor para dirigiros los duplicados de los estados de situación de los buques de S. M. existentes en este puerto. »

121 Suplemento a la Gaceta de la Regencia del martes 11 de junio de 1811, p. 613. Cf. infra, « Appendice II ».

122 Suplemento a la Gaceta de la Regencia del martes 25 de junio de 1811, pp. 665-672.

123 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 6 de julio de 1811, n° 89, pp. 710-712.

124 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 17 de agosto de 1811, n° 107, p. 859

125 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 20 de agosto de 1811, n° 108, pp. 865-868.

126 Gaceta de la Regencia de España e Indias del jueves 29 de agosto de 1811, n° 112, pp. 898-900.

127 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 30 de agosto de 1811, n° 113, p. 908.

128 Gaceta de la Regencia de España e Indias del sábado 30 de noviembre de 1811, n° 156, pp. 1309-1312.

129 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 17 de diciembre de 1811, n° 163, pp. 1367-1369.

130 Gaceta de la Regencia de España e Indias del martes 7 de enero de 1812, n° 3, p. 23.

131 Gaceta de la Regencia de las Españas, sábado 30 de mayo de 1812, n° 67.

132 Gaceta de la Regencia de las Españas, martes 2 de junio de 1812, n° 68, p. 562. Cf. infra, « Appendice II ».

133 Gaceta de la Regencia de las Españas, martes 21 de julio de 1812, n° 91, pp. 755-757.

134 Gaceta de la Regencia de las Españas, sábado 8 de agosto de 1812, n° 102, pp. 840-843.

135 Suplemento a la Gaceta de la Regencia del jueves 3 de agosto de 1812, pp. 863-864.

136 Gaceta de la regencia de las Españas del martes 25 de agosto de 1812, n° 110, pp. 907-908.

137 Ibid., p. 910.

138 Ibid., p. 112 (sic, pour 912).

139 Ibid., p. 908 : « las cartas precedentes han sido presentadas a esta junta superior por el mismo que las conducía. ¡Desdichados de los que no imiten su ejemplo ! ».

140 Gaceta de la Regencia de las Españas del sábado 2 de enero de 1813, n° 1, p. 5.

141 Gaceta de la Regencia de las Españas del jueves 1 de abril de 1813, n° 40, p. 325.

142 Gaceta de la Regencia de las Españas del martes 22 de junio de 1813, n° 77, p. 637.

143 Gaceta de la Regencia de las Españas del sábado 25 septiembre 1813, n° 126, p. 1037.

144 Suplemento a la gaceta de la Regencia del viernes 6 de julio de 1810, p. 375 ; Suplemento a la gaceta de la Regencia del viernes 7 de septiembre de 1810, p. 635 ; Gaceta de la Regencia de las Españas del martes 2 de junio de 1812, n° 68, p. 562.

145 Archivo Histórico Nacional, Estado 3003 (2).

146 Op. cit., p. 755 : « Las cartas siguientes interceptadas a los enemigos que ya se publicaron en algunos periódicos manifiestan por confesión de ellos mismos el estado de las cosas en Andalucía y responde a las fastuosas y mentidas descripciones que suelen hacer en sus gaceas del poder francés y de la sumisión de los naturales ».

147 Gaceta de Madrid del jueves 17 de octubre de 1811, n° 291, p. 1200 : « Córdoba 21 de septiembre - El día 30 de agosto sorprendió una partida de bandidos el correo francés y español que contenía correspondencias muy interesantes. Desde aquél, el barón Digeon se propuso recobrar a cualquier precio las valijas perdidas y su actividad se ha ido redoblando hasta tocar el punto deseado. Se anuncia pues al público no sólo la recuperación de las correspondencias interceptadas de París y de Madrid, sino también el modo suave con que se ha logrado tan importante fin ».

148 Gaceta de Madrid del viernes 24 de enero de 1812, n° 12, p. 96 : « Se ha establecido la comunicación entre Cuenca y Valencia y el Exmo Sr. Mariscal del Imperio Suchet, en carta de fecha del 18 del corriente, manifiesta al REY, nuestro señor, entre otras cosas que se observaba el orden en esta ciudad y que todo iba bien. He aquí la proclama que S.E. dirigió a las tropas de su mando después de la redición de Valencia… ».

149 Gaceta de Madrid del domingo 21 de junio de 1812, n° 173, p. 702.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dufour, « Les correspondances interceptées publiées dans les presses officielles pendant la Guerre d’Indépendance », El Argonauta español [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 15 juin 2006, consulté le 23 mai 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1018 ; DOI : 10.4000/argonauta.1018

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org