Navigation – Plan du site
Livraison janvier

Le Telégrafo mercantil, rural, político-económico e historiográfico del Río de la Plata (1801-1802)

Laurent Bonardi

Résumés

La mise en place de l’imprimerie Niños Expósitos à Buenos Aires en 1780 marque le début de l’ère de la presse dans le Río de la Plata. Après la publication de feuilles volantes, les porteños assistent à la naissance du premier périodique imprimé de Buenos Aires : le Telégrafo mercantil, rural, político-económico e historiográfico del Río de la Plata, fondé par Francisco Cabello. Cet article propose une analyse des principales caractéristiques de ce journal ainsi que de sa trajectoire.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L’apparition tardive de l’imprimerie à Buenos Aires et la position excentrée de cette ville, éloignée de la métropole et de la capitale de la vice-royauté, retardent considérablement la diffusion de l’information. Quelques porteños entreprennent de synthétiser sur feuille volante et de façon manuscrite les nouvelles en provenance d’Europe. Ils se servent pour cela des périodiques arrivés par bateau en y ajoutant des informations locales telles que le prix des marchandises.

  • 1 Pour plus de détails sur La Gazeta de Buenos Ayres, voir MARILUZ URQUIJO, José M., « La Gazeta de B (...)
  • 2 Les exemplaires du journal (originaux et microfilms) sont consultables à la Bibliothèque nationale (...)

2Avec le développement progressif de la ville portuaire où vivent 40 000 habitants, la nécessité d’un support qui rende compte régulièrement des événements locaux devient de plus en plus impérieuse. C’est dans ce contexte que naît La Gazeta de Buenos Ayres, un périodique mensuel et manuscrit. Son rédacteur, Jean-Baptiste de Lasalle (qui hispanise son nom en signant Lasala), recevra l’appui du gouverneur Cevallos. Seuls quatre numéros de La Gazeta ont pu être conservés et ils sont datés du 19 juin, 24 juillet, 28 août et 25 septembre 1764. Bien que le journal ne puisse souffrir la comparaison avec des publications européennes, tant au niveau de la rédaction que de la présentation, on y retrouve des thèmes semblables : le commerce, l’administration, l’armée, la religion, etc. La satire comme instrument de critique sociale est également présente. La Gazeta se nourrit de la réalité locale et s’adresse aux porteños, en particulier aux commerçants et aux fonctionnaires. Le mensuel ne manque pas de fustiger ces derniers lorsqu’ils n’appartiennent pas au « clan » du gouverneur, ce qui démontre le caractère « semi-officiel » de la publication. Malgré les difficultés (absence d’imprimerie, etc.), La Gazeta survivra plusieurs mois, témoignant ainsi de la soif d’informations des habitants de Buenos Aires1. La mise en place de l’imprimerie en 1780 va permettre la publication d’une nouvelle génération de feuilles volantes. L’étape suivante sera la naissance du premier périodique imprimé de Buenos Aires : le Telégrafo mercantil, rural, político-económico e historiográfico del Río de la Plata2, fondé par Francisco Cabello.

I - La forme

3Du 1er avril 1801 au 17 octobre 1802, 110 numéros, 13 numéros spéciaux et deux suppléments voient le jour. Francisco Cabello fait appel à « Niños Expósitos », la seule imprimerie de Buenos Aires. Cette situation de monopole posera de nombreux problèmes à Cabello car la priorité est donnée à l’impression des documents de l’administration. Il parvient néanmoins à tenir, à quelques exceptions près, la promesse faite à ses lecteurs de leur livrer 16 pages deux fois par semaine, le mercredi et le samedi. A partir du 4 octobre 1801, le Telégrafo sort parfois le dimanche. Dans le numéro du 2 décembre, Cabello définit le rythme qu’il a décidé de donner à sa publication :

  • 3 Telégrafo Mercantil (T.M.), 2 décembre 1801, p. 260.

« El Telégrafo debe mantener los dos pliegos semanales que se entregarán íntegros en domingo sólo si en el intermedio de la semana no ocurriesen novedades interesantes porque en tal caso se publicarían dos o más extraordinarios como por vía de suplemento, cuyo número de páginas, que no puede ni está obligado a costear el editor, se descontarán del ejemplar dominical »3.

4Un dernier changement intervient le 3 septembre 1802, date à compter de laquelle le périodique paraît le vendredi et le dimanche.

5La première page comporte le numéro de l’exemplaire, le titre du journal sur trois lignes, chacune avec une taille de caractères différente, la date, puis quelques vers de Virgile. Ceux-ci seront remplacés à partir du 4 octobre 1801 par la section « Dónde y cómo se hace la suscripción del Telégrafo ».

Page de garde du Telégrafo mercantil

Page de garde du Telégrafo mercantil…

6Le corps du journal est composé de deux ou trois articles principaux et des « Noticia ». Les articles sont généralement enrichis de notes de bas de page qui indiquent avec plus ou moins de rigueur les sources consultées par l’auteur de l’article. Quant aux « Noticias », elles sont assez synthétiques et l’espace qui leur est consacré varie d’un numéro à l’autre.

II - Le contenu

  • 4 Francisco Cabello intitule le prospectus du Telégrafo « Análisis ».
  • 5 T.M., 1er avril 1801, p. 3.

7Comme cela est souligné dans le prospectus4, vraisemblablement diffusé en décembre 1800, l’éventail des thèmes abordés est très large. Le commerce et l’industrie sont au centre des préoccupations mais aussi le monde rural au travers de réflexions sur la nécessaire métamorphose des terres non cultivées, les aspects politico-économiques évoqués dans des articles sur les lois et leur application, les travaux publics ou les richesses de la vice-royauté. L’aspect historiographique revendiqué dans le titre du journal est également présent grâce de nombreux articles sur la morale publique, l’éducation, la médecine, la botanique ou encore la littérature. A maintes reprises, Francisco Cabello met en relief la variété thématique : « La variedad de noticias, como en un jardin de flores recrea al paso que también instruya »5. Dans le premier numéro, Cabello explique d’ailleurs son objectif :

  • 6 Ibid.

« Informar a los señores lectores sobre todos los objetos, progresos y nuevos descubrimientos de la historia, la antigüedad, las producciones naturales, las artes las ciencias y la literatura »6.

  • 7 T.M., 25 avril 1802, p. 260.

8Bien que les informations en provenance d’Europe soient présentes -Cabello souligne qu’il est abonné aux plus grands périodiques européens7- ce sont les informations locales qui sont privilégiées. L’éditeur précise :

  • 8 « Análisis », p. 12.

« Deseo hacer del Telégrafo un papel americano de modo que no salga número alguno sin que contenga algún opúsculo de asuntos relativos a Indias, ya sean modernos, ya antiguos »8.

  • 9 Pour plus de détails sur le Mercurio Peruano, voir CLEMENT, Jean-Pierre, El Mercurio peruano (1790- (...)

9On peut en cela rapprocher le Telégrafo du Mercurio Peruano9.

  • 10 Domingo de Azcuénaga publie dans les pages du T.M., « El toro, el oso y el loro » (5 août 1801, p.  (...)
  • 11 T.M., 27 décembre 1801, p. 310.

10La variété thématique et l’intérêt pour l’information locale constituent la richesse première du Telégrafo. Etant donné la grande variété des articles, il n’est pas surprenant que le journal passe de la dissertation scientifique aux fables moralisantes10, du récit satirique à la poésie. L’alternance d’un ton tantôt sérieux tantôt drôle est pour Cabello une des clés de la réussite d’un journal11.

  • 12 T.M., 1er avril 1801, p. 2.
  • 13 Voir, à titre d’exemple, T.M., 17 janvier 1802, p. 35 et 21 mars 1802, p. 171.

11Sur le plan philosophique, les « voix barbares de la scolastique » s’éteignent face à un empirisme scientifique dans le cadre duquel des naturalistes tels que Tadeo Haenke observent et systématisent le profit que le commerce et l’industrie peuvent tirer des richesses naturelles12. Les sciences exactes sont considérées dans de multiples articles, dont ceux de Manuel Belgrano, comme le passe-partout pour accéder à toutes les sciences et à tous les arts13.

12Sur le plan littéraire, les œuvres de Lope de Vega, de Calderón et de Zamora sont fustigées :

  • 14 T.M., 5 août 1801, p. 15.

« Obras […] llenas de inverosimilitud, sutilezas, retruécanos, paranomasias, antítesis, equívocos, lances amorosos, documentos seductivos, enredos perniciosos, familiaridades indecorosas, hipérboles ridículas, bufonadas groseras, retos caballerescos, caracteres mal sostenidos, misceláneas de varios metros y prodigios extravagantes sin unidad de tiempo, lugar ni acción »14.

  • 15 T.M., 12 septembre 1801, p. 90 et 26 septembre 1801, pp. 114-115.
  • 16 T.M., 4 octobre 1801, p. 120.
  • 17 T.M., 8 novembre 1801, pp. 201.
  • 18 Voir, par exemple, CARNERO, Guillermo (coord.), Historia de la literatura española. Siglo XVIII, Ma (...)

13En revanche, Feijoo, Iriarte, Moratín, Trigueros, Jovellanos et Caldaso sont présentés comme les restaurateurs de la véritable littérature15. Le Telégrafo défend aussi, la « vraie poésie » qui, selon José Eugenio del Portillo, doit suivre les règles établies par Horace16. On peut ainsi lire dans les pages de notre journal une « Oda al Paraná » composée par Manuel de Lavardén17. En endécasyllabes assonancés, Lavardén invoque le dieu du fleuve et lui demande de fertiliser à nouveau les terres, privées de la crue régénératrice depuis cinq ans. Francisco Cabello lui-même s’essaiera, sans grand succès, au genre poétique. En matière de littérature, le Telégrafo s’inscrit donc parfaitement dans la perspective de la Ilustración18.

  • 19 T.M., 2 mai 1802, pp. 9-11.
  • 20 T.M., 1er avril 1801, p. 6.
  • 21 T.M., 16 mai 1801, p. 11.
  • 22 Francisco Cabello mentionne l’envoi des courriers dans l’édition du 16 mai 1801, p. 111.
  • 23 T.M., 25 octobre 1801, pp. 169-174.
  • 24 T.M., 1er novembre 1801 pp. 81-85.
  • 25 T.M., 2 décembre 1801, pp. 253-255.
  • 26 T.M., 31 janvier 1802, pp. 66-71.

14Il en va de même en matière d’histoire où le périodique prône l’étude minutieuse des documents afin d’éviter les interprétations fantaisistes. Cabello ne manque pas de souligner cet aspect dans son article intitulé « Reparto de Indios en encomienda practicado en la ciudad de San Juan de Vera de las Siete Corrientes en el año de su fundación en 1588 y siguientes hasta el de 1593 »19. L’éditeur nourrit le projet d’écrire une histoire complète de la vice-royauté qui prendrait la forme d’une longue série d’articles20. Son objectif est de rectifier ce qu’il considère comme des erreurs inacceptables. Devant l’ampleur de la tâche, il décide de se limiter à un « Proyecto geográfico ». S’assignant pour mission de corriger les inexactitudes contenues dans les ouvrages existants, Cabello lance un appel à ses lecteurs et leur promet une récompense (numéros offerts, argent) pour toute information ou document portant sur la fondation d’une ville, la minéralogie, la navigation fluviale, etc21. Il adresse aussi des courriers aux différentes instances administratives afin d’obtenir des descriptions topographiques des provinces qui composent la vice-royauté22. Les réponses des autorités provinciales sont à l’origine d’articles intitulés « Descripción del partido de Pilaya y Paspaya »23, « Descripción de la provincia de Atacama »24, « Descripción de la ciudad de Mendoza »25 ou encore « Relación histórico-geográfica y física del gobierno de Montevideo y de los puertos y pueblos de la campaña del norte del Río de la Plata »26.

15En ce qui concerne le secteur économique, les articles mettent en exergue l’importance de l’agriculture. On peut lire en mai 1801 dans un article probablement écrit par Francisco Cabello :

  • 27 T.M., 30 mai 1801, pp. 141-143.

« No puede dudarse de que ésta [la agricultura] es la única riqueza firme y permanente, pues nada hay mas insubsistente y precario que el depender y hacer consistir la opulencia en otro principio que el de la agricultura, porque sola ésta se halla exceptuada de ser la presa de una envidiosa emulación ; y que, ademas, dice tanta ventaja al trabajo lento y perezoso de las manufacturas y de todos los demás ramos industriales cuanta va de la prontitud con que obra la naturaleza a la morosa con que progresan las artes »27.

  • 28 T.M., 9 septembre 1801, p. 86.
  • 29 Voir, à titre d’exemple, T.M., 22 août 1801, pp. 46-48 (informations portant sur la laine et le cot (...)
  • 30 T.M., 4 avril 1801, p. 16 ; 22 août 1801, p. 48-50.

16Très logiquement, le Telégrafo privilégie les inventions concernant le monde agricole dans sa rubrique « Industria ». Il informe, par exemple, de l’invention d’une machine qui permet de moudre trente fanègues de blé en douze heures et d’économiser ainsi le travail de 18 ouvriers agricoles. On apprend que l’heureux inventeur, le sergent en retraite Francisco Arellano, a obtenu du vice-roi Avilés le droit exclusif de fabrication pour une période de dix ans28. Cette prépondérance du thème agricole n’exclut pas la présence d’informations sur les manufactures locales, qui, à cause de la guerre avec l’Angleterre, doivent pallier la baisse brutale des importations29. L’activité minière, la pêche et la toute récente industrie navale suscitent aussi l’intérêt du journal30.

17Comme le suggère le titre de la publication, le commerce est un thème essentiel. Dans un de ses articles, Unanue en fait l’éloge et le présente ainsi :

  • 31 T.M., 8 novembre 1801, p. 198.

« El comercio es el hijo de la industria del hombre, padre de su esplendor e influjo en la balanza del poder humano »31.

  • 32 Voir MARILUZ URQUIJO, José, El Virreinato del Rio de la Plata, Buenos Aires, Plus Ultra, 1987, p. 2 (...)
  • 33 T.M., 30 mai 1801, pp. 138-141.

18L’importance accordée au commerce rend incontournable l’évocation de l’épineuse question du commerce illicite, en nette augmentation en ce début du XIXe siècle car souvent seul moyen de se procurer des produits devenus rares à cause de la baisse des échanges avec la métropole32. Dans un article intitulé « Rasgo político moral sobre el contrabando », Cabello essaie de convaincre ses lecteurs des problèmes causés par la contrebande qui nuit au commerce légal et porte atteinte aux valeurs de la Nation33. Quelques jours plus tard, l’éditeur rédige une condamnation sans appel du contrebandier :

  • 34 T.M., 3 juin 1801, p. 145.

« El contrabandista ofende a Dios, al Soberano y a su Patria. Es mal cristiano, mal vasallo y mal ciudadano »34.

  • 35 T.M., 8 avril 1801, p. 22.

19Le thème du commerce est tellement essentiel pour le Telégrafo qu’il fait irruption dans le domaine poétique. Un poète anonyme publie ainsi une « Oda al comercio »35.

  • 36 T.M., 3 juin 1801, p. 152.

20Dernière section du Telégrafo, les « Noticias Particulares » que l’éditeur s’engage à publier à titre gracieux. On y trouve, pêle-mêle, des annonces relatives à des ventes, des achats, des pertes d’objets. D’autres portent sur l’ouverture d’un nouveau lieu de réunion, tel que la « Casa Café » en juin 180136.

III - Les rédacteurs

  • 37 Pour plus de détails sur le Diario de Lima, voir ECOLE DE JOURNALISME JAIME BAUSATE Y MESA, Jaime B (...)

21Le rédacteur principal est l’éditeur lui-même, Francisco Antonio Cabello y Mesa. Né en Castille en 1764, il devient très tôt collaborateur du Diario Curioso erudito, económico y comercial de Madrid. En 1790, on le retrouve à Lima où il participe à la fondation du Diario de Lima, première publication quotidienne d’Amérique du Sud37. Après quelques péripéties, il obtient le titre d’avocat et quitte Lima pour Buenos Aires. Fort de son expérience, il fonde le Telégrafo. En plus de son travail de sélection des articles et de coordination, il publie une importante quantité de textes, soit sous son vrai nom soit sous des pseudonymes (Narciso Fellobio Cantón est son préféré).

  • 38 Voir CLEMENT, Jean-Pierre, op.cit.

22Des collaborateurs plus ou moins réguliers vont se joindre à Cabello. Parmi ces « telegrafistas », l’illustre Manuel de Lavardén, José Prego de Oliver, Domingo de Azcuénaga (qui a introduit la fable dans le paysage littéraire porteño), Manuel Medrano, José Eugenio del Portillo (avocat) ou encore Tadeo Haenke (naturaliste). Soucieux de créer un groupe de collaborateurs stable, Cabello propose aux autorités la fondation d’une « Sociedad Patriótico-Literaria y Económica » simultanément à la création du Telégrafo. Ce type de société est caractéristique de l’époque et lié à l’essor de la presse dans les vice-royautés, comme nous le montre la Sociedad Académica de Amantes del País à Lima38. Pourtant à Buenos Aires, le projet ne se concrétise pas. Cabello dépose les projets de statuts de la société mais les autorités ne semblent guère enthousiastes. Dans une note, le Conseil des Indes précise :

  • 39 Ce document, datant du 5 février 1802, est reproduit dans FURLONG, Guillermo, Historia y bibliograf (...)

« La Sociedad Patriótica podría ser de utilidad. Pero estando este pensamiento en embrión, se puede dudar si en un país en que no hay mucha aplicación, se llevará a debido efecto »39.

  • 40 Voir plus bas.

23Et les tensions qui naissent en septembre 1802 entre le journal et l’administration n’arrangeront rien40.

  • 41 T.M., 2 mai 1801, p. 76.

24La correspondance des lecteurs (« cartas de lectores ») constitue une autre forme de collaboration. Le Telégrafo en publie abondamment dans ses colonnes mais on peut parfois douter de leur origine. En effet, comment ne pas suspecter Cabello d’écrire certaines lettres lorsqu’on lit celle de Patricio Colón qui considère notre éditeur comme le « père de la Patrie » et le Telégrafo comme la plus grande gloire du Río de la Plata41.

25Pour ce qui est des informations en provenance d’Europe, Cabello se fonde sur les diverses gazettes publiées sur le Vieux Continent.

IV - La censure

26Le vice-roi Avilés, dans son décret autorisant la création du Telégrafo, nomme en qualité de censeurs Benito de la Mata Linares, régent de la « Real Audiencia », et Joaquín Bernardo de Campuzano, conseiller.

  • 42 T.M., 8 avril 1801, p. 19.

27Le périodique contient certains indices qui permettent d’apprécier leurs interventions. Ainsi, Cabello prévient ses lecteurs que plusieurs vers du poème « Oda al comercio » ont été censurés42. Parfois un article se terminant par la mention « Se continuará » n’a pas de suite. C’est le cas de « Memoria sobre que conviene limitar la infamia anexa a varias castas de gentes que hay en nuestra América », article dans lequel un principe d’égalité est revendiqué :

  • 43 T.M., 27 juin 1801, p. 205.

« Las referidas castas no son admitidas en las escuelas públicas de primeras letras a fin de que no se junten ni rocen con los hijos de españoles. Por la misma razón, no son admitidas en la carrera de las armas ni en alguna otra junta, congregación o comunidad de españoles. Si delinquen, son castigados con los vergonzosos y afrentosos castigos que las leyes previenen para las personas viles e infames. Pregunto ahora : ¿será posible esperar que personas tratadas con este desprecio piensen y obren con rectitud y honor en sus acciones ? »43

28On ne peut manquer d’interpréter le non respect de la promesse « Se continuará » comme la conséquence de l’action de la censure. Il en va de même pour l’article « Reflexiones económicas y políticas en materia del principalísimo abasto del pan en esta ciudad de Buenos Aires », interrompu après le quatrième chapitre. Un auteur anonyme y affirme :

  • 44 T.M., 14 février 1802, p. 100.

« La no extracción produce baratez, y ésta el menosprecio y el desprecio del trigo […] y, por consiguiente, la miseria de los labradores, de la cual se sigue precisamente la cobardía y la inercia, y conduce a la carestía que tanto nos amedrenta y persigue »44.

V - Le public

29Plusieurs études signalent qu’il y a eu à Buenos Aires un journaliste avant un journal. On peut compléter cette observation en ajoutant qu’avant un journaliste, il y a eu un public avide d’informations, comme le prouve la multiplication des feuilles volantes. C’est donc dans un contexte de forte demande qu’éclot le Telégrafo. Le prix de l’abonnement mensuel est fixé en fonction du lieu de résidence et varie de deux à trois pesos. Les personnes intéressées peuvent s’abonner d’un à six mois. Les habitants de Buenos Aires ont la possibilité de régler leur abonnement en se rendant au bureau de Francisco Cabello, à la librairie Antonio Ortiz, au magasin de Manuel Hermua ou encore à l’imprimerie Niños Expósitos. Ceux qui habitent en dehors de la ville doivent avoir recours aux services des estafettes ? Par le même moyen, le nouvel abonné reçoit un « boletín de abono », sorte de reçu signé par Cabello en personne.

30Débordant d’enthousiasme, Cabello encourage les habitants de Buenos Aires à soutenir le Telégrafo. On peut lire dans le prospectus :

  • 45 « Análisis », op.cit., p. 17.

« ¿Qué dirán los verdaderos patriotas cuando lean la lista [de suscriptores] y vean que falta D.N, rico e interesado en las noticias del Telégrafo ? Qué dirá el hombre de corte de que aquel que, aun con proporciones muchas (por no gastar dos pesos), anda, corre y aun vuela por leer de gorra el Telégrafo en los cafés y casa del amigo ? Yo no creo que Buenos Aires sea el fiero lunar de las provincias cultas »45.

31Contrairement à sa promesse de publier régulièrement la liste des abonnés, Cabello n’en publiera que deux, l’une en avril 1801, l’autre en août. La première mentionne l’existence de 160 abonnés à Buenos Aires et 77 en dehors. La seconde fait apparaître le nom de 145 abonnés porteños et 101 « extérieurs ». Chaque nom d’abonné est suivi de sa profession, ce qui nous permet d’observer la répartition sectorielle suivante :

Abonnés de Buenos Aires

Abonnés de Buenos Aires

Abonnés « extérieurs »

Abonnés « extérieurs »

32Le nombre d’abonnements ne suffit pas à couvrir les frais du Telégrafo et place donc le journal dans une situation économique délicate. En juin 1802, l’éditeur demande au Despacho Universal de Hacienda de Indias son appui afin d’obtenir l’abonnement de tous les consulats marchands d’Amérique. Il souligne :

  • 46 Document daté du 10 juin 1802 cité dans FURLONG, Guillermo, Historia y bibliografía de las primeras (...)

« El Telégrafo […] no puede mantenerse con las pocas suscripciones de los residentes en Buenos Aires y de algunos del Interior que conocen muy poco del buen gusto que poseen los moradores de México, Guatemala, Lima y otras provincias más civilizadas »46.

  • 47 Voir QUESADA, Héctor, « Fundación de “El Telégrafo Mercantil” y la Sociedad Patriótica », Papeles d (...)

33Les autorités ne donneront pas suite à la requête de Cabello. Affrontant de sérieux problèmes de trésorerie, celui-ci modifie la première page de son journal et remplace en avril 1802 les vers de Virgile par la section « Dónde y cómo se hace la suscripción del Telégrafo ». Dans l’édition du 15 juillet, Cabello fait part à ses lecteurs des problèmes que rencontre le périodique et s’insurge contre les mauvais payeurs et la mauvaise foi de certains abonnés qui n’ont pas manifesté en temps voulu leur intention d’interrompre leur abonnement. Il menace même de poursuivre ses débiteurs en justice, ce qu’il fera quelques mois plus tard, sans grand succès47.

VI - Chronique d’une mort annoncée

  • 48 T.M., 2 mai 1802, p. 14.

34Le 2 mai 1802, le Telégrafo publie la lettre d’un lecteur anonyme relatant un fait de guerre peu glorieux pour la Marine espagnole. En effet, quelques mois auparavant, une frégate baptisée ‘El Emenegildo’ aurait attaqué par erreur un autre navire espagnol, le ‘Real Carlos’, donnant ainsi à un bâtiment anglais une occasion inespérée d’échapper aux canons de la Marine espagnole48. Suite à une lettre du gouverneur de Montevideo au vice-roi Del Piño, Cabello est contraint de publier une note dans laquelle il reconnaît l’inexactitude de l’information diffusée et rétablit l’honneur du capitaine de « El Emenegildo ».

35Cet épisode marque le début de l’agonie du Telégrafo qui va perdre l’appui des autorités. Ainsi, les douanes refusent de communiquer au journal les horaires de départ et d’arrivée des navires et la composition de leur cargaison. Or il s’agit là d’une information capitale pour les commerçants qui représentent une part non négligeable du lectorat.

36Le 22 août 1802, Cabello fait part à ses lecteurs de la délicate situation du journal et souligne :

  • 49 T.M., 22 août 1802, p. 228.

« Pero si llegase a morir de hambre este periódico en su infancia entre los brazos de sus patronos y en su misma patria, ésta, aquéllos, ni la historia no podrán omitir que su editor fue el primero y quien más ha trabajado sobre las márgenes del Paraná y del Rímac para transplantar en estos países el buen gusto y los conocimientos de Europa »49.

37A partir de ce moment, le ton du Telégrafo devient de plus en plus mordant. Le 3 septembre, empruntant le pseudonyme de « Poète des hémorroïdes », Cabello rédige en vers une critique acerbe des médecins de Buenos Aires, accusés de nuire à la santé et à la bourse de leurs patients. Il conclut le poème d’une façon peu commune :

« ¿Hasta cuándo traidoras almorranas,

después de quedar sanas

volvéis a las andadas ?

¿Por qué irritáis con bárbaro perjuicio

la paz del orificio

que, acostumbrado a irse de vareta,

su posesión nadie inquieta,

y en lícitos placeres

hace sus menesteres ?

No le deis más tormentos :

Dejad que expela, en paz, sus excrementos. »

38Le 8 octobre, le journal propose à ses lecteurs un article intitulé « Circunstancias en que se halla la provincia de Buenos Aires e islas Malvinas y modo de repararse ». Le texte affirme que la plupart des Espagnols qui débarquent à Buenos Aires sont des délinquants qui reçoivent subitement le titre de « Don », des biens et mènent une vie dissolue en compagnie de douzaines de femmes. Un tel article blesse sans doute les porteños dans leur amour propre. Quant à celui intitulé « Retrato político-moral del gobierno secular y eclesiástico, antiguo y moderno del la Sierra del Perú », publié le 15 octobre, il donne à voir un clergé faisant fi des règles établies par l’Eglise catholique. Cabello termine son article par une menace : « Se continuará ». L’éditeur va au-delà de ce que les autorités civiles et ecclésiastiques peuvent tolérer. Le jour même, le commisaire de l’Inquisition, don Cayetano José María de Roo, adresse un courrier au vice-roi pour porter les faits à sa connaissance :

  • 50 Ce document est reproduit dans FURLONG, Guillermo, Historia y bibliografía…, op.cit.

« El Telégrafo de la fecha no es sino un libelo infamatorio contra el cuerpo respetable de los párrocos del Perú y, estando prohibidos por la regla 16 del Expurgatorio del Santo Oficio tales libelos, se sirva V.E. dar el competente auxilio para que se recojan todos los ejemplares que se han repartido en esta Capital e impida su circulación fuera de ella »50.

  • 51 Voir « Carta de fray Juan Anselmo Velarde al redactor del Semanario », Semanario de Agricultura, In (...)

39Le dernier numéro du Telégrafo paraîtra le 17 octobre. Quelques jours plus tard, le très récent Semanario de Agricultura, Industria y Comercio annonce l’arrêt définitif du Telégrafo et publie un vibrant plaidoyer contre le premier périodique de Buenos Aires51.

Conclusion

40Capitalisant l’expérience acquise au sein du Diario de Lima, Francisco Cabello fonde à Buenos Aires la première publication périodique imprimée et inscrit ainsi son nom dans l’histoire de la presse américaine. Le Telégrafo, pas tant pour ses qualités littéraires que pour l’innovation qu’il représente dans les contrées australes, constitue une référence.

  • 52 Voir, par exemple, MORENO ALONSO, Manuel, La generación española de 1808, Madrid, Alianza Editorial (...)

41Ce serait faire un anachronisme que d’appliquer l’adjectif « libéral » au Telégrafo car le libéralisme naît en Espagne en 180852. Néanmoins on peut voir dans cette publication une certaine liberté de ton sans connotation politique. Cette dimension n’échappe pas à Alejandro Gillespie, chargé par les autorités britanniques de traduire en anglais le Telégrafo :

  • 53 GILLESPIE, Alejandro, Buenos Aires y el interior, observaciones reunidas durante una larga residenc (...)

« Su tono libre y sus ideas no podían vivir mucho en la atmósfera oscurecida por el despotismo y fomentada por la indolencia e ignorancia »53.

Haut de page

Bibliographie

AZNAR, Luis, « Apuntes sobre el periodismo como fuente para la Historia Argentina », Boletin de la Universidad Nacional de la Plata, n° 4, 1934, pp. 134-172.

CLEMENT, Jean-Pierre, El Mercurio peruano (1790-1795), Madrid, Vervuert-Iberoamericana, 1997, 2 vol. 

DIAZ, César Luis, « Manuel Belgrano. El impulsor del periodismo rioplatense », Desmemoria. Revista de Historia, n° 18, Buenos Aires, 1998, pp. 24-40.

DIAZ, César Luis, « El trabajo según la óptica de los periódicos fundacionales (1776-1810) », Revista de Historia bonaerense, n° 18, Buenos Aires, 1998, pp. 45-47.

DIAZ, César Luis, « Los albores del periodismo rioplatense », Congreso Nacional de Historia Argentina, Buenos Aires, 1997, pp. 59-71.

FERNÁNDEZ, Juan Rómulo, Historia del periodismo argentino, Buenos Aires, A.I.E., 1943.

FRIZZI DE LONGONI, Haydée, Las sociedades literarias y el periodismo (1800-1852), Buenos Aires, A.I.E., 1947.

FURLONG, Guillermo, Historia y bibliografía de las primeras imprentas rioplatenses, Buenos Aires, Librería del Plata, 1995.

GALVÁN MORENO, Celedonio, El periodismo argentino, Buenos Aires, Claridad, 1944.

GILLESPIE, Alejandro, Buenos Aires y el interior, observaciones reunidas durante una larga residencia, Buenos Aires, s.e., 1921, pp. 20-21 (première édition publiée en anglais en 1818).

MARILUZ URQUIJO, José M., « La Gazeta de Buenos Ayres (1764) », Investigaciones y ensayos, n° 38, Buenos Aires, juillet-décembre 1988, pp. 449-483.

MARILUZ URQUIJO, José, El Virreinato del Rio de la Plata, Buenos Aires, Plus Ultra, 1987.

TORRE REVELLO, José, « Datos para la biografía del primer periodista porteño, Francisco Cabello y Mesa », Universidad, n° 21, Santa Fe, Universidad del Litoral, 1949, pp. 101-122.

TORRE REVELLO, José, « Francisco Antonio Cabello y Mesa, el primer periodista de Buenos Aires », La Prensa, Buenos Aires, 28 août 1938, p. 12.

TORRE REVELLO, José, « Periódicos y periodistas de América durante la dominación española », Revista de Historia, Mendoza, n° 1, Universidad Nacional de Cuyo, 1949, pp. 11-32.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails sur La Gazeta de Buenos Ayres, voir MARILUZ URQUIJO, José M., « La Gazeta de Buenos Ayres (1764) », Investigaciones y ensayos, n° 38, Buenos Aires, juillet-décembre 1988, pp. 449-483.

2 Les exemplaires du journal (originaux et microfilms) sont consultables à la Bibliothèque nationale argentine.

3 Telégrafo Mercantil (T.M.), 2 décembre 1801, p. 260.

4 Francisco Cabello intitule le prospectus du Telégrafo « Análisis ».

5 T.M., 1er avril 1801, p. 3.

6 Ibid.

7 T.M., 25 avril 1802, p. 260.

8 « Análisis », p. 12.

9 Pour plus de détails sur le Mercurio Peruano, voir CLEMENT, Jean-Pierre, El Mercurio peruano (1790-1795), Madrid, Vervuert-Iberoamericana, 1997.

10 Domingo de Azcuénaga publie dans les pages du T.M., « El toro, el oso y el loro » (5 août 1801, p. 14), « El mono enfermo » (16 septembre 1801, p. 100), « El águila, el león y el cordero » (4 octobre 1801, p. 129), « El comerciante y la cotorra » (11 octobre 1801, p. 143) ou encore « Los papagayos y la lechuza » (29 novembre 1801, p. 249).

11 T.M., 27 décembre 1801, p. 310.

12 T.M., 1er avril 1801, p. 2.

13 Voir, à titre d’exemple, T.M., 17 janvier 1802, p. 35 et 21 mars 1802, p. 171.

14 T.M., 5 août 1801, p. 15.

15 T.M., 12 septembre 1801, p. 90 et 26 septembre 1801, pp. 114-115.

16 T.M., 4 octobre 1801, p. 120.

17 T.M., 8 novembre 1801, pp. 201.

18 Voir, par exemple, CARNERO, Guillermo (coord.), Historia de la literatura española. Siglo XVIII, Madrid, Espasa Calpe, 1995, 2 vol. 

19 T.M., 2 mai 1802, pp. 9-11.

20 T.M., 1er avril 1801, p. 6.

21 T.M., 16 mai 1801, p. 11.

22 Francisco Cabello mentionne l’envoi des courriers dans l’édition du 16 mai 1801, p. 111.

23 T.M., 25 octobre 1801, pp. 169-174.

24 T.M., 1er novembre 1801 pp. 81-85.

25 T.M., 2 décembre 1801, pp. 253-255.

26 T.M., 31 janvier 1802, pp. 66-71.

27 T.M., 30 mai 1801, pp. 141-143.

28 T.M., 9 septembre 1801, p. 86.

29 Voir, à titre d’exemple, T.M., 22 août 1801, pp. 46-48 (informations portant sur la laine et le coton dans la région de Corrientes), 11 octobre 1801 (information sur la fabrication du verre à Cochabamba)

30 T.M., 4 avril 1801, p. 16 ; 22 août 1801, p. 48-50.

31 T.M., 8 novembre 1801, p. 198.

32 Voir MARILUZ URQUIJO, José, El Virreinato del Rio de la Plata, Buenos Aires, Plus Ultra, 1987, p. 250.

33 T.M., 30 mai 1801, pp. 138-141.

34 T.M., 3 juin 1801, p. 145.

35 T.M., 8 avril 1801, p. 22.

36 T.M., 3 juin 1801, p. 152.

37 Pour plus de détails sur le Diario de Lima, voir ECOLE DE JOURNALISME JAIME BAUSATE Y MESA, Jaime Bausate y Mesa y el Diario de Lima, Lima, Gaceta, 1993, 330 p.

38 Voir CLEMENT, Jean-Pierre, op.cit.

39 Ce document, datant du 5 février 1802, est reproduit dans FURLONG, Guillermo, Historia y bibliografía…, op.cit.

40 Voir plus bas.

41 T.M., 2 mai 1801, p. 76.

42 T.M., 8 avril 1801, p. 19.

43 T.M., 27 juin 1801, p. 205.

44 T.M., 14 février 1802, p. 100.

45 « Análisis », op.cit., p. 17.

46 Document daté du 10 juin 1802 cité dans FURLONG, Guillermo, Historia y bibliografía de las primeras imprentas rioplatenses (1700-1850), Buenos Aires, Librería del Plata, 1955.

47 Voir QUESADA, Héctor, « Fundación de “El Telégrafo Mercantil” y la Sociedad Patriótica », Papeles de Archivo, Buenos Aires, Archives Générales de la Nation, 1942, p. 185.

48 T.M., 2 mai 1802, p. 14.

49 T.M., 22 août 1802, p. 228.

50 Ce document est reproduit dans FURLONG, Guillermo, Historia y bibliografía…, op.cit.

51 Voir « Carta de fray Juan Anselmo Velarde al redactor del Semanario », Semanario de Agricultura, Industria y Comercio, 27 octobre 1802, pp. 41-42. Il s’agit de l’un des premiers numéros du Semanario, né en septembre.

52 Voir, par exemple, MORENO ALONSO, Manuel, La generación española de 1808, Madrid, Alianza Editorial, 1989, pp. 214-215.

53 GILLESPIE, Alejandro, Buenos Aires y el interior, observaciones reunidas durante una larga residencia, Buenos Aires, s.e., 1921, pp. 20-21 (première édition publiée en anglais en 1818).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Page de garde du Telégrafo mercantil
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Abonnés de Buenos Aires
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Abonnés « extérieurs »
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Bonardi, « Le Telégrafo mercantil, rural, político-económico e historiográfico del Río de la Plata (1801-1802) », El Argonauta español [En ligne], 3 | 2006, mis en ligne le 15 janvier 2006, consulté le 24 avril 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1070 ; DOI : 10.4000/argonauta.1070

Haut de page

Auteur

Laurent Bonardi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org