Navigation – Plan du site
Livraison janvier

Guernica : les presses basque et française face au bombardement

Severiano Rojo Hernandez

Résumés

Cet article analyse la manière dont les presses basque et française ont répercuté le bombardement de Guernica, et ont participé par ce biais au déclenchement ainsi qu’à l’amplification des campagnes de propagande en faveur du gouvernement basque.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. SOUTHWORTH, Herbert R., La Destruction de Guernica. Journalisme, diplomatie, propagande et hist (...)

1Le 26 avril 1937, l’aviation allemande bombarde et rase la ville de Guernica. Neuf mois après le début de la Guerre Civile, cet événement témoigne de la violence qui caractérise le conflit au Pays basque espagnol. Guernica, ville que l’on associe aujourd’hui au célèbre tableau de Picasso, devient le symbole de l’horreur de la guerre et, pour certains, une mise en garde contre la menace fasciste qui pèse sur l’Europe des années trente. Cependant, avant d’acquérir une telle signification, le bombardement de Guernica a dû être dénoncé dans la presse et faire l’objet d’un intense débat, dont l’impact a été particulièrement important en France. En effet, il y a suscité un émoi considérable et a divisé les catholiques, acquis jusqu’alors à la cause franquiste1.

  • 2 Quelques jours après le bombardement, les franquistes affirment que la ville de Guernica a été ince (...)

2L’affaire de Guernica a fait l’objet de nombreuses études. Des historiens du monde entier s’y sont intéressés et ont contribué parallèlement à la longue polémique qui a opposé les partisans de la thèse franquiste à ceux de la version républicaine2 à inscrire ce bombardement dans la mémoire collective. Cet article ne prétend pas remettre en question le formidable travail accompli jusqu’à aujourd’hui, puisqu’il a permis d’élucider la plupart des zones d’ombre qui existaient encore dans cette affaire. Cette étude est essentiellement une réflexion sur la manière dont les presses basque et française répercutent le bombardement, et participe au déclenchement et à l’amplification des campagnes de propagande en faveur du gouvernement basque.

I - La Guerre Civile au Pays basque

  • 3 Dans cette partie du Pays basque, le succès du soulèvement militaire est également le résultat de l (...)

3Le 18 juillet 1936, les militaires espagnols, appuyés par l’extrême droite et les partis conservateurs, se soulèvent contre la République espagnole gouvernée, à cette époque, par le Front populaire. Au Pays basque, la tentative de coup d’Etat provoque une fragmentation géographique de la région. Les provinces côtières, la Biscaye et le Guipúzcoa, demeurent fidèles à la République, tandis que l’Alava s’allie aux militaires. Cette division est liée essentiellement à des facteurs d’ordre politique. En Biscaye et au Guipúzcoa, la forte mobilisation des formations marxistes et l’appui des catholiques du Parti Nationaliste Basque (PNV), qui optent pour la République afin d’obtenir l’autonomie politique, provoquent l’échec du soulèvement militaire. Celui-ci, en revanche, est couronné de succès en Alava tout comme en Navarre, grâce à l’appui du mouvement royaliste ultra-conservateur, le carlisme, qui domine politiquement ce territoire3.

4Au cours des premiers mois, le conflit évolue rapidement. La Biscaye est relativement épargnée, alors que la pression des militaires se porte sur le Guipúzcoa afin de fermer la frontière aux forces républicaines. Au mois de septembre, Irun et Saint-Sébastien tombent aux mains des militaires insurgés qui progressent rapidement jusqu’à la frontière séparant le Guipúzcoa de la Biscaye. Le front se stabilise jusqu’au mois de mars 1937. Le Pays basque devient momentanément un enjeu secondaire et les priorités des militaires se portent sur Madrid.

  • 4 Cf. ROJO HERNANDEZ, Severiano, Eglise et société. Le clergé de Bilbao de la République au franquism (...)
  • 5 MEER, Fernando de, El partido nacionalista vasco ante la guerra de España (1936-1937), Pamplona, EU (...)

5Du côté des républicains, d’importantes transformations se produisent sur le plan politique. Au mois d’octobre, le gouvernement républicain accorde l’autonomie politique à la région. A Bilbao, un gouvernement présidé par le nationaliste basque, José Antonio Aguirre, prend la situation en main et impose une politique qui, dans de nombreux domaines, se différencie de celle appliquée dans le reste du territoire républicain. En Biscaye, les bouleversements de type révolutionnaire sont peu nombreux et le clergé ne subit pas de persécution, même si certains attentats isolés sont commis4. La présence d’un parti catholique conservateur tel que le PNV aux côtés des forces du Front populaire explique une situation qui, à bien des égards, porte préjudice aux militaires. En effet, alors que ces derniers arborent l’étendard de la religion et dénoncent les milliers de prêtres exécutés par les républicains, l’existence d’une zone contrôlée par la République, où l’Eglise et ses membres sont respectés, met à mal la propagande des militaires. C’est la raison pour laquelle, dès les premiers mois du conflit, ces derniers entretiennent des contacts officieux avec les nationalistes basques, afin de parvenir à un arrêt des hostilités au Pays basque. De fait, au début de l’année 1937, les représentants des militaires contactent le chanoine Onaindía, un ecclésiastique proche du président du gouvernement basque. En échange d’une reddition rapide, ils offrent aux dirigeants nationalistes basques la possibilité de se réfugier à l’étranger. Ces pourparlers n’aboutissent pas, car les dirigeants nationalistes basques ne font confiance ni à Mola ni à Franco5.

  • 6 Ibid., p. 383.
  • 7 Ibid., p. 389.

6En mars 1937, de profonds bouleversements ont lieu. En dépit de l’appui logistique des Allemands et des Italiens, les militaires subissent un revers cuisant. Ils ne parviennent pas à s’emparer de Madrid. Le contingent italien est d’ailleurs mis en déroute lors de la bataille de Guadalajara. Les militaires comprennent alors que la guerre sera longue. Dans ces conditions, il leur est indispensable de contrôler une région industrielle susceptible de leur fournir des quantités importantes de matériel de guerre. Ils décident donc de s’emparer de la Biscaye. Le 31 mars 1937, appuyés par l’aviation allemande et des troupes italiennes, les forces du général Mola passent à l’offensive. Ce jour-là, la ville de Durango subit un bombardement intensif qui provoque des dizaines de morts. L’armée basque sous-équipée commence à reculer. La supériorité des franquistes s’impose dans les airs. Le faible nombre d’avions, dont dispose l’armée basque, rend celle-ci particulièrement vulnérable et commence à créer un sentiment d’impuissance. Isolées du reste de l’Espagne républicaine, les autorités basques ne cessent de réclamer au gouvernement de Madrid l’envoi d’escadrilles afin d’appuyer les troupes au sol6. Les avions tardent à venir. Aguirre et de nombreux nationalistes basques se sentent abandonnés par la République. Ils se rendent parfaitement compte qu’il est impossible d’inverser le cours de la guerre sans l’appui de l’aviation7. Le 23 avril, la situation s’aggrave. Une partie des lignes de défense basques s’écroule et les troupes du général Mola se rapprochent de Guernica.

  • 8 Ibid., p. 395.
  • 9 Ibid., p. 394.
  • 10 Ibid., p. 380.
  • 11 Ibid., p. 402.
  • 12 Ibid., p. 399.

7Obtenir l’intervention d’une puissance étrangère, pour trouver une solution diplomatique au conflit ou, du moins, pour garantir de possibles accords avec les militaires8 s’impose alors comme une nécessité chez certains dirigeants du PNV. Dans un premier temps, les nationalistes basques pensent aux Anglais en raison des liens étroits qui existent depuis le XIXe siècle entre le Pays basque et la Grande-Bretagne. Bien que celle-ci ait songé au début de l’offensive des militaires à faire de la Biscaye, ou de Bilbao, un protectorat9, elle abandonne rapidement l’idée et se retranche officiellement derrière les accords conclus au sein du Comité de Non-Intervention. Pourtant, la neutralité n’empêche pas la marine anglaise, chargée du contrôle des côtes basques à partir du 19 avril, de s’opposer au blocus maritime imposé par les militaires et de laisser passer de nombreux bateaux transportant des vivres ou des armes pour le gouvernement basque10. Ces marques de complaisance à l’égard des autorités basques sont révélatrices du malaise d’une partie de l’opinion publique et des dirigeants britanniques, qui estiment qu’une intervention est indispensable pour sauver Bilbao et sa population. Face à la neutralité anglaise que certains journaux tels que Euzko Deya qualifient de trahison11, les Basques se tournent vers la France. Paris est favorable à une médiation entre les parties en présence. Cependant, le gouvernement du Front populaire dirigé par Léon Blum refuse d’intervenir. Il tient à éviter une crise politique majeure dans l’hexagone ainsi qu’une crise internationale avec ses voisins allemands et italiens. De plus, une intervention provoquerait de vives tensions avec la Grande-Bretagne, son principal allié de l’époque. Paris adopte donc une attitude similaire à celle de Londres. En revanche, les Italiens se montrent disposés à servir de médiateurs entre Franco et les Basques. Rome espère de la sorte obtenir un succès diplomatique et redorer son blason quelque peu terni après la cuisante déroute de Guadalajara. Franco accepte l’idée d’une médiation italienne. Le 25 avril, il transmet aux représentants de Rome à Salamanque les concessions qu’il est prêt à faire au gouvernement basque, s’il accepte une reddition rapide. Il accorde notamment la vie sauve à ceux qui se rendent et la possibilité pour les dirigeants de fuir à l’étranger12. C’est dans ce contexte que le 26 avril se produit le bombardement de Guernica.

II - Le bombardement de Guernica et la propagande à Bilbao

  • 13 Tierra Vasca, 27 avril 1937, dernière page.
  • 14 Euzkadi, 29 avril 1937, dernière page.
  • 15 Ibid., 27 avril 1937, p. 1.
  • 16 GARITAONANDÍA, Carmelo, « Información y propaganda en torno al bombardeo de Guernica », p. 199.

8L’impact du bombardement est considérable à Bilbao. En effet, la destruction de cette ville, symbole du nationalisme basque, souligne à quel point les militaires sont disposés à annihiler cette idéologie qu’ils considèrent comme une menace pour leur vision de l’Espagne. De plus, cet événement déclenche une psychose au sein de la population de Bilbao. Les habitants craignent que ne se produise un bombardement massif de la ville et ce, d’autant que le général Mola a menacé les autorités basques de raser la capitale de la Biscaye. Pourtant, en dépit des conséquences désastreuses du bombardement, la destruction de Guernica va rapidement devenir un élément fondamental de la lutte contre les militaires insurgés, l’une des pièces maîtresses de la propagande des autorités basques. Ainsi, à Bilbao, la presse locale aborde l’événement en fonction des priorités définies par le pouvoir politique. Bien que, lors des premiers jours, les journaux publient des articles dont les titres soulignent l’impact émotionnel du bombardement (L’aviation factieuse bombarde sauvagement Gernika13, Gernika, en flammes14), ils adoptent rapidement un discours de mobilisation identique à celui que tient, le 27 avril, le président José Antonio Aguirre dans un message adressé aux Basques15. La presse applique de la sorte les recommandations des autorités, qui tiennent à éviter que la démoralisation de l’armée et de la population ne s’accentue16 :

  • 17 Euzkadi roja, 27 avril 1937, p. 1.

« Par-dessus les flammes gigantesques de Guernica […] l’âme basque, invaincue, immortelle, et indomptable ressent un vigoureux frisson de rage et de vengeance. Aujourd’hui plus que jamais […] nous promettons de défendre la Patrie jusqu’à la mort. »17

9Ces appels au patriotisme et à l’esprit de résistance mythique des Basques s’accompagnent de mots d’ordre, qui essaient de persuader la population qu’une victoire est toujours possible :

  • 18 Euzkadi, 4 mai 1937, p. 1.

« L’ennemi n’entrera jamais à Bilbao. Si Euzkadi veut battre l’envahisseur elle le battra, et comme je sais qu’elle le veut, la victoire nous appartient. Oublions le pessimisme. »18

10Le contenu de la presse épouse tant les préoccupations du gouvernement basque, que des journaux comme la CNT del norte deviennent le porte-parole des autorités locales. Ce périodique n’hésite pas, par exemple, à réclamer au gouvernement républicain, l’envoi de toute urgence d’escadrilles afin de résister à la progression des troupes du général Mola :

  • 19 CNT del norte, 29 avril 1937, p. 1.

« Le Gouvernement républicain, et les antifascistes espagnols, doivent […] nous envoyer l’aviation nécessaire pour les vaincre [.. .] et, ainsi, précipiter la victoire finale. »19

11Cette adéquation entre la presse et les autorités se vérifie également à travers l’évolution du discours sur Guernica. Les articles décrivant le bombardement disparaissent progressivement et la presse, à l’instar du gouvernement, lance un appel à l’étranger. Elle réclame une intervention des grandes puissances ou, du moins, la condamnation internationale des militaires :

  • 20 La lucha de clases, 27 avril 1937, p. 5.

« Le monde entier doit condamner énergiquement les procédés inhumains des franquistes rasant les paisibles villages de l’Euzkadi. »20

  • 21 Ibid., 30 avril 1937, p. 3.

12Les journaux de la capitale de la Biscaye se font l’écho de la polémique que le bombardement a provoqué dans le monde et, notamment, en Grande-Bretagne et en France. On n’hésite pas à publier les résumés des articles parus à l’étranger (par exemple, un article de La lucha de clases intitulé Le crime de Guernica, à travers les journaux étrangers21) et à suggérer que l’intervention des grandes puissances est proche :

  • 22 Ibid.

« La destruction de Guernica a produit une telle réaction dans le monde entier qu’elle peut avoir des conséquences insoupçonnables. »22

  • 23 Je tiens à rappeler que l’un des principaux témoignages est celui du journaliste anglais George Low (...)

13L’intérêt croissant que la presse porte à l’étranger joue un rôle considérable dans le message qu’elle transmet à la population, et dans l’utilisation de l’un des principaux supports de l’événement : le témoignage. Dans un premier temps, les quotidiens publient des témoignages qui s’adressent essentiellement à la population locale. Ils sont l’œuvre des rares journalistes basques qui se sont rendus sur les lieux après la destruction de la ville23. Le premier paraît dans Tierra Vasca. Le reporter, bien que décrivant ce qu’il a vu et faisant état des informations qu’il a recueillies auprès des habitants, prend parti et oriente l’opinion du lecteur :

  • 24 Tierra Vasca, 27 avril 1937, p. 1.

« Gernika, 3 heures du matin. A l’heure où nous sommes arrivés à Gernika, une heure du matin, la ville était en flammes […] Jamais nous n’aurions pu imaginer que la cruauté des gens pouvait atteindre de tels extrêmes. A quatre heures et demie de l’après-midi, les premiers avions sont apparus. Les aviateurs étrangers ont tout employé pour détruire la population et assassiner les habitants de la Biscaye : des bombes explosives, des bombes incendiaires, le feu des mitrailleuses […] Nous allons donner un exemple qui souligne de façon évidente que les rebelles, le commandement rebelle, ne donnent pas à ces aviateurs étrangers l’ordre de détruire un quelconque objectif militaire, mais l’ordre de détruire tout ce qu’ils peuvent et de provoquer le plus grand nombre possible de victimes. Rien n’a échappé à cette attaque cruelle. Les églises et les hôpitaux ont subi les mêmes dégâts que tous les autres édifices. »24

14D’autres journalistes décrivent les ruines de Guernica et s’engagent davantage dans la condamnation des militaires insurgés. Ainsi, le représentant de La tarde affirme :

  • 25 La tarde, 28 avril 1937, dernière page.

« Et avec l’âme transpercée par la douleur, les poings serrés et les larmes aux yeux nous nous sommes demandés […] ceux-là même qui détruisent, rasent et brûlent […] sont-ils les sauveurs de la civilisation ? Barbares, arriérés ! avons nous répondu […] Guernica sera une éternelle condamnation contre ceux qui se présentent comme les défenseurs de la religion chrétienne. »25

  • 26 Cf. La tarde, 15 mai 1937, p. 3.

15Dans un tel contexte, le témoignage journalistique ne consiste pas uniquement à décrire, de façon objective, ce qu’il a vu mais, plutôt, à dénoncer. Il devient, de la sorte, une arme politique qui sert à combattre l’ennemi, tout comme les fantassins sur le champ de bataille. Plus que jamais l’objectivité est illusoire car la presse n’est pas seulement, dans le cas qui nous occupe, un moyen d’information, mais un instrument destiné à orienter l’opinion dans le sens que définit le pouvoir en place. La publication des déclarations des journalistes anglais, qui ont assisté au bombardement, illustre parfaitement ce dernier point. La parution de leurs témoignages dans la presse de Bilbao26 est destinée à conforter, aux yeux de la population locale, la position des autorités basques en démontrant que leur version est corroborée par des personnalités étrangères indépendantes. L’utilisation du témoignage comme arme politique est également confirmée par la frénésie qui s’empare de certains journaux, lesquels n’hésitent pas à lancer des appels à témoin grandiloquents dans leur rhétorique afin de prouver la culpabilité des militaires :

  • 27 La lucha de clases, 1 mai 1937, p. 4.

« On a besoin de photographies, de statistiques, de restes de bombes allemandes, de pièces à conviction de toutes sortes. Et, en particulier, du témoignage humain. Ces pauvres femmes dont les yeux ont conservé l’horreur d’un spectacle hallucinant. Qu’on les entende, que l’on voie les enfants, que l’on écoute les victimes qui ont pu survivre ! […] Que tout le monde sache, sans que le moindre doute puisse subsister, de quoi sont capables ces canailles. »27

16La bataille qui s’engage concernant l’affaire de Guernica prend par la suite une telle ampleur à l’étranger, que les témoignages ne sont plus un outil d’information et de propagande à usage interne, mais l’arme avec laquelle on essaie de s’imposer sur la scène internationale. Cela apparaît clairement le 29 avril dans l’appel que lance, au « monde civilisé », le président du gouvernement basque, José Antonio Aguirre :

  • 28 Euzkadi, 29 avril 1937, p. 1.

« Face au manque de scrupules inouï des rebelles, affirmant que nous avons nous-mêmes incendié nos villages, j’élève ma voix afin de protester devant le monde entier […] et j’en appelle au témoignage des nombreux journalistes et représentations consulaires qui ont contemplé avec effroi où mènent les instincts de destruction des mercenaires au service des fascistes espagnols. »28

  • 29 Euzkadi, 5 mai 1937, p. 1.
  • 30 GARTAONANDÍA, Carmelo, op. cit., p. 204.
  • 31 Onaindía a assisté au bombardement. Il était à ce moment-là à Guernica à la recherche de membres de (...)

17La nouvelle orientation au sein de laquelle s’inscrivent les témoignages s’accompagne d’un soin particulier dans le choix des témoins. Ainsi le 4 mai, le département de culture du gouvernement basque organise dans les studios de Radio Emisora Bilbaína une émission spéciale, traduite en français et en anglais. Elle est destinée à faire connaître au monde « la vérité sur le monstrueux attentat qui fit disparaître de la carte la ville de Gernika »29. Les personnalités qui y participent sont Bonifacio de Etxegarai, membre de l’Académie de la Langue basque, José de Labauria, maire de Guernica, Eusebio de Arronategi, coadjuteur de la paroisse de Santa María de Guernica, et Jesús María de Leizaola, responsable du département de culture du gouvernement basque. Comme le démontre cette émission, la stratégie consiste à sélectionner des personnes dont l’intégrité morale ne peut, en théorie, être remise en question30. Les journalistes basques sont écartés, car ils sont susceptibles d’être considérés comme trop partiaux à l’étranger. En revanche, le corps ecclésiastique local est particulièrement sollicité par les autorités basques. Sa présence constitue un gage d’objectivité qui renforce la crédibilité du gouvernement basque. C’est pour cela que l’on publie, en guise de témoignage, une déclaration des représentants du clergé basque, et que le président du gouvernement autonome, José Antonio Aguirre, demande au chanoine Onaindía31 d’aller à Paris.

III - Les déclarations d’Onaindía dans la presse

  • 32 L’aube, 30 avril-1mai 1937, p. 1.
  • 33 J’ai choisi la version du témoignage d’Onaindía publiée par Sud Ouest, et reprise par la presse de (...)
  • 34 Euzkadi, 2 mai 1937, p. 4.
  • 35 Arbre sous lequel se réunissaient, jusqu’au siècle dernier, les autorités de la Biscaye lors de div (...)
  • 36 Euzkadi, 2 mai 1937, p. 4.

18Présent lors de la destruction de la ville, Onaindía se rend en France pour dévoiler la vérité à la presse internationale. Ses premières déclarations sont publiées à la fin du mois d’avril par L’aube32 et par le journal Sud-Ouest33. Le témoignage est relativement court (une centaine de lignes) et se compose de trois parties. Dans la première, la plus longue, Onaindía décrit le bombardement méticuleusement. Il prend soin de signaler l’heure et la durée exacte du bombardement (de 16h50 à 19h45), la méthode employée par l’ennemi ( « premièrement le feu des mitrailleuses, puis des bombes ordinaires et, finalement, des bombes incendiaires »34), le type d’avion qui est intervenu (des avions de chasse et six trimoteurs) et, enfin, l’ampleur des dégâts commis (destruction de la majeure partie de la ville à l’exception de la zone située autour de l’arbre35 de Guernica). Ces détails servent de caution au témoignage et sont destinés à convaincre ceux à qui il s’adresse. De fait, la précision de la description est essentielle, car elle tient lieu d’« effet de réel » et sert à prouver la présence d’Onaindía à Guernica au moment où s’est produit le bombardement. Le second aspect qu’il convient de souligner est l’importance qu’accorde, dans cette partie, le chanoine aux victimes et sa manière de les décrire. Il présente une population pacifique dont les activités sont des plus communes : le 26 avril, jour de marché, de nombreuses personnes se sont rendues à Guernica. La ville « qui ne disposait d’aucune défense antiaérienne, ni de batteries ni de mitrailleuse en position », a subi l’acharnement des « avions assassins ». Les victimes sont des enfants, des femmes et des vieillards « immobilisés par la terreur ». Ils n’ont d’autre recours que de « lever les bras en croix comme pour implorer la protection divine ». Personne n’échappe au bombardement. Dans les refuges et les hôpitaux, les victimes se comptent par dizaines. Les survivants ne sont que des morts-vivants qui errent dans un décor dantesque (l’incendie était visible à 22 km de Guernica) à la recherche d’« êtres chers qui, pour la plupart, n’étaient plus que des cadavres transpercés par les balles »36. Cette description, même si elle est exacte, renforce la dimension pathétique de l’événement pour émouvoir l’opinion publique et, par là même, insister sur la cruauté des auteurs du bombardement. En rappelant la présence de vieillards, de femmes et d’enfants lors du bombardement, Onaindía tente de frapper par des images marquantes une population française, ou plus largement européenne, qui a connu les horreurs de la Première Guerre Mondiale. Cette description réactive dans les mémoires des scènes que l’on croyait à jamais disparues. On note, par ailleurs, qu’Onaindía ne manque pas de faire allusion au catholicisme des habitants. Il rappelle, de la sorte, qu’au Pays basque les populations sont restées proches de l’Eglise, contrairement à ce qui a pu se dérouler dans d’autres parties du territoire contrôlé par la République. Onaindía essaie ainsi de rallier une opinion publique catholique traumatisée par l’assassinat de milliers d’ecclésiastiques au cours du conflit, morts que la propagande des militaires n’hésite d’ailleurs pas à utiliser pour dénigrer le camp adverse. Onaindía remet également en question les fondements idéologiques du soulèvement du 18 juillet 1936, événement présenté comme une croisade en faveur de la religion catholique et des millions de croyants espagnols. Comment, en effet, peut-on défendre le catholicisme et assassiner des catholiques ?

19La deuxième partie du témoignage amplifie cette dénonciation. Il s’agit d’une prise de parole personnelle d’Onaindía. Selon lui, célébrer un Te Deum dans l’Eglise de Santa María de Guernica en l’honneur de Franco et de Mola serait l’un des pires outrages que l’on puisse infliger à la religion. Dans ce passage, le chanoine dénonce le caractère fallacieux du catholicisme des militaires et insiste sur leur cynisme. Il oppose à cette religion prônée par les militaires, fondée sur le mensonge, le véritable catholicisme des Basques et notamment celui des victimes de Guernica. Nous retrouvons, dans ce passage, une allusion indirecte aux accusations lancées par le gouvernement basque, selon lesquelles les militaires ont instauré dans leur territoire une religion adultérée. La troisième partie du témoignage parachève la condamnation des militaires. Le chanoine y présente la liste des villes et villages basques bombardés et rappelle également le viol, à Zeanuri, de 24 femmes par des soldats marocains au service de Franco. Onaindía conclut donc en essayant d’amener les catholiques à réfléchir sur leur position à l’égard des militaires. En effet, comment soutenir de prétendus défenseurs de l’Eglise qui laissent des femmes catholiques se faire violer par l’ennemi héréditaire du catholicisme : le musulman ?

  • 37 En ce qui concerne la propagande du gouvernement basque en France, il est particulièrement intéress (...)

20Ces différents aspects du témoignage d’Onaindía démontrent parfaitement qu’il participe activement au combat qui se livre en Biscaye. Bien qu’il ne prenne pas les armes, la presse lui donne la possibilité de s’engager ouvertement. Onaindía a tout à fait conscience de l’impact de ses déclarations sur les catholiques français. En acceptant de se rendre à Paris, il sait que sa fonction d’homme d’Eglise lui confère une dimension morale fondamentale pour faire admettre son témoignage et provoquer une division des catholiques. Par voie de presse, Onaindía participe ainsi directement au combat contre les militaires, en affaiblissant le soutien dont ils bénéficient à l’étranger et notamment en France37.

IV - Les répercussions du bombardement dans la presse française

  • 38 SOUTHWORTH, Herbert R, op. cit., p. 208. La Ligue Internationale des Amis des Basques n’apparaît qu (...)
  • 39 Ibid., p. 190.

21Quand le chanoine Onaindía arrive en France, la droite est largement acquise aux militaires insurgés, et ce en dépit de l’existence d’un groupe d’intellectuels catholiques, formé entre autres par Jacques Maritain et Louis Martin-Chauffier, qui a publié le 27 février un manifeste imputant « la responsabilité du déclenchement de la guerre civile » aux militaires espagnols38. Dès que la presse s’empare du témoignage d’Onaindía, la situation change. On voit « se développer dans les secteurs conservateurs français un fort courant d’opinion favorable à la cause basque »39. En réalité, le camp catholique se fractionne en trois groupes, division qui reflète celle de la presse. Dès le 29 avril, les journaux de droite publient des informations sur Guernica, dont le contenu diverge en fonction de leurs positions à l’égard des nationalistes basques.

22L’aube, démocrate-chrétien, est le principal journal catholique français qui prenne fait et cause pour le gouvernement de Bilbao. Après avoir publié, le 29 avril, le témoignage du journaliste anglais Steer, L’aube publie celui d’Onaindía accompagné d’un éditorial intitulé « Le martyre de Guernica ». L’auteur, Georges Bidault, y exprime la position officielle du journal :

  • 40 L’aube, 30 avril-1 mai 1937, p. 1.

« Précisément parce que nous avons stigmatisé les horreurs commises par ceux qu’on appelle gouvernementaux, nous avons le devoir de réprouver les excès commis de l’autre côté de la barricade.[…] Pour nous, un meurtre est un meurtre, une infamie est une infamie. Commis par des blancs ou par des rouges, commis au nom de l’ordre ou au nom de la liberté, un acte vaut ce qu’il est. […] Fidèles à nous-mêmes et d’abord à notre devoir, nous associons notre voix à celles qui se lèvent de par le monde contre les assassins de Guernica. […] Pendant trois heures, les avions allemands ont, dans les rues et dans les champs, tiré à la mitrailleuse sur les femmes et sur les enfants. […] Un croisé n’est pas un assassin d’enfants. Une grande cause ne tolère pas d’être servie par de tels attentats. »40

23A partir de ce moment, le journal lance une campagne dont le premier objectif est de lutter contre la presse catholique française qui défend la version des faits présentée par les militaires espagnols :

  • 41 Ibid., 6-7 mai 1937, p. 2.

« On sait quelle est l’attitude de la presse de droite vis-à-vis des massacres du Pays Basque. N’osant les justifier, elle les nie. […] Ainsi, si les femmes et les enfants basques sont massacrés, c’est de leur faute et lorsqu’on parle du « crime des responsables », il ne peut s’agir évidemment du général Franco. »41

24Deuxième priorité, défendre la cause nationaliste basque. L’aube publie un article de Luigi Sturzo intitulé « La cause du peuple basque » qui affirme entre autres :

  • 42 Ibid., 12 mai 1937, p. 1.

« Les Basques ne nient pas la mère-patrie et ils ne sont pas séparatistes ; ils sont autonomistes à leur manière, selon leurs traditions, de même que ne sont pas séparatistes, mais autonomistes ou, si l’on veut, régionalistes, les Alsaciens-Lorrains. »42

  • 43 Ibid., 11 mai 1937, p. 1.

25Enfin, le troisième objectif de L’aube est de donner le plus d’écho possible aux actions menées en faveur des Basques par les catholiques de l’Hexagone. Pour cette raison, le journal publie, par exemple, un appel de l’Union des Syndicats Chrétiens Drôme-Ardèche intitulé Pour l’accueil en France des femmes et des enfants catholiques du Pays basque43, ainsi que le manifeste Pour le peuple basque signé, entre autres, par Mauriac et Maritain :

  • 44 Ibid., 8 mai 1937, p. 1.

« La guerre civile espagnole vient de prendre au pays basque un caractère particulièrement atroce. […] c’est aux catholiques, sans distinction de parti, qu’il appartient d’élever la voix les premiers pour que soit épargné au monde le massacre impitoyable d’un peuple chrétien. Rien ne justifie, rien n’excuse des bombardements de villes ouvertes, comme celui de Guernica. »44

  • 45 La Croix, 1 mai 1937, p. 2.

L’engagement de L’aube a toutefois un impact relativement limité, dans la mesure où ce journal est à faible tirage et s’adresse à un public composé de classes moyennes et d’intellectuels. La plupart des catholiques français lisent en effet des journaux tels que Le Figaro ou La Croix dont les positions, quant au bombardement, sont ambiguës. La publication, le 1er mai, par La Croix de textes émanant des deux camps adverses en est l’illustration. Dans le même numéro, ce quotidien fait paraître la version des faits transmise par les militaires ainsi que la demande par le gouvernement basque de la création d’une commission d’enquête45. La position de ce journal reflète la grande division de ses lecteurs sur la question. Il se refuse à trancher en adoptant un engagement définitif et opte pour la neutralité :

  • 46 Ibid., 4 mai 1937, p. 2.

« On sait la controverse qui s’est élevée au sujet de la destruction de Guernica, la ville sacrée des Basques. Le gouvernement de Bilbao accuse les aviateurs allemands d’avoir bombardé la ville, tandis que les nationalistes affirment que leurs appareils ne sont pas sortis ce jour-là et que ce sont les rouges qui ont eux-mêmes incendié la cité. Il est donc difficile de savoir ce qui s’est réellement passé. »46

  • 47 Le Figaro, 5 mai 1937, p. 1.

26On constate la même ambiguïté dans Le Figaro. Dix jours après le bombardement, il publie un article de Wladimir d’Ormesson affirmant que « Guernica a été détruite et par un raid d’avions et par des brasiers allumés ici et là »47. De telles affirmations sont symptomatiques de l’évolution qui se produit chez les catholiques à partir du 26 avril et de l’impact négatif du bombardement sur l’image des militaires.

  • 48 L’Action Française, 5 mai 1937, p. 2.

27En revanche, Guernica ne modifie en rien la position initiale de certains journaux tels que L’Action Française. Acquis depuis le début à la cause des militaires insurgés, le quotidien monarchiste en devient le plus âpre défenseur. Le 29 avril, L’Action Française publie leur version de la destruction de Guernica et, quelques jours plus tard, le témoignage de son correspondant, Jean Couderc, qui a visité la ville après l’entrée des troupes du général Mola48. Au cours de cette période, le quotidien développe une campagne de propagande qui consiste, en premier lieu, à dénoncer les prises de position des catholiques modérés :

  • 49 Ibid., 6 mai 1937, p. 1.

« On apprend que les horreurs de Guernica ne sont pas du tout celles que l’on pensait, qu’elles sont même tout le contraire, que les auteurs en sont les meilleurs amis de L’AUBE, de la Juiverie, des Covenantaires anglo-saxons, des salonnards qui les soutiennent, et que le monde vient, une fois encore, d’être dupe de ceux qui veulent le berner pour le piller en l’aveuglant. »49

  • 50 Le chapitre de la cathédrale de Valladolid l’accuse d’avoir usurpé le titre de doyen. Cf. SOUTHWORT (...)
  • 51 L’Action Française, 16 mai 1937, p. 1.

28En second lieu, L’Action Française entreprend de dénigrer Onaindía en publiant un télégramme du chapitre de la cathédrale de Valladolid, qui accuse le chanoine d’imposture50 et souligne ses prétendues idées séparatistes51. Enfin, le quotidien attaque les autorités de Bilbao ainsi que le gouvernement français, qu’il soupçonne de collusion avec les nationalistes basques dans le seul but de démembrer la France :

  • 52 Ibid., 11 mai 1937, p. 1.

« Quand cette dépêche sera imprimée dans notre chère Action Française, dont tout le monde ici sait bien qu’elle a sauvé en Espagne l’honneur français, la république d’Euzkadi aura vécu, ou sera sur le point de rendre l’âme, malgré tous les efforts faits par l’Angleterre pour soutenir ce séparatisme qui devait, il ne faudrait pas l’oublier chez nous, s’étendre jusqu’à Bayonne. Est-ce que notre gouvernement en aidant les communistes-chrétiens de Biscaye était d’accord pour leur céder une partie du territoire français ? »52

  • 53 Ibid., 10 mai 1937, p. 2.

29Il s’agit, par ce biais, de faire pression sur le gouvernement en manipulant l’opinion publique, pour qu’elle s’oppose à toute intervention de la France au Pays basque. L’Action Française sert alors de relais aux intérêts des militaires espagnols qui tiennent absolument à ce que la France demeure à l’écart du conflit et adopte une politique ouvertement contraire aux intérêts de la République et aux autorités de Bilbao. Pour cette même raison, le quotidien ne cesse de dénoncer dans ses pages le matériel de guerre que reçoit le gouvernement républicain en provenance de l’hexagone53. Cependant, la propagande de L’Action Française ne modifie pas la position du gouvernement du Front populaire. Son impact sur les autorités est insignifiant, et ce d’autant que les catholiques se retrouvent profondément divisés après le témoignage d’Onaindía et que les organisations de gauche demandent à Léon Blum de s’engager fermement aux côtés de la République espagnole.

V - Les enjeux de la médiatisation en France

  • 54 Euzkadi, 29 avril 1937, p. 1.
  • 55 Cf. L’Humanité, 5 mai 1937, p. 3.
  • 56 L’Aube, 6-7 mai 1937, p. 1.
  • 57 Onaindía ne se rendra jamais au Vatican, car le Nonce du Saint-Siège à Paris ne lui remet aucun sau (...)
  • 58 Cf. BERNECKERT, Walther L. « Cincuenta años de historiografía sobre el bombardeo de Gernika », p. 2 (...)

30Pour mieux saisir les enjeux que dissimule la médiatisation extrême du bombardement de Guernica en France, il convient de revenir au 29 avril 1937. Ce jour-là, José Antonio Aguirre, président du gouvernement basque, lance un appel « au monde civilisé » et demande aux nations comme la France d’intervenir afin de sauver les milliers de personnes réfugiées à Bilbao54. A travers cette requête désespérée, on comprend parfaitement l’objectif des autorités basques. Au-delà de l’indignation que provoque la destruction de la « ville sainte des basques », il est clair que c’est le sort de Bilbao, dernier réduit de la résistance basque, qui se joue. Parallèlement aux contacts officieux avec les Italiens, les autorités utilisent Guernica pour créer, au sein de l’opinion publique, un courant favorable à une intervention des grandes puissances dans le conflit qui secoue le Pays basque. Le témoignage du chanoine Onaindía s’inscrit également dans cette stratégie. Bien qu’il vise en priorité les catholiques, la presse lui sert de relais pour s’adresser aux formations politiques de gauche qui militent, dans des pays tels que la France, pour un accroissement de l’aide en faveur de la République. Le chanoine, en effet, ne peut officiellement se mettre en contact avec ces organisations ou demander leur appui, sous peine de perdre toute crédibilité auprès de la population catholique. Rappelons par exemple, l’émotion que suscite chez les catholiques français la publication par L’Humanité d’une interview que le chanoine aurait prétendument accordée à un journaliste de ce quotidien55. La polémique et son exploitation par les groupes favorables aux militaires sont telles, qu’Onaindía se retrouve dans l’obligation de faire publier par la presse catholique une note dans laquelle il nie l’authenticité de l’interview56. Par ailleurs, n’oublions pas que le chanoine espère se rendre au Vatican afin de témoigner devant le Pape de ce qui s’est produit à Guernica57. Dans ce contexte, il évite toute déclaration à la presse de gauche. Onaindía représente cependant pour celle-ci un témoin exceptionnel, car il appartient à une institution (l’Eglise) qui appuie les militaires. Sa position offre donc un gage supplémentaire de véracité. Le témoignage d’Onaindía, au même titre que la déclaration de la délégation basque qui se rend à Paris le 28 avril pour demander l’appui de la France et de la Grande-Bretagne58, est un élément fondamental de l’offensive médiatique lancée par le gouvernement basque afin de sauver Bilbao.

  • 59 L’Humanité, 13 mai 1937, p. 1-2.
  • 60 Le Petit journal, 30 avril 1937, p. 1.

31A la lecture de la presse de gauche et de la presse non-catholique, cet objectif semble au mois d’avril et de mai parfaitement réalisable. En effet, le bombardement de Guernica provoque dès le début une émotion qui laisse présager une pression considérable sur le gouvernement du Front populaire. Les témoignages des rescapés et des journalistes présents sur les lieux se multiplient, contribuant à mobiliser l’opinion publique française. L’Humanité, par exemple, publie une enquête sur Guernica qui regroupe le témoignage de huit survivants du bombardement59. Progressivement, cependant, l’indignation des premiers jours s’estompe et la presse commence à s’intéresser à Bilbao. Les articles des journalistes travaillant dans la capitale de la Biscaye font la une des journaux. Certains insistent sur le sort des enfants « victimes innocentes des bombardements infernaux »60. D’autres mettent l’accent sur les conditions de vie de la population :

  • 61 L’Humanité, 9 mai 1937, p. 3.

« Six cent mille habitants à Bilbao ! Six cent mille bouches à nourrir, sans parler des combattants. Une immense cité industrielle sans arrière-pays, ravitaillée depuis toujours par la mer. Et, depuis neuf mois, toute cette population est strictement rationnée. […] Depuis le mois d’août, on ne distribue que 125 grammes de pain noir par jour et par personne ! Et encore ! Au mois d’avril, la distribution de pain faute de farine n’a pas été faite pendant vingt jours. »61

32La presse permet à l’opinion publique de prendre la mesure du drame et elle accroît l’appui de la population française aux autorités basques. Parallèlement, de multiples actions se développent. Le Parti Communiste, par exemple, crée un Comité pour Bilbao chargé d’envoyer des vivres dans la capitale de la Biscaye. Cette campagne est également associée à la publication d’articles critiquant la politique de la France dans le conflit espagnol :

  • 62 Ibid., 3 mai 1937, p. 3.

« Que faudra-t-il, quelles nouvelles horreurs, combien de morts supplémentaires, combien de femmes et d’enfants massacrés pour que le gouvernement français rompe avec sa tragique erreur et sa déplorable illusion ? Il n’a pas voulu nous entendre lorsque nous lui disions que, dans la pratique, la fausse non-intervention, la non-intervention duperie, était meurtrière pour la démocratie et la paix. »62

33Les appels pour une intervention rapide se multiplient. Le Populaire, organe central du Parti Socialiste, déclare par exemple :

  • 63 Le Populaire, 8 mai 1937, p. 4.

« Le peuple basque a droit à une aide immédiate, inconditionnée. Si une Europe existe encore, si la civilisation n’est pas un vain mot, la population civile de Bilbao doit être soustraite au martyre que lui infligent les lansquenets du fascisme international. […] Un gouvernement de Front Populaire pourrait-il hésiter devant un devoir si noble, si impérieux ? »63

34Finalement, la campagne porte ses fruits. Au début du mois de mai, la France décide de suivre la décision de la Grande-Bretagne et d’assurer l’évacuation des habitants de Bilbao, dont la majeure partie sera accueillie dans les ports de l’Hexagone. Pourtant, cette intervention est considérée insuffisante, notamment par les communistes. A la fin du mois de mai, ils réclament encore un changement radical de politique :

  • 64 Ibid., 29 mai 1937, p. 3.

« Les dirigeants français se rendent-ils compte de la responsabilité qu’ils assument ? Réalisent-ils clairement la colère que font naître au cœur des travailleurs des événements comme ceux de Guernica ? La France laissera-t-elle détruire le Pays basque dans les flammes et les bombardements ? »64

35Les autorités françaises restent néanmoins à l’écart du conflit. Bien que Paris se joigne à d’autres gouvernements afin de réclamer un arrêt des bombardements, la France abandonne les Basques à leur sort. Le 19 juin, Bilbao tombe entre les mains des franquistes. Les militaires sont persuadés que le bombardement de Guernica sombrera dans l’oubli. Or, il ne cesse de revenir sur le devant de la scène, grâce - en particulier - aux autorités basques qui luttent pendant de nombreuses années pour que la vérité soit définitivement admise. De Nuremberg à nos jours, la destruction de cette ville demeure au centre d’une vive polémique, polémique dont l’ampleur souligne la puissance de la presse en tant qu’arme politique.

Haut de page

Bibliographie

Presse

Espagne

CNT del norte, avril-juin 1937.

El Liberal, avril-juin 1937.

Euzkadi, avril-juin 1937.

Euzkadi roja, avril-juin 1937.

La Lucha de clases, avril-juin 1937.

La Tarde, avril-juin 1937.

Tierra Vasca, avril-juin 1937.

France

L’Action Française, avril-juillet 1937.

L’aube, avril-juillet 1937.

L’Humanité, avril-juillet 1937.

La Croix, avril-juillet 1937.

Le Figaro, avril-juillet 1937.

Le petit journal, avril-juillet 1937.

Le populaire, avril-juillet 1937.

Ouvrages et articles

Basaldua, Pedro de, En defensa de la verdad, Buenos Aires, Ekin, 1956.

Bernecker, Walther L. « Cincuenta años de historiografía sobre el bombardeo de Gernika », in Tuñon de Lara, Manuel (dir), Gernika : 50 años después (1937-1987). Nacionalismo, República, Guerra Civil, San Sebastián, Universidad del País Vasco, 1987.

Cava Mesa, María Jesús, Memoria colectiva del bombardeo de Gernika, Bilbao, Bakeaz, 1996.

El clero vasco frente a la cruzada franquista, Toulouse, Egi Indarra, 1966.

Garitaonandía, Carmelo, « Información y propaganda en torno al bombardeo de Guernica », in Tuñon de Lara, Manuel (dir), Gernika : 50 años después (1937-1987). Nacionalismo, República, Guerra Civil, San Sebastián, Universidad del País Vasco, 1987.

Garitaonandía, Carmelo, « La prensa y la guerra de ondas en Euzkadi (1936-1937) », in La guerra civil en el País Vasco, 50 años después, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1987.

Gobierno Provisional de Euzkadi, Documentos relativos a la guerra civil. La intervención de Alemania en favor de Franco en las operaciones del territorio vasco, n° 4, Folleto.

Granja, José Luis de la, « La ideología del PNV en la Guerra Civil a través del diario Euzkadi » in Granja, José Luis de la, República y Guerra Civil en Euzkadi. (Del pacto de San Sebastián al de Santoña), Bilbao, HAEE, 1990.

Jiménez de Aberásturi, Luis María, Juan Carlos, La guerra en Euzkadi, Barcelona, Plaza y Janes, 1978.

Le clergé basque. Rapports présentés par des prêtres basques aux autorités ecclésiastiques, Paris, Peyre, 1938.

Larronde, Jean Claude, « Las repercusiones políticas de la Guerra Civil en Iparalde », in La guerra civil en el País Vasco, 50 años después, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1987.

Meer, Fernando de, El partido nacionalista vasco ante la guerra de España (1936-1937), Pamplona, EUNSA, 1992.

Obras completas de Alberto de onaindía. Las charlas del sacerdote Doctor Olaso en la radiodifusión francesa, Bilbao, La gran Enciclopedia vasca, 1980.

Onaindía, Alberto, Hombre de paz en la guerra. Capítulos de mi vida I, Buenos Aires, Ekin, 1973.

Pablo, Santiago de, « El bombardeo de Gernika : información y propaganda en el cine de la guerra civil », Filmhistoria, n° 2-3, 1998.

Pablo, Santiago de, El péndulo patriótico. Historia del Partido Nacionalista Vasco, II : 1936-1979, Barcelona, Crítica, 2001.

Reig Tapia, Alberto, « Guernica como símbolo », in La guerra civil en el País Vasco, 50 años después, Bilbao, Universidad del País Vasco, 1987.

Rojo Hernandez, Severiano, Eglise et société. Le clergé de Bilbao de la République au franquisme (1931-années cinquante), Paris, L’Harmattan, 2000.

Southworth, Herbert R, La destruction de Guernica. Journalisme, diplomatie, propagande et histoire, Paris, Ruedo Ibérico, 1975.

Vidal, César, La destruccción de Guernica. Un balance sesenta años después, Madrid, Espasa, 1997.

Haut de page

Notes

1 Cf. SOUTHWORTH, Herbert R., La Destruction de Guernica. Journalisme, diplomatie, propagande et histoire, Paris, Ruedo Ibérico, 1975.

2 Quelques jours après le bombardement, les franquistes affirment que la ville de Guernica a été incendiée par des mineurs asturiens de l’armée républicaine. En revanche, le gouvernement basque accuse l’aviation allemande au service de Franco d’avoir rasé la ville. L’opposition entre ces deux thèses, en dépit de ses évolutions, durera jusque dans les années soixante-dix.

3 Dans cette partie du Pays basque, le succès du soulèvement militaire est également le résultat de la présence à Pampelune de l’un des chefs de la conspiration, le général Mola.

4 Cf. ROJO HERNANDEZ, Severiano, Eglise et société. Le clergé de Bilbao de la République au franquisme (1931-années cinquante), Paris, L’Harmattan, 2000.

5 MEER, Fernando de, El partido nacionalista vasco ante la guerra de España (1936-1937), Pamplona, EUNSA, 1992, p. 395.

6 Ibid., p. 383.

7 Ibid., p. 389.

8 Ibid., p. 395.

9 Ibid., p. 394.

10 Ibid., p. 380.

11 Ibid., p. 402.

12 Ibid., p. 399.

13 Tierra Vasca, 27 avril 1937, dernière page.

14 Euzkadi, 29 avril 1937, dernière page.

15 Ibid., 27 avril 1937, p. 1.

16 GARITAONANDÍA, Carmelo, « Información y propaganda en torno al bombardeo de Guernica », p. 199.

17 Euzkadi roja, 27 avril 1937, p. 1.

18 Euzkadi, 4 mai 1937, p. 1.

19 CNT del norte, 29 avril 1937, p. 1.

20 La lucha de clases, 27 avril 1937, p. 5.

21 Ibid., 30 avril 1937, p. 3.

22 Ibid.

23 Je tiens à rappeler que l’un des principaux témoignages est celui du journaliste anglais George Lowther Steer publié en Angleterre par The Times. Il impute aux franquistes la responsabilité de la destruction de Guernica et son témoignage est, en partie, à l’origine de la polémique qui éclate par la suite dans le monde entier.

24 Tierra Vasca, 27 avril 1937, p. 1.

25 La tarde, 28 avril 1937, dernière page.

26 Cf. La tarde, 15 mai 1937, p. 3.

27 La lucha de clases, 1 mai 1937, p. 4.

28 Euzkadi, 29 avril 1937, p. 1.

29 Euzkadi, 5 mai 1937, p. 1.

30 GARTAONANDÍA, Carmelo, op. cit., p. 204.

31 Onaindía a assisté au bombardement. Il était à ce moment-là à Guernica à la recherche de membres de sa famille qu’il tenait à mettre à l’abri en raison de la rupture des lignes de défense basques. Cf. Onaindía, Alberto, Hombre de paz en la Guerra. Capítulos de mi vida I, Buenos Aires, Ekin, 1973.

32 L’aube, 30 avril-1mai 1937, p. 1.

33 J’ai choisi la version du témoignage d’Onaindía publiée par Sud Ouest, et reprise par la presse de Bilbao, car elle a été l’une des premières à paraître. Comme le suggère Southworth, elle a été remise à la presse soit par la délégation basque à Paris, soit par les services de presse républicains. Ce dernier point souligne l’importance que revêt cette version pour les autorités basques ainsi que le type d’information que ces dernières tiennent à diffuser en France à travers ce témoignage. (Cf. SOUTHWORTH, Herbert R, op. cit., p. 195.).

34 Euzkadi, 2 mai 1937, p. 4.

35 Arbre sous lequel se réunissaient, jusqu’au siècle dernier, les autorités de la Biscaye lors de diverses cérémonies.

36 Euzkadi, 2 mai 1937, p. 4.

37 En ce qui concerne la propagande du gouvernement basque en France, il est particulièrement intéressant d’étudier un rapport remis en 1936 aux autorités basques intitulé « Sobre la necesidad de la organización de un servicio de propaganda. Su eficacia en París ». Archivo Histórico Nacional, P.S Barcelona, Leg. 893.

38 SOUTHWORTH, Herbert R, op. cit., p. 208. La Ligue Internationale des Amis des Basques n’apparaît qu’en 1938.

39 Ibid., p. 190.

40 L’aube, 30 avril-1 mai 1937, p. 1.

41 Ibid., 6-7 mai 1937, p. 2.

42 Ibid., 12 mai 1937, p. 1.

43 Ibid., 11 mai 1937, p. 1.

44 Ibid., 8 mai 1937, p. 1.

45 La Croix, 1 mai 1937, p. 2.

46 Ibid., 4 mai 1937, p. 2.

47 Le Figaro, 5 mai 1937, p. 1.

48 L’Action Française, 5 mai 1937, p. 2.

49 Ibid., 6 mai 1937, p. 1.

50 Le chapitre de la cathédrale de Valladolid l’accuse d’avoir usurpé le titre de doyen. Cf. SOUTHWORTH, Herbert R., op. cit., p. 203-204.

51 L’Action Française, 16 mai 1937, p. 1.

52 Ibid., 11 mai 1937, p. 1.

53 Ibid., 10 mai 1937, p. 2.

54 Euzkadi, 29 avril 1937, p. 1.

55 Cf. L’Humanité, 5 mai 1937, p. 3.

56 L’Aube, 6-7 mai 1937, p. 1.

57 Onaindía ne se rendra jamais au Vatican, car le Nonce du Saint-Siège à Paris ne lui remet aucun sauf-conduit garantissant son voyage à travers l’Italie. Cf. SOUTHWORTH, Herbert R, op. cit., p. 198.

58 Cf. BERNECKERT, Walther L. « Cincuenta años de historiografía sobre el bombardeo de Gernika », p. 225.

59 L’Humanité, 13 mai 1937, p. 1-2.

60 Le Petit journal, 30 avril 1937, p. 1.

61 L’Humanité, 9 mai 1937, p. 3.

62 Ibid., 3 mai 1937, p. 3.

63 Le Populaire, 8 mai 1937, p. 4.

64 Ibid., 29 mai 1937, p. 3.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernandez, « Guernica : les presses basque et française face au bombardement », El Argonauta español [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 15 janvier 2004, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1134 ; DOI : 10.4000/argonauta.1134

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernandez

Université de Bretagne Occidentale - UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org