Navigation – Plan du site
Livraison janvier

La presse catholique sous le franquisme : le Boletín HOAC (1959-1975)

Mónica Moreno Seco

Résumés

La Confrérie Ouvrière d’Action Catholique (Hermandad Obrera de Acción Católica) se donna pour mission la reconquête spirituelle du monde ouvrier. Elle disposa pour ce faire d’un Bulletin qu’elle déclina sous trois formes différentes selon les différents types de public visés. Replaçant ces publications dans le cadre de la politique de contrôle de l’information menée par le franquisme et du statut ambigu réservé en ce domaine à l’Eglise, cet article en retrace l’histoire et fait le bilan des diverses sanctions dont elle fut l’objet de la part des autorités civiles. L’analyse des principaux articles publiés montre comment la Hermandad Obrera de Acción Católica devint l’une des composantes du mouvement ouvrier antifranquiste, rejoignant en ce point les organisations marxistes auxquelles, à ses débuts, elle entendait soustraire les ouvriers, et se heurtant à une grande partie de l’épiscopat espagnol en adoptant en revanche sur la pauvreté et la justice sociale les positions des secteurs les plus progressistes de l’Eglise catholique, apostolique et romaine.

Haut de page

Texte intégral

I - L’Eglise, le franquisme et la presse

  • 1 Selon Francisco SEVILLANO CALERO, cette division des compétences entre la FET et l’Eglise provoqua (...)
  • 2 Sur ce sujet vid. : TERRON MONTERO, Javier, La prensa de España durante el régimen de Franco. Un in (...)
  • 3 Lire les remarques intéressantes sur la méfiance de l’Eglise à l’encontre de la liberté de presse e (...)

1Dès son instauration, la dictature franquiste établit, avec la loi de 1938, une censure rigoureuse de la presse, le contrôle des sources d’information et l’encadrement des journalistes. Une grande partie des imprimeries et des propriétés appartenant aux revues et périodiques opposés au régime furent saisis par le Movimiento qui eut en charge la communication et la propagande, alors que l’Eglise se voyant confier l’éducation, même si l’influence de la religion sur la politique d’information fut loin d’être négligeable1. Seule la presse dépendant directement de l’Eglise échappa au contrôle de l’Etat, en particulier à partir de 1945, date de l’entrée au gouvernement de membres importants du monde catholique. Un accord entre l’Etat et l’institution religieuse vint confirmer l’absence de censure civile, dont bénéficiaient les publications catholiques. L’attitude de l’Eglise face à la presse était ambiguë. Elle acceptait de bon gré la censure et le contrôle des idées contraires à la religion, et réclamait néanmoins l’indépendance de ses publications2. Une attitude qui n’avait rien de nouveau et était en parfait accord avec sa position traditionnelle3.

  • 4 Sur ce sujet vid. : TERRON MONTERO, Javier, op. cit., pp. 199-214 ; MURCIA, Antonio, Obreros y obis (...)

2En 1966, une nouvelle Loi sur la Presse fut approuvée. Elle prétendait libéraliser le droit d’expression en éliminant la censure préalable et en permettant de choisir librement les directeurs de publication. Cependant, les sanctions gouvernementales (sous forme d’amendes, de suspension ou de saisie de certains numéros) amenèrent la presse en désaccord avec le régime à pratiquer l’autocensure4. Après avoir bénéficié d’une grande liberté, la presse catholique dissidente fit l’objet d’un certain contrôle. La perte de l’appui de la hiérarchie dès 1967, facilita la tâche du ministère de l’information.

  • 5 A propos de la Editorial Católica vid : Francisco DE LUIS DÍAZ MONASTERIO-GUREN, Del periodismo a l (...)
  • 6 Elisa CHULIÁ RODRIGO : El poder y la palabra..., pp. 115-117.

3Par ailleurs, l’Eglise exerçait une forte influence sur les moyens de communication. Elle contrôlait les stations de radio (chaîne COPE), l’agence de presse « Logos » et les publications des Editions Catholiques qui, non seulement étaient propriétaires de nombreux journaux de province ou madrilènes (comme Ya), mais possédaient également une importante part de capital dans d’autres entreprises de communication5. L’Eglise, en outre, contrôlait la formation de journaliste à l’Université Menéndez Pelayo et disposait de plusieurs écoles comme l’Institut de Journalisme, proche de l’Opus Dei6.

  • 7 Cette publication a été étudiée par : Francisco VERDERA ALBIÑANA : Conflictos entre la Iglesia y el (...)
  • 8 Cf. J.A. GONZÁLEZ CASANOVA (ed.) : La revista “El Ciervo”. Historia y teoría de cuarenta años, Pení (...)

4La presse catholique reflète parfaitement la diversité des courants qui existaient au sein de l’Eglise espagnole à cette époque : Bulletins Officiels des Evêchés, revues d’ordres religieux - Razón y Fe et Hechos y Dichos (Jésuites), Qüestions de Vida Cristiana (Abbaye de Montserrat) -, revues à thématique religieuse (bon nombre d’entre elles défendaient le Concile, comme par exemple Iglesia Viva, Pastoral Misionera, Vida Nueva), bulletins d’associations religieuses et apostoliques. Parmi ces dernières publications se distinguent Ecclesia (organe officiel de l’Action Catholique)7, Signo (publication de la Jeunesse d’Action Catholique Espagnole), Juventud Obrera et le Boletín HOAC. Des publications telles que El Ciervo (revue de l’Association Catholique Nationale de Propagandistes) ou Cuadernos para el Diálogo, qui occupaient une place très importante dans la vie culturelle et politique du pays, étaient également d’inspiration chrétienne8.

  • 9 Manuel TUÑÓN DE LARA, « Presentación » a Carmelo GARITAONANDIA (ed.) : La prensa de los siglos XIX (...)

5Au cours de la dictature franquiste, les publications périodiques de l’Eglise furent les seules à avoir la possibilité de dénoncer des situations injustes ou de protester, même si nombre d’entre elles ne l’ont pas fait. Leur étude est donc fondamentale. Comme le rappelle Tuñon de Lara, la presse représente un appareil idéologique dont il faut tenir compte9. De fait, en dépit d’une diffusion limitée aux milieux proches de l’Eglise, le Boletín HOAC joua un rôle non négligeable dans la lutte contre le franquisme et l’apparition d’une conscience ouvrière.

II -L’HOAC et son bulletin

  • 10 Le meilleur ouvrage consacré aux origines et à l’évolution de la HOAC est celui de Basilisa LÓPEZ G (...)

6L’HOAC (Hermandad Obrera de Acción Católica) était un mouvement qui appartenait à l’Action Catholique espagnole et qui se consacrait essentiellement à l’apostolat de la classe ouvrière. L’épiscopat espagnol créa cette organisation en 1946 afin de lutter contre la « déchristianisation » (comme on disait à l’époque) de la classe ouvrière qui, rappelons-le, s’était montrée très hostile envers l’Eglise pendant la Guerre Civile. La hiérarchie catholique espagnole voulait favoriser l’émergence des bases sociales d’une future démocratie chrétienne, en prenant pour modèle l’Associazione Cattolica di Lavoratori Italiana (ACLI). Elle espérait aussi faire face à un éventuel changement de régime, que laissait présager la défaite des forces de l’Axe au cours de la II Guerre Mondiale. L’HOAC était l’héritière du catholicisme social espagnol du XIXe siècle et des premières décennies du XXe, période marquée par les congrès catholiques, les Cercles d’ouvriers Catholiques, les semaines sociales et la polémique sur le caractère confessionnel ou aconfessionnel des syndicats catholiques. Créée afin de contrôler la classe ouvrière, l’HOAC évolua rapidement. Dans un premier temps, elle s’identifia au mouvement ouvrier antifranquiste dont elle devint l’une des composantes. Cette évolution donna lieu à une série de tensions et de conflits avec les autorités civiles et ecclésiastiques10.

  • 11 Sur l’évolution de ZYX vid : Mª Mar ARAUS SEGURA, « Editorial ZYX, S.A. : editorial obrera frente a (...)

7Dès le début, l’HOAC accorda beaucoup d’importance à la formation de ses militants. Pour cela, elle mit en place des cours ou différentes méthodes de réflexion et de débat et fonda la maison d’édition HOAC (remplacée par ZIX) qui publiait des ouvrages à des prix abordables sur des questions en rapport avec le mouvement ouvrier11. Les différents bulletins et publications périodiques de l’organisation furent également créés dans cette perspective.

  • 12 Pedro J. NAVARRO y Ángel RUIZ CAMPS, « ¡Tú !, periódico apostólico obrero », in XX Siglos, nº 16, 1 (...)
  • 13 Basilisa LÓPEZ GARCÍA, Aproximación..., p. 69.
  • 14 Boletín HOAC, n° 502-A, août 1968.
  • 15 Boletín HOAC, n° 478-A, juillet 1967 ; 480-A, août 1967 ; 488-A, janvier 1968. 496-A, mai 1968 ; 66 (...)

8Avant que ne paraisse le Boletín, l’HOAC avait publié le périodique ¡Tú !. Cet hebdomadaire naquit en 1946 et devint un important moyen de diffusion de l’organisation en milieu ouvrier. En 1951, ¡Tú ! fournit des informations sur le déroulement des grèves de Barcelone et du reste du pays. Aussitôt, les autorités brandirent la menace d’une censure civile. Face à cette situation, aggravée par les pressions de certains secteurs de l’Action Catholique, les responsables de ¡Tú ! décidèrent d’en suspendre la publication12.Le mouvement apostolique possédait un autre organe d’expression qui était le Boletín de Dirigentes. Il était à caractère interne et était consacré essentiellement à la formation des responsables de l’HOAC. Pour cela, il publiait des notices destinées à organiser les réunions d’étude. En 1953, suite à la disparition de ¡Tú !, ledit bulletin devint le Boletín HOAC. Il changea ainsi de forme et de contenu et devint un moyen de formation et d’information des militants.A ses débuts, le Boletín HOAC était publié trois fois par mois, à raison d’un bulletin différent tous les dix jours. Le bulletin rouge, à caractère théorique, fournissait des orientations pour l’organisation des “cercles d’études” ou des réunions de formation. Le bulletin vert couvrait une thématique sociale plus large. Enfin, le bulletin jaune était consacré à l’organisation interne du mouvement. Celui qui connut la plus large diffusion fut le bulletin vert. Il s’adressait à l’ensemble de la classe ouvrière et publiait des informations à caractère général, sans trop de références aux questions religieuses13. Quant aux bulletins jaune et rouge, ils finirent par fusionner en 1967. Ils adoptèrent alors le nom de « petit » Bulletin par opposition au vert, appelé également le « grand » bulletin. En raison de problèmes économiques, le petit Bulletin ne parut que tous les deux mois. Pour sa part, le Bulletin vert, à partir de janvier 1971, fut pris en main par une nouvelle équipe de rédaction qui modifia sa présentation. De tels changements étaient le résultat de la crise à laquelle fut confrontée l’HOAC à la fin des années 60. Cependant, le Boletín souhaitait continuer à être « l’expression de la vie spirituelle et organisatrice de l’HOAC et un instrument d’évangélisation et de promotion intégrale des ouvriers espagnols ». En avril 1973, il changea de nom. Il devint le Boletín HOAC-Noticias Obreras et adopta un nouveau format. Enfin, en avril 1975, le « petit » et le « grand » bulletin fusionnèrent. La nouvelle version ne parut qu’une fois par mois. A partir du numéro 756 de mars 1979, il adopta le titre de Noticias Obreras, qu’il conserve aujourd’hui.Publié par la Commission Nationale de l’HOAC, principal organe de direction du Mouvement, il eut pour directeur Angel Ruiz Camps. La loi sur la Presse de 1966 stipulait que le directeur de toute publication devait avoir un diplôme universitaire de journalisme. C’est pour cette raison qu’Angel Ruiz, qui remplissait cette condition, fut le directeur de la revue pendant de nombreuses années. Parmi ses collaborateurs, et tout particulièrement parmi ceux du Boletín pequeño, le plus riche en articles d’opinion, figuraient d’éminents représentants des secteurs partisans de la rénovation de l’Eglise espagnole. Parfois, le « petit » Bulletin reproduisait également des articles publiés dans des revues progressistes de l’Eglise ou bien laïques, telles que Hechos y Dichos, Indice, Avanzada, etc. Par ailleurs, en diverses occasions il publia d’intéressants écrits de Tomás Malagón, conseiller national de l’association dans les années 50 et qui fut, aux côtés de Guillermo Rovirosa, l’âme de l’HOAC au cours de ses premières années.L’acquisition du Boletín se faisait par souscription. Dans chaque localité, un responsable du bulletin vert était chargé de le diffuser, en le vendant à ses camarades de travail, dans la rue ou à la paroisse. De telles rentrées d’argent furent l’une des principales sources de financement de l’organisation. Les problèmes économiques du Boletín furent constants et s’en trouvaient aggravés par les amendes et les sanctions gouvernementales. En août 1968, le manque de fonds contraint la direction à émettre des bons afin de financer le mouvement apostolique. Une partie de l’argent collecté devait être consacrée à l’amélioration du Boletín HOAC14. Les problèmes avec les autorités civiles furent également fréquents, notamment à partir de la Loi sur la Presse de 1966 et de la radicalisation de certains articles, dans lesquels le Boletín dénonçait les mauvaises conditions de travail et de vie de la classe ouvrière. La publication fut sanctionnée de diverses façons et inculpée par le redoutable Tribunal d’Ordre Public (TOP), qui jugeait les délits politiques. A notre connaissance, les autorités infligèrent les sanctions suivantes au Boletín (la liste n’est probablement pas complète15) :

DATE

SANCTION

Avril 1967 (pequeño)

amende de 25.000 pts

Juin 1967 (verde)

Numéro saisi

Août 1967

action ouverte contre le directeur

20 janvier1968

TOP condamne le rédacteur en chef à 4 mois d’emprisonnement

22 janvier1968

action ouverte contre le directeur

13 février 1968

procès du rédacteur en chef

Février 1968 (pequeño)

saisie et amende de 30.000 pts

Février 1968 (verde)

amende de 10.000 pts

Mars-avril 1968 (verde)

saisie et amende de 50.000 pts

Mai 1968

poursuite en justice du Boletín

Mai 1975

numéro saisi

9L’évolution du Boletín reflète les changements qui se produisirent au sein de l’HOAC. Après une première époque au cours de laquelle les références à la doctrine sociale de l’Eglise et à sa mission d’évangélisation étaient fréquentes, on observe par la suite une intégration plus importante dans le mouvement ouvrier et de fortes critiques à l’égard du système social, sans oublier les références à l’exigence de justice que porte le christianisme.

III - L’HOAC de l’intérieur : mission, méthodes et organisation d’après son bulletin

10Le petit Boletín aborda avec soin ces questions, l’une de ses fonctions étant précisément de former les militants hoacistes à la méthodologie et à la mystique propres à l’organisation. En 1967, Tomás Malagón définissait l’HOAC comme :

  • 16 Boletín HOAC, n° 468-469, mars 1967.

« 1 - un esprit et un témoignage de fidélité envers le Christ et la classe ouvrière, répandu notamment parmi les travailleurs [...]5 - une organisation qui répond à la problématique ouvrière, en apportant une réponse qui non seulement s’inscrit dans la pensée, la vision et les désirs de la classe ouvrière, mais aussi les dépasse et les perfectionne. Pour cela, elle fournit aux ouvriers une critique, une dynamique, une espérance et des moyens pour leur action, tirés intégralement du Nouveau Testament et de la Doctrine de l’Eglise.6 - une organisation destinée à développer la promotion spirituelle des dirigeants ouvriers chrétiens au service de la promotion intégrale de tous les travailleurs [...]8 - un ferment spirituel, une mystique ouvrière et chrétienne qui, parallèlement au développement de la personnalité et de la conscience de ses militants, les incite à se lancer dans des actions individuelles et de masse [...], dans les secteurs classiques de l’action ouvrière (politique et syndicalisme en particulier) »16.

  • 17 Boletín HOAC, n° 290, octobre 1959 ; 287, août 1959 ; 387-388-389, octobre-novembre 1963.
  • 18 Boletín HOAC, n° 293-294, novembre-décembre 1959.
  • 19 Boletín HOAC, n° 369, janvier 1963 : « Tanto más la clase obrera aceptará a Cristo cuanto más nosot (...)
  • 20 Boletín HOAC, n° 289, septembre 1959 ; n° 291, octobre 1959 ; n° 350, avril 1962.
  • 21 Boletín HOAC, n° 350, avril 1962 : « ¡Formación en el espíritu de la fe ! Para que tengamos la vale (...)
  • 22 Boletín HOAC, 484-486-A, novembre-décembre 1967.
  • 23 Boletín HOAC, n° 339-340, octobre-novembre 1961.

11En définitive, l’HOAC devait évangéliser le monde ouvrier et former des militants chrétiens qui participeraient aux revendications ouvrières. Mais, pour être fidèle à cette définition de 1967, l’HOAC dut prendre progressivement ses distances avec la hiérarchie.Dans un premier temps, le Boletín publia des articles, quelque peu abstraits, qui reflétaient le désir de conquérir la classe ouvrière pour l’Eglise. Ainsi, l’HOAC (disaient-il) doit permettre au mouvement ouvrier de devenir un mouvement missionnaire ou d’intégrer le Corps Mystique du Christ, selon les termes du cardinal primat d’Espagne Pla y Deniel. Les articles affirmaient également que l’HOAC devait défendre les intérêts du Christ et diffuser une conscience, une morale et une spiritualité chrétiennes dans le milieu professionnel, familial et social17.L’HOAC comprit très vite que les formes d’apostolat traditionnel ne donnaient pas de bons résultats, parce qu’elles reposaient sur une charité coupée des problèmes ouvriers. L’organisation arriva aussi à la conclusion que le changement d’attitude des travailleurs face à la religion devait être plus lent mais aussi plus profond18. Pour y parvenir, l’amélioration des conditions de vie et de travail des ouvriers était indispensable. Ainsi, l’HOAC devait assumer la défense des intérêts spirituels mais aussi matériels de la classe ouvrière : « La classe ouvrière acceptera d’autant plus le Christ que nous accepterons la classe ouvrière » ; « Il faut assurer la promotion de la classe ouvrière et non pas sa colonisation. »19 Pour évangéliser le monde ouvrier, l’HOAC n’avait jamais prétendu diriger l’opposition au système économique. Elle essayait plutôt de former les dirigeants ouvriers qui le combattraient dans leur poste de travail. Depuis fort longtemps, l’Eglise considérait la formation des élites sociales comme l’une de ses principales fonctions, conformément à sa conception hiérarchisée de la société. Elle l’assumait essentiellement à travers l’enseignement secondaire destiné aux enfants de la bourgeoisie. En ce qui concerne les travailleurs, on estimait aussi qu’il était fondamental de créer des leaders charismatiques ou des « chefs d’équipe » chrétiens20, et ce après avoir constaté que la plupart des dirigeants ouvriers étaient antichrétiens ou athées. Avec l’évolution idéologique que connut l’HOAC, on cessa de parler de la formation des dirigeants et l’on mit l’accent sur la préparation de militants engagés. Quant aux devoirs du militant, le petit Boletín insistait sur le fait qu’il devait avoir une vie spirituelle profonde, connaître parfaitement la doctrine sociale catholique et collaborer à la transformation de la société. Mais, le petit Boletín n’oublia jamais que pour obtenir des hoacistes engagés, on devait accorder une importance non négligeable à sa réforme personnelle et à son engagement quotidien sur les lieux de travail. On vantait des vertus telle que la foi, l’austérité ou la liberté « afin d’avoir l’illusion d’organiser un monde dans lequel l’Eglise du Christ et les fils de Dieu bénéficient de liberté. »21 Le militant devait être l’apôtre de la classe ouvrière, tâche qui devait tendre à l’évangélisation du monde ouvrier mais aussi à sa promotion. Dans La profession comme apostolat (juillet 1959), on résumait ce que devait être un hoaciste (« levure dans le monde matérialiste ») et ce qu’il devait faire : connaître les vues de Dieu quant au monde du travail, les appliquer à la vie quotidienne, réaliser un ordre économique véritablement humain, ne pas accepter l’exploitation, découvrir et former des consciences ouvrières22. Formulées en 1958 et reprises par la suite dans d’autres articles, ces prises de position étaient clairement avant-gardistes. « L’engagement temporel » était l’un des concept-clés de l’HOAC que le Boletín se chargea de diffuser, en particulier au cours des années 60. Ce concept faisait référence à l’implication du militant chrétien dans son « milieu », c’est-à-dire sur son lieu de travail. A la différence de ce qu’avait provoqué en de nombreuses occasions le catholicisme social antérieur, à caractère conservateur, l’HOAC ne voulait pas que les ouvriers chrétiens cessent de se sentir ouvriers parce qu’ils étaient chrétiens. Elle espérait plutôt qu’ils continuent à faire partie de la classe ouvrière et participent à sa lutte. La structure de l’HOAC reposait sur des équipes de militants qui étudiaient et prenaient des décisions en commun. Plusieurs équipes constituaient des centres paroissiaux ou inter-paroissiaux, coordonnés par les Commissions Diocésaines qui dépendaient elles-mêmes de la Commission Nationale23. Dans la mesure où l’HOAC essaya de s’éloigner des formules traditionnelles de l’apostolat ouvrier caractérisées par le paternalisme, elle s’intéressa à la création d’une conscience ouvrière chrétienne. Pour y parvenir Guillermo Rovirosa et Tomás Malagón conçurent un projet, appelé Plan Cyclique, qui se déroulait en trois ans :

  • 24 Boletín HOAC, n° 387-388-389, octobre-novembre 1963 : « El Plan Cíclico de la HOAC es un conjunto s (...)

« Le Plan Cyclique de l’HOAC est un ensemble systématisé d’enquêtes, élaborées dans le but de concrétiser, parallèlement aux valeurs personnelles des éléments de l’Equipe qui le met en place, la ferme volonté de s’engager dans une action ouvrière destinée à christianiser les individus, les milieux et les institutions temporelles, action fondée sur des principes que le Plan lui-même aide à découvrir »24.

  • 25 Boletín HOAC, n° 285-286, juillet-août 1959 ; n° 325, mars 1961. N° 345, janvier 1962 ; n° 410, oct (...)

12Les enquêtes présentaient trois phases : « Voir » ou observer de manière critique la réalité, « Juger » à la lumière de l’Evangile et « Agir » ou adopter des engagements concrets visant à résoudre les problèmes analysés. Ainsi, on insistait tout particulièrement sur la réflexion, la responsabilité personnelle et la nécessité d’un engagement. Comme nous l’avons indiqué auparavant, le petit Boletín faisait apparaître dans ses pages des modèles d’action et des éléments divers ayant trait aux enquêtes et à la formation générale du militant. Toute cette méthodologie reposait sur la Révisión de Vida Obrera créée par la JOC, et qui était adaptée aux caractéristiques de l’apostolat adulte. Révisión de Vida Obrera était destinée à développer les valeurs personnelles des hoacistes, et à les inciter à s’assumer en tant qu’individus, ouvriers et chrétiens. Elle prétendait ainsi garantir l’accomplissement rigoureux de son action apostolique séculière25. Après avoir réalisé la totalité du Plan Cyclique, la formation de l’hoaciste devenait plus technique. Elle offrait des connaissances sur le plan syndical, politique et revenait sur l’histoire ouvrière. Le Boletín participa également de manière non négligeable à cette tâche.

IV - L’Eglise et le mouvement ouvrier à travers le Boletín HOAC

  • 26 Boletín HOAC, n° 504-A, septembre 1968 ; n° 336, septembre 1961.
  • 27 Boletín HOAC, n° 287, août 1959 ; n° 322, février 1961.
  • 28 Boletín HOAC, n° 327, avril 1961 ; n° 359, août 1962 ; n° 370, février 1963 et n° 288, septembre 19 (...)
  • 29 Boletín HOAC, n° 502-A, août 1968 ; n° 327, avril 1961 ; n° 535-538-A, 1970 et n° 427, juin 1965.
  • 30 Boletín HOAC, n° 464-465, janvier 1967 et n° 576-577, septembre 1971.

13En tant que mouvement apostolique et association d’ouvriers, l’HOAC se consacra à la religion et à la défense des droits des travailleurs. Ce double militantisme fut source de conflits avec le reste de l’Eglise et avec les compagnons de travail et de lutte. Les fondements théoriques de la pensée sociale de l’HOAC reposaient essentiellement sur la doctrine sociale de l’Eglise, même si parfois (en particulier à la fin de la période étudiée) on faisait référence de façon plus ou moins voilée à certains principes marxistes ou relevant de l’idéologie du mouvement ouvrier. Cela était dû à l’influence des militants anarchistes ou socialistes convertis au catholicisme et à l’impact d’autres organisations antifranquistes, comme le P.C.E. La doctrine sociale catholique apparaissait fréquemment dans le petit Boletín, comme le montrent les citations empruntées aux encycliques « Rerum Novarum », « Quadragessimo Anno » et à d’autres textes de l’Eglise consacrés à la question sociale. L’un des concepts essentiels de la pensée sociale catholique était l’harmonie entre les classes sociales, en opposition à la théorie marxiste de la lutte des classes. Ainsi, au cours de l’été 1959, on adressa une demande ingénue qui s’adressait à « tous » afin qu’ils reconsidèrent leur attitude : les ouvriers devaient tenir compte de la dimension économique et le patron devait accroître son intérêt pour le social. De cette façon les entreprises deviendraient des communautés et la promotion des ouvriers serait acquise. On affirmait aussi que la philosophie chrétienne viendrait à bout de la lutte des classes, car sa mise en application unifierait la finalité et les aspirations du capital et celles du travail. En janvier 1961, on rappelait encore que la classe ouvrière devait en finir avec l’injustice, savoir pardonner et oublier toute rancœur. En ce qui concerne le salaire indispensable aux besoins d’une famille ouvrière (le « salaire familial » était l’un des principe-clés de la doctrine sociale de l’Eglise), l’HOAC estimait en janvier 1966 que l’on devait donner à l’ouvrier ce dont il avait besoin pour vivre. Quant au reste, il devait être distribué proportionnellement à la production de chaque ouvrier. On espérait ainsi développer le rendement, attitude en réalité peu favorable au travailleur. Parmi les autres concepts fréquemment utilisés figuraient ceux du mutualisme et du coopératisme, associés de façon significative à la charité et à l’honnêteté.26 Dès sa création, l’HOAC fit preuve d’un profond anticommunisme qui s’atténua progressivement. Dans un premier temps, l’influence de la hiérarchie et de la doctrine sociale catholique pesèrent lourd dans les attaques contre le communisme. Pourtant, au fur et à mesure, certains principes théoriques du marxisme furent acceptés, ce qui n’empêcha pas néanmoins que des tensions surgissent avec le P.C.E dans la lutte quotidienne. Les pages du Boletín reflètent cette évolution. En 1959 et au début des années 60, l’HOAC considérait le communisme comme un ennemi et l’accusait de provoquer des affrontements et d’accroître la haine entre les classes27. Avec une certaine candeur, on opposa la théorie marxiste aux théories chrétiennes. On soutenait que lorsque la classe ouvrière s’imposerait, elle n’instaurerait pas un appareil légal qui en finirait avec les autres classes sociales (référence à la dictature du prolétariat), mais se consacrerait à la disparition de l’injustice et à l’avènement de l’amour et de la paix. On considérait également que le communisme empêchait la promotion intégrale du travailleur parce qu’il niait toute valeur spirituelle. Le mouvement ouvrier exigeait une réponse chrétienne et non purement matérialiste. Avec un langage apocalyptique, on en arrivait à dire que le communisme, en tant que négation de la religion, conduirait à l’empire de l’égoïsme, à l’immoralité, à l’oppression, au culte du plaisir et à la convoitise. Par ailleurs, on affirmait qu’en accroissant la foi et la connaissance de la doctrine sociale, les ouvriers pourraient combattre le communisme. Cependant, il fut rapidement admis que, pour arracher la classe ouvrière aux griffes du communisme, il devenait indispensable de traiter les questions sociales, sans se limiter aux questions spirituelles28. A partir de la fin des années 60, l’une des principales critiques adressées au Parti Communiste Espagnol par les secteurs ouvriers chrétiens concernait sa volonté de diriger la lutte ouvrière, en passant sous silence l’œuvre des mouvements apostoliques, situation à laquelle contribuerait en outre la propagande officielle en accusant le communisme d’organiser toutes les actions contre le régime. On l’accusait également de provoquer des tensions sociales pour accroître son influence sur le mouvement ouvrier. Cependant, dans certains articles commençaient à apparaître des citations de Che Guevara et surtout de Marx. Ils admettaient certaines de leurs contributions et leur intérêt pour les abus et les outrages infligés à la plupart des hommes29. Avec une certaine prudence et lors d’actions bien définies, on accepta parfois de collaborer avec des ouvriers non chrétiens pour défendre les intérêts des travailleurs. On en vint même à publier quelques articles qui signalaient la nécessité d’un dialogue entre le christianisme et le marxisme, thème récurrent parmi les secteurs les plus avancés du catholicisme espagnol30.

1) L’HOAC, une organisation ouvrière

  • 31 Boletín HOAC, nºs 482-A, septiembre de 1967 ; 566-A, abril de 1971.
  • 32 Boletín HOAC, n° 454-A, août 1966 ; 468-A, mars 1967 ; n° 506-508-A, octobre-novembre 1968 et n° 53 (...)
  • 33 Boletín HOAC, n° 488-A, janvier 1968 : « La falta de confianza en la organización sindical como ins (...)
  • 34 Boletín HOAC, n° 490-A, février 1968 ; n° 524-527-A, juillet-août 1969.

14Au cours des années soixante, période de croissance qui se traduirait à long terme par l’amélioration de la qualité de vie des Espagnols, l’une des principales tâches du Boletín HOAC était de dénoncer les conditions de vie difficiles des ouvriers. A partir de 1959, la politique économique du régime franquiste reposa sur une série de plans, dont l’objectif était de permettre le décollage économique du Pays. Les différentes mesures transformèrent la nation, mais, dans un premier temps, elles eurent de graves répercussions sociales, en particulier sur la classe ouvrière. Le Bulletin vert et le petit Bulletin abordèrent ces questions. Certains articles évoquèrent la malnutrition, le problème du logement, la hausse des prix, etc. D’autres dénoncèrent le chômage, l’insécurité au travail, les bas salaires qui contraignaient les ouvriers à exercer plusieurs emplois et à effectuer des heures supplémentaires. Parfois, des articles insistaient sur l’exploitation des enfants dans le travail. Le Boletín HOAC s’intéressa également à la situation des émigrés espagnols en Europe. Un article du petit Bulletin (n° 284, juillet 1959) franchit le pas. Il rappela qu’existait non seulement la violence engendrée par la guerre, mais aussi celle produite par l’ordre établi qui permettait ces injustices. On dénonçait aussi l’inégalité des chances d’accès à l’enseignement, qui était considéré comme un « privilège des riches ». On réclamait un système éducatif au service des plus pauvres. Dans les années 70, on parlait déjà de l’éducation comme facteur d’aliénation de la classe ouvrière (en tant que moyen d’imposition de la culture bourgeoise) et l’on critiquait le projet de Loi sur l’Education qui, disait-on, allait instaurer un enseignement peu démocratique et porteur de valeurs contraires aux intérêts des travailleurs. Dans les pages du Boletín on attaquait les responsables d’une telle injustice sociale : les responsables du Plan de Développement et, plus généralement, les chefs d’entreprises. Le Boletín HOAC consacra de nombreux articles à ce qu’il appelait « l’échec social du Plan de Développement » ainsi qu’à l’accroissement des inégalités sociales. Etant donné que les ministres responsables des Plans de Développement appartenaient à l’Opus Dei et que, de plus, le régime se déclarait catholique, on exigeait que les dirigeants de la politique économique s’inspirent des principes de la doctrine sociale de l’Eglise. Dans l’article intitulé « Quelque chose de plus que des mots » (n° 478-A, juillet 1967), on soulignait ironiquement : « nous sommes en droit de l’attendre, à moins que nous ne doutions de la catholicité de nos dirigeants ». Les patrons, qui étaient tenus pour de bons catholiques mais qui exploitaient leurs ouvriers, étaient également critiqués. On censurait l’abus de pouvoir auquel ils s’adonnaient et on lançait un appel au respect de la morale chrétienne dans le travail31. Au milieu des années 60, le Bulletin vert rendit compte avec assiduité des conflits qui, en raison de cette situation économico-sociale, opposaient les ouvriers aux patrons et aux forces de l’ordre. On peut citer en exemple les grèves de Firestone à Bilbao, auxquelles participèrent des militants de l’HOAC, les inculpations de représentants syndicaux de la banque, des conflits à Santander, à Séville ou dans les Asturies32. En outre, les pages du journal signalaient des cas d’injustice et se faisaient l’écho de dénonciations venant de toute l’Espagne, tels que les renvois injustifiés ou massifs de Seat en avril 1975. La publication de ce type de nouvelles fut précisément l’un des facteurs qui provoqua de graves tensions entre l’HOAC les autorités civiles. C’est pour ces différentes raisons que le Boletín s’allia à ceux qui dénonçaient l’inefficacité du syndicat vertical et exigeaient l’extension des droits syndicaux, en raison du « manque de confiance à l’égard de l’organisation syndicale en tant qu’instrument de défense et de pression revendicative. Cela laisse l’ouvrier sans défenses face au patron et le place, de ce fait, placé dans une situation désavantageuse, aggravée par une absence de véritable représentativité dans les postes syndicaux où sont prises et exécutées les décisions »33.Cependant, il ne faut pas oublier qu’en dépit des critiques de l’HOAC contre le système vertical, bon nombre de ses militants occupèrent des postes de délégués syndicaux, représentant leurs centres de travail auprès du syndicat. Cela répondait à une stratégie d’infiltration et d’utilisation des seules voies légales autorisées pour la défense des intérêts des travailleurs. Quant à l’indispensable élargissement des droits syndicaux, divers articles attaquaient les restrictions au droit de réunion et demandaient que le droit à la grève soit autorisé34. L’annonce d’un projet de loi consacré à la réforme du syndicat vertical, et destiné à l’amélioration de l’image de marque du régime franquiste, ouvrit un débat intéressant au sein des milieux syndicaux. Le Boletín HOAC s’en fit l’écho. A partir de mars 1967, le petit Bulletin publia divers articles sur la question et, dans l’un d’entre eux (n° 476-477, juillet 1967), il suggérait la formation de :

« la plate-forme indispensable à la création d’Associations de Travailleurs et de Fédérations chargées de l’établissement des conditions de travail et, en priorité, de la représentation et de la défense des intérêts des travailleurs dans le Contrat de Travail. Que l’on réserve, sans doute pour le Syndicat, les actions louables mais marginales de placement, de services, de développement du coopératisme, etc., dont on suggère le maintien et le développement. »

  • 35 Boletín HOAC, n° 528-530-A, septembre-octobre 1969.
  • 36 Boletín HOAC, n° 284, juillet 1959 ; n° 326, avril 1961.
  • 37 Boletín HOAC, n° 504-505, septembre 1968 et n° 582-583, décembre 1971.

15Face à l’inefficacité du syndicat vertical, il fallait donc créer des syndicats véritablement représentatifs et efficaces pour la défense des intérêts des travailleurs. Les dénonciations de ce qui semblait être un simple changement d’image étaient constantes dans le Bulletin vert. Dans un article signé par des théologiens et d’imminents membres du clergé comme Ricardo Alberdi, Alvarez-Bolado, Carlos Giner et Elías Yanes, on reprochait au projet de Loi Syndicale d’empêcher la représentativité et l’autonomie des organisations de travailleurs35. La Loi Syndicale de février 1971 fut une grande occasion manquée. Elle n’engagea aucune réforme de la structure syndicale et ne concéda pas la liberté de syndicalisation. Dans Boletín HOAC, on continua à critiquer le système syndical espagnol. L’HOAC démontrait ainsi qu’elle était toujours impliquée dans la lutte syndicale malgré les problèmes internes auxquels elle était confrontée. L’un des objectifs de l’HOAC, comme nous l’avons vu, était d’assurer la formation technique de ses militants, c’est-à-dire une préparation au syndicalisme. En ce sens, on insistait sur la nécessité de contester les licenciements et on signalait les démarches à suivre pour l’organisation des réunions ou des négociations des contrats collectifs. On donnait également des informations sur la cogestion, les élections syndicales, la nouvelle législation du travail etc. A la fin de l’année 1972 et au début de 1973, le petit Boletín publia un Cours de législation syndicale du travail à l’intention des travailleurs. Avec un objectif identique, on insistait sur l’histoire du syndicalisme espagnol en essayant de récupérer le passé du mouvement ouvrier et de pallier la rupture qu’avait provoquée le franquisme. Ainsi, en janvier 1971, on fit paraître une série d’articles intitulés Histoire des classes ouvrières, et l’on publia des comptes rendus bibliographiques sur le sujet, provenant parfois de la maison d’édition ZYX. Le Boletín consacra un nombre appréciable de pages à la participation de l’HOAC dans le mouvement ouvrier. L’évolution idéologique s’orientait une fois de plus vers une progressive acceptation de la collaboration avec des organisations non chrétiennes. Bien que l’on reconnût la nécessité de l’union des forces ouvrières36, dans un premier temps, « partager avec la famille ouvrière » se limitait à évangéliser les travailleurs et l’on accusait encore Marx d’engendrer la haine entre les classes. Ainsi, en août 1963, on affirmait que « les ouvriers chrétiens, qui apportent tout un trésor de spiritualité et donc d’antimatérialisme, offrent au Front Ouvrier les éléments de consistance et de solidité pour sa conscience solidaire ». Cependant, à la fin des années 60, on insistait déjà beaucoup plus sur le caractère global du mouvement ouvrier que sur la particularité des organisations chrétiennes. On parvenait aussi à accepter le pluralisme dans le cadre d’une action unitaire37. L’engagement croissant de la HOAC provoqua des heurts non seulement avec les autorités civiles mais aussi avec les autorités religieuses.

2) L’HOAC, un mouvement de l’Eglise

  • 38 Boletín HOAC, n° 387-388-389, octobre-novembre 1963.
  • 39 Boletín HOAC, n° 293-294, novembre-décembre 1959 : « Se predica al obrero la religión como vida ; s (...)
  • 40 Boletín HOAC, n° 468-A, mars 1967 ; n° 520-522-A, mai-juin 1969 ; n° 524-527-A, juillet-août 1969 ; (...)
  • 41 Sobre la crisis de AC y la HOAC en concreto, vid. entre otros Antonio MURCIA, Obreros y obispos en (...)
  • 42 Boletín HOAC, n° 608-609, janvier 1973 : « una desconfianza quizá hasta cierto punto justificada, a (...)
  • 43 Boletín HOAC, n° 528-530-A, septembre-octobre 1969.
  • 44 Boletín HOAC, n° 502-A, août 1968 ; n° 524-525-A, juillet-août 1969 ; 562-A, février 1971. Sur le r (...)
  • 45 Boletín HOAC, n° 544-545-546-547, mai-juin 1970 ; n° 602-603, octobre 1972.

16Les mouvements spécialisés de l’Action Catholique surgirent pour essayer de mettre un frein à la perte d’influence de l’Eglise sur la classe ouvrière. Si au début on croyait que la « déchristianisation » était provoquée seulement par l’influence du matérialisme marxiste, peu à peu il fut également question des mauvaises conditions de vie des travailleurs et même de la responsabilité de l’Eglise. De fait, le Boletín HOAC rappelait que l’instruction religieuse était insuffisante et qu’il existait une sérieuse carence au sein du clergé dans ce domaine. De plus, l’ouvrier croyait « que l’Eglise soutient l’actuelle situation politico-sociale, ou du moins qu’elle ne s’implique pas courageusement en protestant contre les évidentes injustices dont il est victime, pas plus que la protestation ne parvient jusqu’à lui, à supposer qu’elle existe » (n° 293-294, novembre-décembre 1959). Quelques années plus tard, Tomás Malagón abordait de nouveau ce sujet. Il pointa du doigt la conduite peu chrétienne de nombreux catholiques pratiquants fortunés et dénonça ce que les ouvriers considéraient comme un intérêt excessif des prêtres à l’égard des questions économiques38. Plus tard, en avril 1971, on affirmait avec plus de force que les travailleurs s’étaient éloignés de l’Eglise parce que celle-ci n’avait pas compris leurs problèmes. De plus, « elle leur semblait fidèle et complice de la tyrannie des puissants », dans la mesure où elle condamnait la grève et prêchait la résignation. L’évolution idéologique du Boletín HOAC était évidente. En conséquence, les critiques contre l’absence d’engagement de l’Eglise devinrent plus fréquentes. Les attaques contre la hiérarchie s’accrurent tant en nombre qu’en intensité, en raison de son appui aux puissants et de son indifférence à l’égard des pauvres. On l’accusa même de favoriser l’athéisme et donc le développement du communisme. On insistait sur le fait que, si l’Eglise désirait évangéliser le monde ouvrier, elle devait accepter les aspirations de ce dernier. « L’ouvrier acceptera l’Eglise si la religion apparaît dans nos prêches comme synonyme de vie ; si on lui fait comprendre que l’Eglise possède force, volonté et pouvoir de décision pour l’aider à sortir de sa situation ; s’il voit que l’Eglise, loin de soutenir l’actuelle situation politico-sociale, combat vaillamment ses injustices »39. Afin de renforcer sa position face aux autorités civiles et de montrer à la classe ouvrière qu’existait au sein de l’Eglise un secteur engagé, le Boletín publiait fréquemment les écrits des hauts dignitaires de l’Eglise espagnole et universelle qui avaient opté pour la défense des pauvres. Le Boletín publia donc des discours et des écrits pastoraux de pontifes, comme Jean XXIII et Paul VI (surtout les encycliques « Mater et Magistra » et « Pacem in Terris »), du P. Arrupe, des épiscopats étrangers, ou de Cardijn, fondateur de la JOC. Parmi les évêques espagnols se distinguent, notamment, Mgr.. Tarancón, avec un écrit sur la nécessité d’un compromis entre l’Eglise et les chrétiens, Mgr.. Añoveros, qui défendit les droits des travailleurs ou l’urgence d’instaurer une société plus juste, l’évêque de Grenade, qui prit position sur les conflits dans le monde du travail ou Mgr. Tabera, qui condamna l’état d’exception40. Le jésuite José María Llanos, l’un des représentants du clergé progressiste, faisait partie également de ces religieux cités dans le Boletín. Cependant, les relations de l’HOAC avec la hiérarchie furent, dans l’ensemble, très conflictuelles et s’aggravèrent au fur et à mesure que le mouvement apostolique renforçait ses liens avec la classe ouvrière. A ses débuts, l’Action catholique était décrite comme « la participation du laïcat à l’apostolat hiérarchique ». Elle insistait sur la soumission aux préceptes imposés par les plus hautes autorités ecclésiastiques. Mais, face au refus des évêques de défendre les intérêts des travailleurs, l’HOAC et d’autres mouvements spécialisés prirent fait et cause pour la classe à laquelle ils appartenaient. Les tensions éclatèrent lorsque l’épiscopat élabora de nouveaux statuts en 1967 qui n’acceptaient pas les bases de l’Action Catholique. Ils conféraient à l’organisation une structure très dépendante de la hiérarchie et tentaient de freiner l’évolution des mouvements apostoliques vers un engagement plus important. Il s’ensuivit la démission de certains dirigeants et la révocation de conseillers. L’HOAC tenta d’obtenir des statuts particuliers et l’affrontement perdura jusqu’à ce que l’on parvienne, en 1970, à un accord avec la Conférence Episcopale. Cette crise affaiblit et fragilisa sérieusement plusieurs branches de l’Action Catholique, et notamment l’HOAC41. Par ailleurs, tout cela coïncida avec une période de vaste répression policière et d’importants conflits ouvriers. Alors que son influence auprès de la classe ouvrière atteignait son apogée, l’organisation s’affaiblit considérablement et faillit même disparaître, en raison des divisions internes et du départ de nombreux militants. Néanmoins, en dépit de l’étendue de cette crise, le Boletín HOAC y fit rarement allusion. Dans le cas du Boletín vert, on le conçoit aisément car il s’adressait à un public plus large. Toutefois le « petit », sans doute par prudence, n’aborda pas davantage le sujet. Après l’approbation des nouveaux statuts en 1970, le président de la Commission Nationale de l’HOAC, Francisco Mera, exprima le vœu de surmonter les graves problèmes qu’avait connus l’HOAC, et dont les répercussions avaient conduit le Bulletin vert à suspendre sa parution pendant six mois. Cependant, en mai 1971, on protestait encore contre le manque d’engagement de l’Eglise et contre le refus de la hiérarchie de concéder l’autonomie aux mouvements apostoliques. En janvier 1973, Tomás Malagón indiquait qu’il existait « une méfiance sans doute justifiée jusqu’à un certain point, à l’encontre de la hiérarchie dont dépendent les oeuvres apostoliques et qui a tant de fois multiplié les obstacles et les preuves d’incompréhension à l’égard de ceux qui se sont le plus consacrés à faire vivre ces associations, et ce parce qu’ils n’ont pas épousé sa mentalité réactionnaire »42. Les tensions persistaient donc, mais, à partir de 1974, on commença à surmonter la crise. En tant que mouvement de l’Eglise, l’HOAC s’intéressa également à la rénovation de l’Eglise, l’aggiornamento tantôt annoncé, tantôt ratifié par le Concile Vatican II. Adoptant une position d’ouverture, l’HOAC suggérait, à travers le Boletín, une démocratisation de l’Eglise, une plus grande participation des laïques et la rupture des liens avec le régime franquiste43. Dès le début du Concile, le Boletín rendit compte des discussions des évêques réunis à Rome et commenta leurs conclusions. Quant aux relations Eglise-Etat, l’HOAC participa au débat sur la réforme du Concordat signé en 1953 entre le Saint-Siège et l’Espagne. A cette occasion elle demanda de mettre un terme aux privilèges de l’Eglise, à son appui au régime ainsi qu’au droit de présentation des évêques, instrument légal grâce auquel le gouvernement contrôlait la nomination des nouveaux prélats. Certains allèrent jusqu’à exiger qu’aucun Concordat ne soit conclut, afin de ne pas compromettre l’Eglise avec le pouvoir temporel44. On consacra également quelque espace à la réforme liturgique lancée par Vatican II, qui essayait de rapprocher le rituel du fidèle. De même, on évoqua la nécessité pour les prêtres et les religieux de renoncer au salaire que leur versait l’Etat, et de travailler pour gagner leur pain quotidien comme les prêtres ouvriers, dont le mouvement ne trouva qu’un faible écho en Espagne. Dès les années 70, les communautés chrétiennes de base, qui connurent un développement important en Espagne, suscitèrent un grand intérêt. Bon nombre d’anciens militants de l’HOAC, qui avaient abandonné l’organisation suite à la crise de 1967, ainsi que des membres actifs, y participèrent. Le Boletín HOAC se montra attentif à ces petits groupes de croyants qui partageaient la prière, la célébration des sacrements et vivaient en communauté de biens et d’action45. En somme, l’HOAC, comme l’ensemble de l’Eglise espagnole, prit part aux débats non seulement sur le plan idéologique (à travers son Boletín) mais aussi dans la pratique quotidienne.

3) L’HOAC et la politique

  • 46 Boletín HOAC, n° 484-486-A, novembre-décembre 1967 ; n° 520-522-A, juin 1969.
  • 47 Boletín HOAC, n° 458-459, octobre 1966 ; 472-473, mai 1967 ; n° 512-A, janvier-février 1969. Sur le (...)
  • 48 Boletín HOAC, n° 478-A, juillet 1967 ; n° 366, décembre 1962 et 466-A, février 1967.

17L’intérêt croissant pour les concepts de démocratie et de participation politique atteste de l’évolution idéologique de l’HOAC. Dans les années 50, on faisait peu référence à de tels sujets ou du moins le faisait-on timidement. Mais, peu à peu, on se mit à réclamer avec force la participation et la représentation des ouvriers en politique. En août 1959, fut publié un écrit de Pla y Deniel dans lequel il affirmait clairement que l’HOAC devait prendre parti contre les injustices afin de mettre en évidence les exigences de la charité et de la justice. Témoignant d’une certaine avancée dans ce domaine, un article édité deux mois plus tard affirmait que les devoirs civiques et politiques des ouvriers catholiques les obligeaient à prendre part à la politique, en oubliant sans doute leurs droits. A la fin des années 60, alors que l’on vantait l’excellence de la démocratie, que l’on expliquait son fonctionnement et que l’on réclamait un accroissement de l’engagement politique46, le changement devint évident. De la même manière que l’on essaya de former les militants au syndicalisme, on s’intéressa également à la formation politique en tant que défense des valeurs démocratiques. On rappela que l’Eglise laissait aux catholiques la liberté de participer à n’importe quel parti politique (à l’exception du parti communiste) et qu’elle les encourageait à le faire. Bien qu’on insistât parfois sur la nécessité de ne pas altérer l’ordre public et la morale, les articles réclamant un changement politique devinrent de plus en plus fréquents au fil des années. Les protestations contre les atteintes aux droits de l’homme et la condamnation des états d’exception à la fin des années 60 soulignent à quel point l’HOAC rejetait également la dictature franquiste. Bien qu’exceptionnels, certains articles abordèrent la question de la révolution et de la légitimité de la violence comme ultime recours pour défendre les droits sociaux47. Au fur et à mesure que la fin du régime franquiste devenait inéluctable, les critiques à son encontre gagnaient en audace. En octobre 1975, on alla jusqu’à dénoncer les exécutions du mois de septembre, qui provoquèrent une forte commotion dans toute l’Espagne. Compte tenu de l’implication croissante de l’HOAC dans la défense du monde ouvrier et de la démocratie, les conflits avec le pouvoir civil s’intensifièrent. Les sanctions gouvernementales infligées à la publication ainsi que la polémique qui opposa pendant longtemps le Boletín à la presse du Mouvement, en particulier à Pueblo y Arriba, en sont le reflet. L’HOAC fut accusée par les publications phalangistes de faire de la politique, d’être infiltrée par les communistes et d’abandonner sa mission évangélisatrice au profit d’intérêts purement temporels48. Par ailleurs, à plusieurs reprises les militants hoacistes furent emprisonnés et leurs locaux pris d’assaut par la police, ce que Boletín n’hésita pas à dénoncer.

4) La femme et l’HOAC

18A l’instar des autres organisations de l’Action Catholique, l’HOAC était divisée en deux sections, l’une masculine et l’autre féminine (HOACF), en dépit d’objectifs et d’un champ d’action identiques. Il n’en reste pas moins que, bien souvent, hommes et femmes collaborèrent dans le cadre d’actions concrètes. Après la crise de 1967, l’HOAC se scinda : une partie de ses membres resta fidèle à l’HOAC (qui devint mixte) et l’autre, plus docile à l’égard de l’épiscopat, demeura fidèle à la séparation des sexes. Dans la mesure où la section féminine possédait sa propre publication (le Boletín de la HOACF), le Boletín HOAC ne s’intéressa guère à la question des femmes et, parmi ses rédacteurs, ces dernières furent peu nombreuses. Cependant, on publia parfois des articles consacrés aux ouvrières. Certains évoquaient la situation des employées de maison et les dures conditions de travail auxquelles ces femmes étaient soumises. D’autres dénonçaient la discrimination salariale dont les femmes étaient victimes, leur formation professionnelle insuffisante ou, encore, le problème du congé obligatoire imposé aux femmes après leur mariage. L’ambiguïté de l’Eglise envers la femme ouvrière et le poids de la morale catholique traditionnelle influencèrent l’HOAC qui, par ailleurs, appartenait à une société aux positions encore peu avancées en ce domaine. Ainsi, en octobre 1959, l’HOACF publia dans le Boletín HOAC un écrit prônant la formation professionnelle de la femme et la réduction de son temps de travail. Il s’agissait de lui permettre de se consacrer aux travaux ménagers, ce qui était considéré comme une adaptation du travail aux caractéristiques de la femme. Un autre article défendait le travail de la femme hors de son foyer en s’appuyant, notamment, sur le caractère essentiel du rôle que lui avait confié l’Eglise depuis des temps immémoriaux, à savoir celui de vecteur des valeurs spirituelles. Avec le temps, les prises de position de l’HOAC devinrent plus radicales et plus claires. Un article fort intéressant, signé par Josefina Sierra et publié dans le numéro de novembre-décembre 1967, soulevait le problème de la déchristianisation de la femme universitaire et ouvrière, ainsi que celui de l’oppression dont elle souffrait non seulement en raison de la discrimination au travail mais, aussi, au sein de l’Eglise. En ce sens, Josefina Sierra défendait les droits de la femme et soulignait que les postes importants dans les mouvements apostoliques mixtes étaient occupés par des hommes. Elle rappela également que, lors de la messe, la lecture de l’Epître était rarement confiée à une femme. Toutefois de tels écrits étaient peu fréquents.

Conclusion

19Le Boletín HOAC, ainsi que d’autres publications catholiques, constitua l’une des rares voix autorisées à s’exprimer et à pouvoir aborder avec une certaine liberté la question de la situation des ouvriers sous le franquisme. Il fournit par conséquent des informations importantes sur les conflits, les difficultés du monde du travail et les problèmes syndicaux qui marquèrent l’ère franquiste. De plus, il reflète l’évolution idéologique d’une partie, certes réduite mais significative, de l’Eglise espagnole qui, considérant la foi comme un engagement, évolua vers l’antifranquisme, ce qui nuance l’attitude de l’Eglise face à la dictature. En dépit d’une diffusion limitée aux cercles d’influence de l’HOAC, cette publication contribua à la naissance d’une conscience de classe et surtout à la formation de militants ouvriers chrétiens très engagés. En outre, il convient de mettre l’accent sur la liberté avec laquelle étaient traités des sujets tels que la politique ou à la démocratie. Elle témoigne d’une prise de position avancée dans la défense des valeurs démocratiques et d’une volonté de participer à la vie publique. Cette liberté et les informations sur les conflits ouvriers de l’époque s’expliquent par le statut privilégié dont jouissaient les organisations dépendant de l’Eglise. Elles étaient protégées par le Concordat de 1953, alors que les organisations antifranquistes subissaient une répression drastique et étaient contraintes à la clandestinité. Cependant, les militants de l’HOAC ne purent parfois éviter la répression policière. En somme, le Boletín HOAC revêt un grand intérêt non seulement en raison des informations et des opinions qu’il offre à l’historien, mais aussi, parce qu’il est un agent de l’histoire, qui contribua modestement à la transformation de la société espagnole pendant le franquisme.

Haut de page

Notes

1 Selon Francisco SEVILLANO CALERO, cette division des compétences entre la FET et l’Eglise provoqua des conflit internes qui affectèrent la politique franquiste en matière communication (Propaganda y medios de comunicación en el franquismo (1936-1951), Universidad de Alicante, Alicante, 1998). Ces conflits étaient liés beaucoup plus à des questions politiques qu’idéologiques. Cf. Elisa CHULIÁ RODRIGO : El poder y la palabra. Prensa y poder político en las dictaduras. El régimen de Franco ante la prensa y el periodismo, UNED-Biblioteca Nueva, Madrid, 2001 y a Carlos BARRERA : Periodismo y franquismo. De la censura a la apertura, Eunsa, Barcelona, 1995. En ce qui concerne la période 1936-1951 vid : Justino SINOVA en La censura de prensa durante el franquismo, Espasa Calpe, Madrid, 1989.

2 Sur ce sujet vid. : TERRON MONTERO, Javier, La prensa de España durante el régimen de Franco. Un intento de análisis político, C.S.I.C., Madrid, 1981, p. 105-135. Pour la période 1936-1959, vid. l’oeuvre de Justino SINOVA : La censura de la prensa durante el franquismo, Espasa Calpe, Madrid, 1989, pp. 266-70 et : BARRERA, Carlos, Periodismo y franquismo. De la censura a la apertura, Eunsa, Barcelone, 1995, pp. 35 et 73.

3 Lire les remarques intéressantes sur la méfiance de l’Eglise à l’encontre de la liberté de presse et sur sa défense des moyens de communication catholiques dans : Jean-François BOTREL : « La Iglesia católica y los medios de comunicación impresos en España de 1847 a 1917 : doctrina y prácticas », in Metodología de la historia de la prensa española, Siglo XXI, Madrid, 1982, pp. 119-176 ; S. HIBBS-LISORGES, Iglesia, prensa y sociedad en España (1868-1904), Instituto de Cultura “Juan Gil-Albert”, Alicante, 1995.

4 Sur ce sujet vid. : TERRON MONTERO, Javier, op. cit., pp. 199-214 ; MURCIA, Antonio, Obreros y obispos en el franquismo, Ed. HOAC, Madrid, 1995, pp. 430-433 ; BARRERA, Carlos, op. cit., p. 95 et du même auteur : « La prensa como medio de oposición dentro del régimen franquista, 1966-1975 », in TUSELL (Javier), ALTED (Alicia) et MATEOS (Abdón) [coordinateurs] : La oposición al régimen de Franco, UNED, Madrid, 1990, tome II, p. 375-385. Le Boletín HOAC lui-même exprima son opposition à ladite Loi qui, selon lui, limitait la liberté d’expression (n° 440-A, janvier 1966 ; n° 442-A, février 1966 et n° 462-A, décembre 1966).

5 A propos de la Editorial Católica vid : Francisco DE LUIS DÍAZ MONASTERIO-GUREN, Del periodismo a la política y al mundo de la empresa, Fundación Humanismo y Democracia, Madrid, 1983. Bien que nécessitant une analyse plus poussée, lire l’ouvrage consacré à Ya par : José Mª GARCÍA ESCUDERO : Ya. Medio siglo de historia (1935.1985), BAC, Madrid, 1984.

6 Elisa CHULIÁ RODRIGO : El poder y la palabra..., pp. 115-117.

7 Cette publication a été étudiée par : Francisco VERDERA ALBIÑANA : Conflictos entre la Iglesia y el Estado en España. La revista “Ecclesia” entre 1941 y 1945, EUNSA, Pamplona, 1945. Cet auteur essaie de démontrer qu’au cours des premières années de la dictature, l’Eglise lutta, comme l’affirme Jesús Iribarren dans son prologue, « pour une presse libre » (p. 15). Evidemment, uniquement catholique. Verdera insiste sur le caractère apolitique de ses rédacteurs, bien qu’il reconnaisse leur collaboration avec le régime dans le projet de rechristianiser le pays (pp. 36 y 44-47). Il manque donc une étude complète et scientifique sur l’évolution de l’organe de l’AC tout au long du franquisme.

8 Cf. J.A. GONZÁLEZ CASANOVA (ed.) : La revista “El Ciervo”. Historia y teoría de cuarenta años, Península, Barcelona, 1992 y Mª Teresa COMPTE GRAU, « Los tres primeros años de Cuadernos para el Diálogo », in Paulino CASTAÑEDA y Manuel J. COCIÑA ABELLA (coords.), Iglesia y poder público, Caja Sur, Córdoba, 1997, pp. 237-256.

9 Manuel TUÑÓN DE LARA, « Presentación » a Carmelo GARITAONANDIA (ed.) : La prensa de los siglos XIX y XX. Metodología, ideología e información. Aspectos económicos y tecnológicos. I Encuentro de Historia de la Prensa, Universidad del País Vasco, Bilbao, 1986, pp. 14-15.

10 Le meilleur ouvrage consacré aux origines et à l’évolution de la HOAC est celui de Basilisa LÓPEZ GARCÍA, Aproximación a la historia de la HOAC, 1946-1981, HOAC, Madrid, 1995. Elle est également l’auteur de « Dilemas constantes en el desarrollo histórico de la HOAC », in XX Siglos, nº 16, 1993, pp. 15-25. Certaines études locales consacrées à cette organisation revêtent un intérêt certain : Emili FERRANDO PUIG, Contribución a la historia de la HOAC general y de Cataluna bajo el franquismo, 1946-1975, Universitat de Barcelona, Barcelona, 1995 ; Jaime BARALLAT : « La HOAC bajo la jerarquía y el franquismo. Una muestra local : Lérida”, in XX Siglos, nº 22, 1994, pp. 33-45 y Enrique BERZAL DE LA ROSA : « La oposición católica al franquismo en Valladolid : la HOAC (1960-1975) », in Hispania Sacra, nº 52, 2000, pp. 589-605.

11 Sur l’évolution de ZYX vid : Mª Mar ARAUS SEGURA, « Editorial ZYX, S.A. : editorial obrera frente al franquismo », in El franquismo : el régimen y la oposición. Actas de las IV Jornadas de Castilla La Mancha de Investigación en Archivos, Anabad-Castilla La Mancha, Guadalajara, 2000, vol. II, pp. 1001-1016.

12 Pedro J. NAVARRO y Ángel RUIZ CAMPS, « ¡Tú !, periódico apostólico obrero », in XX Siglos, nº 16, 1993, pp. 26-35.

13 Basilisa LÓPEZ GARCÍA, Aproximación..., p. 69.

14 Boletín HOAC, n° 502-A, août 1968.

15 Boletín HOAC, n° 478-A, juillet 1967 ; 480-A, août 1967 ; 488-A, janvier 1968. 496-A, mai 1968 ; 665, juin 1975 ; TERRON MONTERO, Javier, op. cit., p. 224-225, 228-229 et 281 ; FERNANDEZ AREAL, Manuel, La libertad de prensa en España. 1938-1971, in Cuadernos para el Diálogo, Madrid, 1971, pp. 159-161.

16 Boletín HOAC, n° 468-469, mars 1967.

17 Boletín HOAC, n° 290, octobre 1959 ; 287, août 1959 ; 387-388-389, octobre-novembre 1963.

18 Boletín HOAC, n° 293-294, novembre-décembre 1959.

19 Boletín HOAC, n° 369, janvier 1963 : « Tanto más la clase obrera aceptará a Cristo cuanto más nosotros aceptemos a la clase obrera. »
« Cristianizar a la clase obrera es responder satisfactoriamente a la problemática de la clase obrera. »
« A la clase obrera hay que promocionarla, y no colonizarla. »

20 Boletín HOAC, n° 289, septembre 1959 ; n° 291, octobre 1959 ; n° 350, avril 1962.

21 Boletín HOAC, n° 350, avril 1962 : « ¡Formación en el espíritu de la fe ! Para que tengamos la valentía de ganar para Cristo hermanos obreros sin Dios. (...)
¡Formarnos en el amor ! Para defender los intereses de los débiles. (...)
¡Formarnos en la humildad y la piedad !, recia roca para encontrar la aspiración de todas las aspiraciones, en Dios, y el impulso constante para hacer el bien a los hombres. (...)
¡Formar nuestro corazón para que seamos señores de la tierra y no « señoritingos », esclavos del dinero, del poder, del estmago o de la carne ! (...)
¡Formarnos en la austeridad, para que sepamos vivir de nuestro trabajo, con lo necesario, evitando « nuestros caprichos » ! (...)
¡Formarnos en la libertad, para que tengamos la ilusin de organizar un mundo en el que haya libertad para la Iglesia de Cristo y los hijos de Dios ! »

22 Boletín HOAC, 484-486-A, novembre-décembre 1967.

23 Boletín HOAC, n° 339-340, octobre-novembre 1961.

24 Boletín HOAC, n° 387-388-389, octobre-novembre 1963 : « El Plan Cíclico de la HOAC es un conjunto sistematizado de encuestas, planteadas en orden adesarrollar, junto con los valores personales de los componentes del Equipo que lo realiza, la decidida voluntad de dedicarse a una accin obrera cristianizadora de los individuos, ambientes e instituciones temporales, orientada según unos principios que el mismo Plan ayuda a descubrir. »

25 Boletín HOAC, n° 285-286, juillet-août 1959 ; n° 325, mars 1961. N° 345, janvier 1962 ; n° 410, octobre 1964.

26 Boletín HOAC, n° 504-A, septembre 1968 ; n° 336, septembre 1961.

27 Boletín HOAC, n° 287, août 1959 ; n° 322, février 1961.

28 Boletín HOAC, n° 327, avril 1961 ; n° 359, août 1962 ; n° 370, février 1963 et n° 288, septembre 1959.

29 Boletín HOAC, n° 502-A, août 1968 ; n° 327, avril 1961 ; n° 535-538-A, 1970 et n° 427, juin 1965.

30 Boletín HOAC, n° 464-465, janvier 1967 et n° 576-577, septembre 1971.

31 Boletín HOAC, nºs 482-A, septiembre de 1967 ; 566-A, abril de 1971.

32 Boletín HOAC, n° 454-A, août 1966 ; 468-A, mars 1967 ; n° 506-508-A, octobre-novembre 1968 et n° 532-534-A, 1969.

33 Boletín HOAC, n° 488-A, janvier 1968 : « La falta de confianza en la organización sindical como instrumento de defensa y presión reivindicativa. Esto deja al obrero indefenso ante el impresario y por lo mismo lo coloca y mantiene en situación de desventaja, agravada por la falta de auténtica representatividad en los cargos sindicales de decisión y ejecución. »

34 Boletín HOAC, n° 490-A, février 1968 ; n° 524-527-A, juillet-août 1969.

35 Boletín HOAC, n° 528-530-A, septembre-octobre 1969.

36 Boletín HOAC, n° 284, juillet 1959 ; n° 326, avril 1961.

37 Boletín HOAC, n° 504-505, septembre 1968 et n° 582-583, décembre 1971.

38 Boletín HOAC, n° 387-388-389, octobre-novembre 1963.

39 Boletín HOAC, n° 293-294, novembre-décembre 1959 : « Se predica al obrero la religión como vida ; si se le hace comprender que la Iglesia tiene fuerza, voluntad y decisión para ayudarle a salir de su situación ; si ve que la Iglesia, lejos de apuntalar la actual situación político-social, combate valientemente sus injusticias, el obrero aceptará la Iglesia. »

40 Boletín HOAC, n° 468-A, mars 1967 ; n° 520-522-A, mai-juin 1969 ; n° 524-527-A, juillet-août 1969 ; n° 446-447, avril 1966 ; n° 458-459, octobre 1966 ; n° 510-A, décembre 1968 ; n° 540-A, 1970 ; n° 512-A, janvier-février 1969.

41 Sobre la crisis de AC y la HOAC en concreto, vid. entre otros Antonio MURCIA, Obreros y obispos en el franquismo, HOAC, Madrid, 1995, pp. 430-433 y Basilisa LÓPEZ GARCÍA, Aproximación..., cap. III.

42 Boletín HOAC, n° 608-609, janvier 1973 : « una desconfianza quizá hasta cierto punto justificada, ante la Jerarquía, de la que dependen las obras apostólicas y que tan reiteradamente ha rodeado de obstáculos y de incomprensión a quienes más se han dedicado a desarrollar estas asociaciones, por la sola razón de no hacer el juego a su mentalidad reaccionaria. »

43 Boletín HOAC, n° 528-530-A, septembre-octobre 1969.

44 Boletín HOAC, n° 502-A, août 1968 ; n° 524-525-A, juillet-août 1969 ; 562-A, février 1971. Sur le refus d’un nouveau Concordat : n° 548-560-A, janvier 1971.

45 Boletín HOAC, n° 544-545-546-547, mai-juin 1970 ; n° 602-603, octobre 1972.

46 Boletín HOAC, n° 484-486-A, novembre-décembre 1967 ; n° 520-522-A, juin 1969.

47 Boletín HOAC, n° 458-459, octobre 1966 ; 472-473, mai 1967 ; n° 512-A, janvier-février 1969. Sur les solutions qui incluaient la révolution et la violence : n° 324, mars 1961 ; n° 490-A, février 1968.

48 Boletín HOAC, n° 478-A, juillet 1967 ; n° 366, décembre 1962 et 466-A, février 1967.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mónica Moreno Seco, « La presse catholique sous le franquisme : le Boletín HOAC (1959-1975) », El Argonauta español [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 15 janvier 2004, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1140 ; DOI : 10.4000/argonauta.1140

Haut de page

Auteur

Mónica Moreno Seco

Universidad de Alicante

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org