Navigation – Plan du site
Livraison juin

L’image de l’Argentine péroniste dans la presse espagnole (1946-1955)

Laurent Bonardi

Résumés

Les années 1940/1950 sont essentielles pour la configuration de l’image que la société espagnole a des pays latino-américains et en particulier de l’Argentine. En effet, les étroites relations Perón-Franco (coopération politique, économique et culturelle) favorisent la diffusion des informations relatives à l’Argentine dans la presse espagnole. Cet article se centre sur l’image de l’Argentine péroniste diffusée par les journaux Ya, Arriba et ABC.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour plus de détails, voir SINOVA, Justino, La censura de prensa durante el franquismo, Madrid, Esp (...)

1La presse, en tant qu’agent mobilisateur et modélisateur de l’opinion publique, constitue un outil privilégié pour construire les images mentales. Si l’utilisation de la presse à cette fin est fréquente dans les régimes démocratiques, elle l’est encore davantage dans le cadre de dictatures. L’Espagne franquiste nous en offre le parfait exemple. Censure, propagande, épuration des rédactions, création de l’Ecole Officielle de Journalisme en 1941 et de l’Union Espagnole des Journalistes en 1943, le régime franquiste tient fermement les rênes de la presse1. En outre, la dictature a toute latitude pour configurer une image du monde extérieur.

  • 2 Voir TERRÓN MONTERO, Javier, La prensa en España durante el régimen de Franco, Madrid, Centre de Re (...)
  • 3 Voir OLMOS, Víctor, Historia del ABC, Barcelone, Plaza & Janés, 2002.
  • 4 Voir TERRÓN MONTERO, Javier, op.cit.

2Nous proposons d’analyser ici le traitement réservé à l’Argentine par trois journaux emblématiques : Arriba, ABC et Ya. Arriba est l’organe de presse officiel de la Phalange. Interdit en mars 1936, la Guerre Civile lui permet de renaître de ses cendres2. ABC, né au début du XXe siécle, est quant à lui le porte-voix des monarchistes. Son tirage en fait le premier journal espagnol dans les années 1940 et 19503. Enfin, le quotidien catholique Ya, dont le premier numéro paraît en 1935, est un élément essentiel dans le panorama de la presse du premier franquisme4. Le choix de la période 1946-1955, autrement dit de la décennie péroniste, se justifie par l’existence de très étroites relations entre l’Espagne et l’Argentine. Afin de dessiner le cadre dans lequel s’inscriront les réflexions ultérieures et de mieux apprécier les enjeux du traitement de l’Argentine péroniste par la presse espagnole, nous évoquons brièvement ci-après les manifestations des relations hispano-argentines entre 1946 et 1955.

I - Les relations hispano-argentines (1946-1955)

3Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, l’Espagne se retrouve isolée sur la scène internationale. Considérée par de nombreux États comme le dernier bastion du fascisme en Europe, le régime de Franco est dénoncé et soumis à un boycott diplomatique par les Nations Unies. Cette rupture des relations diplomatiques ne fait qu’aggraver une crise économique qui conduira les espagnols au bord de la famine.

4Un pays fait cependant exception en Amérique Latine et brise l’isolement du régime franquiste. En effet, en juin 1946, l’Argentine du général Juan Domingo Perón se montre disposée à prêter assistance à l’Espagne.

5Sur le plan diplomatique, l’Argentine apporte à l’Espagne une aide importante. Le pays latino-américain se transforme en effet en défenseur de l’Espagne au sein d’organisations internationales telles que l’ONU, l’Union Postale Universelle (U.P.U.) ou encore l’Union Internationale des Communications (U.I.C.). Ces relations contribuent sans nul doute à l’auto- confiance du régime de Franco et à l’enrichissement de sa propagande.

  • 5 PERÓN, Juan Domingo, Yo, Juan Domingo Perón, Barcelone, Planeta, 1976, p. 127.

6Mais plus déterminantes encore (voire vitales) pour l’Espagne sont ses relations économiques avec l’Argentine péroniste. Lesdites relations se concrétisent par la signature de deux traités principaux : l’un en octobre 1946, l’autre en avril 1948. Ces traités permettent à la dictature espagnole de faire face à un problème majeur : l’approvisionnement en denrées alimentaires. La phrase de Perón « salvamos a España »5 ne semble donc pas exagérée.

  • 6 Pour plus de détails sur les relations culturelles hispano-argentines, voir BONARDI, Laurent, « Cul (...)

7Enfin, soulignons le dynamisme des relations culturelles entre les deux pays. Ces relations embrassent des domaines aussi variés que les échanges universitaires, le cinéma ou les visites de missions culturelles6.

  • 7 Pour plus de détails sur les relations hispano-argentines, voir BONARDI, Laurent, Franquisme et ant (...)

8Mais l’idylle hispano-argentine prend fin au début des années 1950. Face à d’importants problèmes économiques, l’Argentine doit réviser l’ensemble de ses traités et entame donc des négociations avec la dictature franquiste. Cette dernière reste toutefois inflexible et accorde moins d’intérêt à ses relations avec l’Argentine. En effet, en ce début des années 1950, l’aide argentine devient superflue. D’une part, l’économie espagnole se renforce, notamment grâce à l’aide des Etats-Unis dès 1951. De l’autre, la situation diplomatique de l’Espagne s’améliore avec la levée du boycott en novembre 19507.

9Dans ce très riche contexte des années 1946-1955, il nous semble intéressant de voir comment la presse espagnole va traiter les relations hispano-argentines et quelle image de l’Argentine péroniste elle va diffuser.

II - L’allié politique

  • 8 Pour le texte intégral du discours, Cf. Diario de la Cámara de Diputados, Buenos Aires, 1946, vol.  (...)
  • 9 Voir Arriba, 11-12 juin 1946 et ABC, 13 juin 1946.

10Dès son arrivée au pouvoir en juin 1946, Perón exprime son souhait de développer des relations étroites et amicales avec l’Espagne. Ainsi, à la plus grande satisfaction de la délégation spéciale envoyée par Franco, Perón souligne dans son premier discours officiel8 l’existence de “liens très forts qui ont toujours unis l’Espagne et l’Argentine”. La presse espagnole confère une grande importance à cette déclaration. ABC et Arriba présentent aussitôt Perón comme un allié providentiel de l’Espagne9.

  • 10 Voir par exemple ABC, 8, 11 et 13 octobre 1946.

11Quelques mois plus tard, le président argentin décide de décorer le Caudillo de l’ordre de San Martín. Ne pouvant lui remettre la décoration en personne, il envoie à Madrid une délégation conduite par le général Estanislao López. L’arrivée de la délégation est saluée par la presse. ABC, Arriba et Ya consacrent des éditoriaux élogieux à l’Argentine et soulignent l’heureuse exception que constitue le pays latino-américain dans un monde hostile à l’Espagne10. Cependant, les périodiques « oublient » de préciser que le geste d’amitié de Perón en direction de la dictature franquiste provoque une vague d’opposition en Argentine.

ABC, 13 octobre 1946, page 1.

ABC, 13 octobre 1946, page 1.
  • 11 Voir par exemple ABC, 4 décembre 1946.
  • 12 Voir par exemple ABC, 14 décembre 1946.

12Dès cette année 1946, l’Argentine, par le biais de son délégué, le docteur José Arce, devient l’avocat de l’Espagne franquiste à l’ONU et plaide en faveur de son intégration à la communauté internationale. La presse espagnole reproduit de longs passages des discours de José Arce et ne manque pas d’y ajouter des commentaires sur le « traditionnel courage des Argentins » et sur « la noblesse d’âme de leur président »11. ABC, Arriba et Ya publient plusieurs dizaines d’articles faisant l’éloge de la politique étrangère péroniste. Dans le même temps, les journaux condamnent la position antifranquiste de la plupart des Etats-membres de l’ONU12.

  • 13 Voir ABC, 18-24 mai 1947 et 24 octobre 1948.

13José Arce réalise plusieurs voyages en Espagne et, à chaque fois, il se met au service de la propagande franquiste. Arce condamne l’isolement de l’Espagne et met en relief ce qu’il considère comme les réussites du régime franquiste (développement, agriculture, travaux publics, etc.…). La presse saisit l’occasion pour publier de nombreux articles à la gloire du franquisme et rend hommage à son précieux allié, l’Argentine13.

14En juin 1947, l’Espagne reçoit Eva Perón. Pendant les deux semaines du voyage officiel, les journaux espagnols consacrent chaque jour plusieurs articles aux activités de la Première Dame d’Argentine.

Eva Perón en Espagne (1947)

Eva Perón en Espagne (1947)
  • 14 Voir ABC, Arriba et Ya du le 9 au 26 juin 1947.

15Evita, porte-drapeau du péronisme, multiplie les discours sur la politique conduite par Perón et sur le concept de justice sociale. ABC, Arriba et Ya reproduisent les discours et établissent des parallèles entre la politique péroniste et la politique franquiste. Arriba mentionne par exemple que les réformes menées par Perón sont du même ordre que celles lancées par Franco après 1939. Au mythe du paradis franquiste se superpose celui du paradis péroniste14.

  • 15 Voir Arriba, 24 juin 1947. Pour plus de détails sur le référendum et la pression exercée pour obten (...)

16L’image très positive de l’Argentine de la deuxième partie des années 1940 (pays développé, industrialisé, « grenier du monde » etc.…) est récupérée par la presse phalangiste pour mener une campagne en faveur du référendum sur la Loi de Succession. Arriba publie en effet plusieurs articles pour expliquer à ses lecteurs que l’Espagne se trouve en 1947 dans la même situation que l’Argentine quelques années auparavant. Selon le journal, de la même façon que les Argentins ont fait confiance à Perón, les Espagnols doivent êtres loyaux envers Franco15.

III - Le sauveur de l’économie

  • 16 ABC, 31 octobre 1946 ; Arriba, 1er novembre 1946.
  • 17 ABC, 1er novembre 1946, Arriba 1er novembre 1946.

17En 1946, l’Espagne est plus que jamais la Tierra sin pan dépeinte par Luis Buñuel. La presse attaque constamment « les ennemis pervers de l’Espagne », autrement dit la quasi-totalité de la communauté internationale. Dans un tel contexte, rien d’étonnant à ce que les journaux espagnols s’enthousiasment pour la signature du traité hispano-argentin de 1946. Les principales dispositions de ce traité sont publiées dans la presse16 et l’Argentine est présentée comme l’unique pays soucieux du présent et de l’avenir des Espagnols17.

  • 18 ABC, 4 avril 1948. Voir aussi Arriba 10 avril 1948.
  • 19 Arriba, 6 avril 1948.

18En 1948, l’Espagne apprend qu’elle ne sera pas bénéficiaire du Plan Marshall, ce qui provoque une vague d’attaques anti-américaines dans la presse. Mais presque aussitôt, la dictature signe avec l’Argentine un traité commercial, plus connu sous le nom de Protocole Perón-Franco. Les journaux madrilènes peuvent alors souligner de quelle manière une catastrophe pour l’Espagne se transforme en un grand succès grâce à l’Argentine. ABC proclame : « Lo que nos Truman nos niega, nos lo da Perón »18. La presse reproduit aussi en intégralité le discours de l’ambassadeur argentin en Espagne19.

  • 20 Arriba, 7 avril 1948.
  • 21 Ya, 19 avril 1948.

19Les termes du Protocole de 1948 mécontentent certains secteurs de la société espagnole qui considèrent que l’Argentine profite de la situation délicate de l’Espagne pour obtenir d’importants avantages, comme la possibilité de transformer Cadix en port franc. Il est certain que le traité, s’il avait été totalement respecté, aurait été très profitable à l’Argentine. Outre la question de Cadix, les prix imposés par l’Argentine (viande, céréales) sont très au-dessus des cours du marché. Mais la presse espagnole ne fait aucune allusion à cette situation et, au contraire, défend l’Argentine face aux attaques que nous mentionnons. Arriba publie un long article sur les éternels pessimistes20 et Ya condamne la ridicule interprétation du traité réalisée par certains espagnols21. En réalité, si les journaux madrilènes se font les avocats de l’Argentine, c’est aussi et surtout pour défendre le régime franquiste d’une grave accusation, celle d’hypothéquer l’Espagne.

IV - Hispanité et exemplarité argentine

  • 22 C’est précisément le titre de l’ouvrage de GONZÁLEZ CALLEJA, Eduardo, LIMÓN NEVADO, Francisco, La h (...)

20Durant la Guerre Civile, le concept d’ `Hispanité’ apparaît comme un véritable « instrument de combat »22, un élément idéologique combinant nationalisme et catholicisme destiné à justifier l’action des rebelles.

  • 23 Pour une analyse de la politique culturelle franquiste, Cf. DELGADO-GÓMEZ ESCALONILLA, Lorenzo, Imp (...)
  • 24 Cf. HUGUET SANTOS, Monserrat, “La difusión de la imagen de América Latina en la prensa española dur (...)
  • 25 FRANCO BAHAMONDE, Francisco, Pensamiento político de Francisco Franco, Madrid, ed. Movimiento, 1975 (...)
  • 26 Ibid.

21La Guerre Civile terminée, l’ ‘Hispanité’ devient la pièce maîtresse de la politique culturelle extérieure de Franco23. Politique au coeur de laquelle se trouve l’Amérique Latine, appelée Hispano Amérique par la presse du premier franquisme24. Selon Franco, l’Espagne doit accomplir une « grande (...) et noble mission d’Hispanité »25 en Amérique Latine, région du monde qui partage avec elle la « langue, les espoirs (...) et les mêmes conceptions de l’Honneur et de la Patrie »26. Le concept d’ ‘Hispanité’ consiste donc en une réaffirmation des racines communes de l’Espagne et des pays latino-américains. Mais si le passé constitue la base de ce concept, il ne faut pas pour autant en négliger la dimension dynamique et prospective. En effet, il permet à Franco de justifier la nécessité d’une croisade pour redonner à l’Espagne une position clef (culturelle mais aussi économique et diplomatique) en Amérique Latine.

  • 27 Appelé « jour de l’Hispanité » en Espagne. Instaurée en Argentine par le Président Yrigoyen en 1917 (...)
  • 28 Discours reproduit dans INSTITUTO DE ESTUDIOS HISTÓRICOS, España en el pensamiento de dos conductor (...)

22Les discours prononcés par Perón à l’occasion du « jour de la Race »27 nous montrent que ce dernier adhère au concept d’ ‘Hispanité’. Ainsi, le 12 octobre 1947, lors de la célébration simultanée du “jour de la Race” et du 400e anniversaire de la naissance de Cervantes, Perón prononce un discours particulièrement significatif28. Il souligne le considérable apport culturel et spirituel de l’Espagne en Amérique Latine et mentionne les liens indestructibles qui unissent la péninsule et ses anciennes colonies. Il indique également la nécessité pour les Argentins d’être conscients de leur « appartenance au monde hispanique ».

  • 29 ABC, 18 novembre 1948.
  • 30 Arriba, 13 octobre 1948.

23La presse espagnole ne manque pas de reproduire de longs passages du discours de Perón et présente l’Argentine comme un pays-modèle de la communauté des nations hispaniques. Pour ABC, Perón met fin à une période durant laquelle l’Argentine avait voulu s’éloigner de la culture espagnole et s’était laisser séduire par des exotismes néfastes29. Quand à Arriba, il souhaite que les autres pays latino-américains imitent l’Argentine30. Le journal phalangiste reflète ainsi la stratégie de la politique culturelle franquiste, à savoir profiter de la possibilité de rayonnement offerte par l’Argentine pour diffuser la verdad española en Amérique Latine.

V - La guerre de la presse

  • 31 Voir par exemple Crítica, 25 mai 1950.

24Comme nous l’avons vu, dès le début des années 1950, les relations hispano-argentines entrent dans une phase de détérioration. Et la presse va refléter cette nouvelle situation. Ainsi, en 1950, ABC, Ya et Arriba ne montrent aucun intérêt pour un évènement qui mobilise l’Argentine : le centième anniversaire de la mort du Général San Martín. Les Argentins vont voir dans cette attitude du mépris à leur égard. C’est ce qui explique notamment la publication dans la presse argentine d’articles glorifiant l’indépendance politique et culturelle argentines ainsi que la destruction du joug colonial31.

  • 32 Cf. La nostalgia del Embajador », Crítica, 2 avril 1951.
  • 33 Cf. « Hipertrofia nacionalista en la Argentina », ABC, Madrid, 11 avril 1951.

25Dans ce contexte de tension, Perón et Franco, qui tiennent fermement les rênes de la presse de leurs pays respectifs, n’ont aucun mal à déclencher une véritable guerre des mots. Ainsi, en réponse à un article du journal Crítica qui s’impose comme l’un des porte-drapeaux du nationalisme péroniste32, ABC publie un article intitulé « Hipertrofia nacionalista en la Argentina »33. Tout d’abord, le journal réaffirme le rôle de l’Espagne dans la construction des pays latino-américains. Puis, il s’attaque directement à Crítica en le qualifiant de « journal délirant » au « nationalisme injustifié et stérile ». ABC rejette en bloc la thèse de Crítica et refuse de voir l’Argentine comme un produit de plusieurs cultures.

“Hipertrofia nacionalista en la Argentina”, ABC, 11 avril 1951, p. 7

“Hipertrofia nacionalista en la Argentina”, ABC, 11 avril 1951, p. 7
  • 34 Cf. « Cultura y nacionalismo », ABC, 11 janvier 1953.

26Le thème de la culture fait d’ailleurs l’objet d’un autre article intitulé « Cultura y nacionalismo »34. ABC soutient que tout chauvinisme culturel nie la valeur même de la culture en la confondant avec le folklore. Il dénonce le principe de « culture nationale » et précise qu’une culture hermétique aux influences extérieures est vouée à disparaître. Même si le nom de l’Argentine n’apparaît pas une seule fois dans l’article, il est clair que la « grande république hispano-américaine » est bien celle de Perón.

“Cultura y nacionalismo”, ABC, 11 janvier 1953, p. 32.

“Cultura y nacionalismo”, ABC, 11 janvier 1953, p. 32.
  • 35 Cf. MARTÍNEZ CAMPOS, Carlos, « Un vistazo a Sudamérica », Cuadernos Hispanoamericanos, octobre 1954 (...)

27La prestigieuse revue Cuadernos Hispanoamericanos, organe de l’Institut de Culture Hispanique, va aussi prendre part au conflit médiatique. En octobre 1954, Carlos Martínez de Campos (Duque de la Torre) propose un portrait peu flatteur de l’Argentine dans son article « Un vistazo a Sudamérica »35. Buenos Aires est dépeinte comme une ville peuplée de « trop nombreux parasites » et dont il faut stopper l’expansion. Même la défunte Evita n’échappe pas à la critique de Martínez de Campos. Il ironise sur le culte de la madone des Descamisados et la définit comme un être démagogue et politiquement dangereux.

28Outre les articles, de nombreuses dépêches défavorables au gouvernement péroniste (problèmes économiques, répression des militants catholiques, etc.) sont publiées dans les journaux espagnols. Cette profusion de dépêches peut s’expliquer par les liens amicaux qui lient Pedro Gómez Aparicio, directeur de l’agence EFE, et Alberto Martín Artajo, Ministre espagnol des Affaires Etrangères. En effet, il est fort possible que Martín Artajo donne à Gómez Aparicio des instructions précises pour contre-attaquer les articles publiés dans la presse argentine.

  • 36 « Monopolios informativos », Arriba, Madrid, 9 juillet 1955.

29Signalons toutefois une exception dans le panorama de la presse espagnole : le journal phalangiste Arriba. Ce dernier rappelle à ses lecteurs que l’Argentine a aidé l’Espagne dans une période très difficile. Le quotidien souligne aussi que l’Espagne a été longtemps victime du « monopole des agences de presse de langue anglaise » et invite ses lecteurs à se méfier des dépêches concernant l’Argentine36.

  • 37 Cf. RODRIGUEZ CABRERA, Ernesto, « La prensa de Madrid », Crítica, 18 novembre 1954.

30De son côté, la presse argentine dénonce l’ingratitude du régime franquiste qui permet aux médias d’attaquer la république péroniste. Dans un article publié dans Crítica, Ernesto Rodríguez Cabrera condamne violemment la prestigieuse revue Razón y Fe pour sa position « anti-argentine » (comprendre anti-péroniste)37.

31Le conflit entre Perón et l’Eglise catholique ne fait que durcir la ligne éditoriale de la plupart des périodiques espagnols. L’ambassadeur franquiste en Argentine, Manuel Aznar, recommande pourtant aux Autorités espagnoles d’empêcher la publication de commentaires sur le conflit Perón-Eglise. L’avis du diplomate ne semble pas être suivi et la presse propose de longs articles sur le sujet et donnent la parole aux plus hauts dignitaires de l’Eglise argentine.

  • 38 Cf. « Solidaridad con los argentinos perseguidos », Ya, 24 mai 1955. Voir aussi les éditions du 29 (...)
  • 39 La lettre d’Enrique Pavón Pereyra et la réponse de Ya sont publiées par ce journal le 3 juin 1955.

32Le journal le plus virulent est Ya, qui devient un féroce adversaire de l’Argentine péroniste. Défenseur de la religion catholique par excellence, le quotidien s’insurge contre la politique anticléricale du gouvernement argentin. En réalité, cet argument n’est qu’un prétexte pour critiquer le péronisme dans son ensemble. Le 24 mai 1955, l’éditorial du quotidien porte le titre : « Solidaridad con los argentinos perseguidos »38. De telles attaques font réagir Enrique Pavón Pereyra, directeur de la Bibliothèque du Justicialisme, qui envoie une lettre à la rédaction de Ya. Dans ce courrier, il qualifie d’ « injuste » la réaction des médias espagnols et rappelle que ces derniers n’ont pas à s’immiscer dans les affaires internes de l’Argentine. Mais les journalistes de Ya ne partagent pas cet avis et revendiquent leur droit à se poser des questions sur l’actualité argentine39.

  • 40 Voir courrier de Monseigneur Antoniutti au Ministère des Affaires Etrangères, 27 mai 1955 [Archives (...)
  • 41 La déclaration est notamment publiée dans ABC, 24 août 1955.

33La presse madrilène, à l’exception de Arriba, dépeint une Argentine sous l’influence communiste et maçonnique. La politique anticléricale de Perón est comparée au traitement de la religion en Union Soviétique. Malgré cela, le représentant du Vatican en Espagne, Monseigneur Antoniutti, estime que la presse espagnole n’est pas assez dure à l’égard de l’Argentine. Le nonce incite même le Primat d’Espagne à publier une voire plusieurs déclarations sur la situation argentine40. Le cardinal Pla y Daniel s’exécute et publie une déclaration de soutien à l’Eglise argentine, très critique envers le péronisme41.

34Après le coup d’Etat de septembre 1955, la presse espagnole adresse ses félicitations au général Lonardi et ne tarit pas d’éloges sur le nouveau président. Les journaux saluent également les membres du nouveau gouvernement dont Mario Amadeo (ministre des Affaires Etrangères), Atilio Dell’Oro Maini (ministre de l’Education) et Juan Carlos Goyeneche (en charge de la presse), tous trois hispanophiles.

Conclusion

35La ligne éditoriale de Ya, Arriba et ABC reflète donc l’évolution des relations entre l’Argentine et l’Espagne. Pendant les années 1946-1949, marquées par l’alliance Perón-Franco, les quotidiens espagnols présentent l’Argentine comme un pays exceptionnel à plusieurs titres. D’une part, c’est le seul pays en Amérique Latine à soutenir la « Mère Patrie » dans une période particulièrement difficile. D’autre part, la presse considère que l’Argentine devrait servir de modèle aux autres pays latino-américains, en proie à des problèmes économiques et à l’instabilité politique. Mais en 1950, les relations hispano-argentines se tendent et les journaux espagnols lancent une campagne contre la République péroniste. L’étude de l’image de l’Argentine péroniste diffusée en Espagne permet donc d’illustrer le rôle de la presse sous le franquisme : un élément clé du dispositif de propagande.

Haut de page

Bibliographie

ALDAMA, Leonardo, « La hispanidad como problema y destino en Latinoamérica », in Revista de la Universidad de Buenos Aires, Buenos Aires, Ed. EUDEBA, abril-junio de 1948, pp. 481-489.

ARAUJA COSTA, Lorenzo, « Doctrina de prensa », Gaceta de la prensa española, Madrid, n° 26, juillet 1944, pp. 834-835.

AREILZA, José María de, Así los he visto, Barcelone, Ed. Planeta, 1976.

CIERVA, Ricardo de la, Historia del franquismo : aislamiento, transformación, agonía 1945-1975, Barcelone, Ed. Planeta, 1979.

DELGADO GÓMEZ ESCALONILLA, Lorenzo, Acción cultural y política exterior : la configuración de la diplomacia cultural durante el régimen franquista (1936-1945), thèse de doctorat soutenue à l’ Université Complutense, Madrid, 1992.

FIGALLO, Beatriz, « Un embajador argentino en España, el Dr Pedro Radío », in Res Gesta, n° 22, Rosario, Ed. PUCA, juillet-décembre 1987, pp. 21-44.

GONZÁLEZ CALLEJA, E., LIMÓN NEVADO, F., La hispanidad como instrumento de combate, Madrid, Ed. Centro de Estudios Históricos, 1988.

ORGANIZACIÓN INTERNACIONAL DE PERIODISTAS, Rapport présenté au Comité Exécutif de l’Organisation Internationale des Journalistes à la Conférence de Bruxelles, Paris, 1948.

PRADOS y LÓPEZ, Manuel, Ética y estética del periodismo español, Madrid, Espasa-Calpe, 1943.

RÍO CISNEROS, Agustín del, Viraje politico español durante la segunda Guerra Mundial y replica al cerco internacional, Madrid, Movimiento, 1965.

SEVILLANO CALERO, Francisco, Propaganda y medios de comunicación en el franquismo (1936-1951), Murcia, Universidad de Alicante, 1998.

SINOVA, Justino, La censura de prensa durante el franquismo, Madrid, Espasa-Calpe, 1989.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails, voir SINOVA, Justino, La censura de prensa durante el franquismo, Madrid, Espasa-Calpe, 1989.

2 Voir TERRÓN MONTERO, Javier, La prensa en España durante el régimen de Franco, Madrid, Centre de Recherches Sociologiques, 1981.

3 Voir OLMOS, Víctor, Historia del ABC, Barcelone, Plaza & Janés, 2002.

4 Voir TERRÓN MONTERO, Javier, op.cit.

5 PERÓN, Juan Domingo, Yo, Juan Domingo Perón, Barcelone, Planeta, 1976, p. 127.

6 Pour plus de détails sur les relations culturelles hispano-argentines, voir BONARDI, Laurent, « Culture et propagande franquiste dans l’Argentine péroniste », Amnis, Brest, 2004. Voir aussi DELGADO GÓMEZ ESCALONILLA, Lorenzo, Acción cultural y política exterior : la configuración de la diplomacia cultural durante el régimen franquista (1936-1945), thèse de doctorat soutenue à l’ Université Complutense, Madrid, 1992.

7 Pour plus de détails sur les relations hispano-argentines, voir BONARDI, Laurent, Franquisme et antifranquisme dans l’Argentine péroniste : le cas du journal `Crítica’, Mémoire de D.E.A., Université de Provence, 2002, pp. 7-43.

8 Pour le texte intégral du discours, Cf. Diario de la Cámara de Diputados, Buenos Aires, 1946, vol. 1, pp. 39-47.

9 Voir Arriba, 11-12 juin 1946 et ABC, 13 juin 1946.

10 Voir par exemple ABC, 8, 11 et 13 octobre 1946.

11 Voir par exemple ABC, 4 décembre 1946.

12 Voir par exemple ABC, 14 décembre 1946.

13 Voir ABC, 18-24 mai 1947 et 24 octobre 1948.

14 Voir ABC, Arriba et Ya du le 9 au 26 juin 1947.

15 Voir Arriba, 24 juin 1947. Pour plus de détails sur le référendum et la pression exercée pour obtenir un vote favorable, voir DIAZ NOSTY Bernardo, SUEIRO Daniel, Historia del franquismo, Madrid, 1985, vol. 2, pp. 78-90.

16 ABC, 31 octobre 1946 ; Arriba, 1er novembre 1946.

17 ABC, 1er novembre 1946, Arriba 1er novembre 1946.

18 ABC, 4 avril 1948. Voir aussi Arriba 10 avril 1948.

19 Arriba, 6 avril 1948.

20 Arriba, 7 avril 1948.

21 Ya, 19 avril 1948.

22 C’est précisément le titre de l’ouvrage de GONZÁLEZ CALLEJA, Eduardo, LIMÓN NEVADO, Francisco, La hispanidad como instrumento de combate, Madrid, ed. Centro de Estudios Históricos, 1988, 152 p.

23 Pour une analyse de la politique culturelle franquiste, Cf. DELGADO-GÓMEZ ESCALONILLA, Lorenzo, Imperio de papel : acción cultural y política exterior durante el primer franquismo, Madrid, ed. CSIC, 1992, 512 p.

24 Cf. HUGUET SANTOS, Monserrat, “La difusión de la imagen de América Latina en la prensa española durante el primer franquismo”, HUGUET SANTOS, Monserrat (Ed.), La formación de la imagen de América Latina en España (1898-1989), Madrid, ed. Cuadernos de Cultura iberoamericana, 1992, 437 p.

25 FRANCO BAHAMONDE, Francisco, Pensamiento político de Francisco Franco, Madrid, ed. Movimiento, 1975, p. 770.

26 Ibid.

27 Appelé « jour de l’Hispanité » en Espagne. Instaurée en Argentine par le Président Yrigoyen en 1917, cette manifestation prend une réelle ampleur durant les premières années du gouvernement péroniste. Cf. éditions du 13 octobre 1947 et 1948 du journal Amérique (Buenos Aires).

28 Discours reproduit dans INSTITUTO DE ESTUDIOS HISTÓRICOS, España en el pensamiento de dos conductores argentinos (dos discursos de Hipólito Yrigoyen y Juan Domingo Perón), Buenos Aires, I.E.H.-Congreso de la Nación, 1974, 39 p.

29 ABC, 18 novembre 1948.

30 Arriba, 13 octobre 1948.

31 Voir par exemple Crítica, 25 mai 1950.

32 Cf. La nostalgia del Embajador », Crítica, 2 avril 1951.

33 Cf. « Hipertrofia nacionalista en la Argentina », ABC, Madrid, 11 avril 1951.

34 Cf. « Cultura y nacionalismo », ABC, 11 janvier 1953.

35 Cf. MARTÍNEZ CAMPOS, Carlos, « Un vistazo a Sudamérica », Cuadernos Hispanoamericanos, octobre 1954, pp. 19-45.

36 « Monopolios informativos », Arriba, Madrid, 9 juillet 1955.

37 Cf. RODRIGUEZ CABRERA, Ernesto, « La prensa de Madrid », Crítica, 18 novembre 1954.

38 Cf. « Solidaridad con los argentinos perseguidos », Ya, 24 mai 1955. Voir aussi les éditions du 29 mai, du 1er et du 10 juin 1955.

39 La lettre d’Enrique Pavón Pereyra et la réponse de Ya sont publiées par ce journal le 3 juin 1955.

40 Voir courrier de Monseigneur Antoniutti au Ministère des Affaires Etrangères, 27 mai 1955 [Archives du Ministère espagnol des Affaires Etrangères, document référencé 4400 / 23].

41 La déclaration est notamment publiée dans ABC, 24 août 1955.

Haut de page

Table des illustrations

Titre ABC, 13 octobre 1946, page 1.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1166/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Eva Perón en Espagne (1947)
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1166/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre “Hipertrofia nacionalista en la Argentina”, ABC, 11 avril 1951, p. 7
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1166/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre “Cultura y nacionalismo”, ABC, 11 janvier 1953, p. 32.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1166/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Bonardi, « L’image de l’Argentine péroniste dans la presse espagnole (1946-1955) », El Argonauta español [En ligne], 1 | 2004, mis en ligne le 15 juin 2004, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1166 ; DOI : 10.4000/argonauta.1166

Haut de page

Auteur

Laurent Bonardi

Université de Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org