Navigation – Plan du site
Livraison janvier

L’art au service de la divulgation scientifique : le rôle des gravures dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808)

Elisabel Larriba

Résumés

Commandité par Godoy pour diffuser l’enseignement des nouvelles techniques, tant dans le domaine de l’agriculture que dans celui des arts et métiers, le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), périodique hors-normes à bien des égards, s’adressait aussi bien aux élites éclairées qu’à un public illettré (à travers la médiation du clergé paroissial). Pour attirer leur attention, les rédacteurs du Semanariofirent feu de tout bois, et au poids des mots ils n’hésitèrent pas à ajouter le charme et le prestige des illustrations. Cet article, qui s’ouvre sur une présentation de cet hebdomadaire ainsi que sur des considérations générales portant sur la gravure au XVIIIème siècle, analyse le rôle des illustrations dans le Semanarioqui se voulait tout à la fois une œuvre de haut niveau scientifique et une encyclopédie populaire.

Haut de page

Texte intégral

Un pari quichottesque : mettre le savoir à la portée du monde rural

  • 1 Pour une approche globale du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos on pourra con (...)
  • 2 Sur la participation du clergé à la diffusion du Semanario… on pourra consulter notamment : LARRIBA (...)
  • 3 Sur la correspondance publiée dans le Semanario… voir : « Un intento de reforma agraria por y para (...)
  • 4 Sur la stratégie éditoriale mise en place par les rédacteurs du Semanario… consulter LARRIBA, Elisa (...)

1Commandité par le Premier Secrétaire d’Etat Manuel Godoy afin de diffuser l’enseignement de nouvelles techniques tant dans le domaine de l’agriculture que dans celui des arts et métiers, le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808)1 s’adressait essentiellement au monde rural et de ce fait à un public majoritairement illettré. Pour attirer et retenir son attention les rédacteurs de cet hebdomadaire firent feu de tout bois. Ils comptaient en tout premier lieu sur l’indispensable médiation des curés de campagne, chargés de contribuer à la diffusion du journal auprès de leurs paroissiens au moyen, notamment, de lectures publiques2. La modernisation du monde agraire, dont dériveraient de multiples bienfaits, étant l’affaire de tous, ils multiplièrent les appels à collaboration, se posant en fervents partisans du dialogue et présentant la participation du public comme un acte patriotique. D’où la publication dans le Semanariode nombreuses lettres (authentiques ou apocryphes) qui leur avaient (ou auraient) été adressées par des hommes et des femmes de bonne volonté couvrant un large spectre socioprofessionnel3 et auxquels il convenait de rendre hommage. Soucieux de se mettre à la portée d’un public hors normes, étranger au monde du savoir, ils s’engagèrent formellement à renier toute forme d’érudition au profit de la divulgation et comprirent parfaitement l’intérêt qu’il y avait à combiner théorie et comptes rendus d’expériences pratiques4. L’essentiel était de convaincre. Mais trouver le ton juste suffirait-il ? Souhaitant se donner toutes les chances de remporter leur audacieux pari, les rédacteurs du Semanario… n’hésitèrent pas un seul instant à ajouter au poids des mots le charme des illustrations.

La gravure : un art au service des Lumières

  • 5 Instrucción u ordenanza para la nueva escuela de matemáticas, física, química, mineralogía y náutic (...)
  • 6 Cf. l’introduction de Gérard DUFOUR à son édition de OLAVIDE, Pablo de, Cartas de Mariano a Antonio (...)
  • 7 Instrucción para gravar en cobre, y perfeccionarse en el grabado a buril, al agua fuerte, y al humo (...)
  • 8 Voir à ce propos l’excellente étude de ROSE-DE VIEJO, Isadora, « Una imagen real para el favorito : (...)
  • 9 PONZ, Antonio, Viaje en España : « Sabe la Europa muy en confuso, que en Madrid, y señaladamente en (...)
  • 10 Ces estampes sont notamment reproduites dans le catalogue de l’exposition qui eut lieu à la Bibliot (...)
  • 11 Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta Real, mardi 28 juillet 1778 (n° 30), p. 300 : « Nueve estampas d (...)
  • 12 Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta Real, mardi 22 décembre 1778 (n° 66), p. 640 : Dos estampas nuev (...)
  • 13 Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta Real, mardi 19 février 1799 (n° 15), p. 132 : « Colección de est (...)

2La gravure, bien que considérée comme un art mineur, connut en Espagne, au XVIIIe siècle et plus particulièrement dans sa seconde moitié, un essor non négligeable. L’enseignement du dessin fut alors mis à l’honneur : Jovellanos, dans l’ Instrucción u ordenanza para la nueva escuela de matemáticas, física, química, mineralogía y náutica de Gijón qu’il rédigea en 1793, insista sur la nécessité de contribuer à son développement5 et Pablo de Olavide, dans le dernier tome de El Evangelio en triunfo en fit une des disciplines fondamentales qui devaient être enseignées aux enfants de son « philosophe désabusé »6. Déjà la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, fondée en 1749 et inaugurée en grande pompe en 1752, avait contribué activement à la formation de graveurs de qualité, capables pour certains de rivaliser avec les meilleurs artistes européens. Les manuels consacrés à cet art et élaborés à l’intention des professionnels firent leur apparition et se multiplièrent, l’œuvre de référence en la matière étant la Instrucción para grabar en cobre y perfeccionarse en el grabado al buril, al aguafuerte y al burilde Manuel de Rueda publiée en 17617. Autant d’avancées que l’on doit à la volonté des Bourbons de favoriser le renouveau culturel du pays et son rayonnement au sein de l’Europe des Lumières. A ce titre la gravure, qui était alors à la peinture ce que la presse était au livre, ne pouvait être laissée pour compte. Offrant, à l’instar des périodiques, le grand avantage d’être accessible à un large public, elle constituait un excellent outil de propagande, que Godoy, notamment, sut utiliser avec profit afin de bâtir son image d’homme d’Etat et de mécène éclairé8. Placée au service d’une politique de prestige, elle devait contribuer à mettre en avant les progrès réalisés par les Espagnols dans des domaines aussi divers que l’art, la littérature ou les sciences. La plus répandue, la gravure de reproduction, permettrait d’attirer les regards à l’intérieur et surtout hors de la Péninsule sur les trésors artistiques qu’elle recelait et qui, comme s’en plaignait amèrement Antonio Ponz, étaient trop souvent méconnus9. Goya, ce franc-tireur de génie qui néanmoins sut toujours épouser l’air du temps, ne s’y trompa point, lui qui, en 1778, offrit au public onze estampes reproduisant diverses œuvres de Velázquez10 dont la vente fut annoncée par la Gaceta de Madrid le 28 juillet11 et le 22 décembre12. Et il attendra quelque dix ans pour oser offrir au public (timidement, chez un marchand de vins et spiritueux) une véritable œuvre originale : les Caprices13.

  • 14 El ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Nueva Edi (...)

3L’art de la gravure sera également placé au service du livre et du patrimoine littéraire de l’Espagne, qu’il convenait tout autant de mettre en valeur. Ainsi virent le jour nombre d’ouvrages agrémentés d’estampes signées par les meilleurs artistes de l’époque. On se souviendra notamment de la prestigieuse édition du Quichotte publiée en 1780 par la Real Academia Española14. La Gaceta de Madrid, qui rendit compte de l’événement dans une annonce de librairie en date du 22 mai 1781, ne manqua d’ailleurs pas de faire référence avec moult détails aux illustrations offertes pour l’occasion à l’admiration du lecteur :

  • 15 Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta Real, mardi 22 mai 1781 (n° 81), p. 414.

« Cuatro tomos en cuarto real con láminas finas, cabeceras y remates ; con el Retrato de Cervantes copiado de una pintura del siglo pasado, y con un mapa que comprehende una gran parte de España, señalados en él los viajes de D. Quijote, de los cuales se ha puesto también un plan cronológico a continuación del Análisis. Los trajes de las estampas se han copiado de pinturas del tiempo en que supone Cervantes haber existido los personajes de su Fábula. Se hallará esta Obra en casa de D. Joaquín Ibarra, calle de la Gorguera, a trescientos reales sin encuadernar ; y allí mismo se venderán también juegos sueltos de estampas a cien reales cada uno »15.

  • 16 Panegírico que a imitación del de Plinio dirige a nuestro muy augusto monarca Don Carlos IV (que Di (...)
  • 17 Information fournie par l’annonce de librairie publiée dans le Diario de Madrid du jeudi 17 novembr (...)
  • 18 Diario de Madrid, jeudi 26 novembre 1789 (n° 330), p. 1319, b (tome XIV) : « Panegírico que a imita (...)

4Il s’agissait là, bien évidemment, d’un produit d’exception réservé à une élite peut-être culturelle et assurément économique. Mais le recours aux estampes n’était nullement l’apanage des seules éditions de luxe. Ainsi le modeste Panegírico que a imitación del de Plinio dirige a nuestro muy augusto monarca Don Carlos IV (que Dios guarde) el más humilde de sus vasallos Don Pedro Gatell16, petit ouvrage de 54 pages in octavo, publié en 1789 et vendu au prix de 4 réaux17, s’ouvrait-il sur un portrait du Roi et de la Reine signé par Miguel Gamborino, ce qui fut stipulé dans l’annonce de librairie insérée dans le Diario de Madrid du 26 novembre de la même année18. La présence d’un frontispice, d’une ou de plusieurs vignettes constituait assurément un argument de vente supplémentaire, un raffinement que l’on se plaisait à souligner.

  • 19 El grabado científico al servicio de la Ilustración. Comisario Juan Carrete Parrondo. Sala de Expos (...)

5Parallèlement, la gravure à caractère utilitaire connut un essor considérable. Au nom du didactisme, les ouvrages scientifiques abondamment illustrés firent alors florès19. Comme le soulignait le « Discours préliminaire des éditeurs » de lEncyclopédie (et donc Diderot) :

  • 20 « Discours préliminaire des éditeurs », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des (...)

« Le peu d’habitude qu’on a et d’écrire et de lire des écrits sur les Arts rend les choses difficiles à expliquer d’une manière intelligible. De là naît le besoin de Figures. On pourrait démontrer par mille exemples qu’un Dictionnaire pur et simple de définitions, quelque bien qu’il soit fait, ne peut se passer des figures, sans tomber dans des descriptions obscures ou vagues (…) Un coup d’œil sur l’objet ou sur sa représentation en dit plus qu’une page de discours »20.

  • 21 Parte práctica de botánica del caballero : que comprehende las clases, ordenes, géneros, especies y(...)
  • 22 Monadelphiae classis dissertationes decem. Auctore Antonio Iosopho Cavanilles Presbitero valentino, (...)
  • 23 CAVANILLES, Ant. Iosephi, Icones et descriptiones plantarum, quae aut sponte in Hispania crescunt, (...)
  • 24 Sont initialement publiés des livrets de 10 estampes, vendus à 28 réaux, 10 livrets composant un vo (...)
  • 25 Diccionario universal de Física escrito en francés por Mathurin-Jacques Brisson, Individuo que fue (...)
  • 26 SECONDAT, Charles - Louis (baron de Montesquieu), Del Espíritu de las Leyes. Traducido al castellan (...)
  • 27 LÓPEZ DE PEÑALVER, Juan, Descripción de las máquinas de más general utilidad que hay en el Real Gab (...)
  • 28 Curso completo o Diccionario universal de Agricultura teórica, práctica, Económica, y de medicina r (...)
  • 29 « Prospecto del curso completo de agricultura, o diccionario universal de agricultura teórica, prác (...)
  • 30 Ibid., p. 194 : « Tiene [el primer tomo] además seis láminas : dos, representan las especies de abe (...)

6Pour ne citer que quelques exemples parmi les plus marquants, fut lancée en 1780 la Colección de los Peces y demás producciones marítimas de España formada de orden de S. M. por Don Antonio Sañez Reguart. Entre 1784 et 1788 furent publiés les huit volumes de la Parte práctica de botánica del caballero : que comprehende las clases, ordenes, géneros, especies y variedades de plantas, con sus caracteres genéricos y específicos, sinónimos más selectos, nombres triviales, lugares donde nacen y propiedades de Linnée21. Entre 1785 et 1790, l’ouvrage d’Antonio Cavanilles, Monadelphiae clasis dissertationes decem, qui comprend 296 gravures réparties sur trois volumes, fut édité simultanément à Madrid, par l’Imprimerie Royale, et à Paris, par Firmin Didot22. En 1790 fut lancé, sur ordre royal, l’impression d’un autre ouvrage du même botaniste : Icones et descriptiones plantarum, quae aut sponte in Hispania crescunt, aut in hortis hospitantur23 pour donner lieu en 1801 à une collection de six volumes regroupant pas moins de 601 estampes24. La traduction espagnole du Dictionnaire universel de Physique de Brisson, publiée entre 1796 et 180225, comprend 99 planches, réunies dans le neuvième et dernier volume de la collection. Les huit tomes de la version espagnole de l’Encyclopédie, parus entre 1791 et 1798, furent également complétés par tout un volume d’estampes. En 1798, l’ingénieur Juan López Peñalver (traducteur de Montesquieu par ailleurs26) offrit au public, à la demande du Roi, une Descripción de las máquinas de más general utilidad que hay en el real Gabinete de ellas establecido en el Buen Retiro27 où l’image joue également un rôle essentiel. Le Curso completo o Diccionario universal de Agricultura teórica, práctica, económica, y de medicina rural y veterinaria (1797-1803), version espagnole du célèbre dictionnaire de l’Abbé Rozier28, incluait également diverses planches, ce qui fut d’ailleurs stipulé dans le prospectus de l’ouvrage, intégralement reproduit dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos du 28 septembre 179729, alors que le premier tome de la collection, qui en comprendrait seize, venait d’être mis en vente30.

  • 31 Colección de Trajes de España, tanto antiguos como modernos, Que comprehende todos los de sus Domin (...)
  • 32 Juan de la Cruz y Cano, ulcéré par la multiplication des éditions pirates de sa Colección de trajes (...)
  • 33 « Prólogo », in Diccionario de las Nobles Artes para instrucción de los Aficionados, y uso de los P (...)

7L’histoire de la gravure est donc intimement liée à celle du livre. Toutefois, les estampes vendues au détail, décoratives ou utilitaires, (qu’elles fussent destinées à un public aisé ou à une clientèle populaire) sont loin d’être quantité négligeable et couvrent un large éventail thématique. Portraits (des membres de la famille royale ou d’illustres personnages), images religieuses, plans ou cartes, reproductions de scènes historiques, tableaux de mœurs suscitaient un intérêt certain. Pour ne citer qu’un exemple, les estampes de la Colección de trajes de España de Juan de la Cruz Cano y Olmedilla31, livrées initialement sous forme de cahiers parus entre 1777 et 1788, connurent un énorme succès en Espagne et furent même copiées à l’étranger, au plus grand désespoir de l’artiste32. Comme se plut à le souligner Diego Antonio Rejón de Silva dans le prologue à son Diccionario de las Nobles Artes l’homme éclairé se faisait fort de posséder « un cabinet décoré dexcellentes estampes », laissant les « scintillements dune sculpture dorée, accompagnés de tissus et de damas » faire la délectation des « idiots »33. Les temps avaient changés et un marché était né.

La gravure, élément essentiel de la stratégie éditoriale du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos34

1) Affirmer sa différence

  • 35 Voir l’introduction de notre anthologie, op. cit., pp. 10-11.

8Le recours à la gravure impliquant un surcoût non négligeable, image et presse ne semblent guère faire bon ménage au temps des Lumières. Rares sont les périodiques qui s’autorisent un tel luxe et encore ceux qui s’y risquent le font-ils avec la plus grande parcimonie. Le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos est l’exception qui confirme la règle. Mais faut-il s’en étonner si l’on tient compte du fait que cet hebdomadaire fut créé à la demande expresse du Premier Secrétaire d’Etat, Manuel Godoy, et que sa parution fut annoncée en grande pompe au moyen d’un prospectus imprimé à pas moins de 22 300 exemplaires dont 9 800 seraient distribués outre-atlantique35 ? Dès lors, il s’agissait de ne pas décevoir les attentes d’un public à qui l’on avait promis monts et merveilles. Aussi, les responsables de la publication, souhaitant créer l’événement, soignèrent-ils tout particulièrement la présentation du premier numéro en date du 5 janvier 1797. Alors que (limitation des coûts oblige) la sobriété, voire le dépouillement étaient généralement de mise, ils n’hésitèrent pas à ouvrir leur périodique sur une gravure à caractère allégorique à la gloire de l’agriculture et des arts, sources de bienfaits et de prospérité. Par ailleurs, ce premier numéro fit curieusement l’objet d’un double tirage comme en témoigne l’existence de deux frontispices.

Pages de garde du...Pages de garde du n° 1 (5-1-1797)

Pages de garde du n° 1 (5-1-1797)

  • 36 Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, 1797, tome I, p. XVI : « Se publicará un (...)

9Le thème traité est certes le même, la composition semblable. Mais l’estampe ornant l’exemplaire conservé à la Hemeroteca municipal de Madrid est d’une qualité très inférieure à celle figurant dans les trois autres collections que nous avons pu consulter à la Biblioteca Nacional, au Real Jardín Botánico et au Musée des Sciences Naturelles de Madrid. D’ailleurs, alors que la première n’est ni datée, ni signée, et fut vraisemblablement le fait d’artistes mineurs, la seconde (datée de 1796) est l’œuvre de véritables maîtres dont la réputation était solidement établie : Luis Paret y Alcazar en fut l’inventeur et le dessinateur, Blas Amettler Rotllan (disciple de Manuel Salvador Carmona à qui il succèdera, à sa mort en 1821, en tant que Directeur de la gravure de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando en 1821) la grava. Cette touche de raffinement, qui frise la coquetterie et relève indéniablement d’une stratégie commerciale fondée sur le prestige, montre combien les concepteurs du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los párrocos étaient soucieux de soigner leur image et souhaitaient affirmer leur différence au sein de l’univers journalistique de la fin du siècle. Assurément cette attention n’était pas destinée aux humbles paysans ou aux modestes curés de campagne mais aux amateurs d’estampes fines, autrement dit à une élite sociale, économique et culturelle qu’il fallait à tout prix séduire et si possible fidéliser. Et sans doute n’est-ce pas un hasard si aucune mention n’est faite dans le prospectus de l’œuvre à la vente au numéro alors qu’un long développement est consacré aux conditions de souscription36. Les annonces de librairie publiées dans la Gaceta de Madrid, quant à elles, font exclusivement référence soit à l’abonnement, soit à la mise en vente du Semanariosous forme de volumes regroupant la production d’un semestre et dont le prix variait en fonction de la reliure choisie : 22 réaux « a la rústica » et 24 « en pasta », soit 44 ou 48 réaux pour les 2 tomes de l’année. Cette dernière option, bien plus économique que la souscription (au minimum 75 réaux l’an) était destinée à un public (peut-être moins fortuné) qui désirait doter sa bibliothèque d’un ouvrage de type encyclopédique et qui indubitablement était loin d’avoir l’impatience des véritables amateurs de périodiques soucieux de recevoir l’information à domicile et avant les autres. Il s’agissait en fait de satisfaire, par ce biais, les tenants de deux cultures qui se rejoignaient parfois : celle du livre et celle de la presse. Les différences existant entre les quatre collections consultées nous portent à croire que les éditeurs du périodique, souhaitant toucher un public fort diversifié, réalisèrent par ailleurs une série de luxe, sans doute à tirage limité, qu’ils réservèrent à une clientèle d’exception prête à consacrer une somme importante aux frais de reliure. En effet, si les couvertures des tomes conservés à la Hemeroteca municipal, sont en simple parchemin, le titre du journal et le numéro du volume étant portés à l’encre sur la tranche, les collections de la Biblioteca nacional et du Museo de Ciencias Naturales se distinguent par des reliures de meilleure qualité qui, toutefois, ne sauraient en aucun cas rivaliser avec celle des volumes conservés au Real Jardín Botánico de Madrid, reliés quant à eux en maroquin rouge et dorés sur tranches.

10Par ailleurs, les planches XV et XVII de cette série, comble du raffinement, furent coloriées.

  • 37 « Sueño político simbólico que ha tenido Don Benito sobre la reforma de los trajes, o lujo indiscre (...)

11A notre connaissance, le seul périodique à s’être autorisé auparavant un tel luxe est El Duende de Madrid où l’on trouve à la fin du tome I, paru en 1787, deux illustrations en couleur (mais d’une piètre qualité), en complément d’un article portant sur les méfaits du luxe et proposant l’imposition d’un uniforme national pour les femmes37. On notera également que si la plupart des gravures épousent le format du périodique, deux d’entre elles (les planches XXI et XXV) se présentent sous la forme de dépliants (305 x 220 mm), ce qui là encore est tout à fait exceptionnel.

2) Faire gravure de tout bois

a) Allier prestige et économie

  • 38 Il s’agit des tomes 3 (janvier à juin 1798), 6 à 17 (juillet 1799 à juin 1805), 19 (janvier à juin (...)
  • 39 « Sobre la fecundación de las plantas », in Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párroco (...)
  • 40 « Instrucción sobre la fabricación del Acero », in id., n° 37 (14 septembre 1797), pp. 156-164 ; n° (...)

12Le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, qui donna lieu à une collection de 23 tomes pour un total de 599 numéros, incluait 25 planches (26 avec le frontispice) qui furent publiées à intervalles plus ou moins réguliers, avec au minimum une gravure par tome (c’est du moins le cas pour 15 d’entre eux38), à l’exception des volumes 18 et 23, qui en sont dépourvus et correspondent respectivement aux années 1805 (date à laquelle la direction du journal échut au Real Jardín Botánico) et 1808 (qui vit disparaître le journal). En revanche, certains tomes furent bien mieux traités : les deux premiers de la collection (1797), qu’il convenait de soigner tout particulièrement afin de séduire et fidéliser le public, incluaient chacun trois illustrations (frontispice compris), le quatrième (juillet-décembre 1798) et le vingtième (juillet-décembre 1806) en comptaient deux. Toutefois, par souci d’économie, certaines de ces gravures furent conçues en vue d’un double ou triple emploi. Ainsi, sur les douze figures qui composent la planche III (particulièrement surchargée), trois se rapportent à la fécondation des plantes et renvoient à la rubrique « Agriculture » du numéro 35 (31 août 179739). Les neuf autres concernent la fabrication de l’acier, thème ultérieurement développé dans un long article qui donna lieu à plusieurs livraisons, la première datant du 14 septembre de la même année, la dernière du 5 octobre40.

  • 41 « De los arados », in id., n° 76 (14 juin 1798), pp. 369-377. Cf. figures 1 et 2.
  • 42 « De las moreras », in id., tome III, n° 70 (3 mai 1798), pp. 273-282, n° 71 (10 mai 1798), p. 289- (...)

13De même sur les neuf figures réunies sur la planche VI, deux illustrent un article consacré aux charrues41 et sept (concentrées sur la moitié inférieure de la page, n° 3 à 9) complètent un texte versant sur les mûriers42.

14La planche VIII qui fut fournie avec le numéro 126 en date du 6 juin 1799 et où sont représentés un mouton et un chien, porte également sur deux articles différents.

  • 43 « Libro instrucción para pastores y ganaderos por el C. Daubenton, traducida de orden del rey, y ad (...)
  • 44 « Del perro », in n° 129 (20 juin 1799), pp. 392-397.
  • 45 « Arte del topero, o medios de exterminar los topos », in tome IX, n° 232 (11 juillet 1801), p. 361 (...)
  • 46 « De una cama económica », in tome XVI, n° 416 (20 décembre 1804) pp. 373-375.

15La partie supérieure de la gravure vient compléter un minutieux compte rendu qui concerne la Instrucción para pastores y ganaderos por el C. Daubenton(ouvrage publié en 1798) et fit l’objet de plusieurs livraisons consécutives43. La partie inférieure renvoie quant à elle à un article intitulé « Del perro »44, paru trois semaines plus tard. De même sept figures de la planche XII (n° 1 à 7) concernent les réflexions livrées sur l’extermination des taupes dans le numéro 23245 alors que trois autres (A, B et C) ont trait aux systèmes d’évacuation d’eau présentés dans le 23446, soit quinze jours plus tard.

16Enfin la planche XIX insérée dans le numéro 416, en date du 20 décembre 1804, regroupe six illustrations faisant l’objet de commentaires détaillés et portant sur trois thématiques distinctes.

  • 47 « Del caldo de los huesos », in tome XV, n° 366 (5 janvier 1804), pp. 9-13.
  • 48 Ibid., p. 12 : « Se dará más adelante una estampa de ella ».
  • 49 « De las mejoras que ha recibido la hacienda del rey de Inglaterra en Windsor », in tome VIII, n° 1 (...)
  • 50 « De las mejoras que ha recibido la hacienda del rey de Inglaterra en Windsor », in tome VIII, n° 1 (...)
  • 51 « Memoria sobre el arte de coger los ratones campesinos - Por D. L. M. », in n° 514 (jeudi 6 novemb (...)
  • 52 « Carta dirigida a los Editores del semanario de Agricultura sobre el modo de destruir los ratones (...)
  • 53 « Discurso liminar », in Diccionario universal de Física escrito en francés por Mathurin-Jacques Br (...)

17La première représente un lit dit économique conçu par le comte de Rumford dont il est question dans ce même numéro47. La deuxième, qui reproduit une « marmite américaine », constitue un complément quelque peu tardif d’un article paru en janvier de la même année48. (soit 12 mois auparavant) où était d’ailleurs précisé en note de bas de page qu’une gravure serait fournie ultérieurement49. Les figures 4 à 6 concernent quant à elles un harnais pour bœufs identique à celui utilisé pour les chevaux, mais ne semblent renvoyer à aucun article précis. En octobre 1800, fut publié un texte vantant les mérites de ce type de collier, employé avec succès en Angleterre, mais rejeté par les espagnols au plus grand regret des éditeurs du journal50. Toutefois rien ne permet d’établir un lien direct entre cet article et la gravure proposée en 1804. A l’inverse l’illustration annoncée dans la « Memoria sobre el arte de coger los Ratones campesinos »51 en date du 6 novembre 1806, et qui devait être couplée avec des gravures versant sur d’autres sujet, ne fut jamais publiée. Les commentaires que suscita cet article de la part de Don Mariano Lafuente y Poyanos (lecteur attentif et collaborateur occasionnel du journal) ne sont sans doute pas étrangers à cet oubli. En effet dans une lettre en date du 26 décembre suivant (reproduite dans le Semanario... du 8 janvier 180652), ce dernier informa les éditeurs de l’existence d’un moyen de lutter contre les rats des champs à l’efficacité avérée et bien plus simple que celui dont il avait été question précédemment. Dès lors, les frais engendrés par l’estampe promise devenaient superfétatoires. Les responsables du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, pieds et poings liés par les contingences économiques, ne furent bien évidemment pas les seuls à avoir recours à des planches à usage multiple. Les éditeurs de la traduction espagnole du célèbre Dictionnaire universel de Physique de Brisson, pour ne citer qu’un exemple parmi tant d’autres, avaient eux aussi fait ce choix et ils s’en expliquèrent dans le « Discours liminaire » de l’imposant ouvrage, invoquant très clairement la nécessité de réduire dans la mesure du possible les coûts d’impression53. C’était, en tout état de cause, un sacrifice auquel les éditeurs du Semanario consentirent volontiers afin d’offrir à leurs lecteurs un produit d’exception.

b) En quête de signatures d’artistes confirmés

  • 54 Généralement, et conformément à l’usage, le nom du dessinateur figure au bas de la planche à gauche (...)
  • 55 Cf. « Del trigo », in Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, tome I, n° 21, 25 m (...)

18On remarque en effet que sur les 25 planches recensées et qui (dans l’optique de la constitution d’une série) furent numérotées de 1 à 25, 15 (à l’instar du frontispice) sont signées54. La deuxième, insérée dans un article en date du 25 mai 1797 ayant trait au blé55, fut gravée par Fonseca.

  • 56 PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, Madrid, Ministerio de (...)

19Les gravures IV et V (également parues en 1797), qui concernent un semoir mécanique mis au point par un prêtre (Don Vicente Asensio) et se distinguent par leur grande précision, sont l’œuvre du valencien Vicente Mariani y Todoli, miniaturiste de portraits renommé, dessinateur et graveur, qui fut formé à Madrid puis à Paris (où il fut le disciple de Jean Pillement) avant d’exercer son art pour la Calcografía Real56.

  • 57 PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles…, op. cit., tome II, 1982, notice 1227, p. 118-1 (...)
  • 58 CABANILLES, Antonio Joseph, Icones et descriptiones plantarum, quae aut sponte in Hispania crescunt (...)
  • 59 Cf. PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome II (...)
  • 60 Diccionario universal de Física de Brisson, Traducido al castellano y aumentado con los nuevos desc (...)
  • 61 PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome II, 19 (...)
  • 62 PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome I, 198 (...)
  • 63 Ibid., tome II, 1982, notice 1296, pp. 161-162.

20La sixième, insérée dans le numéro 72 en date du 17 mai 1798, fut exécutée par Vicente López Enguidanos57 qui n’était nullement un novice en la matière et travaillait alors, aux côtés de Blanco, Fonseca, Gamborino et Seller, à la réalisation des quelque 600 gravures qui devaient orner l’extraordinaire ouvrage de Antonio Joseph Cabanilles : Icones et descriptiones plantarum(1791-1801)58. Les planches XV, XVI, XVIII, XIX et XX (publiées respectivement dans les numéros 303, 333, 388, 416 et 431 du Semanario) sont quant à elles signées par Manuel Navarro qui, originaire de Saragosse, travailla à Madrid sous la direction du meilleur graveur de l’époque, Manuel Salvador Carmona, et se distingue par une abondante production59. On lui doit notamment le frontispice du Diccionario universal de Física de Brisson, Traducido al castellano y aumentado con los nuevos descubrimientos por Cristóbal Cladera ainsi que 95 des 99 gravures qui ornent cet important ouvrage60. La dix-septième planche du Semanario…, parue dans le numéro 351 en date du 22 septembre 1803, est le fait de F. Miranda. Il s’agit vraisemblablement de Fernando Miranda qui, comme le précise Elena Paez Ríos dans son Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, se spécialisa dans l’illustration d’ouvrages et de périodiques. Toutefois il pourrait également s’agir de Francisco Miranda, même si celui-ci signait généralement ses œuvres Franco Miranda et semble s’être principalement consacré aux estampes de dévotion61. Les planches XXI et XXV, dessinées respectivement par Antonio Delgado et Antonio Monasterio, furent toutes deux gravées par José Bonifaz dont diverses œuvres sont conservées à la Bibliothèque Nationale de Madrid62. Les estampes XXII et XXIII portent quant elles la signature de Cipriano Maré qui n’en était pas non plus à son premier coup d’essai et travailla de 1802 à 1808 pour la Real Calcografía63.

  • 64 Les exemples à suivre sont tirés de PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles, op. cit., (...)

21L’avant-dernière de la série (n° XXIV), dessinée par Antonio Meneses, fut réalisée par Antonio Vázquez à qui l’on doit une production aussi abondante que diversifiée64.

22Mettant son burin au service de la République des Lettres, il illustra notamment le Quichotte édité en 1797 par l’Imprimerie Royale et la seconde édition de El Evangelio en triunfo (1798). La même année, il réalisa le portrait sur lequel s’ouvrait la Vida del Dr. Benjamín Franklin sacada de documentos auténticos avant de se consacrer, aux côtés de Bartolomé et José Vázquez, à la collection parue en 1798 sous le titre de Ideas de varios asuntos de la Historia de España en Estampas. Parmi ses oeuvres les plus importantes figurent également la Colección General de los Trajes que en la actualidad se usan en España principiada en el año de 1801 en Madrid dont il signa 112 estampes. Les 68 planches de la Explicación de las láminas relativas al Tratado de ejercicio y maniobras de la Infantería (ouvrage publié en 1808) sont également de son chef, tout comme la série de 73 estampes qui agrémente le Tratado de Ejercicio y maniobras de Infantería qu’il réalisa sur commande du Depósito de la Guerra. Parmi cette production bigarrée figurent en outre diverses images de dévotion et plusieurs portraits des membres de la famille royale qu’il s’agisse de Charles IV et de Marie-Louise de Parme ou de Ferdinand VII et Marie Isabelle de Bragance.

c) Des sources multiples et diverses

23La présence de ces gravures où figure la signature d’artistes confirmés, voire de tout premier rang, est le reflet d’une politique éditoriale de prestige et témoigne assurément de la volonté des éditeurs d’offrir à leurs lecteurs un produit de toute première qualité. Toutefois, il convient de souligner que la plupart des gravures qui ornent le Semanario... ne furent pas conçues à la demande expresse des éditeurs. Loin s’en faut.

  • 65 « Descripción de una nueva sembradera, inventada y construida por Don Vicente Asensio, Presbítero, (...)
  • 66 « De la casa de labor », in tome IV, n° 98 (15 novembre 1798), p. 305-316. Gravure insérée entre le (...)
  • 67 Ibid., p. 313 : « Nota. La planta y alzado de la casa de campo es del arquitecto Don Silvestre Pére (...)

24Les planches IV et V représentant le semoir mécanique inventé par Vicente Asensio ont vraisemblablement été élaborées à l’initiative des éditeurs. En effet ces derniers soulignent dans leur article qu’ils ont suivi personnellement diverses expériences effectuées avec le concours de l’inventeur. Ils se proposent même, avec sa bénédiction, de fournir toutes les indications nécessaires à ceux qui souhaiteraient fabriquer ladite machine et rendent hommage à la générosité de ce prêtre sensible aux questions agraires qui a renoncé à tout privilège exclusif afin de faciliter sa diffusion65. Les plans qui complètent l’article De la casa de labor, publié en 179866, furent quant à eux directement fournis par l’architecte Silvestre Pérez aux responsables de la publication, ce qu’ils ne manquèrent pas de souligner67.

  • 68 Extrait de linstruction pour les bergers et les propriétaires de troupeaux ; par le C. Daubenton, (...)
  • 69 « Libro - Instrucción para pastores y ganaderos por el C. Daubenton, traducida de orden del rey, y (...)
  • 70 FERNÁNDEZ DE MORATÍN, Leandro, Diario (Mayo 1780- Marzo 1808), edición anotada por René y Mireille (...)
  • 71 Curso completo o diccionario universal de agricultura..., op. cit., tome XIII, planche XIV, p. 148.
  • 72 « Del lobo y su caza », in tome VI, n° 152 (28 novembre 1799, p. 338-352, gravure à la suite), « Co (...)
  • 73 Sur Agustín de Betancourt voir en particulier : RUMEU DE ARMAS, Antonio, Ciencia y tecnología en la(...)
  • 74 Cf. note pp. 356-357 : « Estas observaciones y el dibujo de la estampa las debemos a D. Agustín Bet (...)

25Le mouton de la planche VIII (qui illustre un compte rendu détaillé portant sur la traduction d’un ouvrage de Daubenton consacré à l’élevage68 et figure dans le numéro 126 en date du 6 juin 179969) fut dessiné par le célèbre dramaturge Leandro Fernández de Moratín qui l’offrit gracieusement à son ami Juan Antonio Melón (l’un des concepteurs du journal)70, en avril de la même année. De même le chien ornant la partie inférieure de ladite planche, qui renvoie à un article tiré du Curso completo o diccionario universal de Agricultura de Rozier mais diffère de la gravure que l’on y trouve71, est vraisemblablement une création originale. Les illustrations de la planche IX, complément d’un article concernant la chasse au loup, paru fin 179972 et élaboré sur la base des informations communiquées par Agustín Betancourt, éminent scientifique et inventeur de génie (qu’une solide amitié liait également à Melón et à Moratín)73, furent remises par ce dernier aux éditeurs74.

  • 75 « Sobre un trillo de nueva invención », in tome XIX, n° 487 (1 mai 1806, pp. 273-283) et « Concluye (...)
  • 76 Ibid., p. 299 : « ...el actual poseedor de este trillo Don Pedro Soldevilla, Abogado de los Reales (...)

26Enfin, l’imposante et novatrice herse, objet d’un article signé en 1806 par Claudio Boutelou75 (membre du Real Jardín Botánico de Madrid dont dépendait alors le journal), fut fournie à ce dernier par Pedro Soldevilla, un avocat des Conseils Royaux désireux de faire connaître cet outil76, suite à quoi fut élaborée la planche XXI.

  • 77 Madrid, Imprenta Real, por D. Pedro Julián Pereyra, Impresor de Cámara de S.M., 1797-1803, 16 vol. 
  • 78 La gravure (d’un format légèrement différent de celui d’une page du journal : 215 x 145 mm contre 2 (...)
  • 79 Cf. la planche IV (signée par José Gómez Navia), p. 462 de l’article « Manteca », in Curso completo(...)

27Mais bien souvent les responsables du périodique se contentèrent de reproduire des gravures figurant dans d’autres ouvrages ou s’en inspirèrent fortement. Ils firent notamment un abondant usage du matériel iconographique fourni par le Curso completo o Diccionario universal de Agricultura teórica, práctica, Económica, y de medicina rural y veterinaria. Escrito en francés por una Sociedad de Agrónomos, y ordenado por el Abate Rozier. Traducido al castellano por Don Juan Álvarez Guerra, individuo en la clase de Agricultura de la Real Sociedad Económica de Madrid. Con superior permiso77. Ainsi, sept des quatorze figures que regroupe la première planche du Semanario… (qui n’est pas signée)78 reprennent avec une fidélité saisissante les illustrations fournies par le célèbre dictionnaire à l’article « Manteca »79.

  • 80 Cf. planches X et XI (que l’on ne trouve pas dans l’édition française et qui illustrent le très vol (...)

28La deuxième (que l’on doit à Fonseca), où sont représentés différents parasites du blé, reproduit avec la même précision 22 des 43 illustrations qui (dans la version espagnole de l’ouvrage de Rozier) composent les planches X et XI (gravées quant à elles par José Gómez Navia) et complètent l’article « Trigo »80.

  • 81 Nouveau cours complet d’agriculture théorique..., op. cit., tome IV, planche IV, fig. 1, p. 147.

29La figure 1 de l’estampe VI est une reproduction inversée de l’une des illustrations de l’entrée « Charrue » que l’on trouve dans l’édition française du dictionnaire81 mais ne fut pas reproduite dans l’espagnole.

  • 82 « Principios de botánica en cartas a una Señora », in tome 12, n° 300 (30 septembre 1802, pp. 209-2 (...)
  • 83 In Curso completo o Diccionario universal de agricultura..., tome XV, 1802, p. 190. Planche donnée (...)
  • 84 Gravure XXV, in « Conclusión de la Memoria sobre el cultivo de la vid », in tome 22, n° 572 (17 déc (...)
  • 85 P. 380 : « Las figuras 4, 5 y 6 de esta lámina se han copiado del tomo IX del Diccionario de Agricu (...)

30La planche XV, insérée dans la quatrième livraison des Principios de botánica a una Señora, en date du 21 décembre 180282, et qui totalise 25 figures, reproduit avec un agencement différent la gravure numéro III du dictionnaire que l’on doit à Miguel Gamborino, graveur et peintre valencien fort renommé83. Toutefois, le travail réalisé pour le Semanario par Manuel Navarro, de par la précision du trait, est de très loin supérieur à celui de son illustre prédécesseur. Par ailleurs, la planche insérée dans la collection conservée au Real Jardin Botánico, fut (comme nous l’avons déjà souligné) coloriée. Enfin les figures 4, 5 et 6 de la dernière planche de la série 84 (dont le titre est Hoces O Instrumentos para podar las vides) furent copiées comme le stipule une note des éditeurs du tome IX du dictionnaire de Rozier85. En fait, la fréquente utilisation d’illustrations tirées de cet ouvrage s’explique aisément. Face à l’ampleur de la tâche, Juan Álvarez Guerra (membre de la Société Economique de Madrid) qui signa la traduction (ou plutôt l’adaptation) du dictionnaire avait fait appel à divers spécialistes parmi lesquels figuraient les éditeurs du Semanario… qu’il remercia publiquement et de manière appuyée dans l’« Avertissement du traducteur » :

  • 86 « Advertencia del traductor », in Curso completo o Diccionario universal de Agricultura..., tome I, (...)

« Doy mil gracias (....) a los Editores del nuevo Periódico de Agricultura y Artes que me han franqueado cuantos libros, noticias y conocimientos he necesitado de ellos ; (....) ¡Ojalá pueda yo algún dia manifestarles mi agradecimiento ! ¡y ojalá encuentren en el bien que esta obra haga al publico el único premio que se han propuesto en su trabajo »86.

31Par ailleurs, dans son « Discours liminaire », il renouvela son hommage à ces publicistes qui servaient la même cause que lui et dont il considérait le labeur comme un indispensable complément du sien :

  • 87 « Discurso preliminar », in Curso completo o Diccionario universal de Agricultura..., tome I, 1797,(...)

« Ya no tiene tampoco el labrador a quien culpar de su ignorancia y desidia : a la mas fácil salida y circulación del producto de sus campos se le agrega la instrucción teórica y práctica, que puede adquirir en las mejores obras, que cada día se le están anunciando en su idioma, no solamente de la agricultura extranjera, sino también de todas las ciencias que tienen relación con ella, y el Semanario de Agricultura y Artes que principia a publicarse acabará con el tiempo de completar su instrucción, al paso que vaya corrigiendo o destruyendo las practicas defectuosas o perjudiciales, y que nuestros labradores instruidos ayuden a extender las luces, comunicando por medio de él los conocimientos que les haya enseñado la experiencia. »87

  • 88 Le prospectus fut publié dans la Gaceta de Madrid, le 15 septembre 1797 (document non conservé dans (...)
  • 89 « Prospecto del curso completo de agricultura o diccionario universal de agricultura teórica, práct (...)
  • 90 « LIBRO - Curso completo o diccionario universal de agricultura teórica, práctica, economía, medici (...)

32Les éditeurs du Semanario..., dans un échange de bons procédés, s’empressèrent quant à eux de publier (le 28 septembre 1797, soit seulement quelques jours après la Gaceta de Madrid88) le prospectus complet du dictionnaire (soit huit pages)89, puis annoncèrent à leurs lecteurs, en octobre 1799, (au moyen d’un compte rendu de deux pages) la parution des tomes 2 à 6 du Curso completo o diccionario universal de agricultura....90.

  • 91 « Instrucción sobre la fabricación del Acero », in tome II, n° 37 (14 septembre 1797, p. 156- ; « C (...)
  • 92 N° 37, p. 156 : « La antigua junta de Salud Pública de París, dirigió esta instrucción a los operar (...)
  • 93 Voyages métallurgiques ou Recherches et Observations sur les Mines & Forges de fer, la Fabrication (...)
  • 94 Id., tome I, Lyon, Chez Gabriel Regnault, Libraire, Rue Mercière, 1774. Avec approbation et privilè (...)
  • 95 « Ensayo sexto político-económico del Conde de Rumford sobre la economía del combustible », in tome (...)
  • 96 THOMPSON, Benjamin (Comte de Rumford), Essais politiques, économiques et philosophiques par Benjami (...)
  • 97 In tome IX, n° 232, (11 juillet 1801), pp. 361-371.
  • 98 Ibid., cf. note p. 361.
  • 99 DRALET, LArt du taupier, Suivant les procédés du Citoyen Aurignac, par le C. Dralet, Membre de plu (...)
  • 100 In tome XIII, n° 33 (19 mai 1803), pp. 305-308. Gravure insérée entre pp. 308 et 309.
  • 101 MANZANARES, Juan Cristóbal, Disertación y descripción de una nueva máquina o volvedor que unido a l (...)

33Si nous n’avons pu déterminer la provenance des planches XI, XIII, XVIII et XIX qui furent peut-être élaborées à la seule intention du Semanario..., en revanche nous avons réussi à identifier les sources utilisées pour le restant des illustrations. Les figures 1 à 9 de la planche III qui représentent diverses coupes d’un fourneau d’épreuve pour convertir le fer en acier et complètent un long article intitulé « Instrucción sobre la fabricación del acero »91 (publié à la demande du gouvernement92) sont tirées des Voyages métallurgiques… de Jars, ouvrage publié en 1774 simultanément à Paris93 et à Lyon94. Le four à chaux conçu par le comte de Rumford (pl. X, fig. XI) qui accompagne un extrait traduit de son sixième essai politique et proposé aux lecteurs du Semanario... en mai 180095 est une copie de celui qui se trouve dans l’œuvre originale éditée en 1799 à Genève96. Les figures 1 à 7 de la planche XII, qui illustrent l’article « Arte del topero, o medios de exterminar los topos »97 (livré en juillet 1801 et donné comme la traduction d’un travail signé par Dralet, paru dans le numéro 35, an 6 de la Feuille du cultivateur)98, sont, comme on pouvait s’y attendre, tirées de L’Art du taupier offert au public français quelque temps auparavant99. L’estampe XVI, réalisée par Manuel Navarro pour la « Descripción de un nuevo volvedor de mieses para trillar »100 (article dont la paternité est précisée en note de bas de page), est une reproduction de celle gravée par Mansilla en 1777 pour un ouvrage101 dont les éditeurs du Semanario... rendirent compte à leurs lecteurs en 1803.

  • 102 Arte de nadar compendiado del que escribió en Italiano Oronzio Bernardi, Madrid, Imprenta de Alban, (...)
  • 103 « Arte de nadar », in tome XIV, n° 350 (15 septembre 1803), pp. 171-176 ; « Continuación del Arte d (...)
  • 104 « Método de economizar el carbón y leña en las cocinas », in tome XVII, n° 431 (4 avril 1805), pp.  (...)
  • 105 Método de economizar el combustible en nuestras casas, o descripción de dos cocinas económicas, apl (...)
  • 106 In n° 431, p. 216 : « Extracto de un impreso publicado por el Arquitecto Don Julián Rodríguez con e (...)

34Dix des onze estampes pleine page (signées J.M.C) qui agrémentent la traduction espagnole de LArt de nager de l’italien Oronzio Bernardi102 servirent de modèle aux vignettes (d’une qualité très inférieure) réalisées par Miranda en illustration de l’extrait publié dans le périodique madrilène103 ? De même la planche XX (gravée par Manuel Navarro) qui renvoie à l’article « Método de economizar la leña y el carbón » (publié en 1805)104 fut élaborée à partir des deux planches qui figurent dans la traduction d’un ouvrage de Rumford effectuée par l’architecte Julián Antonio Rodríguez en 1804105, dont la mise en vente fut annoncée en note de bas de page par les éditeurs du journal106.

  • 107 « Extracto de la Memoria, que acaba de darse al público sobre las disposiciones tomadas por el Gobi (...)
  • 108 Memoria sobre las disposiciones tomadas por el gobierno para introducir en España el método de fumi (...)
  • 109 In n° 500, p. 66 : « Don Francisco Amorós, que los ha ordenado y es el Autor de la Memoria citada y (...)
  • 110 La première livraison eut lieu le 8 janvier 1807 (n° 523), la dernière le 25 juin (n° 547). La plan (...)
  • 111 Ensayo sobre las variedades de la vid común que vegetan en Andalucía, con un índice etimológico y t (...)

35Les estampes XXII et XXIII renvoyant à un article visant à faire connaître un mémoire sur la purification de l’air107 furent fournies par Francisco Amorós, auteur et éditeur de l’ouvrage en question (qui comptait au total sept planches)108, afin que puissent en bénéficier les souscripteurs du journal et que l’utilisation des « machines désinfectantes » se popularise109. Enfin, la planche XXIV illustrant le très long Ensayo sobre las variedades de la vid común (266 pages) de Simón de Rojas Clemente y Rubio (membre de la direction du journal), publié entre janvier et juin 1807 dans le Semanario… 110, n’est autre que celle qui figure (en couleur) dans l’ouvrage éponyme publié la même année à Madrid et sorti tout comme le journal des presses de Villalpando111.

36Bien que nombre des illustrations qui ornent le journal s’inspirent très fortement d’estampes figurant déjà dans d’autres ouvrages ou sont dans certains cas de simples copies, on ne saurait accuser les éditeurs du Semanario… de plagiat ou d’avoir joué la carte de la facilité. Personne d’ailleurs ne songea alors à les attaquer sur ce point. Il faut dire que ces emprunts furent souvent fait, comme en témoignent l’indication (non pas systématique mais fréquente) des sources utilisées et certains commentaires de l’équipe rédactionnelle, avec l’accord des principaux intéressés ou du moins à leur bénéfice. En effet, moult planches furent livrées en complément d’articles renvoyant directement aux publications dont elles étaient tirées et revêtant la forme soit de comptes rendus (parfois fort détaillés), soit d’extraits. Les éditeurs du journal, avec le renfort de l’image, pouvaient ainsi attirer l’attention d’un large public sur des travaux nationaux ou étrangers qui, se situant à la pointe du progrès, leur semblaient particulièrement importants et pouvaient contribuer de ce fait au progrès de la nation dans des domaines divers (scientifique, technique, agraire…). Le monde de l’édition aurait eu mauvais jeu à se plaindre de cette publicité qui ne lui coûtait rien et ne pouvait que lui rapporter. Le pouvoir et plus particulièrement Godoy, soucieux de s’affirmer en tant que le restaurateur des Lumières et l’ami des hommes de lettres lato sensu, ne pouvait trouver à y redire d’autant plus que certains de ces ouvrages avaient été publiés à son initiative ou lui étaient dédiés. Les éditeurs du journal, en faisant mine de ne pas lésiner à la dépense, mettaient en avant quant à eux leur zèle patriotique et leur allégeance au pouvoir, tout en arborant leur connaissance de l’actualité scientifique et des nouvelles techniques. Tout cela, à n’en pas douter, à la plus grande satisfaction des souscripteurs du journal, qui recevaient gratuitement ces illustrations dont la qualité était parfois supérieure à celle des originaux, lorsqu’il y avait eu emprunt. Autrement dit cette spécificité de la politique éditoriale du Semanario… ne pouvait que ravir l’ensemble des parties.

3) Vers une Encyclopédie populaire

  • 112 L’ensemble de ces pièces, à l’exception de l’article Del estudio de la agricultura (tome I, n° 1, 5 (...)

37Au-delà des ambitions inavouées et bassement matérielles des éditeurs du journal, soucieux de s’imposer avec éclat sur le marché et d’affirmer leur différence, voire leur supériorité, vis-à-vis de leurs confrères, le rêve qu’ils caressaient, en combinant texte et image, en mettant la plume et le burin au service de la divulgation, était de faire du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos une authentique encyclopédie populaire, que l’on pût manier avec plaisir. Il ne s’agissait pas, c’est du moins ce qu’affirmaient haut et fort les fondateurs du périodique, de faire œuvre d’érudition mais d’être compris du plus grand nombre et plus particulièrement des masses productives dont dépendaient la prospérité de la nation. C’est donc au service des arts et de l’agriculture ainsi que de ceux qui les pratiquent, que les éditeurs du journal se placent et s’adressent prioritairement. Le titre du périodique avec sa référence aux intermédiaires culturels que constituent les curés de paroisse annonce clairement la couleur. Le texte livré en introduction, la lettre de Manuel Godoy qui l’accompagne, le prospectus ainsi que l’article qui ouvre le premier numéro (Del estudio de la agricultura) précisent clairement les objectifs visés112.

38Le frontispice de l’œuvre, à caractère allégorique, transmet le même message et renforce donc le poids de l’écrit.

Frontispice ornan...Frontispice ornant le n° 1 (5-1-1797). Luis Paret / B. Amettler

Frontispice ornant le n° 1 (5-1-1797). Luis Paret / B. Amettler

  • 113 Dans l’iconologie classique, les mois sont représentés par de jeunes hommes ailés. Celui-ci porte l (...)

39Luis Paret y représente l’agriculture sous les traits d’un jeune homme ailé113 (assis sur une meule de foin) dont la tête est surmonté d’une flamme, qui en la circonstance, pourrait bien être le pouvoir de la bienfaisance dérivant du savoir. Dans sa main droite il tient une corne d’abondance renversée d’où tombent des fruits divers dont tous doivent profiter. Sa main gauche et ses yeux pointent vers un arbre doté d’une belle frondaison dont la fertilité sera la récompense de l’amour que le paysan porte aux plantes. A sa droite figure la roue du zodiaque, référence aux différentes saisons qui rythment la vie du monde rural. Au sol figurent plusieurs outils renvoyant aux principaux travaux de la terre (labourage et moissons) comme la bêche, la fourche, la faucille ou le coutre de la charrue. En arrière plan figure une manufacture évoquant cette fois-ci les arts mécaniques, particulièrement mis à l’honneur dans la version anonyme du frontispice bâtie selon le même schème et en utilisant peu ou prou les mêmes symboles, déchiffrables par tous.

  • 114 In n° 333 (10 mai 1803), pp. 305-308.

40C’est ce même souci de clarifier l’écrit, de le rendre plus amène, en ayant recours à un « langage universel » (pour reprendre l’expression de Goya) qui conduit les éditeurs du journal à accompagner leurs planches soit de légendes, soit de commentaires parfois fort détaillés qui s’intègrent directement au corps de l’article concerné et sont particulièrement bienvenus lorsque les travaux présentés offrent un caractère technique appuyé. C’est notamment le cas de la planche III ayant trait à un fourneau permettant de fabriquer l’acier que l’on souhaite voir utiliser en Espagne. Les estampes IV et V, objets d’explications minutieuses, n’ont d’autre but que de faciliter la tâche de ceux qui souhaiteraient fabriquer un semoir à l’efficacité patentée mais peu connu. La description du four à chaux de Rumford perdrait en précision si elle n’était complétée par la planche X. L’article sur les moulins mus par des chevaux et l’illustration qui s’y rapporte (pl. XI) constituent un diptyque indissociable sur lequel compte les éditeurs du journal pour favoriser la fabrication de ces machines notamment dans les régions où la carence d’eau empêche le recours aux moulins hydrauliques. De même la batteuse de la planche XVI est décrite avec la plus grande minutie dans « Descripción de un nuevo volvedor de mieses para trillar »114, véritable notice à l’adresse de quiconque souhaiterait construire une telle machine dont le coût de revient est fort raisonnable (300 réaux) et qui offre le grand avantage d’accroître de manière sensible les rendements tout en réduisant au minimum le nombre de manouvriers et de bêtes en assurant le fonctionnement. Et l’on pourrait en dire tout autant pour les planches XVIII, XX, XXI, XXII et XXIII qui représentent respectivement une presse hydraulique, des cuisinières permettant d’économiser le combustible, une herse et des appareils de fumigation pour les deux dernières. Cette alliance du texte et de l’image s’inscrit donc dans une optique essentiellement pratique et pédagogique. L’objectif, en offrant une information la plus complète possible, est là de favoriser l’introduction ou le développement de techniques nouvelles importées de l’étranger ou déjà utilisées en Espagne mais de manière encore marginale, et ce en dépit de leur énorme potentiel.

41Toutefois le recours à un support iconographique ne répond pas exclusivement à la volonté de faciliter la tâche du lecteur qui pourrait se laisser rebuter par des articles trop pointus. Il permet également aux éditeurs du journal de conférer à leur publication une dimension scientifique, en reproduisant, toutes proportions gardées, le modèle adopté par des ouvrages prestigieux tels que l’Encyclopédie méthodique, ou les dictionnaires spécialisés qui, portés par la soif de savoir propres aux Lumières, font alors florès et abondent en illustrations. Et sans doute n’est ce pas un hasard si, comme nous l’avons vu, plusieurs planches du Semanario… sont tirées ou inspirées de celles que l’on trouve dans le Curso completo o diccionario universal de Agricultura de Rozier. Sans compter le fait que l’on retrouve dans le Semanarionombre d’articles tirés de ce même dictionnaire. Le périodique qui, fondé en janvier 1797, perdura jusqu’en juin 1808 n’est pas sans présenter quelques similitudes avec ce type d’ouvrages. Ainsi les 599 numéros publiés au cours de ces douze années donna lieu à une collection de 23 tomes. En cela, il est vrai, le Semanarione se distingue nullement des autres grands journaux de l’époque qui, ayant réussi à s’affirmer dans la durée, adoptent systématiquement cette pratique et démontrent par là-même que la frontière existant entre le monde de la presse et celui du livre est encore mal définie. Toutefois la publication de cet hebdomadaire sous forme de tomes à intervalles réguliers (tous les six mois dans le cas présent) relève moins du respect d’un usage établi que de la volonté affichée de conférer à l’œuvre un caractère encyclopédique, d’en faire un ouvrage de référence que le lecteur pourra consulter au gré de ses besoins. Le groupement sur une même planche d’illustrations renvoyant à divers articles, s’explique, comme nous l’avons souligné, par la volonté de réduire les coûts. Mais il s’inscrit également, par un système de renvois systématiques en amont ou en aval de l’œuvre, dans une stratégie éditoriale visant à mettre en avant l’existence d’une continuité qui, par ailleurs, peut favoriser la fidélisation du public, qui reste incontestablement une des priorités des éditeurs. De fait, il n’est pas rare que tel ou tel article soit repris, cité ou commenté dans le journal plusieurs semaines, mois ou années après sa parution. Le texte sur la fabrication du beurre qui figurait dans les numéros 7 à 9 (parus en février 1797) est notamment à l’origine de la lettre aux éditeurs signée par Juan Mateo de Gastaca y Vengoa qui fut publiée, quant à elle, le 22 novembre 1798. Son auteur, lecteur attentif, du journal y présente la baratte que lui-même utilise en la comparant à celle figurant sur la planche I.

42L’insertion d’index à la fin des différents tomes témoigne également des aspirations encyclopédiques qui animent les responsables du périodique. Ils s’en expliquèrent d’ailleurs auprès de leurs lecteurs dans un « Avertissement » publié en décembre 1799 où l’on pouvait lire :

  • 115 « Advertencia », in tome VI, n° 155 (19 décembre 1799), p. 404.

« Hemos puesto un índice en cada tomo de los seis que van publicados con el fin de facilitar su uso a nuestros lectores, que por este medio hallarán sin molestia cualquier artículo que les interese ; pero como para esto necesitan recorrer los seis índices, hemos dispuesto poner uno general en el octavo tomo, que deberá publicarse en fin del año próximo, para hacer más fácil el manejo de esta obra, que es de esperar continúe bajo los auspicios del gobierno, como la única que habla al pueblo en las cosas que más le interesan ; que debe contener lo mejor que se escribe en Europa sobre agricultura, artes, economía y demás ramos que ofrece el prospecto ; y que presenta a los aplicados recursos para buscar su subsistencia, describiendo con claridad los medios de que se vale la industria extranjera en la fabricación de muchos artículos con que aumenta su comercio activo sobre nosotros. Tales son nuestros deseos, que si no se verificasen, tendremos a lo menos la dulce satisfacción de haber empleado en beneficio de la patria unas tareas y fatigas muy superiores a nuestras débiles fuerzas y corta instrucción. Pero si el gobierno, siguiendo el ejemplo de las naciones más adelantadas, quisiere continuar su protección a este periódico, valiéndose de sujetos de mas conocimientos, y del mismo celo que nos anima, se hará esta obra cada vez más útil por el conjunto de tratados y materias que mas interesan al hombre en sociedad, y de los adelantamientos que consigan los sabios y academias de Europa : entonces repitiendo un índice general de 8 en 8 tomos, será más fácil hallar la materia que se busque, por voluminosa que llegue a ser. »115

  • 116 Voici par exemple le détail de l’entrée ACEYTES (in Indice de los tratados contenidos en el tomo I, (...)

43Ainsi le lecteur avait à sa disposition et pour chacun des tomes de la collection un index thématique (Índice de los tratados contenidos en el tomo) généralement complété par un index onomastique (Índice de autores y personas citadas en este tomo) auquel venait s’ajouter les index récapitulatifs (Índice general de los tomos.) publiés quant à eux tous les quatre ans. Ces outils de recherche étaient en outre fort détaillés et permettaient à leur utilisateur de repérer, pour un sujet donné, tous les articles s’y rapportant (directement ou indirectement), tout en ayant une idée plus ou moins précise de la teneur de chacun116. A n’en pas douter ces précieux suppléments, gracieusement offerts aux souscripteurs et visant à faciliter la lecture de l’ouvrage, s’adressaient davantage à un public éclairé et relativement aisé qu’à de modestes représentants du monde agraire peu familiarisés avec le monde livresque, acheteurs occasionnels du Semanario… dans le meilleur des cas ou devant s’en remettre à leur curé de paroisse pour accéder aux savoirs qu’il véhiculait.

  • 117 Gaceta de Madrid du 25 décembre 1798 (n° 103), p. 1112 : « Se suscribe al Semanario de agricultura (...)
  • 118 Cf. l’introduction de notre anthologie du Semanario, op. cit.

44On assiste dès lors à un glissement dans la conception que les éditeurs se font de leur publication présentée comme une œuvre de consultation plus proche en fait du dictionnaire que du périodique à proprement parler. Ils ne manquent pas, conformément aux objectifs qu’ils s’étaient fixés en janvier 1797, de souligner avec orgueil que leur œuvre est « la seule qui parle au peuple des choses qui l’intéressent le plus ». De même dans l’annonce de librairie qu’ils publièrent dans la Gaceta de Madrid du 25 décembre 1798, alors que 4 tomes avaient déjà vu le jour (et où aucune référence ne fut faite à la vente au numéro) ils ne manquèrent pas de souligner que leur souhait le plus cher était de pouvoir offrir au public une collection qui, à terme, fût « une bibliothèque économique » complète, à l’usage du « paysan, du fabricant et de l’artisan » érigés en destinataires privilégiés117. Le recours à l’image s’inscrit certes dans une dynamique de divulgation. Mais l’encyclopédie populaire que rêvaient de bâtir les promoteurs du Semanario… eut tôt fait de laisser la place à une revue scientifique faite par et pour des spécialistes dont le succès (dû davantage à l’appui du pouvoir que du public) n’est qu’illusoire. Mais ceci est une autre histoire dont nous avons déjà parlé118.

Haut de page

Notes

1 Pour une approche globale du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos on pourra consulter : DIEZ RODRÍGUEZ, Fernando, Prensa agraria en la España de la ilustración : El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), Madrid, Ministerio de Agricultura, 1980 et l’introduction de l’anthologie que nous avons réalisée en collaboration avec Gérard Dufour : El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808). Antología, Valladolid, Editorial Ambito, 1997.

2 Sur la participation du clergé à la diffusion du Semanario… on pourra consulter notamment : LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIe siècle (1781-1808), Paris, Editions Honoré Champion, 1998, p. 254-275 et « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos », in LEspagne du XVIIIe siècle. Economie, société, idéologie, culture, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1997, pp. 217-233.

3 Sur la correspondance publiée dans le Semanario… voir : « Un intento de reforma agraria por y para las clases productoras : el Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », in Brocar. Cuadernos de investigación histórica, Logroño, Universidad de la Rioja, 1999 (n° 23), pp. 87-117.

4 Sur la stratégie éditoriale mise en place par les rédacteurs du Semanario… consulter LARRIBA, Elisabel, « Un instrument de la politique agraire de Godoy : le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », in Bulletin Hispanique, Bordeaux, Université de Bordeaux III, juin 2002 (n° 1), pp. 243-261.

5 Instrucción u ordenanza para la nueva escuela de matemáticas, física, química, mineralogía y náutica de Gijón, in Obras publicadas e inéditas de D. Melchor de Jovellanos. Colección hecha e ilustrada por Candido Nocedal, Madrid, B.A.E., tome L, 1956.

6 Cf. l’introduction de Gérard DUFOUR à son édition de OLAVIDE, Pablo de, Cartas de Mariano a Antonio. El programa ilustrado de El evangelio en triunfo, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1997, p. 20.

7 Instrucción para gravar en cobre, y perfeccionarse en el grabado a buril, al agua fuerte, y al humo, con el nuevo método de gravar las planchas para estampar en colores, a imitación de la Pintura ; y un Compendio Histórico de los más célebres Grabadores, que se han conocido desde su invención hasta el presente. Dedicada a la Real Academia de San Fernando por Don Manuel de Rueda, Comisario Extraordinario del Estado Mayor de real Artillería. Con privilegio, Madrid, por Joaquín Ibarra, 1761, 32 p. n.n. + 230 p. + 12 planches. Ce manuel qui est le premier à être publié en espagnol a fait l’objet de plusieurs éditions en fac-similé. Voir en particulier celle récemment réalisée par Maxtor (Valladolid, 2001) et celle de la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, Calcografía nacional publiée en 1990 (Palma de Mallorca Madrid) avec prologue de Juan Carrete Parrondo (16 p. n.n.)

8 Voir à ce propos l’excellente étude de ROSE-DE VIEJO, Isadora, « Una imagen real para el favorito : galería retratística de Manuel Godoy », in La imagen de Manuel Godoy, Junta de Extremadura, 2001, pp. 117-191.

9 PONZ, Antonio, Viaje en España : « Sabe la Europa muy en confuso, que en Madrid, y señaladamente en los Reales Palacios, y en el Escorial, hay obras estupendas ; pero pocos tienen idea de lo que son, porque apenas han visto una miserable estampa de alguna de ellas ».

10 Ces estampes sont notamment reproduites dans le catalogue de l’exposition qui eut lieu à la Bibliothèque Nationale de Madrid du 19 septembre au 15 décembre 1996 (commissaires : Elena SANTIAGO et Juliet WILSON-BAREAU : « Ydioma universal » Goya en la Biblioteca Nacional, Madrid, Biblioteca Nacional, 1996, pp. 121-129.

11 Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta Real, mardi 28 juillet 1778 (n° 30), p. 300 : « Nueve estampas dibujadas y grabadas con agua fuerte por Don Francisco Goya Pintor ; cuyos originales del tamaño del natural pintados por Don Diego Velásquez existen en la colección del Real Palacio de esta Corte. Representan las figuras ecuestres de los Reyes Felipe III y Felipe IV y de las Reinas Doña Margarita de Austria y Doña Isabel de Borbón y la de Don Gaspar de Guzmán Conde Duque de Olivares ; las figuras en pie de Menipo y Esopo y de dos enanos sentados. Se venden en la Librería de Don Antonio Sancha en la Aduana Vieja, y en la de D. Manuel Barzo Carrera de S. Jerónimo. Sus precios son, las 5 figuras ecuestres a 6 rs. Y las 4 restantes a 3 ; y se darán juntas o separadas ».

12 Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta Real, mardi 22 décembre 1778 (n° 66), p. 640 : Dos estampas nuevas que representan, la una al Príncipe D. Baltasar Carlos a caballo, y la otra un fingido Baco coronando a algunos borrachos ; pinturas de D. Diego de Velásquez existentes en el Real Palacio de S. M. dibujadas y grabadas a agua fuerte por D. Francisco Goya Pintor. Se venden con las otras ya publicadas del mismo Profesor en la Librería de D. Antonio Sancha en la Aduana vieja, y en la de D. Manuel del Barco Carrera S. Jerónimo ».

13 Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta Real, mardi 19 février 1799 (n° 15), p. 132 : « Colección de estampas de asuntos caprichosos, inventadas y grabadas al agua fuerte por D. Francisco de Goya. Persuadido el autor de que la censura de los errores y vicios humanos puede ser objeto de la pintura, como lo es de la elocuencia y de la poesía, ha escogido como asuntos proporcionados para su obra entre la multitud de extravagancias y desaciertos, que son comunes en la sociedad civil, y entre las preocupaciones y embustes vulgares autorizados por la costumbre, la ignorancia o el interés, aquellos que ha creído más aptos a suministrar materia para el ridículo, y ejercitar al mismo tiempo la fantasía y el artífice. Véndese en la calle del Desengaño, núm. I°, tienda de perfumes y licores, pagando por cada colección de 80 estampas 320 rs. »

14 El ingenioso Hidalgo Don Quijote de la Mancha compuesto por Miguel de Cervantes Saavedra. Nueva Edición corregida por la Real Academia Española. Con su Superior permiso, en Madrid, por Don Joaquín Ibarra, Impresor de Cámara de S. M. y de la Real Academia, 1780, 4 vol. , 30 x 23 cm.

15 Gaceta de Madrid, Madrid, Imprenta Real, mardi 22 mai 1781 (n° 81), p. 414.

16 Panegírico que a imitación del de Plinio dirige a nuestro muy augusto monarca Don Carlos IV (que Dios guarde) el más humilde de sus vasallos Don Pedro Gatell, Madrid, en la Imprenta de González, 1789, 54 p. Les portraits de Charles IV et Marie Louise figurent en p. 2 et furent également réalisés en 1789 (format 11,5 x 16,5 cm).

17 Information fournie par l’annonce de librairie publiée dans le Diario de Madrid du jeudi 17 novembre 1791 (n° 321), p. 1294-a.

18 Diario de Madrid, jeudi 26 novembre 1789 (n° 330), p. 1319, b (tome XIV) : « Panegírico que a imitación del de Plinio dirige a nuestro augusto Monarca D. Carlos IV (que Dios guarde) el más humilde de sus vasallos D. Pedro Gatell, en octava marquilla con los retratos de SS MM. Se hallará en la librería de Castillo frente S. Felipe el Real en el puesto de Cerro, calle de Alcalá, y en el de Sto. Tomás donde el Diario ».

19 El grabado científico al servicio de la Ilustración. Comisario Juan Carrete Parrondo. Sala de Exposiciones « Ignacio Zuloaga ». Fuendetodos Agosto-Septiembre 1996, Zaragoza, Diputación de Zaragoza y Ayuntamiento de Fuendetodos, 1996, 30 p. + 44 il.

20 « Discours préliminaire des éditeurs », in Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et Métiers, par une société de gens de lettres. Mis en ordre et publié par M. Diderot, de lAcadémie Royale des Sciences et Belles Lettres de Prusse, et quant à la partie Mathématique, par M. DAlambert, de lAcadémie Royale des Sciences de Paris, de celle de Prusse, et de la Société Royale de Londres, tome premier, à Paris, chez Briasson, rue Saint Jacques, à la Science, David l’aîné, rue Saint Jacques, à la Plume d’or, Le Breton, imprimeur ordinnaire du Roi, rue de la Harpe, Durand, rue Saint Jacques, à Saint Landry et au Griffon, 1751, p. XXXIX-XL.

21 Parte práctica de botánica del caballero : que comprehende las clases, ordenes, géneros, especies y variedades de plantas, con sus caracteres genéricos y específicos, sinónimos más selectos, nombres triviales, lugares donde nacen y propiedades ; traducida del latín en castellano e ilustrada por Antonio Paláu y Verderá, Madrid, Imprenta Real, 1784-1788, 8 vol. 

22 Monadelphiae classis dissertationes decem. Auctore Antonio Iosopho Cavanilles Presbitero valentino, Matriti, ex Typographia Regia [prostant Matriti apud D. Antonio Baylo, Parisiis apud D. Firmimum Didot], 1785-1790.

23 CAVANILLES, Ant. Iosephi, Icones et descriptiones plantarum, quae aut sponte in Hispania crescunt, aut in hortis hospitantur, Matriti, Ex Regia Typographia, Eius operas dirigente Lazaro Gayguer, 1791-1801, 6 vol. 

24 Sont initialement publiés des livrets de 10 estampes, vendus à 28 réaux, 10 livrets composant un volume de 100 estampes que l’on pouvait acquérir au prix de 280 réaux. Cf. El grabado científico al servicio de la Ilustración, op. cit., p. 13.

25 Diccionario universal de Física escrito en francés por Mathurin-Jacques Brisson, Individuo que fue de la Real Academia de Ciencias de París, Maestro de Física e Historia Natural de los Infantes de Francia, Profesor Real de Física experimental en el Colegio de Navarra, Censor Real y actualmente Individuo del Instituto Nacional de Francia, en el ramo de Física. Traducido al castellano, y aumentado con los nuevos descubrimientos posteriores a su publicación. Por los doctores D. C. C. y D. F. X. C., Madrid, Imprenta de Benito Cano, 1796-1802, 9 vols.

26 SECONDAT, Charles - Louis (baron de Montesquieu), Del Espíritu de las Leyes. Traducido al castellano por Don Juan López de Peñalver, Madrid, Imprenta de Villalpando, Impresor de Cámara de S.M., 1820, 2 volumes.

27 LÓPEZ DE PEÑALVER, Juan, Descripción de las máquinas de más general utilidad que hay en el Real Gabinete de ellas establecido en el Buen Retiro, hecha de orden de S.M., Madrid, Imprenta Real, por D. Pedro Julián Pereyra, impresor de Cámara de S.M. 1798, 67 p. + 11 planches. Les quatre premières ont été conçues et gravées par le peintre Bartolomé de Sureda qui fut le premier à utiliser en Espagne (du moins l’affirmait-il) la technique de l’aquarelle à laquelle il initia par la suite Goya. Cf. « Advertencia » de ladite œuvre n° II, p. 19 : « Las láminas de esta obra van grabadas por un método particular, como habrán notado los que hayan mirado con alguna atención la del Número I, y como se verá en la de este y en los demás que se vayan publicando. Este método de grabar es diferente del que dicen de arena practicado por algunos Alemanes y Franceses, y en particular por le Prince. A ambos le dan los Ingleses el nombre de Aqua tinta, y el nuevo de que hablamos puede llamarse de aguada. Don Bartolomé Sureda, natural de la Isla de Mallorca, y dependiente del Real Gabinete de Máquinas, lo aprendió en Londres, y ésta es la primera vez que lo practica en España. Comparando la limpieza de esta estampa con la del Número I, se echará de ver lo mucho que ha adelantado con tan corto ejercicio. Este método de grabar es más breve, y en muchos casos más económicos que todos los demás que se conocen : la especie de aguada que presenta hace las estampas muy a propósito para iluminaras después. No se pretende que sea superior ni aun igual en belleza a los otros métodos usados ; pero al fin, además de ser útil en algunos casos, es un ramo nuevo de las Artes, y por lo mismo es digno de aprecio y elogio ».

28 Curso completo o Diccionario universal de Agricultura teórica, práctica, Económica, y de medicina rural y veterinaria. Escrito en francés por una Sociedad de Agrónomos, y ordenado por el Abate Rozier. Traducido al castellano por Don Juan Álvarez Guerra, individuo en la clase de Agricultura de la Real Sociedad Económica de Madrid. Con superior permiso, Madrid, Imprenta Real, por D. Pedro Julián Pereyra, Impresor de Cámara de S. M., 1797-1803, 16 vol. , 20,5 x 14,5 cm.

29 « Prospecto del curso completo de agricultura, o diccionario universal de agricultura teórica, práctica, económica y de medicina rural, y veterinaria, escrito en francés por una sociedad de Agrónomos, ordenado por el Abate Rozier, y traducido castellano por D. Juan Álvarez Guerra », in Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, Madrid, Imprenta de Villalpando, 28 septembre 1797 (tome II, n° 39), p. 188-195. p. 194 : « Este tomo contiene parte de la letra A, y merecen particular atención los artículos Abeja, Abonos, Abundancia, Aceyte, Achicoria, Acido, Acodo, Acrecentamiento y Adormidera. Tiene además seis láminas : dos representan las especies de abejas que componen una colmena, las diversas formas que han dado a ésta los escritores, y la diversidad de paneles y celdillas que la componen : una representa cuatro plantas ; y las tres restantes son tres prensas para separar del hueso la carne de las aceitunas, para extraer el aceyte y para remoler y apurar los orujos ; con el modo de hacer los acodos de claveles ».

30 Ibid., p. 194 : « Tiene [el primer tomo] además seis láminas : dos, representan las especies de abejas que componen una colmena, las diversas formas que han dado a ésta los escritores, y la diversidad de panales y celdillas que la componen ; una representa cuatro plantas ; y las tres restantes son tres prensas para separar del hueso la carne de las aceitunas, para extraer el aceite y para remoler y apurar los orujos ; con el modo de hacer más acodos de claveles ».

31 Colección de Trajes de España, tanto antiguos como modernos, Que comprehende todos los de sus Dominios, Dividida en dos Volúmenes con ocho cuadernos de a doce Estampas cada uno. Dispuesta y gravada, por D. Juan de la Cruz Cano y Holmedilla Geógrafo pensionado de S.M. e individuo de las Reales Academias de S. Fernando, y Sociedad Bascongada de los Amigos del País. Tomo I. Se hallará en Casa de M. Copin carrera de S. Geronimo, 1789, Con Privilegio de S. M. On pourra consulter les éditions en fac-similé réalisées par Valeriano Bozal (Madrid, Turner, 1988, 28 p. + 86 planches en couleur, 35 cm.)

32 Juan de la Cruz y Cano, ulcéré par la multiplication des éditions pirates de sa Colección de trajes..., n’hésita pas à faire montre publiquement de son mécontentement comme en témoigne la Advertencia qui figure au bas de la planche 76 (publiée en 1788) : « En Francia y Alemania están copiando esta Colecn. sin Gcia. alguna vendiéndola en nros. Puertos de Mar ; esperamos para poder continuarla q. la Península q. la ha protegido no preferirá las contrahechas ».

33 « Prólogo », in Diccionario de las Nobles Artes para instrucción de los Aficionados, y uso de los Profesores. Contiene todos los términos y frases facultativas de la Pintura, Escultura, Arquitectura y Grabado, y los de la Albañilería o Construcción, Carpintería de obras de fuera, montea y cantería, &c con sus respectivas autoridades sacadas de Autores Castellanos, según el método del Diccionario Castellano compuesto por la Real Academia Española por D. D. A. R. D. S. Con licencia en Segovia, En la Imprenta de D. Antonio Espinosa, 1788, p. 2 (n.p.) : « ...hoy en día desterradas las tinieblas de la ignorancia que causaron su corrupción y su abandono, son [las Bellas Artes] el mayor embeleso de la gente instruida, y el más grande atractivo de todas las personas de educación. Ya vemos en esta corte especialmente, que se prefiere con mucha razón un gabinete adornado de excelentes estampas, a los ridículos brillos de una mezquina talla dorada, acompañada de telas y damascos, adorno magnífico únicamente para la vista de los idiotas ».

34 Hormis le frontispice non signé du Semanarioqui provient du fonds de la Hemeroteca municipal de Madrid (cote : AH 7 - 3 (n° 1369-1387), l’ensemble des gravures reproduites dans cet article sont tirées de la collection conservée à la Bibliothèque du Real Jardín Botánico de Madrid (cote : P 811) dont nous tenons à remercier ici le personnel pour l’accueil chaleureux qu’il nous a réservée et l’efficacité dont il a fait preuve. Deux autre collections complètes du périodique sont consultables à la Biblioteca Nacional de Madrid (cote : D / 2858) et à la Bibliothèque du Museo Nacional de Ciencias Naturales de Madrid (cote : 3-194).

35 Voir l’introduction de notre anthologie, op. cit., pp. 10-11.

36 Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, 1797, tome I, p. XVI : « Se publicará un Semanario cada ocho días, y tendrá dos pliegos de impresión a lo menos, sin contar las láminas. Los que se subscriban pagarán en Madrid 75 rs. al año y se les llevará a su casa el papel. En las provincias 114 franco de porte, y en la América 220 igualmente franco. Pero las suscripciones para América que se hagan en Madrid sólo pagarán 190 y tendrán la misma franquicia.
La suscripción se ha abierto en todas las capitales de las diócesis de España e Indias, en los hospicios, hospitales, casas de expósitos o de corrección que han señalado los señores ordinarios, quedando a favor de ellas un 7 por ciento del producto de las que hagan los particulares y los párrocos de su cuenta o de los caudales de las Iglesias. En cuyo caso se conservarán los ejemplares en los archivos para consultarlos cuando se ofrezca y cuidarán los visitadores de que permanezcan en ellos. Los pueblos podrán suscribir de cuenta de sus propios y arbitrios y el Consejo admitirá en data su corto importe, con tal que se conserven también los ejemplares en los archivos para consultarlos cuando fuese necesario ».

37 « Sueño político simbólico que ha tenido Don Benito sobre la reforma de los trajes, o lujo indiscreto de las damas Españolas », in Duende de Madrid (El). Discursos periódicos que se repartirán al público por mano de Don Benito. Madrid, en la Imprenta de Pedro Marín, n° 7 (1787), p. 161-196. La note suivante (p. 196) précède les deux gravures : « Nota de Don Benito / Para que mis lectores vengan en conocimiento de las vivas ideas que se suelen imprimir durmiendo, les ofrezco las dos adjuntas láminas, que representan los principales personajes de este sueño ; la una manifestando al Lujo, en su mayor auge, y la otra a la Moderación en los trajes ».

38 Il s’agit des tomes 3 (janvier à juin 1798), 6 à 17 (juillet 1799 à juin 1805), 19 (janvier à juin 1806), 21 (janvier à juin 1807) et 22 (juin à décembre 1807).

39 « Sobre la fecundación de las plantas », in Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, tome II, n° 35 (31 août 1797), pp. 117-121.

40 « Instrucción sobre la fabricación del Acero », in id., n° 37 (14 septembre 1797), pp. 156-164 ; n° 38 (21 septembre 1797), pp. 174-180 ; n° 39 (28 septembre 1797), p. 195-196 et n° 40 (5 octobre 1797), p. 209-212.

41 « De los arados », in id., n° 76 (14 juin 1798), pp. 369-377. Cf. figures 1 et 2.

42 « De las moreras », in id., tome III, n° 70 (3 mai 1798), pp. 273-282, n° 71 (10 mai 1798), p. 289-296, n° 72 (17 mai 1798), pp. 305-311 et n° 73 (24 mai 1798), p. 321-326.

43 « Libro instrucción para pastores y ganaderos por el C. Daubenton, traducida de orden del rey, y adicionada por Don Francisco González, Maestro de la Real Escuela Veterinaria de Madrid : un tomo en 8°. Madrid en el Imprenta Real, año de 1798 », in id., n° 122, (2 mai 1799), pp. 284-288 ; « Continuación del Arte pastoril », in n° 123 (9 mai 1799), pp. 294-304 ; n° 124 (16 mai 1799), pp. 308-318 ; n° 125 (23 mai 1799), pp. 324-335 ; n° 126 (30 mai 1799), pp. 339-351 ; « Concluye el arte pastoril », in n° 127 (6 juin 1799), pp. 358-368. La planche (non paginée) est insérée à la suite de la page 368.

44 « Del perro », in n° 129 (20 juin 1799), pp. 392-397.

45 « Arte del topero, o medios de exterminar los topos », in tome IX, n° 232 (11 juillet 1801), p. 361-371. La gravure est insérée entre les pages 370 et 371.

46 « De una cama económica », in tome XVI, n° 416 (20 décembre 1804) pp. 373-375.

47 « Del caldo de los huesos », in tome XV, n° 366 (5 janvier 1804), pp. 9-13.

48 Ibid., p. 12 : « Se dará más adelante una estampa de ella ».

49 « De las mejoras que ha recibido la hacienda del rey de Inglaterra en Windsor », in tome VIII, n° 196 (2 octobre 1800), pp. 209-213. Voir en particulier la note insérée par les éditeurs p. 212 : « Los bueyes trabajan más, mejor, y con menos fatiga con colleras que con el yugo. En algunas partes de España se ha querido introducir esta importante costumbre, pero la han tenido que abandonar, porque la gente de campo se burlaba de los mozos que los llevaban con colleras. Lo cierto es, que no solo conviene ponérselas para la labor, sino que con ellas tiran con mucho más desahogo de un carro que lleve mucho peso ».

50 « De las mejoras que ha recibido la hacienda del rey de Inglaterra en Windsor », in tome VIII, n° 196 (2 octobre 1800), p. 209-213. Voir en particulier la note insérée par les éditeurs p. 212 : « Los bueyes trabajan más, mejor, y con menos fatiga con colleras que con el yugo. En algunas partes de España se ha querido introducir esta importante costumbre, pero la han tenido que abandonar, porque la gente de campo se burlaba de los mozos que los llevaban con colleras. Lo cierto es, que no solo conviene ponérselas para la labor, sino que con ellas tiran con mucho más desahogo de un carro que lleve mucho peso ».

51 « Memoria sobre el arte de coger los ratones campesinos - Por D. L. M. », in n° 514 (jeudi 6 novembre 1806), p. 284 : « No se publica en este número la figura citada por reunirla con otra en una sola lámina ».

52 « Carta dirigida a los Editores del semanario de Agricultura sobre el modo de destruir los ratones campesinos por D. Mariano Lafuente y Poyanos, Alcalde mayor de Yepes », in tome XXI, n° 523 (jeudi 8 janvier 1807), pp. 31-32.

53 « Discurso liminar », in Diccionario universal de Física escrito en francés por Mathurin-Jacques Brisson..., op. cit., tome I, 1796, pp. XXVIII-XXIX : « Por lo que hemos escrito hasta el día, pensamos que esta obra se compondrá de ocho Tomos en 4°, y uno que contendrá unas cien Láminas en 4° mayor, grabadas en cobre exactísimamente por un Profesor acreditado de esta Corte. Un número muy considerable de estas Láminas representan las figuras Matemáticas indispensables para explicar ciertos Artículos ; otras, las máquinas físicas que emplea el hombre para los varios usos de la vida civil, y otras, las que sirven para deleitar y explicar los sublimes fenómenos de la naturaleza ; en una palabra, para instruirle radicalmente en todos los ramos de la física experimental.
Como muchas de estas Láminas, y aun a veces también unas mismas Figuras, sirven para la explicación de distintos Artículos que se hallan en diferentes Tomos ; hemos tenido por conveniente seguir el ejemplo del mismo Brisson, y formar de todas ellas un Volumen separado ; con lo que solamente se evita la multiplicación de unas mismas Láminas, y por consiguiente el aumento de precio de la Obra, sino que también se hace más cómodo su uso, en beneficio de los Lectores ».

54 Généralement, et conformément à l’usage, le nom du dessinateur figure au bas de la planche à gauche et celui du graveur à droite.

55 Cf. « Del trigo », in Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, tome I, n° 21, 25 mai 1797, p. 321-329. La gravure, numérotée mais non paginée, a été insérée entre les pages 328 et 329.

56 PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, Madrid, Ministerio de Cultura. Dirección General de Bellas Artes, Archivos y Bibliotecas, tome II 1982, notice 1300, p. 167-168.

57 PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles…, op. cit., tome II, 1982, notice 1227, p. 118-119.

58 CABANILLES, Antonio Joseph, Icones et descriptiones plantarum, quae aut sponte in Hispania crescunt, aut in hortis hospitantur, Madrid, Imprenta Real, 1791-1801, 6 vol. , 601 estampes.

59 Cf. PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome II, 1982, notice 1486, pp. 280-282.

60 Diccionario universal de Física de Brisson, Traducido al castellano y aumentado con los nuevos descubrimientos por Cristóbal Cladera, Madrid, Benito Cano, 1796-1802. Les gravures n° 96 à 99 furent réalisées par Vicente Pascual y Pérez.

61 PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome II, 1982. Cf. notices 1405 (p. 226-227) et 1406 (p. 227).

62 PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome I, 1981, notice 303.

63 Ibid., tome II, 1982, notice 1296, pp. 161-162.

64 Les exemples à suivre sont tirés de PÁEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles, op. cit., tome III, 1983, notice 2209, pp. 230-231.

65 « Descripción de una nueva sembradera, inventada y construida por Don Vicente Asensio, Presbítero, capellán de las Religiosas Mercenarias descalzas de esta Corte, llamadas de Don Juan de Alarcón », in tome II, n° 50, 14 décembre 1797, pp. 363-371.

66 « De la casa de labor », in tome IV, n° 98 (15 novembre 1798), p. 305-316. Gravure insérée entre les pages 312 et 313.

67 Ibid., p. 313 : « Nota. La planta y alzado de la casa de campo es del arquitecto Don Silvestre Pérez, uno de los más adelantados discípulos de Don Ventura Rodríguez, que pasó a Roma pensionado por S.M. y supo distinguirse entre todos los de su tiempo por su talento, aplicación y gusto en la arquitectura. Deseosos de que se construyan en España casas de campo, como las hay en Inglaterra, Francia e Italia, y especialmente como las edificó el célebre Paladio en el territorio de Venecia, ha tenido la generosidad de ofrecernos diferentes diseños en que ha sabido unir a la cómoda y económica distribución de sus partes la proporción, la sencillez y la elegancia. Entre otros más magníficos y suntuosos hemos elegido el presente, sin atrevernos a asegurar que sea acertada nuestra elección : sólo diremos que da más clara idea de lo que debe ser una casa de campo, que el dibujo que publicó Rozier de quien hemos extractado este artículo ; y que los que quieran hacer un buen edificio rural, o urbano no irían errados si oyesen el dictamen del mencionado sujeto que nos ha presentado con tanta variedad muchas plantas de casas de campo, entre las cuales no acertaríamos fácilmente a indicar cual fuese la mejor... »

68 Extrait de linstruction pour les bergers et les propriétaires de troupeaux ; par le C. Daubenton, Professeur au Muséum national dHistoire naturelle. Troisième édition, A Paris, de l’Imprimerie de Du Pont, Rue de la Loi, n° 1232, l’An III de la République, X + 202 p. Cet ouvrage (résumé « en petit in 12°, pour qu’il soit à moindre prix » de la première édition publiée in 8° en 1782 et rapidement épuisée. Cf. « Avertissement », p. III), qui connut un grand succès en France, fut traduit en espagnol à la demande expresse des éditeurs du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los párrocos : Cf. première page (n.n.) du « Prólogo » de l’édition espagnole : « habiendo visto los Editores del semanario de agricultura la obra que sobre el arte pastoril escribió en francés el célebre Daubenton, me encargaron que la tradujese... ».

69 « Libro - Instrucción para pastores y ganaderos por el C. Daubenton, traducida de orden del rey, y adicionada por Don Francisco González, Maestro de la Real escuela Veterinaria de Madrid : un tomo en 8°. Madrid en la Imprenta real, año de 1798 », in tome V, n° 122 (2 mai 1799), pp. 284-288. Cet article se poursuit sous le titre de Continuación del arte pastoril dans les numéros 123 (9 mai 1799, pp. 294-304), n° 124 (16 mai 1799, pp. 308-318), n° 125 (23 mai 1799, pp. 324-335), n° 126 (30 mai 1799, pp. 339-351) et Concluye el arte pastoril (n° 127, 6 juin 1799, pp. 358-368, gravure à la suite). L’édition princeps in 8°, publiée à Paris en 1782, étant épuisée, Daubenton publia en 1793 une version condensée in 12° « pour qu’il soit à un moindre prix » (cf. « Avertissement », p. III).

70 FERNÁNDEZ DE MORATÍN, Leandro, Diario (Mayo 1780- Marzo 1808), edición anotada por René y Mireille Andioc, Madrid, Ed. Castalia, 1968, p. 387 : Abril de 99 « ici Melón ; cum il chez il, diseñar mouton ».

71 Curso completo o diccionario universal de agricultura..., op. cit., tome XIII, planche XIV, p. 148.

72 « Del lobo y su caza », in tome VI, n° 152 (28 novembre 1799, p. 338-352, gravure à la suite), « Continua el artículo del lobo y su caza », in n° 153 (5 décembre 1799, p. 355-366) et « Concluye el artículo del lobo y su caza », in n° 154, 12 décembre 1799, pp. 372-378.

73 Sur Agustín de Betancourt voir en particulier : RUMEU DE ARMAS, Antonio, Ciencia y tecnología en la España ilustrada. Lo escuela de caminos y canales, Madrid, Ediciones Turner, 1980, 554 p. et (du même auteur) Betancourt. Los inicios de la Ingeniería moderna en Europa (Exposición celebrada en el Pabellón Villanueva del real Jardín Botánico de 26 de marzo al 5 de mayo de 1996), Madrid, Ministerio de Obras Públicas, Transportes y Medio Ambiente, 1996, 373 p.

74 Cf. note pp. 356-357 : « Estas observaciones y el dibujo de la estampa las debemos a D. Agustín Betancourt, quien con singular celo y deseos de los progresos de la agricultura e industria nacional ha tenido la generosidad de ofrecernos las noticias, diseños y máquinas preciosas e inestimables, que ha sabido buscar en los países más adelantados de Europa para bien de su patria ».

75 « Sobre un trillo de nueva invención », in tome XIX, n° 487 (1 mai 1806, pp. 273-283) et « Concluye el artículo del trillo de nueva invención », in n° 488 (8 mai 1806, pp. 299-303 + gravure insérée à la suite).

76 Ibid., p. 299 : « ...el actual poseedor de este trillo Don Pedro Soldevilla, Abogado de los Reales Consejos, me lo ha franqueado generosamente para sacar la lámina y hacer su descripción y me ha comunicado las siguientes observaciones ».

77 Madrid, Imprenta Real, por D. Pedro Julián Pereyra, Impresor de Cámara de S.M., 1797-1803, 16 vol. 

78 La gravure (d’un format légèrement différent de celui d’une page du journal : 215 x 145 mm contre 205 x 155 mm) insérée entre les pages 140 et 141 du premier tome vient clore un article concernant la fabrication du beurre qui donna lieu à trois livraisons consécutives : « Del modo de sacar la manteca de la leche », in n° 7 (16 février 1797, pp. 110-112), « Continuación del modo de sacar la manteca de la leche », in n° 8 (23 février 1797, pp. 125-128) et « Concluye el método de sacar la manteca de la leche », in n° 9 (2 mars 1797, pp. 131-140).

79 Cf. la planche IV (signée par José Gómez Navia), p. 462 de l’article « Manteca », in Curso completo o Diccionario universal de Agricultura..., op. cit., tome X, 1801 dont les figures 4, 5, 11, 15, 16, 17 et 19 correspondent, respectivement aux figures 5, 7, 8, 1, 2, 3 et 4 de la planche I du Semanario...

80 Cf. planches X et XI (que l’on ne trouve pas dans l’édition française et qui illustrent le très volumineux article « Trigo », p. 395-531), in Curso completo o Diccionario universal de Agricultura, tome XV (1802), op. cit.,p. 504 et 505. Les figures 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11,18 et 19 du Semanario... correspondent, respectivement aux figures 8, 4, 3, 5, 2, 10, 12, 17, 14, 18, 11 et 1 de la planche X ; les n° 1, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 20, 21 et 22 coïncident avec les n° 23, 19, 22, 20 29, 39, 30, 37, 31 et 42 de la planche XI.

81 Nouveau cours complet d’agriculture théorique..., op. cit., tome IV, planche IV, fig. 1, p. 147.

82 « Principios de botánica en cartas a una Señora », in tome 12, n° 300 (30 septembre 1802, pp. 209-224), n° 301 (7 octobre 1802, pp. 226-239), n° 302 (14 octobre 1802, pp. 242-256), n° 303 (21 octobre 1802, pp. 261-272, gravure en page 270) et n° 304 (28 octobre 1802, pp. 279-286).

83 In Curso completo o Diccionario universal de agricultura..., tome XV, 1802, p. 190. Planche donnée en complément de l’article « Sistema de Botánica », pp. 180-197.

84 Gravure XXV, in « Conclusión de la Memoria sobre el cultivo de la vid », in tome 22, n° 572 (17 décembre 1807), entre pp. 378 et 379.

85 P. 380 : « Las figuras 4, 5 y 6 de esta lámina se han copiado del tomo IX del Diccionario de Agricultura de Rozier, traducido al castellano por D. Juan Alvarez Guerra ». Ces trois illustrations renvoient respectivement aux figures 21, 6 et 5 de la planche IX, p. 276 du tome IX du Curso completo o Diccionario universal de agricultura... de Rozier (1801). Cette gravure (Instrumentos de jardinería y de agricultura), qui regroupe 42 dessins, complète l’article intitulé « Instrumentos de agricultura de que hacemos mencion en esta obra », pp. 273-288.

86 « Advertencia del traductor », in Curso completo o Diccionario universal de Agricultura..., tome I, 1797, p. II : « Doy mil gracias al sabio Químico y Naturalista, que hallándome indeciso aun en mi proyecto, se franqueó sin conocerme a corregir, adicionar y ayudarme en cuanto lo ocupase : al Botánico y Agricultor que trabajando en obras que le harán inmortal, ha suspendido muchas veces sus tareas para emplear mañanas enteras en ordenar nuestra nomenclatura botánica, y corregir los descuidos del original : a los Profesores y sabios Médicos, Cirujanos y Veterinarios que con el mayor gusto han adicionado, corregido, y aumentado estos diversos ramos : a los Editores del nuevo Periódico de Agricultura y Artes que me han franqueado cuantos libros, noticias y conocimientos he necesitado de ellos ; y en fin a todos mis amigos, unos en esta, y otros en las provincias, que me han ayudado en la traducción, me han comunicado nuevos conocimientos, y se han encargado de hacer las experiencias necesarias, así para verificar lo que el Autor dice, como para mejorar en cuanto sea posible la traducción, ¡Ojala pueda yo algún día manifestarles mi agradecimiento ! ¡y ójala encuentren en el bien que esta obra haga al publico el único premio que se han propuesto en su trabajo ».

87 « Discurso preliminar », in Curso completo o Diccionario universal de Agricultura..., tome I, 1797, pp. IX-X.

88 Le prospectus fut publié dans la Gaceta de Madrid, le 15 septembre 1797 (document non conservé dans la collection de la Biblioteca Nacional de Madrid. Cf. l’annonce parue dans ce même journal le mardi 20 novembre 1798 (n° 93), p. 997 alors que le troisième tome du Curso completo o Diccionario universal de agricultura... venait de paraître.

89 « Prospecto del curso completo de agricultura o diccionario universal de agricultura teórica, práctica, económica, y de medicina rural, y veterinaria, escrito en francés por una sociedad de Agrónomos, ordenado por el Abate Rozier, y traducido al castellano por D. Juan Álvarez Guerra », in tome II, n° 39 (28 septembre 1797), pp. 188-195.

90 « LIBRO - Curso completo o diccionario universal de agricultura teórica, práctica, economía, medicina rural y veterinaria, escrito en francés por una sociedad de agrónomos, y ordenado por el abate Rozier. Traducido al castellano por D. Juan Alvarez Guerra, individuo en la clase de agricultura de la real Sociedad económica de Madrid, tomos 2, 3, 4, 5 y 6 », in tome VI, n° 146 (17 octobre 1799), pp. 253-255.

91 « Instrucción sobre la fabricación del Acero », in tome II, n° 37 (14 septembre 1797, p. 156- ; « Continua la instrucción sobre la fabricación del acero », in n° 38, (21 de septembre 1797), pp. 174-180 ; n° 39 (28 de septiembre de 1797) et « Concluye la instrucción sobre la fabricación del Acero », in n° 40 (5 octobre 1797), pp. 209-212. Gravure insérée dans le n° 35 du 31 août 1797 entre les pages 120 et 121.

92 N° 37, p. 156 : « La antigua junta de Salud Pública de París, dirigió esta instrucción a los operarios del hierro, con el fin de estimularles a que fabricasen acero, que siendo un género tan importante para las necesidades de la guerra como para las artes, la mayor parte de lo que se gastaba en Francia venía de países extranjeros. Nuestro celoso gobierno, ha creído conveniente que la incluyésemos en este periódico, con el mismo fin que la publicó el de Francia ; y para mayor utilidad hemos hecho algunas ligeras alteraciones, que pueden aclarar los puntos que nos han parecido oscuros ».

93 Voyages métallurgiques ou Recherches et Observations sur les Mines & Forges de fer, la Fabrication de lacier, celle du fer-blanc, & plusieurs mines de charbon de terre, faites depuis lannée 1757 jusques & compris 1769, en Allemagne, Suède, Norvège, Angleterre et Ecosse. Suivies dun Mémoire sur la circulation de lair dans les Mines, & dune Notice de Jurisprudence des mines de charbon dans le Pays de Liège, la Province de Limbourg & le Comté de Namur. Avec figures. Par feu M. Jars, de lAcadémie Royale des Sciences de Paris, de celle de Londres pour lencouragement des Arts & Associé de lAcadémie des Sciences, Belles-Lettres & Arts de Lyon. Dédiés à lAcadémie Royale des Sciences de Paris, Et publiés par M. G. Jars, Correspondant de lAcadémie Royale des Sciences de Paris, & Associé à celle de Lyon, A Paris, Rue Dauphine, Chez Claude-Antoine Jombert, fils aîné, Libraire, près du Pont Neuf, 1774, Avec approbation et privilège, XXXII + 416 p + 10 pl. dépl. La gravure qui figure dans le Semanario... reproduit avec la plus grande fidélité la planche VIII gravée par Louis le Grand.

94 Id., tome I, Lyon, Chez Gabriel Regnault, Libraire, Rue Mercière, 1774. Avec approbation et privilège, XXXII + 416 p. + 10 planches dépl. Les tomes II et II de cette édition seront publiés à Paris en 1780 et 1781.

95 « Ensayo sexto político-económico del Conde de Rumford sobre la economía del combustible », in tome VII, n° 177 (23 mai 1800), p. 324-335 et « Concluye el Ensayo sexto político-económico del Conde de Rumford sobre la economía del combustible », in n° 178 (29 mai 1800), pp. 340-349. Planche insérée entre les p. 348 et 349.

96 THOMPSON, Benjamin (Comte de Rumford), Essais politiques, économiques et philosophiques par Benjamin, Comte de Rumford, Chevalier des Ordres de lAigle Blanc & de St. Stanislas, Chambellan, Conseiller dEtat privé, & Lieutenant-Général au service de S.A.S. Electorale Bavaro-Palatine, Colonel de son régiment dartillerie, & Commandant en chef de lEtat-major de son armée ; Membres des Sociétés royales de Londres & Dublin, de lAcadémie des Sciences de Berlin, de celles électorales de Manheim & Munich, Membre de celle de lAmérique, de la Société des Arts de Genève, & du Comité dagriculture de Londres. Traduits de langlais par L.M.D.C., Tome II, Genève, Chez G.J. Manget, Imprimeur-Libraire, An VII, 1799 vieux style, planche VI, fig. 25.

97 In tome IX, n° 232, (11 juillet 1801), pp. 361-371.

98 Ibid., cf. note p. 361.

99 DRALET, LArt du taupier, Suivant les procédés du Citoyen Aurignac, par le C. Dralet, Membre de plusieurs Sociétés dAgriculture et dEconomie rurale. Avec gravure. Seconde édition, corrigée, et augmentée dun Supplément, Paris, De l’Imprimerie et au Bureau de la Feuille du Cultivateur, rue des Fossés-Victor, n° 12, Chez Desenne et Debray, Libraires au Palais-Egalité, An VII (1799), 40 p. + 1 gravure sous forme de dépliant (283 x 175 mm) signée par Van-Maëlle.

100 In tome XIII, n° 33 (19 mai 1803), pp. 305-308. Gravure insérée entre pp. 308 et 309.

101 MANZANARES, Juan Cristóbal, Disertación y descripción de una nueva máquina o volvedor que unido a la trilla común facilita el trillar las Mieses, con crecida utilidad de todos los Labradores. Su inventor D. Juan Cristobal Manzanares, Cura propio de la Parroquial de la Villa del Orcajo Priorato de Santiago de Uclés, Descubrióle en Agosto de 1775 ; y se experimentó en la Corte de Madrid de mandato de S. M. y Señores de su Real Consejo de Castilla, en el Agosto de 1776 : y es muy diferente de las que inventaron el Andaluz y el ciego, Madrid, Imprenta de Josef Doblado, calle del Barrio-nuevo, 1777, 8 p. nn + 24 p. + 1 gravure signée par Mansilla.

102 Arte de nadar compendiado del que escribió en Italiano Oronzio Bernardi, Madrid, Imprenta de Alban, 1807, 190 p. + 11 gravures (145 x 95 mm) signées J.M.C. [Nous n’avons pu consulter l’édition princeps en 2 tomes in grand 4° utilisées par les éditeurs du journal].

103 « Arte de nadar », in tome XIV, n° 350 (15 septembre 1803), pp. 171-176 ; « Continuación del Arte de nadar », in n° 351 (22 septembre 1803), pp. 178-192 (planche insérée à la suite de la p. 188), in n° 352 (29 septembre 1803), pp. 196-207 et « Concluye el Arte de nadar », in n° 353 (6 octobre 1803), pp. 215-224.

104 « Método de economizar el carbón y leña en las cocinas », in tome XVII, n° 431 (4 avril 1805), pp. 216-224. La gravure XX qui correspond, comme indiqué en haut de celle-ci à gauche, à la page 218, est insérée entre les pages 218 et 219, sauf dans l’exemplaire conservé dans la Bibliothèque du Museo de Ciencias Naturales où elle est intercalée entre les pages 216 et 217.

105 Método de economizar el combustible en nuestras casas, o descripción de dos cocinas económicas, aplicadas a los usos que hay en España de componer comidas. Todo ello fundado en las mismas teorías físicas de que se sirvió el Conde de Rumford para la invención de cocinas públicas y particulares establecidas en Munich, Londres, etc. Por Don Julián Antonio Rodríguez, Arquitecto al servicio de S. M., Madrid, Imprenta de la Administración del Real Arbitrio de Beneficencia, 1804, 103 p. + 2 pl. dépl. (180 x 205 mm) inventées et dessinées par le traducteur, gravées par Manuel Navarro.

106 In n° 431, p. 216 : « Extracto de un impreso publicado por el Arquitecto Don Julián Rodríguez con este título : Método de economizar el combustible..., Madrid, año de 1804. Se vende en la librería de Fuentenebro calle de las Carretas ».

107 « Extracto de la Memoria, que acaba de darse al público sobre las disposiciones tomadas por el Gobierno para introducir en España el método de fumigar y purificar la atmósfera de Guiton de Morveau. / Experimentos hechos con este motivo, y algunas otras noticias que prueban el poder desinfectante de los ácidos minerales, y las oportunas providencias que ha dado el Excelentísimo Señor Generalísimo Príncipe de la Paz, con el fin de evitar los progresos del contagio de la fiebre amarilla y su reproducción (Por D. Simón de Rojas Clemente) », in tome 20, n° 500 (1 août 1806), pp. 65-72 ; n° 501 (7 août 1806), p. 89-94 ; n° 502 (14 août 1806), pp. 99-102 ; n° 503 (1 août 1806), pp. 121-128 ; n° 504 (28 août 1806), pp. 141-144 ; n° 505 (4 septembre 1806), pp. 159-160 ; n° 506 (11 septembre 1806), pp. 172-176. La planche XXII est insérée dans le n° 504 entre les p. 136 et 137, pour ce qui est de l’exemplaire conservé au Musée de Sciences naturelles, entre les p. 142-143 pour les trois autres collections consultées. La planche XXIII figure dans le numéro suivant, entre les p. 152 et 153 (collection du Musée), entre les p. 158 et 159 (dans les trois autres cas).

108 Memoria sobre las disposiciones tomadas por el gobierno para introducir en España el método de fumigar y purificar la atmósfera de Guiton de Morveau ; Experimentos hechos con este motivo, y algunas otras noticias que prueban el poder desinfectante de los ácidos minerales, y las oportunas providencias que ha dado el Excelentísimo Señor Generalísimo Príncipe de la Paz, con el fin de evitar los progresos del contagio de la fiebre amarilla y su reproducción, Madrid, Imprenta Real, 1805, 234 p. + 7 planches dépl., 22 cm. signées par Maré. (celles que l’on retrouve dans le Semanario… sont insérées à la suite de la page 219).

109 In n° 500, p. 66 : « Don Francisco Amorós, que los ha ordenado y es el Autor de la Memoria citada y el editor de toda la obra, ha tenido la generosidad de franquearnos las dos últimas láminas que acompañan a dicho documento, para que disfruten también de ellas los subscriptores del Semanario, y se popularice por su medio el uso de los aparatos desinfectantes… »

110 La première livraison eut lieu le 8 janvier 1807 (n° 523), la dernière le 25 juin (n° 547). La planche est insérée dans le n° 527 du 5 février entre les p. 88 et 89.

111 Ensayo sobre las variedades de la vid común que vegetan en Andalucía, con un índice etimológico y tres listas de plantas en que se caracterizan varias especies nuevas, por Don Simón de Rojas Clemente y Rubio, Bibliotecario del Real Jardín Botánico de Madrid, individuo de las Reales Sociedades Económicas de Granada y Sanlúcar de Barrameda, &c. De orden Superior, Madrid, Imprenta de Villalpando, 1807, XVIII + 324 p. + 2 planches (la première, dessinée par Antonio Rodríguez et gravée par Pedro Vicente Rodríguez : Vista de la entrada de Sanlucar de Barrameda por el nuevo camino de Jerez ouvre le livre ; la seconde, dessinée par Antonio Meneses et réalisée par Antonio Vázquez : Caracteres de la vid común, figure à la p. 58).

112 L’ensemble de ces pièces, à l’exception de l’article Del estudio de la agricultura (tome I, n° 1, 5 janvier 1797, p. 1-6) sont reproduits dans l’anthologie du Semanariodéjà citée, pp. 69-80.

113 Dans l’iconologie classique, les mois sont représentés par de jeunes hommes ailés. Celui-ci porte les attributs du mois de septembre (corne d’abondance et signe de la balance, non pas dans l’une de ses mains, mais en haut de la roue du Zodiaque qui se trouve juste à côté de lui). Cf. Iconologie ou explication nouvelle de plusieurs images, emblèmes, et autres figures hyéroglyphiques des Vertus, des Vices, des Arts, des Sciences, des Causes naturelles, des Humeurs différentes & des Passions humaines. Œuvre augmentée dune seconde partie ; nécessaire à toute sorte desprits, et particulièrement à ceux qui aspirent à estre, ou qui sont en effet Orateurs, Poètes, Sculpteurs, Peintres, Ingénieurs, Autheurs de Médailles, de Deuifes, de Ballets, & de Poëmes Dramatiques. Tirée de Recherches & des Figures de Cesar Ripa, moralisées par I. Baudoin, A Paris, Chez Mathieu Guillemot, 1643, tome II, pp. 25 et 30.

114 In n° 333 (10 mai 1803), pp. 305-308.

115 « Advertencia », in tome VI, n° 155 (19 décembre 1799), p. 404.

116 Voici par exemple le détail de l’entrée ACEYTES (in Indice de los tratados contenidos en el tomo I, p. 405 : « 11. 12. 13.15. 25. 31. 44. 56. De olivas para fabricar el jabón 58. 62. De almendras dulces para lo mismo 58. 62. se hace con aceite jabón medicinal 59. Aceite virgen, aceite común infernal y aceite animal 59. 62. Aceite de vitriolo se usa para los sahumerios : le llaman los Químicos ácido sulfúrico 70. modo de extraer el aceite de la colza 116 y sig.”

117 Gaceta de Madrid du 25 décembre 1798 (n° 103), p. 1112 : « Se suscribe al Semanario de agricultura y artes, dirigido a los Párrocos, en Madrid, en la librería de Castillo, y en las capitales de los obispados y abadías del Reyno reciben las suscripciones los comisionados por los Prelados diocesanos. Esta obra se dirige a extender entre los habitadores del campo conocimientos que puedan mejorar su suerte, poniendo a su vista los progresos de las naciones más adelantadas, y los medios y modos de perfeccionar todos los ramos de la economía rural y de las artes útiles. Los 4 tomos que van ya impresos contienen artículos muy importantes, mediante los quales se ha visto mejorar la agricultura en varios pueblos, y establecerse nuevas industrias a instancias de sus beneméritos Párrocos ; y se debe esperar, que, deseando el Rey que el desempeño de este periódico esté siempre al cuidado de personas de zelo y laboriosidad, venga a ser esta colección una completa biblioteca económica en que el labrador, el fabricante y el artesano encuentren medios para adelantar en sus labores, y el laborioso y aplicado arbitrios fáciles para buscar su subsistencia y ocupar sus brazos ociosos, al mismo tiempo que unos y otros reciban luces para sacudir las preocupaciones que les perjudican. Los Párrocos pueden suscribir de cuenta de sus iglesias, y los pueblos del caudal de propios, según lo tiene resuelto S. M. Los tomos publicados se venderán en dicha librería a 22 rs. cada uno desde el 7 de Enero ».

118 Cf. l’introduction de notre anthologie du Semanario, op. cit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pages de garde du n° 1 (5-1-1797)
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 760k
Titre Planche XV et Planche XVII
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 828k
Titre Planche XXI et Planche XXV
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Planche III
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Planche VI
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Planche VIII
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Planche XII
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Planche XIX
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Planche II
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Planches IV et V
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Planches XXII et XXIII
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Planche XXIV
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Planche VII
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Planche IX
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Planche I
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Planches X et XI
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre Planche XVI
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-17.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Planche XX
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Frontispice ornant le n° 1 (5-1-1797). Luis Paret / B. Amettler
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1185/img-19.png
Fichier image/png, 103k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « L’art au service de la divulgation scientifique : le rôle des gravures dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », El Argonauta español [En ligne], 2 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2005, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1185 ; DOI : 10.4000/argonauta.1185

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

Université de Provence – UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
Chargement des illustrations

Chargement des illustrations

  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org