Navigation – Plan du site
Livraison janvier

El Dardo : périodique brûlot lancé par le colonel libéral Nicolás Santiago y Rotalde, 1831

Aline Vauchelle

Résumés

Entre avril et juillet 1831, le colonel libéral espagnol Nicolás Santiago y Rotalde, réfugié à Paris, y fit paraître un périodique intitulé El Dardo, lanzado por un gaditano. À longueur de pages, Rotalde ne cesse d’afficher sa farouche volonté d’œuvrer à la réconciliation entre émigrés libéraux modérés et exaltés, afin qu’ils puissent combattre efficacement le despotisme de Ferdinand VII. C’est là, affirme-t-il, le but principal de son entreprise journalistique. Or, ce Dardo se transforme immédiatement en chronique des rivalités et ressentiments inextinguibles qui divisent le camp libéral. Les traits acérés que l’auteur décoche sans cesse aux modérés ne peuvent d’ailleurs qu’attiser les discordes. Toutefois, ce libéral ardent et sincère n’en ébauche pas moins un intéressant programme de « régénération » de l’Espagne, qui le situe dans les rangs des précurseurs du républicanisme fédéral.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 VAUCHELLE, Aline, Les Ouvrages en langue espagnole publiés en France entre 1814 et 1833, Publicatio (...)

1Certains des proscrits libéraux qui trouvèrent refuge en France, après la chute du régime constitutionnel espagnol en 1823, se servirent de la presse pour y défendre leurs idées. Tel fut le cas d’Andrés Borrego qui, suite à la Révolution de Juillet 1830, publia à Paris, entre septembre et décembre, un journal bi-hebdomadaire, intitulé El Precursor, dans lequel il prônait, pour son pays, la mise en œuvre d’un programme de réformes modérées1.

  • 2 VAUCHELLE, Aline, op. cit, p. 219
  • 3 El Dardo, París, Imprenta de Decourchant, 1831, in-8°, 264 p. ; Bibliothèque Nationale de France (d (...)

2Puis, en avril 1831, parut, toujours à Paris, la première livraison d’un périodique intitulé El Dardo, lanzado por un gaditano, mis sous presse par l’imprimeur Decourchant, qui en déclara un tirage de 500 exemplaires. Bien que le nom de l’auteur n’apparût pas sur la brochure, les lecteurs intéressés pouvaient se la procurer à l’adresse de ce dernier : hôtel et rue Jean-Jacques Rousseau, ainsi que chez le libraire Barba, pour la somme de deux francs2. Ce Dardo, de périodicité mensuelle, connut une brève existence puisque seuls quatre numéros virent le jour. Mais, pour éphémère qu’elle fût, cette publication n’en fut pas pour autant chétive et l’exemplaire relié, qui réunit les quatre livraisons et que conserve la Bibliothèque Nationale de France, forme un volume de 264 pages3. Le nombre de pages que comptent les différents numéros est relativement équilibré : 65 pour le premier, 65 encore pour le troisième et 60 pour le dernier. Seul le deuxième, qui compte 74 feuillets, est un peu plus fourni.

  • 4 Op.cit., n° 1, p. 59.

3S’il ne fait aucun doute, de prime abord, que El Dardo est rédigé par un émigré libéral espagnol, ce n’est qu’à la page 58, dans un article intitulé Yo, que l’auteur se présente. Il s’appelle Rotalde et ne craint pas d’avouer qu’il a une personnalité dérangeante et controversée. Certains de ces compagnons d’infortune le méprisent, ce qu’il met sur le compte de leur aptitude au compromis, tandis que lui, fait preuve de la plus grande intransigeance dans la lutte pour la liberté de sa patrie. Au demeurant, il récuse ses contempteurs en affirmant que d’autres réfugiés, parmi lesquels de hauts gradés militaires, d’anciens ministres et députés, ainsi que des dignitaires ecclésiastiques, ont attesté par écrit ses vertus civiques, ses connaissances militaires, son courage et son sens de l’honneur4.

  • 5 GIL NOVALES, Albert, DBTL.
  • 6 Police Générale : Réfugiés espagnols, 1822-1835 ; dossiers individuels, Archives Nationales de Fran (...)
  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.

4C’est bien un militaire, en effet, qui prend l’initiative de lancer ce Dardo. Il s’agit de Nicolás Santiago y Rotalde, né à Cadix en 1784 et qui, pendant la Guerre d’Indépendance, gagna ses galons de colonel en 1811, après avoir été l’aide de camp du général Castaños. En janvier 1820, il prit une part active à la rébellion libérale, aux côtés de Riego, mais il ne parvint pas à soulever la population de Cadix et dut se replier à San Fernando. Il fit alors ses débuts dans le journalisme en collaborant à la Gaceta patriótica del Ejército Nacional, dans laquelle il exhortait ses compatriotes à mourir pour la liberté de l’Espagne. Puis, lorsque la cause constitutionnelle eut triomphé, il publia, à Cadix, entre avril et août 1820, un périodique intitulé El Telescopio político, dans lequel il manifesta un esprit polémique incisif. Son tempérament de bretteur ne s’exprimait, d’ailleurs, pas uniquement au moyen de la plume, car il rossa à coups de bâtons le rédacteur du Diario mercantil de Cádiz, avec lequel il avait un différend. Durant le Triennat libéral, il s’essaya également comme dramaturge, en composant des pièces militantes : Hipólito, lances y aventuras de un servil, en 1820, puis La reconciliación de un masón y un comunero et La intriga extranjera en España, fomentando los partidos en 18225. Le 7 juillet 1822, il combattit avec bravoure la tentative de coup d’État absolutiste et en mars 1823, aux côtés du général Zayas, il s’illustra contre les troupes factieuses commandées par Bessières6. Comunero et révolutionnaire enflammé, il ne se priva pas de livrer son opinion sur les agissements des libéraux modérés dans un factum intitulé La Revolución o hechos sin máscaras, sobre el origen de las turbulencias y discordia de los españoles : estado de la nación : abusos del poder y medios de salvar la Patria y el honor, qu’il fit paraître à Madrid, en 1823 et qui lui valut d’être condamné à la déportation aux Canaries par les Cortès. Le navire qui le transportait ayant été arraisonné par les Français, Rotalde fut fait prisonnier par les troupes du duc d’Angoulême, emprisonné à Brest en septembre 1823, puis au fort de Briançon en octobre. En mai 1824, il résidait à Gap en tant que réfugié et la police de Louis XVIII, pourtant peu encline à l’indulgence envers les « révolutionnaires » espagnols, ne trouvait rien à redire à sa conduite. Aussi put-il gagner Paris en septembre 1824. Là, il eut, cette fois, des démêlés avec les services de la sûreté qui, sans nuances, le considéraient tout uniment comme « un redoutable jacobin, un pamphlétaire incendiaire pour qui la sédition était devenue un élément indispensable, un dangereux franc-maçon, en un mot un bon carbonaro »7. Par conséquent, soupçonnant que notre colonel ne fût chargé d’une mission secrète, les autorités l’écrouèrent, non sans avoir préalablement saisi ses papiers et ses manuscrits. Ensuite, sous escorte de gendarmerie, il fut conduit à Calais, où il embarqua le 15 octobre pour l’Angletterre8.

  • 9 LLORÉNS, Vicente, Liberales y románticos. Una emigración española en Inglaterra (1823-1834), Madrid (...)
  • 10 Ibid., p. 199 : « A la obra de Rotalde, le ocurre lo peor que puede ocurrirle a una obra satírica y (...)

5Il s’installa à Londres et, pour assurer sa subsistance, ce militaire fougueux et impulsif, se livra avec succès à la délicate occupation d’assembler des colliers et autres parures d’orfèvrerie9. Il ne renonça pas pour autant à manier la plume et fit paraître, en 1825, une España vindicada o baraja de fulleros en la época de la Revolución española, dans laquelle il peignait, sur le mode satirique, une galerie de portraits au vitriol des principaux dirigeants libéraux modérés. Ce pamphlet ne connut pas la même fortune que les Condiciones y semblanzas de diputados a Cortes, publiées à Madrid en 1821 et attribuées à Gregorio González Azaola mais, de l’avis de Vicente Lloréns, il n’en avait pas les qualités littéraires10.

  • 11 SANTIAGO Y ROTALDE, Nicolás, L’Espagne dévoilée ou mémoire sur l’Espagne dans sa présente crise pol (...)

6Après la Révolution de Juillet 1830, comme nombre de ses compatriotes jusque là réfugiés en Angleterre, Rotalde vint s’installer en France. En septembre, il y publia L’Espagne dévoilée ou mémoire sur l’Espagne dans sa présente crise politique11, qu’il dédia au général de La Fayette, acquis à la cause des constitutionnels espagnols et dont l’intervention avait été décisive pour introniser le duc d’Orléans, lors des Trois Glorieuses.

  • 12 Ibid., p. 69.

7Dans cet opuscule, qui s’ouvrait sur une éloquente vignette figurant un renard en train d’engloutir un lapin, accompagnée de la légende « Ecce Hispania », Rotalde accusait les gouvernants libéraux de 1820 de s’être conduits en despotes en plaçant la presse sous contrôle et en poursuivant Riego, le héros de la liberté. Néanmoins, il engageait les émigrés à s’unir au sein d’un directoire, afin d’organiser la lutte contre « l’oppression qui depuis longtemps pèse sur l’Espagne »12. Puis, il en appelait à la générosité de la France glorieuse et libre, traduisant ainsi les espoirs que la Révolution de Juillet avait fait naître chez les Espagnols libéraux, qui comptaient sur le soutien de la monarchie orléaniste dans leur combat politique.

8Cependant, si Louis-Philippe permit tout d’abord aux mouvements d’émigrés armés de se concentrer le long de la frontière pyrénéenne et encouragea même leurs tentatives d’invasion de l’Espagne, il changea bien vite d’attitude lorsque ces menaces eurent produit sur Ferdinand VII l’effet qu’il en attendait. Quand, à la fin d’octobre 1830, le Bourbon madrilène se décida à reconnaître le nouveau régime français, le roi-citoyen accéda, en échange, à ses désirs et désarma les proscrits espagnols.

9C’est dans ce contexte de « trahison » des nouvelles autorités françaises que Nicolás Rotalde reprit sa plume, plus que jamais acérée. Son humeur querelleuse s’affiche dès la couverture du Dardo, au travers de la formule « Caiga el que caiga o grite quien le duela », suivie d’une illustration qui représente un ciel noir de nuages menaçants, déchiré par d’effrayants éclairs. De fait, le périodique de Rotalde porte magnifiquement son titre, tant l’irascible colonel y décoche ses flèches tous azimuts.

El Dardo, page de garde

El Dardo, page de garde
  • 13 El Dardo, n° 1, p. 2 : « Política es ser constitucional a medias, política es ser republicano reali (...)
  • 14 Bulletin des Lois du Royaume de France, 1830, 9e série, Tome I, Paris, Imprimerie Royale, p. 119.
  • 15 Ibid., 1828, 8e série, Tome IX, Paris, Imprimerie Royale, p. 33.

10Il commence, tout d’abord, par reprocher vertement à la Monarchie de Juillet de n’être point un véritable régime libéral, puisqu’il est félon envers les Espagnols réfugiés et qu’il attente à la liberté de la presse, par le biais du cautionnement13. Il est vrai que, au mépris de la Charte promulguée en août, qui garantissait la liberté d’expression, le ministère Laffitte avait de nouveau, dès le 14 décembre 1830, imposé aux journaux un lourd cautionnement, dont le montant s’élevait à 2 400 francs pour les quotidiens, 1 200 pour les hebdomadaires et 600 pour les mensuels14. Sans doute ces sommes n’étaient-elles pas aussi exorbitantes que celles qu’avait exigées Charles X, à partir du 18 juillet 1828, et qui étaient respectivement de 6 000, 3 000 et 1 500 francs15, mais elles n’en demeuraient pas moins tout à fait considérables.

  • 16 El Dardo, n° 1, p. 18 & 21.

11Ensuite, tout en reconnaissant que l’Angleterre donna asile aux proscrits et que le peuple britannique leur témoigna de la sympathie, notre publiciste incrimine le gouvernement Canning pour avoir empêché Torrijos et ses partisans « exaltés » de s’introduire en Espagne, afin de la soulever, à la faveur de la crise portugaise de 1826. Et il se montre plus sévère encore à l’encontre du cabinet de Wellington, qu’il taxe de « geôlier des émigrés », car il a refusé un viatique à ceux qui désiraient rejoindre la France après la Révolution de 183016.

  • 17 LLORÉNS, Vicent, op. cit., p. 23.
  • 18 Ibid., p. 105.

12Le moins que l’on puisse dire, c’est que Rotalde ne se montre ni reconnaissant ni équitable envers les gouvernants britanniques. En effet, quoique l’Angleterre fût membre de la Sainte-Alliance, le cabinet conservateur modéré de George Canning désapprouva l’intervention militaire française contre les constitutionnels espagnols, décidée au Congrès de Vérone en décembre 1822. Et, suite à leur défaite, un millier de libéraux, généralement les plus radicaux, trouvèrent refuge en Grande-Bretagne, où ils furent secourus17. Puis, en 1826, quand la mort du roi João VI de Portugal entraîna le conflit de succession entre son fils don Miguel, qui avait l’appui des absolutistes et de Ferdinand VII, et sa petite-fille, dona Maria, qui avait la faveur des libéraux, Canning envoya une division pour soutenir la cause libérale. Les exilés espagnols caressèrent alors l’espoir de s’introduire en Espagne à travers la frontière portugaise et Torrijos fonda, à Londres, une junte chargée d’organiser l’expédition. Mais, en 1827, le décès de Canning changea totalement la donne. Il fut remplacé par le très réactionnaire duc de Wellington qui vit d’un bon œil don Miguel rétablir l’absolutisme en 1828, mit un terme à l’entreprise de Torrijos et de ses partisans, et prit des mesures de rétorsion à leur encontre, en les privant des subsides versés aux émigrés18.

  • 19 El Dardo, n° 1, pp. 5-10.
  • 20 Ibid., n° 2, pp. 115-122.
  • 21 Ibid., n° 4, pp. 257-259 : « La policía doméstica está administrada por los obispos y llevan una no (...)

13Naturellement, El Dardo désigne aussi Ferdinand VII à la vindicte « des amis de la liberté ». Dans un dialogue sarcastique entre le banquier afrancesado Alejandro Aguado et le monarque, Rotalde dépeint ce dernier comme un personnage grossier et cupide19. Puis, dans une scènette caustique, intitulée « Confession d’un roi catholique », il brosse le portrait d’un être libidineux et sadique, qui prend un réel plaisir à gouverner par la terreur et l’arbitraire, et ne ressent pas l’ombre d’un remords. Pire encore pour la très catholique Espagne, c’est un impie qui se vante de s’être maintes fois parjuré. Au passage, notre publiciste vilipende le clergé, qu’il caricature sous les traits d’un moine vautré dans un confessionnal en marbre, or et argent et qui, ne se gênant pas pour priser du tabac tandis qu’il écoute son royal pénitent, en encourage les vices et les cruautés20. Pour Rotalde, cette alliance du trône et de l’autel profite avant tout à l’Église qui, avide de pouvoir et soucieuse de conserver fortune et privilèges, exerce un contrôle policier draconien sur l’ensemble de la population et manipule le Bourbon. Même s’il se flatte de règner en tyran, il n’est en vérité qu’une marionnette et, par lâcheté, il est devenu l’otage de la faction intégriste et ultra-royaliste des « apostoliques »21.

  • 22 Ibid., n° 1, p. 13 & n° 3, p. 139 : « Enemigos no hallé, lo que tuve en abundancia fueron traidores (...)
  • 23 GIL NOVALES, Albert, El Trienio liberal, Madrid, Siglo Veintiuno Editores, 1980, p. 57-58 ; voir ég (...)
  • 24 ARTOLA, Miguel, op. cit., p. 657.
  • 25 GIL NOVALES, Alberto, DBTL, p. 212.

14Rien de plus logique que Rotalde, libéral « exalté », fasse assaut d’anticléricalisme et fustige le despotisme, cependant il ne prend pas les tenants de l’Ancien Régime pour cible principale. En réalité, il réserve ses traits les plus acerbes aux autres libéraux et entre véritablement dans le vif de son sujet quand il accuse les autorités du Triennat constitutionnel d’avoir trahi, non seulement en ne résistant pas aux Cent Mille Fils de Saint Louis, mais pire encore, en se laissant acheter par le duc d’Angoulême22. Ce dernier grief est certes excessif, mais force est d’admettre que ni les responsables politiques ni les chefs militaires ne manifestèrent une combativité farouche envers les Français, à l’exception de Riego, Torrijos et San Miguel23. Quant à Mina, que Rotalde vitupère plus qu’aucun autre, sa conduite demeure controversée. Après avoir défendu Barcelone pendant quatre mois, il finit par capituler le 1er novembre 1823, ce que certains historiens imputent à une erreur stratégique24, alors que d’autres y voient la preuve d’une transaction avec l’ennemi : la reddition en échange de la possibilité de fuir vers l’Angleterre à bord d’un brick français25.

  • 26 El Dardo, n° 1, pp. 31-33 : « Mina se revistió de un prestigio mágico al llegar a Inglaterra… Ingla (...)
  • 27 Ibid., n° 1, pp. 17-18 & 33.
  • 28 Ibid., n° 1, p. 34 : « Juró y prometió a la regencia defender y guardar la Constitución del año 12 (...)

15Aux yeux du colonel Rotalde, pour qui Espoz y Mina se rendit sans combattre, l’ancien guérillero de la Guerre d’Indépendance n’est pas simplement un lâche. C’est aussi un usurpateur car, dès son arrivée à Plymouth, il se fit passer pour le héros de la résistance, abusant ainsi les Anglais qui lui firent un triomphe26. Mina fut donc érigé en chef de file et porte-parole de tous les libéraux espagnols, ce qui eut des conséquences désastreuses : aucune expédition contre Ferdinand VII ne pouvait être envisagée sans sa participation, caution indispensable pour obtenir prêts et souscriptions. Or, Mina s’opposa à toute tentative, prétextant toujours que l’heure n’avait pas encore sonné et, quand se présenta l’occasion de la crise portugaise, il disparut dans la nature27. Au reste, ce n’était là qu’une trahison parmi bien d’autres : Mina, qui avait prêté serment de fidélité à la Constitution de 1812, n’avait-il pas fait allégeance à Ferdinand VII en 1814 ? Puis, ne s’était-il pas dressé contre lui ? Enfin, avant de capituler honteusement en novembre 1823, n’avait-il pas promis aux Catalans de mourir pour la patrie plutôt que de se soumettre à la tyrannie?28

  • 29 Ibid., n° 1, pp. 24-28.
  • 30 ARTOLA, Miguel, op. cit., p. 729.

16Couard et parjure, Espoz y Mina est aussi pour notre colonel, le responsable du fiasco de l’expédition lancée à la mi-octobre 1830. À l’en croire, Mina projetait d’instaurer sa propre dictature en Espagne si la tentative de soulèvement libéral rencontrait le succès. Aussi s’imposa-t-il autoritairement à la tête du mouvement, mais il le fit échouer par manque de préparation et en donnant des ordres contradictoires29. Emporté par son ressentiment, Rotalde fait peu de cas de l’attitude des principaux chefs militaires, Méndez de Vigo, Valdés, de Pablo et Miláns del Bosch, qui se refusèrent à reconnaître l’autorité de Mina. L’expédition de Vera commença donc sous de fort mauvais auspices et l’absence de coordination provoqua de nombreuses désertions30. Notre colonel omet également de dire que, contrairement à leurs attentes, les guérilleros constitutionnels n’obtinrent pas l’adhésion de la population. Isolés et poursuivis par les troupes de Ferdinand VII, ils furent contraints à se replier vers la France, sans avoir pu dépasser Irún. En définitive, nous l’avons dit, cette malheureuse aventure eut, pour tout résultat, le revirement des autorités orléanistes qui retirèrent leur soutien aux conspirations des libéraux, sonnant ainsi le glas des espoirs suscités par la Révolution de Juillet.

17On l’aura compris, El Dardo est, avant tout, une machine de guerre contre Mina et Rotalde consacre la majeure partie de ses articles à l’attaquer et le dénigrer. Malgré sa partialité, il offre ainsi un précieux témoignage des profondes et cruelles divisions qui régnaient parmi les Espagnols émigrés.

  • 31 Ibid., p. 726.
  • 32 GIL NOVALES, Alberto, DBTL ; voir également, du même auteur : Del Antiguo al Nuevo Régimen en Españ (...)

18Peu après son arrivée en Angleterre, Mina avait constitué une reunión revolucionaria, composée de quelques militaires et d’anciens dirigeants politiques modérés, tels les ministres Argüelles et Gil de la Cuadra, afin de reprendre le combat pour la liberté de l’Espagne. Or, les années passaient sans qu’elle ne parvînt à organiser la moindre tentative de soulèvement, ni à s’accorder sur une ligne politique31. C’est pourquoi, en février 1827, dans le but de passer à l’action à la faveur de la crise portugaise, le général Torrijos forma, avec l’appui d’Álvaro Flórez Estrada, un autre organisme, la Junta directiva del Alzamiento de España, plus connue sous le nom de Junta de Londres32. Commença alors une âpre rivalité entre deux hommes que tout opposait.

  • 33 GIL NOVALES, Alberto, DBTL.
  • 34 LLORÉNS, Vicente, op. cit., pp. 92-93.

19Paradoxalement, l’aristocrate et militaire de carrière José María Torrijos y Uriarte qui, dans sa jeunesse, avait été page à la cour de Charles IV avant de s’illustrer sur les champs de bataille de la Guerre d’Indépendance, prit la tête du secteur radical des réfugiés libéraux, tandis que l’ancien paysan et guérillero Francisco Espoz y Mina devint le chef des modérés, enclins à transiger avec l’aristocratie espagnole pour bâtir une monarchie à l’anglaise. D’ailleurs, Mina qui, à l’instar de nombre d’absolutistes, avait fait fusiller le texte de la Constitution en mai 1814, et qui espérait être nommé vice-roi de Navarre en récompense de sa lutte héroïque contre la Grande Armée, n’avait épousé la cause libérale qu’après avoir vu ses prétentions dédaignées par Ferdinand VII. Il tenta un coup de force en septembre 1814 et dut se réfugier en France, où il demeura jusqu’en 1820. Ce ne fut qu’à la suite de cet échec, qu’il embrassa la cause libérale. Au cours du Triennat constitutionnel, il occupa diverses hautes fonctions militaires, avant d’être nommé commandant général de la Catalogne, où il combattit vaillamment contre la rébellion royaliste, avant de livrer Barcelone au corps expéditionnaire français33. Il débarqua en Angleterre en décembre 1823, auréolé du prestige d’avoir, naguère, bravé l’armée de Napoléon, ce qui lui attira un chaleureux accueil populaire. Il fut également couvert d’éloges par d’illustres personnalités, tels le duc de Sussex, le propre frère du roi George IV, l’éminent philosophe et jurisconsulte libéral Jeremy Bentham et les dirigeants du parti progressiste des whigs34.

  • 35 GIL NOVALES, Alberto, DBTL.
  • 36 GIL NOVALES, Alberto, Del Antiguo …, p. 207.
  • 37 LLORÉNS, Vicente, op. cit, p. 102.

20Dans ces incessantes activités de conspirateur, Mina entra en contact avec l’agent secret Juan Olavarría qui, en 1826, se rapprocha du duc del Infantado et des aristocrates espagnols désireux de convaincre Ferdinand de libéraliser le régime, pour trouver des soutiens contre les « apostoliques »35, ces ultra-réactionnaires qui formeront ensuite le parti carliste. Les agissements d’Olavarría et l’inefficacité des conjurations ourdies par Mina achevèrent de discréditer ce dernier aux yeux des libéraux radicaux. De fait, voulant à tout prix éviter une révolution populaire en Espagne, Mina préconisait la mise en œuvre du Plan de Cámaras, le projet conçu par les modérés, pendant le Triennat, de modifier la Constitution de Cadix pour instaurer un Sénat, garant des intérêts des classes dominantes36. Pour y parvenir, il se proposait, en cas de triomphe du soulèvement militaire, d’assumer les fonctions de Dictateur Constitutionnel pendant quatre ans, puis de promulguer une constitution démocratique qui donnerait le droit de vote à tout Espagnol sachant lire37. Certes, Mina s’en tenait, sur ce dernier point, à l’article 25 de la Constitution de 1812, au terme duquel les pères du libéralisme espagnol avaient établi qu’à partir de 1830, l’exercice du droit de vote serait exclusivement réservé à qui saurait lire et écrire. Mais ce n’en est pas moins une conception singulièrement restrictive de la démocratie, chez un ennemi déclaré du pouvoir autocratique et chez un homme qui ne pouvait ignorer que le vaste programme d’instruction rêvé par les députés gaditans était demeuré lettre morte et que, de ce fait, plus de 90% de ses compatriotes étaient analphabètes! Voilà, en tout cas, qui explique les accusations proférées par Rotalde, quand il taxe Mina de dictateur.

  • 38 El Dardo, n° 2, p. 102 : « Este plan patriótico era deseado de todos, pero la ambición de mandar y (...)
  • 39 Ibid., n° 2, p. 104.

21Après l’échec de l’expédition de Vera, les dissensions reprirent de plus belle entre les émigrés. Les partisans de Mina en firent retomber la responsabilité sur Torrijos et les siens, en les incriminant pour couardise et en alléguant que leur défection avait été fatale au mouvement. Ces derniers se défendirent en arguant qu’ils n’avaient pas à obéir aveuglement à qui s’était autoproclamé chef des opérations sans leur aval. Ils déniaient donc toute légitimité au Directorio provisional del levantamiento de España contra la tiranía, constitué à Paris, en août 1830, à l’initiative des modérés Alcalá Galiano, Istúriz, Cayetano Valdés, Vicente Sancho et José Manuel Vadillo, et dont Mina avait exigé la direction à Bayonne, avant de tenter de s’introduire en Espagne. En outre, s’offusque Rotalde, cet organe, qui prit alors le nom de Junta de Bayona, avait eu le front de n’offrir au général Torrijos, « le plus expérimenté et meilleur des militaires, le plus illustre des patriotes »38, qu’un rôle de simple soldat. Le schisme était alors consommé et ni Rotalde ni les autres fidèles de Torrijos, n’avaient jugé bon d’aller se faire tuer au seul prétexte que Mina se croyait autorisé à le leur commander39.

22Il était donc impératif de tirer les leçons de ce cuisant échec et de procéder à une restructuration politique de l’émigration. Pour cela, les libéraux devaient faire la paix entre eux. C’est là la grande affaire du Dardo : l’hostilité entre modérés et progressistes doit cesser, puisque la désunion les condamne à l’impuissance. Pour en finir avec les cabales entre les partisans de la Junte de Torrijos et ceux de la Junte de Bayonne, Rotalde n’a d’autre but, en publiant son périodique, que de convaincre tous les réfugiés d’élire démocratiquement un directoire unique, dont la légitimité ne pourra ainsi être contestée par quiconque et qui sera chargé de diriger la lutte contre l’absolutisme fernandin.

  • 40 Ibid., n° 2, pp. 106-108 : « Como no es fácil prever los casos y sucesos que hayan de llamar al emi (...)

23Aussi présente-t-il, dans le deuxième numéro du Dardo, paru en mai 1831, un plan visant à créer une Asociación patriótica de los emigrados españoles, qui aura pour but de défendre la liberté en Europe, et tout particulièrement en France et en Espagne. Il invite l’ensemble des émigrés politiques espagnols à en faire partie et énonce, avec une rigueur toute militaire, les détails du processus à suivre. Lors de son inscription, chacun devra voter pour désigner cinq chefs qui prendront la tête des corps expéditionnaires, quand les circonstances l’exigeront. Il devra alors se rendre obligatoirement au point de ralliement qui lui sera indiqué et quiconque n’aurait pas les moyens de payer son voyage devra le signaler, afin qu’il y soit remédié. Il conviendra de déclarer son âge et l’emploi occupé en Espagne, pour que les chefs élus puissent répartir les soldats dans les compagnies, en fonction de leurs aptitudes. Les émigrés mariés et pères de famille devront dire quels sont les moyens d’existence de leurs proches et dans quel pays ils résident. En rejoignant l’association, chacun acceptera implicitement de commander ou d’être commandé, sans avoir d’autre ambition que la gloire de servir avec honneur la cause de la liberté. Enfin, tous les membres de l’association devront se rendre à Paris, pour assister au dépouillement des votes40. C’était là, sans conteste, un projet parfaitement démocratique, aux antipodes des intrigues qui avaient, jusque là, prévalu, entre les réfugiés.

  • 41 Ibid., n° 3, pp. 144-147.
  • 42 Ibid., n° 3, pp. 149-153 : « Por tanto la unión ha de ser para recuperar el honor perdido, la unión (...)

24Mais, tout en prêchant ardemment en faveur de la réconciliation des libéraux, Rotalde ne cesse de tonner contre les modérés. Dans un article pourtant intitulé « Acto de fe, esperanza y caridad », il a beau affirmer que les émigrés doivent oublier leurs ressentiments et renoncer à toute idée de vengeance entre eux, il ne peut s’empêcher de lancer de cinglantes attaques contre Mina, qu’il juge incapable de commander et dangereux pour les libertés, contre López Baños qui fut, à ses yeux, un piètre ministre la Guerre et un général plus lamentable encore, contre Toreno qu’il accuse d’avoir utilisé la cause libérale dans le seul but d’assouvir ses ambitions personnelles, contre Istúriz qui n’a su qu’intriguer et dévoyer les idéaux de la Franc-Maçonnerie, contre Alcalá Galiano dont les doctrines sont inacceptables, contre Argüelles qui est un beau parleur, mais n’a jamais défendu la liberté41. Et, pour qu’il ne puisse subsister le moindre doute, il précise, dans l’article suivant, que l’union des émigrés doit reposer sur l’égalité et la tolérance, mais qu’on ne saurait pardonner aux traîtres qui ont ruiné l’honneur et la liberté de la patrie et qui, loin de s’en repentir, ne songent qu’à imposer leur autorité aux autres libéraux42.

  • 43 Ibid., n° 3, p. 184.
  • 44 Ibid., n° 3, p. 200.

25Dans de telles conditions, il n’est pas étonnant que l’initiative de Rotalde ait été rejetée par les principaux chefs de file des modérés. Dans le troisième numéro du Dardo, l’auteur rapporte que 22 personnalités de l’émigration espagnole résidant à Paris, parmi lesquelles Alcalá Galiano, Toreno, San Miguel, Gil de la Cuadra, le duc de Rivas et le général López Baños, déclinèrent son invitation à se réunir pour discuter de sa proposition43. En revanche, 90 de ses compatriotes, dont Flórez Estrada, Espronceda, Pascual Madoz, les généraux Castellar et Méndez de Vigo, répondirent à son appel. Ainsi, le 30 mai 1831, ils désignèrent une commission, composée de Flórez Estrada, Castellar, Méndez de Vigo, Ramón Ceruti et des colonels López Ochoa, Llinás, Valdés et López Pinto, pour préparer les élections44. Rotalde, pourtant instigateur de la réunion, fut donc écarté.

  • 45 Ibid., n° 3, p. 193 : « ... A pesar de los errores que hayan cometido los encargados de sostener el (...)
  • 46 Ibid., n° 4, pp. 222-224 ; voir également Police Générale : Réfugiés espagnols…, cote A. N. F. : F7 (...)

26Au cours de cette réunion, Flórez Estrada insista sur le fait que les élections n’auraient de caractère légal que si tous les émigrés résidant en France et en Angleterre étaient conviés à y prendre part. Puis il ajouta, non sans lyrisme, que la France, régénérée par la Révolution de Juillet, devait son appui aux actions que les réfugiés mèneraient contre la tyrannie, afin de réparer le perfide attentat que le gouvernement de Louis XVIII avait perpétré contre l’Espagne45. Cet argument ne manquait pas de cohérence, mais il semble bien éloigné des réalités politiques et traduit à quel point certains libéraux espagnols se berçaient encore d’illusions au sujet de la monarchie orléaniste. De fait, quand l’ambassade d’Espagne et La Quotidienne, l’organe des légitimistes français, s’indignèrent, le 5 juin, que le gouvernement eût autorisé des révolutionnaires espagnols à se réunir, Vivien, le Préfet de Paris, fit savoir à Rotalde que la permission qu’il lui avait accordée le 28 mai était dorénavant caduque46.

  • 47 El Dardo, n° 4, pp. 231-235.
  • 48 Ibid., n° 4, pp. 236 & 241.

27Cependant, la hargne avec laquelle l’auteur du Dardo s’obstinait à pourfendre les anciens dirigeants libéraux ne pouvait que nuire aux négociations de la commission qui souhaitait obtenir que chaque émigré participât au vote. Aussi chercha-t-elle à se démarquer du bouillant colonel en publiant un manifeste dans lequel elle lui contestait la paternité de l’entreprise et affirmait que l’idée de forger l’union avait été commune à tous les proscrits et conforme au vœu de chacun47. Nous épargnerons au lecteur les multiples détails de la longue réplique de Rotalde, qui se plaint d’être mis injustement au ban de l’émigration. Il défend son honneur bafoué en alléguant qu’il a été le premier à proposer l’union, dès l’année précédente dans L’Espagne dévoilée, donc bien avant l’expédition de Mina. De plus, c’est lui, et lui seul, qui a pris la décision de réunir ses compatriotes, comme l’atteste l’autorisation qu’il a obtenue du préfet. Il est donc le maître d’oeuvre de la tentative de concorde et il n’a publié son Dardo que pour s’en faire le héraut48. Il ne nous appartient pas d’élucider si notre publiciste était mégalomane et paranoïaque. Mais, s’il gaspilla tant d’énergie à revendiquer son initiative, c’est qu’en dépit de ses maladresses, il n’avait pas de souhait plus cher que la réconciliation des constitutionnels espagnols, en laquelle il plaçait tous ses espoirs. Aussi fut-il profondément blessé d’être ainsi repoussé.

  • 49 Ibid., n° 4, pp. 252-256.
  • 50 Ibid., n° 4, pp. 254, 256, 263.

28Tenu à l’écart de la préparation du scrutin, Rotalde craint désormais que « la partie saine de l’émigration » ne se laisse abuser par les intrigues des ambitieux. Toutefois, il respectera le verdict des urnes et invite tous ses compagnons d’infortune à faire de même49. Puis, étant donné que ses écrits sèment le trouble parmi les réfugiés, après la parution du cinquième numéro du Dardo, celui du mois d’août, il renoncera à « être l’écrivain politique de l’émigration »50.

  • 51 Police Générale : Réfugiés espagnols…, cote A. N. F. : F12077, dossier n° 70.
  • 52 Ibid., cote A. N. F. : F12083 ; également cité par GIL NOVALES, Alberto, Del Antiguo…, p. 216.

29Ce numéro ne devait jamais voir le jour. L’insuccès de son périodique, au demeurant assez compréhensible, plongea Rotalde dans de sérieuses difficultés financières et il dut renoncer à cette entreprise trop onéreuse51. Il n’annonça donc pas le résultat des élections, dont le dépouillement eut lieu le 31 juillet 1831. Elles durent néanmoins le satisfaire sur le plan politique, en dépit de son amertume de s’être "fait voler son idée" et d’être marginalisé. 960 Espagnols, réfugiés en France, en Angleterre et en Afrique y participèrent et elles assurèrent le triomphe des progressistes. Flórez Estrada (868 voix) et Torrijos (823), prirent donc la tête du Comité Directeur de l’Émigration, assistés de Manuel Flores Calderón (772), Vicente Cabanilles (447), Ramón Villalba (344), Juan López Pinto (332) et José María Peón y Mier (312). Istúriz ne remporta que 294 suffrages et Mina dut se contenter de 17652.

  • 53 GIL NOVALES, Albert, Ibid., p. 217.

30Malheureusement, les rêves d’union firent long feu. Mina se refusa à reconnaître les résultats du scrutin, fit immédiatement sécession et forma, dès le 15 août, un comité d’opposition, dans lequel siégeaient notamment Alcalá Galiano, Gil de la Cuadra et Istúriz53. Une fois de plus, les Espagnols libéraux se montraient incapables d’enterrer la hache de guerre et s’entêtaient à perpétuer dans l’exil les terribles divisions qui avaient amplement contribué à la faillite du Triennat constitutionnel.

31Né d’un constat politique réaliste et clamant l’impérieuse nécessité de réconciliation, en définitive, El Dardo aiguisa les tensions entre des libéraux qui se détestaient au moins autant entre eux qu’ils n’exécraient l’absolutisme. Et davantage encore que la volte-face du roi-citoyen, il est probable que ces déchirements empêchèrent que ne se développât en Espagne, dans le sillage des mouvements européens suscités par la Révolution de Juillet, un courant révolutionnaire susceptible d’ébranler le trône d’un despote malade et vieillissant, déjà fragilisé par les querelles de succession.

32Mais, en marge de la chronique des dissensions entre émigrés, El Dardo présente un autre intérêt. Rotalde y livre quelques unes de ses réflexions sur les remèdes à apporter pour améliorer le sort de sa patrie et pour y détruire, véritablement et sans compromis, la société d’Ancien Régime.

  • 54 El Dardo, n° 3, pp. 156-157 : « El clero declara pertenecerle de derecho divino los diezmos y primi (...)
  • 55 Ibid., n° 4, p. 210-214 : « El clero español, que es inmensamente rico, es sutil, astuto ... y se b (...)

33Le problème auquel il se montre le plus attaché, c’est l’urgence d’une meilleure répartition des richesses. Comme tout bon libéral, il voit dans l’Église la première responsable de la misère du peuple car elle possède -aux dires de Rotalde, qui force le trait- les quatre septièmes des terres et des immeubles urbains. De plus, elle fait accroire aux paysans ignorants que la dîme lui revient de droit divin et les maintient dans la soumission en prêchant hypocritement que convoiter le bien d’autrui est un péché54. Forte de sa puissance économique elle impose sa volonté au pouvoir royal qui, aujourd’hui, se laisse impressionner. Elle se moque donc du peuple, du roi et de Dieu lui-même, dont elle invoque le nom pour dépouiller les familles, en détournant à son profit les testaments des mourants. L’origine de son immense fortune remonte aux dons qu’elle a reçus des rois lors de la Reconquête, or ces biens gagnés sur les Maures avaient été confisqués au peuple espagnol par ces derniers. Le clergé usurpe donc, depuis des siècles, des richesses qui ne lui appartiennent pas et qu’il doit restituer55.

  • 56 Ibid., n° 4, p. 212.

34Un tel discours n’a rien d’une innovation sous la plume d’un libéral. Il avait déjà été formulé -notamment par José Joaquín Mora dans El Eco de Padilla- pour justifier la mise en vente des biens du clergé régulier par le régime constitutionnel. Mais, Rotalde désapprouve cette réforme menée par les gouvernements libéraux, dont le but essentiel était d’assainir les finances de l’État et qui profita avant tout aux classes aisées56. En progressiste qu’il est, il défend le projet de réforme agraire conçu par les "exaltés", qui voulaient en faire du peuple le véritable bénéficiaire.

  • 57 Ibid., n° 4, pp. 204-209 : « En España, donde el sol parece que se aleja un poco para recuperar fue (...)
  • 58 Ibid., n° 3, pp. 158-159.

35Ce qui est original, c’est qu’avant de conclure à la nécessité d’une meilleure répartition des richesses, il élabore une curieuse théorie des climats, par laquelle il explique les malheurs de son pays. D’après lui, la chaleur du soleil provoque une incessante fermentation du fluide cérébral des Espagnols, qui leur fait concevoir des pensées sublimes mais les rend inconstants et incapables de les réaliser. Les classes populaires, mal nourries, sont particulièrement sujettes à l’action de ce fluide qui leur émousse l’esprit et en fait un troupeau de brebis sans défense. Seul un partage plus égalitaire des ressources, en améliorant la condition des paysans, leur permettra de conjurer ce sort funeste. Et si ses compatriotes parviennent à se nourrir comme les Français, l’Espagne, qui est le pays le plus richement doté par la nature, occupera le premier rang des nations civilisées57. Il y a là un certain talent d’arbitrista chez notre colonel, qui fait preuve de plus d’acuité quand il impute à la dîme et aux multiples contributions le manque de compétitivité des produits espagnols et quand, résolument étranger à tout esprit corporatiste, il déplore que l’hypertrophie de l’armée, due à la Guerre d’Indépendance et au rapatriement des militaires qui servaient en Amérique, grève lourdement le budget de l’État58.

  • 59 Sur ce sujet voir FUENTES, Juan Francisco : « El liberalismo radical ante la unidad religiosa (1812 (...)
  • 60 El Dardo, n° 2, p. 89.
  • 61 Ibid., n° 2, pp. 90-91 : « Queda, pues, probado que lo pasado no tiene nada de bueno que ofrecer a (...)
  • 62 Ibid., n° 2, p. 91.
  • 63 Ibid., n° 2, pp. 92-94 : « Mas, para llegar a obtener estas ventajas, es preciso crear una fuerza m (...)

36Afin d’éradiquer, une bonne fois, tous les obstacles à la prospérité de l’Espagne, au premier rang desquels il place le despotisme et le féodalisme, et pour parvenir à l’émancipation de l’ensemble de ses concitoyens, Rotalde ébauche un bref « plan de régénération » novateur. À l’instar des autres libéraux radicaux, il aspire à un renforcement de la participation populaire, mais à la différence de la plupart d’entre eux, il ne fait pas de la Constitution de Cadix l’horizon indépassable du progrès politique59. Bien au contraire, il la juge pleine de défauts et néfaste pour le peuple espagnol. Il réprouve tout spécialement le fameux article XII qui maintient l’intolérance religieuse et, surtout, il condamne avec vigueur le caractère illusoire de la souveraineté populaire telle qu’elle fut instituée en 1812. Certes, tout citoyen espagnol a le droit de vote, mais le système de suffrage indirect et pyramidal exclut les classes modestes du parlement. Si le régime constitutionnel avait perduré, estime-t-il, la représentation nationale aurait été confisquée, tantôt par un concile d’évêques et de curés, tantôt par un club de démagogues et le peuple aurait, de toute façon, été la proie des représentants de sa souveraineté60. Pour garantir l’existence d’une authentique démocratie, Rotalde prône la mise en place d’un système de « provinces fédérées ». Puisque chaque province espagnole a sa propre langue et ses propres coutumes, seul le fédéralisme permettra au peuple de défendre ses droits, en lui donnant la possibilité de débattre des lois qui devront le régir. C’est donc là, pour l’auteur du Dardo, le moyen le plus sûr d’établir un contrôle populaire sur les pouvoirs constitués. À l’échelon fédéral, le gouvernement sera exercé par des députés réunis au sein d’une diète, présidée par un roi qui incarnera l’unité du pays61. Rotalde ne dit rien des modalités électorales, mais on devine aisément qu’il ne peut s’agir que d’élections au suffrage universel direct. On comprend aussi que c’est une monarchie quasi républicaine qu’il appelle de ses vœux car, dans son projet, la figure du roi-président n’a d’autre finalité que d’éviter les rivalités et tous les désordres qui en découlent dans les républiques où la présidence est renouvenable62. Notre publiciste ne précise pas non plus si ce monarque, manifestement sans réel pouvoir, appartiendrait à la dynastie des Bourbons, mais cela semble bien peu probable. En tout cas, puisque les Espagnols, asservis par la tyrannie, ne peuvent faire advenir ce système rêvé par Rotalde, c’est aux émigrés qu’il incombe de les libérer et de régénérer la patrie63. Ils porteraient donc une lourde responsabilité s’ils ne parvenaient à s’entendre pour élire démocratiquement l’organe chargé de mener la révolution.

37Assurément, Rotalde, éternel guérillero de la plume, agace quelquefois par sa perpétuelle agressivité et ses jugements à l’emporte-pièce mais, s’il est toujours prêt à en découdre, c’est qu’il est avant tout un démocrate sincère et intransigeant, animé par un réel enthousiasme révolutionnaire. Il est l’un des rares représentants de l’aile avant-gardiste du libéralisme espagnol qui, profondément déçue par le modérantisme centralisateur des gouvernements du Triennat, ouvrira la voie au républicanisme fédéral.

  • 64 VAUCHELLE, Aline, op.cit, p. 220.
  • 65 El Dardo, n° 4, pp. 259 & 264.
  • 66 Dos palabras al autor del Dardo por un español imparcial, París, Imprenta de Julio Didot Mayor, 183 (...)

38Bien que notre colonel desservît involontairement la cause des libéraux en étalant au grand jour leurs discordes, les absolutistes espagnols trouvèrent tout de même son périodique suffisamment gênant pour que l’un d’entre eux lui adressât, en juillet 1831, une réplique intitulée Dos palabras al autor del Dardo64. L’essentiel de cet opuscule, dépourvu de tout argumentaire idéologique (et, aux dires de Rotalde, commandité par Ferdinand VII en personne65), se résumait à réfuter les accusations de parjure lancées contre le roi dans El Dardo, en arguant que Sa Majesté avait, à bon droit, aboli le régime libéral en 1823, puisque le serment de fidélité à la Constitution lui avait été extorqué sous la contrainte en 1820. Ensuite, l’auteur concluait en invectivant Rotalde, à qui il reprochait de vouloir le rétablissement du gouvernement constitutionnel, alors qu’il s’était avéré désastreux pour l’Espagne66.

  • 67 Police Générale : Réfugiés espagnols…, cote A. N. F. : F12077.
  • 68 Ibid.
  • 69 Ibid.

39Les dernières années de Rotalde furent misérables. Soucieux des brimades infligées à sa femme et à son fils en Espagne, souffrant d’anciennes blessures dont les douleurs étaient ravivées par ses conditions de vie extrêmement précaires, il ne cessa de quémander des secours extraordinaires, en sus de l’indemnité journalière de 2, 00 francs qu’il percevait en tant qu’ancien prisonnier de guerre67. Et, surtout, il insistait pour que lui fussent restitués les manuscrits qui lui avaient été confisqués en 1824 et dont il avait besoin pour composer un traité d’art militaire. Les autorités orléanistes firent preuve de sollicitude et se montrèrent disposées à aider un homme « estimable pour son amour de la liberté et ses connaissances qu’il cherchait encore à faire tourner au profit de son pays »68. Néanmoins, les sentiments de commisération s’effacèrent devant la froideur calculatrice de la raison d’État lorsque, en février 1833, le chargé d’affaires espagnol, sachant que Rotalde s’apprètait à faire paraître un libelle intitulé Crimes de Ferdinand VII, pria le gouvernement de Louis-Philippe de lui en interdire la publication. Alors, « conformément aux liens d’amitié qui subsistaient entre Paris et Madrid, aux égards que les gouvernements se devaient entre eux et aux intérêts de réciprocité de la France, qui pourrait se trouver dans le cas de présenter au cabinet espagnol des réclamations analogues », le ministère de l’Intérieur somma le colonel de renoncer à son projet, sous peine d’expulsion69.

  • 70 El Dardo, n° 4, p. 255 : « Si salen elegidos los que, con dinero suyo o ajeno, se han hecho un círc (...)

40Deux mois plus tard, Rotalde mourait à Paris, dans le dénuement, et sans avoir eu la satisfaction de voir sa patrie libérée de l’absolutisme. Mais, à n’en pas douter, il n’aurait pas manqué de ferrailler contre le libéralisme frileux qu’institutionnalisa le Statut Royal de 1834 et qu’il avait lucidement vaticiné, quand il affirmait que le triomphe des libéraux modérés conduirait à l’implantation d’un système « monarcho-constitutionnel-féodalo-catholico-aristocratique »70.

Haut de page

Notes

1 VAUCHELLE, Aline, Les Ouvrages en langue espagnole publiés en France entre 1814 et 1833, Publications de l’Université de Provence, 1985, p. 217 ; voir également GIL NOVALES, Alberto, Diccionario biográfico del Trienio Liberal (désormais DBTL), Madrid, Ediciones El Museo Universal, 1991.

2 VAUCHELLE, Aline, op. cit, p. 219

3 El Dardo, París, Imprenta de Decourchant, 1831, in-8°, 264 p. ; Bibliothèque Nationale de France (désormais B. N. F.) : 8-OD-18

4 Op.cit., n° 1, p. 59.

5 GIL NOVALES, Albert, DBTL.

6 Police Générale : Réfugiés espagnols, 1822-1835 ; dossiers individuels, Archives Nationales de France (désormais A. N. F.) : cote F11985

7 Ibid.

8 Ibid.

9 LLORÉNS, Vicente, Liberales y románticos. Una emigración española en Inglaterra (1823-1834), Madrid, Castalia, 1979, p. 65.

10 Ibid., p. 199 : « A la obra de Rotalde, le ocurre lo peor que puede ocurrirle a una obra satírica y de escándalo, y es que se cae de las manos ».

11 SANTIAGO Y ROTALDE, Nicolás, L’Espagne dévoilée ou mémoire sur l’Espagne dans sa présente crise politique, Paris, 1830, Gaultier-Laguionie imprimeur, in-8°, 71 p ; cote B. N. F. : 8-OC-1003

12 Ibid., p. 69.

13 El Dardo, n° 1, p. 2 : « Política es ser constitucional a medias, política es ser republicano realista, …política es perseguir a propios y favorecer contrarios, y política es en un pueblo libre armar a déspotas y desarmar víctimas. Tanto galimatías hace espinosa la carrera del escritor periodista que narra sucesos del día, y aún más cuando las leyes no le protegen : leyes digo, pues ¿ qué valor o independencia ha de tener el publicista para atacar los vicios del poder o de la sociedad cuando, para las fianzas exigidas por la ley, obligan a que se asocie el comercio a las letras ? Por esta causa, un autor de periódico no es libre, puesto que ha de consagrar sus tareas al tanto por ciento de los capitales invertidos en su fianza…¡ Y cuán funestos al género humano los errores que se propagan por medio de una prensa sumida (sic) a la venalidad mercantil, a la fuerza del poder y al cálculo de ricos y señores. »

14 Bulletin des Lois du Royaume de France, 1830, 9e série, Tome I, Paris, Imprimerie Royale, p. 119.

15 Ibid., 1828, 8e série, Tome IX, Paris, Imprimerie Royale, p. 33.

16 El Dardo, n° 1, p. 18 & 21.

17 LLORÉNS, Vicent, op. cit., p. 23.

18 Ibid., p. 105.

19 El Dardo, n° 1, pp. 5-10.

20 Ibid., n° 2, pp. 115-122.

21 Ibid., n° 4, pp. 257-259 : « La policía doméstica está administrada por los obispos y llevan una noticia circunstanciada de lo que en el seno de cada familia se pasa (sic). Los criados y criadas son los espiones (sic), y los confesores los comisarios de policía : y así sin gasto ni dispendio tiene el clero una lista de los hombres de ideas liberales o irreligiosas de cada pueblo, y estas listas están preparadas para un caso de urgencia, que es decir para asegurar el golpe en la san Bartelemi proyectada en caso de una excitación del gobierno.
Al mismo tiempo, Fernando está observado por los que él cree de su mayor amistad y confianza, y sus días están pendientes de la voluntad del capítulo dictador del ángel exterminador.
La milicia realista cuenta en su seno más de un tercio de devotos asalariados para pedir la inquisición en el momento que el rey ceda o se adhiera a la más mínima concesión liberal. »

22 Ibid., n° 1, p. 13 & n° 3, p. 139 : « Enemigos no hallé, lo que tuve en abundancia fueron traidores que entregaron a los inocentes como a rebaño de corderos. No son soldados, son doblones los que, formados en hileras o columnas, dieron las batallas en España. »

23 GIL NOVALES, Albert, El Trienio liberal, Madrid, Siglo Veintiuno Editores, 1980, p. 57-58 ; voir également ARTOLA, Migue, La España de Fernando VII, Madrid, Espasa, 1999, pp. 655-656 et LLORÉNS, Vicente, op. cit., p. 16.

24 ARTOLA, Miguel, op. cit., p. 657.

25 GIL NOVALES, Alberto, DBTL, p. 212.

26 El Dardo, n° 1, pp. 31-33 : « Mina se revistió de un prestigio mágico al llegar a Inglaterra… Inglaterra le recibió después de capitulado é Inglaterra, confundiendo al vencedor con el vencido, le recibió en triunfo sin echar de ver que ejércitos, provincias y plazas habían sido entregadas por él, al enemigo de la liberal España.
Error tan grande fue nacido de que en Inglaterra había resonado el nombre de Mina como el solo y único que se preparaba a dar un día de gloria a la España. » (palabras de la proclama de Mina en Cataluña ; note de Rotalde)

27 Ibid., n° 1, pp. 17-18 & 33.

28 Ibid., n° 1, p. 34 : « Juró y prometió a la regencia defender y guardar la Constitución del año 12 y, acto continuo, mandó una misión a Fernando para reponerle en el poder absoluto... También juró y prometió al rey sumisión y, a los pocos días, pasó en posta a dar un asalto a la plaza de Pamplona para vengarse y alzarse contra él…También juró y prometió a Fernando VII sumiso arrepentimiento y fue después a tomar parte en la sublevación del año 1820... También juró y prometió a los catalanes "morir en las aras de la patria antes que sucumbir a la tiranía" y, para capitular, se subió al fuerte y amenazó al pueblo que se quiso defender. »

29 Ibid., n° 1, pp. 24-28.

30 ARTOLA, Miguel, op. cit., p. 729.

31 Ibid., p. 726.

32 GIL NOVALES, Alberto, DBTL ; voir également, du même auteur : Del Antiguo al Nuevo Régimen en España, Caracas, Academia Nacional de la Historia, 1986, p. 180.

33 GIL NOVALES, Alberto, DBTL.

34 LLORÉNS, Vicente, op. cit., pp. 92-93.

35 GIL NOVALES, Alberto, DBTL.

36 GIL NOVALES, Alberto, Del Antiguo …, p. 207.

37 LLORÉNS, Vicente, op. cit, p. 102.

38 El Dardo, n° 2, p. 102 : « Este plan patriótico era deseado de todos, pero la ambición de mandar y las intrigas de aquellos que ya nos habían perdido una vez, hicieron que se les extraviasen las ideas, hasta el punto de que cada cual se tuviese por héroe antes de hacer ninguna heroicidad : de modo que ya no hubo respeto al mérito, a la experiencia ni al saber y al mejor militar, al más esclarecido patriota se le ofrecía por todo empleo una plaza de soldado. »

39 Ibid., n° 2, p. 104.

40 Ibid., n° 2, pp. 106-108 : « Como no es fácil prever los casos y sucesos que hayan de llamar al emigrado español a la lid contra los enemigos de la libertad europea, o de los de la patria, es debido se concierte un plan para ser útiles y organizar una masa informe que de nada sirve en el día.
Por eso y para eso, una asociación patriótica de los emigrados debería hacerse bajo la protección del gobierno francés y reglas siguientes :
1°- Todo emigrado español por causas políticas, de la clase y condición que sea, está invitado a inscribirse en la asociación patriótica que tiene por objeto servir la causa general de la libertad cuando fuese amenazada en Francia y cuando la España pueda proclamarla.
2°- Todo individuo, al inscribirse en la lista, deberá dar su voto por cinco jefes que hayan de mandar el cuerpo o cuerpos que se hubiesen de formar de los asociados en caso de necesidad.
3°- Todo individuo, al inscribirse, quedará obligado a reunirse al lugar que se le señale como punto de reunión, declarando al mismo tiempo si puede costear por sí los gastos de traslación. Y, si su situación no lo permite, agregará la cláusula de "estar pronto a presentarse donde se haga la reunión, siempre que se le faciliten los medios".
4°- Todo individuo, al inscribirse, declarará su edad y empleo en España, para que los jefes que fueren elegidos puedan hacer la clasificación y distribución en sus compañías, con exclusión de los que no deban servir como militares, por su edad, achaques o carácter.
5°- Todo individuo, al inscribirse, declarará su estado y si tiene mujer e hijos, cuáles son los medios que tiene para asegurarles su existencia y país donde han de residir.
6°- Todo individuo, al inscribirse, se someterá a mandar y ser mandado, sin más ambición que la gloria de servir con honor la causa de la libertad.
7°- Todo individuo inscripto (sic) concurrirá como socio a la junta que se convoque para el escrutinio de los votos para jefes. »

41 Ibid., n° 3, pp. 144-147.

42 Ibid., n° 3, pp. 149-153 : « Por tanto la unión ha de ser para recuperar el honor perdido, la unión ha de ser para el bien y no para el mal. Y jamás la unión ha de ser para restablecer el poder de aquellos hombres que estuvieron unidos para privarnos de una patria que han hecho desgraciada… Quieren volver a mandar, y quieren volver a despreciar y perseguir a los que, con más inteligencia y patriotismo que ellos, hacen oposición a sus cábalas. »

43 Ibid., n° 3, p. 184.

44 Ibid., n° 3, p. 200.

45 Ibid., n° 3, p. 193 : « ... A pesar de los errores que hayan cometido los encargados de sostener el sistema constitucional, es innegable que nuestra libertad no hubiera sido destruida, a no haber sido por las intrigas y esfuerzos escandalosos de la Santa Alianza, de la que fue ciego instrumento el gobierno de Luis XVIII. Admitido el dato notorio de que, de parte de éste, ha habido contra la nación española un atentado que le causó, y le está causando, los más graves perjuicios, es evidente que ésta tiene un derecho indisputable a reclamar del gobierno de la Francia actual, es decir de la Francia que tanto simpatiza con la civilización de la Europa, y que por su propio bien tanto se debe interesar en la libertad de las demás naciones, la completa reparación del atentado nacional más pérfido que se ha cometido en nuestros días, sin que se pueda alegar por el actual gobierno no haber sido él el autor del atentado, pues que los gobiernos, igualmente que los individuos, heredan beneficios y cargas. »

46 Ibid., n° 4, pp. 222-224 ; voir également Police Générale : Réfugiés espagnols…, cote A. N. F. : F12077, dossier n° 70.

47 El Dardo, n° 4, pp. 231-235.

48 Ibid., n° 4, pp. 236 & 241.

49 Ibid., n° 4, pp. 252-256.

50 Ibid., n° 4, pp. 254, 256, 263.

51 Police Générale : Réfugiés espagnols…, cote A. N. F. : F12077, dossier n° 70.

52 Ibid., cote A. N. F. : F12083 ; également cité par GIL NOVALES, Alberto, Del Antiguo…, p. 216.

53 GIL NOVALES, Albert, Ibid., p. 217.

54 El Dardo, n° 3, pp. 156-157 : « El clero declara pertenecerle de derecho divino los diezmos y primicias, y se apropia el diezmo de todas las producciones de la tierra, sin rebajar siquiera el valor de las simientes y de la labranza… ¿Y, cómo el clero, siendo tan rico, hace llevar al pueblo español un yugo tan pesado ? ¿Es acaso por fanatismo ? No : es que derramando una parte de su colosal riqueza, entretiene al pueblo, a fin de mantenerle en una dependencia ominosa, coloreada del precepto moral de no desear los bienes ajenos. »

55 Ibid., n° 4, p. 210-214 : « El clero español, que es inmensamente rico, es sutil, astuto ... y se burla del pueblo, del rey y aun de Dios mismo, cuyo nombre invoca para sus robos, estafas, crímenes y delitos que horrorizan al género humano…. Tantos bienes acumulados en las manos del clero son robos hechos a la sociedad por la fuerza y el engaño.
Fuerza fue la donación de los Reyes Católicos que reconquistaban de los Moros lo que los Moros habían quitado a los Españoles. Y como es evidente que el terreno del suelo español no pudo venir de África con los Moros, al expulsarlos no se pudo ni debió dar por decomiso las campiñas y haciendas que se dieron al clero, frailes y monjes, que no tenían más derechos que los de la fuerza y arbitrariedad de los reconqusitadores.
Engaños son las cláusulas testamentarias arrancadas de los ricos españoles espantados de visiones infernales y sugestiones y amenazas de los eclesiásticos que rodean el lecho de muerte de todo Español.
Los bienes y riquezas del clero son, pues, la legítima propiedad del pueblo, robado de todas maneras. Por esta razón deben volver al pueblo y no al gobierno, ni a la deuda pública como por cábala y monopolio se hizo en tiempo de la constitución en España. »

56 Ibid., n° 4, p. 212.

57 Ibid., n° 4, pp. 204-209 : « En España, donde el sol parece que se aleja un poco para recuperar fuerza y volver con más vigor a vivificar la naturaleza, vemos que los seres racionales nacen, juvenecen y envejecen produciendo ideas que nunca se reconcentran en un punto, pues que el sol tiene en continua fermentación el fluido cerebral de su carácter e inteligencia. Es decir que los pensamientos son sublimes, pero vagos y de ejecución irrealizable, en razón a que la fecundidad de ideas fatiga la imaginación y no deja medio de examinar los objetos. De esta irreflexión, ha resultado siempre el mal del pueblo español, pues nunca ha habido acorde y armonía para conjurar al destino que parece conducirle a todas las miserias humanas, sin embargo de ser el país más rico de la naturaleza … Así, el pueblo español está condenado, por su carácter o genio, a sufrir toda especie de adversidades, pues las láminas de su imaginación se vuelven de revés con la irritación del sufrimiento y la miseria, que acrecientan el volumen del fluido cerebral, que embota sus sentidos y hace de los seres un rebaño de ovejas que devora el monstruo que se dice dueño y señor de la España.
Ora pues, si el fluido del carácter o genio es una materia existente en nuestros cuerpos, debemos corregir sus vicios e impedir que la debilidad ocasionada por la miseria acreciente el volumen de ese fluido operante sobre la imaginación de los seres. El medio no puede ser otro que el de dividir la riqueza del país y que, dejando de ser pobre la masa del pueblo español, aminore el fluido cerebral funesto al destino de los hombres…
Que la miseria y privación de alimentos sanos y nutritivos hace decaer la naturaleza es evidente, que la miseria debilita, es también evidente y que la debilidad ataca el cerebro hasta privar de razón… Luego si el pueblo español, siendo extremadamente pobre no puede alimentarse bien, desfallece, decae, y su debilidad alterando su cerebro, deja de ver los objetos tales como ellos son en sí. Obtenga los medios de mejorar su suerte, viva el hombre y se alimente como el Francés, y su imaginación en reposo le dejará meditar sobre los medios de ocupar el primer puesto entre las naciones civilizadas. »

58 Ibid., n° 3, pp. 158-159.

59 Sur ce sujet voir FUENTES, Juan Francisco : « El liberalismo radical ante la unidad religiosa (1812-1820) », in Libéralisme chrétien et catholicisme libéral en Espagne, France et Italie dans la première moitié du XIXe siècle, Publications de l’Université de Provence, 1989, pp. 134-139.

60 El Dardo, n° 2, p. 89.

61 Ibid., n° 2, pp. 90-91 : « Queda, pues, probado que lo pasado no tiene nada de bueno que ofrecer a la España, para su regeneración. Es necesario algún sistema conveniente a la reunión de los miembros del cuerpo social y, todo bien calculado, resulta que este sistema no puede ser otro que "el de provincias federadas", puesto que cada provincia española tiene su idioma, vestimenta y costumbres diferentes…El fin es dar vida a la España, dando al pueblo el ejercicio de sus derechos, dejándole el examen y discusión de sus leyes…
Y este orden de gobiernos parciales, imprimirá una fuerza considerable al gobierno central, compuesto de una dieta en la que los diputados serán los elementos constitutivos. Este gobierno directivo tendrá por presidente un rey, a fin de ligar las partes evitando las discordias y pretensiones de los hombres a la presidencia amovible de las repúblicas. »

62 Ibid., n° 2, p. 91.

63 Ibid., n° 2, pp. 92-94 : « Mas, para llegar a obtener estas ventajas, es preciso crear una fuerza matriz que pueda demoler y fabricar : un tal poder de regeneración se llama fuerza directiva, pero esta fuerza no ha de ser arbitraria, los derechos sociales inscriptos (sic) al pacto fundamental de la familia deben imprimirle el sello de la justicia y de la legitimidad. Así es que la más delicada operación al trastorno de un sistema es la formación del órgano principal que ha de dar vida a las partes combinadas para la regeneración del Estado…
La España, guardada por una furibunda rabiosa facción, gime bajo el cetro de hierro de un tirano que, con ojos de lince, escudriña hasta las más domésticas y privadas acciones de sus vasallos. En este estado, no es posible que los habitantes del país tomen parte a la creación del poder constitutivo de su libertad. Es, pues, a los emigrados a los que corresponde elegirle y formarle, vista la libertad de que gozan y el derecho que les compete de representar a la parte oprimida del cuerpo de que son miembros… Los Españoles arrojados del suelo español como enemigos del absolutismo, son los que deben crear el poder directivo de la regeneración de la patria. »

64 VAUCHELLE, Aline, op.cit, p. 220.

65 El Dardo, n° 4, pp. 259 & 264.

66 Dos palabras al autor del Dardo por un español imparcial, París, Imprenta de Julio Didot Mayor, 1831, 60 p. ; cote B. N. F. : 8-OC-1005.

67 Police Générale : Réfugiés espagnols…, cote A. N. F. : F12077.

68 Ibid.

69 Ibid.

70 El Dardo, n° 4, p. 255 : « Si salen elegidos los que, con dinero suyo o ajeno, se han hecho un círculo de partidarios, es constituir en mercenaria la masa de la emigración, que representará tantos valores en el mercado liberal como en el del despotismo. Por este medio, llegarán Wellington y la corte de España a meter a los emigrados en un cedazo, donde sean cernidos los menudos y queden los más gordos, que en todo trance, sirvan de semilla al plantío de un sistema monárquico-constitucional-estamentario-católico-aristócrata de España. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre El Dardo, page de garde
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1186/img-1.png
Fichier image/png, 546k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aline Vauchelle, « El Dardo : périodique brûlot lancé par le colonel libéral Nicolás Santiago y Rotalde, 1831 », El Argonauta español [En ligne], 2 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2005, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1186 ; DOI : 10.4000/argonauta.1186

Haut de page

Auteur

Aline Vauchelle

Université de Rouen, ERAC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org