Navigation – Plan du site
Livraison janvier

La contribution du Dr. Antonio Espina y Capo à la Revista de Medicina y Cirugía prácticas : un combat au service du progrès médical

Isabelle Renaudet

Résumés

Cet article analyse le sens de la collaboration du Dr Antonio Espina y Capo (1850-1930) à la Revista de Medicina y Cirugía prácticas, publiée à Madrid de 1877 à 1920. Partisan de la médecine expérimentale, le Dr. Espina trouva dans cette revue un instrument de propagande au service du progrès des sciences médicales durant la seconde moitié du XIX° siècle. A travers l’itinéraire du Dr. Espina est analysée la fonction que remplit la presse pour les élites médicales. Relais des débats scientifiques, la presse sert la carrière des médecins qui l’utilisent pour construire leur propre légitimité dans le domaine professionnel en même temps qu’elle permet de renforcer la cohésion du corps.

Haut de page

Texte intégral

1Rendant hommage en 1922 au professeur Antonio Espina y Capo (1850-1930) à l’occasion de son jubilé, le Dr Martínez Vargas écrivait dans la préface du livre paru à cette occasion :

  • 1 Dr. MARTINEZ VARGAS, « Prólogo », Dr. Antonio Espina y Capo, A través de mi vida profesional. Sínte (...)

« Seuls les nobles d’esprit triompheront de l’oubli avec la bénédiction de ceux qui les ont aimés et seront inscrits dans les annales de l’Histoire qui prolonge la vie à travers le temps »1.

  • 2 Angel Pulido évoque la figure du Dr Espina (p 291-292) dans son ouvrage De la Medicina y los médico (...)
  • 3 ALVAREZ-SIERRA, José, Diccionario de autoridades médicas, Madrid, Editora Nacional, 1963.
  • 4 GRANJEL, Luis S., Médicos Españoles, Salamanque, Seminario de Historia de la medicina Española, 196 (...)

2Contrairement au souhait exprimé par son jeune disciple d’alors, le nom d’Antonio Espina y Capo n’est pas passé à la postérité. Aucune rue de Madrid, ville où ce médecin a exercé durant toute sa vie, ne conserve ainsi la trace de son patronyme. Et rares sont ceux qui se sont intéressés à son œuvre et à son action2. Citons parmi les historiens de la médecine la notice biographique qui figure dans le dictionnaire des autorités médicales3 de José Alvarez-Sierra et l’article que consacre Luis S. Granjel à ses mémoires (« Les mémoires du Docteur Espina y Capo ») dans un de ses ouvrages4.

  • 5 Le Dr Espina en fut le président en 1889-1890 et 1890-1891 comme l’indique José Alvarez-Sierra dans (...)

3C’est que, même s’il fut un défenseur infatigable du progrès scientifique, Espina y Capo ne peut être considéré comme une figure de premier plan de la médecine espagnole. Engagé sur le terrain de l’action sociale, il n’a pas entrepris pour autant de carrière politique qui aurait contribué à asseoir sa renommée. Il n’est donc pas un acteur de l’histoire, pas plus qu’un « grand homme » que la patrie honorerait comme une gloire nationale. Sa carrière n’en demeure pas moins intéressante : praticien riche de l’expérience professionnelle qu’il a acquise, c’est aussi un homme de science qui entend œuvrer en faveur du progrès médical depuis les institutions auxquelles il appartient, telles l’Académie médico-chirurgicale espagnole 5ou l’Académie Royale de Médecine pour ne citer que les plus célèbres ; c’est enfin un homme de plume dont le nom reste lié à celui d’une revue la Revista de Medicina y Cirugía prácticas.

  • 6 FERNANDEZ SANZ, Juan José, De prensa médica, Madrid, Fundación Instituto Homeopático y Hospital de (...)
  • 7 Cité dans LOPEZ PINERO, José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo XIX », La ciencia (...)

4C’est le sens que revêt la collaboration du Dr Espina au sein de cette publication qui sera analysé ici, de 1877, date de fondation de la Revista de Medicina y Cirugía prácticas, jusqu’à 1920, date à laquelle elle cesse de paraître. Si ces bornes chronologiques trouvent leur justification dans l’itinéraire du Dr Espina, elles correspondent aussi à une période particulièrement importante dans l’histoire de la médecine espagnole. Deux phénomènes se conjuguent pour l’expliquer : d’une part, l’essor que connaissent les sciences médicales du fait des nouvelles théories qui voient le jour (la théorie microbienne notamment) et des nouvelles méthodes de recherche qui s’imposent dans le cadre de la médecine expérimentale ; de l’autre, les progrès de l’hygiénisme qui bénéficient de la révolution pastorienne et mettent en évidence les enjeux sociaux que recèle la médecine. Les différents gouvernements de la Restauration tentent ainsi de délimiter le champ d’action des pouvoirs publics en matière de santé, ce qui aboutit à l’adoption en 1904 de la Instrucción General de Sanidad Pública. Parallèlement, la presse médicale connaît un fort développement à la fin du XIX° siècle 6 : 265 nouvelles revues de ce type sont ainsi fondées entre 1869 et 1900, alors que les créations s’étaient élevées à 128 pour la période 1834-18687.

5Ces éléments du contexte sont d’autant plus importants à mettre en évidence qu’ils éclairent le sens de la carrière du Dr Espina : ce dernier ne s’est pas contenté en effet d’inscrire son parcours personnel dans le cadre de ces mutations ; il s’est voulu aussi acteur des changements, en se faisant le héraut d’une certaine modernité en matière médicale. Nous tenterons de montrer justement comment la Revista de Medicina y Cirugía prácticas a pu servir le combat médical du Dr Espina. Le rapport qu’entretient Espina avec la presse sera envisagé successivement sous trois angles : en terme d’héritage familial ; comme relais de l’exercice professionnel ; en tant qu’expression de la cohésion du corps médical.

Presse et vocation médicale : une histoire de famille

  • 8 C’est d’ailleurs à Ocaña, dans la province de Tolède, que naît le Dr Espina le 5 juillet 1850.
  • 9 ESPINA y CAPO, Antonio, Apuntes biográficos de D. Pedro Espina y Capo, Madrid, Imprenta Nicolás Moy (...)
  • 10 Il avait commencé en effet des études d’ingénieur des Ponts et Chaussées. C’est à la demande de son (...)

6Antonio Espina fut médecin comme son père, le Dr Pedro Espina y Martínez (1815-1883) qui occupa les fonctions de médecin titulaire, notamment à Torrejón de Velasco et Ocaña8, avant d’intégrer l’hôpital provincial de Madrid en 1852 ; l’un des frères d’Antonio, Pedro Espina y Capo (1847-1905) devint lui aussi médecin dans l’armée9. La vocation médicale est donc, comme souvent, affaire de famille chez les Espina, même si le jeune Antonio n’avait pas envisagé au départ de reproduire le modèle familial10. En embrassant la même carrière que son père, le Dr Espina ne se contenta pas toutefois de suivre une voie toute tracée, mais aussi un modèle que la figure paternelle incarnait. Deux éléments contribuèrent en effet à faire de la médecine une question d’héritage spirituel pour le jeune docteur.

  • 11 BENAVENTE, Avelino, « D. Pedro Espina y Martínez », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 160 (...)

7Son père lui légua tout d’abord une certaine conception du métier vécu comme un sacerdoce. Praticien hospitalier, le Dr Pedro Espina est en effet le type même du médecin dévoué à sa fonction jusqu’à l’abnégation. Il s’illustra ainsi au cours des épidémies de choléra de 1855 et 1865 en assistant les malades au péril de sa vie, ce qui lui valut d’être décoré de la Croix de 1ère classe de l’ordre Civil de la Bienfaisance pour services rendus à la nation11.

  • 12 Les doctrines vitalistes tendent à expliquer la particularité des êtres vivants au moyen de princip (...)
  • 13 LOPEZ PINERO, José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo XIX », p 193-240, La cienci (...)

8Le Dr Pedro Espina légua également à son fils ses convictions, engagé qu’il était en faveur du progrès des sciences médicales. Dans l’Espagne d’Isabelle II, les élites médicales s’affrontent en effet, se départageant en deux écoles : ceux qui restent fidèles à la tradition du vitalisme12hippocratique, qualifiés de conservateurs, et ceux qui adhèrent aux théories du mécanicisme positiviste fondé sur le principe expérimental, et qui s’assimilent aux progressistes13. Familier de l’œuvre des maîtres de la médecine française, (il traduit notamment Tardieu), le Dr Pedro Espina est partisan des idées nouvelles, comme le sera après lui son fils.

  • 14 BENAVENTE, Avelino, « D. Pedro Espina y Martínez », Revista de médicina y Cirugía prácticas, n° 160 (...)
  • 15 ESPINA y CAPO, Antonio, Notas del viaje de mi vida. Ante mis libros y mis recuerdos, Madrid, Taller (...)

9Il aura d’ailleurs sur ce point montré à Antonio Espina comment servir les progrès de la médecine en utilisant la presse. Comme le rappelle Avelino Benavente dans l’article qu’il rédige à l’occasion de la mort de Pedro Espina, ce dernier participa en effet à la création de deux journaux, l’un intitulé El Iris de la Medicina , publication « dans laquelle il perdit toutes ses économies », et l’autre El Museo Iconográfico Médico, « premier journal scientifique accompagné de photographies de cas curieux », qui ne s’avéra pas davantage une opération bénéfique puisqu’il perdit aussi « dans cette entreprise le fruit de ses économies »14. Dans ses Mémoires, le Dr Espina fait de la première de ces publications, fondée en 1855 par son père et le Dr José María Velasco, le « défenseur des opinions avancées et des idées médicales modernes », dont l’action fut d’autant plus méritoire qu’elle fut en butte à l’hostilité de la presse adverse (du prestigieux Siglo médico notamment)15.

  • 16 GRANJEL, Luis, « Las memorias del Doctor Espina y Capo », Médicos Españoles, Salamanque, Seminario (...)
  • 17 Il exerce à partir de 1877 au sein de l’Hôpital général de Madrid.
  • 18 BERNARD, Claude, Introducción al estudio de la medicina experimental, Madrid, Enrique Teodoro, 1880

10Par l’exercice de son métier, par son engagement en faveur de la médecine expérimentale, du fait de sa participation à l’aventure de la Revista de Medicina y Cirugía prácticas, le Dr Espina aura donc été le digne successeur de son père. Il dépassa toutefois celui-ci de beaucoup en notoriété. C’est entre 1866 et 1872 qu’il réalise à Madrid ses études de médecine : inscrit en un premier temps à la Faculté, il termine son cursus à l’Ecole fondée par le corps des médecins de l’Assistance provinciale de Madrid, ouverte aux idées nouvelles en matière médicale16. Titulaire de son diplôme, il obtient divers titres (il est membre du corps des Inspecteurs de la Salubrité publique, de la Santé militaire, de l’Assistance provinciale) et devient praticien hospitalier17. En dehors de ses fonctions professionnelles, il déploie une intense activité scientifique dans trois directions : il publie en grand nombre ouvrages (au moins 78) et mémoires présentés dans des Congrès scientifiques (18), ainsi que des traductions (12 à son actif, dont en 1880 L’Introduction à l’étude de la médecine expérimentale de Claude Bernard, qu’il préface18) ; il prend part aux débats des sociétés scientifiques auxquelles il appartient : Académie médico-chirurgicale Espagnole, Académie de Médecine dont il devient membre en 1898 ; il signe enfin de nombreux articles en liant son sort à celui de la Revista de Medicina y Cirugía prácticas.

11Le premier numéro de la revue paraît le 5 janvier 1877. Son directeur-propriétaire est le Dr Rafael Ulecia y Cardona. Né à Cuba en 1850, mort en novembre 1912, Ulecia se lance dans l’aventure journalistique aidé de sa sœur Belén Ulecia, première administratrice de la publication, et de quelques amis, dont Antonio Espina. La Revista de Medicina y Cirugía prácticas paraît trois fois par mois la première année, les 5, 15 et 25 de chaque mois et compte 24 pages environ. En 1878, sa périodicité devient bi-mensuelle (elle paraît les 7 et 22 de chaque mois) et offre un nombre de pages plus conséquent (48 pages en moyenne) ; en 1895, elle passe de nouveau à trois numéros par mois (les 5, 15 et 25) puis à quatre numéros en 1900 (les 7, 14, 21 et 28), chacun d’environ 40 pages. Sa couverture indique qu’elle se veut l’organe officiel de l’Académie médicale et chirurgicale de Jérez, institution dont les activités scientifiques sont relatées dans la revue. Implantée à Madrid où elle est imprimée (dans les ateliers Perojo, puis chez Nicolás Moya), la Revista de Medicina y Cirugía prácticas entend surtout incarner un nouveau type de journalisme. Comme son titre l’indique, c’est à la médecine et à la chirurgie envisagées d’un point de vue « pratique » que la rédaction s’intéresse. Sa publication en 1877 est donc un manifeste en faveur des théories médicales nouvelles, fondées sur l’expérimentation. En 1902, à l’occasion des 25 ans de la revue, le Dr Espina devait revenir sur les conditions dans lesquelles elle avait vu le jour. Comme il l’écrit, sa parution correspondit à un mouvement de transformation radicale de la pensée médicale :

  • 19 ESPINA y CAPO, Antonio, « Ayer, hoy y mañana. 1877-1902 », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, (...)

« On comprit que la période d’observation pure était terminée ; le mouvement expérimental débuta ; les premiers laboratoires furent créés et l’on chercha, en un mot, à partir de critères positivistes, l’aspect le plus effectif de la vérité, abandonnant totalement l’enseignement scolastique au profit de l’enseignement positif expérimental »19.

  • 20 Citons par exemple parmi ceux que Antonio Espina y Capo signe : « Un caso de gangrena de la boca », (...)
  • 21 ESPINA y CAPO, Antonio, « Ayer, hoy y mañana. 1877-1902 », op cit.
  • 22 ESPINA y CAPO, Antonio, « Ayer, hoy y mañana. 1877-1902 », op cit.
    Parmi ces collaborateurs, citons (...)

12Cette révolution scientifique, la Revista de Medicina y Cirugía prácticas entend l’accompagner en devenant en Espagne un « élément de propagande » de ces idées nées à l’étranger. Trois types d’articles sont ainsi privilégiés dans ses pages : les études fondées sur l’observation clinique20 ; les rubriques qui rendent compte des progrès des doctrines médicales (sérothérapie, application des sciences physiques et chimiques au diagnostic, apparition des rayons X…) et des spécialités (revue d’Hygiène, de laryngologie, d’ophtalmologie, de gynécologie) ; les comptes rendus des débats qui animent les institutions médicales espagnoles, mais aussi étrangères que prolongent les revues de presse nationales et internationales. La Revista de Medicina y Cirugía prácticas incarne donc un journalisme médical engagé dans le débat scientifique, qui fédère ou intègre des publications défendant les mêmes valeurs : elle poursuit ainsi l’œuvre de l’Anfiteatro Anatómico Español, fondé par le chirurgien González Velasco, dont la Revista de Medicina y Cirugía prácticas acquiert la propriété en 1879 ; elle fonde également en 1890 les Anales de Obstetricia, ginecopatía y pediatría, « petite sœur de la revue »21. Militant en faveur de la médecine expérimentale, la Revista de Medicina y Cirugía prácticas aura constitué également une tribune pour ses collaborateurs qui grâce à elle naquirent « à la vie publique »22et qui lui furent redevable pour une grande partie de la position occupée au sein de la médecine espagnole. Le parcours du Dr Espina est de ce point de vue significatif.

La presse, relais de l’exercice professionnel

13L’action que le Dr Espina mène sur le terrain médical trouve en effet un prolongement dans les colonnes de la Revista de Medicina y Cirugía prácticas. Sa contribution à la revue apparaît prolixe et multiforme : 679 articles ont été répertoriés au total, ce corpus excluant les traductions et les comptes rendus bibliographiques. Cette production importante de même que le caractère très technique de nombre d’articles rend difficile une étude exhaustive. L’analyse permet toutefois de dégager certains traits caractéristiques de la collaboration du Dr Espina, qui mettent en évidence la fonction que remplit la presse dans sa carrière.

14L’une de ces fonctions est justement de « servir la carrière » du Dr Espina. En ce sens, le presse permet d’acquérir une visibilité au sein de la profession que les élites médicales savent utiliser. L’analyse des articles du Dr Espina ainsi révèle les choix professionnels qu’il a opérés, qui le conduisent à se spécialiser dans les maladies cardiaques et pulmonaires. Ces deux spécialités représentent en effet une part importante de son œuvre. Citons ainsi ses Lecciones teórico-prácticas acerca de las enfermedades del corazón, qui obtiennent un prix de l’Académie Royale de Médecine de Madrid et sont publiées en 1889 ; en 1892, son Higiene en las enfermedades del corazón , et en 1906, ses Indicaciones de las aguas minerales en las enfermedades del pecho.

  • 23 Respectivement ESPINA y CAPO, Antonio, La lucha antituberculosa, Madrid, De Bailly-Baillière e Hijo (...)
  • 24 Asociación contra la tuberculosis. Exposición de motivos hecha por el Dr Antonio Espina y Capo para (...)

15Plus encore que dans le domaine des maladies cardiaques toutefois, c’est par les pathologies pulmonaires qu’il s’illustre. L’essor de la tuberculose, véritable fléau social au XIX° siècle, lui donne l’occasion d’intervenir sur le terrain de la médecine sociale. A côté d’études générales portant par exemple sur la Profilaxis de la tuberculosis en las grandes poblaciones (1895), il fait paraître des ouvrages destinés à sensibiliser le public et à diffuser les moyens de se prémunir contre la maladie : en 1905 il publie ainsi un livre de lecture à l’usage des élèves des écoles de l’enseignement primaire et secondaire, intitulé La lucha antituberculosa ; en 1917 c’est encore l’école comme vecteur de la contagion ( La escuela y el contagio) qui sert de thème à une conférence qu’il prononce à l’Académie Royale de Médecine23. Il est surtout l’un des principaux fondateurs de l’association contre la tuberculose, qui si elle engage en première ligne les médecins, nécessite aussi la mobilisation des élus, comme il le rappelle dans le discours qu’il prononce en décembre 1889 pour justifier sa constitution24.

  • 25 ESPINA y CAPO, Antonio, « Correspondencia. Congreso para el estudio de la tuberculosis », Revista d (...)

16Parallèlement à cette spécialisation qu’il opère dans le champ de la médecine, le Dr Espina utilise la Revista de Medicina y Cirugía prácticas comme une véritable chaire servant à conforter son autorité. Sa présence au sein d’institutions représentatives, les liens qu’il a tissés avec certains de ses confrères (français notamment) le désignent pour rendre compte régulièrement des avancées de la recherche dans le domaine de la tuberculose. En 1891, il assiste au Congrès qui se tient à Paris du 27 juillet au 2 août et consigne pour les lecteurs de la revue les principales conclusions auxquelles les participants ont abouti25. Dans un article paru en 1902, intitulé « Sanatorios para tuberculosos pobres », le Dr Espina rappelle les modalités de son propre engagement sur ce terrain, en ces termes :

  • 26 ESPINA y CAPO, Antonio, « Sanatorios para tuberculosos pobres », Revista de Medicina y Cirugía prác (...)

« Praticien hospitalier depuis trente ans, et me consacrant quasiment à la spécialité depuis la même date, j’ai compris, avant même ces nouvelles croisades de l’humanité, que parmi tous les malades hospitalisés, ceux qui avaient le plus besoin d’une réforme radicale étaient les pauvres tuberculeux. Parias au sein même de l’infortuné groupe des autres malades, ils ont vécu longtemps oubliés et méprisés dans les salles des maladies communes »26.

  • 27 ESPINA y CAPO, Antonio, « Alcohol y tuberculosis », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 916 (...)
  • 28 ESPINA y CAPO, Antonio, « Congreso nacional de la tuberculosis », Revista de Medicina y Cirugía prá (...)

17En 1905, la revue publie la communication qu’il fait au Congrès international de la Tuberculose qui a lieu à Paris, en octobre27. En 1908 enfin, il fait un compte rendu du Congrès national sur la tuberculose organisé à Saragosse du 2 au 6 octobre, choisissant de retracer les travaux tel « un combattant qui dans le fracas du combat fait la chronique de la bataille et tente d’élever, dans la mesure du possible, à de hautes considérations les enseignements de la campagne comme fondement des batailles à venir »28.

18Si les pages de la Revista de Medicina y Cirugía prácticas ont donc été l’une des armes utilisées pour promouvoir la lutte contre la tuberculose, elles ont contribué aussi à construire la légitimité que le Dr Espina avait acquis en la matière. La presse sert en ce sens aussi de faire-valoir aux hommes qui l’utilisent.

19Le corpus d’articles correspondant à la contribution du Dr Espina à la revue contient un second enseignement : il témoigne de l’extrême attention qu’il porte à l’actualité médicale. Cette attention constitue un élément essentiel de sa personnalité, comme le déclare en 1898 le Dr Juan Manuel Mariani dans le discours qu’il prononce pour la réception publique du Dr Espina au sein de l’Académie Royale de Médecine :

  • 29 Discursos leidos en la Real Academia de Medicina para la recepción pública del Sr Antonio Espina y (...)

« Dans les académies et dans les journaux, il a toujours défendu en première ligne et anticipant sur les autres, la dernière nouveauté de la science. C’est le premier qui arrive à Berlin pour recueillir la tuberculine de Koch, observer ses effets et l’employer ; et c’est le premier aussi qui applique les rayons de Röntgen au traitement de la tuberculose »29.

  • 30 ESPINA y CAPO, Antonio, El cólera morbo asiático, Madrid, Administración de la Revista de Medicina (...)

20L’intérêt que le Dr Espina porte « aux dernières nouveautés de la science » le conduit ainsi à publier en 1884 et 1885 toute une série d’articles sur l’épidémie de choléra qui frappe d’abord la France, puis s’étend à l’Espagne en 1885. Intitulés « Considérations générales sur le choléra », ces articles se font l’écho des doctrines des Drs Koch, Roux, Nicati, Riesch et Ferrán sur l’origine, le mode de transmission et les moyens thérapeutiques à mettre en œuvre pour combattre l’épidémie. Ils seront rassemblés dans un ouvrage que publie en 1885 la Revista de Medicina y Cirugía prácticas sous le titre El cólera morbo asiático30. Ce cas précis témoigne du rôle qu’octroie à la presse le Dr Espina, perçue comme l’instrument de médiation le plus adéquat pour rendre compte de l’actualité. La presse occupe en fait une position intermédiaire dans le dispositif que mobilisent les élites pour informer la communauté médicale, entre, en amont les institutions scientifiques où prend corps le débat, et en aval, les ouvrages qui permettent à leurs auteurs de se positionner dans le champ de la polémique. Cette position intermédiaire n’en est pas moins centrale : les sociétés et les académies, en première ligne dans les controverses, touchent en effet un public étroit et par excellence urbain ; par ses délais de parution, la monographie prend place parfois tardivement dans le débat. La presse en revanche permet de suivre mois après mois la polémique tout en informant un public plus large. Elle fait donc acte de présence sur le front de l’actualité médicale.

21Ces remarques permettent en même temps de mettre en évidence l’un des signes d’identité de cette presse. Entre les articles au contenu strictement scientifique et ceux qui donnent à la lutte pour le progrès médical les accents d’un véritable combat, la part de l’information plus attractive est réduite à la portion congrue. Austère, cette presse l’est en effet sur le fond et dans sa forme. Les articles que signent le Dr Espina n’échappent pas à la règle. Rares sont les occasions où il laisse vagabonder sa plume en dehors des chemins tracés par Esculape. Son œuvre écrite comporte pourtant une dimension littéraire attestée par le récit autobiographique qu’il a rédigé, qui témoigne par ailleurs de son intérêt pour la vie artistique et culturelle du Madrid de la seconde moitié du XIXème siècle. Deux éléments conjuguent ici leurs effets pour enfermer la Revista de Medicina y Cirugía prácticas dans un registre très professionnel : le projet qu’elle poursuit de servir le progrès des sciences médicales qui favorise l’écrit militant ; sa spécialisation dans le domaine de l’information scientifique, à l’exclusion de l’information politique, qui contribue à renforcer sa tonalité austère.

  • 31 Tome XI : n° 152, 22 octobre 1882, p. 382 ; n° 153, 7 novembre 1882, p. 430 ; n° 154, 22 novembre 1 (...)
  • 32 Parmi les ouvrages du Dr Espina consacrés à Panticosa, citons Panticosa. Pirineos españoles. Estudi (...)

22Seuls quelques textes écrits de la main du Dr Espina tranchent avec le reste de sa production proprement scientifique. Il s’agit d’une série de lettres envoyées à la rédaction entre 1882 et 1883, regroupées sous le titre de « Variedades. Impresiones de viaje. Cartas veraniegas »31. C’est un voyage qui le conduit en Aragon, puis en France et en Italie sur la route des stations thermales qui motive cette correspondance. Espina est en effet partisan des cures thermales. Il exerça à plusieurs reprises à Panticosa, station thermale des Pyrénées aragonaises spécialisée dans le traitement des maladies respiratoires et tuberculeuses32. Les lettres qu’il rédige sur Panticosa échappent pour une fois à l’austérité du discours médical ; elles fourmillent notamment de détails pratiques sur les moyens de transport permettant de se rendre de Madrid à Panticosa, via Saragosse, sur le confort qu’offrent au voyageur les établissements d’accueil (des auberges aux établissements de la station thermale) ; le périple que le Dr Espina entreprend offre également à sa plume l’occasion de décrire les villes qu’il traverse ; le paysage de Panticosa, particulièrement majestueux, donne lieu à une description bucolique :

  • 33 ESPINA y CAPO, Antonio, « Variedades. Impresiones de viaje. Cartas veraniegas », Revista de medicin (...)

« Le pin, l’acacia, le noisetier, d’une part, la lavande, la violette, la jolie digitale, le buis et en un mot, la végétation la plus variée distraient la vue et contrastent avec le fond gris obscur des montagnes qui ferment l’horizon »33.

23Il est significatif sur ce point que cette liberté de ton soit associée à une série d’articles qui rompt par sa nature (la lettre) avec les canons habituels : loin de Madrid, de ses institutions scientifiques, de ses enjeux de pouvoir, des exigences de la représentation imposées aux élites, la plume s’émancipe, oubliant les lois du genre. « L’intermède aragonais » ne constitue toutefois qu’une exception rapporté à l’ensemble de l’œuvre journalistique du Dr Espina qui reste marquée par son militantisme scientifique.

Le corps médical, au miroir de la presse

24Ce militantisme scientifique se prolonge par un militantisme d’ordre professionnel. Les articles de la presse médicale en général, et ceux du Dr Espina en particulier, visent en effet aussi à renforcer la cohésion du corps. C’est l’exercice professionnel qui constitue la matrice servant à cimenter ce corps. Mis en œuvre selon les règles de l’art, impliquant probité intellectuelle, respect dû aux confrères, adhésion aux principes de la déontologie médicale, l’exercice professionnel est porteur de respectabilité ; de lui dépend la dignité attachée à la fonction.

  • 34 ESPINA y CAPO, Antonio, « Variedades. Entierro de un médico encanecido en la profesión. Recuerdo de (...)
  • 35 Idem.
    « Para que se sepa cómo y de qué manera se entierre en Madrid al que muere dentro de la religi (...)

25Ces valeurs, aux accents très corporatistes, la presse médicale se propose de les véhiculer. Les articles du Dr Espina ne dérogent pas à la règle sur ce point. C’est toutefois une vision très élitiste du corps que ce dernier contribue à donner. C’est en effet à travers le triple prisme de sa condition bourgeoise, de médecin progressiste et de citadin (résidant en outre dans la capitale) qu’il appréhende la réalité. La « famille » médicale dont il revendique l’appartenance est pour cela même constituée par l’aristocratie du groupe : maîtres dans l’art de soigner, pour la plupart adeptes avant la lettre de la médecine expérimentale, et bien souvent anciens collaborateurs de la revue. Un seul de ses articles ainsi évoque une figure pourtant familière de la littérature de l’époque : le médecin pauvre. Daté du 5 avril 1878 (alors que le Dr Espina est au seuil de sa carrière), il narre les obsèques d’un « ami respectable et fidèle serviteur de la patrie », mort à 91 ans sinon dans la misère, du moins dans « le besoin »34. La triste fin de ce défunt ami, qu’accompagnent à sa dernière demeure cinq personnes seulement, pousse Espina « à prendre la plume pour que l’on sache comment et de quelle manière on enterre à Madrid celui qui meurt dans la religion catholique, mais hors de la religion de l’argent »35. C’est là toutefois la seule allusion aux infortunes des serviteurs d’Esculape. La disparition des confrères, lorsqu’elle est évoquée par le Dr Espina, prend le plus souvent une tout autre forme (la notice nécrologique) et sert un tout autre but : l’auto-célébration du corps.

  • 36 9 au total qui concernent Pedro Mata (supplément au n° 16 du 5 juin 1877, pp. 3-5), Mariano Benaven (...)
  • 37 ESPINA Y CAPO, Antonio, « Benavente », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 212, 22 avril 18 (...)

26Régulièrement le Dr Espina rédige en effet des notices nécrologiques36pour la Revista de Medicina y Cirugía prácticas. Ces articles répondent en tout point aux lois du genre : sont rappelées les origines, la formation, la carrière du défunt, ses qualités morales en tant que confrère, mais aussi en tant que citoyen et père de famille. Ils réservent souvent quelques uns des passages obligés de cet exercice, notamment l’exemple de la réussite sociale d’hommes issus de milieux modestes, et parvenus au faîte de la gloire du fait de leurs capacités et de leur talent. C’est le cas de Mariano Benavente y González qu’évoque Espina en 188537. « Personnalité culminante », « gloire » du corps des médecins de l’Assistance provinciale, il arriva en effet à Madrid « pauvre, seul et à pied, sans plus de bagage que son talent ».

27Autre élément biographique récurrent de ces notices : le dévouement dont ces médecins font preuve, en cas d’épidémie notamment. La mort de Benavente offre à Espina l’occasion de camper cet épisode, avec d’autant plus de complaisance que s’y trouve associé son propre père, le Dr Pedro Espina. En 1855 rapporte-t-il, alors que le choléra sévissait dans la province de Madrid, les villages de Chinchón et Perales se trouvaient privés d’assistance médicale du fait de la mort de leurs médecins :

  • 38 Idem, p. 396.
    « El gobierno buscaba quienes supieran arrostrar el peligro ; decididos y serenos, y B (...)

« Le gouvernement cherchait en vain ceux qui sauraient affronter le danger ; décidés et sereins, et Benavente et Espina abandonnent leurs familles et se lancent au champ d’honneur. En quittant Madrid, ils ne se connaissaient pas, à leur retour ils s’adoraient »38.

28Le genre autorise bien la reconstruction idéale, en imposant ici l’image laïcisée du « saint-médecin » ou pacifique du « médecin-guerrier ». On change de registre en revanche quand il s’agit de rendre hommage au combat mené en son temps par le défunt en faveur des idées nouvelles. On retrouve là le ton propre à la revue et les batailles chères au cœur du Dr Espina. La mort de Pedro Mata en 1877 permet ainsi à ce dernier de rappeler l’époque des querelles d’école entre tenants des thèses vitalistes et partisans de la méthode expérimentale, dont Mata fut le chef de file, ce dernier s’opposant aux premiers au sein de l’Académie Royale de Médecine au cours de l’année 1859. La médecine espagnole était alors :

  • 39 ESPINA Y CAPO, Antonio, « Mata », Revista de medicina y Cirugía prácticas, supplément au n° 16 du 5 (...)

« Eloignée du commerce général des idées qui régnaient en Europe, c’est à peine si un partisan des thèses de Broussais osait élever la voix parmi les médecins, qui préféraient la mort civile et morale plutôt que de rompre avec la tradition et avec les idoles (…).
Notre médecine avait besoin d’un homme qui introduise les idées d’une philosophie peu acceptée dans notre pays (…) et d’une médecine véritable et rationnelle , et Mata fut l’apôtre de la bonne nouvelle »39

29Au-delà de ce discours aux accents messianiques, c’est la vénération qu’Espina et ses jeunes confrères ont pu porter à Pedro Mata qui mérite d’être soulignée :

  • 40 Idem, p. 4.
    « Ibamos a su cátedra (…). El criterio experimental y la observación razonada echaban ra (...)

« Nous allions écouter son enseignement (…). Le critère expérimental et l’observation raisonnée prenaient racine dans nos jeunes intelligences, racines si profondes et si enfouies qu’on ne pouvait rien contre elles. »40

  • 41 ESPINA Y CAPO Antonio, « Alonso Rubio », Revista de medicina y Cirugía prácticas, n° 423, 7 février (...)

30Malgré l’aspect souvent convenu qu’elle prend, la notice nécrologique remplit donc une fonction : elle témoigne que le discours scientifique est question d’héritage entre maîtres et disciples. L’image de la semence enracinée dans la génération nouvelle, dont l’Espagne médicale nouvelle est née, s’impose ici. La notice nécrologique a donc pour but de célébrer le corps médical, d’en évoquer la mémoire, d’en souder les membres en ayant recours au souvenir, à l’hommage, à l’affect. La référence à la famille est ainsi souvent utilisée pour toucher les cœurs. De Francisco Alonso Rubio, Espina écrit par exemple qu’il était pour lui comme « un second père ». Certes, les relations très fortes unissant leurs deux familles rendent légitime l’emploi de cette expression41. Mais bien souvent les trajectoires personnelles ne font que renforcer les liens déjà existants entre les membres de la famille médicale. Si la métaphore des fils redevables aux pères ne s’applique donc qu’à quelques cas, celle des disciples redevables aux maîtres est beaucoup plus fréquente.

  • 42 ESPINA Y CAPO, Antonio, « Letamendi », Revista de medicina y Cirugía prácticas, n° 536, 15 juillet (...)
  • 43 Idem, p. 44.

31Tous au sein de la famille médicale ne peuvent bien évidemment être considérés comme des maîtres. Sur l’ensemble des notices rédigées par le Dr Espina, seuls Pedro Mata, Tomás Santero et José de Letamendi (du côté de la médecine espagnole du moins) s’y apparentent : tous trois en effet « ont marqué une nouvelle direction dans les études et les idées médicales en Espagne »42. La dévotion que leur vouent leurs héritiers est à la hauteur de la tâche qu’ils ont accomplie ; Espina voit ainsi en Letamendi un « nouveau Moïse, nous guidant à la recherche de la terre promise »43. La fidélité à l’enseignement de leurs aînés suffit toutefois à inscrire leurs successeurs, même sans relief ni talents particuliers, dans la même lignée. Les membres de la famille médicale sont donc solidaires. Cette cohésion, c’est d’ailleurs la métaphore du corps humain qui l’exprime le mieux selon le Dr Espina. S’interrogeant ainsi sur l’héritage de Letamendi, qui ne doit pas se perdre, il écrit :

  • 44 Idem, p. 46.
    « Pues aun temiendo mucho de la inercia y pensando cuánto amengua el rozamiento la marc (...)

« Car même si l’on a beaucoup à craindre de l’inertie et si l’on songe combien le fonctionnement d’un mobile que l’on a mis en mouvement par une impulsion instantanée amoindrit le frottement, l’élan donné par Letamendi a été tel, qu’il ne doit pas s’épuiser de sitôt.
Cependant, faisons-nous artères de ce cœur dont la systole était si énergique et favorisons le mouvement du courant sanguin conduisant aux plus secrètes cellules de l’organisme médical les insignifiantes molécules de l’esprit de Letamendi, et le Corps médical aura fait quelque chose pour conserver parmi nous ce colosse presque irremplaçable. »44

32Servir le progrès des sciences médicales implique donc aussi d’évoquer les figures qui ont contribué à en écrire les grandes heures. Rendre hommage aux pionniers du renouveau de la médecine espagnole s’impose ainsi. Trois figures se superposent en ce sens, jusqu’à se confondre parfois, dans les notices nécrologique rédigées par le Dr Espina : celle du maître dont l’action a ouvert la voie à la modernité ; celle du compagnon de route ; celle de l’ami, collaborateur de La Revista de Medicina y Cirugía prácticas.

  • 45 ESPINA y CAPO, Antonio, « Pasteur », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 474, 25 octobre 18 (...)

33L’œuvre journalistique du Dr Espina relève avant tout du combat mené par ceux qui « recherchant les faits et déduisant d’eux des principes ont bouleversé (…) tout l’édifice séculaire d’une médecine empirique », pour la convertir « en une véritable science positive »45. Acteur des mutations scientifiques qui s’opèrent en Espagne dans la seconde moitié du XIX° siècle, le Dr Espina en aura été aussi le témoin. C’est là l’un des intérêts de sa contribution à la Revista de Medicina y Cirugía prácticas : à travers l’évocation de ses confrères disparus, saisir comment le corps construit sa propre mémoire et contribue à son auto-célébration.

  • 46 Dr. MARTINEZ VARGAS, « Prólogo », Dr. Antonio Espina y Capo, A través de mi vida profesional. Sínte (...)

34Par un effet d’abîme, sa collaboration à la Revista de Medicina y Cirugía prácticas lui aura en même temps permis de construire sa propre légitimité au sein de la communauté scientifique, en imposant notamment sa compétence de spécialiste des pathologies cardiaques et pulmonaires. En ce sens, la presse aura servi de tremplin à sa carrière. En 1922, lorsque la profession lui rend hommage à l’occasion de son jubilé, sa notoriété est ainsi solidement établie. Comme l’écrit Martínez Vargas, son savoir et son expérience professionnelle ont fondé son appartenance à l’aristocratie médicale qui s’apparente à une noblesse spirituelle : « Les temps ont changé totalement. Autrefois, la noblesse sociale procédait des faits d’armes (…). De nos jours, ce sont les actions, la conduite et l’intention, le talent, les titres de noblesse morale et sociales qui la confèrent ». Et de conclure : « Nous sommes dans le domaine de la spiritualité, et non dans celui de la force »46.

  • 47 CORTEZO, Javier, « D. Antonio Espina y Capo », El Siglo Médico, n° 9372, 25 janvier 1930, p. 91.
    « E (...)

35D’acteur du progrès médical qu’il était, le Dr Espina est ainsi devenu au terme de sa vie objet de mémoire pour la profession. Mémoire que son œuvre écrite est chargée d’entretenir, comme le rappelait à sa mort dans El Siglo médico, Javier Cortezo, qui déclarait parlant des livres qu’il laissait « que tous les médecins doivent les lire, parce qu’ils contiennent une quantité copieuse d’enseignements de tout ordre »47.

Haut de page

Notes

1 Dr. MARTINEZ VARGAS, « Prólogo », Dr. Antonio Espina y Capo, A través de mi vida profesional. Síntesis de mis trabajos en las bodas de oro con la profesión, Madrid, Tip. de Angel Alcoy, 1922, p 7.
« Sólo los nobles de espíritu triunfarán del olvido con las bendiciones de los que les amaron y serán inscriptos en los anales de la Historia, que prolonga la vida a través del tiempo ».

2 Angel Pulido évoque la figure du Dr Espina (p 291-292) dans son ouvrage De la Medicina y los médicos, paru à Valence en 1883.

3 ALVAREZ-SIERRA, José, Diccionario de autoridades médicas, Madrid, Editora Nacional, 1963.

4 GRANJEL, Luis S., Médicos Españoles, Salamanque, Seminario de Historia de la medicina Española, 1967, pp. 313-323.

5 Le Dr Espina en fut le président en 1889-1890 et 1890-1891 comme l’indique José Alvarez-Sierra dans son ouvrage Historia de la Academia Médico-Quirúrgica Española, Madrid, Imprenta Héroes, 1964, p 75.

6 FERNANDEZ SANZ, Juan José, De prensa médica, Madrid, Fundación Instituto Homeopático y Hospital de San José, 2001.

7 Cité dans LOPEZ PINERO, José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo XIX », La ciencia en la España del siglo XIX, Ayer - 7, Madrid, Marcial Pons, 1992, p 203.

8 C’est d’ailleurs à Ocaña, dans la province de Tolède, que naît le Dr Espina le 5 juillet 1850.

9 ESPINA y CAPO, Antonio, Apuntes biográficos de D. Pedro Espina y Capo, Madrid, Imprenta Nicolás Moya, 1905, pp. 8-9.

10 Il avait commencé en effet des études d’ingénieur des Ponts et Chaussées. C’est à la demande de son père qu’il bifurqua vers la médecine. ALVAREZ-SIERRA José, Historia de la Academia Médico-Quirúrgica Española, op. cit., p 75.

11 BENAVENTE, Avelino, « D. Pedro Espina y Martínez », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 160, 22 février 1883, p 150.

12 Les doctrines vitalistes tendent à expliquer la particularité des êtres vivants au moyen de principes ou forces provenant de leurs organismes.

13 LOPEZ PINERO, José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo XIX », p 193-240, La ciencia en la España del siglo XIX, Ayer - 7, Madrid, Marcial Pons, 1992.

14 BENAVENTE, Avelino, « D. Pedro Espina y Martínez », Revista de médicina y Cirugía prácticas, n° 160, 22 février 1883, p 150.

15 ESPINA y CAPO, Antonio, Notas del viaje de mi vida. Ante mis libros y mis recuerdos, Madrid, Talleres Calpe, 1926, p 126.

16 GRANJEL, Luis, « Las memorias del Doctor Espina y Capo », Médicos Españoles, Salamanque, Seminario de Historia de la medicina Española, 1967, pp. 313-314.

17 Il exerce à partir de 1877 au sein de l’Hôpital général de Madrid.

18 BERNARD, Claude, Introducción al estudio de la medicina experimental, Madrid, Enrique Teodoro, 1880.

19 ESPINA y CAPO, Antonio, « Ayer, hoy y mañana. 1877-1902 », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, numéro spécial, 5 janvier 1902, pp. 3-10.
« Se comprendió que había terminado el período de observación pura ; se inició el movimiento experimental ; se crearon los primeros laboratorios y se buscó, en una palabra, con un criterio positivista, el aspecto más efectivo de la verdad, abandonando por completo la enseñanza escolástica por la enseñanza positiva experimental ».

20 Citons par exemple parmi ceux que Antonio Espina y Capo signe : « Un caso de gangrena de la boca », n° 41, 7 mars 1878, Tome II, pp. 200-205 ; « Caso de fiebre tifoidea primitiva tratado por las afusiones frías », n° 66, 22 mars 1879, Tome IV ; « La gripe », n° 328, 22 février 1890, Tome XXVI, pp. 189-195.

21 ESPINA y CAPO, Antonio, « Ayer, hoy y mañana. 1877-1902 », op cit.

22 ESPINA y CAPO, Antonio, « Ayer, hoy y mañana. 1877-1902 », op cit.
Parmi ces collaborateurs, citons pour l’année 1879 : Avelino Benavente, Félix Creus, Juan Manuel Mariani, Rafael Mendéz Rodríguez, Gaspar Sentiñon, Federico Toledo.

23 Respectivement ESPINA y CAPO, Antonio, La lucha antituberculosa, Madrid, De Bailly-Baillière e Hijos, 1905 ; La escuela y el contagio, Madrid, Enrique Teodoro, 1917.

24 Asociación contra la tuberculosis. Exposición de motivos hecha por el Dr Antonio Espina y Capo para justificar su constitución, Madrid, Nicolás Moya, 1903, p. 1.
En 1906, le Dr Espina devient vice-président de La Lucha Antituberculosa et directeur du dispensaire Victoria Eugenia.

25 ESPINA y CAPO, Antonio, « Correspondencia. Congreso para el estudio de la tuberculosis », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 364, 22 août 1891, Tome XXIX, pp. 222-224.

26 ESPINA y CAPO, Antonio, « Sanatorios para tuberculosos pobres », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 766, 14 décembre 1902, Tome LVII, p. 362.
« Médico de hospital hace treinta años, y casi dedicado a la especialidad desde igual fecha, comprendí, aun antes de estas nuevas cruzadas de la humanidad, que entre todos los enfermos hospitalizados, los más necesitados de una radical reforma, eran los pobres tuberculosos. Parias aun dentro del desgraciado grupo de los otros enfermos, han vivido por muchos años olvidados y despreciados en las salas de enfermedades comunes ».

27 ESPINA y CAPO, Antonio, « Alcohol y tuberculosis », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 916, 28 janvier 1906, Tome LXX, pp. 129-140.

28 ESPINA y CAPO, Antonio, « Congreso nacional de la tuberculosis », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 1053, 7 décembre 1908, Tome XXXII, p. 331.
« …luchador que en pleno fragor del combate hace la crónica de la batalla y procura elevar, en cuanto sea posible, a altas consideraciones las enseñanzas de la campaña para fundamento de las batallas sucesivas ».

29 Discursos leidos en la Real Academia de Medicina para la recepción pública del Sr Antonio Espina y Capo el día de 26 de junio de 1898, Académie Royale de Médecine, Madrid, 1898.
« En las Academias y en los periódicos, ha defendido siempre en primera línea y anticipándose a todos, la última novedad de la Ciencia ; es el primero que llega a Berlín para recoger la tuberculina de Koch, observar sus efectos y emplearla ; y es el primero también que hace aplicaciones de los rayos de Röntgen al trataminento de la tuberculosis… ».

30 ESPINA y CAPO, Antonio, El cólera morbo asiático, Madrid, Administración de la Revista de Medicina y Cirugía prácticas, 1885.

31 Tome XI : n° 152, 22 octobre 1882, p. 382 ; n° 153, 7 novembre 1882, p. 430 ; n° 154, 22 novembre 1882, p. 486 ; n° 155, 7 décembre 1882, p. 535 ; Tome XII, n° 158, 22 janvier 1883, p. 93 ; n° 159, 7 février 1883, p. 142 ; n° 161, 7 mars 1883, p. 239 ; n° 167, 7 juin 1883, p. 523 ; n° 168, 22 juin 1883, p. 569 ; Tome XIII, n° 169, 7 juillet 1883, p. 45 ; n° 170, 22 juillet 1883, p. 90 ; n° 171, 7 août 1883, p. 141 ; n° 173, 7 septembre 1883, p. 231 ; n° 178, 22 novembre 1883, p. 476.

32 Parmi les ouvrages du Dr Espina consacrés à Panticosa, citons Panticosa. Pirineos españoles. Estudio de climoterapia e higiene del enfermo en esta estación, Madrid, Imprenta del Asilo de Huérfanos del Sagrado Corazón de Jesús, 1901 ; Nuevo estudio de terapeútica. Panticosa como estación de helioterapia (1918-1919), Zaragoza, Tip. de Heraldo de Aragón, 1919.
Sur Panticosa, MONSERRAT ZAPATER, Octavio, El balneario de Panticosa (1826-1936). Historia de un espacio de salud y ocio en el Pirineo Aragonés, Zaragoza, Diputación general de Aragón, 1998.

33 ESPINA y CAPO, Antonio, « Variedades. Impresiones de viaje. Cartas veraniegas », Revista de medicina y Cirugía prácticas, n° 152, 22 octobre 1882, Tome XI, p. 384.
« El pino, la acacia, el avellano, por una pate, el espliego, la violeta, la bonita digital, el boj y en una palabra, la vegetación más variada, recrean la vista y contrastan con el fondo gris oscuro de las montañas que cierran el horizonte ».

34 ESPINA y CAPO, Antonio, « Variedades. Entierro de un médico encanecido en la profesión. Recuerdo de amistad », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 43, 7 avril 1878, Tome II, pp. 331-332.

35 Idem.
« Para que se sepa cómo y de qué manera se entierre en Madrid al que muere dentro de la religión católica, pero fuera de la religión del dinero ».

36 9 au total qui concernent Pedro Mata (supplément au n° 16 du 5 juin 1877, pp. 3-5), Mariano Benavente (n° 212, 22 avril 1885, pp. 395-399), Tomás Santero (n° 281, 7 mars 1888, pp. 227-229), Eusebio Castelo (n° 376, 22 février 1892, pp. 171-175), Francisco Alonso Rubio (n° 423, 7 février 1894, pp. 115-117), Louis Pasteur (n° 474, 25 octobre 1895, pp. 443-447), José de Letamendi (n° 536, 15 juillet 1897, pp. 43-46), Juan Manuel Mariani (n° 1101, 7 décembre 1909, pp. 339-343), Rafael Ulecia (n° 1242, 14 novembre 1912, pp. 201-206).

37 ESPINA Y CAPO, Antonio, « Benavente », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 212, 22 avril 1885, Tome XVI, p. 395.

38 Idem, p. 396.
« El gobierno buscaba quienes supieran arrostrar el peligro ; decididos y serenos, y Benavente y Espina abandonan sus familias y se lanzan al campo de honor. Al salir de Madrid, no se conocían, al volver se adoraban ».

39 ESPINA Y CAPO, Antonio, « Mata », Revista de medicina y Cirugía prácticas, supplément au n° 16 du 5 juin 1877, Tome I, pp. 3-5.
« Apartada del comercio general de las ideas que reinaban en Europa, apenas si algún Brousista se atrevía a levantar su voz entre los médicos, que preferían la muerte civil y moral a romper con la tradición y con los ídolos (…). La medicina patria necesitaba un hombre que introdujera las ideas de una filosofía poco aceptada en nuestro país (…) y de una verdadera y racional medicina, y Mata fue el apóstol de la buena nueva ».

40 Idem, p. 4.
« Ibamos a su cátedra (…). El criterio experimental y la observación razonada echaban raíces en nuestras jovenes inteligencias, raíces tan hondas y arraigadas que nada podía contra ellas ».

41 ESPINA Y CAPO Antonio, « Alonso Rubio », Revista de medicina y Cirugía prácticas, n° 423, 7 février 1894, Tome XXXIV, p. 115.

42 ESPINA Y CAPO, Antonio, « Letamendi », Revista de medicina y Cirugía prácticas, n° 536, 15 juillet 1897, Tome XLI, p. 44.

43 Idem, p. 44.

44 Idem, p. 46.
« Pues aun temiendo mucho de la inercia y pensando cuánto amengua el rozamiento la marcha de un móvil que se movió por un impulso instantáneo, tal ha sido el empuje dado por Letamendi, que no ha de agotarse tan pronto.
Sin embargo, hagamos nosotros de arterias de aquel corazón cuyo sístole era tan enérgico, y facilitemos el movimiento de la onda sanguínea llevando a las más recónditas células del organismo médico las insignificantes moléculas del espíritu de Letamendi, y el Cuerpo médico habrá hecho algo para conservar entre nosotros a este coloso casi insustituíble ».

45 ESPINA y CAPO, Antonio, « Pasteur », Revista de Medicina y Cirugía prácticas, n° 474, 25 octobre 1895, Tome XXXVII, p. 443.

46 Dr. MARTINEZ VARGAS, « Prólogo », Dr. Antonio Espina y Capo, A través de mi vida profesional. Síntesis de mis trabajos en las bodas de oro con la profesión, Madrid, Tip. de Angel Alcoy, 1922, p. 7.
« Los tiempos han cambiado totalmente. Antaño la nobleza social procedía de los hechos de armas (…). Ogaño, son las acciones, la conducta y la intención, el talento, los timbres de nobleza moral y social los que la otorgan. Estamos en el imperio de la espiritualidad, y no en él de la fuerza ».

47 CORTEZO, Javier, « D. Antonio Espina y Capo », El Siglo Médico, n° 9372, 25 janvier 1930, p. 91.
« Esos libros deben leerlos todos los médicos, porque encierran copioso caudal de enseñanzas de todo orden ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Renaudet, « La contribution du Dr. Antonio Espina y Capo à la Revista de Medicina y Cirugía prácticas : un combat au service du progrès médical », El Argonauta español [En ligne], 2 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2005, consulté le 27 mai 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1188 ; DOI : 10.4000/argonauta.1188

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org