Navigation – Plan du site
Livraison juin

Réflexions sur la première presse de l’Amérique espagnole et les transferts culturels

Jean-Pierre Clément

Résumés

Trois conditions principales semblent liées au transfert culturel de la presse périodique d’Espagne en Amérique. La première est la supériorité de celui qui transmet et donc l’infériorité de celui qui reçoit. La deuxième est que, si le donneur agit presque toujours par intérêt, le receveur peut souvent souhaiter profiter d’un apport ; c’est le « transfert par aspiration ». La troisième est qu’il n’y a pas d’adoption sans adaptation : ainsi, la presse officielle a échoué, car trop « péninsulariste », mais le transfert a connu la réussite dès lors qu’il a su s’adapter à son nouveau milieu.

Haut de page

Texte intégral

I - Préliminaires

  • 1  JOYEUX, Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèse, Paris, Press (...)
  • 2  ESPAGNE, Michel, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 286.

1Dans un très intéressant travail de réflexion sur les « transferts culturels », Béatrice Joyeux considère que cette notion « implique un mouvement d’objets, personnes, populations, mots, idées, concepts… entre deux espaces culturels (États, nations, groupes ethniques, espaces linguistiques, aires culturelles et religieuses) ». 1 En résumé, qu’un transfert culturel est un déplacement d’objets, de personnes ou d’idées entre deux espaces différents. Et Michel Espagne — qui est, avec Michaël Werner, à l’origine de cette problématique dans les années 1980 — précise que « le terme de transfert n’a pas, à l’exclusion de son emploi en psychanalyse, de valeur prédéterminée. Mais il implique le déplacement matériel d’un objet dans l’espace. Il met l’accent sur des mouvements humains, des voyages, des transports de livres, d’objets d’art ou bien d’usage courant à des fins qui n’étaient pas nécessairement intellectuelles. »2

2Si nous ne pouvons que souscrire pleinement à la deuxième partie de cette approche de la notion, il nous semble, cependant, qu’il faille nuancer la première idée qui affirme qu’elle « n’a pas […] de valeur prédéterminée ». En effet, si on consulte les dictionnaires, on s’aperçoit que ce mot n’est pas si généraliste ou neutre qu’il en a l’air à première vue. Voyons cela de plus près.

3Contrairement à son verbe référent, « transférer » (« faire passer d’un lieu dans un autre »), mentionné pour la première fois dans un texte de 1355, le substantif « transfert » est apparu en français très tardivement, puisqu’il n’est repéré par les linguistes qu’à partir de 1724 et que l’Académie ne l’enregistre pas avant 1835. Le sens premier, donné par Littré une trentaine d’années plus tard, est celui-ci : « Terme de finances et de commerce. Acte par lequel on déclare transporter à un autre la propriété d’une rente sur l’État, d’une action, d’une marchandise en entrepôt. » On retiendra deux choses de cette définition. La première que le transfert est une transmission de propriété, et la seconde que c’est un terme du vocabulaire du commerce, donc de l’échange. Le dictionnaire Robert reste dans la même voie en disant qu’il s’agit d’abord de l’« acte par lequel une personne transmet un droit à une autre », et ensuite du « déplacement d’un lieu à un autre ».

4En revanche, c’est cette dernière idée que le Trésor de la Langue française enregistre comme sens premier, en précisant : « Déplacement, transport (de personnes ou de choses) d’un lieu à un autre, selon des modalités précises. » Puis très vite, les auteurs nuancent cette définition en énumérant les diverses acceptions possibles, rappelant que l’on trouve ce mot employé dans le vocabulaire de la banque, dans celui de l’industrie graphique et, surtout, dans celui de l’économie internationale pour laquelle le transfert est la « transmission d’un pays à un autre, moins développé dans un ou plusieurs secteurs de son économie, de son industrie et de son organisation socioculturelle, de savoir-faire, de recettes pour maîtriser le développement technique dans les secteurs considérés. »

5A la lumière des remarques précédentes, on peut comprendre comment se sont déroulés les transferts culturels entre l’Espagne et ses colonies américaines. La métropole a fait passer outre-Atlantique toutes choses, personnes, pratiques, institutions, etc. qui allaient lui permettre de prendre en mains, puis de coloniser ces nouveaux territoires et ces nouveaux peuples désormais sous sa coupe. On retiendra surtout de la définition du Trésor de la Langue française que le transfert peut ne pas être un objet, quelque chose de matériel, mais, dit le dictionnaire, un « savoir-faire », des « recettes » et, pourrait-on ajouter, des techniques ou encore une idéologie qui, d’ailleurs, peuvent reposer, s’appuyer sur des objets (les livres, par exemple). Dans cette catégorie, le cas le plus important est l’introduction de la religion chrétienne auprès des Indiens au moyen de missionnaires, de construction d’églises, de cérémonies (messes, processions, baptêmes, etc.), de paroles de prêtres (sermons, homélies, prêches), et, bien entendu, d’imprimés (Bibles, catéchismes en langues indiennes, images pieuses et textes de prières, etc.).

6Parmi les innombrables transferts culturels, qui ont eu lieu d’Europe vers l’Amérique, nous laisserons de côté des questions pourtant importantes comme celle du livre et de la lecture — qui a, d’ailleurs, été l’objet de nombreux travaux, et qui continue à susciter heureusement l’attention des chercheurs. Pour notre part, nous nous intéresserons ici à un seul domaine, celui de la presse périodique. Et plus précisément à la transmission (et à la réception) du savoir-faire que représente le fait de publier des journaux. Nous verrons que nous allons retrouver, dans cet examen, bien des points précédemment évoqués.

II – Des transferts intéressés

7Nous observerons, pour commencer, que la notion de “transfert” que Michel Espagne voit comme n’ayant pas « de valeur prédéterminée » en a bien une, en réalité : ce transport (d’objets, de personnes, de techniques, de savoir-faire) d’un endroit à un autre n’a rien de neutre, puisqu’il s’agit, selon la formule du Trésor de la Langue française, pour un pays plus développé — La présence du terme contraire dans le deuxième membre de la phrase implique ipso facto que cette notion est clairement sous entendue —, pour un pays plus développé donc, selon la formule employée, de transmettre à un pays « moins développé » toutes ces choses qui lui manquent parce qu’il ne les possède pas ou ne les domine qu’insuffisamment. C’est le cas, par exemple, de ce que l’on appelle, de nos jours, les transferts de technologie.

8Le mouvement va du pays qui a un plus vers un autre qui a un moins ou qui est censé avoir un moins. Celui qui a offre à celui qui n’a pas, le “riche” fait un geste en faveur du “pauvre”. Dit comme cela, se dégage une impression première et spontanée de générosité, … trompeuse, puisqu’en réalité il n’est écrit nulle part qu’il s’agisse d’un don gracieux. En effet, le donneur peut très bien trouver à ce transfert un intérêt moral ou politique ; mais aussi économique, car cette transmission peut très bien — et ce sera la plupart du temps le cas — se faire sous forme d’échange ou de vente. Autrement dit, si le donneur semble faire un geste en faveur du moins bien loti, c’est que, le plus souvent, il y trouve, lui aussi, son compte.

  • 3  GUINARD, Paul.-J., La presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d’un genre. Pari (...)

9C’est ce qui se passe lors du passage du savoir-faire journalistique de France en Espagne où des journalistes-éditeurs français viennent investir dans la presse périodique péninsulaire, espérant y faire de bons et gros bénéfices. Si l’on regarde la situation de cette première presse espagnole, on constate que, comme ses homologues ailleurs en Europe, elle est alors un excellent moyen pour s’enrichir. P.-J. Guinard rappelle dans son livre pionnier sur la presse périodique espagnole du siècle des Lumières que celle-ci « avait alors la réputation de faire de l’argent »3. Ainsi Cladera se vantait de réaliser 100 000 réaux de gains annuels avec son Espíritu de los mejores diarios, et la Gaceta de Madrid, avec un profit de 120 %, confirmait cette tendance bénéfique.

  • 4  Voir CLÉMENT, Jean-Pierre, « Aproximación al Diario de Lima (1790-1793) y a Jaime Bausate y Mesa, (...)

10La même ambition intéressée a présidé au transfert en Amérique du concept de quotidien : lorsqu’il passa de la Péninsule au Nouveau Monde, Jaime Bausate y Mesa sortait d’une expérience de rédacteur (compositor) du Diario de Madrid. La réussite de cette entreprise le poussa à transférer son savoir-faire au Pérou. S’étant installé dans la capitale vice-royale, il fut étonné par la torpeur intellectuelle qui y régnait et lança donc, très vite après son arrivée, son Diario de Lima, premier quotidien de l’Amérique espagnole. Cependant, qu’on ne s’y méprenne pas : son geste n’était en rien une aide aux malheureux Créoles péruviens, mais répondait à une volonté toute personnelle de faire fortune. Hélas ! pour lui, les choses ne tournèrent pas comme il l’espérait et la réussite commerciale du début se transforma assez vite en fiasco4.

  • 5  CLÉMENT, Jean-Pierre, El Mercurio Peruano, 1790-1795, vol. I : Estudio, Francfort, Vervuert ; Madr (...)

11On retiendra tout de même de cette expérience liménienne le fait que l’état d’esprit “entrepreneurial” a joué un rôle moteur dans ce type d’aventure. Effectivement, de jeunes Créoles liméniens éclairés se réunissaient régulièrement à cette même époque — et depuis des années — au sein d’une société économique d’amis du pays et discutaient de façon ordonnée et sérieuse (thèmes de réflexion distribués par avance, par exemple) de l’avenir de leur pays. Ce n’est qu’à la vue des exemplaires du Diario de Lima, lancé par Jaime Bausate en 1790, qu’encouragés par cet exemple et aussi un peu par jalousie intellectuelle et sociale, ils se décidèrent à publier eux aussi le fruit de leurs travaux. L’enthousiasme de l’un entraîna l’enthousiasme des autres, qui donna naissance à un journal, le Mercurio Peruano (1790-1795), qui connut, au moins dans les premiers temps, un très beau succès, comme le prouvent ses tirages qui oscillèrent, selon les moments, entre 400 à 575 exemplaires5, chiffres remarquablement élevés pour l’époque et le lieu.

12Ce dernier journal servit très vite à son tour de modèle, incitant d’autres jeunes Créoles d’autres “royaumes” américains à se lancer dans semblable aventure — le Papel Periódico de la Ciudad de Santa Fe de Bogotá (1791-1797) et les Primicias de la Cultura de Quito (1792) —, même si, il faut le reconnaître, à mesure que l’on s’éloignait du schéma de départ, l’envie de parler de son terroir finissait par s’estomper devant les difficultés financières et politiques de l’entreprise.

13Le transfert culturel, d’imposé par l’extérieur (le pouvoir central), comme dans le cas des gazettes officielles dont nous allons bientôt parler, devint alors sollicité par les colonies : les élites de Nouvelle-Grenade et de la Présidence de Quito avaient ressenti le manque d’un journal qui pût parler de ce qui les concernait et décidèrent assez logiquement de prendre le Mercurio de leurs collègues liméniens comme modèle. On a là ce que l’on pourrait appeler un transfert culturel par aspiration.

14Cela étant dit, le fait que la chose transférée soit (très souvent) un objet matériel ou encore un savoir-faire vite concrétisé en objet matériel, fait qu’en même temps le transfert culturel possède souvent une dimension économique. Il n’en demeure pas moins que cette dimension n’est pas la seule : il existe, en particulier, une dimension politique qu’il est impossible de passer sous silence.

III – La supériorité du donneur

15Mais revenons à la très riche définition donnée par le Trésor de la Langue française ; entre autres choses, elle dit assez clairement qu’il y a, dans le transfert, une relation entre deux mondes (deux pays, deux nations, deux populations, deux civilisations, etc.), dans laquelle l’un est vu comme supérieur à l’autre, ou se pense, se considère ou est considéré comme tel. Rappelons en effet que, pour cet excellent dictionnaire, dont le but est simplement d’enregistrer les emplois des mots, nous avons à faire à la « transmission d’un pays à un autre, moins développé […] de savoir-faire, de recettes […] », en particulier dans le secteur socioculturel. Intervient alors — davantage encore que dans le cas de transfert commercial ou économique — la notion implicite de supériorité, ici de supériorité culturelle, qui entraîne celle, subséquente, de supériorité politique. C’est là le sentiment de tous les conquérants et, pour ce qui nous intéresse, des Espagnols lors de la conquête du Nouveau Monde.

16Résumant la position des conquistadores espagnols, défendue par Sepúlveda, Manuel García-Pelayo écrit, dans l’introduction au célèbre Traité de cet auteur sur la juste guerre contre les Indiens :

  • 6  « La primera justificación de la guerra con los indios está constituida por el cumplimiento de la (...)

« La première justification de la guerre avec les Indiens est constituée par le respect de la loi naturelle, entendue au sens aristotélicien […] de domination de ce qui est parfait sur ce qui est imparfait, domination qui n’a pas comme but le profit du vaincu, mais l’élévation morale et matérielle du vaincu. »6

  • 7  GERBI, Antonello, La disputa del Nuevo Mundo. Historia de una polémica (1750-1900), Mexico, Fondo (...)

17Toutefois, malgré des déclarations de principe comme celle-là, le système colonial que mirent en place les Européens était fait pour que les diverses métropoles pussent tirer le meilleur parti possible de leurs colonies respectives, appliquant plutôt, dans les faits, le mot d’ordre romain de Vae victis !, « Malheur aux vaincus ! ». Vaincus dont l’infériorité était bien évidente pour les colonisateurs, tout comme était incontestable pour eux leur supériorité de vainqueurs. Toute la vie coloniale fut rythmée par cette conception des relations humaines. A partir de là, la société d’Ancien Régime allait être une société extrêmement hiérarchisée. Et aux Indes, à la hiérarchie sociale initiale, héritée de la Péninsule, s’ajouta le phénomène de la hiérarchisation géographique : l’Espagne était supérieure à l’Amérique. La notion même de Nouveau Monde s’opposait implicitement à celle d’Ancien Monde…, ce dernier étant forcément supérieur, puisque le savoir (et ce qui en découle : le savoir-faire, la sagesse, la civilisation, etc.) était le fruit d’une accumulation due aux apports des générations successives qui avaient, chacune à leur tour, apporté leur pierre à cette construction. On pensait qu’il en allait tout différemment en Amérique qui était un monde souvent considéré comme trop jeune — On n’imaginait pas, bien sûr, à l’époque la grande ancienneté de certaines civilisations précolombiennes —, encore insuffisamment formé, aussi bien sur le plan intellectuel que sur le plan social ou moral. Ce fut, d’ailleurs, la théorie défendue par Buffon dans le débat intitulé « la dispute du Nouveau Monde »7, qui agita les penseurs surtout dans la seconde moitié du xviiie siècle, c’est-à-dire au moment où allaient être publiés les principaux grands journaux des colonies espagnoles d’Amérique dans lesquels les Créoles allaient jouer un rôle prépondérant. Il semble bien que cette concomitance ne soit pas l’effet du seul hasard.

  • 8  Ce livre a connu, au moins, 10 éditions, toutes en français : Berlin, 1768-1769 ; Berlin, 1770 ; B (...)

18Rappelons également que le plus célèbre — et le plus abominable — de ces philosophes, Cornelius De Pauw, affirmait péremptoirement dans ses Recherches philosophiques sur les Américains, amplement diffusées8, que le continent était non pas trop jeune, mais dégénéré et tout ce qui y vivait aussi. Des Indiens il écrivait les délicatesses suivantes :

  • 9  DE PAUW, Cornelius, Recherches philosophiques sur les Américains, Berlín, G. J. Decker, vol. II, 1 (...)

« Supérieurs aux animaux, parce qu'ils ont l'usage des mains et de la langue, ils sont réellement inférieurs au moindre des Européens ; privés à la fois d'intelligence et de perfectibilité, ils n'obéissent qu'aux pulsions de leur instinct. »9

19Et quelques pages plus loin :

  • 10  Ibid., p. 155. « Il est consternant de devoir dire qu’au moment le plus excessif de la Révolution, (...)

« Quand les Européens arrivèrent aux Indes occidentales, dans le quinzième siècle, il n’y avait pas un Américain qui sût lire ou écrire ; il n’y a pas encore de nos jours un Américain qui sache penser. »10

20Quant aux Créoles, leur appartenance à la race blanche ne les mettait pas à l’abri de ses jugements catégoriques, d’autant plus qu’on les tenait souvent pour des sang-mêlé. Voici, par exemple, comment De Pauw voyait l’un des plus emblématiques d’entre eux, le chroniqueur-historien Garcilaso de la Vega el Inca :

  • 11  Ibid., p. 155.

« Quelque borné qu’ait été ce Métis, il est certain qu’un véritable Américain n’aurait jamais été en état de composer une page dans le style et dans [le] goût de ce Garcilaso, qui n’aurait point écrit, s’il n’avait eu un Européen pour père. » 11

21Il est bien évident que, dans de telles conditions, les Espagnols d’Amérique, les Créoles, du xviiie siècle ne pouvaient que se sentir inférieurs aux Espagnols d’Espagne, surtout qu’à la fin de cette période, on les écartait de plus en plus des postes à responsabilité (moins de nominations comme oidores, gouverneurs, intendants ou prélats).

22Cette situation d’infériorité politique et sociale les amena à recevoir — parfois même à subir — les transferts culturels comme quelque chose de normal. Un bon exemple nous est fourni par ce que l’on peut appeler les journaux officiels.

  • 12  ROSSAT-MIGNOD, S[uzanne], « Situation matérielle et sociale des écrivains », dans Pierre Abraham e (...)

23Au commencement de toute l’histoire, on trouve le Poitevin Théophraste Renaudot, qui publia à Paris en 1631 le premier périodique un tant soit peu régulier, la Gazette. Celle-ci allait connaître plusieurs transferts. D’abord, internes à la France, puisque, Richelieu, comprenant très vite l’intérêt politique de cette invention, obligea l’auteur, en le menaçant de lui supprimer ses pensions, à se soumettre au pouvoir royal12, que lui-même contrôlait. L’État français put alors publier dans ce journal les communiqués destinés à exposer et à défendre sa politique et, particulièrement, sa politique extérieure. Plus tard, en 1762, sous le ministère de Choiseul, les descendants de Renaudot vendirent à l’État le droit de publication du journal qui prit à partir de là le titre de Gazette de France, marquant ainsi clairement l’emprise des autorités sur l’information.

24On retrouve ce phénomène dans d’autres pays européens et, tout spécialement en Espagne où le gouvernement fit publier une Gaceta de Madrid qui devint, semblablement à sa grande sœur française, la voix du pouvoir politique. La conservation-adaptation du titre était d’ailleurs tout un programme ! Ici encore il s’agissait d’un transfert culturel par aspiration : les autorités péninsulaires voulaient à tout prix avoir à leur service un tel instrument de propagande dont elles avaient compris la grande utilité.

25Mais comme les gouvernants espagnols régnaient sur un vaste empire, ils allaient également souhaiter bénéficier de ce magnifique outil pour peser sur les territoires qu’ils dominaient outre-mer. C’est pour cette raison qu’ils allaient y faire créer par leurs représentants des gazettes officielles un peu partout. On eut ainsi la Gaceta de México (1722-1742, puis 1784-1821), la Gaceta de Guatemala (1729, et 1731-1814), la Gaceta de Lima (1743-1821, avec bien des interruptions), ou encore celle de La Havane qui porta d’abord le curieux nom de Bandera de la Homeopatía (1756-1758) avant de prendre celui, plus normal, de Gaceta de La Habana (1764, et 1782-1783).

  • 13  Voici quelques exemples, tirés de la Gaceta de Lima : sur les 9 pages du n° 3 (26 avril-6 juin 175 (...)

26Il est bien évident que, lorsque cette conception du journal-organe du gouvernement passa en Amérique, les avatars qui s’y développèrent et que nous venons de mentionner ne furent rien d’autre que les copies conformes de leur modèle madrilène. C’est pourquoi, lorsqu’on examine le contenu de ces gazettes américaines, on observe qu’elles ne donnaient de nouvelles que de l’Ancien Monde (Espagne, France, Angleterre, Hollande, Russie, Empire ottoman etc.) et jamais, ou presque jamais, d’informations concernant le Nouveau13. Ce qui fit dire avec dépit au Mercurio Peruano, lorsqu’il se lança dans le grand bain journalistique :

  • 14  « más nos interesa el saber lo que pasa en nuestra Nación, que lo que ocupa al canad[i]ense, al la (...)

« il nous intéresse plus de savoir ce qui se passe dans notre Nation que ce qui occupe le Canadien, le Lapon ou le musulman. »14

27Ce que les autorités péninsulaires n’ont pas bien vu, c’est que, dans un transfert culturel, le pays récepteur est toujours — plus ou moins, mais toujours — différent du pays d’où vient la nouveauté. C’est ce que fait remarquer avec raison Michel Espagne :

  • 15  ESPAGNE, Michel, Les transferts culturels franco-allemands, op. cit., p. 286.

« Il (le transfert culturel) sous-entend une transformation en profondeur liée à la conjoncture changeante de la structure d’accueil. »15

28Un transfert culturel à l’identique, un décalque a donc peu de chances de réussir à s’implanter dans son nouveau terroir, s’il ne s’adapte pas aux conditions matérielles et humaines nouvelles. Le cas des Gacetas américaines est exemplaire sur ce point : à force de ne leur voir donner de nouvelles que d’Europe (c’est-à-dire de ce qui préoccupait la Métropole), les lecteurs américains finirent par déserter, et ces journaux officiels, devenus financièrement déficitaires, cessèrent d’exister les uns après les autres. Les autorités essayèrent bien de les relancer, en particulier en y insérant de plus en plus d’informations intéressant les Indes, mais le mal était fait et lorsqu’on observe de près ces publications et leur évolution on a l’impression d’être devant les soubresauts d’un animal frappé à mort, pour lequel les efforts de réanimation sont désormais vains. Très représentative de ce phénomène est la Gaceta de Lima dont l’existence (1743-1767, 1792-1793, 1795, 1798-1804, 1805-1810 y 1810-1821) a été, on le voit, ponctuée d’un grand nombre d’interruptions, parfois très longues ; et elle eut beau changer de nom et se déguiser en Minerva Peruana (épisode de 1805-1810), les lecteurs étaient toujours aux abonnés absents, car le journal par son ton, par son contenu était reconnaissable entre tous. Tous les périodiques de ce type durent donc financièrement être portés à bout de bras par les autorités, jusqu’à ce que, au bout du compte, la situation ne fût plus tenable et que leur disparition devînt inéluctable.

IV – Adopter c’est adapter

29Ce que les autorités péninsulaires, aveuglées par leur sentiment inconscient de supériorité, n’ont pas bien saisi, c’est que, malgré la masse gigantesque des transferts de toutes sortes dont elles inondaient l’Amérique, celle-ci ne se construisait pas exactement à l’identique de la société-mère. En effet, les conditions matérielles et humaines particulières aux Indes faisaient que les apports venus d’Espagne ne pouvaient souvent être adoptés tels quels et que bien des adaptations furent nécessaires. Cela donna donc naissance à un monde qui n’avait jamais mieux mérité son nom de « Nouveau Monde », car il n’était plus le monde américain ancien (précolombien), ni non plus le monde européen tel qu’il existait dans la Péninsule. Par le fait, ce Nouveau Monde était donc un monde composite, un monde métis… et pas seulement au niveau ethnique.

30Le grand échec des Gacetas vint de ce qu’elles étaient, par leur contenu, presque exclusivement, puis, plus tard, très majoritairement centrées sur l’Ancien Monde, et donc très éloignées des préoccupations des lecteurs américains potentiels. Ce n’était pas l’apport culturel que représentait la presse périodique qui était rejeté, mais la conception politique qui prévalait à l’élaboration de celle-ci et que révélait son contenu. Plus même, l’existence de ce type de presse fit percevoir aux Créoles l’intérêt des journaux, mais elle leur fit, en même temps, bien ressentir le manque qu’ils avaient d’une presse qui leur pût parler. Cette erreur de jugement du pouvoir, loin d’écarter la population américaine sachant lire de la presse périodique, lui fit au contraire regretter que celle qu’on lui proposait fût si « lointaine », c’est-à-dire aussi éloignée de la réalité du territoire où elle était publiée et de ce qui intéressait ses habitants.

31Dans le monde hispanique, la première grande et belle réaction fut celle des Créoles liméniens. Ceux-ci se lancèrent avant ceux des autres « royaumes » de l’Empire dans l’aventure journalistique. Probablement parce qu’ils tenaient dans les instances supérieures de la vice-royauté (Audience, par exemple, ou Université) une place proportionnellement plus importante que celle qu’occupaient, dans les leurs, leurs homologues de Mexico ou d’ailleurs. Toujours est-il qu’ils réussirent à éditer pendant plus de quatre années un passionnant périodique bi-hebdomadaire, dont le succès fut incontestable. La raison tient à ce qu’ils firent le contraire de ce que faisaient les auteurs de la Gaceta de Lima : ils parlèrent de ce qui pouvait intéresser les habitants du Pérou sachant lire : l’histoire des monuments péruviens, les progrès de la science (en particulier de la médecine et de la botanique), les grands thèmes de l’économie (les mines, le commerce maritime, la production agricole), l’analyse de la société (locale), la description des provinces intérieures (Remarquons sur ce point que le journal, contrairement à l’habitude du temps, s’intitulait Mercurio Peruano et non Mercurio de Lima). Et ce, en liant toujours ces sujets au Pérou ou, à la rigueur, à l’Amérique.

  • 16  « Carta escrita a la Sociedad sobre el origen, e inteligencia de la palabra Suscripción », M. P., (...)
  • 17  GUINARD, Paul-J., La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., pp. 64-66.

32A cela s’ajoutait une formidable organisation de la rédaction ; c’en était fini des auteurs quasi uniques, pratique alors très répandue dans les journaux métropolitains et même européens en général : les mercuristas furent regroupés en ce que l’on pourrait appeler des équipes rédactionnelles par thèmes (Histoire, Économie, Sciences, etc.), qui se réunissaient entre elles, puis en des sortes de conférences de rédaction où les sujets des articles étaient d’abord répartis, et, plus tard, leurs textes discutés. Enfin, disons que les responsables de ce journal se préoccupèrent aussi des questions techniques, ayant le souci de s’adresser à la meilleure imprimerie de la ville, veillant au choix des caractères, publiant des documents (comme la merveilleuse carte de missions en Amazonie du Père Sobreviela) ; et adoptant tout de suite le système de l’abonnement : procédé pourtant encore peu répandu, la souscription, qui avait été utilisée pour la première fois à l’occasion de la publication de la Bible polyglotte dirigée par Brian Walton en 1657, était passée d’Angleterre en Hollande et de là en France16. Ce transfert à la fois économique et culturel, puisqu’il touche à l’économie des biens culturels, atteignit l’Espagne au milieu du xviiie siècle ; c’était donc un procédé relativement nouveau en terre hispanique et, d’ailleurs, le journaliste espagnol Nipho avait eu du mal à le faire accepter pour son célèbre Cajón de Sastre en 176117.

33Bref, les mercuristas ont su recevoir le transfert culturel que représentait la presse périodique, mais ils ont également su, comme leur réussite le prouve, l’adapter à la société dans laquelle ils vivaient.

  • 18  Entre autres, Agustín de Ibarra, Joaquín de Santa Cruz de Mopox, Antonio Robredo et le médecin Tom (...)

34D’autres journaux furent fondés, selon de semblables principes, des journaux plus modestes certes, mais comparables. Par exemple le Papel periódico de La Habana qui fut publié par ce que ses auteurs appelaient une « commission de rédaction » regroupant les meilleurs esprits éclairés de Cuba18. Il réussit à tenir une quinzaine d’années (1790-1805), parce que lui aussi offrait aux lecteurs de l’île des articles qui traitaient de sujets qui les touchaient de près. C’est un autre excellent cas d’adaptation heureuse du transfert culturel qu’est la presse.

35En revanche, un journal comme le Papel Periódico de Santa Fe de Bogotá, qui ne disposait pas d’un tel ensemble de rédacteurs ne connut pas le succès : c’est que son équipe, réduite au minimum, ne lui permettait pas d’offrir un assez vaste éventail de thèmes, comme l’expliquait, tout en le complimentant, le Mercurio Peruano :

  • 19  « El sabio patriota Autor de esta empresa […] camina al mismo fin que nosotros. Sin entrar en toda (...)

« Le sage patriote, Auteur de cette entreprise, […] a le même but que nous. Sans entrer dans toute la variété et l’étendue des matières qu’embrasse le Mercurio, il s’en tient à la partie morale, politique et économique […], à laquelle il ajoute, en plus des nouvelles particulières, quelque trait ou un petit discours, grâce auquel il rend son journal plus amène et agréable. Il travaille seul, et sans autre aide que celle des rares textes qui lui ont été jusque-là envoyés ; pour le reste, il montre bien l’étendue de ses lumières et la profonde pénétration de son talent, capable de tâches pour lesquelles un seul homme semble ne pas suffire »19.

36Un autre type d’adaptation réussie de ce transfert culturel qu’est la presse périodique nous est offert par le Mexicain José Antonio Alzate. Certes, la chose ne lui fut pas aisée, et il dut s’y prendre à plusieurs reprises, créant d’abord le Diario Literario de México (1768, 8 numéros), puis les Observaciones sobre la física, historia natural y artes útiles (1787, 14 numéros). Mais sa troisième tentative fut enfin couronnée de succès, puisque sa Gaceta de Literatura de México fut publiée de 1788 à 1797, l’œuvre représentant trois volumes et plus de 500 articles. Remarquons que le qualificatif “literario” signifie “scientifique” et “Literatura” “Science”, tout comme, à la même époque, l’expédition astronomique de Bouguer-La Condamine qui mesurait le méridien terrestre sur l’équateur du Pérou était qualifiée de “littéraire” dans les textes français. L’auteur choisit de ne publier dans son journal que des articles touchant à la Science ; mais en y regardant de près, on observe que ces textes traitaient presque exclusivement de sujets qui avaient trait au Mexique (sa flore, sa faune, son histoire naturelle, ses maladies, ses phénomènes naturels, sa population, etc.). Malgré la spécialisation qui, à première vue limitait le lectorat possible, il est clair que c’était là une attitude clairement opposée à la conception qui prévalait dans les Gacetas et qu’elle était finalement assez proche de celle recherchée par les auteurs du Mercurio Peruano, et qui consistait à faire connaître le pays à ses habitants et à les éclairer.

37Ces adaptations, à la fois différentes et similaires dans les deux vice-royautés, nous permettent de revenir à nos définitions initiales. Les dictionnaires y parlent de la transmission d’un droit de propriété. C’est, bien sûr, précisément le cas, lorsqu’il s’agit de finances ou d’économie. Cependant, on peut élargir un peu cette notion de “propriété” et dire que, dans bien d’autres cas — en particulier, lorsqu’il est question de savoir-faire, de pratique, de comportement, de relations humaines et sociales, etc. —, nous observons que le transfert revient — ce qui est d’ailleurs une conséquence du droit de propriété — à une transmission de la maîtrise de la chose transférée, car posséder une chose, c’est s’en servir (ou avoir le droit de s’en servir).

38Autrement dit, le receveur fait sienne la chose transmise, l’adopte et, bien évidemment, l’adapte à ses besoins matériels, culturels, sociaux, etc., ou aux impératifs qu’impose la réalité de son environnement. C’est très exactement ce qui s’est passé pour la presse périodique : l’Europe a transféré ce concept en Amérique, mais il n’est devenu viable, dans ses nouvelles conditions d’existence, que lorsqu’il s’est adapté à celles-ci, comme le montrent d’un côté l’échec des Gacetas officielles et de l’autre le succès de périodiques bien ancrés dans leur milieu : la Gaceta de Literatura de Mexico ou le Mercurio Peruano de Lima ou encore, un peu plus tard (1801-1802), El Telégrafo mercantil y rural de Buenos Aires.

39La science, très présente dans ces périodiques et dans d’autres comme les Primicias de la Cultura de Quito (1792) du médecin Eugenio Espejo ou, par la suite, le Semanario de Nueva Granada (1808-1811) du scientifique José de Caldas nous sert de transition pour pousser plus loin cette question de l’adaptation.

40Ces savants, ces élites américaines allaient faire leurs les connaissances et les méthodes transmises par les Européens soit par contacts directs lors des expéditions scientifiques qui furent menées sur le sol américain, soit par les livres, soit par la correspondance (le Néo-Grenadin Mutis, par exemple, correspondit en latin pendant des années avec le grand naturaliste suédois Linné). Ils adoptèrent tous ces apports, les adaptèrent à leur continent et, au bout du compte, la connaissance qu’ils en tirèrent leur permit de prendre véritablement possession du pays où ils avaient vu le jour.

  • 20  J. Chenu, “Littérature scientifique et esprit des Lumières en Nouvelle-Grenade”, 1974.

41Jeanne Chenu a montré la première, dès 1974, l’importance politique de cette génération de savants créoles20. J’ajouterais que ces gens-là, en grande partie formés par des scientifiques étrangers, ont, à leur tour, essayé de transmettre leur savoir-faire et leur connaissance du pays à leurs compatriotes. Pour cela ils ont utilisé comme vecteur principal, la presse périodique.

42Un journal que nous qualifierions aujourd’hui de “généraliste”, comme le Mercurio Peruano, consacra ainsi un quart de sa surface imprimée à des articles scientifiques. Il alla même, tant son désir d’informer ses compatriotes était grand, jusqu’à publier, en 1793, une traduction in-extenso de la (nouvelle) nomenclature chimique de Lavoisier, Fourcroy et Guyton de Morveau, présentée peu d’années auparavant (1787) à l’Académie des Sciences de Paris et promise à un grand avenir, certes, mais tout de même très peu grand public.

43Cette presse de fin de siècle allait dans le sens de l'honneur “national”, car elle montrait l'étendue des richesses naturelles de la colonie où elle était publiée, et en même temps la capacité des hommes du terroir à la dominer, à y développer la pratique scientifique et les applications techniques au profit de la population. C'était là, plus ou moins consciemment, une réponse “par le haut” aux détracteurs de l'Amérique, dont Cornelius De Pauw était le représentant le plus haï, même s'il était loin d'être le seul à mériter l'opprobre. C'était le sens de la présentation que faisait Alzate de sa Gaceta de Literatura de México :

  • 21  « exponer el progreso de las artes, la historia natural que tantos portentos presenta en nuestra A (...)

« exposer le progrès des arts, l’histoire naturelle qui offre tant de prodiges dans notre Amérique […], la vie et les faits des hommes qui ont illustré notre Nation Hispano-Américaine, [et] donner à comprendre les nombreux trésors que la nature a attachés à la Nouvelle-Espagne. »21

44Les journaux, forts de cette découverte de l’Amérique par les Américains, devinrent peu à peu des organes porteurs de revendication prénationaliste, puis nationaliste, et enfin de propagande pendant la guerre d’Indépendance. Le transfert culturel de la presse périodique, avec les Gacetas, avait eu pour but d’ériger celle-ci en instrument politique au service du pouvoir espagnol ; après une longue évolution, elle achevait son cycle en revenant à son point de départ : elle était redevenue une arme politique, mais en chemin elle s’était retournée contre son fournisseur initial.

45Il n’y a pas de transfert innocent.

Haut de page

Bibliographie

ALZATE, José Antonio, Gaceta de Literatura de México, Mexico, 1788-1795.

BAUSATE Y MESA, Jaime, Diario de Lima, Curioso, Erudito, Económico y Comercial, Lima, impr. de los Niños Expósitos, 1790-1793. — B. N. Pérou, XP 985.205 D6.

CHENU, Jeanne, « Littérature scientifique et esprit des Lumières en Nouvelle-Grenade », Actes du IXe Congrès de la Société des Hispanistes Français de l’Enseignement Supérieur, Dijon, Université, 1974, pp. 45-77.

CLÉMENT Jean-Pierre, « Aproximación al Diario de Lima (1790-1793) y a Jaime Bausate y Mesa, su autor », El Argonauta Español, n° 3-juin 2006 : http://argonauta.imageson.org/document82.html

CLÉMENT, Jean-Pierre, El Mercurio Peruano, 1790-1795. vol. I : Estudio. Francfort, Vervuert ; Madrid, Iberoamericana, 1997.

DE PAUW, Cornelius, Recherches philosophiques sur les Américains, Berlín, G. J. Decker, 1768-1769, 2 vols.

ESPAGNE, Michel, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999.

Gaceta de Lima […] Lima, Impr. de la calle de San Ildefonso, 1743-1767. — B. N. Pérou, XP 985.033 G1. — Voir aussi Temple, Ella Dunbar.

GERBI, Antonello, La disputa del Nuevo Mundo. Historia de una polémica (1750-1900), Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1960.

GUINARD, Paul-J., La presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d’un genre. Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973.

JOYEUX-PRUNEL, Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèse, Paris, Presses de la Sorbonne, 2002, n° 1, pp. 149-162.

MÉNDEZ Y LACHICA, Fray Tomás de, « Progresos del papel Periódico […] de Bogotá », Mercurio Peruano, vol. III, nos 87-88, 3 nov. 1791, pp. 164-179.

Mercurio Peruano, Lima, Impr. de los Niños Expósitos, 1791-1795, 12 vols. — Éd. fac-simil : Lima, Biblioteca Nacional del Perú, 1964-1966, 12 vols.

ROSSAT-MIGNOT, S[uzanne], « Situation matérielle et sociale des écrivains », dans Pierre Abraham et Roland Desné (dir.), Histoire littéraire de la France, vol. 3 : "1600-1660". Paris, Éditions Sociales, 1975, pp. 85-91.

SEPÚLVEDA, Juan Ginés de, Tratado sobre la justa guerra contra los indios, éd. de Manuel García-Pelayo [1941], Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1979.

TEMPLE, Ella Dunbar, La Gaceta de Lima del siglo XVIII Facsímiles de seis ejemplares raros de este periódico. Lima, Universidad de San Marcos, 1965.

Haut de page

Notes

1  JOYEUX, Béatrice, « Les transferts culturels. Un discours de la méthode », Hypothèse, Paris, Presses de la Sorbonne, 2002, n° 1, pp. 149-162.

2  ESPAGNE, Michel, Les transferts culturels franco-allemands, Paris, PUF, 1999, p. 286.

3  GUINARD, Paul.-J., La presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d’un genre. Paris, Centre de Recherches Hispaniques, p. 57.

4  Voir CLÉMENT, Jean-Pierre, « Aproximación al Diario de Lima (1790-1793) y a Jaime Bausate y Mesa, su autor », El Argonauta Español, n° 3-juin 2006 : http://argonauta.imageson.org/document82.html

5  CLÉMENT, Jean-Pierre, El Mercurio Peruano, 1790-1795, vol. I : Estudio, Francfort, Vervuert ; Madrid, Iberoamericana, 1997.vol. I, pp. 44-46.

6  « La primera justificación de la guerra con los indios está constituida por el cumplimiento de la ley natural, entendida en el sentido aristotélico […] de dominio de lo perfecto sobre lo imperfecto, dominio que no tiene como fin la ventaja del vencido, sino la elevación moral y material del vencido. » (Manuel García-Pelayo, Introduction à SEPÚLVEDA, Juan Ginés de, Tratado sobre la justa guerra contra los indios, [1941], Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1979, pp. 28-29).

7  GERBI, Antonello, La disputa del Nuevo Mundo. Historia de una polémica (1750-1900), Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1960.

8  Ce livre a connu, au moins, 10 éditions, toutes en français : Berlin, 1768-1769 ; Berlin, 1770 ; Berlin, 1771 ; Londres, 1771 ; Berlin, 1772 ; Clèves, 1772 ; Londres, 1774 ; Berlin, 1777 ; Paris, 1794 et Paris, an III (1794-1795)

9  DE PAUW, Cornelius, Recherches philosophiques sur les Américains, Berlín, G. J. Decker, vol. II, 1769, Section I, « Du génie abruti des Américains », p. 154.

10  Ibid., p. 155. « Il est consternant de devoir dire qu’au moment le plus excessif de la Révolution, cet homme a été fait “citoyen d’honneur de la République française” ! »

11  Ibid., p. 155.

12  ROSSAT-MIGNOD, S[uzanne], « Situation matérielle et sociale des écrivains », dans Pierre Abraham et Roland Desné (dir.), Histoire littéraire de la France, vol. 3 : « 1600-1660 », Paris, Éditions Sociales, 1975, vol. 3, p. 87.

13  Voici quelques exemples, tirés de la Gaceta de Lima : sur les 9 pages du n° 3 (26 avril-6 juin 1757), 6 sont consacrées à l’étranger (surtout à la Pologne et à l’Europe Centrale) ; dans le n° 3 (8 mars-28 avril 1759), ce sont 6 pages, sur les 8 que compte la livraison, qui traitent de l’Europe, et 2 de Lima et du Pérou ; dans le n° 11 (14 mars-14 mai 1764), les informations européennes occupent encore 5 pages et demie et celles du Pérou 2 et demie ; et enfin dans le n° du 27 octobre au 16 décembre 1776, la moitié des pages informent encore le lecteur des événements de l’Ancien Monde (Temple, La Gaceta de Lima, Appendice). On a, par exemple, une multitude de nouvelles concernant le Canada (Gaceta de Lima, n° du 27 octobre au 16 décembre 1776, p. 3), de Constantinople, de Vienne, de Londres, des « Moscovites et des Prussiens » (Ibid., n° du 8 mars au 28 avril 1759, p. 3)

14  « más nos interesa el saber lo que pasa en nuestra Nación, que lo que ocupa al canad[i]ense, al lapón o al musulmano (sic) », « Prospecto », Mercurio Peruano [Dorénavant, M. P.], vol. I, p. [5].

15  ESPAGNE, Michel, Les transferts culturels franco-allemands, op. cit., p. 286.

16  « Carta escrita a la Sociedad sobre el origen, e inteligencia de la palabra Suscripción », M. P., vol. III, p. 254.

17  GUINARD, Paul-J., La Presse espagnole de 1737 à 1791, op. cit., pp. 64-66.

18  Entre autres, Agustín de Ibarra, Joaquín de Santa Cruz de Mopox, Antonio Robredo et le médecin Tomás Romay Chacón.

19  « El sabio patriota Autor de esta empresa […] camina al mismo fin que nosotros. Sin entrar en toda la variedad y extensión de materias que abraza el Mercurio, limítase á la parte moral, política y económica […], á que sigue agregando ademas de las noticias particulares, uno ú otro rasgo, ó pequeño discurso, con que ameniza y hace mas agradable sus Papeles. Trabaja solo, y sin mas auxîlio que algunos pocos, que hasta aquí le han remitido ; en lo demas da bien á conocer la extensión de sus luces, y la profunda penetración de su talento, capaz de unas tareas para las que parecía no ser suficiente un solo hombre. » (Fray Tomás de Méndez y Lachica, « Progresos del papel Periódico […] de Bogotá », M.P., vol. III, n° 87, 3 nov. 1791, pp. 165-166).

20  J. Chenu, “Littérature scientifique et esprit des Lumières en Nouvelle-Grenade”, 1974.

21  « exponer el progreso de las artes, la historia natural que tantos portentos presenta en nuestra América […] la vida y los hechos de los hombres que han ilustrado a nuestra Nación Hispano-Americana, [y] dar a entender los muchos tesoros que la naturaleza tiene vinculados a la Nueva España », Gaceta de Literatura, « Prólogo », 1er janvier 1788, p. 1 et 22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Clément, « Réflexions sur la première presse de l’Amérique espagnole et les transferts culturels », El Argonauta español [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1202 ; DOI : 10.4000/argonauta.1202

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Clément

Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org