Navigation – Plan du site

In memoriam Lucienne Domergue

C’est avec tristesse que nous avons appris le décès, en avril dernier, de la grande spécialiste du XVIIIème siècle espagnol que fut Lucienne Domergue. Agrégée d’espagnol, ancien membre scientifique de la Casa de Velázquez, elle fit sa carrière à Toulouse-Le Mirail où, à une époque à laquelle il n’était pas d’usage de féminiser les titres et fonctions, elle fut successivement assistant, maître-assistant, puis professeur et professeur émérite et dirigea pendant un temps le prestigieux Département d’Etudes hispaniques et hispano-américaines de cette Université. N’étant pas de celles à qui les responsabilités administratives servent de prétexte pour renoncer à la recherche, elle publia, de 1971 à 2003, pas moins de 19 livres : 14 en qualité d’auteur principal, et cinq en tant qu’éditeur, comme on dit aujourd’hui. Cela, sans parler des innombrables articles qu’elle publia dans des revues scientifiques et qu’il serait utile de rassembler dans un seul ouvrage pour en faciliter l’utilisation par les chercheurs.

On est frappé par la variété de ses travaux : de la chronique des fêtes dans la Gaceta de Madrid de 1700 à 1759, à l’œuvre de Juan Goytisolo, en passant par les anarchistes ou l’exil républicain espagnol à Toulouse, Lucienne Domergue s’intéressa, avec la même pertinence, à tous les aspects de l’histoire de l’Espagne de la Guerre de Succession à nos jours. Mais, indubitablement, c’est dans l’étude du siècle des Lumières qu’elle affirma le plus nettement une compétence unanimement reconnue.

Pour entrer en recherche, Lucienne Domergue avait commencé par un coup de maître : son ouvrage sur Jovellanos à la société économique des Amis du Pays de Madrid (1778- 1795) qui fut l’objet de la thèse de troisième cycle qu’elle soutint en 1969 à l’Université de Toulouse devant un jury composé des professeurs Paul Mérimée (qui avait été son directeur de recherches) et Marcelin Défourneaux ainsi que de M. Lucien Dupuis. Publié deux ans plus tard, en 1971, l’ouvrage devait constituer l’un des fleurons de l’organe de diffusion dont s’était doté l’Institut d’Etudes Hispaniques, Hispano-américaines et Luso-brésiliennes de l’Université de Toulouse-Le Mirail : France-Ibérie Recherche. Suivirent Les démêlés de Jovellanos avec l’Inquisition et la Bibliothèque de l’Instituto (Oviedo, Cátedra Feijóo, 1971), Tres calas en la censura dieciochesca (Cadalso, Rousseau, prensa periódica) (Université de Toulouse-Le Mirail, 1981), Censure et lumières dans l’Espagne de Charles III (Paris, C.N.R.S., 1982), Le Livre en Espagne au temps de la Révolution française (Presses Universitaires de Lyon, 1984), Un tratado de educación ilustrado rechazado por la censura hacia 1780 (Salamanca, 1986), La Censure des livres en Espagne dans l’Espagne à la fin de l’Ancien Régime, Madrid, Casa de Velázquez, 1996), Goya : des délits et des peines (Genève, Droz, 2000), La España de la Ilustración (1700- 1833), en collaboration avec Jean-Pierre Amalric (Barcelona, Crítica, 2001) et L’Alcade et le malandrin : justice et société en Espagne au XVIIIe siècle, en collaboration avec Antonio Risco (Paris, Ophrys, 2001). Elle s’intéressa également aux répercussions de la Révolution française en Espagne, organisant à Toulouse, avec G. Lamoine, un colloque dont les actes furent publiés sous le titre de Après 89, la Révolution, modèle ou repoussoir (Presses universitaires du Mirail, 1992) et publiant de nombreux articles ou contribution à des ouvrages collectifs comme celui dirigé par Jean-René Aymes (España y la Revolución francesa, Barcelona, Crítica, 1989).

L’histoire de la presse n’a constitué qu’une partie de l’immense labeur de Lucienne Domergue. On retiendra toutefois l’édition bilingue qu’elle a réalisée avec Marie Laffranque des Cuentos de amor y otros cuentos anarquistas en ’La Revista Blanca’ 1898-1905 (Presses universitaires du Mirail, 2003) et la présentation qui accompagna ces textes. On retiendra surtout ses remarquables travaux sur la censure de l’Ancien Régime en Espagne, travaux pionniers sans lesquels notre connaissance de la presse espagnole du XVIIIème siècle et de ses rapports complexes au pouvoir politique serait bien incomplète.

El Argonauta español se devait de saluer la mémoire de celle qui fut, pour les uns, une amie, pour d’autres, un auteur fréquemment consulté, et pour tous, un maître.

Resquiescat in pace.

El Argonauta español

  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org