Navigation – Plan du site
Livraison janvier

Le baron de la Bruère : un patron de presse au temps des « Don Quichotte du monde philosophique »

Elisabel Larriba

Résumés

Le baron de la Bruère constitue assurément l’une des figures les plus marquantes et les plus originales de l’univers journalistique péninsulaire de la fin du XVIIIème siècle. Par une approche bien souvent mercantile de la presse (dont il maîtrise tous les rouages) et par son esprit d’entreprise, il offre un profil bien différent de ces journalistes qui, se sentant investis d’une mission, se posaient, dans l’Espagne des Lumières, en « Don Quichotte du monde philosophique » ou en « martyrs de la raison ». Le parcours de ce « patron de presse » avant la lettre, que nous avons partiellement reconstitué en mettant en avant ce que fut sa stratégie éditoriale, s’il est singulier n’en demeure pas moins significatif et nous éclaire sur la pratique du journalisme à la fin de l’Ancien Régime.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le 24 février 1791 furent interdits tous les périodiques exception faite des journaux officiels (Ga (...)

1Etre publiciste, ou du moins mettre sa plume au service de la presse, dans l’Espagne du XVIIIe siècle, plongée dans un clair-obscur fait de Lumières et d’obscurantisme, n’était pas chose aisée et relevait parfois de l’héroïsme. De fait, une kyrielle d’écueils jalonnait la route empruntée par ces pionniers du journalisme. Ils se devaient de conquérir un public encore balbutiant dont la défiance envers cette nouveauté que constituait la presse ne s’estompa qu’à la fin du siècle. Ils n’eurent d’autre choix que de composer avec les tergiversations d’un pouvoir qui les défendit parfois avec force mais n’hésita pas à les clouer au pilori lorsqu’il le jugea nécessaire, comme ce fut notamment le cas en 17911. De surcroît ils durent faire face au joug de la censure préalable tout en vivant avec la hantise de subir la vindicte inquisitoriale.

  • 2 Apologista universal (El). Obra periódica que manifestará no sólo la instrucción, exactitud y belle (...)
  • 3 Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, Madrid, Imprenta de Villalpando, 1797-180 (...)
  • 4 CASO GONZALEZ, José Miguel, « El Censor ¿Periódico de Carlos III ? », in El Censor. Obra periódica. (...)
  • 5 Sur Pedro Gatell consulter LARRIBA, Elisabel, De la lancette à la plume. Pedro Gatell y Carnicer : (...)

2Les motivations de ces hommes désireux de s’illustrer par les journaux et souhaitant intégrer par ce biais la République des Lettres étaient multiples et diverses. On ne saurait de ce fait établir le profil type du publiciste exerçant, dans l’Espagne de la fin de l’Ancien régime, ce qui n’était pas encore une profession mais une activité annexe. Certains, comme Fray Pedro Centeno, à qui l’on doit El Apologista universal (1786-1788)2, comptaient parmi ces « don Quichotte du monde philosophique » ou ces « martyrs de la raison » qui, selon l’autoportrait que voulut donner de lui-même El Censor (1781-1787), avaient choisi de faire partager au plus grand nombre possible leur quête de la vérité, poussés qu’ils étaient par leur désir de faire briller les Lumières sur l’Espagne. Mais c’est là une audace patriotique qu’ils payèrent parfois fort cher. D’autres, dont les rédacteurs du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808)3 ou bien encore ceux de El Censor (aux ordres du gouvernement, voire du souverain lui-même, à en croire la thèse audacieuse de José Caso González4), furent de zélés « employés » (comme on disait alors) soucieux de répondre à la commande qui leur était faite « par ordre supérieur ». Enfin, d’aucuns, dont Pedro Pablo Gatell y Carnicer (qui, après avoir troqué la lancette pour la plume, fonda en 1790 El Argonauta español5), tentèrent par leurs écrits d’attirer l’attention du Premier Secrétaire d’Etat pour justifier leurs demandes comme pretendiente et, accessoirement, se procurer quelques revenus. Trois attitudes qui semblent recouvrir la totalité des comportements des publicistes de la fin du XVIIIe siècle. Force est de constater que seule une étude d’ensemble, qui reste à faire, permettrait de cerner avec précision le profil de ces hommes de lettres qui s’inscrirent dans un collectif bigarré et de déterminer quelle fut leur condition au sein de la société de l’Ancien Régime. Mais ce souci de la globalité ne doit pas nous faire perdre de vue l’intérêt des études de cas et notamment celles consacrées à des personnages d’exception qui, pour être singuliers, n’en sont pas moins significatifs. Parmi ceux-ci, le baron de La Bruère mérite à coup sûr toute notre attention.

Les premiers pas journalistiques du baron de la Bruère : la création du Diario de Valencia

  • 6 Selon la demande formulée le 3 avril 1793 auprès de Godoy pour obtenir l’autorisation de publier «  (...)
  • 7 DOMERGUE, Lucienne, « Andanzas y tribulaciones del periodismo en los últimos tiempos del Antiguo Ré (...)
  • 8 On trouvera la liste détaillée des membres de l’équipe rédactionnelle dans : BLASCO, Ricardo, La pr (...)
  • 9 Diario de Valencia, Valencia, Imprenta del Diario, 1790-1836. Sur la création du Diario de Valencia(...)

3Le Français José María de Lacroix, Vidal, Laso de la Vega, vicomte de Brie, baron de La Bruère et seigneur de Chaussée et Grançy6, que Lucienne Domergue, dans Tres calas en la censura dieciochesca, présente, à juste titre, comme un homme d’affaires à part entière7, constitue assurément l’une des figures les plus marquantes et les plus originales de l’univers journalistique péninsulaire de la fin du XVIIIème siècle. La carrière de celui qui deviendra au fil du temps un véritable patron de presse s’ouvre en 1790 à Valence où, aux côtés de Pascual Marín, il crée, en prenant soin de s’appuyer sur une solide équipe rédactionnelle8, le Diario de Valencia9 et offre ainsi à cette ville, théâtre d’une intense vie économique, son premier quotidien. Faisant siennes les visées divulgatrices des Lumières et du pouvoir, le baron de La Bruère mettra un point d’honneur à forger un périodique accessible à tous et placé sous la bannière de l’utilité publique, ce qui ne manqua pas d’être souligné dans le Prospectus de l’œuvre :

  • 10 « Prospecto », in Diario de Valencia, Valencia, en la Imprenta del Diario, 1790, tome I (document n (...)

« Le Diario [pouvait-on y lire] est une feuille qui, passant aux mains de tous, contribue plus que tout autre écrit à l’éducation générale et permet de garder en mémoire les résolutions que le Gouvernement juge bon d’adopter et de promulguer ; et entre curiosité et nécessité de lire un Journal, les maximes qui peuvent rendre un Peuple heureux sont progressivement et discrètement distillées »10.

  • 11 « Prólogo », in Diario de Valencia, 1790, tome I, p. III : « Mientras tan útiles Ciudadanos [les Va (...)

4S’attachant à panacher informations d’ordre général et d’intérêt strictement local, faisant (à l’instar du Diario de Madrid) la part belle aux petites annonces, la formule que La Bruère mit alors sur pied remporta un franc succès, même si l’entreprise suscita bien des remous et connut d’emblée nombre de virulents détracteurs11. Mais le Baron, qui n’était pas homme à subir les attaques sans mot dire et qui fut toujours prompt à défendre ses intérêts avec une incroyable détermination, s’empressa, du haut de la tribune qu’il avait lui-même construite, de souffleter tous ceux qui s’ingéniaient à décrier la presse et, par voie de conséquence, son propre journal, en leur rappelant notamment que :

  • 12 « Prólogo », in Diario de Valencia, 1790, tomo I, p. IX : « No es poco haber conseguido que un Pape (...)

« ce n’est pas peu de chose que d’avoir fait qu’une Feuille suivie, publiée chaque jour, soit vue sur la banquette d’un cordonnier, que dans les ateliers des artisans on l’écoute avec plaisir, que dans presque toutes les localités avoisinantes elle soit lue par les notables, qu’elle traîne dans les tavernes, dans les mains des portefaix, des vagabonds du Rastro. Tous ceux-là et d’autres, que la cataracte empêchait auparavant de reconnaître les lettres, lisent maintenant, et c’est là un des apports les plus considérables de ce Journal »12.

  • 13 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIème siècle (1781-1808), op. c (...)
  • 14 Ibid., pp. 157 et 163.
  • 15 Ibid., p. 63 sq.

5Le ton était certes audacieux, l’argumentation convaincante, mais aucunement originale, puisqu’en la circonstance le baron de la Bruère s’était contenté de reproduire mot pour mot (à un détail près) le discours tenu quelques années auparavant, en 1786, par les éditeurs du Diario curioso, erudito, económico y comercial de Madrid, en réponse à ceux qui s’interrogeaient avec un indéniable mépris sur l’utilité de leur feuille13. Malgré un lancement semble-t-il quelque peu controversé, notre éditeur pouvait se targuer de compter au terme d’un an d’exercice pas moins de 440 souscripteurs (dont sa propre femme14), résultat fort honorable lui permettant de rivaliser avec nombre de ses homologues madrilènes15.

L’aventure se poursuit à Séville

  • 16 Diario histórico y político de Sevilla, Sevilla, Vázquez e Hidalgo, 1792-1793, 181 numéros [Hemerot (...)
  • 17 Sur l’importance du public provincial voir LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à l (...)
  • 18 A.H.N., Consejos, leg. 1443, exp. 25, Prospecto de la Obra Periódica titulada Diario de Sevilla (do (...)

6Fort de cette première expérience, et ne se laissant nullement rebuter par les mesures prises en février 1791 par le comte de Floridablanca afin de museler la presse au lendemain de la Révolution française, le Baron poursuivit son aventure journalistique à Séville. C’est ainsi que cette même année, il sollicita depuis la capitale, par l’entremise de son fondé de pouvoir, Felipe Santiago Gallo, un privilège exclusif pour vingt ans afin de pouvoir publier le Diario histórico y político de Sevilla16, conçu selon un schème fort semblable à celui de son pendant valencien. Le Prospectus joint au dossier est assurément l’œuvre d’un homme avisé, maîtrisant parfaitement les rouages de la presse, ayant su évaluer à sa juste valeur la potentialité du genre, les avantages économiques que l’on pouvait en tirer, ne doutant aucunement de l’existence d’un public provincial qui, par ailleurs, était loin d’être quantité négligeable17 et que, de ce fait, il entendait bien satisfaire. Ainsi, après avoir rappelé que les journaux, apanage des nations cultivées, avaient connu dernièrement un essor considérable et ce à l’échelle européenne, le baron de la Bruère (signataire du prospectus) s’empressa de souligner que de toutes les publications périodiques, la formule la plus méritoire, car la plus utile, était celle du Diario dont il donne la définition suivante : « Feuille qui fournit les nouvelles particulières concernant tout ce qui survient quotidiennement dans la localité de son établissement »18. Il n’était plus ici question de faire œuvre d’érudition, mais de satisfaire la curiosité et le besoin d’information d’un public local qui ne trouvait pas toujours son compte dans les journaux de la capitale. Mais, que les autorités ne s’y trompent point, insinuait-il : répondre à la demande du lectorat, se plier à des goûts et des exigences pouvant paraître quelque peu terre à terre n’impliquait nullement le renoncement à la pratique d’un journalisme en adéquation avec les visées socio-politiques du gouvernement. Le Baron de la Bruère n’oubliait pas que, pour le pouvoir, la presse n’avait de raison d’être que dans la mesure où elle permettait de façonner l’opinion publique conformément à des moules préétablis, l’objectif premier étant de contribuer à l’émergence de bons et loyaux sujets. Ainsi, précisait-il :

  • 19 Id. : « Sólo se dirá que a vuelta de las noticias más triviales, que son las que más se buscan, por (...)

« On dira seulement qu’au détour des informations les plus triviales, qui sont les plus recherchées, car se sont celles qui généralement suscitent le plus grand intérêt, on insère celles qui non seulement permettent, progressivement et insensiblement, d’éradiquer les abus et les préjugés du Peuple en le cultivant, mais aussi de graver dans les mémoires ces maximes qui avec le temps peuvent contribuer à rendre une Nation heureuse »19.

  • 20 Id. : « hace [le journal] que se conserven por más tiempo, y que lleguen más circunstanciadas a not (...)
  • 21 A.H.N., Consejos, leg. 1443, exp. 25. Rapport de Benito Ramírez de Cernuda à Pedro Escolano de Arri (...)
  • 22 Id., Résolution du Conseil de Castille, 13 février 1792 : « encargándole [al Regente] que antes de (...)

7Et, tout comme il l’avait fait pour le Diario de Valencia, il n’omit point de stipuler que grâce au journal le public garderait à l’esprit les « résolutions que l’autorité supérieure juge bon de promulguer »20. Le « Plan circonstancié de l’œuvre », qui faisait suite à ces considérations d’ordre général, rendait compte des capacités du Baron de la Bruère à évaluer les besoins du lectorat visé pour mieux répondre à ses attentes. C’est ainsi que l’une des trois grandes rubriques du journal serait consacrée exclusivement aux informations locales (Noticias particulares de Sevilla). Il s’agissait en fait de créer un quotidien susceptible d’intéresser un large public (tant socialement que géographiquement) mais qui fût par ailleurs doublé d’un véritable guide pratique à l’usage des habitants de la ville ainsi que de tous ceux qui y auraient quelque intérêt. Benito Ramírez de Cernuda (Régent de la Royale Audience de Séville), qui rapporta sur le dossier le 16 septembre 1791, émit un avis favorable. Toutefois, plusieurs projets similaires s’étant déjà soldés par de retentissants échecs, il estimait que, si la publication du Diario venait à être interrompue pour une durée prolongée, il conviendrait de retirer au baron de la Bruère son privilège exclusif21. Celui-ci lui fut accordé par le Conseil de Castille le 13 février 1792, mais seulement pour une période probatoire de douze mois au terme de laquelle la question devait être reconsidérée, au vu des résultats obtenus et sur rapport du Régent de l’Audience de Séville22.

  • 23 A.H.N., Consejos, leg. 11 279, exp. 73 : « Los periódicos, de que tengo noticia salen en Europa son (...)
  • 24 Id. : « yo me guardaría muy bien el que se deslizase la menor expresión que pudiese ser trascendent (...)
  • 25 Espíritu de los mejores diarios literarios que se publican en Europa. Dedicado a los literatos y cu (...)

8Quelques jours plus tard, le 28 mars, notre Français, souhaitant s’acquitter au mieux de sa tâche et par là-même contribuer à la diffusion des Lumières au sein de sa « Patrie, l’Andalousie », s’adressa (toujours depuis Madrid) au Comte d’Aranda, afin d’obtenir l’autorisation de s’abonner à tout un florilège de périodiques publiés en Europe23. Mais, à une époque où faire montre d’un intérêt trop appuyé envers les idées venues d’ailleurs, et plus particulièrement d’Outre-Pyrénées, n’était plus du meilleur effet, le baron de la Bruère, s’efforça de démontrer, en bon stratège, combien ses intentions étaient louables et combien il était respectueux des dispositions prises par le gouvernement et le Saint-Office afin de préserver l’Espagne des ravages que pouvaient provoquer certaines lectures pernicieuses. Ainsi souligna-t-il que rien, dans les derniers décrets inquisitoriaux qu’il avait pu consulter dans le Diario de Madrid, ne laissait supposer que lesdits périodiques eussent fait l’objet d’une interdiction. C’est donc par simple acquis de conscience et par souci de ne point commettre le moindre impair qu’il avait entrepris sa démarche. Par ailleurs, il s’engageait formellement à n’en tirer que des informations susceptibles de contribuer au progrès des sciences, des arts et des métiers, tout en rappelant que ces données, conformément à la réglementation en vigueur, seraient soumises à « une scrupuleuse censure ». S’interdisant toute dérive, il saurait tirer la leçon des erreurs commises avant lui par ses homologues madrilènes dont les travaux avaient à « juste titre » suscité le courroux des autorités, faisant ainsi référence à la terrible sanction de 179124. Le comte d’Aranda se laissa-t-il convaincre par cette argumentation ? Nous l’ignorons, le dossier étant incomplet. Toutefois, une analyse détaillée du Diario histórico y político de Sevilla, qui vit le jour le 1er septembre 1792, permettrait aisément de repérer les sources utilisées. Ce travail reste à accomplir, mais ne nous a pas semblé indispensable dans l’immédiat, notre objectif premier étant de reconstituer le parcours et la stratégie d’un individu qui, parti à la conquête d’un marché naissant, se pose avant tout en concepteur de projets, en éditeur, voire en homme d’affaires et non en simple journaliste. Son intérêt pour les travaux de ses homologues européens est à ce propos significatif. Il n’est certes pas exceptionnel. On se souviendra notamment qu’en 1787 Cristóbal Cladera Company avait créé le célèbre Espíritu de los mejores diarios literarios que se publican en Europa, périodique qui, malgré les largesses que lui avait prodiguées le comte de Floridablanca, fut emporté comme bien d’autres par la tempête de 179125. Par ailleurs, nombre de journaux qui ne revendiquaient pas de manière aussi appuyée leur filiation, puisèrent abondamment, et bien souvent par simple commodité, dans la foisonnante réserve que constituait pour eux la presse étrangère. Mais sans doute fallait-il quelque culot pour s’ingénier à poursuivre sur cette voie et demander à recevoir, dès 1792, une impressionnante quantité de journaux publiés hors des frontières (en France notamment) et ce en vue de l’élaboration d’une publication, semble-t-il, à vocation essentiellement locale.

  • 26 Cf. LOPEZ, François, Juan Pablo Forner et la crise de la conscience espagnole au XVIIIe siècle, Bor (...)
  • 27 A.H.N., Consejos, leg. 11 280, exp. 34. Lettre du baron de La Bruère à Manuel Godoy, Séville, 3 avr (...)
  • 28 Ibid., Placet du Baron de la Bruère au Roi, 3 avril 1793 : « deseando contribuir por su parte al me (...)
  • 29 Ibid. : « Los Papeles públicos han sido los que en la Francia han ocasionado, en gran parte, la des (...)

9Fort de ce second succès journalistique, le baron de la Bruère sollicita, le 3 avril 1793, cette fois depuis Séville même, l’autorisation de publier, aux côtés d’un « homme de lettres bien connu » (en fait Juan Pablo Forner26) un hebdomadaire, d’un tout autre genre et d’une indéniable originalité, dont le seul but serait de combattre avec acharnement le « Fanatisme Français »27. Ainsi fit-il parvenir à Manuel Godoy, alors Premier Secrétaire d’Etat, un placet destiné au Roi dans lequel il brossait à grands traits les lignes directrices d’un périodique présenté comme un antidote au venin que ses compatriotes prétendaient déverser sur l’ensemble de l’Europe et conçu afin de protéger une Plèbe, par trop crédule et ignorante, des « fausses idées de Liberté » dont les Français se voulaient les champions28. La presse, en grande partie responsable, selon lui, du chaos qui régnait Outre Pyrénées, pouvait être une arme de guerre redoutable qu’il convenait maintenant d’utiliser au mieux afin d’endiguer le fléau révolutionnaire et de défendre haut et fort les sacro-saintes valeurs de la monarchie29. Faisant du publiciste un combattant au service du Trône et de l’Autel, il souhaitait donner vie à un hebdomadaire visant à :

  • 30 Id. : « se ha propuesto [le baron de la Bruère] publicar semanalmente un Papel Periódico cuyo objet (...)

« attaquer et ridiculiser les maximes, les principes et les statuts sur lesquels s’est appuyée la révolution française, la ridicule et fanatique Philosophie, source de l’enthousiasme d’une telle révolution, la constitution imaginaire d’une liberté et d’une égalité qui n’ont de place que dans les spéculations de Philosophes délirants et pour finir tout ce qui peut être lié au nouveau type de Gouvernement que le fanatisme français prétend établir dans toute l’Europe »30.

  • 31 Id. Note au baron de la Bruère, Aranjuez, 12 avril 1793 : « No juzga el Rey conveniente por ahora l (...)
  • 32 LARRIBA, Elisabel, « La presse espagnole à la fin du XVIIIe siècle et la censure d’Etat : les proje (...)
  • 33 A.H.N., Consejos, Leg. 11 279, exp. 131. Juan Pablo Forner au Duc de la Alcudia, Séville. La lettre (...)

10Un discours aussi incendiaire à l’égard du peuple régicide ne pouvait qu’être apprécié en haut lieu. Toutefois, les autorités, partisanes de la loi du silence, ne jugèrent pas prudent d’accéder à la demande du Baron dont le zèle patriotique et monarchique fut néanmoins remarqué et loué. Ainsi, échappant à la traditionnelle et laconique formule de rejet (« no ha lugar »), eut-il droit, le 12 avril 1793, à une brève note accompagnée de remerciements31, ce qui était tout à fait exceptionnel32. Juan Pablo Forner, dans la lettre qu’il adressa à Godoy le 20 avril de la même année33, revendiquait la paternité de l’audacieux projet et soutenait que, souhaitant conserver l’anonymat, il s’était servi de La Bruère, qui aurait fait office de vulgaire prête-nom. Ce dernier, se posant également en concepteur du périodique, présentait quant à lui « l’homme de lettres bien connu » (dont il tut le nom) comme le principal rédacteur du futur journal, et rien de plus. Difficile de déterminer en la circonstance où était la vérité et qui se servait de qui. Il n’en reste pas moins que pour le Baron, qui n’en était pas à sa première expérience journalistique et qui sut toujours saisir les opportunités qui s’offraient à lui, l’enjeu était de taille. Il s’agissait pour lui d’effacer les stigmates d’une ascendance devenue fort gênante, de conforter son image de bon et loyal serviteur du Roi et il semblerait qu’il y soit parvenu. En outre, un tel hebdomadaire, s’il avait vu le jour, lui aurait permis de réaliser de conséquents bénéfices et ce détail n’échappa certainement pas à l’homme d’affaires avisé qu’il était.

S’imposer coûte que coûte sur le marché journalistique de Cadix34

  • 34 On trouvera dans SANCHEZ HITA, Beatriz, « La prensa en Cádiz en el siglo XVIII », publié dans cette (...)
  • 35 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100.
  • 36 Ibid, Prospecto de la Obra periódica intitulada Diario Histórico y Político de la Ciudad de Cádiz, (...)
  • 37 Id. : « Dividiremos el Diario en dos capítulos : el primero contendrá algunos Discursos sobre Cienc (...)
  • 38 Id. : « ..y si como esperamos llegase este papel a tener la aceptación que nos prometemos, nos subs (...)
  • 39 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Joaquín de Fondesviela y Ondeano, Cadix, 23 mai 1 (...)
  • 40 Id. Rapport de Bernardo de Riega, Régent de l’Audience de Séville à Bartolomé Muñoz de la Torre, Sé (...)

11Ne se laissant nullement rebuter par ce semi-échec, le baron de la Bruère, récemment établi à Cadix, s’empressa de soumettre aux autorités un nouveau projet par l’entremise de son fondé de pouvoir à Madrid, Felipe Santiago Gallo35. Il se proposait cette fois de créer un Diario Histórico y Político de la Ciudad de Cádiz. Le prospectus qu’il joignit à sa demande (en date du 20 juillet 1793) est proche à bien des égards de ceux qu’il avait rédigés pour les quotidiens de Valence et de Séville. Ainsi, après avoir chanté les louanges de la presse, genre littéraire accessible à tous, y compris aux plus humbles36, il présenta minutieusement le journal qui serait composé de deux grandes sections : la première, à caractère générique, aborderait les thèmes les plus divers, l’objectif étant d’instruire et de divertir les lecteurs37, la seconde serait réservée à l’actualité locale. Une fois le succès du journal garanti (autrement dit dès que les bénéfices réalisés le permettraient), il livrerait à ses lecteurs un savoureux et utile pot-pourri élaboré à partir de « tous les périodiques étrangers » autorisés (auxquels il pensait s’abonner), sans omettre l’apport des journaux péninsulaires trop souvent méconnus hors de leur lieu d’édition38. Le Gouverneur militaire et politique de Cadix, Joaquín Fondesviela y Ondeano, qui en 1790 avait pourtant appuyé un autre journal local (El Argonauta Español de Pedro Gatell y Carnicer), s’opposa catégoriquement à la publication du Diario39 qui, pensait-il, serait voué, comme la plupart de ses prédécesseurs à une vie bien éphémère. Par ailleurs, il ne manqua pas de faire référence à la dérive de nombre de publicistes qui, en 1791, avait donné lieu à la suppression de la quasi totalité des journaux. L’heure n’était plus à la confiance et, soulignait-il, il serait fort difficile de trouver à Cadix des censeurs qualifiés. Le Régent de l’Audience de Séville, Bernardo Riega, se montra tout aussi hostile au projet du Baron de La Bruère qui lui semblait fort mal venu en des temps aussi troublés40. Etaient en cause, indubitablement, la spécificité de la ville, bien connue pour son caractère cosmopolite et sa modernité, mais également et surtout le profil du demandeur :

  • 41 Id. : « El Autor aunque nació en España, es hijo de Francés, y tengo entendido tiene bienes, o tení (...)

« l’Auteur [dit-il] est fils de Français, et j’ai ouï dire qu’il possède des biens, ou en possédait en France, avant l’actuelle Révolution, et bien qu’il n’y ait rien à lui reprocher en matière de mœurs, je suis intimement persuadé qu’il n’échappera pas à l’héritage lié à l’origine et à l’éducation qu’il tient de ses parents, sans tenir compte du fait que le caractère français inspire à ceux qui sont originaires de ce royaume un certain penchant et adhésion que l’on efface difficilement, même s’ils sont établis dans d’autres royaumes… »41.

  • 42 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Cf. Rapport de Domingo Fernández Cueto à Bartolomé Muñoz de (...)
  • 43 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Requête du baron de la Bruère, Cadix, 1 juin 1796 : « El exp (...)
  • 44 Id. Voir le « Plan de la Obra periódica Diario curioso y de comercio de Cádiz » joint à la demande.
  • 45 Id. : « Creyendo que pudiera ser de la mayor utilidad que, a imitación de París, Londres, Italia y (...)
  • 46 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse à la fin du XVIII siècle (1781-1808), op. cit.

12Au vu de ces deux rapports, aussi accablants l’un que l’autre, le Conseil de Castille refusa l’octroi de la licence d’impression par décision du 27 septembre 1794. Mais, loin de se laisser désarçonner par cette fin de non-recevoir, le baron de la Bruère retenta sa chance dès le 10 décembre 1794 date à laquelle, s’adressant directement au Gouverneur de Cadix, il demanda l’autorisation de publier un Correo de Cádiz, o Miscelánea curiosa de varia literatura. Les deux alcaldes mayores chargés d’examiner le dossier ayant émis des avis favorables, Joaquín de Fondesviela y Ondeano, revenant sur ses premières impressions, accéda à la requête de l’obstiné éditeur avec une étonnante célérité, la licence datant du 19 décembre 179442. Dès février 1795 ledit périodique, bi-hebdomadaire et agrémenté d’un supplément (le Postillón del Correo de Cádiz) fut lancé sur le marché. Un an et demi plus tard il était toujours à la vente. Fort de ce succès, le baron de La Bruère (par l’entremise de son fondé de pouvoir à Madrid et selon une procédure bien plus régulière) en appela de nouveau aux autorités centrales. Se targuant d’avoir réussi là ou nombre de ses confrères avaient lamentablement échoué, il souhaitait, soucieux de répondre aux exigences croissantes d’un public avide d’informations, opter pour une périodicité journalière43 et élargir sensiblement le champ thématique couvert par le Correo qui serait rebaptisé Diario curioso y de comercio de Cádiz44 et pour lequel il sollicitait un privilège exclusif de vingt ans. Le dossier, transmis au Gouverneur de Cadix pour examen le 7 avril 1797, devait cependant rester en souffrance. C’est ainsi que le Baron de la Bruère renouvela sa demande le 19 juillet 1800, tout en apportant quelques modifications au projet. Particulièrement attentif aux attentes d’un lectorat en constante évolution, il proposa notamment (s’appuyant sur les pratiques de ses homologues européens, qu’il connaissait fort bien) d’annoncer les événements marquants de la vie des notables de la ville, faisant ainsi de son périodique un instrument au service de la mémoire d’élites naissantes en soif de reconnaissance45. L’enjeu pour le Baron était bien évidemment économique. On se souviendra à ce propos que nombreux furent ceux qui s’abonnèrent à un journal dans le seul but de voir figurer leur nom sur les fameuses listes de souscripteurs publiées, à des fins strictement publicitaires, par la plupart des journaux de l’époque46. La réponse des autorités se faisant une fois de plus attendre, La Bruère revint à la charge le 15 mars 1801, puis le 2 juillet 1801, alors que le Correo de Cádiz et le Postillón venaient de disparaître (après six longues années d’existence), suite à la terrible épidémie de fièvre jaune de 1800.

  • 47 Correo de las Damas o, Poliantea Instructiva, Curiosa y Agradable de Literatura, Ciencias y Artes. (...)
  • 48 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Domingo Fernández de Cueto à José Eustaquio Moren (...)
  • 49 Id. : « Me parece, que lejos de haber inconveniente en la edición de un Diario semejante en una Ciu (...)
  • 50 Cf. en particulier « Cadix, capitale des souscriptions de province », in LARRIBA, Elisabel, Le Publ (...)

13Retravaillant sans cesse son ouvrage, il proposa cette fois-ci de publier un quotidien à vocation essentiellement commerciale, dont ne saurait se passer une ville telle que Cadix. Les questions littéraires (au sens large du terme) seraient développées dans un supplément hebdomadaire ou bi-hebdomadaire à caractère vulgarisateur, El Correo de las damas47. Le nouveau Gouverneur de la ville, Domingo Fernández Cueto, accueillit le projet avec enthousiasme comme en témoigne le rapport qu’il adressa aux autorités centrales le 3 juillet 180148. A l’instar du demandeur, il mit en avant l’incroyable dynamisme de la ville qui comptait parmi les principales places commerciales de la Péninsule et d’Europe49 et dont les habitants constituaient pour la presse un public de choix50. Par ailleurs, l’appréciable expérience journalistique du demandeur, lui semblait être un atout considérable qui devait impérativement être pris en compte :

  • 51 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Domingo Fernández de Cueto à José Eustaquio Moren (...)

« Le fait [soulignait-il] qu’un périodique intitulé Correo o Postillón ait été publié dans cette ville, pendant un certain temps, par ce même éditeur, et qu’il ait été bien accueilli par le Public, à ce que l’on m’a dit, nous laisse penser que le Diario qu’il souhaite publier le sera tout autant. Par ailleurs, le journal qu’il propose dans son Plan, une ou deux fois par semaine, sous le titre de Correo de las Damas peut être très utile ; il peut, par ce biais, offrir à cette partie intéressante de la société que sont les femmes toutes les idées et les exemples susceptibles d’en faire de bonnes citoyennes, de fidèles épouses, et de tendres mères de famille. Pour que le Baron puisse mettre tout cela en pratique, selon les termes énoncés, et qu’il puisse fournir au public ce qu’il promet, il est évident qu’il devra entretenir de coûteuses correspondances et faire de substantielles avances. Aussi, me semble-t-il que le meilleur moyen de le stimuler et de s’assurer qu’il s’acquittera dignement de sa tâche est de lui accorder un privilège exclusif pour le nombre d’années qu’il sollicite, ou que vous jugerez opportun »51.

  • 52 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport du Fiscal, Madrid, 6 septembre 1801. [Document parti (...)

14C’était là un grand pas en avant pour le baron de la Bruère dont le travail d’éditeur était pour la première officiellement reconnu et loué à l’échelon local. Mais la partie n’était pas gagnée pour autant. En effet, le Conseil de Castille n’apprécia guère qu’on lui vantât les mérites et l’incroyable longévité d’un Correo, o Postillón dont il découvrait seulement l’existence. Sur avis du Fiscal, ordre fut alors donné au Gouverneur de Cadix d’interdire la publication de tout périodique n’ayant pas été autorisé par le Roi ou par le Conseil de Castille, seuls habilités à dispenser les licences d’impression52. Le dossier de La Bruère fut, quant à lui, transmis pour examen aux responsables du Correo mercantil de España y sus Indias et aux alcades de la ville.

  • 53 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Lettre du Baron de La Bruère au Roi, Cadix, 5 janvier 1802. (...)
  • 54 Id. : « Necesita el exponente del Privilegio, porque de no ¿quién lo pondrá al abrigo de los adelan (...)

15Comme le souligna le Baron dans la lettre qu’il adressa directement à Charles IV le 5 janvier 1802, ces derniers avaient jugé le projet du plus grand intérêt mais s’étaient opposés à l’octroi d’un privilège exclusif au nom du droit à la libre concurrence, ferment, selon eux, de progrès53. Il s’efforça donc de démontrer que ce qui était sans doute vrai pour le commerce et l’industrie ou pour les biens de première nécessité ne pouvait s’appliquer à une entreprise journalistique, le marché ne permettant pas encore d’assurer dans une même localité la survie de plusieurs publications similaires. Se préserver du plagiat et obtenir l’assurance que les investissements conséquents inhérents à la constitution d’un réseau européen de correspondants et à l’acquisition de nombreux journaux péninsulaires et étrangers (outils indispensables à l’élaboration d’un journal de qualité) ne seraient pas réduits à néant par la concurrence était pour lui une nécessité absolue54. Rappelant, par ailleurs et une fois de plus, qu’il avait accompli la gageure de maintenir à flot le Correo, o Postillón pendant six longues années, il se posait en éditeur expérimenté, en véritable spécialiste, dont le travail marqué par la rigueur et le souci d’être utile à la Nation, se devait d’être protégé. Toutefois, abaissant ses prétentions, il demanda à bénéficier d’un privilège exclusif non pas de vingt mais de cinq ans, période au terme de laquelle, le Roi, au vu des résultats obtenus, se prononcerait sur une éventuelle reconduction.

  • 55 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100.
  • 56 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Francisco Xavier Pinilla à Bartolomé Muñoz de la (...)
  • 57 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIII siècle (1781-1808), op. cit.(...)
  • 58 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Francisco Xavier Pinilla, op.cit. : « el titulado (...)
  • 59 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport du Fiscal, Madrid, 23 avril 1802 : « ciñéndose las n (...)
  • 60 Id. : « Dice que no debe permitirse el Correo de las damas por no ser estos Papeles propios para su (...)
  • 61 Id. Résolution du Conseil de Castille, Madrid, 14 juin 1802.
  • 62 A.H.N., Consejos, leg. 5565, exp. 39. Ordre Royal du 3 décembre 1802.
  • 63 Id. : « Y prohibo que ninguna persona sin licencia, imprima ni venda iguales noticias, pena al que (...)
  • 64 A.H.N., Consejos, leg. 5565, exp. 39. Cf. Résolution Royale du 19 avril 1806.
  • 65 Id. : « …prohibiendo absolutamente al referido Lacroix el insertar en su Diario las noticias de buq (...)
  • 66 A.H.N., Consejos, leg. 5565, exp. 39 : Plan del ingreso que entra en poder de la vigía de esta Plaz (...)
  • 67 Id., Lettre du Baron de la Bruère au Comte de Isla, Cadix, 6 mars 1807 : « Como son los dos puntos (...)
  • 68 Id. : « Por el Plan adjunto del ingreso que le resulta de sus papeletas y listas, se puede venir en (...)
  • 69 A.H.N., Consejos, leg. 5565, exp. 39 : El editor del Diario mercantil y del Correo de las Damas, qu (...)
  • 70 Id. : « si el aplauso que ha merecido de los Conocedores de este género de escritos no lo acreditar (...)
  • 71 Id. : « ¿Y quién podrá creer que muchas Casas de este Comercio están aun pagando cuatro veces más q (...)
  • 72 Id. : « Tanto puede la preocupación de algunos, la natural indolencia de otros, que no saben salir (...)

16Les éditeurs du Correo mercantil de España y sus Indias, quant à eux, ne remirent leur rapport à Bartolomé Muñoz de la Torre que le 12 mars 1802, et ce après deux rappels à l’ordre en date du 19 janvier et du 9 mars de la même année55. Francisco Xavier Pinilla, qui en fut le signataire, accueillit avec un agacement non dissimulé le projet du baron de la Bruère, perçu comme un rival potentiel et déloyal, n’ayant que faire du privilège exclusif que leur avait octroyé le Roi. Ainsi affirmait-il, notamment, que ce dernier s’était contenté dans son Correo, o Postillón de « reproduire au pied de la lettre les principaux articles publiés dans le Correo mercantil »56. S’en était suivi, selon ses dires, une diminution sensible de leurs ventes à Cadix, ville qui constituait leur principal point de diffusion hors capitale57. Ainsi, accusait-il le Baron de s’enrichir à leurs dépends, sans avoir à faire face comme eux aux importants frais inhérents à la collecte d’informations58. Malheureusement, ajouta-t-il, c’était-là une pratique à laquelle s’adonnaient, sans le moindre scrupule, nombre d’éditeurs de province. En dépit de ses griefs et de la virulence de son discours, Francisco Xavier Pinilla ne s’opposa pas à la publication du Diario mercantil de Cádiz, mais demanda que l’on interdît formellement au Baron de la Bruère de plagier leur œuvre et que ce dernier ne fût autorisé qu’à publier des informations à caractère local. Il y allait, affirmait-il, de la survie du Correo mercantil... Le Fiscal du Conseil de Castille, dans son rapport du 23 avril 1802, suivit en tous points l’avis qui lui avait été donné59. Mais, faisant preuve d’une misogynie fort propre de son époque, mit son veto à la parution du Correo de las Damas, « ces feuilles n’étant pas adaptées à leur instruction et propices à bien des dommages politiques et moraux »60. Le 14 juin 1802 (après six ans de procédure) la licence d’impression fut enfin délivrée et le 19 novembre le Diario mercantil de Cádiz put voir le jour en toute légalité. Cependant, le Baron n’obtint pas le privilège exclusif qu’il désirait tant, son projet n’ayant pas été jugé suffisamment original61. En revanche, cette faveur fut accordée le 3 décembre 1802 à Aurelio Tavira, lieutenant de frégate de la Marine Royale et vigie en chef de Cadix, dont le Diario Marítimo de la Vigía de Cádiz offrait à ses lecteurs toutes les informations qu’ils pouvaient souhaiter sur le trafic maritime local (date d’arrivée et de sortie des navires, provenance et destination, type de cargaison…)62. Par ailleurs, il fut précisé que quiconque ne respecterait pas cette résolution serait lourdement sanctionné63. L’enjeu économique étant de taille et commença dès lors une longue bataille qui devait opposer, des années durant, le baron de la Bruère aux vigies de Cadix : Aurelio Tavira, puis Antonio García qui, en 1806 (à la mort de son prédécesseur), obtint la reconduction du privilège exclusif dont bénéficiait le Diario Marítimo…64. A cette occasion, et afin d’éviter de nouveaux litiges, interdiction formelle fut faite à José María Lacroix d’inclure dans son journal toute information ayant trait aux affaires maritimes65. Mais le Baron, qui n’était pas homme à renoncer sans combattre, lança une nouvelle offensive le 22 février 1807. Afin de s’attirer les grâces du pouvoir, il proposa, s’il obtenait gain de cause, de contribuer à « l’extinction de la dette nationale » par une donation annuelle de 100 ducats prélevés sur les bénéfices qu’il tirerait de son journal. Par ailleurs, s’étant livré, semble-t-il, à une enquête minutieuse afin de démontrer combien les prétentions de son concurrent étaient abusives, il joignit à sa lettre le détail du produit des ventes réalisées par Antonio García, qui, selon ses estimations, s’élèverait à 280 000 réaux annuels, soit 18 626 pesos, ce qui représentait un bénéfice net d’au moins 12 000 pesos l’an66. Et encore précisait-il que cette somme, qualifiée d’excessive, et sans commune mesure avec les gains réalisés en temps de paix, augmenterait considérablement si la Vigie venait à publier le détail des cargaisons, cette information étant la plus recherchée par les commerçants. A en croire le Baron, qui ne craignait guère le paradoxe, réaliser de tels profits était totalement inacceptable et prouvait qu’Antonio García n’était guidé que par le seul appât du lucre. Ulcéré par la bonne fortune de son concurrent (sans doute vaudrait-il mieux dire par ce conséquent manque à gagner), La Bruère reprit la plume le 6 mars, pour faire part de ses doléances au Comte de Isla. Se prévalant d’avoir été le premier à doter la ville d’un journal qui sût résister aux outrages du temps, il se plaignait, du fait des restrictions thématiques qui lui avaient été imposées, de voir son Diario mercantil réduit à l’état de « squelette, à tel point qu’il peut à peine se tenir sur pied »67. C’est à peine, disait-il, s’il pouvait faire face aux dépenses, ses bénéfices étant devenus quasi inexistants. L’unique responsable de cette tragédie : l’ambition et la cupidité de son rival, qu’il accusait tout bonnement d’escroquerie, tant les prix que ce dernier pratiquait étaient élevés : 48 réaux pour un abonnement mensuel, alors que lui se contentait de 20 réaux pour un produit bien plus achevé et, depuis 1805, distribuait gratuitement le Correo de las Damas (créé en 1804) à ses souscripteurs68. Il n’avait pas hésité à l’époque à rendre ses déboires publics69, confessant que le Diario mercantil n’avait pas suscité l’enthousiasme qu’il escomptait à l’échelon local, ce qui aurait pu l’inciter à abandonner son entreprise, s’il avait été mû, comme d’autres (allusion à peine voilée à la Vigie) par le seul appât du gain. Mais nuançant aussitôt cet apparent constat d’échec, il précisa qu’il avait eu, en revanche, l’immense satisfaction d’avoir conquis les connaisseurs du genre et de voir son travail loué par ses confrères européens les plus réputés70. La qualité de son journal, son utilité ne sauraient donc être remises en question. Tel était le message qu’il souhaitait lancer à ceux qui avaient renoncé à s’abonner au Diario après qu’on lui ait interdit, à titre provisoire (il en était convaincu), de publier certaines informations qui étaient loin de constituer le seul intérêt de son périodique. Le fait qu’une kyrielle de commerçants lui préférât, en dépit d’un conséquent surcoût, le piètre produit d’un concurrent (qu’il ne nomma pas, mais était-ce vraiment utile ?) lui semblait défier les lois du bon sens le plus élémentaire71. « Tel est le pouvoir [disait-il] des préjugés de certains, de la naturelle indolence d’autres, incapables de sortir du système, quel qu’il soit, selon lequel ils ont été élevés, et d’approfondir ou de faire progresser une question donnée, ayant besoin pour être tirés de leur léthargie d’une force supérieure »72. Ne se laissant nullement abattre, le baron de La Bruère qui avait assurément un sens du commerce fort développé, tint à remercier publiquement ses lecteurs les plus fidèles, dont certains, par ailleurs, lui faisaient parvenir régulièrement nombre d’informations utiles à l’élaboration de son journal. Souhaitant leur manifester sa gratitude (et accroître par la même occasion ses ventes), il s’engagea donc à offrir à ses souscripteurs le Correo de las Damas. Les abonnés du complément littéraire pourraient quant à eux bénéficier d’une remise de 50 % sur le prix de la souscription au Diario mercantil.

17Mais notre homme d’affaires avisé savait pertinemment que le moyen le plus sûr de se préserver de la concurrence était d’obtenir une révision des privilèges exclusifs accordés à son rival qui, selon lui, avaient donné lieu à de pernicieuses interprétations. C’est ainsi que, n’hésitant pas à en appeler aux plus hautes instances, le Baron adressa le 3 août 1807 une longue lettre à Manuel Godoy. Grâce à lui, il en était convaincu :

  • 73 A.H.N., Consejos, leg. 11 288, exp. 17. Lettre du Baron de la Bruère à Manuel Godoy, Cadix, 3 août (...)

« tous les obstacles, toutes les sinistres interprétations, nées d’une ignorance travestie en zèle, s’évanouiront ; enfin tous ceux qui s’exerçaient à susciter des litiges, à semer des embûches et à donner de sinistres et ridicules sens aux Résolutions, Ordres et Privilèges par lesquels l’autorité supérieure s’efforce d’encourager et de promouvoir tout ce qu’elle juge digne de son attention, seront détruits et devront se confondre dans le chaos de leur envieuse perversité et ce Périodique si nécessaire et utile au commerce, atteindra le degré de perfection auquel il peut prétendre »73.

  • 74 Id. : « …establecido en esta Plaza de Cádiz, promoviéndose sus Milicias, con motivo de la presente (...)
  • 75 A.H.N., Consejos, leg. 11 288, exp. 17 : Rapport de Miguel Cayetano Soler à Pedro Ceballos, Madrid, (...)

18Il ne manqua pas à cette occasion de dresser la liste de ses mérites, rappelant notamment qu’il avait servi le Roi, comme militaire, pendant 29 ans, au terme desquels des problèmes de santé l’avaient contraint à se retirer en Andalousie. Toutefois, alors que l’Espagne devait faire face à une nouvelle guerre, il n’avait pas hésité un seul instant à s’enrôler dans les Milices urbaines de Cadix, déterminé qu’il était « à sacrifier le restant de ses jours, tout comme il l’avait fait dans sa jeunesse »74 à sa nation. Et c’est également par amour de sa patrie, disait-il, qu’il avait choisi d’embrasser une carrière d’éditeur et qu’il avait créé le Diario mercantil, journal d’utilité publique, dont la survie était remise en question du fait des sombres machinations de certains et notamment de la Vigie. Ne ménageant ni sa peine, ni sa plume, il rendit compte, dans les moindres détails, du litige qui l’opposait à son concurrent, revenant sur chacun des épisodes de cette longue et pénible affaire, se posant systématiquement en victime. Alors que, pour sa part, il aurait multiplié les initiatives afin de trouver un terrain d’entente, son cupide rival n’aurait eu d’autre cesse que de le détruire. Aussi, s’en remettait-il à la bonté et à la bienveillance du Premier Secrétaire d’Etat le suppliant de prendre le Diario mercantil sous son aile protectrice et de bien vouloir intervenir auprès de diverses administrations, telles que les Douanes, afin qu’elles acceptassent de lui fournir un certain nombre d’informations utiles à la confection de son journal. Miguel Cayetano Soler, ministre des Finances, s’y opposa formellement invoquant la surcharge de travail qui serait infligée aux services concernés et arguant que les prétentions du requérant allaient à l’encontre du privilège exclusif accordé par le Roi en 1792 aux éditeurs, cette fois-ci, du Correo mercantil de España y sus Indias75.

19Nous ignorons quelle fut l’attitude adoptée par le baron de la Bruère suite à ce nouveau coup d’épée dans l’eau. Mais son parcours, que nous avons partiellement reconstitué, n’en demeure pas moins significatif. A la différence des rédacteurs ou éditeurs auxquels nous nous sommes intéressée ces dernières années, José María Lacroix fait office de pionnier de par son approche de la presse, concept qu’il a parfaitement assimilé et dont il maîtrise tous les rouages. On retrouve sous sa plume prolixe (qu’il réserve essentiellement à l’élaboration de prospectus et de mémoriaux) un discours archétypique où les notions d’utilité publique et de progrès, sont constamment brandies et semblent constituer, conformément à l’idéologie éclairée, la substance de tout périodique digne de ce nom. Mais il ne fait aucun doute que pour Le Baron de la Bruère la presse n’était pas un simple instrument au service des Lumières et du bien public. Elle était aussi (et peut-être surtout) un produit susceptible d’assurer à celui qui en faisait commerce (pour peu qu’il sût s’y prendre) de confortables revenus. Plus qu’un écrivain, ce fils de Français fut un homme d’affaires, le premier patron de presse espagnol.

Haut de page

Notes

1 Le 24 février 1791 furent interdits tous les périodiques exception faite des journaux officiels (Gaceta de Madrid et Mercurio histórico y político) et du Diario de Madrid. Cf. Novísima Recopilación de las Leyes de España. Dividida en XII Libros. En que se reforma la Recopilación publicada por el Señor Don Felipe II en el año de 1567, reimpresa últimamente en el de 1775 : Y se incorporan las pragmáticas, cédulas decretos, órdenes y resoluciones Reales, y otras providencias no recopiladas, y expeditas hasta el de 1804. Mandada formar por el Señor Don Carlos IV, Impresa en Madrid, Año de 1805, tomo IV, libro VIII, Título XVII, Ley V : « D. Carlos IV por res. De 24 de febrero, y auto del Consejo de 12 de Abril de 1791. Cesen los papeles periódicos a excepción del Diario de Madrid./ Con motivo de advertirse en los Diarios y papeles públicos que salen periódicamente, haber muchas especies perjudiciales ; cesen de todo punto, quedando solamente el Diario de Madrid de pérdidas y hallazgos, ciñéndose a los hechos, y sin que en él se puedan poner versos, ni otras especies políticas de cualquiera clase. Y en su consecuencia no se permita a los autores del Memorial literario ; la Espigadera ; y Correo de Madrid ».

2 Apologista universal (El). Obra periódica que manifestará no sólo la instrucción, exactitud y belleza de las obras de los autores cuitados que se dexan zurrar de los semi-críticos modernos ; sino también el interés y utilidad de algunas costumbres y establecimientos de moda, Madrid, Imprenta Real, 1786-1788, 16 numéros. [Une édition numérisée est facilement consultable sur le site de la Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes ; un exemplaire manuscrit du numéro 17 (qui ne fut pas autorisé à paraître) est conservé aux Archives Nationales de Madrid (A.H.N., Consejos, Leg. 5554, exp. 114)]. Sur la fin tragique du journal et de son auteur on consultera notamment URZAINQUI, Inmaculada, « La censura de La Conquista del Parnaso y el fin de El Apologista universal (1786-1788), in Archivum, n° XXXIV (1985), p. 385-416 ; « Prensa ilustrada en la España del siglo XVIII : El Apologista universal (1786-1788) », in Cuadernos para Investigación de la Literatura Hispánica, Madrid, 1986 (n° 6), p. 141-179 et LARRIBA, Elisabel, « Un publiciste poursuivi par l’Inquisition : Fr. Pedro Centeno, de l’ordre de Saint Augustin », in Mélanges offerts au Professeur Guy Mercadier, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 1998, pp. 301-309.

3 Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, Madrid, Imprenta de Villalpando, 1797-1808, 599 números. [La collection complète est consultable à la Biblioteca Nacional de Madrid (D/2858) et à la Biblioteca del Real Jardín Botánico, également à Madrid (P. 811). Par ailleurs nous avons publié en collaboration avec Gérard Dufour une anthologie de ce journal avec étude liminaire (Valladolid, Ambito, 1997). On pourra également consulter l’ouvrage de Fernando DIEZ RODRIGUEZ, Prensa agraria en la España de la Ilustracion. El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), Madrid, Ministerio de Agricultura - Secretaría General Técnica, 1980].

4 CASO GONZALEZ, José Miguel, « El Censor ¿Periódico de Carlos III ? », in El Censor. Obra periódica. Comenzada a publicar en 1781 y terminada en 1787. Edición facsímil con prólogo y estudio de José Miguel CASO GONZALEZ, Oviedo, Universidad de Oviedo Instituto Feijoo de Estudios del Siglo XVIII, 1989, p. 777-799. Existent par ailleurs deux anthologies du célèbre périodique : GARCIA PANDAVANES, Elsa, « El Censor » (1781-1787). Antología, Barcelona, Editorial Labor, 1972 et UZCANGA MEINECKE, Francisco, El Censor, Barcelona, Editorial Crítica, 2005.

5 Sur Pedro Gatell consulter LARRIBA, Elisabel, De la lancette à la plume. Pedro Gatell y Carnicer : un chirurgien de la Marine Royale dans l’Espagne des Lumières (1745 - 1792), Aix-en-Provence, Services des Publications de l’Université de Provence, 2005. Le chapitre III de cet ouvrage (p. 95-149) est consacrée à l’étude de son journal : Argonauta español (El). Periódico español en el que se corrigen por un estilo jocoso los actuales abusos en todas clases de materias y al mismo tiempo se suministran pensamientos interesantes al mayor progreso de las Ciencias, Artes, Agricultura y Comercio e igualmente noticias curiosas, anécdotas &c. Obra útil, deleitable e instructiva a todas las personas de ambos sexos. Su autor el Br. D. P. Gatell, Cádiz, Imprenta de Antonio Murguía, 1790, 26 numéros. [Deux collections sont localisées à ce jour : l’une est conservée à la Biblioteca Pública de Cádiz [07 (458.181.3) GAT Arg] l’autre à la Bibliothèque de l’Université du Connecticut [SPAN PER 89]. Mais on pourra aisément consulter la version numérisée mise en ligne par la Biblioteca Virtual de Prensa histórica ou notre édition papier (Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2003)].

6 Selon la demande formulée le 3 avril 1793 auprès de Godoy pour obtenir l’autorisation de publier « un periódico que combata y ridiculice las máximas que han conducido a la revolución de Francia », A.H.N. Consejos, legajo 11 280, exp. 34.

7 DOMERGUE, Lucienne, « Andanzas y tribulaciones del periodismo en los últimos tiempos del Antiguo Régimen : el poder contra la prensa periódica (desde la Revolución francesa hasta la Guerra de Independencia) », in Tres calas en la censura dieciochesca (Cadalso, Rousseau, Prensa periódica), Toulouse, Institut d’Etudes hispaniques et hispano-américaines de l’Université Toulouse-Le Mirail, 1981, p. 102.

8 On trouvera la liste détaillée des membres de l’équipe rédactionnelle dans : BLASCO, Ricardo, La prensa del País Valenciá (1790-1983), Valence, Institución Alfonso el Magnánimo Diputación de Valencia, 1983, pp. 152-153.

9 Diario de Valencia, Valencia, Imprenta del Diario, 1790-1836. Sur la création du Diario de Valencia on pourra consulter en particulier BLASCO, Ricardo, op. cit., p. 145-169 ; SALVADOR ESTEBAN, Emilia, « El nacimiento del Diario de Valencia (1790). Sus principios fundacionales como reflejo de la mentalidad de una época », in Estudis, n° 2, p. 219-244 et « Los inicios del Diario de Valencia y la revolución francesa : desorientación y radicalización (1790-1795) », in Estudios de Historia moderna y contemporánea. Homenaje a Federico Suárez Verdeguer, Madrid, Rialp, 1991, pp. 431-440.

10 « Prospecto », in Diario de Valencia, Valencia, en la Imprenta del Diario, 1790, tome I (document non paginé) : « El Diario es un Papel, que hallándose en las manos de todos contribuye más que otro alguno a la general ilustración ; a conservar en la memoria las providencias que el Gobierno tiene a bien expedir y publicar ; y en medio de la curiosidad, o de la necesidad de leer un Diario, se van introduciendo insensiblemente aquellas máximas que pueden hacer a un Pueblo feliz ».

11 « Prólogo », in Diario de Valencia, 1790, tome I, p. III : « Mientras tan útiles Ciudadanos [les Valenciens qui apportèrent leur contribution au journal] procuraban de esta suerte la gloria de su Nación, se ha visto nacer una multitud de Escritores descontentadizos que acostumbrados a reprobar cuanto no pasa por sus manos, han procurado la ruina de nuestro Diario » ; p. VII : « Nos ruegan unos que no insertemos sino cosas serias, y otros quieren que todo sea jocoso. No basta que usemos de la variedad, como es debido. Cada cual quiere una especie de Diario particular según su gusto, y considera como inútil lo que no es conforme à él. Si no les complace dirigen sus quejas contra los que componen el Diario, siembran la cizaña, y solicitan la destrucción de un Periódico, a cuya perfección debían contribuir. Si son capaces de proporcionarla, sacrifiquen sus tareas en beneficio de su Patria, presentándonos bellos discursos en el ramo que les parezca ó útil.«  Los excelentes modelos siempre desengañan y enseñan ; las amargas críticas irritan el corazón sin ilustrar el entendimiento. » Cada instante se ven en las cajas papeles desvergonzados, llenos de amenazas, y faltos de atención y de decoro. Conocemos son nacidos de sujetos reputados por mordaces, que envidiosos de la gloria que nos pudiéramos adquirir con haber sido los primeros en fomentar en esta Ciudad tan útil establecimiento, no pueden contenerse en los justos límites de todo sensato y hombre de bien ».

12 « Prólogo », in Diario de Valencia, 1790, tomo I, p. IX : « No es poco haber conseguido que un Papel continuo y repetido todos los días se vea sobre la banqueta del zapatero ; que en los talleres de los artesanos se oiga con gusto ; que en casi todos los lugares cercanos [« a Madrid » figurant dans le prologue du Diario curioso, erudito, económico y comercial de Madrid a été ici supprimé] se lea por los Prohombres ; que ande por las tabernas, y en manos de los mozos de esquina, y vagabundos del rastro. Todos éstos y otros que antes tenían cataratas en los ojos para conocer las letras, ya leen, y ésta es una de las utilidades más considerables que puede haber traído el Diario ».

13 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIème siècle (1781-1808), op. cit., p. 19-20.

14 Ibid., pp. 157 et 163.

15 Ibid., p. 63 sq.

16 Diario histórico y político de Sevilla, Sevilla, Vázquez e Hidalgo, 1792-1793, 181 numéros [Hemeroteca Municipal de Madrid : AH. 2014 (3343-3344)].

17 Sur l’importance du public provincial voir LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIème siècle (1781-1808), op. cit., pp. 61-116.

18 A.H.N., Consejos, leg. 1443, exp. 25, Prospecto de la Obra Periódica titulada Diario de Sevilla (document manuscrit), fol. 3. v. : « Pero entre todas [les publications périodiques] ha merecido particular atención, por ser más general su utilidad, la conocida con el nombre de Diario : comprehendiendo por éste, aquel Papel que da las noticias particulares de cuanto ocurre diariamente en el Pueblo de su establecimiento ».

19 Id. : « Sólo se dirá que a vuelta de las noticias más triviales, que son las que más se buscan, porque suelen interesar más, se introducen las que no sólo van desterrando insensiblemente los abusos y preocupaciones del Vulgo ilustrándolo, sino que dejan gravadas aquellas máximas que pueden contribuir con el tiempo a hacer a un Pueblo feliz ».

20 Id. : « hace [le journal] que se conserven por más tiempo, y que lleguen más circunstanciadas a noticia del Público, aquellas providencias que la superioridad tiene a bien promulgar ».

21 A.H.N., Consejos, leg. 1443, exp. 25. Rapport de Benito Ramírez de Cernuda à Pedro Escolano de Arrieta, Séville, 16 septembre 1791 : « No hallo reparo en que se conceda al Barón de la Bruère el privilegio exclusivo por 20 años que solicita para imprimir el Diario de esta Ciudad conforme al prospecto […] Semejante Diario se ha empezado diferentes veces, y otras tantas se abandonó, por lo cual no hay perjuicio de tercero en la gracia que se pide, y tal vez podrá con ella afianzarse la continuación de este útil establecimiento, pero si se suspendiera o abandonara por seis meses o el tiempo que estime el Consejo, me parece será conveniente prevenir que por el mismo hecho quede cancelado el Privilegio exclusivo ».

22 Id., Résolution du Conseil de Castille, 13 février 1792 : « encargándole [al Regente] que antes de cumplirse el año avise al Consejo las utilidades, o perjuicios que haya producido para en su vista acordar la providencia que convenga ».

23 A.H.N., Consejos, leg. 11 279, exp. 73 : « Los periódicos, de que tengo noticia salen en Europa son los siguientes : 1° Diario de los Sabios, 2° Diario político de Ciencias y Artes, 3° Censor universal Inglés, 4° Año Literario, 5° Diario Enciclopédico de Bouillon, 6° Diario de Liège ; 7° Diario General de Francia, 8° Diario de París, 9° Diario de Guiena, 10° Diario Económico, 11° Mercurio de Francia, 12° Efemérides Literarias de Roma, 13° Gazeta de Salud, 14° Papel Periódico de Flandes, 15° Varios Diarios de Alemania, 16° Correspondencia Secreta, Política, Útil y literaria en Colonia ».

24 Id. : « yo me guardaría muy bien el que se deslizase la menor expresión que pudiese ser trascendental a otro asunto, como V.E. podrá notar en dicho Diario que tendré la honra de remitirle, pues habiendo visto los escollos donde han zozobrado los otros Periódicos que salían en esta Corte y que se suspendieron justamente, me será más fácil poder evitarlos ».

25 Espíritu de los mejores diarios literarios que se publican en Europa. Dedicado a los literatos y curiosos de España. Que contiene las principales noticias que ocurren en las Ciencias, Artes, Literatura y Comercio ; varias anécdotas curiosas, el anuncio de las obras que se publican, las invenciones que se hacen y los adelantamientos de las Ciencias, Madrid, Antonio Espinosa, 1787-1791, 270 numéros. Réédité à Madrid en 1795.Voir VARELA HERVIAS, E., Espíritu de los mejores diarios que se publican en Europa, Madrid, 1787-1791, Madrid, Hemeroteca Municipal de Madrid, 1966. On trouvera p. 23-63 la liste des auteurs (nationaux et étrangers) dont les textes sont reproduits dans le périodique.

26 Cf. LOPEZ, François, Juan Pablo Forner et la crise de la conscience espagnole au XVIIIe siècle, Bordeaux, Institut d’Etudes Ibériques et Ibéro-américaines de l’Université de Bordeaux, 1976, p. 513-515 et p. 647-648. Cet ouvrage a fait l’objet d’une réédition en espagnol (traduction de Fernando Villaverde, Valladolid, Consejería de Educación, 1999).

27 A.H.N., Consejos, leg. 11 280, exp. 34. Lettre du baron de La Bruère à Manuel Godoy, Séville, 3 avril 1793 : « Creyendo que nada podría contribuir más a desvanecer las especies ilusorias con que ha procurado contaminar a las Naciones, el Fanatismo Francés, que un Papel que pudiese andar en las manos de todos ; tengo el honor de incluir a V.E. el adjunto Memorial para S.M., en él verá V.E. la idea que me he formado, y al que contribuirá en la mayor parte un literato bien conocido en la carrera de las Letras... ».

28 Ibid., Placet du Baron de la Bruère au Roi, 3 avril 1793 : « deseando contribuir por su parte al mejor servicio de V.M. con relación a las presentes circunstancias de Europa ; y especialmente a la escandalosa alteración que ha intentado la Francia derramar, e introducir en toda ella, con máximas subversivas de los Gobiernos establecidos ; ha pensado que para que estas máximas no seduzcan a la incauta muchedumbre con las falsas ideas de Libertad [souligné dans le texte], que prometen, al mismo tiempo que ejercitan prácticamente la Tiranía y el Despotismo más sangriento y feroz, sería muy conducente ofrecer al público un antídoto proporcionado a la actividad del veneno que se pretende derramar, e insinúan mañosamente los malignos en el espíritu de la ignorante Plebe ».

29 Ibid. : « Los Papeles públicos han sido los que en la Francia han ocasionado, en gran parte, la desastrada revolución que ha perturbado a toda Europa ; y los papeles públicos deben ser en las demás Naciones los que combatan contra las máximas perniciosas que aquella desgraciada Nación solicita propagar en todos los Pueblos. Y así es, que en Alemania, Prusia, Holanda e Inglaterra se hace la Guerra a los Franceses no menos con las balas que con las plumas ; y los mejores ingenios de Europa se hallan hoy dignamente ocupados en sostener la causa de los Tronos, del mismo modo que sus mejores Generales en mantener el Orden Público inicuamente desconcertado por el Fanatismo Político de una Nación ligera e insustancial ».

30 Id. : « se ha propuesto [le baron de la Bruère] publicar semanalmente un Papel Periódico cuyo objeto se dirija todo a impugnar y ridiculizar las máximas, principios, y estatutos por donde se ha conducido la revolución de Francia ; la ridícula y fanática Filosofía que ha dado origen al entusiasmo de tal revolución ; la constitución imaginaria de una libertad y de una igualdad que no pueden subsistir sino en las especulaciones de Filósofos delirantes ; y por último todo lo que tenga relación con el nuevo género de Gobierno, que el fanatismo Francés pretende establecer en toda Europa ».

31 Id. Note au baron de la Bruère, Aranjuez, 12 avril 1793 : « No juzga el Rey conveniente por ahora la publicación que V.S. solicita hacer de un Periódico que rebata y ridiculice las máximas y principios que han conducido a la Revolución de Francia, aunque ha sido grato a S.M. el buen celo que V.S. ha manifestado en intentarlo. Lo aviso a V.S. de orden del Rey en respuesta a su carta de 3 del corriente ».

32 LARRIBA, Elisabel, « La presse espagnole à la fin du XVIIIe siècle et la censure d’Etat : les projets de création de périodiques refusés par le Conseil de Castille de 1791 à 1808 », in Individu et autorités : positions de la Presse des Lumières. Actes du colloque tenu à Nantes 27-29 septembre 2001, Université de Nantes, Centre de Recherches sur les Identités Nationales et l’Interculturalité Société Française d’Etude du XVIIIème siècle, 2004, pp. 37-56.

33 A.H.N., Consejos, Leg. 11 279, exp. 131. Juan Pablo Forner au Duc de la Alcudia, Séville. La lettre est datée du 20 avril 1792, mais il doit en fait s’agir du 20 avril 1793 car Forner fait référence dans son courrier au rejet par les autorités du projet présenté par le Baron de la Bruère ce qui nous renvoie au 12 avril 1793 : « …pensé consagrar mi pluma a una ocupación que yo creía útil en la presente coyuntura, cual era combatir y ridiculizar en una obra periódica los principios y máximas de la falsa y desatinada filosofía que ha dado origen y ocasión a la Revolución de Francia. Ocultando mi nombre (porque amo mucho la moderación) me valí del Barón de la Bruère para que propusiera el pensamiento a S. Mag. por mano de V. Exca : y el Rey (D.L.G.) aplaudiendo el celo, respondió no convenir por ahora la publicación de tal escrito… » Ce document est reproduit dans son intégralité in LOPEZ, François, Juan Pablo Forner et la crise de la conscience espagnole au XVIIIe siècle, op. cit., pp. 647-648.

34 On trouvera dans SANCHEZ HITA, Beatriz, « La prensa en Cádiz en el siglo XVIII », publié dans cette même livraison de El Argonauta español une présentation fort complète de l’univers journalistique de Cadix au XVIIIe siècle et de précieuses notes bibliographiques permettant de localiser des périodiques dont sont parfois conservées bien peu de collections.

35 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100.

36 Ibid, Prospecto de la Obra periódica intitulada Diario Histórico y Político de la Ciudad de Cádiz, Cadix, 20 juillet 1793 : « [los periódicos] van instruyendo insensiblemente al más inaplicado, recuerda las especies al inteligente, y hallándose en las manos de todos indistintamente, por su pequeño coste, coopera más que otra alguna causa, a pulir las costumbres, a destruir envejecidas preocupaciones del Vulgo, a conservar por más tiempo en la memoria las Providencias que el gobierno tiene a bien expedir y publicar, y finalmente en medio de la curiosidad y necesidad de leer un Diario, se van introduciendo aquellas sanas máximas que con el tiempo pueden hacer a un Pueblo feliz… »

37 Id. : « Dividiremos el Diario en dos capítulos : el primero contendrá algunos Discursos sobre Ciencias, Artes, Industria, Agricultura y Comercio, Anécdotas y hechos históricos, Fábulas, Apólogos, cuentos, chistes, enigmas, refranes, y poesías inéditas o raras ; Pragmáticas, Cédulas, reales Edictos, bandos y demás órdenes que se publiquen ; Noticia de los nuevos establecimientos, Fábricas, o Descubrimientos importantes o curiosos ; De los libros que salgan a luz, subscripciones o prospectos. En fin este capítulo abrazará generalmente cuanto sirva a la instrucción y amenidad de sus lectores… »

38 Id. : « ..y si como esperamos llegase este papel a tener la aceptación que nos prometemos, nos subscribiremos a todos aquellos Periódicos extranjeros, cuya introducción en estos Reinos sea permitida con el fin de comunicar cuanto contengan de curioso y útil. Asímismo tendrá lugar en este Diario todo lo que se halle provechoso, e instructivo de los Periódicos de nuestra Península para dilatar sus conocimientos, siendo estos papeles muy raros fuera del lugar de su Publicación ».

39 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Joaquín de Fondesviela y Ondeano, Cadix, 23 mai 1794.

40 Id. Rapport de Bernardo de Riega, Régent de l’Audience de Séville à Bartolomé Muñoz de la Torre, Séville, 4 juin 1794 : « Habiendo reconocido las Materias que comprende y procurado instruirme de las circunstancias del Autor y del Pueblo de Cádiz, vivo persuadido que en la crítica situación del día, esta impresión, aunque pudiera traer alguna utilidad a dicha ciudad, puede igualmente ser causa de muchos males, que con capa de honestidad política se introducen y cuando se desea evitarlos, o no se puede, o causaron ya notables estragos... »

41 Id. : « El Autor aunque nació en España, es hijo de Francés, y tengo entendido tiene bienes, o tenía antes de la Revolución actual, en Francia, y aunque sus costumbres son regulares, vivo persuadido no prescindirá de aquella inclinación que motiva el origen y crianza de los padres, prescindiendo que el carácter francés inspira a los que descienden de aquel Reino cierta inclinación y adhesión, que con dificultad se borra, aunque vivan domiciliados en otros Reinos... »

42 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Cf. Rapport de Domingo Fernández Cueto à Bartolomé Muñoz de la Torre, Cadix, 21 août 1801.

43 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Requête du baron de la Bruère, Cadix, 1 juin 1796 : « El exponente quiso probar la suerte, sin embargo de estos antecedentes [les expériences malheureuses de nombre de ses confrères], y hace año y medio que bajo el título de Correo y Postillón de Cádiz saca un Papel dos veces a la semana, el que ha merecido general aceptación ; pero la experiencia que ha adquirido en este tiempo, le ha manifestado convendría para hacerlo más útil y llegar al término de perfección que se ha propuesto, y de que es susceptible, el que este Periódico fuese Diario, porque ciertas noticias perentorias tienen que esperar ahora tres o cuatro días para que su publicación, lo que hace, que o ya sabidas no se aprecien, o que llegando tarde para poder tener valerse de ellas no tengan efecto ».

44 Id. Voir le « Plan de la Obra periódica Diario curioso y de comercio de Cádiz » joint à la demande.

45 Id. : « Creyendo que pudiera ser de la mayor utilidad que, a imitación de París, Londres, Italia y otros países, el anunciar los nacimientos, bodas, entierros, & de personas visibles de esta ciudad, se pondrá un capítulo que las indique si remitiesen las notas los interesados. De esta suerte se podrían dejar a la Posteridad algunas noticias circunstanciadas que facilitasen, tal vez un conocimiento que por descuido se dejó de notar o se extravió con perjuicio de los interesados, y así mismo se facilitaría remitiendo al Periódico, el participar a sus corresponsales las novedades ocurridas, y aun en el mismo Pueblo, el dar parte, convidar , despedirse, o avisar su llegada, seguro de que antes de las 24 horas sería público ».

46 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse à la fin du XVIII siècle (1781-1808), op. cit.

47 Correo de las Damas o, Poliantea Instructiva, Curiosa y Agradable de Literatura, Ciencias y Artes. Périodique publié à Cadix vraisemblablement entre 1804 et 1808 (et non 1807, comme précise Beatriz Sánchez Hita dans sa contribution à ce même numéro de El Argonauta español). Un exemplaire de la collection (en 15 volumes) a été localisé à la Bibliothèque de l’Université du Connecticut (SPAN PER 16). Cf. SANCHEZ HITA, Beatriz, « Prensa para mujeres en Cádiz después de 1791. El Correo de las Damas (1804-1807) y El Amigo de las Damas (1813)”, in Cuadernos de Ilustración y Romanticismo. Revista del Grupo de Estudios del Siglo XVIII, Universidad de Cádiz, n° 11 (2003), p. 113.

48 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Domingo Fernández de Cueto à José Eustaquio Moreno, Cadix, 3 juillet 1801.

49 Id. : « Me parece, que lejos de haber inconveniente en la edición de un Diario semejante en una Ciudad de numerosa población como lo es ésta, a que se agrega el ser uno de los principales Puertos de nuestra España, y una de las primeras Plazas de comercio de la Europa, puede resultar una utilidad al comercio en general y en particular, si el editor logra dar las noticias mercantiles con toda aquella exactitud y puntualidad que se puede esperar de su celo por la instrucción del Comercio y del Público, y del interés que a el mismo le resultará ».

50 Cf. en particulier « Cadix, capitale des souscriptions de province », in LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse espagnole à la fin du XVIIIe siècle (1781-1808), op. cit., pp. 103-107.

51 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Domingo Fernández de Cueto à José Eustaquio Moreno : « El haberse publicado ya por algún tiempo en esta Ciudad el mismo Editor un Periódico con el título de Correo, o Postillón, y el haber sido bien recibido del Público, según me han informado, da motivo para esperar que lo será también el Diario que solicita publicar. Así mismo puede ser muy útil el Periódico que propone en su Plan una o dos veces a la semana, con el título de Correo de las Damas. En él puede inspirar a esta parte interesante de la sociedad todas las ideas y ejemplos útiles para hacerlas buenas ciudadanas, fieles esposas, y tiernas madres de familia.

Para poderlo ejecutar en los términos que propone el Barón, y cumplir al Público lo que ofrece, es innegable que necesita mantener correspondencias costosas, y hacer anticipaciones de alguna entidad ; y así me parece que el mejor medio para estimularlo y asegurar su puntual desempeño, sería el de concederle el privilegio exclusivo por los años que solicita, o por los que pareciere que pueden ser suficientes ».

52 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport du Fiscal, Madrid, 6 septembre 1801. [Document partiellement reproduit in DOMERGUE, Lucienne, Tres calas en la literatura dieciochesca (Cadalso, Rousseau, prensa periódica, op. cit., p. 104-105.] Cette injonction fut notifiée au Gouverneur de Cadix par courrier du 17 novembre 1801.

53 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Lettre du Baron de La Bruère au Roi, Cadix, 5 janvier 1802. Le rapport élaboré par Miguel de Irribarren (síndico procurador mayor) et Simón de Agreda (síndico personero), en date du 21 décembre 1801, figure également au dossier. L’ensemble des pièces réunies par la Municipalité fut adressé à Bartolomé Muñoz de la Torre le 12 février 1802, soit plus d’un mois après que le Baron de la Bruère (qui en avait déjà pris connaissance) ait adressé sa requête au Roi.

54 Id. : « Necesita el exponente del Privilegio, porque de no ¿quién lo pondrá al abrigo de los adelantos que tendrá que hacer para subscribirse a todos los Periódicos de Europa, como para mantener las correspondencias con sus principales Plazas, dar unas noticias exactas de cuanto conduzca o pueda conducir al comercio para que haga sus especulaciones mercantiles con aquel conocimiento que tanto interesa al particular como al Estado ? Sin este requisito, cualquiera se atreverá a publicar las mismas noticias, sin que el exponente pudiera oponerse a ello, y siendo el que primero ha intentado dar este lustre a su Patria, tendría que ceder al intruso por que esta Plaza no es proporcionada a mantener más de un Periódico, y en esta ocasión la concurrencia (que en otras materias, es la que trae la abundancia y la baratura o la que estimula a perfeccionar una manufactura o algún arte) aquí sería causa de destrucción la competencia y que en una Plaza que es la primera de Comercio de todo el mundo, careciese de la grande utilidad que proporcionan los Periódicos en el lugar de su Publicación, y es verosímil que el haber concedido V.M. igual Privilegio al que solicito a los Periódicos que en el día se publican en sus Reales dominios no han tenido otro fin que multiplicar un género de escritos de la mayor utilidad ».

55 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100.

56 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Francisco Xavier Pinilla à Bartolomé Muñoz de la Torre, Madrid, 12 mars 1802 : « Debo hacer presente a V.S. que habiendo entre los objetos que comprehende dicho plan varios que tienen conexión con el comercio y que según varias Reales Ordenes de la dotación privativa del Correo mercantil que con privilegio exclusivo de S.M., despachado por el Ministerio de Hacienda se publica en esta Corte, no debe concederse al enunciado Barón la facultad que pretende de tratar los mismos objetos en sus periódicos, y más cuando publicaba en Cádiz los dos periódicos que menciona no hacía otra cosa que reimprimir al pie de la letra los principales artículos que se publicaban en el Correo mercantil ».

57 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIII siècle (1781-1808), op. cit., pp. 70-74.

58 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport de Francisco Xavier Pinilla, op.cit. : « el titulado Postillón no era más que una verdadera reimpresión de artículos escogidos del Correo mercantil, con lo cual no sólo se lucraba injustamente y sin gasto alguno de lo que al editor del Correo mercantil le costaba grandes sumas sino que le usurpaba a éste los derechos de su privilegio disminuyéndole los productos de aquel, tan precisos para su publicación ».

59 A.H.N., Consejos, leg. 5566, exp. 100. Rapport du Fiscal, Madrid, 23 avril 1802 : « ciñéndose las noticias del Diario al Pueblo, y no poniendo en él las que hacen el Diario mercantil, y sujetándose a la revista y censura que debe sufrir todo Papel que salga al público no halla el Fiscal inconveniente en que se conceda al Barón de la Bruère licencia para que publique el Diario sin privilegio exclusivo, pues ésta no es obra de un descubrimiento particular, o una instrucción singular que le merezca ».

60 Id. : « Dice que no debe permitirse el Correo de las damas por no ser estos Papeles propios para su instrucción ; ser expuestos a muchos perjuicios políticos ».

61 Id. Résolution du Conseil de Castille, Madrid, 14 juin 1802.

62 A.H.N., Consejos, leg. 5565, exp. 39. Ordre Royal du 3 décembre 1802.

63 Id. : « Y prohibo que ninguna persona sin licencia, imprima ni venda iguales noticias, pena al que lo hiciese de perder como desde luego quiero que pierda todos y cualesquiera moldes y pertrechos que tuviese, y más cincuenta mil mrv. de los cuales sea la tercera parte para la mi Cama, otra para el Juez que lo sentenciase, y la otra parte para el denunciador... »

64 A.H.N., Consejos, leg. 5565, exp. 39. Cf. Résolution Royale du 19 avril 1806.

65 Id. : « …prohibiendo absolutamente al referido Lacroix el insertar en su Diario las noticias de buques entrantes y salientes, o que navegasen a la vista de aquel Puerto, como también otras cualesquiera que exijan conocimientos marineros. Con ocasión ahora de haber fallecido el nominado don Aurelio Tavira he venido en conceder el mismo privilegio exclusivo al actual Vigía Mayor de Cádiz, el Alférez de Fragata graduado Don Antonio García, ampliándole para que pueda imprimir y publicar semanal y diariamente las listas mencionadas, dando también en ellas noticia de las consignaciones de los cargos de los buques de América conocidas con el nombre de sobordos, según las adquieren de los maestres respectivos, y declarando dicho privilegio afecto para siempre en lo sucesivo al empleo de Vigía Mayor de Cádiz, para que continuándose las noticias por persona facultativa se asegure y corra aquel periódico con el crédito que hasta ahora en utilidad del comercio y de mi Real servicio… »

66 A.H.N., Consejos, leg. 5565, exp. 39 : Plan del ingreso que entra en poder de la vigía de esta Plaza del producto de noticias que reparte diaria y semanalmente en reales de vellón, 22 février 1807. Ce bénéfice net de 12 000 pesos annuels, soit environ 180 000 réaux, équivalait à peu près à la rente annuelle perçue par l’évêque d’Orense (189 617 réaux en moyenne pour la période 1750-1799) selon Maximiliano BARRIO GOZALO, « Sociedad, Iglesia y vida religiosa en la España del siglo XVIII. Notas para un estudio demonográfico [sic], económico y socio-religioso », in Antologica Annua, Rome, Instituto Español de Historia Eclesiástica, n° 36 (1989), p. 302.

67 Id., Lettre du Baron de la Bruère au Comte de Isla, Cadix, 6 mars 1807 : « Como son los dos puntos más esenciales de mi Diario mercantil [la liste des entrées et sortie de navire, ainsi que le détail de leur cargaison] ha quedado como un esqueleto, a tal punto que apenas puede sostenerse ; cuando antes que yo, no habían hallado quien estableciese un Periódico en una Plaza que tanto lo necesitaba y lo anhelaba con ansia ».

68 Id. : « Por el Plan adjunto del ingreso que le resulta de sus papeletas y listas, se puede venir en conocimiento de la ambición del Vigía y de la estafa que ejercita, pues por ellas solas lleva 48 rs mensuales, y por ellas y por otras infinitas como consta del Prospecto que acompaña, llevo sólo 20 y aun cuando en este tiempo de guerras en que el Diario mercantil, aunque contenga noticias curiosas, no pueden tener lugar por la inacción del comercio, les doy gratis a los subscriptores del Diario, el Periódico de varia literatura, que son dos pliegos cada semana ; por lo que tasadamente me queda tan poco desde que se quitaron aquellos dos artículos del Diario, que apenas hay para los gastos ; y el mes pasado me quedo solo un duro de ganancia ».

69 A.H.N., Consejos, leg. 5565, exp. 39 : El editor del Diario mercantil y del Correo de las Damas, que se publica en esta Plaza de Cádiz, a los amantes de la Patria y establecimientos útiles, Cádiz, 1805, Imprenta de Manuel Jiménez Carreño, 4 p.

70 Id. : « si el aplauso que ha merecido de los Conocedores de este género de escritos no lo acreditara de útil ; y si los principales Periódicos de Europa no hubieran hablado con encomios de un establecimiento que se admiraban no se hubiese efectuado muchos años antes, en una Plaza de las más principales o la más principal de Comercio de toda Europa, desde luego hubiera podido creerse que el Diario mercantil de Cádiz no contenía nada de interesante, ni que cumplía con lo que prometía su título ».

71 Id. : « ¿Y quién podrá creer que muchas Casas de este Comercio están aun pagando cuatro veces más que lo que cuesta la Subscripción a este Diario para tener sólo unas muy pocas noticias de las que se hallan en él, y aun éstas recibiéndolas manuscritas copiadas del mismo Diario, en papeletillas sueltas fáciles de extraviarse ? »

72 Id. : « Tanto puede la preocupación de algunos, la natural indolencia de otros, que no saben salir de aquel método, sea cual fuere, en que se crearon, sin profundizar ni adelantar nada sobre la materia, necesitando para sacarlos de su letargo una fuerza superior ».

73 A.H.N., Consejos, leg. 11 288, exp. 17. Lettre du Baron de la Bruère à Manuel Godoy, Cadix, 3 août 1807 : « ya ha llegado este tiempo feliz que ansiaba el Editor, con la exaltación de V.A.S. al elevado puesto que tan dignamente ocupa ; ya todas las trabas, todas las siniestras interpretaciones, nacidas de la ignorancia disfrazada con capa de celo, se desvanecerán ; ya todos aquellos que se ejercitaban en promover litigios, fomentar tropiezos, y dar siniestros y ridículos sentidos a las Providencias, Ordenes, y Privilegios con que la superioridad procura animar y promover cuanto halla digno de su atención, quedarán destruidos ; tendrán que confundirse en el caos de su envidiosa perversidad y este Periódico tan necesario y útil al comercio llegará al punto de perfección de que es susceptible ».

74 Id. : « …establecido en esta Plaza de Cádiz, promoviéndose sus Milicias, con motivo de la presente guerra, y poniéndose sobre las armas, solicitó, como natural del país, ser incorporado en ellas para sacrificar el resto de sus días, del mismo modo que lo había hecho en su juventud ».

75 A.H.N., Consejos, leg. 11 288, exp. 17 : Rapport de Miguel Cayetano Soler à Pedro Ceballos, Madrid, 23 septembre 1807.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « Le baron de la Bruère : un patron de presse au temps des « Don Quichotte du monde philosophique » », El Argonauta español [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2007, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1248 ; DOI : 10.4000/argonauta.1248

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

Université de Provence - UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org