Navigation – Plan du site
Livraison janvier

Députés-journalistes et censure au Pays basque et en Navarre (1931-1936)

Severiano Rojo Hernandez

Résumés

A partir des fonds du Tribunal Suprême de la République, cet article analyse le rôle des députés-journalistes dans les sociétés basque et navarraise entre 1931 et 1936. Il revient en particulier sur leur engagement politique et sur la censure à laquelle leurs articles furent soumis.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Constitución de la República Española, 9 décembre 1931, Art. 34. (Ma traduction, j'ai par ailleurs (...)
  • 2 BARRERA, Carlos, « Los medios de comunicación en España », in Historia del periodismo Universal, Ba (...)
  • 3 Cf. SEOANE, María Cruz, SÁIZ, María Dolores, Historia del periodismo en España. El siglo XX : 1898- (...)

1En Espagne, l’instauration de la IIe République, le 14 avril 1931, soulève de grands espoirs chez les journalistes. Nombre d’entre eux interprètent cet événement comme le début d’une ère nouvelle, synonyme de liberté pour la presse et en rupture totale, de ce point de vue, avec les périodes et pratiques précédentes. Cet espoir se concrétise rapidement dans les textes. L’article 34 de la Constitution du 9 décembre 1931 stipule que « toute personne a le droit d’émettre librement ses idées et ses opinions, en utilisant pour cela quelque moyens de diffusion que ce soit, sans être assujetti à la censure »1. La réalité est pourtant bien différente. Si la République est une période fondamentale dans le renouveau et l’évolution de la presse en Espagne, il n’en va pas de même quant à la liberté d’expression. Comme le rappelle Carlos Barrera, « pendant une grande partie du régime républicain, la censure s’est imposée sur la liberté d’informer, en raison des mesures d’exception décrétées par le pouvoir en place. La forte expansion de l’ensemble de la presse a été contrebalancée par les suspensions massives et arbitraires de journaux, adoptées par les gouvernements tant de droite que de gauche »2. En effet, au cours de la période 1931-1936, un ensemble de mesures d’ordre législatif (Loi de Défense de la République [1931], Loi sur l’Ordre Public [1933]) conditionne la liberté d’expression, soulignant de la sorte la méfiance qu’inspirent alors au sein des instances gouvernementales les journalistes et la presse. Les différentes lois en vigueur permettent aux autorités d’appliquer la censure, contre un périodique qui fait l’apologie de la monarchie ou profère des attaques contre le nouveau régime et ses représentants. Quand le pouvoir estime que de graves menaces pèsent sur le pays (tentative de coup d’Etat du Général Sanjurjo [août 32] et soulèvement révolutionnaire d’octobre 34), le gouvernement peut ordonner la présentation de tout journal une heure avant sa diffusion (Loi sur l’Ordre public)3. Si, dans le cas des gouvernements de gauche, ces pratiques matérialisent une volonté de protéger un système destiné à réformer l’Espagne, elles sont néanmoins en profonde contradiction avec l’essence démocratique de la République. Elles suscitent donc de nombreuses critiques, en particulier chez certains journalistes, qui se détournent du nouveau régime, déçus de constater que la République adopte quant à la liberté d’expression une stratégie fondée en partie sur la sanction.

2L’utilisation de la censure est une pratique courante et particulièrement visible dans des régions comme le Pays basque et la Navarre, où les questions nationaliste et religieuse mobilisent une grande partie de l’opinion et provoquent de nombreux incidents. Symboles d’une Espagne conservatrice et opposée à la République, le Pays basque et la Navarre font l’objet sous le premier bienio (1931-1933) d’une vigilance extrême de la part des autorités républicaines, qui n’hésitent pas à infliger des amendes aux journalistes et à suspendre en 1931 et en 1932 les journaux de droite et du parti nationaliste basque (PNV). De 1933 à 1936 (second bienio), le gouvernement de droite, en raison de la virulence du soulèvement révolutionnaire (octobre 1934), adopte à son tour des mesures radicales. Il suspend la presse de gauche et du PNV jusqu’en 1935. Par la suite, les atteintes contre la liberté de la presse se poursuivent. Inquiètes de l’évolution de la situation sur l’ensemble du territoire espagnol, les autorités du Front Populaire (février-juillet 1936) exercent un contrôle préalable de l’information et le gouvernement basque pérennise ces pratiques en Biscaye au cours de la Guerre Civile. On le voit donc, les périodes au cours desquelles les journalistes basques et navarrais bénéficient d’une totale liberté d’expression sont peu nombreuses sous la IIe République.

3Cette situation apparaît clairement lorsque l’on examine les dossiers de censure, conservés en partie dans les archives de l’Etat espagnol. Leur étude apporte un éclairage particulièrement saisissant sur les rapports conflictuels entre les autorités républicaines et divers journalistes basques et navarrais, rapports d’autant plus délicats que certains d’entre eux exercent des activités au sein de formations politiques opposées au pouvoir en place. Tel est le cas par exemple d’Indalecio Prieto, dirigeant du PSOE et propriétaire de El Liberal (Bilbao), et de Manuel Eguileor, Président du Secrétariat Général du PNV, dont les nombreux articles sont publiés dans les hebdomadaires et quotidiens nationalistes basques. Le lien entre la politique et le journalisme conduit donc à analyser les fonds du Tribunal Suprême de la République, dans lesquels sont conservés les recours contre les députés accusés de délits de presse par le Tribunal Instructeur Spécial du Pays basque et de la Navarre. Ces fonds permettent non seulement de déterminer la portée et les limites de la censure, mais aussi de saisir à quel point la censure est instrumentalisée et évolue en fonction de la conjoncture. Enfin, le député-journaliste, ou le député exerçant par intermittence la fonction de journaliste, est un objet d’étude des plus intéressants, notamment quand il est confronté à la censure. En effet, il est la victime d’un système mis en place par un pouvoir dont le député est, du fait de sa fonction, l’une des sources de légitimité. Ainsi, à travers la censure, le pouvoir républicain sanctionne l’un des éléments essentiels à son existence et le député-journaliste cautionne, volontairement ou involontairement, le système qui limite un droit inhérent à sa double fonction : la liberté d’expression. Tous cela souligne à quel point la République est un régime pétri de contradictions, quasi schizophrénique, partagé entre la liberté et la répression, la tolérance et l’intransigeance.

La censure au Pays basque et en Navarre : une constante à géométrie variable

  • 4 Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

4Entre 1931 et 1936, le Tribunal Suprême de la République doit se prononcer à 55 reprises sur des recours présentés par le Tribunal Instructeur Spécial du Pays basque et de la Navarre (TISPBN), contre des députés accusés de délits de presse4. Le TISPBN s’adresse au Tribunal Suprême car les députés bénéficient d’une immunité parlementaire, qui les met à l’abri des poursuites judiciaires. Les dossiers de ces différentes affaires, conservés à l’Archivo Histórico Nacional (Madrid), intéressent tout particulièrement le chercheur, car ils offrent de nombreuses et précieuses informations à partir desquelles l’historien peut reconstituer une partie du fonctionnement de la censure au Pays basque et en Navarre. Ainsi, les recours du TISPBN permettent de disposer de données telles que le nom du ou des accusés, celui du journal dans lequel a été publié l’article censuré, le contenu de l’article censuré, les délits dont est accusé le ou les députés (voire d’autres personnes), les arguments avancés par l’accusé ou le directeur du journal pour se défendre, les sanctions du tribunal chargé de faire appliquer la censure, la date d’examen du recours par le Tribunal Suprême et les sentences de ce dernier. Ces données sont autant de variables à partir desquelles il est possible d’établir des statistiques, extrêmement utiles pour l’étude de la censure et de l’activité des journalistes sous la IIe République.

  • 5 La plupart des tribunaux sont basques (96 %). Parmi eux, 85 % sont situés en Biscaye, 13 % au Guipú (...)

5Une première analyse des 55 dossiers permet de constater que l’activité des tribunaux chargés de faire appliquer la censure au Pays basque et en Navarre est constante de 1931 à 19365. En effet, les affaires qu’ils instruisent conduisent le TISPBN à saisir le Tribunal Suprême tout au long de la période. Le nombre de recours examinés par le Tribunal Suprême est néanmoins beaucoup plus conséquent au cours des premières années de la IIe République, plus de soixante-cinq pour cent d’entre eux étant présentés de 1931 à 1933.

Interventions des tribunaux du Pays basque et de la Navarre pour des cas de censure impliquant des députés (1931-1936)

Interventions des tribunaux du Pays basque et de la Navarre pour des cas de censure impliquant des députés (1931-1936)

Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

  • 6 Cf. TÁPIZ, José María, El PNV durante la II República. (organización interna, implantación territor (...)
  • 7 Cf. GRANJA, José Luis de la, Nacionalismo y II Répública en el País Vasco, Madrid, Siglo XXI, 1986, (...)

6Le premier bienio apparaît comme un moment clé dans la restriction de la liberté d’informer. L’activité de la censure est particulièrement significative sous les premiers gouvernements de gauche (1931-1933). L’année 1932 en est le parfait exemple, dans la mesure où 33 % des interventions se produisent à ce moment-là. Ce graphique permet donc d’établir une périodisation de l’activité des tribunaux et témoigne notamment des nombreux conflits qui éclatent au Pays basque et en Navarre au cours du premier bienio. Centrés sur la question religieuse et l’autonomie basque, ces conflits conduisent les députés à utiliser les médias de façon récurrente afin d’exprimer leurs convictions. Pour faire face à cet engagement et affaiblir le leadership exercé par les parlementaires, le gouvernement s’attaque à la presse, dont le rôle est capital dans le développement et la propagande de formations telles que le PNV6. Il organise une stratégie fondée en partie sur la censure et espère dès lors reprendre en main le Pays basque et la Navarre. Cette politique se met en place dès l’été 1931, alors que les tensions sont extrêmement vives, en raison de l’expulsion de l’évêque de Vitoria et de la discussion aux Cortès du projet de Constitution établissant la séparation entre l’Etat et l’Eglise. De 1932 à 1933, cette politique demeure à l’ordre du jour. Appliquée en particulier par le gouverneur de la Biscaye José María Amilibia, elle vise essentiellement les nationalistes basques et génère un climat de guerre civile, qui se solde par de nombreuses arrestations, la mort de militants socialistes et nationalistes, et la suspension de journaux proches du PNV (Jagi Jagi par exemple)7. Le changement de majorité parlementaire en novembre 1933 ne modifie guère dans un premier temps la stratégie des autorités judiciaires et gouvernementales. La persistance d’un nombre élevé d’interventions des tribunaux en 1934 souligne à quel point la droite s’inspire des pratiques des gouvernements antérieurs dans ses relations avec le Pays basque. Cela indique également que la presse demeure le fer de lance de la lutte contre le pouvoir en place, la tribune à partir de laquelle les députés essaient de mobiliser les foules. Il ne faut pas croire cependant que la justice sanctionne des articles publiés pendant le soulèvement révolutionnaire d’octobre 34, puisque tous les journaux furent suspendus par les autorités. L’intervention des tribunaux a lieu essentiellement au cours de l’été 1934, lors des affrontements entre le gouvernement et les municipalités basques, lesquelles s’opposent aux mesures du Ministère de l’économie, mesures qui portent préjudice à l’autonomie financière dont dispose la région depuis 1878. Quant à la décrue du nombre d’interventions à partir de 1935, elle n’est pas le résultat d’une plus grande tolérance à l’égard de la presse, mais la conséquence de quatre phénomènes : la suspension d’une partie des journaux basques, le contrôle préalable de l’information, l’incarcération et l’exil de députés de gauche après le soulèvement révolutionnaire d’octobre 34.

  • 8 Cinquante-cinq dossiers de censure ont été étudiés. Chaque dossier concerne la publication d'un ou (...)

7Les soubresauts qui marquent l’histoire politique du Pays basque et de la Navarre pendant la IIe République sont, on le voit, clairement inscrits dans la chronologie qu’établit l’activité des tribunaux. Celle-ci joue le rôle d’un miroir car elle participe de cette histoire, au même titre que les articles incriminés. Sur un total de 798, ces derniers sont pour la plupart écrits entre 1931 et 1933 :

Nombre d’articles écrits par des parlementaires et censurés par les tribunaux du Pays basque et de la Navarre
(1931-1936)

Nombre d’articles écrits par des parlementaires et censurés par les tribunaux du Pays basque et de la Navarre(1931-1936)

Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

8Confirmant les tendances qui se dégagent de l’activité des tribunaux, ce graphique met toutefois davantage l’accent sur l’année 1931, année extrêmement conflictuelle, au cours de laquelle la quantité d’articles censurés est la plus importante après 1932. Le graphique souligne également la forte politisation de la presse pendant la IIe République et sa grande implication, ainsi que celle des députés-journalistes, dans les conflits qui secouent le Pays basque. En effet, les 79 articles sont écrits par 19 parlementaires, soit en moyenne un peu plus de quatre articles par élu. Cet engagement est essentiellement le fruit de parlementaires basques :

Régions auxquelles sont rattachés les députés-journalistes

Régions

1931-1933

1933-1936

1936

Total

Pays basque

8

4

1

13

Navarre

0

0

0

0

Autres régions espagnoles

1

5

0

6

Total

9

9

1

19

Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

  • 9 Cf. MAJUELO GILl, Emilio, « Prensa y sociedad en Navarra en la IIe República », in Comunicación, cu (...)

9Cette présence massive d’élus basques contraste avec l’absence de députés de la Navarre. Ceux-ci ne font l’objet d’aucun recours de la part du TISPBN, bien que la Navarre soit sous la IIe République un foyer de tensions particulièrement actif, où le carlisme organise à partir de 1931 une insurrection armée. Il s’agit là de résultats quelque peu surprenants, quand on sait à quel point certains élus navarrais n’hésitent pas à enfreindre les lois républicaines et participent, aux côtés de la presse locale, aux campagnes contre le nouveau régime. On peut dès lors se demander si leur absence n’est pas due à l’existence en Navarre d’une censure moins rigoureuse ou encore à une utilisation de la presse, de la part des députés, différente de celle du Pays basque. Il est difficile actuellement de répondre à ces questions. On peut toutefois observer que parmi les députés basques dont l’article est censuré il ne figure aucun élu de l’Alava, province qui présente dans les années trente de nombreuses similitudes avec la Navarre9 : la presse y est beaucoup moins développée qu’en Biscaye et au Guipúzcoa, il s’agit d’un territoire éminemment agricole où le tissu social n’est pas altéré comme en Biscaye par la révolution industrielle, la religion y demeure profondément ancrée, tout comme le caciquisme, forme de clientélisme qui permet au carlisme de conserver son emprise sur les populations locales. Cela étant, la majeure partie des parlementaires basques sanctionnés entre 1931 et 1936 provient de la Biscaye (77 %), province où le conflit avec les autorités républicaines est d’une grande virulence et où le poids des médias dans la vie sociale est plus important que partout ailleurs au Pays basque. De fait, Bilbao dispose d’une presse moderne et diversifiée, dans laquelle s’expriment tant les élus basques que ceux des autres régions espagnoles.

  • 10 Le parlementaire nationaliste basque le plus censuré sous la IIe République est Manuel Eguileor. A (...)

10Les courants politiques auxquels appartiennent les parlementaires sanctionnés sont ceux qui dominent l’échiquier politique basque et navarrais : le nationalisme basque (PNV), le carlisme (Comunión Tradicionalista), le monarchisme, le socialisme et le communisme. Les élus nationalistes représentent le groupe le plus nombreux (8 sur 19) et celui sur lequel s’abat la censure avec le plus de fréquence10. Sur les 79 articles censurés, 53 sont signés par des parlementaires nationalistes basques. Les parlementaires socialistes, second groupe par ordre d’importance (5 députés), ne sont pour leur part cités que dans 10 affaires. Une telle différence illustre à quel point le PNV est à la tête de la contestation et dans quelle mesure la censure sert au Pays basque à lutter contre le projet de société nationaliste. Une analyse approfondie permet d’ailleurs d’apporter certaines précisions, quant à la manière dont le pouvoir instrumentalise la censure. En fonction des périodes, elle touche des groupes politiques différents :

Articles censurés par les tribunaux du Pays basque et de la Navarre selon les tendances politiques des parlementaires (1931-1936)

Articles censurés par les tribunaux du Pays basque et de la Navarre selon les tendances politiques des parlementaires (1931-1936)

Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

  • 11 Notre corpus se divise de la manière suivante : 9 quotidiens, 10 hebdomadaires et 1 revue. Sa compo (...)
  • 12 De 1931 à 1933, les journaux sanctionnés le plus fréquemment sont : Euzkadi (14 fois), Mendigoxale (...)

11Il s’agit clairement d’une censure à géométrie variable, dont les objectifs fluctuent selon les orientations idéologiques et les priorités du pouvoir en place. C’est ainsi que les députés socialistes, ignorés par la censure et évitant également de critiquer un gouvernement qu’ils soutiennent de 1931 à 1933, sont à partir de 1934 le groupe dont les articles sont les plus sanctionnés par les tribunaux. Cela est symptomatique bien évidemment des nouvelles orientations de la censure, mais aussi d’un changement dans l’engagement politique des journalistes et parlementaires socialistes, engagement différent de celui du premier bienio, car orienté par le passage à l’opposition et la lutte contre le gouvernement de droite. Cette évolution ainsi que l’existence d’une censure à géométrie variable se confirment lorsque l’on se penche sur les 20 journaux et revues11 sanctionnés par les tribunaux basques et navarrais entre 1931 et 1936. En effet, le nombre de sanctions diffère selon la période et l’appartenance idéologique de la presse12 :

  • 13 Chaque sanction infligée par les tribunaux peut concerner une ou plusieurs publications, dès lors l (...)

Nombre de sanctions selon l’appartenance idéologique de la presse
(1931-1936)13

Nombre de sanctions selon l’appartenance idéologique de la presse(1931-1936)13

Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

  • 14 GRANJA, José Luis de la, « El sistema vasco de partidos en la II República », in Granja, José Luis (...)

12Ainsi, de 1931 à 1933, la presse nationaliste est confrontée 28 fois aux tribunaux, tandis que la presse de droite ne l’est que 12 fois et que celle de gauche est épargnée par la censure. Entre novembre 33 et février 36, c’est la presse de gauche qui est le plus fréquemment condamnée (8 fois), suivie de près par les publications nationalistes (7fois). Les périodiques de droite ont quant à eux peu affaire à la censure (2 fois). Ces données témoignent des nouvelles alliances qui se mettent en place à partir de 1934 : alors que sous le premier bienio nationalistes et carlistes se retrouvent dans leur opposition au gouvernement, l’arrivée de la droite au pouvoir et son rejet de l’autonomie basque conduisent les nationalistes à se rapprocher progressivement de la gauche. Ce phénomène se vérifie à travers le graphique, les journaux et revues les plus sanctionnés sous le second bienio appartenant à des partis de gauche (47 %) et au PNV (41 %). La censure témoigne donc d’une évolution, d’un début de confluence dans la critique qu’adressent les députés-journalistes au pouvoir en place, confluence qui se matérialise par l’appui de municipalités de gauche au mouvement lancé par le PNV en 1934 et, en particulier, par l’adhésion du PNV à la cause républicaine lors de la Guerre Civile. Le nombre très réduit d’interventions des tribunaux pendant le gouvernement du Front Populaire (février-juillet 1936) est également la conséquence de ce rapprochement. Cette réduction significative est certes provoquée par l’application d’un contrôle préalable de l’information, mais aussi par un climat politique moins agité que dans le reste de l’Espagne, climat qui a conduit certains historiens à parler d’« oasis basque »14. La relance des négociations pour l’instauration d’un statut d’autonomie au Pays basque favorise pour la première fois dans l’histoire une entente entre nationalistes et socialistes, qui se caractérise notamment par la disparition des délits de presse commis par les députés-journalistes du PNV.

Des délits de presse révélateurs de la problématique basque sous la IIe République

13L’exercice de la censure implique une mobilisation permanente des tribunaux locaux. Tout au long de la IIe République, ils ordonnent des perquisitions dans les rédactions, afin de saisir les exemplaires de journaux où sont publiés les articles ayant enfreint la loi. L’intervention des forces de l’ordre est une mesure courante à l’époque, comme en atteste les dossiers étudiés. Bien que certains d’entre eux soient incomplets sur ce point (30 %), on constate que le recours à la police pour faire appliquer la censure se vérifie dans la plupart des cas recensés (70 %). Cependant, ces interventions se soldent bien souvent par des échecs, soulignant de la sorte les limites du contrôle exercé par les tribunaux. En effet, 92 % des perquisitions ne permettent de saisir qu’une partie des numéros publiés voire aucun exemplaire. Ce manque d’efficacité tient au fait que les forces de l’ordre n’interviennent en général qu’après la vente totale ou partielle des périodiques, et ce même si les kiosques à journaux font l’objet parfois de perquisitions.

  • 15 Pour faciliter la lisibilité des données recueillies, j'ai forgé cinq catégories de chefs d'inculpa (...)

14Les difficultés que rencontrent les autorités judiciaires dans leur lutte contre la circulation d’articles jugés délictueux n’entravent en rien leur capacité à sanctionner les délits de presse. De fait, au cours de la IIe République, elles infligent de lourdes amendes aux périodiques basques et n’hésitent pas à incarcérer certains responsables de journaux tels que, par exemple, José Gorostiza, directeur de La Lucha de Clases (janvier-avril 1934). En ce qui concerne les députés-journalistes, la situation est quelque peu différente en raison de leur immunité parlementaire. Les tribunaux lancent toutefois des procédures qui reposent sur des chefs d’inculpation dont la diversité est révélatrice de la problématique basque sous la IIe République15.

Délits dont sont accusés les députés-journalistes (1931-1936)

Délits dont sont accusés les députés-journalistes (1931-1936)

Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

15Bien que les dossiers analysés ne soient pas représentatifs de l’ensemble des délits de presse commis au Pays basque et en Navarre de 1931 à 1936, ils apportent néanmoins de précieuses informations sur les rapports entre le pouvoir et les médias ainsi que sur les crises que traverse ces deux régions. De fait, les catégories élaborées, en particulier les « Délits contre la nation », les « Délits contre le gouvernement, les autorités et leurs représentants » ainsi que les « Atteintes à la sécurité de l’Etat », matérialisent sur le plan judiciaire les difficultés de l’Etat républicain à s’imposer au Pays basque et en Navarre. Elles sont également le reflet des nombreux conflits politiques qui secouent ces territoires pendant la IIe République. En effet, au cours de cette période, une partie importante de leur population (notamment au Pays basque) rejette l’identité espagnole et conteste l’appartenance de l’Euskadi à la nation espagnole. De plus, les deux régions constituent ensemble l’un des principaux foyers antirépublicains, où s’organisent des mouvements subversifs, tant réactionnaires que révolutionnaires. Ce lien entre la situation politique locale et les chefs d’inculpation retenus contre les députés-journalistes souligne à quel point ces derniers ainsi que la presse jouent un rôle essentiel dans les différents conflits qui se produisent. Pour la population, ces hommes sont des modèles et des leaders, dont les articles révèlent la crise qui secoue cette partie du nord de l’Espagne. La répartition des chefs d’inculpation selon l’appartenance idéologique des députés est à ce titre particulièrement significative.

  • 16 Un député peut faire l'objet de plusieurs chefs d'inculpation.

Chefs d’inculpation selon l’appartenance idéologique des députés (1931-1936)16

Chefs d’inculpation selon l’appartenance idéologique des députés (1931-1936)16

Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

16Il apparaît clairement dans ce graphique que les députés nationalistes basques représentent non seulement le groupe le plus nombreux dans les différents types de délits identifiés, mais, et on ne s’en étonnera pas, qu’ils sont également les seuls à être concernés par la catégorie dite des « Délits contre la nation ». Si l’on affine l’analyse en établissant une répartition d’ordre chronologique, on constate que ce type de délit est essentiellement commis sous le premier bienio, quand l’affrontement identitaire est le plus virulent, affrontement qui se vérifie par la censure d’articles dans lesquels des députés nationalistes (Manuel Eguileor par exemple) accusent l’Espagne d’occuper et d’opprimer le Pays basque :

  • 17 EGUILEOR, Manuel, « Amaiketako. No se nos vaya a olvidar », Euzkadi, 23 décembre 1931, p. 1.
    « En Eu (...)

« En Euzkadi règne la tyrannie depuis qu’un gouvernement a effacé d’un trait de plume le droit de notre peuple à se gérer par lui-même, depuis que la justice a été bafouée en privant la race basque de sa liberté originelle. […] Avec l’apparition du nationalisme basque […] nous avons compris que notre patrie était victime de la tyrannie. Nous nous sommes rendu compte que notre patrie était l’Euzkadi et que, dépouillée de sa liberté, elle avançait inexorablement vers sa disparition. Son caractère national se désagrégeait en raison d’une invasion d’étrangers. Et son esprit se dissolvait, annulé par l’esprit de l’envahisseur. […] La situation de notre patrie n’a malheureusement pas changé en dépit du changement de régime ».17

17Les autorités sanctionnent également des articles xénophobes, qui préconisent l’affrontement entre Basques et Espagnols et qui prônent en particulier le boycott des magasins, revues et journaux espagnols.

  • 18 EGUILEOR, Manuel, « Boicot », Euzkadi, 13 août 1933, p. 3.
    « si antes he iniciado con las mujeres vo (...)

« […] si auparavant je m’en suis pris aux femmes, je vais à présent m’en prendre aux hommes. Nous les hommes sommes en grande partie responsables de ce qui se produit. Tout d’abord parce que nous ne réprimandons pas suffisamment nos femmes, mères, filles et sœurs. Ensuite parce que nous, comme elles, avons besoin d’être fortement réprimandés, car ce ne sont pas seulement les femmes qui vont dans les magasins des ennemis. Nous allons également chez les coiffeurs, dans les tavernes, cafés et auberges de nos ennemis. Avant, nos femmes avaient peur de lire le Mundo Gráfico et El Nuevo Mundo. Aujourd’hui en revanche non seulement elles lisent ces revues, mais aussi Crónica et d’autres revues indécentes ; et tout cela parce que nous les avons nous-mêmes, pauvres idiots, introduites dans nos foyers, et laissées entre leurs mains, sans leur en interdire la lecture. Et de cette manière, et de beaucoup d’autres, nous avons enrichi les journaux et les magasins des étrangers. Et après nous osons dire : si ces maudits maquetos pouvaient partir… Où vont-ils aller, puisque nous leur avons ouvert le chemin ! On parle de boycott, mais ce ne sont que des paroles en l’air, que le vent emporte. Cessons de parler et commençons à agir ! Etablissons un boycott général. Boycottons les commerces, les journaux, les coiffeurs, les revues et boycottons absolument tout, c’est-à-dire un vrai boycott ! Des Espagnols et des amoureux de l’Espagne. Il est temps de réagir. […] Nous sommes nombreux et nous avons suffisamment d’argent pour enrichir nos commerces. Que nos compatriotes gagnent beaucoup d’argent et n’aidons pas les autres. Nous devons tuer les autres de quelque manière que ce soit. Comme il est difficile de tuer sans commettre de crime, boycottons-les en espérant en finir une fois pour toutes avec cette satanée famille ».18

18En ce qui concerne les « Délits contre le gouvernement, les autorités et leurs représentants », catégorie la plus importante, 54 % d’entre eux sont commis au cours du premier bienio, 42 % sous le second bienio et 4 % sous le Front Populaire. Si avant les élections législatives de novembre 1933, les nationalistes basques en sont les principaux auteurs, les députés de gauche, notamment du PSOE, occupent après 1933 le devant de la scène, en publiant par exemple des articles dénonçant la dérive national-catholique de l’armée :

  • 19 RUBIO HEREDIA, Pedro, « El fascismo en el cuartel de Basurto », La Lucha de Clases, 15 mars 1934, p (...)

« Sous prétexte d’éduquer les soldats, le lieutenant colonel et commandant Vizcaíno donne des conférences à caractère fasciste, qui s’achèvent par la distribution de tracts. Nous ne comprenons pas comment dans une République laïque on peut parler aux soldats des origines de l’homme en glorifiant le catholicisme. Nous demandons aux autorités compétentes, si cela peut continuer de la sorte ».19

  • 20 ÁLVAREZ ÁNGULO, Tomás, « El barrio chino de Bilbao en el ayuntamiento », La Lucha de Clases, 20 sep (...)

19Parmi les « Délits contre le gouvernement, les autorités et leurs représentants », on relève des écrits où l’attaque est moins générale et plus spécifique. Dans un article au titre évocateur, « El barrio chino de Bilbao en el ayuntamiento », le député socialiste Tomás Alvarez Angulo, accusant les autorités de pratiquer la torture et d’avoir mis en place un système mafieux, assure que de tels méfaits appellent à la vengeance et ne resteront pas impunis20. Dans un tout autre registre, Bruno Alonso González (PSOE) dénigre le Ministre de l’Agriculture, Juan Usabiaga, dans un article intitulé « Juanito Usabiaga, Ministro Pantalla » :

  • 21 ALONSO GONZÁLEZ, Bruno, « Juanito Usabiaga, Ministro Pantalla », Guipúzcoa Obrera, 30 novembre 1935 (...)

« Dans son ministère, ce sont d’autres personnes qui prennent les décisions. Lui, il n’a qu’une prérogative : faire le clown dans l’hémicycle parlementaire, divertir de ses sottises […] tant la majorité que l’opposition. Il n’est même pas, comme certains le disent, un ministre d’appoint : c’est un ministre fantoche ».21

  • 22 EGUILEOR, Manuel, « La patria sigue en peligro », Bizkatarà, 5 septembre 1931, p. 2.
  • 23 ROBLES ARANGUIZ, Manuel, « Páginas Históicas », Euzkadi, 25 octobre 1931, p. 1.
  • 24 ÁLVAREZ ÁNGULO, Tomás, « Un futuro inquietante. Ante un problema nacional », La Lucha de Clases, 31 (...)

20Dans la troisième catégorie de délits, les « Atteintes à la sécurité de l’Etat », les juges sanctionnent des articles publiés tant sous le premier bienio (50 %) que sous le second (50 %), et produits essentiellement par des élus nationalistes basques. En 1931, par exemple, Manuel Eguileor est poursuivi pour avoir annoncé des affrontements et de futures guerres civiles, si les autorités gouvernementales continuaient de sanctionner la presse du PNV22. Peu après, c’est au tour de Manuel Robles Aranguiz d’être censuré et accusé de faire l’apologie de la guerre contre les Espagnols, dans un article où il établit un parallèle entre la situation du Pays basque en 1931 et la première guerre carliste23. A partir de 1934, la situation évolue quelque peu, puisque l’on retrouve parmi les « Atteintes à la sécurité de l’Etat » un article du député socialiste Tomás Alvarez Angulo. Les juges lui reprochent d’inciter les paysans à se révolter contre le pouvoir en place24. On le voit, le chef d’accusation « Atteintes à la sécurité de l’Etat » est donc retenu quand les autorités judiciaires estiment que les propos de l’auteur représentent une menace directe pour l’Etat, menaces pouvant se concrétiser sous la forme d’insurrections populaires ou de coups d’Etat.

21La clarté avec laquelle les tribunaux définissent ce type de délits, contraste avec l’opacité qui règne lorsque les juges retiennent pour qualifier une infraction le chef d’inculpation « Utilisation de concepts et d’expression à caractère délictueux », délit le plus fréquent dans la catégorie « Chefs d’inculpation peu précis ». Retenue essentiellement sous le premier bienio (73 %), cette accusation s’applique à toutes sortes d’articles. On y retrouve par exemple un article de Manuel Robles Aranguiz de 1932, dans lequel il dénonce les injustices du gouvernement espagnol :

  • 25 ROBLES ARANGUIZ, Manuel, « Visto y oido », Mendigoxale, 23 juillet 1932, p. 4.
    « ¡Arriba el Pueblo V (...)

« Vive le Peuple basque libre ! Sans oppression, sans prisons, sans persécutions. Nous défendons un droit et nous exigeons que nos idées politiques soient respectées, comme celles de tout autre citoyen espagnol ».25

22Certains articles du député monarchiste Pedro Sainz Rodríguez figurent également dans cette catégorie, en particulier « Austeridad democrática », publié en juin 1932 et qui aurait très bien pu être classé parmi les « Délits contre le gouvernement, les autorités et leurs représentants ». En effet, sa description des Cortès et du régime républicain ne laisse guère de doutes quant à son rejet du système démocratique. Elle soulève en revanche bien des questions quant à l’unité de critères au sein des instances judiciaires, lorsqu’il s’agit de retenir un chef d’inculpation pour qualifier une infraction.

  • 26 SAINZ RODRÍGUEZ, Pedro, « Austeridad democrática », Jerarquía, 15 juin 1932, p. 1.
    « Del hemiciclo a (...)

« La nuit de mercredi, l’hémicycle exhalait une odeur insupportable de charogne. Elle se dégageait d’un cadavre celui des Cortès ? Celui du gouvernement ? Celui du régime sans doute ? - putréfié depuis longtemps, privé de sépulture par manque de courage civique et qui exhalait des miasmes putrides ».26

  • 27 ÁLVAREZ ÁNGULO, Tomás, « Para los concejales de Bilbao, nuestra bienvenida… », La Lucha de Clases, (...)
  • 28 ÁLVAREZ ÁNGULO, Tomás, « Los sucesos de Portugalete », La Lucha de Clases, 10 mai 1934, dernière pa (...)

23La catégorie « Chefs d’accusation peu précis » contient en outre plusieurs écrits de Tomás Alvarez Angulo. On peut citer « Para los concejales de Bilbao, nuestra bienvenida… » (1934), article dans lequel l’auteur dénonce « l’instinct sanguinaire » du gouverneur civil de la Biscaye27 ou « Los sucesos de Portugalete », qui souligne la connivence entre les groupuscules fascistes et la garde civile, lors de l’assassinat d’un manifestant communiste à Portugalete en mai 193428.

  • 29 Manuel EGUILEOR (1932), Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recurs (...)
  • 30 IRUJO, Manuel de, « Justicia española », « Se he consumado la injusticia española », « Gestores rep (...)
  • 31 Cette arrestation se produit lors de l'affrontement entre les municipalités basques et le gouvernem (...)
  • 32 Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Leg. 114, Exp. 533/9 (...)

24Les procédures lancées par les tribunaux du Pays basque et de la Navarre conduisent certains parlementaires, même si cela n’est pas obligatoire en raison de leur immunité, à répondre à la convocation du juge chargé de l’affaire. Ils essaient ainsi de se défendre et d’expliquer les raisons qui les ont incités à écrire l’article censuré. Dans la plupart des cas, le député reconnaît être l’auteur de l’article et se limite à déclarer, par exemple, que « son unique intention était d’informer les lecteurs, car le sujet abordait une question d’intérêt général »29. Toutefois, quelques élus saisissent l’occasion qui leur est offerte pour convertir le bureau du juge en tribune politique. Accusé d’injures à l’égard du gouvernement et de ses représentants pour avoir publié plusieurs écrits30 condamnant l’arrestation de trente-deux conseillers municipaux de Bilbao en septembre 193431, Manuel de Irujo affirme que ses articles avaient pour objectif de souligner « son opposition à l’application de la torture » et qu’il tenait à dénoncer le fait que certains monarchistes prêtaient leur concours à la garde civile, en revêtant illégalement son uniforme. Il s’insurge également contre le traitement que recevaient les détenus, lesquels « après avoir été interrogés dans les bureaux du gouverneur civil, revenaient torturés, les membres brisés »32.

25Ce type de dénonciation ne modifie en rien le cours de l’affaire. Au bout d’un certain temps, le Tribunal Instructeur Spécial du Pays basque et de la Navarre transmet le dossier au Tribunal Suprême de la République, qui statue assez rapidement, parfois au cours de l’année durant laquelle s’est produit le délit. Aucun député-journaliste n’est condamné. Dans la plupart des cas, le non-lieu est prononcé.

Sentences du Tribunal Suprême pour les délits de presse commis par les députés basques et Navarrais durant la IIe République

Sentences du Tribunal Suprême pour les délits de presse commis par les députés basques et Navarrais durant la IIe République

Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

  • 33 Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Leg. 81, Exp. 1850/9 (...)

26Le non-lieu n’a toutefois pas la même signification selon les affaires. Dans 60 % des cas, le Tribunal Suprême reconnaît qu’il y a délit, mais prononce le non-lieu car les Cortès refusent de lever l’immunité parlementaire. Ainsi, en 1932, au cours d’une affaire dans laquelle le député nationaliste Manuel Robles Aranguiz est poursuivi pour « délit contre l’unité nationale », le Tribunal Suprême affirme sans la moindre hésitation que l’article « contient des idées et des expressions contre l’intégrité de l’Espagne et qu’il existe selon lui des preuves manifestes de délit ». Pourtant, le tribunal se voit contraint de prononcer le non-lieu, en raison de l’opposition du parlement à la levée de l’immunité parlementaire33. Le non-lieu est également retenu lorsque la Cour Suprême reconnaît que le prévenu n’a commis aucun délit ou que les preuves sont insuffisantes pour demander au parlement la levée de l’immunité. Ces deux cas de figure représentent 40 % des non-lieux, un pourcentage que l’on peut interpréter de diverses façons : l’application injustifiée de la censure, une mauvaise lecture de la loi ou l’exécution par trop zélée des consignes du pouvoir en place, ou encore la volonté des autorités dans quelques cas d’apaiser la situation . Enfin, le graphique fait apparaître un certain nombre de délits amnistiés (27 %) par des lois votées en avril 1934 et février 1936, peu après les élections législatives. Le parlement met dès lors un terme aux procédures engagées par les instances judiciaires locales contre les députés-journalistes, empêchant le Tribunal Suprême de se prononcer sur les différentes affaires en cour. Les Cortès permettent ainsi à une fraction d’élus de continuer à publier leurs articles, articles à travers lesquels certains mobilisent les foules, parfois contre ce même parlement qui les a amnistiés et que, paradoxalement, ils n’hésitent pas à critiquer dans la presse, critiques qui les conduisent de nouveau devant les tribunaux, comme cet article de Marcelino Oreja, où la pratique de l’anaphore est une stratégie rhétorique au service de cette seule attaque :

  • 34 OREJA ELOSEGUI, Marcelino, « Eficacia de la Educación », Jerarquía, 20 avril 1932, p. 5.« ¿Qué es e (...)

« Qu’est ce que l’éducation ? L’éducation c’est : les bonnes manières fondées sur la religion catholique. L’éducation c’est : savoir se sacrifier pour le bien des autres. L’éducation c’est : savoir se conduire avec des personnes socialement inférieures. L’éducation c’est : savoir soi-même éduquer. L’éducation c’est : faire son devoir de citoyen en affrontant tous les dangers qui se présentent. L’éducation c’est : …ce que l’on ne trouve pas dans ce parlement ».34

Haut de page

Notes

1 Constitución de la República Española, 9 décembre 1931, Art. 34. (Ma traduction, j'ai par ailleurs traduit dans cet article l'ensemble des citations).

2 BARRERA, Carlos, « Los medios de comunicación en España », in Historia del periodismo Universal, Barrera, Carlos (coord.), Barcelona, Ariel, 2004, p. 289.

3 Cf. SEOANE, María Cruz, SÁIZ, María Dolores, Historia del periodismo en España. El siglo XX : 1898-1936, T III, Madrid, Alianza Editorial, 1996, p. 405.

4 Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.

5 La plupart des tribunaux sont basques (96 %). Parmi eux, 85 % sont situés en Biscaye, 13 % au Guipúzcoa et 2 % en Alava. Quant aux instances judiciaires navarraises, elles ne représentent que 4 % des cas.

6 Cf. TÁPIZ, José María, El PNV durante la II República. (organización interna, implantación territorial y bases sociales), Bilbao, Fundación Sabino Arana, 2001.

7 Cf. GRANJA, José Luis de la, Nacionalismo y II Répública en el País Vasco, Madrid, Siglo XXI, 1986, p. 322.

8 Cinquante-cinq dossiers de censure ont été étudiés. Chaque dossier concerne la publication d'un ou plusieurs articles. Les différents articles sont écrits par un ou plusieurs parlementaires et publiés dans un ou plusieurs journaux. Dès lors, la quantité d'articles incriminés est supérieure au nombre de dossiers consultés. Il en va de même pour le nombre de fois où un député-journaliste ainsi qu'un journal sont cités dans une affaire.

9 Cf. MAJUELO GILl, Emilio, « Prensa y sociedad en Navarra en la IIe República », in Comunicación, cultura y política durante la II República y la Guerra Civil, II encuentro de historia de la prensa, Tuñon de Lara, Manuel, Garitaonandía, Granja, José Luis de la, Pablo, Santiago de (Dirs.) Bilbao, Universidad del País Vasco, 1990.

10 Le parlementaire nationaliste basque le plus censuré sous la IIe République est Manuel Eguileor. A 22 reprises, des articles dont il est l'auteur ou le coauteur font l'objet de mesures de la part des tribunaux du Pays basque. Parmi les autres députés, on peut citer José Antonio Aguirre (9 articles), Manuel Robles Aranguiz (8 articles) et Manuel de Irujo y Ollo (7 articles).

11 Notre corpus se divise de la manière suivante : 9 quotidiens, 10 hebdomadaires et 1 revue. Sa composition tend à démontrer que la censure touche davantage les hebdomadaires que les quotidiens. Même si les quotidiens sont sanctionnés plus fréquemment, le nombre d'articles censurés de 1931 à 1936 confirme que les tribunaux condamnent davantage le contenu des hebdomadaires : hebdomadaires (39 articles), quotidiens (36 articles), revue (4 articles). Ces résultats sont à mettre en parallèle avec l'affirmation de Santiago de Pablo selon laquelle le degré de politisation des hebdomadaires au Pays basque sous la IIe République est plus prononcé que celui des quotidiens. Cf. PABLO, Santiago de, « Los medios de comunicación », in Historia del País Vasco y Navarra en el siglo XX, Granja, José Luis de y Pablo, Santiago de (Coords), Madrid, Biblioteca Nueva, 2002.

12 De 1931 à 1933, les journaux sanctionnés le plus fréquemment sont : Euzkadi (14 fois), Mendigoxale (4 fois), Jagi Jagi (4 fois), La Tarde (3 fois), La Gaceta del Norte (3 fois). De novembre 1933 à février 36, il s'agit de : La Lucha de Clases (5 fois), El Día (3 fois), Euzkadi (2 fois).

13 Chaque sanction infligée par les tribunaux peut concerner une ou plusieurs publications, dès lors le nombre de périodiques sanctionnés de 1931 à 1936 (20) diffère du nombre de sanctions (60).

14 GRANJA, José Luis de la, « El sistema vasco de partidos en la II República », in Granja, José Luis de la, República y Guerra Civil en Euzkadi (Del pacto de San Sebastián al de Santoña), Bilbao, HAEE-IVAP, 1990, p. 98.

15 Pour faciliter la lisibilité des données recueillies, j'ai forgé cinq catégories de chefs d'inculpation. Dans « Délits contre la nation », j'ai regroupé les chefs d'inculpation qui apparaissaient sous les intitulés (ma traduction de l'espagnol) : « Article à tendance séparatiste », « Délit contre l'unité nationale », « Délits contre la citoyenneté », « Outrages à la patrie ». La catégorie « Délits contre le gouvernement, les autorités et leurs représentants » réunit les chefs d'inculpation suivants : « Injures contre l'autorité », « Injures contre les Forces Armées », « Injures contre le gouvernement », « Délit contre la forme de gouvernement », « Injures contre le régime », « Injures contre la Garde Civile », « Formulation de critiques contre les Cortès ». Les « Atteintes à la sécurité de l'Etat » regroupent les « Appels à la rébellion et à la sédition ». La catégorie « Chefs d'inculpation peu précis » réunit « Utilisation de concepts et d'expression à caractère délictueux », « Délit de calomnies » et « Délit d'injures ». Enfin, dans « Chefs d'inculpation inconnus », j'ai rassemblé les dossiers dans lesquels ne figure aucun chef d'inculpation.

16 Un député peut faire l'objet de plusieurs chefs d'inculpation.

17 EGUILEOR, Manuel, « Amaiketako. No se nos vaya a olvidar », Euzkadi, 23 décembre 1931, p. 1.
« En Euzkadi prevalece la tiranía desde que un Gobierno español barrió el derecho de nuestro pueblo a regirse por el mismo ; desde que fue hollada la justicia al privar a la raza vasca de su libertad originaria. [...] Surgió el Nacionalismo Vasco [...] y vimos claro que nuestra patria era víctima de la tiranía. Porque vimos que nuestra patria era Euzkadi. Y que Euzkadi, despojada de su libertad, caminaba derechamente a la disolución. Se disolvían sus caracteres nacionales en medio de la invasión de gentes extrañas. Y se disolvía su espíritu, anulado por el espíritu del invasor.[...] No ha cambiado desgraciadamente la situación de nuestra patria al cambiar el régimen del Estado español. »

18 EGUILEOR, Manuel, « Boicot », Euzkadi, 13 août 1933, p. 3.
« si antes he iniciado con las mujeres voy a terminar con los hombres. También los hombres tenemos muchas culpas de esto. Primero : porque a nuestras mujeres, madres, hijas y hermanas no las reñimos lo suficientemente fuerte. Segundo : porque también nosotros como ellas, tenemos necesidad de que se nos riña fuerte, pues no son sólo las mujeres las que van a las tiendas de los enemigos. Nosotros también vamos a las barberías, tabernas, cafés y posadas de nuestros enemigos. Antes tenían miedo nuestras mujeres de leer el “Mundo Gráfico” y “El Nuevo Mundo”. Hoy en cambio no esas sino también sucede que suelen leer “Crónica” y otras revistas indecentes ; por haberlas llevado nosotros , tontos, a nuestras casas, y dejándolas allí, entre sus manos, sin prohibirles la lectura. Y en esta forma y en otras muchas cosas hemos engordado a periódicos extranjeros y tiendas de extranjeros. Y luego diremos : si estos diablos de maquetos se marcharan ... A donde ir, si nosotros les hemos abierto el camino ! Mucho se habla sobre el “Boicot” pero las palabras son palabras y las lleva el viento. Vamos a dejar a un lado las palabras y vamos a comenzar el trabajo ! ¡El trabajo ! Y “boicot” a todo. Boicot a los comercios, boicot a los periódicos, boicot a las barberías, boicot a las revistas y boicot a todo pero boicot ! A los españoles y a los amantes de España. Ya es hora de empezar a hacer algo. [...] Somos muchos y para todos tenemos lo bastante para enriquecer a nuestras tiendas. Que los nuestros ganen demasiado y no empezar a ayudar a los otros. A los otros de alguna manera o de otra les tenemos que matar. Como es difícil matar de otra manera, a ver si boicoteándoles acabamos con esa tozuna familia. »

19 RUBIO HEREDIA, Pedro, « El fascismo en el cuartel de Basurto », La Lucha de Clases, 15 mars 1934, p. 1.
« Con el pretexto de educar a los soldados se vienen celebrando unas conferencias a cargo del teniente coronel y comandante Vizcaíno de marcadísima tendencia fascista. Todo esto acompañado de reparto de manifiesto. No comprendemos cómo en una República laica se pueda decir a los soldados sobre el origen del hombre ensalzando al catolicismo. Llamamos la atención a las autoridades competentes para que nos digan si eso puede continuar así. »

20 ÁLVAREZ ÁNGULO, Tomás, « El barrio chino de Bilbao en el ayuntamiento », La Lucha de Clases, 20 septembre 1934, p. 1.

21 ALONSO GONZÁLEZ, Bruno, « Juanito Usabiaga, Ministro Pantalla », Guipúzcoa Obrera, 30 novembre 1935, p. 1.
« En su ministerio mandan otros. A él sólo le dejan el derecho a ser payaso en el hemiciclo parlamentario ; el derecho a divertir con sus sandeces [...] a la mayoría y a las minorías. No es siquiera, como alguien ha dicho, ministro de complemento : es una pantalla de ministro. »

22 EGUILEOR, Manuel, « La patria sigue en peligro », Bizkatarà, 5 septembre 1931, p. 2.

23 ROBLES ARANGUIZ, Manuel, « Páginas Históicas », Euzkadi, 25 octobre 1931, p. 1.

24 ÁLVAREZ ÁNGULO, Tomás, « Un futuro inquietante. Ante un problema nacional », La Lucha de Clases, 31 mai 1934, p. 1.

25 ROBLES ARANGUIZ, Manuel, « Visto y oido », Mendigoxale, 23 juillet 1932, p. 4.
« ¡Arriba el Pueblo Vasco libre !, sin opresión, sin cárceles, sin persecuciones. Defendemos un derecho y pedimos para nuestro postulado un trato igualitario, como corresponde a todo ciudadano español.”

26 SAINZ RODRÍGUEZ, Pedro, « Austeridad democrática », Jerarquía, 15 juin 1932, p. 1.
« Del hemiciclo ascendía en la noche del miércoles un tufo inaguantable de carroña descompuesta. Un cadáver -¿El de las Cortes ? ¿El del Gobierno ? ¿El del Régimen, quizá ?- corrompido hace tiempo, e insepulto por falta de coraje ciudadano, exhalaba los miasmas pútridos. »

27 ÁLVAREZ ÁNGULO, Tomás, « Para los concejales de Bilbao, nuestra bienvenida… », La Lucha de Clases, 27 septembre 1934, p. 1.

28 ÁLVAREZ ÁNGULO, Tomás, « Los sucesos de Portugalete », La Lucha de Clases, 10 mai 1934, dernière page.

29 Manuel EGUILEOR (1932), Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Leg. 84, Exp. 1846/932.

30 IRUJO, Manuel de, « Justicia española », « Se he consumado la injusticia española », « Gestores republicanos », Amayur, 28 septembre 1934, p. 1 et p. 3.

31 Cette arrestation se produit lors de l'affrontement entre les municipalités basques et le gouvernement durant l'été 1934, affrontement provoqué par les mesures du Ministère de l'économie contre l'autonomie financière dont dispose la région depuis 1878.

32 Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Leg. 114, Exp. 533/934.

33 Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Leg. 81, Exp. 1850/932.

34 OREJA ELOSEGUI, Marcelino, « Eficacia de la Educación », Jerarquía, 20 avril 1932, p. 5.« ¿Qué es educación ? Educación es : las buenas formas apoyadas en la Religión católica. Educación es : saber sacrificarse por el bien de los demás. Educación es : saber tratar a los inferiores. Educación es : saber educar a su vez. Educación es : cumplir con los deberes ciudadanos arrostrando todos los peligros que se presenten. Educación es : …lo que no se encuentra en el congreso. »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Interventions des tribunaux du Pays basque et de la Navarre pour des cas de censure impliquant des députés (1931-1936)
Légende Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1289/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Nombre d’articles écrits par des parlementaires et censurés par les tribunaux du Pays basque et de la Navarre(1931-1936)
Légende Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1289/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Articles censurés par les tribunaux du Pays basque et de la Navarre selon les tendances politiques des parlementaires (1931-1936)
Légende Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1289/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Nombre de sanctions selon l’appartenance idéologique de la presse(1931-1936)13
Légende Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1289/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Délits dont sont accusés les députés-journalistes (1931-1936)
Légende Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1289/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Chefs d’inculpation selon l’appartenance idéologique des députés (1931-1936)16
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1289/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Sentences du Tribunal Suprême pour les délits de presse commis par les députés basques et Navarrais durant la IIe République
Légende Source : Elaboration personnelle à partir de : Archivo Histórico Nacional, Fondos Contemporáneos, Tribunal Supremo, Recursos, Legs. 79-175.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1289/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernandez, « Députés-journalistes et censure au Pays basque et en Navarre (1931-1936) », El Argonauta español [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 15 janvier 2007, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://argonauta.revues.org/1289 ; DOI : 10.4000/argonauta.1289

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernandez

Université de Bretagne Occidentale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org