Navigation – Plan du site
Livraison juin

Cuba dans les Nouvelles annales des voyages, de la géographie, et de l’histoire

Hélène Galipienzo-Ichon

Résumés

Après une brève présentation des Annales de voyage, de la géographie et de l’histoire créées en 1807 par Conrald Malte Brun, ce travail analyse les sept articles consacrés à Cuba dans cette revue entre 1815 et 1855 qui, s’ils n’apportent guère de nouveauté par rapport aux autres récits de voyageurs européens de l’époque, mettent en évidence les visées impérialistes sur cette île d’une Angleterre qui aurait aimé y supplanter l’Espagne.

Haut de page

Texte intégral

Les Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire

  • 1 LAROUSSE, Pierre, Grand dictionnaire universel du XIXème siècle, français, historique, géographique (...)
  • 2 Ibid., p. 1235

1La parution des périodiques a permis aux voyageurs du XIXème siècle de publier leurs récits de voyage et de faire découvrir au public français certaines contrées encore peu connues, et en particulier Cuba, à une époque où l’île connaissait une évolution atypique. Les Annales des voyages de la géographie, et de l’histoire furent créées en 1807 et dirigées par Conrad Malte-Brun, géographe, littérateur et publiciste danois. Celui-ci soutenait les principes de la révolution française dans ses écrits et s’installa en France après avoir été condamné à l’exil perpétuel par la cour de justice du Danemark suite à son écrit : Preuve comme quoi les gouvernements monarchiques ne sont points obligés de choisir leurs fonctionnaires d’après leur capacité qui suscita un vif mécontentement dans le monde officiel1. En France, il affichait dans les journaux son opposition au gouvernement consulaire mais dut cesser ce genre d’activité afin d’éviter l’expulsion. En 1803, il s’associa avec Mentelle et Herbin pour la publication de la Géographie mathématique, physique et politique de toutes les parties du monde, ouvrage en 16 volumes, in-8° avec atlas in-fol qui fut terminé en 18072. Il participa également à la rédaction du Journal des Débats de 1806 jusqu’à sa mort en 1826.

  • 3 HATIN, Eugène, Bibliographie historique et critique de la presse française ou catalogue systématiqu (...)
  • 4 LAROUSSE, Pierre, op. cit., tome VII, p. 1030.

2Le périodique Annales des voyages de la géographie et de l’histoire fut publié de 1808 à 1814 en 25 volumes in-8°, dont un de tables, à Paris chez Gide et fils3. Malte-Brun sut donner à ce périodique un intérêt supérieur à ceux du même genre qui se publiaient en Angleterre. Il était considéré par ses contemporains comme un des premiers géographes du monde : « Il n’y a que deux Français qui sachent la géographie, Napoléon le Corse, pour l’avoir apprise dans ses courses victorieuses à travers le monde, et Malte-Brun, le Danois »4.

  • 5 Ibid., p. 1235
  • 6 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Voyage de découvertes dans la partie Septentrionale de l'océan pacifi (...)
  • 7 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Bibliomappe, Paris, Renard, 1827, in-4°, 194 p.
  • 8 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Abrégé de géographie moderne, Paris Dentu, 1827, 2 vol in-8°.
  • 9 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Abrégé de l'histoire générale des voyages, Paris, Furne, 1859, in-8°.
  • 10 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Voyage en Asie et en Afrique, Paris, Furne, 1855, 692 p.
  • 11 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Le Danemark, Paris, Firmin Didot Frères, 1846, 1 vol, 416 p.

3A partir de 1819, le périodique devint Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l’histoire, ou Recueil des relations originales, inédites, communiquées par des voyageurs français et étrangers, des voyages nouveaux, traduits de toutes les langues européennes et des mémoires historiques sur l’origine, la langue, les mœurs et les arts des peuples, ainsi que sur les productions et le commerce des pays jusqu’ici peu ou mal connus, toujours dirigé par Malte-Brun et en collaboration avec Jean-Baptiste Benoît Eyriès. Ce géographe et écrivain français, né à Marseille en 1767, voyagea énormément et plus particulièrement dans le Nord de l’Europe. Il fit quelques expéditions commerciales dans différentes parties du monde et s’installa à Paris en 1805, fut avec Malte-Brun l’un des fondateurs et le président honoraire de La Société de Géographie, membre libre de l’Académie des inscriptions et belles lettres en 18395. Eyriès connaissait un grand nombre de langues vivantes, et traduisit un nombre considérable de traductions de l’anglais et de l’allemand et fit publier plusieurs ouvrages comme par exemple Voyage de découvertes dans la partie septentrionale de l’océan Pacifique6, Bibliomappe7, Abrégé de géographie moderne8, Abrégé de l’histoire générale des voyages9, pour continuer, Voyage en Asie et en Afrique10 ainsi que Le Danemark11. Parmi d’autres collaborateurs des Annales…, nous pouvons citer Philippe François de Larenaudière et Henri-Jules Klaproth.

  • 12 BEUCHOT, Adrien-Jean-Quentin, « Cercle de la librairie », Bibliographie de la France ou Journal gén (...)

4Cette revue trimestrielle a formé de 1819 à 1854 cinq séries et a continué à raison de 4 volumes par an. On peut trouver un volume de tables générales pour les trois premières séries. Elle était publiée à l’imprimerie Smith à Paris et chez Gide fils. L’abonnement annuel était de 30 francs pour Paris, de 36 pour les départements et de 42 francs pour l’étranger12.

5Malte-Brun a rédigé un Discours préliminaire sur la nature et le but de cet ouvrage dans lequel il déclare :

  • 13 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Malte-Brun, Conrad, Annales des Voyages de la géographie et de l'hist (...)

« A la vérité, la publication d’une foule de voyages, la plupart traduits de l’anglais, a évidemment excité le goût du public français pour les connaissances si utiles et si intéressantes dont les voyageurs apportent les matériaux, et dont les géographes élèvent et consolident l’édifice. Mais ce goût encore vague du public a besoin d’être fortifié et guidé. Cette activité irrégulière des Géographes et Voyageurs gagnerait à se soumettre à une théorie et à une critique éclairée. Ces efforts isolés de quelques Savans [sic] demandent, pour réussir, un point de réunion, un centre de communications. Enfin, il est temps qu’à l’exemple de l’Histoire naturelle, de la Chimie et de la médecine, les Sciences géographiques possèdent un dépôt où les hommes voués à ce genre d’études, puissent consigner en commun des travaux qui tendent au même but, discuter les difficultés qui les arrêtent, faire un échange continuel de lumières et de Découvertes, et surtout répandre de plus en plus le goût de ces connaissances, en offrant aux gens du monde une variété agréable de ces petits morceaux où l’instruction se cache sous les attraits d’un tableau neuf et piquant.
Tel est le but qu’on s’est proposé en publiant les Annales des voyages, de la Géographie et de l’Histoire »13.

Cuba dans les Annales des voyages, de la géographie et de l’histoire

6Pour que les récits de voyages d’auteurs étrangers soient connus le plus rapidement possible du public français, les collaborateurs du périodique en traduisaient la totalité lorsqu’ils jugeaient l’ouvrage très intéressant ou bien choisissaient les meilleurs extraits. Tous les continents sont évoqués dans le périodique avec une prédominance du continent américain et du continent africain. Sept articles furent consacrés à Cuba entre 1819 et 1858, dont trois du même auteur.

  • 14 CAMPBELL, H., « Etat de Cuba en 1815 », in Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l' (...)
  • 15 HOWISON, John, Foreign scenes and travelling recreations, Edimbourg, 1825, 2 vol., 1ère et 2èéd.
  • 16 ABBOT, Abiel, Letters written in the interior of Cuba between the mountains of Arcana, to the East, (...)
  • 17 LOWNSTERN, Isidore, Les Etats-Unis et La Havane. Souvenirs d'un voyageur, Paris, Arthus Bertrand, 1 (...)
  • 18 POEY Y AGUIRRE, Andrès, « Tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l'île de Cuba (...)
  • 19 POEY Y AGUIRRE, Andrès, « Répartition géographique de l'universalité des météores en zones terrestr (...)

7C’est dans le deuxième volume (première série) des Nouvelles annales des voyages de 1819 à Paris à l’imprimerie Smith et chez Gide fils , in-8° composé de 32 feuilles un quart, que fut publiée une lettre écrite par M.H Campbell datée du 15 juin 1815, qui avait été insérée dans le New-Times le 16 juin 181914. Le deuxième article intitulé Description de La Havane est un extrait de l’ouvrage Foreign scenes and travelling recreations qui parut dans le tome 39 serie 2 des annales des voyages en 182815. Dans le tome 47 de 1830 furent publiées les Lettres écrites dans l’intérieur de Cuba entre les montagnes d’Arcana à l’est, et celles de Cusco à l’ouest pendant les mois de février, mars, avril et mai 1828 par feu le révérend Abbot, D.D pasteur de la première église à Baverlay dans le Massachussetts. Il s’agit d’un extrait traduit de l’ouvrage Letters written in the interior of Cuba, between the mountains of Arcanato the east, and of Cusco, to the west, in the months of february, march, april, and may 1828 (Boston,1829)16. Un quatrième article parut en 1842 : il s’agissait d’un résumé par Eyriès (avec quelques extraits de l’ouvrage) des Etats-Unis et La Havane. Souvenirs d’un voyageur d’Isidore Löwenstern édité la même année à Paris chez Arthus Bertrand17. Les trois derniers articles concernant Cuba sont du même auteur, Andrès Poey. Deux virent le jour en 1855 : « Tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l’île de Cuba de 1551 à 1855 » et un « Supplément au tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l’île de Cuba de 1551 à 1855 »18. En 1858, on put lire, du même auteur, « Répartition géographique de l’universalité des météores en zones terrestres, atmosphériques, solaires ou lunaires ; de leurs rapports entre elles »19.

Le souhait de H. Campbell de l’annexion de Cuba par la Grande-Bretagne (1815)

8L’extrait d’une lettre de H. Campbell présenté dans les Nouvelles annales des voyages… en 1815 permit aux lecteurs français d’appréhender la situation de Cuba en 1815. En effet son auteur mettait en avant en préambule les atouts de l’île en évoquant sa position géographique, la fertilité de son sol, le nombre important de ports. Cuba aurait été, selon lui, une excellente acquisition pour La Grande Bretagne : elle aurait permis, en cas de guerre avec l’Amérique, le passage par le détroit de Floride et la préservation du commerce de la Jamaïque et de la baie du Honduras.

  • 20 CAMPBELL, H., op. cit., p. 462.

9Campbell considérait que La Havane n’était pas une place forte car « l’indolence espagnole laisse les fortifications tomber en ruines […] peu d’habitants même au risque de perdre leurs biens, auraient assez de patriotisme pour faire face à l’ennemi »20. Le gouvernement espagnol est ensuite critiqué, qualifié d’oppressif et de tyrannique, tolérant la corruption, et l’auteur dénonce :

  • 21 Ibid., p. 463.

« la vénalité qui infecte tous les emplois sans distinction. Ceux qui les occupent et qui les ont achetés sont par là à peu près indépendants du gouvernement ; par conséquent il ne se mêle que très rarement de ce que font ses agents. Si ceux-ci sont convaincus d’exactions, une somme d’argent leur assure l’impunité et leur donne la facilité de recommencer »21.

10L’extrait choisi par les rédacteurs des Nouvelles Annales des voyages… présente une île sur le point de connaître des changements et de se soulever comme les autres colonies espagnoles. L’extrait se conclut par une référence aux risques de soulèvements de la population blanche et de la population de couleur :

  • 22 Ibid., p. 463.

« Les esprits ne sont rien moins tranquilles. Les blancs, animés par le succès de leurs frères sur le continent, sont prêts à s’insurger ; les nègres, excités par l’exemple des gens de couleur à l’île d’Haïti, sont de leur côté prêts à se soulever contre les blancs. La moindre étincelle peut faire éclater un incendie terrible »22.

11Cet aperçu rapide de la situation de Cuba révèle la volonté de la Grande-Bretagne à prendre possession d’une île a fort potentiel économique dont la défense n’est pas la priorité d’habitants vivant sous un régime oppressif.

John Howison et la « Description de La Havane » en 1828

12Publié en 1828, le deuxième article sur Cuba est assez long et évoque des détails beaucoup plus pittoresques. Il s’agit d’un chapitre de l’ouvrage Foreign scenes and travelling recreation de John Howison, intitulé « Description de La Havane ». L’auteur de l’ouvrage est un médecin et auteur écossais, né le 10 mai 1797 à Edimbourg, fils de l’écrivain William Howison et de Janet Bogle. Il fit des études de médecine, et partit en 1818 au Canada où il resta deux ans et demi. Il visita Montréal et York (Toronto) et voyagea dans la région du Niagara. A cette époque il fit partie d’une commission en tant qu’assistant chirurgien dans le service militaire de The East India Company military Service et quitta la province du Haut-Canada au milieu de juin 1820.

13De retour en Ecosse, après être passé par les Etats-Unis, l’Amérique Latine et Cuba, il fit publier l’ouvrage : Sketches of upper Canada, domestic, local and characteristic : to which are added, practical details for the information of emigrants of very class, publié à Edimbourg en 1821. Cet ouvrage était considéré comme une source importante de connaissances sur les conditions de vie au Canada, et The Edimburgh Magazine l’a décrit comme étant le meilleur ouvrage sur l’Amérique du Nord écrit par un voyageur anglais.

  • 23 HALPENNY, Francess G., Dictionnary of Canadian Biography, University of Toronto Press, 1966, pp. 40 (...)

14A la fin de 1821, John Howison fut affecté à Bombay où il resta vingt ans. Après avoir quitté l’armée il voyagea en Afrique où il étudia les conditions de vie, les soins médicaux ainsi que la politique des pays visités et rédigea plusieurs récits de voyage. Il toucha une pension de retraite de l’East India Company à compter du 1er octobre 1842. De plus, la compagnie lui versa une rente de 1851 jusqu’à sa mort. En 1858, il autorisa le Blackwood’s Edimburgh Magazine à publier de nouveau ses premiers récits et écrivit en 1830 Tales of the colonies et European colonies en 1834. Il mourut le 8 février 1859 à Brompton (Londres)23.

  • 24 HOWISON, John, « Description de La Havane » in Nouvelles annales des voyages, de la géographie et d (...)

15Le début de l’article publié dans les Nouvelles Annales des voyages… est consacré à la capitale de l’île : La Havane est qualifiée « des plus importantes et des plus intéressantes des Antilles » par sa situation géographique et par ses richesses naturelles et commerciales. Suivent la description du port, des forts et des bâtiments de toutes les nations commerçantes et l’explication des modalités de contrôle douanier des voyageurs étrangers lesquels ne peuvent débarquer qu’après vérification des passeports et de l’absence de malade à bord. L’auteur insiste sur l’étroite surveillance dont font l’objet les bateaux en arrivant au port, ceci paraît infirmer le laxisme reproché aux autorités24.

  • 25 Ibid., p. 132.

16Le travail de cargaison est effectué par des nègres « qui font leur besogne en criant et chantant sans discontinuer » d’où l’ambiance agitée et bruyante sur les quais qu’il décrit. Il est alors frappé par le contraste entre les travailleurs noirs, et les négociants blancs occupés à surveiller l’arrivée des bateaux en compagnie d’Espagnols complices. L’auteur ne fait pas de grande différence entre les Créoles et Espagnols qui connaissaient tiraillements et conflits sociaux25.

  • 26 Ibid., pp. 133-134.

17En entrant dans la ville, il est tout de suite surpris par la voiture typique du pays : la volanta mais qu’il appelle « le volanto » et fait une description minutieuse du cocher et de sa voiture. Ensuite il décrit les rues de La Havane, l’architecture simple des maisons ainsi que le bon goût de la décoration intérieure26.

  • 27 Ibid., p. 138.
  • 28 Ibid., p. 136.

18Il consacre d’assez longs développements aux divertissements et loisirs de la population havanaise, il évoque alors le théâtre, les combats de taureaux, décrit la promenade de l’Alameda, l’une des plus célèbres. Selon lui « de tous les amusements publics, les plus fréquentés sont les bals qui ont lieu à l’époque des fêtes religieuses »27. Les femmes cubaines n’échappent pas au regard du voyageur qui les juge belles, mises avec beaucoup de goût et d’élégance. Il précise alors qu’elles ne sortent jamais de chez elles : celles qui ne possèdent pas de voiture restent enfermées et observent par la fenêtre ce qui se passe à l’extérieur. Il souligne toutefois leur caractère indolent qu’il attribue à la chaleur des tropiques. Lors de ces bals il est frappé par le contraste entre les femmes et les hommes, ces derniers ayant « mauvaise tournure, des manières rudes, et une mise négligée »28.

19Il fait ensuite une description très détaillée du tirage de la loterie nationale, source de revenus considérable pour le gouvernement, et jeu qui attire principalement la basse classe de la société :

  • 29 Ibid., p. 143.

« la plus grande partie de la multitude rassemblée était composée de nègres et de mulâtres des deux sexes, mais il y avait aussi parmi eux beaucoup d’Espagnols de la classe inférieure, et quelques personnes d’un rang plus élevé se promenaient çà et là comme des spectateurs désintéressés »29.

20Est enfin abordé le thème de l’insécurité à La Havane :

  • 30 Ibid., p. 148.

« je crois que de toutes les villes du monde civilisé, La Havane est celle où il se commet le plus de méfaits, de délits et de crimes atroces. Les assassinats y sont fréquents, qu’ils excitent peu d’attention ; quant aux attaques et aux vols, tout homme qui, la nuit se trouve dans un quartier solitaire, y est naturellement exposé »30.

21Selon Howison, ces méfaits sont dus au mépris absolu des lois ou à leur insuffisance, au peu d’activité de la police, à l’amour du jeu et à la dissipation qui règnent dans les classes inférieures. Il dénonce également la corruption des autorités et du clergé :

  • 31 Ibid., pp. 147-148.

« La corruption du clergé est égale à son pouvoir, et nul criminel à La Havane ne monte sur l’échafaud s’il a le moyen d’assouvir la rapacité des indignes ministres de l’église, et de corrompre les autorités séculières ; un pauvre criminel, sans amis, est exécuté peu de jours après que sa sentence lui a été prononcée. Mais un homme qui a de la richesse et du crédit peut éloigner la peine capitale pendant plusieurs années de suite, et finir par la faire commuer en une amende ou un emprisonnement »31.

22L’article se termine par la description de l’exécution d’un esclave :

  • 32 Ibid., p. 152.

« ce spectacle faisait une impression plus terrible sur les sensations et l’imagination de la multitude, que l’exécution destinée cependant à produire des idées d’horreur et de dégoût que le sacrifice délibéré de la vie d’un homme quelque juste et nécessaire qu’il puisse être, excite dans l’esprit de tout homme honnête »32.

Le Révérend Abiel Abbot et l’indépendance de Cuba (1828)

  • 33 ABBOT, Abiel, « Lettres écrites dans l'intérieur de Cuba, entre les montagnes d'Arcana à l'est et c (...)

23Le troisième article publié dans les Nouvelles Annales des voyages… est un extrait (non-signé) de Letters written in the interior of Cuba, between the mountains of Arcanato the east, and of Cusco, to the west, in the months of february, march, april and may 1828, édité à Boston en 182933 par le Révérend Abiel Abbot qui était né à Andover dans le Massachussets en 1770, avait débuté sa carrière religieuse à 24 ans et fut ministre dans le même état à Haverhill puis à Beverly.

  • 34 OLIVERA, Otto, Viajeros en Cuba, Miami, Ediciones universales, 1998, p. 109.

24Ebiel Abbot était un excellent orateur, qui a écrit des sermons et discours à caractère religieux, moral et patriotique qui furent imprimés entre 1798 et 1829. Parmi ses œuvres on peut trouver une collection de Sermons éditée par S. Everet en 1831 et Cuba and the Cubans (1850). Il décida de partir quelques mois sous un climat plus clément pour se remettre d’une affection pulmonaire dont il souffrait depuis quelques années. Il resta alors à Cuba du 9 février 1828 jusqu’au 16 ou 17 mai, il tomba malade à son retour pendant la traversée de Charleston à New-York et mourut en arrivant à la quarantaine34.

  • 35 ABBOT, Abiel, « Lettres écrites dans l'intérieur de Cuba », op. cit. p. 306.
  • 36 Ibid., pp. 306-307.

25Outre le résumé du voyage d’Abbot, l’article des Nouvelles Annales des voyages… comporte quelques citations de l’ouvrage. Abiel Abbot quitte les Etats-Unis sous la neige puis découvre des rivages couverts de palmiers ; le contraste entre les deux climats est mis en exergue par l’auteur. Abiel Abbot a débarqué à Matanzas dont il a décrit le paysage, admirant le spectacle du port qualifié d’ « extrêmement vivant et très romantique »35. Sont également mentionnées les formalités à l’arrivée et l’auteur du compte rendu estime qu’Abbot a décrit avec beaucoup de vérité et de vivacité l’impression qu’éprouve un étranger en entrant pour la première fois dans la ville. Les Espagnols ont inspiré au voyageur « une gaîté irrésistible. On croirait voir des mascarades, où, chacun s’efforce d’amuser les spectateurs par l’extravagance et la bizarrerie de son aspect »36.

  • 37 Ibid., p. 307.
  • 38 Ibid., p. 308.

26La volante, « sorte de cabriolet avec des roues grossières, mais garni d’ornements en argent »37 fait l’objet d’une description rapide. Le voyageur a été extrêmement surpris de voir les hommes constamment armés, ce qui lui inspire une certaine ironie : « on croirait être en temps de guerre, et apercevoir dans chaque homme à cheval une vedette »38. Il est ensuite indiqué que le voyageur a passé quelques jours dans la ville, sans plus de détails sur ses visites, puis qu’il est parti à la campagne à Matanzas.

  • 39 Ibid., p. 311.

27On trouve un certain nombre de détails sur le voyage en canot puis en volante, occasion d’évoquer la beauté de la nature cubaine. Le voyageur a décrit des arbres fruitiers et plus particulièrement le Fromager qui l’a fasciné : « l’un des plus grands et des plus beaux que fasse croître la nature parmi les riches productions de ce climat heureux »39. Il a visité des plantations sucrières et mentionne l’utilisation de la machine à vapeur provenant d’Angleterre pour les moulins à sucre des grandes plantations ; il précise cependant que certaines plantations utilisaient toujours les bœufs pour faire tourner les moulins.

  • 40 ABBOT, Abiel, « Lettres écrites dans l'intérieur deCuba », op. cit., p. 315.
  • 41 Ibid., p. 318.
  • 42 Ibid., p. 319.

28L’auteur de l’article nous apprend que Abiel Abbot a parcouru 800 à 1000 milles dans l’intérieur de Cuba séjournant chez différents habitants très accueillants. Il précise alors que « quiconque a visité l’île de Cuba, s’empressera de confirmer le témoignage que le docteur Abbot rend à l’hospitalité des insulaires »40. Selon lui, le journal de voyage d’Abiel Abbot comporte de nombreux renseignements utiles et intéressants, notamment les chiffres de la population de l’île à cette époque qu’il évalue, pour les blancs « à 259 000 âmes, les nègres libres à 154 500 et esclaves à 225 231 individus »41. Parmi la population blanche, est évoqué le nombre élevé de petits cultivateurs nommés montaneros : ils forment une sorte de milice prête à réprimer la révolte des esclaves et offre une certaine sécurité aux personnes et aux propriétés42.

29L’article se conclut par le paragraphe final de l’ouvrage d’Abbot qui révèle un voyageur favorable à l’accession par l’île à l’indépendance, sans remise en cause de l’esclavage :

  • 43 Ibid., pp. 319-320.

« J’ai été sobre de remarques sur l’état politique et sur l’avenir présumable de cette île. Je pense que de hautes destinées se présentent à ces insulaires possédant 6 800 lieues carrées d’un sol fertile, et comparativement aux autres îles où il y a des esclaves, forts par la population libre, et par une nombreuse milice bien montée et bien armée ; mais ils ne sont pas encore assez mûrs pour un changement. N’étant pas opprimée, la population mixte deviendra plus homogène, plus patriotique, et le temps peut la préparer par l’union, la sagesse et la sûreté, à prendre à la fin l’attitude honorable à laquelle leur nombre, leurs ressources et leur position relative leur donne droit »43.

30L’auteur de l’article a choisi différents passages de l’ouvrage d’Abiel Abbot en fonction des lieux visités, certains sont plus longs que d’autres mais pas forcément plus intéressants. Il s’est attardé sur les descriptions de la nature, des traversées. L’article fait ressortir la richesse de la nature de l’île et la beauté des paysages mais ne donne que très peu de détails sur les habitants et leurs coutumes ; la question de l’esclavage n’est pas abordée alors qu’il a visité plusieurs plantations sucrières.

Isidore Lowesnstern et la question de l’esclavage (1842)

  • 44 E. S., « Bulletin analyses critiques. Les Etats-Unis et La Havane. Souvenirs d'un voyageur. Par M. (...)
  • 45 KIRCHLEIMER, Jean-Georges, Voyageurs francophones en Amérique hispanique au cours du XIXème siècle (...)

31L’article suivant, répertorié dans la rubrique « Bulletin, Analyses critiques », est une étude de l’ouvrage d’Isidore Lowenstern intitulé Les Etats Unis et La Havane. Souvenirs d’un voyageur, qui fut publié à Paris chez Arthus Bertrand en 184244. Ce voyageur fut membre de la Commission Centrale de la Société de Géographie de Paris et a vécu de 1810 à 185945. Mais nous ignorons l’identité de l’auteur de ce compte rendu qui insiste dès le départ sur l’impartialité d’Isidore Lowenstern. L’article se compose de deux parties ; l’une concernant l’Amérique du Nord, la plus importante, l’autre concernant l’île de Cuba beaucoup plus brève. La partie sur Cuba est précédée des points de vue, forts intéressants, du voyageur sur l’esclavage. Isidore Lowenstern était contre une abolition immédiate, sujet d’actualité de l’époque. L’article reprend les diverses critiques sur l’abolition de l’esclavage, et plus particulièrement celles du gouvernement anglais qui, comme nous le savons, fut le premier pays abolitionniste. A travers les quelques extraits retranscrits nous comprenons que le voyageur défend avant tout les propriétaires terriens :

  • 46 E. S., « Les Etats-Unis et La Havane. Souvenirs d'un voyageur. Par M. Isidore Lowenstern. » op. cit(...)

« On aurait dû néanmoins croire à la pureté des intentions de l’Angleterre, par le manque apparent de prudence et de circonspection qu’elle a montré dans l’affranchissement si prématuré de ses esclaves, acte si peu conforme à ses principes habituels qu’il a donné lieu à beaucoup de suppositions .
Il est certain qu’elle a détruit ses colonies à esclaves noirs, qui, du reste, ne sont ni les plus considérables, ni les plus étendues. Elle a ruiné le colon, le planteur, qui maintenant manque de bras, sans faire le bonheur de l’esclave, qui manque de maître : car l’homme qui a vécu dans l’esclavage et l’ignorance ne se trouvera jamais à la hauteur de la qualité de citoyen par le seul acte de l’affranchissement »46.

  • 47 Ibid., p. 242.
  • 48 Ibid., pp. 242-243.
  • 49 Ibid., p. 244.
  • 50 Ibid., p. 244.

32Après avoir donné la date d’arrivée d’Isidore Lowenstern à La Havane, le 15 janvier 1838, l’article résume très rapidement les impressions et les observations du voyageur sur la beauté de l’île pour qui cette découverte fut un émerveillement47. On souligne ensuite qu’il a évoqué l’importance du gouverneur de l’île à l’époque de son voyage, le célèbre Général Tacon qui gouverna Cuba de 1834 à 1838, et rétablit l’ordre et la sécurité à La Havane : « Homme ferme et sévère qui, par l’énergie qu’il déployait dans toutes les branches et l’administration, malgré les obstacles et les entraves qu’on lui opposait, malgré des usages nombreux et embarrassants, sut, en trois ans, rendre La Havane un séjour sûr, tranquille et sain »48. L’auteur précise également que le voyageur a visité des plantations de sucre et de café prés de la Capitale, après être allé à la cathédrale de La Havane où repose Christophe Colomb : « les réflexions que la vue de ce monument simple lui inspire le ramènent à la politique de l’Angleterre, qui, sous le voile de sa sollicitude philanthropique pour les noirs, travaille à l’assujettissement commercial des blancs dans le monde entier »49. Ce sentiment anti-britannique est fréquemment évoqué dans l’ouvrage. Enfin l’auteur de l’article, met en avant les qualités de Lowenstern, doué d’un esprit d’observation qui ne se limite pas à examiner la surface des objets, et qui ne se limite pas à peindre les moeurs mais présente aussi des détails de géographie physique et de statistiques très intéressants50.

Les travaux d’un savant positiviste : André Poey (1855-1858)

  • 51 « Resultados de la ciencia en Cuba- Cientificos relevantes », http://resultados.redciencia.cu/

33Les trois derniers articles sur Cuba écrits par André Poey, directeur de l’observatoire météoroloqique de La Havane, ont été publiés en 1855 et 1858. Ces articles sont purement scientifiques. Andres Poey de Aguirre est né à La Havane le 15 novembre 1825, mort à Paris le 4 janvier 1919. Météorologue, précurseur à Cuba des recherches dans ce domaine. Il a consacré la plus grande partie de son activité scientifique à la zoologie, la géographie et l’ethnologie. Fils aîné du grand naturaliste cubain Felipe Poey et de la Havanaise María Jesús de Aguirre, il partit avec ses parents en France en 1826, et y resta quelques années. Il effectua une partie de sa scolarité primaire à Paris puis à la Havane au collège San Cristobal de Carraguao. En 1847, il créa la revue scientifique El Colibri puis écrit pour les Mémoires de la Société Economique des Amis du Pays de La Havane un catalogue méthodique des oiseaux de l’île de Cuba. En 1848 il composa un atlas de 28 cartes lithographiées pour les écoles primaires. Afin d’approfondir ses recherches sur les conditions atmosphériques, il créa un petit observatoire dans sa maison de La Havane pour étudier les ouragans. Rapidement ses observations ont intéressé les institutions françaises et nord-américaines. En 1857, il créa et dirigea l’observatoire météorologique de La Havane, projet officialisé par le gouvernement colonial espagnol. En 1865, il créa un observatoire météorologique pour la commission scientifique de Mexico pendant l’intervention franco-hispanique dans ce pays. En 1869 les autorités coloniales firent fermer l’observatoire de Cuba à cause des idées indépendantistes de Poey. Il partit alors s’installer en France où il se distingua comme ardent positiviste et pacifiste. L’observatoire de Poey a été remplacé par celui du collège de Belén dirigé depuis 1870 par le père Benito Viñes, météorologue Catalan qui réalisa d’importantes études sur les cyclones tropicaux. Quant à Andrès Poey il publia plusieurs ouvrages à caractère philosophique, Le positivisme, en 1876 et Folie amoureuse en 1889. Son activité scientifique diminua dans les années 80 à la suite de problèmes de santé. Il fut membre de différentes corporations scientifiques telles que l’Académie des Sciences de Paris, La Société ethnologique de Londres, l’Académie des Sciences Médicales, Physiques et Naturelles de La Havane51.

  • 52 POEY Y AGUIRRE, Andrès, « Tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l'île de Cuba (...)

34Son premier article s’intitule « Tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l’île de Cuba de 1551 à 1855 », le deuxième « Supplément au tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l’île de Cuba de 1551 à 1855 ». L’auteur explique que « ce travail a deux buts principaux. Le premier est de contribuer à compléter autant que possible les catalogues déjà si nombreux, que le savant professeur de Dijon, M. Alexis Perrey, a relevés sur les tremblements de terre qui ont eu lieu sur la surface entière du globe et en particulier sur ceux des Antilles. Le second point est de jeter quelque lumière sur des idées fausses par rapport à Cuba, que l’on reproduit trop souvent a priori dans les ouvrages »52. Enfin le dernier article intitulé « Répartition géographique de l’universalité des météores en zones terrestres, atmosphériques, solaires ou lunaires ; et de leurs rapports entre elles » a été publié en 1858. En 1848 un météore a provoqué la division du lit du fleuve Cuyagualeje, le plus important de l’occident cubain. Ces études démontrent les dégâts que peuvent causer les phénomènes météorologiques.

35A cette époque les études scientifiques avaient un objectif commun, celui de rendre la nature apte à l’exploitation économique. L’étude des ouragans, des tremblements de terre et leur origine était peu développée. Pendant l’époque coloniale l’économie a été très touchée par les passages de cyclones.

Conclusion

  • 53 Cf. notre thèse, préparée sous la direction du Professeur Gérard Dufour et soutenue à l'Université (...)

36Dans la revue Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l’histoire les articles des récits de voyage informent le public français sur la culture de Cuba, certains thèmes ont été traités de manière incomplète ou occultés alors que certains éléments anecdotiques ont fait l’objet de plus longs développements. Les articles concernant la situation de l’île et les descriptions des mœurs sont peu nombreux. Ils offrent un aperçu de la situation de l’île de Cuba dans la première moitié du XIXème siècle mais n’offrent guère de nouveauté par rapport aux informations fournies par les autres publications de voyageurs ayant rendu compte de leurs séjours à Cuba53, à l’exception des articles scientifiques de Poey qui sont destinés à des lecteurs expérimentés. Toutefois, en rendant compte du point de vue d’auteurs d’origine anglo-saxonne qui critiquent le gouvernement espagnol et envisagent de lui arracher Cuba pour en faire une future colonie, les Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l’histoire constituent une source importante pour l’étude des rivalités européennes en Amérique au XIXème siècle.

Haut de page

Notes

1 LAROUSSE, Pierre, Grand dictionnaire universel du XIXème siècle, français, historique, géographique, mythologique, bibliographique, littéraire, scientifique, etc...., Genève Paris, Editions Slatkine, 1982, Tome X, 12ème partie, p. 1235.

2 Ibid., p. 1235

3 HATIN, Eugène, Bibliographie historique et critique de la presse française ou catalogue systématique et raisonné de tous les écrits périodiques de quelque valeur publiés ou ayant circulé en France depuis l'origine du journal jusqu'à nos jours, Paris, Firmin-Didot fils, 1886, p. 567

4 LAROUSSE, Pierre, op. cit., tome VII, p. 1030.

5 Ibid., p. 1235

6 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Voyage de découvertes dans la partie Septentrionale de l'océan pacifique, Paris, 1807, 2 vol in-8°.

7 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Bibliomappe, Paris, Renard, 1827, in-4°, 194 p.

8 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Abrégé de géographie moderne, Paris Dentu, 1827, 2 vol in-8°.

9 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Abrégé de l'histoire générale des voyages, Paris, Furne, 1859, in-8°.

10 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Voyage en Asie et en Afrique, Paris, Furne, 1855, 692 p.

11 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Le Danemark, Paris, Firmin Didot Frères, 1846, 1 vol, 416 p.

12 BEUCHOT, Adrien-Jean-Quentin, « Cercle de la librairie », Bibliographie de la France ou Journal général de l'imprimerie et de la librairie, Paris, Pillet , 1814-1971, 3ème année, in-8° puis in-4, pp. 206-207.

13 EYRIES, Jean-Baptiste-Benoît, Malte-Brun, Conrad, Annales des Voyages de la géographie et de l'histoire ou collection des voyages nouveaux les plus estimés, traduits de toutes les langues européennes, Paris, Chez F. Buisson, 1807, Tome 1er, pp.6-7.

14 CAMPBELL, H., « Etat de Cuba en 1815 », in Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l'histoire, Paris, 1819, chez F. Buisson, volume 2, p. 462.

15 HOWISON, John, Foreign scenes and travelling recreations, Edimbourg, 1825, 2 vol., 1ère et 2èéd.

16 ABBOT, Abiel, Letters written in the interior of Cuba between the mountains of Arcana, to the East, and of Cusco, to the west in the months of february, march, april and may 1828, Boston, Bowles & Deaborn, 1829, 256 p.

17 LOWNSTERN, Isidore, Les Etats-Unis et La Havane. Souvenirs d'un voyageur, Paris, Arthus Bertrand, 1851, 2 tomes, 455 p et 463 p.

18 POEY Y AGUIRRE, Andrès, « Tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l'île de Cuba de 1551 à 1855 », in Annales des voyages de la géographie et de l'histoire, Paris, A. Bertrand, 1855, Tome 2ème, in-8°, pp301-323 ; « Supplément au tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l'île de Cuba de 1551 à 1855 » in Annales des voyages, de la géographie et de l'histoire, Paris, A. Bertrand, 1855, Tome 148, in-8°, pp286-325.

19 POEY Y AGUIRRE, Andrès, « Répartition géographique de l'universalité des météores en zones terrestres, atmosphériques, solaires ou lunaires ; et de leurs rapports entre elles » in Annales des voyages, de la géographie et de l'histoire, Paris, A. Bertrand, 1858, in-8°, pp. 150-173.

20 CAMPBELL, H., op. cit., p. 462.

21 Ibid., p. 463.

22 Ibid., p. 463.

23 HALPENNY, Francess G., Dictionnary of Canadian Biography, University of Toronto Press, 1966, pp. 409-410.

24 HOWISON, John, « Description de La Havane » in Nouvelles annales des voyages, de la géographie et de l'histoire, Paris, A. Bertrand, 1828, T. 39, 2ème série, pp. 129-130.

25 Ibid., p. 132.

26 Ibid., pp. 133-134.

27 Ibid., p. 138.

28 Ibid., p. 136.

29 Ibid., p. 143.

30 Ibid., p. 148.

31 Ibid., pp. 147-148.

32 Ibid., p. 152.

33 ABBOT, Abiel, « Lettres écrites dans l'intérieur de Cuba, entre les montagnes d'Arcana à l'est et celles de Cusco à l'ouest, pendant les mois de février, mars, avril, et mai 1828 » in Annales des voyages, de la géographie et de l'histoire, Paris, A. Bertrand, 1830, T. 17 2ème, série, pp 303-320.

34 OLIVERA, Otto, Viajeros en Cuba, Miami, Ediciones universales, 1998, p. 109.

35 ABBOT, Abiel, « Lettres écrites dans l'intérieur de Cuba », op. cit. p. 306.

36 Ibid., pp. 306-307.

37 Ibid., p. 307.

38 Ibid., p. 308.

39 Ibid., p. 311.

40 ABBOT, Abiel, « Lettres écrites dans l'intérieur deCuba », op. cit., p. 315.

41 Ibid., p. 318.

42 Ibid., p. 319.

43 Ibid., pp. 319-320.

44 E. S., « Bulletin analyses critiques. Les Etats-Unis et La Havane. Souvenirs d'un voyageur. Par M. Isidore Lowenstern » in Annales des voyages, de la géographie et de l'histoire, Paris, A. Bertrand, 1842, pp. 222-244.

45 KIRCHLEIMER, Jean-Georges, Voyageurs francophones en Amérique hispanique au cours du XIXème siècle : essai de constitution d'un fichier bio-bibliographique, Paris, Bibliothèque nationale, 1986, 117 p.

46 E. S., « Les Etats-Unis et La Havane. Souvenirs d'un voyageur. Par M. Isidore Lowenstern. » op. cit., pp. 241-242.

47 Ibid., p. 242.

48 Ibid., pp. 242-243.

49 Ibid., p. 244.

50 Ibid., p. 244.

51 « Resultados de la ciencia en Cuba- Cientificos relevantes », http://resultados.redciencia.cu/

52 POEY Y AGUIRRE, Andrès, « Tableau chronologique des tremblements de terre ressentis à l'île de Cuba de 1551 à 1855 », op. cit., pp. 301-302.

53 Cf. notre thèse, préparée sous la direction du Professeur Gérard Dufour et soutenue à l'Université de Provence (Aix-Marseille I) en 2005, L'Ile de Cuba vue par les voyageurs français de 1800 à 1914, deux volumes dactylographiés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Galipienzo-Ichon, « Cuba dans les Nouvelles annales des voyages, de la géographie, et de l’histoire », El Argonauta español [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 15 juin 2007, consulté le 27 mai 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1307 ; DOI : 10.4000/argonauta.1307

Haut de page

Auteur

Hélène Galipienzo-Ichon

Dr. de l’Université de Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org