Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La presse réactionnaire

La voix des rebelles. La presse carliste pendant la première guerre (1833-1840)*

Pedro Rújula
Traduction de Marie Salgues

Résumés

La presse carliste naquit dans le contexte de la guerre civile (1833-1840) et ce avec un double objectif. Il s’agissait, d’une part, de renforcer symboliquement et idéologiquement les centres de pouvoir rebelles au moyen d’une publication à caractère officiel revendiquant une position institutionnelle en divers points de la péninsule et, d’autre part, de combattre sur le terrain de l’opinion la très active presse libérale qui, au fil de cette décennie, se développait avec une plus grande liberté en générant une opinion publique favorable au gouvernement de Marie Christine. Pour atteindre ces objectifs, chacun des trois territoires insurrectionnels carlistes (Pays Basque-Navarre, Aragon-Valence et Catalogne) consolida sa propre publication (la Gazeta Oficial, le Boletín del Ejército de Aragón, Valencia y Murcia et El Restaurador Catalán) qui adopterait progressivement des caractéristiques particulières en fonction de l’évolution du conflit dans la zone concernée et du développement politique du territoire.

Haut de page

Texte intégral

  • * Este artículo se encuentra enmarcado en los proyectos HAR2009-08615 Ideología y práctica en la cons (...)

1Pour comprendre l’évolution de la presse carliste pendant les années 1830, il faut prendre en compte trois aspects qui conditionnèrent de façon générale son développement et la dotèrent de caractéristiques spécifiques : a) le fait qu’il s’agisse d’un organe de parole d’une autorité rebelle ; b) la fragmentation géographique de sa production ; c) sa localisation en milieu rural.

2a) Par rapport à la presse espagnole de l’époque, la presse carliste n’apparaît pas comme un segment d’opinion politique parmi d’autres dans l’espace public qui se fit jour peu à peu en Espagne à la mort de Ferdinand VII. Presse rebelle, presse de soutien à une insurrection contre le pouvoir établi, elle se situe en marge de la loi et, par conséquent, hors des circuits de diffusion habituels de la presse « légale ». Elle a pour domaine de circulation le territoire sous domination carliste et, à l’extérieur, la marge étroite qu’elle sera capable de gagner sur le terrain de la clandestinité. Elle ne fonctionne donc pas aux côtés des autres sensibilités politiques mais est exclue des grands espaces d'opinion espagnols du moment, tout en jouissant d’une situation de monopole sur le territoire rebelle.

3b) Deuxièmement, et bien que nous parlions de la presse carliste en général, il n’existe pas d’espace commun de cohabitation pour les différents titres de cette tendance politique. En fait, au cours de la première guerre carliste, il n’y eut qu’une seule publication, toujours à caractère officiel, dans chacun des espaces où le carlisme obtint un ancrage territorial suffisant : le Pays Basque et la Navarre, le Maestrazgo et la Catalogne. Il n’existe donc pas véritablement de diversité d’opinions dans le camp carliste, mais, au contraire, une seule voix émise depuis les instances officielles et qui reflète le message politique des autorités.

4c) Enfin, les conditions de développement d’une presse politique partisane sont très directement liées à l’avancée militaire du carlisme. Plus précisément, les journaux apparurent au fur et à mesure que l’évolution de la guerre et le contrôle territorial obtenu par le carlisme le rendaient possible. Oñate, Cantavieja ou Berga, principaux sièges des rédactions et des imprimeries, constituent des lieux centraux du territoire insurgé, suffisamment éloignés du front pour permettre en continu les tâches propres à l’édition d’un journal. C’est pourquoi la presse carliste naquit en milieu rural, dans de petits hameaux à l’écart des villes, ce qui l’empêcha de profiter des conditions de diffusion de l’espace public et lui donna bien plutôt les caractéristiques de la presse officielle (la Gaceta de Madrid ou les bulletins provinciaux) qui était distribuée par courrier dans les villages et aux autorités, permettant ainsi de répandre les nouvelles avec une certaine homogénéité à travers le territoire placé sous sa domination.

5Je vais maintenant m’intéresser aux trois territoires où parurent des journaux carlistes : le Nord, c’est-à-dire le Pays Basque et la Navarre, le Maestrazgo, entre l’Aragon et Valence, que l’on appelle également le Centre et enfin, l’Est, la Catalogne.

La Gaceta Oficial de Oñate

6La guerre civile avait éclaté dans toute la Péninsule au début du mois d’octobre 1833. Les choses se préparaient depuis des mois, entre les Volontaires royalistes et les vieux combattants anticonstitutionnels du Triennat, à l'ombre de quelque église et dans les demeures de certains nobles et autres militaires. Pourtant, après l’explosion initiale, le feu fut circonscrit à quelques foyers concrets, faciles à identifier. Le Pays Basque et la Navarre, tout d’abord, où la figure montante de Tomás de Zumalacárregui était parvenue à doter d’une viabilité militaire l'insurrection carliste. Quand, au printemps 1834, l’Infant don Carlos passe la frontière et s’établit sur ce territoire, le défi lancé à la Régence monte d'un cran.

  • 1 Le meilleur travail sur ce sujet a été réalisé par José Ramón Urquijo, « Prensa carlista durante la (...)

7Début 1834, dans ce climat, apparaît une publication carliste qui dépend de la Junte de Navarre, à la périodicité irrégulière et qui s’intitulait Ejército del rey N. S. Don Carlos V [Armée du Roi Notre Seigneur Don Carlos V] ; Elle était dirigée par un ecclésiastique, Frère Manuel de Benito, un moine qui avait combattu lors de la Guerre d’Indépendance. Par son contenu, de type militaire, elle faisait office de bulletin d'information interne1.

Insurrection et information

8La guerre se propagea rapidement dans les premiers temps, face à un régime (celui du Statut Royal) qui ne semblait pas disposer des forces nécessaires pour stopper l’insurrection. Au début de l'année 1835, les armées de don Carlos se donnent un objectif ambitieux : la prise de Bilbao, qui pourrait faire basculer la guerre en leur faveur et attirer de leur côté quelques puissances internationales. Néanmoins, en juillet, le siège avait échoué, Zumalacárregui était mort et tout laissait penser que la guerre civile allait être longue. C’est précisément à ce moment-là que naît la publication carliste la plus importante de toute la guerre, la Gaceta Oficial. Les bans et arrêtés militaires ne suffisaient plus ; un travail idéologique plus fouillé et planifié devenait nécessaire.

9D’entrée de jeu, le mimétisme de cette publication avec la presse officielle du gouvernement de Madrid s'impose comme une évidence. Nous nous trouvons de façon patente face à une version carliste de la Gaceta de Madrid2, une imitation des attributs de pouvoir (et la presse officielle en est un) pour transmettre un message politique clair : l’existence d’une autorité légitime qui rivalise avec le pouvoir central dont elle se présente comme une alternative. Les éléments graphiques et les rubriques sont pratiquement les mêmes. En première page, le titre avec les armes royales et une rubrique initiale avec un article officiel sur la situation du prétendant et de la famille royale ouvrent chaque numéro. Viennent ensuite les dispositions officielles qui comprennent des Ordres Royaux, des bulletins de guerre, des bans, la correspondance officielle, etc. Plus loin, les rubriques correspondant à la presse étrangère et à la presse nationale. Finalement, un espace plus ouvert où sont insérés des textes qui vont de l'article de fond aux petites annonces. La taille était la même, un cahier de quatre pages, pour une périodicité moindre en revanche puisqu'elle ne paraissait que deux fois par semaine, le mardi et le vendredi. L’abonnement, probablement le mode d’acquisition le plus normal, coûtait 28 réaux pour deux mois, excepté dans la localité où elle était imprimée, Oñate, où il ne s’élevait qu’à 24 réaux.

  • 3 « publicistas de la Europa y algunos beneméritos periodistas franceses » puis « han quitado la másc (...)

10En fait, les principales différences ne concernaient pas la forme, puisque la ressemblance formelle jouait un rôle symbolique, mais le fond, car la Gaceta Oficial était née pour remplir une fonction très éloignée de celle de la Gaceta de Madrid. Le journal officiel carliste, dont le premier numéro parut le 27 octobre 1835, avait vu le jour pour mener un combat idéologique. Il souhaitait consacrer ses pages à révéler la tromperie du « parti de la révolution », en suivant très exactement la doctrine émise dans ce camp par les idéologues contre-révolutionnaires français (« des publicistes d'Europe et quelques louables journalistes français ») qui « ont démasqué la révolution et ont clairement démontré que les Trônes sont aujourd’hui plus que jamais menacés par l’horrible propagande »3.

  • 4 Ibídem.
  • 5 Ibídem.

11Combattre la propagande libérale était donc l’un des objectifs de départ de cette publication, face au constat de l’usage abondant que le libéralisme avait fait de l'imprimé : « le turbulent parti [...] fait suer les presses », affirmera-t-on, pour diffuser « les théories absurdes et anarchiques, les principes erronés et les fausses doctrines, que le parti libéral prône inlassablement et qu'à force de sophismes il est parvenu à transformer en autant de dogmes politiques, du moins parmi certaines catégories de gens »4. Avec la Gaceta Oficial, le carlisme se saisissait des armes de la révolution, il assumait qu’il était en guerre ouverte pour l'opinion publique et descendait dans l’arène quotidienne de la presse pour « réfuter des idées si pernicieuses, dissiper l’illusion avec laquelle on prétend fasciner un peuple crédule [et...] égarer l’opinion publique »5. En réalité, dès le premier numéro, on cherche à faire de l’information exactement le même usage que celui qui allait être critiqué, en sélectionnant, en interprétant, ou en orientant les nouvelles dans le sens le plus favorable aux intérêts carlistes.

12La partie officielle du journal va progressivement gagner de l'importance au fur et à mesure que le temps passe. Ce qui, au départ, ressemblait à une rubrique excessivement rigide (principalement des transcriptions de documents officiels) s’avise, petit à petit, de ses potentialités dans le domaine de la propagande. Ainsi, au fil du temps, elle grandira pour inclure non seulement les nominations officielles mais aussi les dépêches de victoires carlistes à travers toute la Péninsule. Le simple ajout de ces informations, qui ne permettent pas de se faire une idée réelle du déroulement de la guerre, transmet toutefois l’image d’un conflit de larges dimensions, qui s’étend sur des territoires très divers et qui bénéficie de dirigeants dont la popularité augmente dans leurs fiefs respectifs.

13Dans la partie non officielle, la rubrique des nouvelles, malgré ce que le nom semble indiquer, ne se présente pas comme le reflet de l'actualité vue à travers les informations des autres journaux. Elle constitue, en particulier dans les débuts, un support direct d’opinion. Il fallait s’y attendre, les nouvelles ne sont sélectionnées que si elles sont favorables à la cause carliste. Mais le rédacteur, quelque peu insatisfait en la matière, les glose, réduisant au strict minimum la marge d'interprétation du lecteur. Il se produit ainsi un dialogue entre les nouvelles extraites d'autres journaux et l'opinion de la Gaceta Oficial dont la voix couvre toujours celle des textes reproduits.

14Dans la rubrique des « Nouvelles étrangères », on relève principalement des informations critiques à l'encontre du gouvernement, des opinions favorables à la candidature de don Carlos au trône, des nouvelles qui retracent l’avancée militaire des rebelles, les problèmes avec les troupes étrangères qui opèrent en Espagne ou les difficultés espagnoles pour maintenir le cours de la dette sur les marchés internationaux. Elle permet également la réflexion sur des thèmes politiques généraux. Une des autres utilités de cette section était de contester les nouvelles défavorables à propos du déroulement de la guerre, en insinuant systématiquement qu'aucune des informations en circulation issues des médias libéraux n'était fiable, ce qui faisait dépendre la vision des événements des seules sources carlistes.

  • 6 « Lo que verdaderamente es inconcebible cómo están tan mal informados de lo que pasa en España [... (...)

« Ce qui est véritablement inconcevable [peut-on lire] c’est qu'ils puissent être si mal informés de ce qui se passe en Espagne (...) Il est effectivement évident, et cela a été démontré, que les journaux de Paris ne publient que des mensonges sur la situation de l’Espagne »6.

  • 7 « ¿Por qué no se publican en las provincias noticias verdaderas ? ». « Parte no oficial. Noticias d (...)
  • 8 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 5, 10 novembre 1835, p. 17.

15Les contenus de la rubrique « Nouvelles d'Espagne » se nourrissent d’informations sélectionnées dans la presse libérale du moment. Un grand nombre de journaux sont cités : Diario de Beneficiencia, Revista Española, Gaceta de Madrid, Diario de Zaragoza, Eco del Comercio, El Vapor, El Catalán, El Español, Revista Mensajero, Diario Mercantil, La Abeja, El Jorobado, El Aragonés, les bulletins officiels des provinces de Bilbao, Logroño ou Saint-Sébastien, le Diario Mercantil de Valencia, El Liberal, El Patriota, La ley, etc. Faire référence à ces titres permet de réfuter leurs informations sur la guerre en mettant en doute leur véracité ou en les réinterprétant. « Pourquoi ne publie-t-on pas de vraies nouvelles dans les provinces ? »7, finissait-on par se demander. On exagère aussi les dissensions entre différents camps du libéralisme8. Et, finalement, on critique directement la politique du gouvernement et les mesures qu’il a prises, en particulier celles qui se réfèrent à l’Église (désamortissement) et à la monarchie (limitation du pouvoir royal).

  • 9 « que el público se forme una idea del estado de confusión y de anarquía ». « Parte no oficial. Not (...)
  • 10 Gaceta Oficial, n° 17, 22 décembre 1835, p. 78.

16C’est également dans cette section que sont insérées les lettres qui proviennent de divers points de la Péninsule. La reproduction et le commentaire des missives reçues remplissent une double fonction. D’un côté, cela construit, numéro après numéro, une géographie de l’insurrection par l’ajout de nouvelles qui témoignent d’actions carlistes en de multiples points de la Péninsule. Le lecteur en retire l’impression d’un très vaste soulèvement qui progresse sur tous les fronts. En même temps, la correspondance transmet le climat social du pays, permettant « au public de se faire une idée de l’état de confusion et d’anarchie »9. A travers des voix qui s’offrent comme l’expression du sentiment des Espagnols, on réaffirme sans cesse l’existence d’un climat de mécontentement10 qui ne tarderait pas à échapper au contrôle des autorités libérales. Citons à titre d’exemple, cette note publiée à la fin décembre 1835 :

  • 11 Gaceta Oficial, n° 18, 25 décembre 1835, p. 83.

« Les lettres de Barcelone les plus récentes dépeignent un pays en proie au plus total état de soulèvement et elles disent que les forts sont rigoureusement bloqués [...] Lesdites lettres ajoutent que le soulèvement se poursuit en Galice et que les factions dominent cette région au point d’arriver jusqu’aux faubourgs mêmes de la ville de Saint-Jacques »11.

17Ou cette autre, en provenance d’Aragon :

  • 12 « Las cartas de Zaragoza pintan el lastimoso estado de aquella ciudad. El vecindario vive de contin (...)

« Les lettres de Saragosse dépeignent l’état lamentable de cette ville. Ses habitants vivent continuellement dans la plus grande inquiétude ; le simple qualificatif de carliste suffit pour vous faire agresser et assassiner lâchement en pleine rue, au beau milieu des places, sans que les autorités n’aient cure de réprimer les troubles ; et quand bien même elles le demanderaient, elles n'y parviendraient pas »12.

  • 13 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 7, 17 novembre 1835, p. 26.
  • 14 Gaceta Oficial, n° 22, 8 janvier 1836, p. 103.
  • 15 Gaceta Oficial, n° 14, 11 décembre 1835, pp. 63-64.
  • 16 Gaceta Oficial, n° 16, 18 décembre 1835, pp. 73-74.
  • 17 Gaceta Oficial, n° 18, 25 décembre 1835, p. 82.
  • 18 Gaceta Oficial, n° 17, 22 décembre 1835, p. 76.

18La dernière rubrique n’a pas de dénomination spécifique et les textes qui y paraissent ne portent généralement pas de titre. Malgré cette apparence discrète, il s’agit là de la partie la plus théorique du journal, celle où le rédacteur affronte des tâches idéologiques concrètes, que ce soit pour démonter le discours de la Couronne face aux notables dont elle s’est entourée (les próceres) ou pour désapprouver la politique du juste milieu13, souligner le mécontentement face au recrutement libéral, discréditer le Statut Royal14, ou révéler les fraudes pour les élections15, critiquer le gouvernement représentatif16, contester ce qui se dit aux Cortès17 ou bien encore dénoncer la manipulation des oligarchies libérales18.

Les axes du discours

19On pourrait penser que le discours de la Gaceta Oficial est construit autour des grands principes du carlisme : le roi et la religion. Et pourtant, rien de tel. En fait, ces idées sont implicites, elles sont la référence obligée, mais elles ne nourrissent pas l’ensemble des pages. Pour le rédacteur, il n’est pas utile d’affirmer la légitimité de don Carlos puisqu’il la considère indiscutable au vu de l’histoire, des coutumes et du droit :

  • 19 « Imparciales y doctos publicistas han demostrado palmariamente el derecho indestructible que el Se (...)

« des hommes de lettres doctes et impartiaux ont clairement démontré le droit indestructible de don Carlos sur la couronne des Espagnes. L’Europe savante a vu que depuis la fondation de l’Empire des Goths jusqu’à l’invasion des Sarrasins et le soulèvement de Pelayo, l’Espagne a fermé aux femmes les portes du Trône Souverain »19.

  • 20 « rectificar las costumbres públicas sobre las bases de la moral evangélica », « Parte no oficial. (...)

20Il ne paraît pas nécessaire non plus de faire de la religion un sujet à développer systématiquement. Ce n’est qu’à l'occasion de certains conflits, comme la suppression des ordres monastiques, qu’il devient opportun de remettre au premier plan les opérations de discrédit des religieux ou de faire appel à la religion pour « rectifier les mœurs publiques sur la base de la morale évangélique »20.

  • 21 « principio anárquico y destructor de la soberanía popular, de la libertad indefinida y demás absur (...)

21De fait, les pages de la Gazette d’Oñate prennent forme à partir de l’ennemi : le libéralisme. C’est là le véritable but de la publication. L’identifier sous ses divers aspects, dénoncer sa façon d’agir et faire tomber tous ses masques, voilà ce que se propose chacun des numéros. Elle était d’ailleurs née expressément pour le combattre. Le prospectus lui-même l’attestait, en opposant la publication face au « principe anarchique et destructeur de la souveraineté populaire, de la liberté illimitée et autres absurdités qui ont fait couler des torrents de sang dans le monde que l’on connaît »21.

  • 22 « sociedades tenebrosas que organizó el espíritu del error para subvertir el Trono y el altar », in (...)
  • 23 « secta tenebrosa, desorganizadora y regicida », in Gaceta Oficial, n° 19, 29 décembre 1835, p. 90.
  • 24 « sociedad de codiciosos comerciantes que especulan sobre torrentes de sangre ; atizando la guerra (...)
  • 25 « turba peseteril », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 6, 13 novembre (...)
  • 26 « embusteros », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 5, 10 novembre 1835 (...)
  • 27 « dominación demagógica », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 nov (...)
  • 28 « los soldados de la Mancha se hallan muy bien en Manzanares cantando el trágala a todo viviente, b (...)
  • 29 « la sangrienta anarquía de 1793 », in Gaceta Oficial, n° 29, 2 février 1836, p. 137.
  • 30 « Robespierre será olvidado al consignarse en la historia las sangrientas escenas de que van siendo (...)
  • 31 « libertinos », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 7, 17 novembre 1835 (...)
  • 32 « oscuro partido de la usurpación », in Gaceta Oficial, n° 9, 24 novembre 1835, p. 37.
  • 33 « Establecísteis una furiosa democracia, y habéis hecho desaparecer todos los elementos monárquicos (...)
  • 34 « democracia desencadenada », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 (...)
  • 35 « revolución democrática », « Parte no oficial. Noticias extranjeras », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 (...)
  • 36 « Republicano sí [el régimen] ; porque ya está vista la tendencia de nuestros Licurgos. De la Monar (...)
  • 37 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 7 ; d’autres (...)
  • 38 « que ha entregado la usurpación de Madrid en manos de la revolución », « Parte no oficial. Noticia (...)
  • 39 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 7.
  • 40 « incauta », « joven inexperta sometida a la dominación de acalorados demagogos », « Parte no ofici (...)
  • 41 « desventurada », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 183 (...)
  • 42 « mujer voluble y caprichosa », « Parte no oficial. Noticias extranjeras », in Gaceta Oficial, n° 2 (...)
  • 43 « filosofía », Gaceta Oficial, n° 11, 1er décembre 1835, p. 48.

22Comment était donc cet ennemi à ses yeux ? Les libéraux sont présentés comme des conspirateurs organisés en sectes (« des sociétés ténébreuses organisées par l’esprit de l’erreur pour subvertir le Trône et l'autel »22, « secte ténébreuse, désorganisatrice et régicide »23) ; des matérialistes (qui forment une « société de commerçants avides qui spéculent sur des torrents de sang ; fomentant la guerre civile et dépouillant Dieu de son culte et son sanctuaire, et l’Église des biens que lui consacra la piété de nos pères »24, « foule vénale »25) ; faux et démagogues (« trompeurs »26, « domination démagogique »27) ; des hommes à la conduite altérée (« les soldats de la Manche sont parfaitement à leur aise à Manzanares, à chanter le trágala à tout être vivant, à boire du vin jusqu'à plus soif et ils se gardent bien de chercher les factieux »28) ; plus sanguinaires que les révolutionnaires français de l'époque de la Terreur (comme « l'anarchie sanglante de 1793 »29, « on oubliera Robespierre quand seront consignées dans l’histoire les scènes sanglantes dont sont victimes en Espagne les légitimistes dignes d'honneur »30) ; des « libertins »31 ; des usurpateurs de la légitimité (« obscur parti de l'usurpation »32) ; et des partisans de la démocratie (« Vous avez établi une furieuse démocratie et avez fait disparaître tous les éléments monarchiques ; vous vous préparez à renverser toute distinction de classe »33, « démocratie déclenchée »34, « révolution démocratique »35), et même de la république (« Républicain, oui [le régime] ; car on connaît la tendance de nos Lycurgue. De la Monarchie, il ne reste désormais que le nom »36). La description des figures les plus reconnaissables de la politique libérale du moment vient compléter cette image. Mendizábal est qualifié de juif37, d’ignorant, « qui a livré l’usurpation de Madrid aux mains de la Révolution »38 ; Mina, de voleur et d’assassin39 ; et Marie-Christine, de « naïve », une « jeune femme sans expérience soumise à la domination de démagogues échauffés »40 et « malheureuse »41, « femme versatile et capricieuse »42, instrument de la « philosophie »43.

23Tout cela aboutit à une image apocalyptique d’un pays ravagé par la révolution :

  • 44 « La España ha visto erigir cadalsos, y espirar en el lugar de los delincuentes los hombres más ben (...)

« L'Espagne a vu dresser des potences et expirer, en lieu et place de délinquants, les hommes les plus méritants ; ici, un militaire courageux succombe, victime de son honneur et il emporte peut-être dans sa tombe le sentiment amer d'avoir été sacrifié par une infâme félonie. Là, au funeste décret d'une loge maçonnique, de vénérables ecclésiastiques sont assassinés en récompense de leur zèle. Ailleurs, on fusille de malheureux cultivateurs, pères de familles nombreuses qui implorent, au pied du gibet, qu'on épargne celui qui leur donna la vie et dont dépend leur subsistance. Pleurez, pauvres petits, épouses inconsolables, pleurez ; mais vos gémissements n'attendriront pas le cœur furibond et enragé de la secte libérale aux ordres de Christine. Le sacrifice est décrété. Votre père, votre époux, est parvenu à la fin de ses jours. Ainsi l’exige l’insatiable révolution. Confiscation de vos biens, tandis qu’on vous bannit et insulte avec de rauques et discordants trágalas, le sang de vos enfants baignant la terre, un sang versé au nom de la douce et philanthropique philosophie ; voilà le tableau qu'a prévu pour vous le dérèglement du parti christino-libéral qui aujourd'hui, par le biais de ses journaux, nous décore du qualificatif de sanguinaires »44.

24Mort et délinquance, injustice et déshonneur, irréligion et abus, sectarisme et destruction sociale, pauvreté et insécurité, offenses et abus sans nombre, fausseté et dérèglement des mœurs..., c’est là l’avenir qui attend ceux qui ne combattent pas le libéralisme et ne prennent pas les armes pour défendre don Carlos. La menace est claire et cherche à mener à une mobilisation qui écarte cet horizon de malheurs :

  • 45 « hambre y miseria por de pronto ; odios y venganzas sin término ; crímenes y suplicios, sangre, ho (...)

« faim et misère dans l’immédiat ; haines et vengeances sans fin ; crimes et supplices, sang, horreur et désolation, souvenirs amers du passé, incertitude quant à l’avenir et une insécurité pénible en ce qui concerne la perpétuation du produit de notre travail et notre industrie ; voilà les terribles résultats de la révolution : les funestes illusions, les rêves irréalisables de quelques idéologues qui ont prétendu régénérer la terre, conduisent à de tels extrêmes »45.

Métajournalisme

25L’importance du journalisme lui-même comme sujet dans la Gaceta Oficial revêt un intérêt particulier pour notre analyse. Les premiers temps, la publication cite constamment d’autres journaux et spécule sur le rôle de la presse par le biais d’un perpétuel exercice de métajournalisme contre-révolutionnaire. La réalité semble avoir été mise de côté ; la refléter n’est pas une priorité dans les pages du journal. Le véritable contenu de la publication est constitué d’écrits d’autres journaux, laissant transparaître une idée carliste de la réalité. C’est à cela que servent, aussi bien les informations favorables parues dans d’autres publications, qui prouveraient les véritables avancées de la cause de don Carlos, que les nouvelles défavorables, qui devaient être démenties et récusées, ou utilisées comme axe de réflexion contre le libéralisme. Le résultat est un discours militant articulé comme une spirale de commentaires qui se nourrit de ce qui est imprimé et de considérations sur le rôle de la presse de l’époque.

  • 46 « la táctica de nuestros adversarios consist[e] en publicar hechos inexactos, exagerados y frecuent (...)

26Quand elle parle de journalisme, la Gaceta Oficial se propose tout d’abord de discréditer les informations de la presse libérale et d’éroder la confiance que méritent les nouvelles publiées dans ses pages, en une tentative pour réduire la différence de moyens dont elle disposait. Pour cela, elle insiste à satiété et depuis tous les points de vue possibles sur la manipulation des contenus (« la tactique de nos adversaires consiste à publier des faits inexacts, exagérés et fréquemment absurdes, des rencontres imaginaires, de sanglantes défaites, alimentant ainsi les préjugés politiques du parti et obtenant de cette façon des résultats que ne leur aurait jamais gagnés la verve de leurs discours et apologies »46) et la fausseté des informations :

  • 47 « Los pregoneros de las Capitales de Provincia están roncos de tanto anunciar derrotas. Las esquina (...)

« Les crieurs publics des Capitales de Province sont enroués à force d’annoncer des défaites. Le moindre coin de rue croule désormais sous les innombrables arrêtés où, avec une telle stupidité, on proclame la mille deux-centième défaite des Navarrais, la mort de Moreno, la capture de Villareal, la fuite désastreuse de Guergué et sic de ceteris. D’autre part [conclut-elle ironiquement] selon les très exacts et véridiques journaux libéraux, Carlos V a disparu sans que l’on sache ni où ni par où il est parti... »47.

  • 48 « no se tiene noticia », Gaceta Oficial, n° 1, 27 octobre 1835, p. 3.
  • 49 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 3, 3 novembre 1835, p. 12.
  • 50 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 3, 3 novembre 1835, p. 12.
  • 51 Gaceta Oficial, n° 14, 11 décembre 1835, p. 62.
  • 52 « Si en esta campaña hubieran muerto la mitad de los facciosos que han enterrado de oficio los mode (...)
  • 53 « Si hasta aquí ha sido tan horrible la matanza periodística cuando sólo venía de acá, ¿que será en (...)
  • 54 « mucha serenidad y sangre fría para leer el espantoso cúmulo de patrañas que contiene » puis « aut (...)
  • 55 « Mil veces hemos dicho : que una de las armas más poderosas de que se vale el enemigo para reanima (...)
  • 56 Gaceta Oficial, n° 26, 22 janvier 1836, pp. 119-120.

27Elle ne se lassera jamais de répéter, pages après pages, que les journaux libéraux parlent de victoires dont « on n’a pas eu d’écho »48, ou de défaites qui ne se sont jamais produites49, d’insister sur les mensonges qui circulent dans la presse nationale et étrangère50 et sur la fausseté des dépêches officielles51. Elle en vient même à affirmer, une fois, que « si dans cette campagne la moitié des factieux enterrés officiellement par les modestes généraux et commandants de l’armée étaient morts, les victimes de l’obscurantisme dépasseraient le million »52. Une autre fois, à propos de fausses nouvelles en provenance du Portugal, elle se demande si les journaux espagnols ne tuaient pas déjà suffisamment sans qu’il soit besoin d’ajouter les faux morts de la presse étrangère. « Si jusqu’à présent, alors qu’il ne venait que d’ici, le massacre journalistique a été si horrible, qu’est-ce que ce sera le jour où ils nous tueront de tout leur cœur ? »53. Et, à la vue du Bulletin Officiel de Cáceres, elle affirmait qu’il fallait « la plus grande sérénité et beaucoup de sang froid pour lire l’effrayante accumulation de canards qu’il contient », typiques « d’auteurs [qui] vivent de la tromperie et du mensonge, à l’instar du parti auquel ils appartiennent »54. Les carlistes étaient toutefois conscients de l’effet que produisaient ces informations : « Nous l’avons dit des centaines de fois : l’une des armes les plus puissantes dont se sert l’ennemi pour stimuler l’esprit des révolutionnaires et décourager les légitimistes, est la circulation de fausses nouvelles, de triomphes imaginaires ou, pour le moins, très exagérés »55. Le Morning Herald, constatant que les nouvelles qui arrivent par le biais de la presse française sont fausses, décide d’envoyer son propre correspondant pour bénéficier d'informations directes sur la guerre civile espagnole56.

  • 57 « No hay insulto por grosero que sea, ni expresión fea y degradante, de que no se valga el periodis (...)
  • 58 « le sería conveniente dejar el oficio, respecto a que carece absolutamente de los talentos necesar (...)
  • 59 Gaceta Oficial, n° 42, 18 mars 1836, p. 214.
  • 60 « papelistas », « folletistas », « escritorcillos », « plumas mal o bien cortadas », « poetillas de (...)
  • 61 « un plan concertado », puis « la hermandad » puis « la cofradía », Gaceta Oficial, n° 32, 12 févri (...)

28Les journalistes libéraux sont censurés professionnellement pour les excès qu’ils commettent dans le débat idéologique (« Il n’est pas d’injure, même les plus grossières, pas d’expression laide ou dégradante dont le journalisme révolutionnaire ne fasse usage pour discréditer la cause légitimiste et même la personne royale »57), parce qu’ils n’ont pas les compétences pour exercer ce métier (pour certains, « il conviendrait qu’il[s] abandonne[nt] ce travail, étant donné qu’il[s] manque[nt] totalement du talent nécessaire pour le faire »58) ou parce qu’ils remplissent leurs colonnes avec imagination à défaut d’avoir le matériau nécessaire59. Les expressions méprisantes abondent contre ceux qui pratiquent ce métier du côté libéral, et que l’on qualifie de « papetiers », « feuilletonistes », « écrivaillons », « plumes plus ou moins bien taillées », « poétereaux stipendiés par centaines », « folliculaires »...60 On considère que les journaux libéraux font partie d’une conspiration (« un plan réfléchi ») appelée « la corporation » ou « la confrérie » et qu’ils poussent leurs intérêts partisans jusqu’au délire61.

  • 62 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 novembre 1835, p. 16 ; Gaceta (...)
  • 63 « torpe » et « vacío », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 5, 10 novem (...)
  • 64 « insípido y delirante charlatanismo », in Prospecto a la Gaceta Oficial, Imprenta Real, [Oñate], 1 (...)
  • 65 « afeminan la oración, unas veces por afectar pureza y otras por ostentar cultura y armonía », in G (...)
  • 66 « Oigamos a Volter cuyo lenguaje es idéntico », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta (...)

29Leur conscience aiguë de l’évolution en cours du langage est au cœur de leurs préoccupations concernant la presse. Les choses sont en train de changer de nom62 et ceux qui, jusqu’ici, maîtrisaient le langage commencent à sentir qu’ils ne dominent plus ce nouveau discours qu’ils n’hésitent pas à considérer comme « maladroit » et « creux »63 et qu’ils disqualifient en tant que « charlatanisme insipide et délirant »64. Les rédacteurs de la Gazette y perçoivent les signes des influences étrangères (« introduction d’une multitude de voix qui sont tout sauf authentiques et castillanes ») qui affectent aussi bien la forme, puisqu’elles « efféminent la phrase, parfois en simulant la pureté et d’autres fois en brandissant la culture et l'harmonie »65, que le fond. En effet, ils reconnaissent, dans ce que disent les journaux libéraux, la voix de Voltaire : « Ecoutons Volter (sic) dont le langage est identique »66.

  • 67 « nuestros lectores se hallan bien persuadidos de la exactitud con que se insertan en esta Gaceta l (...)

30Dans ces circonstances, la Gaceta Oficial s’imagine elle-même comme la digue de contention journalistique face à l'avalanche révolutionnaire. Elle se présente comme le journalisme de la vérité (« nos lecteurs sont bien persuadés de l’exactitude qui préside à l’insertion dans ce journal des communiqués des généraux de l’Armée et de ce que ces derniers ne s’écartent jamais de la vérité dans le récit des résultats de leurs opérations »67) à l’encontre de la manipulation du libéralisme qu'elle avait dénoncée. Son objectif serait de s'étendre à toute la Péninsule et d’expliquer les raisons qui plaident pour don Carlos :

  • 68 « Tiempo vendrá en que generalizada la gaceta por toda la Península, podamos consagrar algunas de s (...)

« Un jour viendra où, la Gazette s’étant généralisée à toute la Péninsule, nous pourrons consacrer certaines de ses colonnes à cette importante controverse. Il est nécessaire que toute l'Espagne connaisse la légitimité du droit qui est du côté du Roi don Carlos et la nullité des raisons qui constituent le fragile fondement de l’usurpation »68.

  • 69 « hemos celebrado infinito ver las diatribas que en los periódicos de la usurpación se han estampad (...)

31Sans obtenir jamais cette présence désirée, le journal officiel carliste dut se contenter de se voir combattu dans les journaux libéraux, ce qui supposait une certaine présence. « Nous nous sommes amplement réjouis [disait-il] de voir les diatribes que, dans les journaux de l’usurpation, on a lancées contre la Gazette des factieux. (...) Plus l’acharnement à nous attaquer sera grand, plus puissant sera l’indice de l'effet que produit la Gazette factieuse »69.

La bataille de l’opinion publique

  • 70 « las gentes de todas clases desean ardientemente el triunfo de don Carlos », in Gaceta Oficial, n° (...)

32En définitive, la bataille que se proposait de livrer la Gaceta Oficial était celle de l’opinion publique. Elle le faisait en se fondant sur l'idée qui a toujours guidé le discours politique du carlisme : la conviction que le sentiment populaire des Espagnols était favorable à la cause de don Carlos (« les gens de toutes classes désirent ardemment le triomphe de don Carlos »70) et que le projet de ce dernier coïncidait avec les intérêts du plus grand nombre :

  • 71 « El partido carlista consistía en la gran masa de la población rural de España ; de la clerecía ha (...)

33« Le parti carliste [disait, en ce sens, un article repris de la presse étrangère] était constitué du plus gros de la population rurale d’Espagne, du clergé jusqu’au dernier de ses membres et de tous les riches cultivateurs de la Péninsule. (...) Le caractère chevaleresque du peuple espagnol explique qu’il se soit rassemblé autour d'un Prince qui a sacrifié sa quiétude, son bien-être et ses richesses pour subir persécutions, dangers et privations »71.

  • 72 « la metamorfosis », in Gaceta Oficial, n° 57, 10 mai 1836, p. 304.
  • 73 Sur « l’opinion publique », cf. Gaceta Oficial, n° 41, 15 mars 1836, p. 210.
  • 74 « Periódicos incendiarios, frenéticos demagogos, atrevidos oradores, y una tendencia conocidamente (...)
  • 75 « moral pública, ostentando un degradante cinismo, y produciendo en sus nefandos escritos todos los (...)

34Les libéraux avaient réussi à changer cette situation (à opérer « la métamorphose »72) en agissant sur l’opinion publique73. « Des journaux incendiaires, de frénétiques démagogues, d’insolents orateurs et une tendance ouvertement démocratique permirent que le féroce philosophisme et l'anarchie soient sur le point de dévaster cette Nation malheureuse »74. C’est ce qui avait réussi à transformer la vision que la population avait de la réalité et, ce qui semblait pire, sa « morale publique, faisant preuve d’un cynisme dégradant, et produisant dans ses abominables écrits toutes les dérives d’un cœur corrompu, parlant uniquement la langue impure des passions et neutralisant les effets positifs de l’éducation la plus soignée. Les anecdotes obscènes que nous avons vues dans certains journaux, les caricatures indécentes qui sont vendues à Madrid au vu et au su du gouvernement, ainsi que les innombrables opuscules qui sont imprimés et diffusés pour corrompre la jeunesse, confirment notre affirmation »75. Dans ce processus, l’importance de l’écrit avait été cruciale car, comme l’affirmait la Gaceta Oficial :

  • 76 « La enunciación oral y fugitiva de las ideas lleva de suyo impresiones débiles, y que de ordinario (...)

« l’énonciation orale et fugace des idées entraîne de faibles impressions qui, d’ordinaire, disparaissent avec la même facilité qui les a convoquées ; mais les livres ne produisent pas des résultats juste sur le coup : ils étendent leur influence maligne d’une façon plus conforme aux exigences de la révolution »76.

  • 77 Gaceta Oficial, n° 46, 1er avril 1836, p. 237.
  • 78 Gaceta Oficial, n° 36, 26 février 1836, p. 181.
  • 79 « regularizar la enunciación del pensamiento, siendo indudable que aún la misma expresión y fugitiv (...)

35Dès lors, il n’est pas surprenant que l’une des cibles les plus visées depuis les pages de la publication carliste soit la liberté de la presse. Les rumeurs sur la disparition de la censure préalable77 ainsi que la perte du contrôle de l’écrit par l’Église78 causent les plus grandes craintes. De leur point de vue, la libre circulation des idées était contraire au bon gouvernement, d’où le besoin de « régulariser l’énonciation de la pensée, puisqu’il est indéniable que même l’expression fugace des idées doit être soumise à certaines restrictions dans toute législation bien comprise »79. Restreindre la liberté d’expression et d’impression est le moyen de prévenir l’agitation sociale, d’affirmer l’ordre, d’éviter que le gouvernement soit critiqué, de soutenir la religion et, en résumé, de maintenir l’harmonie sociale :

  • 80 « La tiranía, las cadenas y el férreo cetro de los Reyes consiste en no consentir que un petulante (...)

« La tyrannie, les chaînes et le sceptre de fer des Rois consiste à ne pas accepter qu’un orateur pétulant et enflammé entraîne la multitude, lui faisant rompre le mors salutaire de la subordination et l’obéissance ; à ne pas tolérer qu’un charlatan s'adresse au public de vive voix ou par écrit, en censurant la conduite du gouvernement et en inspirant au peuple une méfiance préjudiciable ; à tenir fermement les rênes pour que ne déchante pas le monstre de la domination populaire ; en veillant soigneusement à ce que soient préservées la religion d’État, la morale publique et les saines idées qui fondent la base de nos sociétés humaines ; et, enfin, la tyrannie des rois consiste à réprimer la licence des écrivains qui attentent à la religion, aux habitudes et à l’ordre établi »80.

El Boletín de Cantavieja [Le Bulletin de Cantavieja]

  • 81 Gaceta Oficial, n° 66, 10 juin 1836, p. 356 ; Gaceta Oficial, n° 67, 14 juin 1836, p. 359 ; Gaceta (...)
  • 82 Sur cette publication, on pourra consulter deux de nos publications : RÚJULA, Pedro, « El soporte i (...)

36Les pages de la Gaceta Oficial nous offrent l’opportunité de nous transporter sur une autre scène, sur les traces du journalisme carliste durant la première guerre. Tout au long du mois de juin 1836, diverses nouvelles parurent dans ce journal : sur l’occupation de la localité de Cantavieja, dans le Maestrazgo de Teruel et sur le début des opérations de fortification de son enceinte médiévale81. Cette activité est un signe extérieur du changement qui était en train d’advenir dans cet autre noyau d’activité carliste. Pendant les trois premières années de conflit, en Aragon et à Valence, les carlistes s’étaient contentés de rester actifs sur un ample territoire et d’exprimer par des actions armées ponctuelles l’existence de partisans de don Carlos qui rejetaient l’autorité du pouvoir central. Désormais, avec Ramón Cabrera comme leader, ils sautaient le pas pour établir un contrôle territorial stable et se doter d’infrastructures matérielles et d’organes de gouvernement en accord avec un pouvoir qui se présentait comme une alternative au gouvernement. Une partie de cette opération d’institutionnalisation de la révolte consista à commencer à publier un journal. C’est ainsi que naquit le Boletín del Ejército Real de Aragón [Bulletin de l’Armée Royale d’Aragón]82.

  • 83 Gelsa 14 août 1836. A.D.P.Z., Vig. XV 1017.
  • 84 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida militar y política de Cabrera, Imprenta de don Eusebio Aguado, vol. (...)
  • 85 Les détails sur l’évolution physique de la manchette du titre du journal dans RÚJULA, Pedro, « Vías (...)
  • 86 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida..., op. cit., vol. III, p. 14 et 61 ou FERNÁNDEZ CLEMENTE, E. y FORC (...)
  • 87 En avril 1839, parut à Mirambel un autre journal carliste, lancé par la Junte qui résidait dans cet (...)

37La première imprimerie qu’il y eut sur ce territoire avait été établie quelque temps auparavant à Fredes, au coeur des abrupts Cols de Beceite. Il s’agissait d’une très modeste installation qui permettait de reproduire quelques documents à partir de caractères en bois83, à la charge d'un militaire, le commandant d’infanterie Jaime Camps y Mur84. Néanmoins, il faut attendre la prise de Cantavieja, à l’été 1836, pour que les conditions permettent d’essayer de publier un journal. A ses débuts, le Bulletin de l’Armée Royale du Royaume d'Aragon était imprimé sur une seule face, sur deux colonnes et sur une feuille format folio. Les premiers temps, elle manquait de périodicité et portait comme nom d'imprimeur « Imprimerie du Gouvernement Royal ». La manchette du titre n’était que typographique, mais en décembre elle inclut les armoiries royales de don Carlos. Son nom allait changer avec le temps. Début 1837, il se réduisit à Bulletin de l'Armée Royale d'Aragon et, à l’été de cette année-là, il augmenta les références géographiques avec le titre Bulletin de l'Armée Royale des Royaumes unis d’Aragon, de Valence et de Murcie qui déboucherait, peu après, sur celui, plus durable, de Bulletin de l’Armée Royale d'Aragon, de Valence et de Murcie, qui, en 1839, serait ramené à Bulletin d’Aragon, de Valence et de Murcie85. Il s’agissait, dans tous les cas, d’un titre trop long, ce qui explique qu’on l’appelle couramment le « Bulletin de Cantavieja »86, en référence au lieu où il était imprimé. En 1838, il se transporta à Morella pour l’impression et l’année suivante l’imprimerie s’installa à Mirambel, à côté des autorités politiques, où il continuera à être publié jusqu’à la fin de la guerre87. Alors que s’opéraient tous ces changements, sa périodicité fut établie (deux fois par semaine, le mercredi et le samedi, et trois fois à partir de 1839) ainsi que son épaisseur, toujours croissante, jusqu’à atteindre un cahier de quatre pages.

  • 88 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida..., op. cit., vol. II, p. 273.
  • 89 C’est lui que l’on chargea d’appliquer un règlement « spécial [...] formé pour la bonne administrat (...)

38Dans ce passage de ce qui était une modeste imprimerie militaire à la mise en route d’un instrument idéologique et d’informations partisanes, les ecclésiastiques assumèrent la responsabilité du journal. On sait que pendant l’étape de Cantavieja, le bulletin fut rédigé par le père Mariano Roquer, de l’ordre des prédicateurs, qui avait été recteur du collège de Santo Domingo et San Jorge de Tortosa88. Pendant l’étape de Mirambel, quand le journal dépendit de la Junte, Juan Julián Domingo, prêtre doctoral de la cathédrale de l’Albarracín, c’est-à-dire le responsable du conseil juridique dans le chapitre, en prit la direction89.

39Les premiers temps de la publication furent difficiles. Tout ce qui entourait le journal semblait vaciller. Même s’il grossit au fur et à mesure, il restera toujours de taille réduite. L’information fournie ne parvient pas à donner une image de la totalité de ce qui arrive dans le Maestrazgo. Le format change ; le titre également. Et ce n’est qu’au fil du temps qu’elle acquiert une certaine périodicité. Cela coïncide également avec l’absence du Général Cabrera, qui a abandonné le Maestrazgo avec l’expédition du général Gómez, et avec la chute temporaire de Cantavieja, aux mains des libéraux sous les ordres du général San Miguel. Néanmoins, en 1837, la situation commença à changer. Cabrera, remis de ses blessures, revint dans les montagnes de Teruel tandis que Cantavieja fut récupérée par les carlistes. En mai, une grande expédition commandée par don Carlos avait quitté la Navarre et on espérait qu’elle atteignît le Maestrazgo à l’été. En prévision de cela, le 1er juillet, quand l’expédition était déjà sur les terres de Castellón, le journal parut, transformé, en format folio et avec quatre pages, affichant avec orgueil son nouvel aspect :

  • 90 « como por encanto en cuatro días has crecido lo que nadie podía figurarse. En el Miércoles pasado (...)

« comme par enchantement, en quatre jours tu as grandi plus que quiconque n’aurait pu l’imaginer [se dit-il à lui-même]. Mercredi dernier, tu étais tout petit et de stature si basse que tu ressemblais à un pygmée ; et voilà que le samedi suivant on te retrouve robuste, de haute taille et si grand que tu ressembles à un semi-géant »90.

40Il proclamait sa maturité journalistique en disant que « la nature, dans sa sagesse, est toujours tardive dans la production des grandes choses », comparant la croissance du journal avec celle de l’insurrection carliste « qui a tellement grandi et qui s’est tellement renforcée que désormais les généraux ennemis même les plus réputés ne peuvent plus rien contre elle ». Et il affirme, finalement, la relation directe qui existait entre armée et journal par une suite de questions rhétoriques :

  • 91 « ¿Qué tiene de singular ni de extraño que el Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murci (...)

« Qu’a donc de singulier et d’étrange le fait que le Bulletin de l’Armée Royale d’Aragon, Valence et Murcie ait grandi à ce point en quatre jours ? Le Bulletin ne s’identifie-t-il pas à l’Armée qui défend si glorieusement les droits sacrés du catholique et pieux Carlos V, Roi légitime des Espagnes ? L’honneur insigne de faire partie intégrante d’un corps si respectable ne revient-il pas au Bulletin ? Dès lors, comment pouvait-il renoncer à participer à ces phases ascendantes et descendantes ? »91

  • 92 « Pasaporte para el nuevo Boletín del Ejército Real de los Reynos de Aragón, Valencia y Murcia », i (...)

41Dans la continuité de cette réflexion, fut publié dans le numéro suivant un article qui traitait de l’endroit où devait être acheminé le journal une fois l’âge adulte atteint92. Non pas vers les villes de l’Espagne libérale (Madrid, Saragosse, Barcelone, Valence, Séville, Cadix ou Malaga) « car ce sont toutes déjà des Madrid sur le plan du désordre et de l’anarchie : dans toutes celles-ci s’imposent les lumières de la Nation, les hommes immoraux, les voleurs et les assassins, les enfants de la révolution sans probité et sans principes ». La destination préférentielle du journal serait « tous les villages qui sont dominés par les Troupes de la légitimité », y compris le territoire du nord, « la cour de notre monarque désiré ». A travers cet article transparaît également le but recherché avec le Bulletin. Il est conçu, fondamentalement, comme la vitrine de l’effort qui est en train d’être fait depuis les terres aragonaises et valenciennes en faveur de la cause carliste. On trouve dans ses pages la volonté de manifester une adhésion à don Carlos, l’effort de l’armée (« des généraux, officiers et soldats [...] offrent leur sang et leur vie »), l’image d’un général charismatique comme Cabrera (« l’immortel Cabrera qui les a si souvent conduits à la victoire ») et la volonté de combattre qui habite les hommes de l’Armée Royale d’Aragon, Valence et Murcie, laquelle ne s’arrête pas aux limites du Maestrazgo ; ils « parcourront toute l’Espagne et n’abandonneront ni le fusil ni l’épée tant qu'il restera un seul village qui refusera de se soumettre à son Roi légitime ».

  • 93 « es sediciosa y alarmante, es incendiaria, un escrito lleno de materias volcánicas, impreso en lug (...)
  • 94 « el lenguaje hipócrita con que los demagogos de nuestros días han fascinado tantos incautos », in (...)

42Lors du passage de l’Expédition Royale sur les terres du sud de l’Èbre, le Bulletin servit à transmettre des ordres, faire connaître aux volontaires les victoires ou les bans où l’on combattait la « révolution impie ». Là encore, des nouvelles sélectionnées dans la presse nationale et étrangère furent publiées. Par ses aspects formels, il ne s’éloignait donc pas beaucoup de ce que nous avons vu pour la Gaceta Oficial. La grande différence résidait dans le contenu puisqu’il agissait avec une plus grande liberté, comme un instrument idéologique beaucoup plus versatile. Loin des milieux de la cour et de l’orthodoxie politique qui devait régir un organe officiel du prétendant, dans le Bulletin déferlent les idées, les intérêts, les préoccupations et le quotidien en général, de façon beaucoup plus directe. Ainsi, durant ces quelques mois, des articles d’opinion très critiques sont publiés sur la dîme ou pour démentir une proclamation extrêmement dure, théoriquement attribuée à Quilez (« elle est séditieuse et alarmante, elle est incendiaire, un écrit empli de matières volcaniques, imprimé non pas à l'encre mais avec du fiel amer »93) ; on dénonce aussi bien, d’une part, « le langage hypocrite avec lequel les démagogues ont fasciné de nos jours tant d'ingénus »94 et la manipulation des mots à laquelle se livrent les libéraux en attribuant des sens nouveaux à des termes comme liberté, despotisme ou tyrannie, que, de l’autre, on proclame la valeur de la religion catholique face à la philosophie et en défense de la nation. Ou alors on publie les victoires de l’armée carliste qui avance vers Madrid, on débat avec les autorités libérales ou on livre des informations mineures qui affectent la vie quotidienne en temps de guerre. Tout cela avec des accents idéologiques clairement destinés à soutenir le moral des combattants carlistes alors concentrés dans le Maestrazgo et à transmettre cet esprit à la population.

  • 95 « Libertad de obrar, libertad de escribir, libertad de pensar y de hablar, he aquí los cuatro vient (...)

43Malgré la liberté avec laquelle il faisait usage des médias imprimés en faveur du carlisme, le Bulletin n’en était pas moins farouchement opposé aux libertés en général, et à la liberté d’expression en particulier. « Liberté d’agir [disait-il], liberté d’écrire, liberté de penser et de parler, voilà les quatre vents impétueux qui ont provoqué les terribles ouragans que nous avons vus de nos jours »95. A ses yeux, les effets de la liberté d’expression dans les nations sont aussi dévastateurs qu’une tempête, de sorte qu’ « elle doit être redoutée comme l’artillerie lourde dont se sert la philosophie pour battre en brèche les murs de la Religion et de la Monarchie, ou les bombes que lance la révolution pour détruire les villes ». De fait, la liberté d’imprimer est un instrument dont use la secte libérale pour répandre des écrits mauvais :

  • 96 Ibídem.

« ces mauvais livres qui passent de mains en mains, sont recherchés avec avidité et lus avec plaisir, ceux dont les maximes sont applaudies avec enthousiasme, et dont les auteurs sont une source d’admiration pour les ignorants et un exemple pour les libertins ; ce livre qui se transmet avec la rapidité d’un feu électrique du palais du riche à l’humble cabane du paysan »96.

  • 97 « los gremios de periodistas, de impresores y de libreros sufran alguna pérdida por la represión de (...)

44Et on n’hésite pas à défendre que la liberté d’expression est la cause de la corruption générale qui inonde le monde moderne. Il ne faut pas s’étonner que le Bulletin finisse par célébrer les vertus de la censure, qui n’a jamais empêché, dit-il, que naissent de grandes œuvres, en même temps qu’il défend les vertus du contrôle même si « les corps de métier des journalistes, imprimeurs et libraires subissent quelques pertes à cause de la répression de la presse »97.

  • 98 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 4 octobre 1837.
  • 99 Le prix d'un exemplaire était, initialement, de 8 cuartos, mais en octobre 1837 on le baissa de moi (...)

45Le 1er octobre 1837, Ramón Cabrera était de nouveau à Cantavieja. Il avait accompagné à Madrid les troupes du prétendant et avait été témoin de l’échec de l’Expédition Royale devant la capitale. Convaincu qu’il ne bénéficierait pas d’appuis externes et qu’il devait prendre personnellement les rênes du territoire carliste du Maestrazgo, il tourna ses regards vers la presse et publia un ordre pour qu’elle serve ses intérêts98. Il y obligeait tous les villages qui demeuraient sous l’influence de l’Armée Royale à s’abonner au Bulletin et laissait les dispositions concrètes entre les mains du directeur et administrateur de l’imprimerie, Mariano Roquer. Celui-ci affirmait que Cabrera était très conscient « de l'influence morale qu’exerce l’imprimerie sur l’esprit des peuples » ainsi que du parti qu’en avaient tiré les révolutionnaires (« les sectes irréligieuses, régicides et antisociales ») dans leur objectif de « décatholiciser l’Espagne fidèle, renverser le Trône du plus pieux des Rois et nous plonger tous dans l'anarchie ». Il considérait donc que le journal était l’instrument adéquat non seulement pour « juguler ce torrent d’impiété et de désorganisation », mais aussi pour « asseoir l’opinion des peuples avec des idées dignes d’un véritable Espagnol, et faciliter la diffusion des ordres émanant du Commandement Général de l’Excellentissime Junte Supérieure de Gouvernement et autres autorités civiles et militaires, tout comme les nouvelles de l'Armée Royale ». C’est là que résidait l'importance du Bulletin de l'Armée Royale d’Aragon, de Valence et de Murcie, dans la formation de l’opinion face à l’influence libérale et la transmission des nouvelles des autorités carlistes. Il fallait pour cela en homogénéiser la diffusion, ce que l’on voulait obtenir par l’abonnement obligatoire des mairies, géré par les commandants d’armes, que l’on chargea également de distribuer les exemplaires par zones et, ensuite, d’encaisser les abonnements. Afin de faciliter l’accès au journal, l’abonnement baissa presque de moitié, pour atteindre 15 réaux pour trois mois99.

46A partir de cet instant, le Bulletin fut, pour l’essentiel, un instrument au service de Ramón Cabrera où l’on construisit l'image d’une administration ordinaire sous autorité carliste et le visage d’une armée qui remportait des victoires continuelles face aux troupes libérales, en même temps qu’il travaillait à plein pour amplifier l’auréole mythique du général Cabrera. Il ne cesserait plus d’être édité jusqu'à la fin de la guerre et ses pages témoignèrent du poids de l’expérience dans le résultat final, y compris une amélioration technique de l’impression et de la qualité de la typographie à partir de 1839.

La presse carliste en Catalogne : El Restaurador Catalán [Le Restaurateur Catalan]

  • 100 « delineaban con el más falaz colorido pintoresco el estado de este Reino », puis « feliz amador de (...)

47Sur le front catalan, la guerre progressa lentement et de façon éclatée dans les premiers temps. De plus, ce qui se passait dans le sud de la Principauté était bien plutôt lié à l’insurrection dans le Maestrazgo. En 1836, une expédition de trois mille hommes sous les ordres de Guergué, en provenance de la Navarre, entra en Catalogne pour ranimer le soulèvement carliste. Le succès ne fut pas immédiat mais au début de l’année 1837 une Junte royale est établie à Borredá, preuve d’un plus grand niveau d’organisation politique. C’est précisément à ce moment que paraît le premier journal carliste catalan, El Joven Observador [Le Jeune Observateur], dont le but ressemblait à ce que nous connaissons déjà : s’opposer à des journaux qui « brossaient dans des couleurs extrêmement fallacieuses et pittoresques l’état de ce Royaume » et baigner d’une information partisane « l’homme heureux, aimant son Roi et sa patrie, et [qui] doutait de la réalité de semblables mensonges »100. On dit que les premiers exemplaires ont été imprimés dans les forêts de Riner, entre Cardona et Solsona, sur les presses de Josep Trullàs, qui jouissait du statut d’imprimeur officiel de la Junte. Il suivit l’institution politique tout au long de sa pérégrination et fabriqua le journal à Borredà, Solsona et Berga. Sa structure est la même que celle du reste de la presse carliste, avec une partie officielle, où apparaissaient les nouvelles sur l’état de santé du prétendant et les communiqués des différentes autorités carlistes locales, mais aussi des autres territoires. Dans la partie non officielle, on trouvait les articles de fond et les nouvelles de la presse étrangère et nationale, en plus de la correspondance en provenance de divers points du pays.

48Nous ne nous attarderons pas sur cette publication. Cependant, il faut signaler qu’avant la fin de 1837, en septembre, quand elle atteignit le numéro 68, elle changea de nom pour s’appeler Le Restaurateur Catalan, dénomination qui est restée la plus connue. Le nouveau titre reflétait l’optimisme qui régnait alors dans les rangs carlistes en voyant l’Expédition Royale marcher sur Madrid dans ce qui allait être, pensait-on, le coup décisif porté à l’usurpation et pour la restauration de don Carlos sur le Trône.

49L’autre aspect qu’il convient de rappeler concerne la paternité du Restaurateur Catalan. Josep M.a Mundet y Gifré donne comme responsables intellectuels du journal le groupe qui était derrière l’Université de Cervera, notamment le frère de la Merci Magí Ferrer ou Torrabadella. Toutefois, on considère que le fondateur, directeur et principal rédacteur du journal fut Vicenç Pou, prêtre et titulaire de la chaire de droit à l’Université de Cervera. Il s’agit donc à nouveau d’un média de presse carliste sous la responsabilité d’un homme d'Église, modèle d’idéologue qui unit connaissance de la culture imprimée et orthodoxie politico-religieuse.

Conclusion

50Les journaux carlistes furent un produit de la guerre civile. Ils naquirent dans la conjoncture de la guerre et aucun ne survécut au conflit. Quand les armes à feu se turent, on mit également un point final aux combats idéologiques livrés sur le front journalistique. Les différents titres étudiés, chacun avec un profil différent, servirent les intérêts politiques et militaires de don Carlos. Dans ce contexte, l’information, en tant que telle, était sans importance si elle ne coïncidait pas avec les intérêts de la cause carliste. Ils exhibaient donc les caractéristiques propres à la presse politique et cela tout en adoptant formellement les conventions de la presse officielle puisqu’ils ne renoncèrent pas à se draper d’une certaine apparence institutionnelle.

51Fomenter des titres de presse dans chacun des territoires sous leur domination ne poussa pas les carlistes à modifier leur position vis-à-vis de la liberté d’expression. Ils continuèrent à défendre les vertus d’un strict contrôle de l'écrit. Néanmoins, dans la pratique, ils furent attirés sur le terrain de jeu qu’avaient choisi les libéraux : celui de l’opinion publique. Les carlistes, conscients de la diffusion rapide de nouvelles idées et d’un nouveau langage, mais aussi de la perte du monopole des idées, détenu jusque-là par la monarchie et l’Église, décidèrent d’adopter de nouvelles stratégies, dont la publication de journaux. Ainsi, pour défendre les vieilles idées, ils participèrent des nouveaux usages de l’imprimerie pour disputer à la presse libérale son hégémonie dans le domaine informatif. Ce sera finalement un des paradoxes du XIXe siècle, qui mènera les partisans de l’ordre antérieur sur des chemins nouveaux pour diffuser les valeurs de la tradition, changeant eux-mêmes, dès lors, ce qu’il disait défendre. La tradition finira pas être plus une idée, ou un sentiment, qu’une réalité, ce qui n’entama aucunement sa force, comme se chargea de le démontrer le carlisme, capable de maintenir son activité pendant plus d'un siècle pour défendre une idée de la tradition qui ne cessa de changer et de s’adapter à chaque situation.

Haut de page

Notes

* Este artículo se encuentra enmarcado en los proyectos HAR2009-08615 Ideología y práctica en la consolidación del pensamiento contrarrevolucionario (1808-1840) y HAR2009-12080 La cultura nacional española : culturas políticas, políticas del pasado e historiografía en la España contemporánea.

1 Le meilleur travail sur ce sujet a été réalisé par José Ramón Urquijo, « Prensa carlista durante la primera guerra (1833-1840) », in La Prensa en la Revolución liberal, Universidad Complutense, Madrid, 1983.

2 http://www.boe.es/datos/imagenes/BOE/1835/309/A01225.tif

3 « publicistas de la Europa y algunos beneméritos periodistas franceses » puis « han quitado la máscara a la revolución y demostrado palmariamente que los Tronos son amenazados hoy más que nunca por la horrible propaganda ». Prospectus de la Gaceta Oficial, Imprenta Real, [Oñate], 1835, p. 1.

4 Ibídem.

5 Ibídem.

6 « Lo que verdaderamente es inconcebible cómo están tan mal informados de lo que pasa en España [...] Es pues evidente, como queda probado, que los diarios de París no publican más que mentiras sobre las ocurrencias de España ». « Parte no oficial. Noticias extranjeras », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, pp. 6-7.

7 « ¿Por qué no se publican en las provincias noticias verdaderas ? ». « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 7.

8 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 5, 10 novembre 1835, p. 17.

9 « que el público se forme una idea del estado de confusión y de anarquía ». « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 5, 10 novembre 1835, p. 19.

10 Gaceta Oficial, n° 17, 22 décembre 1835, p. 78.

11 Gaceta Oficial, n° 18, 25 décembre 1835, p. 83.

12 « Las cartas de Zaragoza pintan el lastimoso estado de aquella ciudad. El vecindario vive de continuo en la mayor inquietud ; basta la nota de carlista para ser acometido en medio de las plazas y las calles, y asesinado indignamente, sin que las autoridades cuiden de reprimir el desorden, ni aún lo conseguirían, si tal solicitaran », in Gaceta Oficial, n° 56, 3 mai 1836, p. 297.

13 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 7, 17 novembre 1835, p. 26.

14 Gaceta Oficial, n° 22, 8 janvier 1836, p. 103.

15 Gaceta Oficial, n° 14, 11 décembre 1835, pp. 63-64.

16 Gaceta Oficial, n° 16, 18 décembre 1835, pp. 73-74.

17 Gaceta Oficial, n° 18, 25 décembre 1835, p. 82.

18 Gaceta Oficial, n° 17, 22 décembre 1835, p. 76.

19 « Imparciales y doctos publicistas han demostrado palmariamente el derecho indestructible que el Señor Don Carlos tiene a la Corona de las Españas. Ha visto la culta Europa, que desde la fundación del Imperio Godo hasta la invasión de los sarracenos y alzamiento de Pelayo, la España cerró a las hembras las puertas del Solio Soberano ». « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 5, 10 novembre 1835, p. 19. Egalement Prospecto a la Gaceta Oficial, Imprenta Real, [Oñate], 1835, p. 1.

20 « rectificar las costumbres públicas sobre las bases de la moral evangélica », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 novembre 1835, p. 15.

21 « principio anárquico y destructor de la soberanía popular, de la libertad indefinida y demás absurdos, que han hecho derramar torrentes de sangre en el mundo conocido », in Prospecto a la Gaceta Oficial, Imprenta Real, [Oñate], 1835, p. 1.

22 « sociedades tenebrosas que organizó el espíritu del error para subvertir el Trono y el altar », in Gaceta Oficial, n° 1, 27 octobre 1835, p. 4.

23 « secta tenebrosa, desorganizadora y regicida », in Gaceta Oficial, n° 19, 29 décembre 1835, p. 90.

24 « sociedad de codiciosos comerciantes que especulan sobre torrentes de sangre ; atizando la guerra civil y despojando a Dios de su culto y santuario, y a la Iglesia de los bienes que le consagró la piedad de nuestros padres », in Gaceta Oficial, n° 1, 27 octobre 1835, p. 4.

25 « turba peseteril », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 6, 13 novembre 1835, p. 23.

26 « embusteros », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 5, 10 novembre 1835, p. 19.

27 « dominación demagógica », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 novembre 1835, p. 16. Également n° 11, 1er décembre 1835, p. 48.

28 « los soldados de la Mancha se hallan muy bien en Manzanares cantando el trágala a todo viviente, bebiendo vino a más no poder y no se cuidan de buscar a los facciosos », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 novembre 1835, p. 15.

29 « la sangrienta anarquía de 1793 », in Gaceta Oficial, n° 29, 2 février 1836, p. 137.

30 « Robespierre será olvidado al consignarse en la historia las sangrientas escenas de que van siendo víctimas en España los beneméritos legitimistas », in Gaceta Oficial, n° 25, 19 janvier 1836, p. 115.

31 « libertinos », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 7, 17 novembre 1835, p. 28.

32 « oscuro partido de la usurpación », in Gaceta Oficial, n° 9, 24 novembre 1835, p. 37.

33 « Establecísteis una furiosa democracia, y habéis hecho desaparecer todos los elementos monárquicos ; os preparáis a derribar toda distinción de clases », in Gaceta Oficial, n° 9, 24 novembre 1835, p. 38. Également n° 2, 30 octobre 1835, p. 8.

34 « democracia desencadenada », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 8.

35 « revolución democrática », « Parte no oficial. Noticias extranjeras », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 6.

36 « Republicano sí [el régimen] ; porque ya está vista la tendencia de nuestros Licurgos. De la Monarquía no queda ya sino el nombre », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 8.

37 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 7 ; d’autres références antisémites, n° 1, 27 octobre 1835, p. 4, n° 16, 18 décembre 1835, p. 73.

38 « que ha entregado la usurpación de Madrid en manos de la revolución », « Parte no oficial. Noticias extranjeras », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 6.

39 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 7.

40 « incauta », « joven inexperta sometida a la dominación de acalorados demagogos », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 novembre 1835, p. 15.

41 « desventurada », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 8.

42 « mujer voluble y caprichosa », « Parte no oficial. Noticias extranjeras », in Gaceta Oficial, n° 2, 30 octobre 1835, p. 7.

43 « filosofía », Gaceta Oficial, n° 11, 1er décembre 1835, p. 48.

44 « La España ha visto erigir cadalsos, y espirar en el lugar de los delincuentes los hombres más beneméritos ; aquí perece un valiente militar víctima de su honor, y lleva tal vez al sepulcro el amargo sentimiento de verse sacrificado por una infame felonía. Allí el funesto decreto de una logia son asesinados venerables eclesiásticos en recompensa de su zelo. En otra parte son fusilados infelices labradores, padres de una familia numerosa, que implora al pie del patíbulo la vida de quien les dio el ser, y de quien depende su subsistencia. Llorad, desgraciadas criaturas, esposas inconsolables, llorad ; pero vuestros gemidos no enternecerán el furibundo y sañudo corazón de la secta liberal bajo el dictamen de Cristina. El sacrificio está decretado. Vuestro padre, vuestro esposo toca ya el término de sus días. Así lo pide la insaciable revolución. Vuestros bienes confiscados, vuestras personas proscritas, e insultadas con trágalas roncos y destemplados, la tierra empapada en la sangre de vuestros hijos, derramada por la dulce y filantrópica filosofía ; ved aquí el cuadro que os ha trazado el desenfreno del partido cristino-liberal, que hoy por el órgano de sus periódicos nos condecora con el dictado de sanguinarios ». « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 novembre 1835, p. 16.

45 « hambre y miseria por de pronto ; odios y venganzas sin término ; crímenes y suplicios, sangre, horror y desolación recuerdos amargos de lo pasado, incertidumbre sobre lo futuro, y una inseguridad penosa sobre la perpetuidad del producto de nuestro trabajo e industria ; estos son los terribles resultados de la revolución : a este extremo conducen las funestas ilusiones, los sueños impracticables de algunos publicistas que han pretendido regenerar la tierra », in Gaceta Oficial, n° 22, 8 janvier 1836, p. 104.

46 « la táctica de nuestros adversarios consist[e] en publicar hechos inexactos, exagerados y frecuentemente absurdos, encuentros imaginarios, sangrientas derrotas, sosteniendo así las prevenciones políticas del partido y obteniendo en esta forma resultados, que jamás obtuviera la fuerza de sus discursos y apologías », in Prospecto a la Gaceta Oficial, Imprenta Real, [Oñate], 1835, p. 2.

47 « Los pregoneros de las Capitales de Provincia están roncos de tanto anunciar derrotas. Las esquinas y cantones están ya desmoronados por el sin número de bandos, en que tan estúpidamente se publica la milésima octava derrota de los Navarros, la muerte de Moreno, la prisión de Villareal, la fuga desastrosa de Guergué et sic de ceteris. También según los muy exactos y veraces periódicos liberales desapareció Carlos V, sin que se sepa a donde ni por donde fue... », in Gaceta Oficial, n° 127 octobre 1835, p. 3. Ailleurs, on peut lire : « Voir la nonchalance et l'impudence avec lesquelles le sombre parti de l'usurpation ment à la face du monde entier, remplace des documents inexistants et falsifie les existants est indignant. Nous avons vu plusieurs décrets du roi N. S. fabriqués dans les bureaux du journalisme dans un langage maladroit, fruste, ridicule et brutal ; notamment celui que publia S. M. le jour de la bénédiction du drapeau qui, alors qu'il avait été conçu avec la retenue et la dignité que réclamait son objet, a été refondu par ces ridicules journalistes et rédigés dans des termes qui, au lieu de susciter les rires du public, comme ils le prétendaient, a provoqué la plus juste des indignations. Ce morceau qui à lui seul prouve le peu de grâce et l'absence totale de talent des plumitifs est exprimé en des termes que nous avons honte de reproduire [...] », in n° 9, 24 novembre 1835, p. 37.

48 « no se tiene noticia », Gaceta Oficial, n° 1, 27 octobre 1835, p. 3.

49 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 3, 3 novembre 1835, p. 12.

50 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 3, 3 novembre 1835, p. 12.

51 Gaceta Oficial, n° 14, 11 décembre 1835, p. 62.

52 « Si en esta campaña hubieran muerto la mitad de los facciosos que han enterrado de oficio los modestos generales y comandantes del ejército, pasarían de un millón las víctimas del oscurantismo », in Gaceta Oficial, n° 30, 5 février 1836, p. 143.

53 « Si hasta aquí ha sido tan horrible la matanza periodística cuando sólo venía de acá, ¿que será en el día que nos matan a dos manos ? », in Gaceta Oficial, n° 54, 29 avril 1836, p. 288.

54 « mucha serenidad y sangre fría para leer el espantoso cúmulo de patrañas que contiene » puis « autores [que] viven del engaño y la mentira, así como el partido a que pertenecen », in Gaceta Oficial, n° 13, 8 décembre 1835, p. 56.

55 « Mil veces hemos dicho : que una de las armas más poderosas de que se vale el enemigo para reanimar el espíritu de los revolucionarios, y desalentar a los legitimistas, es la circulación de noticias falsas, triunfos imaginarios o, cuando menos, muy exagerados », in Gaceta Oficial, n° 21, 5 janvier 1836, p. 98.

56 Gaceta Oficial, n° 26, 22 janvier 1836, pp. 119-120.

57 « No hay insulto por grosero que sea, ni expresión fea y degradante, de que no se valga el periodismo revolucionario, para desacreditar la causa de la legitimidad y la persona misma del Monarca », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 novembre 1835, p. 15.

58 « le sería conveniente dejar el oficio, respecto a que carece absolutamente de los talentos necesarios para desempeñarle », in Gaceta Oficial, n° 21, 5 janvier 1836, p. 97.

59 Gaceta Oficial, n° 42, 18 mars 1836, p. 214.

60 « papelistas », « folletistas », « escritorcillos », « plumas mal o bien cortadas », « poetillas de puchero en ciento », « diaristas », in Gaceta Oficial, n° 19, 29 décembre 1835, p. 89 ; Gaceta Oficial, n° 33, 16 février 1836, p. 165 ; Gaceta Oficial, n° 30, 5 février 1836, p. 143 ; Gaceta Oficial, n° 32, 12 février 1836, p. 155 ; Gaceta Oficial, n° 12, 4 décembre 1835, p. 52.

61 « un plan concertado », puis « la hermandad » puis « la cofradía », Gaceta Oficial, n° 32, 12 février 1836, p. 155 ; Gaceta Oficial, n° 29, 2 février 1836, p. 138 ; Gaceta Oficial, n° 12, 4 décembre 1835, p. 52 ; Gaceta Oficial, n° 28, 29 janvier 1836, p. 133.

62 « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 4, 6 novembre 1835, p. 16 ; Gaceta Oficial, n° 34, 19 février 1836, p. 168-169 ; Gaceta Oficial, n° 40, 11 mars 1836, p. 204.

63 « torpe » et « vacío », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 5, 10 novembre 1835, p. 20.

64 « insípido y delirante charlatanismo », in Prospecto a la Gaceta Oficial, Imprenta Real, [Oñate], 1835, p. 2.

65 « afeminan la oración, unas veces por afectar pureza y otras por ostentar cultura y armonía », in Gaceta Oficial, n° 61, 24 mai 1836, pp. 327-328.

66 « Oigamos a Volter cuyo lenguaje es idéntico », « Parte no oficial. Noticias de España », in Gaceta Oficial, n° 7, 17 novembre 1835, p. 28.

67 « nuestros lectores se hallan bien persuadidos de la exactitud con que se insertan en esta Gaceta los partes de los generales del Ejército, y de que estos jamás se desvían de la verdad en el relato de los resultados de sus operaciones », in Gaceta Oficial, n° 61, 24 mai 1836, p. 325.

68 « Tiempo vendrá en que generalizada la gaceta por toda la Península, podamos consagrar algunas de sus columnas a esta importante controversia. Es necesario, que la España entera sepa la legitimidad del derecho que asiste al Rey don Carlos y la nulidad de las razones, que son el débil fundamento de la usurpación », in Gaceta Oficial, n° 19, 29 décembre 1835, p. 90.

69 « hemos celebrado infinito ver las diatribas que en los periódicos de la usurpación se han estampado contra la Gaceta de los facciosos. [...] Cuanto mayor sea el encarnizamiento con que se nos zahiera, tanto más vehemente será el indicio de que la Gaceta facciosa va produciendo sus efectos ». Aussi « Algunos de nuestros profundos impugnadores han empleado sus plumas contra el escudo de armas Reales que lleva la Gaceta contra el papel, que les parece grueso, contra la letra, que les parece gorda ; contra las doctrinas, contra las noticias, contra el Redactor contra la Redacción, contra la Imprenta etc. etc. ¡Bravísimo ! », in Gaceta Oficial, n° 30, 5 février 1836, p. 143. Ailleurs, on peut lire : « si hubiera de responder y desacreditar todas y cada una de las diferentes patrachas que se publican sobre la guerra », in Gaceta Oficial, n° 17, 22 décembre 1835, p. 78.

70 « las gentes de todas clases desean ardientemente el triunfo de don Carlos », in Gaceta Oficial, n° 1, 27 octobre 1835, p. 2.

71 « El partido carlista consistía en la gran masa de la población rural de España ; de la clerecía hasta el último individuo, y de todos los cultivadores ricos de la Península. (...) El carácter caballeroso del pueblo español ha sido la causa de que se reúna en rededor de un Príncipe que ha sacrificado su quietud, sus comodidades y sus riquezas para sufrir persecuciones, peligros y privaciones », in Gaceta Oficial, n° 37, 1er mars 1836, p. 186.

72 « la metamorfosis », in Gaceta Oficial, n° 57, 10 mai 1836, p. 304.

73 Sur « l’opinion publique », cf. Gaceta Oficial, n° 41, 15 mars 1836, p. 210.

74 « Periódicos incendiarios, frenéticos demagogos, atrevidos oradores, y una tendencia conocidamente democrática hicieron presentes, que el feroz filosofismo y la anarquía iban desgraciadamente a asolar esta Nación desventurada », in Gaceta Oficial, n° 1, 27 octobre 1835, p. 3.

75 « moral pública, ostentando un degradante cinismo, y produciendo en sus nefandos escritos todos los extravíos de un corazón corrompido, hablando siempre el idioma impuro de las pasiones, y neutralizando los buenos efectos de la educación más esmerada. Las anécdotas obscenas que hemos visto en algunos periódicos, las indecentes caricaturas, que se venden en Madrid a ciencia y presencia del gobierno, y los innumerables folletos que se imprimen y circulan para corromper la juventud, confirman la verdad de nuestra proposición », in Gaceta Oficial, n° 26, 22 janvier 1836, p. 122.

76 « La enunciación oral y fugitiva de las ideas lleva de suyo impresiones débiles, y que de ordinario se desvanecen con la facilidad que se excitan ; pero los libros no producen tan solo resultados del momento : extienden su maligna influencia de una manera más conforme a las exigencias de la revolución », in Gaceta Oficial, n° 57, 10 mai 1836, p. 304.

77 Gaceta Oficial, n° 46, 1er avril 1836, p. 237.

78 Gaceta Oficial, n° 36, 26 février 1836, p. 181.

79 « regularizar la enunciación del pensamiento, siendo indudable que aún la misma expresión y fugitiva de las ideas debe estar sujeta a ciertas restricciones en toa legislación bien entendida », in Gaceta Oficial, n° 29, 2 février 1836, p. 139.

80 « La tiranía, las cadenas y el férreo cetro de los Reyes consiste en no consentir que un petulante y acalorado orador arrastre a la multitud, haciéndola romper el freno saludable de la subordinación y la obediencia ; en no tolerar que un charlatán hable al público de palabra o por escrito, censurando la conducta del gobierno, e inspirando al pueblo una perjudicial desconfianza ; en tener firme la rienda para que no se desencante el monstruo de la dominación popular ; en velar cuidadosamente para que se conserve ilibata la religión del estado, la moral pública y las sanas ideas que son la base de las sociedades humanas ; y últimamente consiste la tiranía de los Reyes en reprimir la licencia de los escritores que atentan contra la religión, las costumbres y el orden establecido. », in Gaceta Oficial, n° 33, 16 février 1836, p. 165.

81 Gaceta Oficial, n° 66, 10 juin 1836, p. 356 ; Gaceta Oficial, n° 67, 14 juin 1836, p. 359 ; Gaceta Oficial, n° 68, 17 juin 1836, p. 363.

82 Sur cette publication, on pourra consulter deux de nos publications : RÚJULA, Pedro, « El soporte ideológico de la insurrección carlista », in Hispania, LVIII/1, n° 195, 1997, pp. 213-265 et « Vías de difusión de la ideología carlista en la primera guerra », in Millars, XXIII, 2000, pp. 115-135.

83 Gelsa 14 août 1836. A.D.P.Z., Vig. XV 1017.

84 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida militar y política de Cabrera, Imprenta de don Eusebio Aguado, vol. I, Madrid, 1844, p. 265.

85 Les détails sur l’évolution physique de la manchette du titre du journal dans RÚJULA, Pedro, « Vías de difusión de la ideología carlista en la primera guerra », in Millars, XXIII, 2000, pp. 130-132.

86 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida..., op. cit., vol. III, p. 14 et 61 ou FERNÁNDEZ CLEMENTE, E. y FORCADELL, C., Historia de la prensa aragonesa, Guara, Zaragoza, 1979, p. 43, par exemple.

87 En avril 1839, parut à Mirambel un autre journal carliste, lancé par la Junte qui résidait dans cette localité, sous le titre de El libertador de Aragón, Valencia y Murcia. L’expérience dura peu et les deux journaux fusionnèrent en un seul quelques numéros plus tard. Mirambel, 3 juin 1839. A[rchivo de la] R[eal] A[cademia de la] H[istoria] 9/6828.

88 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida..., op. cit., vol. II, p. 273.

89 C’est lui que l’on chargea d’appliquer un règlement « spécial [...] formé pour la bonne administration et le bon gouvernement dudit journal et de ses dépendances ». Mirambel, 3 juin 1839. A.R.A.H., 9/6828.

90 « como por encanto en cuatro días has crecido lo que nadie podía figurarse. En el Miércoles pasado eras tamañino, y de tan baja estatura que parecías un pigmeo ; y he aquí que en el siguiente sábado te vemos recio, alto y tan grande que pareces medio gigante », « Al Boletín », in Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 1er juillet 1837.

91 « ¿Qué tiene de singular ni de extraño que el Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, en cuatro días, haya crecido tanto ? ¿No está el Boletín identificado con el Ejército que tan gloriosamente defiende los sagrados derechos del católico y piadoso Carlos V° Rey legítimo de las Españas ? ¿No le cabe al Boletín el distinguido honor de ser parte integrante de un cuerpo tan respetable ?, pues ¿cómo podía dejar de ser también participante de sus crecientes y menguantes ? » Al Boletín, in Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 1er juillet 1837.

92 « Pasaporte para el nuevo Boletín del Ejército Real de los Reynos de Aragón, Valencia y Murcia », in Boletín del Ejercito Real de Aragón, Valencia y Murcia, 1er juillet 1837.

93 « es sediciosa y alarmante, es incendiaria, un escrito lleno de materias volcánicas, impreso en lugar de tinta, con hiel amarga ». « Proclama », in Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 22 juillet 1837.

94 « el lenguaje hipócrita con que los demagogos de nuestros días han fascinado tantos incautos », in Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia, 29 juillet 1837.

95 « Libertad de obrar, libertad de escribir, libertad de pensar y de hablar, he aquí los cuatro vientos impetuosos que han ocasionado aquellos terribles huracanes que hemos visto en nuestros días ». « Libertad de imprenta »,in Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 6 septembre 1837.

96 Ibídem.

97 « los gremios de periodistas, de impresores y de libreros sufran alguna pérdida por la represión de la prensa », « Libertad de imprenta », in Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 6 septembre 1837.

98 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 4 octobre 1837.

99 Le prix d'un exemplaire était, initialement, de 8 cuartos, mais en octobre 1837 on le baissa de moitié. Toutefois, la formule habituelle de diffusion était l’abonnement, qui coûta tout d’abord 48 réaux de billon par trimestre pour les mairies et 24 pour les particuliers, prix qui fut également ramené à 15 réaux le trimestre, en favorisant les avantages de la diffusion plutôt que la rentabilité économique. En 1839, moment où le journal atteint sa maturité, l'abonnement fut fixé à 36 réaux par trimestre.

100 « delineaban con el más falaz colorido pintoresco el estado de este Reino », puis « feliz amador de su Rey y de su Patria [que] dudaba de la realidad de tamaños embustes », in « Prospecto », cité par José María MUNDET, "El Restaurador Catalán" i la 1.a Guerra Carlina, Dalmau, Barcelone, 1979, p. 18.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pedro Rújula, « La voix des rebelles. La presse carliste pendant la première guerre (1833-1840) », El Argonauta español [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 15 janvier 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1374 ; DOI : 10.4000/argonauta.1374

Haut de page

Auteur

Pedro Rújula

Universidad de Zaragoza

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org