Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Médecine et presse médicale en Espagne : entre les savoirs et les pouvoirs (XIXe siècle-premier tiers du XXe siècle)

La psychiatrie espagnole et la psychanalyse des années 1910 à la guerre civile : de la presse médicale au discours social

Anne-Cécile Druet

Résumés

Cet article se propose d’analyser la diffusion par les psychiatres de la psychanalyse freudienne en Espagne, dans la période allant des années 1910 à la guerre civile. Il analyse l’introduction et l’essor des théories freudiennes dans la presse psychiatrique de l’époque en s’interrogeant sur les caractéristiques des références à Freud et leur évolution, mais aussi sur leur provenance et le contexte de leur apparition. Il se penche également sur le rôle joué par les psychiatres dans l’introduction de la psychanalyse en dehors du domaine psychiatrique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette lettre, datée du 7 mai 1923, est traduite dans diverses éditions espagnoles des Œuvres complè (...)
  • 2 RUIZ-CASTILLO BASALA, José, El apasionante mundo del libro. Memorias de un editor, Madrid, Agrupaci (...)

1En 1922, la maison d’édition madrilène Biblioteca Nueva fit paraître les premiers volumes des œuvres complètes de Freud en espagnol, l’Espagne devenant ainsi le premier pays au monde à prendre l’initiative de leur traduction intégrale. Mis au courant des intentions de Biblioteca Nueva, Freud lui-même ne manqua pas de s’étonner que cette première démarche visant à traduire la totalité de ses travaux provînt d’Espagne ; il signala cet événement dans une note ajoutée en 1923 à son essai Sur l’histoire du mouvement psychanalytique. Freud qui, comme on le sait, lisait le castillan depuis que, adolescent, il s’était passionné pour les aventures de Don Quichotte, loua la qualité de la version espagnole de ses œuvres dans une lettre adressée la même année au traducteur, Luis López-Ballesteros y de Torres1. Quant à l’éditeur, il se félicita de cette publication dont le succès fut croissant2.

2La surprise de Freud était bien compréhensible : l’Espagne, jusque-là, ne s’était guère distinguée par son rôle pionnier dans l’internationalisation du mouvement psychanalytique. En 1922, l’on ne comptait encore aucun psychanalyste espagnol et le débat sur les théories freudiennes était peu élaboré dans le domaine psychiatrique. L’initiative de la traduction en espagnol des œuvres de Freud ne provenait d’ailleurs pas du milieu médical mais du philosophe José Ortega y Gasset qui, dès 1911, s’était montré très favorable à la diffusion des idées de Freud qui devaient, selon lui, contribuer à la « suralimentation idéologique » nécessaire à son pays.

3Dans le domaine psychiatrique espagnol, la psychanalyse n’était cependant plus, au début des années 1920, une nouveauté. Certains psychiatres avaient fait précédemment paraître des articles de divulgation dans la presse spécialisée et fait part de leur position (très critique) sur les théories freudiennes. Les médecins lecteurs de ces revues avaient donc reçu une première information sur la psychanalyse. Par la suite, après la publication des œuvres de Freud en espagnol, la presse psychiatrique devint le lieu d’un débat plus fourni autour de la psychanalyse. À compter des années 1920, les psychiatres de la nouvelle génération prirent pratiquement tous la plume pour s’exprimer sur cette question désormais incontournable. Nombre d’entre eux avaient effectué une partie de leur formation dans les pays de langue allemande, grâce aux bourses de la Junta para Ampliación de Estudios, et ils étaient au fait de l’essor qu’y connaissait la psychanalyse. Les revues psychiatriques devinrent aussi le lieu d’expression de l’orthodoxie psychanalytique lorsque le premier psychanalyste espagnol, Ángel Garma, y publia ses travaux dans les années 1930. La circulation de la psychanalyse dépassa les frontières du milieu médical : la traduction des œuvres de Freud permettait une plus large diffusion de celles-ci, qui furent alors introduites dans d’autres domaines du savoir. Dans cette diffusion de la psychanalyse au-delà de la sphère médicale, les psychiatres continuèrent à jouer un rôle fondamental, revendiquant parfois une autorité sur ces théories, quel que fût leur degré d’adhésion à celles-ci. La participation des psychiatres à la vie culturelle, sociale et politique, en particulier sous la deuxième République, fut l’un des canaux de la pénétration des idées freudiennes dans ces sphères non médicales. Les organes de presse qui jouèrent un rôle dans ce processus reflétèrent cette réalité : les articles des psychiatres sur les théories freudiennes et leurs possibles applications s’y multiplièrent.

4C’est sur les caractéristiques de cette diffusion de la psychanalyse par les psychiatres espagnols que cet article s’interroge. Dans un premier temps, il se penche sur les premières références à Freud en Espagne et sur l’introduction initiale de ses théories dans la presse psychiatrique des années 1910. Il analyse ensuite l’évolution du débat dans cette même presse jusqu’à la guerre civile et étudie, enfin, le rôle joué par les psychiatres dans l’élargissement de ce débat à d’autres sphères du savoir.

Historiographie

5L’histoire de la psychanalyse en Espagne au premier tiers du xxème siècle a donné lieu à de vastes études qui en donnent des interprétations diverses, voire opposées. Plusieurs thèses de doctorat consacrées à cette période ont vu le jour, notamment à l’Université de Murcie. Parmi celles-ci, les travaux de Francisco Carles et Isabel Muñoz, centrés sur l’introduction des théories freudiennes dans le domaine psychiatrique espagnol, offrent un panorama très complet de la réception initiale de la psychanalyse tout en inscrivant celle-ci dans plusieurs perspectives contextuelles. Carles identifie ce qu’il définit comme les principaux obstacles scientifiques et idéologiques à une rapide implantation de la psychanalyse dans le pays pour conclure sur un constat global d’échec :

  • 3 CARLES (Francisco), MUÑOZ (Isabel), LLOR (Carmen), MARSET (Pedro), Psicoanálisis en España (1893-19 (...)

« Pese a la labor de los introductores del psicoanálisis en España, o más bien, a causa de dicha labor, no hubo hasta 1922 ninguna afiliación española a la causa psicoanalítica, así como tampoco una práctica ortodoxa del psicoanálisis. España no estuvo dentro del movimiento psicoanalítico. Recibió su impacto pero elaboró sus propios mecanismos de defensa, que hicieron posible la circulación de una información sobre el psicoanálisis sin establecer ninguna relación de compromiso con el mismo »3.

6Les travaux de l’historien des sciences américain Thomas Glick présentent une lecture de la période précédant la guerre civile très différente de celle de Carles. Glick (qui élargit ses recherches à l’histoire sociale) aboutit en effet à la conclusion générale que la psychanalyse fit son entrée en Espagne avec une grande facilité :

  • 4 GLICK, Thomas F., « The Naked Science: Psychoanalysis in Spain, 1914-1948 », in Comparative Studies (...)

« The reception of Freudian psychology in Spain was marked by ease and rapidity of permeation, among physicians before Spanish translations were available and in the educated public afterwards, and by rapid integration of Freudian psychology within the general body of medical and psychological theory »4.

7La différence fondamentale entre les lectures effectuées par Glick et par Carles ne tient ni aux sources consultées, ni même à l’interprétation proprement dite de celles-ci, mais bien à deux conceptions distinctes de l’idée de réception de la psychanalyse. Pour l’Américain, la référence à Freud sous la plume d’un auteur suffit à faire de celui-ci un introducteur de la psychanalyse en Espagne, quand Carles s’attache au contraire à démontrer la légèreté avec laquelle les concepts psychanalytiques sont manipulés par la plupart des médecins, dans la théorie et dans la pratique, ce qui l’amène à restreindre considérablement le champ sémantique d’application du terme au profit d’une distinction entre ce qui relève de la psychanalyse, de la psychanalyse sauvage, de l’éclectisme, etc. Ce débat historiographique met en lumière le problème posé par la définition du terme psychanalyse dans les études historiques, certaines choisissant de le restreindre à une théorie et à une pratique « orthodoxes », là où d’autres y incluent les discours tirant leur légitimité des théories freudiennes, quel que soit leur degré de fidélité à cette orthodoxie. Les deux auteurs arrivent de la sorte à des conclusions opposées pour ce qui est de l’évaluation du degré de pénétration du freudisme en Espagne, bien que tous deux soutiennent en fait la même thèse d’une absence d’orthodoxie psychanalytique avant

  • 5 CORCÉS PANDO, Valentín, Freud ante Cervantes. El psicoanálisis y la cultura española en el primer t (...)

8Cette absence d’orthodoxie conduit un autre spécialiste de cette période, Valentín Corcés, à des conclusions insistant elles aussi sur les caractéristiques du discours psychanalytique circulant en Espagne à cette période. Selon Corcés, au contraire d’autres pays d’Europe où les adhésions de pionniers à la doctrine freudienne mènent à l’institutionnalisation, l’Espagne est le lieu d’un discours autour de la psychanalyse, mais pas d’un discours psychanalytique au sens strict5. Sans développer un débat sur l’évaluation globale de l’introduction du freudisme en Espagne qui dépasse les prétentions de ce travail, nous nous intéresserons ici aussi bien à ce discours autour de la psychanalyse qu’à celui qui peut être considéré comme provenant de la psychanalyse. Le paradigme de l’orthodoxie entre, certes, en ligne de compte dans la mesure où la revendication de cette orthodoxie marque une nouvelle étape dans l’histoire de la réception des théories freudiennes, mais ce sont toutes les spécificités des discours produits autour de la psychanalyse qui nous intéressent ici, en tant que modalités de l’introduction et de la diffusion d’un savoir nouveau.

Les premières références à Freud en Espagne

  • 6 BREUER (Josef), FREUD (Sigmund), « Mecanismo psíquico de los fenómenos histéricos », in Revista de (...)
  • 7 CARLES et al., op. cit., p. 18.

9L’Espagne n’est pas seulement le premier pays à avoir entamé la traduction des œuvres complètes de Freud : c’est également à Barcelone que parut la première traduction connue d’un texte psychologique de Freud. Un mois à peine après la publication, à Berlin et à Vienne, de la fameuse « Communication préliminaire » de Breuer et Freud, la traduction espagnole de ce texte est publiée dans les numéros du 10 et du 25 février 1893 de la Revista de Ciencias Médicas de Barcelona sous le titre « Mecanismo psíquico de los fenómenos histéricos », puis reproduite presque simultanément dans la Gaceta Médica de Granada6. Le texte, signé des « Dres Jos. Breuer y Sigm. Freud », porte la référence de la publication viennoise. L’extraordinaire précocité de cette traduction reste, en l’absence de toute indication sur l’identité du traducteur et sur ses motivations, inexpliquée, et l’article ne fit l’objet d’aucun commentaire dans la presse spécialisée7.

  • 8 ORTEGA Y GASSET, José, « Nueva medicina espiritual », in Obras Completas, Madrid, Taurus, t. I, 200 (...)
  • 9 ORTEGA Y GASSET, José, « Psicoanálisis : ciencia problemática », in Ideas y creencias, Madrid, Revi (...)
  • 10 Voir, notamment, GARCÍA LARA, Carlos Enrique, Ortega y el psicoanálisis, Alicante, Universidad de A (...)

10Malgré les premiers échos très ponctuels des théories psychanalytiques dans le milieu psychiatrique au cours de la première décennie du xxème siècle, c’est sur le terrain culturel, et non médical, que se fait entendre le premier appel à une diffusion des idées de Freud en Espagne. En 1911, Ortega y Gasset publie non pas un (comme on le croit souvent) mais deux articles sur la psychanalyse. Le second, intitulé « Psicoanálisis, ciencia problemática » et paru dans La Lectura de Madrid, est celui qui est passé à la postérité ; le premier, « Nueva medicina espiritual », a, quant à lui, été publié à Buenos Aires dans le quotidien La Prensa et n’a été inclus que tardivement dans les œuvres complètes d’Ortega8. Le premier article annonce en outre une partie finale consacrée au rêve, partie qui n’a jamais été retrouvée et qui, dans le volume d’essais Ideas y creencias, est remplacée par les paragraphes sur le rêve parus à Buenos Aires9. Ces particularités éditoriales expliquent que l’on ait souvent commenté un texte tronqué et ignoré la publication argentine10.

  • 11 ORTEGA Y GASSET, « Psicoanálisis : ciencia problemática », op. cit., p. 91.
  • 12 Ibid., p. 92.
  • 13 GARCÍA LARA, op. cit., pp. 34-35. Dans le même ordre d’idées, Thomas Glick affirme: « In spite of [ (...)

11Les deux articles, divisés en différentes parties publiées successivement, commencent à paraître en octobre 1911. Tous deux poursuivent le même objectif, celui de présenter les théories freudiennes à un public non médical. La volonté manifestée par Ortega de faire connaître les idées de Freud en Espagne s’inscrit clairement dans son projet d’informer son pays des nouveautés scientifiques et culturelles qui apparaissent dans le panorama intellectuel européen. Dans l’introduction de « Psicoanálisis, ciencia problemática », le philosophe, revenant sur sa constante préoccupation d’éducation du peuple espagnol, prône à la fois le recentrage de la vie intellectuelle du pays autour de la méthode scientifique et critique la plus rigoureuse, et une « suralimentation idéologique » de ses compatriotes, indispensable par sa force suggestive à la science et aux progrès de celle-ci. Car la science vit de ce qui n’est pas science, elle vit du mythe qu’Ortega définit comme « un contenido mental indiferenciado que aspira a ejercer la función de concepto o explicación teórica de un problema, pero que no se ha libertado suficientemente del empirismo sensitivo ni de la tonalidad afectiva y sentimental de todo lo que en nosotros es espontáneo»11. C’est dans cette catégorie qu’il range la psychanalyse et c’est pour contribuer à cette suralimentation idéologique qu’il se propose alors d’exposer « una serie de doctrinas [...] más que falsas, no verdaderas, pero científicamente sugestivas »12. Autour de cette idée centrale s’articule son commentaire de l’œuvre freudienne que d’aucuns considèrent comme globalement favorable à la psychanalyse13, mais cette thèse est difficile à soutenir, car le philosophe est extrêmement ambivalent à l’égard de Freud ; d’une part il trouve ses théories profondément suggestives, de l’autre il fait part de sérieuses réserves sur leur valeur scientifique, réserves qu’il ne cessera d’exprimer dans le quart de siècle durant lequel la psychanalyse trouvera une place (très marginale) dans ses écrits. Ce qui justifie l’intérêt de la psychanalyse, aux yeux d’Ortega, est moins la doctrine en elle-même que la démarche de son créateur. Le philosophe rejette en l’état la plupart des postulats freudiens faute de démonstration rigoureuse, mais il reconnaît au père de la psychanalyse le mérite de l’audace du chercheur et de la curiosité scientifique qui donnent à ses théories le statut de « motivo cultural » autour duquel une réflexion intellectuelle peut et doit naître.

  • 14 ORTEGA Y GASSET, José, « Vitalidad, alma, espíritu », in Obras Completas, Madrid, Alianza Editorial (...)
  • 15 ORTEGA Y GASSET, José, « ¿Masculino o femenino ? », ibid., t. III, p. 474.
  • 16 ORTEGA Y GASSET, José, « Prólogo para alemanes », ibid., t. VIII, p. 33.

12Si ambivalente est la position du philosophe, ambivalentes seront aussi les conséquences de sa première approche de la psychanalyse : Ortega sera à l’origine de la publication des œuvres complètes de Freud en Espagne, mais la psychanalyse ne fera jamais l’objet d’une réflexion approfondie de sa part. Quelques années plus tard, il s’insurgera contre l’idée d’être considéré comme un partisan de Freud et définira la distance qui le sépare de celui-ci comme « radicale »14. En 1927, c’est dans une simple note qu’il exprimera de façon claire que l’époque de son intérêt pour la psychanalyse est révolue15. Enfin, en 1934, Ortega conclura ses commentaires déjà rarissimes des théories freudiennes sur un : « No tengo nada que ver con Freud, cuya obra me ha parecido conveniente, por muchas consideraciones, dar a conocer en España, pero por la cual he sentido siempre un interés evanescente »16.

  • 17 En Argentine, au contraire, la curiosité éveillée par sa publication lui fit reprendre la plume pou (...)

13Que ce soit en raison de son contenu critique ou parce qu’il se heurta à l’indifférence du public, l’article d’Ortega ne contribua pas à créer le débat en Espagne, ni dans le domaine culturel, à une époque où les œuvres de Freud n’étaient pas encore disponibles en castillan, ni dans le domaine médical17. Le rôle du philosophe serait pourtant fondamental pour la diffusion de la psychanalyse en Espagne, non seulement par le biais de la traduction des œuvres de Freud, mais également en raison des liens d’Ortega (futur cofondateur des Archivos de Neurobiología) avec le domaine psychiatrique espagnol. El Sol et la Revista de Occidente publieraient par la suite de nombreuses contributions de psychiatres sur la question psychanalytique, et deviendraient ainsi des vecteurs de la diffusion des théories freudiennes dans le domaine non médical.

La presse médicale espagnole et la psychanalyse

  • 18 CARLES et al., op. cit., pp. 34-37.

14Dans la première moitié des années 1910, la presse médicale espagnole commença à refléter l’essor que connaissait la psychanalyse en dehors des frontières du pays ; les références à Freud sous la plume d’auteurs étrangers publiés en Espagne se multiplièrent. Dans son étude de l’histoire de la psychanalyse durant ces années, Francisco Carles souligne que, loin de convaincre les psychiatres espagnols de la nécessité d’un débat, les nouvelles arrivant de l’étranger étaient davantage susceptibles de les persuader du contraire. Les traductions d’ouvrages tels que La question sexuelle d’Auguste Forel ou les Études de psychologie sexuelle de Havelock Ellis et, plus encore, la diffusion de La psychoanalyse des névroses et des psychoses de Régis et Hesnard exercèrent, selon Carles, une influence négative sur la réception de la psychanalyse en Espagne18.

  • 19 VALLE Y ALDABALDE, Rafael, « El psicoanálisis de Freud », in Revista de Medicina y Cirugía Práctica (...)

15Dans la presse médicale, les rares articles de psychiatres espagnols qui s’exprimèrent sur la question rendaient compte du développement de la psychanalyse à l’étranger, mais leur contenu démontrait que, en Espagne, une information de base sur les découvertes freudiennes était encore nécessaire ; ils ne supposaient pas, de la part de leurs lecteurs, un degré de connaissance permettant de s’en dispenser. Ces psychiatres espagnols étaient eux-mêmes très critiques à l’égard de Freud et, en particulier, de ce que l’on appelait alors le « pansexualisme » de ses théories. Auteurs d’articles sur la psychanalyse en 1913 et 1914, Rafael del Valle y Aldabalde, Misael Bañuelos et Enrique Fernández Sanz signifièrent tous trois leurs réserves sur ce point19. Ils présentaient la psychanalyse comme une théorie innovatrice, dont certains postulats étaient partiellement acceptables, mais leur démarche d’information, même lorsqu’ils déploraient la méconnaissance des théories freudiennes en Espagne comme Bañuelos, restait cantonnée dans une initiative individuelle, marginale et souvent sans lendemain. Les théories freudiennes ne faisaient pas l’objet de leur part d’une attention constante qui aurait conduit à une critique suivie et aggiornata. Les médecins lecteurs des revues spécialisées commençaient donc à recevoir une information sur la psychanalyse, mais point encore sous une forme qui lui aurait assuré une divulgation continue.

  • 20 Carles et al., op. cit., pp. 42-45.

16La presse psychiatrique reflétait donc une absence d’intérêt générale pour la psychanalyse, qu’il faut situer dans le contexte scientifique de l’époque. Sur le monde des sciences médicales espagnoles règne alors la figure de Santiago Ramón y Cajal (1852-1934), dont les travaux sur la structure du système nerveux ont été couronnés par l’obtention du prix Nobel de médecine en 1906. Figure de proue d’une génération de médecins qui ont permis à la science espagnole d’entrer dans une période de plénitude, et d’entamer un décisif mouvement d’européisation qui culminera après la création de la Junta para Ampliación de Estudios e Investigaciones Científicas (JAE) dont il sera président jusqu’à sa mort, Cajal jouit alors d’un immense prestige dans le domaine de la neuropsychiatrie. L’orientation histologique de ses successeurs ne contribue pas à favoriser l’intérêt pour une théorie comme le freudisme dans un milieu médical où les tenants de l’organicisme ont offert à la science espagnole son « Medio Siglo de Oro ». La psychanalyse apparaît comme une doctrine originale mais superflue, qui en aucun cas ne peut remettre en cause le modèle scientifique établi20.

  • 21 Sur le rôle de la JAE, voir GARCÍA (Emilio), HERRERO (Fania), « Neuropsiquiatría y psicología en Es (...)
  • 22 Sur les Archivos de Neurobiología, voir, entre autres, Gracia GUILLÉN, Diego, « Medio siglo de psiq (...)
  • 23 LÁZARO, op. cit, pp. 21-24.
  • 24 MIRA I LÓPEZ, Emili, El Psico-anàlisi. Aplicacions pràctiques del psico-anàlisi, Barcelone, Arnau d (...)

17À compter de la fin des années 1910, la situation de la psychanalyse au sein du domaine médical change progressivement. La création, en 1907, de la JAE donne à la recherche espagnole une formidable impulsion, en particulier dans les sphères pédagogiques et médicales21, et permet l’avènement d’une nouvelle génération de psychiatres qui ont pu poursuivre une partie de leur formation auprès des meilleurs spécialistes étrangers, souvent dans les pays de langue allemande où la psychanalyse est en plein essor. Dans les rangs de cette génération se comptent nombre des premiers partisans de Freud. L’école madrilène, à la suite de Ramón y Cajal et de Simarro, voit l’avènement d’une psychiatrie scientifique d’influence allemande qui trouve son principal organe d’expression dans les Archivos de Neurobiología. Ceux-ci commencent à paraître en 1920 et marquent un tournant suffisamment important dans l’histoire de la neuropsychiatrie pour que soit attribuée à cette génération de médecins l’appellation de « generación de los Archivos de Neurobiología »22. L’orientation histologique de ce milieu psychiatrique inextricablement lié à la neurologie n’exclut pas l’intérêt de plus en plus prononcé des médecins pour les aspects psychogénétiques de la maladie qu’ils intègrent à leur réflexion, et pour la psychologie, à laquelle une place importante est réservée dans les Archivos23. Ceux-ci deviendront aussi, dans les années 1930, le principal organe d’expression d’Ángel Garma, le premier psychanalyste espagnol. Les membres les plus éminents de la nouvelle génération psychiatrique prennent presque tous la plume pour s’exprimer sur la psychanalyse, toutes opinions confondues, démontrant que la question est devenue incontournable. L’école catalane, de son côté, participe pleinement de l’extraordinaire dynamisme qui caractérise alors la science espagnole ; son chef de file, Emilio Mira y López, collaborateur assidu des Archivos, sera aussi l’auteur de la première monographie espagnole sur la psychanalyse24.

18Dans la presse médicale, cette évolution dans la réception des théories freudiennes se traduit de différentes façons. Elle suppose, tout d’abord, une augmentation considérable du nombre de références à la psychanalyse. Celle-ci devient véritablement l’objet d’un débat suivi, auquel participent tous les grands noms de la psychiatrie (Lafora, Sanchís Banús, Sacristán, pour ne citer qu’eux). L’éventail des opinions s’élargit, et l’on trouve désormais toutes les positions exprimées, des plus féroces diatribes (Villaverde) aux adhésions inconditionnelles (Garma).

  • 25 RODRÍGUEZ LAFORA, Gonzalo, « La teoría y los métodos del psicoanálisis », in Revista de Criminologí (...)
  • 26 Concernant la pratique thérapeutique de Lafora, son biographe Luis Valenciano écrit ceci : « Inevit (...)
  • 27 Voir, notamment, MARAÑÓN, Gregorio, « Los estados intersexuales en la especie humana » [1928], in O (...)
  • 28 Voir, entre autres, SANCHÍS BANÚS, José, « La cuestión del psicoanálisis », in Archivos de Medicina (...)

19La tendance dominante, parmi les psychiatres qui se prononcent sur la question psychanalytique dans la presse spécialisée, est à l’acceptation partielle et critique des théories freudiennes. Gonzalo Rodríguez Lafora (1886-1971), par exemple, reproche à Freud son dogmatisme, mais se montre ouvert aux théories psychanalytiques, se déclarant « psychanalyste, mais pas freudien »25. Comme d’autres disciples de Cajal, c’est une place complémentaire qu’il octroie à la psychanalyse, en y voyant davantage un apport théorique fécond, notamment dans le processus diagnostique, qu’un recours thérapeutique26. De là ses réserves quant à l’efficacité curative de celle-ci et son intérêt plus affirmé pour la psychanalyse comme outil d’exploration de la vie psychique, ainsi que pour son application à l’étude de phénomènes sociaux ou artistiques. Concernant l’aspect des théories freudiennes qui avait suscité le plus de réserves durant la période précédente, à savoir la place accordée par la psychanalyse à la sexualité, Lafora, comme beaucoup de ses confrères, reste critique. Gregorio Marañón lui-même, qui s’exprima à plusieurs reprises sur les théories psychanalytiques au cours des années 1920 et qui parlait de Freud en termes chargés de respect et d’éloge, fit part de ses désaccords sur ce point27. Les premières prises de position favorables aux théories freudiennes sur la sexualité apparaissent néanmoins dans le milieu psychiatrique durant la même décennie28.

  • 29 Ibid.

20L’expression des opinions sur la psychanalyse donne aussi lieu, désormais, à un débat d’idées direct, dans lequel les médecins se répondent et se critiquent. En réponse à Fernández Sanz, qui déplorait que ses collègues se contentent d’une production purement théorique sur la psychanalyse, Sanchís Banús rétorque qu’il a, quant à lui, publié un travail clinique et que c’est sur la base de son expérience qu’il défend les thèses psychanalytiques29.

  • 30 Carles et al., op. cit., pp. 90-91, pp. 179-223.

21Cet exemple montre que la presse médicale reflète en outre une nouvelle réalité, qui est celle des premières pratiques psychanalytiques. Dès 1921 sont attestées des tentatives plus ou moins concluantes d’incorporer certaines techniques freudiennes à d’autres méthodes thérapeutiques. Ces pratiques, réalisées en dehors de tout cadre thérapeutique orthodoxe et souvent réduites à un recours à la psychanalyse comme méthode d’investigation de processus mentaux inconscients, répondent à la définition donnée par Freud de « psychanalyse sauvage », mais elles n’en sont pas moins présentées par les psychiatres comme des pratiques psychanalytiques. Par la publication de cas cliniques, ces derniers cherchent aussi à revendiquer une autorité sur la psychanalyse dont la diffusion en dehors du domaine médical menace de les priver30.

  • 31 Garma Zubizarreta, Ángel, « Cómo se estudia el psicoanálisis », in Archivos de Neurobiología, n° 10 (...)
  • 32 Certains de ces articles seront repris dans le seul ouvrage que Garma fait paraître avant l’exil : (...)

22C’est à partir des années 1930 que la presse médicale devient également le lieu d’un appel à l’orthodoxie psychanalytique. En 1931, Ángel Garma, le premier psychanalyste espagnol formé en Allemagne dans les règles de l’association internationale fondée par Freud (IPA), rentre en Espagne et se fait rapidement une place au sein de la communauté psychiatrique, où il devient le porte-parole de la psychanalyse freudienne orthodoxe. La principale préoccupation de Garma, avant même son retour à Madrid, est d’indiquer au milieu psychiatrique espagnol qu’il s’est fourvoyé dans son interprétation, et plus encore dans sa pratique, de la psychanalyse. Son objectif premier est de rectifier les erreurs commises par ses collègues, de signifier à ceux-ci que ni la lecture de la littérature psychanalytique, ni le titre de psychiatre n’habilitent à pratiquer la psychanalyse, et que la première étape de toute formation doit être l’incontournable analyse didactique31. L’activité divulgatrice de Garma, qui vise donc principalement à freiner l’éclectisme théorique et les pratiques sauvages de ses confrères, se fait par le biais de conférences et d’articles qui sont principalement publiés dans les Archivos de Neurobiología32. Ces tentatives ne furent guère couronnées de succès et Garma échoua dans son projet de constitution d’un mouvement psychanalytique espagnol susceptible d’être reconnu par l’IPA. Les caractéristiques de l’introduction des théories freudiennes en Espagne rendaient la tâche de Garma ardue et ne laissaient pas prévoir l’avènement, à brève échéance, d’un mouvement psychanalytique espagnol semblable à celui qui, à cette date, existait dans un pays comme la France où la Société psychanalytique de Paris avait été fondée en 1926. La guerre civile, qui contraignit nombre de psychiatres favorables aux théories freudiennes, ainsi que Garma lui-même, à l’exil mit un point final à cette ambition.

Les psychiatres et la psychanalyse dans le domaine non médical

  • 33 CARLES et al., op. cit., p. 66. On trouve dans El Sol de nombreux articles de Lafora sur la psychan (...)

23À partir des années 1920, les médecins espagnols qui furent les acteurs de l’introduction critique de la psychanalyse dans le domaine psychiatrique jouèrent également un rôle prépondérant dans la diffusion des théories freudiennes en dehors de ce domaine. Les psychiatres de la nouvelle génération qui, pour la plupart, manifestaient des inquiétudes sociopolitiques et culturelles multiples contribuèrent largement à porter la psychanalyse vers de nouvelles sphères du savoir. Auteurs d’articles de divulgation ou de comptes rendus des différents volumes des œuvres complètes de Freud dans des publications telles que la Revista de Occidente ou El Sol, les psychiatres y poursuivirent aussi le débat lancé dans le domaine médical, parfois sans concessions pour un public profane33. L’implication des psychiatres dans la vie sociale, politique et culturelle servit également de canal de transmission de la psychanalyse vers divers domaines d’application. Chacun de ceux-ci mériterait une analyse spécifique, mais il importe ici de montrer comment, aux côtés des spécialistes (juristes, pédagogues, critiques littéraires, etc.), les psychiatres prirent une part active dans cette circulation de la psychanalyse.

  • 34 Voir Aparicio Basauri, Víctor et SÁNCHEZ GUTIÉRREZ, Ana Esther, « Norma y ley en la psiquiatría esp (...)
  • 35 SANCHÍS BANÚS, José, « Acerca de los trastornos nerviosos originados en la mujer por la práctica si (...)
  • 36 La participation de Sanchís Banús à ce débat est détaillée dans GLICK, « Sexual Reform, Psychoanaly (...)
  • 37 MIRA Y LÓPEZ, Emilio, Manual de psicología jurídica, Buenos Aires, El Ateneo, 1980, p. 111 passim [ (...)

24Ce fut le cas, notamment, dans le domaine juridique. La médecine et le droit vivaient alors une époque d’entente et d’étroite collaboration qui culminerait sous la République34. Certains psychiatres qui avaient montré leur intérêt pour les théories freudiennes étaient aussi chargés de cours de criminologie et experts auprès des tribunaux, ce qui facilita la transmission de la psychanalyse dans le monde du droit. L’un d’eux, César Juarros (1879-1942), enseignait la psychiatrie à l’Instituto Español Criminológico, puis à l’Academia de Jurisprudencia, où il prononça les conférences qui lui servirent de base pour son ouvrage Los horizontes del psicoanálisis, l’une des premières monographies consacrées à la psychanalyse en Espagne. Un autre psychiatre, José Sanchís Banús (1890-1932), futur professeur de psychopathologie criminelle à l’Instituto de Estudios Penales, intervint en 1923 auprès du Tribunal ecclésiastique où, pour appuyer une demande de divorce, il fit référence aux théories psychanalytiques afin d’expliquer les troubles nerveux dont souffrait la plaignante35. Des années plus tard, lorsque le projet de loi sur le divorce rédigé par Luis Jiménez de Asúa (lui-même profondément intéressé par la psychologie et connaisseur de la psychanalyse) fut soumis au Parlement, Sanchís Banús utilisa les mêmes arguments pour défendre la nécessité d’un accès simplifié des femmes à ce droit, soulignant l’importance de celui-ci dans la prévention des névroses36. La psychanalyse nourrit aussi la réflexion criminologique dans la compréhension des motivations inconscientes du crime et dans celle du statut du témoignage. Le psychiatre catalan Mira i López, qui s’était intéressé aux thèses anti-héréditaristes de Ferenczi et enseignait la psychologie légale à l’Escuela de Derecho de Barcelone, publia en 1932 un Manual de psicología jurídica. Il y exposait les thèses psychanalytiques sur l’origine des comportements délictueux et sur le concept de refoulement qui le conduisait à plaider pour un changement de l’attitude des juges face aux amnésies des témoins37.

  • 38 SACRISTÁN, José M., « La teoría psicoanalítica de Freud », in Revista de Pedagogía, 2, n° 18 (1923) (...)

25Sur le terrain des sciences humaines, c’est la pédagogie qui reçut la nouveauté psychanalytique avec le plus d’enthousiasme. L’on sait quelle part prenait la réflexion pédagogique dans le problème de régénération de l’Espagne, et combien la préoccupation était grande de mettre au point un système éducatif qui permît d’élever le niveau culturel du pays et de réformer l’enseignement dès l’école. Cette préoccupation trouvait un écho dans de nombreuses revues, dont le Boletín de la Institución Libre de Enseñanza et la Revista de Pedagogía, dirigée par Lorenzo Luzuriaga, où les idées de Freud furent discutées et les différents volumes de la traduction de ses œuvres commentés, notamment par le psychiatre José Miguel Sacristán38. La quasi-totalité des psychiatres qui s’intéressaient à la psychanalyse relevaient également son intérêt pour les pédagogues et défendaient l’idée d’une révision des principes éducatifs sur la base de l’apport psychanalytique.

  • 39 Carles et al., op. cit., p. 148.
  • 40 GLICK, Thomas, « The Naked Science: Psychoanalysis in Spain, 1914-1948 », op. cit., p. 562.
  • 41 Carles et al., op. cit., p. 128.
  • 42 Gallego Morell, Antonio, « Prólogo », in SÁNCHEZ MEJÍAS, Ignacio, Teatro, Madrid, Ediciones del Cen (...)

26Les psychiatres ne restèrent pas non plus en marge de la diffusion de la psychanalyse dans le domaine artistique. La psychanalyse y fit une entrée fracassante et trouva, en particulier autour de la Residencia de Estudiantes, l’écho poétique, plastique et cinématographique que l’on sait. Garma lui-même séjourna à la Residencia pendant ses études et certains de ses patients lui furent par la suite envoyés par d’anciens résidents (le premier de ces patients souffrait d’ailleurs d’avoir été « affectivement maltraité par García Lorca »39). Dans le domaine de la littérature, comme l’a remarqué Thomas Glick non sans humour : « Of the countries where a general debate on the merits of Freud took place in the 1920s and 1930s, Spain must have been the only one to have produced more fictional than real analysts »40. Les dramaturges, en particulier, semblèrent particulièrement inspirés par la psychanalyse. Le personnage du psychiatre espagnol pratiquant la psychanalyse apparaît dans plusieurs œuvres au cours des années 1920, notamment chez les frères Machado (Las Adelfas, 1928) et chez Ignacio Sánchez Mejías (La Sinrazón, 1928). Ami des poètes, Sánchez Mejías l’était aussi de psychiatres comme Lafora. Celui-ci fut, comme nous l’avons vu, un introducteur de la psychanalyse dans le domaine psychiatrique espagnol, mais aussi l’un de ceux qui contribuèrent à sa diffusion dans le milieu intellectuel par le biais de ses nombreuses publications dans El Sol, où il s’occupa à plusieurs reprises de psychanalyse et littérature41. D’aucuns voulurent voir, dans le psychiatre-psychanalyste de Sánchez-Mejías, un personnage inspiré par Lafora42, ce qui n’aurait sans doute guère plu à ce dernier. Quoi qu’il en soit, Lafora était présent le soir de la première de la pièce et il prononça quelques mots d’introduction pour le public à cette occasion.

Conclusion

27Les psychiatres espagnols furent les acteurs de l’introduction de la psychanalyse bien au-delà de la sphère médicale. Une autorité sur la question psychanalytique leur était reconnue dans le domaine socioculturel et, bien qu’ils n’y fussent pas les seuls diffuseurs des théories freudiennes, leur participation au débat constitua un vecteur fondamental pour la circulation de ces théories. Les inquiétudes socioculturelles de nombre d’entre eux favorisèrent cette situation, les liens établis par les psychiatres avec de multiples domaines du savoir constituant la toile de fond de ces échanges.

28Avant que la psychanalyse ne devienne l’objet d’une réflexion culturelle comme l’avait souhaité Ortega, elle avait déjà, en Espagne, une histoire. Reflétée par la presse médicale depuis 1893 et, de façon moins ponctuelle, à partir des années 1910, cette histoire avait été celle de premières références marginales, puis d’information et de critique générales, avant que l’on puisse parler de l’ouverture d’un véritable débat et d’une discussion sur les premières pratiques définies comme psychanalytiques par les médecins dans les années 1920. Les psychiatres, en partie formés à l’étranger grâce aux bourses de la JAE, se refusèrent alors à voir la psychanalyse, en plein essor dans les pays de langue allemande où ils avaient souvent séjourné et en voie d’assimilation dans le monde espagnol non médical, échapper à leur domaine de spécialité. Dans la décennie suivante, avec l’apparition d’une voix, celle de Garma, représentant l’orthodoxie psychanalytique, l’histoire de la psychanalyse dans la presse psychiatrique atteignit une nouvelle étape ; en l’absence de publication périodique exclusivement consacrée à la psychanalyse, c’est par la voie des revues psychiatriques que Garma s’exprimait. Parallèlement, certains psychiatres montraient, dans leurs travaux, une acceptation souvent critique et éclectique de la théorie et de la méthode thérapeutique freudienne, qui ne supposait pas l’adhésion à la psychanalyse comme référence théorique principale. Au contraire d’autres pays d’Europe tels que la France ou l’Italie où, durant le premier tiers du xxème siècle, ces adhésions de pionniers se produisirent et menèrent à l’institutionnalisation de leurs groupes, l’Espagne resta en marge du mouvement psychanalytique international. Les efforts de Garma pour l’y inclure se virent définitivement frustrés par la guerre civile, et c’est à Buenos Aires, où il s’exila, qu’il contribua à fonder l’Asociación Psicoanalítica Argentina. Quant à l’Espagne, elle ne compterait pas de groupe psychanalytique reconnu par l’IPA avant la fin des années 1950, lorsque de jeunes psychiatres cherchant une alternative au panorama professionnel de désolation de la dictature franquiste fonderaient la Sociedad Luso-española de Psicoanálisis.

Haut de page

Notes

1 Cette lettre, datée du 7 mai 1923, est traduite dans diverses éditions espagnoles des Œuvres complètes : « Unas palabras del Dr. Freud sobre la versión castellana de sus “Obras Completas” », in FREUD, Sigmund, Obras Completas, Madrid, Biblioteca Nueva, vol. I, 1967, p. 9.

2 RUIZ-CASTILLO BASALA, José, El apasionante mundo del libro. Memorias de un editor, Madrid, Agrupación Nacional del Comercio del Libro, 1972, p. 103.

3 CARLES (Francisco), MUÑOZ (Isabel), LLOR (Carmen), MARSET (Pedro), Psicoanálisis en España (1893-1968), Madrid, Asociación Española de Neuropsiquiatría, 2000, p. 81.

4 GLICK, Thomas F., « The Naked Science: Psychoanalysis in Spain, 1914-1948 », in Comparative Studies in Society and History, n° 24 (1982), p. 536.

5 CORCÉS PANDO, Valentín, Freud ante Cervantes. El psicoanálisis y la cultura española en el primer tercio del siglo XX, Valence, Promolibro, 2005, p. 33.

6 BREUER (Josef), FREUD (Sigmund), « Mecanismo psíquico de los fenómenos histéricos », in Revista de Ciencias Médicas de Barcelona, 19, n° 3-4 (1893), pp. 54-59 et 85-89 et in Gaceta Médica de Granada, 11, n° 232-233 (1893), pp. 105-111 et pp. 129-135.

7 CARLES et al., op. cit., p. 18.

8 ORTEGA Y GASSET, José, « Nueva medicina espiritual », in Obras Completas, Madrid, Taurus, t. I, 2004, pp. 473-481.

9 ORTEGA Y GASSET, José, « Psicoanálisis : ciencia problemática », in Ideas y creencias, Madrid, Revista de Occidente en Alianza Editorial, 2005, pp. 89-121.

10 Voir, notamment, GARCÍA LARA, Carlos Enrique, Ortega y el psicoanálisis, Alicante, Universidad de Alicante, 1997, p. 37.

11 ORTEGA Y GASSET, « Psicoanálisis : ciencia problemática », op. cit., p. 91.

12 Ibid., p. 92.

13 GARCÍA LARA, op. cit., pp. 34-35. Dans le même ordre d’idées, Thomas Glick affirme: « In spite of [his] apparent ambivalence, Ortega was in fact suggesting an open attitude toward Freud in the face of commonplace accusations by the German medical establishment that Freudian psychology was not scientific » (GLICK, Thomas, « Sexual Reform, Psychoanalysis, and the Politics of Divorce in Spain in the 1920s and 1930s », in Journal of the History of Sexuality, 12, n° 1 (2003), p. 72).

14 ORTEGA Y GASSET, José, « Vitalidad, alma, espíritu », in Obras Completas, Madrid, Alianza Editorial – Revista de Occidente, 1993, t. II, pp. 451-480. Ortega revient sur un article publié dans El Sol, où on lui faisait dire que « la atracción de los sexos sirve de asiento o cimiento o plinto a la estatua espiritual ». Le philosophe rectifie : « Yo no he dado nunca tan excesiva, tan exclusiva importancia a la dinámica sexual. Quien no me haya oído y haya leído esa frase, me habrá inscrito en la hueste freudiana. Y esto me sería vagamente enojoso. Creo que en el sistema de Freud hay algunas ideas útiles y claras ; pero su conjunto me es poco afín [...] Mi distancia de Freud es, pues, radical y previa a la cuestión ya más concreta de la importancia que pueda tener la sexualidad en la arquitectura mental » (pp. 452-453).

15 ORTEGA Y GASSET, José, « ¿Masculino o femenino ? », ibid., t. III, p. 474.

16 ORTEGA Y GASSET, José, « Prólogo para alemanes », ibid., t. VIII, p. 33.

17 En Argentine, au contraire, la curiosité éveillée par sa publication lui fit reprendre la plume pour répondre à un groupe de lecteurs désireux d’obtenir davantage d’informations sur le sujet. Voir ORTEGA Y GASSET, José, « La interpretación de los sueños. Una consulta », in Obras Completas, Madrid, Taurus, t. I, 2004, pp. 519-520.

18 CARLES et al., op. cit., pp. 34-37.

19 VALLE Y ALDABALDE, Rafael, « El psicoanálisis de Freud », in Revista de Medicina y Cirugía Prácticas, 99, n° 1265-1266 (1913), pp. 169-179 et 209-216 ; BAÑUELOS GARCÍA, Misael, « Breve examen y juicio crítico del psicoanálisis y del froidismo (sic) », in Revista de Especialidades Médicas, n° 16 (1913), pp. 759-760, et FERNÁNDEZ SANZ, Enrique, « El Psicoanálisis », in Histerismo. Teoría y clínica, Madrid, Beltrán, 1914, pp. 189-239.

20 Carles et al., op. cit., pp. 42-45.

21 Sur le rôle de la JAE, voir GARCÍA (Emilio), HERRERO (Fania), « Neuropsiquiatría y psicología en España en el primer tercio del s. xx. El papel de la J.A.E. », in AA. VV., Un Siglo de Psiquiatría en España, Madrid, Extra Editorial, 1995, pp. 111-138.

22 Sur les Archivos de Neurobiología, voir, entre autres, Gracia GUILLÉN, Diego, « Medio siglo de psiquiatría española : 1885-1936 », in Cuadernos de Historia de la Medicina Española, n° 10 (1971), pp. 330-334 et LÁZARO, José, « Archivos de Neurobiología : los setenta y cinco años de la psiquiatría española », in Archivos de Neurobiología, 58, n° 1 (1995), pp. 13-30.

23 LÁZARO, op. cit, pp. 21-24.

24 MIRA I LÓPEZ, Emili, El Psico-anàlisi. Aplicacions pràctiques del psico-anàlisi, Barcelone, Arnau de Vilanova, 1926.

25 RODRÍGUEZ LAFORA, Gonzalo, « La teoría y los métodos del psicoanálisis », in Revista de Criminología, Psiquiatría y Medicina-legal, 10, n° 58 (1923), p. 385.

26 Concernant la pratique thérapeutique de Lafora, son biographe Luis Valenciano écrit ceci : « Inevitablemente, su formación, su profundización morfológica y biológica, dio a su actitud clínica y a su proceder terapéutico un enfoque muy somaticista [...] Conocía bien bibliográficamente las modernas escuelas psicoterápicas, pero su postura a este respecto consistía más en incluir los aspectos de la personalidad en el contexto biológico ». VALENCIANO GAYÁ, Luis, El Doctor Lafora y su época, Madrid, Morata, 1977, pp. 75-76.

27 Voir, notamment, MARAÑÓN, Gregorio, « Los estados intersexuales en la especie humana » [1928], in Obras Completas, Madrid, Espasa-Calpe, 1972, t. III, pp. 155-185. Concernant la sexualité infantile, Marañón, bien qu’il rejoigne Freud sur certains points, s’inscrit dans le courant critique qui considère que le tableau qu’en dessine ce dernier est conditionné par la culture viennoise et ne peut s’appliquer aux enfants de la race méridionale ; « es seguro que nuestros niños no son así », écrit-il (ibid., p. 171). Par ailleurs, tout en soulignant le rôle pionnier de Freud dans la théorie, à laquelle lui-même consacre une grande partie de son œuvre, de l’influence du facteur sexuel sur le comportement humain général, Marañón reproche au fondateur de la psychanalyse d’élaborer une doctrine purement psychologique de la sexualité et de n’envisager la bisexualité que dans sa dimension psychique, alors que lui-même y voit avant tout une disposition organique (ibid, p. 157). Cette réserve est emblématique de la position qu’adopte Marañón dans son approche de la psychanalyse dans le sens où, malgré la coïncidence d’intérêts scientifiques, celle-ci se heurte aux exigences du paradigme physiologique qui régit les recherches de l’endocrinologue.

28 Voir, entre autres, SANCHÍS BANÚS, José, « La cuestión del psicoanálisis », in Archivos de Medicina, Cirugía y Especialidades, 15, n° 3 (1924), pp. 141-142.

29 Ibid.

30 Carles et al., op. cit., pp. 90-91, pp. 179-223.

31 Garma Zubizarreta, Ángel, « Cómo se estudia el psicoanálisis », in Archivos de Neurobiología, n° 10 (1930), pp. 217-225.

32 Certains de ces articles seront repris dans le seul ouvrage que Garma fait paraître avant l’exil : Garma Zubizarreta, Ángel, El Psicoanálisis, la neurosis y la sociedad, Madrid, Archivos de Neurobiología, 1936.

33 CARLES et al., op. cit., p. 66. On trouve dans El Sol de nombreux articles de Lafora sur la psychanalyse. Sacristán publia quant à lui des comptes rendus des œuvres de Freud ainsi que des articles consacrés à la psychanalyse dans la Revista de Occidente.

34 Voir Aparicio Basauri, Víctor et SÁNCHEZ GUTIÉRREZ, Ana Esther, « Norma y ley en la psiquiatría española (1822-1986) », in Aparicio Basauri, Víctor (dir.), Orígenes y fundamentos de la psiquiatría en España, Madrid, ELA, 1997, pp. 33-35.

35 SANCHÍS BANÚS, José, « Acerca de los trastornos nerviosos originados en la mujer por la práctica sistemática del “coitus interrumpus” y su patogenia. Informe médico legal en una causa por demanda de divorcio », in Los Progresos de la Clínica, 26, n° 140 (1923), pp. 196-230.

36 La participation de Sanchís Banús à ce débat est détaillée dans GLICK, « Sexual Reform, Psychoanalysis, and the Politics of Divorce in Spain in the 1920s and 1930s », op. cit., pp. 89-91.

37 MIRA Y LÓPEZ, Emilio, Manual de psicología jurídica, Buenos Aires, El Ateneo, 1980, p. 111 passim [Barcelone, Salvat, 1932].

38 SACRISTÁN, José M., « La teoría psicoanalítica de Freud », in Revista de Pedagogía, 2, n° 18 (1923), pp. 201-206 et « El psicoanálisis como método de exploración del inconsciente », in Revista de Pedagogía, 2, n° 21 (1923), pp. 321-326.

39 Carles et al., op. cit., p. 148.

40 GLICK, Thomas, « The Naked Science: Psychoanalysis in Spain, 1914-1948 », op. cit., p. 562.

41 Carles et al., op. cit., p. 128.

42 Gallego Morell, Antonio, « Prólogo », in SÁNCHEZ MEJÍAS, Ignacio, Teatro, Madrid, Ediciones del Centro, 1976, p. 21.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Cécile Druet, « La psychiatrie espagnole et la psychanalyse des années 1910 à la guerre civile : de la presse médicale au discours social », El Argonauta español [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/142 ; DOI : 10.4000/argonauta.142

Haut de page

Auteur

Anne-Cécile Druet

Université Paris-Est Marne-la-Vallée

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org