Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Médecine et presse médicale en Espagne : entre les savoirs et les pouvoirs (XIXe siècle-premier tiers du XXe siècle)

Diffusion des pratiques médicales et stratégies de promotion professionnelle à travers l’exemple de la Revue de l’Union médicale franco-ibéro-américaine (1912-1940)

Isabelle Renaudet

Résumés

Cet article présente l’action de l’Union médicale franco-ibéro-américaine (UMFIA) fondée par deux médecins, l’un français, le Docteur Dartigues, l’autre espagnol, le Docteur Bandelac de Pariente. De 1912, date de sa création, à 1940, date de sa disparition, cette association s’est proposé de favoriser l’échange entre élites médicales latines, notamment entre Français et Espagnols. C’est à travers la revue qu’elle publie à partir de 1925 que ses activités sont analysées. Les objectifs de l’UMFIA (promouvoir la coopération scientifique entre médecins français et espagnols en valorisant le bilinguisme) sont mis en relation avec certaines composantes : identité des membres de la branche ibérique, motivations à l’origine de leur adhésion, rapports de l’UMFIA avec les institutions et les laboratoires de recherche dominants dans l’Espagne de l’époque. Cette confrontation conduit à dresser un bilan nuancé de son œuvre : si l’étude de la Revue de l’UMFIA atteste de la vitalité du dialogue établi entre les deux communautés (reposant sur le principe de l’intercambio científico), son fonctionnement démontre qu’elle a été avant tout une association de notables.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dartigues fut activement secondé à ses débuts par un autre médecin français, le Docteur Gaullieur l (...)
  • 2 L’objectif des fondateurs est de rassembler l’élite scientifique de ce qu’ils nomment le bloc « lat (...)

1En 1912, une association médicale était constituée à Paris dénommée Union médicale franco-ibéro-américaine (UMFIA). Sa paternité revenait à deux médecins, l’un français, le Docteur Louis Dartigues1, l’autre espagnol, le Docteur Alberto Bandelac de Pariente. Ces origines devaient marquer l’UMFIA : bien qu’englobant dans sa sphère d’activité le Portugal et l’ensemble des Etats d’Amérique latine2, l’association conserva toujours un fort ancrage franco-espagnol. L’impact sur sa trajectoire des conflits vécus par ces deux pays suffit à le montrer. La guerre qui éclate en France en 1914 suspend provisoirement le projet de ses fondateurs. La guerre civile qui divise l’Espagne de 1936 à 1939 représente de même un tournant dans son histoire : l’UMFIA entre alors dans un processus de déclin que la mort de Louis Dartigues en 1940 vient entériner. En avril 1940, à la veille de l’invasion de la France par l’armée allemande, l’association disparaît.

2Ces éléments témoignent que l’essor de l’UMFIA s’est fait en deux temps : à la phase initiale, éphémère, correspondant aux deux années qui précèdent la première guerre mondiale succède l’époque de la renaissance, au début des années 1920. Tout au long de cette décennie, son développement fut d’ailleurs tel qu’il incita Dartigues et Bandelac de Pariente à se doter en 1925 d’une revue faisant office d’organe officiel de l’association.

  • 3 Sur ce point, on pourra se référer à LÓPEZ PIÑERO, José María, « Las ciencias médicas en la España (...)
  • 4 Sur ce point, on pourra se référer à LÓPEZ-OCÓN CABRERA, Leoncio, Breve historia de la Ciencia espa (...)

3C’est ce périodique, publié de janvier 1925 à mars-avril 1940, qui fera l’objet de notre analyse. Longtemps considérée comme un foyer de moindre innovation, la péninsule est restée à l’écart de l’intense vie scientifique européenne pendant la plus grande partie du XIXe siècle3. Les avancées que sa médecine enregistre à partir des années 1870-1880 changent toutefois la donne. L’attribution du prix Nobel de médecine au savant aragonais Santiago Ramón y Cajal en 1906 témoigne de ce renouveau débouchant sur une véritable Edad de plata de la science espagnole4. La Revue de l’UMFIA, qui se propose de favoriser l’échange entre médecins français et espagnols, offre donc l’occasion de mettre au jour les modalités de cette relation bilatérale.

4L’analyse de cette publication sera abordée dans une double perspective. La première relève de l’histoire de la presse médicale. En quoi la Revue de l’UMFIA a-t-elle servi le dialogue instauré entre hommes de l’art, des deux côtés de la frontière ? Quelles formes revêt la collaboration mise en œuvre sous ses auspices ? On interrogera également cet organe du point de vue de l’histoire de la circulation des savoirs entre les deux pays. Dans cette optique, quel sens donner à cette coopération médicale franco-espagnole ? Et quels bénéfices en ont retiré chacun des partenaires, notamment les Espagnols ? La réponse à ces questions sera cherchée dans la confrontation entre les objectifs initiaux de ce périodique et les résultats auxquels aboutit son étude.

Origines et objectifs de l’UMFIA

Les fondateurs

  • 5 MOLINERY, Raymond, « Nos biographies. Docteur Louis Dartigues », in Revue de l’UMFIA, n° 28, juin 1 (...)

5Bien qu’originaire par sa famille de Toulouse, c’est à Paris que le Docteur Louis Dartigues (1869-1940) a construit sa prestigieuse carrière. Chirurgien dont l’habileté opératoire est souvent mise en avant, il s’est fait une spécialité des maladies gynécologiques. Ex-chef de clinique gynécologique à la Faculté de médecine de Paris, il a été président de la Société de Médecine ainsi que de la Société des Chirurgiens de Paris5.

  • 6 « En UMFIA. Le docteur Dartigues en Espagne », in Revue de l’UMFIA, n° 33, janvier 1929, p. 56.

6Habitué à exercer des responsabilités, Dartigues est particulièrement bien introduit dans les milieux médicaux de la capitale. La liste du Comité d’honneur de l’UMFIA en 1912 l’atteste : elle comprend, entre autres, le directeur de l’Institut Pasteur, le Docteur Roux, les professeurs de la Faculté de médecine de Paris, Louis Landouzy, alors doyen de l’établissement, Charles Richet, Albert Robin, Fernand Widal, Emmanuel Pozzi, Pierre Marie, Adolphe Pinard, Félix Legueu. L’élément le plus marquant de sa biographie demeure toutefois l’intérêt que Dartigues porte à l’Espagne. Fasciné par le pays de Cervantès et sa culture, il apprend l’espagnol vers 1909-1910, à près de quarante ans. Il fréquente pour cela l’Académie de langues fondée à Paris par Gaya y Busquets, devenant ainsi hispanophone6. Le fait est suffisamment inédit pour être souligné. La communauté médicale française ignore en effet le plus souvent le castillan. Le choix de Dartigues n’en est que plus remarquable : il témoigne de l’importance accordée selon lui à la maîtrise des langues étrangères dans le cadre de la communication scientifique. Il fera en tout cas du bilinguisme l’un des fondements de l’association qu’il crée en compagnie de l’un de ses confrères, le Docteur Alberto Bandelac de Pariente.

  • 7 « Expediente personal –Alberto Bandelac de Pariente », Exp 22 351, P 306, Archivo General del Minis (...)

7L’itinéraire de Bandelac de Pariente a été reconstitué à partir de son dossier de carrière conservé au Ministère espagnol des Affaires Etrangères7. Les informations qu’il contient ont été complétées par les éléments biographiques glanés à la fois dans la Revue de l’UMFIA et dans son dossier d’étudiant de la Faculté de médecine de Paris.

  • 8 « Biographie de l’UMFIA. Le Docteur Alberto Bandelac de Pariente », in Revue de l’UMFIA, n° 21, nov (...)
  • 9 Bandelac de Pariente meurt sans héritiers directs.

8Alberto Bandelac de Pariente del Rey est né le 13 juillet 1875 à Tétouan, au Maroc. Par une des branches de sa famille, les Pariente, il serait lié à une illustre lignée dont le berceau se situe à Llanes, dans les Asturies8. Ses origines le rattachent toutefois principalement à une famille juive d’Afrique du Nord, les Bandelac, patronyme orthographié aussi Bendelac. Les éléments relatifs à sa succession figurant dans son dossier de carrière9 mettent en lumière ses liens de parenté avec la famille Bendelac implantée à Tanger. Parmi ses proches cousins se trouvent Samuel Bendelac Bentata, Haim S. Bendelac Lasry, Isaac H. Bendelac Lasry.

  • 10 « Biographie de l’UMFIA. Le Docteur Alberto Bandelac de Pariente », in Revue de l’UMFIA, n° 21, nov (...)
  • 11 Par la loi du 10 mars 1803 qui réglemente les conditions d’exercice de la médecine en France, deux (...)
  • 12 « Dossier Bandelac de Pariente Alberto », n° 6915, Fonds de l’Académie de Paris, AJ/16, Archives Na (...)

9Fils de Rafael Bandelac de Pariente et de Micaela del Rey, Alberto meurt à Paris le 25 avril 1943. La biographie que lui a consacrée la Revue de l’UMFIA indique qu’à 16 ans (soit en 1891), il a quitté la Linea de la Concepción, dans la province de Cadix, pour étudier à l’étranger, d’abord en Angleterre, puis en France10. Il a été impossible de reconstituer précisément son parcours entre 1891 et 1901. Durant cette décennie, il semble avoir terminé ses études de médecine et commencé à exercer. Selon la Revue de l’UMFIA, entre 1896 et 1902, il aurait été en effet chef de clinique de l’œuvre des tuberculeux pauvres de Paris. Ce qui est certain, c’est qu’au 1er juin 1901, il est officier de santé11. C’est ce qu’indique son dossier d’étudiant conservé à la Faculté de Médecine de Paris12. La profession d’officier de santé ayant été supprimée en 1892, il est possible que Bandelac n’ait eu qu’à compléter en France des études de médecine commencées sans doute en Espagne ; les étudiants étrangers obtenaient en effet quasi systématiquement de l’Académie de Paris la validation des matières acquises dans leur pays d’origine, ce qui leur permettait de finir leur cursus plus rapidement. Dans le cas de Bandelac, il semble qu’il n’ait pu se prévaloir que des trois années de formation permettant d’exercer en tant qu’officier de santé. Quoi qu’il en soit, il reprend ses études en 1901, en s’inscrivant à l’université. Il y soutient en juin 1902 une thèse intitulée Des tares observées chez les mères tuberculeuses et qui fait de lui un médecin à part entière.

  • 13 PULIDO, Angel, Cartas médicas : Viena, Budapest, París, Madrid, Imp. E. Teodoro, 1906, p. 17.

10Son cursus définitivement achevé, Bandelac de Pariente reste en France pour y exercer. Les mémoires d’Angel Pulido13 mentionnent que vers 1903, il travaille à l’Hôpital international, fondation privée dirigée par le Docteur Aubeau. Il serait resté l’assistant d’Aubeau jusqu’en 1905. Selon la Revue de l’UMFIA, il aurait ensuite séjourné de 1906 à 1911 au Maroc, information que nous n’avons pas pu vérifier.

  • 14 Information contenue dans une lettre adressée par Bandelac de Pariente au Consul général d’Espagne (...)
  • 15 Par ordonnance royale du 5 avril 1904. Précisons que cette fonction est honorifique. Elle ne fait p (...)
  • 16 Cet épisode est étudié dans la contribution que José Luis Fresquet Febrer a rédigée pour ce numéro (...)

11En revanche, le début de sa carrière au service des autorités diplomatiques espagnoles suit de peu l’obtention de son doctorat. Dès le 5 septembre 1903, il a été nommé médecin honoraire (médico agregado) du Consulat d’Espagne à Paris14, puis à partir du 5 avril 1904 de l’Ambassade d’Espagne15. Les liens privilégiés de Bandelac de Pariente avec Alphonse XIII ont sans doute été déterminants dans l’attribution de ce poste. Le monarque l’honore en effet de son amitié, au point qu’en 1910 c’est Bandelac qu’il dépêche à Francfort auprès d’Ehrlich pour suivre au plus près les effets de l’expérimentation du salvarsan dans la lutte entreprise contre la syphilis16. On comprend d’ailleurs l’hostilité que suscite ce choix dans les milieux médicaux espagnols, certains d’entre eux considérant Bandelac plus comme un médecin français que comme un des leurs.

  • 17 La réputation de séducteur de Bandelac de Pariente est soulignée à maintes reprises dans les discou (...)
  • 18 Respectivement Ordonnance Royale 26, en date du 7 janvier 1914 et 123 en date du 22 octobre 1925. D (...)

12Bandelac de Pariente vit en fait à l’articulation des deux espaces. Il dispose de réseaux de connaissances solides en Espagne, dont il a su jouer pour consolider sa position sociale. Mais il s’est définitivement implanté en France. Son attachement à ce pays est très fort : il le prouve en s’engageant durant la guerre sous la bannière de la Croix Rouge où il dirige un hôpital auxiliaire, l’hôpital 166. Jusqu’à la fin de sa vie, il reste fidèle en outre à Paris. Sensible aux plaisirs qu’offre la capitale française aux étrangers17, pour peu qu’ils aient les moyens d’en jouir, Bandelac y meurt en 1943 d’un cancer, alors que la ville subit le rationnement alimentaire et est confrontée à la brutalité de l’occupation allemande. Toute sa carrière auprès des autorités consulaires espagnoles se sera déroulée par ailleurs dans l’hexagone ou dans des pays francophones. Le 7 janvier 1914, sa nomination comme médecin honoraire du consulat général d’Espagne à Paris est renouvelée ; à cette fonction s’ajoute en 1925 celle de médecin honoraire de l’Ambassade d’Espagne en Belgique18.

  • 19 Lettre en date du 28 août 1931, Dossier personnel d’Alberto Bandelac de Pariente, Exp 22 351.
  • 20 « Chez les amis de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 130, mars-avril 1939, p. 144.
  • 21 « Porticus », in Revue de l’UMFIA, n° 133, septembre-octobre 1939, pp. 306-307.
  • 22 Cette information figure dans son dossier personnel, Exp 22 351.
  • 23 « Lieutenant-Général Comte de Jordana », in Revue de l’UMFIA, n° 130, mars -avril 1939, p. 144.

13Ses relations privilégiées avec l’Etat espagnol prennent fin toutefois avec l’avènement de la II° République. Ses activités auprès des services diplomatiques cessent en effet le 1er septembre 193119. Cet épisode résulte directement de l’engagement politique de Bandelac de Pariente. Monarchiste convaincu au sens où pour lui l’Espagne ne peut être gouvernée que par un roi tout comme elle ne peut être que catholique, il est attaché à l’ordre. Il se targue de bénéficier de l’amitié du dictateur Primo de Rivera. Au temps de la guerre civile, la neutralité qu’il affiche dans les pages de la Revue de l’UMFIA n’est qu’apparente. Dès la victoire nationaliste, l’organe de l’association laisse éclater ainsi son parti pris. Dans le numéro de mars-avril 1939, « l’arrivée de l’Ambassadeur en France du Généralissime Franco, José de Lequerica » est saluée « très respectueusement »20. En septembre de la même année, on rend hommage à « l’invincible Généralissime Franco, le Caudillo de l’Espagne Nouvelle, qui grâce à son profond patriotisme, sa bravoure et sa grande ténacité a pu abattre la vague de Bolchévisme qui s’était emparée de toute la Péninsule »21. Certes, Bandelac de Pariente n’est pas explicitement l’auteur de ces lignes. Mais qu’il les ait inspirées ne fait aucun doute quand on sait qu’il réintègre ses fonctions auprès du Consulat général d’Espagne le 7 juin 194022. La correspondance conservée dans son dossier au Ministère espagnol des Affaires Etrangères témoigne en outre qu’il est un ami du Comte de Jordana : militaire, membre du Directoire sous Primo de Rivera, Jordana a été un haut dignitaire du régime franquiste. Il a eu en charge la politique extérieure de l’Espagne nationaliste de 1938 à 1939, puis de la dictature entre 1942 et 1944. Or Jordana est membre du Comité d’honneur de l’UMFIA depuis sa fondation23.

14Son réseau de relations fait donc de Bandelac de Pariente un proche des milieux conservateurs espagnols. On aura l’occasion de constater que ses orientations politiques ont pesé dans le recrutement des membres de l’UMFIA. Examinons préalablement les motivations qui l’ont poussé à concevoir ce projet de collaboration franco-ibérique.

Des ambitions françaises…

15La création de l’UMFIA ne revêt pas la même signification selon la nationalité de ses fondateurs. Bien que nous intéressant avant tout à la dimension espagnole de la revue, il semble cependant indispensable d’analyser les raisons qui ont incité le Docteur Dartigues à s’engager dans cette aventure. La participation des Espagnols s’éclaire en effet au miroir des ambitions françaises.

  • 24 GRANJEL, Luis, El libro médico en España (1808-1936), Salamanque, Ediciones del Instituto de la Med (...)
  • 25 BARONA VILAR, Josep Lluis, La doctrina y el laboratorio. Fisiología y experimentación en la socieda (...)
  • 26 On pense au célèbre Pedro Mata (1811-1877) que ses idées libérales obligent à se réfugier à l’étran (...)
  • 27 Mata, pour reprendre son exemple, devient l’un des médecins les plus célèbres de son époque : parti (...)

16Au nord des Pyrénées, l’initiative de la constitution de l’UMFIA vise à reconquérir un terrain qui paraît avoir échappé à la médecine française. Au cours du XIXe siècle, cette dernière a exercé en effet une profonde influence en Espagne. La circulation des savoirs d’un pays à l’autre y a été assurée par le biais des traductions, comme les travaux de Luis Granjel24 et ceux plus récents de Josep Barona25 l’ont montré. L’essor de la presse médicale sous le règne d’Isabelle II a renforcé ce phénomène à travers la publication d’articles issus des périodiques français, très nombreux dans les pages des revues professionnelles espagnoles. La mobilité des individus est venue enfin conforter les positions de la médecine française dans la péninsule : l’exil scientifique ou politique26 conduit une partie des élites médicales espagnoles à fréquenter les bancs de l’université française ou à suivre la formation dispensée dans ses services hospitaliers. Numériquement réduit, ce noyau n’en est pas moins actif compte tenu des fonctions remplies par ces hommes à leur retour chez eux27.

  • 28 RAMÓN Y CAJAL, Santiago, Recuerdos de mi vida, Barcelone, Crítica, 2006, p. 331.

17L’influence de la médecine française en Espagne s’est trouvée pourtant remise en question dès la seconde moitié du XIXe siècle. Sont en cause l’affirmation de la médecine de laboratoire et le prestige acquis en ce domaine par la science allemande. L’augmentation du nombre de livres traduits de l’allemand est significative sur ce point. La part plus importante que se taillent les ouvrages médicaux germaniques sur le marché éditorial espagnol indique non seulement que l’Allemagne est devenue un foyer d’innovation majeur dans la recherche, mais dénote aussi une évolution dans la maîtrise qu’ont les hommes de l’art espagnols de la langue de Goethe. Le rôle joué par l’Allemagne dans le domaine scientifique incite ces derniers à aller directement au savoir en faisant l’apprentissage de cet idiome. Les mémoires de Cajal offrent un témoignage saisissant à cet égard. Le savant aragonais se met à l’allemand et s’abonne aux revues médicales germaniques pour se tenir au courant de l’état d’avancement des connaissances dans le secteur de l’histologie28.

  • 29 On pourra se reporter sur ce point à JEISMANN, Michael, La patrie de l’ennemi : la notion d’ennemi (...)
  • 30 « Commission des étrangers, séance du 23 janvier 1896 », Admission d’étrangers à la Faculté de Méde (...)
  • 31 « Note sur l’admission à la Faculté de Paris des étudiants en médecine poursuivant l’obtention du d (...)

18Cette concurrence scientifique franco-allemande revêt une acuité nouvelle au lendemain de la guerre opposant la France à la Prusse en 1870. Au lendemain du conflit, l’Allemagne incarne plus que jamais l’ennemi national pour son voisin29. Le ressentiment est alimenté par la perte des deux départements alsaciens et d’une partie de la Lorraine annexés par le Reich en 1871. Cette rivalité trouve un écho jusque dans les amphithéâtres des universités françaises. Les instances de la Faculté de médecine de Paris soulignent en effet dans un rapport établi le 23 janvier 1896 que les médecins étrangers venus se former dans la capitale sont moins nombreux que par le passé30. Et une note complémentaire à ce rapport, datée de 1897, conclut : « Nous avons perdu cette clientèle d’étrangers : ils sont allés à Berlin, à Vienne »31.

  • 32 Sont dans ce cas notamment Francisco Cortejarena (1835-1919), Salvador Cardenal (1852- 1927), Ricar (...)
  • 33 Gonzalo Rodríguez Lafora (1886-1971) reçoit une partie de sa formation en psychiatrie et neurologie (...)

19Ce constat s’applique aux médecins espagnols comme aux autres. Dès les années 1870-1880, ces séjours de formation complémentaire s’inscrivent dans leurs pratiques. Ceux d’entre eux qui font le voyage en Allemagne sont de plus en plus nombreux32. L’habitude de franchir le Rhin pour s’y former se renforce avec la création de la Junta para Ampliación de Estudios en 1907. L’octroi de bourses encourage la mobilité. Comme l’historiographie l’a montré, nombre de pensionistas de la Junta appelés à exercer de hautes fonctions sous la II° République ont été formés en Allemagne. Y ont ainsi étudié Gonzalo Rodríguez Lafora, Francisco Tello Muñoz, Pío del Río-Hortega, Rafael Lorente de No, Severo Ochoa33.

  • 34 L’association qu’il crée fera d’ailleurs école, puisque les Allemands tentent eux aussi d’occuper l (...)
  • 35 DARTIGUES, Louis, « L’UMFIA, son origine, son but, son œuvre, son avenir », in Revue de l’UMFIA, n° (...)

20La création de l’UMFIA porte très fortement l’empreinte de cette rivalité politique et scientifique franco-allemande. Son principal fondateur, Louis Dartigues, entend en effet faire de l’association un instrument permettant à la médecine française de reprendre pied en Espagne34. Sa stratégie a consisté pour cela à disqualifier l’Allemagne aux yeux de ses partenaires de la péninsule. Le premier conflit mondial lui en a offert l’occasion et au lendemain de la guerre, les articles publiés par Dartigues dans la Revue de l’UMFIA exploitent largement ce filon. Sous sa plume, la patrie de Goethe est assimilée aux valeurs d’un matérialisme qui dissimule mal sa volonté d’expansion. Comme il l’écrit en 1925 : « A l’ombre des canons et sous la menace invisible des gaz, (l’Allemagne) se disait maîtresse de la civilisation et obscurcissait la conscience du monde en entretenant une méfiance générale favorable à son rêve de domination uniforme »35.

… aux motivations espagnoles

21Cet antigermanisme viscéral fait naître une question : quel écho pouvait-il rencontrer auprès du corps médical de la péninsule ? Ce dernier a-t-il fait sien ce ressentiment s’alimentant à une histoire conflictuelle qui lui restait étrangère ? Et au-delà, quel intérêt les Espagnols ont-il bien pu trouver à adhérer à l’UMFIA ? Les éléments de réponse qui peuvent être apportés à ces interrogations témoignent de la complexité de la situation.

  • 36 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine. Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lép (...)

22La première donnée à prendre en compte concerne la germanophilie d’une partie des médecins espagnols. Admirateurs de la médecine allemande, certains d’entre eux ont tissé des liens personnels avec ce pays où ils ont vécu. Ainsi, quand en 1913, un émissaire français de l’UMFIA, le Docteur Gaullieur l’Hardy, vient assurer la propagande de l’association à Madrid, l’hostilité de ce secteur germanophile est perceptible. Les réactions que provoque le discours de Gaullieur l’Hardy sont significatives. La constitution d’un bloc scientifique latin que l’UMFIA appelle de ses vœux suscite d’abord le scepticisme. Les nations invitées à y participer sont considérées en effet comme en pleine décadence. L’heure est par ailleurs davantage à une ouverture internationale la plus large possible en matière de coopération médicale plutôt qu’à un repli derrière le limes protecteur de la latinité. Au total, le doute plane sur la pureté des intentions des Français : l’UMFIA ne serait-elle pas un instrument au service de leur volonté d’hégémonie ? Ces critiques acerbes trouvent un écho particulièrement fort dans les pages de certaines publications, comme El Siglo médico ou Los progresos de la Clínica que Dartigues identifie dans un de ses ouvrages36 comme le fer de lance de cette opposition à son projet.

  • 37 Les médicos titulares occupent une place centrale dans le système sanitaire espagnol. Engagés par l (...)

23L’opinion du corps médical espagnol face à l’UMFIA ne saurait cependant se réduire à ce secteur frondeur. Loin des hautes sphères où évoluent ces détracteurs, d’autres périodiques plus modestes réservent en effet un accueil favorable à l’initiative de Dartigues et de Bandelac de Pariente. C’est le cas du Boletín de la Asociación de Médicos Titulares. Fondé en 1903 comme organe chargé de défendre les intérêts catégoriels du corps des médecins titulaires37, ce bulletin reflète la position du niveau inférieur de la hiérarchie médicale, celui d’hommes de l’art plus occupés à soigner le peuple que les élites. Or la réaction positive de la rédaction de cette revue à la création de l’UMFIA est à souligner. Son enthousiasme s’exprime en ces termes :

  • 38 « Alianza científica de las razas latinas », in Boletín de la Asociación de Médicos Titulares, n° 1 (...)

« Partidarios acérrimos de todo lo que signifique unión, si predicamos el bloque de los afines, es porque consideramos necesaria a su solidez la compenetración absoluta de intereses y porque siempre podrán individualizarse para prestar su concurso a otras Asociaciones más vastas, y por lo mismo de objetivo menos concreto.
Por ser éste nuestro pensamiento de siempre, no sólo ofrecemos nuestra adhesión incondicional a sus dignos fundadores (de la UMFIA), sino que nos proponemos secundar activamente una obra que consideramos altamente beneficiosa para la ciencia y para los médicos »38.

24Le soutien du Boletín de la Asociación de Médicos Titulares à l’UMFIA relève donc d’une logique de solidarité. Au nom d’un idéal partagé, qui s’incarne dans le mouvement associatif, cet organe souscrit à l’initiative de voir les élites médicales françaises et espagnoles coopérer pour le bien de la science.

Les atouts de l’UMFIA : le bilinguisme

  • 39 « Alianza científica de las razas latinas », in Boletín de la Asociación de Médicos Titulares, n° 1 (...)
  • 40 L’article en question est la transcription du discours du Docteur Ortega Morejón commentant les pre (...)

25Comme d’autres, le Boletín de la Asociación de Médicos Titulares a été par ailleurs sensible à l’un des premiers projets de l’UMFIA présenté par Gaullieur l’Hardy lors des conférences qu’il prononce à Madrid en 1913 : organiser à Paris un Congrès international de médecine, dont les communications se feraient en langue espagnole. Qualifiée « d’idée grandiose »39 par le Boletín de la Asociación de Médicos Titulares, cette initiative a débouché sur la constitution d’un comité d’organisation en Espagne même, dont la première réunion se tient en mars 1913 au Collège des Médecins de Madrid. Les premiers résultats des travaux de ce Comité sont évoqués de la sorte dans un article paru dans la Revista de Ciencias Médicas de Barcelona40 :

  • 41 Ibid.

« Sería uno de los resultados más brillantes de la referida Unión (Unión médica franco-ibero-americana) por la que todo español debe trabajar con entusiasmo (…). No existe ni puede existir ninguna idea de lucro, ni ningún fin industrial en la celebración de un certamen puramente científico, cuyo carácter he de ser exactamente igual al de los demás Congresos internacionales de Medicina y cuya principal aspiración consiste en facilitar el cambio de ideas entre los profesores de Ciencias Médicas españoles y americanos, y los de otros países que posean nuestro idioma »41.

  • 42 C’est ainsi que les membres de l’UMFIA se désignent. On a donc repris cette appellation.
  • 43 Ces langues officielles sont au nombre de trois : espagnol, français, portugais.

26Prévue pour le printemps 1914, cette rencontre ne vit en fait jamais le jour du fait des menaces de guerre pesant alors sur l’Europe. Ce projet n’en reste pas moins significatif de la stratégie mise en œuvre par l’UMFIA pour séduire le partenaire espagnol : faire du castillan une des langues utilisées dans l’échange scientifique. Cette stratégie ne s’est pas limitée à l’idée d’organiser ce congrès. Pour gagner la confiance du corps médical espagnol, Dartigues et Bandelac de Pariente ont déployé en effet tout un dispositif dont la pierre angulaire réside dans la réciprocité de la relation que l’UMFIA souhaite favoriser entre ses membres. Cette réciprocité passe en particulier par le bilinguisme : en principe, tous les umfistes42 sont tenus de parler deux des langues officielles pratiquées par les adhérents43. L’importance accordée au bilinguisme met donc en lumière l’originalité de cette association Désireux de lui donner une dimension internationale, ses fondateurs se sont posé le problème de l’outil de communication devant permettre à leurs confrères de dialoguer des deux côtés des Pyrénées. En même temps, la promotion du castillan en tant que langue de l’échange a constitué une forte motivation en faveur de l’adhésion des Espagnols à l’UMFIA.

Les atouts de l’UMFIA : l’impact de l’hispano-américanisme

  • 44 On renverra sur ce point à ROLLAND (Denis), DELGADO (Lorenzo), GONZÁLEZ (Eduardo), NIÑO (Antonio), (...)
  • 45 Sur l’hispano-américanisme, on pourra se reporter à l’ouvrage de MARCILHACY, David, Raza hispana : (...)
  • 46 Avec la création du Centro de Cultura Hispano-Americana en 1910, puis de la Casa de América en 1911
  • 47 La création en 1921 d’un organisme public chargé de mettre en œuvre cette politique d’expansion cul (...)

27Si l’argument linguistique est un des atouts de l’association, son intérêt pour l’Amérique latine en est un autre. Cet intérêt s’inscrit dans le cadre de politiques relevant de la diplomatie culturelle qui dépassent de loin les ambitions de l’UMFIA. Engageant les Etats, comme l’historiographie l’a montré44, ces politiques d’expansion se rattachent en Espagne au courant de l’hispano-américanisme45. Né à la fin du XIXe siècle, comme en témoigne la constitution en 1885 de l’Unión Iberoamericana, l’hispano-américanisme se développe surtout après le Désastre de 1898. Ce dernier conduit un certain nombre d’intellectuels (dont Rafael Altamira) à revendiquer pour l’Espagne une action internationale plus ambitieuse fondée sur une coopération culturelle avec les ex-colonies d’Amérique latine. Au cours des années 191046 et 192047, le développement de liens privilégiés entre la péninsule et son ancien Empire fait son chemin. Cette coopération se fonde sur le creuset linguistique qui constitue un puissant trait d’union entre l’Espagne et les pays hispanophones du sous-continent américain. L’implantation dans ces Etats de communautés de migrants originaires de la péninsule ibérique est perçue de même comme un gisement à exploiter.

28La version progressiste du discours hispano-américaniste, attachée à l’action d’intellectuels comme Rafael Altamira et Américo Castro, n’épuise pas cependant à elle seule la diversité de ce courant. Le revers de la médaille révèle en effet l’ambiguïté de cette idéologie, qui comporte aussi un versant conservateur. Cet hispano-américanisme conservateur, conçu comme un instrument au service d’un véritable impérialisme espagnol, s’exprime explicitement lors du Congrès Social et Economique Ibéro-Américain qui se tient à Madrid en 1900. Il s’agirait pour l’Espagne de créer une zone d’influence en Amérique latine qui lui permettrait de renouer avec une certaine grandeur sur le plan international. Durant les deux premières décennies du XXe siècle cependant, la monarchie espagnole est impuissante à traduire ce grand dessein dans les faits. L’arrivée au pouvoir de Miguel Primo de Rivera en 1923 change néanmoins la donne. Pour le dictateur, l’Espagne est appelée en effet à prendre la tête d’un bloc constitué par les nations hispaniques. La création en décembre 1926 d’un organisme (la Junta de Relaciones Culturales) chargé de mettre en application ce programme dans le domaine culturel est significative sur ce point, tout comme l’organisation en 1929 de l’Exposition Ibéro-Américaine de Séville.

  • 48 Dans sa version progressiste ou conservatrice.

29Un double constat s’impose donc concernant l’initiative prise par l’UMFIA d’étendre son action en Amérique latine. La référence hispano-américaniste48 qui sous-tend son action constitue en premier lieu une référence familière aux élites de la péninsule. A n’en pas douter, c’est dans ce pan-hispanisme plutôt que dans l’anti-germanisme revendiqué par les Français que les Espagnols auront trouvé une raison d’adhérer à l’UMFIA. Le projet de coopération que l’association poursuit entre communautés de langue espagnole fait sens par ailleurs dans le contexte de l’époque. Il reflète l’intérêt qu’en haut lieu on porte au sous-continent américain pour y établir une zone d’influence à la fois politique et économique. La contribution de l’UMFIA à cette œuvre commune reste toutefois circonscrite au domaine qui est le sien : l’échange scientifique entre médecins des deux rives de l’Atlantique.

La communauté umfiste espagnole : une communauté réduite

  • 49 Son secrétariat général se situe au 81, Rue de la Pompe dans la capitale.
  • 50 Son rédacteur en chef est le Docteur Raymond Molinéry (1876-1946), spécialiste d’hydrologie et dire (...)
  • 51 « Membres de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 2, mars-avril 1925, pp. 93-97.
  • 52 « Ratification de candidatures », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 32.
  • 53 L’UMFIA adopte d’ailleurs alors une autre dénomination, l’Union Médicale latine. L’ancienne appella (...)
  • 54 « Addendum à l’annuaire de 1932 », Supplément de la Revue de l’UMFIA du mois de mars 1934, pp. 18-2 (...)
  • 55 La mise à jour des annuaires se fait souvent avec retard.

30Bien que l’UMFIA revendique haut et fort son identité franco-ibérique, la communauté espagnole en son sein y est réduite. L’ancrage de l’association au nord des Pyrénées est avéré. Les caractéristiques du périodique qu’elle édite le prouvent : publié à Paris49, il est dirigé par une équipe de rédaction française50. Cette prééminence se reflète très nettement dans le nombre d’adhérents : vers 1925, l’association compte environ 2 500 membres. Sur ce total, les Espagnols sont à peine 18251. La faiblesse des effectifs est donc patente. Il convient toutefois de relativiser ce constat, puisqu’à la même époque, l’association ne compte que 12 umfistes portugais. Proportionnellement, le contingent espagnol n’est donc pas négligeable. Au début de l’année 1926, 242 nouvelles inscriptions sont enregistrées dont 41 correspondent à des Espagnols52. S’y ajoutent « deux cents membres (100 médecins et 100 étudiants) que le Docteur Bandelac a fait inscrire lors du récent congrès de Saragosse ». La colonie espagnole dépasse donc les 220 membres à cette date. Au-delà, elle continue de croître. Mais l’élargissement géographique du champ d’action de l’UMFIA (à l’Italie, la Roumanie, la Grèce, le Canada, la Suisse romande) en 1928 nuit à cette progression. Cette extension tend en effet à noyer l’élément ibérique53 parmi les 4 000 adhérents que compte l’association en 1928, les 5 000 des années 1930. Durant cette décennie, la communauté espagnole n’augmente d’ailleurs plus guère. En 1934 ainsi, sur 68 nouveaux adhérents mentionnés dans l’annuaire de l’UMFIA54, seuls 9 sont originaires d’Espagne contre 4 de Belgique, 8 de Grèce, 5 d’Italie, 2 du Portugal, 1 de Roumanie, 2 de Suisse, 21 du Canada, 5 de Haïti, 1 de Saint-Domingue, 3 d’Argentine, 3 du Brésil, 4 d’autres pays d’Amérique latine. En l’absence de données précises55, il est difficile de suivre dans le détail l’évolution du nombre de ressortissants espagnols appartenant à l’UMFIA. Il est probable néanmoins qu’ils n’ont jamais dépassé les 350-400 membres.

31Le noyau espagnol est donc restreint, ce qui fait ressortir les limites du projet initial. Cette présence discrète doit être appréciée cependant à l’aune de la participation des autres nationalités à l’entreprise. Parmi les affiliés non francophones, l’élément espagnol arrive en effet en tête. Le poids relatif de ce dernier est renforcé en outre par les colonies d’umfistes originaires des pays hispanophones de l’Amérique latine. Les représentants hispaniques sont donc largement dominants, si l’on ne considère que la partie étrangère non francophone de l’UMFIA.

32Si l’analyse quantitative des effectifs de l’association conduit à relativiser les ambitions de ses fondateurs d’en faire un pilier de la coopération franco-espagnole, pour autant ont-ils échoué dans leur projet ? Compte tenu de la difficulté du pari à relever, cela n’est pas certain. L’UMFIA a voulu en effet promouvoir un nouveau type d’échange en offrant à la communauté médicale de la péninsule une tribune. Il convient donc d’évaluer les résultats obtenus en tenant compte des obstacles à surmonter pour mettre en place de tels circuits. Il a fallu en effet gagner des partisans à la cause de l’UMFIA au-delà des Pyrénées, faire connaître la revue et son projet, susciter des collaborations.

La Revue de l’UMFIA : un outil au service des relations médicales franco-espagnoles

33La Revue de l’UMFIA n’a pas été une publication ayant permis au corps médical espagnol de diffuser ses travaux. Sa nature l’explique : ce n’est pas un périodique à contenu scientifique, mais l’organe d’une association. Elle ne s’est pas donnée pour fonction de diffuser de nouveaux savoirs, mais de favoriser le contact, la mobilité des élites d’un pays à l’autre. Elle a donc très peu la culture de l’écrit et privilégie au contraire l’action et la parole.

  • 56 GIL CASARES, M., « Estudios sobre la lepra », in Revue de l’UMFIA, n° 1, janvier 1925, pp. 31-33 ; (...)
  • 57 Toutes sont signées de FIGUEROA, Isidro : « Glorias de España. El Doctor Carlos M. Cortezo », in Re (...)
  • 58 C’est le cas d’une série de contributions portant sur la figure de Ramón y Cajal : BANDELAC de PARI (...)
  • 59 FIGUEROA, Isidro, « La sanidad en España. Una conversación con el Profesor Palanca », in Revue de l (...)
  • 60 Le reste des contributions est constitué dans deux cas par des articles reproduits de la presse esp (...)

34Ces caractéristiques expliquent que ce que l’on pourrait appeler sa part espagnole soit, à première vue, très ténue. Le nombre de contributions rédigées en castillan demeure ainsi très marginal. De 1925 à 1940, on compte à peine 24 articles de ce type. Significativement, la plus grande partie de ce corpus n’est pas constituée d’études originales (2 articles seulement dans ce cas56), mais de notices biographiques (5 cas57), d’articles revenant après leur mort sur la carrière d’éminents umfistes58, ou présentant les institutions sanitaires espagnoles (1 cas59) ou abordant des questions diverses relatives à la vie de l’association (7 cas)60. Les échanges médicaux franco-espagnols sont pourtant au centre de la revue. Cette information revêt diverses formes : annonces des séjours à venir ou effectués en France par des hommes de l’art originaires du pays voisin ; comptes rendus desdits séjours ; discours prononcés à l’occasion de ces voyages et reproduits dans la publication.

La mobilité des élites médicales comme programme

  • 61 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine, Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lép (...)

35L’intérêt de la Revue de l’UMFIA réside en cela : son étude permet d’approcher les formes de la mobilité scientifique dont l’association a fait son programme. Dès avant la guerre, elle a mis au point la formule qui fera son succès : l’excursion scientifique. Organisées autour d’un groupe d’universitaires, accompagnés le plus souvent de quelques-uns de leurs étudiants, ces délégations visitent les grandes institutions médicales et hospitalières. Elles assistent également à des séances opératoires. Une expédition de ce type conduite par le Docteur Andrés Coca est mise sur pied ainsi en 1914. Ses participants viennent des facultés de Madrid, Séville, Grenade, Saint-Jacques de Compostelle. Le groupe que Coca pilote se rend à Paris, visite l’Académie de Médecine sous les auspices du Docteur Gaullieur l’Hardy, alors membre actif de l’UMFIA. La petite colonie y rencontre les professeurs Landouzy, doyen de la Faculté de médecine de Paris, ainsi que Robin, Widal, Vincent. Le Docteur Mazeran, secrétaire adjoint de l’UMFIA, conduit de son côté ses confrères espagnols à la Faculté de médecine « où les Docteurs Langlois et Rouvière les reçoivent dans leurs laboratoires ». Dartigues les prend également en charge, leur faisant faire le tour des services hospitaliers où il a ses entrées : service de gynécologie du professeur Pozzi (que le groupe voit opérer) et du professeur Bar, service d’urologie du professeur Legueu61.

  • 62 DARTIGUES, Louis, « Les médecins de Catalogne et de Valence », in La presse médicale, n° 17, 24 mar (...)

36Après la guerre, ces expériences se systématisent. En 1919, l’UMFIA accueille ainsi de nouveau une délégation de médecins venus de Catalogne et de Valence en voyage d’études à Paris pour visiter hôpitaux et universités62. Trois des personnalités les plus éminentes de l’expédition, les Docteurs Martínez Vargas et Freixas de Barcelone, le Docteur Juan Peset de Valence, sont invitées à cette occasion à donner une conférence dans le grand amphithéâtre de la Faculté de médecine de la capitale. Andrés Martínez Vargas dirige cette délégation en tant que membre de l’UMFIA, à laquelle il a adhéré avant le conflit. Dartigues est chargé quant à lui de « guider l’excursion » dans la ville en compagnie des Docteurs Edmond Widal et Haret.

Les formes de l’échange

  • 63 « La vie de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 1, janvier-février 1925, p. 34.

37La publication de la revue de l’association à partir de 1925 permet d’identifier précisément les formes de ces échanges. Un premier type correspond à des séjours plus ou moins longs, d’au moins un mois, mais qui peuvent courir sur des périodes plus longues. Ils s’adressent surtout à des étudiants, même si des médecins patentés peuvent aussi en profiter. Des bourses d’études destinées à financer leurs départs ont été créées à cette fin par Dartigues, mais aussi par les professeurs Pauchet, Cathelin, Voronoff, Bandelac de Pariente, ainsi que par le professeur Lozano de l’université de Saragosse. En 1925, les titulaires espagnols de la bourse d’études fondée par Bandelac de Pariente et Lozano réalisent un séjour en France. Tous deux sont des élèves de Ramón y Cajal et sont accueillis respectivement au Collège de France et à l’Institut Pasteur63.

  • 64 « La réunion plénière de l’UMFIA , 6 novembre 1926 », in Revue de l’UMFIA, n° 13, janvier 1927, pp. (...)
  • 65 Les différentes visites énumérées ici sont évoquées dans « Participation de l’UMFIA aux diverses ma (...)

38Le plus souvent toutefois, les séjours effectués dans le pays partenaire prennent place dans ce que l’association appelle l’intercambio científico. Nombreux sont les exemples de ces voyages en France au début des années 1920. En avril 1922, le Docteur Lozano, professeur de chirurgie à la Faculté de médecine de Saragosse, exécute ainsi plusieurs opérations dans des hôpitaux parisiens, notamment dans le service du professeur Mouchet, membre de l’UMFIA. En mai 1924, le professeur Martínez Vargas de Barcelone et le professeur Suñer de Madrid sont reçus dans le service du professeur Nobécourt, à l’hôpital des Enfants Malades où ils font une conférence sur les maladies infantiles. Le même mois, le professeur Recasens est accueilli à Paris à la clinique Tarnier, dans le service du professeur Brindeau, où il présente un film sur la physiologie de la gestation dont les sous-titres sont en espagnol64. En avril 1925 enfin, c’est au tour du Docteur Arquellada de franchir les Pyrénées. Eminent pédiatre madrilène, par ailleurs membre de l’UMFIA, Arquellada se rend alors en France à l’invitation de la Société des Chirurgiens de Paris. Dans la capitale, il procède à l’initiative du Docteur Mouchet à une séance opératoire qui porte sur les techniques opératoires du spina bifida65.

39Cet exemple témoigne que ces missions ne relèvent pas toujours de la seule responsabilité de l’association, pour des raisons de coût évidentes. Ce sont les universités qui le plus souvent prennent en charge les frais liés à ces déplacements et sont à l’origine de ces invitations. Mais l’UMFIA n’en est pas moins engagée dans ces échanges, ne serait-ce que parce que le réseau des universitaires qui les organisent recoupe le réseau umfiste. Côté français, les initiatives émanent en effet de la Faculté de médecine de Paris dont le doyen de 1917 à 1929, le professeur Henri Roger, est membre de l’UMFIA. Les universités de Montpellier et de Toulouse (dont les doyens respectifs, le professeur Euzières et le professeur Abelous, sont eux aussi membres de l’association) sont également très actives. Côté espagnol, Madrid, Barcelone, Saragosse sont les pôles de ces relations médicales, pour les mêmes raisons : les professeurs Recasens, Martínez Vargas, Lozano qui dirigent les facultés de médecine de ces villes ou en sont des piliers sont des umfistes de premier plan. Le soutien apporté par les établissements universitaires à la politique de l’UMFIA a donc été décisif.

  • 66 « UMFIA España », in Revue de l’UMFIA, n° 39, juillet-août 1929, pp. 522-525.
  • 67 « Participation de l’UMFIA aux diverses manifestations médicales franco-ibéro-américaines », in Rev (...)

40Quelle que soit l’institution qui les finances, ces missions d’une courte durée sont destinées à croiser les expériences, à confronter savoirs et techniques. Elles prennent globalement deux formes. La première correspond à des voyages individuels. En mai 1929, le Docteur García Vicente, chef de service en laryngologie à l’Institut antituberculeux de Madrid, vient ainsi prononcer une conférence à l’hôpital Lariboisière portant sur le lavage pulmonaire. Lancée à l’initiative de Bandelac de Pariente et placée sous les auspices de l’UMFIA, cette invitation permet à la revue de rappeler le rôle central qu’elle joue dans ce type d’échanges scientifiques66. Les missions réalisées par les Espagnols sont également collectives. En juillet 1924, une délégation représentant le « gouvernement du Roi » est ainsi invitée aux Journées Médicales de Toulouse par l’intermédiaire du doyen de l’université, le Docteur Abelous, professeur de physiologie67. Martínez Vargas, les professeurs Aguilar, Calatayud, Mariscal, tous membres de l’association, sont de la partie. La filiale toulousaine de l’UMFIA, dont le secrétaire général est le Docteur Daléas, est très active à cette occasion. Comme le compte rendu paru dans la revue l’indique, durant ces rencontres « un amphithéâtre de la faculté avait été mis à la disposition des réunions » des umfistes français et espagnols.On apprend en outre que le « Docteur Bandelac de Pariente a offert personnellement un grand déjeuner à toutes les notabilités de cette belle manifestation ». Les liens étroits entre le monde universitaire et l’UMFIA sont rendus ici patents, de même que la fonction essentielle remplie par Bandelac de Pariente dans cette mise en contact des deux communautés médicales.

  • 68 « La réunion plénière de l’UMFIA, 6 novembre 1926 », in Revue de l’UMFIA, n° 13, janvier 1927, p. 1 (...)
  • 69 « La visite à Montpellier des médecins et des autorités de Barcelone », in Revue de l’UMFIA, n° 52, (...)

41Les relations sont de même intenses entre médecins espagnols et montpelliérains. En 1926, une délégation venue de la péninsule assiste aux Journées Médicales de Montpellier. Le doyen de la Faculté de médecine de Barcelone, le professeur Saforcada en fait partie, ainsi que les Docteurs Horno de Saragosse, Mariscal, Coca et Turo68. En 1930, une nouvelle « caravane médicale », provenant cette fois-ci exclusivement de Catalogne, se rend dans la capitale languedocienne69. Conduite par le doyen de la faculté de médecine, Angel Ferrer y Cagigal, elle comprend quelques-uns des plus illustres professeurs de cet établissement (Pi Suñer, Soria, Bellido, Trias, Peyri Rocamora, Nubola, Perpiña, Subiraña, Carulla Riera, Saforcada) et un certain nombre de médecins exerçant dans la cité comtale ou dans les provinces catalanes, les docteurs Turro, Girona, Vintro, Gomez, Santina, Danes.

L’organisation des échanges : de l’implication financière des universités à celle des laboratoires pharmaceutiques

42L’organisation des missions fait également apparaître le rôle des laboratoires pharmaceutiques dans cette politique d’échanges. Leur implication est d’autant plus importante qu’ils financent largement les déplacements des umfistes de part et d’autre de la frontière. En mars 1932 ainsi, un groupe de 54 étudiants originaires des universités de Barcelone, Valence, Séville et Cadix réalisent un voyage en France. Inscrits en sixième année d’étude, ces futurs médecins sont placés sous l’autorité d’un certain nombre d’enseignants de la Faculté de médecine de Barcelone : Ferrer Cagigal, professeur d’histologie et d’anatomo-pathologie, et ex-doyen de cet établissement ; Salvat Navarro, professeur d’hygiène, Homedes Cortiella, professeur auxiliaire de la chaire de pathologie. Le docteur Pina Fuster de l’Hôpital clinique de Barcelone fait partie également des accompagnateurs. Ce séjour à Paris a été pris en charge par les laboratoires Astier, Comar et Clin. Le programme de cette délégation comprend d’ailleurs la visite de ces établissements. La Revue de l’UMFIA nous apprend en effet que :

  • 70 MOLINERY (Raymond), DAUSSET (Henri), « L’UMFIA et les étudiants espagnols (1912-1932) », in Revue d (...)

« Les étudiants ont visité les principaux hôpitaux, la Faculté, plusieurs institutions et organisations, en particulier le service d’hygiène de la Ville de Paris, les laboratoires Astier, Comar et Clin, Heudebert, Pautauberge, Byla, Famel, Debat, Midy et la Société d’Evian »70.

  • 71 MOLINERY (Raymond), DAUSSET (Henri), « L’UMFIA et les étudiants espagnols (1912-1932) », in Revue d (...)
  • 72 MOLINERY (Raymond), DAUSSET (Henri), « L’UMFIA et les étudiants espagnols (1912-1932) », in Revue d (...)

43Le compte rendu consacré aux activités du groupe témoigne de leur diversité. La colonie espagnole assiste successivement « à une séance opératoire, à une conférence et à une démonstration cinématographique » faites par le professeur J-L Faure »71 ; puis découvre « la technique de fabrication des corps colloïdaux dans laquelle MM Clin et Comar se sont spécialisés » dans leurs laboratoires de Massy-Palaiseau ; visite l’hôpital de la Charité où de déroule « une conférence sur la nécessité des études cliniques » faite par le professeur Sergent ; l’Institut Pasteur enfin lui ouvre ses portes : laboratoire, bibliothèque, services techniques et même la chapelle sont explorés. Ceux dont la curiosité n’aurait pas été rassasiée ont même droit à assister le lendemain « à une séance opératoire » supplémentaire à l’hôpital Saint-Michel, faite par le Docteur Pauchet, l’un des « maîtres de la gastro-entérologie chirurgicale »72. Notons enfin que la dimension scientifique et professionnelle de ces voyages se prolonge de façon classique par des activités plus récréatives, voire festives. Les plaisirs de la table sont ainsi convoqués pour célébrer l’amitié franco-espagnole. Le professeur Ferrer y trouve l’occasion de rendre un hommage appuyé à l’action de l’UMFIA en ces termes :

  • 73 MOLINERY (Raymond), DAUSSET (Henri), « L’UMFIA et les étudiants espagnols (1912-1932) », in Revue d (...)

« Nosotros los Españoles, somos ante todo sus amigos ; llegar a París y ser acogidos por una entidad de la importancia de la sociedad UMFIA, que ha servido para unir todos los pueblos de la raza latina, constituye para nosotros, amigos, una marca de simpatía, algo que es vincular al espíritu y es asi que se desenvuelve la amistad entre los pueblos, desaparecen las fronteras y todo se allana delante en vuelo del espíritu humano »73.

  • 74 « Les pages de la jeune UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 74, février 1933, pp. 120-123.
  • 75 ROULE, Suzanne, « Voyage des étudiants de la Faculté de médecine de Barcelone (mars 1933) », in Rev (...)

44Des voyages de ce type sont organisés par la suite. En décembre 1932, 120 étudiants venus de Madrid et de Valence réalisent une mission d’étude similaire74. De nouveau, c’est sous le patronage des laboratoires Astier que ce séjour est placé. Les activités au programme varient peu : visite de la Faculté de médecine de Paris, de l’Institut Pasteur, de certains centres hospitaliers (en l’occurrence l’hôpital Saint-Louis), alternant avec des moments de pure sociabilité. En décembre 1932, deux sites supplémentaires sont compris dans le circuit de ce tourisme scientifique : le premier se rattache à l’hygiène urbaine (il s’agit de l’usine et du bassin filtrant des eaux potables de Saint-Maur à Joinville le Pont) ; le second correspond à l’Institut Prophylactique de la rue d’Assas. Les locaux du Monde médical sont également à l’honneur. Institut bibliographique créé en 1927 par le Docteur Astier, des laboratoires du même nom, cet organisme a pour objectif de centraliser l’information médicale et de la mettre à la disposition des professionnels du monde de la santé qui pourraient en avoir besoin. Le travail de documentation réalisé par Le Monde médical a permis ainsi de rédiger « deux millions de fiches, 30 000 dossiers, (de rassembler) 1000 revues, 2 000 volumes de nouveautés » et de répondre à près de 110 000 questions en l’espace de six ans75.

  • 76 Dartigues et Raymond Molinéry furent sollicités d’ailleurs dès les débuts de l’ADRM pour faire part (...)
  • 77 ROULE, Suzanne, « Voyage des étudiants de la Faculté de médecine de Barcelone (mars 1933) », in Rev (...)
  • 78 ROULE, Suzanne, « Voyage des étudiants de la Faculté de médecine de Barcelone (mars 1933) », in Rev (...)

45En mars 1933, une nouvelle délégation estudiantine en provenance de Barcelone est reçue à Paris à l’instigation des laboratoires Astier et de l’Association pour le Développement des Relations Médicales (l’ADRM). Née au lendemain de la première guerre mondiale, à l’initiative du Docteur Dehelly, du Havre, l’ADRM partage avec l’UMFIA un certain nombre d’objectifs communs76, puisqu’elle se propose de « faciliter l’accès de la Faculté, aux Laboratoires et aux Hôpitaux à tous les étudiants étrangers qui désirent poursuivre leurs études et leurs recherches en France »77. Contrairement à l’UMFIA toutefois, l’ADRM (dont le titre complet est l’Association pour le Développement des Relations Médicales entre les pays alliés et amis) n’a pas réduit géographiquement son champ d’action aux peuples de langue et de culture latines. Les visites proposées aux Barcelonais conduits par Salvat Navarro et Vilardell reprennent les itinéraires habituels. L’accent est mis toutefois sur la modernité des installations explorées : service d’électro-radiologie du Docteur Belot à l’hôpital Saint-Louis ; services de bactériologie de l’Institut Pasteur et installations du B.C.G « qui répandent dans le monde entier les bienfaits de la vaccination antituberculeuse »78. Plus classiquement, le groupe parcourt également les galeries du Musée de l’Hôpital Saint-Louis renfermant plus de 3 000 moulages qui concernent surtout la dermatologie, et le musée d’anatomie de l’Ecole du service de Santé Militaire. De nouveau enfin, les services de documentation du Monde Médical font partie de ce tour scientifique organisé dans la capitale française.

46Plusieurs éléments ressortent de l’étude de ces relations médicales franco-espagnoles analysées à travers la Revue de l’UMFIA. Cette association a réellement tenté de faciliter les échanges entre les hommes de l’art des deux pays. Les séjours qu’elle a organisés dans ce but ont débouché soit sur une véritable formation (grâce aux bourses octroyées aux étudiants), soit se sont inscrits dans un registre plus nouveau, relevant d’une sorte de tourisme scientifique. Le programme de l’UMFIA fondé sur la mobilité des élites a abouti à la multiplication des contacts entre médecins espagnols et français entre 1919 et le milieu des années 1930. Durant cette période, on assiste à une intensification dans la circulation des savoirs et des pratiques de part et d’autre des Pyrénées. Si on a mis en effet uniquement l’accent sur les flux qui s’opèrent de l’Espagne vers la France, le courant inverse existe pourtant bel et bien. L’action de l’UMFIA a été en fait remarquable en deux domaines : elle a permis aux Français de mieux connaître la médecine espagnole et de porter un regard moins dépréciatif sur celle-ci ; elle a fait sortir les Espagnols du rôle passif qu’ils occupaient face à la France depuis le XIXe siècle. Ceux-ci en effet venaient autrefois dans ce pays en quête d’une formation. Durant l’entre-deux guerres, ils y séjournent pour diffuser leurs savoirs et leur expérience. Conférences, séances opératoires, communications à l’aide d’outils pédagogiques modernes (le film médical notamment) témoignent de ce nouveau statut octroyé au partenaire espagnol dont les Français apprennent désormais autant qu’ils lui apportent.

  • 79 « Réception des médecins barcelonais au cours de leur voyage à Paris », in Revue de l’UMFIA, n° 92, (...)

47L’intensité des échanges favorisés par l’UMFIA décroît cependant au-delà de 1933. En novembre 1934, la revue mentionne encore la présence d’une délégation de médecins barcelonais pilotés par Luis Usua, en visite à Paris79. Mais c’est la dernière référence à un échange de ce type. La dernière partie des années 1930 est en fait moins favorable à ces excusions scientifiques. L’éclatement de la guerre civile en juillet 1936 est bien évidemment en cause. Mais d’autres facteurs ont joué aussi, qui tiennent au réseau de relations tissées en Espagne par Bandelac de Pariente. Cette remarque nous conduit à nous interroger sur la portée de l’action de l’UMFIA. Le bilan que l’on peut en tirer est-il aussi positif que les lignes qui précèdent le laissent entendre ? Cette association a-t-elle réellement contribué au progrès scientifique ou a-t-elle servi avant tout la carrière de ses membres ?

L’UMFIA, au cœur des stratégies professionnelles

48L’UMFIA a indéniablement servi les intérêts de la médecine française. La sympathie que Dartigues éprouve à l’égard de l’Espagne est certes fondée sur des liens d’amitié profonds avec sa communauté médicale et sur une affinité réelle avec la langue et la culture castillanes. Des motivations plus prosaïques sont toutefois décelables dans son projet de coopération scientifique. Il ne s’en cache guère d’ailleurs, quand il écrit que son objectif est :

  • 80 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine, Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lép (...)

« De nous incorporer (à la presse espagnole), de vivre dans sa promiscuité et de la prendre comme vectrice la meilleure et la plus acceptée par le public espagnol, de nos recherches, de nos travaux français (…). Il y a quinze journaux qui comptent vraiment, détiennent la clientèle des médecins espagnols et peuvent nous permettre d’accéder à cette clientèle praticienne, si nous obtenons notre entrée dans cette presse choisie et si nous y avons pouvoir de collaboration »80.

  • 81 En 1928, les laboratoires Astier ouvrent ainsi un crédit de 5 000 frs à l’UMFIA pour l’édition de s (...)

49Ce programme visant à infiltrer le marché médical espagnol, par le biais de sa presse, est relayé par la politique de soutien actif apportée à l’UMFIA par les laboratoires pharmaceutiques. Ceux-ci se comportent en mécènes vis-à-vis de l’association : elle reçoit non seulement d’eux des gratifications81, mais peut compter aussi sur leur participation financière dans l’organisation des voyages à destination de la France.

50L’Union médicale franco-ibéro-américaine est donc autant, sinon plus, un instrument au service de stratégies commerciales et professionnelles qu’un véritable vecteur de l’échange scientifique. Sa pérennité s’explique en partie ainsi : elle est utile à la carrière de ses membres. Les umfistes espagnols l’ont compris d’ailleurs et leur adhésion doit être interprétée aussi à l’aune des avantages qu’ils en retirent.

Devenir umfiste en Espagne : les réseaux mobilisés

  • 82 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine. Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lép (...)

51Bandelac de Pariente a mobilisé deux types de réseaux dans son pays d’origine pour recruter de nouveaux membres. Le premier met en jeu la presse médicale. Dès sa création, l’UMFIA a bénéficié du soutien de la revue España Médica, fondée en 1911. Son directeur et propriétaire, le Docteur Eleizegui, par ailleurs rédacteur du Heraldo de Madrid, a pris l’initiative au début des années 1910 d’organiser des voyages scientifiques dont l’objectif est de tenir les participants au courant des avancées réalisées dans le domaine de la médecine et de la chirurgie. Par l’intermédiaire de Bandelac, Eleizegui est entré en contact avec l’UMFIA qui partage ses conceptions en matière d’échanges. Les premiers séjours de médecins espagnols, impulsés par España Médica et placés sous les auspices de l’Union médicale franco-ibéro-américaine, ont été initiés ainsi avant la guerre. On a parlé plus haut de la délégation qui visite Paris en 1914 sous la direction de Coca, professeur d’anatomie pathologique au laboratoire municipal de Madrid et par ailleurs secrétaire de España Médica82.

  • 83 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine. Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lép (...)

52Au temps de son expansion, durant l’entre-deux guerres, l’UMFIA peut compter également sur des alliés précieux, proches de Bandelac de Pariente et de Dartigues. Parmi eux, le Docteur Nuñez Grimaldos, directeur de Los Progresos de la Clínica et de Plus Ultra. Sous la plume de Louis Dartigues, Nuñez Grimaldos est présenté comme un francophile émérite qui aurait fait un effort remarquable durant l’entre-deux guerres « en faveur du monde médical et des produits français » au détriment de l’Allemagne83.

  • 84 HORNO, Ricardo, « Bibliografía- Causeries chirurgicales por L. Dartigues », in Clínica y Laboratori (...)

53Le Docteur Ricardo Horno fait partie également du cercle des intimes des deux fondateurs de l’UMFIA. Gynécologue, professeur à la Faculté de médecine de Saragosse, il fonde en 1923 la revue Clínica y Laboratorio publiée jusqu’en juillet 1936. Cette publication se fait régulièrement l’écho des activités de l’UMFIA. En mai 1924, Horno souligne ainsi « la gratitud que como españoles, debemos al presidente de la UMFIA »84. En janvier 1925, la rédaction présente les objectifs de l’association en ces termes :

  • 85 « Nuestras relaciones médicas franco-extranjeras . La UMFIA », in Clínica y Laboratorio, n° 1, janv (...)

« Dos años antes de la guerra, en 1912, esta asociación (…) desarrolló la primera la necesidad de practicar el cambio de nuestras ideas médicas por el cambio de hombres los más calificados para ello. Esta proposición respondía con tanta fuerza a una necesidad que la UMFIA pronto contaba 1500 miembros repartidos en los 27 estados de lengua francesa, española y portugues. Viajes, misiones, recepciones y becas fueron efectuados (…). La UMFIA coopera de la manera más feliz y más eficaz a las buenas relaciones con el mundo médico de la península ibérica y del continente americano del Sur y del centro »85.

  • 86 DELMAS, Paul, « A propósito del parto indoloro », in Clínica y Laboratorio, n° 7, juillet 1924, pp. (...)
  • 87 DELMAS, Paul, « De la terapeútica intra-uterina en la infección puerperal », in Clínica y Laborator (...)
  • 88 DARTIGUES, Louis, « Puntos de referencia de los pezones con relación al torax en cirugía plástica m (...)
  • 89 « Cancer de l’utérus por J-L Faure », in Clínica y Laboratorio, n° 10, octobre 1924, pp. 362-363 ; (...)

54Ce bilan élogieux contribue à assurer la publicité de l’UMFIA. La revue Clínica y Laboratorio diffuse également toute une série d’informations relatives aux travaux de certains umfistes français. Elle leur donne l’occasion de s’exprimer directement dans ses pages, comme pour Paul Delmas, professeur à l’université de Montpellier, qui signe deux articles en 192486 et 192587 ou pour Louis Dartigues88. Ce périodique rend compte aussi abondamment de la parution des ouvrages de Jean-Louis Faure, Emile Forgue, Victor Pauchet, tous membres de l’UMFIA89.

  • 90 Comme les mémoires de ce dernier l’attestent : PULIDO, Ángel, Recuerdos de un médico, Madrid, Imp. (...)
  • 91 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine. Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lép (...)

55Outre la presse médicale, les réseaux personnels dont Bandelac de Pariente dispose ont été activés pour faire connaître l’action de l’UMFIA en Espagne. Proche d’Angel Pulido Martín90, Bandelac de Pariente le mobilise ainsi au moment de la création de l’association en 1912. D’après Dartigues, les Pulido, père et fils, sont présents à Paris lors de cette réunion. Pulido Fernández, alors sénateur, aurait mis Dartigues et Bandelac de Pariente en relation « avec les grands hommes d’Etat d’Espagne, obtenant leur promesse formelle d’appui pour nos groupements de l’UMFIA »91.

  • 92 Signalons que Bandelac de Pariente est membre correspondant de l’Académie de Médecine de Madrid.
  • 93 « Félicitations au général Martínez Anido », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 40
  • 94 « Ratification de candidatures », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 32.
  • 95 « Félicitations au général Martínez Anido », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 40

56Au-delà de ce soutien actif, les filières qui sont sollicitées et alimentent les rangs espagnols de l’association sont globalement au nombre de trois. L’Académie Nationale de Médecine est l’une d’entre elles92. Au début des années 1920, l’UMFIA compte dans son comité d’honneur son président en personne, Carlos M. Cortezo, de même que certains de ses membres dont Luis Ortega Morejón et Antonio Espina y Capo. Le milieu universitaire fournit également son lot de célébrités. Adhèrent ainsi à l’association et figurent dans son Comité d’honneur Ricardo Royo Villanova (1868-1943), recteur de l’Université de Saragosse de 1913 à 1928 ; José Rodríguez Carracido, doyen de la Faculté de Pharmacie de Madrid de 1908 à 1916 et recteur de l’Université de Madrid de 1916 à 1928 ; Sebastián Recasens, doyen de la Faculté de Médecine de Madrid, Gomez Ferrer, ex-doyen de la Faculté de Médecine de Valence. D’autres umfistes notoires accèderont après leur adhésion à l’UMFIA à de semblables fonctions : ainsi d’Andrés Martínez Vargas, recteur de l’Université de Barcelone de 1919 à 1927, ou Ricardo Lozano, doyen de la Faculté de Médecine de Saragosse de 1928 à 1932. Le corps des médecins du Service de Santé de l’Armée est enfin un des pourvoyeurs de l’association. Le rôle personnel de Bandelac de Pariente a été décisif en ce domaine. Sa proximité avec le régime de Miguel Primo de Rivera a joué en ce sens. L’UMFIA bénéficie ainsi du soutien du vice-président du Directoire militaire, le général Martínez Anido93. En 1926, ces liens portent leurs fruits. Bandelac de Pariente obtient la création d’une filiale militaire de l’UMFIA constituée sous le patronage des Docteurs Maisterra et Bertholoty et comprenant les Docteurs Palanca, Mas Farré, García Sierra, Heliodoro del Castillo, Diego Segura94. Dans le même numéro, la rédaction fait référence à ceux qui dans l’Armée contribuent « à exalter l’œuvre » de l’Union médicale franco-ibéro-américaine « pour le bien de nos deux pays » : les Docteurs Decref, Palanca, Bertholoty, Julio Ortega95.

L’UMFIA, une association de notables

57Ces noms témoignent que l’UMFIA apparaît avant tout comme une association de notables. Il convient en fait de distinguer deux noyaux. Le premier correspond au comité d’honneur. Ce comité rassemble quelques-unes des grandes figures du monde médical de l’époque : Santiago Ramón y Cajal en personne, mais aussi Jaime Ferrán, Carlos M. Cortezo, Ricardo Botey, José Carracido, Leopoldo López García, Ángel Pulido Fernández, Leopoldo de la Peña, Antonio Espina y Capo. La présence de ces hommes confère son prestige à l’association. Mais ces sommités s’y impliquent très peu. Leur fonction est de servir de caution à l’UMFIA, de l’inscrire dans une généalogie glorieuse. La plupart d’entre eux sont par ailleurs âgés et meurent avant que la revue ne disparaisse : 1928 pour Carracido et Botey, 1929 pour Ferrán, 1932 pour López García et Pulido Fernández, 1934 pour Ramón y Cajal…

58Ce premier noyau constitue donc plus une vitrine que le cœur de l’association. Celui-ci est composé d’hommes, souvent plus jeunes, devenus umfistes du fait des liens professionnels ou amicaux qui les unissent à Bandelac de Pariente ou Dartigues. Ces piliers de l’UMFIA sont peu nombreux (Martínez Vargas, Mariscal, Lozano, Horno, Recasens) mais l’ont alimentée. Ils ont mobilisé à cet effet le réseau des collègues et des amis proches, mais aussi une filière clientéliste due aux fonctions de direction qu’ils occupent au sein de l’université.

  • 96 « Addendum à l’annuaire de 1932. Supplément et Rectifications », in Revue de l’UMFIA, n° 85, mars 1 (...)
  • 97 L’un de ces umfistes réside à Barcelone, l’autre à Saragosse. Un seul des umfistes de la liste est (...)

59L’annuaire des membres de l’UMFIA permet d’affiner notre connaissance du profil des umfistes espagnols. Mis à jour à plusieurs reprises entre 1932 et 1936, il fait ressortir une implantation très sélective des adhérents dans l’espace. L’association recrute dans quelques grandes villes : Madrid, Barcelone, Valence, Saragosse et dans une moindre mesure Séville. En 193296, sur les 10 noms mentionnés au titre des rectifications, 4 correspondent à des médecins madrilènes, 3 à des médecins barcelonais, 2 à des médecins valenciens, 1 à un médecin sévillan. Tous appartiennent à l’élite du corps. Les Madrilènes sont tous des professeurs d’université en exercice : Jesús Bartolomé Iraeta, Alfonso de la Peña, Sánchez Covisa, ce dernier étant doyen de la Faculté de médecine de la capitale. L’un d’entre eux est un Vénézuélien résidant à Madrid : il s’agit de Rafael Pino-Pou, qui dans son pays d’origine a été vice-recteur de l’Université centrale. Les deux Valenciens (Rafael Campos Fillol, Juan López Ibor) occupent également des fonctions à l’université, tout comme l’umfiste sévillan (J . Andreu Urra). Seuls les Barcelonais échappent à la règle. Citons parmi eux, Domingo Durán Arrom, président de l’Institut de Médecine Pratique. Les professions des autres97 les rattachent cependant au monde des spécialités : l’un est cardiologue, l’autre urologue. L’une des conséquences de la prééminence de l’élément universitaire dans les rangs de l’UMFIA espagnole est qu’il entraîne avec lui l’adhésion de nombreux étudiants : en 1932, 29 étudiants de la Faculté de médecine de Madrid sont dans ce cas, 26 pour la Faculté de Séville, 34 pour celle de Valence.

  • 98 « Liste des nouveaux membres et rectifications », in Revue de l’UMFIA, n° 93, janvier 1935, pp. 3-5 (...)

60En 1935, le poids des nouveaux adhérents implantés à Barcelone et à Valence s’est encore renforcé. Sur 47 noms mentionnés dans la liste correspondante98, 17 médecins exercent à Barcelone, 18 à Valence, 3 à Madrid. A ce contingent s’ajoutent 2 umfistes exerçant à Lérida, 1 dans la province de Gérone, 3 exerçant dans la province de Barcelone (à Sant Père de Ribes, près de Sitges). Les 3 derniers vivent enfin dans des capitales de province ou dans les villes de l’Espagne insulaire respectivement à Castellón, à Mahón aux Baléares et à Palma de Mallorca.

  • 99 « Liste des nouveaux membres et Rectifications », in La Revue de l’UMFIA, n° 108, juin 1936, pp. 11 (...)

61En 193699, le phénomène déjà constaté se confirme : les membres de l’UMFIA vivent dans des villes commandant la hiérarchie urbaine. Sur 16 noms indiqués, 13 exercent à Madrid, 1 à Barcelone, 1 dans sa province (Igualada), 1 à Huelva.

62C’est donc essentiellement entre les pôles madrilène, barcelonais et valencien que les adhésions se distribuent, Saragosse et Séville tenant les seconds rôles. Le processus à l’œuvre est par ailleurs toujours le même : les recrutements se font dans le sillage de l’influence exercée par quelques personnalités. En 1936, les lieux stratégiques où se noue ce jeu de relations se reflètent à travers les fonctions exercées par certains des membres mentionnés : l’Institut Rubio de Madrid (à travers son directeur le professeur Botín), la Faculté de médecine de la capitale (à travers le professeur Joaquín Decref), l’Académie de médecine (à travers le docteur Martín Salazar), les institutions hospitalières (notamment l’hôpital de la Croix Rouge où exerce comme médecin de garde le Docteur Vicente Múgica y Arana), le réseau des inspecteurs municipaux de la santé (à travers Rodríguez Chaves, par ailleurs gynécologue) et des médecins du Service de Santé de l’Armée (à travers le Docteur Sloker). Le poids de ces institutions explique que l’UMFIA espagnole ait été une association très élitaire, dominée par des éléments conservateurs.

  • 100 Ces postes correspondaient soit à des fonctions directives au sein des laboratoires de la Junta, so (...)
  • 101 Sur les huit noms cités, cinq quittent définitivement l’Espagne : Rodríguez Lafora se réfugie au Me (...)

63Un élément frappe en effet à la lecture des pages que la Revue de l’UMFIA consacre à l’analyse de ses échanges avec l’Espagne : quasiment aucun des représentants des pensionistas de la Junta de Ampliacación de Estudios n’est mentionné. Ce que ce pays compte alors de plus valable sur le plan de la recherche est passé sous silence, notamment dans le domaine de la neurologie et de la psychiatrie (avec les travaux de Gonzalo Rodríguez Lafora et José Miguel Sacristán), de l’oncologie (autour de José Goyanes), de la biologie moléculaire (avec Severo Ochoa, prix Nobel de médecine en 1959), de l’histologie (représentée par Pío del Río-Hortega, Francisco Tello Muñoz, Rafael Lorente de No). Plusieurs éléments expliquent cette absence singulière. En premier lieu, la germanophobie de la revue ne peut que lui aliéner une pépinière de chercheurs dont la formation doit beaucoup à l’Allemagne. La filière de recrutement mise en place par Bandelac de Pariente reflète également ses amitiés politiques d’homme conservateur. Les pensionistas de la JAE cités plus haut ont inspiré un grand nombre de réformes sanitaires mises en place par la II° République. Ils l’ont d’ailleurs chèrement payé en perdant les postes qu’ils occupaient100 et en prenant le chemin de l’exil101, soit avant, soit au moment de la défaite républicaine. A l’inverse, les membres de l’UMFIA les plus en vue que l’on a mentionnés ont soutenu le camp des rebelles (tel Martínez Vargas qui quitte Barcelone pour se réfugier en zone nationaliste ou Juan José López Ibor dont l’action ultérieure de rééducation des « rouges » auprès du psychiatre Vallejo-Nágera est connue) ou ont retrouvé leur poste après la guerre (tel Leonardo de la Peña qui récupère sa chaire d’urologie à l’Université de Madrid).

64Un dernier élément explique enfin que la génération de scientifiques formés par la JAE n’ait pas droit de cité au sein de la Revue de l’UMFIA. Fonctionnant avant tout comme bulletin de liaison de l’association, cette revue n’est pas une publication à contenu scientifique. Elle sert donc surtout à diffuser les travaux de ceux qui en sont membres. Ses centres d’intérêt sont par ailleurs très classiques. En ce sens, le décalage est grand entre l’effervescence de la recherche développée en Espagne durant l’entre-deux guerres et les récits faits par les umfistes français de leurs séjours dans ce pays, au même moment. Dans le compte rendu qu’ils font des missions effectuées dans la péninsule, rien n’est dit ou presque des grands centres où se jouent les avancées de la médecine espagnole (Laboratoire d’Histologie Normale et Pathologique rattaché à la Résidence des Etudiants par exemple ou Institut National d’Oncologie). Même constat pour ce qui concerne les travaux de quelques grandes figures du moment : pas de référence aux recherches sur les oligodendroglies de Río-Hortega qui ont fait pourtant date, ni sur celles de Rodríguez Lafora sur la présence de corps amylacés dans le cytoplasme neuronal.

  • 102 « Compte rendu du voyage du Docteur Luys », in Revue de l’UMFIA, n° 45, mars 1930, p. 240.
  • 103 « Compte rendu du voyage du Docteur Luys », in Revue de l’UMFIA, n° 45, mars 1930, p. 240.

65Les circuits que les umfistes français fréquentent en Espagne sont autres. Ce sont ceux vers lesquels les conduisent leurs relations personnelles et leur profession (la composition de l’UMFIA compte ici, puisque les chirurgiens sont très nombreux parmi eux). L’hôpital occupe donc une place centrale dans leurs déplacements au détriment des laboratoires et des instituts spécialisés. Les échanges auxquels procèdent Français comme Espagnols privilégient en fait le travail de terrain. En tant que chirurgiens, ils valorisent ainsi beaucoup plus l’habileté du geste opératoire que le caractère novateur des techniques mises en œuvre qui demeurent au contraire souvent banales, sur le modèle de la prostatectomie par exemple102. Quelle que soit leur nationalité, les membres de l’association abordent leurs missions beaucoup plus en praticiens soucieux d’efficacité sanitaire que comme des chercheurs en quête de savoirs nouveaux. Comme l’écrit le Docteur Luys à son retour en France : « Des deux côtés des Pyrénées (…), il y a la même façon de juger les faits et la même ardeur à rechercher les méthodes les plus simples et les plus pratiques pour guérir les malades »103. La préoccupation essentielle de ces médecins reste donc de soigner, non d’innover.

Appartenir à l’UMFIA : les avantages de type professionnel

66Appartenir à l’UMFIA présente d’indéniables avantages. Ceux-ci se laissent entrevoir plus ou moins facilement à travers l’étude de la revue. Les informations qu’on peut y glaner, recoupées avec d’autres sources, témoignent en effet qu’adhérer à cette association permet de tisser un réseau de relations dont les retombées sur le plan professionnel sont loin d’être négligeables. Le parcours du neveu d’Alberto Bandelac de Pariente, Jaime de Pariente (1904-1976), le montrera.

  • 104 « La jeune UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 15, mars 1927, p. 176.
  • 105 « Jaime de Pariente », in Revue de l’UMFIA, n° 52, décembre 1930, p. 955.
  • 106 Signés en collaboration avec Lévy-Solal et publiés dans les numéros du 24 mai et 24 juin 1933, ces (...)
  • 107 DE PARIENTE, Jacques (Jaime), Stérilité d’origine tubaire, contribution à l’étude de la chirurgie r (...)

67En mars 1927, on apprend que Jaime de Pariente réside en France, où il est venu faire ses études de médecine104. Il représente alors l’Espagne au sein de la Jeune UMFIA, filiale née dans le giron de l’association-mère. Or, cet étudiant, en dépit de sa nationalité étrangère, se distingue rapidement par rapport à ses pairs. En décembre 1930, il termine major de sa promotion au concours de l’Internat des Hôpitaux de Paris105. En 1933, deux de ses articles paraissent dans La Presse médicale106 avant même que sa thèse ne soit soutenue en 1935107. Sa spécialisation ultérieure en pédiatrie témoigne enfin d’une promotion professionnelle réelle par rapport à la trajectoire de son oncle, qui reste un généraliste. L’appartenance à l’UMFIA favorise donc les phénomènes de reproduction des carrières au sein des familles de médecins, en facilitant l’ascension des fils (ou des neveux), y compris au-delà des frontières nationales. Soucieuse de défendre les intérêts de ses membres, l’association leur offre la possibilité d’intégrer un réseau qui renforce leurs positions sociales.

  • 108 « Vie de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 10, Juillet-août 1926, p. 283.

68Les nominations à des fonctions honorifiques participent de ce processus. Avant leur adhésion à l’UMFIA, certains pouvaient se targuer d’être déjà bien introduits dans le milieu médical français. Ainsi de Ricardo Horno, membre de la Société de Médecine et de la Société d’Obstétrique et de Gynécologie de Paris ; ou de Luis Urrutia, qui exerce à Saint-Sébastien, d’autant plus actif « dans la pénétration (par l’association) des milieux scientifiques espagnols » qu’il est correspondant de la Société des Chirurgiens de Paris108. Ce type de liens s’est trouvé consolidé avec la création de l’UMFIA qui a servi de tremplin à la carrière de ses adhérents. Les exemples qui suivent l’attestent.

  • 109 « Vie de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 72.
  • 110 « En UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 95, mars 1935, p. 149.
  • 111 « En UMFIA-Espagne », in Revue de l’UMFIA, n° 62, décembre 1931, p. 766.
  • 112 « L’UMFIA à l’honneur », in Revue de l’UMFIA, n° 48, juin 1930, p. 573.
  • 113 « En UMFIA-Espagne », in Revue de l’UMFIA, n° 62, décembre 1931, p. 766.
  • 114 « Biographie de l’UMFIA. Bandelac de Pariente », in Revue de l’UMFIA, n° 21, novembre 1927, pp. 588 (...)
  • 115 « L’UMFIA à l’honneur », in Revue de l’UMFIA, n° 43, janvier 1930, p. 72.
  • 116 « Vie de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 11, septembre-octobre 1926, p. 387.

69Martínez Vargas se voit ainsi décerner la rosette d’officier de l’ordre de la légion d’honneur en 1926109. En mars 1935, c’est le Docteur Coca qui est distingué en recevant lui aussi la prestigieuse décoration française110. L’attribution de titres honorifiques est également une pratique fréquente : en avril 1925, à l’occasion de sa visite à Paris, le Docteur Arquellada est nommé Doctor Honoris Causa par l’université parisienne. En contrepartie, les membres français de l’UMFIA sont également à l’honneur. En 1931, deux professeurs de Montpellier (les professeurs Hedon et Forgue) sont nommés Doctor Honoris Causa par l’université de Barcelone111. En 1930, le professeur Garipuy de Toulouse est élu membre correspondant de l’Académie royale de Médecine et de Chirurgie de Barcelone112 ; l’année suivante, c’est au tour des professeurs Euzière, Delmas et Rimbaud de Montpellier d’être élus par la même institution113. L’umfiste qui bénéficie à un niveau inégalé de ces gratifications reste toutefois Bandelac de Pariente. L’accumulation de fonctions dans son cas résulte de l’enchevêtrement des réseaux auxquels il participe. Ceux-ci mettent en jeu en premier lieu ses amitiés politiques et ses relations avec les services diplomatiques espagnols. Durant l’après-guerre, il est ainsi nommé successivement membre du Comité de l’Union interalliée de Paris où il représente l’Espagne ; membre du Comité permanent de l’Office international d’Hygiène publique de Paris ; en 1926 enfin, il est désigné par son gouvernement comme délégué à la Conférence sanitaire de Paris114. Les réseaux que Bandelac de Pariente mobilise relèvent aussi de ses liens avec les milieux médicaux, notamment umfistes. Correspondant national de l’Académie Royale de médecine de Madrid et de Barcelone, il est aussi correspondant honoraire à Paris du Colegio de Médicos et du Colegio de Doctores de Madrid. En 1930 enfin, il est nommé professeur honoraire de l’Institut Rubio de Madrid115. Bandelac de Pariente cumule donc des fonctions prestigieuses auxquelles ne le préparait pas son statut de généraliste. Précisons enfin qu’en 1926, il est élevé à la dignité de Commandeur de la légion d’honneur par la République française116. Même si toutes ces distinctions ne sont pas imputables à sa seule qualité d’umfiste, il n’en reste pas moins que son appartenance à cette association lui aura valu l’attribution de titres honorifiques venus conforter son pouvoir de notable.

Conclusion

70Plus qu’une tribune où la communauté scientifique de la péninsule aurait pu s’exprimer, la Revue de l’UMFIA reflète la vitalité des échanges noués durant l’entre-deux guerres entre hommes de l’art des deux côtés des Pyrénées. L’originalité de ce périodique réside dans cette volonté de construire une relation privilégiée avec les élites médicales espagnoles. Grâce aux séjours de formation ou aux voyages d’études réalisés dans le pays partenaire, savoirs et pratiques ont circulé d’un espace à l’autre. La force du projet élaboré par Dartigues et Bandelac de Pariente tenait dans le principe de réciprocité présidant à ces rapports bilatéraux : le bilinguisme exigé des adhérents en était le fondement ; la stricte égalité entre les membres, la garantie d’un fonctionnement harmonieux.

71Des objectifs affichés aux résultats atteints, le bilan apparaît toutefois en demi-teintes. Côté français, l’initiative de vouloir faire coopérer les élites scientifiques dissimule mal les ambitions des milieux médicaux et des laboratoires pharmaceutiques de l’hexagone de (re)conquérir un marché espagnol leur échappant de plus en plus. Si l’hispano-américanisme qui sert de toile de fond à l’association a pu ainsi séduire les Espagnols, son anti-germanisme a suscité en revanche leur suspicion. La faiblesse du contingent ibérique dans les rangs de l’UMFIA témoigne d’ailleurs des limites de sa réussite. Le projet élaboré par Dartigues et Bandelac de Pariente apparaît en fait par bien des aspects anachronique. La relation exclusive que l’UMFIA entend privilégier entre la France et les pays hispanophones, visant ouvertement à marginaliser l’Allemagne, enferme l’Espagne dans un tête-à-tête qui ignore les nouveaux partenaires avec lesquels des liens se sont noués, notamment les Etats-Unis à travers l’action de l’Institut Rockefeller.

72Les bénéfices que ses membres ont retirés de leur appartenance à l’UMFIA ne sont pourtant pas négligeables. Cette association a fonctionné comme une instance de légitimation pour des élites en quête de reconnaissance à l’extérieur de leurs frontières et agissant en dehors des cercles liés à la nébuleuse de la Junta. La logique qui sous-tend l’action des umfistes espagnols relève de la logique du notable. Deux éléments l’attestent : la teneur des échanges qui privilégient la circulation de savoirs traditionnels, tournant le dos au renouveau scientifique impulsé par la JAE ; le fait que l’adhésion à l’UMFIA conforte les pouvoirs de ses membres à travers le jeu des nominations à des fonctions gratifiantes. Le profil des adhérents est conforme à l’identité de l’association. Ceux-ci se recrutent dans les milieux universitaires conservateurs, dans les institutions héritées du passé, dans les rangs de l’Armée. La personnalité de Bandelac a été de ce point de vue déterminante. Il a entraîné dans cette aventure des confrères qui partageaient ses idées d’homme d’ordre, acquis aux valeurs des deux dictatures du XXe siècle.

73L’influence de Bandelac de Pariente est visible également dans la décrue progressive des effectifs espagnols au sein de l’UMFIA à partir de 1931. A partir du moment où il ne bénéficie plus du soutien du régime, son œuvre de propagande perd de son efficacité. Ceci dit, le déclin de l’association n’est pas perceptible uniquement dans la péninsule. Elle entre dans une phase d’atonie conjointement à la dégradation de la situation sur le plan international liée à la crise de 1929, puis à la série de bouleversements géopolitiques qui jalonnent les années 1930. A l’issue du conflit civil qui déchire l’Espagne de 1936 à 1939, l’UMFIA est moribonde. Le rêve de Dartigues et de Bandelac de Pariente d’œuvrer en faveur du dialogue entre élites médicales issues des pays de l’Europe méridionale ne survit pas à l’épreuve des guerres.

Haut de page

Notes

1 Dartigues fut activement secondé à ses débuts par un autre médecin français, le Docteur Gaullieur l’Hardy. Dans la mesure où ce dernier est moins présent dans la vie de l’association au-delà de la première guerre mondiale, nous insisterons surtout sur le rôle de Bandelac de Pariente et de Dartigues.

2 L’objectif des fondateurs est de rassembler l’élite scientifique de ce qu’ils nomment le bloc « latin ». On n’insistera peu ici sur cet aspect dans la mesure où ce dessein procède beaucoup plus de la pensée de Dartigues que de celle de Bandelac de Pariente. Cette notion d’idée latine qui sert de fondement à l’association témoigne en tout cas que cette dernière est née en réaction à la prédominance exercée par la science allemande dans l’Europe des débuts du XXe siècle.

3 Sur ce point, on pourra se référer à LÓPEZ PIÑERO, José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo XIX », in LÓPEZ PIÑERO, José María (dir), La ciencia en la España del siglo XIX, Ayer, n° 7, 1992, pp. 193-240.

4 Sur ce point, on pourra se référer à LÓPEZ-OCÓN CABRERA, Leoncio, Breve historia de la Ciencia española, Madrid, Alianza, 2003.

5 MOLINERY, Raymond, « Nos biographies. Docteur Louis Dartigues », in Revue de l’UMFIA, n° 28, juin 1928, pp. 398-406.

6 « En UMFIA. Le docteur Dartigues en Espagne », in Revue de l’UMFIA, n° 33, janvier 1929, p. 56.

7 « Expediente personal –Alberto Bandelac de Pariente », Exp 22 351, P 306, Archivo General del Ministerio de Asuntos Exteriores y de Cooperación, Madrid.

8 « Biographie de l’UMFIA. Le Docteur Alberto Bandelac de Pariente », in Revue de l’UMFIA, n° 21, novembre 1927, p. 592.

9 Bandelac de Pariente meurt sans héritiers directs.

10 « Biographie de l’UMFIA. Le Docteur Alberto Bandelac de Pariente », in Revue de l’UMFIA, n° 21, novembre 1927, p. 588.

11 Par la loi du 10 mars 1803 qui réglemente les conditions d’exercice de la médecine en France, deux voies d’accès ont été définies pour devenir médecin. Ceux qui peuvent se prévaloir de ce titre devaient effectuer quatre ans d’études et être titulaires d’une thèse de doctorat. Les officiers de santé étaient considérés comme des médecins de seconde zone : ils n’avaient réalisé que trois ans d’études dans une Ecole de médecine ou avaient reçu une formation sur le tas, d’une durée de cinq ans si celle-ci avait été dispensée dans le cadre d’un hôpital, de six ans si celle-ci avait été acquise auprès d’un docteur en exercice. Le statut d’officier de santé fut supprimé par la loi du 30 novembre 1892.

12 « Dossier Bandelac de Pariente Alberto », n° 6915, Fonds de l’Académie de Paris, AJ/16, Archives Nationales, Paris.

13 PULIDO, Angel, Cartas médicas : Viena, Budapest, París, Madrid, Imp. E. Teodoro, 1906, p. 17.

14 Information contenue dans une lettre adressée par Bandelac de Pariente au Consul général d’Espagne en France en date du 22 décembre 1913, Dossier de carrière du Docteur Bandelac de Pariente, Exp 22 351.

15 Par ordonnance royale du 5 avril 1904. Précisons que cette fonction est honorifique. Elle ne fait pas de Bandelac de Pariente un membre officiel du corps consulaire. Il ne reçoit aucune solde ni rétribution. Il tire donc ses revenus d’autres activités : après la première guerre mondiale, il ouvre un cabinet de médecine générale à son domicile, au n° 10 square Moncey, dans le 9° arrondissement parisien.

16 Cet épisode est étudié dans la contribution que José Luis Fresquet Febrer a rédigée pour ce numéro spécial de la revue El Argonauta Español, intitulée « La introducción del « 606 » en España contada por la prensa diaria », http://argonauta.imageson.org/document153.html

17 La réputation de séducteur de Bandelac de Pariente est soulignée à maintes reprises dans les discours de Dartigues.

18 Respectivement Ordonnance Royale 26, en date du 7 janvier 1914 et 123 en date du 22 octobre 1925. Dossier personnel d’Alberto Bandelac de Pariente, Exp 22 351.

19 Lettre en date du 28 août 1931, Dossier personnel d’Alberto Bandelac de Pariente, Exp 22 351.

20 « Chez les amis de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 130, mars-avril 1939, p. 144.

21 « Porticus », in Revue de l’UMFIA, n° 133, septembre-octobre 1939, pp. 306-307.

22 Cette information figure dans son dossier personnel, Exp 22 351.

23 « Lieutenant-Général Comte de Jordana », in Revue de l’UMFIA, n° 130, mars -avril 1939, p. 144.

24 GRANJEL, Luis, El libro médico en España (1808-1936), Salamanque, Ediciones del Instituto de la Medicina Española, 1975.

25 BARONA VILAR, Josep Lluis, La doctrina y el laboratorio. Fisiología y experimentación en la sociedad española del siglo XIX, Madrid, CSIC, 1992.

26 On pense au célèbre Pedro Mata (1811-1877) que ses idées libérales obligent à se réfugier à l’étranger et qui se forme à Paris auprès d’Orfila.

27 Mata, pour reprendre son exemple, devient l’un des médecins les plus célèbres de son époque : partisan de la médecine positiviste, il est considéré comme le fondateur de la médecine légale en Espagne et est l’auteur en 1843 d’une des réformes de l’enseignement médical les plus importantes du siècle.

28 RAMÓN Y CAJAL, Santiago, Recuerdos de mi vida, Barcelone, Crítica, 2006, p. 331.

29 On pourra se reporter sur ce point à JEISMANN, Michael, La patrie de l’ennemi : la notion d’ennemi national et la représentation de la nation en Allemagne et en France de 1792 à 1918, Paris, CNRS Editions, 1997.

30 « Commission des étrangers, séance du 23 janvier 1896 », Admission d’étrangers à la Faculté de Médecine, Carton 6496, Fonds de l’Académie de Paris, AJ/16, Archives Nationales.

31 « Note sur l’admission à la Faculté de Paris des étudiants en médecine poursuivant l’obtention du doctorat universitaire », 1897, Admission d’étrangers à la Faculté de Médecine, Carton 6496, Fonds de l’Académie de Paris, AJ/16, Archives Nationales.

32 Sont dans ce cas notamment Francisco Cortejarena (1835-1919), Salvador Cardenal (1852- 1927), Ricardo Botey (1855-1927), Angel Pulido Martín (1878-1970), Nicolás Achúcarro (1880-1918)…

33 Gonzalo Rodríguez Lafora (1886-1971) reçoit une partie de sa formation en psychiatrie et neurologie à Berlin et Munich en 1908-1909. Francisco Tello Muñoz (1880-1958) obtient en 1911 une bourse de la JAE pour compléter sa formation à Berlin auprès de Robert Koch. Pío del Río-Hortega (1882-1945) étudie à Berlin en 1914. Rafael Lorente del No (1902-1990) bénéficie à deux reprises entre 1925 et 1926 de bourses de la JAE pour étudier en Suède et en Allemagne, à Berlin et Königsberg. Severo Ochoa (1905-1993) est formé pour sa part à Berlin et Heidelberg en 1929. Rodríguez Lafora, Tello, Río-Hortega, Lorente del No sont des représentants de l’école histologique espagnole, successeurs de Cajal. Severo Ochoa est quant à lui un élève de Negrín auprès de qui il a été formé au sein du Laboratoire de Physiologie dépendant de la Junta.

34 L’association qu’il crée fera d’ailleurs école, puisque les Allemands tentent eux aussi d’occuper le terrain de la presse dans l’aire ibérique durant l’entre-deux guerres. Dès 1920, la Revue médicale de Hambourg est publiée dans une version espagnole et portugaise. En 1928 une revue intitulée Revista Germano-Hispano-Americana est créée, rebaptisée rapidement Revista Germano-Ibero-Americana. Sur cet aspect : WULF, Stefan, Das Hamburger Tropeninstitut : auswärtige Kulturpolitik und Kolonialrevisionismus nach Versailles, Berlin-Hambourg, Dietrich Reimer, 1994 ; REGGIANI, Andrés H., « Medicina y Kulturpolitik en la era del nacionalsindicalismo : la Academia Médica Germano-Ibero-Americana (1936-1939) », in Ibero Online, Vol 3-I, Der Nazionalsozialismus und Latinamerika, pp. 57-74.

35 DARTIGUES, Louis, « L’UMFIA, son origine, son but, son œuvre, son avenir », in Revue de l’UMFIA, n° 1, janvier-février 1925, p. 6.

36 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine. Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lépine, 1934, p. 25 et p. 177.

37 Les médicos titulares occupent une place centrale dans le système sanitaire espagnol. Engagés par les municipalités notamment dans les communes rurales pour y exercer la médecine, ils sont les acteurs d’une assistance publique dispensée aux plus pauvres dans le cadre d’une assistance domiciliaire.

38 « Alianza científica de las razas latinas », in Boletín de la Asociación de Médicos Titulares, n° 132, 22 mars 1913, pp. 138-139.

39 « Alianza científica de las razas latinas », in Boletín de la Asociación de Médicos Titulares, n° 132, 22 mars 1913, pp. 138-139.

40 L’article en question est la transcription du discours du Docteur Ortega Morejón commentant les premiers résultats des travaux du Comité d’organisation constitué en Espagne en vue de la tenue de ce congrès : « Primer Congreso Internacional de Medicina en idioma español », in Revista de Ciencias Médicas de Barcelona, Año XXXIX, n° 3, mars 1913, p. 134.

41 Ibid.

42 C’est ainsi que les membres de l’UMFIA se désignent. On a donc repris cette appellation.

43 Ces langues officielles sont au nombre de trois : espagnol, français, portugais.

44 On renverra sur ce point à ROLLAND (Denis), DELGADO (Lorenzo), GONZÁLEZ (Eduardo), NIÑO (Antonio), RODRĺGUEZ (Miguel), España, Francia y América latina. Políticas culturales, propagandas y relaciones internacionales, siglo XX, Paris, L’Harmattan-CSIC, 2001.

45 Sur l’hispano-américanisme, on pourra se reporter à l’ouvrage de MARCILHACY, David, Raza hispana : hispanoamericanismo e imaginario nacional en la España de la Restauración, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2010.

46 Avec la création du Centro de Cultura Hispano-Americana en 1910, puis de la Casa de América en 1911.

47 La création en 1921 d’un organisme public chargé de mettre en œuvre cette politique d’expansion culturelle constitue un tournant. Il s’agit de la Oficina de Relaciones Culturales qui prend place sein du Ministère d’Etat et dont la fondation revient à Américo Castro.

48 Dans sa version progressiste ou conservatrice.

49 Son secrétariat général se situe au 81, Rue de la Pompe dans la capitale.

50 Son rédacteur en chef est le Docteur Raymond Molinéry (1876-1946), spécialiste d’hydrologie et directeur de l’établissement thermal de Luchon.

51 « Membres de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 2, mars-avril 1925, pp. 93-97.

52 « Ratification de candidatures », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 32.

53 L’UMFIA adopte d’ailleurs alors une autre dénomination, l’Union Médicale latine. L’ancienne appellation reste toutefois en usage pour la désigner, surtout chez ses partenaires ibériques et latino-américains.

54 « Addendum à l’annuaire de 1932 », Supplément de la Revue de l’UMFIA du mois de mars 1934, pp. 18-22. Ce chiffre de 68 nouveaux adhérents ne comprend pas les ressortissants français.

55 La mise à jour des annuaires se fait souvent avec retard.

56 GIL CASARES, M., « Estudios sobre la lepra », in Revue de l’UMFIA, n° 1, janvier 1925, pp. 31-33 ; FIGUEROA, Isidoro, « Los niños de España y el Profesor Martínez Vargas », in Revue de l’UMFIA, n° 41, novembre 1929, pp. 679-682.

57 Toutes sont signées de FIGUEROA, Isidro : « Glorias de España. El Doctor Carlos M. Cortezo », in Revue de l’UMFIA , n° 7, juillet 1926, pp. 21-28 ; « El Doctor Nicasio Mariscal y García », in Revue de l’UMFIA , n° 15, mars 1927, pp. 154-156 ; « Bandelac de Pariente », in Revue de l’UMFIA , n° 21, novembre 1927, pp. 588-598 ; « Un español glorioso : Ramón y Cajal », in Revue de l’UMFIA , n° 36, avril 1929, pp. 277-285 ; « El Profesor Martínez Vargas y sus bodas de oro con la profesión », in Revue de l’UMFIA, n° 65, mars 1932, pp. 199-203.

58 C’est le cas d’une série de contributions portant sur la figure de Ramón y Cajal : BANDELAC de PARIENTE, Alberto, « Profesor Ramón y Cajal », in Revue de l’UMFIA, n° 92, décembre 1934, pp. 742-745 ; « Chez les amis de l’UMFIA. El Profesor Ramón y Cajal », série d’articles parus dans la Revue de l’UMFIA, n° 94, février 1935, pp. 104-107 ; n° 95, mars 1935, pp. 155-158 ; n° 96, avril 1935, pp. 212-215 ; n° 97, mai 1935, pp. 281-283.

59 FIGUEROA, Isidro, « La sanidad en España. Una conversación con el Profesor Palanca », in Revue de l’UMFIA , n° 24, février 1928, pp. 95-101.

60 Le reste des contributions est constitué dans deux cas par des articles reproduits de la presse espagnole. Un dernier article signé Alberto Bandelac de Pariente porte sur « El idioma castellano en los congresos de medicina tropical », in Revue de l’UMFIA , n° 37, mai 1929, pp. 384-385.

61 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine, Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lépine, 1934, pp. 41-42.

62 DARTIGUES, Louis, « Les médecins de Catalogne et de Valence », in La presse médicale, n° 17, 24 mars 1919, pp. 193-194.

63 « La vie de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 1, janvier-février 1925, p. 34.

64 « La réunion plénière de l’UMFIA , 6 novembre 1926 », in Revue de l’UMFIA, n° 13, janvier 1927, pp. 8-10.

65 Les différentes visites énumérées ici sont évoquées dans « Participation de l’UMFIA aux diverses manifestations médicales franco-ibéro-américaines », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 42 ; « La réunion plénière de l’UMFIA, 6 novembre 1926 », in Revue de l’UMFIA, n° 13, janvier 1927, p. 12.

66 « UMFIA España », in Revue de l’UMFIA, n° 39, juillet-août 1929, pp. 522-525.

67 « Participation de l’UMFIA aux diverses manifestations médicales franco-ibéro-américaines », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 42.

68 « La réunion plénière de l’UMFIA, 6 novembre 1926 », in Revue de l’UMFIA, n° 13, janvier 1927, p. 16.

69 « La visite à Montpellier des médecins et des autorités de Barcelone », in Revue de l’UMFIA, n° 52, décembre 1930, p. 948.

70 MOLINERY (Raymond), DAUSSET (Henri), « L’UMFIA et les étudiants espagnols (1912-1932) », in Revue de l’UMFIA, n° 67, mai 1932, p. 332.

71 MOLINERY (Raymond), DAUSSET (Henri), « L’UMFIA et les étudiants espagnols (1912-1932) », in Revue de l’UMFIA, n° 67, mai 1932, p. 333.

72 MOLINERY (Raymond), DAUSSET (Henri), « L’UMFIA et les étudiants espagnols (1912-1932) », in Revue de l’UMFIA, n° 67, mai 1932, p. 334.

73 MOLINERY (Raymond), DAUSSET (Henri), « L’UMFIA et les étudiants espagnols (1912-1932) », in Revue de l’UMFIA, n° 67, mai 1932, p. 338.

74 « Les pages de la jeune UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 74, février 1933, pp. 120-123.

75 ROULE, Suzanne, « Voyage des étudiants de la Faculté de médecine de Barcelone (mars 1933) », in Revue de l’UMFIA, n° 79, juillet-août 1933, p. 444.

76 Dartigues et Raymond Molinéry furent sollicités d’ailleurs dès les débuts de l’ADRM pour faire partie de son conseil d’administration. Cité dans « Compte rendu de l’Assemblée Générale », in Revue de l’UMFIA, n° 85, mars 1934, p. 196.

77 ROULE, Suzanne, « Voyage des étudiants de la Faculté de médecine de Barcelone (mars 1933) », in Revue de l’UMFIA, n° 79, juillet-août 1933, p. 443.

78 ROULE, Suzanne, « Voyage des étudiants de la Faculté de médecine de Barcelone (mars 1933) », in Revue de l’UMFIA, n° 79, juillet-août 1933, p. 443.

79 « Réception des médecins barcelonais au cours de leur voyage à Paris », in Revue de l’UMFIA, n° 92, décembre 1934, p. 730.

80 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine, Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lépine, 1934, p. 101.

81 En 1928, les laboratoires Astier ouvrent ainsi un crédit de 5 000 frs à l’UMFIA pour l’édition de son annuaire. Cité dans « Compte rendu du Conseil d’administration du 18 février 1928 », in Revue de l’UMFIA, n° 25, mars 1928, pp. 191-192.

82 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine. Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lépine, 1934, p. 41.

83 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine. Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lépine, 1934, p. 103.

84 HORNO, Ricardo, « Bibliografía- Causeries chirurgicales por L. Dartigues », in Clínica y Laboratorio, n° 5, mai 1925, pp. 456-457.

85 « Nuestras relaciones médicas franco-extranjeras . La UMFIA », in Clínica y Laboratorio, n° 1, janvier 1925, p. 11.

86 DELMAS, Paul, « A propósito del parto indoloro », in Clínica y Laboratorio, n° 7, juillet 1924, pp. 528-532.

87 DELMAS, Paul, « De la terapeútica intra-uterina en la infección puerperal », in Clínica y Laboratorio, n° 1, janvier 1925, pp. 29-36.

88 DARTIGUES, Louis, « Puntos de referencia de los pezones con relación al torax en cirugía plástica mamaria », in Clínica y Laboratorio, n° 157, janvier 1936, pp. 27-37.

89 « Cancer de l’utérus por J-L Faure », in Clínica y Laboratorio, n° 10, octobre 1924, pp. 362-363 ; « Práctica quirúrgica ilustrada de Victor Pauchet », in Clínica y Laboratorio, n° 5, mai 1925, p. 435 ; « Cancer d’estomac de Victor Pauchet » et « Au seuil de la chirurgie por Emile Forgue », in Clínica y Laboratorio, n° 8, août 1928, pp. 134-135 et 135-136 ; « Gynécologie por E. Forgue et Georges Masabau », in Clínica y Laboratorio, n° 9, septembre 1928, p. 241 ; « Manual de patología externa por E. Forgue », in Clínica y Laboratorio, n° 4, avril 1929, p. 333. A ces comptes rendus issus de la section Bibliographie de la revue s’ajoutent ceux qui portent sur deux ouvrages de Louis Dartigues : « Techniques chirurgicales des greffes testiculaires », in Clínica y Laboratorio, n° 1, janvier 1924, pp. 74-75 ; « La greffe de revitalisation humaine. Sa portée, son avenir, ses résultats », in Clínica y Laboratorio, n° 1, janvier 1925, pp. 51-52.

90 Comme les mémoires de ce dernier l’attestent : PULIDO, Ángel, Recuerdos de un médico, Madrid, Imp. José Luis Cosano, 1962, p. 114.

91 DARTIGUES, Louis, Pour la splendeur latine. Paroles et écrits du Docteur Dartigues, Paris, René Lépine, 1934, p. 181.

92 Signalons que Bandelac de Pariente est membre correspondant de l’Académie de Médecine de Madrid.

93 « Félicitations au général Martínez Anido », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 40.

94 « Ratification de candidatures », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 32.

95 « Félicitations au général Martínez Anido », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 40.

96 « Addendum à l’annuaire de 1932. Supplément et Rectifications », in Revue de l’UMFIA, n° 85, mars 1934, pp. 18-19.

97 L’un de ces umfistes réside à Barcelone, l’autre à Saragosse. Un seul des umfistes de la liste est mentionné sans indication de statut : il s’agit d’Alejandro Huarte, qui exerce à Barcelone.

98 « Liste des nouveaux membres et rectifications », in Revue de l’UMFIA, n° 93, janvier 1935, pp. 3-5. Cette liste n’indique pas la qualité des nouveaux membres.

99 « Liste des nouveaux membres et Rectifications », in La Revue de l’UMFIA, n° 108, juin 1936, pp. 11-12.

100 Ces postes correspondaient soit à des fonctions directives au sein des laboratoires de la Junta, soit à des chaires d’université. Sont exclus ainsi de leurs postes de l’Université de Madrid au titre de l’épuration franquiste : Lafora, Ochoa, Pittaluga, Sacristán, Tello. Sur cet aspect, on pourra se reporter à BARONA VILAR, Josep, Ciencia, salud pública y exilio, España, 1875-1936, Valence, Seminari d’Estudis de la Ciencia, 2003 ; CLARET MIRANDA, Jaume, El atroz desmoche. La destrucción de la Universidad española por el franquismo (1936-1945), Barcelone, Crítica, 2006 ; OTERO CARVAJAL, Luis Enrique (dir), La destrucción de la Ciencia en España. Depuración universitaria en el franquismo, Madrid, Editorial Complutense, 2006.

101 Sur les huit noms cités, cinq quittent définitivement l’Espagne : Rodríguez Lafora se réfugie au Mexique, Lorente de No et Ochoa aux Etats-Unis, Río-Hortega en Argentine, Pittaluga à Cuba. Deux restent en Espagne et subissent une féroce répression : Tello Muñoz et Sacristán.

102 « Compte rendu du voyage du Docteur Luys », in Revue de l’UMFIA, n° 45, mars 1930, p. 240.

103 « Compte rendu du voyage du Docteur Luys », in Revue de l’UMFIA, n° 45, mars 1930, p. 240.

104 « La jeune UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 15, mars 1927, p. 176.

105 « Jaime de Pariente », in Revue de l’UMFIA, n° 52, décembre 1930, p. 955.

106 Signés en collaboration avec Lévy-Solal et publiés dans les numéros du 24 mai et 24 juin 1933, ces articles s’intitulent « Intolérance et gestation » et « Rôle du terrain dans l’éclampsie puerpérale ».

107 DE PARIENTE, Jacques (Jaime), Stérilité d’origine tubaire, contribution à l’étude de la chirurgie réparatrice des trompes, Thèse de médecine, Faculté de Médecine de Paris, 1935, n° 587.

108 « Vie de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 10, Juillet-août 1926, p. 283.

109 « Vie de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 7, janvier-février 1926, p. 72.

110 « En UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 95, mars 1935, p. 149.

111 « En UMFIA-Espagne », in Revue de l’UMFIA, n° 62, décembre 1931, p. 766.

112 « L’UMFIA à l’honneur », in Revue de l’UMFIA, n° 48, juin 1930, p. 573.

113 « En UMFIA-Espagne », in Revue de l’UMFIA, n° 62, décembre 1931, p. 766.

114 « Biographie de l’UMFIA. Bandelac de Pariente », in Revue de l’UMFIA, n° 21, novembre 1927, pp. 588-598.

115 « L’UMFIA à l’honneur », in Revue de l’UMFIA, n° 43, janvier 1930, p. 72.

116 « Vie de l’UMFIA », in Revue de l’UMFIA, n° 11, septembre-octobre 1926, p. 387.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Renaudet, « Diffusion des pratiques médicales et stratégies de promotion professionnelle à travers l’exemple de la Revue de l’Union médicale franco-ibéro-américaine (1912-1940) », El Argonauta español [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2011, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/169 ; DOI : 10.4000/argonauta.169

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org