Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La Presse militaire. Naissance et évolution d’un genre

« Militat gladio, militat spiritu » : le Periódico militar del Estado Mayor General (1812)

Elisabel Larriba

Résumés

L'accès à l'information et la maîtrise de sa diffusion constituent, dès le début de la Guerre d'Indépendance, un enjeu majeur et chacun comprend que cette guerre sera également une guerre de la plume. Dès lors, la presse, à la fois témoin et acteur du conflit, acquiert une nouvelle dimension. Libérée de ses fers (du moins dans l'Espagne patriote), elle goûte à la liberté, s'ouvre avec fougue à la politique et se diversifie. C'est ainsi que l'on voit apparaître les premiers périodiques militaires. Parmi eux, le Periódico militar del Estado Mayor General (1812). Son analyse nous permettra de déterminer quelle est la spécificité de ce type de périodiques et comment les militaires concevaient la pratique du journalisme.
L'on trouvera en document annexe la reproduction intégrale de cet hebdomadaire dont la seule collection complète localisée à ce jour est conservée à la Bibliothèque de la Fundación Federico Joly Höhr (Cadix, Espagne).

Haut de page

Texte intégral

De l’impérieuse soif d’information à l’apothéose de la presse

  • 1 Madrid en 1808. Relación de cuanto ocurrió cada día en aquel año desde el Motín de Aranjuez, y de l (...)
  • 2 Ibid., p. 101
  • 3 Ibid., p. 98: « (…) era la Corte un laberinto continuo de noticias. »
  • 4 Ibid., pp. 71, 73, 76, 78, 81-89, 95, 96, 99, 109-112, 114, 117, 121, 122, 124, 125, 130, 134-136, (...)
  • 5 Ibid., p. 117.
  • 6 Id.
  • 7 Ibid., p. 124.
  • 8 Ibid., p. 130.
  • 9 Ibid., p. 144.
  • 10 Ibid., p. 88.
  • 11 Ibid., p. 111: « … se sabía que el Diario mentía mucho. »

1L’accès à l’information et la maîtrise de sa diffusion constituèrent dès le début de la Guerre d’Indépendance un enjeu majeur. Le journal du comédien Rafael Pérez1, qui couvre les tous premiers mois du conflit (du « Motín » de Aranjuez à la reddition de la capitale), rend parfaitement compte de l’extrême confusion qui s’empara alors des Madrilènes soumis à un déferlement d’informations, le plus souvent contradictoires, et à la prolifération des rumeurs plus folles les unes que les autres. C’est ainsi que le 25 mai le bruit courut qu’un soulèvement avait éclaté à Bayonne, que le duc del Infantado avait tué Napoléon et que ce dernier avait été mis en pièce sur l’heure2. La ville, était devenue, souligna Pérez, « un labyrinthe ininterrompu de nouvelles »3 où distinguer le vrai du faux semblait relever du miracle. Pris dans ce tourbillon vertigineux où information, désinformation et propagande se côtoyaient alègrement, les Madrilènes, en quête d’une insaisissable vérité, se tournèrent avec avidité vers la presse comme en témoigne l’abondance des références journalistiques qui émaillent le récit de Rafael Pérez4. De fait, ce dernier n’eut de cesse d’évoquer ou de commenter les informations diffusées non seulement par la Gazeta et le Diario de Madrid mais aussi par certains journaux de province (Badajoz5, Saragosse6, Valladolid7, Séville8) ou encore par les feuilles anglaises9. Dans ce contexte de crise et face à un avenir peuplé d’inconnues, l’intérêt suscité par la presse fut immédiat et spectaculaire. Pérez rappelle ainsi que, le 22 avril 1808 à 10 heures du soir, la rue Carretas (où se trouvait l’Imprimerie Royale) était « pleine de monde », les gens attendant avec impatience la parution de la Gazeta, susceptible de les éclairer sur le déconcertant voyage de Ferdinand VII parti à la rencontre de Napoléon10. Assurément pour nombre de Madrilènes et d’Espagnols, la presse était la seule source d’information à laquelle ils pouvaient s’abreuver. Mais il convient de souligner que nombre d’entre eux ne se faisaient guère d’illusions sur la fiabilité des nouvelles diffusées par ce biais. Le Diario de Madrid déclara Pérez « mentait beaucoup » et nul doute qu’il ne fut pas l’exception qui devait confirmer la règle11.

  • 12 Fort explicites s’avèrent à ce sujet les célèbres opuscules intitulés Diarrea de las imprentas. Mem (...)
  • 13 GIL NOVALES, Alberto, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la (...)
  • 14 SÁNCHEZ HITA, Beatriz, Los periódicos del Cádiz de la Guerra de la Independencia (1808-1814). Catál (...)

2Cette soif d’information, décuplée par la guerre et la farouche volonté de chacune des parties en lice de clamer haut et fort sa vérité (« la verdadera verdad »), de s’attirer les grâces d’une opinion publique portée au pinacle, se traduisit, du moins dans l’Espagne patriote, à la faveur d’une liberté d’expression conquise d’abord de fait puis de droit (à partir de 1810), par une véritable explosion journalistique que d’aucuns, quelque peu conservateurs dira-t-on, qualifièrent élégamment de pestilentielle « diarrhées de la presse »12. Le fait est que, pendant les six années que dura la guerre, les journaux déferlèrent sur l’Espagne : Gil Novales dans le catalogue qu’il publia en 200913 en dénombre 644 et pas moins de 110, si l’on s’en tient à celui de Beatriz Sánchez Hita (paru en 2008)14 virent le jour dans la seule ville de Cadix, capitale par excellence de la presse patriote.

3Comme le souligna la Gazeta militar y política del principado de Cataluña dans son numéro du 12 février 1809, la presse était devenue incontournable et sa voix (terme que j’emploie à dessein) avait vocation à être entendue par tous, y compris par les femmes, c’est tout dire :

  • 15 « Introducción », in Gazeta militar y Política del Principado de Cataluña, Tarragona, Imprenta de l (...)

« On pense que les Périodiques [pouvait-on lire dans cette Gazette militaire et politique] ne sont pas apparus dans cette Province avant l’an 1639, et depuis ils se sont maintenus de manière plus ou moins continue ; car le public, même s’ils les critique sans cesse, les désire et les lit avec avidité ; et en des temps troublés tout le monde aime à connaître les événements militaires et politiques de l’Europe ; et comme maintenant le succès de nos armes touche de près tous types de gens, il s’avère que même les artisans, les paysans, et jusqu’aux dames ont plaisir à écouter leur lecture, et l’ont voit fréquemment dans les ateliers et sur les coiffeuses plusieurs de ces imprimés, ce qui atteste de l’enthousiasme qui s’empare de la Nation en faveur de sa liberté et contre l’ennemi qui a l’outrecuidance de vouloir dominer l’Espagne 15.

4De fait la Guerre d’Indépendance révolutionna la presse appelée à être tout à la fois témoin et acteur privilégié du conflit. Cette presse qui jusque-là ne pouvait écouter que la voix de son maître et était soumise au joug de la double censure (d’état en amont et inquisitoriale, en aval) goûta avec ivresse au nectar de la liberté, s’érigeant en porte-parole d’une opinion publique non plus unique mais diverse. Tous, que ce fût par conviction ou par nécessité, avec enthousiasme ou à contrecœur, se tournèrent vers la presse. Les militaires n’échappèrent pas à la règle.

La guerre réactive l’intérêt des militaires pour la presse

  • 16 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIII° siècle (1781-1808) ; Paris, (...)
  • 17 GARCÍA HURTADO, Manuel Reyes, « Guerra y propaganda a finales del siglo XVIII. José Felipe de Olivé (...)
  • 18 Correo de Gerona, Gerona, En la Imprenta de María Bro, administrada por Fermín Nicolau, 5 février - (...)
  • 19 « Prospecto de la Instrucción Militar, o Escuela histórica y moral del Soldado », pp. 3-4: « Ha hab (...)
  • 20 Ibid., p. 5 : « El militar lee y se instruye. Se hallan en su tienda los libros, y los instrumentos (...)
  • 21 « A la tropa española », in Correo de Gerona del jueves 5 de Marzo dedicado únicamente a la Instruc (...)
  • 22 « Prospecto… », op. cit., p. 8: « Nos abstendremos en ella de hablar de los sucesos del día, los hi (...)

5L’intérêt des militaires pour la presse ne naquit pas avec la Guerre d’Indépendance. Les listes de souscripteurs publiées par nombre de journaux à la fin du XVIIIeme siècle montrent qu’ils ne demeurèrent pas insensibles aux attraits de ce nouveau vecteur de diffusion de l’information, de la culture et de manière plus générale des Lumières16. Conscient de ce qu’ils constituaient un public potentiel pour la presse, José Felipe de Olive qui avait créé en février 1795 le Correo de Gerona17, périodique bi-hebdomadaire, n’hésita pas quelques semaines plus tard à leur consacrer la livraison du jeudi qui paraîtrait désormais sous le titre de Correo de Gerona dedicado únicamente a la Instrucción militar o escuela histórica, y moral del soldado18. Comme il le précisa dans le prospectus de ce qui en fait était une autre publication, spécialisée et à l’adresse d’un public ciblé, le temps où le « militaire rejetait toute instruction et lecture », où « l’on croyait que les sciences et les armes étaient deux choses séparées, voire opposées » était révolu19. Le militaire souligna-t-il encore, « lit et s’instruit. L’on trouve sous sa tente, livres et instruments mathématiques, à côté de son épée et de son fusil »20. C’est donc tout à la fois aux « disciples de Minerve » et « dignes fils de Mars »21 qu’était tout particulièrement adressée cette livraison du jeudi qui se voulait éducative et n’entendait pas se mêler (du moins directement) de la Guerre du moment, tâche laissée aux historiens à venir22.

  • 23 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIII° siècle (1781-1808), Paris, (...)
  • 24 Voir à ce sujet : AGUIRRE, Manuel de, Cartas y Discursos del Militar ingenuo al Correo de los Ciego (...)
  • 25 Semanario Literario y Curioso de la Ciudad de Cartagena, Cartagena, en la Real Imprenta de Pedro Xi (...)
  • 26 Voir: Prospecto de un Semanario literario, y curioso de la Ciudad de Cartagena, Con las licencias n (...)
  • 27 GARCÍA HURTADO, Manuel-Reyes, « Un periódico para la Real Armada: El Semanario Literario y Curioso (...)

620,3 % des souscripteurs à cette singulière publication, avec laquelle s’ouvre l’histoire des périodiques militaires espagnols, étaient issus des rangs de l’armée23. Mais d’aucuns, ne se contentant pas du rôle passif de lecteur, choisirent de mettre également leur plume éclairée au service de la presse. Tel fut notamment le cas de Manuel de Aguirre y Landázuri qui signa divers articles dans le Correo de los Ciegos sous le pseudonyme de El Militar ingenuo24. Et, fait sans précédent, divers officiers de la Marine Royale (dont Pedro de Leiva et Martín Fernández de Navarrete) unirent leurs forces pour créer en 1786 le Semanario Literario y Curioso de la Ciudad de Cartagena25. Cet hebdomadaire, fait par des militaires mais s’adressant au grand public, n’est certes pas à mettre à l’actif d’une presse spécialisée car il fut conçu comme une revue « littéraire » au sens le plus large du terme26. Il n’en reste pas moins qu’il trouva un écho fort appréciable dans les rangs de l’Armée : 38,5 % des 252 souscripteurs recensés étaient issus de la Marine et 8,4 % des autres armes27.

7Cet intérêt patent des officiers les plus éclairés et les plus instruits pour la presse, cette volonté affichée par certains d’entre eux d’endosser l’habit de journaliste se verront confirmés pendant la Guerre de l’Indépendance.

  • 28 Gaceta Militar y Política del Principado de Cataluña, Tarragona y otras localidades, 23 de agosto d (...)
  • 29 Memorial militar y patriótico del Ejército de la Izquierda, Badajoz, Olivenza, Campomayor, Badajoz, (...)

8Nombre de périodiques revendiquèrent alors, ne serait que dans la formulation de leur titre, un caractère martial. Mais bien souvent cette revendication n’impliquait ni que la plume fût tenue par un militaire, ni même une véritable spécialisation de la publication. Citons en guise d’exemple la Gaceta Militar y Política del Principado de Cataluña qui fut créée dès 180828. Cette gazette itinérante, organe d’expression de la Junte Suprême de Catalogne et dont la direction fut confiée initialement à un carmélite, le père Traggia, n’était militaire qu’au sens où elle rendait compte des faits de guerre, terrain également occupé, quoiqu’à un moindre degré, par nombre d’autres publications patriotiques. Certains périodiques, en revanche, peuvent être considérés comme véritablement militaires tant de par les thématiques abordées que de par le profil de leurs rédacteurs. Comme l’avait très bien compris l’un des contributeurs du Memorial militar y patriótico del Ejército de la Izquierda, fondé en 1810 par le marquis de La Romana29 :

  • 30 « La Guerra no se hace solamente con los cañones y con las bayonetas. Muchas veces vale más la opin (...)

« La guerre ne se fait pas seulement avec les canons et les baïonnettes. Bien des fois l’opinion est plus forte, et la conduite que l’on adopte vis-à-vis de l’ennemi est plus importante que la conservation d’une place-forte ou qu’une victoire non décisive »30.

  • 31 Voir à ce sujet MURO MORALES, José Ignacio, « La formación de un cuerpo facultativo encargado de la (...)

9Tel est assurément l’un des principes qui conduisirent au lancement, deux ans plus tard, du Periódico militar del Estado-Mayor-General, périodique qui affichait quant à lui une dimension nationale et dont la direction tout comme la rédaction furent assumées exclusivement par des officiers de l’Etat Major Général, créé peu avant à la demande de Blake31.

Le Periódico militar del Estado-Mayor-General annonce la couleur

  • 32 Periódico Militar del Estado Mayor General, Cádiz, Imprenta del Estado-Mayor-General, 9 janvier – 1 (...)
  • 33 « Anuncio al Público », in PMEMG, n° 25, 25 juin 2012, p. 430.

10Cet hebdomadaire, dont 25 numéros furent publiés à Cadix, sur les presses de l’Etat Major General, entre le 9 janvier et le 15 juin 181232, entra en campagne, aux dires de ses rédacteurs, « sur ordre du gouvernement, et par disposition des Cortès »33. Et peut-être n’est ce pas un hasard si ce même 9 janvier eut lieu au Parlement, suite à une intervention du chef de l’Etat Major Général, un débat sur la nécessité d’œuvrer à la diffusion, dans l’ensemble du territoire, des « publications du Gouvernement légitime », « des Diarios de Cortes et autres publications intéressantes ». Discussion qui amena les députés à approuver la proposition suivante :

  • 34 Diario de Sesiones de las Cortes Generales y extraordinarias, n° 463 (Session du 9 janvier 1812), p (...)

« Bien que les Cortès pensent que le Conseil de Régence a dû prendre toutes les mesures opportunes afin que les localités, qu’elles soient libres ou occupées par l’ennemi, ne soient pas privées des publications officielles leur permettant de connaître, aussi bien l’état de la Nation, que les occupations du Congrès, les décrets et les providences prises pour son bien, S.M. veut et stimule le zèle de ce même Conseil de Régence afin qu’il ne recule devant aucun moyen dans l’intéressant but que ces publications, décrets et autres textes arrivent dans les provinces aussi bien libres qu’occupées »34.

11Il ne fut certes pas question à cette occasion du Periódico militar…, mais il figurait assurément au nombre de ces moyens envisagés par les Cortès (qui de toute évidence entendaient forcer quelque peu la main de la Régence) afin de permettre une large diffusion d’informations officielles pouvant contribuer à servir la cause des patriotes.

  • 35 « Prospecto del Periódico militar des Estado-Mayor-General », Cádiz, Imprenta del Estado Mayor Gene (...)

12Comme il fut souligné avec insistance dans le Prospectus du journal, il s’agissait, face à la circulation diluvienne d’informations « le plus souvent incertaines, confuses et invraisemblables », de créer un périodique consacré à la publication « d’informations vraies, ne défigurant pas les faits » qui seraient « assorties de quelques réflexions avisées faisant apparaître la vérité dans toute sa clarté », de manière à « asseoir l’opinion sur la base de la raison » et à contribuer à « l’instruction de tous, et en particulier de ceux qui se consacrent à la carrière des armes »35. Véracité des informations et impartialité des commentaires devaient être les maîtres mots du Periódico militar…. Evidemment, en ces temps de guerre, rares étaient les périodiques qui n’arboraient pas avec passion ce double étendard tout en accusant ceux du camp adverse de désinformation ou de mensonge éhontés. A ce problème s’ajoutait celui de la difficulté des communications comme l’avait déjà souligné le père Traggia dans le Prospectus de la Gazeta militar y política del Principado de Cataluña :

  • 36 « Prospecto », in Gazeta militar y política del Principado de Cataluña del martes 23 de agosto de 1 (...)

« Il est bien vrai, que le manque d’exactitude, est un effet de l’état dans lequel nous nous trouvons actuellement, et non pas de la perversité des Français. L’impossibilité de publier des nouvelles exactes et confirmées est due à l’interruption de la Poste et des communications entre nos Provinces, au milieu de l’inévitable anarchie et du manque pour la Nation d’une autorité suprême »36.

  • 37 « Prospecto del Periódico militar des Estado-Mayor-General », op. cit., [p. 1] : « …nadie lo puede (...)
  • 38 Ibid., pp. 1-2 : « …aunque se procurará cuidar la pureza del lenguaje, su estilo será cual conviene (...)

13De ce fait, les rédacteurs du Periódico Militar… publié à Cadix, de par leur appartenance à l’Etat Major General, estimaient être les seuls à pouvoir surmonter ces difficultés car il leur incombait de réunir toutes les données et les informations nécessaires, ce qu’ils ne manquèrent pas de souligner37. Ils tinrent également à préciser que s’ils se faisaient fort de veiller « à la pureté de la langue, leur style serait celui qui convient à des militaires et auquel peuvent prétendre ceux qui ont consacré leurs travaux à la science des armes, et plus encore à l’exercice de la guerre »38.

  • 39 « Introducción », in PMEMG, n° 1 (9 janvier 1812), pp. 1-2. Citation p. 1: « …conocemos que un pape (...)

14La vocation première de ce périodique était certes de diffuser les rapports et autres textes officiels centralisés par l’Etat Major Général, mais il ne fut pas conçu comme un simple bulletin de guerre. Les ambitions des rédacteurs étaient bien plus larges. « Un journal qui ne contiendrait que des informations, [précisèrent-ils dans l’introduction du premier numéro, à la fois reprise et prolongement du Prospectus], serait par là même une œuvre décharnée et inégale »39. C’est pourquoi à la rubrique des « Informations militaires » devaient s’ajouter trois autres sections intitulées « Instruction militaire », « Histoire » et « Variétés » qu’ils présentèrent au public en ces termes :

  • 40 Id. : « En el primero [artículo] procuraremos cooperar a la instrucción militar ; y por lo tanto in (...)

« dans la première nous tenterons de contribuer à l’instruction militaire ; par conséquent nous y inclurons tous les textes en rapport avec ce sujet que nous auront écrits ou reçus. Dans la deuxième nous livrerons des informations, des données et des réflexions permettant d’écrire l’histoire de nos faits de guerre, car en notre qualité de témoins directs nous pouvons rendre compte avec exactitude de la plupart de nos campagnes. Et dans la troisième nous publierons tous les écrits présentant quelque connexion avec la guerre ou les militaires ; et nous ne doutons pas [ajoutèrent-ils] que les personnes instruites, de toutes classes, nous communiqueront ce qui, en rapport avec ces trois rubriques, leur semblera opportun »40.

  • 41 Ibid., p. 2 : « …ojala llenemos completamente, y consigamos hacer conocer las verdaderas noticias a (...)

15Telle devait être l’ossature thématique de cette publication qui n’excluait aucunement les collaborations extérieures, visait un public hétérogène (militaire et civil) et affichait l’ambition d’atteindre un quadruple objectif : « faire connaître à tous les vraies informations, instruire les militaires, aider l’historien et éclairer le public »41.

Des rubriques inégalement représentées : honneur aux « Informations militaires »

  • 42 Ont été comptablilisés dans la rubrique divers l’ « Introduction » qui ouvre le premier numéro, deu (...)
  • 43 Sont parus des numéros spéciaux (toujours sous le titre de Anuncio extraordinario del Estado Mayor (...)

16Conformément aux engagements pris par les rédacteurs, les quatre sections annoncées dans le Prospectus trouvèrent leur place dans le périodique42. Mais leur poids fut très inégal. Quantitativement, c’est aux « Informations militaires » que revint, sans conteste, la place d’honneur, avec 35,5 % de la surface imprimée du journal, voire 40,4 % si l’on prend également en compte les suppléments ou numéros spéciaux (« Anuncios extraordinarios »), au nombre de 1443.

Importance quantitative de chacune des rubriques

Importance quantitative de chacune des rubriques

Elaboration personnelle

  • 44 « Advertencia », in PMEMG, n° 1 (9 janvier 1812), pp. 13-15. P. 13: « Para que el público pueda con (...)
  • 45 DUFOUR, Gérard, « Les correspondances interceptées publiées dans les presses officielles pendant la (...)

17Mais l’importance concédée à cette rubrique, présente dans tous les numéros (excepté le dernier), est somme toute logique, l’un des principaux objectifs de ce périodique de combat étant de rendre compte avec précision des actions militaires menées aux quatre coins de la Péninsule. Soucieux de se mettre à la portée d’un large public et guidés par un louable élan didactique, les rédacteurs prirent la peine d’ouvrir cette section par une succincte présentation de l’ensemble des positions alors occupées par les troupes espagnoles et alliées, sans manquer de faire référence aux divisions volantes et à la guérilla44. Ces précisions étant apportées, ils firent feu de tout bois afin d’assumer avec efficacité le rôle de relayeurs de l’information de guerre qui leur était dévolu. En leur qualité de porte-parole de l’Etat Major General, ils firent la part belle aux rapports officiels. D’où la présence d’une sous-partie intitulée « Partes de oficio de los ejércitos y guerrilla ». Par ailleurs, la quasi-totalité des numéros spéciaux (12 sur 14) étaient assortis de la mention : « Artículo de Oficio ». Mais ne se contentant pas de retranscrire des sources officielles, ils livrèrent également, à l’occasion, dans le cadre d’une seconde sous-rubrique (« Extractos, o anuncios anticipados de partes oficiales, noticias de confidentes y cartas particulares »), des nouvelles (données comme dignes de foi) qu’ils avaient obtenues par le biais d’autres canaux : celui des informateurs ou celui de la correspondance ennemie interceptée (genre, il faut dire, toujours du meilleur effet sur le moral des troupes et de la population civile45). Le journal s’inscrivait ainsi dans une dynamique portée et revendiquée par les autorités visant à assurer un relai rapide de l’information comme en atteste le préambule du numéro extraordinaire du 7 juin 1812 où l’on pouvait lire :

  • 46 « ARTICULO DE OFICIO », in Anuncio extraordinario del Estado Mayor General, Domingo 7 de junio de 1 (...)

« La Régence du Royaume, conformément à la politique qui est la sienne de ne pas retarder la divulgation des faits dont le public doit avoir connaissance, a ordonné que soit immédiatement publié le rapport suivant… »46.

  • 47 L’on retrouvera les informations livrées dans les numéros extraordinaires du 23, 26 et 29 janvier 1 (...)

18De fait, les rédacteurs n’avaient pas voulu attendre le prochain numéro (à paraître le 11 juin) pour reproduire ce rapport en date du 2 juin 1812. Adressé au chef de l’Etat Major Général depuis le bivouac de Majar Ruiz (province de Málaga) par le general Francisco Ferraz, il rendait compte du résultat incertain mais glorieux de l’affrontement qui avait eu lieu le 31 mai contre les troupes du général Conroux sur les hauteurs de Bornos. Cette volonté d’assurer la retransmission dans les meilleurs délais de l’avancée des opérations militaires est notamment reflétée par la récurrence des suppléments, en particulier dans le courant des premières semaines de parution. C’est ainsi qu’entre la publication des numéros 3 (jeudi 23 janvier) et 4 (jeudi 30 janvier) furent imprimés trois « anuncios extraordinarios » : le premier le jeudi 23 (jour même de la sortie du journal), le deuxième le dimanche 26 et le dernier le mercredi 29, pour un total de seulement trois pages. Et l’on notera que les informations « officielles » diffusées à cette occasion (toutes en rapport avec l’assaut par les troupes alliées de Ciudad Rodrigo) ne furent publiées qu’ultérieurement dans la Gazeta de la Regencia de España e Indias. Le décalage (tout au plus de deux jours47) était certes minime mais il démontre que le Periódico militar… avait l’avantage en matière d’accès à l’information.

  • 48 « Madrid, 22 de enero », in Gazeta de Madrid, 23 janvier 1812 (n° 23), pp. 91(a)-92(b). Les gazetie (...)
  • 49 Le 20 janvier 1812, alors que Valence avait déjà capitulé, El Conciso (n° 20, [p. 4]) déclarait : « (...)
  • 50 Dans la rubrique « Noticias del Reino » du Diario mercantil de Cádiz del viernes 17 de enero de 181 (...)
  • 51 « Capitulación concluida entre S.E. el Sr mariscal del imperio conde de Suchet, comandante en jefe (...)
  • 52 « Valencia rendida », in El Redactor general, 9 février 1812 (n° 240), pp. 935 a-b. A la suite figu (...)
  • 53 « Artículo de Oficio », in Gazeta de la Regencia de las Españas, 11 février 1812 (n° 18), pp. 160-1 (...)

19En vertu de l’impartialité promise à leurs lecteurs dans le Prospectus, même les mauvaises nouvelles devaient être annoncées sans fard ni retard. Ainsi le 8 février 1812 un numéro extraordinaire de quatre pages livra la retranscription du rapport du 9 janvier dans lequel le général Blake rendait compte de la reddition de Valence. La Gazeta de Madrid afrancesada, on ne s’en étonnera guère, avait déjà fait état de cette importante victoire de Suchet le 23 janvier, quoique sans prendre la peine, comme le firent les rédacteurs du Periódico militar…, de publier le texte de la capitulation48. Mais à Cadix, la presse n’avait pas encore pu (du fait de la difficulté des communications49) ou pas voulu diffuser la triste nouvelle. Par exemple, le Diario mercantil de Cádiz qui, le 23 janvier 1812, venait tout juste de reconnaître que Valence était assiégée (après avoir évoqué la situation difficile dans laquelle se trouvait Suchet) ne fit jamais état de la perte de la ville50. De fait, en rendant compte de la capitulation de Valence le 8 février, le Periódico militar…. se situait résolument à la pointe de l’actualité. A sa suite El Conciso51 et El Redactor general52 relayèrent (dès le lendemain) l’information et ce n’est que le 11 février (soit trois jours plus tard) que le texte livré dans le numéro spécial du Periódico militar… fut à son tour divulgué dans la Gazeta de la Regencia de las Españas53.

20La stratégie (si chère à ceux dont la plume était dévolue à la propagande) consistant à claironner les victoires et à passer sous silence les défaites, ne semblait donc pas être de mise ici :

  • 54 « Anuncio extraordinario del Estado Mayor General », samedi 8 février de 1812, 4 p. nn. Citation [p (...)

« Le gouvernement [était-il précisé en introduction dudit supplément], qui ne peut en aucun cas tolérer l’occultation des malheurs, ni prendre la moindre mesure contribuant à ce que nous nous assoupissions sous leur effet, a ordonné la divulgation des derniers événements de Valence, avec l’assurance que ces revers, loin d’abattre le moral des Espagnols, ne serviront qu’à trouver le moyen de prévenir ceux qui pourraient nous menacer à l’avenir »54.

21Et les rédacteurs du périodique ne manquèrent pas de souligner en plus d’une occasion que l’une des clés de la réussite était de savoir tirer des leçons de ses échecs. Ce fut notamment le cas dans l’article publié le 5 mars, dans la rubrique « Instruction militaire », où ils exhortèrent tous ceux qui, échappant à l’empire des passions, avaient su « regarder cette guerre avec les yeux de l’observation » à communiquer au gouvernement le fruit de leurs réflexions pour que puisse être écrit « le livre de l’expérience » grâce auquel pourraient être déterminées les véritables causes de l’échec ou du succès de chacune des batailles livrées. Nul doute, à leurs yeux, que telle était la voie qui conduirait l’Espagne à la victoire finale.

  • 55 « Instrucción militar », PMEMG, n° 9 (5 mars 1812°, pp. 143-145. Citation p. 145: « Apresúrense, pu (...)

« Que les Espagnols [clamèrent-ils] se hâtent donc de transmettre les matériaux nécessaires à ce grand livre : l’homme courageux qui prit part à la bataille, le philosophe qui la regarda paisiblement après avoir observé les dispositions que nous avions prises ; les sages patriotes qui contraints par la nécessité, et peut-être même par l’amour de la patrie, se trouvaient parmi les ennemis et purent percer leurs intentions, connaître à fond leurs forces, la manière dont ils les déployèrent, tout comme le fondement de leurs espoirs et de leurs craintes, tous doivent contribuer avec leurs informations et observations à la formation de cette grande œuvre qui, nous montrant les funestes chemins de l’erreur et les sûrs sentiers de la réussite, nous éloignerait des précipices, et nous conduirait enfin au triomphe et à la liberté »55.

De la guerre de la plume à l’écriture de l’histoire de la guerre

  • 56 « Instrucción militar. / Rápida ojeada militar sobre la situación de nuestra península a la entrada (...)

22Cette quête revendiquée de l’information vraie et la volonté d’en assurer une diffusion rapide étaient bien évidemment motivées par le souci de contribuer à une lutte plus efficace contre l’ennemi en éclairant, avec toute la précision possible, militaires et civils sur la situation réelle de l’Espagne. Tel était d’ailleurs l’objet de l’ensemble des textes publiés aussi bien dans la rubrique « Informations militaires » que dans les trois autres sections, les limites de l’exercice, comme le soulignèrent les rédacteurs dès le premier numéro, consistant à ne pas divulguer des données susceptibles de servir les Français56. Le journal, en tant que relai de l’actualité militaire, était donc résolument en prise avec le moment présent. Mais sa démarche se voulait également historienne. Conscients de vivre un moment aussi tragique qu’exceptionnel, les rédacteurs, tout en étant au service direct de leurs compagnons d’armes, se faisaient fort d’écrire également pour les générations à venir, pour ceux appelés à rédiger l’histoire de cette guerre doublée d’une révolution. Mais leur prétention, du moins s’en défendaient-ils, n’était nullement d’endosser eux-mêmes l’habit d’historien :

  • 57 « Historia », in PMEMG, 9 janvier 1812 (n° 1), p. 11: « La mayor empresa del entendimiento humano e (...)

« Ecrire l’histoire d’une révolution [soulignèrent-ils avec lucidité et honnêteté] en étant plongé dans ses calamités est la plus grande des entreprises qui soit pour l’esprit humain, tant il est difficile d’éviter les écueils sur lesquels trébuche la plume animée par les divers sentiments qui agitent le cœur des hommes pris dans les bouleversements et les passions de moments aussi angoissants. Beaucoup de science et beaucoup de vertu sont nécessaires pour rendre compte avec impartialité des événements que nous vivons, car les maux publics et les faiblesses qui les provoquent s’emparent de la fantaisie et exaltent l’esprit avec des sentiments dont le philosophe historien doit se défaire »57.

  • 58 Ibid., p. 11-12: « Pero otros inconvenientes, que se presentarán al escritor, son los pocos datos q (...)
  • 59 Ibid., p. 12 : « Nosotros, pues, sin embargo procuraremos ayudar al genio emprendedor, que trate de (...)
  • 60 Tel est notamment le cas dans la dernière livraison du « Resumen de la campaña de Asturias desde ju (...)

23En revanche, ils se présentaient comme les indispensables auxiliaires de celui qui s’attellerait à cette tâche aussi ardue que nécessaire, leur rôle en la matière consistant à collecter et à figer sur le papier les informations ayant trait à la guerre, autrement dit à faire œuvre d’archive, ce qui était d’autant plus important que, déploraient-ils, « les données conservées sont rares car la majorité des événements ne sont consignés que dans la mémoire de ceux qui y ont pris part »58. Ayant participé, en leur qualité de militaires, « physiquement ou moralement » à nombre des combats, ils estimaient en outre être les mieux placés pour pallier la pénurie documentaire inhérente aux aléas du moment (absence de coordination entre les différentes armées dans les premiers temps, difficulté des communications, diversité des instances dirigeantes, perte des archives ministérielles, désordre provoqué par la révolution…)59 et concevaient donc leur périodique (toutes rubriques confondues) comme une somme d’informations de toute première main mise à la disposition de l’historien. Souhaitant s’inscrire dans une démarche scientifique et en aucun cas passionnelle, ils tinrent d’ailleurs, en plus d’une occasion, à attirer l’attention du lecteur sur la fiabilité des sources utilisées60.

Compte tenu de l’urgence du moment, la section « histoire » ne fut certes pas la plus importante quantitativement : présente dans 10 numéros, elle constitue seulement 13,6 % de la surface imprimée du journal. Mais sa seule existence en dit long sur la volonté des responsables du périodique (ce qui ne pouvait nuire au moral des troupes, bien au contraire) de rendre hommage aux Espagnols résistant héroïquement et contre toute attente, depuis quatre ans, aux troupes impériales, et d’œuvrer, par là-même, à la gloire de l’Espagne. De fait, cette volonté affichée de jeter les bases d’une histoire militaire du temps présent, appelée à être source d’enseignements tant pour les contemporains que pour les générations à venir, répondait également et bien évidemment à des fins de propagande immédiates, l’objectif étant de fouler aux pieds le mythe de l’invincibilité des aigles napoléoniennes. Comme souligné, à juste titre, dans un article a priori adressé au journal par un militaire espagnol ayant effectué un long voyage l’ayant mené jusqu’aux rives de la Baltique, l’image de l’Espagne, à la faveur de la guerre, avait changé du tout au tout en Europe. Objet pendant longtemps de moqueries et de mépris, elle était désormais perçue comme le symbole de la lutte contre la tyrannie et pour la liberté.

  • 61 « Artículo comunicado por un militar », in PMEMG, 13 février 1812 (n° 6), pp. 100-104. Citation p.  (...)

« Le fantôme de l’invincibilité des Français a déjà été détruit ici comme là-bas. C’est à nos triomphes, et même à nos malheurs, qu’on le doit. La célèbre campagne du lord vicomte Wellington au Portugal, imprimée à Londres, que j’ai lue en Allemagne en français, a également contribué à cette important objectif ; et les militaires instruits de ces nations lui rendent l’hommage fait de respect et d’admiration qu’il mérite. Si seulement nos campagnes, bien écrites pouvaient également être connues là-bas !... elles accélèreraient le temps de l’explosion générale contre la tyrannie. »61

  • 62 Id. : « Al Estado mayor general toca, a mi parecer, el meditar y ocuparse en esto ; los que se dist (...)

24Aussi cet anonyme militaire insistait-il sur la nécessité impérieuse de publier le récit si ce n’est de toutes les batailles du moins des plus mémorables. Et, de son avis, cette tâche incombait tout particulièrement à l’Etat major général : « Ceux qui se distingueront sur le champ de la gloire [allégua-t-il], ou s’y seraient déjà distingués lui en seront reconnaissant, et la patrie recevra l’un des services qu’elle est en droit d’attendre de son zèle et de ses lumières »62. Ainsi l’avaient entendu, à n’en pas douter, les rédacteurs du Periodico militar…

Une défense pro domo des intérêts de l’armée

25Parmi leurs objectifs prioritaires figuraient également la défense et illustration des militaires, à leurs yeux, trop souvent et injustement décriés. Tel était notamment le propos de divers textes publiés dans les rubriques « Instrucción militar » et « Variedades ».

  • 63 « Sobre la opinión pública respecto a los militares », in PMEMG, 20 février 1812 (n° 7), pp. 116-12 (...)
  • 64 Ibid, p. 116-117 : « No bien acaba de perderse una batalla, de rendirse una fortaleza, de retirarse (...)
  • 65 Ibid., pp. 118-119: « Tales sujetos son, sin disputa, muy perjudiciales ; pues tuercen la opinión p (...)
  • 66 Ibid., p. 119 : « Los escritores debieran igualmente examinar con mayor juicio y madurez las propos (...)

26Comme ils l’énoncèrent sans détours dans un article intitulé « Sur l’opinion publique au sujet des militaires »63, ils ne pouvaient que déplorer l’impudence avec laquelle certains, faisant fi des terribles conditions auxquelles étaient soumis les combattants, s’empressaient de clouer au pilori les généraux au premier échec, sans même s’interroger sur les causes de la défaite64. Comment tolérer les jugements à l’emporte-pièce d’un « auteur irréfléchi » (« irreflexivo autor ») ou d’un « damoiseau efféminé » (« afeminado pisaverde ») qui n’avaient jamais foulé un champ de bataille mais se plaisaient à ruiner la réputation de ceux qui y versaient leur sang pour la gloire de la patrie ? Une telle attitude, qui contribuait à « déformer l’opinion publique au sujet des militaires » et ne pouvait que nuire au moral des troupes, était de leur avis hautement néfaste65. Aussi, invitaient-ils à la plus grande circonspection les hommes de plume, rappelant au passage que les civils n’étaient assurément pas les mieux placés pour se prononcer sur les questions militaires66.

  • 67 Article sans titre in PMEMG, 26 mars 1812 (n° 12), pp. 203-208 et « Concluye el artículo anterior » (...)
  • 68 Ibid., p. 204 : « Pero el examen de las ideas que influyen directamente en la guerra, pertenece a l (...)

27C’est d’ailleurs là un point sur lequel ils revinrent longuement quelques semaines plus tard, dans un article (objet de deux livraisons consécutives)67 où ils s’attachèrent à démontrer que, pour le bien de la nation, chacun (le philosophe, l’homme politique, le juriste, le théologien, le peuple…) devait impérativement se cantonner à son domaine de compétence. Le savoir et l’expérience constituant les incontournables bases de toute décision avisée, « l’examen des idées influant directement sur la guerre reve[nait] aux militaires [affirmaient-ils haut et fort] ; c’est à eux qu’il incombe de dire si elles sont vraies ou fausses, bonnes ou dangereuses, en s’efforçant de dissiper les erreurs, qui conduisent tout autant à la perte des batailles qu’au trouble de la tranquillité intérieure des Etats »68. De ce fait, ils n’hésitèrent pas, optant pour un discours à contre-courant et peu populaire, à remettre en cause la sacralité de l’opinion publique dont les jugements ne pouvaient, ils en étaient convaincus, prévaloir aux prises de décision des militaires et ce, quel que fût le rôle essentiel joué aux premiers temps de la guerre par le peuple.

  • 69 Ibid., p. 216: « Cosa es por cierto admirable que en un siglo en que parece que el arte de pensar h (...)

« Il est assurément bien étonnant [déploraient-ils] qu’en un siècle où la faculté de penser semble avoir atteint la plus grande perfection, nous en soyons arrivés à adorer si aveuglément l’opinion publique que nous en ayons fait la règle des opérations militaires, comme si une opinion infondée cessait de l’être dès l’instant où elle commence à être adoptée par une multitude, ou comme si le nombre suffisait à changer la nature des choses ; mais, il n’est aucune erreur à laquelle nous puissions échapper, si nous nous laissons entraîner par la précipitation »69.

28Aussi, déployant un large arsenal argumentaire, les rédacteurs du journal s’ingénièrent à démontrer à leurs lecteurs qu’il fallait parfois avoir l’audace patriotique d’aller à l’encontre de la toute puissance d’une opinion publique qui pouvait aisément se fourvoyer, du fait de sa propre ignorance, et qui, bien évidemment, était la cible privilégiée des ruses de l’ennemi, toujours soucieux de la manipuler à son avantage.

  • 70 Ibid., p. 218: « todo nos aconseja desconfiar de la opinión pública en esta materia, todo nos la pr (...)

« Tout [concluaient-ils] nous invite à nous méfier de l’opinion publique en la matière, tout nous la présente comme un guide douteux pour nous conduire à la vérité, tout nous pousse à la regarder avec prudence, et tout commande aux généraux et au gouvernement, qui souhaitent sauver la patrie, de l’examiner avec une sage attention, de déterminer si elle a quelque fondement, et, afin d’éviter de plus grands maux, ils doivent s’armer de courage afin de la braver lorsqu’ils ne seront pas à même de la corriger »70.

29Et c’est tout logiquement que, s’insurgeant contre la tyrannie d’une opinion publique dont la voix ne pouvait primer sur celle des militaires, ils se faisaient fort de redorer le blason de l’armée vis-à-vis du public, de rectifier les jugements abusifs émis à son encontre, de combattre les préjugés dont elle était victime et de manière générale de défendre son honneur, sans pour autant dissimuler ses faiblesses.

  • 71 Article sans titre paru dans le Redactor general du 20 mars 1812 dans la rubrique « Variedades », p (...)
  • 72 Article sans titre paru dans la rubrique « Variedades » du PMEMG du 2 avril 1812 (n° 13), p. 221 : (...)
  • 73 « Continua el discurso sobre el espíritu de cuerpo », in PMEMG, 13 février 1812 (n° 18), pp. 95-99; (...)
  • 74 « Conocida la absoluta necesidad de la formación de una constitución militar, que sea para el ejérc (...)
  • 75 « Concluye el artículo anterior », in PMEMG, 7 mai 1812 (n° 18), pp. 299-302. Voir p. 302.
  • 76 « Sesión del día 20 de junio de 1812 », in Diario de sesiones de las Cortes generales y extraordina (...)
  • 77 « Sesión del día 20 de junio de 1812 », in Diario de sesiones de las Cortes generales y extraordina (...)

30Les propos tenus dans le numéro 280 du Redactor general71 (reproduits fidèlement) sur la couardise de certains militaires, démentis avec véhémence et précision furent l’occasion, notamment, d’attirer l’attention du public sur les défaillances de la formation dont avait bénéficié jusqu’alors les militaires et de souligner que leur instruction devait figurer au nombre des priorités du gouvernement72. On ne s’étonnera donc pas de trouver dans les pages du périodique divers articles portant sur ce sujet et, de manière plus générale, sur la nécessité de réformer en profondeur les armées73, ce qui impliquait notamment l’élaboration d’une « constitution militaire » qui devait être « pour l'armée ce qu'est la constitution politique pour la monarchie »74. La victoire, fut-il souligné, en dépendait grandement. D'où l'appel véhément lancé aux députés, dans le numéro paru le 7 mai 1812, afin qu'ils s'attellent à la tâche75. Cette question, si importante à leurs yeux, avait déjà été soulevée aux Cortès, notamment le 3 juillet 1811 par Manuel de Llano76, mais depuis bien peu d'avancées avaient été faites en la matière. De fait, les voeux des rédacteurs furent en partie exaucés puisque, peu après, lors de la session parlementaire du 20 juin 1812, le sujet revint sur le tapis77.

  • 78 « Deserción », in PMEMG, 23 avril 1812 (n° 18), pp. 283-285 et « Concluye el artículo anterior », i (...)
  • 79 « Variedades », in PMEMG, 25 juin 1812 (n° 25), pp. 425-426: « Además, aun dado caso de que a nuest (...)
  • 80 Ibid., p. 426: « para salvar una nación, no basta que el soldado derrame su sangre ».

31Ne dissimulant donc en aucun cas les failles du système militaire, n'éludant pas des sujets délicats (comme celui de la désertion78), les publicistes ne ménagèrent pas leur peine pour défendre les intérêts de l'armée et redorer son blason, mais, ils ne manquèrent pas de souligner que, dans cette lutte contre l'Intrus, dont l'enjeu était également le triomphe d'un nouveau système politique, les efforts de l'armée, y compris en cas de victoire, seraient vains si « tous les citoyens ne contribuent pas de toutes leurs forces à établir et préserver le saint amour de l'indépendance et la patrie, s'ils ne veillent pas à ce que leurs droits soient respectés, s'ils ne vénèrent pas les lois... »79. Pour « sauver une nation, [déclarèrent-ils dans leur dernier numéro, en espérant être entendus] il ne suffit pas que le soldat verse son sang »80.

Le Periódico militar… contraint à la capitulation

32Quel fut l’écho de cet hebdomadaire sui generis à mi-chemin entre une gazette officielle spécialisée (centrée sur l’information de guerre) et un périodique militaire visant par le biais d’articles de fond à servir les intérêts de l’armée et d’une patrie en danger ?

33Si l’on s’en tient à l’annonce livrée au public à la suite du dernier numéro où fut reproduit « La représentation des officiers de l’Etat major général à la Régence du Royaume », en date du 10 juin 1812, annonçant que le périodique rendait les armes, il fut mince.

  • 81 « Anuncio al público », in PMEMG, 15 juin 1812 (n° 25), p. 430: « ...habiendo conocido por la esper (...)

« L’expérience leur ayant démontré [déclaraient-ils], que cette entreprise loin de procurer des avantages, les contraint, de par sa faible diffusion, à d’importantes dépenses, qu’ils ne peuvent supporter du fait du retard avec lequel ils perçoivent une part réduite de leur solde, ils se voient dans l’obligation d’abandonner la rédaction dudit périodique »81.

34De même, en dépit du large appel à contribution lancé par les rédacteurs lors de leur entrée en campagne, les articles communiqués ne furent pas légion : il n’y en eut que six, dont deux de Francisco Vallejo qui voulut répondre publiquement aux accusations de plagiat dont son ouvrage, Tratado completo del arte militar, fit l’objet dans le journal, publicité dont il se serait bien passé.

  • 82 « Rápida ojeada sobre la situación de nuestra península a la entrada del año 1812. El estado de nue (...)
  • 83 Lettre au journal publiée dans Diario mercantil de Cádiz, del martes 21 de enero de 1812 (n° 21), p (...)

35Il n’en reste pas moins que le Periódico militar… fut lu dans un périmètre géographique qui ne se limita nullement à ce bastion de résistance, jamais conquis par les Français, où il vit le jour. C’est ainsi que, par exemple, certains de ses articles furent repris dès février 1812 dans la Gazeta marcial y política de Santiago de Compostela82. A Cadix même le Redactor general (également imprimé sur les presses de l’Etat major général) publia avec la plus grande régularité des extraits du Periódico militar…, démontrant ainsi que ce périodique militaire à caractère officiel était devenu une incontournable source d’information. Mais son accès privilégié à certaines données, du fait du profil si particulier de ses rédacteurs, ne fut pas apprécié de tous et suscita même la colère du baron de la Bruère, l’éditeur du Diario mercantil de Cádiz, qui y voyait assurément une concurrence déloyale, ce dont il s’épancha sans retenue auprès de ses lecteurs en publiant le 21 janvier 1812 (soit seulement deux semaines après le lancement du journal) une lettre (peut-être réelle) adressée au « diarista »83. Son auteur (identifié par ses seules initiales : M.P.R), sur un ton outragé, s’y étonnait de la parution d’un périodique non gouvernemental mais censé publier des « rapports officiels », ce qui à ses yeux revenait à empiéter abusivement sur les terres de la Gazeta de la Regencia qui se devait d’avoir le monopole en la matière.

« Que conclure au final ? Devons-nous [se demandait-il] considérer ce nouveau périodique comme une œuvre du gouvernement ou l’état major comme de simples journalistes pouvant dans leurs rapports nous faire passer des vessies pour des lanternes ?

  • 84 Ibid., p. 90 : « ¿En qué quedamos ? Consideramos al nuevo periódico como obra del gobierno, o al es (...)

Un corps transformé en journaliste d’information !... Quel étrange phénomène ! Ce qu’il ne faut pas voir M. le diarista ! Je m’attends maintenant à ce que le tribunal de Séville, le consulat, ou le chapitre ecclésiastique se mettent également à journaliser ; et à vrai dire il n’y aurait là qu’une simple extravagance ; mais qu’un corps, qui est un conduit du gouvernement en un certain domaine, se croie autorisé à publier, dans ce même domaine, ce que le gouvernement pourrait juger utile de taire pour le bien de la patrie, ou pour peut-être ne pas heurter nos alliés…voilà qui est déjà… un phénomène, et bien beau ! »84.

  • 85 Ibid., p. 90.
  • 86 On pourra voir à ce sujet LARRIBA, Elisabel, « Le baron de la Bruère : un patron de presse au temps (...)

36C’était effectivement là un mélange des genres de nature à surprendre. Mais au-delà du problème posé par l’existence de deux canaux d’information officiels (aux mains, pour l’un du pouvoir militaire, pour l’autre du pouvoir civil), nul doute que les véhémentes protestations émises par ce correspondant du Diario mercantil… n’étaient pas seulement motivées par la volonté de défendre les prérogatives de la Régence en matière de diffusion de l’information ayant trait à la guerre, au nom de « l’ordre » et de « l’unité »85. Il faut également y voir des visées plus intéressées et le reflet de la guerre de la plume qui agitait aussi la république journalistique en son propre sein, chacun luttant âprement pour conquérir un public dont dépendait sa survie économique, le confrère étant souvent perçu comme un concurrent à abattre. Dans cette course effrénée à l’information, les ambitions journalistiques des officiers de l’état-major, source et désormais diffuseurs sur la place publique de nouvelles de la plus haute importance, ne pouvaient que déplaire à certains publicistes, dont le baron de la Bruère qui n’en était pas à sa première rixe professionnelle86.

37D’où toute la frustration de ce correspondant ou porte-parole du Diario mercantil de Cádiz qui déclara :

  • 87 Ibid., p. 91 : « el busilis está en que nadie debe enteramente fiarse ser de oficio lo que publique (...)

« le hic est que personne ne doit tout à fait croire au caractère officiel de ce que publiera l’état major, car il n’est pas autorisé à publier quoi que ce soit d’officiel ; et cependant tous diront : mais, Monsieur, si la source est sure, et si elle vient du gouvernement, qu’importe que le gouvernement ne l’ai pas dit ? »87.

38Si les officiers de l’Etat major général avaient soutenu qu’ils étaient les seuls à pouvoir parler en connaissance de cause de la guerre, tout porte à croire que certains journalistes estimaient, eux, que la presse était un domaine réservé, prohibé aux militaires. Et sans doute est-ce avec soulagement que ces derniers accueillirent la nouvelle de leur capitulation journalistique au terme d’une campagne de 25 semaines. Mais, quelles que fussent les raisons de cette retraite, les rédacteurs du Periódico militar del Estado mayor general, qui, pour un temps, avaient choisi de combattre avec le glaive et la plume, contribuèrent à écrire l’une des premières pages de l’histoire de la presse militaire.

Haut de page

Notes

1 Madrid en 1808. Relación de cuanto ocurrió cada día en aquel año desde el Motín de Aranjuez, y de las noticias que corrían diariamente. Es un retrato fiel de cuanto sucedió día por día. Escrito por Rafael Pérez, actor del teatro, 47 f. [Biblioteca Histórica – Madrid: M-604]. Ce texte a fait l’objet d’une réédition: PEREZ, Rafael, Madrid en 1808. El relato de un actor. Introducción y notas de Joaquín Álvarez Barrientos, Madrid, Dirección General de Archivos, Museos y Bibliotecas, 2008, 153 p.

2 Ibid., p. 101

3 Ibid., p. 98: « (…) era la Corte un laberinto continuo de noticias. »

4 Ibid., pp. 71, 73, 76, 78, 81-89, 95, 96, 99, 109-112, 114, 117, 121, 122, 124, 125, 130, 134-136, 143-145.

5 Ibid., p. 117.

6 Id.

7 Ibid., p. 124.

8 Ibid., p. 130.

9 Ibid., p. 144.

10 Ibid., p. 88.

11 Ibid., p. 111: « … se sabía que el Diario mentía mucho. »

12 Fort explicites s’avèrent à ce sujet les célèbres opuscules intitulés Diarrea de las imprentas. Memorias sobre la epidemia de este nombre que reina actualmente en Cádiz… / Escribiala en obsequio de la patria afligida el Doctor Pedro Recio de Tirte Afuera, Cádiz, Oficina de la Viuda Comes, 1811, 15  p. et Nuevo y funesto síntoma de la epidemia llamada de las Imprentas. Segunda Memoria Médica, escrita por el Doctor Pedro Recio de Titeafuera. Se añade un estado de los principales enfermos, que ha habido, y que hay de dos meses aá con diarrea periódica y aguda, Cádiz, Oficina de la viuda de Comes, 1811, 25 p.

13 GIL NOVALES, Alberto, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la Independencia, Madrid, CSIC – Ediciones Doce Calles, 2009, 216 p.

14 SÁNCHEZ HITA, Beatriz, Los periódicos del Cádiz de la Guerra de la Independencia (1808-1814). Catálogo comentado, Cádiz, Diputación de Cádiz, Colección Bicentenario, 2008, 374 p.

15 « Introducción », in Gazeta militar y Política del Principado de Cataluña, Tarragona, Imprenta de la Gazeta, Bajada del Rosario, 12 février 1809 (n° 36), pp. 281-283. Citation pp. 282-283 : »« Los Periódicos [pouvait-on lire dans cette Gazette militaire et politique] se cree no se establecieron en esta Provincia hasta el año de 1639, y desde entonces han continuado con cierta interrupción; porque el público, sin embargo de la crítica que esgrime continuamente contra ellos, los desea y lee con ansia; y en tiempos revueltos todo el mundo gusta saber los acontecimientos políticos y militares de la Europa; y como ahora toca de cerca a toda clase de gentes el éxito de nuestras armas, se ve que hasta los artesanos, labradores, y las mismas señoras gustan de oír su lectura; viéndose con frecuencia sobre los talleres y tocadores varios de estos impresos; lo que manifiesta el entusiasmo de que está poseída la Nación a favor de su libertad, contra el enemigo que con mano atrevida pretende dominar la España ».

16 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIII° siècle (1781-1808) ; Paris, Honoré Champion, 1998, pp. 315-319. [La traduction en espagnol de cet ouvrage paraîtra en 2013: Zaragoza, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Zaragoza.]

17 GARCÍA HURTADO, Manuel Reyes, « Guerra y propaganda a finales del siglo XVIII. José Felipe de Olivé y el Correo de Gerona (1795) », in Manuscrits, 21 (2003), pp. 133-160.

18 Correo de Gerona, Gerona, En la Imprenta de María Bro, administrada por Fermín Nicolau, 5 février - 3 août 1795, 2 vol., 52 n°, 15,5 x 20 cm. La première livraison du Correo de Gerona dedicado únicamente a la Instrucción militar o escuela histórica, y moral del soldado date du jeudi 5 mars 1795 (n° 9). Une collection complète est consultable à la Hemeroteca municipal de Madrid: F13/16 (191). La collection du Thomas J. Dood 3Research Center (University of Connecticut), également complète (SPAN PER 141), comprend par ailleurs le « Prospecto de la Instrucción Militar, o Escuela histórica y moral del Soldado », 8 p.

19 « Prospecto de la Instrucción Militar, o Escuela histórica y moral del Soldado », pp. 3-4: « Ha habido un tiempo en que el militar desechaba toda instrucción toda lectura. Se creía que las ciencias, y las armas eran dos cosas separadas, y aun tal vez contrarias. Se disputaba sobre su excelencia, y preferencia. Juzgaban muchos que para ser un buen militar solo se necesitaba ánimo, valor, y resolución. Este tiempo ya ha pasado ».

20 Ibid., p. 5 : « El militar lee y se instruye. Se hallan en su tienda los libros, y los instrumentos matemáticos, al lado de la espada y del fusil ».

21 « A la tropa española », in Correo de Gerona del jueves 5 de Marzo dedicado únicamente a la Instrucción militar o escuela histórica, y moral del soldado (n° 9), p. 2: « Militares sabios que unís la instrucción al valor, que sois a un mismo tiempo discípulos de Minera, dignos hijos de Marte, leed, leed, mi obra, veréis en ella reducido a un solo objeto, presentado bajo un mismo punto de vista, cuanto la historia contiene de más útil. »

22 « Prospecto… », op. cit., p. 8: « Nos abstendremos en ella de hablar de los sucesos del día, los historiadores venideros es a quien toca pintar las ocurrencias presentes ».

23 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIII° siècle (1781-1808), Paris, Honoré Champion, 1998, p. 319. Sur ce journal bien peu étudié voir : AGUILAR OLIVENCIA, Mariano, « Periodismo militar en la Guerra de la Independencia », in Revista de Historia Militar, 1978, n° 44, pp. 101-125.

24 Voir à ce sujet : AGUIRRE, Manuel de, Cartas y Discursos del Militar ingenuo al Correo de los Ciegos de Madrid. Precedido de Sistema de Sociedades Patrióticas y de Seminarios o Casa de Educación. Edición y estudio preliminar de A. Elorza, San Sebastián, s. e., 1974, 374 p.

25 Semanario Literario y Curioso de la Ciudad de Cartagena, Cartagena, en la Real Imprenta de Pedro Ximénez, Impresor del departamento de Marina, en el Hospital Militar, 1 septembre 1786-25 janvier 1788, 74 n° (15 x 20 cm). Numéros de 8 pages, périodicité hebdomadaire (parution le vendredi). Les deux seules collections localisées à ce jour figurent dans des fonds privés. Une copie de celle des Archives du marquis de Legarda (descendant de Martín Fernández de Navarrete) peut-être consultée à l’Archivo Municipal de Cartagena. Sur ce périodique voir : FERRÁNDIZ ARAUJO, Carlos, Pedro Ximénez, oriholano, impresor de Marina en Cartagena. El Semanario Literario y Curioso, Cartagena, Gráficas Cartagena, 1981, 86 p.; RUBIO PAREDES, José María, El Semanario Literario y Curioso de la Ciudad de Cartagena. Ocio de oficiales de la Armada destinados en su Departamento, Real Academia Alfonso el Sabio, 2004, 503 p.; GARCÍA HURTADO, Manuel-Reyes, “Un periódico para la Real Armada: El Semanario Literario y Curioso de la Ciudad de Cartagena (1786-1788), in CANTOS CASENAVE, Marieta (Ed.), Redes y espacios de opinión pública. XII Encuentros de la Ilustración al Romanticismo 1750-1850 Cádiz, América y Europa ante la modernidad, Cádiz, Universidad de Cádiz, 2006, pp. 89-104.

26 Voir: Prospecto de un Semanario literario, y curioso de la Ciudad de Cartagena, Con las licencias necesarias. En Cartagena. En la Imprenta de Pedro Ximenez: Impresor del Departamento de Marina en el hospital militar, 1786, 8 p. [Archivo municipal de Cartagena: CH02154-00009]

27 GARCÍA HURTADO, Manuel-Reyes, « Un periódico para la Real Armada: El Semanario Literario y Curioso de la Ciudad de Cartagena (1786-1788) », op. cit., p. 95.

28 Gaceta Militar y Política del Principado de Cataluña, Tarragona y otras localidades, 23 de agosto de 1808-1814, imprenta ambulante de Brusi. Pour plus de détails voir: GIL NOVALES, Alberto, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la Independencia, Madrid, CSIC – Ediciones Doce Calles, 2009, p. 132.

29 Memorial militar y patriótico del Ejército de la Izquierda, Badajoz, Olivenza, Campomayor, Badajoz, Imprenta Juan Patrón y Militar del Ejército de la Izquierda, 6 avril 1810-25 janvier 1811, 67 n°. Pour plus de détails voir: GIL NOVALES, Alberto, Prensa, guerra y revolución. Los periódicos españoles durante la Guerra de la Independencia, op. cit., pp. 153-154.

30 « La Guerra no se hace solamente con los cañones y con las bayonetas. Muchas veces vale más la opinión, y es de mayor importancia la conducta que se observa con el enemigo, que la conservación de una plaza fuerte o una victoria que no sea decisiva », in Memorial militar y patriótico del Ejército de la Izquierda, En Badajoz, En la Imprenta de Juan Patrón, 24 avril 1810 (n° 6), p. 43.

31 Voir à ce sujet MURO MORALES, José Ignacio, « La formación de un cuerpo facultativo encargado de la dirección de La guerra, 1801-1841 », in Revista de Historia Militar, n° 70 (1991), pp. 90-144.

32 Periódico Militar del Estado Mayor General, Cádiz, Imprenta del Estado-Mayor-General, 9 janvier – 15 juin 1812 (25 n°), 430 p. in 4° (21 cm). Une collection complète est conservée à la Biblioteca de la Fundación Federico Joly Höhr (Cádiz): Ref. 4558. Les 11 premiers numéros sont consultables à l’Archivo General Militar de Madrid : Colección documental del Fraile, vol. 453. La collection complète est reproduite en document annexe.

33 « Anuncio al Público », in PMEMG, n° 25, 25 juin 2012, p. 430.

34 Diario de Sesiones de las Cortes Generales y extraordinarias, n° 463 (Session du 9 janvier 1812), p. 2586: « Aunque las Cortes creen que el Consejo de Regencia habrá tomado las medidas oportunas con el objeto de que los pueblos, tanto libres como ocupados por el enemigo, no carezcan de aquellos papeles públicos de oficio que les hagan ver, así el Estado de la Nación, como las ocupaciones del Congreso, sus decretos y providencias dirigidas a su bien, quiere S.M. y excita el celo del mismo Consejo de Regencia para que no perdone medio alguno con el interesante fin de que lleguen dichos papeles, decretos y demás a las provincias tanto libres como ocupadas ».

35 « Prospecto del Periódico militar des Estado-Mayor-General », Cádiz, Imprenta del Estado Mayor General, 1812, 3 p. non numérotées. Citations [p. 1].

36 « Prospecto », in Gazeta militar y política del Principado de Cataluña del martes 23 de agosto de 1808 con privilegio exclusivo de la Secretaría de la Suprema Junta, Cuartel General de Villafranca: Por Miguel Puigrubí Impresor, pp. 1 et 2. Citation p. 1: « bien es verdad, que la falta de exactitud, es un efecto de nuestro actual estado y no de la refinada malicia Francesa. La falta de Correos y comunicación de nuestras Provincias mutuamente, en la inevitable Anarquía y defecto de una suprema autoridad de la Nación, es la causa que imposibilita la exactitud de las noticias que se publican sin datos fijos. »

37 « Prospecto del Periódico militar des Estado-Mayor-General », op. cit., [p. 1] : « …nadie lo puede verificar con más puntualidad que estos [los oficiales del Estado mayor general] a causa de que por su constitución y destino reúnen todos los datos y noticias necesarias al efecto. »

38 Ibid., pp. 1-2 : « …aunque se procurará cuidar la pureza del lenguaje, su estilo será cual conviene, y puede ser en unos militares que han dedicado sus tareas a la ciencia de la milicia, y aun más que esto a la práctica de la guerra ».

39 « Introducción », in PMEMG, n° 1 (9 janvier 1812), pp. 1-2. Citation p. 1: « …conocemos que un papel público, que solo contenga noticias, sería una obra descarnada y desigual por sí misma ».

40 Id. : « En el primero [artículo] procuraremos cooperar a la instrucción militar ; y por lo tanto insertaremos cuantos escritos nuestros o comunicados tengan relación con este ramo. En el segundo daremos noticias, datos y reflexiones que sirvan para escribir la historia de nuestros sucesos; pues como testigos de vista podemos referir con exactitud la mayor parte de nuestras campañas. Y en el tercero publicaremos cuantos escritos tengan alguna conexión con la guerra o con los militares; y confiamos que las personas de todas clases, instruidas, nos comunicaran cuanto les ocurra, y tenga relación con estos tres artículos »

41 Ibid., p. 2 : « …ojala llenemos completamente, y consigamos hacer conocer las verdaderas noticias a todos, instruir a los militares, ayudar al historiador, e ilustrar al público ».

42 Ont été comptablilisés dans la rubrique divers l’ « Introduction » qui ouvre le premier numéro, deux annonces de librairie parues dans le n° 4 (30 janvier 1812) ainsi que l’ « Avis au public » qui clôt le n° 25 (25 juin 1812).

43 Sont parus des numéros spéciaux (toujours sous le titre de Anuncio extraordinario del Estado Mayor General) les 10 janvier, 11 janvier, 19 janvier, 23 janvier, 26 janvier, 29 janvier, 7 février, 8 février, 19 février, 10 avril, 23 avril, 26 avril, 7 juin et 8 juin 1812.

44 « Advertencia », in PMEMG, n° 1 (9 janvier 1812), pp. 13-15. P. 13: « Para que el público pueda con más facilidad hacerse cargo de las noticias que insertemos, nos ha parecido oportuno principiar manifestando sucintamente los puntos principales que ocupan nuestros ejércitos por fines del año anterior » et « Advertencia », in PMEMG, n° 2 (16 janvier 1812), p. 27.

45 DUFOUR, Gérard, « Les correspondances interceptées publiées dans les presses officielles pendant la Guerre d’Indépendance », in El Argonauta español. Revue bilingue, franco-espagnole consacrée à l’étude de la presse espagnole de ses origines à nos jours (XVII°-XXI° siècles), n° 3 (juin 2006). http://argonauta.revues.org/1018

46 « ARTICULO DE OFICIO », in Anuncio extraordinario del Estado Mayor General, Domingo 7 de junio de 1812, 1 p. nn. « La Regencia del Reino, consecuente al sistema que se ha propuesto, de no retardar al conocimiento que debe tener de los lances que ocurran, ha mandado se publique inmediatamente el parte que sigue… »

47 L’on retrouvera les informations livrées dans les numéros extraordinaires du 23, 26 et 29 janvier 1812, dans, respectivement, la Gazeta de la Regencia de España e Indias du 25 janvier (p. 99), 28 janvier (p. 109) et du 30 janvier (p. 120).

48 « Madrid, 22 de enero », in Gazeta de Madrid, 23 janvier 1812 (n° 23), pp. 91(a)-92(b). Les gazetiers retranscrivirent la lettre en date du 13 janvier 1812 par laquelle Suchet annonça au Roi la prise de Valence.

49 Le 20 janvier 1812, alors que Valence avait déjà capitulé, El Conciso (n° 20, [p. 4]) déclarait : « después de que se cortó la comunicación con Valencia, nada se ha podido inquirir sobre su situación ». Et le 4 février on pouvait lire dans ce même périodique (n° 4, [p. 4]) : « Cádiz 3. Este día corre por valido que Valencia no solo estaba por nosotros el 25 del pasado, sino que recibió harina, carnes y otros víveres. »

50 Dans la rubrique « Noticias del Reino » du Diario mercantil de Cádiz del viernes 17 de enero de 1812, p. 75 (alors que la ville était déjà tombée depuis plusieurs jours) on pouvait lire la note suivante : « La grande pérdida de Suchet delante de valencia y su retroceso se repite hoy por persona que viene de allí cerca ». Deux jours plus tard dans la même rubrique (Diario mercantil de Cádiz del 19 de enero de 1812, n° 19), p. 83 la situation des Français était évoquée en ces termes : « Apenas hay 60 franceses, desde Tortosa a Murviedro, y los pocos que quedaron guarneciendo aquella plaza, piden a Suchet pronto socorro, por hallarse ya en vísperas de sucumbir. Las guerrillas de Tuper entraron en Puzol, y degollaron algunos partidarios franceses. Digno castigo de unos monstruos que no pueden mantener sobre sí el suelo español. Carta partic. » Enfin dans l’article paru le 23 janvier 1812 dans la section « Variedades » (n° 23, pp. 97-99) pouvait-on lire: « Si es verdad que Valencia se halla a estas horas enteramente sitiada ; si, como algunos aseguran, su indeleble odio a los barbaros, lo ha puesto en el caso desesperado de no admitir con ellos ningún pacto, sino que va a recordar al mundo, que los españoles son ahora lo que fueron en tiempo de Anibal, ¿podremos sus hermanos al tiempo que envidiamos un destino tan glorioso, dejar de dar un grito de espanto y de dolor temiendo se verifique esta dura catástrofe ? » (p. 97).

51 « Capitulación concluida entre S.E. el Sr mariscal del imperio conde de Suchet, comandante en jefe del ejército imperial, y S.E. el Sr. General en jefe Blake, comandante del segundo y tercer ejército español, para la ocupación de Valencia », in El Conciso, 9 février 1812 (n° 9), pp. [3-4].

52 « Valencia rendida », in El Redactor general, 9 février 1812 (n° 240), pp. 935 a-b. A la suite figurent le texte de la capitulation : « Capitulación de Valencia », pp. 935 b-936 b et « Impresos. Anuncio extraordinario del Estado Mayor general, del 8 », p. 936 b (où est reproduit le rapport de Blake paru dans le numéro spécial du PMEMG).

53 « Artículo de Oficio », in Gazeta de la Regencia de las Españas, 11 février 1812 (n° 18), pp. 160-162.

54 « Anuncio extraordinario del Estado Mayor General », samedi 8 février de 1812, 4 p. nn. Citation [p. 1]: « El gobierno, que no puede jamás asentir a que se oculten las desgracias, ni providenciar medida alguna que contribuya a que nos adormezcamos sobre ellas, ha mandado que se publiquen los últimos acontecimientos de Valencia, convencidos de que, lejos de abatir los ánimos de los españoles estos reveses, no servirán más que para preveer los medios de alejar los que pudiesen amenazarnos en lo sucesivo ».

55 « Instrucción militar », PMEMG, n° 9 (5 mars 1812°, pp. 143-145. Citation p. 145: « Apresúrense, pues, todos los españoles a remitir los materiales para este gran libro : el valiente que se halló peleando en la batalla ; el filósofo que la contempló tranquilamente, después de observar nuestras disposiciones anteriores; los sabios patriotas, que obligados de la necesidad, y tal vez del mismo amor de la patria, se hallaban entre los enemigos y pudieron penetrar sus intentos, conocer a fondo sus fuerzas, el modo como las desplegaron, y los fundamentos de sus esperanzas y de sus temores, todos deben concurrir con sus noticias y observaciones a la formación de esta gran obra, que señalándonos los funestos caminos del error, y las sendas seguras del acierto, nos apartaría de los precipicios, y nos llevaría por fin al triunfo y a la libertad. »

56 « Instrucción militar. / Rápida ojeada militar sobre la situación de nuestra península a la entrada del año de 1812 », in PMEGM, n° 1 (9 janvier 1812), pp. 2-13.

57 « Historia », in PMEMG, 9 janvier 1812 (n° 1), p. 11: « La mayor empresa del entendimiento humano es escribir la historia de una revolución en medio de sus calamidades, por lo difícil que es evitar los escollos, en que tropieza la pluma animada de los varios afectos que agitan al pecho de los hombres en los trastornos y pasiones de tiempos tan angustiosos. Mucha ciencia y mucha virtud son necesarias para referir con imparcialidad los sucesos que presenciamos, pues los males públicos y las debilidades que les acarrean, embargan la fantasía, e inflaman el ánimo con diferentes sentimientos, de que se debe desnudar el filósofo historiador ».

58 Ibid., p. 11-12: « Pero otros inconvenientes, que se presentarán al escritor, son los pocos datos que conservamos ; pues la mayor parte de los sucesos están solo encomendados a la memoria de los que en ellos intervinieron ».

59 Ibid., p. 12 : « Nosotros, pues, sin embargo procuraremos ayudar al genio emprendedor, que trate de escribir nuestra historia, presentando en nuestro periódico cuantas aclaraciones, datos y noticias de nuestros sucesos militares podamos reunir, como que en los más de ellos hemos intervenido con las manos y con el pensamiento ».

60 Tel est notamment le cas dans la dernière livraison du « Resumen de la campaña de Asturias desde julio de 1809, hasta el mismo mes de 1810 », 20 février 1812 (n° 7) où l’on peut lire dans le paragraphe de conclusión (p. 116) : « Estos son los sucesos militares acaecidos en el principado de Asturias desde el mes de julio del año de 1809, hasta el mismo mes de 1810 ; y por esta verídica relación, sacada de los partes originales y diarios de las personas que intervinieron en los acontecimientos se ve que… »

61 « Artículo comunicado por un militar », in PMEMG, 13 février 1812 (n° 6), pp. 100-104. Citation p. 104: « La fantasma de la invencibilidad de los franceses está ya destruida aquí como allá : a nuestros triunfos, y aun a nuestras desgracias, se debe esto. La célebre campaña del Lord vizconde Wellington en Portugal, impresa en Londres, que he leído en Alemania en francés, ha cooperado también a este importante objeto; y los militares sabios de aquellas naciones le tributan el homenaje de respeto y admiración que se merece. ¡Ojala que nuestras campañas bien escritas se conociesen también allí!... acelerarían la época de la explosión general contra la tirania ».

62 Id. : « Al Estado mayor general toca, a mi parecer, el meditar y ocuparse en esto ; los que se distingan en el campo de la fama, o se hubieran ya distinguido le estarán agradecidos, y la patria recibirá uno de los servicios que tiene derecho de exigir de su celo y luces ».

63 « Sobre la opinión pública respecto a los militares », in PMEMG, 20 février 1812 (n° 7), pp. 116-120.

64 Ibid, p. 116-117 : « No bien acaba de perderse una batalla, de rendirse una fortaleza, de retirarse un ejército, o de desgraciarse una combinación, cuando por todas partes resuena el descredito de los generales y aun de las tropas que mandaron e intervinieron en el desagradable suceso ; sin hacerse cargo de las circunstancias y antecedentes que influyeron en los malos resultados. El vulgo atribuye las desgracias a traición, o poco valor; las gentes ilustradas a impericia e ineptitud; y los pusilánimes a que son irresistibles los franceses; y de este modo todos hablan, todos critican, todos deciden; pero nadie atina con la verdadera causa del infortunio, o porque no tienen conocimientos militares ni el tacto necesario para juzgar en la materia, o porque se dejan obcecar del desaliento o arrastrar de la parcialidad ».

65 Ibid., pp. 118-119: « Tales sujetos son, sin disputa, muy perjudiciales ; pues tuercen la opinión pública en orden a los militares, y los defrauda de este modo de la recompensa principal de sus afanes ».

66 Ibid., p. 119 : « Los escritores debieran igualmente examinar con mayor juicio y madurez las proposiciones que muchas veces publican contra los generales ; y podían hacerse cargo de que es muy diferente el escribir en el bufete, y el ejecutar en el campo, procurando reunir muchos datos, muchas ideas, y meditar mucho cuando tratasen de criticar la conducta de un jefe militar, para no incurrir en los inconvenientes y equivocaciones en que tropieza el que escribe de esta atería sin gran caudal de conocimientos y sin la justa desconfianza propia que tanto conduce a la rectitud del juicio ».

67 Article sans titre in PMEMG, 26 mars 1812 (n° 12), pp. 203-208 et « Concluye el artículo anterior », in id., 2 avril 1812 (n° 13), pp. 216-218.

68 Ibid., p. 204 : « Pero el examen de las ideas que influyen directamente en la guerra, pertenece a los militares ; y ellos son los que deben calificarlas de verdaderas o falsas, de seguras o peligrosas, esforzándose a disipar el error, que no menos conduce a la pérdida de las batallas que a la turbación de la tranquilidad interior de los Estados ».

69 Ibid., p. 216: « Cosa es por cierto admirable que en un siglo en que parece que el arte de pensar haya rayado en lo último de la perfección, llegásemos a ser tan ciegos adoradores de la opinión pública, que la estableciésemos por regla de las operaciones militares, como si una opinión infundada dejase de serlo en el momento en que empieza a ser adoptada por muchos, o como si el número bastase para mudar la naturaleza de las cosas ; pero no hay error de que podamos librarnos, si nos dejamos arrastrar de la precipitación ».

70 Ibid., p. 218: « todo nos aconseja desconfiar de la opinión pública en esta materia, todo nos la presenta como guía sospechosa para conducirnos a la verdad, todo nos persuade a mirarla con cautela, y todo manda a los generales y al gobierno, que desean salvar la patria, que la examinen con una discreta atención, que averigüen si es posible su origen, y que no habiéndose de seguir mayores males, se armen de valor para arrostrarla cuando no puedan conseguir el corregirla ».

71 Article sans titre paru dans le Redactor general du 20 mars 1812 dans la rubrique « Variedades », pp. 1099a-1100a. Le passage incriminé est reproduit dans le PMEMG du 2 avril 1812 (n° 13), p. 219.

72 Article sans titre paru dans la rubrique « Variedades » du PMEMG du 2 avril 1812 (n° 13), p. 221 : « La ignorancia ha sido la única causa de nuestras desventuras, la ignorancia, hija del abandono en que hemos vivido muchos años, y del descuido de la educación pública. Jamás faltó valor a nuestros oficiales; jamás pundonor: si de algo carecieron fue de instrucción, que ni era posible la tuviesen en aquellos primeros tiempos, ni justo el exigirla en una situación en que ni aun libros militares se encontraban.
La educación militar debe ser la primera atención del gobierno, y la ilustración pública el único objeto de los escritores; pero deben tratar con la mayor circunspección el pundonor militar, que es la joya más preciosa y delicada de los oficiales, y que empañada una vez recobra con gran dificultad su brillo y hermosura ».

73 « Continua el discurso sobre el espíritu de cuerpo », in PMEMG, 13 février 1812 (n° 18), pp. 95-99; « Artículo comunicado por un oficial del 4° ejército », in id., 12 mars 1812 (n° 10), pp. 172-174; « Concluye el artículo anterior », in id., 19 mars 1812 (n° 10), pp. 179-187; article sans titre (rubrique « Instrucción militar »), in id., 26 mars 1812 (n° 12), pp. 195-199; article sans titre (rubrique « Instrucción militar »), in id., 23 avril 1812 (n° 16), pp. 263-266; « Deserción », in id. 23 avril 1812 (n° 18), pp. 283-285 et « Concluye el artículo anterior », in id., 7 mai 1812 (n° 18), pp. 299-302; « De la disciplina militar », in id. 21 mai 1812 (n° 20), pp. 331-335 et « De la disciplina militar. Continuación del artículo anterior », in id., 28 mai 1812 (n° 21), pp. 347-362; article sans titre (rubrique « Instrucción militar »), in id., 25 juin 1812 (n° 25), pp. 411-415; « Sobre el modo de instruir los reclutas »), in id., 25 juin 1812 (n° 25), pp. 415-423.

74 « Conocida la absoluta necesidad de la formación de una constitución militar, que sea para el ejército lo que la constitución política es para la monarquía, y resuelta por la Cortes su inmediata formación, como base indispensable del esplendor de nuestras armas, y del éxito de nuestra gloriosa lucha, he creído oportuno presentar los medios con que se podría obtener este resultado con la perfección y prontitud que exige la crítica situación en que nos hallamos ». Citation tirée de l'article sans titre (Rubrique: « Instrucción militar » qui ouvre le numéro 25 (25 juin 1812), p. 411.

75 « Concluye el artículo anterior », in PMEMG, 7 mai 1812 (n° 18), pp. 299-302. Voir p. 302.

76 « Sesión del día 20 de junio de 1812 », in Diario de sesiones de las Cortes generales y extraordinarias, in n° 274, pp. 1899 a-1400 b. Sur l'élaboration d'une constitution militaire et le traitement de la question aux Cortès, voir BLANCO VALDÉS, Roberto, Rey, Cortes y Fuerzas armadas en los orígines de la espaéna liberal, 1808-1823, Madrid, Siglo XXI, Valencia, Edicions Alfonso el Magnánim, 1988, pp. 214-239.

77 « Sesión del día 20 de junio de 1812 », in Diario de sesiones de las Cortes generales y extraordinarias, n° 593, pp. 3346 a-3352 b.

78 « Deserción », in PMEMG, 23 avril 1812 (n° 18), pp. 283-285 et « Concluye el artículo anterior », in PMEMG, 7 mai 1812 (n° 18), pp. 299-302.

79 « Variedades », in PMEMG, 25 juin 1812 (n° 25), pp. 425-426: « Además, aun dado caso de que a nuestros soldados nada faltase, si todos los ciudadanos españoles no cooperan con todas sus fuerzas a establecer, a mantener el santo amor de la independencia y de la patria, si no cuidan de que sus derechos sean respetados, si no veneran profundamente las leyes, si no zelan su observancia: pudieran huir los franceses; pero esta ventaja sería efímera, porque donde hay desunión, donde no hay un solo y único fin, la discordia enciende su tea de muerte, ya abre la puerta aun al más débil enemigo ».

80 Ibid., p. 426: « para salvar una nación, no basta que el soldado derrame su sangre ».

81 « Anuncio al público », in PMEMG, 15 juin 1812 (n° 25), p. 430: « ...habiendo conocido por la esperiencia, que lejos de proporcionar su empresa, les ocasiona, por el poco despacho, crecidos desembolsos, que no pueden soportar por el atraso con que cobran una corta parte de su paga, se ven en la precisión de abandonar la redacción de dicho periódico ».

82 « Rápida ojeada sobre la situación de nuestra península a la entrada del año 1812. El estado de nuestras cosas puede prometernos que las campañas de 1812 sean más felices que las anteriores? », in Gazeta marcial y política de Santiago, 1 février 1812 (n° 1), pp. 1-5, « Continuacion del art. Rápida ojeada &c », pp. 13-17, in id., 5 février 1812 (n° 2), pp. 13-17 et « Concluye el artículo militar de los números 1° y 2 », in id., 15 février 1812 (n° 5), pp. 49-53, « Instrucción militar », in id., 29 février 1812 (n° 9), pp. 97-100.

83 Lettre au journal publiée dans Diario mercantil de Cádiz, del martes 21 de enero de 1812 (n° 21), pp. 89-91.

84 Ibid., p. 90 : « ¿En qué quedamos ? Consideramos al nuevo periódico como obra del gobierno, o al estado mayor como meros periodistas que pueden dar en sus partes gato por liebre? / Un cuerpo metido a periodista de noticias!... ¡Oh qué raro fenómeno! Yo estoy aguardando a que la audiencia de Sevilla, el consulado, o el cabildo eclesiástico salgan también periodicando; y en verdad que en esto no habría más que una extravagancia: pero que un cuerpo, que es un conducto del gobierno para cierto asunto, lo que acaso el gobierno puede hallar conveniente tener callado por el bien de la patria, y por no chocar acaso con los aliados… vaya que esto es ya… un fenómeno, pero bonito! »

85 Ibid., p. 90.

86 On pourra voir à ce sujet LARRIBA, Elisabel, « Le baron de la Bruère : un patron de presse au temps des "Don Quichotte du monde philosophique" », in El Argonauta Español, 2007 (n° 4). URL: http://argonauta.revues.org/1248 . Sur ce singulier homme de presse on pourra également consulter ROMÁN LÓPEZ, « José de la Croix, barón de la Bruère. Desde Valencia a su Diario Histórico y Político de Sevilla (1790-1793) », El Argonauta español, 2012 (n° 9) URL : http://argonauta.revues.org/1357

87 Ibid., p. 91 : « el busilis está en que nadie debe enteramente fiarse ser de oficio lo que publique le estado mayor, pues no está autorizado para comunicar nada de oficio; y sin embargo todos dirán: pero, Sr., si el conducto es seguro, y es del gobierno, ¿qué importa que no lo haya dicho el gobierno? »

Haut de page

Table des illustrations

Titre Importance quantitative de chacune des rubriques
Crédits Elaboration personnelle
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1721/img-1.png
Fichier image/png, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « « Militat gladio, militat spiritu » : le Periódico militar del Estado Mayor General (1812) », El Argonauta español [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1721 ; DOI : 10.4000/argonauta.1721

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

Aix-Marseille Université – UMR Telemme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org