Navigation – Plan du site

In memoriam Julio Aróstegui (Grenade, 1939 – Madrid, 2013)

El Argonauta español est à nouveau en deuil : le 28 janvier 2013, s’est éteint à Madrid le Professeur Julio Aróstegui, membre du Comité scientifique de notre revue.

Professeur émérite et directeur honoraire de la Chaire de Mémoire historique du XXe siècle de l’Université Complutense (Madrid) depuis 2009, Julio Aróstegui s’était ouvert les portes de l’Université en soutenant brillamment en 1970 une thèse sur les Carlistes dans la province d’Alava. Depuis, il était devenu le spécialiste incontesté de l’histoire du temps présent de l’Espagne, avec des travaux devenus rapidement classiques tels que La Junta de defensa de Madrid. Noviembre 1936 – abril 1937 (1984), La Transición (2000), Don Juan de Borbón (2002). Renonçant à la facilité des rééditions, il remettait cent fois sur le métier son ouvrage , réécrivant, par exemple, en 2004, une histoire de la Guerre civile espagnole alors qu’il avait publié, en 1996, un ouvrage sur ce sujet avec, comme sous titre, la ruptura democrática. Dans le même état d’esprit d’une quête toujours plus exigeante et inlassable de la réalité, il venait de publier, au début de cette année 2013, ce qu’il appelait lui-même « l’ouvrage d’une vie » : Largo Caballero : el tesón y la quimera, qui est loin d’être une simple version « revue et corrigée » d’une œuvre de 1990 intitulée Largo Caballero : la última etapa de un lider obrero.

La remise en question permanente de ses propres travaux correspondait, chez Julio Aróstegui à une profonde inquiétude intellectuelle qui le poussa à s’interroger sur la méthode historique et son objet. Fruits de cette préoccupation constante, sont trois ouvrages qui se doivent d’être les livres de chevet de tout chercheur spécialiste de l’époque contemporaine : La investigación histórica : teoría y método (1995), La historia vivida : sobre la historia del presente (2004), et le volume collectif qu’il dirigea avec Ch. Bruchruker et J. Saborido : El mundo contemporáneo. Historia y problemas (2006).

Julio Aróstegui était également très soucieux de la diffusion des progrès du savoir historique, tant auprès du grand public que des chercheurs. Membre du Comité scientifique et collaborateur assidu d’une revue de divulgation de grande qualité comme La Aventura de la Historia, il fut l’un des pionniers de la diffusion sur internet des résultats de la recherche historique en participant en 1998 à la création de la revue numérique Hispania Nova, avec un autre membre de notre Comité scientifique aujourd’hui disparu, le Professeur Angel Martínez de Velasco. En tant que directeurs de l’Argonauta español, notre dette est grande envers ces deux collègues et amis. Et c’est avec évidemment beaucoup de tristesse que nous leur exprimons aujourd’hui notre reconnaissance pour les encouragements et les conseils qu’ils nous ont prodigués lorsque notre revue n’était encore qu’au stade de projet.

Unanimement salué comme un maître par ses pairs, Julio Aróstegui fut l’objet de diverses distinctions. Mais assurément pas autant qu’il le méritait : en Espagne, le Premio nacional de historia, en 1981, en France, les Palmes académiques… Mais la vraie reconnaissance du rôle prééminent joué par Julio Aróstegui dans le domaine de l’histoire contemporaine de l’Espagne, trouve sa plus belle expression dans les témoignages de collègues, anciens étudiants ou élèves, ou simples passionnés d’histoire, qui, depuis son décès, se sont multipliés sur la toile. El Argonauta español ne sera pas le primus inter pares d’entre eux. Il ne saurait être non plus le dernier.

El Argonauta español

  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org