Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La Presse militaire. Naissance et évolution d’un genre

La Presse militaire en Espagne entre franquisme et démocratie : le cas de la revue Reconquista

Pilar Martínez-Vasseur

Résumés

Dans le cadre d’une réflexion plus large sur le rôle de la presse militaire dans l’avènement de la démocratie en Espagne (1975-1982), il s’agit d’analyser ici le discours de cette presse et les rapports qu’elle entretient avec la classe politique espagnole. Le présent travail se propose, plus particulièrement, d’étudier la spécificité de la revue militaire Reconquista (1950-1982) et son évolution idéologique, entre l’approche régénérationniste sur la profession militaire de ses débuts, le rôle de porte-parole de l’establishment militaire franquiste par la suite et, enfin, les changements qui s’opèrent dans sa ligne éditoriale à la mort du général Franco.

Haut de page

Texte intégral

A Francisco Campuzano
In memoriam

1La presse militaire, la presse d’extrême droite et une partie de la presse de droite vont jouer un rôle important pendant la période de la Transition (1975-1982), en raison des liens privilégiés qu’elles entretiennent avec une partie des forces armées espagnoles issues du régime franquiste. La revue Reconquista ne sera pas une exception, bien au contraire, ses éditoriaux, articles d’opinion, collaborations seront suivis avec grand intérêt par une classe politique qui, dans ces années, se sent sous haute surveillance militaire, alors que cette publication était, dans les années 1950-1956, le seul lieu de débat au sein de l’Institution, sur la profession militaire elle-même et sur le rôle du militaire dans la société.

2L’analyse comparée de ces deux périodes nous permet de mieux cerner l’évolution idéologique et professionnelle de l’armée espagnole entre le franquisme et la consolidation du régime démocratique à travers les changements qui se sont opérés à l’intérieur de cette publication.

Aux origines de Reconquista : la presse militaire en Espagne et sa spécificité

3La presse militaire en général, et la presse militaire en Espagne pendant la période étudiée ici (1950-1982), couvre ce qu’il est convenu d’appeler « le monde militaire », soit, outre les militaires d’active et les appelés du contingent, les associations de réservistes et les militaires à la retraite. Elle accomplit bien deux fonctions distinctes et complémentaires : une première fonction à caractère « conservateur », dès lors que le système militaire, dans lequel son action s’inscrit, est porteur d’un patrimoine de valeurs qu’il a la charge de transmettre : valeurs de patriotisme, de discipline, de courage, d’effort, de dévouement à la cause commune, de camaraderie, de combat et surtout de vocation à la mort. Elle a une fonction, également, de communication, au même titre que la presse civile par ailleurs. Elle agit, en effet, sur l’Institution dans sa globalité quand la publication ou les publications sont interarmes, mais elle a aussi vocation à rendre compte de tous les aspects de la « mosaïque militaire » (les diverses armes, les régiments, les grandes armes, les grands services). La presse militaire, qui est au centre de ce travail, joue également un rôle important dans ce qu’il est convenu d’appeler la communication interne. Elle entretient, en effet, l’idée d’une communauté de buts et d’intérêts qui est en relation étroite avec un élément plus haut placé : la Défense Nationale.

4Les périodiques militaires offrent depuis leur création, de surcroît, un cadre incitatif essentiel : d’une part, s’adressant en principe à un public concerné et compétent, ils sécurisent l’auteur en le maintenant dans un milieu familier, d’autre part, ils sont destinés à autoréguler le système et à marquer la spécificité de cette organisation. A travers cette presse, en Espagne, comme ailleurs, l’armée cherche aussi à susciter une relation osmotique entre le militaire et l’Institution, entre l’officier et son « chef naturel ». L’ensemble de ces périodiques s’efforce, bien entendu, de donner de l’armée une représentation consensuelle d’où seront, au maximum, évacués tous les différents et conflits. Elle nie, en effet, l’idée d’intérêts opposés parce qu’elle transforme les protagonistes d’un combat en interlocuteurs d’un débat. La presse militaire, en Espagne, pendant la période couverte par cette contribution, apparaît comme réfractaire à la notion de conflit à l’intérieur de l’Institution, ce qui paraît logique dans le contexte du franquisme, cherchant à polariser essentiellement l’attention sur ce qu’il y avait de « commun » ; en d’autres termes, l’ensemble de ces périodiques invitait à ne pas penser les divergences d’intérêts intrinsèques à ce corps social, mais plutôt à développer un imaginaire communautaire qui resta opérationnel, jusqu’à bien après la mort du Caudillo : celui de la Patrie à défendre face à un ennemi intérieur. C’est dans ce cadre que le cas de Reconquista, entre 1950 et 1956, constitue une exception qu’il conviendrait d’analyser pour pouvoir ensuite mieux comparer les contenus des articles publiés pendant cette période avec ceux affichés à partir de la mort de Franco et jusqu’en 1982.

  • 1 Mariano Aguilar Olivencia, historien militaire, a étudié avec rigueur cette presse dans de nombreux (...)

5Sans faire ici l’historique de la presse militaire espagnole1, il convient néanmoins d’en dresser un bilan, afin de mieux comprendre la place et le rôle joué par la revue à l’intérieur de l’ensemble de ces publications. Dans le cas de l’Espagne, les origines des publications militaires remontent aux origines même de la presse. Elles sont liées, paradoxalement, à l’occupation napoléonienne du pays. Entre 1808 et 1814, l’historien militaire Mariano Aguilar Olivencia, un des grands spécialistes de la question, compte 37 journaux. Si la presse militaire espagnole naît pendant cette période, la presse professionnelle, scientifique ou technique militaire n’arrive qu’en 1838, avec la Revista militar fondée et dirigée par le général Evaristo San Miguel. Cette publication mensuelle exaltait les vertus militaires et revenait sur les faits d’armes les plus exaltants :

  • 2 AGUILAR OLIVENCIA, Mariano, Historia del periodismo español, Memorial de Infanteria, Madrid, 1980-1 (...)

« Vino a ser el foco en torno al que convergieron todas las inteligencias que despuntaban o brillaban ya en el ejército ; allí se dieron a conocer escritores nóveles y acreditaron su fama escritores veteranos »2.

6Ce sera, en effet, le ton général de ces périodiques tout au long de son histoire, et ce jusqu’à aujourd’hui.

7Ne pouvant pas recenser dans cette courte introduction l’ensemble de la presse militaire en Espagne, il convient néanmoins de signaler son énorme vitalité, sa diversité, sa politisation et sa capacité à influencer les différents régimes et gouvernements tout au long des XIXe et XXe siècles et ce en lien direct avec le rôle prééminent de l’armée dans la vie politique, sociale, économique et culturelle du pays pendant ces deux siècles. La plupart de ces publications était constituée par des journaux d’opinion dont le rôle n’était pas seulement de défendre ou d’attaquer la politique de réformes militaires menée par tel ou tel gouvernement (Canalejas, Moret, Cassola o Domínguez), mais elle transmettait, de façon récurrente, un sentiment déjà très ancré chez les officiers de l’époque : le mépris envers la classe politique et la suprématie de l’Institution et de ses valeurs sur le reste des institutions et la société en général. El Correo militar, La Correspondancia militar y El Ejército Español obtiennent une remarquable audience et une influence certaine auprès du lectorat militaire et, dans l’ensemble, impulsèrent et représentèrent mieux que personne, mieux que tel secteur ou institution militaire, l’opinion de l’armée entre 1871 et 1931.

  • 3 ALPERT, Michael, La reforma militar de Azaña (1931-1933), Siglo veintiuno, Madrid, 1982.

8L’avènement de la Deuxième République en 1931 sonne, en partie, le glas de la presse militaire. Le Ministre de la Guerre, Manuel Azaña, fit état, le 3 mars 1932, de tout un dispositif, dans le cadre de la Réforme militaire conduite par ce régime, à l’intérieur duquel il proposa l’interdiction de périodiques militaires d’opinion, exception faite de ceux qui abordaient les questions techniques et professionnelles. Azaña était conscient que cette presse était hostile à la nouvelle conception de l’armée qu’il comptait instaurer, et l’armée se devait d’être « la grande muette »3.

9Jusqu’au 18 juillet 1936, date du coup d’Etat militaire contre la République, la presse militaire, au moins celle de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, s’était plainte, écrit Mariano Aguilar Olivencia, de l’inexistence d’un « esprit de Corps », unitaire et constructif, mais c’était sans compter sur un fait incontournable : la presse était le reflet fidèle du collectif qui la soutenait et ce collectif, l’institution militaire, dans la période évoquée, était particulièrement divisée selon les origines, les grades, les affectations, les idéologies, etc. Il y avait autant d’opinions que d’Armes, de Corps et de Services et la critique que cette presse exerça était aussi négative et destructrice que la presse émanant des partis politiques. Nazario Cebreiro affirmait, à ce sujet :

  • 4 Cité par Mariano AGUILAR OLIVENCIA, Historia social de la Fuerzas Armadas, Tome III, Alhambra, Madr (...)

« La presse militaire n’analyse pas les projets, elle les rejette a priori, s’ils vont à l’encontre des intérêts ou des droits acquis (…) ce qui rend difficile, à la longue, l’existence d’une opinion militaire, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’armée et disqualifie, de surcroît, les militaires auprès de la société civile »4.

10Le dimanche 26 juillet 1936 fut publié El Alcazar qui rendit compte du siège de l’Académie d’Infanterie de Tolède. Le même jour paraîtra El Frente, porte-parole de la 26e Division Durruti. Deux publications qui marquaient, dès les premiers jours de la guerre, le clivage idéologique qui venait de s’opérer en Espagne. A partir de cette date, dans le camp républicain on enregistre un nombre important de publications (une quarantaine pour la seule année 1936), reflétant les différentes idéologies et approches du conflit dans ce camp. Ce nombre ira en augmentation entre 1937 et 1938. Dans le camp franquiste, mieux organisé, encadré et avec une discipline militaire stricte, on ne ressent pas de la même façon le besoin d’une presse qui se doit de rappeler constamment les valeurs et les principes indispensables à l’existence d’une véritable armée et à la nécessité de sa cohésion pour atteindre la victoire.

11La première publication à voir le jour après la Guerre civile fut El Boletín de Información (septembre 1939), édité par l’Etat-Major Central, sur des sujets relatifs à la Seconde Guerre Mondiale qui venait de commencer. Le 7 avril 1940 paraît Ejército en tant que publication des Armes et Services de l’Armée de Terre. Elle est éditée par l’Etat-Major Central dont fait partie la majorité des membres de son Conseil de rédaction. La ligne éditoriale de la revue est marquée par le décret annonçant sa création :

  • 5 Cité par Gabriel CARDONA, El poder militar en el franquismo, Flor del Viento, Barcelona, 2008, p. 8 (...)

« Cuanto en ella se publique estará exento de todo matiz político ajeno a los fundamentos de amor y exaltación a la Patria, de su unidad, fe en sus destinos y obediencia y fidelidad al Jefe del Estado »5.

  • 6 Sur Ejército on peut consulter notre article « Historia y transmisión de la memoria de los vencedor (...)
  • 7 CARDONA, Gabriel, El poder militar en el franquismo, op. cit., p. 193.

12Un fait saillant de cette publication : l’abonnement y est obligatoire pour tous les officiers et son montant en est déduit de la solde mensuelle6. Cela marque une importante différence avec les autres revues militaires, telles que Reconquista (objet de cette étude) ou Pensamiento y Acción. Pour l’historien militaire Gabriel Cardona, alors que la revue Ejército se fait l’écho de la vision autorisée par le régime sur les questions idéologiques concernant ledit régime et sa politique militaire (en cherchant à donner, à tous moments, une représentation consensuelle de l’Institution), la revue Reconquista offre, jusqu’en 1956, un cas assez particulier pour le contexte de l’époque : elle invite ses lecteurs à penser, à réfléchir, à écrire sur la profession militaire et le rôle du militaire dans la société, alors que l’armée se voulait plus que jamais un bastion sans faille dans la défense du régime7.

Reconquista, creuset de l’autocritique de la condition militaire en Espagne (1950-1956)

  • 8 Le père José María Llanos, jésuite, proche de la Phalange après la guerre, il exerça, à partir des (...)
  • 9 Reconquista, janvier 1950.
  • 10 Officier de l’armée espagnole, sociologue et professeur à l’Université de Barcelone, membre de l’Un (...)
  • 11 BUSQUETS, Julio, « Los alféreces provisionales hasta la creación de la Hermandad (1936-1958) », His (...)
  • 12 LOSADA, Juan Carlos, Ideología del Ejército franquista, Itsmo, Madrid, 1990, p. 286.

13Reconquista est créée en janvier 1950 par le Conseil supérieur de l’armée et par le Vicariado general castrense. Elle apparaît, dès sa création, très liée, également, à l’Action catholique et aux Jésuites, à travers le père Llanos8. Cette double appartenance lui vaudra une certaine marge de manœuvre dans son approche de certaines questions qui ne seront pas abordées par les autres périodiques militaires. Si, dès son premier numéro la revue se donna comme objectif « l’amélioration de la société et des ses membres »9, dans ses numéros suivants, Reconquista porte son regard et ses préoccupations sur le rôle social de l’armée et d’autres sujets proches qui commencent à émerger chez les jeunes officiers issus des Académies militaires, réouvertes après la Guerre civile. Ce caractère réformateur, novateur, parfois polémique, d’après le sociologue militaire Julio Busquets10 qui fit partie de la rédaction, lui vaudra une grande audience chez les jeunes officiers11. Les souscriptions (volontaires, à l’époque, contrairement à ce que nous avons vu pour Ejército), atteignent un chiffre record pour une publication de cette nature, 3.500 pour l’année 195612.

  • 13 Les alféreces provisonales étaient des officiers cooptés pendant la Guerre civile, formés sur le te (...)
  • 14 Afin de mieux connaître la sociologie de cette armée franquiste, l’ouvrage de Julio BUSQUETS, El mi (...)
  • 15 BUSQUETS, Julio, ibid, p. 156.

14Si, dans un premier temps les articles, opinions, réflexions publiés touchent essentiellement des aspects d’ordre plutôt spirituel et religieux, voire mystique, dans un deuxième temps, mais toujours en vue d’une cohérence avec ces mêmes principes chrétiens, certains de ces auteurs, les plus jeunes, les moins gradés aussi, vont se lancer dans un approfondissement, d’abord, puis dans une autocritique, de la profession militaire. Le but à atteindre étant, pour eux, l’amélioration de ce qui constitue « la condition militaire ». Parmi les collaborateurs de Reconquista, pour cette première période : Síntes Obrador, Delgado Piñar, Alonso Baquer, Luis Pinilla, plus tard rejoints, parmi d’autres, par Julio Busquets et Laguna Sanquirico, tous faisant partie de la génération qui arrive dans les Académies militaires après 1940. S’ils n’ont pas participé à la Guerre civile, par contre ils ont été formés par les vainqueurs de cette guerre, pour la plupart en tant que alfereces provisionales13. C’est la « génération du silence », d’après Busquets14, dont le plus grand handicap sera, pour lui, « de ne pas avoir fait la guerre, de ne pas avoir de faits d’armes à faire valoir », mais ce sera la génération, du moins pour certains, dotée d’une plus grande compétence technique en raison de leurs études plus longues et d’une attirance pour les études universitaires. La plupart seront diplômés en sociologie, sciences politiques, histoire, etc. En raison d’une formation meilleure que celle reçue par ses aînés, cette génération ressentira une profonde déception devant la réalité professionnelle que ses membres rencontrent dans les unités, en ces années cinquante. Parmi les plumes de Reconquista se trouve bon nombre éminents du groupe FORJA15.

15Cette organisation militaro-religieuse constituée en 1951 par le père Llanos, toujours lui, composée presque exclusivement de jeunes officiers, insuffla à ses membres une forte conscience religieuse, sociale et professionnelle que l’on retrouve dans les grandes orientations de Reconquista jusqu’en 1956. Cette conscience aux regains régénérationnistes, comme le prouvent les nombreuses références à Joaquín Costa et Angel Ganivet, se traduisent par un foisonnement de propositions destinées à porter remède non aux « maux de l’Espagne » (cela aurait été impossible) mais aux « maux de l’armée », ce qui était, de toute façon, un énorme défi pour l’époque. En conséquence, ils vont dénoncer l’abandon et l’incurie dans lesquels se trouvait l’institution militaire, produit d’une décadence séculaire qu’ils n’hésitent pas à comparer avec la période de la Restauration ; ils estiment que les forces armées espagnoles sont « Les Cendrillons de l’Europe ! » (avril 1954). Mais les critiques et mises en cause ne s’arrêteront pas là. Ils seront les premiers, également, à questionner le rôle de garde prétorienne que joue l’armée, alors que le régime s’est doté de forces de police adaptées, c’est ce qu’on peut lire dans un article de février 1954. Mais, pendant qu’ils se penchent sur ces problèmes d’ordre matériel et institutionnel, l’un des détonateurs qui déclenche cette crise de conscience que l’on ressent à l’intérieur du groupe et qu’on trouve au fil des pages, est le sentiment de la perte de crédit de la profession auprès de la population.

  • 16 L’Union Militaire Démocratique (UMD) est née à Barcelone en 1974, composée en partie par des ancien (...)
  • 17 Les articles et discours du général Manuel Díez-Alegría, réunis en partie dans l’essai Ejército y S (...)

16Après le prestige dont avaient joui les vainqueurs de la guerre, auprès d’une partie de la population, cette génération supporte mal l’indifférence, voire le mépris et l’hostilité de l’opinion publique à son égard. Ces idées se retrouveront plus tard au sein de l’Union Démocratique Militaire (UMD)16 et dans le courant « professionnaliste » de l’armée à la tête duquel, depuis les années 1970, figurent les généraux Díez-Alegría et Gutiérrez Mellado17, entre autres.

  • 18 Sous la Deuxième République le service militaire avait été réduit à un an. On peut trouver des rens (...)

17Dans ce contexte de remise en question de la profession militaire, le service militaire occupera un rôle important dans les pages de Reconquista, dès lors qu’il est au carrefour de différentes missions que tout officier se doit d’accomplir et, de surcroît, de différents regards à porter sur la condition militaire. Le 8 août 1940 le régime franquiste avait rétabli le service militaire obligatoire pour tous les hommes valides, pour une durée de 24 mois18. Bien sûr, pour ces jeunes officiers pétris d’une mission régénératrice que l’armée se devait d’accomplir auprès des jeunes recrues, leur rôle se traduit, pour Alonso Baquer, membre de Forja dans Reconquista en avril 1956 de la façon suivante :

« Somos la institución mejor colocada para resolver en España urgentes problemas de educación física y de formación espiritual… Hoy por hoy, el patriotismo, el amor al trabajo, la cultura y hasta ciertos valores religiosos llegan a los hombres de España por el Ejército con más facilidad acaso que por sus conductores normales : familia, escuela, parroquia ».

18L’armée espagnole, malgré ses carences, apparaîtra, face à une société sous-développée et désorganisée, comme un modèle d’organisation et d’efficacité. Pour une partie de ces jeunes officiers, cette aide à la société civile prend des formes précises et qui pourraient être résumées ainsi : l’armée, perçue comme un foyer qui accueille fraternellement le soldat en continuité avec sa famille, l’armée considérée dans son rôle d’éducateur (l’influence des lectures de Lyautey y est assez visible), qui apprend un métier aux soldats analphabètes, ce qui leur permettra de se réinsérer dans la vie active après le service militaire. L’armée, donc, en tant qu’école, atelier et foyer de la Nation conduit ces officiers à réfléchir sur le rôle social de l’institution, ce qu’une partie, minoritaire mais déterminée du clergé fera, par ailleurs, en s’engageant auprès des ouvriers dans les bidonvilles des grandes métropoles.

  • 19 Luis Pinilla deviendra directeur de l’Académie Militaire de Saragosse de1979 à 1981. Il fut duremen (...)
  • 20 MARTÍNEZ BANDE, José Manuel, Espejo de soldados, Ejército, Madrid, 1953.

19Le travail auprès des soldats pourrait se condenser en six points, pour Luis Pinilla19 : travail religieux et moral, « recreo educativo » du soldat, récompenses et punitions, sports, conférences, instruction. Les « six commandements » qu’il propose dans le numéro de novembre-décembre 1951, seront repris par un autre collaborateur habituel de Reconquista, Martínez Bande dans un ouvrage souvent consulté dans les Académies militaires d’alors : « El cuartel es, pues además, hogar y fragua, [écrit Martínez Bande] donde se forja el ejército social »20. La terminologie utilisée par ces différents auteurs ramène le lecteur de la revue à d’autres écrits hétérodoxes pour l’époque, comme ceux de Costa, Ganivet ou Galdós, souvent cités dans leurs contributions.

  • 21 VIGÓN, Jorge, El espiritu militar, réplica a Alfredo de Vigny, Rialp, Madrid, 1950.

20Cette défense du rôle social de l’armée réveille la méfiance et l’hostilité de la grande majorité des officiers supérieurs qui trouvent leur porte-parole en la personne du général Vigón et de son ouvrage El espiritu militar21. L’auteur y considère cette préoccupation sociale envers les soldats comme une déviance, une distraction des tâches purement militaires, propres à tous ceux qui n’aiment pas la vie militaire et qui se voient obligés de la remplir par des activités « externes ». L’officier, pour Vigón, doit être exemplaire, doit évangéliser, faire prendre conscience, mais doit se limiter au plan spirituel et ne pas se mêler d’éducation professionnelle.

  • 22 ABC, 29 avril 1956.

21Au fil des articles, des débats et controverses, les collaborateurs de Reconquista, comme les régénérationnistes en leur temps, ne se contentent pas de soulever les problèmes qui « gangrènent » l’armée espagnole (macrocéphalie, carences techniques et de formation, manque de prestige de la profession, bas salaires, pluriemploi, frustration professionnelle, etc.) mais proposent des solutions qui mettent en cause, parfois de manière détournée, parfois de façon explicite, non seulement le fonctionnement de l’institution militaire mais les principes mêmes du régime franquiste dont l’armée constitue « la colonne vertébrale ». C’est ainsi que le général Franco tient à le rappeler le 28 avril 1956 devant la garnison de Séville : « La mission sacrée des armées d’une Nation est celle qui consiste à maintenir l’ordre et c’est une mission que nous avons accomplie »22.

22La controverse soulevée, notamment, par la série d’articles d’Alonso Baquer sur « Les traditionnalistes et les révolutionnaires dans l’armée », publiés à partir de 1954 et abordant et analysant en profondeur chacun des thèmes évoqués plus haut, sera la goutte qui fera déborder le vase avant la reprise en main de la revue par la hiérarchie militaire. Le comité de direction changera en janvier 1956 et Jorge Vigón occupera alors le poste de directeur de la publication.

23A partir de cette date on ne trouvera plus de contestation, de remise en cause ou de polémique et même de réflexions plurielles dans ses pages. Reconquista continuera de se présenter comme une revue de pensée militaire mais, bien entendu, dans les limites tracées par le Régime. L’éditorial de juin 1956 marque de façon explicite le changement de cap et la critique de la période précédente :

« De sobra sabemos – porque hace más o menos tiempo todos hemos sido jóvenes oficiales – que aquellas ilusiones y estas energías pueden ser orientadas hacia la perfección por mandos inteligentes y agudos ; y que pueden perderse en la amargura del escepticismo o de la crítica estéril si no tienen tanta fortuna. Las quejas, las amarguras – más o menos remotamente, la insubordinación – de estos desafortunados, ni son útiles a la colectividad ni representan otra cosa que la primera diligencia en un proceso de subversión del que no podemos hacernos eco. No se conoce un solo caso en que la crítica de un inferior haya enmendado al que, más o menos veladamente, es objeto de ella. Sin esta esperanza, la crítica es sólo protesta, o queja, en el mejor de los casos. Y la queja en la milicia tiene su cauce. Nosotros no hemos venido a improvisar otro… ».

24A partir de 1956 les critiques, les mises en cause, les condamnations n’iront que vers « l’extérieur » de l’armée : la subversion, le communisme, le séparatisme, la politique internationale – même si elle est menée sous le parapluie des Etats-Unis – le libéralisme, la perte de valeurs chrétiennes, et, à partir de 1975 la presse.

  • 23 Busquets affirme qu’à cette date le groupe était formé de quatre capitaines, cinquante-neuf lieuten (...)
  • 24 YNFANTE, Jesús, El Ejército de Franco y de Juan Carlos, Ruedo Ibérico, Paris, 1976, p. 112.

25Le groupe Forja, à son tour, sera dissout en 1958.23 Ses membres poursuivront alors la diffusion de leurs idées à travers les pages de la revue Pensamiento y Acción que publiait le colonel du Génie Delgado Piñar à Barcelone. Ce dernier fut cependant contraint de faire valoir ses droits à la retraite en même temps que la publication qu’il dirigeait tombait sous le coup de la censure avec une interdiction définitive en 1960. La raison en aura été la présentation, dans la revue, d’une critique favorable au premier roman paraissant en Espagne sur la Guerre civile qui s’écartait légèrement de l’orthodoxie franquiste : Un million de morts, de José María Gironella24.

Ruido de sables : rumeurs ou menaces réelles sur la démocratie ?

  • 25 BALBÉ, Manuel, Orden público y militarismo en la España constitucional (1812-1983), Alianza Univers (...)

26L’armée espagnole aura été, durant presque quarante ans, la « colonne vertébrale » d’un régime qui reposait, en dernière instance, sur la légitimité acquise par la victoire militaire lors d’une guerre civile. Tout au long du franquisme cette armée eut un rôle politique proéminent (dans tous les gouvernements franquistes on trouvait au moins trois ministres militaires25), mais également un rôle de surveillance, de dissuasion et d’encadrement du pays face à un ennemi intérieur, réel ou imaginaire.

27Lorsque le général Franco meurt, le 20 novembre 1975, beaucoup redoutent, aussi bien en Espagne qu’à l’étranger, la période incertaine qui s’ouvre. Chacun sait, y compris parmi les plus farouches défenseurs du régime et cela malgré les consignes maintes fois répétées (« Todo está atado y bien atado, bajo la guardia fiel de nuestro Ejército »), qu’une évolution vers plus de démocratie est inéluctable. La crise économique dans laquelle le pays s’est enfoncé à partir de 1974 avait remis en question le modèle de développement préconisé jusqu’alors. Face aux mécontentements, le régime franquiste avait choisi, après quelques hésitations, de recourir aux recettes traditionnelles de la répression. Mais le monarque qui devait assumer le pouvoir n’avait ni l’autorité, ni la légitimité de Franco : la voie répressive semblait donc exclue, indépendamment de ses motivations profondes. Qu’on le veuille ou non, il semblait n’y avoir aucun autre moyen, pour dénouer la crise sociale et politique, que de « libéraliser » le régime.

En 1978, la revue Pouvoirs écrivait :

  • 26 VILANOVA, Père, « L’armée et la Transition », , in Pouvoirs, « L’Espagne démocratique », n° 8, 1979 (...)

« C’est en fonction de l’armée que l’on doit analyser et comprendre les particularités de la vie politique espagnole : le pragmatisme de la gauche, l’esprit de conciliation d’une large partie du centre et même de la droite (surtout autour du parti de Suárez), la recherche permanente du mot magique : consensus »26.

  • 27 Il est question à nouveau de « ruido de sables » en Espagne, mais cela ne concerne qu’une frange tr (...)

28Aujourd’hui, en ce début de XXIème siècle, non seulement personne ne parle plus en Espagne de l’armée (sauf pour la malheureuse affaire de l’occupation de l’île du Persil, en juillet 2002 ou, tout récemment, après les déclarations du président de la Generalitat de la Catalogne, Artur Mas, le 11 septembre 2012 revendiquant l’indépendance de la Catalogne27), mais l’armée elle, ne parle pas non plus. Entre la fin du franquisme et l’actualité, l’institution militaire est pleinement subordonnée au pouvoir civil à l’instar des autres pays démocratiques.

29Cette subordination, difficile à atteindre dans le contexte de la Transition, après presque quarante ans pendant lesquels elle fut au centre du pouvoir, deviendra un des sujets de prédilection autour duquel la presse militaire (notamment Reconquista), la presse de droite ABC et d’extrême droite El Alcazar, Heraldo Español, centreront une partie de leurs débats, controverses, mises en garde, etc. En 1981 le bilan dressé sur ces six années de Transition semble très controversé. El Alcazar, Heraldo Español et ABC ne manqueront pas d’énumérer les échecs de la démocratie à l’intérieur du pays (chômage, insécurité, drogue, pornographie, manque d’autorité, terrorisme, etc.) mais aussi en politique internationale où l’honneur de l’Espagne aurait été bafoué à l’étranger : impossibilité d’entrer à la CEE et hostilité des démocraties occidentales qui renvoient les travailleurs espagnols, suppriment les zones traditionnelles de pêche, tolèrent l’incendie des camions fruitiers, abritent les terroristes de l’ETA….

  • 28 La biographie de Juan Francisco FUENTES, Adolfo Suárez. Biografía politica, Planeta, Barcelona, 201 (...)

30Il est bien évident que tous ces « errements » politiques, économiques, sociaux et diplomatiques de la démocratie avaient été suivis avec la plus grande préoccupation par l’institution militaire qui constituait, depuis deux siècles, une composante incontournable de la vie publique espagnole. Dès les premières mesures de démocratisation les forces armées ont grincé des dents contre un certain nombre de timides initiatives à caractère démocratique, et, si cela, dans un premier temps, n’a pas eu de conséquences importantes, c’est qu’il y avait d’une part la garantie du roi Juan Carlos, héritier désigné par Franco lui-même et, d’autre part l’habileté de Adolfo Suárez, dont les qualités semblent enfin reconnues aujourd’hui28.

  • 29 AGUILAR, Miguel Ángel, Ruido de sables, in « Memoria de la Transición », El País, Madrid, 1995, pp. (...)

31Le premier heurt important entre le gouvernement et la hiérarchie militaire se produit le 9 avril 1977, lors de la légalisation du PCE, considéré comme une trahison29. Cette décision sera suivie d’une série de réformes militaires dont les plus importantes et les plus contestées seront la nomination tout d’abord du général Manuel Gutiérrez Mellado au portefeuille de la Défense jusqu’en 1979 et, ensuite d’un civil, pour la première fois depuis la Guerre civile en la personne de Agustín Rodríguez Sahagún. Dans les casernes on parlera de « démantèlement de l’armée », paraphrasant Manuel Azaña, responsable de la réforme militaire sous la Deuxième République.

32Entre juin et septembre 1977 les grandes conspirations militaires commencent. En novembre 1978, « l’opération Galaxie », du nom de la cafétéria où le lieutenant-colonel Tejero et le capitaine Ynestrillas, protagonistes de ce premier coup d’Etat manqué se réunissaient. Il révèle néanmoins la faiblesse du système de renseignements de l’armée et la complice mansuétude des juges militaires qui répugnent à sanctionner justement ces tentatives de rébellion. Le 23 septembre 1979, le général Milans del Bosch déclare au journal ABC :

« Nous, les militaires, nous voyons avec une grande préoccupation cette transition politique (…). L’armée devra intervenir lorsqu’il deviendra évident que les lois, l’action policière et judiciaire, se révèleront insuffisantes ».

  • 30 Le colonel Quintero, ancien chef des services d’information de l’amiral Carrero Blanco et ancien co (...)

33Un an après, en septembre 1980 Le Rapport Quintero,30 véritable apologie du coup d’Etat du général Evren, en Turquie, est commenté d’abondance dans les mess d’officiers. En décembre de la même année, Manuel Fraga Iribarne, leader de Alianza Popular (AP) lance un appel à un « coup d’Etat selon le modèle turc ». Entre 1980 et 1981, le journal ABC, sous la plume d’un de ses plus éminents journalistes, Emilio Romero, rend habituelle dans ses colonnes l’expression Golpe de timón (redressement du gouvernail de la démocratie). L’expression est connotée dans l’histoire de l’Espagne comme étant le mot de passe qui avait précédé les pronunciamientos de 1923 et 1936.

34Une attention toute particulière mériterait la question du terrorisme, dont le problème pour l’armée ne serait pas uniquement d’ordre idéologique (la mise en cause de l’intégrité territoriale) mais également d’ordre moral ou déontologique puisque les membres de l’Institution devinrent, pendant des années la cible prioritaire d’un ennemi alors qu’ils ne sont pas en mesure de riposter à ses agressions. L’attitude de discipline et subordination aux consignes données par le gouvernement seront un fait, malgré quelques tensions importantes lors des enterrements de ces victimes du terrorisme. Comme le rappelle Miguel Angel Aguilar, journaliste à El País et spécialiste des questions de Défense :

  • 31 AGUILAR, Miguel Ángel, Memoria de la Transición, op. cit., p. 234

35« Las imágenes de las capillas ardientes y de los funerales castrenses con motivo del asesinato de guardias civiles, policías nacionales o de generales, jefes y oficiales de las FAS en los cuarteles con las autoridades y los mandos cercados por la hostilidad agresiva de los compañeros de las victimas ponían el ambiente a punto de sedición. Se imponía cumplir con los honores que señala la ordenanza, pero, al hacerlo, quienes los presidían quedaban como responsables de la sangre derramada. Una vez más ese clima se hizo evidente cuando fue asesinado el gobernador militar de Madrid, general Constantino Ortín. Su entierro, el 4 de enero de 1979, originó graves disturbios, con participación de militares y gritos contra el Gobierno »31.

  • 32 El País, 7 janvier 1979.

36Le 6 janvier, le Roi, lors de la cérémonie de la Pascua Militar avertit l’ensemble de l’armée « sobre el espectáculo francamente bochornoso de la indisciplina »32. C’est dans ce contexte d’affrontement pour le moins houleux que les prises de position de Reconquista prennent toute leur importance.

De « la pensée militaire » à l’action

  • 33 Pueblo, 16 janvier 1979.
  • 34 La Gaceta Ilustrada, 13 juillet 1979.

37Reconquista étant devenue, à partir du changement de ligne éditoriale opéré en 1956, le porte-parole de l’establishment militaire, les polémiques et les débats sur la condition militaire avaient disparu de façon drastique de ses pages et la revue suivra l’orientation empruntée par les publications officielles depuis la fin de la Guerre civile. Alors que depuis sa création la revue était réservée plutôt à la communication interne, en juin 1978 elle sort en kiosque avec une présence renforcée de publicité dans ses pages. Ce changement qui aurait pu s’interpréter comme le signe d’un futur rapprochement entre les forces armées et la société, rapprochement tant souhaité par les collaborateurs de la revue dans sa première période, devient en réalité une source constante de conflit, de polémique entre le régime démocratique qui est en train de s’instaurer en raison de la diffusion et mise en avant des valeurs héritées de la période franquiste. Si le journal Pueblo affirmait, à propos de cette nouvelle orientation de la publication : « Reconquista, subtitulada ‘’revista de espiritu militar’’, continúa su vertiginoso proceso de modernización, que la está convirtiendo en una de las revistas castrenses de mejor contenido y mayor importancia »33, Pedro J. Ramírez, alors journaliste de La Gaceta Ilustrada et aujourd’hui directeur de El Mundo précisait à ce sujet : « Los políticos se tiran como tigres a los quioscos a comprar Reconquista. La devoran. Era hasta hace poco una publicación interior, casi técnica, y ahora es la voz del león dormido… »34. Cet avis trouve son écho dans ce que Julio Busquets, ancien collaborateur de la publication jusqu’en 1956, avance à ce propos :

  • 35 Julio BUSQUETS, Miguel A. AGUILAR, Ignacio PUCHE, El Golpe. Anatomía y claves del asalto al congres (...)

« Divulga valores e ideas más propios de la época pasada que de la actual (…). Su lectura [poursuit Busquets] explica que los militares tengan todavía ideas y un sistema de valores diferentes de los del resto de la sociedad, y en general, más conservadores »35.

38Miguel Angel Aguilar ajoutait un élément important aux propos précédents :

  • 36 Julio BUSQUETS, Miguel A. AGUILAR, Ignacio PUCHE, El Golpe, ibid, pp. 56-57. Il faudrait rappeler i (...)

« Reconquista se ha aplicado a sembrar la reticencia y a ser portavoz de veladas advertencias al Parlamento con ocasión, por citar un ejemplo, de la proposición de Ley suscrita por todos los grupos parlamentarios, salvo el de Fraga, en favor de la amnistía pendiente a los antiguos oficiales de la autodisuelta UMD »36.

39Face à la perception qui nous est donnée de la publication par des sources autres, Reconquista tient elle-même, de façon presque obsessionnelle, à se présenter et à s’auto-définir, et ce dans chacun des numéros et dès la première page, par un encadré à côté du sommaire :» Reconquista no pretende representar el pensamiento, necesariamente plural de todos los militares en activo, que enfocan su labor con criterios católicos y eminetemente patrióticos » pouvons-nous lire dans le numéro de janvier 1980. Cette définition sera « Tricotée et retricotée » tout au long de ces années 1970 et 1980, comme si chacune de ces prises de position au niveau politique nécessitait ce retour forcé aux origines. Ainsi, en 1983, par exemple, après le coup d’Etat manqué du 23 février 1981 et après l’arrivée des socialistes au pouvoir en octobre 1982 on peut lire dans le numéro d’août-septembre :

« Somos una revista de pensamiento militar. Venimos de dos épocas anteriores en las que se puso el acento de la autodefinición en el concepto que había acuñado un título de Jorge Vigón : El espiritu militar. No somos la "Revista de pensamiento militar", ni la ‘"Revista militar del pensamiento". Pero queremos seguir siendo, en alguna medida, una revista de espíritu militar. Y es que el primer punto de aplicación de nuestro pensamiento es "la ética militar de inspiración cristiana" ».

  • 37 On retrouve encore la défense de ces valeurs en février et mars 1984.

40Cette déclaration de principes, autour de la défense des valeurs chrétiennes et de la Foi37 ne peut que surprendre, tellement elle peut paraître comme anachronique, au moment où l’Espagne, depuis 1982, est entrée dans l’OTAN.

  • 38 Les éditoriaux de Reconquista de novembre et décembre 1980, par exemple, reviennent, à nouveau, sur (...)
  • 39 MARTÍN JIMÉNEZ, Hilario, Ideología y política en las Fuerzas Armadas, Industrial litográfica, Salam (...)

41Après ces efforts de présentation dans les premiers numéros de ce qui, en principe, aurait pu être considéré comme une nouvelle ère pour la revue Reconquista, celle-ci, de même que Ejército, va témoigner, après la mort de Franco, de la disparition de celui qui fut, et reste bien après encore, le Caudillo, par un éditorial sur « el relevo en la Jefatura del Estado » dès janvier 1976 et un commentaire de deux pages, dans le cas de Reconquista, sur la transition politique. Le fond du commentaire constitue un appel à l’unité de l’Espagne, à l’unité des forces armées basée sur leur neutralité. Ce qui caractériserait l’institution au moment du « relevo de la Jefatura del Estado » c’est bien « el supremo servicio de la patria sin inmiscuirse en todo aquello que por ser accidental es discutible ». Cette dichotomie entre ce qui est contingent – la politique – et ce qui est éternel, les valeurs de la patrie, est un élément que l’on retrouve dans la presse militaire et dans les écrits des militaires espagnols depuis le XIXe siècle38. La mission de l’armée, toujours empreinte de « transcendentalismo, preocupada más por las esencias que por los accidentes », écrira l’un des collaborateurs de Reconquista dans un ouvrage qu’il publie au moment de la Transition39. Dans les éditoriaux de cette même année on rappellera, une fois encore, que « para delimitar positivamente el papel de las Fuerzas Armadas se debe partir de lo que es esencia de nuestra patria y la esencia estriba en la unidad, todo lo que se oponga a ella es traición ». Ces déclarations à connotation politique, même si les auteurs s’en défendent, cette réaffirmation des valeurs qui constituaient le socle du régime franquiste et dont on voudrait s’assurer la survie, côtoient, dans chacun des numéros, des informations nombreuses, même si elles sont souvent biaisées, sur le processus politique de transition qui est en train de se produire depuis la mort du général Franco.

  • 40 Le général de Santiago démissionna de son poste le 21 septembre, en réaction à la légalisation de s (...)

42Alors que la revue Ejército ne rend pas compte de ces changements, qu’on n’y trouve pas des éditoriaux, ni des articles sur le rôle de l’armée au sein du nouveau régime qui est en train de se constituer, Reconquista, elle, se situe à l’épicentre de ces bouleversements. Quelques exemples à ce sujet, pris au sein de la publication, entre 1976 et 1981 permettraient de constater cela : jusqu’au mois de juillet 1976, des articles et des éditoriaux vont se succéder, mettant en garde les lecteurs sur le danger du parlementarisme et la « democracia formal ». Des allusions à des écrits et discours du général Franco servent à ponctuer ces propos et à rappeler les « fondamentaux » de ce régime. La nomination de Adolfo Suárez comme chef du gouvernement sera saluée au mois d’août de façon très positive : « el gran político Adolfo Suárez », lit-on, bien que la portée de ces éloges soit minorée par la place que prendra, en terme d’espace et de contenu, le discours du viceprésident de la Défense, le général Fernando de Santiago y Díaz de Mendivil40 du 25 juillet au titre « Fecha para no olvidar ». Il s’agissait de rappeler la date, non pas de la nomination de Adolfo Suárez ou de « la ofrenda al Apostol Santiago » qui a lieu tous les ans ce même jour, mais la date du 18 juillet 1936, le jour « del levantamiento del pueblo sano en defensa de unos principios innegociables » et le général poursuit son discours en s’adressant, cette fois-ci directement à l’apôtre Saint-Jacques pour le prier :

« que nos ayude a mantener a nuestras Fuerzas Armadas fuera del alcance y las ambiciones de quienes pretenden utilizarlas como involuntario instrumento de conquista, retención o dilapidación del poder, moviendo para ello fantasmas de intimidación o espejeulos de triunfo (… ) que nos ayude a ser firmes en la intolerancia de cuanto atente a la unidad e integridad de nuestra Patria y a los valores permanentes del pueblo español ».

43Par la suite et dans les derniers mois de l’année 1976 et en 1977, on rend compte du projet de loi pour la Réforme politique, du référendum qui fut organisé et des résultats : participation massive de l’électorat, 77,7 %, avec une large majorité, 94,1 % de votes exprimés en faveur de la Réforme, mais chacune de ces informations sera suivie d’une nouvelle mise en garde destinée aux lecteurs, au ton toujours catastrophiste :

  • 41 Reconquista, janvier 1977.

« (…) el mes y el año (…) terminan preñados de inquietudes (…) para nuestra Patria, empezando por la costumbre de no llamarla así (…) los ciudadanos se agrupan y desagrupan en partidos, grupos y facciones »41.

44L’éditorial de ce numéro de janvier est consacré à alerter des dangers de la « legalización del mal », allusion à peine voilée au divorce mais, surtout, aux rumeurs insistantes concernant des pourparlers entre le gouvernement et l’opposition qui pourraient déboucher, comme ce fut le cas en avril 1977, dans la légalisation du PCE. A ce sujet le directeur de Reconquista écrit : « La legalización del mal no es protección del bien sino la aceptación legal del desorden cuyo fruto es la sociedad permisiva ».

  • 42 ABC, 15 avril 1977.

45Sur cette légalisation, la revue revient en mai 1977 en montrant : « la repulsa de las Fuerzas Armadas ante el procedimiento utilizado » et on met en garde le gouvernement : « el Ejército unánimemente considera obligación indeclinable defender la Patria, su bandera, la integridad de las Instituciones y el buen nombre de las Fuerzas Armadas ». Un article, dans le même numéro, est consacré aux élections de février 1936 en faisant un parallèle, bien entendu, avec la situation actuelle. Le 9 avril 1977, au moment où les Espagnols étaient en vacances, fut annoncée la nouvelle de la légalisation du Parti Communiste. Suite à cela se produisent la démission du Ministre de la Marine, l’amiral Pita de Veiga. Le 12 avril, le Conseil Supérieur de l’armée, lors d’une réunion longue et mouvementée, déclara : « La repulsa general en todas las unidades del Ejército por la legalización del PCE »42.

46Reconquista, par cette prise de position, se situe nettement aux côtés de El Alcazar, Heraldo Español et ABC, dont les articles vont dans le sens de cette « profunda repulsa », expression récurrente dans tous ces medias, alors que El País, Diario16, Informaciones, Pueblo, Arriba et Ya feront, de leur côté, un éditorial collectif publié le lendemain, intitulé : « No frustar la esperanza », dans lequel les journalistes de ces médias :

  • 43 Cité par Miguel Angel Aguilar, in Memoria de la Transición, op. cit., p. 233.

« consideraban correcta la decisión del Gobierno, adoptada conforme a sus facultades con respecto a la legalidad y al mandato popular del referéndum de la Ley para la Reforma Política del 15 de diciembre anterior. El editorial denunciaba la actitud de sectores antidemocráticos contrarios al proceso político en curso y su intento de provocar a los militares y de secuestrar valores y símbolos comunes para empujar a las FAS al intervencionismo. El editorial lamentaba que acaso por no plantear abiertamente el papel del Ejército en una Monarquía democrática se hubiera dado pábulo a provocadores que adulan a las FAS cuando ven en precario sus privilegios. Todavía en la prensa primaba más la preservación del naciente sistema democrático que cualquier otro objetivo »43.

47La neutralité et l’apolitisme des forces armées que les officiers qui participent à la publication revendiquent depuis 1956 vole en éclats pendant la période de la Transition et tout particulièrement entre 1980 et 1982, année où la crise de l’UCD, la démission de Adolfo Suárez, la crise économique, les attentats terroristes, provoquent un sentiment généralisé d’insécurité dans la population. L’analyse des éditoriaux, entre janvier 1980 et avril 1981 nous amène à constater que la technique mise au point par Reconquista depuis la mort de Franco, à savoir la critique de chacune des réformes menées par le gouvernement de l’UCD, dès lors qu’elles concernent l’institution militaire, se complète par le traitement et le développement de la question de la nécessité d’une intervention de l’armée dans la vie politique lorsque « la patrie est en danger ». Ce problème est abordé soit de façon directe, telle le titre de février 1980 : « Los golpismos » ou de façon « voilée » : « El caballo de Pavía », éditorial de février 1981, le numéro qui précède le coup d’Etat du 23 février.

48La technique souvent utilisée par les collaborateurs de la publication consiste à prendre comme prétexte les rumeurs qui existent en Espagne, notamment depuis 1980 sur « las abortadas intentonas militares » (février 1980) pour les démentir et s’en prendre a une « cierta prensa » que l’on qualifie de frivole : « No es hora, pues, de alimentar temores sobre hipotéticos golpes internos », conclut l’éditorialiste de ce numéro. C’est El País, Cambio16 et Interviu qui sont désignés nommément et traités de « lacra y verguenza del periodismo (…) que se dedica sistemáticamente a explotar la mendacidad y la lujuria para arrojar lodo sobre nuestras gentes y atizar cualquier rescoldo de enemistad y violencia ». S’il avait été question, dans les pages précédentes, de « La operación Galaxia » en 1978, il faut rappeler qu’entre 1977 et 1981 on entend parler à Madrid, dans les milieux militaires, d’une « opération de Gaulle » dont le but serait la constitution d’un gouvernement de Salut public, dirigé par un militaire providentiel. Des rumeurs concernant d’autres complots, impliquant la Division blindée Brunete, stationnée à la périphérie de Madrid, arrivent aux oreilles du gouvernement. Elles sont le fait du chef de celle-ci, le général Torres Rojas (un des leaders du coup d’Etat manqué du 23 février 1981). Il sera envoyé à La Corogne. Le général Milans del Bosch, un autre des acteurs de ce coup d’Etat manqué, avait commencé, de son côté, un important travail de sape en favorisant le recrutement à la Région militaire de Valence dont il était alors capitaine général, des militaires proches de l’ancien régime.

  • 44 Entre 1972 et 1985, 50 militaires (haut gradés) furent assassinés, El País, 30 juillet 1985.

49La presse démocratique est en train de devenir « l’ennemi intérieur » pour Reconquista, la cible contre laquelle se concentrent ses attaques entre 1980 et 1981. En novembre 1980, alors que le terrorisme poursuit son escalade44, l’éditorial de la revue, après avoir cité de nombreux exemples d’héroïsme accomplis par des membres de l’armée, la garde civile ou la police, se termine par ces mots :

  • 45 C’est nous qui soulignons.

« Pretender que de España y sus Ejércitos ha desaparecido el valor, como deja entender una cierta prensa45 es una grave equivocación que se ha repetido en la Historia. En semejante desatino incurrieron los afrancesados del pasado siglo y no pocos políticos de hace 50 años. (…) En ambas ocasiones, el error llevó a la tragedia y en modo alguno desearíamos una nueva tragedia en nuestra España ».

  • 46 « Pavía, siendo general de Madrid, aconsejó a Castelar, presidente de la primera República que no s (...)

50Des menaces claires d’un retour à la Guerre civile sont brandies, les ennemis du régime franquiste nommément cités (les libéraux, les républicains, etc.). L’Etat de nécessité dans lequel, aux dires de ces militaires, l’armée se devrait d’intervenir est créé, jour après jour, page après page. Enfin, l’éditorial du mois de février 1981 titre « El caballo de Pavía »46, franchit une étape supplémentaire dans ce qui va être l’implication de Reconquista, ou au moins d’une partie de sa rédaction dans l’appel à l’insurrection. C’est ainsi que l’auteur de l’éditorial écrit :

  • 47 Le rapprochement avec l’attitude de l’armée après 1898 et ses critiques envers la classe politique (...)

« Prolifera en los últimos tiempos la moda de ocuparse de temas militares. Hombres públicos, periodistas y conferenciantes suelen dar mil y una interpretación al más banal de los acontecimientos castrenses… Toda la novelística del siglo XIX repitió la escena de nuestros políticos que mientras, paso a paso perdíamos los últimos jalones del imperio, practicaban sus dotes estratégicas empleando fichas de dominó sobre el mármol de las mesas de los casinos provincianos. Parece como si la única inquietud se centrase en la posibilidad de que existan o no caballos de Pavía… No es hora, pues, de alimentar temores sobre hipotéticos golpes internos »47.

  • 48 El Alcazar, 8 février 1981.

51Cet éditorial sera illustré par un « chiste » de Mingote (p. 23) où un militaire, se promenant, l’air détendu, s’arrête sur une place, devant une statue équestre et dit à son compagnon : « Ahora que tenemos al general Díez Alegría en la Academia, a ver si aparece en el diccionario la nueva definición de golpe militar : "Invento para vender más periódicos" ». Tenant compte du fait que le rédacteur en chef de Reconquista d’alors était le commandant Pardo Zancada, un des protagonistes du 23-F, il ne s’agit pas ici d’humour bien entendu, dû uniquement au cynisme, mais plutôt de la « chronique d’un coup d’Etat annoncé », relayé par le journal El Alcazar qui, en ce même mois de février, sous la plume du général de Santiago, envoie le message suivant à ces lecteurs, en l’occurrence les mêmes que pour la revue militaire : « En nuestra Historia en situaciones similares siempre se han encontrado Españoles que hayan salvado España »48 ou encore ce même journal appelant, le 10 du même mois, un Chancelier de fer qui « nous sauverait la vie ».

  • 49 C’est le cas des déclarations récentes, à propos de « El ruido de sables ante Cataluña », in El Paí (...)

52L’affaiblissement du gouvernement centriste entre 1979 et 1981 a pu faire croire un moment à certains militaires, dont Reconquista et El Alcazar auraient été leurs porte-parole, qu’une intervention dans la vie politique était possible, voire nécessaire ; mais les péripéties de la tentative du 23 février 1981 leur ont montré que l’interventionnisme n’était plus accepté comme un élément normal de la vie politique espagnole. Alors qu’il avait été longtemps considéré comme une sorte de remède à l’infirmité de la société, il est vu, dès 1982, comme une manifestation anachronique et pathologique49. Le puissant renforcement de la légitimité des nouvelles institutions par le résultat des élections du 28 octobre 1982 a sans doute achevé d’instiller ces nouvelles données dans la mentalité des cadres militaires.

53A partir de janvier 1983 Alonso Baquer, collaborateur de la revue dans sa première période (1950-1956), et ancien membre de Forja, prendra la direction de la publication, empruntant une nouvelle orientation, celle d’une revue professionnelle et technique, en accord avec les nouvelles missions que la démocratie allait confier à ses forces armées.

Haut de page

Notes

1 Mariano Aguilar Olivencia, historien militaire, a étudié avec rigueur cette presse dans de nombreux articles, dont : Historia del periodismo militar español , in Ejército. Revista de las Armas y Servicios, 1980, pp. 68-71.

2 AGUILAR OLIVENCIA, Mariano, Historia del periodismo español, Memorial de Infanteria, Madrid, 1980-1983, p. 50.

3 ALPERT, Michael, La reforma militar de Azaña (1931-1933), Siglo veintiuno, Madrid, 1982.

4 Cité par Mariano AGUILAR OLIVENCIA, Historia social de la Fuerzas Armadas, Tome III, Alhambra, Madrid, 1986, p. 269.

5 Cité par Gabriel CARDONA, El poder militar en el franquismo, Flor del Viento, Barcelona, 2008, p. 82.

6 Sur Ejército on peut consulter notre article « Historia y transmisión de la memoria de los vencedores de la Guerra civil en la revista militar Ejército (1940-1975) », in Amnis, 2011. http://amnis.revues.org/1490

7 CARDONA, Gabriel, El poder militar en el franquismo, op. cit., p. 193.

8 Le père José María Llanos, jésuite, proche de la Phalange après la guerre, il exerça, à partir des années 1950, son apostolat dans la banlieue de Madrid, au Pozo del tío Raimundo. Il rejoint par la suite le PCE, il est considéré comme le « père spirituel de la gauche ».

9 Reconquista, janvier 1950.

10 Officier de l’armée espagnole, sociologue et professeur à l’Université de Barcelone, membre de l’Union Militaire Démocratique et député aux Cortès pour le PSOE de 1977 à 1993.

11 BUSQUETS, Julio, « Los alféreces provisionales hasta la creación de la Hermandad (1936-1958) », Historia 16, n° 119, mars 1981.

12 LOSADA, Juan Carlos, Ideología del Ejército franquista, Itsmo, Madrid, 1990, p. 286.

13 Les alféreces provisonales étaient des officiers cooptés pendant la Guerre civile, formés sur le terrain et dotés d’une courte préparation dans des académies créées à cet effet pendant la guerre. Pour plus de renseignements, on peut consulter notre ouvrage L’armée espagnole (XIXe et XXe siècles), Ellipses, Paris, 2003, pp. 140-143.

14 Afin de mieux connaître la sociologie de cette armée franquiste, l’ouvrage de Julio BUSQUETS, El militar de carrera en España, Ariel, Barcelona, 1er éd. 1967, pp. 154-158, est incontournable ; cet ouvrage est issu de sa thèse doctorale et il fut interdit de lecture pendant de nombreuses années en Espagne.

15 BUSQUETS, Julio, ibid, p. 156.

16 L’Union Militaire Démocratique (UMD) est née à Barcelone en 1974, composée en partie par des anciens membres de Forja, le groupe, beaucoup plus politisé, aura un rôle important au moment de la Transition. Voir notre ouvrage L’armée espagnole XIXe et XXe siècles, op. cit., pp. 190-195.

17 Les articles et discours du général Manuel Díez-Alegría, réunis en partie dans l’essai Ejército y Sociedad, Alianza, Madrid, 1972, constituent une référence pour les membres du groupe Forja et de l’UMD. Sur Gutiérrez Mellado, la lecture de l’ouvrage de Fernando PUELL DE LA VILLA, Gutiérrez Mellado. Un militar del siglo XX (1912-1995), Biblioteca Nueva, Madrid, 1995, s’avère indispensable.

18 Sous la Deuxième République le service militaire avait été réduit à un an. On peut trouver des renseignements importants sur cette question dans Stanley G . PAYNE, Los militares y la política en la España contemporánea, Ruedo Ibérico, Paris, 1968, pp. 210-237.

19 Luis Pinilla deviendra directeur de l’Académie Militaire de Saragosse de1979 à 1981. Il fut durement contesté par les militaires, encore imprégnés des idées franquistes, pendant toute la durée de son mandat.

20 MARTÍNEZ BANDE, José Manuel, Espejo de soldados, Ejército, Madrid, 1953.

21 VIGÓN, Jorge, El espiritu militar, réplica a Alfredo de Vigny, Rialp, Madrid, 1950.

22 ABC, 29 avril 1956.

23 Busquets affirme qu’à cette date le groupe était formé de quatre capitaines, cinquante-neuf lieutenants et soixante cadets, plus un nombre important, difficile à évaluer, de sympathisants, in Pronunciamientos y golpes de Estado en España, Planeta, Barcelona, 1982, p. 144.

24 YNFANTE, Jesús, El Ejército de Franco y de Juan Carlos, Ruedo Ibérico, Paris, 1976, p. 112.

25 BALBÉ, Manuel, Orden público y militarismo en la España constitucional (1812-1983), Alianza Universidad, Madrid, 1983.

26 VILANOVA, Père, « L’armée et la Transition », , in Pouvoirs, « L’Espagne démocratique », n° 8, 1979, pp. 33-39.

27 Il est question à nouveau de « ruido de sables » en Espagne, mais cela ne concerne qu’une frange très minoritaire et peu représentative de l’armée, souvent des retraités. A la différence de la période de la Transition, la population, elle, ne se sent pas sous la menace de l’armée.

28 La biographie de Juan Francisco FUENTES, Adolfo Suárez. Biografía politica, Planeta, Barcelona, 2011, en témoigne.

29 AGUILAR, Miguel Ángel, Ruido de sables, in « Memoria de la Transición », El País, Madrid, 1995, pp. 229-235.

30 Le colonel Quintero, ancien chef des services d’information de l’amiral Carrero Blanco et ancien condisciple du général Evren avec lequel il suivit aux Etats-Unis un stage militaire sur le renseignement contre la subversion.

31 AGUILAR, Miguel Ángel, Memoria de la Transición, op. cit., p. 234

32 El País, 7 janvier 1979.

33 Pueblo, 16 janvier 1979.

34 La Gaceta Ilustrada, 13 juillet 1979.

35 Julio BUSQUETS, Miguel A. AGUILAR, Ignacio PUCHE, El Golpe. Anatomía y claves del asalto al congreso, Ariel, Barcelona, 1981, p. 16.

36 Julio BUSQUETS, Miguel A. AGUILAR, Ignacio PUCHE, El Golpe, ibid, pp. 56-57. Il faudrait rappeler ici que les membres de l’UMD furent expulsés de l’armée en 1976, ils ne bénéficièrent pas de la loi d’amnistie de 1977. Ils devront attendre la deuxième législature du gouvernement du PSOE pour être réintégrés dans l’armée.

37 On retrouve encore la défense de ces valeurs en février et mars 1984.

38 Les éditoriaux de Reconquista de novembre et décembre 1980, par exemple, reviennent, à nouveau, sur ces questions.

39 MARTÍN JIMÉNEZ, Hilario, Ideología y política en las Fuerzas Armadas, Industrial litográfica, Salamanca, 1976, p. 22.

40 Le général de Santiago démissionna de son poste le 21 septembre, en réaction à la légalisation de syndicats. Il fut remplacé à ce poste par le général Gutiérrez Mellado, chef de l’Etat-Major depuis le 8 juillet 1976. Le général de Santiago, sous le pseudonyme « Almendros », sera un collaborateur habituel du journal El Alcazar. Ses articles appelant à l’intervention militaire seront suivis avec grand intérêt dans les casernes jusqu’au 23 février 1981.

41 Reconquista, janvier 1977.

42 ABC, 15 avril 1977.

43 Cité par Miguel Angel Aguilar, in Memoria de la Transición, op. cit., p. 233.

44 Entre 1972 et 1985, 50 militaires (haut gradés) furent assassinés, El País, 30 juillet 1985.

45 C’est nous qui soulignons.

46 « Pavía, siendo general de Madrid, aconsejó a Castelar, presidente de la primera República que no se presentase a rendir cuentas al Parlamento, cosa que aquél no hizo. Tras la votación adversa que siguió a la sesión, Pavía entró a caballo en el Congreso, disolviendo a tiros la asamblea y poniendo así fin a la República », in ALVAR, Jaime (dir.), Diccionario de Historia de España y América, Espasa, Madrid, 2002, p. 878.

47 Le rapprochement avec l’attitude de l’armée après 1898 et ses critiques envers la classe politique serait à faire ici.

48 El Alcazar, 8 février 1981.

49 C’est le cas des déclarations récentes, à propos de « El ruido de sables ante Cataluña », in El País, 11 octobre 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pilar Martínez-Vasseur, « La Presse militaire en Espagne entre franquisme et démocratie : le cas de la revue Reconquista », El Argonauta español [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1733 ; DOI : 10.4000/argonauta.1733

Haut de page

Auteur

Pilar Martínez-Vasseur

Université de Nantes

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org