Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La Presse militaire. Naissance et évolution d’un genre

Journalisme militaire pendant la première guerre carliste : le Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia

Pedro Rújula

Résumés

La presse carliste est née de la guerre civile et ce, avec un double objectif : elle servit, d’une part, à transmettre des informations officielles à travers le territoire en rébellion, et réalisa, d’autre part, un important travail de propagande contre la presse libérale, alors très active. Le Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia constitue un bon exemple de ce type de presse sur le territoire du Maestrazgo. Il apparaît en 1836, au moment où le noyau rebelle commence à se consolider, et son apogée coïncide avec les principaux événements de la guerre : l’Expédition Royale ou la conquête de Morella par Cabrera. La décadence du foyer insurrectionnel du Maestrazgo signe la fin de la publication en 1840.

Haut de page

Texte intégral

1Les prochaines pages ont pour but de montrer la relation qui existe entre les domaines militaire et politique dans le carlisme et comment la presse a servi à nourrir cette relation dans l’un des territoires où les combats faisaient le plus rage, comme ce fut le cas du Maestrazgo. Pour ce faire, j’analyserai une publication qui s’est maintenue pendant presque quatre ans dans des conditions très difficiles, sur un territoire (les montagnes du sud de l’Aragon et du nord de Valence) où il n’y avait jamais eu de journaux auparavant et où il n’y en aura plus d’autres après.

  • 1 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida militar y política de Cabrera, Imprenta y Fundición, de don E. Aguad (...)

2Le lecteur pensera surement que l’intérêt de ce qui va suivre consiste à connaître les mécanismes qui permirent de maintenir une publication quotidienne au rythme d’une guerre et sur un territoire éloigné de la ville. Pourtant, ce n’est pas tout à fait vrai. En réalité, ce qui fait véritablement la valeur de cette étude, c’est de pouvoir parler d’une publication qui était condamnée à disparaître et à tomber dans l’oubli. Le principal biographe de Cabrera, Buenaventura de Córdoba, l’avait déjà dit, il y a plus d’un siècle et demi : « La circulation de ce Bulletin ayant été interdite par le gouvernement constitutionnel sous peine de châtiments sévères, il reste très peu d’exemplaires de nos jours, et on peut presque affirmer qu’on n’en trouvera pas de collection complète »1.

  • 2 Près de 150 plus tard, Conxa Rodríguez allait dans le même sens dans Ramón Cabrera, a l’exili, Bibl (...)

3Personne ne l’a démenti et les recherches engagées sur le territoire carliste ont dû faire l’économie de cette source fondamentale, absente des bibliothèques et des hémérothèques publiques2. L’originalité de mon intervention est de présenter une collection presque complète de cette publication, ce qui nous permet, pour la première fois, de comprendre l’importance que prirent l’information et la propagande dans le déroulement de la Guerre de Sept Ans. Je ne peux m’empêcher d’exprimer ma satisfaction d’avoir réuni la série après plus de vingt ans de recherche avec des exemplaires provenant de six fonds distincts, éparpillés et méconnus. Je ne peux pas taire non plus l’émotion qui s’est emparée de moi lorsque, dans la solitude d’un petit centre d’archives du Maestrazgo, dénué de conditions de conservation et d’archiviste, apparut un dossier avec quelques mois d’une publication que l’on croyait disparue.

Introduction

4Le carlisme est un enfant de la guerre civile de 1833-1840. Bien qu’il ait pris forme politiquement quelque temps avant le conflit, en développant les positions contre-révolutionnaires ébauchées pendant le Triennat Libéral (1820-1823), c’est pendant la guerre qu’il arriva à maturité. Ceci explique que les aspects politique et militaire soient toujours allés de pair dans le carlisme.

  • 3 URQUIJO, José Ramón, « Prensa carlista durante la primera guerra (1833-1840) », in La Prensa en la (...)

5L’apparition d’une presse carliste est liée à la chronologie de la guerre. Ainsi, le premier journal publié dans les rangs rebelles le fut quelques mois à peine après le début du conflit sur le front basco-navarrais. Il s’agissait de Ejército del Rey, N[uestro] S[eñor] Don Carlos V, un bulletin pratiquement interne qui, de l’avis de José Ramón Urquijo, a dû paraître jusqu’à la fin de 1833, ou au début de 18343. En 1835, don Carlos se trouvant en Espagne et parce qu’il était nécessaire de consolider institutionnellement le carlisme, parut la Gaceta Real [1], celle que l’on connaît comme « Gaceta de Oñate » et qui s’occupait de très près de l’information produite au Quartier Général Royal ; elle reproduisait les nouvelles de la guerre et s’efforçait de réfuter les « fausses » informations en provenance du camp ennemi.

6Les carlistes du Maestrazgo ne disposèrent pas d’imprimerie pendant les premières années de l’insurrection. C’était presque impossible du fait de leur organisation sous forme de petits groupes armés qui se déplaçaient avec agilité sur le territoire à la recherche de moyens de subsistance et d’opportunités pour attaquer les colonnes libérales. Pendant tout ce temps, les ordres et les écrits officiels circulèrent sur des papiers manuscrits que les mairies recopiaient avant d’envoyer l’original au village suivant où se répétait la même opération.

  • 4 Sur Jayme Camps y Mur, voir Archivo General Militar de Segovia, leg. C-829, J. M. y R., Memorias pa (...)
  • 5 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida…, op. cit., vol. I, p. 265.

7Au début de l’année 1836, alors que Ramón Cabrera avait déjà pris la tête des troupes carlistes du sud de l’Èbre, la situation commença à changer. Abandonnant les plaines du Bas Aragon, où elles étaient des proies faciles pour l’armée gouvernementale, elles se retranchèrent dans les montagnes qui séparaient l’Aragon de la Catalogne et de Valence. Le premier réduit où fut établie une infrastructure minimum de soutien, qui avait déjà été utilisée par les groupes armés ultra-absolutistes pendant le Triennat Libéral, furent les cols de Beceite. Là, dans la petite localité de Fredes, située au cœur des montagnes, la première imprimerie carliste au sud de l’Èbre commença à fonctionner. A sa tête, on plaça un commandant d’infanterie : Jaime Camps y Mur, qui allait devenir, plus tard, le responsable des forts de Beceite4. L’activité qu’il déploya visait à améliorer la communication des instructions envoyées par l’armée, comme les arrêtés, ordres et dépêches, ainsi qu’à faciliter l’organisation militaire elle-même, en fournissant aux unités des modèles de revue, de fiches d’enrôlement et des états des forces5. Par ailleurs, Beceite se trouvait au milieu de forêts touffues avec d’abondants cours d’eau où était établie depuis longtemps une industrie du papier tout à fait capable d’approvisionner l’imprimerie en matière première.

  • 6 RÚJULA, Pedro, Contrarrevolución…, op. cit., p. 234.
  • 7 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida…, op. cit., vol. II, p. 227.

8La consolidation progressive de la présence militaire carliste sur le territoire du Maestrazgo entraîna un changement radical de stratégie. La prise de Cantavieja par Cabañero, le 25 avril 1836, ne fut pas seulement un coup de force destiné à déstabiliser les autorités libérales et obtenir des vivres et des moyens économiques, comme jusqu’alors, mais la preuve qu’une étape de contrôle territorial commençait6. Dès lors, c’en était fini de l’itinérance perpétuelle des groupes armés. Cette exhibition de force des troupes rebelles avait une forte valeur symbolique puisqu’elle impliquait la défense de l’espace face aux incursions des colonnes du gouvernement. Cantavieja devint le siège de l’administration carliste au sud de l’Èbre, une administration qui, à ce moment-là, était au service de l’armée. En plus d’y établir le Gouvernement Militaire et Politique, Cabrera y transféra les bureaux, les hôpitaux, les ateliers de confection, les usines de poudre, la prison… mais aussi l’imprimerie7.

9Cet été-là, des arrêtés sortirent des presses de l’imprimerie de Cantavieja, par exemple celui que Cabrera adressa aux « Espagnols », qui qualifiait les libéraux d’« ennemis de Dieu et du Roi N. S. D. Carlos V » et offrait « soit paix, calme et tranquillité sous l’Empire Légitime et Paternel de Notre Roi et Seigneur don Carlos V, soit mort, ruine et désolation aux dupes, prosélytes de la rébellion et de l’Anarchie ».

Cabrera (Ramón), « Españoles ».

Cabrera (Ramón), « Españoles ».

10Malgré leur caractère modeste, ces imprimés durent avoir un fort impact sur la population, car ils soulignaient une amélioration des ressources à disposition des carlistes et transmettaient l’idée d’une certaine sophistication des moyens mis au service de la guerre.

Le Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón

11Toutefois, ce qui fit véritablement la preuve que le carlisme du Maestrazgo aspirait à devenir un pouvoir alternatif au gouvernement de Madrid, fut la parution, le samedi 20 août 1836, d’un journal officiel intitulé Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón.

Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón. Page de garde du n° 1, 20 août 1836.

Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón. Page de garde du n° 1, 20 août 1836.
  • 8 Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón, n° 1, 20 août 1836.

12La publication naissait sur ordre exprès de Ramón Cabrera, commandant général et 2ème caporal de l’Armée et du Royaume d’Aragon, selon lequel « on publiera un Bulletin qui contiendra les Ordres, tant Royaux qu’issus du Commandement Général et du Gouvernement ; les dépêches et nouvelles, que nous pourrons obtenir de l’Étranger et de Notre Royaume ; et la réfutation des mensonges et calomnies par lesquels les journaux de Madrid essaient, mais en vain, de nous discréditer »8.

  • 9 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida…, op. cit., vol. III, p. 14 et 61 ou Eloy Fernández Clemente et Carl (...)

13Le journal, qui sera très vite surnommé « le bulletin de Cantavieja »9, se composait d’une seule feuille, in folio, imprimée sur un seul côté. Sur la manchette, la date et le titre flanquaient les armoiries royales. La page est structurée en deux colonnes séparées par un filet et, comme nom d’imprimeur, figurait « Imprimerie du Gouvernement (sic) par Carlos V », même si, à partir du second numéro l’abréviation « I. d. G » vient s’y substituer. Le journal allait paraître deux fois par semaine, le mercredi et le samedi. Les manchettes modifient leur forme et éléments très vite, faisant disparaître les armoiries et les filets et se réduisant à une typographie simple.

Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón. Page de garde du n° 12, 28 septembre 1836.

Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón. Page de garde du n° 12, 28 septembre 1836.
  • 10 RÚJULA, Pedro, Contrarrevolución…, op. cit., p. 246 et B. de Córdoba, Vida…, op. cit., t. 2, p. 228 (...)
  • 11 Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón, n° 5, 3 septembre 1836.
  • 12 Dirección de la Imprenta del Gobierno, Antonio Cala y Gómez.
  • 13 Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón, n° 12, 28 septembre 1836.

14Le directeur de l’imprimerie du Gouvernement établie à Cantavieja était Antonio Cala y Gómez, un secrétaire de guerre qui, par la suite, occupera des fonctions comme membre de la commission militaire exécutive et permanente10. Les mairies et chapitres ecclésiastiques étaient obligés de s’abonner au Boletín. Les particuliers pouvaient en faire autant, auprès du directeur de l’imprimerie et du « caissier » chargé d’encaisser les abonnements. Le prix de ces abonnements était de huit réaux de billon mensuels, à Cantavieja même, et de seize réaux quand il fallait l’envoyer à l’extérieur. Les bulletins extraordinaires seraient envoyés sans surcoût11. L’ordre de contracter un abonnement fut diffusé à la mi-septembre et on donna trois jours pour le paiement12. L’efficacité dut être mitigée car à la fin du mois, la publication d’un nouvel ordre repoussa le délai jusqu’au 6 octobre pour le paiement de 36 réaux billon, prix d’un abonnement au Boletín pour le reste de l’année13.

15Dans un premier temps, les contenus se limitaient à des textes officiels et des informations tirées d’autres journaux ou rédigées par des correspondants. L’absence de liaison entre Cantavieja et les noyaux urbains où était produite l’information journalistique explique que les nouvelles de l’extérieur n’aient eu que peu d’importance. Pourtant, elles jouaient bien leur rôle en alimentant un climat favorable à partir de la reproduction d’informations commentant l’avancée du carlisme. En même temps, cela constitue un formidable support de propagande. D’un côté parce que les nouvelles sont interprétées à la lumière des intérêts carlistes, transformant en espace d’opinion ce qui, en apparence, n’était que simple information. D’un autre, parce qu’on y insérait des ordres et arrêtés officiels destinés à organiser le territoire ou à diffuser les succès de l’armée carliste.

16Dès le début, on utilise le système des bulletins extraordinaires pour transmettre des informations qui, de par leur importance, ne peuvent attendre la parution du journal ordinaire. Le premier dont nous ayons connaissance date du 25 août et renferme l’ordre donné par Cabrera aux mairies de contrôler l’approvisionnement des troupes, ainsi que plusieurs nouvelles sur les victoires carlistes, qui le poussent à affirmer :

  • 14 « Alcance », in Boletín extraordinario, La Fresneda, 25 août 1836.

« Où que se présentent nos fidèles troupes, partout victorieuses, les forces de l’usurpation sont accablées et fuient précipitamment. Une désillusion qui devrait attirer l’attention des hommes sensés et faire que tous s’efforcent de défendre la juste cause du roi Notre Seigneur don Carlos V »14.

17Evidemment, il s’agit d’un instrument qui joue le même double rôle que le journal : information et propagande, sans séparer l’une de l’autre.

  • 15 BULLÓN DE MENDOZA, Alfonso, La Expedición del general Gómez, Editora Nacional, Madrid, 1984, p. 96.
  • 16 Boletín extraordinario, 24 octobre 1836.

18A cette époque, le Boletín se fait l’écho de la proclamation de la Constitution par les sergents de la Granja, des mouvements du général Evaristo San Miguel autour de Cantavieja pour préparer la reprise de la place par les libéraux et de la progression de l’expédition du général Gómez. Il ne dit pas que Cabrera a quitté cette petite forteresse du Maestrazgo pour rejoindre l’expédition du général Gómez, ce qui allait l’éloigner de l’endroit pendant quelques mois15. Le journal intensifie son activité juste avant l’attaque libérale avec des nouvelles des victoires carlistes sur tous les fronts, transmises dans des bulletins extraordinaires, essayant de galvaniser les esprits et ordonnant des manifestations de joie (« volée de cloches, Te Deum solennel et vachettes »16) qui contrastent manifestement avec la situation critique d’une population assiégée. Le 28 octobre, la brigade commandée par le général Nogueras se trouvait déjà devant Cantavieja, prête à attaquer. Le lendemain, le journal ne fut pas publié alors que l’on était samedi. La localité tomba aux mains des libéraux le 31 et le journal quitta temporairement la scène.

Nouvelle itinérance

  • 17 La numérotation des numéros de décembre prouve que la publication avait cessé pendant quelques jour (...)
  • 18 CHILLIDA MATUTANO, Luis, « Fray Ambrosio Chillida Comín O. P. (1800-1865)  », in Boletín de la Soci (...)

19Les conditions de stabilité offertes par Cantavieja ayant cessé d’exister, le Boletín traversa une période critique. Néanmoins, la volonté de pouvoir disposer d’un organe d’expression qui donne une unité au territoire occupé par l’armée semblait évidente. Ainsi, avant la fin de l’année 1836, alors que le temps nécessaire pour remettre sur pieds ailleurs une imprimerie était à peine écoulé, le Boletín parut à nouveau17. Il est possible que les machines de l’imprimerie aient été sauvées par l’un des nombreux soldats qui quittèrent la place la nuit précédant la capitulation en se laissant glisser le long des murailles. Pour cette nouvelle étape, les armoiries royales des premiers numéros sont reprises. Le journal n’a pas de nom d’imprimeur qui indiquerait où il était imprimé mais certaines informations partielles nous permettent d’affirmer que l’imprimerie était revenue aux cols de Beceite qu’elle avait quittés quelques mois auparavant. La direction changea également : un religieux en prit la tête, frère Ambrosio Chillida, un dominicain sécularisé de Castellón qui allait accompagner Cabrera en exil des années plus tard18.

  • 19 Boletín del Real Ejército de Aragón, n.º 28, 19 de febrero de 1837.

20Lors de cette nouvelle étape, l’apparence extérieure de la publication demeure la même mais quelques changements manifestes apparaissent. D’un côté, on note une diminution de la périodicité qui souligne les difficultés que traversait l’insurrection carliste au début de 1837. Jusqu’en mai, vingt numéros à peine sont publiés et de façon irrégulière. Il n’y est pas dit que Cabrera est rentré, vaincu et blessé, de l’expédition du général Gómez ; en revanche, on annonce qu’en février 1837 il reprend le commandement des troupes, comme il l’affirme lui-même, « revêtu du double caractère de père de ses peuples et Général des intrépides défenseurs de l’Autel et du Trône »19. Dans ce même numéro précisément, le titre a été légèrement modifié. Le terme Royaume disparaît ; désormais, il s’intitule simplement Boletín del Real Ejército de Aragón.

  • 20 Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón, n° 22, 21 décembre 1836.

21D’autre part, on observe un tournant dans le traitement des contenus, de mieux en mieux structurés, avec une introduction progressive d’arguments religieux de la contre-révolution, très souvent présentés dans des articles de fond, comme celui du 22 décembre, consacré à la liberté. On y alertait contre la perversion du langage employé par les libéraux qui, pour le rédacteur étaient « quatre voyous pédants portant le nom de pères de la patrie, sortis des cavernes ténébreuses des loges maçonniques » ; leurs plans sont dénoncés en ceci qu’ils prétendaient « désordonner tout ce qui est ordonné, dresser contre ses supérieurs celui qui vit heureux dans la soumission que raison et religion lui dictent, détruire tout ce qui a été construit, […] en un mot, mettre l’homme plus bas que la bête sauvage »20.

  • 21 C'étaient les arguments qui justifiaient que l'abonnement soit de nouveau obligatoire, à un prix de (...)

22Le 4 mars, Cabrera ordonna à frère Ambrosio Chillida d’encourager de nouveau les abonnements au journal. La circulaire émise est fondamentale pour comprendre les objectifs du Boletín. « L’influence morale qu’exerce l’Imprimerie sur l’esprit des peuples, commençait-elle, et les facilités qu’elle offre pour transmettre des idées, qui enseignent ou démoralisent, et même fixent l’opinion dans le sens qu’on lui fait prendre, sont bien connues ». Il poursuivait en disant que cet instrument avait été utilisé abondamment par le parti libéral qui « a produit un nombre exorbitant d’imprimés avec lesquels on prétend (bien inutilement) décatholiciser notre pauvre Patrie ». Le journal avait comme dessein d’« élever une digue contre le torrent d’iniquités dans le Royaume d’Aragon, de déterminer l’opinion du peuple avec des idées dignes d’un Espagnol et de faciliter la communication des ordres émanant du Commandement Général et des nouvelles de l’Armée Royale »21.

  • 22 La Cenia, 17 avril 1837.

23Conformément à cela, quand Cabrera dotera le Maestrazgo d’une structure administrative, par Ordre Général du 19 avril, il fera dépendre l’imprimerie de la commission ecclésiastique. Dès lors, le contrôle idéologique passe aux mains d’hommes d’Église qui se chargeront d’inspecter « tous les papiers destinés à circuler, en prenant garde à ce que ne soient ternis ni le dogme, ni aucun Article de la Sainte Religion que nous professons avec bonheur, ni l’honneur des Armes du Roi N. S. don Carlos V (Que Dieu le Garde), et qu’aucun concept ne porte atteinte à l’avancée de la Sainte Cause que nous défendons »22. Les intérêts de Dieu et des armes du roi allaient suivre des chemins parallèles dans les pages du Bulletin.

  • 23 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida..., op. cit., vol. II, pp. 212-213.

24Le retour de Cabrera eut non seulement un impact sur l’organisation, mais raviva également l’activité insurrectionnelle dans le Maestrazgo. Avec Forcadell, il décida de mener une incursion sur les terres de Valence et parvint aux portes mêmes de la capitale. Tandis qu’il attirait l’attention des colonnes libérales stationnées dans la zone, derrière lui, le 25 avril 1837, Juan Cabañero reprenait Cantavieja pour les carlistes23.

De retour à Cantavieja

  • 24 Sur cette expédition, voir Alfonso Bullón de Mendoza, Auge y ocaso de don Carlos. La Expedición Rea (...)
  • 25 A partir du 3 juin, il est imprimé en recto verso.
  • 26 Boletín del Ejército Real de los Reynos de Aragón, n° 41, 7 juin 1837.

25L’activité des rebelles du Maestrazgo ne cessa de s’intensifier aux abords de l’été 1837 ; ils parcoururent tous les lieux à leur portée pour approvisionner les magasins et préparèrent tout pour l’arrivée imminente de l’Expédition Royale qui, avec Carlos V à la tête de 12 000 hommes, avait quitté la Navarre à la mi-mai24. Au milieu de cette effervescence, vers le mois de juin, le journal avait déjà retrouvé son rythme normal de deux numéros par semaine. Selon toute vraisemblance, il est à nouveau imprimé à Cantavieja, ce qui garantit la régularité des parutions et de la distribution sur tout le territoire contrôlé par les carlistes. S’ouvre alors une période de franche expansion pour le Boletín. Il commence à s’étoffer, passe à deux pages certains jours25, à quatre d’autres fois. Le besoin d’espace reflète ce qui est en train de se passer dans les rangs rebelles. Le journal commence à devenir le point de convergence de nombreuses informations. Bien évidemment, les nouvelles officielles continuent à paraître, et même de façon plus régulière. Mais la nouveauté, c’est qu’il reçoit des dépêches destinées à être insérées dans ses pages, ce qui dynamise les contenus et donne de l’importance au journal en tant que support d’opinion. « Monsieur le Directeur de l’imprimerie, dit l’un de ces collaborateurs, veuillez insérer dans le Bulletin de l’Armée, que vous dirigez avec une grande sagesse, ces quelques mots qui rendront évidente l’infâme conduite d’un camp qui ne fait l’économie d’aucun moyen, pas même les plus vils, pour obtenir ce dont il a envie »26.

  • 27 Par exemple le mercredi 14 juin 1837.

26Le nom oscille. L’édition du 3 juin s’ouvre avec la manchette adoptée en décembre : Boletín del Real Ejército de Aragón ; le 7, c’est le titre ancien Boletín del Real Ejército de los Reynos [de] Aragón qui est repris. Mais le numéro suivant, celui du 10, introduit un nouveau titre : Boletín del Real Ejército de los Reynos Unidos de Aragón. Le 23, il y a un nouveau changement, définitif cette fois : Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia. Au milieu de tous ces essais, même le format fut modifié, passant à un format in-quarto pendant quelques numéros27.

Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia. Page de garde du n° 19, 14 juin 1837.

Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia. Page de garde du n° 19, 14 juin 1837.

27On utilise aussi un nouveau nom d’imprimeur : Imprimerie de l’Armée Royale. Pendant ce temps, l’avancée de l’Expédition Royale trouve un écho dans ses pages : depuis le passage par la province de Huesca, l’entrée en Catalogne, jusqu’à la traversée de l’Èbre et sa marche sur Castellón avant d’atteindre le Maestrazgo. Les articles d’opinion abondent, des lettres et des poèmes sont insérés, ainsi que de nombreuses nouvelles des journaux de Madrid, entre autres contenus.

Le roi dans le Maestrazgo

  • 28 « como por encanto en cuatro días has crecido lo que nadie podía figurarse. En el Miércoles pasado (...)

28Une telle ambiance d’instabilité était le signe avant-coureur des changements qui allaient se produire le 1er juillet, quand l’Expédition Royale se trouvait sur les terres de Castellón, tout près de Cantavieja désormais. Les lecteurs avaient déjà été prévenus que, dorénavant, le journal allait sortir « en deux feuilles in-folio » et que le prix de l’abonnement s’élèverait à quarante-huit réaux par trimestre pour les mairies et vingt-quatre pour les particuliers. Sous sa nouvelle apparence, il écrivait, en parlant de lui-même : « Comme par enchantement, en quatre jours, tu as grandi plus que quiconque n’aurait pu l’imaginer. Mercredi dernier, tu étais tout petit et de stature si basse que tu ressemblais à un pygmée. Et voilà que le samedi suivant on te retrouve robuste, de haute taille et si grand que tu ressembles à un semi-géant »28. Il s’était écoulé presque un an depuis sa première parution et frère Ambrosio Chillida proclamait dans ce texte la maturité journalistique du Boletín, en comparant sa consolidation avec celle du mouvement insurrectionnel carliste « qui a tellement grandi et s’est fortifié à tel point que les généraux ennemis de plus grand renom ne peuvent plus le vaincre ». Il terminait en défendant la relation directe qui existait entre armée et journal dans ces termes :

  • 29 « ¿Qué tiene de singular ni de extraño que el Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murci (...)

« Qu’a donc de singulier et d’étrange le fait que le Bulletin de l’Armée Royale d’Aragon, Valence et Murcie ait grandi à ce point en quatre jours ? Le Bulletin ne s’identifie-t-il pas à l’Armée qui défend si glorieusement les droits sacrés du catholique et pieux Carlos V, Roi légitime des Espagnes ? L’honneur insigne de faire partie intégrante d’un corps si respectable ne revient-il pas au Bulletin ? Dès lors, comment pouvait-il renoncer à participer à ces phases ascendantes et descendantes ? »29

29Le rédacteur exprimait ainsi les liens directs qui existaient entre le déroulement de la guerre et la publication. Il ne cachait pas qu’il avait parfaitement conscience que le carlisme était en train de vivre un moment important, compte tenu du fait que quelques jours plus tard le gros de l’armée carliste allait arriver dans le Maestrazgo, avec don Carlos lui-même à sa tête.

  • 30 « Pasaporte para el nuevo Boletín del Ejército Real de los Reynos de Aragón, Valencia y Murcia », B (...)
  • 31 Ibidem.

30Il était donc temps de se poser la question de l’aire géographique à laquelle devait être destiné le journal. Personnifiant le bulletin, faisant de lui une personne qui vient d’atteindre sa majorité, le rédacteur s’adresse à lui en s’interrogeant sur l’endroit où il devra se rendre. Son principal objectif n’est pas l’Espagne contaminée par les libéraux. Ni Madrid, « Cour corrompue », ni Saragosse, Barcelone ou Valence, toutes de désordre et d’anarchie, ni Séville ou Cadix, « où il n’y a aucun ordre », ni Malaga, célèbre pour « ses habitudes corrompues », ni même Tortosa, occupée par les « lumières ». Le Boletín était destiné à circuler à travers « tous les villages qui sont contrôlés par les troupes de la légitimité », y compris ici les territoires carlistes du nord30. Cela impliquait une double fonction. La première, de nature idéologique, consistait à distribuer de l’information et une opinion favorables aux carlistes parmi les gens qui vivaient encerclés par la guerre civile. En ce sens, on construisit peu à peu l’image d’un nouveau pouvoir qui s’étendait sur toute la région, celle d’une armée qui comptait autant de triomphes que d’affrontements, et celle d’une figure éblouissante et messianique bénie de Dieu et de la victoire, comme pouvait l’être le général Ramón Cabrera. Son deuxième rôle, relevant de la politique interne, était de faire connaître, jusqu’au cœur du pouvoir carliste situé en plein noyau basco-navarrais, les progrès réalisés dans le Maestrazgo pour réclamer ainsi la reconnaissance des efforts fournis et des succès remportés ; une façon de parler au roi, selon les propres mots du journal, pour « vous manifester l’enthousiasme de toute la troupe et son ardent désir d’en finir au plus vite avec les ennemis de votre Royale Personne »31.

  • 32 « Aviso », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 10 octobre 1838, p. 4.
  • 33 Ambrosio Chillida, « Anuncio », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, n° 45, 23 j (...)
  • 34 « S'introduire, y compris dans la capitale du Royaume, n'est pas si difficile que tu te l'étais san (...)

31Le fait d’être destiné, fondamentalement, au milieu rural, posait un sérieux problème de distribution puisqu’il fallait atteindre une multitude de petites localités éparpillées et isolées les unes des autres. La formule choisie consistait à gérer les abonnements au travers des commandants militaires répartis sur le territoire sous contrôle carliste, lesquels se chargeaient d’élaborer la liste des mairies et des particuliers intéressés et de recevoir le montant des souscriptions. La distribution ne pouvait pas se faire par courrier, peu fréquent, de sorte qu’on les envoyait vers quinze points à partir desquels les commandants militaires ou les mairies responsables les faisaient parvenir à leurs destinations finales32. La fiabilité des courriers devait être minime parce que le directeur ajoutait, dans l’une de ses notes : « on charge également Messieurs les maires et commandants militaires de surveiller les livreurs du Boletín pour que soit respectée la propriété des abonnés, dont nous avons reçu des plaintes réitérées parce que très souvent ils ne reçoivent rien »33. Néanmoins, on ne négligeait pas non plus la possibilité de franchir les frontières du monde carliste et d’entrer de façon clandestine sur le territoire ennemi34.

  • 35 « Día 24 de julio de 1837 », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, n° 54, 26 juil (...)
  • 36 Real de Horrajo, 1er août 1837. Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, n° 58, 12 a (...)

32Quand le prétendant carliste don Carlos arriva au Maestrazgo, à la mi-juillet 1837, le Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia était parfaitement installé. Il exhibait à longueur de pages des arrêtés, ordres, proclamations et manifestes aux soldats carlistes, reproduisait les écrits de correspondants de toute la péninsule, communiquait des nouvelles sur des faits d’armes favorables à l’armée, employait de nombreuses pages à faire des articles de fond dans des perspectives idéologiques tout à fait cohérentes sur la liberté, les Cortès, la dîme, la liberté d’expression… et se faisait l’écho d’informations publiées dans d’autres quotidiens nationaux ou étrangers. A cette époque, une feuille adressée à l’armée itinérante, le Boletín del Real Ejército Expedicionario sortit de la même imprimerie ; il s’agissait, en réalité, du même journal mais avec une manchette différente. Le 24 juillet, le roi entra dans Cantavieja. « Père aimant [disait le Bulletin], Monarque juste, Général habile, accompli et politique, vous avez distingué de vos bontés les habitants de cette Place Royale, honorant les fidèles de Cantavieja par votre visite, en leur confirmant votre incomparable décision et en augmentant, si tant est que ce soit possible, le courage qui les caractérise »35. Quelques jours après, ses pages accueilleraient le décret par lequel était créée la Junte Supérieure de Gouvernement des Royaumes d’Aragon, de Valence et Murcie, qui se présentait comme une autorité politique en contrepoint à la responsabilité militaire aux mains de Ramón Cabrera36. Un bulletin extraordinaire allait être publié, avec la victoire carliste à Herrera de los Navarros, quand l’Expédition Royale quitta le territoire aragonais pour prendre le chemin de Madrid.

Le temps du Maestrazgo

  • 37 Cantavieja, 1er octobre 1837. Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 4 octobre 183 (...)
  • 38 Cantavieja, 1er octobre 1837. Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 4 octobre 183 (...)

33On le sait, l’Expédition Royale n’atteignit pas son objectif de conquérir Madrid. Cabrera revint au Maestrazgo plus convaincu que jamais que l’avenir de l’insurrection sur ces terres dépendait uniquement de sa capacité et de ses forces. Le moment culminant du carlisme en terres d’Aragon et de Valence commence alors, ainsi que l’étape de plus grand développement du Boletín. Loin d’abandonner le projet d’un journal, l’un des premiers ordres de Ramón Cabrera à son retour est destiné à en assurer la diffusion. « Tous les villages des provinces soumises à l’Armée Royale sous mon commandement seront obligés de s’abonner au Bulletin de ladite Armée »37. L’ordre était justifié par un texte où on reconnaissait « l’influence morale qu’exerce l’imprimerie sur l’esprit des peuples » et qui admettait que c’était là un instrument qu’avaient employé avec succès « les sectes irréligieuses, régicides et antisociales s’acharnant à décatholiciser l’Espagne fidèle, à abattre le Trône du plus pieux des Rois, et à tous nous plonger dans l’anarchie ». Par conséquent, éditer un journal et favoriser sa distribution par l’abonnement forcé des mairies était une façon d’ » élever une digue contre l’impiété et la désorganisation, de déterminer l’opinion des peuples avec des idées dignes d’un véritable Espagnol et de faciliter la diffusion des ordres émanant du Commandement Général de la très Excellente Junte Supérieure de Gouvernement et autres autorités civiles et militaires, de même que les nouvelles de l’Armée Royale »38.

  • 39 ROQUER, Mariano, El liberal arrepentido o Confesión general practica, en la que se tratan casi toda (...)

34C’est le moment où furent introduits des changements à la direction et dans l’administration de l’imprimerie. La responsabilité reste cependant entre les mains d’un ecclésiastique, également issu de l’ordre des prédicateurs, le père dominicain Mariano Roquer, qui avait été recteur du collège de Santo Domingo et San Jorge de Tortosa, où il avait publié en 1824 un opuscule intitulé El liberal arrepentido (Le libéral repenti)39. Son travail s’inscrit dans la continuité puisque les ingrédients et le modèle demeurent pratiquement identiques. D’autres thèmes d’actualité occupent ses pages, comme l’échec d’Oráa dans la prise de Cantavieja ou le recrutement de nouveaux appelés. Des textes de correspondants provenant de lieux multiples sont imprimés et le journal commente des articles publiés dans El Restaurador catalan (Le Restaurateur catalan), organe de presse des carlistes de Catalogne.

  • 40 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 3 février 1838.
  • 41 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 10 février 1838, p. 4.

35Les débuts de l’année 1838 voient une nette amélioration de la situation des carlistes du Maestrazgo. En plus de quelques actions ponctuelles à l’issue heureuse, en janvier, deux importantes localités valenciennes sont prises : Morella et Benicarló. Le journal s’en fait très largement l’écho, conscient que ces victoires transmettent une impression de vigueur du carlisme. Des poésies sont également publiées, qui célèbrent la série de succès et dénotent une certaine ambiance d’euphorie, comme celle-là : « Les conquêtes par paire, le Ciel nous sourit / et l’ennemi périt. / Vivent nos militaires. / Vivent ROI et religion / A bas les francs-maçons. »40 L’expansion de l’aire contrôlée par les carlistes entraîna une réorganisation des fonctions dans l’espace. L’imposante forteresse de Morella récemment conquise devint la capitale militaire, tandis que Cantavieja conserva ses fonctions administratives et que le siège de l’organe politique, la Junte Royale d’Aragon, Valence et Murcie se transportait à Mirambel. Les employés de l’imprimerie de l’Armée Royale ne tardèrent pas à recevoir l’ordre d’emporter les machines et la rédaction à Morella. Le 10 février, on en informe les lecteurs41.

Le Boletín à Morella

36L’installation de l’imprimerie à Morella n’était peut-être que le reflet de la volonté de Cabrera de faire de cette imposante forteresse la capitale militaire du Maestrazgo. Pourtant, les tensions avec la Junte, qui restreignait l’indépendance et le pouvoir discrétionnaire du général, constituent une autre explication possible de ce transfert. Une fois installée au siège du pouvoir militaire, ses contenus devenaient bien plus aisément contrôlables pour Cabrera, y compris quand il se trouvait loin. On pourrait en donner pour preuves le ton enflammé de certains éloges et la célébration des victoires comme autant d’actes personnels. Le 10 mars par exemple, on se réfère à lui comme à un héros providentiel, un véritable instrument de Dieu :

  • 42 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, [10] mars 1838, p. 1.

« Ce Dieu des Armées dont vous niez l’existence de toute la noirceur de votre cœur [il est ici question des libéraux] protège visiblement la noble cause de la religion et de la légitimité qui sont ses causes. N’en doutez pas, le Général imperturbable, le Maréchal de camp don Ramón Cabrera est l’homme illustre, le héros si célèbre par ses exploits qu’Il a décidé d’utiliser pour vous exterminer. Louange éternelle pour le Dieu des batailles, gratitude perpétuelle pour le jeune guerrier, son courage et sa loyauté à toute épreuve nous permettent de tout en espérer. Louanges sans fin »42.

37Ou cette autre « félicitation » qui paraît en première page le 17 mars :

  • 43 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 17 mars 1838, p. 1.

« Salve Ange gardien de ce sol coutumier du courage, de l’amour et de la loyauté envers le meilleur des Rois, le vertueux, juste et à tous points de vue grand D. CARLOS V de Bourbon. Salve héros et chef invaincu de l’Armée Royale d’Aragon, de Valence et Murcie ; plénipotentiaire, et fils préféré de la Reine Mère de la Providence pour libérer ces trois provinces du pouvoir ignoble de l’usurpation… »43

  • 44 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 14 avril 1838, p. 3.

38Ou encore les vers qui lui sont dédiés le 4 avril, « au motif des triomphes glorieux qu’il a obtenus sur l’ennemi dans les campagnes de Gandesa et Lucena »44.

39Vers la mi-mars, la manchette insère une allégorie de la justice et de la paix unies sur le titre du journal.

Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia. Page de garde du n° 131, 21 mars 1838.

Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia. Page de garde du n° 131, 21 mars 1838.

40Le 4 juillet 1838, on introduit un motif xylographié sous le titre et un double filet entre les colonnes, ainsi que des ornements entre les articles et, début octobre, le dessin de la manchette est modifié. Le slogan Paix et Justice continue à être utilisé mais désormais sur fond de blason strié d’Aragon avec, par-dessus, la couronne du roi et une chauve-souris de Valence.

Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 219, 10 avril 1839.

Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 219, 10 avril 1839.
  • 45 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 24 novembre 1838, p. 1. L'article est une é (...)

41Le journal est au sommet. Certains jours, deux cahiers sont nécessaires pour accueillir les multiples textes venus d’Espagne et de l’étranger, issus de journaux carlistes mais aussi libéraux. Il polémique avec la presse libérale, accusant ses « journalistes de la tromperie » de mettre en œuvre contre Cabrera la maxime de Machiavel selon laquelle « il faut calomnier l’ennemi car même s’il parvient parfois à se défendre, il reste toujours un petit quelque chose de la calomnie ». Cela justifie d’autant plus de faire l’éloge du général, bien que « les marges réduites de notre journal ne nous permettent pas d’accumuler les faits de Cabrera, aussi glorieux que fréquents. »45

Les problèmes avec la Junte

  • 46 « Anuncio », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, n° 210, 10 avril 1839.

42Nous arrivons ainsi à l’année 1839, l’apogée de l’expansion carliste. Jusqu’au printemps, les choses continuèrent en l’état mais le mercredi 10 avril, après 210 numéros du Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia46, est publiée l’annonce de sa disparition, après vingt-deux mois de vie. La Junte a ordonné le transfert de l’imprimerie de l’Armée Royale à Mirambel pour lancer un nouveau journal, El libertador de Aragón, Valencia y Murcia (Le Libérateur d’Aragon, Valence et Murcie). Il n’est pas difficile de voir dans ce changement de siège un nouvel épisode de la lutte qui oppose Cabrera et la Junte, le pouvoir militaire et le pouvoir politique. L’imprimerie était l’objet de la querelle, puisque les deux camps étaient convaincus qu’elle était une importante source de pouvoir.

  • 47 El libertador de Aragón, Valencia y Murcia. Periódico de la Excma. Junta Superior Gubernativa de di (...)
  • 48 Ibidem, p. 2.
  • 49 El libertador de Aragón, Valencia y Murcia, n° 1, 20 avril 1839, p. 1.
  • 50 Il fut chargé d'appliquer un règlement « spécial [...] conçu pour le bon régime et gouvernement dud (...)

43Dans le prospectus diffusé par les éditeurs du nouveau journal, la perspective proposée diffère à peine de celle du Bulletin, ce qui confirme que la dispute n’est qu’une question de pouvoir, et non d’idées. Le texte réitère les invectives contre la presse libérale (« productions de l’Averne », « journaux vénaux »), déplore les attaques contre la religion et le roi ( » circulation pestilentielle d’épouvantables blasphèmes religieux et politiques ») et se propose de lutter pour l’opinion publique du pays, « en parlant au toujours noble cœur des Espagnols le langage pur de la vérité » et en combattant « tous les blasphèmes que nous trouvons dans les journaux de l’anarchie »47. La nouveauté consiste en des contenus nettement plus idéologiques et en une volonté de toucher un public plus large qu’on se représente « dans les villes et les bourgs, dans les palais et dans les ateliers et jusque dans le plus misérable taudis de notre chère Patrie ». Le journal aspire, dès le premier jour, à diffuser chez les lecteurs les idées des théoriciens de la légitimité, à combattre, histoire en main, les défenseurs des modèles « démocratiques » ou « aristo-démocratiques » qui triomphèrent en Angleterre et à montrer les succès déjà remportés par la « monarchie complète ». Il souhaite également devenir une lecture habituelle des soldats pendant leurs moments d’oisiveté et c’est pour eux qu’il proposera des « articles de littérature militaire », sans renoncer toutefois au reste du public qu’il comblera avec les autres types de prose et même avec des poésies48. Enfin, il est également journal officiel et publiera les décrets et ordres royaux, qui ne seront plus imprimés séparément49. Le responsable de cette nouvelle étape est Juan Julián Domingo, chanoine doctoral d’Albarracín, qui sera l’homme de confiance de la Junte à la tête du journal50.

44Le premier numéro parut le 20 avril 1839, un peu plus tard que ce qui avait été annoncé. Sur la manchette, une xylographie composée d’une tour flanquée de deux lions.

El Libertador de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° du 20 avril 1839.

El Libertador de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° du 20 avril 1839.
  • 51 El libertador de Aragón, Valencia y Murcia, n° 1, 20 avril 1839, p. 1. Une fois conclu le premier t (...)
  • 52 El libertador de Aragón, Valencia y Murcia, n° 2, 23 avril 1839, p. 4.

45Dans le corps inférieur, les blasons de l’Aragon, Valence et Murcie et, ondoyant tout en haut, deux guidons où l’on peut lire C. V., c’est-à-dire Carlos V. Sous l’image, un titre à la typographie imposante, relevé par des lettres fleuronnées, soulignait l’expression « El Libertador » (« Le Libérateur ») tandis qu’un sous-titre mettait en évidence l’entité instigatrice : « Diario de la Excelentísima Junta Superior de Gobierno » « Journal de l’Excellente Junte Supérieure de Gouvernement ». Les rubriques fixes étaient les suivantes : décrets et ordres, dépêches, nouvelles d’Espagne, articles de la rédaction, nouvelles étrangères, littérature militaire, communiqués et annonces. Le format était un grand in-folio, un peu plus grand que le Bulletin et comme nom d’imprimeur apparaissait : « Mirambel 1839. Imprimerie de la Junte Royale ». Il paraîtra trois fois par semaine : les mardi, jeudi et samedi. Les abonnements sont gérés à Mirambel même, dans la rue principale où s’est installée la rédaction et dans les bureaux des monopoles d’Etat de la circonscription, pour un prix de 36 réaux par trimestre, francs de port. L’abonnement était obligatoire pour les tribunaux et les mairies qui devaient les garder en tant que documents officiels51. Des communiqués et annonces payants pouvaient être insérés, au prix d’un réal de billon par ligne52.

46Cependant, au numéro 4, tout en maintenant le motif et la structure de la manchette, et même les choix typographiques du titre, le journal revient à l’ancienne dénomination, mais sans le terme « armée » : Boletín de Aragón, Valencia y Murcia.

Boletín de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 4, 27 avril 1839.

Boletín de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 4, 27 avril 1839.

47Comme cela sera expliqué le lendemain, une fois le changement opéré, c’est l’intervention de Cabrera qui a obligé la Junte à reculer :

  • 53 Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 5, 30 avril 1839, p. 1.

« L’Excellente Junte Supérieure de Gouvernement de ces Royaumes avec son Très Digne Président, l’excellentissime Comte de Morella, désireuse de payer son tribut d’estime à l’effort grâce auquel, pour la première fois, dans les grottes de Beceite, à travers cet organe de presse on s’adressa a l’armée héroïque et à ses loyaux royaumes, et on commença à attester des exploits très singuliers de ceux qui luttent pour leur Dieu, leur Roi et leur Patrie, a ordonné que le nom Libérateur qui désigne ce journal soit remplacé par celui qu’il avait lors de sa parution initiale. Par conséquent, dès le prochain numéro, il s’intitulera Bulletin d’Aragon, de Valence et Murcie »53.

La transaction

  • 54 Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 25, 18 juin 1839, p. 4.
  • 55 A. A. G., « La redacción. Sobre los Transaccionistas. Continuación", Boletín de Aragón, Valencia y (...)

48Malgré tout, ce moment demeure celui de l’apogée du journal. La régularité des communiqués officiels, la variété des sujets abordés dans ses pages, le traitement littéraire, les articles de réflexion, l’ampleur des textes en provenance d’ailleurs, etc., tout cela justifie une telle affirmation. Cabrera a cessé d’occuper le devant de la scène. Les nouvelles et les articles de fond commentant des questions politiques sont les plus présents. Dans cet ensemble, un thème revient de manière répétée pendant le mois de juin : celui de la transaction. Le Boletín s’oppose farouchement à la possibilité d’un pacte qui mette fin à la guerre. Sa position est de continuer les armes à la main jusqu’à la victoire finale. Toute tentative de négociations est donc dénoncée comme une trahison et ceux qui les mènent sont présentés comme « cette portion d’hypocrites, cette foule de félons, ces détestables apostats, ces êtres très vils, ces hommes, enfin, qui prenant comme slogan les mots séducteurs de paix, ordre et justice tendent à perpétuer en notre sein guerre, désordre et iniquité. Voila les transactionnistes »54. Deux numéros plus tard il insiste et hausse le ton : « jamais cette transaction n’arrivera à réalisation »55. Finalement, dans le dernier numéro du mois de juin, s’érigeant en canal d’expression du sentiment collectif, il affirme catégoriquement :

  • 56 A. A. G., « La redacción al Eco del Comercio periódico de Madrid. Algo más sobre los Transaccionist (...)

« Au nom de nos généraux, de nos chefs, de nos officiers et même du plus obscur de nos soldats, nous assurons à V[otre]. I.[llustre majesté] et. aux différents groupes de la révolution que nous rejetons de toutes nos forces cette transaction inique. NON, JAMAIS, NE JAMAIS TRANSIGER dit l’enseigne que nous vous présentons ».56

49Toutefois, il n’était pas du ressort des carlistes du Maestrazgo d’empêcher la transaction. Avant la fin du mois d’août, les généraux des armées libérale et carliste qui opéraient sur le front du nord, Espartero et Maroto, mettaient en scène la fin de la guerre, par l’accord de Vergara, un compromis qui offrait une porte de sortie aux militaires combattant dans le camp des insurgés. Don Carlos n’accepta pas le pacte et partit en exil, ce qui légitima l’attitude de ceux qui refusèrent d’en bénéficier et décidèrent de continuer la guerre.

La fin

50C’est ce qui se passa dans le Maestrazgo. Le Boletín de Aragón, Valencia y Murcia avait défendu à outrance des positions contraires à la transaction, et il continuerait à le faire mais le contexte avait changé très rapidement. Désormais désœuvrée, l’armée qui combattait au nord se déplaça pour venir s’opposer aux forces de Cabrera. L’automne vit 40 000 hommes, sous les ordres du général Espartero, déjà récompensé du titre de Duc de la Victoire et jouissant d’un très grand prestige, installer leur base d’opérations dans le Bas Aragon. L’assaut des montagnes carlistes était imminent et le rapport de forces, pour la première fois, très favorable aux troupes gouvernementales. Les journées de rébellion du Maestrazgo semblaient condamnées à une fin proche.

  • 57 « Guipúzcoa. Alocución que el comandante general de Guipúzcoa ha dirigido a los habitantes de la mi (...)
  • 58 « Grito de fidelidad contra los traidores », Ibidem, p. 2.
  • 59 « Contra Maroto », Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 70, 8 octobre 1839, p. 2.
  • 60 Ibidem, p. 4.

51Le Boletín reflète l’attitude des unités du nord qui, comme les Guipuzcoains par exemple, n’acceptèrent pas l’accord « par lequel Maroto, conquis par l’or qu’il a déjà reçu, fait d’Espartero le maître de votre pays, vous soumettant au paiement honteux du gouvernement constitutionnel de Christine, contre lequel vous avez combattu pendant six ans »57. Il publie également des poèmes dénonçant la trahison : « Espagnols, vous qui vous honorez / avec votre noble blason d’être royalistes / Attention ! Dehors les marotistes / guerre éternelle aux traîtres »58. D’autres dénoncent le général Maroto : « Trahison, carliste, trahison. / Maroto l’homme le plus bas, / au prix de son travail / Tenta de vendre la Nation »59. On alimente l’espoir d’un possible retour du roi, qui prendrait la tête de ceux qui n’acceptent pas la fin de la guerre. « On nous écrit qu’à chaque instant les volontaires se regroupent en pelotons aux côtés du ROI et que les bataillons qui sont demeurés fidèles au ROI constituent une force considérable »60.

  • 61 Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 69, 5 octobre 1839, p. 1.

52Le journal détecte la nervosité ambiante. Début octobre, il n’arrive plus à maintenir sa périodicité. « Parce que la presse a été utilisée pour une urgence, lit-on, ce journal n’a pas pu être publié jeudi dernier »61. Le jeudi 17 octobre, il subit un changement très significatif. L’imprimerie quitte Mirambel, une localité peu préparée à la défense militaire avec l’artillerie alors disponible, pour rallier à nouveau Morella. Mais, pour que cela ne puisse pas être interprété comme une perte du contrôle de la publication par la Junte, la manchette est à nouveau modifiée et inclut comme motif principal le blason de la Royale Junte d’Aragon, de Valence et Murcie.

Boletín de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 77, 31 octobre 1839.

Boletín de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 77, 31 octobre 1839.
  • 62 « El Excmo Sr. D. Ramón Cabrera, Conde de Morella, al Ejército de su mando. ¿Voluntarios!  », Miram (...)

53Pour les mêmes raisons, le nom d’imprimeur devient : « Morella : imprimerie de la Junte Royale de Gouvernement ». Dans ce premier numéro, une proclamation de Cabrera aux « Volontaires ! » exprime comme nulle autre la volonté de résistance dans le Maestrazgo, qui se pose comme le défenseur véritable de Carlos V : « Il n’est d’autre paix que celle que ne tardera pas à donner à l’Espagne toute entière notre souverain aimé, don Carlos V »62. Cabrera, exalté, renvoie la solution du problème au champ de bataille :

  • 63 « El Excmo Sr. D. Ramón Cabrera, Conde de Morella, al Ejército de su mando. ¡Voluntarios! », Miramb (...)

« Vous me connaissez, dit Cabrera, et je vous connais. L’indignation, et non le découragement, s’est emparée de mon cœur comme des vôtres, en apprenant les événements du Nord et j’attends avec impatience le moment de vous dire, depuis le champ de bataille : l’armée qui se tient devant vous est celle qui, s’enorgueillissant de gloires postiches, prétend vous effrayer par son nombre et son appareil. Voilà le général qu’une vile trahison a fait comte et auquel des manœuvres encore plus roublardes et maladroites ont gagné le titre ridicule de Duc de la Victoire ».63

  • 64 « La Real Junta de Administración y gobierno a los habitantes de los reynos de Aragón, Valencia y M (...)

54Dans le numéro suivant, c’est la Junte elle-même qui s’adresse « Aux habitants des royaumes d’Aragon, de Valence et Murcie » pour rejeter les « trahisons et les intrigues » du parti libéral (qui « a pu obtenir en Navarre et dans les provinces basques le triomphe éphémère d’acheter le vil Maroto et quelques êtres méprisables à l’âme aussi basse que la sienne »64) et pour mépriser l’ennemi (« Qu’importe que ce duc de farce, qu’on appelle de façon inappropriée " de la victoire ", ait pu réunir quelques bataillons de soldats mercenaires pour venir dans ces Provinces loyales »). Espartero est qualifié de « marchand » qui transforme la guerre en « spéculation purement mercantile » et la proclamation s’achève sur le cri de « Vive la RELIGION ! Vive le ROI absolu ! »

  • 65 A 24 réaux de billon par trimestre dès le début octobre. Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 7 (...)
  • 66 « Conde de Morella. Ejército real de su mando. ¡Voluntarios!  », Morella, 7 novembre 1839, Boletín (...)

55Dans cette ultime étape, beaucoup plus désespérée du point de vue militaire, Cabrera récupère un rôle de premier plan, redevenant cette figure messianique capable de mobiliser l’armée jusqu’à l’euphorie. Les circonstances l’exigent, seule une conjonction extraordinaire pourrait éviter la défaite. C’est le temps de la propagande, et le journal baisse donc son prix pour favoriser la diffusion65. L’heure de l’affrontement est venue et Cabrera s’adresse à ses troupes pour réchauffer les cœurs : « VOLONTAIRES ! J’aspire à ce que votre loyauté, votre discipline et votre courage vous rendent immortels ! … VIVE LA RELIGION ! VIVE LE ROI ! Vivent les braves et loyaux chefs et officiers qui vous conduisent à la victoire »66.

56Le 30 novembre, le Boletín de Aragón, Valencia y Murcia informe d’une action du maréchal de camp Luis Llagostera contre le fort d’Estercuel où les libéraux s’étaient installés. C’est le début de la lutte pour un territoire qui, jusqu’à peu auparavant, était indiscutablement dominé par les carlistes. L’heure de l’affrontement final était venue. Nous n’y assisterons pas au travers des pages du Boletín car c’est le tout dernier numéro qui a été conservé. Ce n’est sans doute pas le dernier à avoir été imprimé, puisque Morella résista jusqu’au printemps 1840. Cependant, avec la perte progressive du contrôle sur le territoire et une distribution des exemplaires quasi impossible, le journal cessait de remplir son rôle de structuration du territoire par une publication officielle, même s’il aurait pu continuer à soutenir le moral des soldats dans les derniers réduits. Ce qui est sûr, c’est que cette publication, qui était née au moment où le phénomène insurrectionnel carliste prenait de l’ampleur, qui s’était développée parallèlement à ses succès et à son expansion territoriale, déclinait dorénavant, quand la menace de l’armée commandée par Espartero ne laissait espérer d’autres résultats que la défaite. Le sort du Boletín et celui du carlisme insurrectionnel du Maestrazgo avaient suivi des chemins parallèles pendant plus de trois ans.

Haut de page

Notes

1 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida militar y política de Cabrera, Imprenta y Fundición, de don E. Aguado, Madrid, 1844, vol. II, p. 273.

2 Près de 150 plus tard, Conxa Rodríguez allait dans le même sens dans Ramón Cabrera, a l’exili, Biblioteca Serrador, Publicaciones de l’abadia de Montserrat, Barcelone, 1989, p. 48.

3 URQUIJO, José Ramón, « Prensa carlista durante la primera guerra (1833-1840) », in La Prensa en la Revolución Liberal, Universidad Complutense, Madrid, 1983, p. 319-320. Sur la presse carliste au Pays Basque et en Navarre, voir également Juan José MADARIAGA ORBEA et José Angel TAMAYO ERRAZQUIN, Prensa oficial carlista en el contexto de la primera guerra: “Gaceta Oficial” y “Boletín de Navarra y las Provincias Vascongadas” (1835-1839), travail mécanographié, 1979, Javier FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, « Prensa y periodismo en Guipúzcoa hasta mediados del Siglo XIX. El despertar de la opinión pública », in Museo Tomás Zumalacárregui. Estudios históricos, n° 1, 1990, pp. 241-242 et Alfonso BULLÓN DE MENDOZA, « La imprenta carlista, 1833-1840 », in Estudios de Historia Moderna y Contemporánea, Rialp, Madrid, 1991, p. 77-99, en plus des travaux désormais classiques de José NAVARRO CABANES, Apuntes bibliográficos de la prensa carlista, Sanchís, Tarrés y Sanchís, Valence, 1917 et José María AZCONA, Zumalacárregui. Fuentes históricas, Instituto de Estudios Políticos, Madrid, 1946. Quelques éléments de valeur inégale dans « La prensa carlista », in Josep Carles CLEMENTE, Historia general del Carlismo, Servigrafint, S. A., Madrid, 1992, pp. 598-605.

4 Sur Jayme Camps y Mur, voir Archivo General Militar de Segovia, leg. C-829, J. M. y R., Memorias para la historia de la última guerra civil de España, Imprenta del Brusi, Barcelona, 1826, t. 2, p. 292; Estado militar de España: Año 1833, Imprenta Real, Madrid, 1833, p. 158; Buenaventura de Córdoba, Vida…, op. cit., vol. I, p. 265; PIRALA, Antonio, Historia de la Guerra Civil y de los partidos liberal y carlista, Imprenta de D. Dionisio Chaulié, Madrid, 1869, t. II, p. 128; FERRER, Melchor, Historia del tradicionalismo español, Editorial tradicionalista, Madrid, s.f., p. 149: RÚJULA, Pedro, Contrarrevolución. Realismo y carlismo en Aragón y el Maestrazgo, 1820-1840, Prensas Universitarias de Zaragoza, Zaragoza, 1988, p. 246.; VINAIXA, Joan R., El trienni constitucional al partit de Tortosa: 1820-1823. Aproximació històrica, Cossetània Edicions, Valls, 2003 et Tortosa en la Guerra dels Set Anys (1833-1840), Cossetània Edicions, Valls, 2006, p. 291.

5 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida…, op. cit., vol. I, p. 265.

6 RÚJULA, Pedro, Contrarrevolución…, op. cit., p. 234.

7 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida…, op. cit., vol. II, p. 227.

8 Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón, n° 1, 20 août 1836.

9 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida…, op. cit., vol. III, p. 14 et 61 ou Eloy Fernández Clemente et Carlos Forcadell, Historia de la prensa aragonesa, Guara, Zaragoza, 1978, p. 43 par exemple.

10 RÚJULA, Pedro, Contrarrevolución…, op. cit., p. 246 et B. de Córdoba, Vida…, op. cit., t. 2, p. 228.

11 Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón, n° 5, 3 septembre 1836.

12 Dirección de la Imprenta del Gobierno, Antonio Cala y Gómez.

13 Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón, n° 12, 28 septembre 1836.

14 « Alcance », in Boletín extraordinario, La Fresneda, 25 août 1836.

15 BULLÓN DE MENDOZA, Alfonso, La Expedición del general Gómez, Editora Nacional, Madrid, 1984, p. 96.

16 Boletín extraordinario, 24 octobre 1836.

17 La numérotation des numéros de décembre prouve que la publication avait cessé pendant quelques jours. Le numéro du mercredi 21 décembre 1836 est le 22.

18 CHILLIDA MATUTANO, Luis, « Fray Ambrosio Chillida Comín O. P. (1800-1865)  », in Boletín de la Sociedad Castellonense de Cultura, LXXII, n° 4, p. 127, Melchor Ferrer, Historia del tradicionalismo español, Editorial tradicionalista, Madrid, s.a., t. XII, p. 28, et Vicent Sanz Rozalén, « Chillida Comín, Ambrosio », in Javier PANIAGA et José A. PIQUERAS (dirs.), Diccionario biográfico de políticos valencianos, 1810-2003, Centro Tomás y Valiente (UNED. Alzira) – Fundación Instituto de Historia Social, Valenia, 2003, p. 162.

19 Boletín del Real Ejército de Aragón, n.º 28, 19 de febrero de 1837.

20 Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón, n° 22, 21 décembre 1836.

21 C'étaient les arguments qui justifiaient que l'abonnement soit de nouveau obligatoire, à un prix de 20 réaux pour deux mois, que l'on réglait auprès du Bureau de la Direction de l'Imprimerie, situé à Beceite. Dirección de la Imprenta del Gobierno. Ambrosio Chillida al alcalde de Tronchón. Beceite, 17 mars 1837. AMTronchón.

22 La Cenia, 17 avril 1837.

23 CÓRDOBA, Buenaventura de, Vida..., op. cit., vol. II, pp. 212-213.

24 Sur cette expédition, voir Alfonso Bullón de Mendoza, Auge y ocaso de don Carlos. La Expedición Real, Arca de la Alianza Cultural, Madrid, 1986.

25 A partir du 3 juin, il est imprimé en recto verso.

26 Boletín del Ejército Real de los Reynos de Aragón, n° 41, 7 juin 1837.

27 Par exemple le mercredi 14 juin 1837.

28 « como por encanto en cuatro días has crecido lo que nadie podía figurarse. En el Miércoles pasado eras tamañino, y de tan baja estatura que parecías un pigmeo; y he aquí que en el siguiente sábado te vemos recio, alto y tan grande que pareces medio gigante ». « Al Boletín », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 1er juillet 1837.

29 « ¿Qué tiene de singular ni de extraño que el Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, en cuatro días, haya crecido tanto? ¿No está el Boletín identificado con el Ejército que tan gloriosamente defiende los sagrados derechos del católico y piadoso Carlos V° Rey legítimo de las Españas? ¿No le cabe al Boletín el distinguido honor de ser parte integrante de un cuerpo tan respetable?, pues ¿cómo podía dejar de ser también participante de sus crecientes y menguantes? ». « Al Boletín », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 1er juillet 1837.

30 « Pasaporte para el nuevo Boletín del Ejército Real de los Reynos de Aragón, Valencia y Murcia », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 1er juillet 1837.

31 Ibidem.

32 « Aviso », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 10 octobre 1838, p. 4.

33 Ambrosio Chillida, « Anuncio », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, n° 45, 23 juin 1837, p. 4.

34 « S'introduire, y compris dans la capitale du Royaume, n'est pas si difficile que tu te l'étais sans doute imaginé, grâce à la scandaleuse contrebande qu'ont largement promue les généreuses alliées de l'Espagne révolutionnaire. Entouré de colis de linge étranger et de paquets de tabac, tu verras toutes les portes s'ouvrir, quand bien même ce serait celles du Palais Royal ». « Pasaporte para el nuevo Boletín del Ejército Real de los Reynos de Aragón, Valencia y Murcia », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 1er juillet 1837.

35 « Día 24 de julio de 1837 », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, n° 54, 26 juillet 1837, p. 1.

36 Real de Horrajo, 1er août 1837. Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, n° 58, 12 août 1837.

37 Cantavieja, 1er octobre 1837. Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 4 octobre 1837, p. 1. Les mairies devaient régler par avance 15 réaux pour l'abonnement des mois d'octobre à décembre. Les commandants militaires seraient responsables de la collecte des abonnements et de la distribution des de journaux dans les villages sous leur autorité. Pour éviter que certains se perdent, la rédaction devait écrire le nom du village correspondant. Les souscripteurs particuliers paieraient cinq réaux de billon par mois.

38 Cantavieja, 1er octobre 1837. Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 4 octobre 1837, p. 1.

39 ROQUER, Mariano, El liberal arrepentido o Confesión general practica, en la que se tratan casi todas las materias en que puede haber delinquido un liberal revolucionario, Tortosa, Joaquín Puigrubí, 1824. Une fois en exil, il allait écrire La Teoría de los gobiernos civiles. La ofrece a sus caros compatricios, sea cual fuere la fracción civil a la que pertenzcan el M. R. P. M. F. Mariano Roquer..., impr. de Mme Vve. Gaude, Nîmes, 1843. Sur ce livre, voir Raimundo de Miguel López, « El pensamiento político del primer carlismo (1833-1845) », in Aportes. Revista de Historia Contemporánea, n° 26, pp. 60-62. Frère Ambrosio Chillida signe encore le 3 octobre, en tant que directeur, une lettre pressant au paiement des abonnements, adressée à la mairie de Tronchón qui doit 78 réaux. AMTronchón.

40 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 3 février 1838.

41 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 10 février 1838, p. 4.

42 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, [10] mars 1838, p. 1.

43 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 17 mars 1838, p. 1.

44 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 14 avril 1838, p. 3.

45 Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, 24 novembre 1838, p. 1. L'article est une énumération des moyens mis en œuvre pour détruire Cabrera, en commençant par son image. Il mériterait, à lui seul, une analyse.

46 « Anuncio », Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia, n° 210, 10 avril 1839.

47 El libertador de Aragón, Valencia y Murcia. Periódico de la Excma. Junta Superior Gubernativa de dichos reinos, Imprenta de la Real Junta, Mirambel, 1839, p. 1.

48 Ibidem, p. 2.

49 El libertador de Aragón, Valencia y Murcia, n° 1, 20 avril 1839, p. 1.

50 Il fut chargé d'appliquer un règlement « spécial [...] conçu pour le bon régime et gouvernement dudit journal et de ses dépendances ». Mirambel, 3 juin 1839, A.R.A.H., 9/6828.

51 El libertador de Aragón, Valencia y Murcia, n° 1, 20 avril 1839, p. 1. Une fois conclu le premier trimestre, seul un tiers des villages qui le recevaient avait payé, idem, n° 30, 20 juillet 1839.

52 El libertador de Aragón, Valencia y Murcia, n° 2, 23 avril 1839, p. 4.

53 Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 5, 30 avril 1839, p. 1.

54 Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 25, 18 juin 1839, p. 4.

55 A. A. G., « La redacción. Sobre los Transaccionistas. Continuación", Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 30, 29 juin 1839, p. 4.

56 A. A. G., « La redacción al Eco del Comercio periódico de Madrid. Algo más sobre los Transaccionistas », Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 30, 29 juin 1839, p. 4.

57 « Guipúzcoa. Alocución que el comandante general de Guipúzcoa ha dirigido a los habitantes de la misma provincia », Andoaín, 31 août 1839. Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 68, 1er octobre 1839, p. 1.

58 « Grito de fidelidad contra los traidores », Ibidem, p. 2.

59 « Contra Maroto », Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 70, 8 octobre 1839, p. 2.

60 Ibidem, p. 4.

61 Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 69, 5 octobre 1839, p. 1.

62 « El Excmo Sr. D. Ramón Cabrera, Conde de Morella, al Ejército de su mando. ¿Voluntarios!  », Mirambel, 17 octobre 1839, Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 71, 17 octobre 1839, p. 1.

63 « El Excmo Sr. D. Ramón Cabrera, Conde de Morella, al Ejército de su mando. ¡Voluntarios! », Mirambel, 17 octobre 1839, Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 71, 17 octobre 1839, p. 1.

64 « La Real Junta de Administración y gobierno a los habitantes de los reynos de Aragón, Valencia y Murcia », Morella, 13 octobre 1839. Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 75, 22 octobre 1839, p. 1.

65 A 24 réaux de billon par trimestre dès le début octobre. Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 77, 31 octobre 1839, p. 4.

66 « Conde de Morella. Ejército real de su mando. ¡Voluntarios!  », Morella, 7 novembre 1839, Boletín de Aragón, Valencia y Murcia, n° 75, 22 octobre 1839, p. 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cabrera (Ramón), « Españoles ».
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón. Page de garde du n° 1, 20 août 1836.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre Boletín del Real Ejército del Reyno de Aragón. Page de garde du n° 12, 28 septembre 1836.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia. Page de garde du n° 19, 14 juin 1837.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia. Page de garde du n° 131, 21 mars 1838.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Boletín del Ejército Real de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 219, 10 avril 1839.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre El Libertador de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° du 20 avril 1839.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Boletín de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 4, 27 avril 1839.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Boletín de Aragón, Valencia y Murcia. Détail page de garde du n° 77, 31 octobre 1839.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1819/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pedro Rújula, « Journalisme militaire pendant la première guerre carliste : le Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia », El Argonauta español [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1819 ; DOI : 10.4000/argonauta.1819

Haut de page

Auteur

Pedro Rújula

Universidad de Zaragoza

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org