Navigation – Plan du site
Livraison juin : Varia

La dichotomie comme grille de lecture du conflit espagnol dans la presse napoléonienne : l’Espagne réfractaire contre l’Espagne « régénérationniste »

Stéphane Soupiron

Résumés

L’article revient sur un procédé discursif utilisé massivement par la propagande napoléonienne dans l’organe de presse que constitue le Journal de l’Empire, à savoir l’opposition dichotomique. En même temps, il permet de mettre en avant les causes profondes de la campagne d’Espagne puisqu’il s’attarde sur les préjugés et l’incompréhension de la France face à la nation qu’elle se destina à « régénérer ». Inspirée en grande partie des Lumières, l’image montrée par le quotidien parisien est celle d’une nation espagnole ayant un potentiel important mais étant toutefois paralysée par l’action d’une communauté monacale importante, rétrograde et superstitieuse, nullement comparable aux autres clergés d’Europe. On y retrouve également l’opposition qui est faite entre les bons et les mauvais Espagnols suivant qu’ils soutiennent ou non le pouvoir napoléonien. Enfin, outre le réquisitoire qui est mené sur l’alliance malsaine qui unit la révolution espagnole à l’Anglais malfaisant, se noue un discours venant discréditer les membres de la Junte de Séville.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 LAS CASES (Emmanuel comte de), Mémorial de Sainte-Hélène, tome II, Paris, Marcel Dunan Editions, 19 (...)
  • 2 BUSAALL, Jean-Baptiste, « Le discours constitutionnel dans El Imparcial de Pedro Estala (1809) », G (...)

1A Sainte-Hélène, Napoléon expliqua à propos des guerres qu’il mena, qu’elles étaient « dans la nature des choses, toujours dans cette lutte du passé et de l’avenir, dans cette coalition constante et permanente de nos ennemis, qui nous plaçaient dans l’obligation d’abattre, sous peine d’être abattus »1. Du reste, cette conception révèle un monde bipolaire, pour ne pas dire manichéen qui est omniprésent dans la propagande napoléonienne. Il semble que ce choix d’offrir à l’individu lambda de l’époque un monde dichotomique comme grille de lecture des conflits de l’Empire, et plus particulièrement, pour ce qui nous concerne, de la guerre d’Espagne, fut un choix délibéré des propagandistes de l’empereur des Français. On se rend compte par exemple que face à la question de l’adoption d’un texte constitutionnel, « soit les Espagnols optaient pour le régime constitutionnel de Joseph, soit ils cédaient au despotisme anarchique de l’insurrection »2. Ou encore, qu’entre le dilemme Bourbons/Bonaparte, le choix devait se porter sur la famille impériale française, car elle seule était apte à régénérer l’Espagne là où la branche héritière du petit-fils de Louis XIV n’avait apporté que le déclin.

  • 3 AYMES, Jean-René, « La guerre d’Espagne dans la presse impériale (1808-1814) », in Annales historiq (...)

2Dans son article sur la propagande impériale durant la campagne d’Espagne, Jean-René Aymes explique que « la vaste entreprise de désinformation menée par une presse inféodée au pouvoir conduit les gazetiers à user sans parcimonie du grossier procédé de la dichotomie »3. Il convient donc de s’arrêter sur l’organe de presse que constitue le Journal de l’Empire durant les années 1808-1809 pour apprécier sur quels autres points la presse tente de faire jouer cette dichotomie. Quels mécanismes ce procédé est-il censé enclencher pour convaincre et persuader ?

I - Une Espagne contrastée : entre lumières et obscurantisme

  • 4 WAHNICH, Sophie, L’impossible citoyen : l’étranger dans le discours de la Révolution française, Par (...)

3Alors que le conflit n’a pas encore véritablement commencé, le Journal de l’Empire du 5 janvier 1808 dresse un portrait de l’Espagne. Rédigé sous la forme d’une lettre écrite par un officier français, ce texte offre notamment une description de la ville de Salamanque. Cette dernière est montrée comme une cité à l’architecture régulière et soignée dont certains endroits rappellent les lieux de réflexion de la Grèce antique, faisant référence aux portiques sous lesquels les sages péripatéticiens allaient et venaient tout en méditant. Toutefois, à ces lieux inspirant la réflexion, on oppose la population qui s’y promène, à savoir des hommes en « soutanes noires, manteaux noirs, bonnets carrés, grands chapeaux clabeaux qui donnent l’air d’un convoi d’enterrement qui ne finit point ». De plus, le soldat précise qu’il y a à Salamanque « plus de soixante églises de toute espèce, plus de quarante monastères d’hommes, et environ trente couvents de femmes ». Enfin, en ajoutant qu’il « semble que la moitié de la ville est morte le matin, et que l’autre moitié s’occupe toute la journée à l’enterrer », est suggérée l’image d’une Espagne rongée par un obscurantisme religieux figeant un peuple qui a peine à changer. Cette représentation n’est pas neuve puisque forgée par les Lumières. Les philosophes du XVIIIème siècle furent en effet les grands pourfendeurs d’une Espagne qu’ils voyaient comme rétrograde et réactionnaire. Pour les Lumières et les révolutionnaires français, « l’Espagne et les Espagnols constituent un idéal repoussoir de la civilisation, du progrès et de l’Europe moderne caractérisée par le libre usage de la raison »4. Le premier volume de géographie moderne de l’Encyclopédie méthodique, édité par Panckoucke en 1783, est en ce sens très évocateur, puisqu’il propose une vision dépréciée de l’Espagne en exagérant les traits traditionalistes de la société espagnole. En effet, à l’article « Espagne », rédigé par Masson de Morvilliers, on peut lire :

  • 5 Article « Espagne », in L’Encyclopédie méthodique, ou par ordre de matières par une société de gens (...)

« L’Espagnol, cette nation, aujourd’hui paralysée, a besoin d’une grande secousse qui la tire de cette léthargie politique (…) ses cérémonies religieuses, ses prêtres, ses moines ont fait de cette nation colossale un peuple de pygmées (…) L’Espagnol a de l’aptitude pour les sciences, il a beaucoup de livres, et cependant, c’est peut-être la nation la plus ignorante de l’Europe. Que peut-on espérer d’un peuple qui attend d’un moine la liberté de lire et de penser ? »5

  • 6 Journal de l’Empire du 7 décembre 1808.

4Cet article précise également que, malgré le poids démographique dérisoire de l’Espagne (signe manifeste, à l’époque, de la mauvaise santé d’une nation), la proportion de moines et de membres du clergé séculier par rapport au nombre d’habitants est exagérément importante. En 1808, pour une population qui approche les 12 millions d’habitants, l’Espagne compte environ 140 000 clercs, dont une moitié de séculiers. De ce surnombre de religieux résulte l’infirmité intellectuelle du peuple espagnol ainsi que sa misère sociale. A cause des moines qui confisquent à leur profit le droit à la propriété, les « malheureux paysans espagnols » sont comparés à travers une analogie fortement réductrice « aux fellahs d’Egypte »6. Ce discours est omniprésent dans le Journal de l’Empire. En témoigne l’exemplaire du 6 septembre 1808 :

« Le tiers du territoire est possédé par le clergé séculier : les moines, presque tous sans aucune instruction, et fanatiques au plus haut degré, exercent une puissante influence sur les classes inférieures du peuple, qui vivent dans une ignorance plus entière en Espagne que partout ailleurs, et qui, sous une telle direction, n’ont fait de progrès depuis plus d’un siècle, que dans le goût des pratiques superstitieuses et de l’oisiveté ».

  • 7 VOLTAIRE, Essai sur les Mœurs et l’Esprit des nations, tome II, Paris, éditions Garnier Frères, 196 (...)
  • 8 VOLTAIRE, « article Fanatisme », in Dictionnaire philosophique, Paris, Gallimard, collection Folio (...)
  • 9 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIème siècle (1781-1808), Paris (...)

5L’influence du clergé est d’autant plus dénoncée que la religion en Espagne a quelque chose de perverti. Ce qui ailleurs est religiosité est ici superstition (« ce vice des âmes faibles »7) et fanatisme (« Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère »8). A ce sujet, le terme « infâme » revient souvent. Terme aussi percutant que vague, il s’attaque à toutes les superstitions, à tous les préjugés qui ne cessèrent de scandaliser les apologistes de la raison depuis le XVIIIe siècle. La critique de la superstition et le souhait de voir une religion épurée de tout ce qui la parasitait avait également un écho en Espagne. En atteste la floraison des périodiques défendant une religion inspirée des nouvelles doctrines des Lumières et visant à mettre à mal les faiblesses et les travers de l’Eglise espagnole. Dans ces périodiques, on retrouve « tous les topiques de la critique religieuse de la seconde moitié du XVIIIe siècle telle que la dénonciation d’une société où sont légions ceux qui confondent foi et pratiques religieuses, où vie sociale et vie religieuse sont dissociées, voire diamétralement opposées, où le culte devenu superstition a engendré une Eglise-spectacle »9. A l’époque de Napoléon, cette image n’est donc pas seulement répandue en France. En Angleterre, l’ouvrage de Lewis, gros succès de librairie intitulé le Moine ou le pacte infernal et traduit en français en 1799, précise dans sa première page :

  • 10 LEWIS, Matthew Gregory, Le Moine ou le pacte infernal, (traduit de l’Anglais par l’abbé Morrellet), (...)

« Il y avait à peine cinq minutes que la cloche du couvent sonnait, et déjà l’église des Dominicains était si pleine d’auditeurs qu’on pouvait à peine s’y retourner. N’allez pas vous imaginer que la dévotion, ou le désir de s’instruire, fut le motif d’un si grand empressement : chercher quelques sentiments de piété vraie parmi un peuple aussi superstitieux que celui de Madrid, ce serait peine perdue »10.

  • 11 LABORIE, Pierre, « De l’opinion publique à l’imaginaire social », dans Vingtième Siècle, volume 18, (...)
  • 12 CHARTIER, Roger, Pouvoirs et limites de la représentation. Sur l’œuvre de Louis Marin, in Annales, (...)
  • 13 Idem.

6En s’inspirant de représentations ayant été utilisées ailleurs qu’en France et surtout durant une bonne partie du XVIIIe siècle, le Journal de l’Empire joue sur ce que Pierre Laborie appelle « l’antériorité de mémoire de l’opinion ». Il faut entendre par là « aussi bien la force de résistance des images formées dans le court terme récent, et déjà ancrées, que l’influence des héritages plus lointains. Leur présence est constante mais les situations de crises semblent réactiver leurs pesanteurs […] Confrontée au désarroi ou à l’urgence des choix, l’opinion cherche à se replier -pour se rassurer- sur des valeurs-refuge emblématiques. De la même façon, alors qu’elle se nourrit de ses propres contradictions, elle paraît mal supporter ce qu’elle ressent comme de l’incohérence et manifeste un besoin identique de repères solides, ou du moins jugés comme tels »11. Ainsi, toujours dans la perspective de saisir la capacité du lectorat à recevoir et à interpréter le contenu d’un article de presse, que ce soit sur la forme ou sur le fond du discours, il semble que « les conditions du croire renvoient, d’abord, aux lieux et aux formes de l’inculcation des conventions, aux modalités de la préparation à comprendre les principes de la représentation »12. Pour apprécier la pleine teneur des références suscitées par les représentations, le public se doit d’accepter ce qu’on lui présente comme figuration mentale. Bien sûr « le déchiffrement, l’interprétation ne sont jamais totalement ni contrôlés ni contraints par les discours et les images »13. Mais cette capacité à simplifier le discours à l’extrême et à utiliser une rhétorique ayant servi auparavant permet certainement à la propagande napoléonienne de sensibiliser le lectorat qui est la cible de ces représentations.

7Quoi qu’il en soit, revenons-en à la lettre de l’officier publiée dans le Journal de l’Empire du 5 janvier 1808. Plus loin, en effet, le soldat français s’attache à donner une description d’un Espagnol pauvre, sale, mal vêtu mais ayant « une physionomie pleine de noblesse, une démarche grave et nullement servile », à la « familiarité si grave, si décente, qu’il vous est impossible de ne pas lui répondre vous-même avec politesse ». L’Espagnol du peuple est donc décrit comme un homme qui, malgré son apparence physique frustre, est digne, soucieux de l’autorité, respectueux, courtois, traitant tout le monde de la même manière sans distinction de nationalité, de sexe, d’état, de condition ou d’apparence.

  • 14 HOFFMANN, Léon-François, Romantique Espagne. L’image de l’Espagne en France entre 1800 et 1850, Par (...)

8Dans le prolongement de cette description utilisant le contraste comme lorgnette, l’auteur du texte rappelle la grandeur des Espagnols du temps de Ferdinand, d’Isabelle et de Charles Quint. Il va même jusqu’à souligner que les Espagnols du temps de l’occupation romaine avaient donné « aux lettres Lucain, Silius Italicus, Martial ; à la philosophie, Sénèque ; Tacite, à l’histoire, et Trajan à l’univers ». Ce discours est caractéristique des représentations que l’on se faisait en France de la nation espagnole. Très contradictoires, elles mêlaient d’un côté le mépris pour le pays déchu, tombé dans la stagnation à cause de la religion et de la superstition ; de l’autre, l’émerveillement devant le mythe d’un passé héroïque et d’une vie quotidienne pittoresque, gardant bon gré mal gré sa grandeur d’autrefois14.

9Le « Jugement sur les affaires d’Espagne, tel que le portera la postérité, par un Espagnol impartial », publié dans le Journal de l’Empire du 30 mai 1808, qualifie l’Espagne de la manière suivante :

« Notre pays est plus beau que la France ; nos côtes ont plus de ports, nos habitans autant de génie naturel, au moins autant d’énergie ».

10Ainsi, si l’Espagne offre un potentiel important, les manifestations de sa puissance ne sont présentes qu’à l’état de latence, car retenues et brimées soit par la mauvaise politique de princes dégénérés, soit par la répression intellectuelle menée par un clergé obscurantiste. Il semble d’ailleurs que l’image que Napoléon a voulu véhiculer du moine espagnol dans la presse fut peu louangeuse. En atteste la lettre qu’il adresse à Fouché le 25 janvier 1810 :

« Il y a dans le Publiciste un article qui paraît fait en faveur des moines espagnols. Faites sentir au rédacteur l’inconvenance de pareils articles et le risque qu’il court de faire supprimer son journal.

  • 15 Lettre de Napoléon adressée à Fouché le 25 janvier 1810 à Paris. Voir dans NAPOLÉON Ier, Correspond (...)

Faites faire des articles qui peignent la férocité de ces moines, leur ignorance et leur profonde bêtise, car les moines d’Espagne sont de vrais garçons bouchers »15.

11Le Journal de l’Empire du 7 décembre 1808 rend compte de l’ignorance du moine espagnol en la comparant à l’intelligence raffinée du clergé régulier des autres nations européennes :

« On se feroit en Allemagne, en Italie, en France, une bien fausse idée des moines espagnols, si on les comparoit aux moines qui ont existé dans ces contrées. On trouvoit parmi les Bénédictins, les Bernardins, etc. de France et d’Italie une foule d’hommes remarquables dans les sciences et dans les lettres. Ils se distinguoient et par leur éducation et par la classe honorable et utile d’où ils étoient sortis. Les moines espagnols, au contraire, sont tirés de la lie du peuple, ils sont ignares et crapuleux. On ne sauroit leur trouver de ressemblance qu’avec des artisans employés dans les boucheries ; ils en ont l’ignorance, le ton et la tournure. Ce n’est que sur le bas-peuple qu’ils exercent leur influence. Une maison bourgeoise se seroit crue déshonorée en admettant un moine à sa table ».

  • 16 VOLTAIRE, « article Inquisition », in Dictionnaire philosophique, Paris, Gallimard, collection Foli (...)
  • 17 VOLTAIRE, Essai sur les Mœurs et l’Esprit des nations, tome II, Paris, éditions Garnier Frères, 196 (...)
  • 18 LARRIBA, Elisabel, op. cit., pp. 290-302.

12A ce titre, la dénonciation de l’institution de l’Inquisition, destinée à rendre « les moines plus puissants et pour rendre tout un royaume hypocrite »16, est un moyen d’insister sur le caractère rétrograde des mœurs espagnoles. Déjà, Voltaire avait expliqué que « c’est de là que le silence est devenu le caractère d’une nation née avec toute la vivacité que donne un climat chaud et fertile (…) Il faut encore attribuer à ce tribunal cette profonde ignorance de la saine philosophie où les écoles d’Espagne demeurent plongées, tandis que l’Allemagne, l’Angleterre, la France, l’Italie même, ont découvert tant de vérités, et ont élargi la sphère de nos connaissances. Jamais la nature humaine n’est si avilie que quand l’ignorance superstitieuse est armée du pouvoir »17. Dans ses travaux sur le public de la presse en Espagne, Elisabel Larriba a remis en cause l’image qui est donnée d’un clergé régulier ignorant. Elle reconsidère également la prétendue incurie intellectuelle des Inquisiteurs en démontrant que « ces religieux qui, a priori, n’offraient guère le profil type de l’homme éclairé », dans une proportion aussi minime soit-elle, adhéraient réellement aux Lumières et le prouvaient en s’abonnant à un ou plusieurs périodiques dits « éclairés »18. Quoi qu’il en soit, le Journal de l’Empire du 23 novembre 1808 mentionne : « les moines et l’inquisition ont abruti cette nation ».

II - Les alliés de la révolution, ennemis de la régénération : le moine, l’anglais et le brigand

  • 19 Au sujet de ces dénominations, voir Xavier Abeberry Magescas, « Les ralliés et les convertis : élit (...)
  • 20 Journal de l’Empire du 6 septembre 1808.

13Cette constatation conduit à en considérer une autre, celle-ci étant plus directement liée au déclenchement de la guerre d’Espagne. En effet, suite à la prise en main des affaires espagnoles par les Français, dans la lutte qui oppose le mouvement patriote aux afrancesados et aux joséphins19, il apparaît très vite que « le parti de l’inquisition et celui des moines, agités par les agens nombreux que l’Angleterre entretenait en Espagne, profitèrent de l’ignorance et de l’aveuglement du peuple, l’abusèrent par de fausses rumeurs, mirent les armes à la main des prolétaires, et la sédition éclata à la fin de mai, dans le moment où tous les arrangemens relatifs à l’Espagne étoient consommés, et où la junte se réunissoit à Bayonne, et commençoit ses opérations »20. Ainsi, après avoir stigmatisé le parti des moines pour avoir détourné le peuple espagnol de la connaissance, la propagande napoléonienne l’accuse désormais d’avoir fomenté les insurrections de Madrid des 2 et 3 mai comme d’être à l’origine de tous les mouvements séditieux visant à lutter contre l’intervention française. Ainsi, plus loin on peut lire :

  • 21 Idem.

« Les habitants paisibles qui, encouragés par le progrès des Français, arboroient le drapeau blanc ou venoient en parlementaires pour proposer de se soumettre, étoient massacrés par les insurgés, à la tête desquels on voyoit des moines devenus capitaines, colonels »21.

  • 22 AYMES, Jean-René, L’Espagne contre Napoléon. La Guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814), Paris, (...)
  • 23 Journal du capitaine François, dit le dromadaire d’Egypte, texte présenté par Jacques Jourquin, Par (...)
  • 24 AYMES, Jean-René, ouvrage cité p. 67. Voir aussi, BARRIO GOZALO, Maximiliano, « Le clergé espagnol (...)
  • 25 HOCQUELLET, Richard, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne (1808-18 (...)
  • 26 AYMES, Jean-René, op. cit., p. 75.

14L’image donnée d’une présence importante de moines soldats au sein des groupes insurgés évoque la diversité des formes que pouvait prendre la participation du clergé à la lutte. Selon Jean-René Aymes, cette pluralité des rôles des ecclésiastiques dans la croisade menée contre Napoléon « ne souffre pas contestation »22. D’ailleurs, lors des insurrections qui eurent lieu suite aux abdications de Charles IV et de Ferdinand VII, le capitaine François évoque dans son journal la création de rassemblements ayant entre autres pour officiers des moines23. Toutefois, quant aux actions violentes, il semble que dans la réalité, au soulèvement anarchique les moines préférèrent donner l’impulsion tout en gardant le contrôle sur le mouvement initié24. Alors que le Journal de l’Empire donne l’image d’un moine agissant par passion en trouvant la finalité de son rôle dans des actes de barbarie extrêmes, il semble plutôt que celui-ci communiquait à la population sa fureur antinapoléonienne tout en canalisant cette dernière, car il se voulait « ami de l’ordre » (il était d’ailleurs reconnu comme tel). Toujours est-il que la participation des religieux dans le soulèvement des Espagnols n’est pas à minorer étant donné qu’elle permit de donner à la guerre patriotique une connotation théologique grâce à un discours ayant une accroche particulière sur une Espagne, terre de catholicité absolue25. Jean-René Aymes précise pour cela que le « clergé espagnol qui s’est porté à la tête de la croisade anti-napoléonienne n’a aucun mal à donner plus d’apparat à des rites qui s’étaient vidés d’une partie de leur force ou de leur signification »26. A ce sujet, le Journal de l’Empire, toujours dans sa logique de stigmatisation d’une pratique religieuse dégénérée en Espagne, souligne :

  • 27 Journal de l’Empire du 6 septembre 1808.

« Des miracles furent solennellement proclamés à Saragosse, à Valladolid, à Valence, à Séville, etc. Ces jongleries, qui ne seroient propres qu’à déshonorer la religion, et qui seroient impuissantes sur les autres peuples du continent, ont eu sur les habitans de l’Espagne les plus grands effets »27.

15L’exemplaire du 22 novembre 1808 renchérit en précisant que la résistance à laquelle l’armée française a du faire face à Burgos était entre autres menée par des « paysans fanatiques » qui « se croyoient conduits par tous les saints apparus à des moines imposteurs ».

16Enfin, les moines espagnols sont décrits comme étant à la solde de l’Angleterre qui tente d’instaurer la révolution, le désordre et la division au sein de la nation espagnole pour fragiliser la position des Français. Ainsi, suite aux victoires françaises de Burgos, Espinosa et Tudela la propagande napoléonienne dénonce les pratiques de désinformation dont use l’Inquisition pour donner victorieuse l’armée anglaise :

  • 28 « Xe Bulletin de l’Armée d’Espagne », dans Journal de l’Empire du 5 décembre 1808.

« Mais grâce à la puissance de l’inquisition, à l’influence des moines, à leur adresse à s’emparer de toutes les plumes, et à faire parler toutes les langues, on croit encore dans une grande partie de l’Espagne que Black [Blake] été vainqueur, que l’armée française a été détruite, que la garde impériale a été prise. Quel que soit le succès momentané de ces misérables ressources et de ces ridicules efforts, le règne de l’Inquisition est fini ; ses tribunaux révolutionnaires ne tourmenteront plus aucune contrée de l’Europe ; en Espagne comme à Rome l’inquisition sera abolie, et l’affreux spectacle des auto-da-fé ne se renouvellera pas ; cette réforme s’opérera malgré le zèle religieux des Anglais, malgré l’alliance qu’ils ont contractée avec les moines imposteurs, qui ont fait parler la Vierge del Pilar et les saints de Valladolid. L’Angleterre a pour alliés le monopole, l’Inquisition et les franciscains : tout lui est bon, pourvu qu’elle divise les peuples, et qu’elle ensanglante le continent »28.

17Cette soumission du clergé est clairement explicitée à travers une anecdote relatée dans le Journal de l’Empire du 21 octobre 1808 :

« Les débris de cette armée se dispersèrent, abandonnant toute l’artillerie et les bagages. Les officiers anglais furent les premiers qui prirent la fuite ; quelques-uns d’entr’eux cependant ne purent regagner les bâtimens qui les attendoient pour les transporter en Portugal. On surprit dans la mêlée douze moines attelés à un canon et le traînant comme des mulets. Pas un seul n’échappa ».

18Cette anecdote achève de montrer la perte totale de la dignité des moines espagnols, de surcroit employés par l’armée anglaise pour des tâches ingrates et humiliantes. Il en résulte l’image d’un clergé abusé par son prétendu allié. Dans la lutte constante que la France mène pour étendre son influence contre l’ennemi anglais, il s’agit de montrer que les moines ont choisi le mauvais camp. Il s’agit également de discréditer tout le mouvement séditieux. En effet, alors que les moines sont présentés comme les instigateurs des débordements anti-français, en discréditant la tête de l’insurrection, c’est le mouvement tout entier qui perd de sa crédibilité et de sa légitimité.

19Ceci amène à considérer désormais la manière dont les mouvements insurrectionnels furent dépeints et comment le Journal de l’Empire s’y est pris pour opposer clairement les partisans espagnols de l’intervention française aux patriotes fernandins.

  • 29 HOCQUELLET, Richard, op. cit., p. 107.

20Le Journal de l’Empire du 12 mai 1808 qui relate les événements d’Aranjuez est un bon exemple de cette dichotomie dont usait massivement la propagande napoléonienne. Dans un court espace de texte représentant à peu près une colonne, on trouve une concentration importante de termes qui s’opposent. Rappelons que cette pratique n’est pas le seul fait des Français, puisqu’en 1808, les patriotes espagnols utilisent le même procédé d’opposition terme à terme pour discréditer les Français et valoriser les Espagnols29. Quoi qu’il en soit, dans l’exemplaire du 12 mai 1808, les partisans de Charles IV sont qualifiés de « personnes respectables », de « citoyens paisibles », de « bons citoyens », parmi lesquels on trouvait des « respectables religieux et quantité de bourgeois », tous « amis de la paix, de l’ordre et des propriétés ». A l’inverse, les partisans de Ferdinand VII ayant participé à l’insurrection sont qualifiés de « mutins », de « canaille », de « séditieux », de « révoltés », « de multitude égarée » et de « vile populace ». Soulignons au passage la manière qu’a le Journal de l’Empire de suggérer que le mouvement insurrectionnel n’était pas aussi important qu’on voulut bien le prétendre et qu’il n’était réellement le fait que d’une minorité agissante :

« Mais les mutins ne cessoient de crier : Vive Ferdinand VII ! Et à mesure qu’ils descendoient dans les rues, tous les citoyens paisibles étoient obligés de répéter leur vivat, en agitant leurs mouchoirs ou en élevant leurs chapeaux. Tous ceux qui refusaient de suivre cette canaille, étoient frappés à coups de sabre ou de bâton ».

21Il y a là une manière d’induire que l’insurrection est partielle et que ce qui en est perçu est finalement assez superficiel. En effet, si parmi les insurgés la plupart sont passifs et ne prennent part à la révolte que sous la contrainte, cela implique que le noyau dur des individus réellement séditieux est peu conséquent. Il faut attendre l’exemplaire du 11 septembre 1808 pour que le Journal de l’Empire avoue pour la première fois que le mouvement insurrectionnel concerne une fraction importante de la population espagnole par rapport à la partie favorable au roi Joseph :

« La populace se livre à toute sorte d’excès, et ne reconnoît aucun frein ni aucune autorité. Les bourgeois montent la garde ; mais ils ne sont pas assez nombreux pour contenir une multitude qui a secoué tout joug et qui ne songe qu’à profiter des désordres de l’anarchie ».

  • 30 Journal de l’Empire du 6 septembre 1808.
  • 31 Idem.
  • 32 Journal de l’Empire du 18 septembre 1808.
  • 33 Journal de l’Empire du 11 septembre 1808.
  • 34 Journal de l’Empire du 17 mai 1808.
  • 35 FRITZ, Gérard, L’idée de peuple en France du XVIIème au XIXème siècle, Strasbourg, Presses Universi (...)

22Ici, comme ailleurs dans le Journal de l’Empire, la distinction entre bons et mauvais Espagnols tient à une différenciation qui n’est pas qu’idéologique, mais bien sociologique. Les bons citoyens sont « bourgeois » ou font partie du groupe des « propriétaires » et des « hommes éclairés qui constituent la noblesse et le haut-clergé »30. A l’inverse, les mauvais citoyens sont des « prolétaires »31, des « paysans farouches, des mendians orgueilleux »32, des « brigands »33, des membres du « bas-peuple »34 ou du bas-clergé, des individus rustres appartenant aux classes dangereuses et peu instruites. D’un côté on trouve « les classes dominantes, dépôt des lumières avec la puissance publique, l’ordre, la liberté ; de l’autre, le peuple avec la terreur et le sang », les unes étant assimilées à la valeur hautement consensuelle de « civilisation » et l’autre revêtant le repoussoir commode de « barbarie »35. L’exemplaire du 6 septembre 1808 fait état, parmi d’autres exemples qui sont légion, de la maltraitance infligée par des « paysans attroupés » à « deux respectables magistrats » et mentionne, plus loin dans le texte, que « de tous côtés, les hommes qui, par leurs dignités, leur rang, leurs vertus, leur fortune, étoient en possession de la considération publique » furent vilipendés et tués pour leur opposition à l’insurrection qui agita l’Espagne durant tout le mois de juin. Ce discours semble en appuyer un autre, déterminant dans cette séparation dichotomique dont la propagande napoléonienne use constamment pour révéler les motivations, bonnes ou mauvaises, selon qu’elles concernent les afrancesados ou les patriotes.

  • 36 Journal de l’Empire du 6 septembre 1808.
  • 37 AYMES, Jean-René, op. cit., p. 87.

23En effet, au moment où se succèdent les réunions de la Junte Générale, ayant pour objectif de donner une constitution à l’Espagne, le Journal de l’Empire du 24 juin 1808 différencie quant à lui les séditieux, portés par des intérêts particuliers, et les partisans de la régénération, dont la seule motivation réside dans l’intérêt général. A ce titre, le Journal de l’Empire insiste sur la cruauté des guérilleros, commandés par des individus peu recommandables, (« un tailleur de pierres reconnu pour un des plus mauvais sujets du canton »)36 à laquelle s’oppose le sacrifice, la résistance courageuse à l’oppression et le dévouement à la patrie de ceux qui sont « en possession de la considération publique ». A l’inverse, l’image que donnent les Espagnols insurgés du guérillero est celle d’un individu « qui n’a pas honte de son ignorance et de sa rudesse », réhabilitant « à travers lui le miséreux qui a le sens du sacrifice suprême, le laissé pour compte qui a le sens de la collectivité »37.

24Mais qu’entend le Journal de l’Empire en séparant les intérêts particuliers de l’intérêt général, que l’on attribue pour les premiers aux insurgés et pour le second aux afrancesados ou à tout individu favorable à l’intervention française ? De plus, est-ce que cette séparation reflète une quelconque réalité ?

25Le Journal de l’Empire donne le ton dans son exemplaire du 1er mai 1808, en affirmant que l’Espagne renferme comme tous les autres pays « une poignée de brouillons avides de changement, et qui espèrent trouver dans les mouvements populaires des chances favorables à leur fortune et à leur ambition ». Ce postulat s’oppose aux paroles, formulées sous forme de lettre, d’un « officier retiré », ancien soldat espagnol et manifestement pro-français, auquel le Journal de l’Empire du 13 mai 1808 donne une tribune :

« Ce n’est ici, mon cher, ni l’ambition ni l’intérêt personnel qui me font parler : retiré du service et du tourbillon politique, mon âge, mes goûts et ma fortune m’en éloignent pour toujours ; mais rien ne pourra jamais éteindre dans mon cœur l’amour de la patrie ».

  • 38 Journal de l’Empire du 19 septembre 1808.
  • 39 Journal de l’Empire du 17 mai 1808.
  • 40 HOCQUELLET, Richard, op. cit., p. 172.
  • 41 Journal de l’Empire du 11 septembre 1808.

26Cette opposition entre les individus agissant, les uns en fonction des « passions personnelles » et les autres en fonction de la « raison et l’avantage national »38, est omniprésente dans le discours propagandiste napoléonien. D’un côté on trouve le bon Espagnol qui se distingue par son attitude désintéressée et de l’autre le mauvais Espagnol, qui lorsqu’il n’est pas abusé ou manipulé39, agit principalement par ambition, profitant de l’insurrection pour faire jouer son opportunisme, ses bas instincts et les considérations d’intérêts sous le masque du patriotisme, de l’amour du souverain et de la religion catholique. Même si cette image est exagérée, Richard Hocquellet souligne que, par exemple dans l’armée régulière insurgée, « on assiste à une flambée du nombre de gradés durant l’été 1808 » ainsi qu’à une recrudescence du nombre des sous-officiers promus pour prendre la tête d’un régiment40. L’image de cette propension à vouloir gravir les échelons hiérarchiques et à s’enrichir se retrouve notamment lorsque le Journal de l’Empire stigmatise aussi bien les membres des juntes patriotiques que la « populace » en remarquant que « tout le monde veut commander, personne ne veut obéir »41.

  • 42 LAFON, Jean-Marc, L’Andalousie et Napoléon : contre-insurrection, collaboration et résistances dans (...)
  • 43 AYMES, Jean-René, « La guérilla dans la lutte espagnole pour l’indépendance (1808-1814) : amorce d’ (...)

27D’autre part, la propagande napoléonienne contribue à dépolitiser l’acte de rébellion (surtout sous la forme de la guérilla), fabriqué non pas par des individus soucieux de la politique nationale et du bien commun, mais bien plutôt par des criminels de droit commun, des agitateurs peu convaincus, des bandits de grand chemin, portés par le désir de s’enrichir et d’améliorer leur condition sociale. A ce sujet, le terme de « brigand » revient souvent42. Finalement, à l’heure où la propagande napoléonienne développe le thème de l’unité nationale, et où l’on voit dans tout acte ou discours subversif la marque de l’anarchie, la guérilla révolutionnaire ne peut que revêtir la forme dégradée du banditisme. Il faut toutefois signaler que le gouvernement espagnol insurgé tenta de réglementer le phénomène de la guérilla, notamment lorsque celle-ci prenait la forme des « cuadrillas », groupements d’ex-contrebandiers, autrement-dit rassemblements de malfaiteurs amnistiés. Les règlements émis par la Junte Centrale traitent surtout de la gestion du butin de guerre, comme si « les guérilleros manifestaient une convoitise dévorante, source d’abus et de litiges »43. Finalement, la législation des membres du gouvernement insurgé puise, pour des raisons pratiques, au sein des mêmes références que la presse napoléonienne, qui les utilise à des fins propagandistes.

  • 44 AYMES, Jean-René, op. cit., p. 62.
  • 45 HOCQUELLET, Richard, « La nation espagnole face à Napoléon : résistance et collaboration » dans Jea (...)

28S’il est admis que chez les patriotes, tous ne se battaient pas que pour défendre la patrie et la religion, il semble cependant que ce soit du côté des collaborateurs qu’il y eut le plus de « profiteurs », surtout dans cette année 1808 où Napoléon semble être l’homme fort de l’Europe, autrement dit le souverain le plus susceptible de donner de l’avancement44. A ce titre, Richard Hocquellet distingue plusieurs types d’afrancesados45. Dans un premier temps, l’on trouve les collaborateurs dits « de conviction » ou « idéologiques », prêts à s’engager auprès de Joseph pour réaliser leurs projets de politique libérale inspirés du modèle français. Viennent ensuite les afrancesados politiques, pour qui le plus important est d’assurer la continuité de l’Etat de façon à préserver le pays du désordre et pour qui la fidélité dynastique n’est pas une fin en soi. Dans un troisième temps, se distinguent les collaborateurs par pragmatisme, qui se placent du côté de celui qui semble être le plus fort, en l’occurrence Napoléon en 1808. Enfin, dans la dernière catégorie se trouvent les plus nombreux, à savoir les acteurs « passifs » ou « forcés », qui ne peuvent pas éviter de travailler avec les Français (assermentés au nouveau régime, employés de l’Etat, etc.).

29La représentation donnée par le Journal de l’Empire est donc à ce sujet fortement tronquée. Sans devoir faire une inversion des rôles, il convient toutefois de nuancer ce discours qui, à bien des égards, demeure trop entier dans sa logique dichotomique.

III - Dénigrer les manipulateurs de la révolution : l’opprobre jetée sur la Junte de Séville

  • 46 Journal de l’Empire du 17 mai 1808.

30Quoiqu’il en soit, l’objectif de « ceux qui sont mieux instruits » est de « désabuser » un « bas-peuple » dupe des intentions de ceux qui le manipulent46. Soulignons à ce sujet l’ambiguïté de l’attitude que la propagande napoléonienne adopte vis-à-vis des insurgés. Tout en considérant tous les révoltés comme de mauvais citoyens, elle opère cependant une distinction entre les manipulateurs et les manipulés. On retrouve ici, d’une manière différente, le discours napoléonien hérité de la Révolution, selon lequel le peuple français ne fait pas la guerre aux peuples innocents et favorables aux lumières libérales apportées par la Grande Nation, mais aux « souverains », aux « superbes », aux « tyrans » et à tous ceux qui les soutiennent. Aussi, c’est sous une forme plus édulcorée que ce discours revient pour séparer la partie saine de la population de sa partie néfaste. Au final, au fur et à mesure que l’insurrection prend de l’importance, il s’agit de ne pas disqualifier la grande partie des individus ayant décidé de s’opposer à l’entreprise de régénération française et de montrer qu’elle peut être sauvée tout en étant pardonnée pour ses « écarts de conduites ». A ce titre, après la prise de Madrid le 2 décembre 1808, l’occasion est donnée à Napoléon de montrer qu’il est un souverain clément :

  • 47 Journal de l’Empire du 24 décembre 1808.

« Je suis entré dans Madrid : les droits de la guerre m’autorisoient à donner un grand exemple, et à laver dans le sang les outrages faits à moi et à ma nation : je n’ai écouté que la clémence. Quelques hommes, auteurs de tous vos maux seront seuls frappés »47.

31Cette image d’un empereur plein de bonté est suggérée dans une anecdote dont le Journal de l’Empire du 26 décembre 1808 s’empresse de donner la teneur :

« Un voyageur venant de Madrid a rapporté qu’un des principaux auteurs des troubles de cette ville et des persécutions dirigées contre les Français avoit été traduit devant une commission militaire, et que sa condamnation étoit déjà prononcée, lorsque sa fille, ayant forcé toutes les consignes, parvint à se jeter aux genoux de S. M. On vit alors se renouveler la scène touchante de la princesse d’Hasfeldt ; et S. M., qui sait pardonner comme elle sait vaincre, a accordé sur-le-champ la grâce du coupable. Le voyageur n’a pu se rappeler le nom du condamné, mais nous ne tarderons sans doute pas à l’apprendre ».

32Ce discours permet d’en introduire un autre, celui-ci plus radical et assez systématique chez Napoléon. Dans un premier temps, il conforte l’opinion en se posant comme un souverain juste et clément, prêt à accorder son pardon et à apaiser les passions par des gestes pacificateurs. Dans un second temps, bénéficiant d’une sorte de blanc-seing grâce à ses bonnes intentions, et ayant de son côté l’innocence que lui a donnée l’application d’une justice miséricordieusement, il promet de durcir ses décisions si ses actes de bonne volonté ne sont pas appréciés à leur juste valeur par ceux qui devaient en bénéficier :

  • 48 Idem.

« Mais si tous mes efforts sont inutiles, et si vous ne répondez pas à ma confiance, il ne me restera qu’à vous traiter en provinces conquises, et à placer mon frère sur un autre trône. Je mettrai alors la couronne d’Espagne sur ma tête et je saurai la faire respecter des méchans ; car Dieu m’a donné la force et la volonté nécessaires pour surmonter tous les obstacles »48.

  • 49 MOLINER PRADA, Antonio, « Crise de l’Etat et nouvelles autorités : les juntes lors de la guerre d’I (...)
  • 50 HOCQUELLET, Richard, « La nation espagnole face à Napoléon : résistance et collaboration », in Jean (...)

33Enfin, les plus mauvais Espagnols, ceux qui œuvrent constamment à la chute du pays, se trouvent, selon le Journal de l’Empire, parmi les membres de la Junte de Séville. Rappelons que la Junte Centrale est la réunion des différentes « juntes patriotiques » provinciales qui surgissent dans le contexte de vide du pouvoir consécutif aux abdications de Bayonne49, et qui s’entendent pour mettre en place un gouvernement central réunissant en un seul lieu l’autorité royale. Composée de deux députés de chaque junte siégeant dans une ville capitale de province ou d’anciens royaumes, celle-ci s’installe officiellement dans le palais royal d’Aranjuez le 25 septembre 1808. Suite à la campagne menée par Napoléon pour rétablir Joseph sur le trône d’Espagne dont il avait été évincé après le désastre de Baylen, la Junte Centrale est obligée de se réfugier à Séville à partir du 27 décembre 1808 et prend dans la presse française le nom de la ville dans laquelle elle siège désormais. Cette assemblée agit au nom de Ferdinand VII et de la trilogie « Patrie, Roi et Religion », tout en tirant sa double légitimité de « la doctrine pactiste qui affirme que, lorsque le souverain est empêché de régner, la souveraineté revient aux royaumes, en vertu du pacte originel passé entre les communautés et leur roi »50 et du soutien affiché du peuple soulevé.

34Il est assez simple pour l’analyste du discours de constater qu’au fil du temps, la louange et les explications des réformes du régime joséphin cèdent peu à peu le pas à une critique acerbe et au dénigrement systématique de la Junte de Séville. Le Journal de l’Empire du 1er octobre 1809 en offre un tableau peu flatteur, rédigé sous forme de lettre. On y apprend que son auteur « se plaint avec amertume de l’oppression de la junte de Séville ; il déplore le sort de notre chère patrie, généralement livrée à des hommes dont l’ignorance égale la perversité ; à un misérable banqueroutier comme Calvo, qui a fait à Saragosse un vol de cinq millions de réaux ; à un Gusman Tilli, partisan de Robespierre, avec lequel il a eu des liaisons intimes que repousse l’opinion publique, et contre lequel des accusations du crime le plus infâme ont retenti dans tous les tribunaux du royaume » :

« Et voilà, ajoute la lettre, les gouvernans actuels d’une partie de notre malheureuse nation ! Voilà les membres influens de la junte ! Ce sont là ceux qui forgent et répandent à plaisir les mensonges les plus grossiers dont se repaît la crédulité des peuples ; c’est dans leur sein que se choisissent les généraux : et quels généraux ! Le cordonnier Perena, le procureur Buget, et leurs satellites, ces braves dont tous les pas sont marqués par le pillage et l’assassinat, tant qu’ils n’éprouvent pas de résistance, mais si prompts à suivre aussitôt que l’ennemi se présente. Quels chefs de la nation ! Quels défenseurs de la patrie ! Quels protecteurs de la religion ! Quels hommes se sont chargés des prétendus intérêts de Ferdinand ! Ils auroient bientôt oublié jusqu’à son nom, s’il ne leur servoit merveilleusement pour couvrir leurs perfides desseins ».

  • 51 Journal de l’Empire du 23 octobre 1808. Voir aussi le Journal de l’Empire du 6 décembre 1808.
  • 52 HOCQUELLET, Richard, op. cit., pp. 165-167.
  • 53 Idem, p. 244.
  • 54 Idem, p. 95.
  • 55 MORENO ALONSO, Manuel, « La presse de guerre à Séville. Le combat politique pour la conquête de l’o (...)
  • 56 Voir dans les exemplaires du Journal de l’Empire des 5, 15 et 17 avril 1808. La presse revient en d (...)

35L’accusation faite au sujet de « l’ignorance » des députés de la Junte de Séville vient en partie du fait qu’il y a un faible nombre d’experts parmi eux. A ce titre, la critique de Juan Lorenzo Calvo de Rozas (déjà semoncé dans le Journal de l’Empire du 26 décembre 1808) est significative. Présenté comme un individu sans responsabilité officielle avant sa venue à la junte, il est un membre actif du soulèvement de Saragosse et proche de Palafox, les liens avec ce dernier semblant être la justification essentielle de sa nomination. Celui-ci apparaît donc comme un parvenu dont la place à la Junte de Séville aurait été appuyée par un personnage lui-même peu connu et peu talentueux51. Son concurrent direct à la place de député de la junte, Sastago, se plaignit d’ailleurs en vain de son éviction, arguant de l’origine sociale inférieure de Calvo, qui lui a été préféré52. L’article l’accuse aussi de vol : il est notoire de souligner que cette accusation n’est pas si dénuée de sens puisque, au lendemain de la formation du Conseil de Régence, venant remplacer le gouvernement de la junte Centrale, des manifestants dans Cadix demandent l’arrestation de Calvo de Rozas, accusé de détournement de fonds53. Le comte de Tilly, Francisco Javier Guzmán Ruíz de Castro, quant à lui, est un grand d’Espagne, aristocrate appartenant à une grande famille du patriciat espagnol. Ne pouvant par conséquent être attaqué sur son origine sociale, son incompétence ou son manque d’expérience, l’auteur de la lettre tente de le discréditer en affichant sa proximité douteuse avec Robespierre. Accusation pour le moins déconcertante, il semblerait plutôt qu’elle concerne son frère, Andrés, sympathisant des idées révolutionnaires françaises, et mort à Paris guillotiné avec les Hébertistes54. Pour la propagande napoléonienne, l’objectif réside principalement dans la volonté de malmener un fernandin de la première heure. Ce texte rend compte de ce moment déterminant de la fin de la Junte Centrale durant lequel, à Séville, il était primordial pour les députés insurgés de prouver à l’opinion espagnole leur qualité de bons patriotes, jouissant d’une réputation sans tâche, exempte de toute suspicion. Ce phénomène est important car il est un marqueur essentiel de l’existence d’une opinion publique, aussi volatile soit-elle, dont l’appui semble être un enjeu majeur pour les membres du gouvernement55. De plus, il prolonge l’existence de la culture du soupçon, initiée avec la critique des mœurs formulée à l’égard du prince de la Paix Godoy56, et rend probante la volonté de la part du peuple espagnol d’avoir à la tête de l’Etat une classe politique vertueuse, imprégnée des valeurs réelles des patriotes et des messages véhiculés par ces derniers. La presse parisienne profite de ce contexte pour porter un peu plus l’estocade contre le gouvernement patriote espagnol.

36Quoi qu’il en soit, il est particulièrement habile de dénoncer ces deux individus, partisans farouches de la transformation de la Junte Centrale en Conseil de Régence, dans un contexte où la Junte de Séville commence sérieusement à être évincée en faveur d’un Conseil de Régence (dont l’existence est effective à partir du 29 janvier 1810). Il est d’ailleurs loisible de signaler que le Journal de l’Empire multiplie les allusions (notamment à travers les papiers anglais) à cette éviction de la Junte Centrale durant une période allant de septembre à décembre 1809, autrement-dit autour de la bataille d’Ocaña du 19 novembre 1809, qui précipita sa chute autant que la bataille de Baylen en avait accéléré sa formation.

  • 57 Journal de l’Empire du 6 décembre 1809.

37Le texte fait également référence à la lâcheté des membres de la Junte de Séville mais aussi à la couardise de ceux qu’ils nomment. Ces derniers sont dépeints comme des hommes dont les modestes origines sociales les rendent inaptes à la haute pratique des arts de la guerre. Les membres de la junte sont, quant à eux, représentés comme des êtres dont le manque de courage, la bassesse, l’abjection et le ridicule n’ont pas d’égal. Ainsi à la bataille d’Ocaña, « les membres les plus influents de la Junte de Séville étoient à l’arrière-garde de l’armée insurgée, et ils annonçoient hautement qu’ils alloient tenir leur séances à Madrid ; mais ils ont été les premiers à s’enfuir à toutes jambes. Il paroît que c’est le dernier effort qu’à voulu tenter la Junte de Séville »57. Dans un article d’un autre exemplaire du Journal de l’Empire se trouve un autre exemple particulièrement intéressant :

  • 58 Journal de l’Empire du 8 juin 1809.

« Nous apprenons de Séville que la junte soi-disant suprême a rendu un décret terrible contre la cavalerie espagnole accusée de s’être conduite avec perfidie dans les dernières actions, en abandonnant lâchement les fantassins aux efforts de l’armée française réunie. Chacun des cavaliers a été condamné à une amende d’une pistole, laquelle, déposée à l’arsenal de Séville, ne sera rendue au délinquant qu’après qu’il aura fourni la preuve de s’être mesuré à un cavalier français dans un jour de combat. Après avoir rendu ce décret assez ridicule, la junte, qui sans doute est peu jalouse de se mesurer à la cavalerie française, s’est dit-on, embarquée sur le Guadalquivir, dans l’espoir de rejoindre sans doute quelque flotte anglaise qui la conduira à Londres, où elle tiendra ses séances avec un peu plus de sûreté »58

38Le Journal de l’Empire agite souvent le spectre d’un départ éventuel de la junte Centrale (en Angleterre ou en Amérique), ce type de rumeurs rappelant celles qui avaient provoqué les émeutes d’Aranjuez au sujet de la fuite de la famille royale de Madrid en Amérique et signifiant ainsi un nouveau vide du pouvoir (acéphalie), de facto favorable au pouvoir joséphin.

39La fin de la Junte de Séville est relatée dans une dépêche rédigée par le maréchal Soult duc de Dalmatie et retranscrite dans le Journal de l’Empire du 23 février 1810. L’image donnée tend à confirmer la « discorde chez l’ennemi ». Ainsi, certains membres témoignent leur repentir au roi Joseph, d’autres se sauvent « chacun pour leur compte », et d’autres encore se font arrêter par la population, lasse de leurs excès. Le comte Tilly, déjà tant désavoué, se réfugie aux Etats-Unis en emportant avec lui trois millions. Enfin, on précise que le dernier acte de la junte « a été de destituer des généraux, et d’en indiquer d’autres qui depuis long-temps étoient en disgrâce ». La plupart des officiers refusent d’écouter « les derniers cris de la junte », moyen pour la propagande napoléonienne de montrer le peu de conviction du haut commandement insurgé manifesté à l’égard des instructions données par une junte aux abois.

  • 59 Journal de lEmpire du 8 septembre 1808.
  • 60 BERTAUD, Jean-Paul, Quand les enfants parlaient de gloire. L’armée au cœur de la France napoléonien (...)

40L’Espagne apparaît donc comme un pays hautement contrasté opposant lumière et obscurantisme. Dans la guerre civile qui déchire l’Espagne, la population de cette dernière est partagée entre les bons et les mauvais Espagnols. Mais l’argumentaire dichotomique ne s’arrête pas là et prend sa forme la plus achevée lorsqu’il s’agit de mettre en scène le conflit opposant la France à l’Angleterre dans lequel s’insère la campagne d’Espagne. Cette dernière est décrite comme étant le moment tant attendu par Napoléon qui va lui permettre de « rencontrer enfin les Anglais, de les serrer corps à corps, de leur faire aussi éprouver les maux de la guerre, de cette guerre dont ils ignorent les dangers, puisqu’ils ne la font qu’avec leur or »59. Très vite, la guerre opposant la France pacificatrice et l’Angleterre « ennemie du monde » prend la forme d’une lutte terrible, la finalité du combat résidant dans la reddition totale et sans condition de l’ennemi séculaire. Un discours aux accents proprement manichéens s’instaure rapidement et trouve son apogée dans une allocution grandiloquente que l’Empereur prononça en session au Corps Législatif le 4 décembre 1809 dans laquelle on retrouve la notion de la lutte du bien contre le mal, telle que Jean-Paul Bertaud l’a synthétisée60. Le Journal de l’Empire du lendemain qui en fait la retranscription in extenso attire notre attention sur la mention suivante :

« Lorsque je me montrerai au-delà des Pyrénées, le léopard épouvanté cherchera l’Océan, pour éviter la honte, la défaite et la mort. Le triomphe de mes armes sera le triomphe du génie du bien sur celui du mal, de la modération, de l’ordre, de la morale, sur la guerre civile, l’anarchie et les passions malfaisantes. Mon amitié et ma protection rendront, je l’espère, la tranquillité et le bonheur aux peuples des Espagnes ».

Haut de page

Notes

1 LAS CASES (Emmanuel comte de), Mémorial de Sainte-Hélène, tome II, Paris, Marcel Dunan Editions, 1951, p. 285.

2 BUSAALL, Jean-Baptiste, « Le discours constitutionnel dans El Imparcial de Pedro Estala (1809) », Gérard Dufour et Elisabel Larriba (dirs.), L’Espagne en 1808 : régénération ou révolution ?, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 2009, p. 286.

3 AYMES, Jean-René, « La guerre d’Espagne dans la presse impériale (1808-1814) », in Annales historiques de la Révolution française, Année 2004, volume 336, n° 1, p. 141.

4 WAHNICH, Sophie, L’impossible citoyen : l’étranger dans le discours de la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1997, p. 331.

5 Article « Espagne », in L’Encyclopédie méthodique, ou par ordre de matières par une société de gens de lettres, de savants et d'artistes ; précédée d'un Vocabulaire universel, servant de Table pour tout l'Ouvrage, ornée des Portraits de MM. Diderot et d'Alembert, premiers Éditeurs de l'Encyclopédie, tome premier de géographie moderne, Paris, Panckoucke, 1783, pp. 556-565.

6 Journal de l’Empire du 7 décembre 1808.

7 VOLTAIRE, Essai sur les Mœurs et l’Esprit des nations, tome II, Paris, éditions Garnier Frères, 1963, p. 628.

8 VOLTAIRE, « article Fanatisme », in Dictionnaire philosophique, Paris, Gallimard, collection Folio classique, 1994, p. 263.

9 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIème siècle (1781-1808), Paris, Honoré Champion éditeur, 1998, p. 248.

10 LEWIS, Matthew Gregory, Le Moine ou le pacte infernal, (traduit de l’Anglais par l’abbé Morrellet), Paris, A. Cadeau, Libraire Editeur, 1838, p. 1.

11 LABORIE, Pierre, « De l’opinion publique à l’imaginaire social », dans Vingtième Siècle, volume 18, avril-juin 1988, p. 114.

12 CHARTIER, Roger, Pouvoirs et limites de la représentation. Sur l’œuvre de Louis Marin, in Annales, 1994, volume 49, n° 2, p. 414.

13 Idem.

14 HOFFMANN, Léon-François, Romantique Espagne. L’image de l’Espagne en France entre 1800 et 1850, Paris, Presses Universitaires de France, 1961, p. 15. Voir aussi Lluís Ferran Toledano González, « Négociants et fanatiques. Les limites de la politique régénérationniste de Napoléon en Catalogne (1808-1814), dans Gérard Dufour et Elisabel Larriba (dirs.), op. cit., p. 95.

15 Lettre de Napoléon adressée à Fouché le 25 janvier 1810 à Paris. Voir dans NAPOLÉON Ier, Correspondance générale de Napoléon Bonaparte. Tome 9 : Wagram. Février 1809-Février 1810, Paris, Fayard, 2013.

16 VOLTAIRE, « article Inquisition », in Dictionnaire philosophique, Paris, Gallimard, collection Folio classique, 1994, p. 326.

17 VOLTAIRE, Essai sur les Mœurs et l’Esprit des nations, tome II, Paris, éditions Garnier Frères, 1963, p. 298.

18 LARRIBA, Elisabel, op. cit., pp. 290-302.

19 Au sujet de ces dénominations, voir Xavier Abeberry Magescas, « Les ralliés et les convertis : élites et notables européens au service du Grand Empire. L’exemple de l’Espagne », in LENTZ, Thierry (dir.), Napoléon et l’Europe, actes du colloque organisé par la direction des Archives du ministère des Affaires étrangères et la Fondation Napoléon les 18 et 19 novembre 2004, Paris, Fayard, 2005, pp. 210-211.

20 Journal de l’Empire du 6 septembre 1808.

21 Idem.

22 AYMES, Jean-René, L’Espagne contre Napoléon. La Guerre d’Indépendance espagnole (1808-1814), Paris, Nouveau Monde Editions/Fondation Napoléon, 2003, p. 66.

23 Journal du capitaine François, dit le dromadaire d’Egypte, texte présenté par Jacques Jourquin, Paris, Tallendier, La Bibliothèque Napoléonienne, 2003, p. 564.

24 AYMES, Jean-René, ouvrage cité p. 67. Voir aussi, BARRIO GOZALO, Maximiliano, « Le clergé espagnol face au projet napoléonien », in Gérard Dufour et Elisabel Larriba (dirs.), op. cit., pp. 55-89.

25 HOCQUELLET, Richard, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne en Espagne (1808-1812), Paris, La Boutique de l’Histoire, 2001, pp. 112-113.

26 AYMES, Jean-René, op. cit., p. 75.

27 Journal de l’Empire du 6 septembre 1808.

28 « Xe Bulletin de l’Armée d’Espagne », dans Journal de l’Empire du 5 décembre 1808.

29 HOCQUELLET, Richard, op. cit., p. 107.

30 Journal de l’Empire du 6 septembre 1808.

31 Idem.

32 Journal de l’Empire du 18 septembre 1808.

33 Journal de l’Empire du 11 septembre 1808.

34 Journal de l’Empire du 17 mai 1808.

35 FRITZ, Gérard, L’idée de peuple en France du XVIIème au XIXème siècle, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1988, 207 pp. 

36 Journal de l’Empire du 6 septembre 1808.

37 AYMES, Jean-René, op. cit., p. 87.

38 Journal de l’Empire du 19 septembre 1808.

39 Journal de l’Empire du 17 mai 1808.

40 HOCQUELLET, Richard, op. cit., p. 172.

41 Journal de l’Empire du 11 septembre 1808.

42 LAFON, Jean-Marc, L’Andalousie et Napoléon : contre-insurrection, collaboration et résistances dans le midi de l’Espagne (1808-1812), Paris, Nouveau Monde éditions/Fondation Napoléon, 2007, p. 390.

43 AYMES, Jean-René, « La guérilla dans la lutte espagnole pour l’indépendance (1808-1814) : amorce d’une théorie et avatars d’une pratique », in Bulletin Hispanique, Université de Bordeaux III, juillet-décembre 1976, pp. 329-330.

44 AYMES, Jean-René, op. cit., p. 62.

45 HOCQUELLET, Richard, « La nation espagnole face à Napoléon : résistance et collaboration » dans Jean-Clément Martin (dir.), Napoléon et l’Europe, colloque de la Roche-sur-Yon, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2002, p. 158.

46 Journal de l’Empire du 17 mai 1808.

47 Journal de l’Empire du 24 décembre 1808.

48 Idem.

49 MOLINER PRADA, Antonio, « Crise de l’Etat et nouvelles autorités : les juntes lors de la guerre d’Indépendance », in Annales historiques de la Révolution française, Année 2004, volume 336, n° 1, pp. 107-128.

50 HOCQUELLET, Richard, « La nation espagnole face à Napoléon : résistance et collaboration », in Jean-Clément Martin (dir.), op. cit., p. 162.

51 Journal de l’Empire du 23 octobre 1808. Voir aussi le Journal de l’Empire du 6 décembre 1808.

52 HOCQUELLET, Richard, op. cit., pp. 165-167.

53 Idem, p. 244.

54 Idem, p. 95.

55 MORENO ALONSO, Manuel, « La presse de guerre à Séville. Le combat politique pour la conquête de l’opinion publique », in Gérard Dufour et Elisabel Larriba (dirs.), op. cit., pp. 215-216.

56 Voir dans les exemplaires du Journal de l’Empire des 5, 15 et 17 avril 1808. La presse revient en de multiples occasions sur les faits qui sont reprochés au prince de la Paix, le principal thème étant les allusions faites à sa fortune démesurée ainsi qu’aux spéculations douteuses auxquelles s’adonnait l’ancien favori du roi Charles IV. Au premier chef des reproches faits à Godoy, on relève l’accusation de corruption pour le discréditer. On le soupçonne d’avoir profité de sa position d’homme publique à des fins personnelles. D’autres accusations sont proférées à l’endroit du prince de la Paix, parmi lesquelles l’on trouve notamment ses intelligences avec l’Angleterre ainsi que, dans le prolongement de ce postulat, la responsabilité en collaboration avec Albion de l’évasion présumée de la famille royale vers ses possessions d’outre-mer.

57 Journal de l’Empire du 6 décembre 1809.

58 Journal de l’Empire du 8 juin 1809.

59 Journal de lEmpire du 8 septembre 1808.

60 BERTAUD, Jean-Paul, Quand les enfants parlaient de gloire. L’armée au cœur de la France napoléonienne, Paris, Aubier, 2006, pp. 218-219.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Soupiron, « La dichotomie comme grille de lecture du conflit espagnol dans la presse napoléonienne : l’Espagne réfractaire contre l’Espagne « régénérationniste » », El Argonauta español [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1867 ; DOI : 10.4000/argonauta.1867

Haut de page

Auteur

Stéphane Soupiron

Université d’Avignon et des Pays du Vaucluse

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org