Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La Presse militaire. Naissance et évolution d’un genre

Introduction

Gérard Dufour

Texte intégral

  • 1 GUINARD, Paul-J., La Presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d'un genre, Paris, (...)

1Les plus attentifs d’entre les lecteurs de El Argonauta español n’auront pas manqué de remarquer une certaine similitude (ou plutôt, une similitude certaine) entre le titre de cette livraison et l’ouvrage pionnier de Paul-Jacques Guinard sur la presse espagnole du XVIIIe siècle1. Ce n’est pas un « clin d’œil », comme disent les littérateurs, mais une référence et un hommage appuyé à celui qui fut l’un de mes maîtres et l’un des tout premiers historiens de cette presse espagnole à laquelle nous consacrons tous nos efforts Elisabel Larriba, Severiano Rojo et moi-même dans le cadre de cette revue électronique.

2Mais pourquoi s’attacher à la naissance et à l’évolution en Espagne de la presse militaire (faite par et/ou pour les membres des forces armées) ? En effet, à ses origines, la presse est généraliste, universaliste même. Sous une apparente spécificité géographique (de Leyde, d’Amsterdam, de Berne, de Breslau, de Vienne ou de Madrid...), les gazettes entendent rapporter tout ce qui se passe dans le monde. Ce n’est pas pour rien qu’elles commencent par les nouvelles de l’étranger. Et plus cet étranger est lointain (la Sublime Porte, les Etats-Unis d’Amérique, voire le Siam), plus on sent la satisfaction du rédacteur. Mais l’intérêt spécifique de chaque composante de la société pour une presse spécialisée s’est bien vite manifesté, que ce soit, par exemple, dans le domaine de la médecine (avec l’éphémère Diario philosóphico, médico chirúrgico, Madrid, 1757), du commerce (Correo mercantil de España y sus Indias, Madrid, 1792-1808) ou de l’agriculture et de l’industrie (Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, Madrid, 1797-1808). Mais si cette presse spécialisée a fait l’objet d’études particulières, elle n’a sans doute pas encore reçu toute l’attention qu’elle mérite.

3C’est particulièrement le cas pour la presse militaire, dont on considère souvent (même sous les meilleures plumes) qu’elle n’apparaît vraiment que dans la seconde moitié du XIX° siècle, alors que Mme Larriba nous montre dans les pages qui suivent que ses prémices remontent au XVIIIe et quelle fut son importance lors de la Guerre d’Indépendance.

4Il n’y a rien d’étonnant à cela. L’Espagne, comme la France, se constitue en tant que Nation par la geste militaire. Selon Manuel Moreno Alonso, c’est Bailén qui fonde la Nation espagnole comme Valmy est le socle de la Nation française. Il y a là matière à discussion. Mais ce qui est certain, c’est que, de la Guerre d’Indépendance à nos jours, les militaires ont joué et continuent de jouer un rôle de premier plan dans le destin de l’Espagne. Sans retracer la liste des généraux qui, de Riego à Franco, en passant par Espartero et Primo de Rivera, sont intervenus (parfois en bien, souvent en mal) dans ce destin, il suffira de rappeler que c’est dans les académies militaires que l’actuel souverain a reçu l’essentiel de sa formation intellectuelle et, si j’ose dire, professionnelle. Quant à l’enjeu de la formation idéologique au sein des armées, on ne peut que songer à ce que serait devenue l’Espagne si, le 23 février 1981, l’ensemble des militaires avaient partagé l’idéal des putschistes !

5Bien évidemment, on ne saurait réduire la formation idéologique des militaires à la presse qui leur est destinée. Et on songera, notamment, au rôle des loges maçonniques, si manifeste chez Riego. Mais le militaire, et spécialement l’officier et les sous-officiers (ces fameux « sargentos de buena pluma » dont Primo de Rivera voulait faire le substitut des instituteurs) en garnison ou dans les corps de garde avait le temps de s’ennuyer. Et donc de lire et de méditer sur ses lectures. On ne saurait également se dissimuler la multiplicité de formes et d’objectifs que recèle cette presse militaire, parfois d’avantage destinée aux civils qu’aux membres des armées, comme ces bulletins de la Grande Armée ou, selon le mot de Victor Hugo, « bulletins de la gloire » que l’on trouvait placardés sur tous les édifices publics de l’Empire.

6Nous n’avons pas la prétention, dans cette livraison de El Argonauta español, d’épuiser le sujet. En revanche, les contributions qui suivent portent sur des périodes cruciales de l’Histoire de l’Espagne, pendant lesquelles l’Armée a joué un rôle de tout premier plan : la Guerre d’Indépendance avec l’article de Mme. Elisabel Larriba sur le Periódico militar del Estado Mayor General (1812) ; la première guerre carliste avec l’étude de M. Pedro Rújula sur le Boletín del Real Ejército de Aragón, Valencia y Murcia (1836-1840) ; la Dictature de Primo de Rivera pendant laquelle s’affirma le développement de l’esprit putschiste parmi l’Armée d’Afrique avec le travail de Mme. Rocío Velasco de Castro sur la Revista de Tropas coloniales (1924-1936) ; la Guerre civile espagnole avec la contribution de Mme. Mirta Núñez-Barlart sur les journaux de guerre républicains ; et enfin le franquisme et la Transition avec l’analyse par Mme. Pilar Martínez-Vasseur de la revue Reconquista (1950-1982).

7Nous ne doutons pas qu’au terme de la lecture de cette livraison de El Argonauta español, les lecteurs seront persuadés qu’à chacune des périodes cruciales de l’histoire de l’Espagne, la presse fut, pour les militaires, pour parodier la célèbre formule de Gabriel Celaya, « un arma cargada de futuro ».

Haut de page

Notes

1 GUINARD, Paul-J., La Presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d'un genre, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973, 572 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dufour, « Introduction », El Argonauta español [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1893

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org