Navigation – Plan du site
Livraison juin : Varia

Les débuts de la Révolution d’Espagne de 1808 vus de Londres par le rédacteur de L’Ambigu..., Jean-Gabriel Peltier

Gérard Dufour

Résumés

L’Ambigu ou Variétés politiques et littéraires, publié à Londres par l’émigré royaliste français Jean-Gabriel Peltier fut, pendant la Guerre d’Indépendance, de Cadix à Saint-Pétersbourg, une source d’informations privilégiée pour tous les rédacteurs de périodiques qui voulurent réfuter la propagande propagée par Le Moniteur et le Journal de l’Empire. Mais avant d’être l’un des « plus illustres et intrépides défenseurs du trône et de l’autel », et d’encourager les Espagnols à défendre par l’insurrection les droits de Ferdinand VII, Peltier eut quelque mal à réagir face aux événements d’Aranjuez et de Bayonne qui marquèrent le début de la Révolution d’Espagne de 1808. Rédigeant, au fur et à mesure, sa chronique politique d’après les seules informations fournies par la presse impériale, accumulant un retard important dans la publication des numéros de L’Ambigu, Peltier se montra évidemment extrêmement critique envers Napoléon, l’accusant même de lâcheté. Il se montra en revanche moins sévère à l’égard du Prince de la Paix. Mais il ne ménagea ni Charles IV, ni surtout Ferdinand (« le Niais »), et ses conseillers (des « enfants » et des « ânes ») et condamna sans appel une insurrection populaire qui ne pouvait qu’aggraver le sort des Espagnols. Ce n’est qu’après le discours de Georges III à l’occasion de la clôture de la session parlementaire, le 4 juillet 1808, que, cessant de n’utiliser que les informations fournies par le Moniteur et publiant force documents diffusés à Londres dès le 10 juin par les députés de la Junte Générale des Asturies auprès du gouvernement britannique, il devint le chantre de la « sainte insurrection d’Espagne » et l’enthousiaste défenseur de Ferdinand Le Désiré. Au-delà des vacillations d’un journaliste pris au dépourvu par des événements imprévus, l’attitude de Peltier nous renseigne également sur celui de son maître, Louis XVIII, qui se considérait comme le « chef de la maison de Bourbon » et n’apprécia pas davantage que lui l’attitude du Prince des Asturies à Aranjuez et à Bayonne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 LAS CASES (Comte de), Mémorial de Sainte-Hélène. Illustré de 120 nouveaux dessins par Janet-Lange e (...)
  • 2 LASPRA RODRÍGUEZ, Alicia, Intervencionismo y revolución. Asturias y Gran Bretaña durante la Guerra (...)
  • 3 Mémoires recueillis et mis en ordre par le duc de D****, Bruxelles, Louis Hauman et Compe, 1833, 12 (...)

1De l’aveu même de Napoléon, la volonté d’arracher « la Péninsule aux machinations des Anglais, [et] aux intrigues, à l’espoir, au prétexte des Bourbons » fut l’un de ses principaux motifs pour se lancer dans cette « malheureuse guerre d’Espagne » qui, disait-il à Sainte-Hélène, l’avait perdu, et avait « divisé ses forces, multiplié ses efforts, attaqué sa moralité »1. Grâce aux travaux d’Alicia Laspra et d’Elías Durán Porras, on connaît bien aujourd’hui les réactions du gouvernement et de l’opinion publique britanniques face à l’intervention de Napoléon en Espagne2. Mais, malgré l’existence de Mémoires de Louis XVIII3, on est moins informé sur celle du chef de la maison de Bourbon et de ceux de ses partisans qui l’avaient suivi jusqu’à Londres lorsque, à leur grande stupéfaction, ils prirent connaissance des débuts de ce qu’on appela immédiatement la « Révolution d’Espagne », à savoir les événements qui s’enchaînèrent du soulèvement (ou plutôt du coup d’Etat) d’Aranjuez en mars 1808 à la tragi-comédie de Bayonne, en mai de la même année.

  • 4 Paris, Société d’Etudes Robespierristes, 1973.
  • 5 Cf. MASPERO-CLERC, Hélène, « Les Journaux d’émigrés à Londres, 1792–1812 », in Bulletin d’Etudes éc (...)
  • 6 L’Ambigu…, n° CCCXXIII, 20 mars 1812, p. 676.
  • 7 Ibid, pp. 674 et 679. Sur les polémiques qui opposèrent les rédacteurs de L’Ambigu… et du Courier d (...)
  • 8 Cf. Considérations sur la liberté de la presse puisées dans le plaidoyer du célèbre jurisconsulte e (...)
  • 9 SCOTT, Walter (Sir), La vie de Napoléon…, op.cit., pp. 34, 33 et 34 n.

2Nous disposons pourtant, pour savoir quelle fut l’attitude de ceux qui n’aspiraient qu’à voir la « légitimité » rétablie en France, d’un précieux document : L’Ambigu ou Variétés politiques et littéraires que publia de 1802 à 1818 un personnage à la moralité sans doute douteuse, mais à la plume bien aiguisée : Jean-Gabriel Peltier, auquel Hélène Maspero-Clerc a consacré une étude des plus intéressantes : Un Journaliste contre-révolutionnaire : Jean Gabriel Peltier (1760-1825)4. Certes, les journaux en langue française publiés à Londres à cette époque par des émigrés qui rêvaient du retour des Bourbons sur le trône de France ne se limitent pas à cette seule revue5. On pourrait, tout aussi bien, s’intéresser au Courier [sic] d’Angleterre publié par Montlosier, avec lequel, bien qu’ayant vécu jusqu’en 1804, « dans les termes d’une intimité plus qu’ordinaire »6 Peltier, entretint de violentes polémiques, le taxant, entre autres qualificatifs délicats, de « rabâcheur et de fat », de « loustic » et de « plagiaire »7. Mais, de ces deux revues, L’Ambigu… est assurément la plus emblématique puisque, ulcéré par une publication qu’il jugeait offensante à son égard, le Premier Consul, Napoléon Bonaparte n’hésita pas, après la paix d’Amiens, à porter plainte contre son rédacteur auprès des autorités britanniques8. Au terme du procès « l’accusé fut déclaré coupable, mais sa condamnation pouvait être considérée comme un triomphe » car, « dans un des plus brillants plaidoyers qu’on ait entendus à la tribune ou au barreau » son avocat, James Mackintosh, avait réussi à convaincre le public, sinon les juges, que ceux-ci « avaient à défendre le droit dont l’Angleterre fut toujours jalouse, de parler des hommes, étrangers ou anglais, sans avoir égard à leur puissance, quand il s’agissait de leurs crimes ». Au reste, « le jugement ne reçut point d’exécution, les démêlés [de la Grande Bretagne] avec la France ayant amené, bientôt après, une rupture complète »9 et Peltier continua de plus belle ses diatribes contre Buonaparté.

Difficultés de datation des numéros de 1808 de l’Ambigu…

3On ne devrait guère avoir de peine à suivre l’évolution de Peltier et de ses commanditaires face aux coups de théâtre successifs qui marquèrent la vie politique de l’Espagne entre mars et avril 1808 puisque, les 10, 20 et 30 de chaque mois sortait régulièrement des presses de P. da Ponte, 15 Poland Street, Oxford Street, à Londres, un numéro de L’Ambigu… qui contenait systématiquement une rubrique « Résumé politique » dans laquelle était annoncée et commentée l’actualité des dix jours précédents.

4Toutefois, on ne saurait se fier aux dates portées sur les exemplaires de la revue. Peltier l’avoua franchement dans une note en italiques au « Résumé politique des événements survenus dans le Cours du Mois de Juin » publié dans le numéro 187 du 10 juin 1808 :

  • 10 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXVII (10 juin 1808), p. 483.

« Quoique nos cahiers soient datés des 10, 20 et 30 juin, suivant l’ordre des numéros, ils n’ont été publiés cependant qu’au commencement de Juillet, des circonstances particulières ayant détourné le Rédacteur de ses travaux accoutumés. Ce retard dans la publication lui a permis de se rapprocher des événements les plus récents dans ce Résumé historique »10.

5Et il revint sur ce point, dans une note publiée à la fin du même numéro de L’Ambigu… en déclarant avec emphase :

  • 11 Ibid., p. 493.

« Le n° 188 sera livré dans deux jours. L’intention du Rédacteur était de suspendre la publication de ce Journal pendant quelque temps, afin de jouir momentanément d’un repos que sa mauvaise santé, ses fatigues, et ses longs travaux lui ont rendu nécessaire ; mais il serait honteux de quitter en ce moment la brèche sur laquelle il s’est tenu si longtemps, et il continuera ses travaux avec un redoublement d’activité, s’il est possible »11.

  • 12 Nous traiterons prochainement à Oviedo de la figure de Pélage en France sous l’Empire et la Restaur (...)
  • 13 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXVIII (20 juin 1808), pp. 566-568.
  • 14 Cf. Journal de l’Empire du samedi 23 avril 1808, pp. 3-4.

6Ce « redoublement d’activité » que promettait Peltier à ses lecteurs explique la surprenante erreur de composition qu’il laissa passer dans ce même numéro 187 (alors qu’il se montrait d’ordinaire extrêmement vigilant en la matière) puisque, à la place des pages 495 et 496, on trouve une page 331, sans rapport avec le discours en cours sur l’état de l’Espagne, et portant sur ce qui sera (sous l’Empire comme aux premiers temps de la Restauration) l’un des lieux communs de la propagande royaliste en faveur de l’insurrection des Espagnols contre Napoléon : la comparaison entre la résistance de Pélage contre les Maures et celle de ses descendants contre le nouvel envahisseur12. Peltier ne se soucia guère non plus de commettre quelque anachronisme et n’hésita pas, par exemple, à citer, dans le numéro de L’Ambigu… daté du 10 juin, le discours que « Sa Majesté elle-même », Georges III, prononça le 4 juillet devant les deux chambres, à l’occasion de la clôture de la session parlementaire de 180813. Mais de telles anticipations ne se trouvent pas seulement, comme pourraient nous le faire croire les notes de Peltier, dans les seuls numéros de juin et tout laisse à penser qu’il accumulait depuis quelque temps déjà quelque retard dans la publication de sa revue. En effet, le rédacteur de L’Ambigu… fit preuve, dans le numéro daté du 20 avril 1808 d’une surprenante préscience puisque, alors que la presse française dissertait longuement sur l’aspect volontaire ou contraint de l’abdication de Charles IV en faveur de son fils, le Prince des Asturies14, Peltier annonça à ses lecteurs le dénouement de l’entrevue de Bayonne en ces termes :

  • 15 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXII (20 avril 1808), p. 141.

« S’il était trop tard pour que le prince de la Paix put porter ses pénates au Mexique, ou au Pérou, il est aussi trop tard pour que le parti du prince des Asturies, en se vengeant de son ennemi, puisse se soustraire aux projets formés et muris depuis longtemps par Napoléon pour l’anéantissement de tous les Bourbons. En vain on se flatte que l’on l’adoucira, en vain on lui envoie des députations à Bayonne, en vain on ordonne d’illuminer pour l’entrée de Murat à Madrid, le destin de l’Espagne est scellé, et ceux qui ont remis à Buonaparté l’épée de François Ier doivent se résoudre à lui porter aujourd’hui la couronne de Charles Quint »15.

7Manifestement accablé par le retard qu’il avait pris dans la publication de sa revue, Peltier rédigea ses articles à la hâte, au fur et à mesure que lui parvenaient des informations qu’il voulait transmettre au plus vite à ses lecteurs, sans se soucier de corriger, le cas échéant, les erreurs ou inexactitudes qu’il avait pu commettre dans le même numéro. Ainsi, dans celui du 10 mai 1808 trouve-t-on, à quelque 65 pages d’intervalle, l’affirmation que :

  • 16 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIV (10 mai), p. 205.
  • 17 Ibid., p. 269.

« il paraît, par une multitude d’avis reçus, que l’entrevue des deux usurpateurs a eu lieu ; mais dans la confusion de ces rapports vagues, nous ne pouvons pas démêler si c’est à Bayonne, si c’est en Espagne ou si c’est dans une nouvelle île des Faisans que le mariage a eu lieu »16 et que : « le voyage de Ferdinand VII a Bayonne a causé le plus vif mécontentement »17.

8En d’autres temps, Peltier aurait pris soin d’expurger son texte de la première information dès qu’il aurait su qu’elle était inexacte.

Difficultés de Peltier pour recueillir les informations

9Les démentis que s’infligea Peltier à lui-même dans L’Ambigu… n’étaient, évidemment, que la conséquence des difficultés que l’on éprouvait, à Londres, à rassembler des informations fiables sur l’Espagne. Il s’en expliqua ainsi dans le numéro daté du 10 mai 1808 :

  • 18 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIV (10 mai 1808), p. 258.

« Nous avançons à tâtons dans le labyrinthe politique que nous présente aujourd’hui l’Espagne. Il n’y a peut-être jamais eu de révolution qui ait amené un état de choses plus compliqué que l’intrigue du drame qui vient de se jouer à Bayonne. On ne peut pas dire s’il finira comme les Fourberies de Scapin, ou comme Mahomet, par un mariage, ou par un parricide et des empoisonnements. Chaque avis qui nous arrive du lieu de la scène ajoute à l’imbroglio et à la confusion, et si Lopez [sic] de Vega ou Calderon de la Barca pouvaient revenir au monde, ils se trouveraient vaincus dans leur art »18.

  • 19 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXI (10 avril 1808), pp. 43–47.
  • 20 Ibid., p. 53.
  • 21 Ibid. p. 62.
  • 22 Ibid., p. 71.
  • 23 Ibid., p. 72.

10Bien qu’en bon journaliste, il préférât attribuer les renseignements qu’il communiquait à ses lecteurs à quelque « témoin oculaire » (comme ce fut le cas pour le récit publié dans le numéro 181 de L’Ambigu… de l’arrivée, pitoyable, selon lui, des troupes de Junot à Lisbonne19), il était en fait essentiellement dépendant de la presse française, c’est-à-dire, du Moniteur ou de son écho, le Journal de l’Empire. Même s’il n’y fit aucune référence, c’est bien à elle qu’il emprunta les informations qu’il donna dans cette même livraison sur l’état des troupes françaises qui avaient pénétré en Espagne et les indices qui laissaient entendre que Napoléon se rendrait prochainement en Espagne20 ; c’est grâce à elle également qu’il put affirmer, toujours dans le même numéro, qu’ « il circule depuis quelque temps un récit un peu confus et un peu contradictoire, mais néanmoins au fond trop véritable, d’une révolution bizarre, opérée par l’arrivée prochaine à Madrid d’une armée française commandée par Murat »21. La façon sibylline dont il faisait allusion à cette « révolution bizarre » n’avait d’équivalent que celle dont le Moniteur (et, à sa suite, le Journal de l’Empire) avaient traité la question en déclarant dans le compte rendu de l’entrée de Murat dans la capitale de l’Espagne : « la tranquillité est entièrement rétablie à Madrid, et nous sommes certains qu’elle ne sera plus troublée »22, sans jamais avoir fait préalablement la moindre allusion à quelque trouble que ce soit qui aurait eu lieu dans cette ville. A cette occasion, Peltier avoua d’ailleurs franchement sa dépendance de la presse impériale en déclarant : « On est impatient de connaître ce que les Moniteur, les Roscoe, les Argus, les Whitebread pourront mettre en avant pour pallier un acte aussi effréné, aussi impudent »23.

  • 24 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXII (20 avril 1808), p. 133. L’article, intitulé « Révolution d’Espagne  (...)
  • 25 Journal de l’Empire, 30 mars 1808, pp. 1–2.
  • 26 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXII (20 avril 1808), p. 139.
  • 27 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIII (30 avril 1808), p. 195.
  • 28 Gazeta extraordinaria de Madrid del jueves 31 de marzo de 1808, n° 28, pp. 317–323.
  • 29 Le texte commence par une légère variante puisque là où la Gazeta de Madrid disait : « No se ha pub (...)
  • 30 Journal de l’Empire, 11 avril 1808, pp. 1–3.
  • 31 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIII (30 avril 1808), p. 201.
  • 32 Ibid., p. 202.
  • 33 Ibid., pp. 203–204.
  • 34 Journal de l’Empire du 5 avril 1808, p. 1 : « La même notice contient beaucoup de détails sur la vi (...)

11Comme il ne tenait pas à ce que ses lecteurs se rendissent compte de cette dépendance, Peltier n’hésita pas parfois à brouiller quelque peu les pistes en ne révélant que partiellement ses sources. Ainsi affirma-t-il, dans le numéro 182 de L’Ambigu… (daté du 20 avril 1808), que l’article qu’il offrait à ses lecteurs sur les événements d’Aranjuez du mois de mars précédent était tiré d’un journal français « arrivé par hasard de Bordeaux cette semaine »24. En fait, il s’agissait purement et simplement, au mot près, de la copie de ce qu’avait publié le Moniteur du 29 mars et avait été repris par le Journal de l’Empire du lendemain25. Toujours soucieux de donner le change, Peltier feignit de considérer ces informations (qui mettaient à disposition du public rien moins que l’acte d’abdication de Charles IV et la première proclamation du Prince des Asturies signée du nom de Ferdinand VII) comme des « détails peu satisfaisants » et les compléta par « le rapport d’un voyageur arrivé de Séville d’où il était parti le 2 de ce mois [de mai] » qui portait sur le mauvais traitement qu’avaient reçu dans cette ville des partisans notoires du Prince de la Paix lors d’une course de taureaux à laquelle ils avaient eu l’imprudence d’assister26. Mais, même si elle était de première main, une telle anecdote ne pouvait cacher que la source principale de Peltier restait cette presse impériale dont il ne voulait pas proférer le nom. Dans son désir de faire accroire à ses lecteurs qu’il disposait de sources d’information variées et de première main, Peltier n’hésita pas à déclarer dans le numéro suivant (daté du 30 avril) que, « depuis la publication de son dernier résumé, il était arrivé des nouvelles de Madrid » qui donnaient « un aperçu des événements qui s’étaient succédé jusqu’au 6 avril ». Aussi présenta-il à ses lecteurs le récit du procès de l’Escorial tel que l’avait fait paraître « le Roi insurgé » dans le « Journal officiel » espagnol du 31 mars27. Il laissait entendre ainsi qu’il traduisait, directement sur l’original, un article de la Gazeta de Madrid de ce jour. Mais si tel avait été le cas, il aurait su que le texte imprimé sur ordre de Ferdinand VII l’avait été, non dans un numéro ordinaire de la Gazeta de Madrid, mais dans un numéro extraordinaire28, publié un jeudi, alors que ce périodique paraissait normalement les mardis et vendredis. En outre, la traduction du large extrait de ce document (sauf quelques menues variantes propres à tout plagiaire qui ne veut pas avouer son emprunt, et la correction d’un contresens qui sautait aux yeux, même sans disposer du texte original29) correspond si précisément, dans son ensemble, à celle qu’en avaient donné le Moniteur et, à sa suite, le Journal de l’Empire30 pour que l’on ne puisse douter de la source réelle de son information. Au reste, n’ayant sans doute pas pris la peine de se relire attentivement, Peltier se trahit quand, après avoir déclaré que « les papiers espagnols qui ont commencé à s’exprimer avec une liberté inaccoutumée couvrent ce Manuel [Godoy] des épithètes les plus injurieuses »31 et avoir cité quelques exemples des avanies subies par le Prince de la Paix, il introduit une nouvelle anecdote en précisant que « le Moniteur, qui donne une partie des détails qui précédent » la donne « comme la réflexion d’un habitant de Madrid »32. Ajoutons enfin, pour que la coupe soit pleine, que, toujours dans le même numéro, il présenta comme un extrait d’un pamphlet publié à Madrid et distribué gracieusement au peuple en omettant de préciser qu’il ne faisait que retranscrire la traduction qui en avait été donnée dans la presse impériale33 : même le commentaire qui était censé être de Peltier était directement copié (toujours à quelques variantes près) du texte publié antérieurement dans le Moniteur du 4 et le Journal de l’Empire du 5 avril 180834.

  • 35 Cf. l’article « Extraits des Journaux français relativement aux affaires d’Espagne » de L’Ambigu…, (...)
  • 36 Outre les exemples cités, cf. le numéro CLXXXII (20 avril 1808) p. 133 pour Bordeaux ; CLXXXV (20 m (...)
  • 37 Considérations sur la liberté de la presse puisées dans le plaidoyer du célèbre qu’à Cadix juriscon (...)
  • 38 Cette chronique parut pour la première fois dans le numéro CCLXXXI, daté du 20 janvier 1811 (volume (...)
  • 39 « La Cour » d’André Rimbaud (Roger Fressoz de son vrai nom) parut dans Le Canard enchaîné de septem (...)

12Pour ne pas lasser la patience du lecteur (si ce n’est déjà fait !), nous ne continuerons pas le recensement de tous les passages où, même s’il cherchait à le dissimuler, la source réelle de l’information de Peltier sur les événements d’Espagne rapportés dans les numéros de L’Ambigu… d’avril et de mai 1808, fut ce Moniteur qu’il abhorrait tant. Au reste, il lui arriva aussi, parfois, de ne pas faire mystère à ses lecteurs de ce que l’information qu’il leur offrait provenait du « journal officiel » de l’Empire35. Mais il est évident que, pour donner plus de crédibilité à son périodique, il voulut en général leur faire accroire que rien de ce qui concernait les affaires d’Espagne ne pouvait échapper à sa vigilance et que les nouvelles de toutes sortes (qu’il s’agisse de correspondances, qu’il se gardait bien de préciser si privées ou publiées dans les journaux, d’articles de presse, de pamphlets ou autres opuscules) lui parvenaient de toutes parts : de Bayonne comme de Paris, pour la France, de Madrid, ou de Barcelone, pour l’Espagne, voire de Hollande36. Mais quelle que fût l’habileté déployée par Peltier pour dissimuler l’origine réelle de ses sources, il n’aurait sans doute pas longtemps abusé un lecteur assidu du Moniteur ou du Journal de l’Empire. Et sans doute ne cherchait-il pas à le faire : son objectif n’était pas, à l’époque, de travailler une opinion publique française avide de nouvelles non censurées sur la situation politique et militaire en Europe et, notamment en Espagne, mais simplement d’entretenir la flamme parmi les royalistes émigrés qui avaient suivi Louis XVIII à Londres. En fait, il admettait alors que, comme l’avait souligné, avec un humour so british, son avocat, le jurisconsulte britannique Mackintosh lors du procès que lui avaient intenté, à la demande du Premier Consul de la République française, les autorités britanniques en 1804, son « journal était le moins propre à causer des alarmes au plus ombrageux des gouvernements » car, n’étant pas rédigé en anglais, il n’était pas lu en Grande Bretagne et ne l’était pas davantage en France « attendu que son entrée était prohibée par une puissance dont les ordres ne sont pas mollement exécutés » et qu’en conséquence, il ne pouvait avoir « d’autre objet que celui d’amuser les compagnons d’infortune de l’auteur, et ceux qui partagent ses principes, par des plaisanteries et des sarcasmes contre leur ennemi victorieux »37. La situation devait changer du tout au tout quand, après Bailén, la censure impériale imposa jusqu’au début septembre 1808 le silence le plus absolu sur les affaires d’Espagne. Dès lors, seuls les journaux étrangers purent satisfaire la soif d’information des sujets de Napoléon qui voulaient percer le mystère du silence officiel et, dans ce contexte, le handicap naguère signalé par Mackintosh devenait un avantage considérable. Mais ce n’est véritablement qu’en 1811, lorsqu’il créa la chronique « Le Logographe, ou Le Moniteur Secret »38 que Peltier s’adressa explicitement aux Français, seuls capables, en comparant ses propos et ceux de la presse officielle, d’apprécier pleinement la charge satirique de cette chronique de « La Cour » (comme aurait dit son épigone, André Rimbaud, dans les colonnes du Canard enchaîné dont il fit les délices à l’époque du gaullisme triomphant39). En attendant, le rédacteur de L’Ambigu… ne pouvait affirmer sa différence avec ceux du Moniteur ou du Journal de l’Empire que par les commentaires qu’il faisait aux informations qu’il leur empruntait. Il ne s’en priva pas.

La démence, la perfidie et la lâcheté de Buonaparté

  • 40 Peltier fera référence à « La fuite de Russie » (selon le titre d’une chanson composée en décembre (...)

13Comme on pouvait s’y attendre, Peltier ne perdit aucune occasion, en rendant compte des événements d’Espagne, d’attribuer à Napoléon les pires défauts. Ainsi lui reprocha-t-il sa lâcheté (une accusation qu’il reprendra, avec plus de fondement, en 1813 en dénonçant la « fuite « de l’Empereur abandonnant ses troupes lors de la retraite de Russie40) en déclarant :

  • 41 L’Ambigu…, volume 21, numéro CLXXXI (10 avril 1808), p. 62.

« Tandis que Napoléon envoie ses alliés, ses vassaux, et quelques uns de ses régiments combattre les éléments, les glaces et les tempêtes du Nord, pour conquérir, presque sous le pôle, le dernier asile de l’honneur du continent, il se réserve personnellement des palmes moins glorieuses, mais plus sures, à cueillir dans les climats enchanteurs de la Bétique, et dans les heureuses retraites de la bêtise. La postérité ne voudra jamais croire à cette complication de démence, de perfidie et de lâcheté qui, s’étendant du Nord au Sud, aura ainsi livré, en quelques années, le monde entier à un soldat brutal… »41.

14De même dénonça-t-il sa soif de sang et de destruction en citant, en exergue du « Résumé politique » du numéro 186 (daté du 30 mai 1808), ces vers du livre III de La Pharsale :

« Quamvis Hesperium mundi properemur ad axem

Iberiam delere vacat ; gaudete cohortes :

Obvia praebentur fatorum munere bella.

Ventus ut amittit vires, nisi robore densae

Ocurrant sylvae, spatio diffusus inani ;

Utque perit magnus nullis obstantibus, ignis,

Sic hostes mihi deesse nocet : damnumque putamus

Armorum, nisi qui vinci potuere rebellent.

  • 42 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), p. 422.

(Tout impatient que je suis de me rendre aux extrémités de la terre, il me plaît de détruire l’Espagne ; réjouissez vous soldats ; les destins propices vous offrent, dans une nouvelle guerre, des moyens d’exercer votre rapacité. J’ai besoin d’ennemis, comme la flamme a besoin d’aliment, et comme le vent a besoin d’obstacles pour ramasser sa force , qui autrement se dissiperait dans le vague des airs ; et même je regarderais comme un vol fait à mes armes, si ceux que je pourrais vaincre ne se révoltent pas ) »42 .

  • 43 Iberiam (une voyelle brève suivie d’une longue et d’une brève) ne peut former, comme Massiliam (une (...)
  • 44 LUCAIN, La Guerre civile (La Pharsale). Tome I. Livres I-V. Texte établi et traduit par A. Bourgery (...)

15Parmi ceux qui eurent besoin de la traduction, nul ne dut se rendre compte que Peltier, dans le discours que prête Lucain à César, avait modifié, au mépris de la scansion43, le « Massiliam » originel par un « Iberiam » de circonstance et qu’il avait quelque peu forcé le trait en traduisant « obvia praebentur fatorum munere bella » par « les destins propices vous offrent, dans une nouvelle guerre, des moyens d’exercer votre rapacité » alors que le sens serait plutôt : « la munificence des destins nous offre des guerres sur le chemin »44 : tout était bon et pour faire étalage de sa culture classique et pour dénoncer l’esprit de rapine qui, selon lui, guidait Napoléon et ses soldats.

16On ne pouvait attendre moins du porte-voix du dernier des Bourbons de la branche de France. Mais d’autres commentaires méritent sans doute davantage notre attention. Ainsi, dans ce même numéro 186 de L’Ambigu… Peltier attribua-t-il la responsabilité des événements de Madrid du 2 mai 1808 non pas au peuple espagnol se soulevant contre l’occupation étrangère, mais à une provocation des autorités impériales :

« On sait que la tranquillité et la résignation avec laquelle les Portugais ont laissé les Français entrer en Portugal avaient fait le désespoir de l’armée d’invasion dont les officiers désiraient ardemment qu’une petite résistance leur offrit un prétexte pour un grand pillage. Les officiers de Murat, éclairés par l’expérience de leurs frères du Portugal et fatigués de la patience et de la loyauté du peuple espagnol qui exprimait hautement ses vœux pour le retour de leur souverain, firent naître ce prétexte, qui avait manqué à leurs frères de Lisbonne. […]

  • 45 Ibid., pp. 415-416.

On massacra à quatre reprises un peuple désarmé, dans les rues, dans les maisons, à l’arsenal, et aux portes de la ville. Ce fut ainsi que l’on commença à opérer le salut de la monarchie espagnole et à donner à la nation un avant-goût du régime qui lui est destiné si cette révolution se consomme »45.

  • 46 Lettre de Napoléon au Grand Duc de Berg, 26 avril 1808 : « il est temps de montrer l’énergie conven (...)

17Rien n’étayait une telle affirmation ou calomnie. Mais la thèse de la provocation française comme origine du soulèvement du 2 mai 1808 ne saurait être écartée d’un revers de main, comme ont coutume de le faire les historiens français et espagnols, notamment en raison des instructions très précises données au Grand Duc de Berg par Napoléon qui, manifestement, brûlait d’impatience d’inspirer une saine terreur au bas peuple qui regimbait à accepter ses décisions46.

18De même, toujours dans le même numéro de L’Ambigu…, peut-on noter cette remarque à propos de la lettre adressée le 16 avril 1808 par Napoléon au Prince des Asturies et qui ne semble pas dépourvue de bon sens :

  • 47 Ibid., p. 419.

« Il est à croire que cette lettre n’a jamais été écrite le 16 avril et qu’elle n’est parvenue à son adresse que par Le Moniteur ; car si elle avait été écrite le 16 avril, il l’aurait dû recevoir avant son arrivée à Bayonne, où il n’entra que le 20 ; et si les conseillers qui accompagnaient le Prince l’avaient engagé à continuer son voyage après la lecture d’une lettre si grossière, si insolente, si immorale et si menaçante, au lieu de la pitié que nous sommes disposés à accorder à leur stupidité, ils mériteraient l’horreur et l’exécration de tous les peuples de la monarchie espagnole et du monde »47.

19Indubitablement, même guidé par l’exécration de l’ennemi des Bourbons, Peltier ne manquait pas d’un certain flair en matière de politique. Mais c’est surtout le jugement qu’il porta sur les Espagnols qu’il estima responsables de la révolution de 1808 qui doit retenir notre attention.

Le malheureux Prince de la Paix

  • 48 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIII (30 avril 1808), p. 200.

20Ainsi, alors qu’il n’ignorait pas que Godoy faisait l’objet de l’exécration générale en Espagne, Peltier n’hésita pas à manifester à son égard quelque commisération, voire de l’estime. Ainsi, le traita-t-il de « malheureux » en annonçant que, dans l’attente de son procès, il était « toujours en prison dans un village près de la capitale »48. Il alla même jusqu’à déclarer :

  • 49 L’Ambigu…, vol. 21, n   CLXXXIV (10 mai 1808), pp. 267-268.

« Nous sommes honteux de le dire, mais nous croyons pouvoir assurer qu’avant peu, ce qui sera resté de cœurs nobles et généreux en Espagne regretteront le Prince de la Paix et déploreront qu’on l’ait empêché de porter l’honneur et la couronne de l’Espagne dans un autre monde »49.

  • 50 Cf. LA PARRA LÓPEZ, Emilio, Manuel Godoy. La aventura del poder. Prólogo de Carlos Seco Serrano, Ba (...)
  • 51 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), p. 412.

21Dans le numéro 186 (daté du 30 mai1808), et suivant en cela la ligne imposée au Moniteur par Napoléon50, Peltier déclarait également que non seulement Godoy n’avait pas de comptes à l’étranger (ce qui est loin d’être certain) mais que son ferme gouvernement avait su maintenir l’Espagne à flot au milieu de la tempête51. Pour lui, il ne faisait aucun doute que :

  • 52 Ibid., p. 421.

« Jusqu’au mois de Février, ce n’était [le Prince de la Paix] qu’un faquin, un arlequin, un mannequin, un Joachin, et même si on veut un Potemkine ; mais au mois de mars il devient tout à coup l’égal des marquis de Bouillé, des ducs de Lorge et de tous ces bons Français qui voulurent sauver leur roi des mains des Orléanistes et qui furent déjoués dans leurs projets par les Necker, les La Fayette, les Liancourt, et tous les Cabelleros [sic] français »52.

Le feu roi Charles IV

22Au reste, Peltier se montrait plus sévère envers le souverain qu’à l’égard du favori. Ainsi, il reprochait à Charles IV son manque de fermeté :

  • 53 L’Ambigu…, vol. 21, n   CLXXXI (10 avril 1808), pp. 62-63.

« Qu’un général français dise à un peuple qu’il vient pour le protéger , et ce peuple court encore au devant des contributions, des conscriptions et des misères de toute espèce qui ont déjà assailli d’autres peuples à qui une semblable protection avait aussi été promise ! Qu’il soit dit à un roi allié que l’armée française entre sur son territoire dans des dispositions pacifiques et pour le protéger contre les projets de l’Angleterre, et ce souverain sera le premier à contenir l’indignation de ses sujets et employer les dernières lueurs de son autorité à tromper son peuple »53.

  • 54 L’Ambigu…, vol. 21, n   CLXXXI V (10 mai 1808), p. 259.

23Avec une virulence qui peut surprendre de la part d’un zélé défenseur de la légitimité bourbonienne, il condamnait sans appel « le feu roi » en écrivant que « ceux qui cherchent dans un monarque les vertus et les sentiments qui doivent être inséparables de la royauté, voient avec dégout dans la lettre de Charles IV [où il proteste contre son abdication forcée] un ton de flatterie, d’humiliation et d’abjection qui éteint tout intérêt que son malheur inspire »54.

  • 55 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), p. 407.
  • 56 Ibid., pp. 413-414.

24Mais, au fond de lui-même, Peltier gardait quelque respect envers le chef de la maison des Bourbons d’Espagne : en rendant compte des entrevues de Bayonne et des renonciations au trône des souverains espagnols, il ne put s’empêcher d’informer ses lecteurs de la « fermeté » dont avait fait montre Charles IV en refusant d’admettre en sa présence les gardes du corps qui l’avaient trahi à Aranjuez55 et de spécifier qu’il avait été contraint à abdiquer en raison de l’attitude de son fils envers Godoy56.

Ferdinand, le Niais et l’Imprudent

25Mais si Charles IV pouvait bénéficier de quelque mansuétude de la part de Peltier il n’en allait pas de même envers Ferdinand pour qui Peltier n’eut pas de mot assez dur. Lui refusant (comme Napoléon) le titre de Ferdinand VII et se contentant de le désigner sous celui de Prince des Asturies, il insista sur sa responsabilité dans les événements dans le numéro 182 daté du 20 avril 1808 en ces termes sans la moindre ambigüité :

  • 57 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXII (20 avril 1808), p. 141.

« Le prince des Asturies n’aura paru un instant sur la scène du monde que pour donner un nouvel exemple d’une famille royale avilie, éteinte et détruite. Ceux qui se flattent d’une issue différente à cette révolution connaissent bien peu la nullité de ce jeune prince, et l’aveuglement de ses conseillers. Déjà l’histoire ne manque pas de fautes à révéler dans cette circonstance ; bientôt elle aura le chapitre des crimes à enregistrer »57.

  • 58 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXIII (30 avril 1808), p. 195.
  • 59 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXIV (10 mai 1808), où Peltier parle, p. 263, d’ « un temps où Buonaparté (...)
  • 60 Ibid., p. 267. (C’est nous qui soulignons l’expression « tant de bassesse et d’avilissement ».)

26Pour notre journaliste, Ferdinand n’était qu’un « roi insurgé »58 un « usurpateur », au même titre que Napoléon59. Croyant que ce dernier était parvenu à un accord par lequel il aurait échangé le trône d’Espagne contre celui du Portugal, il déclarait que « l’apprentif roi » [sic] avait « livré son père à l’ennemi des Bourbons, ses troupes espagnoles aux projets de Napoléon, son royaume et ses forteresses aux troupes françaises, ses colonies au commerce de la France, et cela sans aucun équivalent ; car il serait possible que tant de bassesse et d’avilissement étonnant Buonaparté lui-même, on lui refusât la Princesse du sang français, dont il semblait disputer à son père l’avantage de faire le premier la honteuse demande »60. Laissant libre cours à son tempérament et faisant fi du respect que son attachement aux Bourbons aurait dû lui imposer, Peltier n’épargna pas les injures au fils aîné de Charles IV en écrivant :

  • 61 Ibid., p. 277.

« Ainsi, l’Espagne, après avoir été délivrée des Maures et des Sarrazins par un Ferdinand dit le pieux et le prudent, va se prêter elle-même à un nouvel envahissement de barbares sous un Ferdinand que l’on pourrait appeler dès à présent le niais et l’imprudent »61.

27Manifestement, le rédacteur de L’Ambigu…, au cours du mois de juin 1808, n’envisageait un seul instant que ce même Ferdinand pût bientôt se transformer en Ferdinand le Désiré.

Des enfants et des ânes

  • 62 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXII (20 avril 1808), p. 141.
  • 63 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXIV (10 mai 1808), p. 269.
  • 64 Ibid., p. 270.
  • 65 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), p. 405.

28Enfin, Peltier ne manifesta évidemment pas plus de respect à l’égard des conseillers de Ferdinand qu’il ne l’avait fait à l’égard de leur maître. Non content de dénoncer leur aveuglement qui allait de pair avec la nullité du Prince62, il s’emporta contre « ces nouveaux conseillers, M. de l’Infantado, M. Fernan Nunès, M. de Médina-Celi, M. de Frias, qui, au dire des gazettes devaient être autant de Cids et qui ne furent que des espèces de régicides »63 et ne sut résister à la facilité d’un calembour sur « tous les Infants et Infantados d’Espagne » qui n’étaient « eux-mêmes que des enfants »64. « Les noms des grands personnages » ironisa-t-il, qui accompagnèrent Ferdinand dans le « beau voyage [de Bayonne] doivent être conservés pour l’histoire. Ces conseillers stupides, ces illustres ganaches, étaient M. le duc de l’Infantado, D. Jean Escoiquitz [sic], M. Ceballos, le duc de San Carlos, M. Palafos [sic] y Mercy, le comte de Villariero [sic, pour Villariezo], le marquis d’Ayerbe, le comte d’Espoz et le marquis de Cillervelo [sic, pour Cilleruelo] »65. Et craignant de ne pas avoir été assez explicite, il revint à la charge quelques pages plus loin :

  • 66 Ibid., p. 411.

« S’il était permis de s’égayer dans un sujet aussi grave, on pourrait dire que les mules qui conduisirent le Prince à Vitoria avaient plus d’esprit que les ânes qui le dirigèrent dans le cours de son voyage »66.

29Peltier ne montrait donc quelque indulgence à l’égard des conseillers de Ferdinand VII que lorsqu’il déclarait – comme nous l’avons vu en présentant son commentaire à la lettre adressée par Napoléon à Ferdinand le 16 avril 1808 – que leur stupidité, au lieu de « l’horreur et l’exécration » qu’elle méritait, ne suscitait chez lui que de la « pitié »… Pour être plus courtoise, la formule n’en était pas pour autant moins assassine.

Une insurrection qui ne ferait que causer une effusion de sang inutile

  • 67 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXIV (10 mai 1808), p. 268.

30Ces jugements extrêmement négatifs sur les Bourbons d’Espagne traduisaient le profond désespoir de Peltier quant à l’avenir de la Péninsule, vouée à tomber inexorablement entre les mains de Napoléon. « Bientôt le soleil ne se lèvera ni ne se couchera sur aucune des possessions des héritiers légitimes des héritiers de Charles Quint. L’Espagne sera réduite à la condition du Portugal, sans avoir un Brésil où porter ses dieux domestiques », expliqua-t-il à ses lecteurs dans la livraison de L’Ambigu… datée du 10 mai 180867. Et, en rapportant, dans ce même numéro que « les habitants de Victoria […] manifestèrent à ce brave millionnaire, M. de l’Infantado, que le Roi et lui feraient ce qu’ils voudraient avec Napoléon ; que la nation espagnole ne serait jamais asservie, et qu’elle se sauverait bien sans eux ! », il commentait, désabusé :

  • 68 Ibid., p. 270.

« Certes, cette résolution est digne d’un peuple honorable et généreux, mais où est le chef qui dirigera cette impulsion comme elle devrait l’être, si le monarque manque le premier à son peuple, si tous les Infants et les Infantados d’Espagne ne sont eux-mêmes que des enfants ? On tremble plus qu’on ne désire voir mettre cette résolution à exécution, car elle ne ferait que causer une effusion de sang inutile, et donner aux Français des prétextes pour aggraver le joug des espagnols »68.

31Aussi, dans le numéro suivant, daté du 30 mai 1808, consignait-il l’acte de décès de la monarchie espagnole :

  • 69 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), pp. 404-405.

« La révolution qui devait renverser la branche de la maison de Bourbon assise sur le trône d’Espagne est opérée. Quelques jours ont suffi pour consommer un événement qui jadis aurait mis l’Europe en feu, et qui de nos jours sera malheureusement considéré par les trembleurs du Continent que comme un accident tout simple, prévu depuis longtemps, inévitable et irrémédiable.
On avait été témoin, avant la chute de ce dernier gouvernement, de grands traits de faiblesse, d’aveuglément et même de lâcheté, de la plupart des états qui ont succombé devant Napoléon : mais on n’avait jamais rien vu, et l’on ne verra jamais rien par la suite qui ressemble à l’esprit de vertige et d’erreur qui a présidé, dans cette dernière catastrophe, aux conseils de la maison régnante en Espagne »69.

La voix de ses maîtres

  • 70 Louis XVIII, Mémoires recueillis et mis en ordre par le duc de D****, op. cit., tome huitième, p. 1 (...)
  • 71 Cf. cette déclaration dans L’Ambigu… , volume 21, numéro CLXXXVII (10 juin 1808), p. 493 : «  Il n’ (...)
  • 72 Cf. DUFOUR, Gérard, « Napoleón y Fernando VII », in Pasado y Memoria, n° 10 (2012), Universidad de (...)

32« Acta est fabula » avouait donc Peltier qui ne faisait confiance, pour s’opposer à Napoléon, ni aux souverains déchus (et moins encore à Ferdinand VII qu’à Charles IV), ni au peuple espagnol. Cette opinion est importante car le rédacteur de L’Ambigu… ne s’exprimait pas motu propio et n’était que le porte-voix de ses maîtres : Louis XVIII et le gouvernement anglais. Son attitude ambiguë, qui oscillait entre la condamnation la plus ferme et une certaine indulgence envers le « vieux Roi », tout en vouant aux gémonies le fils « usurpateur » des droits de son père, correspondait sans doute aux sentiments de Louis XVIII qui, en qualité de « chef suprême de la maison de Bourbon », avait fait remettre à Napoléon, par un de ses agents, une lettre de protestation contre la renonciation à Bayonne de Charles IV au trône d’Espagne, manifestant ainsi qu’il tenait pour nulle l’abdication de ce dernier en faveur de Ferdinand70. Mais Peltier était aussi l’interprète de la position du gouvernement britannique puisqu’il lui arriva parfois de s’exprimer davantage en sujet de Sa Gracieuse Majesté que du Roi Très Chrétien71. Or, les critiques, voire les injures que Peltier adressa dans L’Ambigu… à Ferdinand et ses conseillers, ainsi que le manque de confiance qu’il manifesta envers la réaction du peuple espagnol face à l’invasion napoléonienne, n’auraient pas été de mise si le Prince des Asturies avait été acquis à la cause des Britanniques et si l’or de l’Angleterre avait été à l’origine des soulèvements qui éclatèrent en Espagne en mai – juin 1808, comme le soutenait Napoléon qui ne cessa de proférer cette accusation jusqu’à la fin de sa vie72.

La sainte insurrection de l’Espagne 

  • 73 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVII (10 juin 1808), p. 493.

33Ce n’est que dans le numéro 187 de L’Ambigu… (daté du 10 juin 1808, mais effectivement publié en juillet) que Peltier prit fait et cause pour Ferdinand et exalta les mérites de « la sainte révolution » d’Espagne73.

  • 74 Ibid., p. 491.
  • 75 Ibid., p. 488.
  • 76 Ibid., pp. 481–482.

34Oubliant ses diatribes de naguère, il s’apitoyait maintenant sur le sort des « infortunés » princes Ferdinand et Carlos, reclus dans le château de Talleyrand à Valençay et n’ayant pour « dissiper leur chagrin et adoucir leur prison » que la musique que, « du soir au matin » jouait « M. Dusseck, maître de chapelle du vertueux prélat »74. Il vantait de même la fermeté de ces conseillers de Ferdinand qu’il avait traité d’ânes, et notamment celles de son frère Carlos et de Zevallos (sic)75. Même le marquis de Caballeros [sic, pour Caballero], si vertement vilipendé dans les numéros antérieurs, retrouvait grâce à ses yeux puisqu’il ne consacrait pas moins de deux pages à publier la justification de sa conduite lors des événements d’Aranjuez76. Abandonnant Charles IV à son sort de roi déchu, Peltier ne poursuivait de sa vindicte que la reine Marie-Louise en déclarant :

  • 77 Ibid., pp. 489-490.

« Une Reine accusant ses fils d’illégitimité, en présence de son mari, de son favori et du tyran qui probablement l’oblige à parler ainsi est un phénomène dans l’histoire des crimes ! […] Bien loin de passer sous silence des faits notoirement faux et auxquels la ressemblance physique du père et du fils ne permet pas de croire un seul moment, nous voyons dès le lendemain l’auteur de ces indignités, l’impur bâtard de Marboeuf, se complaire dans ces vilénies ; il se vautre dans ce bourbier, il y est dans son élément … »77.

  • 78 Ibid., p. 490.

35Quant à Godoy, il n’était plus question de s’apitoyer sur son sort : le ramenant au rôle de favori des souveraines, il suggérait qu’il avait fait une nouvelle conquête en la personne de l’Impératrice elle-même en assurant que : « la cour est partie le 22 [mai] pour Compiègne où nous cesserons de nous occuper d’elle. Le mignon était quelque part ans un château aux environs de Paris. Joséphine, dit-on, avait pris à lui un intérêt tout particulier au château de Marrac »78.

  • 79 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, Manuel Godoy. La aventura del poder, op. cit., p. 419.

36La nouvelle était fausse puisqu’Emilio La Parra (le meilleur, ou plutôt le seul vrai biographe de Godoy) nous assure que le Prince de la Paix séjourna à Fontainebleau (où ils arrivèrent le 24 mai) en compagnie de Charles IV et Marie-Louise et qu’il partit avec eux pour Compiègne le 18 juin79. Mais il s’agissait bien moins pour Peltier de donner des informations véridiques sur le sort de l’ « ami Manuel » que de ridiculiser Napoléon qui prétendait gouverner le monde alors qu’il était incapable d’éviter les débordements amoureux de sa femme.

37Mais ce n’est pas tant dans ses jugements sur les acteurs de la tragi-comédie de Bayonne que dans son attitude face au soulèvement du peuple espagnol qu’il faut chercher le changement d’attitude politique manifesté par Peltier dans ce numéro 187 de L’Ambigu… mais dans son appréciation de la situation créée par le soulèvement général de l’Espagne. C’était là une vraie information qu’il ne risquait pas d’avoir trouvée dans la presse impériale qui, à cette époque, ne parlait que de l’Assemblée de Bayonne et de la Constitution qui était soumise à ses députés. Du jour au lendemain, ce qui ne pouvait qu’aboutir à accroître les maux dont allaient souffrir les Espagnols était devenu l’espoir suprême non seulement des habitants de la Péninsule ibérique, mais de l’Europe entière. Aussi déclarait-il :

  • 80 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVII (10 juin 1808), p. 483.

« Il est impossible de s’occuper d’aucun autre sujet que de la révolution horrible que l’on a tenté de faire et qui a été opérée jusqu’à un certain point, en Espagne, et de la contre-révolution glorieuse, héroïque, qui s’y effectue maintenant. Enfin, l’honneur de l’Europe continentale est sauvé. Il s’est trouvé, dans le Midi, un peuple digne de combattre et de vaincre pour la cause de Dieu, de l’honneur, de la monarchie, de la légitimité et de la liberté. L’Espagne a levé l’étendard du salut public. Le jour heureux qui s’est levé semble avoir ranimé la nature entière »80.

38Et comme, parfois, bis repetita placent, il revint à la charge quelques pages plus loin :

  • 81 Ibid., p. 492.

« Tout va à souhait pour l’heureux brigand, qui rêve déjà de la monarchie du monde […] Mais Dieu ne permettra pas un plus long scandale. Il a fait entendre sa voix au peuple qui lui est resté le plus longtemps fidèle, et dont la foi lui est restée plus longtemps fidèle, et dont la foi a resté inviolable au milieu des hérésies, des schismes et des nouvelles doctrines. La nation dont l’Europe attendait le moins sera celle dont elle recevra le plus ; l’Espagne s’est levée en masse ; le Portugal a bientôt suivi ce grand exemple »81 .

39Peltier ne fit d’ailleurs aucun mystère des causes de son revirement puisqu’il expliqua, à la suite des propos que nous venons de citer :

  • 82 Ibid. pp. 492-493.

« La première nouvelle de cette sainte insurrection nous est parvenue le 9 juin. Six Espagnols sont arrivés de Gijon, dans la province des Asturies, ayant à leur tête M. le Vicomte de Materosa, et Don Diégo de la Vega. Ils venaient demander des secours pour la cause commune »82.

  • 83 Sur ce personnage, on consultera le récent article d’Alicia Laspra Rodríguez, « Andrés Angel de la (...)
  • 84 L’Ambigu…, volume 21, numéro CLXXXVIII (20 juin 1808), pp. 545 et 547.
  • 85 Ibid., p. 568. Cf. supra, note 12.
  • 86 Pour ce qui concerne la réception de la délégation de la Junte Suprême des Asturies conduite par le (...)

40Deux points de cette déclaration sont toutefois assez surprenants. D’abord, les erreurs sur les noms des deux principaux membres de la délégation envoyée à Londres par la Junte Suprême des Asturies : il ne s’agit évidemment pas du vicomte de Materosa, mais de Matarrosa, José María Queipo de Llano, qui passera à la postérité sous le titre de comte de Toreno. Quant à don Diego de la Vega, il s’agit en fait d’Andrés Ángel de la Vega Infanzón83. Certes, Diego de la Vega est sans doute plus euphonique qu’Andrés Angel de la Vega puisque, comme nul ne l’ignore, c’est le patronyme que Johnston McCulley donna au célèbre personnage de Zorro, qu’il créa en 1919. On ne saurait se satisfaire de cette explication pas plus qu’on ne peut se contenter d’attribuer le Materosa au lieu de Matarrosa à une erreur de l’imprimeur puisqu’on retrouve la même orthographe erronée répétée dans le numéro suivant de L’Ambigu…84. Mais il est vrai que, comme on a déjà pu le constater, Peltier était quelque peu fâché avec les noms propres espagnols. La date tardive à laquelle Peltier manifesta son enthousiasme pour la « sainte révolution » d’Espagne nous surprend davantage puisque, rappelons-le, le numéro 187, daté du 10 juin 1808, était sorti deux jours seulement avant le suivant, daté du 20 du même mois, mais en fait publié après le 4 juillet puisqu’il faisait référence au discours prononcé ce jour par Georges III devant les deux chambres du Parlement85. Or, d’autres n’avaient pas tant attendu pour manifester leur sympathie à l’égard du soulèvement des Espagnols contre Napoléon. Arrivés le 6 juin 1808 à Falmouth sur le navire corsaire Stag, de Jersey (capitaine Fool), les membres de la délégation de la Junte Suprême de la Principauté des Asturies, dispensés de quarantaine, avaient été immédiatement conduits à Londres où ils arrivèrent le 7 (et non le 9, comme l’affirmait Peltier) et furent reçus aux premières heures du 8 par le premier secrétaire de l’Amirauté, William Wellesley Pole. Le lendemain, le Times publiait un éditorial enthousiaste dans lequel il demandait que le gouvernement apportât une aide « gratuite, énergique et sans condition » aux insurgés espagnols86.

  • 87 Cf. ESDAILE, Charles, La Guerra de la Independencia. Una nueva historia, Barcelona, 2003 (version o (...)

41Le rédacteur de L’Ambigu… ne fut pas de ces ouvriers de la première heure qui déployèrent tous leurs efforts en faveur de la cause de l’insurrection espagnole. Il attendit au contraire, pour reprendre l’expression du général Franco (de malheureuse mémoire) que tout fut « ficelé et bien ficelé » et ne se fit le chantre de la résistance espagnole à Napoléon que lorsque tout le gouvernement britannique décida de lui apporter son appui le plus total et que les doutes que certains de ses membres, et même le roi Georges III avaient pu avoir sur cette question furent entièrement dissipés87.

De nouvelles sources d’information

  • 88 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVIII (20 juin 1808), p. 547.
  • 89 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVII (10 juin 1808), p. 493
  • 90 Ibid., pp. 497–504.
  • 91 L’Appendix… était composé de huit textes qui portaient les titres suivants : « Province des Asturie (...)

42La délégation mandée à Londres par la Junte Suprême de la Principauté des Asturies n’avait pas manqué, pour gagner l’opinion publique, de « faire connaître ces belles proclamations, appels et manifestes qui ont appelé la nation espagnole à la défense de l’honneur, de la patrie et de la religion outragée »88. Mais ce n’est que dans le numéro 187, daté du 10 juin mais effectivement publié dans la première quinzaine de juillet 1808 que Peltier reproduisit pour la première fois certains de ces « énergiques et admirables manifestes et proclamations des patriotes espagnols »89 : l’adresse des magistrats de la ville de Léon à la Nation espagnole , (Léon 17 mai) ; la proclamation du Conseil-général de Gouvernement du royaume de Galice (La Corogne, 4 juin) ; celle de la Principauté des Asturies (Oviedo, 26 mai) ; du Conseil général des Asturies Alvaco [sic] Lopez Estrada ; le manifeste de la province d’Aragon, (signé par Palafox, Saragosse 31 mai) et celui du Conseil de Valladolid a toutes les provinces d’Espagne90. Pour faire bonne mesure, il offrait même en supplément à ses lecteurs 16 pages d’Appendix au n° 187 de l’Ambigu, proclamations, manifestes, adresses des Patriotes Espagnols réimprimés sur les originaux, apportés à Londres par les Députés qui y ont été envoyés au mois de Juin. Dans sa précipitation à rassembler cet opuscule de 16 pages, Peltier n’avait même pas pris la peine (sauf pour le dernier d’entre eux, une proclamation de Séville aux Français) de traduire ces textes qui, sauf le dernier, publié en français, étaient seulement retranscrits dans leur version originale en espagnol91.

  • 92 L’Ambigu…, volume 21, numéro CLXXXVIII (20 juin 1808), pp. 497–504. « Suite des pièces publiées par (...)
  • 93 Appendix au numéro 189 de L’Ambigu, proclamations, manifestes, adresses des Patriotes Espagnols réi (...)
  • 94 L’Ambigu…, volume 21, numéro CLXXXVIII (20 juin 1808), pp. 573-576.

43Le rédacteur de L’Ambigu… avait trouvé là un filon qu’il ne manqua pas d’exploiter dans les numéros suivants de la revue, soit dans la rubrique « Nouvelles politiques »92, soit dans un nouvel « appendix »93, sans toujours tenir sa promesse de donner les textes « dans les deux langues, française et espagnole »94. Mais la profusion des proclamations et autres manifestes appelant à la lutte contre Napoléon que l’on trouve à partir du numéro 187 de L’Ambigu… ne saurait faire oublier que, jusque là, Peltier avait gardé le plus grand silence sur ces textes dont il ne pouvait ignorer l’existence (au moins pour partie d’entre eux).

Le célèbre M. Peltier

  • 95 Sur les rapports entre Napoléon et la presse, on ne peut que renvoyer à l’ouvrage déjà cité de A. P (...)
  • 96 Supplément au n° 14 du Conservateur Impartial, 17 février 1813, St-Pétersbourg, de l’imprimerie de (...)
  • 97 Sans prétendre à l’exhaustivité, cf. la Gazeta de Valencia du 1 novembre 1808, n° 47, pp. 521–523; (...)
  • 98 Las dos tiranías. Papel escrito en francés por Mr. Peltier, y traducido al castellano por un sacerd (...)
  • 99 Entre le catalogue de la Biblioteca Nacional de España et Google livres, on trouve les éditions sui (...)
  • 100 Revisor político du 25 décembre 1811, n° 50, p. 208.
  • 101 Gazeta de Valencia du 1er novembre 1808, n° 47, p. 521.
  • 102 Las dos tiranías…, op. cit., , p. 3 : « El papel, cuya traducción ofrecemos al público, se registra (...)

44Pour Peltier, le journalisme ne consistait donc pas à rechercher l’information pour que les lecteurs (et lui-même) pussent se forger une opinion sur les faits rapportés, mais de sélectionner cette information pour qu’elle corroborât les thèses qu’il entendait soutenir (ou qu’on lui demandait de défendre. Il n’y avait là rien de bien original : c’est bien ce que faisait la presse française et Napoléon lui-même n’hésitait pas à signaler aux rédacteurs de journaux ce qui devait être publié ou non95. Mais Peltier excella dans ce rôle au point de devenir très rapidement (dès le mois de novembre 1808) la référence obligée de la plupart de ceux qui prirent la plume, pendant la Guerre d’Indépendance, pour lutter contre « l’Ogre corse ». L’Ambigu… servit ainsi d’agence de presse aussi bien pour le Conservateur Impartial qui était publié à Saint-Pétersbourg96 que pour les périodiques patriotes, aussi bien de Valence, que de La Corogne, Palma de Majorque, ou Cadix97. Certains des articles et des « monuments historiques » rassemblés par Peltier furent, dès 1809, traduits en espagnol98. L’un d’eux (Usurpación de los estados del Papa…) imprimé à Tarragone, Murcie, Grenade, Séville et Cadix, fut même publié, par deux éditeurs différents, à Mexico99. Etre abonné à L’Ambigu fut même un titre de gloire dont on pouvait se recommander lorsqu’on adressait une correspondance que l’on souhaitait voir publiée dans l’un de ces journaux comme on peut le constater dans le Revisor político du 25 décembre 1811, qui reproduisit une lettre datée de Cadix du 21 du même mois signée « C. R., suscriptor del Ambigu »100. Le « célèbre M. Peltier », comme le qualifiait la Gazeta de Valencia101, fut ainsi considéré comme l’un des « plus illustres et intrépides défenseurs du trône et de l’autel » selon l’un de ses traducteurs102. Ses enthousiastes ne se doutaient sans doute guère que, au début de la Guerre, le rédacteur de L’Ambigu… avait traité Ferdinand le Désiré de Ferdinand le Niais et l’Imprudent et avait jugé inutile, voire dangereuse, la rébellion du peuple espagnol contre Napoléon.

Haut de page

Notes

1 LAS CASES (Comte de), Mémorial de Sainte-Hélène. Illustré de 120 nouveaux dessins par Janet-Lange et Gustave Janet, publié avec le concours de M. Emmanuel de Las Cases, page de l’Empereur à Sainte-Hélène, Paris, Gustave Barba, libraire-éditeur, rue de Seine, 31, s. d. [18 62], pp. 105-106.

2 LASPRA RODRÍGUEZ, Alicia, Intervencionismo y revolución. Asturias y Gran Bretaña durante la Guerra de la Independencia (1808–1813). Prólogo de Sir Raymond Carr, Oviedo, Real Instituto de Estudios Asturianos (C.S.I.C.), 1992 y La Guerra de la Independencia en los archivos británicos del War Office. Colección documental. Edición y traducción. Vol. I (1808-1809), Prólogo de Andrés Cassinello Pérez, Madrid, Ministerio de Defensa, 2010; DURÁN PORRAS, Elías, The Times y la Guerra de la Independencia. Henry Crabb Robinson y la corresponsalía de The Times en A Coruña (1808–1809), A Coruña, Fundación Pedro Barrié de la Maza, 2008.

3 Mémoires recueillis et mis en ordre par le duc de D****, Bruxelles, Louis Hauman et Compe, 1833, 12 vol. On dispose aussi de la Correspondance privée et inédite de Louis XVIII pendant son séjour en Angleterre. Ouvrage imprimé à Paris à 10 000 exemplaires et supprimé par ordre du ministre Peyronnet, Bruxelles, H. Tarlier, libraire, rue de la Montagne, n° 306, 1830 mais cette ne publication ne commence qu’avec une lettre datée du 11 septembre 1811.

4 Paris, Société d’Etudes Robespierristes, 1973.

5 Cf. MASPERO-CLERC, Hélène, « Les Journaux d’émigrés à Londres, 1792–1812 », in Bulletin d’Etudes économiques et sociales de la Révolution française publié par la Commission d’Histoire de la Révolution rattachée au Ministère de l’Education Nationale, Paris, B.N., 1974 et BURROWS, Simon, « The Struggle for opinion in the Napoleonic Wars : British francophone propaganda, 1803-1814 », in French History, vol. 11, num. 1 (march 1997), pp. 29-53 et French Exile Journalism and European Politics 1792-1814, Woodbridge and Rochester, Boydell and Brewer, 2000.

6 L’Ambigu…, n° CCCXXIII, 20 mars 1812, p. 676.

7 Ibid, pp. 674 et 679. Sur les polémiques qui opposèrent les rédacteurs de L’Ambigu… et du Courier d’Angleterre, voir L’Ambigu…n° CCCXXII, 10 mars 1810, pp. 599 – 608 (« L’éditeur de l’Ambigu aux lecteurs du Courier d’Angleterre ») et n° CCCXXIII, 20 mars 1812, pp. 673-688, (« Le Courier d’Angleterre »). 

8 Cf. Considérations sur la liberté de la presse puisées dans le plaidoyer du célèbre jurisconsulte et député de la Chambre des Communes M. Mackintosh, défenseur de M. Peltier, écuyer, accusé devant la Cour du banc du Roi d’être l’auteur d’un libelle politique contre Napoléon Buonaparte. Traduction libre de l’anglais, accompagnée des pièces de la procédure, telle qu’une ode attribuée au poète Chénier, sous le titre du Dix-huit brumaire an VIII, le Vœu d’un patriote hollandais au 14 juin 1802, et la Harangue de Lépide au peuple romain, parodie attribuée à Camille Jordan, par T.P. Bertin, auteur de L’Ami des Bourbons, Paris, J.-G. Dentu, imprimeur-libraire, rue du Pont-de-Lodi, n° 3, près le Pont-Neuf, 1814. On consultera avec intérêt Sir Walter Scott, Vie de Napoléon Buonaparte, empereur des Français, précédée d’un tableau préliminaire de la Révolution française, Paris, Treuttel et Würtz, rue de Bourbon n° 17 ; Charles Gosselin, rue St-Germain des Prés, n° 9 ; Strasbourg, Treuttel et Wûrtz, rue des Serruriers, 1827, pp. 26-35 . (Edition originale : The life of Napoleon Buonaparte, Emperor of the French, with a Preliminary View of the Frenche Revolution . By the Author of “Waverley”, Edimburgh, Printed by Ballentyme and Co. for Longmon, Ress, Orme, Brown & Green, London, and Cadell &Co., Edimburgh, 1827, 9 vol.); Cf. également A. PÉRIVIER, Napoléon journaliste, Paris, librairie Plon, Plon-Nourrit et Cie, imprimeurs-éditeurs, 8 rue Garancière, 6e, 1918, chapitre IX « Le Lion et la Mouche. Peltier contre Bonaparte », pp. 200-225 et Hélène MASPERO-CLERC, « Un journaliste émigré jugé à Londres pour diffamation envers le Premier Consul », in Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, avril-juin 1971, pp. 261-281.

9 SCOTT, Walter (Sir), La vie de Napoléon…, op.cit., pp. 34, 33 et 34 n.

10 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXVII (10 juin 1808), p. 483.

11 Ibid., p. 493.

12 Nous traiterons prochainement à Oviedo de la figure de Pélage en France sous l’Empire et la Restauration dans une conférence dont les actes devraient être publiés.

13 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXVIII (20 juin 1808), pp. 566-568.

14 Cf. Journal de l’Empire du samedi 23 avril 1808, pp. 3-4.

15 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXII (20 avril 1808), p. 141.

16 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIV (10 mai), p. 205.

17 Ibid., p. 269.

18 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIV (10 mai 1808), p. 258.

19 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXI (10 avril 1808), pp. 43–47.

20 Ibid., p. 53.

21 Ibid. p. 62.

22 Ibid., p. 71.

23 Ibid., p. 72.

24 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXII (20 avril 1808), p. 133. L’article, intitulé « Révolution d’Espagne ; Abdication du Roi Charles IV ; Proclamation du Prince des Asturies sous le nom de Ferdinand VII ; Chute et arrestation du Prince de la Paix » occupe les pp. 133–138 de ce volume.

25 Journal de l’Empire, 30 mars 1808, pp. 1–2.

26 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXII (20 avril 1808), p. 139.

27 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIII (30 avril 1808), p. 195.

28 Gazeta extraordinaria de Madrid del jueves 31 de marzo de 1808, n° 28, pp. 317–323.

29 Le texte commence par une légère variante puisque là où la Gazeta de Madrid disait : « No se ha publicado todavía el resultado de la causa formada en el Escorial », la version publiée dans la presse impériale était « comme on n’a point publié le résultat de la procédure faite à l’Escorial » (Journal de l’Empire, 11 avril 1808, p. 1) et celle donnée par Peltier : « comme la nature de ce qui s’est passé l’année dernière à l’Escorial n’est connu que… » (L’Ambigu… vol. 21, n° CLXXXIII (30 avril 1808), p. 195.). Par ailleurs, Peltier n’eut aucun mal à corriger le surprenant contresens du traducteur officiel de l’Empereur qui traduisit la dernière phrase du document (« Todo lo cual quiere S.M. se haga manifiesto al público ») par « que tout ce qu’ordonne S.M. soit manifesté au public » (op. cit., p. 3), alors que le sens était bien « elle [S.M.] a ordonné que tout ce qui se passa en cette occasion fût rendu public » (op. cit., p. 198), même si cette traduction est plus fidèle à l’esprit qu’à la lettre du texte.

30 Journal de l’Empire, 11 avril 1808, pp. 1–3.

31 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIII (30 avril 1808), p. 201.

32 Ibid., p. 202.

33 Ibid., pp. 203–204.

34 Journal de l’Empire du 5 avril 1808, p. 1 : « La même notice contient beaucoup de détails sur la vie privée du Prince de la Paix. On y dit qu’il était dissolu, emporté, vénal, avare, qu’il n’a enrichi que des courtisanes ; qu’aucun moyen ne lui coûtait pour satisfaire son ambition ; on y lit encore beaucoup d’autres détails qui font horreur, mais ne faut-il pas se rappeler que cette notice a été publiée le lendemain de la chute de ce ministre ? » ; L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIII (30 avril 1808), p. 204 : « Cette publication renferme en outre quelques détails de la vie privée du Prince. Elle le représente comme un homme dissolu, orgueilleux, vénal et avare ; il y est dit qu’il ne prodiguait les faveurs et les richesses qu’à ceux qui lui faisaient la cour, et que tous les moyens de satisfaire son ambition étaient bons. Plusieurs autres détails de cette publication excitaient l’horreur, mais il ne faut pas perdre de vue que ce pamphlet fut publié le lendemain même de la chute du ministre ».

35 Cf. l’article « Extraits des Journaux français relativement aux affaires d’Espagne » de L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXV (20 mai 1808), pp. 319–333, dans lequel Peltier déclara sans ambages : « Outre les pièces officielles relatives à l’Espagne publiées dans le Moniteur, et que nous avons commencé à insérer dans notre portefeuille, le moniteur a publié une proclamation adressée aux habitants de l’Espagne… ».

36 Outre les exemples cités, cf. le numéro CLXXXII (20 avril 1808) p. 133 pour Bordeaux ; CLXXXV (20 mai 1808), p. 411 et 483, pour Bayonne ; et CLXXXIV (10 mai 1808), p. 273-275 pour Barcelone.

37 Considérations sur la liberté de la presse puisées dans le plaidoyer du célèbre qu’à Cadix jurisconsulte et député de la Chambre des Communes M. Mackintosh, défenseur de M. Peltier…, op. cit., pp. 6–7.

38 Cette chronique parut pour la première fois dans le numéro CCLXXXI, daté du 20 janvier 1811 (volume 32, p. 154 sq.), sous le titre de « Le Logographe ou Tableau des Séances Secrètes et préparatoires du Sénat ». Dès la livraison suivante (volume 32, numéro CCLXXXII, 20 janvier 1811, p. 232 sq.), elle prit son titre définitif de « Le Logographe ou Le Moniteur Secret »).

39 « La Cour » d’André Rimbaud (Roger Fressoz de son vrai nom) parut dans Le Canard enchaîné de septembre 1960 à juin 1969, ne survivant que peu de temps, sous le nom de « La Régence » au retrait du général de Gaulle de la vie politique. Cette chronique, illustrée par Moisan, connut un tel succès que ses articles furent republiés sous formé d’ouvrages : La Cour. Chronique du royaume, Dessins de Roland Moisan, Paris, Juliard, 1961 ; Le Roi. Chronique du royaume, Dessins de Roland Moisan, Paris, Juliard, 1962 ; Le Règne. Chronique du royaume, Dessins de Roland Moisan, Paris, Juliard, 1967.

40 Peltier fera référence à « La fuite de Russie » (selon le titre d’une chanson composée en décembre 1812 par François Chéron) notamment en publiant un extrait de la satire Ménipée (L’Ambigu…, volume 41, numéro CCCCLXII (20 avril 1813, p. 104), et un poème intitulé « Buonaparte en fuite » (Ibid., numéro CCCLXIII, p. 228). Dans le cadre du projet OLE11 (Otras lenguas, otras armas, poesía proespañola inglesa, alemana y portuguesa de la Guerra de la Independecia (1808-1814) ; edición, traducción y estudio) dirigé par le Professeur Agustin Coletes Blanco, de l’Université d’Oviedo, nous avons recensé les poèmes anti-napoléoniens publiés par Peltier dans l’Ambigu… Ils seront consultables, bientôt, sur le site internet consacré à ce programme de recherche : www.unioviedo.es/proyectole11/

41 L’Ambigu…, volume 21, numéro CLXXXI (10 avril 1808), p. 62.

42 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), p. 422.

43 Iberiam (une voyelle brève suivie d’une longue et d’une brève) ne peut former, comme Massiliam (une voyelle longue suivie de deux brèves), le dactyle ou le spondée par lequel devait commencer tout hexamètre dactylique.

44 LUCAIN, La Guerre civile (La Pharsale). Tome I. Livres I-V. Texte établi et traduit par A. Bourgery, Docteur ès-Lettres, Professeur agrégé au lycée Henri-IV, Paris, Société d’édition « Les Belles Lettres », troisième édition, 1958, p. 79. Les vers cités correspondent aux vers 359-366 et sont extraits de la harangue adressée par César à ses soldats avant le siège de Marseille.

45 Ibid., pp. 415-416.

46 Lettre de Napoléon au Grand Duc de Berg, 26 avril 1808 : « il est temps de montrer l’énergie convenable. Je suppose que vous n’épargnerez pas la canaille de Madrid si elle remue et que, immédiatement après, vous la ferez désarmer. Je vous laisse le maître de faire arrêter les gardes du corps et de les désarmer. Toutefois, s’il y a une émeute, il est nécessaire que vous fassiez désarmer et fusiller dix des plus coupables […] Pour mettre en ordre la ville de Madrid, il faut 3000 hommes et dix pièces de canon (LECESTRE, Léon, La Guerre de la Péninsule (1807-1813) d’après la correspondance inédite de Napoléon, extrait de la Revue des Questions Historiques, avril 1896, pp. 460–461).

47 Ibid., p. 419.

48 L’Ambigu…, vol. 21, n° CLXXXIII (30 avril 1808), p. 200.

49 L’Ambigu…, vol. 21, n   CLXXXIV (10 mai 1808), pp. 267-268.

50 Cf. LA PARRA LÓPEZ, Emilio, Manuel Godoy. La aventura del poder. Prólogo de Carlos Seco Serrano, Barcelona, Tusquets editores, 2002, p. 405.

51 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), p. 412.

52 Ibid., p. 421.

53 L’Ambigu…, vol. 21, n   CLXXXI (10 avril 1808), pp. 62-63.

54 L’Ambigu…, vol. 21, n   CLXXXI V (10 mai 1808), p. 259.

55 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), p. 407.

56 Ibid., pp. 413-414.

57 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXII (20 avril 1808), p. 141.

58 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXIII (30 avril 1808), p. 195.

59 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXIV (10 mai 1808), où Peltier parle, p. 263, d’ « un temps où Buonaparté négociait avec le jeune usurpateur et le reconnaissait pour le monarque légitime de l’Espagne » (p. 263) et, p. 265, de « l’entrevue des deux usurpateurs » (Napoléon et Ferdinand).

60 Ibid., p. 267. (C’est nous qui soulignons l’expression « tant de bassesse et d’avilissement ».)

61 Ibid., p. 277.

62 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXII (20 avril 1808), p. 141.

63 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXIV (10 mai 1808), p. 269.

64 Ibid., p. 270.

65 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), p. 405.

66 Ibid., p. 411.

67 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXIV (10 mai 1808), p. 268.

68 Ibid., p. 270.

69 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (30 mai 1808), pp. 404-405.

70 Louis XVIII, Mémoires recueillis et mis en ordre par le duc de D****, op. cit., tome huitième, p. 117.

71 Cf. cette déclaration dans L’Ambigu… , volume 21, numéro CLXXXVII (10 juin 1808), p. 493 : «  Il n’est pas nécessaire de dire que l’Angleterre s’est levée aussi elle en masse , pour coopérer à la délivrance générale, que la paix générale a été proclamée entre elle et l’Espagne, et que nos arsenaux, notre banque, notre marine, tout a été mis en réquisition pour fournir, sans perdre une minute, les secours les plus abondants à ces loyaux insurgents. » L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVI (10 juin 1808), p. 493. C’est évidemment nous qui soulignons la curieuse utilisation des adjectifs possessifs dans ce texte.

72 Cf. DUFOUR, Gérard, « Napoleón y Fernando VII », in Pasado y Memoria, n° 10 (2012), Universidad de Alicante, 2012, pp. 19–39.

73 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVII (10 juin 1808), p. 493.

74 Ibid., p. 491.

75 Ibid., p. 488.

76 Ibid., pp. 481–482.

77 Ibid., pp. 489-490.

78 Ibid., p. 490.

79 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, Manuel Godoy. La aventura del poder, op. cit., p. 419.

80 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVII (10 juin 1808), p. 483.

81 Ibid., p. 492.

82 Ibid. pp. 492-493.

83 Sur ce personnage, on consultera le récent article d’Alicia Laspra Rodríguez, « Andrés Angel de la Vega : un reformista anglófilo », in Historia Constitucional n. 14, 2013. pp. 45-75, http://www.historiaconstitucional.com

84 L’Ambigu…, volume 21, numéro CLXXXVIII (20 juin 1808), pp. 545 et 547.

85 Ibid., p. 568. Cf. supra, note 12.

86 Pour ce qui concerne la réception de la délégation de la Junte Suprême des Asturies conduite par le vicomte de Matarrosa, futur conte de Torreno, nous suivons en tous points le remarquable ouvrage d’Alicia Laspra Rodríguez, Intervencionismo y revolución. Asturias y Gran Bretaña durante la Guerra de la Independencia (1808-1813). Prólogo de Sir Raymond Carr, Oviedo, Real Instituto de estudios Asturianos (C.S.I.C.), 1992, pp. 70-73.

87 Cf. ESDAILE, Charles, La Guerra de la Independencia. Una nueva historia, Barcelona, 2003 (version originale : The Peninsular War. A new history, New York, Palgrave Macmillan, 2003.)

88 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVIII (20 juin 1808), p. 547.

89 L’Ambigu…, vol. 21, n  CLXXXVII (10 juin 1808), p. 493

90 Ibid., pp. 497–504.

91 L’Appendix… était composé de huit textes qui portaient les titres suivants : « Province des Asturies » (communication par Juan de Arguelles Toral, « Representante Secretario » de la « Junta General del Principado de Asturias » en date du 26 mai 1808 d’une lettre écrite de Bayonne par Ferdinand VII le 8 mai pour appeler à la résistance contre les Français , [p 1] ; « Proclama de la Junta General del Principado » (signée par Flórez Estrada, s. d., pp. 2–3) ; « Arragon [sic]. Manifiesto » (signé par Palafox à Saragosse, le 30 mai 1808), pp. 3–5) ; « Valladolid. La Provincia de Valladolid a Todas las de España » (ni datée ni signée, pp. 5–6) ; « Cantabres » [sic] (manifeste non signé daté de Santander le 27 mai 1808); « Galicia. El reino de Galicia y la Junta Suprema de Gobierno del Mismo » (texte signé D. Manuel Acha, Secretario et daté de Coruña, le 4 juin 1808, pp. 7–8; « Respuesta dada a la Junta de Gobierno por el Ilmo Sr. Obispo de Orense D. Pedro Quintero y Quevedo con motivo de haber sido nombrado Diputado para la Junta de Bayona » (Orense, 29 mai 1808, pp. 9–12); « Andalousie » (proclamation non signée datée de Séville, le 29 mai 1808, p. 13); « Franceses » (appel non signé daté de Séville, le 29 mai, pp. 14–15); « (Imprimé en Français) », pp. 15–16.

92 L’Ambigu…, volume 21, numéro CLXXXVIII (20 juin 1808), pp. 497–504. « Suite des pièces publiées par les Chefs des Patriotes d’Espagne. »

93 Appendix au numéro 189 de L’Ambigu, proclamations, manifestes, adresses des Patriotes Espagnols réimprimés sur les originaux, apportés à Londres par les Députés qui y ont été envoyés au mois de Juin.., 16 p.

94 L’Ambigu…, volume 21, numéro CLXXXVIII (20 juin 1808), pp. 573-576.

95 Sur les rapports entre Napoléon et la presse, on ne peut que renvoyer à l’ouvrage déjà cité de A. Perivier, Napoléon journaliste et à celui d’André Cabanis, La Presse sous le Consulat et l’Empire (1799–1814). Préface par Jacques Godechot, Paris, Société des Etudes Robespierristes, 1975. « La Guerre d’Espagne dans la presse impériale (1808-1814) » a fait l’objet d’une étude spécifique de Jean-René Aymes in Annales historiques de la Révolution française, n° 336 (avril-juin 2004), pp. 129-145 (consultable sur internet : http://ahrf.revues.org/1967. Le titre de ce travail (un peu trop rapide, mais non dénué d’intérêt) est toutefois quelque peu abusif, car il ne porte que sur trois des journaux quotidiens parisiens publiés à cette époque (le Moniteur Universel, le Journal de l’Empire (essentiellement) et le Journal de Paris (accessoirement), sans aucune référence au Journal des débats. Or, sans parler des journaux publiés (un par département) en province, la presse sous l’Empire ne ce réduisait pas à la presse quotidienne parisienne et l’on trouve d’intéressantes informations dans des magazines comme le Mercure de France, journal politique, littéraire et dramatique par un société de gens de lettres ou le Journal des arts, des sciences, de littérature et de politique auxquels l’auteur n’accorde pas la moindre attention.

96 Supplément au n° 14 du Conservateur Impartial, 17 février 1813, St-Pétersbourg, de l’imprimerie de Pluchart, p. 76.

97 Sans prétendre à l’exhaustivité, cf. la Gazeta de Valencia du 1 novembre 1808, n° 47, pp. 521–523; du 4 novembre 1808, n° 48, pp. 441–444 ; du 24 novembre 1808, n° 54, pp.  607–608 ; du 2 décembre 1808, n° 56, pp.  242–243 ; le Diario de la Coruña du 12 novembre 1808, n° 142, p. 571; le Diario de Mallorca du 24 octobre 1809, n° 298, pp. 1190-119 ; du 22 décembre 1809, n° 358, pp. 1228–1229 ; du 6 décembre 1811, n° 340, pp. 1361–1362; du 10 décembre 1811, n° 347, pp. 1383–1385 ; du 11 décembre 1811, n° 348, pp. 1388–1389 ; du 15 décembre 1811, n° 352, pp. 1407–1408 ; du 20 décembre 1811, n° 357, pp. 1426–1429 ; du 23 décembre 1811, n° 360, pp. 1239–1940 ; du 9 février 1812, n° 40, pp. 147-148 ; du 21 février 1811, n° 53, pp. 195– 196 ; du 7 mars 1812, n° 69, pp. 205-206 ; du 22 mars 1812, n° 82, pp.  325-327 ; du 25 mai 1812, n° 151, pp. 595–596 ; du 29 juillet 1812, n° 129, p. 852 ; du 1 août 1812, n° 131, p. 864 et 23 août 1812 n° 159, p. 950.En ce qui concerne les périodiques publiés à Cadix, cf. le Diario mercantil de Cádiz, du 21 septembre de 1809, n° 230, p. 1043 ; El Redactor general du 26 juin 1811, n° 12, p. 41 et du 28 juin 1811, et n° 14, p. 52 ainsi que du 17 janvier 1812, p. 846; le Revisor político, du 25 septembre de 1811, n° 25, pp. 97–100 ; du 20 novembre 1811, n° 41, p. 161 ; du 4 de novembre 1811, n° 45, pp. 177–188 ; 25 de décembre de 1811, n° 50, p. 208 ; du 28 décembre 1811, n° 51, pp. 211-212 ; du 15 janvier 1812, n° 55, p. 228 ; du 18 mars 1812, n° 71, p. 304 ; La Abeja española du 29 novembre 1812, n° 79, p. 132 ; El Conciso du 15 janvier 1812 [p. 2].

98 Las dos tiranías. Papel escrito en francés por Mr. Peltier, y traducido al castellano por un sacerdote gaditano, en Valencia, por la viuda de Martín Peris, 1809, 35 p. et Observaciones sobre la conducta de Bonaparte y del Senado conservador de Francia con las potencias europeas y en particular la casa de Austria: extractadas del periódico El Ambigú o sea Miscelánea Política y Militar de Mr. Peltier, Valencia, Josef Ferrer y de Orga y compañía, 1809, 36 p.

99 Entre le catalogue de la Biblioteca Nacional de España et Google livres, on trouve les éditions suivantes (avec quelques variantes dans le titre) de Usurpación de los estados del Papa por Buonaparte o colección de los papeles de oficio relativos a esta materia publicados por orden de la coret de Nápoles en Palermo a 30 de abril de 1808. Traducido del italiano al francés por M. Peltier y de este idioma al español por un Presbítero gaditano: « por Miguel Puigrubi, Tarragona », [¿1808?], Cádiz, sans indication d’éditeur, [¿1808?]; « en Cádiz, por la viuda de D. Manuel Comes », [1809], 46 p.; «por la viuda de Muñiz e hijo», Murcia,1809, 36 p.; « imprenta de don Francisco Gómez Espinosa de los Monteros, Granada », [1809], 40 p.; «en Sevilla, en la imprenta de la calle de la Mar; reimpresa en México en la de Don Manuel Antonio Valdés, 1809 », [1809], 51 p. et, sous le titre de Defensa de la silla apostólica contra su usurpador Napoleón, Oficina de doña María Fernández de Jauregui, calle de Santo Domingo, [México], 1809, 23 p.

100 Revisor político du 25 décembre 1811, n° 50, p. 208.

101 Gazeta de Valencia du 1er novembre 1808, n° 47, p. 521.

102 Las dos tiranías…, op. cit., , p. 3 : « El papel, cuya traducción ofrecemos al público, se registra original en el Ambigú, Periódico que escribe en lengua francesa, y publica en Londres Mr. Peltier. Su nombre basta para su elogio, y no hay lector algo enterado en nuestra política moderna, que no le conozca como a uno de los más ilustres e intrépidos defensores del trono y del altar. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dufour, «  Les débuts de la Révolution d’Espagne de 1808 vus de Londres par le rédacteur de L’Ambigu..., Jean-Gabriel Peltier », El Argonauta español [En ligne], 10 | 2013, mis en ligne le 15 septembre 2013, consulté le 18 août 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1905 ; DOI : 10.4000/argonauta.1905

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org