Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Pratiques journalistiques aux premiers temps de la presse espagnole (XVIII° - début du XIX° siècles)

La « Société des rédacteurs » du Mercurio Peruano (1790-1795) ou les premiers pas du journalisme « professionnel »

Jean-Pierre Clément

Résumés

S’appuyant sur une structure de type « Société économique d’amis du Pays », la Sociedad Académica de Lima a mis en place une organisation très efficace pour la confection (rédaction, impression et administration) de son organe de presse, le bi-hebdomadaire Mercurio Peruano. Tout particulièrement intéressante est la rédaction de ce journal, depuis le choix des sujets et leur répartition pour traitement entre les membres jusqu’à leur contrôle par des « chefs de service » et leur examen dans de véritables « conseils de rédaction ». Outre la nécessité d’une structure hiérarchisée de l’entreprise, ce système novateur entraîne aussi l’existence d’un nombre élevé d’auteurs, à l’inverse du système en vigueur à l’époque (auteur unique ou tandem, et seul maître à bord). Ces amateurs éclairés ont été les précurseurs qui ont ouvert la voie au journalisme professionnel contemporain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « If a person is not talented enough to be a novelist, not smart enough to be a lawyer, and his han (...)

1« Si quelqu’un n’est pas assez talentueux pour être romancier, ni élégant pour être avocat et si ses mains tremblent trop pour effectuer des opérations chirurgicales, il devient journaliste »1. Voilà ce que clame par dépit et défi Norman Mailer. Autrement dit, selon lui, on deviendrait journaliste par élimination, quand on n’est capable de rien d’autre (romancier, avocat, chirurgien). Le grand écrivain nord-américain a la dent bien dure pour ce métier qui a aussi été le sien.

2Surtout, on mesure la distance qu’il y a entre cette définition et ce que nous pouvons observer dans ce que l’on nommera « la première presse périodique ». Moment privilégié où des hommes se sont voués (entièrement ou pas) à cette activité dans le seul but — du moins avoué — d’éclairer leurs compatriotes.

3Ils envisageaient cette activité comme une mission patriotique, au point que, s’ils y consacraient une grande partie de leur temps et de leur talent, et s’ils se comportaient en véritables « professionnels », ils le faisaient souvent (au moins en Amérique espagnole) bénévolement. Ils appartenaient, en effet, à la nouvelle caste des « intellectuels », ces gens que Marc Regaldo présentait en ces termes :

  • 2 REGALDO, Marc, « Lumières, élite, démocratie : la difficile position des Idéologues », in Dix-huiti (...)

« On voit peu à peu, au cours du xviiie siècle, des gens qui pratiquent des métiers intellectuels, prendre conscience d’une responsabilité individuelle et collective à l’égard de leur pays en particulier et de l’humanité en général. On les voit se regrouper en associations diverses pour confronter leurs vues et, fortifiés par leur savoir conforté par la discussion, s’affirmer, au-delà des problèmes de leur profession, comme des conseillers des gouvernements et des guides de leurs frères humain »2.

4C’est très exactement ce qui se passa au Pérou à la fin de ce même xviiie siècle : quelques hommes, éclairés et pratiquant pour la plupart des métiers intellectuels, se réunissaient régulièrement, afin de réfléchir à la façon d’améliorer le sort de leurs compatriotes et de les aider à progresser par le savoir.

5Le support qu’ils utilisèrent pour diffuser ces Lumières qu’ils souhaitaient leur apporter fut le Mercurio Peruano, journal passablement novateur dont la connaissance implique nécessairement une étude de l’association dont il était l’organe.

I - Brève histoire de la Sociedad Académica de Lima

6Les modèles des fondateurs furent les réunions littéraires, philosophiques et mondaines des salons français (de Mme de Rambouillet, Ninon de Lenclos ou Mme de la Sablière, au xviie siècle et, au suivant, ceux de Mme du Deffand, Mme Geoffrin ou Mlle de Lespinasse), ainsi que de leurs homologues anglais (salons de Mrs Montagu ou de Mrs Holland). Certains de ces groupes connurent des formes plus structurées, sous le nom d’académies, comme l’Académie du Président Lamoignon (1667) ou celle de l’abbé d’Aubignac (1663-1671). En Espagne ils fleurirent, surtout au xviiie siècle avec les académies de los Nocturnos, de los Montañeses del Parnaso, Imitativa, del Conde de Saldaña, de los Ociosos, et, plus tard, la célèbre Academia del Buen Gusto (1749-1751).

7Au Pérou, les premières assemblées de ce type virent le jour au début du siècle des Lumières. La plus marquante fut celle du marquis de Castell-dos-Rius (1707-1710), ancien ambassadeur à Versailles : ce vice-roi réunissait dans son palais, des personnages importants de Lima : érudits et poètes, aristocrates et hauts fonctionnaires, prêtres et « intellectuels » ; leurs réunions connaissaient un début d’organisation : séances régulières (tous les lundis), siège (le palais vice-royal), cooptation des membres, encadrement avec un président (de fait : le vice-roi) et un secrétaire (appelé custodio).

  • 3 La Sociedad Académica publie ce texte — prononcé par un de ses membres le 21 avril 1783 — dans le M (...)
  • 4 « Historia de la Sociedad Académica de Amantes del País, y principios del Mercurio Peruano », in M. (...)

8Cette académie disparut avec le rappel à Madrid de celui qui l’avait fondée ; mais, plus tard, sous l’un de ses successeurs, Agustín de Jáuregui (1780-1784), fut créée une association assez semblable qui, sous le nom d’Academia de la Juventud Limana, mettait en avant sa volonté de servir la « Patrie » péruvienne, principe dont les auteurs du Mercurio Peruano se réclamèrent ensuite ouvertement3. En 1787, José Rossi y Rubí (alias Hesperiófilo) se lia d’amitié avec un groupe de jeunes de son âge — il venait d’avoir 25 ans — qui avaient pour noms José María Egaña (alias Hermágoras), chef de la police de Lima, Demetrio Guasque (alias Homótimo), archiviste de l’administration vice-royale, et Mindírido (dont l’identité réelle nous est inconnue) ; Hermágoras organisait chez lui « una buena tertulia » qui était en fait l’Academia de la Juventud Limana4.

9A ce groupe de départ se joignirent Agelasto (dont nous ne savons rien) et le médecin José Hipólito Unanue, alias Aristio — qui sera, par la suite, un des piliers les plus solides du Mercurio Peruano. Ils se constituèrent alors en une nouvelle association, appelée Academia Filarmónica, dotée d’un règlement précis (réunion tous les soirs de 20 à 23 h, interdiction des conversations futiles, du jeu, etc.) et d’un bureau (président : Egaña ; secrétaire : Unanue). Souvenir des salons à la française originels, des femmes participaient à leurs travaux, dont on ne connaît que les doux pseudonymes de Dorálice, Floridia et Egeria. Mais en avril ou mai 1788, le groupe éclata : Guasque fut rappelé à Madrid pour des motifs professionnels, Rossi y Rubí devint veuf et, de chagrin, se retira dans la montagne, Unanue tomba malade et Mindírido se maria. L’Academia Filarmónica disparut faute de participants.

  • 5 Voir CLÉMENT, Jean-Pierre, « Aproximación al Diario de Lima (1790-1793) y a Jaime Bausate y Mesa, s (...)
  • 6 « Historia de la Sociedad Académica… », in M. P., t. I, n° 7 (23 janvier 1791), p. 51 : « Vimos que (...)

10Vingt-deux mois plus tard, donc au premier trimestre de l’année 1790, les uns et les autres rentrèrent pour la plupart à Lima, où ils furent rejoints par Jacinto Calero y Moreira (alias Crisipo), avocat, et créèrent alors la Sociedad Académica de Amantes del País de Lima. Quand, à partir d’août, Jaime Bausate y Mesa, récemment arrivé de Madrid, commença à publier son Diario de Lima (premier quotidien de l’Amérique ibérique)5, les membres de la Sociedad Académica prirent conscience que leurs nombreuses réflexions, différentes par leurs centres d’intérêt de celles de Bausate6, méritaient tout autant d’être rendues publiques, ils acquirent la conviction qu’il leur fallait lancer leur propre journal.

11D’autres esprits éclairés de la capitale vice-royale vinrent alors étoffer leur petit groupe : fray Tomás de Méndez y Lachica (alias Teagnes), avocat ; fray Francisco González Laguna (alias Timeo), botaniste ; fray Francisco Romero (alias Hiparco), professeur de philosophie et de mathématiques, et deux autres personnes qui nous sont inconnues : Basílides et Paladio. Deux nouveaux membres, qui allaient se révéler très importants et dont nous allons reparler, s’agrégèrent également à eux : frère Diego Cisneros (alias Arquídamo) et José de Baquíjano y Carrillo (alias Cefalio). Le journal pouvait être lancé. Ce fut le Mercurio Peruano. Son succès fut immédiat : de 220 abonnés dès le premier mois (janvier 1791) — ce qui était déjà, pour l’époque et le lieu, un très beau succès — on passa à 399 un trimestre plus tard.

II - Société économique et Académie

12La Sociedad Académica qu’ils avaient fondée était un organisme privé dont le but premier était la diffusion des Lumières et qui se situait dans la droite ligne des Sociétés économiques d’Amis du Pays de la métropole, dans laquelle la volonté d’éclairer la population était essentielle, comme le déclarait le comte de Campomanes à leur sujet :

  • 7 CAMPOMANES, Discurso sobre el fomento de la industria popular, 1744, p. clii [Éd. de REEDER, John, (...)

« Su único objeto ha de ser enseñar demostrativamente al común los medios de promover la pública felicidad […] »7.

13La propagation des Lumières devenait possible grâce à la multiplication, en Espagne et dans son empire, de ce type d’associations. Comme ses équivalentes de la Péninsule, celle de Lima bénéficia de l’appui des autorités qui incitaient à la création de semblables organismes ; à ce sujet, l’approbation, par la Lettre royale du 8 avril 1765, de la Société Basque, la Vascongada, est exemplaire :

  • 8 Dans SEMPERE Y GUARINOS, Juan, Ensayo de una biblioteca española de los mejores autores del reinado (...)

« y habiendo S. M. examinado las reglas con que dichos caballeros han determinado asociarse, halla que son adaptables al loable fin de su instituto, y muy conformes a las máximas que S. M. procura introducir en sus reinos, para el adelantamiento de las Ciencias y las Artes, cuyo ejemplo quisiera S. M. que imitaran los caballeros de las demás provincias, fomentando, como lo hace la nobleza vascongada, unos establecimientos tan útiles para la gloria del Estado »8.

  • 9 CERDÁN, Ambrosio, « Progresos y estado actual de la Sociedad de Amantes del País », in M. P., t. X, (...)

14Il est donc logique que les mercuristas aient reçu, à leur tour, un Ordre royal, expédié le 11 juin 1793, qui leur permît, enfin, d’arborer le nom de Real Sociedad de Amantes del País Limano9.

15La composition de ce corps restait très proche de celle des sociétés sœurs de la métropole : nobles éclairés (José de Baquíjano y Carrillo, José Antonio de Errea, etc.), ecclésiastiques ouverts aux idées nouvelles (Fr. Diego Cisneros, Fr. Francisco González Laguna, etc.), intellectuels (José Hipólito Unanue, Cosme Bueno, etc.). C’est qu’une

  • 10 CAMPOMANES, Discurso sobre el fomento de la industria popular, op. cit., pp. cxli-cxlii [Éd. de REE (...)

«  […] sociedad económica — s’enthousiasmait Campomanes10 — ha de ser compuesta, para que pueda ser útil, de la nobleza más instruida del país […] ¡Qué felicidad, para un hombre de bien haber nacido con rentas y proporción que le den lugar a la más noble tarea del ciudadano […]! Estas reflexiones tienen lugar con los individuos del Clero y las gentes acaudaladas ».

  • 11 SEMPERE Y GUARINOS, Juan, Ensayo de una biblioteca española…, t. V, op. cit., pp. 178-188.
  • 12 Voir les articles « Propuesta de unos premios para las disertaciones en que se proponga el método m (...)

16Et de même qu’en application de ses statuts (Titre I, art. v; Titre II, art. vi; et passim), la Sociedad Económica Matritense était divisée, afin d’optimiser l’efficacité et le sérieux de son travail, en trois « classes » : Agriculture, Industrie et Arts11, celle de Lima comprenait quatre sections : Finances, Agriculture, Mines et Commerce. L’organisation était, par conséquent, sinon la même, tout du moins très proche et, si l’on observe quelque différence, cela est essentiellement dû à la particularité des ressources du Pérou. Ce qui nous permet d’entrevoir que, bien que la Sociedad Académica de Lima fût une société économique parce qu’elle en avait, comme on vient de le voir, les caractéristiques constitutives nécessaires, elle portait sa propre spécificité. Celle-ci se manifestait encore à travers d’autres particularités comme l’absence de femmes, le refus de l’étiquette, l’apparent désintérêt pour la création d’écoles ou encore l’échec des tentatives pour créer des prix12.

17Cependant la plus intéressante, peut-être, des différences est le qualificatif d’« Académique » dont se pare notre Société liménienne, au lieu de l’habituel « Économique » ou du, toujours plus fréquent, « Patriotique ». Si les mercuristas ont employé ce terme, c’est parce que leur association a été une Académie à deux moments de son histoire, comme nous l’avons dit plus haut. Ce choix correspond, en outre, tout à fait à la volonté de ses membres qui était d’éclairer les habitants du Pérou, car il rappelait par ce nom l’Académie de Platon sur le mont Céphise, endroit où des hommes — jeunes pour la plupart (et les mercuristas le sont) — se réunissaient régulièrement pour disputer, réfléchir et apprendre ensemble. Enfin, ce qualificatif fait également penser aux associations chargées de développer les connaissances scientifiques dans les pays étrangers, comme le faisait remarquer le Mercurio lui-même :

  • 13 CERDÁN, Ambrosio, « Progresos y estado actual de la Sociedad de Amantes del País », in M. P., t. X, (...)

« Indicó oportunamente [el fiscal al virrey] que nadie ignoraba la grande utilidad y adelantamiento que semejantes Sociedades o Academias habían dado siempre a la República de las Letras, y que, por las actas o historia de ellas que corren impresas, se conocía el golpe de luz que habían recibido las Matemáticas puras y mixtas, la Geografía, la Medicina, la Botánica y otras muchas [ciencias] »13.

18Il est évident qu’avec ce qualificatif les mercuristas, bien plus qu’aux sociétés économiques péninsulaires faisaient allusion aux sociétés scientifiques européennes, comme la Royal Society de Londres, l’Académie Royale des Sciences de Paris, ou l’Academia Eruditorum de Leipzig, qui publiaient les résultats de leurs travaux dans des volumes annuels, respectivement intitulés Philosophical Transactions, Histoire et Mémoires de l’Académie des Sciences et Acta Eruditorum Lipsiae (la référence aux deux derniers titres est claire).

19La Sociedad de Amantes del País de Lima avait donc un objectif plus ample que celui des Sociétés économiques péninsulaires : elle voulait être académique parce qu’elle voulait être une véritable Académie pour le Pérou, qui diffuserait les Lumières ; c’est dans ce but qu’elle se dota d’un outil de diffusion, le Mercurio Peruano.

III - « Le patriotisme » de la Sociedad Académica

  • 14 « Introducción a la Descripción científica de las plantas del Perú », in M. P., t. II, n° 43 (29 ma (...)
  • 15 « Descripción de la Intendencia de Tarma », in M. P., t. VIII, n° 260 (30 juin 1793), p. 142.
  • 16 « Publicación de un Breve de Nuestro Santo Padre… », in M. P., t. III, n° 71 (2 septembre 1791), p. (...)

20Dans leurs assemblées, les mercuristas observaient, avec un optimisme quelque peu exagéré, qu’ils vivaient une époque bénie en rupture avec le passé : « La aurora Filosofía ha disipado ya las sombras que cubrían el [h]orizonte peruano »14, et concluaient : « Por felicidad nuestra estamos en el siglo de las Luces »15. C’est pourquoi, tout au long des 12 volumes du journal, ils ne cessèrent d’encenser la Philosophie et les Lumières. Ce que les auteurs souhaitaient par-dessus tout, c’était améliorer les connaissances du public liménien et l’éclairer dans le domaine scientifique et, plus particulièrement, dans le secteur de l’Histoire naturelle et de la Médecine16. Il apparaît, cependant, très clairement en lisant le Mercurio que leur désir d’« ilustración» n’avait pas de limites :

  • 17 « Rasgo histórico y filosófico sobre los cafés de Lima », in M. P., t. I, n° 12 (10 février 1791), (...)

« Para un verdadero filósofo no hay objeto de absoluta pequeñez. Las cosas más triviales tienen su mérito y sus excelencias en el escrutinio de un observador ilustrado »17.

  • 18 « Propuesta de unos premios… », in M. P., t. III, n° 74 (18 septembre 1791), p. 46.
  • 19 D’après GUSDORF Georges (L'Avènement des sciences humaines au siècle des Lumières, Paris, Payot, 19 (...)
  • 20 KONETZKE, Richard, América latina. II : Época colonial, Madrid, Ed. Siglo XXI, 1972, p. 314.

21Cette volonté d’enrichissement intellectuel avait pour origine leur patriotisme : « Lo que únicamente nos inflama — proclamaient-ils fièrement — es el deseo de hacer todo lo posible para servir a la Patria y merecer algún lugar en su gratitud »18. Et, en effet, la tâche était immense, parce que, si la misère culturelle régnait alors dans le monde entier — y compris en Europe19 —, la situation dans les colonies ne pouvait être meilleure, comme le confirme Richard Konetzke20 :

« en general, el analfabetismo entre la población blanca de Hispanoamérica no era mayor que en la metrópoli. Los indios y mestizos que vivían lejos de las ciudades españolas, empero, no recibieron casi ninguna formación escolar ».

22Il est évident que la capitale péruvienne connaissait de semblables circonstances, même parmi la population socialement favorisée. On comprend dès lors pourquoi, au vu de telles conditions, les auteurs du journal font valoir leur mérite :

  • 21 « Introducción al Tomo VII del Mercurio Peruano », in M. P., t. VII, n° 209 (2 janvier 1793), p. 7.

« Cuando empezamos a escribir para el Mercurio, en Lima no estaba todavía bien formado el gusto a favor de los periódicos »21.

  • 22 « Introducción a la Descripción científica de las plantas del Perú », in M. P., t. II, n° 43 (29 ma (...)
  • 23 Objectif réaffirmé dans les statuts de la Sociedad : « Arts. xxii y xxiii », in M. P., t. X, n° 329 (...)

23En outre, les gens confondaient alors généralement la nouvelle publication avec une gazette et regrettaient de ne pas y trouver de nouvelles de l’actualité politique la plus récente et la plus anecdotique22. Prenant le contre-pied de cette attitude, les mercuristas se préoccupèrent essentiellement du Pérou : « el bien general, el bien del Reino, el bien de la capital, ha sido el fundamento, el enlace y el objeto único de la Sociedad de Amantes del País »23.

24L’objet principal des réunions de ces dignes personnages étaient donc les discussions philosophiques et la réflexion collective sur le monde — physique et moral, politique, économique et social — dans lequel ils vivaient. Le fruit de celles-ci fut le Mercurio Peruano.

IV - De riches personnalités

25Lorsqu’on observe la presse du xviiie siècle — et même celle du début du xixe siècle —, on constate que chaque titre est très généralement l’œuvre d’un seul auteur ou de deux. Et cela, aussi bien en Espagne (José Clavijo et El Pensador ; Cristóbal Cladera et El Espíritu de los mejores diarios que se publican en Europa; Luis Cañuelo et Luis Pereira et El Censor, etc.) que dans le reste de l’Europe (The Craftsman et The Gazetteer de Charles Green Say, The Spectator d’Addison et Steele, Le Courrier Général de l’Europe de Brissot de Warville, etc.). Dans un tel contexte, le Mercurio Peruano tranche par son originalité, puisqu’il regroupe un ensemble de travaux individuels concertés, ouvrant la voie à la pratique journalistique moderne.

26En effet, pour la rédaction du journal, tous les membres de la Sociedad Académica furent mis à contribution, ce qui entraîna l’existence d’un assez grand nombre de rédacteurs (139, pour être exact), chacun apportant généralement les connaissances qui lui venaient de son activité professionnelle. La connaissance de ce journal si novateur et de la façon dont il était confectionné passe donc par une étude de cette association dont le but premier a été de fournir au journal des auteurs de qualité en nombre.

1) Les cadres dirigeants

27Dans cette équipe, relativement nombreuse donc, on trouvait, parmi ce que l’on pourrait appeler les cadres dirigeants, de très intéressantes personnalités, sans lesquelles l’aventure n’aurait pu avoir lieu.

a) Le Fondateur

  • 24 Voir l’excellent ouvrage de GERBI, Antonello, La disputa del Nuevo Mundo. Historia de una polémica, (...)

28En premier lieu, il faut mentionner José Rossi y Rubí, conseiller du Tribunal Royal des Mines, auquel la Sociedad concéda, le 1er mars 1792, le titre de Fondateur. Sous son propre nom ou sous le pseudonyme d’Hesperiófilo, il signa 58 articles d’amplitude variée, jusqu’en mai 1793, date à laquelle il retourna en Espagne pour des raisons professionnelles. Il est intéressant d’observer que son pseudonyme signifie, en grec, « ami (philos) de l’Occident (hesperos) » ; autrement dit, il affirmait par ce choix qu’il se posait d’emblée en défenseur de ce qui était à l’ouest de l’Europe, défenseur de l’Amérique donc, dans l’âpre combat idéologique lancé, quelques décennies plus tôt, par l’abbé De Pauw et connu sous le nom de « dispute du Nouveau Monde », dans laquelle les Indes (et leurs habitants, indigènes aussi bien que Créoles) étaient décrites comme inférieures à l’Europe (et aux Européens)24.

b) Les Présidents

  • 25 Demetrio Guasque le qualifie ainsi dans son « Oración fúnebre… del Mercurio Peruano… », in M. P., t (...)

29Mais si Rossi y Rubí fut le « père » du Mercurio25, le journal eut aussi de véritables « directeurs généraux » en la personne des présidents successifs de la Sociedad Académica.

30Le premier d’entre eux fut José María Egaña (1790-1791), chez qui se réunissait, avant les années Mercurio, le salon à l’origine de la Sociedad. Cet homme occupa la charge de Lieutenant de Police de Lima quand elle fut créée par le visitador Jorge de Escobedo. Sous le pseudonyme d’Hermágoras — c’était le nom d’un rhéteur grec —, il publia quelques informations (8), en majeure partie démographiques. Comme écrivain, il semble n’avoir eu qu’assez peu de talent, et on ne lui doit aucun article de fond ni aucune autre publication. En fait, son rôle consista principalement à informer la Sociedad et à en réunir les membres.

31Celui qui lui succéda dans la fonction présidentielle (1792-1793) fut un des personnages les plus intéressants du moment : José Javier de Baquíjano y Carrillo. Né à Lima en 1751, docteur en Droit civil et en Droit canon à 13 ans (!), il fut successivement secrétaire de l’évêque de Cuzco, puis avocat et professeur de Droit à l’Université San Marcos de Lima jusqu’à ce qu’il se retire en 1795 ; il fut ensuite Alcalde del Crimen à l’Audience de Lima (1802-1806) et, enfin, Oidor (1807-1814). A la mort de son frère aîné en 1809, il hérita du titre de comte de Vista Florida et mourut à Séville en 1817. Il fut décoré du prestigieux Ordre de Charles III et membre de la Société Économique Basque d’Amis du Pays. Pour le Mercurio Peruano, il rédigea surtout des articles de réflexion qu’il signait du nom de Cefalio : des introductions à plusieurs tomes — nous appellerions aujourd’hui cela des éditoriaux — et plusieurs histoires (de l’Audience de Lima, de Potosí, de l’Université San Marcos, du commerce du Pérou). Parmi ses autres écrits, l’un mérite une mention particulière : son Éloge de l’Excellentissime Don Agustín de Jáuregui, qui lui valut de sérieux ennuis avec les autorités pour avoir osé y mentionner les noms d’auteurs peu recommandés comme Machiavel, Linguet et l’abbé Raynal. Enfin, il faut signaler qu’il était riche et avait des liens de parenté avec des personnes importantes de la noblesse et du grand commerce de Lima.

32Le président suivant fut Ambrosio Cerdán de Landa y Simón Pontero (1794) qui n’était pas créole — il était né à Barcelone — ; il était, lui aussi, noble, docteur en Droit, décoré de l’Ordre de Charles III et membre d’une société savante (l’Académie Royale d’Histoire). Sa carrière se déroula entièrement aux Indes : procureur de l’Audience de Santiago du Chili (1776), Alcalde del Crimen à Lima (1780), Oidor à Santiagao (1784), puis à Lima (1785), et enfin Régent de l’Audience de Guatemala (1795). Sa publication la plus importante dans le Mercurio fut un grand Traité sur les eaux des vallées de Lima, plus tard réédité séparément.

  • 26 FELIPE V, Real Cédula, confirmando el privilegio en la impresión de libros de rezo, concedida por F (...)
  • 27 MENDIBURU, Manuel de, Diccionario histórico-biográfico del Perú, Lima, Enrique Palacios [2e éd. com (...)

33A ces trois « directeurs généraux » du journal, on peut ajouter un quatrième personnage qui, bien qu’il n’ait jamais porté le titre de président, assuma de fait cette fonction en 1795. Il s’agit de frère Diego Cisneros, de l’ordre des Hiéronymites de l’Escurial, administrateur des biens de ladite congrégation pour le Pérou : des domaines agricoles et, surtout, le monopole de l’impression et de la vente des missels et des bréviaires, ce qui représentait une excellente source de revenus26. A son arrivée à Lima, à l’époque du vice-roi Guirior, il ouvrit rapidement une librairie et Mendiburu27 pense qu’il y vendait des œuvres interdites. Grâce à la fortune qu’il avait amassée, il put payer, en 1795, les frais de publication du tome XII (et ultime) du Mercurio Peruano, qui réunissait les textes du dernier quadrimestre de l’année antérieure que les caisses de la Sociedad Académica, totalement vides, ne permettaient plus d’éditer. S’il n’était que Secrétaire de l’association, les circonstances le poussèrent, on le voit, à outrepasser ses fonctions et à jouer (quasiment) le rôle de « directeur général ».

c) Le secrétaire

34Le personnage qui marqua le plus le poste de Secrétaire de la Sociedad fut José Hipólito Unanue (1755-1833) qui occupa cet emploi de 1790 à 1793, c’est-à-dire pendant la période de plus grande productivité du journal.

  • 28 CLÉMENT, Jean-Pierre, « Decadencia y Restauración de la Medicina peruana a fines del siglo XVIII », (...)
  • 29 ARIAS-SCHREIBER PEZET, Jorge, Los médicos en la independencia del Perú, Lima, Ed. Universitaria, 19 (...)

35Natif d’Arica, à l’époque ville péruvienne, il était venu à Lima se placer sous la protection d’un oncle maternel. Il devint docteur en Médecine en 1786, puis titulaire de la chaire d’Anatomie à l’Université San Marcos en 1788, où il œuvra très activement à la modernisation de l’enseignement de sa discipline, créant le premier « amphithéâtre anatomique » d’Amérique et des cours pratiques (« Conferencias clínicas ») en 179228. Nommé Cosmographe en chef du Pérou en 1793, il élabora pendant cinq ans la Guía política, eclesiástica y militar del virreinato. Puis, après un bref séjour en métropole comme député d’Arequipa aux Cortès de Cadix en 1814 et médecin ordinaire de la Chambre du Roi, il revint dans son pays natal en 1816, après avoir refusé le titre de marquis del Sol que le souverain avait voulu lui accorder l’année précédente. Nommé secrétaire des négociations de paix de Miraflores (septembre 1820) par le vice-roi Pezuela, il finit par prendre ouvertement parti pour l’indépendance en 1821. Il fut alors ministre des Finances (1821-1822) et Président de la Junte de gouvernement (1824-1825) du Pérou indépendant. Il mourut à l’âge de 78 ans29.

36Cet homme fut un savant estimé par ses compatriotes aussi bien que par les étrangers qui l’avaient fait membre de nombreuses sociétés scientifiques : Académie royale de Médecine de Madrid, Académie des Sciences de Bavière, Académie Linnéenne de Paris, Académies philosophiques de Philadelphie et de New-York. Son rôle fut essentiel pour le Mercurio Peruano : il avait été secrétaire de la défunte Académie Philarmonique, puis le fut de la Sociedad Académica. Il écrivit dans le journal pas moins de 51 articles, souvent passionnants sur des sujets de médecine et d’hygiène, de physique, de botanique, etc. Sa vocation pour l’écriture ne s’arrêta pas là : après la disparition du Mercurio, il continua à publier des textes dans les journaux indépendantistes (par exemple, dans le Verdadero Peruano, en 1813) et des livres, dont le plus célèbre, Observaciones sobre el clima de Lima (1806), eut un certain retentissement hors du Pérou. Unanue fut, par son furieux activisme didactique, tout à fait représentatif de la Sociedad Académica.

2) Les rédacteurs

  • 30 Ce terme, plus imprécis que celui d’article, semble préférable, parce qu’il s’applique aussi bien a (...)

37Bien que les personnages précédents aient joué un rôle très important dans la vie du Mercurio Peruano — ils ont écrit le quart des contributions, ce qui n’est pas négligeable du tout —, ils n’en furent pas les seuls journalistes. En effet, sur 655 « unités rédactionnelles »30 publiées dans le journal, 148 sont anonymes ; ce qui fait que nous connaissons les auteurs de 75 % des textes, pour la plupart (65 % d’entre eux) membres de la Sociedad Académica.

38On remarquera toutefois qu’au fil des ans, la proportion d’auteurs mercuristas diminue jusqu’à atteindre seulement 49 % en 1793 ; et le redressement observé l’année suivante ne suffit pas à effacer l’impression de désintérêt qui semble caractériser l’attitude des académiciens, ce qui se révèle fâcheux pour la publication, parce que le lecteur peut observer que les membres de la Sociedad signent généralement des textes de meilleure qualité que les autres auteurs : sérieux des informations, profondeur de la culture, modernité des connaissances, richesse de la réflexion, fluidité du style, etc.

39Il faut également signaler que, sur 10 rédacteurs, 4 sont de Lima et 6 du reste de la vice-royauté, ce qui confirme la « péruvianité » du journal et contraste avec la prépondérance de la capitale chez ses confrères, phénomène dont on peut relever l’existence dans les autres « royaumes » hispano-américains (Mexique, Guatemala, Nouvelle-Grenade, etc.), où les journaux s’intitulent Gaceta de La Habana (et non Cubana) ou Papel periódico de Santa Fe de Bogotá (et non Neogranadino).

40Quant à l’origine socioprofessionnelle des auteurs, on la connaît relativement bien, puisqu’il n’y a que 25 % d’indéterminés. Avec plus de 24 % et sans surprise, ce sont les « intellectuels » (professeurs, médecins, avocats, etc.) qui dominent ; ensuite viennent les fonctionnaires (18 %), les personnes engagées dans les activités économiques (15 %), les membres du clergé (plus de 14 %) et enfin les militaires (avec moins de 4 %).

  • 31 En réalité, ce fut bien plus probablement l’œuvre de José Rossi y Rubí.

41Parmi les auteurs les plus intéressants, membres de la Sociedad Académica (mais sans responsabilités), on peut mentionner les noms de frère Francisco Romero, philosophe et mathématicien qui signa, sous le pseudonyme d’Hiparco, 55 observations météorologiques et tables astronomiques ; d’Ignacio José de Lecuanda, qui publia 47 notes d’information sur le commerce maritime, ainsi qu’une description de l’intendance de Trujillo et un très passionnant « Discurso sobre el destino que debe darse á la gente Vaga que tiene Lima » ; de Jacinto Calero y Moreira, alias Crisipo, auteur officiel du « Prospectus » du journal31 ; de José Coquette y Fajardo, Directeur du Tribunal royal des Mines et logique spécialiste de ce secteur pour le Mercurio ; de frère Francisco González Laguna, grand botaniste, collaborateur de l’expédition Ruiz et Pavón (1777-1788) et cofondateur du Jardin botanique de Lima en 1791.

42A ces quelques auteurs mercuristas très représentatifs de l’encyclopédisme de leur groupe, on peut ajouter les noms de quelques non-membres de la Sociedad intéressants, parmi lesquels trois personnages ressortent : José Erasistrato Suadel, pseudonyme d’un médecin liménien, auteur de quatre lettres sur l’hygiène, José Pastor de Larrinaga, qui écrivit six articles médicaux et historiques, et Ignacio de Castro (alias Acignio Sartoc), curé de S. Jerónimo del Cuzco, auquel le journal doit quelques piquantes dissertations de morale sociale.

43Ce très bref panorama nous permet de contempler dans toute son étendue l’immense fortune humaine et intellectuelle dont a joui la Sociedad Académica de Amantes del País de Lima. Comme le dit, dans le savoureux style de l’époque, frère González Laguna :

  • 32 « Proyecto económico sobre la internación y población de los Andes de la provincia de Guamalíes… », (...)

« La felicidad de un Reino, más que en la opulencia y nativa riqueza, estriba en tener hombres en quienes resplandezca el amor a la Patria, la sobriedad, candor, desinterés, probidad, espíritu, poder y generosidad con que difundirse a favor de sus semejantes »32.

V - La structure du journal

  • 33 CAVAILLON GIOMI, Joan, Le Monde de l’édition sous le règne de Charles IV (1789-1808) à travers les (...)

44Cette multiplication, contrairement aux habitudes du temps, du nombre d’auteurs — 139 noms différents contre un ou deux jusque-là — implique la nécessité d’un autocontrôle du périodique, afin de garantir le sérieux scientifique de l’information diffusée. En effet, dès lors que l’on multiplie les domaines sur lesquels portent les articles, la nécessité se fait jour d’augmenter parallèlement le nombre de rédacteurs. En Espagne, par exemple, pour son périodique Variedades de Ciencias, Literatura y Artes, Manuel José Quintana fit appel, en 1803, aux lumières spécialisées de José Robollo (mathématicien et physicien), Eugenio de la Peña (médecin), Juan Álvarez Guerra (naturaliste), Juan Blasco Negrillo (géologue et chimiste), José Miguel Alea et José Folch (critiques d’Art), Tomás García Suelto et Isidoro de Antillon (géographes)33.

45L’autocontrôle était tout autant — et même peut-être davantage — nécessaire afin de prévenir les égarements personnels ou les excès individuels de nature philosophique, politique ou morale, et ainsi échapper à la foudre des contrôles externes, tels que censure, Inquisition, révisions, prohibitions, etc. C’est à cela aussi qu’allait servir la structure interne de la Sociedad.

1) La rédaction

  • 34 Les 23 articles des statuts ont été publiés par le président de la Sociedad Académica Ambrosio Cerd (...)

46Cette structure est, comme le montrent les statuts de l’association34, extrêmement serrée. C’est sur ses adhérents que s’exerçait le premier contrôle ; et ce, dès l’instant où ils souhaitaient intégrer la Sociedad Académica. Les membres dits « académiciens » — nous dirions aujourd’hui « actifs » — étaient en nombre limité à 30, ce qui évitait aux organisateurs d’être débordés par leur base ; il faut dire qu’au début de l’aventure beaucoup de gens auraient voulu en être, souvent dans le but de renforcer leur position sociale (Voir simplement son nom figurer sur la liste des abonnés, imprimée dans le journal, était déjà considéré comme flatteur !). Une autre norme applicable aux adhérents de base était que 21 d’entre eux étaient obligatoirement de Lima ; bien sûr, cette situation de proximité était dictée par la nécessité de faciliter les réunions, mais il est également évident que c’était dans cette ville-capitale que se trouvait le pouvoir (politique, économique, religieux, etc.). Et, même si les mercuristas avaient dans l’idée de s’occuper de l’ensemble du Pérou, eux qui étaient, pour la plupart, Liméniens tenaient à garder la haute main sur leur association et son organe.

  • 35 Ces deux dernières conditions sont d’ailleurs imposées à tous, simples membres aussi bien que dirig (...)

47Le rôle de ces membres consistait essentiellement à écrire dans le Mercurio Peruano. Ils devaient donc, pour être acceptés, apporter la preuve de leur culture et de leur capacité à manier la plume ; à cette fin, il leur fallait, avant d’être admis, présenter deux dissertations portant sur le domaine qu’ils avaient choisi d’illustrer. Ils devaient, ensuite, être élus à la majorité des voix et — on n’est jamais trop prudent — être acceptés par le vice-roi (articles iii et iv)35.

  • 36 Passons rapidement sur une troisième catégorie, celle des membres « honoraires », qui sont élus par (...)

48Une seconde catégorie de membres apparaît ensuite dans les statuts36, dont le rôle allait s’avérer prépondérant dans l’aventure journalistique du Mercurio. Nous voulons parler des « consultants » (consultores) : ils étaient au nombre de 16, eux aussi, élus à la majorité et obligatoirement liméniens. Il s’agissait de personnalités ayant, par leur activité professionnelle ou par leur culture personnelle, une bonne ou très bonne connaissance du domaine pour lequel elles avaient été choisies : la Finance, l’Agriculture, les Mines ou le Commerce. Ces spécialistes — quatre dans chacun de ces quatre secteurs — étaient chargés d’aider (« coadyuvar ») les membres « académiciens » dans leur travail de rédaction, en particulier en leur prodiguant des informations utiles (« noticias y materiales ») (articles vi et vii).

49On peut dire que ces « consultants » étaient, comme le sont présentement les responsables des « pages » des journaux contemporains, des sortes de superviseurs des journalistes de base (les « académiciens »), qui étaient en charge des « rubriques » qui constituaient une « page ». Et, à l’image des journaux d’aujourd’hui, ces chefs étaient eux-mêmes contrôlés, dans chacune des quatre sections (financière, agricole, minière et commerciale), comme on les appelle de nos jours, par un directeur dont la parole était prépondérante (« cuyo dictamen deberá atenderse en todo lo perteneciente a estos ramos », art. vi).

2) La hiérarchie

50Le sommet de l’organisation était tenu par un bureau, appelé « Junta privada », dont les membres (les « emplois », « los empleos », comme on disait au xviiie siècle) étaient élus pour un an à la majorité des voix ; il était composé d’un Président (arts. xii à xiv), d’un Vice-Président, de deux Censeurs — chargés du contrôle scientifique et moral des textes proposés à la publication (art. xv) —, d’un Secrétaire de la Société (art. xvi), d’un Secrétaire des Correspondances (art. xvii), et d’un Directeur de l’Imprimerie (art. xviii).

  • 37  Le vice-président devait suppléer le président, lorsque celui-ci était empêché : « Statuts, art. x (...)
  • 38 MEDINA, José Toribio, La Imprenta en Lima, 1584-1824 [Réimpr. d’Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum, (...)

51Dans cette sorte d’État-Major, le président avait surtout une fonction de représentation : il convoquait les assemblées (une au milieu de chaque quadrimestre) et les réunions de la Junta privada (tous les quinze jours), et les présidait37 dans une salle de la bibliothèque de l’Université San Marcos38 ; c’était aussi lui qui était chargé des contacts avec les autorités et, en particulier, avec le vice-roi. Il était, en quelque sorte, le président-directeur général du journal.

52Ce personnage était donc très important ; cependant, ce n’était pas lui qui tenait le rôle de rédacteur en chef ou de directeur de la rédaction, mais le Secrétaire de la Sociedad Académica, qui proposait (ou acceptait) les sujets à traiter, distribuait entre les « académiciens » les articles à rédiger et fixait la date à laquelle ils devraient remettre le fruit de leur réflexion (arts. xvii et xix). Bref, c’était lui l’âme de ces réunions qui s’apparentaient beaucoup aux « conférences de rédaction » d’aujourd’hui ; terme qui semble bien convenir, puisque tous les choix étaient discutés dans les assemblées quadrimestrielles et dans les réunions du bureau bimensuelles. Finalement, il était le personnage clé de cette entreprise journalistique.

53Il était aidé dans sa tâche par deux rédacteurs en chef adjoints, les « Censeurs », chargés de contrôler de près (« examinar con cuidado », art. xv) la bonne tenue scientifique et morale des articles proposés à l’impression et de veiller également à celle, personnelle, des membres de l’association qui, s’ils avaient failli à l’honneur par leur comportement dans ou hors de la Sociedad, devaient en être aussitôt chassés (art. xv).

54Les séances avaient pour unique objet le Mercurio Peruano, dont la publication était l’objet de l’attention de tous. L’organisation de la rédaction du journal, nous venons de le voir, était précise et structurée, afin de garantir un travail sérieux et digne de l’ambition des animateurs de la Sociedad Académica.

55Le premier avantage d’une telle organisation est qu’elle donnait aux happy few, le petit groupe d’hommes éclairés qui avait lancé cette expérience, la possibilité de multiplier le nombre d’auteurs, tout en gardant sur eux un droit de contrôle — scientifique, aussi bien que moral, philosophique ou politique —, accepté, puisqu’il était inscrit noir sur blanc dans les statuts que chacun devait approuver pour être membre (et donc auteur potentiel).

  • 39 MÉNDEZ Y LACHICA, Fray Tomás de, « Progresos del Papel periódico que se publica en Santa-Fe de Bogo (...)
  • 40 CASO GONZÁLEZ, J. M., « El Censor, periódico de Carlos III », in El Censor, obra periódica comenzad (...)

56Cette multiplication du nombre d’auteurs permettait à la Sociedad Académica d’offrir aux lecteurs un journal dans lequel les articles étaient rédigés par des auteurs spécialisés, eux-mêmes contrôlés par d’autres personnes encore plus au fait de la matière abordée. C’était là, pensaient les responsables du journal, un gage de sérieux, car ils avaient compris, en raison du formidable essor des sciences (et des techniques) depuis la fin du xviie siècle, que les connaissances étaient devenues tellement vastes qu’un individu, même très intelligent et très cultivé, ne pouvait plus, à lui seul, embrasser le champ entier du savoir. Ils avaient, les premiers semble-t-il, compris que la répartition des tâches était désormais indispensable dans un journal comme le leur qui traitait des thèmes les plus variés. Et dans un article consacré à une présentation du premier journal de Bogotá, le Papel Periódico de Santa Fe de Bogotá, ils observaient, malgré la sympathie qu’ils éprouvaient pour son auteur et pour son entreprise, que ce périodique ne parvenait pas à être aussi varié que le Mercurio, parce que l’auteur était pratiquement seul à écrire dans son organe39. Un beau journal comme El Censor en Espagne avait bien perçu, des années plus tôt, cet obstacle, puisque ses éditeurs avaient fait leur possible pour obtenir des aides extérieures, publiant des textes de Jovellanos, Meléndez Valdés, Samaniego, la condesa de Montijo et quelques autres encore40 ; mais cette collaboration demeurait tout de même relativement limitée et, surtout, elle restait extérieure, c’est-à-dire que ces auteurs de textes ne participaient pas aux discussions (donc aux choix) du journal : ils étaient bien rédacteurs de fait, mais ne faisaient pas partie de la rédaction du périodique.

57Il était, par ailleurs, impossible pour un homme seul ou pour une équipe très réduite de tenir le rythme de publication d’un périodique qui paraissait deux fois par semaine. Pour sa part, celui de la Sociedad Académica offrait sans faillir aux lecteurs péruviens une grande variété de centres d’intérêt, une vaste culture, des informations exactes, des connaissances solides et une réflexion profonde. Ses animateurs avaient, en outre, conçu une organisation qui permettait cette diversité fiable des connaissances, sans pour autant tomber dans le double écueil de l’éparpillement et de l’individualisme. Ils furent les premiers à comprendre que si un journal devait avoir une ligne claire — ici, la diffusion des Lumières et l’enrichissement intellectuel des Péruviens —, l’organisation devait permettre, malgré le nombre important de contributeurs, une grande cohésion de l’ensemble.

3) Les questions matérielles

58Bien entendu, en bons gestionnaires de cette entreprise de presse, les responsables de la Sociedad Académica eurent également à cœur de résoudre les problèmes matériels qui pouvaient se poser à l’équipe. A cette fin deux emplois furent créés : celui de Secrétaire des Correspondances (art. xvii), et celui de Directeur de l’Imprimerie (art. xviii).

59Le premier était un peu l’homme à tout faire de la gestion du journal. Comme son titre l’indique, il était chargé de répondre au courrier et d’entretenir les relations avec les abonnés extérieurs à Lima (et qui parfois pouvaient résider très loin : Espagne, Italie, Allemagne, etc.). Quand les remarques adressées au journal touchaient au fond d’une question, c’était généralement celui des deux Consultores qui était le plus apte qui répondait, dans le journal même, par une note ou, parfois, un article. Par ailleurs, cette correspondance avait souvent trait à la souscription, aussi le Secrétaire des Correspondances tenait-il également la comptabilité du journal ou, comme le disent les statuts, la Tesorería. Enfin, comme c’est lui qui maintenait le contact épistolaire avec l’extérieur et qu’en même temps il était membre du bureau, il avait en charge les archives de la Sociedad et donc du journal.

  • 41 « Disertación histórico-ética sobre el Real Hospicio general de Pobres de esta Ciudad… », in M. P.,(...)
  • 42 MEDINA, José Toribio, La Imprenta en Lima, 1584-1824, vol. I, op. cit., p. lix.
  • 43 « Introducción al segundo año del Mercurio Peruano », in M. P., t. IV, n° 104 (1er janvier 1792), p (...)

60Le dernier emploi était le plus technique ; c’était celui de Directeur de l’Imprimerie du journal. Son responsable était, en fait, déjà le directeur de l’imprimerie des Enfants Trouvés (Imprenta de los Niños Expósitos) dans laquelle le Mercurio était imprimé. Il lui appartenait, disent les statuts de veiller à ce que le journal sorte « con aseo, y completo » (art. xviii). C’était ce dernier point qui, très probablement, justifiait le choix de cette imprimerie qui était connue comme la « imprenta más aseada que tiene la ciudad »41, ce que confirme l’historien José Toribio Medina, qui dit qu’elle était « la mejor y más bien servida de toda la ciudad »42. Cette volonté d’offrir au lecteur un produit propre expliquait que le coût de fabrication du Mercurio fût supérieur à celui de ses homologues43.

61Enfin, aucun des aspects de la vie d’un journal n’était négligé, et la question du budget n’était, bien évidemment, pas oubliée, puisque dans les statuts il était demandé à chaque membre de la Sociedad Académica de faire le plus d’économies possibles — « que el dinero de la Sociedad se emplee únicamente en objetos indispensables » (art. xx) — et de suggérer des moyens pour augmenter les recettes (art. xxi). En effet, très vite, les abonnements allaient se révéler insuffisants à couvrir les frais d’impression. L’aide officielle octroyée par le vice-roi s’avérait indispensable et la disparition de cette « subvention » entraîna la mort du journal.

Conclusion

  • 44 CHECA GODOY, Antonio (Université de Séville), « La terminología periodística: sus orígenes y su con (...)
  • 45 Antonio Checa Godoy, « La terminología periodística: sus orígenes y su consolidación », p. 2.

62Une remarque de vocabulaire pour terminer. Si les mercuristas écrivaient souvent que leur journal était un « papel periódico », jamais ils ne s’autoqualifièrent de « periodistas ». A ce terme qui allait bientôt désigner ceux qui écrivent dans les journaux et vivent de cette activité, ils préférèrent presque toujours celui d’« autores ». Antonio Checa Godoy, qui a mené une intéressante réflexion sur le lexique de l’activité journalistique44, rappelle que Mayáns y Siscar considérait que « El nombre de « diaristas » no es tan apreciable como el de « autor » » et fait remarquer qu’en cette fin du xviiie sècle où il apparaît, le mot « periodista » est toujours associé à un autre terme plus positif, comme dans « escritor periodista »45. Les gens du Mercurio Peruano qui, ne l’oublions pas, étaient pour beaucoup d’entre eux issus de la bourgeoisie créole et n’occupaient jamais des emplois subalternes, démontraient ainsi que, bien que se lançant dans une pratique nouvelle, ils tenaient à conserver un rang social, une respectabilité.

63En même temps, on peut observer que s’ils choisirent le terme d’« autores » pour parler d’eux-mêmes, leur choix n’était pas innocent. Jusque-là l’auteur d’un journal était celui qui, à la fois, rédigeait (généralement seul) et éditait un périodique. Le terme de « redactor », qu’ils utilisaient également, avait alors le même emploi, comme le montre cette citation d’un texte légal :

  • 46 Novísima recopilación de las Leyes de España mandada formar por el Señor Don Carlos IV, Madrid, Imp (...)

« El Juez de Imprentas nombrará Censores para los periódicos que actualmente están permitidos, o que en adelante se permitieren, asignando a cada uno doscientos ducados anuales pagados por sus respectivos redactores […] »46.

64Cependant, contrairement à la presse hispanique du xviiie siècle et du début du xixe siècle, le Mercurio Peruano n’avait pas un autor ou un redactor unique, mais multiple parce que ce journal était rédigé par de nombreuses personnes et aussi parce que toutes se considéraient comme responsables de cet organe de presse. Bien sûr cette responsabilité n’était pas exercée individuellement, mais collectivement, par le biais de la Sociedad Académica de Amantes del País de Lima, qui structurait cette responsabilité et répartissait de façon très organisée les différents rôles.

65Certes, on ne peut pas parler, à propos de cette aventure intellectuelle, de professionnalisme stricto sensu, puisque ces rédacteurs du Mercurio Peruano ne vivaient pas de leur plume et, encore moins, de ce qu’ils publiaient dans cet organe. En revanche, il n’est pas faux de qualifier de professionnelle la façon dont ce journal était dirigé, rédigé, fabriqué. Les caractéristiques principales de la presse périodique des xixe et xxe siècles — la hiérarchie et les différents niveaux de responsabilités (simples rédacteurs des articles dans telle ou telle rubrique, responsables de « pages », chefs de « sections », rédacteur en chef et rédacteurs en chef adjoints, conférences de rédaction), ligne du journal et esprit maison, gestion administrative et financière, etc. — se trouvaient déjà, et plus qu’en germe, dans le Mercurio Peruano.

  • 47 Alexandre de Humboldt rapporta de son célèbre voyage en Amérique un exemplaire complet du Mercurio (...)
  • 48 Voir la traduction anglaise partielle du Mercurio Peruano par SKINNER, John, publiée sous le titre (...)

66On comprend donc qu’il ait pu séduire, outre de nombreux lecteurs de son temps, des hommes aussi ouverts et curieux de tout que Humboldt et Gœthe47, ou que les libéraux britanniques du début du xixe siècle48.

Haut de page

Notes

1 « If a person is not talented enough to be a novelist, not smart enough to be a lawyer, and his hands are too shaky to perform operations, he becomes a journalist. »

2 REGALDO, Marc, « Lumières, élite, démocratie : la difficile position des Idéologues », in Dix-huitième Siècle, n° 6, Paris, 1974, p. 194.

3 La Sociedad Académica publie ce texte — prononcé par un de ses membres le 21 avril 1783 — dans le Mercurio Peruano [dorénavant M. P.], t. V, nos 163-164 (26 et 29 juillet 1792), pp. 202-211, et termine ainsi sa note de présentation : « Aun no dudamos añadir que el amor de la ilustración y de la Patria, que comenzó a fermentar en los corazones de aquellos jóvenes, no influyó poco en la continuación de las tareas del Mercurio », Ibid., p. 211.

4 « Historia de la Sociedad Académica de Amantes del País, y principios del Mercurio Peruano », in M. P., t. I, n° 7 (23 janvier 1791), p. 49.

5 Voir CLÉMENT, Jean-Pierre, « Aproximación al Diario de Lima (1790-1793) y a Jaime Bausate y Mesa, su autor », in El Argonauta Español. Revue bilingue, franco-espagnole consacrée à l’étude de presse espagnole de ses origines à nos jours (XVII°-XXI° siècles), numéro 3 (2006), http://argonauta.revues.org/1001

6 « Historia de la Sociedad Académica… », in M. P., t. I, n° 7 (23 janvier 1791), p. 51 : « Vimos que aquella obra dejaba un hueco bastante para las materias que se agitaban en nuestros discursos académicos ».

7 CAMPOMANES, Discurso sobre el fomento de la industria popular, 1744, p. clii [Éd. de REEDER, John, Madrid, Instituto de Estudios fiscales, 1975, p. 108.]

8 Dans SEMPERE Y GUARINOS, Juan, Ensayo de una biblioteca española de los mejores autores del reinado de Carlos III, t. V, Madrid, Imp. Real, p. 136.

9 CERDÁN, Ambrosio, « Progresos y estado actual de la Sociedad de Amantes del País », in M. P., t. X, n° 332 (9 mars 1794), pp. 163-164.

10 CAMPOMANES, Discurso sobre el fomento de la industria popular, op. cit., pp. cxli-cxlii [Éd. de REEDER, John, op. cit., pp. 103-104.]

11 SEMPERE Y GUARINOS, Juan, Ensayo de una biblioteca española…, t. V, op. cit., pp. 178-188.

12 Voir les articles « Propuesta de unos premios para las disertaciones en que se proponga el método más económico, fácil y permanente para mejorar los caminos del Reino », in M. P., t. III, n° 74 (18 septembre 1791), pp. 41-46 et « Resultado de la propuesta de premios hecha en el Mercurio núm. 74 », in M. P., t. IV, n° 137 (26 avril 1792), pp. 283-284 : il y eut un seul candidat !

13 CERDÁN, Ambrosio, « Progresos y estado actual de la Sociedad de Amantes del País », in M. P., t. X, n° 330 (2 mars 1794), p. 145.

14 « Introducción a la Descripción científica de las plantas del Perú », in M. P., t. II, n° 43 (29 mai 1791), p. 69.

15 « Descripción de la Intendencia de Tarma », in M. P., t. VIII, n° 260 (30 juin 1793), p. 142.

16 « Publicación de un Breve de Nuestro Santo Padre… », in M. P., t. III, n° 71 (2 septembre 1791), p. 24 : « Bajo del punto de vista de ilustrar al Perú hemos comprendido a la naturaleza y al hombre en toda su extensión. »

17 « Rasgo histórico y filosófico sobre los cafés de Lima », in M. P., t. I, n° 12 (10 février 1791), p. 108.

18 « Propuesta de unos premios… », in M. P., t. III, n° 74 (18 septembre 1791), p. 46.

19 D’après GUSDORF Georges (L'Avènement des sciences humaines au siècle des Lumières, Paris, Payot, 1973, pp. 110-111), il y aurait eu 63 % d’analphabètes en France en 1785. La situation espagnole n’était, bien évidemment, pas meilleure (SARRAILH, Jean, L’Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Paris, Klincksieck, 1964, pp. 43-56). Pour une appréciation plus précise, voir SOUBEYROUX, Jacques, « La alfabetización en la España del siglo xviii », in Historia de la Educación, nos xiv-xv (1995-1996), Université de Salamanque, pp. 199-233.

20 KONETZKE, Richard, América latina. II : Época colonial, Madrid, Ed. Siglo XXI, 1972, p. 314.

21 « Introducción al Tomo VII del Mercurio Peruano », in M. P., t. VII, n° 209 (2 janvier 1793), p. 7.

22 « Introducción a la Descripción científica de las plantas del Perú », in M. P., t. II, n° 43 (29 mai 1791), p. 76. Voir aussi les exemples suivants, réellement tirés de la Gaceta de Lima : « Introducción al Tomo VII… », in M. P., t. VII, n° 209, p. 7 : « Admirábanse algunos de que hubiese quien perdía su tiempo en leer unos impresos que no se dirigían a publicar los debates del Parlamento Inglés, a politiquear sobre las novedades de la Dieta de Varsovia o a darnos la importantísima noticia de que el Stathouder se trasladó de Amsterdam a La Haya. »

23 Objectif réaffirmé dans les statuts de la Sociedad : « Arts. xxii y xxiii », in M. P., t. X, n° 329 (27 février 1794), p. 142.

24 Voir l’excellent ouvrage de GERBI, Antonello, La disputa del Nuevo Mundo. Historia de una polémica, 1750-1900, México, Fondo de Cultura Económica, 1960.

25 Demetrio Guasque le qualifie ainsi dans son « Oración fúnebre… del Mercurio Peruano… », in M. P., t. XI, n° 260 (21 août 1794), p. 264.

26 FELIPE V, Real Cédula, confirmando el privilegio en la impresión de libros de rezo, concedida por Felipe II al Monasterio del Escorial. Madrid: 20 juillet 1713. [Real Academia de la Historia, coll. « Mata Linares », t. CI, n° 5835, ffos 432-436.]

27 MENDIBURU, Manuel de, Diccionario histórico-biográfico del Perú, Lima, Enrique Palacios [2e éd. complétée par SAN CRISTÓVAL, Evaristo, 1931-1938, verb. « Cisneros, Fray Diego ».]

28 CLÉMENT, Jean-Pierre, « Decadencia y Restauración de la Medicina peruana a fines del siglo XVIII », in Asclepio, vol. XXXIX (1987), fasc. 2, pp. 217-238 ; MARIÁTEGUI, Javier, El Mercurio Peruano y la medicina. Lima, Universidad Peruana Cayetano Heredia, 1994.

29 ARIAS-SCHREIBER PEZET, Jorge, Los médicos en la independencia del Perú, Lima, Ed. Universitaria, 1971, pp. 1-48 et 61-69.

30 Ce terme, plus imprécis que celui d’article, semble préférable, parce qu’il s’applique aussi bien aux textes longs qu’à ceux qu’en langage journalistique on appelle les brèves (los sueltos).

31 En réalité, ce fut bien plus probablement l’œuvre de José Rossi y Rubí.

32 « Proyecto económico sobre la internación y población de los Andes de la provincia de Guamalíes… », in M. P., t. I, n° 32 (21 avril 1791), p. 290.

33 CAVAILLON GIOMI, Joan, Le Monde de l’édition sous le règne de Charles IV (1789-1808) à travers les annonces de librairie des journaux madrilènes. Thèse pour le Doctorat sous la direction d’Elisabel Larriba, Aix-Marseille Université, 2013, pp. 44-45.

34 Les 23 articles des statuts ont été publiés par le président de la Sociedad Académica Ambrosio Cerdán dans « Progresos y estado actual de la Sociedad de Amantes del País », in M. P., vol. X, n° 29 (27 février 1794), pp. 137-142.

35 Ces deux dernières conditions sont d’ailleurs imposées à tous, simples membres aussi bien que dirigeants.

36 Passons rapidement sur une troisième catégorie, celle des membres « honoraires », qui sont élus par la Sociedad Académica pour les services qu’ils lui ont rendus : « Statuts, art. viii », in M. P., t. X, n° 329 (27 février 1794), p. 139.

37  Le vice-président devait suppléer le président, lorsque celui-ci était empêché : « Statuts, art. xiv », in M. P., t. X, n° 329 (27 février 1794), p. 140.

38 MEDINA, José Toribio, La Imprenta en Lima, 1584-1824 [Réimpr. d’Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum, 1964-1967, vol. III, p. 222.]

39 MÉNDEZ Y LACHICA, Fray Tomás de, « Progresos del Papel periódico que se publica en Santa-Fe de Bogotá… », in M. P., III, n° 87 (3 novembre 1791), pp. 165-166.

40 CASO GONZÁLEZ, J. M., « El Censor, periódico de Carlos III », in El Censor, obra periódica comenzada a publicar en 1781 y terminada en 1787, Edición facsímil, Oviedo, Universidad de Oviedo, 1989, pp. 787-790 et 792-799.

41 « Disertación histórico-ética sobre el Real Hospicio general de Pobres de esta Ciudad… », in M. P., t. IV, n° 123 (11 mars 1792), p. 165, n° 67.

42 MEDINA, José Toribio, La Imprenta en Lima, 1584-1824, vol. I, op. cit., p. lix.

43 « Introducción al segundo año del Mercurio Peruano », in M. P., t. IV, n° 104 (1er janvier 1792), pp. 5-6 : « fueran sin duda menores [los gastos] — notent les auteurs — si, desatendiendo al aseo de la edición y a la comodidad de los que leen nuestras obras, se dieran éstas al público bajo de otra prensa menos costosa […]. »

44 CHECA GODOY, Antonio (Université de Séville), « La terminología periodística: sus orígenes y su consolidación », in Cuadernos de Ilustración y Romanticismo. Revista digital del Grupo de estudios del Siglo XVIII, n° 16 (2010), spécialement pp. 2-7: http://revistas.uca.es/index.php/cir/article/view/185/179

45 Antonio Checa Godoy, « La terminología periodística: sus orígenes y su consolidación », p. 2.

46 Novísima recopilación de las Leyes de España mandada formar por el Señor Don Carlos IV, Madrid, Impr. Real, 1805-1807 [Reprod. facsim., Madrid, Boletín Oficial del Estado, 1992.] : Décret royal du 3 mai 1805, Lib. VIII, Tít. XVI, L. XLI, p. 147.

47 Alexandre de Humboldt rapporta de son célèbre voyage en Amérique un exemplaire complet du Mercurio Peruano, dont frère Diego Cisneros lui avait fait cadeau ; il l’offrit à son tour à Gœthe. Celui-ci fit faire une traduction des principaux articles, qui fut publiée en 2 volumes à Weimar (Landes-Industrie-Comptoir Ed., 1808). Voir NÚÑEZ, Estuardo « La versión alemana del Mercurio Peruano », in Boletín Bibliográfico de la Biblioteca Central de la Universidad de San Marcos, Lima, 1936, vol. IX, n° 1, pp. 27-30.

48 Voir la traduction anglaise partielle du Mercurio Peruano par SKINNER, John, publiée sous le titre de The Present State of Peru (Londres, Richard Philips, 1805). Pour plus de précision sur cet épisode et sur le rôle de John Allen et des libéraux britanniques, voir aussi CLÉMENT, Jean-Pierre et PONS, André, « Mercurio Peruano et Edinburgh Review : une analyse libérale de la situation péruvienne à la veille de la guerre d’Indépendance », in Cahiers du Monde Hispanique et Luso-Brésilien (Caravelle), n° 31 (1978), Toulouse, pp. 113-133.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Clément, « La « Société des rédacteurs » du Mercurio Peruano (1790-1795) ou les premiers pas du journalisme « professionnel » », El Argonauta español [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1966 ; DOI : 10.4000/argonauta.1966

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Clément

Université de Paris-Sorbonne (Paris IV)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org