Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Pratiques journalistiques aux premiers temps de la presse espagnole (XVIII° - début du XIX° siècles)

Lorsque la presse est sa propre source : le Correo de las damas du baron de la Bruère (1804-1808)

Maud Le Guellec

Résumés

Cet article s’intéresse à la pratique de l’emprunt en vigueur dans la presse du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle, signe d’un rapport spécifique aux notions d’originalité et d’actualité. Dans le cadre de cette recherche, je me propose d’analyser la fréquence avec laquelle réflexions, anecdotes et poèmes circulent d’un périodique à l’autre à travers l’étude d’un cas extrême : celui du Correo de las damas, composé pour deux tiers au moins de fragments d’autres journaux espagnols. En retraçant la trajectoire des éléments qui s’y trouvent insérés, je tente ainsi de déterminer les journaux concernés par ces emprunts et de mettre en lumière les modalités et les motivations de ce système. Parmi cet ensemble de publications, une attention spécifique devra d’ailleurs être accordée au Diario de Valencia, au Diario de Sevilla et au Correo de Cádiz. En effet, le baron de la Bruère, éditeur du Correo de las damas mais aussi de ces trois autres titres, n’hésite pas à se répéter d’une publication à l’autre.

Haut de page

Texte intégral

1Poussés par le désir de faire connaître à leurs lecteurs des textes qu’ils jugent scientifiquement fondamentaux ou moralement bénéfiques, les journalistes du XVIIIe siècle sont loin d’être les rédacteurs de l’ensemble des articles et des poèmes qu’ils publient au sein de leur quotidien ou de leur hebdomadaire. Documents juridiques officiels, ouvrages érudits et dictionnaires, recueils de poèmes ou de nouvelles, contributions envoyées par des lecteurs désireux de prendre part aux visées éducatives de la presse culturelle naissante : nombreuses sont les sources mises à profit, que les emprunts soient clairement exprimés ou soigneusement tus. Il faut dire que les conditions dans lesquelles travaillaient les journalistes de l’époque ne pouvaient qu’inciter à cette pratique constante du réemploi : souvent seul, soumis à un système d’impression et de distribution espagnol défaillant (notamment dans la première moitié du siècle), tout éditeur de périodiques voulant publier chaque nouveau numéro dans les temps était amené à faire appel à des matériaux extérieurs. À ce titre, les journaux ilustrados sont souvent des patchworks, composés tout à la fois d’inédits et de reprises.

  • 1 Diario estrangero, Madrid, Imprenta de Gabriel Ramírez, 1763.
  • 2 Outre l’ouvrage fondamental de Paul-Jacques Guinard (La presse espagnole de 1737 à 1791. Formation (...)
  • 3 URZAINQUI, Inmaculada, « La prensa española y sus fuentes periódicas extranjeras », in Spanien und (...)

2Parmi l’ensemble des sources auxquelles les publicistes ont ainsi recours, j’ai décidé de m’intéresser tout particulièrement aux sources journalistiques. Celles-ci sont constituées, en premier lieu, par des périodiques étrangers : français et anglais, essentiellement, mais aussi hollandais ou italiens et, plus rarement, mexicains ou bien encore argentins. D’ailleurs, Nipho n’en fait pas mystère lorsqu’il rédige l’introduction à son Diario estrangero1 : « Los principales diarios y papeles públicos de París y otras Cortes de la Europa contribuirán para formar esta colección apreciable de noticias eruditas ». Le Mercure de France et les Mémoires de Trévoux, les Philosophical Transactions et la Gaceta de México prennent ainsi tour à tour place au sein des pages des périodiques espagnols. C’est là un procédé largement mis en lumière non seulement par les différentes études générales portant sur la presse de l’époque2 mais aussi par un certain nombre de travaux plus spécifiques, tels que ceux d’Inmaculada Urzainqui ou de Klaus-Dieter Ertler3. Mais les sources journalistiques auxquelles ont recours les publicistes espagnols sont aussi bien souvent nationales. Là encore, il n’est pas rare que ces emprunts aux journaux de la ville voisine soient explicitement revendiqués par les publicistes. Ainsi, les éditeurs du Semanario de Salamanca déclarent, le 22 août 1795 : « Como nada debe perdonarse para comunicar al público las noticias que puedan serle interesantes, el editor de este papel se aprovecha de cuantas halla en los periódicos del Reino, que tiene para este uso » (p. 187). Néanmoins, il me semble que la fréquence avec laquelle la presse espagnole du xviiie siècle est sa propre source incite à étudier de plus près cette dimension auto-référentielle ainsi que les modalités de ces reprises.

  • 4 L’article montre qu’au moins 40 % des éléments publiés dans le Correo de Cádiz provient d’autres jo (...)
  • 5 Correo de las damas, Cádiz, Imprenta de Manuel Ximénez Carreño / Nicolás Gómez de Requena, 1804-180 (...)

3C’est là une réflexion sur les pratiques journalistiques que j’ai commencé à mener au cours de mes recherches de doctorat puis, plus récemment, en me centrant tout particulièrement sur un cas extrême, dans lequel les redites prennent le pas sur les inédits, voire les supplantent entièrement : celui du Correo de Cádiz4. Ce que je me propose de faire ici, c’est de poursuivre cette réflexion en me penchant sur une autre publication du baron de la Bruère, qui s’avère être un cas plus extrême encore : le Correo de las damas5. Reste à préciser que les lignes qui suivent sont amenées à être complétées par de plus amples recherches. En effet, je n’ai pas pu avoir accès au dix-septième et dernier tome du Correo de las damas, dont l’unique exemplaire localisé se trouve dans la collection de Manuel Ravina Martín. Quant au seizième tome, il est à ce jour introuvable. Par ailleurs, il conviendrait de localiser et de dépouiller les numéros et tomes du Semanario de Salamanca, du Correo de Gerona, du Correo de Sevilla ou encore du Diario de Cartagena que je n’ai pu pour l’instant consulter, afin de retracer de manière plus exacte la trajectoire des textes publiés dans le bi-hebdomadaire gaditan.

Correo de las damasCorreo de las damas

Correo de las damas

Tome 1, page de garde

  • 6 AHN, Consejos, leg. 5566, exp. 100. Cité par Beatriz Sánchez Hita, « Prensa para mujeres en Cádiz d (...)
  • 7 Ce personnage clé dans la presse de la fin du xviiie siècle et du début du xixe a été étudié par El (...)
  • 8 Le quotidien paraît jusqu’en 1793 mais, comme l’indique María Román López dans « El barón de la Bru (...)

4Publié en parallèle puis en complément du Diario mercantil de Cádiz, dont l’édition débute en 1802, le Correo de las damas est conçu comme un périodique « littéraire » (au sens très large que le xviiie siècle donne à ce terme) destiné à un public féminin, en vue de « su instrucción y entretenimiento »6. Il mêle ainsi considérations morales et poèmes, anecdotes historiques et réflexions juridiques ou esthétiques. Et tout comme le Correo de Cádiz et son Postillón, le Correo de las damas est l’œuvre de José Lacroix, un prolifique éditeur de périodiques plus connu sous le titre de baron de la Bruère7, comme les initiales apposées sur la page de garde en témoignent : E.B.D.B.V.D.B. (El Barón de Bruère, Vizconde de Brie). En dehors des différentes publications qu’il tente, en vain, de lancer au cours des années 1790 et 1800, José Lacroix avait ainsi édité préalablement le Diario de Valencia en 1790 et 17918 et le Diario histórico y político de Sevilla en 1792 et 1793.

5Cet article se propose donc de mettre à jour le système d’échos en vigueur au sein de la presse espagnole du XVIIIe siècle à travers l’exemple particulièrement probant du Correo de las damas. Un simple coup d’œil à certaines des signatures apposées au fil des pages permet déjà d’entrevoir les dettes contractées par le périodique vis-à-vis de ses contemporains. Par ailleurs, la lecture du prologue inséré au début du premier tome du périodique est elle aussi révélatrice. À ceux qui accusent les journalistes d’être de simples copistes, José Lacroix rétorque:

  • 9 « Prólogo », in Correo de las damas, tome I, [pp. II-IV].

« El que no pare un poco la consideración en ello no hay duda que apoyará y celebrará esta descubierta; pero si reflexiona un poco vería que esta falta se les podría aplicar igualmente a los historiadores, a los sabios y a todos los escritores de primer orden. ¿Acaso los primeros han inventado los hechos que nos refieren en sus historias? ¿Los segundos han experimentado por ellos mismos todo cuanto nos proponen para nuestro gobierno? ¿Ni los demás escritores sobre tantas y tan diversas materias han hecho más que copiarse unos a otros, recopilando lo mejor de lo que han encontrado, añadiendo tal o tal, nuevo descubrimiento, o adelantamiento? No seguramente, el verdadero mérito de estos autores ha consistido en la coordinación de sucesos; en la veracidad de los hechos; en el orden cronológico, en las reflexiones y consecuencias, para nuestra enseñanza e instrucción, y en el estilo. Siendo esto así ¿cuánto mayor aplauso debían merecer los periódicos en que se da extractado y analizado cuanto han dicho de mejor todos aquellos grandes hombres? Cualquiera de sus obras consumirían [sic] mucho tiempo si se hubiesen de leer, aun cuando se tuviese proporción de tenerlas, y se supiesen todas las lenguas en que se han escrito »9.

6Le baron de la Bruère ne prétend donc aucunement que le Correo de las damas est entièrement inédit. Il reconnaît les emprunts auxquels il a recours, allant jusqu’à considérer que ce sont ces emprunts qui font l’intérêt même de la presse et que c’est la nécessité de « hacerse de obras escogidas, de suscribirse a todos los periódicos así nacionales, como extranjeros, para adquirir cuantas noticias, puedan ser de alguna utilidad » qui justifie le coût des journaux, particulièrement élevé si l’on considère le nombre de pages dont chaque numéro est constitué. Reste à analyser de plus près la fréquence de ces emprunts, les sources des différents éléments inclus dans le Correo de las damas ainsi que les modalités selon lesquelles se met en œuvre ce système de réemplois.

Correos, Semanarios… : les publications en jeu

  • 10 Diario de Madrid, Imprenta del Diario, 1758-1779 ; 1781 ; 1786-1917. El Censor, Madrid, 1781 ; 1783 (...)

7À ce stade de ma recherche, je peux affirmer que 67 % du contenu du Correo de las damas provient d’autres journaux espagnols de l’époque. Si d’autres dépouillements et d’autres croisements de données me permettront probablement d’identifier des emprunts supplémentaires, c’est là déjà un pourcentage qui montre à quel point le périodique de José Lacroix est un composé d’articles, d’anecdotes et de poèmes déjà parus dans l’un ou plusieurs des vingt-sept publications suivantes : Diario de Madrid, El Censor, Memorial literario, Correo de Madrid, Espíritu de los mejores diarios que se publican en Europa, El Argonauta español, Diario de Valencia, Diario de las musas, Diario de Murcia, Correo literario de Murcia, Diario histórico y político de Sevilla, Diario de Barcelona, Semanario erudito y curioso de Salamanca, Correo de Cádiz, Correo de Gerona, Mensagero económico y erudito de Granada, Semanario erudito y curioso de Málaga, Correo de Valencia, Semanario de Zaragoza, Correo de Xérez, Semanario de Granada, El Regañón general, Correo literario y económico de Sevilla, Variedades de ciencias, literatura y artes, Efemérides de España, Diario de Cartagena et Minerva o el Revisor general10.

  • 11 Seuls El Argonauta español, le Correo de Xérez et le Correo de Gerona ne sont pas concernés par ces (...)
  • 12 Ils sont ainsi à l’origine de respectivement 45, 43 et 41 reprises.
  • 13 Le Mensagero de Granada et le Diario de Valencia voient respectivement 27 et 26 de leurs articles o (...)
  • 14 Avec, respectivement, 15, 13, 11 et 10 éléments que l’on retrouve publiés dans le Correo de las dam (...)
  • 15 Le Memorial literario est la source de 8 éléments, le Correo de Valencia de 7, le Diario de las mus (...)

8Si l’on se penche tout d’abord sur les reprises « simples », autrement dit les cas où l’élément inséré dans le Correo de las damas n’a été publié préalablement que dans un seul périodique, la liste se réduit très légèrement et compte vingt-quatre journaux11. Dans ces 486 reprises simples, il n’y a en principe pas de doute à avoir sur la source à laquelle a recours José Lacroix : il est en effet peu probable que l’éditeur, abonné comme il le dit lui-même à un grand nombre de périodiques, reprenne un article publié dans un journal espagnol non pas du journal en question mais d’une source antérieure : journal étranger, encyclopédie, miscellanée. Cette certitude nous permet donc de juger de l’importance relative de chacun des différents périodiques dans la constitution du Correo de las damas. De très loin, c’est ainsi le Semanario de Zaragoza qui est à l’origine du plus grand nombre d’éléments repris par l’éditeur gaditan : on retrouve ainsi 84 articles, récits et pièces en vers issus du Semanario dans les pages du Correo. Le Diario de Madrid est également une véritable source d’inspiration, avec 59 reprises. Et le Semanario de Salamanca, le Correo de Sevilla et le Correo de Cádiz sont tous les trois à l’origine d’une quarantaine de reprises12. Après ces quelques sources privilégiées, six périodiques témoignent également d’une importance certaine, puisqu’une vingtaine d’éléments issus de leurs pages sont répétés au sein des numéros du Correo de las damas. C’est le cas du Mensagero de Granada, du Diario de Valencia, du Correo de Murcia, de l’Espíritu de los mejores diarios, du Semanario de Málaga et du Correo de Madrid13. On peut également relever les journaux dont sont tirés une dizaine d’éléments : le Diario de Barcelona, le Diario de Sevilla, Minerva et El Regañón general14. Les autres emprunts se font de manière plus ponctuelle et dispersée15.

  • 16 Le dialogue est publié le 10 juillet 1800 dans le Semanario de Granada, le 11 janvier 1804 dans le (...)
  • 17 L’article est publié dans le numéro du 29 février 1789 d’El Espíritu, dans ceux du 29 juin et du 3 (...)

9Mais à ces reprises simples s’ajoutent 186 reprises doubles, triples et même quadruples. Intéressons-nous, pour le moment, à la seule trajectoire de l’ensemble de ces éléments qui apparaissent plus d’une fois dans la presse espagnole avant d’être insérés dans le Correo de las damas, sans prendre en compte la publication qui joue ici le rôle de source pour le baron de la Bruère. Les reprises doubles, au nombre de 156, s’imposent largement. La plupart du temps, les deux publications alors concernées (en plus du Correo de las damas) forment des binômes occasionnels : le Semanario de Granada et le Correo de Sevilla, par exemple, insèrent tour à tour un dialogue philosophique entre Anacréon et Aristote, qui sera par la suite repris dans le Correo de las damas16. De même, un article portant sur la littérature au temps des Romains est proposé successivement aux lecteurs d’El Espíritu de los mejores diarios et du Mensagero de Granada, avant d’être soumis à la réflexion de ceux du Correo de las damas17. Certaines combinaisons de journaux, pourtant, tendent à se répéter. À trois reprises, un article est publié à la fois dans le Correo de Madrid, le Correo de Valencia et le Correo de las damas. À six reprises, le même élément apparaît dans le Correo de Madrid, le Semanario de Zaragoza et le Correo de las damas. À huit reprises, la trajectoire d’un article passe par le Diario de Sevilla, le Correo de Cádiz et le Correo de las damas. Et ce ne sont là que quelques exemples, parmi les moins fréquents. Pas moins de 11 éléments se répètent entre le Diario de Madrid, le Diario de Cartagena et le Correo de las damas, pas moins de 15 entre le Correo de Murcia, le Semanario de Málaga et le Correo. Une combinaison, surtout, s’impose : celle qui lie le Diario de Madrid, le Correo de Cádiz et le Correo de las damas. 30 éléments, en effet, sont insérés tour à tour dans ces trois journaux. Or pour tous ces cas où se répète une même association de trois périodiques, tout laisse à croire que l’élément inséré a été recopié du premier journal dans le deuxième, puis du deuxième journal dans le troisième. La trajectoire, alors, est linéaire et permet de retracer les réseaux d’influence en vigueur au sein de la presse espagnole. On peut en effet déduire de ces différents itinéraires que les éditeurs du Diario de Cartagena étaient abonnés au Diario de Madrid et ceux du Semanario de Málaga au Correo de Murcia, ou tout du moins qu’ils avaient accès à un certain nombre de leurs tomes. Quant au baron de la Bruère, il est plus que probable qu’il s’inspire, lui, du Diario de Cartagena et du Semanario de Málaga. Quelles sont les probabilités, en effet, pour qu’il recopie du Diario de Madrid et du Correo de Murcia strictement les mêmes articles et poèmes qui ont, quelques années auparavant, attiré l’attention d’autres journalistes avant lui ?

10En ce qui concerne les reprises triples et quadruples, les combinaisons sont quasiment toutes uniques. Mais constater qu’un même rêve littéraire, condamnant la luxure et l’avarice, est publié le 20 octobre 1786 dans le Correo de Madrid, le 16 janvier 1791 dans le Correo de las musas, les 21 et 25 mai 1798 dans le Correo de Valencia et, enfin, en 1806 dans le dixième tome du Correo de las damas est déjà en soi remarquable. Plus encore, la fable « Los asnos letrados » le 1er décembre 1792 dans le Correo de Murcia réapparaît le 16 novembre 1793 dans le Semanario de Salamanca, le 22 novembre 1796 dans le Correo de Cádiz, le 15 mars 1805 dans le Diario de Cartagena et, la même année, dans le sixième tome du Correo de las damas (pp. 182-186). À travers ces quelques exemples, on voit à quel point les journaux espagnols n’ont de cesse de réutiliser encore et encore les mêmes matériaux.

D’un journal à l’autre: la trajectoire des éléments publiés dans le Correo de las damas

  • 18 C’est en réalité « Cor. de Sav. » qui apparaît à la suite de l’épigramme, mais on peut attribuer ce (...)
  • 19 Ces cinq reprises proviennent des numéros du 5 octobre 1803, du 18 février 1804, des 19 et 22 févri (...)
  • 20 Ces quatre reprises proviennent des numéros du 15 avril 1799, du 12 décembre 1799, du 17 juillet 18 (...)
  • 21 « Sem. de Salam. » se trouve à la page 338 du sixième tome du Correo de las damas, « Diar. Barc. » (...)
  • 22 La letrilla publiée dans le dixième tome (pp. 139-140) provient du Diario de Murcia du 1er mars 179 (...)
  • 23 « C. de M. » est mis pour Correo de Murcia dans le tome 5 (pp. 367-368) et le tome 11 (pp. 149-154) (...)
  • 24 On trouve ces différentes signatures aux tomes 12 (pp. 108-110 et pp. 123-134), 13 (pp. 257-268 et (...)

11Suivant en cela la pratique de son temps, le baron de la Bruère fait donc une sélection, au sein de différentes publications périodiques espagnoles, d’articles et de poèmes qu’il édite à son tour dans le Correo de las damas. Mais s’il ne cache pas, dans le prologue, qu’il aura recours à ces emprunts, au sein du Correo il ne reconnaît que très rarement ses dettes. Pour à peine 7 % des reprises simples, en effet, des initiales apposées à la suite de l’élément inséré indiquent la source utilisée. Des 43 reprises issues du Correo de Sevilla, seules huit attestent de leur origine par les lettres « C. de S. » (ou, à une occasion, par le plus explicite « Cor. de Sev. »18)19. Bien plus, des 84 reprises issues du Semanario de Zaragoza, seules quatre se concluent par un « S. de Z. » (ou « S.Z. »)20. Les quelques « D. de M. » [Diario de Madrid], « C.d.V. », « C. de V. » ou « C. de Val. » [Correo de Valencia], « S. de S. » [Semanario de Salamanca], « M. de G. » ou « M.d.G. » [Mensagero de Granada] qui apparaissent au détour de quelques numéros sont loin de refléter l’importance des emprunts réalisés. D’ailleurs, il n’est pas toujours aisé de déchiffrer ces reconnaissances de source. S’il arrive parfois à José Lacroix d’être plus explicite, apposant à la fin d’un article « Sem. de Salamanca », « Diar. Barc. » ou « Minerv. »21, il est souvent nécessaire de consulter différents journaux pour retracer la trajectoire de l’élément inséré. Ainsi, « D.M. » renvoie parfois au Diario de Murcia, parfois au Diario de Madrid22. « C. de M. » peut aussi bien se référer au Correo de Madrid qu’au Correo de Murcia23. Et les signatures « R. num. 5 », « R.G. », « El R.G. », « El P.R.G. » sont à première vue bien énigmatiques. Seule une connaissance du contenu d’El Regañón general24 permet d’en déduire avec certitude la signification.

  • 25 Le roman est publié dans le Diario de Barcelona du 9 au 15 octobre 1795, l’article sur les châtaign (...)
  • 26 Beatriz Sánchez Hita et María Román López ont identifié ce dictionnaire comme étant le Dictionnaire (...)
  • 27 Ces indications apparaissent respectivement dans les tomes 1 (p. 207), 4 (p. 357) et 13 (p. 251).
  • 28 La lettre de contributeur est insérée le 13 octobre 1792 dans le Correo de Murcia et est reprise da (...)
  • 29 On trouvera cette formule, dans le Diario de Madrid, à la page 126 du numéro du 1er février 1804 et (...)

12À l’absence quasi systématique d’indication du périodique dont le Correo de las damas se sert s’ajoutent par ailleurs bien des moyens pour compliquer encore la reconstitution de la trajectoire des éléments insérés. Ainsi, il est courant que le baron de la Bruère cite la source initiale, celle dont s’est servi le premier périodique espagnol à insérer l’article publié dans le Correo de las damas, gommant ainsi les étapes intermédiaires de la circulation de l’article en question. Au lieu d’indiquer que le roman Sofronimo, publié dans le premier tome (pp. 35-51), et la « Noticia histórica de las castañuelas », publiée dans le dixième tome (pp. 417-420), sont empruntés au Diario de Barcelona25, c’est la source première qui est mentionnée : « M. Florian » dans le premier cas, le « Diccion. de M. Sabatthier » dans le second26. De même, il est courant qu’un article repris à l’Espíritu de los mejores diarios ne soit pas reconnu comme tel, mais que soit citée la source utilisée par l’Espíritu lui-même : le Journal de Genève, la Critical Review ou encore les Noticias de la República de las letras27. Une autre habitude de José Lacroix contribue également à brouiller les pistes : celle de recopier des lettres de lecteurs en modifiant les formules de politesse pour feindre que les lettres ont été adressées au Correo de las damas lui-même. Ainsi, une proposition de concours faite par un contributeur au Correo literario de Murcia, dans l’idée d’inciter les personnes érudites à prendre part à la constitution du périodique, apparaît précédée d’un « Señor Editor del Correo de las Damas », alors qu’elle était initialement adressée aux « Señores Editores del Correo de Murcia »28. Et G. prend congé du Diario de Madrid par un « Agur Sr. Diarista » qui, sous la plume du baron de la Bruère, se transforme en un « Agur Sr. Edictor »29.

  • 30 Cette critique est publiée dans le Diario de Barcelona du 26 au 30 juillet 1797. Avant d’être insér (...)
  • 31 Les signatures C. [pour Calvo] et C. de T. [pour Cayetano Torres] apparaissent dans les tomes 2 (p. (...)
  • 32 Correo de las damas, tome 7, pp. 343-350.
  • 33 P. J. y C. [Pablo de Jérica y Corta], Diálogo científico sobre los periódicos de Cádiz: Diario y Co (...)

13Il est vrai que certaines signatures, lorsqu’elles restent intactes, permettent d’identifier plus aisément la source d’un emprunt. La letrilla signée « Dobraso » dans le numéro du 17 octobre 1795 du Semanario de Salamanca est reproduite avec la même signature dans le deuxième tome du Correo (pp. 289-291). Et la critique faite contre les romans modernes, insérée dans le septième tome du Correo de las damas (pp. 302-315) et signée « El abate Absent », apparaissait avec la même signature dans le Diario de Barcelona dont elle est extraite30. Mais ces cas de respect de la signature sont rares. La plupart du temps, les signatures originales sont supprimées ou tronquées : Calvo devenant C., Cayetano Torres devenant C. de T., Salanoba devenant S.31. Plus souvent encore, c’est une nouvelle signature qui fait son apparition, en lieu et place soit d’une toute autre signature initiale, soit de l’anonymat. La réflexion sur la question de la noblesse publiée sans signature aux numéros 162 et 163 d’El Censor est signée par « F.A. » dans le tome 10 du Correo de las damas (pp. 293-307). L’épitaphe « A un jugador de lotería », initialement signée « Don C.L.A. » dans le Mensagero de Granada (30 juin 1796) est publiée comme étant de « D.F.M. » dans le Correo (tome 3, p. 16). C’est là encore une façon de s’approprier l’élément inséré, de gommer son origine. D’ailleurs il est même un cas, celui de « La Isabela. Escena unipersonal »32, où l’élément inséré est non seulement assorti d’une nouvelle signature (Fileno) mais apparaît présenté comme inédit, alors que le même monologue a été publié le 19 mars 1798 par le Correo de Valencia. Même si, dans ce cas précis, il est possible que José Lacroix ait, comme il le dit, reçu l’écrit d’un lecteur et qu’il ignore sa véritable origine, il n’en reste pas moins que l’éditeur ne prend pas souvent soin de signaler ses emprunts, et s’efforce même par bien des moyens de les dissimuler. Prenons-en pour preuve le fait qu’une fois sur cinq, les articles et poèmes pris à des journaux espagnols apparaissent signés « B. » ou « B.B. », le baron de la Bruère s’en attribuant ainsi le mérite. La réflexion sur le théâtre espagnol publiée de manière anonyme dans le Semanario de Málaga du 9 août 1796, par exemple, est attribuée à « B.B. » dans le Correo de las damas (tome 1, pp. 83-93). Et l’épigramme « Los dos mejores días del casao » d’Ascanio, parue le 3 septembre 1796 dans le Diario de Madrid, est signée « B. » dans le tome 13 du Correo de las damas (p. 237). Pablo de Jérica y Corta s’indigne d’ailleurs de cette pratique dans un Diálogo científico sobre los periódicos de Cádiz, publié en 1804, lorsqu’il affirme : « lo que absolutamente no se puede tolerar en el Correo de las Damas es que el Señor Editor inserte muchas obras ajenas sin citar sus respectivos autores, y firmándolas con las letras iniciales de su nombre. Este modo de obrar, no solamente es un plagio, sino también una ingratitud muy reprehensible »33.

  • 34 Le 23 février 1793, le 15 octobre 1799 et dans le tome 5 (pp. 376-379).
  • 35 Le 12 décembre 1794, le 17 septembre 1805 et dans le tome 13 (pp. 197-198).
  • 36 Le 4 août 1790, le 30 novembre 1792, le 11 juin 1794 et dans le tome 9 (pp. 335).
  • 37 Le 15 septembre 1795, le 29 décembre 1797 et les 20 et 23 février 1798.

14Dans ces conditions, rendues possibles par le manque de reconnaissance juridique des droits d’auteur en vigueur à l’époque, il n’est pas évident de retracer la trajectoire des éléments insérés dans le Correo de las damas dans les cas de reprises multiples. Parmi les journaux concernés dans la trajectoire de ces emprunts, comment savoir, en effet, lequel a servi de source à l’éditeur ? Il est des cas où la source est spécifiée. Ainsi, une « Invectiva poética » est tour à tour proposée aux lecteurs du Correo de Murcia, du Semanario de Málaga et du Correo de las damas34 mais les initiales « C. de M. » qui apparaissent dans le numéro du Correo de las damas laissent croire que c’est du premier périodique que le baron de la Bruère a extrait le poème. La fable « El cántaro de barro » est quant à elle successivement publiée par le Diario de Madrid, le Diario de Cartagena et le Correo de las damas35 mais si l’on en croit l’ajout d’un « D. de C. », c’est le Diario de Cartagena et non celui de Madrid qui est ici la source du Correo de las damas. D’autres fois, ce sont les signatures qui permettent de trancher. L’ode « A la mariposa » se retrouve successivement publiée dans le Correo de Madrid, le Diario de Sevilla, le Diario de Madrid et le Correo de las damas36. Or la signature qui apparaît dans le Correo de las damas (« R.V. ») semble venir d’une simplification de celle du Diario de Sevilla (« R.V.O.C. »), tandis que l’ode reste anonyme dans le Correo de Madrid et est signée « T.D.V. » dans le Diario de Madrid. De même, l’ode « Despedida del pastor Fileno a su pastora » publiée le 1er juillet 1794 dans le Diario de Madrid est reprise ensuite par le Semanario de Zaragoza (6 février 1800) et par le Correo de las damas (tome 7, pp. 87-89). Mais anonyme dans le Diario de Madrid, l’ode apparaît signée par « Delio » dans le Semanario. Or cette même signature est apposée à la fin de l’ode dans le Correo, preuve que José Lacroix s’est ici servi, encore une fois, du Semanario de Zaragoza pour remplir les pages de son bi-hebdomadaire. Mais ces cas où les initiales qui apparaissent en fin d’article permettent de déterminer la source journalistique du Correo de las damas sont rares, et doivent être considérés avec prudence. En effet, lorsque les initiales « D.D.l.M. » apposées à la fin du « Diálogo entre la Curiosidad y el Desengaño » au tome 1 du Correo de las damas (pp. 29-34) suggèrent que l’origine de ce dialogue est le Diario de las musas, lorsque l’article sur l’importance de la géographie critique, à la fin duquel apparaissent les lettres « S. de S. », semble être extrait du Semanario de Salamanca (tome 13, pp. 281-284) ou bien encore lorsqu’un « C. de M. » laisse à penser que le « Discurso moral sobre los pensamientos criminales » inséré dans le cinquième tome du Correo de las damas (pp. 177-186) provient du Correo de Murcia, les initiales alors apposées sont en réalité trompeuses. Dans chacun de ces exemples, en effet, l’article concerné a été préalablement publié par le baron de la Bruère dans le Correo de Cádiz37. Si le Diario de las musas, le Semanario de Salamanca et le Correo de Murcia ont servi de source au Correo de Cádiz, ils ne sont donc pas la source directe du Correo de las damas, contrairement à ce que les initiales finales laissent à penser. C’est d’ailleurs cette relation particulière entre les différents périodiques édités par José Lacroix qu’il convient à présent d’étudier.

En passant par le Diario de Valencia, le Diario de Sevilla et le Correo de Cádiz

  • 38 Comme indiqué plus haut, c’est Pascual Marín qui reprend l’édition à compter de janvier 1791.
  • 39 Tous deux sont publiés dans le tome 14 du Correo de las damas (p. 54 et pp. 289-298). Ils provienne (...)
  • 40 À propos du conte « El loco por la pena es cuerdo », publié le 15 mars 1796.

15Éditeur du Diario de Valencia en 1790-1791, du Diario de Sevilla en 1792-1793 et du Correo de Cádiz en 1795-1800, le baron de la Bruère met en effet à profit chacune de ses réalisations journalistiques pour nourrir les pages de son quatrième périodique. De moindre longévité, le Diario de Sevilla est le moins réutilisé : présent dans 13 reprises simples et dans 17 reprises multiples, il est concerné, au total, par 4 % des reprises. Le Diario de Valencia, lui, intervient dans 8 % des trajectoires empruntées : il intervient en effet dans 26 reprises simples et 29 reprises multiples. Reste à préciser, cependant, que les numéros ainsi réutilisés ne sont pas tous édités par le baron lui-même38. Mais c’est de loin le Correo de Cádiz qui est le plus fréquemment exploité : présent dans 41 reprises simples et dans 100 reprises multiples, le Correo de Cádiz est ainsi très probablement la source directe de 20 % des reprises que l’on retrouve dans le Correo de las damas. En résumé, donc, 30 % des emprunts mettent en jeu au moins l’un des trois précédents journaux du baron de la Bruère. Si les journalistes du XVIIIe siècle sont souvent amenés à réutiliser du matériel déjà publié dans la presse, bousculés qu’ils sont par les impératifs de temps et limités par le manque de moyens matériels et humains, José Lacroix, lui, va jusqu’à réutiliser des articles, des anecdotes, des fables dont il a déjà tiré un profit économique. C’est là un recours dont il n’est pas fait mention dans le prologue. À deux occasions seulement, la mention « C. de C. » est apposée à la suite d’un élément repris au Correo de Cádiz par le Correo de las damas : l’épigramme « A un avariento » et le discours moral « Desengaño »39, signe probable de la reconnaissance (quoique peu transparente) de la réutilisation par le baron de la Bruère de son propre travail. Reste à préciser, cependant, que ces mêmes initiales sont utilisées dans le Correo de Cádiz, pour faire référence probablement à une source antérieure40. Il est donc possible aussi que ce soit à cette même source que le Correo de las damas renvoie.

  • 41 Le 20 juillet 1788, le 3 mars 1793, le 11 septembre 1795 et dans le tome 14 du Correo de las damas (...)
  • 42 Le 30 janvier 1791, le 4 décembre 1792, le 22 mai 1795 et dans le 1er tome du Correo de las damas ( (...)
  • 43 Le 3 mars 1788, le conte est publié dans l’Espíritu de los mejores diarios. Il est ensuite à nouvea (...)
  • 44 Publié le 21 octobre 1790 dans le Diario de Valencia, le 25 octobre 1792 dans le Diario de Sevilla, (...)
  • 45 Publié le 24 novembre 1790 dans le Correo de Madrid, le rêve apparaît ensuite le 24 septembre 1792 (...)

16Par ailleurs il est courant que le baron de la Bruère réutilise son travail non pas une fois seulement, mais deux voire trois fois. Ainsi, à huit reprises un même élément est publié successivement dans le Diario de Valencia, le Correo de Cádiz et le Correo de las damas. À quinze reprises, même, si l’on considère les cas des articles publiés non seulement dans ces trois périodiques mais aussi dans d’autres journaux de l’époque. Ainsi, « La cabaña. Rasgo filosófico-moral », publiée pour la première fois dans le Correo de Madrid le 17 octobre 1787, apparaît par la suite le 20 novembre 1790 dans le Diario de Valencia, le 6 février 1795 dans le Correo de Cádiz et en 1804, dans le troisième tome du Correo de las damas. De même, huit éléments sont répétés entre le Diario de Sevilla et le Correo de Cádiz : les « Reflexiones sobre las edades » des 1er et 2 novembre 1792 du Diario de Sevilla, par exemple, sont publiées ensuite les 16 et 20 mars 1798 dans le Correo de Cádiz et en 1806 dans le tome 9 du Correo de las damas (pp. 186-193). Et deux autres fois, la trajectoire de l’élément qui se répète entre ces trois publications de José Lacroix est précédée d’une première insertion dans la presse espagnole. L’« Examen de algunos axiomas populares » circule des pages du Diario de Madrid à celles du Diario de Sevilla, du Correo de Cádiz et du Correo de las damas41. L’article sur « Los talentos naturales » est proposé aux lecteurs madrilènes du Diario de las musas avant de l’être aux Sévillans et aux Gaditans42. Il y a même au moins trois éléments qui transitent par les quatre publications de Lacroix : le conte « Los proyectos », tiré de l’Espíritu de los mejores diarios43, le conte « La descendencia de los Modorros »44 et le rêve « Ocio pueril », initialement publié dans le Correo de Madrid45.

  • 46 Tome 1, pp. 342-345 et tome 14, pp. 396-399.
  • 47 Tome 3, pp. 192-200 et tome 13, pp. 70-77.
  • 48 Tome 5, pp. 343-349 et tome 15, pp. 257-263.
  • 49 Tome 8, pp. 399-400 et tome 9, pp. 181-183. Tome 14, pp. 202-215 et tome 15, pp. 144-156.
  • 50 Tome 5, pp. 71-73 et pp. 187-189.

17Le baron de la Bruère, donc, ne se contente pas de réutiliser les journaux espagnols de son temps. Il va jusqu’à réutiliser ses propres publications, comme pour tirer le profit maximal des textes dénichés. Et ces « auto-emprunts » ne se donnent pas à voir seulement entre le Diario de Valencia et le Diario de Sevilla, entre le Correo de Cádiz et le Correo de las damas : certaines répétitions se font au sein même du Correo de las damas. Ce n’est pas là un phénomène complètement étranger à la presse de l’époque : le même « Dicho gracioso » apparaît ainsi dans le Semanario de Zaragoza une première fois le 13 février 1800, puis une seconde le 10 avril. Le Diario de Valencia publie les mêmes liras « Contra la venganza » le 1er et le 22 mai 1797. Mais ce sont des cas extrêmement rares. Or dans le Correo de las damas, la pratique se généralise puisque l’on compte 28 auto-emprunts au cours des quinze premiers tomes du périodique. Le romance « No hay mal que por bien no venga », publié dès le premier tome du bi-hebdomadaire, réapparaît ainsi trois ans plus tard dans le quatorzième tome46. L’anecdote sur Blanca Capelo du tome 3 est à nouveau racontée aux lecteurs dans le tome 1347. La réflexion sur l’expérience et la raison comme « medios ciertos para el mayor progreso de las ciencias, y desvanecer las máximas falsas de los escritores antiguos » est tour à tour proposée dans le tome 5 et dans le tome 1548. Or ces répétitions ne donnent lieu à aucune justification de la part de José Lacroix. Elles ne sont d’ailleurs même pas signalées : seule la connaissance des numéros et des tomes précédents permet de les déceler. Particulièrement satisfait de la vente du numéro concerné, peut-être, ou tout simplement en cruel manque de matériaux, l’éditeur réemploie ainsi ses propres trouvailles et propose à ses lecteurs le même texte à deux reprises. Le Correo de las damas, alors, devient sa propre source. Et il arrive même que la répétition se fasse entre deux numéros publiés à quelques mois d’intervalle seulement. Ainsi, l’anacreóntica « De Cupido embriagado » tout comme une lettre de contributeur se demandant s’il convient d’écrire les pièces de théâtre en vers ou en prose paraissent à deux reprises dans le Correo de las damas au cours d’une même année. Ils sont insérés, de ce fait, dans des tomes contigus : l’un en 1806 dans les tomes 8 et 9, l’autre en 1807 dans les tomes 14 et 1549. Une letrilla, construite sur le refrain « No le quiero », est même publiée deux fois dans le même tome, à une petite centaine de pages d’intervalle, autrement dit dans un délai d’environ un mois50.

Quels délais de publication, pour quel degré d’actualité ?

18Reste à interroger les modalités pratiques de ces emprunts, en commençant par regarder de plus près cette question des délais de publication.

  • 51 Academia de ociosos, Cádiz, Imprenta Real de Marina de Manuel Espinosa de los Monteros, 1763-1764, (...)

19Si le principe même de copier des articles d’un journal à un autre montre que les concepts de nouveauté et d’originalité ne sont pas primordiaux, les laps de temps qui s’écoulent entre chaque publication montrent quant à eux que le concept d’actualité n’est pas non plus privilégié par le baron de la Bruère. En cela, la réponse que donne l’éditeur de l’Academia de ociosos à ses détracteurs qui lui reprochent que les matières dont il traite ne sont pas nouvelles pourrait être celle de l’éditeur du Correo de las damas : « Demos que las noticias no sean como el chocolate, el vino y el tabaco, que dicen son mejores los más antiguos. Pero a lo menos me concederán que las verdades no son como el paño y las hermosuras, que pierden por la vejez »51. En effet, si l’on considère pour chaque emprunt le temps qui s’écoule entre la première parution de l’élément concerné et son insertion dans le Correo, on constate que plus de 37 % des reprises se font dans un délai de 5 à 10 ans, et un peu moins de 49 % dans un délai égal ou supérieur à 10 ans. Dans seulement 14 % des cas, donc, la reprise apparaît au terme de moins 5 ans, délai pourtant déjà excessivement long. Et dans seulement 4 % des cas, l’emprunt se fait la même année que la première publication dans la presse espagnole. Ce n’est donc qu’exceptionnellement que le Correo de las damas emprunte articles et poèmes à un numéro de périodique relativement « récent » (un délai de plusieurs mois restant très lâche pour un bi-hebdomadaire).

  • 52 Le tome 10 comprend les numéros du Correo de las damas parus en juillet, août et septembre 1806.
  • 53 Le tome 11 correspond en effet aux mois d’octobre à décembre 1806.
  • 54 SÁNCHEZ HITA (Beatriz), ROMÁN LÓPEZ (María), La prensa femenina en Cádiz, op. cit.

20Il serait intéressant d’affiner davantage la temporalité de ces emprunts, mais le fait d’avoir accès aux tomes non datés du Correo de las damas et non à ses numéros nous réduit à des approximations. En considérant les années de publication de chaque tome et en prenant en compte le fait que chaque tome est trimestriel, comme indiqué dans le prologue du deuxième tome, il apparaît que la fable « El padre y sus dos hijos », publiée le 30 janvier 1806 dans le Memorial literario, est certes insérée dans le Correo de las musas dans le courant de la même année, mais au moins cinq mois plus tard52. Et l’une des anecdotes dramatiques racontées le 18 mars 1806 dans Minerva o el Revisor general se voit répétée dans le journal gaditan en 1806 également, mais dans un délai de plus de six mois minimum53. Le délai de publication reste donc important, si ce n’est en quelques rares occasions. Ainsi, l’anecdote « Los gitanos » publiée les 14 et 17 mai 1806 dans le Correo de Sevilla est répétée dans le neuvième tome du Correo de las damas, qui correspond aux numéros d’avril, mai et juin, ce qui ramène le délai de publication à un maximum d’un mois et demi. Et dans deux cas au moins, l’écart se resserre davantage. Les Efemérides, le 7 juin 1805, publient un conte moral intitulé « La educación a la moda », également édité dans le cinquième tome du Correo de las damas (tome qui reprend les numéros des mois d’avril, de mai et de juin de l’année 1805). Or si, en l’absence de reconnaissance de source, la question de savoir quel périodique a été copié par l’autre pourrait se poser, le découpage par numéros exposé par Beatriz Sánchez Hita et María Román López54 nous permet d’affiner l’approche temporelle de cet emprunt. Selon ce découpage, en effet, il est possible de déterminer que cette anecdote prend place dans les numéros 19 et 20 du tome 5. Or ces numéros, si le Correo de las damas parait bien le mardi et vendredi (et tout semble l’indiquer), sont publiés les 21 et 24 juin. Tout juste 14 jours, donc, séparent la première parution du conte dans la presse espagnole et sa répétition dans le Correo de las damas. Selon le même raisonnement, nous pouvons également déduire que l’anecdote sur Santevil proposée par le Correo de Sevilla à ses lecteurs le 15 juin 1805 et publiée à nouveau dans le cinquième tome du Correo de las damas appartient au numéro 26, paru le 28 juin 1805. 13 jours, donc, se sont écoulés entre les deux publications de l’anecdote.

  • 55 Le 27 octobre 1786 dans le Correo de Madrid et dans le tome 10 du Correo de las damas (pp. 326-328)
  • 56 Le 15 décembre 1786 dans le Correo de Madrid et dans le tome 12 du Correo de las damas (pp. 272-279 (...)

21En dehors de ces rares cas où quelques jours seulement séparent la publication dans le Correo de las damas de la première publication dans la presse espagnole, José Lacroix est donc loin de privilégier l’actualité de ce qu’il propose à ses lecteurs. Dans cette perspective, on peut d’ailleurs relever deux cas particulièrement extrêmes : celui de l’Espíritu de los mejores diarios et celui du Correo de Madrid. En effet, des vingt-sept éléments qui transitent de l’Espíritu vers le Correo de las damas, aucun ne date de moins de 15 ans. L’interrogation sur la question de savoir si les sciences ont corrompu ou non les mœurs, proposée les 2 et 9 août 1790, est ainsi reprise en 1805 dans le cinquième tome du Correo de las damas. Et plus de la moitié des emprunts courent sur 18 ans ou plus : une dissertation sur le thé incluse dans le numéro du 7 juillet 1788 de l’Espíritu paraît en 1807, dans le tome 12, et l’anecdote sur Charles Ier proposée en 1807, dans le tome 15, avait été publiée vingt ans plus tôt par Cristóbal Cladera, le 15 septembre 1787. De même, aucun des quarante-six emprunts contractés par le baron de la Bruère auprès du Correo de las damas ne date de moins de 15 ans. On en compte 8 datant de 18 ans, 7 datant de 19 ans, 3 datant de 20 ans et 3 encore datant de 21 ans. C’est ainsi qu’une même anecdote est proposée aux lecteurs en 1786 puis en 180655, et la « Carta de Xenocrates a Friné, en que reprehende su vida viciosa, y hace elogio de la filosofía » en 1786 puis en 180756. Il ne fait donc aucun doute que José Lacroix n’accorde aucune importance particulière à la date de publication des articles et des poèmes qu’il insère dans son journal.

Lorsque deux emprunts proviennent d’un seul et même numéro, d’un seul et même tome

  • 57 SÁNCHEZ HITA (Beatriz), ROMÁN LÓPEZ (María), La prensa femenina en Cádiz, op. cit.

22En réalité, c’est un tout autre critère que celui d’actualité qui s’impose bien souvent au moment de déterminer les éléments qui seront insérés dans le Correo de las damas. Un critère double, d’accessibilité et d’économie. En effet, lorsque le baron de la Bruère a accès à un numéro ou à un tome entier d’un périodique, il est très courant qu’il l’exploite pleinement, en ne recopiant non pas un seul article ou un seul poème issu de celui-ci mais bien plusieurs d’entre eux. C’est d’ailleurs une modalité d’emprunt dont l’existence de blocs thématiques au sein du Correo témoigne, comme l’expliquent Beatriz Sánchez Hita et María Román López : « parece que se valía de compendios y publicaciones periódicas de los que iba extractando materiales y combinándolos con alguna que otra carta remitida, poema, novela, etc.; lo que hace que predominen en algunos momentos ciertos temas sobre otros »57. José Lacroix l’explique lui-même dès le prologue : les abonnements à la presse, les achats de livre coûtent cher. De ce fait, il convient de « rentabiliser » chacun d’entre eux.

  • 58 Tome 8, p. 335 et tome 9, p. 215.
  • 59 Tome 14 p. 315, p. 288 et pp. 146-149.
  • 60 Tome 4, pp. 43-46, tome 5, p. 331 et tome 12, pp. 284-286.
  • 61 Tome 1, pp. 322-326 et tome 4, pp. 102-103.
  • 62 Tome 15, pp. 286-295 et tome 13, pp. 298-314.
  • 63 Ces tomes correspondent respectivement aux mois d’octobre 1803 à janvier 1804, de juin à septembre (...)
  • 64 Le tome 4 reprend les numéros parus entre octobre 1804 et janvier 1805.
  • 65 Ces tomes correspondent respectivement aux mois de février à mai 1804, de février à mai 1805 et d’o (...)

23Il arrive ainsi qu’un même numéro d’un journal serve plusieurs fois de source au Correo de las damas. Le numéro du Diario de Madrid du 14 décembre 1796, par exemple, inspire à deux reprises le baron de la Bruère : le poème « La necesidad carece de ley » tout comme celui intitulé « Medio seguro contra la envidia » sont tous deux insérés dans le périodique58. Et du numéro du Semanario de Salamanca du 19 juillet 1796 sont tirées la fable « El cuco y la alondra », une autre intitulée « La fuina, la zorra y el lobo » et la cantinela « A Celia »59. De même, ce sont trois éléments différents du Semanario de Zaragoza du 3 avril 1800 qui sont répétés dans le Correo de las damas : une lettre entre J.V. et L.V.A.L. sur la meilleure manière de consoler un malheureux, une plaisanterie intitulée « Tomar una cosa por otra » et l’« Oda a las estaciones »60. Dans cette perspective, le cas du numéro du 27 avril 1797 du Mensagero de Granada est intéressant puisque l’article sur les échecs et le poème « Trastorno del mundo » qui y sont publiés sont tous deux repris dans un seul et même numéro du Correo de Cádiz, celui du 2 juin 1797, puis sont à nouveau recopiés à deux endroits différents du Correo de las damas61. D’autres fois, c’est de numéros proches que sont extraits les éléments insérés dans le Correo : des numéros, autrement dit, appartenant à un même tome auquel José Lacroix aura eu accès. Le Correo de las damas reprend ainsi l’article intitulé « Arte de tener sueños agradables » au numéro du 15 juin 1803 d’El Regañón general et, au numéro suivant du 18 juin, la réflexion « Sobre si las ciencias deben prevalecer sobre las bellas letras »62. Si pour cette deuxième insertion, José Lacroix cite en référence le Mercurio de Francia et non El Regañón, la proximité de deux articles ne fait que renforcer la certitude que c’est bel et bien le périodique espagnol qui lui a servi de source. Quant au Correo de Sevilla, on constate que ses tomes 1, 3, 6 et 863 sont largement exploités dans le Correo de las damas, donnant lieu à 37 emprunts. En revanche, du tome 464 ne proviennent que deux éléments, et des tomes 2, 5 et 765 tout juste un. Une telle disproportion nous incite à penser que si le baron de la Bruère a eu accès à la première série de tomes évoquée, il n’a eu accès qu’à un ou deux numéros des autres tomes.

  • 66 Tome 3, pp. 46-50 et tome 2, pp. 143-144.
  • 67 Tome 4, pp. 176-178 et tome 1, pp. 218-220.
  • 68 Tome 1, pp. 1-7 et pp. 13-14 ce qui correspond, selon le découpage des numéros évoqués plus haut, a (...)
  • 69 Tome 2, pp. 195-200 et pp. 200-202.
  • 70 À une exception près : l’article intitulé « El siglo de oro » est en effet inséré dans le tome 2, p (...)
  • 71 Le dernier numéro du Semanario de Zaragoza consulté est celui du 26 mars 1801. Il est possible que (...)

24Reste à voir si, lorsqu’un même numéro, un même tome donne lieu à plusieurs reprises, celles-ci viennent remplir les pages d’un même numéro, d’un même tome. Il arrive que ce ne soit pas le cas, que deux éléments pris à proximité paraissent dans des numéros séparés. La réflexion sur l’amitié et la « Fábula de los cangrejos », empruntées au Mensagero de Granada du 6 octobre 1796, sont ainsi insérées dans deux tomes différents du Correo de las damas66. L’« Idea del amor por una señora » et les « Dichos sentenciosos » du Correo de Cádiz du 17 juillet 1795 sont publiés à une année d’intervalle67. Néanmoins, ce n’est pas là la norme. La plupart du temps, les différents éléments repris à un même numéro ou à un même tome sont exploités dans un laps de temps réduit. Le 2 juillet 1793, par exemple, le Correo de Murcia publie successivement des réflexions anonymes sur l’éducation ainsi qu’une anecdote historique sur l’empereur Antonino Pio. Or les deux articles sont non seulement repris dans le même tome du Correo de las damas (le tome 12) mais ils sont publiés dans le même numéro68. De même, une anecdote portant sur Amalasiunta, reine des Ostrogoths, et une fable signée D.J.P.I., incluses toutes deux dans le Correo de Madrid du 25 avril 1789, se voient répétées dans le même numéro du Correo de las damas, l’une à la suite de l’autre69. Cette exploitation d’un tome d’un autre périodique espagnol pour remplir les pages d’un tome du Correo de las damas est parfois extrême. Ainsi, onze articles et poèmes du 1er tome du Semanario de Málaga sont insérés dans les tomes 1 et 7 du Correo exclusivement70, tandis que le tome 4 est à neuf reprises exploité au sein des tomes 2 et 5. Quant aux tomes 6 et 7 du Semanario de Zaragoza, ils sont mis à profit non seulement pour retracer l’histoire de la Chine au cours des 18 premiers numéros du huitième tome du Correo de las damas mais aussi pour insérer dans ce même tome odes, sonnets, idylles et anacreónticas, réflexions sur les langues ou sur l’observation. Au total, au minimum un tiers du contenu du tome 8 du Correo de las damas provient des mois de juillet 1800 à mars 1801 du Semanario de Zaragoza71.

25Après ce que j’ai exposé plus haut sur les pratiques journalistiques du baron de la Bruère, cette manière de faire n’est d’ailleurs pas surprenante : l’éditeur exploite les numéros de périodiques à sa disposition, de la même manière qu’il lui arrive d’exploiter au maximum un poème en le publiant successivement dans plusieurs de ses propres journaux.

Répétitions et variations

26Enfin, j’aimerais aborder un dernier point concernant ces constants emprunts : la question des éventuelles variations qui peuvent apparaître entre un texte et sa redite. En dehors des signatures, en dehors des adresses aux éditeurs lorsqu’il s’agit de lettres de contributeurs, la quasi-totalité des reprises paraissent identiques à l’original, à la note de bas de page près. Si une étude comparative approfondie serait nécessaire pour apporter des conclusions définitives sur ce point, il semble que la plupart du temps les seules variations existantes soient de l’ordre du détail : un adjectif disparaît ou est ajouté, un verbe est remplacé par son synonyme, l’ordre des mots est inversé. Néanmoins, on peut relever quelques cas où surgissent de véritables divergences, qu’il convient d’interroger.

  • 72 Tome 6, pp. 326-328.
  • 73 Tome 1, pp. 116-157.
  • 74 Tome 7, pp. 260-263.
  • 75 Diario de Valencia, 18 novembre 1792. Correo de las damas, tome 10, pp. 321-323.
  • 76 La lettre sur l’éducation, insérée dans le tome 2 (pp. 164-180), provient des numéros des 17, 21 et (...)

27Les différences, parfois, sont de l’ordre de l’omission. Ce peut être alors une note de l’éditeur sur l’article ou le poème, une remarque ou une introduction qui se voit supprimée dans le Correo de las damas. Ainsi, l’anecdote sur Milord Douglas est précédée, dans le Correo de Madrid du 27 octobre 1786, de ces quelques mots : « En un periódico extranjero se lee la acción siguiente, de que acaso habrá pocos imitadores en sus circunstancias ». Dans le Correo de las damas72, cette indication de source disparaît (alors même que dans d’autres occasions José Lacroix ne se prive pas de revendiquer une inspiration étrangère), tout comme l’éloge moral du protagoniste de ce « Rasgo de virtud ». Mais bien plus souvent, ce qui disparaît c’est la nature épistolaire de l’élément inséré : la lettre qu’un contributeur envoie avec une réflexion philosophique ou un poème est mise de côté, et seule la réflexion philosophique en elle-même ou le poème est recopié. Le discours sur les lettres et les armes de Jacobo Antillana Nuero, publié le 24 novembre et le 1er décembre 1788 dans l’Espíritu de los mejores diarios, est repris dans le Correo de las damas73 mais sans la lettre qui l’introduit. L’élégie du Diario de Madrid du 31 août 1796 est retranscrite74 mais sans ces quelques mots d’introduction du poète : « Señor Editor : Vmd habrá creído que yo soy solo poeta epigramático y jocoso; pues sepa Vmd que también lo soy serio llorón, como verá en la siguiente poesía, en que el joven Alcino llora la temprana muerte de su esposa ». Aucune trace épistolaire ne subsiste donc dans le Correo de las damas. Il en va de même pour les liras envoyées par J.C.C. au Diario de Valencia, publiées de manière isolée75. Comment interpréter de semblables omissions ? L’explication la plus simple (et certainement la plus probable) est que le baron de la Bruère sélectionnait ainsi ce qui lui semblait utile : l’article sans l’introduction, le poème sans la lettre. Néanmoins, à cette motivation s’en ajoutait peut-être une autre, dans certains cas du moins : celle de dissimuler l’emprunt, de manière plus radicale qu’en changeant les formules de politesse. C’est notamment les deux lettres d’« El militar ingenuo » (pseudonyme de Manuel Aguirre) que le Correo de las damas extrait du Correo de Madrid76 qui incitent à faire cette hypothèse. Seule la réflexion subsiste tandis que la signature, la lettre introductive et les commentaires des éditeurs du Correo de Madrid disparaissent : autant d’éléments qui, étant donné la notoriété de ce contributeur, auraient permis aux lecteurs du Correo de las damas d’identifier la provenance des deux articles.

  • 77 Correo de Sevilla, 15 janvier 1806. Correo de las damas, tome 10, pp. 64-70.

28À d’autres occasions, le baron de la Bruère ajoute, au contraire, une ou plusieurs phrases. Dans le « Diálogo entre Cándalo y Giges » du Correo de Sevilla, il ajoute une note expliquant à qui correspond chaque personnage77. Dans l’exposé biographique de plusieurs personnalités anglaises, il supprime les quelques lignes présentant l’ouvrage dont les informations sont tirées (les Memorias históricas y críticas acerca de los más célebres ingleses que actualmente viven) et les remplace par l’introduction suivante :

  • 78 Correo de las damas, tome 13, pp. 181-182. L’article est tiré de Minerva, 7 et 10 avril 1807, pp. 9 (...)

« Habiéndose variado las circunstancias en los cinco años que ha que salió a luz la obra inglesa de donde se extractaron estas pinturas o caracteres ; habiendo muerto algunos, y otros dejado de hacer un papel público, no tendrá el mismo interés que cuando se escribió, pero siempre dará una idea de ellos, para los que no tengan otras noticias que lo que se ha publicado en los papeles »78.

  • 79 Correo de Cádiz, 24 février 1795. Correo de las damas, tome 11, pp. 310-318. Le Correo de Cádiz emp (...)

29C’est ce même désir d’actualisation, de prise en compte de la réalité des lecteurs du Correo de las damas qui s’exprime à travers quelques rares modifications. Ainsi, l’anecdote morale sur Milord Douglas que j’évoquais plus haut n’a pas lieu à Paris sous la plume de José Lacroix, et au « trictrac » dont il est question dans le Correo de Madrid se substitue le plus traditionnel jeu d’échecs. Et lorsque le Correo de Cádiz déclare, dans un discours sur l’héroïsme : « La rapidez casi fabulosa de las conquistas de Alexandro y de César los eleva aún hoy día sobre los más famosos conquistadores; pero sus apreciables calidades no igualaban a sus vicios y defectos », le Correo de las damas ajoute au terme de « conquistadores » celui de « capitanes » et indique en note : « Cuando se escribió esto aún no se había aparecido el Grande Napoleón »79. Mais en dehors de ces quelques cas, les reprises sont conformes aux originaux : le baron de la Bruère ne fait que retranscrire ce qu’il trouve dans la presse, ne s’autorisant que des variations non substantielles.

30C’est d’ailleurs ce respect quasiment systématique de l’original qui amène à douter de la source de quelques-uns des éléments publiés dans le Correo de las damas. Si le « Modo de hacer una especie de leche artificial que causa los mismos efectos que la de burra », inséré dans l’Espíritu de los mejores diarios le 15 octobre 1787, apparaît dans le douzième tome du Correo de las damas avec de nombreuses tournures modifiées, avec quelques lignes supplémentaires, est-ce malgré tout un emprunt direct de José Lacroix à Cristóbal Cladera ? Est-ce « M. », censé avoir envoyé l’article au Correo, qui emprunte ces quelques pages à l’Espíritu mais les modifie quelque peu ? Ou est-ce une reprise de la Biblioteca físico-económica de 1787, comme le premier paragraphe l’affirme ? Si le second remède contre les punaises exposé de manière identique dans le Mensagero de Granada du 12 septembre 1796 et le Semanario de Málaga du 23 septembre de la même année est publié avec un grand nombre de variations dans le Correo de las damas, est-ce parce qu’il n’est pas extrait de l’un de ces deux périodiques mais d’une source originale commune ? Est-ce que, là encore, un contributeur sert d’intermédiaire entre les deux journaux et introduit ces modifications ? La question se pose en tout cas. Dans la mesure où les reprises sont habituellement d’une absolue fidélité, la trajectoire de l’emprunt ne semble plus si directe lorsque des variations plus substantielles apparaissent.

31Ainsi, s’il est établi que la presse européenne est une des sources principales de la presse espagnole, et si l’on peut constater à travers de nombreuses publications que les journaux espagnols se citent et se copient l’un l’autre, le baron de la Bruère ne se contente pas de mettre à profit les périodiques à sa disposition dans les proportions habituelles de l’époque. Abonné à un certain nombre de journaux, lecteur occasionnel de quelques autres, il remplit les pages de ses propres périodiques de ce qu’il glane dans les autres. Ce faisant, il n’hésite pas à copier plusieurs articles d’un même tome dans des numéros contigus du Correo de las damas, ou à reprendre quelques mois plus tard un poème précédemment laissé de côté. Il n’hésite pas, non plus, à répéter un même emprunt entre le Diario de Valencia et le Diario de Sevilla, entre le Correo de Cádiz et sa dernière publication. Le Correo de las damas est ainsi le témoignage d’une pratique journalistique de la reprise poussée à l’extrême. C’est là le signe d’un rapport plus que lointain aux notions de nouveauté et d’actualité comme à celle de droit d’auteur de la part du baron de la Bruère, mais également de la part de ses lecteurs. Dans la mesure où le Correo de las damas compte dix-sept tomes, dans un contexte où l’importance de l’analphabétisme et le coût non négligeable que représentait n’importe quel type d’écrit, on peut en effet considérer que le périodique connaît un certain succès auprès du public gaditan. Paraître deux jours par semaine pendant plusieurs années n’est pas si courant pour un journal de l’époque, même dans les années 1800. Les souscripteurs et les lecteurs occasionnels du Correo de las damas, par conséquent, ne semblaient pas se soucier de la provenance des articles qu’ils lisaient : avoir accès à des réflexions instructives, à des poèmes distrayants semble combler toutes leurs attentes. À condition, néanmoins, que les lecteurs du Correo de las damas ne soient pas les mêmes que ceux du Semanario de Zaragoza ou du Diario de Madrid : ils auraient vite perdu tout intérêt pour le journal s’ils avaient reconnu la plupart des éléments qui y sont insérés. La distance géographique et temporelle en vigueur entre une première publication et sa répétition, loin d’être un handicap, est ainsi en quelque sorte pour le baron de la Bruère le gage de la curiosité de ses lecteurs, la garantie du succès de son périodique.

Haut de page

Notes

1 Diario estrangero, Madrid, Imprenta de Gabriel Ramírez, 1763.

2 Outre l’ouvrage fondamental de Paul-Jacques Guinard (La presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d’un genre, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973), on peut citer, entre autres, ceux de Luis Miguel Enciso Recio (Nipho y el periodismo español del siglo xviii, Universidad de Valladolid, 1956), de Juan Francisco Fuentes et Javier Fernández Sebastián (Historia del periodismo español. Prensa, política y opinión pública en la España contemporánea, Madrid, Síntesis, 1977), celui de María Dolores Sáiz (Historia del periodismo en España. 1. Los orígenes. El siglo xviii, Madrid, Alianza Editorial, 1983) ou bien encore l’ouvrage de José Javier Sánchez Aranda et Carlos Barrera (Historia del periodismo español desde sus orígenes hasta 1975, Pamplona, Ediciones Universidad de Navarra, 1992).

3 URZAINQUI, Inmaculada, « La prensa española y sus fuentes periódicas extranjeras », in Spanien und Europa im Zeichen der Aufklärung (ed. JÜTTNER, Siegried), Frankfurt am Main / New York / Paris, Peter Lang, 1991, pp. 346-376. Ertler, Klaus-Dieter, « The Spectator en los umbrales del reinado de Carlos iv: El Filósofo a la moda, o el Maestro universal », in La época de Carlos iv (1788-1808). Actas del iv Congreso Internacional de la Sociedad Española de Estudios del Siglo xviii (ed. LORENZO ÁLVAREZ, Elena), Oviedo, Instituto Feijoo de Estudios del Siglo xviii / Sociedad española de estudios del siglo xviii / Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales / Ediciones Trea, 2009, pp. 455-471.

4 L’article montre qu’au moins 40 % des éléments publiés dans le Correo de Cádiz provient d’autres journaux espagnols de l’époque. C’est là un résultat provisoire, que j’espère affiner lors de recherches ultérieures. LE GUELLEC, Maud, « Cuando la prensa es su propia fuente: el sistema de préstamos y reutilizaciones vigente entre los periódicos españoles del siglo xviii », in Las fuentes en la prensa: verdades, rumores y mentiras (à paraître dans le prochain numéro de PILAR).

5 Correo de las damas, Cádiz, Imprenta de Manuel Ximénez Carreño / Nicolás Gómez de Requena, 1804-1808. Les tomes 1 à 15 du périodique, grâce à la collection de J. Thomas Dodd disponible à l’Université du Connecticut, sont accessibles en ligne, à partir du lien suivant :

http://archive.org/search.php?query=title%3A%28correo%20de%20las%20damas%29

6 AHN, Consejos, leg. 5566, exp. 100. Cité par Beatriz Sánchez Hita, « Prensa para mujeres en Cádiz después de 1791: el Correo de las Damas (1804-1807) y El Amigo de las Damas (1813) », in Cuadernos de Ilustración y Romanticismo, nº 11 (2003), p. 115. Pour une approche approfondie du Correo de las damas, voir également, du même auteur, « La prensa en Cádiz en el siglo xviii », in El Argonauta español, n° 4 (2007), http://argonauta.revues.org/1232 et « Escribir para ellas. Prensa y novela para mujeres: el caso del Correo de Cádiz (1795-1800) y el Correo de las damas (1804-1808) », in Bulletin d'Histoire Contemporaine de l'Espagne (à paraître), ainsi que l’étude menée conjointement par Beatriz Sánchez Hita et María Román López : La prensa femenina en Cádiz a principios del siglo xix. Aproximación al Correo de las damas (1804-1808) (à paraître).

7 Ce personnage clé dans la presse de la fin du xviiie siècle et du début du xixe a été étudié par Elisabel Larriba dans l’article « Le baron de la Bruère: un patron de la presse au temps des “Don Quichotte du monde philosophique” », in El Argonauta Español, nº 4 (2007b), http://argonauta.imageson.org/document90.html et fait actuellement l’objet des recherches doctorales menées par María Román López.

8 Le quotidien paraît jusqu’en 1793 mais, comme l’indique María Román López dans « El barón de la Bruère. Desde Valencia a su Diario Histórico y Político de Sevilla (1790-1792) », in El Argonauta Español, nº 9 (2012), http://argonauta.revues.org/1357, Lacroix en cède les droits le 26 janvier 1791 à son collègue Pascual Marín.

9 « Prólogo », in Correo de las damas, tome I, [pp. II-IV].

10 Diario de Madrid, Imprenta del Diario, 1758-1779 ; 1781 ; 1786-1917. El Censor, Madrid, 1781 ; 1783-1784 ; 1785-1788 [Edición facsímil de Caso González, José Miguel, Universidad de Oviedo / Instituto Feijoo de Estudios del siglo xviii, 1989]. Memorial literario, instructivo y curioso de la corte de Madrid, Madrid, Imprenta Real, 1784-1790 ; 1793-1797 ; 1801-1806 ; 1808. Correo de Madrid o de los ciegos, Imprenta de José Herrera, 1786-1791. Espíritu de los mejores diarios literarios que se publican en Europa, Madrid, Antonio Espinosa, 1787-1791. El Argonauta español, Cádiz, Antonio Murguia, 1790 [Edición de Larriba, Elisabel, Universidad de Cádiz, 2003]. Diario de ValenciaImprenta de José Esteban y Cervera, 1790-1836. Diario de las musas, Madrid, Imprenta de Hilario Santos Alonso, 1790-1791. Diario de Murcia, Imprenta de Manuel Muñiz, 1792. Correo literario de Murcia, Imprenta de la Viuda de Felipe Teruel, 1792-1795. Diario histórico y político de SevillaImprenta de Vázquez e Hidalgo, 1792‑1793. Diario de Barcelona, Imprenta del Diario, 1792-1993. Semanario erudito y curioso de Salamanca, 1793-1798. Correo de Cádiz, Imprenta de Manuel Jiménez Carreño, 1795-1800. Correo de Gerona, Imprenta de María Bro, 1795. Mensagero económico y erudito de Granada, Imprenta Nueva, 1796-1797. Semanario erudito y curioso de Málaga, Imprenta de Luis de Carreras y Ramón, 1796-1800. Correo de Valencia, Imprenta de Miguel Esteban y Cervera, 1797-1799. Semanario de Zaragoza, Oficina de Medardo Heras, 1798-1801. Correo de Xérez, Francisco José de Barreda, 1800-1802 ; 1805‑1808. Semanario de Granada, Imprenta Real, 1800. El Regañón general, Madrid, Imprenta de la Administración del Real Arbitrio de Beneficencia, 1803-1804. Correo literario y económico de Sevilla, Imprenta de la Viuda de Hidalgo y Sobrino, 1803-1808. Variedades de ciencias, literatura y artes, Madrid, Oficina de Benito García, 1803‑1806. Efemérides de España, Madrid, Imprenta de Caballero, 1804-1806. Diario de Cartagena, Trinitario Hortelano, 1804-1808. Minerva o el Revisor general, Madrid, Imprenta de Vega y compañía, 1805-1808.

11 Seuls El Argonauta español, le Correo de Xérez et le Correo de Gerona ne sont pas concernés par ces reprises simples.

12 Ils sont ainsi à l’origine de respectivement 45, 43 et 41 reprises.

13 Le Mensagero de Granada et le Diario de Valencia voient respectivement 27 et 26 de leurs articles ou poèmes recopiés dans le Correo de las damas tandis que les trois autres périodiques sont chacun à l’origine de 21 reprises.

14 Avec, respectivement, 15, 13, 11 et 10 éléments que l’on retrouve publiés dans le Correo de las damas.

15 Le Memorial literario est la source de 8 éléments, le Correo de Valencia de 7, le Diario de las musas de 6, le Diario de Murcia de 3, les Efemérides et le Diario de Cartagena de 2. Le Semanario de Granada et les Variedades de ciencias, literatura y artes, enfin, ne comptent qu’un seul élément qui fasse l’objet d’une reprise simple.

16 Le dialogue est publié le 10 juillet 1800 dans le Semanario de Granada, le 11 janvier 1804 dans le Correo de Sevilla et, enfin, dans le treizième tome du Correo de las damas.

17 L’article est publié dans le numéro du 29 février 1789 d’El Espíritu, dans ceux du 29 juin et du 3 juillet 1797 du Mensagero de Granada et, enfin, dans le deuxième tome du Correo de las damas.

18 C’est en réalité « Cor. de Sav. » qui apparaît à la suite de l’épigramme, mais on peut attribuer cette modification à une simple faute de frappe.

19 Ces cinq reprises proviennent des numéros du 5 octobre 1803, du 18 février 1804, des 19 et 22 février 1806, du 12 mars 1806 ainsi que des 14 et 17 avril de la même année, et se trouvent insérés dans les tomes 9 (pp. 254-258 et pp. 288-311), 10 (pp. 74-75 et pp. 125-134), 13 (pp. 121-123) et 15 (pp. 166-170) du Correo de las damas. Il me reste à retrouver de quels numéros sont issues les deux reprises restantes, du tome 11 (pp. 221-222) et du tome 14 (pp. 225-239).

20 Ces quatre reprises proviennent des numéros du 15 avril 1799, du 12 décembre 1799, du 17 juillet 1800 et du 4 décembre 1800 du Semanario de Zaragoza, et se trouvent insérés dans les tomes 7 (pp. 398-400), 8 (pp. 87-95) et 9 (pp. 40-45 et pp. 265-272) du Correo de las damas.

21 « Sem. de Salam. » se trouve à la page 338 du sixième tome du Correo de las damas, « Diar. Barc. » à la page 274 du tome 15. Quant à la signature « Minerv. » ou « Minerva », assortie qui plus est de l’indication du tome du périodique concerné, elle apparaît à plusieurs reprises.

22 La letrilla publiée dans le dixième tome (pp. 139-140) provient du Diario de Murcia du 1er mars 1792 tandis que le sonnet inséré dans le douzième tome du Correo de las damas (pp. 304-305) provient, lui, du Diario de Madrid du 28 décembre 1794.

23 « C. de M. » est mis pour Correo de Murcia dans le tome 5 (pp. 367-368) et le tome 11 (pp. 149-154), pour Correo de Madrid dans le tome 11 (pp. 375-378).

24 On trouve ces différentes signatures aux tomes 12 (pp. 108-110 et pp. 123-134), 13 (pp. 257-268 et pp. 286-297) et 15 (pp. 286-296). « El P.R.G. » est mis pour « El Presidente del Regañón General ».

25 Le roman est publié dans le Diario de Barcelona du 9 au 15 octobre 1795, l’article sur les châtaignes le 19 novembre 1798.

26 Beatriz Sánchez Hita et María Román López ont identifié ce dictionnaire comme étant le Dictionnaire pour l'intelligence des auteurs classiques, grecs et latins, tant sacrés que profanes, contenant la géographie, l'histoire, la fable, et les antiquités (1766-1790) de M. François Sabbathier. SÁNCHEZ HITA (Beatriz), ROMÁN LÓPEZ (María), La prensa femenina en Cádiz, op. cit.

27 Ces indications apparaissent respectivement dans les tomes 1 (p. 207), 4 (p. 357) et 13 (p. 251).

28 La lettre de contributeur est insérée le 13 octobre 1792 dans le Correo de Murcia et est reprise dans le tome 5 du Correo de las damas (pp. 279-283).

29 On trouvera cette formule, dans le Diario de Madrid, à la page 126 du numéro du 1er février 1804 et, dans le Correo de las damas, à la page 184 du douzième tome.

30 Cette critique est publiée dans le Diario de Barcelona du 26 au 30 juillet 1797. Avant d’être insérée dans le Correo de las damas, elle est également publiée dans le Correo de Cádiz, les 6 et 9 mars 1798.

31 Les signatures C. [pour Calvo] et C. de T. [pour Cayetano Torres] apparaissent dans les tomes 2 (p. 270) et 6 (pp. 148-151 et pp. 266-269). Quant à la signature S., mise pour Salanoba, elle apparaît à plusieurs reprises dans les tomes 1 (pp. 54-57), 6 (pp. 157-160) et 10 (p. 352 et pp. 283-284).

32 Correo de las damas, tome 7, pp. 343-350.

33 P. J. y C. [Pablo de Jérica y Corta], Diálogo científico sobre los periódicos de Cádiz: Diario y Correo de las Damas, entre un francés y un inglés, Cádiz, Imprenta de D. Manuel Santiago de Quintana, 1804. Cité par Beatriz Sánchez Hita, « Escribir para ellas », op. cit.

34 Le 23 février 1793, le 15 octobre 1799 et dans le tome 5 (pp. 376-379).

35 Le 12 décembre 1794, le 17 septembre 1805 et dans le tome 13 (pp. 197-198).

36 Le 4 août 1790, le 30 novembre 1792, le 11 juin 1794 et dans le tome 9 (pp. 335).

37 Le 15 septembre 1795, le 29 décembre 1797 et les 20 et 23 février 1798.

38 Comme indiqué plus haut, c’est Pascual Marín qui reprend l’édition à compter de janvier 1791.

39 Tous deux sont publiés dans le tome 14 du Correo de las damas (p. 54 et pp. 289-298). Ils proviennent des numéros des 5, 26 et 30 octobre 1798 du Correo de Cádiz.

40 À propos du conte « El loco por la pena es cuerdo », publié le 15 mars 1796.

41 Le 20 juillet 1788, le 3 mars 1793, le 11 septembre 1795 et dans le tome 14 du Correo de las damas (pp. 286-288).

42 Le 30 janvier 1791, le 4 décembre 1792, le 22 mai 1795 et dans le 1er tome du Correo de las damas (pp. 19-20).

43 Le 3 mars 1788, le conte est publié dans l’Espíritu de los mejores diarios. Il est ensuite à nouveau édité dans le Diario de Valencia (21 août 1790), dans le Diario de Sevilla (9 septembre 1792), dans le Correo de Cádiz (9 octobre 1795) et, enfin, dans le Correo de las damas (tome 4, pp. 20-21).

44 Publié le 21 octobre 1790 dans le Diario de Valencia, le 25 octobre 1792 dans le Diario de Sevilla, le 7 novembre 1797 dans le Correo de Cádiz et en 1804 dans le deuxième tome du Correo de las damas (pp. 43-45).

45 Publié le 24 novembre 1790 dans le Correo de Madrid, le rêve apparaît ensuite le 24 septembre 1792 dans le Diario de Valencia, le 16 octobre de la même année dans le Diario de Sevilla, le 15 août 1797 dans le Correo de Cádiz et en 1805 dans le cinquième tome du Correo de las damas (pp. 404-406). Il sera également publié le 27 octobre 1806 dans le Correo de Xérez.

46 Tome 1, pp. 342-345 et tome 14, pp. 396-399.

47 Tome 3, pp. 192-200 et tome 13, pp. 70-77.

48 Tome 5, pp. 343-349 et tome 15, pp. 257-263.

49 Tome 8, pp. 399-400 et tome 9, pp. 181-183. Tome 14, pp. 202-215 et tome 15, pp. 144-156.

50 Tome 5, pp. 71-73 et pp. 187-189.

51 Academia de ociosos, Cádiz, Imprenta Real de Marina de Manuel Espinosa de los Monteros, 1763-1764, n.° 2, pp. 67-68.

52 Le tome 10 comprend les numéros du Correo de las damas parus en juillet, août et septembre 1806.

53 Le tome 11 correspond en effet aux mois d’octobre à décembre 1806.

54 SÁNCHEZ HITA (Beatriz), ROMÁN LÓPEZ (María), La prensa femenina en Cádiz, op. cit.

55 Le 27 octobre 1786 dans le Correo de Madrid et dans le tome 10 du Correo de las damas (pp. 326-328).

56 Le 15 décembre 1786 dans le Correo de Madrid et dans le tome 12 du Correo de las damas (pp. 272-279). Entre ces deux insertions, la lettre est également publiée le 26 septembre 1799 dans le Semanario de Zaragoza.

57 SÁNCHEZ HITA (Beatriz), ROMÁN LÓPEZ (María), La prensa femenina en Cádiz, op. cit.

58 Tome 8, p. 335 et tome 9, p. 215.

59 Tome 14 p. 315, p. 288 et pp. 146-149.

60 Tome 4, pp. 43-46, tome 5, p. 331 et tome 12, pp. 284-286.

61 Tome 1, pp. 322-326 et tome 4, pp. 102-103.

62 Tome 15, pp. 286-295 et tome 13, pp. 298-314.

63 Ces tomes correspondent respectivement aux mois d’octobre 1803 à janvier 1804, de juin à septembre 1804, de juin à septembre 1805 et de février à mai 1806.

64 Le tome 4 reprend les numéros parus entre octobre 1804 et janvier 1805.

65 Ces tomes correspondent respectivement aux mois de février à mai 1804, de février à mai 1805 et d’octobre 1805 à janvier 1806.

66 Tome 3, pp. 46-50 et tome 2, pp. 143-144.

67 Tome 4, pp. 176-178 et tome 1, pp. 218-220.

68 Tome 1, pp. 1-7 et pp. 13-14 ce qui correspond, selon le découpage des numéros évoqués plus haut, au premier numéro du tome.

69 Tome 2, pp. 195-200 et pp. 200-202.

70 À une exception près : l’article intitulé « El siglo de oro » est en effet inséré dans le tome 2, pp. 264-269.

71 Le dernier numéro du Semanario de Zaragoza consulté est celui du 26 mars 1801. Il est possible que les mois d’avril à juin, appartenant également au tome 7 du Semanario, soient à l’origine d’emprunts supplémentaires.

72 Tome 6, pp. 326-328.

73 Tome 1, pp. 116-157.

74 Tome 7, pp. 260-263.

75 Diario de Valencia, 18 novembre 1792. Correo de las damas, tome 10, pp. 321-323.

76 La lettre sur l’éducation, insérée dans le tome 2 (pp. 164-180), provient des numéros des 17, 21 et 24 novembre 1787. Celle sur le luxe, insérée dans le tome 3 (pp. 207-228), provient des numéros du 12 au 26 décembre 1787.

77 Correo de Sevilla, 15 janvier 1806. Correo de las damas, tome 10, pp. 64-70.

78 Correo de las damas, tome 13, pp. 181-182. L’article est tiré de Minerva, 7 et 10 avril 1807, pp. 9-14 et pp. 17-22.

79 Correo de Cádiz, 24 février 1795. Correo de las damas, tome 11, pp. 310-318. Le Correo de Cádiz emprunte lui-même l’article au numéro du 10 octobre 1787 du Correo de Madrid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Correo de las damas
Légende Tome 1, page de garde
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1974/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 162k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Le Guellec, « Lorsque la presse est sa propre source : le Correo de las damas du baron de la Bruère (1804-1808) », El Argonauta español [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1974

Haut de page

Auteur

Maud Le Guellec

Université Lille 3

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org