Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Pratiques journalistiques aux premiers temps de la presse espagnole (XVIII° - début du XIX° siècles)

La presse espagnole à la fin du XVIIIe siècle: de l'appel à collaboration à la tentation du plagiat

Elisabel Larriba

Résumés

Parmi les multiples écueils auxquels devaient faire face les journalistes dans l'Espagne des Lumières figure celui de l'accès à une vaste information, permettant d’écrire sur les sujets les plus divers, condition sine qua non pour séduire un public aux mille visages et s'assurer de sa fidélité. Quelles furent les stratégies mises en place dans le cadre de la collecte des sources? Comment témoignent-elles d'une certaine conception du journalisme? Comment les publicistes justifièrent-ils certaines pratiques et comment furent-elles perçues? Telles sont les questions auxquelles nous allons tenter ici de répondre, sans prendre en compte le cas très particulier des périodiques officiels que sont la Gazeta de Madrid et le Mercurio histórico y político.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Correo de Xerez, 29 diciembre 1806 (n° 295), p. 416: « Deseaba el Editor concluir este sexto Tomo, (...)

1Endosser l'habit de journaliste dans un pays, où les Lumières brillaient assurément moins qu'ailleurs, ne relevait pas de la facilité et exigeait même un certain courage. C'était s'engager sur un chemin semé d'embûches, voire s'exposer à bien des dangers, même si à la fin du XVIIIe siècle, la presse avait enfin réussi à gagner sa place dans la République des Lettres et bénéficiait de l'appui du pouvoir. Le nombre des lecteurs de périodiques, il est vrai, s'était élargi au fil du temps (socialement et géographiquement), mais il n’en demeurait pas moins réduit et la concurrence s'avérait de plus en plus rude. De ce fait, survivre, perdurer n'était pas un mince défi. D'ailleurs, nombre des titres qui virent alors le jour n’eurent qu’une existence éphémère. En outre, exception faite des publications officielles, la plupart des périodiques étaient l'œuvre d'une plume unique et d'individus pour qui la pratique du journalisme ne pouvait être qu'une activité complémentaire. Par conséquent, le moindre problème, professionnel ou personnel, pouvait entraîner la suspension ou disparition d’un journal. Ainsi, en décembre 1806, l'éditeur du Correo de Xerez, annonça-t-il avec émotion à ses lecteurs, qu'il renonçait, momentanément (du moins l'espérait-il) à ses travaux en raison de la grave maladie de son fils unique qui, par amour des lettres, le secondait dans sa tâche1. Parmi les contraintes particulières auxquelles devaient se soumettre les publicistes, figurait tout d’abord le respect de la périodicité annoncée, là encore tout un défi pour qui œuvrait en solitaire. Mais aussi -et surtout- l’obligation de rassembler une vaste documentation permettant d’écrire sur les sujets les plus divers, condition sine qua non pour séduire un public aux mille visages et s'assurer de sa fidélité. Qu’il s’agisse dans les gazettes de remplir les colonnes portant sur l’actualité politique internationale (de la Grande Porte ou de l’Empire du Milieu jusqu’à Saint-Pétersbourg ou les Etats-Unis d’Amérique) ou, dans les épigones de The Spectator d’aborder les sujets les plus divers, le journaliste était dépendant de sources qui étaient souvent inaccessibles, ou du moins bien difficiles d’accès. Quelles furent les stratégies mises en place dans le cadre de la collecte des sources? Comment témoignent-elles d'une certaine conception du journalisme? Comment les publicistes justifièrent-ils certaines pratiques et comment furent-elles perçues? Telles sont les questions auxquelles nous allons tenter ici de répondre, sans prendre en compte le cas très particulier des périodiques officiels que sont la Gazeta de Madrid et le Mercurio histórico y político.

La revendication de la compilation et de l'utilisation de la presse étrangère comme source

  • 2 Lettre de Francisco Romero (15 décembre 1790) publiée in Diario de las Musas, 3 janvier 1791 (n°33) (...)
  • 3 « Idea de esta Obra », in Diario Estranjero, noticias importantes y gustosas para los verdaderos ap (...)

2Pour un certain Francisco Romero, auteur d'une lettre parue dans le Diario de las Musas début 1791, « tout Auteur qui confie ses œuvres à l'Imprimerie, travaille pour le public, mais c'est encore plus vrai pour les Editeurs de ces œuvres périodiques présentées comme des Miscellanées » qu'il dépeint sous les traits de « compilateurs » confrontés « à l'impérieuse obligation d'insérer dans leurs périodiques des sujets sur le modèle des selles des Hussards qui conviennent à tout cheval »2. Ce concept du journaliste-compilateur, que de toute évidence ne reniait pas Luciano Comella à qui l'on doit la création en 1790 du Diario de las Musas, était revendiqué par d'autres publicistes et notamment par ceux qui, afin de servir leur patrie et l'engager résolument sur la voie du progrès, firent le choix de porter leur regard sur l'Europe des Lumières. Comme le soulignait déjà Nipho en 1763 dans sa présentation du Diario Estranjero, noticias importantes y gustosas para los verdaderos apasionados de Artes y Ciencias, c'est par la connaissance de ce qui se faisait hors de ses frontières, point de départ de nécessaires comparaisons et source d'émulation, que l'Espagne, encore assoupie, parviendrait à jouer un rôle actif dans le concert des nations éclairées. De ce fait Nipho ne prétendait aucunement faire œuvre originale. La collection « d'informations érudites » qu'il souhaitait mettre à disposition des « Espagnols studieux et bien intentionnés », il ne s'en cachait nullement, puiserait ses sources dans « les principaux Journaux et Papiers publics de Paris, et d'autres Cours européennes »3. Le rôle qu'il revendiquait, au nom de la nécessaire circulation des savoirs, était donc celui d'un traducteur compilateur.

  • 4 Correo literario de la Europa en el que se da noticia, de los libros nuevos, de las invenciones y a (...)
  • 5 « Nota del Editor », in tome I, [p. 1]: « La intención del Autor era que las noticias de este Diari (...)
  • 6 « Advertencia al lector », in tome I (1781), p. A4 v.: « Saldrá este Correo los Jueves de cada sema (...)
  • 7 « Advertencia al lector », in Correo literario de la Europa, Tome III, 1786, p. 5: « Aun si en Espa (...)

3Le même esprit animait le rédacteur du Correo literario de la Europa4 qui, en 1781, caressait l'espoir de publier, avec un décalage de tout au plus deux mois5, les informations glanées à Paris, notamment via la presse, qui lui permettraient d'établir un état des nations européennes. Il ne manqua d'ailleurs pas de faire allusion aux sources utilisées afin d'attirer l'attention des lecteurs sur l'effort économique qu'il avait consenti pour mener à bien son entreprise. Ainsi, en dévoilant ce que serait le prix de son hebdomadaire (8 cuartos), il prit la peine de rendre compte des frais engagés, parmi lesquels, souligna-t-il, le « coût des Gazettes, Journaux et Correspondances » dont il avait besoin, avant de rajouter, fièrement, qu'aucun publiciste en Europe ne pouvait se targuer de travailler pour si peu6. Et lorsqu'en 1786, il reprit la plume après un long silence, il tint à préciser que « dans les quatre ou cinq numéros qui seraient livrés chaque mois, le lecteur trouverait, pour la moitié du prix d'un Périodique étranger, la substance d'une douzaine d'entre eux », argument de poids dans, une Espagne où, selon ses dires, n'étaient diffusées qu'une demi-douzaine de feuilles étrangères, accessibles tout au plus à autant de personnes7.

  • 8 « Suscripción a la obra periódica intitulada: Espíritu de los Mejores Diarios Literarios que se pub (...)

4Cristobal Cladera, à qui l'on doit l'Espíritu de los mejores Diarios que se publican en Europa (1787-1791), revendiqua également, haut et fort le recours à la presse étrangère, sa principale source. Ainsi, en septembre 1787, lors du lancement d'une nouvelle souscription, il ne résista pas à la tentation de rendre publique la liste des périodiques à sa disposition, soit 12 titres auxquels il convenait d'ajouter, indiqua-t-il sans plus de précisions, « divers journaux allemands et les meilleurs de ceux publiés en Angleterre »8. Fort de débuts plus que prometteurs, il tint par ailleurs à souligner qu'il ne se contenterait plus d'en produire des extraits.

  • 9 Id., [p. 1]: « …después de habernos suscrito a cuantos papeles periódicos se publican en Inglaterra (...)

« Après avoir souscrit à tous les périodiques publiés en Angleterre, France, Italie, Allemagne et autres Royaumes d’Europe, où sont cultivées les lettres, nous avons établi [déclarait-il avec une pincée d'orgueil] une correspondance à Londres, et à Paris, de sorte que par ce moyen nous aurons la satisfaction d’annoncer avec la plus grande célérité certaines informations particulières, dont nous ne pourrions rendre compte que bien plus tard , si nous devions les tirer des Journaux »9.

5Une telle démarche impliquait un investissement pécuniaire non négligeable, ce qu'il ne manqua pas d'évoquer, en espérant être entendu du public:

  • 10 Id., [p. 1]: « Y a la verdad cualquiera que sepa, cuanto se escribe fuera de España en papeles peri (...)

« En vérité, [affirmait-il] quiconque, sachant tout ce qui s'écrit dans la presse hors d'Espagne sur les sciences, les arts, la littérature et le commerce, et n'ignorant pas le prix élevé de ces publications y compris dans les Villes où elles sont publiées, conviendra avec nous qu'on ne pourra durablement en rendre compte sans le concours d'un grand nombre d'acheteurs »10.

  • 11 « Prospecto para la ampliación, y nueva forma que se ha dado a la nueva obra periódica intitulada E (...)
  • 12 Id.: « Para qua nuestros Lectores no pongan la menor duda en la autenticidad de los Artículos que i (...)
  • 13 « Prospecto para la ampliación y nueva forma que se ha de dar al Espíritu de los mejores Diarios Li (...)
  • 14 Ces chiffres ont été établis à partir de l’index des sources publié dans JÜTTNER, Siegfried, Espíri (...)
  • 15 « El autor de este pensamiento (…) es joven, ha estudiado Filosofía, Teología, en lo que es Doctor; (...)
  • 16 Sur l'importance des bénéfices générés par l'Espíritu de los mejores Diarios literarios… on trouver (...)

6La parution, l'année suivante, en avril 1788, d'un nouveau prospectus faisant état des améliorations envisagées fut l'occasion pour Cladera de revenir sur les sources utilisées et d'en offrir une liste actualisée, sans omettre de préciser que, ne reculant devant aucune dépense, il s'était empressé de souscrire à de nouveaux périodiques étrangers dont ils avaient été informé de la parution par ses correspondants à Paris et à Londres11. Et il prit la peine de préciser que, dorénavant, les références des publications utilisées seraient livrées en note « afin que les Lecteurs ne puissent avoir le moindre doute sur l'authenticité des articles »12 proposés. Plus tard, en janvier 1791, dans un texte combinant bilan et perspectives, il souligna une fois de plus que son principal objet était « de réunir les meilleurs discours éparpillés dans les périodiques les plus réputés d'Europe »13. De fait, afin d'offrir à ses lecteurs la possibilité d'opérer, à moindre coût, un Grand Tour dans l'Europe du savoir, il puisa abondamment et sans vergogne dans au moins 76 périodiques étrangers : 29 parus en France, 24 en Angleterre et aux Indes britanniques (pour l’un d’entre eux), 11 en Allemagne, huit dans la péninsule italienne, trois aux Pays Bas, un en Suisse et un dernier au Portugal14. L'essentiel du travail de Cladera, qui avait reçu une solide formation et disait maîtriser plusieurs langues15, résidait donc dans la compilation et la traduction de textes écrits par d'autres, démarche qu'il présentait, de par la diversité et la nature des sources utilisées, non pas comme une solution de facilité mais comme un gage de qualité. Cette tendance à ériger l'emprunt (dans ce cas avoué et revendiqué avec fierté) en système fut d'ailleurs fort appréciée par un public qui n'avait ni le temps, ni les moyens d'accéder à de telles informations16. C'est ce que souligna en 1794 un souscripteur du Semanario de Salamanca qui, dans sa lettre aux rédacteurs du journal, rendit hommage à l'Espíritu de los mejores Diarios… qui, au faîte de sa gloire, avait dû rendre les armes en février 1791.

  • 17 Juan Fraile, « Señor Editor », in Semanario de Salamanca, 30 août 1794 (n° 98), pp. 153-154. « Una (...)

« Un périodique, [soutenait-il], fait avec discrétion et discernement, répand la lumière dans les esprits, favorise l'émulation, et remplace la lecture de nombreuses œuvres, que l'on ne peut lire, faute de temps ou de moyens pour les acquérir. Quand moi je lis le Diario de los mejores Espíritus de la Europa, j'apprends à connaître le caractère des Nations: et je comprends que l'Anglais n'écrit pas comme l'Allemand, ni ne pense comme le Français, ni n'est aussi solide que l'Espagnol. Cette variété, qui différencie les Peuples dans leur mode d'écrire et de penser, me montre que le monde moral est en réalité une copie du monde physique, et qu'il en va de même des esprits que des visages qui sont tous différents »17.

Une autre voie d'accès à une information plurielle: l'appel à collaboration

7Si la presse étrangère, peu diffusée en Espagne, constituait une source privilégiée pour qui avait choisi de faire la part belle à l'actualité internationale, ceux qui, les plus nombreux, avaient souhaité conférer à leur périodique une dimension essentiellement nationale se devaient de trouver d'autres solutions pour être à même de livrer à leurs lecteurs, en temps et heure, une information plurielle et donc adaptée à un public hétérogène.

  • 18 « Extracto de una carta, escrita al Editor de este Diario », in Correo literario de la Europa, 3 ja (...)

8Les difficultés auxquelles étaient confrontés les publicistes, en constante quête de matériel, n'avaient d'ailleurs pas échappé à certains lecteurs soucieux de livrer leurs impressions sur une presse encore en construction. Ainsi, en 1782, peu après que le Correo literario de la Europa eut annoncé la création d'une rubrique supplémentaire consacrée cette fois à l'actualité littéraire espagnole, l'éditeur reçut une lettre saluant cette initiative. L'auteur (anonyme, ou prétendu tel) s'y étonnait du caractère tardif de cette décision. Mais, pour peu qu'on y réfléchît, y avait-il vraiment matière à étonnement? Non, soutenait-il, car c'était oublier qu'en Espagne savants et hommes de lettres communiquaient peu, qu'il était difficile, et par ailleurs couteux, d'établir avec eux une correspondance suivie18. Et comment parvenir, en l'absence de moyens matériels conséquents, à se doter d'un large réseau d'« informateurs » où devaient figurer, compte tenu de l'ampleur de l'éventail thématique envisagé, les « Laboureurs travailleurs et intelligents », les « Maîtres des Métiers et des Arts mécaniques », les « Intendants, Consuls, Fabricants, Commerçants, et Etrangers établis ou souhaitant s'établir en Espagne », les imprimeurs, les libraires, les peintres, sculpteurs, graveurs, architectes et musiciens, sans oublier les Universités, les Académies, et les Sociétés Economiques des Amis du Pays, ainsi que les hommes de lettres et les « Citoyens » éclairés.

  • 19 Id., p. 16: « Todo esto no puede menos de ocasionar crecidos gastos, y sin esta correspondencia ten (...)

« Tout cela, [concluait-il] ne peut que générer des frais élevés, mais sans une telle correspondance, je tiens pour impossible que vous réussissiez à satisfaire les objectifs d'une telle Rubrique avec l'exactitude que requiert le sérieux du Public Espagnol. Pour ma part, je vous remercie grandement, vous et l'Auteur, et je promets de contribuer autant que je pourrai au développement de cette Gazette assurément utile à notre Patrie »19.

9De tels propos reflétaient, bien évidemment, les inquiétudes et les aspirations du rédacteur du Correo literario de la Europa, qui, tout comme nombre de ses confrères, espérait pouvoir compter sur la collaboration d'hommes de bonne volonté issus d'horizons divers.

  • 20 « Advertencia », in Correo de los Ciegos de Madrid, 10 octobre 1786 (n° 1), p. 1: « Por los mismos (...)
  • 21 « Idea de ampliación del Correo de Madrid », in Correo de los Ciegos, 1787, tome 2, [p. 2]: « Supli (...)

10Du fait de la nécessité de diversifier leurs relais d'information, les publicistes multiplièrent les appels à collaboration. Ainsi, Antonio Manegat, dans le premier numéro du Correo de los Ciegos de Madrid, paru le 10 octobre 1786, invita tous les hommes dotés de bon sens et épris de leur patrie, à lui communiquer par l'entremise des aveugles chargés de la vente du journal ou de la librairie Arribas, à Madrid, « toutes les nouvelles, pensées, idées personnelles, projets, découvertes, plans, critiques, satires, poésies, discours, mémoires, dissertations, &c. leur semblant utiles et dignes d'être livrés au Public »20. A cette première sollicitation, on ne peut plus large, vint s'ajouter, en 1787, alors qu'était envisagée la publication d'articles portant sur l'agriculture, le commerce et les arts mécaniques (thématiques jusqu'alors non abordées), un second appel, plus ciblé, à l'adresse cette fois-ci des intendants, corregidors, archevêques, évêques, curés, propriétaires terriens, commerçants et artisans21.

11Le Diario de Madrid, dans le prologue publié cette même année, avouait, contrit, qu'il n'avait pu tenir la totalité de ses engagements, faute de matière. Il ne chercha donc pas à dissimuler que, malgré de nombreuses sollicitations, notamment auprès de plusieurs souscripteurs du journal, il n'avait pas réussi à réunir toutes les informations qu'il escomptait dans divers domaines, en particulier celui des « actions vertueuses » et dans une moindre mesure ceux de la géographie, l'histoire naturelle, les monuments anciens, les fondations utiles, les sciences… Nul doute que cette confession valait rappel à l'ordre.

  • 22 « Prospecto del Periódico curioso, erudito, económico y comercial que con el título de Diario de Ba (...)
  • 23 Id., p. 5: « Con el fin de poder desempeñar de un modo agradable al Público todos estos asuntos rel (...)

12Le Diario de Barcelona, alors qu'il amorçait sa route en 1792, ne cacha pas qu'il espérait pouvoir compter sur les lumières du public et en particulier sur la collaboration des « respectables Institutions de la Nation, si réputées pour leur amour au bien de la Société »22. Et l'insistance ne pouvant nuire en la circonstance, les rédacteurs renouvelèrent leur appel avec véhémence quelques paragraphes plus loin : « Nous avons supplié [disaient-ils] plus haut, et nous supplions maintenant à nouveau les Institutions littéraires, Académies, Sociétés de la Nation, et chacun de leurs individus en particulier, de bien vouloir nous éclairer par le fruit de leurs travaux »23.

  • 24 « Prospecto que manifiesta la ampliación y nueva forma que se ha de dar a la obra titulada Correo d (...)
  • 25 Id.: « Comiencen pues, ayudando al editor de tan noble pensamiento con sus talentos e intereses, pa (...)

13En 1801, Joseph de la Barreda, qui, quelques mois auparavant, avait créé le Correo de Xerez, souligna qu'il « compt[ait] sur les talents de ses bien-aimés compatriotes pour que sa Patrie joue quelque rôle dans le Monde littéraire, ceux qui p[ouvaient] et d[evaient] donner le ton, étant appelés à renoncer à leur mutisme pour passer dans ce théâtre de l'insipide rôle de spectateurs à la noble sphère des acteurs (…) Que les nobles habitants de Jerez, parviennent donc à éveiller l'envie, à susciter l'émulation et que leurs esprits, qui sont, assurément, si vifs, raflent, avec leurs productions, comme on a coutume de dire, le beurre et l'argent du beurre »24. Aussi invitait-il ardemment ses compatriotes à amorcer ce virage, qui devait contribuer à effacer la note d'infamie culturelle qui pesait sur l'Espagne, en apportant leur aide au Correo de Xerez25.

14Comme le démontrent ces quelques exemples (que l'on pourrait multiplier à l'envi) les publicistes, qu'ils fussent établis à Madrid ou en province et quelle que fût la périodicité pour laquelle ils avaient opté, se faisaient fort d'offrir une tribune au plus grand nombre de contributeurs possible, chacun se devant, au nom du patriotisme, d'apporter sa pierre à l'édifice. La nécessité d'établir un dialogue avec le public qui ne saurait être un simple récepteur de l'information, d'aller vers une œuvre collective fut bien souvent mise avant. Toutefois, cette formule, pour peu qu'elle fonctionnât, offrait bien des avantages pour les publicistes dont celui de pouvoir compter sur un bataillon de collaborateurs bénévoles. Mais il est toujours une exception qui confirme la règle. Ainsi le Diario de Madrid, s'engagea à rémunérer ses contributeurs comme en témoigne l'annonce qu'il fit paraître en janvier 1790 (après bien des années d'existence) où il ne manqua pas de souligner que cette démarche visant à dédommager les auteurs « pauvres » n'était nullement motivée par une carence de matériel:

« Quiconque lit, soit par obligation professionnelle, soit pour son plaisir, ou est susceptible de trouver dans les ressources de son esprit matière à une publication qui contribuera à instruire ou distraire honnêtement les lecteurs pourra nous remettre sa proposition au Bureau Principal de la place de Zelenque, où il lui sera donné un reçu au vu duquel, quand le texte sera publié dans ce Journal, nous donnerons au porteur dudit reçu un demi douro. Nous sommes persuadés que les gens de bon sens ne s’étonneront pas de cette rémunération parce qu’elle est destinée à ceux qui sont dans le besoin, et qui sont toujours les plus nombreux. Mais, si des personnes de condition ou fortunées ne voulaient pas percevoir cette modeste contribution, pas même pour en faire don à l’un de leurs serviteurs, on ferait état dans le Journal de ce renoncement qui ne leur ôterait pas l’honneur d’avoir été publié. […]

  • 26 « Pensamiento de Diarista para mejorar este Periódico », in Diario de Madrid, 31 janvier 1790 (n° 3 (...)

Malgré la rétribution de 10 réaux offerte aux collaborateurs nécessiteux qui ne dédaigneront pas de la percevoir, nous précisons que notre offre n’est pas due à un manque de matériels : beaucoup d’articles sont déjà rédigés et d’autres ont été sélectionnés. »26

  • 27 Cf. par exemple Diario de Madrid, 28 février 1790 (n 59), p. 234.
  • 28 Cf. Diario de Madrid, 15 janvier 1790 (n° 15), p. 3 et 4 août 1790 (n° 216), p. 865 b.

15La somme proposée, pour un texte qui se devait d'être bref (chaque numéro comptant quatre pages dont près de la moitié était consacrée aux petites annonces), sans être importante n'était pas dérisoire: c'était un peu plus que le prix d'un mois d'abonnement au journal pour un souscripteur madrilène (huit réaux)27 ou que la gratification proposée à un prêtre pour célébrer une grande messe à l'occasion de quelque célébration particulière (huit réaux également)28. Cette démarche inusuelle ne manquerait pas de susciter quelques vocations. Et certains correspondants du journal n'hésitèrent d'ailleurs pas à souligner que c'est motivés par cette offre, pour le moins inattendue, qu'ils avaient décidé de prendre la plume. Tel fut le cas d'un contributeur (identifié par ses seules initiales: E.B.Z.Y.E, sans doute le premier « pigiste » de la presse espagnole) dont la lettre en date du 16 février 1790 s'ouvrait sur les déclarations suivantes:

  • 29 E.B.Z.Y.E., « Señor Editor », Madrid, 16 février 1790, in Diario de Madrid, 22 mars 1790 (n° 81), p (...)

« après avoir vu dans l'un des numéros de votre journal l'offre selon laquelle vous rémunèreriez à hauteur de 10 réaux les personnes qui vous remettraient quelque chose digne d'y être inséré, en récompense de leurs efforts, il me vint immédiatement à l'esprit l'idée que je vais soumettre à votre considération et à celle du public, si elle avait l'honneur d'être publiée »29.

  • 30 D.J.M., « Señores Diaristas », in Diario de Madrid, 21 avril 1790 (n° 111), pp. 443-444. Citation p (...)

16Les espoirs de ce contributeur intéressé, qui, par ailleurs, se proposait de renouveler l'expérience, ne furent pas déçus puisqu'un mois plus tard son texte, consacré aux travers et extravagances qui caractérisaient la plupart des hommes, connut les honneurs de la publication. Tel fut également le cas d'un certain D.J.M. Lui, qui se disait connu des diaristas et pourtant n'avait jamais pensé à leur soumettre le moindre texte, s'était résolu à leur envoyer une anecdote (qu'il avouait avoir tiré d'une gazette de Vienne) maintenant qu'il pouvait espérer « gagner un demi douro pour le papier, l'encre et la plume »30.

  • 31 Buscarlo, Pedro, « Discurso económico, en que se propone la idea de un traje Nacional para los Peti (...)
  • 32 Almivarado, Liquido (don), « Apología por los Petimetres », Murcia, 22 octobre 1792, in Correo de M (...)
  • 33 F.V.I., « Carta de un ciudadano de Alicante remitida a los Editores del Correo de Madrid », in Corr (...)
  • 34 P.P., « Señor Autor del Espudeo », in Correo de Murcia, 24 novembre 1792 (n° 25), pp 197-200 et « S (...)
  • 35 Theotimo Gracco. Sa contribution (« Enarración Apologética del Nombre de Dios ») datée du 15 novemb (...)
  • 36 Jacobus Menos de Llena, « Medicina », in Correo de Murcia, 13 novembre 1792 (n° 22), pp. 170-173. T (...)
  • 37 El Doctor Tarrugo, « Señor Autor del Espudeo », in Correo de Murcia, 1 décembre 792 (n° 27), pp. 21 (...)
  • 38 El tío Antón Terrones, « Al Autor del discurso sobre el régimen de conservar la salud », in Correo (...)
  • 39 8 décembre 1792 (n° 29), pp. 226-230 ; 11 décembre 1792 (n° 30), pp. 235-237 ; 15 décembre 1792 (n° (...)

17Mais il n’est pas qu’à Madrid que les rédacteurs de journaux trouvèrent aisément des collaborateurs parmi leurs lecteurs. Ceux du Correo literario de Murcia (périodique bihebdomadaire qui parut du 1 septembre 1792 au 26 décembre 1795) publièrent la première correspondance qui leur fut adressée dans le numéro 9, daté du 29 septembre 1792, soit moins d’un mois après le lancement du périodique. Entre la rédaction du texte (si toutefois l’auteur ne l’avait pas déjà dans l'un de ses tiroirs, ce qui n’est pas impossible), son acceptation par les rédacteurs, et son impression, l’affaire avait été menée rondement. Il s’agissait d’un essai sur le costume national des petimetres qui donna lieu à pas moins de sept livraisons consécutives pour un total de 588 lignes31. Les réflexions de Pedro Buscarlo (de toute évidence un pseudonyme) ne passèrent pas inaperçues : 25 jours plus tard (dans le numéro 16, du 23 octobre) le Correo literario de Murcia publia, en réaction à cette longue série, une apologie des petimetres32 (qui aurait été remise la veille au guichet du journal). Et dans ce même numéro, on put trouver un autre « article communiqué ». Désormais, rares allaient être les livraisons du périodique sans courrier des lecteurs, devenus des rédacteurs occasionnels, mais à part entière de la revue. La plupart de leurs textes furent d'ailleurs introduits par la mention (en lettres capitales) « Se ha recibido por la taquilla el papel siguiente » ou « Se ha recibido el papel siguiente ». Une nouvelle rubrique était née, reflet de l'importance accordée par les responsables du périodique à ce type de contributions. Pour ce qui concerne le premier tome du Correo literario de Murcia, soit 35 numéros, parus du 1 septembre au 29 décembre 1792, ses rédacteurs trouvèrent 16 correspondants (en général, de Murcie, mais parmi lesquels figurent également deux habitants d’Alicante33, un de la Posada de Alcoy34, un autre de Cumiar35 ainsi qu'un Barcelonais36) qui leur fournirent 31,1% de l’espace rédactionnel disponible (3008 lignes sur les quelque 9685 publiées dans les 35 numéros). Au reste, la concision ne fut pas la marque de ces collaborateurs bénévoles : telle lettre adressée à l’auteur de El Espudeo, avec ses 196 lignes d’impression, donna lieu à deux livraisons successives37. Une autre, commentant un ouvrage sur un régime pour demeurer en bonne santé (« Al autor del discurso sobre el régimen de conservar la salud ») dut être publiée en trois fois38, et, avec ses 256 lignes, aurait pratiquement pu remplir un numéro entier de la revue. Mais la palme revient à un article intitulé Enarración apologética…, signé Theotimo Gracco, qui ne fut d’ailleurs présenté comme l’œuvre d’un lecteur du journal qu’au terme de sa publication dans six numéros de la revue39. Avec ses 579 lignes, il aurait facilement pu constituer un opuscule d’une vingtaine de pages. Mais le soi-disant Theotimo Gracco n’avait sans doute ni envie, ni peut-être les moyens de faire face aux frais d’impression de son ouvrage : la collaboration à un périodique permettait aux auteurs impécunieux (ou près de leurs sous) de livrer au public, sans bourse délier, le fruit de leur travail. Les rédacteurs de journaux le savaient : ils ne manquèrent pas de profiter de la situation.

  • 40 Lettre signée El Impertinente, parue le 3 septembre 1793 (n° 106), pp. 1-3, qui s'ouvre sur : « ¡Vá (...)
  • 41 « CARTA Del Ilustrísimo Señor Don Antonio Despuig, Obispo de Orihuela, dirigida a sus Diocesanos pa (...)
  • 42 « CARTA Del Ilustrísimo Señor Obispo de Gerona en que anima a todos sus Diocesanos a la permanencia (...)
  • 43 « CARTA-EDICTO / De Rogativa Pública de nuestro Ilustrísimo Prelado, a fin de implorar el auxilio d (...)

18Au reste, les candidats à l’impression ne se privaient pas de manifester non seulement leur bonne volonté, mais leur impatience. C'est ainsi que l'un d'eux (sous le pseudonyme de L'Impertinent) salua avec enthousiasme la fin de la publication de l'Histoire de Murcie qui ouvrait systématiquement les numéros du journal, réduisant ainsi l'espace imparti aux collaborateurs extérieurs40. L’ambition de nombre de lecteurs de voir, si ce n'est leur nom (car la plupart d’entre eux adoptèrent des synonymes, parfois pittoresques), du moins leurs textes publiés dans le Correo literario de Murcia permit à ses rédacteurs de disposer constamment d’une réserve importante d’articles pour remplir les pages de leur revue. Ainsi (sans compter les communiqués officiels adressés par les évêques d’Orihuela41, de Gérone42 et de Carthagène43) le tome II (janvier - avril 1793) contient 18 contributions extérieures, de 10 auteurs différents, pour un total de 2060 lignes (21,3% de l’espace). L'espace rempli par le courrier des lecteurs et les articles communiqués augmente sensiblement (2888 lignes, soit 30% du total) dans le tome III (mai - août 1793) ; avec 6080 lignes, on atteint, pour le tome IV (septembre –décembre 1793)  pas moins de 64,9% de la surface imprimée ; on passe à 5493 lignes (61,2%) pour le tome V (janvier – avril 1794); à 6745 (71,4%) pour le tome VI (mai –août 1794) ; le maximum, 75,1% (7162 lignes) est atteint avec le tome VII (septembre – décembre 1794). Le poids des contributions extérieures ira ensuite en diminuant: 5630 lignes du texte imprimé (61,2%) pour le tome VIII (janvier-avril 1795), 5246 (54,3%) pour le tome IX (mai – août 1795), et enfin 4204 lignes (44%) pour le dixième et dernier tome (septembre-décembre 1795), ce qui demeure plus qu'honorable.

Correo literario de Murcia (1792-1795): représentation en % des collaborations extérieures par rapport au total de la surface imprimée

Correo literario de Murcia (1792-1795): représentation en % des collaborations extérieures par rapport au total de la surface imprimée
Source: Correo literario de Murcia, Murcia, Imprenta de la Viuda de Felipe Teruel, 1 septembre 1792-29 décembre 1795, 10 vol., 348 n°.
  • 44 Les chiffres livrés, tout en étant fort significatifs, sont à manier avec prudence car derrière cer (...)
  • 45 « Discurso Físico teológico-moral sobre la administración del Sacramento de la Extrema Unción », si (...)
  • 46 « Aviso filosófico contra la filosófica preocupación de algunos Aperipatéticos » signé « El Eclécti (...)
  • 47 « Discurso moral sobre el destino de las riquezas », 2 février 1793 (n° 53), pp. 140-143 et 5 févri (...)
  • 48 « Señores Editores », in Correo literario de Murcia, 26 juillet 1794 (n° 199), pp. 193-196; « Señor (...)
  • 49 L.S.B., F.M., M.G.Z., « Los Editores », in Correo literario de Murcia, 29 décembre 1795 (n° 348), p (...)

19De toute évidence les rédacteurs du Correo literario de Murcia avaient fait leur l’aphorisme de Voltaire selon lesquels les livres les plus utiles sont ceux dont le lecteur fait la moitié puisque, au total, 51,2% de ce qu’ils publiaient leur était, a priori, communiqué par leurs lecteurs44. Toute contribution leur était bonne à prendre, et ils acceptaient aussi bien de doctes considérations sur le saint sacrement de l’Extrême Onction due à la plume d’un soi-disant Varón de Deseos45 que les dissertations de l’Eclectique sur la fausse philosophie46 de la poésie à laquelle ils accordèrent progressivement une part de plus en plus importante, notamment en 1795. Certains purent même se croire, un temps, collaborateurs attitrés du Correo literario de Murcia, comme le Varón de Deseos, déjà cité, qui, outre ses réflexions sur l’Extrême Onction, fit paraître un Discours moral sur le destin des richesses et un autre qualifié d’historique et moral47, ou encore celui qui se cachait derrière le pseudonyme d'Agapito Tembleque qui adressa aux rédacteurs du Correo trois lettres de Carthagène, datées des 22 juillet, 8 et 24 août 1794, qui furent respectivement publiées dans les numéros du 26 juillet, du 16 et du 30 août 179448. Mais, manifestement, les rédacteurs (Zamorano, Meseguer et Bado) prirent bien garde de ne pas se laisser phagocyter : en ouvrant leur tribune au plus grand nombre, ils évitaient l’accueil de contributeurs trop zélés qui, à force de fournir de la copie, auraient pu avoir quelques revendications. Par ailleurs, le nombre et l’indication des origines variées des correspondances (qui provenaient de toute l’Espagne, aussi bien de la voisine Alicante que de la capitale, Madrid, de Barcelone, de l’extrême pointe de l’Andalousie, Rota, ou encore de la très lointaine capitale des Asturies, Oviedo) était la meilleure des publicités possibles pour la revue qui se dépouillait ainsi du sayon de journal de province pour se parer de la tunique de revue nationale. Et ils ne manquèrent d'ailleurs pas de rendre hommage à leurs correspondants, notamment dans la note en date du 29 décembre 1795 qui annonçait la cessation d'activité du journal49.

  • 50 L'indication de la ville est fournie pour 137 correspondants, soit 73,7% du collectif.
  • 51 LARRIBA, Elisabel, « Un intento de reforma agraria por y para las clases productoras: el Semanario (...)

20Bien évidemment, l'importance quantitative de ces contributions extérieures fut très variable d'un périodique à l'autre. Au nombre de 252, émanant de 186 correspondants (dont 54 ecclésiastiques), et provenant d'au moins 110 localités50, elles représentent un peu moins de 10 % des articles publiés dans un périodique comme le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), avec un maximum de 25,5 % en 1798, mais des résultats bien décevants par la suite, l'enthousiasme des premiers instants s'étant vite effrité51.

Evolution du nombre de lettres publiées dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808)

Evolution du nombre de lettres publiées dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808)

Source: Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, Madrid, Imprenta de Villalpando, 1797-1808, 599 n°. Elaboration personelle.

21Ainsi le Semanario de Agricultura y Artes… conçu initialement comme un périodique fait pour et par le public finit par devenir une publication faite pour et par des spécialistes.

  • 52 N., « La siguiente Carta que he recibido por el Correo con las producciones de que hace relación, e (...)
  • 53 « Advertencia del Editor », in Semanario de Salamanca, 30 avril 1795 (n° 174), p. 101.

22De fait, comme on a pu le constater avec le Correo literario de Murcia (mais cela est également le cas pour d’autres périodiques), certains contributeurs ne se contentèrent pas d'effectuer des envois occasionnels et furent, parfois, considérés par les éditeurs du journal qu'ils avaient choisi comme de précieux et fidèles collaborateurs. C'est par exemple le cas d'un certain N. qui, en son nom et en celui de l'un de ses voisins (Don S.T.) et du curé de sa ville (Don F.F.), adressa à l'éditeur du Semanario de Salamanca une longue lettre où abondaient les conseils pouvant contribuer à l'amélioration du journal, texte auquel il joignit divers articles signés par eux. C'est là une initiative qu'apprécia tout particulièrement Francisco Prieto de Torres puisqu'il publia cette lettre le 21 avril 1795 en précisant qu'elle avait valeur de prospectus et que les propositions qui y étaient faites seraient rigoureusement mises en pratique52. Par ailleurs, dans une note parue neuf jours plus tard (le 30 avril), il indiqua à ses lecteurs que les premiers articles de ces trois « nouveaux correspondants » avaient été livrés dans le numéro antérieur et que d'autres suivraient53 (ce qui se vérifia). Et si certains contributeurs semblent n'avoir prêté leur plume qu'à un périodique, d'autres, en revanche, proposèrent leurs services à diverses publications. Parmi eux Manuel de Aguirre (le « Militar ingenuo ») qui revendiqua avec un certain plaisir son butinage journalistique comme en atteste les propos sur lesquels s'ouvre l'article qu'il signa dans le Diario de Barcelona du 7 février 1793:

  • 54 « Señor Editor del Diario de Barcelona », in Diario de Barcelona, 7 février 1793 (n°38), pp. 153-15 (...)

« Je suis un Homme qui en tout danse, sans être Danseur, j'ai commencé à faire état de ma personne dans le Correo de Madrid, Périodique qui n'est plus, requiescat &c. Je me suis ensuite tourné vers le Diario de la Cour, et me suis fait connaître par mes productions dans tout l'Univers littéraire, c'est-à-dire, à Carabanchel, Chamartin et Cien Pozuelos; non content de cela, je devins l'élève du Diario de las Musas, qui passa également à la trappe, et maintenant je suis à vous monsieur l'Editeur [du Diario de Barcelona] »54.

  • 55 « Señor Diarista », in Diario de Barcelona, 10 février 1793 (n° 41), pp. 165-166: « Yo (si no me ha (...)

23A son instar, Lucas Alemán (en fait Manuel Casal y Aguado), qui avait également écrit pour divers journaux madrilènes, publia trois jours plus tard, un article dans le Diario de Barcelona, où il ne manqua pas, en brossant son portrait, d'évoquer, et de manière fort savoureuse, ses déambulations journalistiques55.

24De fait, nombreux sont ceux qui, souhaitant toucher un large public ou tout simplement publier leurs écrits à moindre frais avec l'espoir de se faire un jour un nom dans la République des Lettres répondirent aux appels à collaboration lancés par les périodiques, que ce fût à Madrid ou en province.

La gestion des collaborations extérieures: conseils et mises en garde à l'adresse des contributeurs

  • 56 C'est par exemple le cas du Correo de Madrid ou du Correo literario de Murcia. « Idea de ampliación (...)

25La collecte et le traitement de ces contributions extérieures impliquaient de la part des éditeurs une certaine organisation. Plusieurs options furent proposées pour le dépôt des textes de ces candidats à la publication: l'envoi par courrier postal (toujours franco de port, d'aucuns insistèrent fortement sur ce point56), la remise directe à l'éditeur, à un guichet ad hoc, auprès des diffuseurs du périodique (le plus souvent des libraires) ou bien encore le dépôt, plus impersonnel, dans des boîtes à lettres prévues à cet effet. Mais les publicistes ne se contentèrent pas d'indiquer quelles devaient être les modalités de remise des informations ou articles sollicités, ni même les thèmes qu'ils souhaitaient voir aborder, en fonction du profil de leur périodique ou, tout simplement, de leurs carences informatives.

  • 57 « Nota », in Semanario de Salamanca, 2 décembre 1794 (n° 127), pp. 141-144. Citation pp. 141-142: « (...)

26Certains jugèrent également utile d'émettre des consignes purement pratiques (par exemple, « écrire de manière lisible et intelligible »57) ou des recommandations d'ordre purement stylistique afin de faciliter le traitement des textes reçus, l'accent étant mis notamment sur la nécessaire brièveté des articles et la clarté de la langue, comme ce fut par exemple le cas pour le Semanario de Salamanca dont l'éditeur, en introduction à un article, jugé exemplaire car particulièrement adapté (au-delà du sujet traité) aux exigences de l'écriture journalistique, déclara:

  • 58 « Jurisprudencia eclesiástica », in Semanario de Salamanca, 12 mai 1795 (n° 179), pp. 141-144: « Qu (...)

« Nous souhaiterions également que tous ceux qui s'emploient à nous envoyer leurs productions, respectent le Plan que nous avons publié dans le n. 170, qu'ils comprennent que les dissertations longues et fastidieuses n'auront pas leur place dans notre Journal, si ce n'est dépouillées de tout leur verbiage; car nous ne voulons pas de discours dont le style éblouit, mais dont la lecture instruit. La Lettre qui suit leur est proposée en modèle: il y est dit, en peu de lignes, et avec la bienséance et le respect dus au sujet traité, ce que beaucoup ont dit en plusieurs tomes et ce pour quoi un autre aurait dépensé vingt feuillets pour éprouver finalement la tristesse de ne pas voir sa pesante dissertation publiée »58.

  • 59 « Aviso a los autores del Correo de Xerez », in Correo de Xerez, 5 mai 1806 (n° 227), pp. 281-284.

27L'un de ses confères, le Correo de Xerez, alla même plus loin en donnant des indications très précises sur les termes à employer ou à ne pas employer, ou du moins à employer correctement, sans omettre quelques rappels grammaticaux, le tout assorti de divers renvois à des articles parus dans le journal ayant valeur d'exemple59. Nous ne sommes donc pas très loin en la circonstance, toutes proportions gardées, d'une ébauche de guide stylistique.

  • 60 Cf. « Pensamiento del Diarista para mejorar este Periódico », in Diario de Madrid, 31 janvier 1790 (...)
  • 61 « Prospecto del Periódico curioso, erudito, económico y comercial que con el título de Diario de Ba (...)

28Mais de toute évidence l'une des priorités de certains éditeurs était de se prémunir contre des contributeurs indélicats ou trop audacieux et d'éviter leur éventuel mécontentement. D'où diverses mises en garde contre la censure. C'est ainsi qu'en janvier 1790 le Diario de Madrid estima opportun de rappeler que les papiers qu'il recevait devaient être soumis à censure et que, de ce fait, il n'excluait pas de devoir retarder la parution de certains textes où même de devoir renoncer à leur publication60. Le Diario de Barcelona en 1792, reprenant la phraséologie propre des censeurs précisa quant à lui que les articles devaient « être écrits avec la bienséance qui convient, et avec le respect que l'on doit à la Religion, à l'Etat, aux Autorités, aux Institutions ou Communautés, et à chaque Individu. Tout papier ne répondant pas à ces exigences demeurera inédit même si, par ailleurs, il était digne d'être publié de par son érudition et la qualité du style »61. L'éditeur du Semanario de Salamanca fut, lui, on ne peut plus explicite dans la note livrée dans leur deuxième numéro en date du 5 octobre 1793:

  • 62 « Nota de los Editores », in Semanario de Salamanca, 5 octobre 1793 (n° 2), pp. 19-20: « Pero debem (...)

« Il nous faut informer les Personnes ayant la bonté de nous adresser quelques Articles pour que nous les insérions dans ce Périodique, de ce que nous ne sommes pas libres de les remettre à l'imprimeur, et que leur publication ne dépend ni de notre décision, ni de notre volonté; les Autorités nous ayant communiqué les ordres les plus stricts et ayant pris les mesures les plus rigoureuses pour que soient remis aux Censeurs les écrits que nous recevons, quelle que soit leur nature, c'est d'eux que dépend l'approbation ou le rejet de ces textes. De ce fait nous ne pouvons livrer au Public les papiers non autorisés, pas plus que nous ne devons chercher à connaître les motifs ayant poussé Messieurs les Censeurs à les désapprouver. Nous le précisons pour qu'aucun Auteur ne pense que nous avons pris le parti de favoriser certains au détriment d'autres. Nous souhaitons satisfaire tout le monde, sans aucune préférence, et nous aimerions que les sujets qui nous sont proposés contribuent à l'instruction et à l'agrément du Public »62.

  • 63 Cf. par exemple « Nota de los Editores », in Semanario de Salamanca, 8 février 1794 (n° 38), p. 112 (...)
  • 64 « Advertencia particular », in Semanario de Salamanca, 1 mars 1794 (n° 44), p. 168: « No se nos per (...)
  • 65 « EL EDITOR », in Semanario de Salamanca, 11 juin 1795 (n° 192), p. 253: « Al paso que sentimos dej (...)

29Il n'hésita pas, qui plus est (et c'est a priori un cas unique), à publier, bien que de manière sporadique, des notes où il prit la peine d'indiquer que tel article n'avait pas encore été inséré dans le journal car il n'avait toujours pas reçu l'avis du censeur63, que tel autre ne serait pas publié car il n'avait pas passé le cap de la censure64 ou tout bonnement parce qu'il ne présentait pas la qualité requise65.

30C'était là une manière assez efficace d'inviter les contributeurs extérieurs à une certaine autocensure tout en se prémunissant contre les éventuelles récriminations de ceux qui n'auraient pas le plaisir de voir leur texte publié.

La fiabilité des contributions extérieures

  • 66 L'ouverture des pages du journal aux analphabètes est certes de nature à surprendre, mais il y a fo (...)
  • 67 « Prospecto del Periódico curioso, erudito, económico y comercial que con el título de Diario de Ba (...)

31Parmi les priorités des éditeurs figurait également la fiabilité et donc la véracité des données qui leur étaient adressées. L'on trouve de ce fait dans la presse, et notamment dans les quotidiens (qui par ailleurs publiaient des petites annonces et des textes brefs à caractère purement informatif), des références explicites aux procédures mises en place afin de vérifier l'exactitude des informations déposées dans les boîtes aux lettres. Ainsi, les éditeurs du Diario de Barcelona insistèrent en 1792 sur le fait que dans la mesure où ils étaient « responsables de la véracité de ce qu'ils publiaient », l'anonymat était exclu lors du dépôt des textes, tout contributeur devant même spécifier « le Quartier, la Rue, la Maison où il habit[ait], l'heure à laquelle il s'y trouvera[it], pour que l'on pût vérifier l'exactitude » de ses dires, l'intéressé étant également tenu de signer son texte « en présence du Contrôleur, ou par d'autres moyens s'il ne savait écrire »66. Ils indiquèrent en outre qu'afin « d'éviter d'éventuels abus, aucune information ne serait publiée moins de 48 heures après son dépôt », tout en laissant la possibilité à ceux (déjà connus des éditeurs) qui souhaiteraient que ce délai fût écourté de se présenter en personne, au bureau du journal pour certifier l'exactitude de l'information délivrée en y apposant leur signature67.

  • 68 « Prólogo », in Diario de Madrid, tome I, 1786, p. 16: « Figúrese cualquiera el modo con que se imp (...)
  • 69 Ibid., p. 16: « Las cajas se han colocado en parajes cómodos de Madrid para recoger principalmente (...)

32Le système établi était strict mais était-il rigoureusement et systématiquement appliqué? Pouvait-il d'ailleurs l'être notamment dans le cadre des quotidiens appelés, plus que tous autres, à travailler dans l'urgence? Difficile à dire. En tout état de cause ce qui est certain c'est que ce système de contrôle, dont la mise en place témoigne d'une démarche qui se voulait professionnelle, reposait sur la bonne foi et le sérieux des dépositaires de l'information, sur une relation de confiance qui fut parfois trahie dans le seul but de nuire au journal. C'est du moins ce qu'affirma en 1786 l'éditeur du Diario de Madrid qui, lui, n'exigeait pas de ceux qui déposaient leurs textes dans les boîtes aux lettres qu'ils dévoilent leur identité. Il est bien difficile, déclarait-il avec mauvaise humeur en réponse à ses détracteurs, qui plus est lorsque le temps presse, de faire la part du faux, du vrai et du supposé et ce en raison « de la malice de certains esprits vils qui s'amusent à faire des croche-pieds aux Diaristas avec des papiers émaillés de mensonges, et contre lesquels toute la vigilance d'un contrôleur astucieux ne suffit pas »68. Mais, clamaient-ils, «  qui peut se prémunir contre de tels scélérats sans l'aide du bras de la justice? » Et peut-on tenir le journal pour responsable d'avoir publié une fausse information lorsqu'il a lui-même été abusé69?

  • 70 Note sans titre in Diario de Barcelona, 21 octobre 1792 (n° 21), p. 84: « De orden del Excelentísim (...)

33Les éditeurs du Diario de Barcelona, confrontés au même problème, n'hésitèrent d'ailleurs pas, le 21 octobre 1792, sur ordre du Gouverneur Politique et Militaire de la ville, à dénoncer l'indélicatesse d'un certain Joseph Babot, qui « par amusement ou pour un autre motif » leur avait communiqué une information erronée qu'ils avaient publiée quelques jours auparavant. Ce dernier indiquèrent-ils « a été prévenu que, s'il commet à nouveau un tel délit, il sera puni. »70 Le caractère public de cette mise en garde et la réactivité des Editeurs, témoignent tout autant de la difficulté du contrôle des sources que de l'importance qu'il revêtait pour ceux qui avaient choisi d'ouvrir largement leurs pages à des contributeurs extérieurs.

Faut-il attendre des productions originales de la part des contributeurs occasionnels?

34Ces publicistes étaient-ils tout aussi préoccupés du caractère original de leur moisson? Les contributions extérieures (ou pas, d'ailleurs) devaient-elles forcément être inédites? C'est là une question épineuse aussi bien pour les rédacteurs que pour les collaborateurs occasionnels. Pour beaucoup l'essentiel était assurément que le texte remis fût utile, de nature à éclairer et à séduire le public. Dès lors son origine devenait secondaire et peu importait, au bout du compte, qu'il fût d'aventure le fruit d'un « emprunt » ou qu'il ne brillât pas par son originalité. Les déclarations faites en 1800 par l'éditeur du Correo de Xerez à ce sujet ne sont pas dénuées d'intérêt. C'est non sans fierté qu'il se flatta, tout d'abord, d'avoir réussi à établir une correspondance dans diverses localités où brillait « l'instruction et la civilisation », ce qui lui permettrait assurait-il de satisfaire ceux qui espéraient trouver dans son périodique des textes « originaux, rares et curieux ». Mais, il nuança aussitôt son propos en indiquant, par ailleurs, que l'on ne pouvait décemment exiger des contributeurs que leurs idées et leurs textes fussent totalement nouveaux car, insistait-il:

  • 71 Cf. le texte sans titre qui ouvre le Correo de Xerez du 20 avril 1800 (n° 6), pp. 41-44. Citation p (...)

« il n'est rien dans ce siècle que l'on n'ait déjà vu dans les antérieurs (nihil novum sub sole), et, qui plus est, les vérités ne se flétrissent pas comme la beauté avec la vieillesse. En matière de vérité il n'y a pas de prescription qui vaille, et si la faire connaître du public s'avère utile ou divertissant, on ne saurait faire un procès au prétexte que la scène a déjà été jouée à plusieurs reprises […] je ne doute pas que bien d'autres auront dit la même chose que moi. Mais dois-je me taire, parce qu'eux ont parlé? Si cette règle devait être appliquée au pied de la lettre, les imprimeurs devraient apprendre un autre métier: les inventeurs sont rares, les auteurs de mon genre très nombreux »71.

  • 72 Cf. LE GUELLEC, Maud, « Lorsque la presse est sa propre source : le Correo de las damas du baron de (...)
  • 73 « Prólogo », in Diario de Valencia, 1790 (tome 1), [p. 6] « Asimismo se advierte, que todo aquello (...)
  • 74 « Reflexiones sobre la general instrucción y común utilidad, que deben ser los fines principales de (...)

35Francisco Joseph de la Barrera ne cacha donc pas qu'il jouerait sur deux tableaux, mêlant pièces rares et bien moins rares. Cette mise au point, émanant d'un éditeur sans doute confronté à la difficulté d'accéder à des sources originales, était assurément motivée par la lassitude du public face à la démarche de nombre de rédacteurs qui, par nécessité ou pure commodité, érigeaient en système la politique de l'emprunt, de la reprise, quand ils ne succombaient pas tout bonnement à la tentation du plagiat. De fait, certains éditeurs puisèrent sans vergogne leur inspiration dans la presse nationale et sans prendre, la plupart du temps, la peine de citer leurs sources. Tel fut le cas du picaresque baron de la Bruère, éditeur, entre autres, du Correo de las Damas (1804-1808) dont au moins 67% de la production (chiffre qui pourrait très vraisemblablement être revu à la hausse) étaient tirés d'autres périodiques péninsulaires72. De fait, si dans le prologue du Diario de Valencia paru en 1790 il s'était engagé à citer ses sources ne souhaitant pas « se faire valoir avec le travail d'autrui »73, en revanche il ne jugea pas utile de préciser, par exemple, que son introduction au Correo de Cádiz (1795), exclusion faite du premier paragraphe (sept lignes que l'on peut a priori considérer comme originales), était une simple copie, à la virgule près, d'une réflexion sur la presse parue en octobre 1792 dans le Diario de Barcelona74. Sans doute comptait-il que cette scandaleuse indélicatesse passerait inaperçue, le texte plagié ayant été publié dans une autre ville, plusieurs années auparavant. Par ailleurs, ces pratiques n'étaient certainement pas de nature à choquer certains contributeurs dont par exemple Don Nicasio Chinchilla, l'un des correspondants du Diario de Barcelona, qui lui eut du moins le mérite de jouer cartes sur table lorsqu'il proposa avec enthousiasme et un soupçon de picaresque ses services à ce quotidien:

« Je vous préviens, afin que vous n'en soyez pas étonnés par la suite, que je n'hésite pas à m'attribuer ce qui est arrivé à d'autres, pas plus que je n'ai de scrupules à faire passer pour mien ce qui appartient à un autre. L'on pourra dira que je suis un Oiseau qui se pare des plumes des autres, mais je n'en ai cure: on pourra dire ce que l'on voudra car je ne fais qu'imiter ce que bien d'autres font, qui brillent de la même manière dans la République des Lettres.

  • 75 « Señores Diaristas », in Diario de Barcelona, 25 novembre 1792 (n° 56), pp. 221-222. Citation p. 2 (...)

Laissez moi briller, sans chercher à savoir d'où j'ai tiré les Petites pièces, que je vous enverrai, ou bien encore si elles m'appartiennent ou pas. Il suffit qu'elles plaisent et que votre Journal se vende. Moi-même je ne saurai peut-être pas d'où je les tiens, mais le dernier bureau d'où elles sortiront sera assurément ma tête »75.

36Mais ces procédés, au bout du compte d'une grande banalité, finirent par faire débat. Ainsi en parcourant la presse de l'époque l'on voit apparaître au fil du temps de sévères critiques à l'encontre de telles pratiques. Critiques qui émanent de lecteurs lassés d'éprouver trop souvent une sensation de déjà lu, d'auteurs dont le texte a été pillé, voire de publicistes qui affirment avoir été trompés et qui, pour se démarquer de la concurrence, se font fort de citer leurs sources et mettent en avant le caractère inédit des textes qu'ils publient.

37Ainsi l'éditeur du Semanario de Salamanca, après avoir reçu une lettre dont l'auteur cloua au pilori les « copistes misérables, qui veulent faire passer les vessies pour des lanternes, ainsi que les vers et productions des autres pour le fruit de leur esprit », crut utile de publier la note suivante:

  • 76 « Advertencia del Editor », in Semanario de Salamanca, 7 mai 1795 (n° 177), pp. 125-126: « Hay gent (...)

« Il est de gens qui incapables de prendre la plume pour coucher sur le papier une pensée qui leur appartienne vraiment, ou mus par une raison indéfinissable, si ce n'est de voir in quarto ce qui est in octavo ou in folio, se divertissent à copier tantôt en prose, tantôt en vers, et à déposer dans la Boîte des papiers en vérité appréciables, mais intempestifs et comme volés à leurs véritables Auteurs. Il nous est parfois arrivé, en toute bonne foi, de leur faire place dans le Semanario; et peut-être reproduirons-nous cette négligence en raison de la précipitation parfois indispensable pour pouvoir gérer les sujets, ou sans nous rendre compte du vol tant les thèmes sont variés: mais la négligence dont il est fait état avec raison dans la Lettre suivante, pour les raisons déjà évoquées, nous fera ouvrir les yeux, et procéder avec le plus grand soin aux vérifications de mise; d'autant plus que grâce à nos nouveaux Correspondants nous pouvons choisir bien plus soigneusement les papiers envoyés à la Boîte: et à partir de maintenant et pour toujours nous prévenons ceux qui s'adonnent à ce labeur répréhensible qu'ils n'en tireront aucune gratification; ils ne pourront pleurer que sur le temps passé à copier les Fables d'Iriarte, ou de Samaniego, les rondeaux de Quevedo ou d'Iglesias, ou bien encore des discours tirés de nombre de périodiques nationaux, qui passant dans les mains de tous, n'ont pas besoin d'être reproduits »76.

  • 77 El Amigo del Diarista, lettre à l'Editeur, in Diario de Barcelona, 14 octobre 1792 (n° 14), pp. 53- (...)

38Ces mea culpa, mises au point ou mises en garde, cette nécessité d'expliciter les choix rédactionnels opérés et les mesures prises afin de traiter l'information recueillie (sans forcément dissimuler les failles du système), les débats ou polémiques que des pratiques journalistiques aussi répandues que douteuses suscitaient dans les pages même de la presse, témoignent tout à la fois des exigences croissantes du public et de l'amorce d'un processus de professionnalisation où les notions de déontologie et de respect de la propriété intellectuelle pointent timidement à l'horizon. Nul doute qu'à la fin du XVIIIe siècle d'aucuns estimaient déjà que la presse, ou du moins la presse de qualité, ne saurait se limiter à être « un simple corps opaque, ne servant qu'à réfléchir la lumière que d'autres lui envoient »77.

39Mais certaines pratiques étaient appelées à perdurer comme en témoignent les conseils, aussi savoureux qu'immoraux, prodigués en 1811 depuis la tribune du Diario de Mallorca par un père à son fils souhaitant devenir journaliste.

« Tous les Périodiques [soutenait le père] ont pour objet premier, comme pour tout autre métier, d'assurer la subsistance de celui qui les publie; les uns y parviennent en instruisant, les autres par la tromperie. Les premiers doivent être dotés de vastes connaissances, de goût, d'espièglerie, de sens critique, avoir beaucoup lu, être originaux et savoir s'adapter aux circonstances. Veux-tu un modèle? Je te renvoie au Spectateur anglais. Mais cette méthode est périlleuse et exige une force que tu n'as pas. En aucun cas elle ne saurait te convenir. […]

L'autre méthode d'écrire des périodiques, limitée à la tromperie et la seule à ta portée, exclut essentiellement les conditions requises pour la première. Les qualités qui la définissent et en font l'efficacité sont (sois attentif, journaliste débutant, car il y va de tes gains) des pieds agiles, une fine oreille et ne pas s'embarrasser de détails.

Des pieds agiles: car comme rien de ce que tu publieras ne sera de ton propre cru il te faut aller de-ci et de-là sans t'accorder un instant de repos[…]

Une fine oreille […] Tu dois être tout ouïe. Tu recueilleras (grâce à tes pieds et tes oreilles) toutes les informations bonnes et mauvaises, vraies et fausses, vraisemblables ou impossibles, car peu importe pour ton périodique […]

  • 78 « Curso completo de formar Periódicos, dividido en dos lecciones que da un padre a sus hijo », in D (...)

Ne pas s'embarrasser de détails: une fois fait ce qui est indiqué dans les deux paragraphes antérieurs, tu livres ton lot de nouveautés à l'imprimerie […] Maintenant débute l'opération, terme de ton labeur et début du lucre. Tu les sors, tu arranges les dates; si le nombre de morts, blessés, prisonniers &c te semble faible, ajoute les zéros que ta générosité de dictera; s'il est exagéré, diminue-le: si les informations ne sont pas importantes, tu les mêles à celles que tu inventeras […] Comme dans ton prospectus tu parleras de moult et moult correspondances avec Juntes, Généraux, Etat Major, bandes de guérilleros, armées, Ambassadeurs &c. tu ajouteras à la fin de quelque nouvelle: lettre de particulier. N'oublie pas de mentionner particulier… […] c'est un très bon truc car personne ne s'embarrassera à chercher si tu as reçu ou pas telle lettre […] Tu indiqueras également que tu reçois tous les périodiques nationaux et étrangers. Si tu te proposes de rendre compte de ceux de Cadix, tes compagnons, supprime ce qui est intéressant, altère en le sens et fais en sorte que ton résumé, ou ce que ce sera, donne au lecteur une idée très désavantageuse de ce titre. Tu me suis mon fils? S'ils publient une nouvelle digne de retenir l'attention du public, approprie-toi la de sorte que l'on croie qu'elle est de toi […] »78.

40Bien évidemment, c'était là un temps bien singulier, le temps de la guerre où information rimait bien souvent avec désinformation, où d'aucuns étaient fortement invités à tremper leur plume dans l'encrier de la propagande, où l'accès à des sources fiables était une gageure et où la terrible soif d'information du public ne pouvait que pousser certains journalistes peu scrupuleux à commettre tous les abus. Mais nul doute que, face à une presse encore en voie de construction, nombre de « journalistes » n'avaient pas besoin de circonstances aussi exceptionnelles pour appliquer la loi du moindre effort.

Haut de page

Notes

1 Correo de Xerez, 29 diciembre 1806 (n° 295), p. 416: « Deseaba el Editor concluir este sexto Tomo, pues no tiene tiempo ni gusto para cosa alguna por llamarle toda la atención la grave y prolija enfermedad que padece su hijo único varón de 19 años el que por su mucha aplicación y afecto á las letras le ayudaba arreglando y revisando los números de este Correo: con tan justo motivo no extrañarán los Subscritores su suspensión por ahora, e ínterin no recobre este desgraciado joven su salud perdida, si así le conviniere, no saldrá á la luz el séptimo tomo,.. »

2 Lettre de Francisco Romero (15 décembre 1790) publiée in Diario de las Musas, 3 janvier 1791 (n°33), pp. 141-142: « Todo Escritor que da sus obras a la Imprenta, trabaja para el público; pero mucho más los Editores de aquellas periódicas que se anuncian como Misceláneas (…) Los recopiladores de la segunda especie contraen la indispensable obligación de insertar en sus papeles asuntos a estilo de las sillas de los Húsares que sientan a todo caballo. »

3 « Idea de esta Obra », in Diario Estranjero, noticias importantes y gustosas para los verdaderos apasionados de Artes y Ciencias, Madrid, en la Imprenta de D. Gabriel Ramírez, 1763, [p. II].

4 Correo literario de la Europa en el que se da noticia, de los libros nuevos, de las invenciones y adelantamientos hechos en Francia, y otros reinos extranjeros, pertenecientes a las Ciencias, Agricultura, comercio, Artes y Oficios publicados en París desde el mes de noviembre de 1780, Madrid, Oficina de Hilario Santos, 1781-1782 et 1786-1787.

« Advertencia al lector », in tome I (1781), p. A3 v.: « No sé, si me engaño; pero me parece que cuando supiéremos puntualmente el estado de otros Reinos, y los hubiéremos comparado con el nuestro, estas noticias podrán acrecentar mucho nuestras ventajas, y contribuir a nuestra propia felicidad: porque seguramente sin esfuerzo, ni violencia, puesto que éste es el expediente adoptado, se conseguirá remover muchos obstáculos que se oponen a ella, y nos hacen miserables ».

5 « Nota del Editor », in tome I, [p. 1]: « La intención del Autor era que las noticias de este Diario se publicasen en Madrid dos meses después de publicadas en París, y que nunca hubiese más intervalo. En los primeros Correos no se ha podido conseguir esto a causa de no haberse despachado antes la licencia de imprimirlo; pero procurará enmendarse lo más breve que sea posible; y una vez enmendado, cuidaremos que no se atrasen, sino los dos meses precisos que desde luego se ha propuesto el Autor. »

6 « Advertencia al lector », in tome I (1781), p. A4 v.: « Saldrá este Correo los Jueves de cada semana, y a lo que presumo contendrá ocho hojas en cuarto de impresión, poco más o menos. Su precio será de ocho cuartos, porque no solo hay que pagar los gastos de papel, y de la prensa; mas también los de los portes, y los de muchas Gazetas, Diarios, y Correspondencias, de que es preciso valernos. »

7 « Advertencia al lector », in Correo literario de la Europa, Tome III, 1786, p. 5: « Aun si en España fueran comunes los Diarios de otras Naciones, en hora buena que no hiciesen caso de este; pero sobre que muy lejos de eso, apenas van media docena, para media docena de personas ¿qué se ha de pensar de su desdén? […] nuestras reflexiones no son siempre las de los otros Diaristas, y menos las aplicaciones al estado de las cosas de nuestra Nación. Por tanto, aunque no tuviera más que esta ventaja, sola ella nos diera derecho de sacarlo a luz, y mucho más si a esto se añade que en los cuatro o cinco papeles que saldrán cada mes, por la mitad del precio que cuesta un Diario extranjero, tiene el Lector la sustancia de una docena de aquellos ».

8 « Suscripción a la obra periódica intitulada: Espíritu de los Mejores Diarios Literarios que se publican en Europa », in Gazeta de Madrid, 25 septembre 1787. Document de deux pages non numérotées. Cf. [p. 2].

9 Id., [p. 1]: « …después de habernos suscrito a cuantos papeles periódicos se publican en Inglaterra, Francia, Italia, Alemania, y demás Reinos de Europa, en donde se cultivan las letras, hemos establecido una correspondencia en Londres, y en París, de manera que por ese medio tendremos la satisfacción de anunciar con la mayor brevedad ciertas noticias particulares, que si se hubieran de extractar de los Diarios, no podría verificarse sino mucho tiempo después. »

10 Id., [p. 1]: « Y a la verdad cualquiera que sepa, cuanto se escribe fuera de España en papeles periódicos sobre las ciencias, artes, literatura, y comercio, y que no ignore el mucho coste que tienen dichas obras aun en las ciudades donde se publican, convendrá con nosotros que el extracto de todas ellas no podrá prosperar sino con un gran número de compradores, atendido al módico precio al que le damos. »

11 « Prospecto para la ampliación, y nueva forma que se ha dado a la nueva obra periódica intitulada Espíritu de los Mejores Diarios literarios que se publican en Europa, dedicado a los Literatos y Curiosos de España », in Espíritu de los Mejores Diarios literarios, 19 avril 1788, [p. 62]. Ce texte fut également publié dans la Gazeta de Madrid du 22 avril 1788 (n° 33), 4 p. nn.

12 Id.: « Para qua nuestros Lectores no pongan la menor duda en la autenticidad de los Artículos que insertemos en lo sucesivo, citaremos al pie de cada uno la obra periódica de la que se haya sacado. »

13 « Prospecto para la ampliación y nueva forma que se ha de dar al Espíritu de los mejores Diarios Literarios que se publican en Europa », in Espíritu de los mejores Diarios literarios…, 3 janvier 1791 (n° 266), p. 1: « …[su] objeto ha sido reunir los mejores Discursos que se hallan esparcidos en los Diarios más acreditados de Europa… »

14 Ces chiffres ont été établis à partir de l’index des sources publié dans JÜTTNER, Siegfried, Espíritu de los mejores Diarios literarios que se publican en Europa (1787-1791). Índices (onomástico, de fuentes, de obras y toponímico), Frankfurt, Peter Lang, 2009, pp. 267-278.

15 « El autor de este pensamiento (…) es joven, ha estudiado Filosofía, Teología, en lo que es Doctor; Leyes, Canones, y que posee el inglés, francés, italiano y algunas otras lenguas », in lettre à Floridablanca, 28 août 1788. Archivo Histórico Nacional (Madrid); Estado, legajo 3014, exp. 28. Document reproduit dans son intégralité dans VARELA HERVIAS, E., Espíritu de los mejores Diarios Literarios que se publican en Europa. Madrid. 1787-1791, Madrid, Hemeroteca Municipal de Madrid - Sección de Historia de la Prensa, 1966, pp. 68-69.

16 Sur l'importance des bénéfices générés par l'Espíritu de los mejores Diarios literarios… on trouvera des données chiffrées dans VARELA HERVIAS, E., Espíritu de los mejores diarios que se publican en Europa, Madrid, 1787-1791, Madrid, Hemeroteca municipal de Madrid, 1966, pp. 68-69.

17 Juan Fraile, « Señor Editor », in Semanario de Salamanca, 30 août 1794 (n° 98), pp. 153-154. « Una obra periódica, hecha con discreción y discernimiento, esparce la luz en los entendimientos, conserva la emulación, y suple la lectura de muchas obras, que, o no hay tiempo para leerlas, o faltan los medios para adquirirlas.

Cuando yo leo el Diario de los Mejores Espíritus de la Europa, aprendo a conocer el genio de las Naciones; y advierto que el Inglés no escribe como el Alemán, ni piensa como el francés, ni es sólido como el Español. Esta variedad que diferencia los Pueblos en su modo de escribir y pensar, me persuade que el mundo moral, realmente es una copia del mundo físico, y que sucede de los entendimientos lo mismo que con los rostros, que no tienen semejanza entre sí. »

18 « Extracto de una carta, escrita al Editor de este Diario », in Correo literario de la Europa, 3 janvier 1782 (n° 31), p. 14: « Cierto, se echaba de menos este Artículo; y no podía yo comprender por qué motivo el discreto Autor o Editor, lo omitían siendo tan esencial y apetecido de muchos; pero adelantando mi reflexión, yo mismo me he desengañado. Veo que se franquean y comunican tan poco los Sabios y los Literatos de España, contentos con pasar la visa desconocidos en su rincón, que no es menos dificultoso entablar correspondencia con ellos, que costoso adquirir esta Noticias después de conseguida esta; con lo cual son considerar más trabas, ya no me hace maravilla la detención que hasta aquí ha tenido el Autor. »

19 Id., p. 16: « Todo esto no puede menos de ocasionar crecidos gastos, y sin esta correspondencia tengo por imposible que pueda Vd. Satisfacer el objeto de este artículo con aquella exactitud que pide la gravedad del Público español. Yo por mi parte doy al Autor y a Vd. Muchas gracias y prometo contribuir cuanto pueda al fomento de esta Gazeta ciertamente útil a nuestra Patria. »

20 « Advertencia », in Correo de los Ciegos de Madrid, 10 octobre 1786 (n° 1), p. 1: « Por los mismos conductos [les aveugles chargés de la vente du journal et la librairie Arribas, à Madrid] podrán comunicarnos cuantas noticias, pensamientos, ideas propias, proyectos, descubrimientos, planes, críticas, sátiras, poesías, discursos, memorias, disertaciones, &c que les parezcan útiles y dignas de darse al Público… ».

21 « Idea de ampliación del Correo de Madrid », in Correo de los Ciegos, 1787, tome 2, [p. 2]: « Suplicamos a los señores Intendentes y Corregidores comuniquen al Público por medio de este papel noticia del estado actual de cada provincia, y lugar en cuanto a su industria, fábricas, comercio, ferias, levantamientos de cosechas, escasez o abundancia de comestibles, obras públicas &c. a los Ilustrísimos Señores Arzobispos y Obispos, y Curas Párrocos las respectivas del al estado eclesiásticos que juzgaren dignas de extenderse. / Finalmente esperamos de los hacendados, comerciantes, fabricantes y artistas, que como buenos patriotas, y por el interés que les resulta, nos comunicaran sus ventajas, adelantamientos, atrasos, inventos &c. que juzguen útiles, y dignos de publicarse ».

22 « Prospecto del Periódico curioso, erudito, económico y comercial que con el título de Diario de Barcelona empezará a publicarse e ella el 1° de Octubre de 1792 », p. 3: « Si estas esperanzas se ven favorecidas con el aprecio del Público, a quien deseamos complacer, y con el auxilio de las luces, que suplicamos a todos se sirvan comunicarnos, singularmente a los respetables Cuerpos de la Nación, tan distinguidos por su amor al bien de la Sociedad, no dudamos que llegaremos a los fines que nos habemos propuesto en esta empresa: la general instrucción, y la común utilidad ».

23 Id., p. 5: « Con el fin de poder desempeñar de un modo agradable al Público todos estos asuntos relativos a tan importantes objetos, y para que este papel tenga toda la novedad, utilidad y belleza posible, habemos suplicado arriba, y suplicamos ahora de nuevo a los Cuerpos literarios, Academias, Sociedades de la Nación, y a cada unos de sus individuos en particular, ser sirvan ilustrarnos en esta parte con el fruto de sus estudios ».

24 « Prospecto que manifiesta la ampliación y nueva forma que se ha de dar a la obra titulada Correo de Xerez, dedicado a sus literatos y curiosos Subscriptores », in Correo de Xerez, tome II, 1801, p. 2: « Espera de los talentos de sus amados compatriotas, haga un papel su Patria en el Orbe literario, no haciéndose mudos los que pueden y deben dar el tono, pasando en este teatro de el insulso papel de mirones a la noble esfera de actores , desagraviando a su Patria con esta acción que la advierte como muerta, e indemnizándola de este modo de la nota de poco culta. Consigan pues, los nobles Xerezanos, despertar la envidia, suscitar la emulación, y siendo, como no hay duda, tan linces sus ingenios, se levanten con sus producciones, como se suele decir: con el santo y la limosna. »

25 Id.: « Comiencen pues, ayudando al editor de tan noble pensamiento con sus talentos e intereses, para que logre Xerez de la Frontera, por medio de sus ingenios y gusto original, todas las ventajas y utilidades que disfrutan tantos pueblos cultos ».

26 « Pensamiento de Diarista para mejorar este Periódico », in Diario de Madrid, 31 janvier 1790 (n° 31), pp. 121-122. Citation p. 122: « Cualquier sujeto que por diversión o por oficio lea, o por su ingenio invente alguna especie digna de imprimirse para la instrucción o recreo honesto del público, nos la podrá remitir al Despacho General plazuela de Zelenque, donde se recibirá, dándose así un resguardo, y en virtud de este, cuando se publique por medio del Diario el escrito, entregaremos a quien presente el expresado resguardo, medio duro. Nos persuadimos de los prudentes, que no extrañarán esta remuneración pecuniaria, porque atendemos con ella al mayor número que es siempre el de los necesitados; pero si alguna persona condecorada o pudiente no quisiere este pequeño premio ni para algún criado, se especificará en el mismo Periódico su renuncia, conservándole solamente la gloria de autor […] / No obstante el premio ofrecido de los 10 rs. vn. para los aplicados pobres, que no se desdeñen recibirle, prevenimos que nuestra oferta no se hace por falta de materiales, de los cuales hay muchos trabajados, y otros elegidos ».

27 Cf. par exemple Diario de Madrid, 28 février 1790 (n 59), p. 234.

28 Cf. Diario de Madrid, 15 janvier 1790 (n° 15), p. 3 et 4 août 1790 (n° 216), p. 865 b.

29 E.B.Z.Y.E., « Señor Editor », Madrid, 16 février 1790, in Diario de Madrid, 22 mars 1790 (n° 81), pp. 321-323. Citation p. 321: « Luego que vi en uno de sus periódicos de Vmd. la oferta que se sirve hacer al publico de que contribuiría con la cantidad de diez reales vn. a los sujetos que remitan alguna cosa digna de insertarse en él, por premio de sus fatigas, me vino al punto a las mientes la idea que voy a proponer a la consideración de Vmd. y del público, si mereciese el honor de que Vm publique su contexto ».

30 D.J.M., « Señores Diaristas », in Diario de Madrid, 21 avril 1790 (n° 111), pp. 443-444. Citation p. 443: « Muy Señores míos: Yo soy uno de los conocidos de Vmds. y nunca tuve la idea de subministrarles materia para su Periódico; ahora que haciéndolo puedo ganar tal vez un medio duro para papel, tinta y pluma les envió (por ver si logro el premio) a siguiente anécdota ».

31 Buscarlo, Pedro, « Discurso económico, en que se propone la idea de un traje Nacional para los Petimetres de España », in Correo de Murcia, 29 septembre 1790 (n° 9), pp. 66-68, « Sigue el discurso económico. Dedicatoria a todos los perros pelados que son y serán », in id., 2 octobre 1792 (n° 10), pp.75-76; « Sigue el discurso económico », in id., 6 octobre 1792 (n° 11), pp. 83-84; « Sigue el discurso económico », in id., 9 octobre 1792 (n° 12), pp. 92-94; « Sigue el discurso económico », in id., 13 octobre 1792 (n° 13), pp. 99-100; « Sigue el discurso económico », in id., 16 octobre 1792 (n° 14), pp. 108-111; « Finaliza el discurso económico », in id., 20 octobre 1792 (n° 15), pp. 117-120.

32 Almivarado, Liquido (don), « Apología por los Petimetres », Murcia, 22 octobre 1792, in Correo de Murcia, 23 octobre 1792 (n° 16), pp. 122-124.

33 F.V.I., « Carta de un ciudadano de Alicante remitida a los Editores del Correo de Madrid », in Correo de Murcia, 10 novembre 1792 (n° 21), p. 166 ; Aben Zuleim, « Se ha recibido la carta siguiente / Alicante 24 de Noviembre de 1792 », 24 novembre 1792 (n° 28), p. 221.

34 P.P., « Señor Autor del Espudeo », in Correo de Murcia, 24 novembre 1792 (n° 25), pp 197-200 et « Sigue la carta sobre el premio que ofrece el Autor del Espudeo », in id., 27 novembre 1792 (n° 26), pp. 202-205. [Lettre en date du 16 novembre, Alcoy de la Posada).

35 Theotimo Gracco. Sa contribution (« Enarración Apologética del Nombre de Dios ») datée du 15 novembre 1792 (Cumiar de Güeras), objet de six livraisons consécutives, fut publiée en décembre 1792 (n° 29 - 8 décembre 1792 - à n° 34 - 25 décembre 1792).

36 Jacobus Menos de Llena, « Medicina », in Correo de Murcia, 13 novembre 1792 (n° 22), pp. 170-173. Texte en date du 22 octobre 1792, Barcelone.

37 El Doctor Tarrugo, « Señor Autor del Espudeo », in Correo de Murcia, 1 décembre 792 (n° 27), pp. 211-214 ; « Concluye la carta al autor del Espudeo », in id., 4 décembre 1792 (n° 28), pp. 218-220

38 El tío Antón Terrones, « Al Autor del discurso sobre el régimen de conservar la salud », in Correo de Murcia, 30 octobre 1792 (n° 18), pp. 138-140 ; « Sigue la impugnación sobre el régimen de conservar la salud », in id., 3 noviembre 1792 (n° 19), pp. 146-148 ; « Concluye la impugnación sobre el régimen de conservar la salud », in id., 6 noviembre 1792 (n° 20), pp. 154-157.

39 8 décembre 1792 (n° 29), pp. 226-230 ; 11 décembre 1792 (n° 30), pp. 235-237 ; 15 décembre 1792 (n° 31), pp. 242-246 ; 18 décembre 1792 (n° 32), pp. 254-256 ; 22 décembre 1792 (n° 33), pp. 263-264 ; 25 décembre 1792 (n° 34), pp. 266-269.

40 Lettre signée El Impertinente, parue le 3 septembre 1793 (n° 106), pp. 1-3, qui s'ouvre sur : « ¡Válgame Dios Señores Editores!  ¿quién diría que por fin había de llegar el día venturoso, en que la Historia de Murcia, dejase libre el Periódico, y blanco lugar donde se colocasen otras frioleras más oportunas para escritos de esta naturaleza? con razón se dijo que todo tiene fin; sea, pues, mil veces enhorabuena; de hoy en adelante creo que todos a porfía se empeñarán en fomentar el trabajo de Vms., yo por mi corazón juzgo el ajeno, en efecto, señores míos, estoy determinado a rellenar el blanco de la historia con varias producciones que Vms. creo insertarán a veinte manos… »

41 « CARTA Del Ilustrísimo Señor Don Antonio Despuig, Obispo de Orihuela, dirigida a sus Diocesanos para implorar el auxilio del Todopoderoso, y precaverlos de las infames máximas que en el día consternan la Europa » (Palacio de Orihuela, 7 avril 1793), in Correo literario de Murcia, 13 avril 1793 (n° 65), pp. 237-239.

42 « CARTA Del Ilustrísimo Señor Obispo de Gerona en que anima a todos sus Diocesanos a la permanencia, y constancia en nuestra Santa Fe y que se opongan a las invasiones y astucias de los Ultramontano » (Palacio episcopal de Gerona, 30 de marzo de 1793), in Correo literario de Murcia, 16 avril 1793 (n° 66), pp. 245-248.

43 « CARTA-EDICTO / De Rogativa Pública de nuestro Ilustrísimo Prelado, a fin de implorar el auxilio del Todopoderoso para el feliz éxito de las Armas de nuestro Católico Monarca el Señor Don Carlos IV, en las revoluciones del día que tanto consternan los ánimos, con las máximas impías del libertinaje y disolución », in Correo literario de Murcia, 20 avril 1793, n° 67, pp. 250-256.

44 Les chiffres livrés, tout en étant fort significatifs, sont à manier avec prudence car derrière certains des pseudonymes utilisés peut se dissimuler la plume de l'un des trois rédacteurs du journal. Par ailleurs, on ne saurait exclure que des textes non attribués à des collaborateurs extérieurs n'aient fait l'objet d'emprunts non avoués.

45 « Discurso Físico teológico-moral sobre la administración del Sacramento de la Extrema Unción », signé « El Varón de Deseos », 12 février 1793 (n° 48), pp. 98-103

46 « Aviso filosófico contra la filosófica preocupación de algunos Aperipatéticos » signé « El Ecléctico » (Cuniar de Güeras), 13 juillet 1793 (n° 91), pp. 162-163 ; 16 juillet 1793 (n° 92), pp. 173-176 et 20 juillet 1793 (n° 93), pp. 179-184.

47 « Discurso moral sobre el destino de las riquezas », 2 février 1793 (n° 53), pp. 140-143 et 5 février 1793 (n° 54), pp. 146-150 ; « Discurso histórico, político moral », 23 mars 1793 (n° 59), pp. 186-192.

48 « Señores Editores », in Correo literario de Murcia, 26 juillet 1794 (n° 199), pp. 193-196; « Señores Editores », in Correo literario de Murcia, 16 août 1794 (n° 205), pp. 193-196; « Señor D. Amante de la Humanidad y de la Religión », in Correo literario de Murcia, 30 août 1794 (n° 199), pp. 273-274.

49 L.S.B., F.M., M.G.Z., « Los Editores », in Correo literario de Murcia, 29 décembre 1795 (n° 348), p. 276.

50 L'indication de la ville est fournie pour 137 correspondants, soit 73,7% du collectif.

51 LARRIBA, Elisabel, « Un intento de reforma agraria por y para las clases productoras: el Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », in Brocar. Cuadernos de investigación histórica, Logroño, Publicaciones de la Universidad de La Rioja, n° 23 (1999), p. 87-117 et « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos », in L’Espagne du XVIIIe siècle. Economie, société, idéologie, culture. Actes des journées d’étude sur «Ville et campagne» et Cartas marruecas des 5 et 6 décembre 1997. Sous la direction de Jacques Soubeyroux, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 1997, p. 217-233.

52 N., « La siguiente Carta que he recibido por el Correo con las producciones de que hace relación, es de unas personas de conocida probidad y de buenas luces; se puede pues recibir por el Público como un verdadero Prospecto de la mejora que tendrá de aquí en adelante este Semanario, seguro de que el Plan que propone se observará en todas sus partes con la mayor exactitud », in Semanario de Salamanca, 21 avril 1795 (n° 170), pp. 69-76.

53 « Advertencia del Editor », in Semanario de Salamanca, 30 avril 1795 (n° 174), p. 101.

54 « Señor Editor del Diario de Barcelona », in Diario de Barcelona, 7 février 1793 (n°38), pp. 153-154. Citation p. 153: « Yo soy un Hombre que en todo danzo, sin ser Bailarín, comencé a dar razón de mi persona en el Correo de Madrid, Papel que murió, requiescat &c: Aplíqueme después al Diario de la Corte, y me di a conocer por mis producciones en todo el Orbe literario, que es decir, en Carabanchel, Chamartín,y Cien Pozuelos; no contento con esto me hice alumno del Diario de las Musas, que también le llevó la trampa, y ahora soy del Señor Editor… »

55 « Señor Diarista », in Diario de Barcelona, 10 février 1793 (n° 41), pp. 165-166: « Yo (si no me ha conocido) soy aquel Titiritero del Parnaso, Galopín de la cocina de Apolo, Contrabandista de coplas, y Literato bolero, que (sin irme ni venirme) dancé en los Papeles públicos de la Corte, como el mejor Volatín en la maroma. Yo (repito) soy aquel Remendón de versos, Ensartador de refranes, Escritor de desatinos, Pruchinela del Correo de los Ciegos, Diarios de Madrid, y demás Periódicos de igual atadura, que de gorra y moscón solía meterme (hospite insalutato) a sacudir el polco, y contradecir cuanto me daba la gana, en aquel tiempo, en que anduvo mi casco jugando a la morra con mi discurso. Últimamente, yo soy aquel Domine Lucas, llamado Alemán por mal nombre, y Aguado de apellido, con beberlo puro. »

56 C'est par exemple le cas du Correo de Madrid ou du Correo literario de Murcia. « Idea de ampliación del Correo de Madrid », in Correo de Madrid (o de los ciegos), tome II, 1787, 2 p. nn. Citation [p. 2]: « Finalmente esperamos de los hacendados, comerciantes, fabricantes y artesanos, que como buenos compatriotas, y por el interés que les resulta, nos comunicaran sus ventajas, adelantamientos o atrasos, inventos &c. que juzguen útiles, y dignos de publicarse: dirigiendo sus cartas (como cualquiera que guste de escribirnos) A los Editores del Correo de Madrid en la Librería de Arribas. Madrid, francas de porte, que a cada uno en particular le será muy poco gravoso, y a nosotros muy considerable el cúmulo, que necesariamente recibiremos de la dilatada correspondencia que hemos entablado. »; « Nota de los Editores », in Correo literario de Murcia, 8 décembre 1792 (n° 29), p. 232: « A pesar de que cuando anunciamos nuestro Periódico así en la Gazeta como en el Prospecto que se distribuyó por toda la Península, prevenimos que los sujetos que gustasen publicar algunas de sus producciones, que nos comprometimos a insertar, nos la remitiesen francas de porte, hemos experimentado que muchos nos han costeado en la remisión de sus papeles, y aunque algunos de ellos que han merecido la aprobación, y se han insertado, y tenemos para insertar, advertimos que en lo sucesivo los que viniesen sin franquear, quedarán sin llegar a nuestras manos, detenidos en la Estafeta. »

57 « Nota », in Semanario de Salamanca, 2 décembre 1794 (n° 127), pp. 141-144. Citation pp. 141-142: « Los Impresores del Semanario suplican a los Señores que se dignen remitir por las cajas sus producciones, las pongan en letra legible e inteligible, para evitar riesgos en la impresión, so pena de sepultarlas en el olvido o no darlas al público porque el tiempo que emplean en adivinar lo que quiere decir, lo necesitan para sus negocios, y precisas ocupaciones ».

58 « Jurisprudencia eclesiástica », in Semanario de Salamanca, 12 mai 1795 (n° 179), pp. 141-144: « Quisiéramos también que todos los que se emplean en remitirnos sus producciones, se arreglaran al Plan que hemos publicado núm. 170. Que se hagan cargo que disertaciones largas y fastidiosas no tendrán lugar en nuestro Semanario, sino quitándoles toda la hojarasca; porque no queremos discursos, cuyo estilo deslumbre, sino cuya lectura instruya. En la Carta que vamos a insertar se les presenta un modelo: en ella se dice en pocos renglones, y con el decoro y honor debidos a las materias que en ella se tratan, lo que han dicho muchos en tomos enteros; y para lo cual hubiera gastado otro veinte pliegos de papel, quedándose con el desconsuelo de no ver impresa su pesada disertación. »

59 « Aviso a los autores del Correo de Xerez », in Correo de Xerez, 5 mai 1806 (n° 227), pp. 281-284.

60 Cf. « Pensamiento del Diarista para mejorar este Periódico », in Diario de Madrid, 31 janvier 1790 (n° 31), p. 122: « Debemos prevenir que debiendo pasar dichos papeles a censura, quizás por esta causa o por otras que concurren, se dilatará la inserción o se suspenderá absolutamente; y jamás se podrá reclamar por escrito remitido; pues bajo de estas condiciones se admite. »

61 « Prospecto del Periódico curioso, erudito, económico y comercial que con el título de Diario de Barcelona empezará a publicarse en ella el 1° de octubre de 1792 », in Diario de Barcelona, tome I, p. 5: « A este efecto deberán estar escritos con el decoro que corresponde, y con el respeto que se debe a la religión, al Estado, a la Superioridad, a los Cuerpos o Comunidades, y a cada Sujeto particular. Sin estas circunstancias quedará inédito cualquiera papel, aunque por otro parte sea digno de la publicación por su erudición y buen estilo. »

62 « Nota de los Editores », in Semanario de Salamanca, 5 octobre 1793 (n° 2), pp. 19-20: « Pero debemos manifestar a los Sujetos que tienen la bondad de dirigirnos algunos Papeles para que se inserten en este Periódico, que no somos dueños de darlos a la prensa, ni está en nuestro arbitrio y voluntariedad su publicación; porque teniendo la Superioridad comunicadas las más estrechas ordenes, y tomadas las más serias providencias, para pasar a manos de los Señores Censores los Escritos que se nos entregan, sea de la clase que sean, pende de aquellos la aprobación o desaprobación de estos, y por consiguiente, los Papeles que no tienen la aprobación, no podemos darlos al Público, ni menos debemos querer indagar los motivos que han movido a dichos Señores censores para desaprobarlos; lo que advertimos, para que ningún Escritor crea que formamos partido de predilección con unos, y oposición con otros; deseamos complacer a todos, sin preferencia, y quisiéramos que las materias que se nos remitan sean dignas de la instrucción y agrado del Público. »

63 Cf. par exemple « Nota de los Editores », in Semanario de Salamanca, 8 février 1794 (n° 38), p. 112: « Hemos recibido una Carta, y demás, que bajo su cubierta se incluía, con esta firma: Juan Labrador; y hacemos saber a su interesado, que no podemos publicar en nuestro Semanario su propuesta y oferta sin permiso de nuestro Augusto Soberano; para lo que haremos la correspondiente Representación; y entretanto le damos las gracias por su celo Patriótico; aunque nos parece que el premio que ofrece es corto, en atención a desear un asunto de la mayor importancia. »

64 « Advertencia particular », in Semanario de Salamanca, 1 mars 1794 (n° 44), p. 168: « No se nos permite publicar un papel con este título: Pudor, por el Señor Zamalloa; otro de Don Francisco Cerrada; ni una Oda de Lesbia cortesana, por Crispin Quijada »; « Advertencia particular », 22 mars 1794 (n° 50), p. 224: « No se nos permite insertar un Discurso, que contenía un sueño = La religión y superstición, por el licenciado Román de Arce. / * Hace algunos días recibimos un Discurso con este epígrafe = Non sedi in concilio ludentium, por el Peregrino; que consta de 11 hojas de pliego, cuya extensión excede notablemente los límites de nuestro Semanario; por lo que suplicamos a su Autor lo reduzca, para poder publicarlo de modo que no moleste a nuestros Lectores. Al Suscriptor Sayra, que nos remita las producciones de instrucción o diversión que nos promete, y se insertarán. No se nos permite publicar un papel con este título: Theologia, por el Teólogo Campesino. Tampoco se nos permite insertar un papel con este epígrafe = No son todas las Leyes generales, por Crispín Quixada,: ni una Carta del Diablo cojuelo. Don Josef Araujo, Presbítero, nos remitió unas Coplas a San Josef, las que no insertaremos porque no se nos permite. / Otros varios papeles que hemos recibido están a la Censura. »

65 « EL EDITOR », in Semanario de Salamanca, 11 juin 1795 (n° 192), p. 253: « Al paso que sentimos dejar inéditas muchas composiciones, que recibimos diariamente, porque no podrían publicarse sin descrédito nuestro, y más todavía de sus propios Autores, no podemos menos de alabar la aplicación y zelo de otros, que trabajan en beneficio del público, y desean que sus tareas aprovechen a todos saliendo a la luz pública ».

66 L'ouverture des pages du journal aux analphabètes est certes de nature à surprendre, mais il y a fort à penser que les contributions visées dans ce cas précis sont des textes brefs à caractère purement informatif, pris sous la dictée et appelés à figurer dans la rubrique des petites annonces (Noticias particulares de Barcelona) qui est loin d'être quantité négligeable dans les quotidiens reproduisant le modèle du Diario de Madrid et constitue un service ouvert à tous. Quoi qu'il en soit le fait que les rédacteurs du Diario de Barcelona aient pris la peine de faire état de ce cas si particulier est tout à fait significatif de la volonté de produire un journal d'utilité publique, appelé à passer « dans les mains de tous types de personnes » (comme stipulé dans le Prospectus publié en octobre 1792), sans la moindre exclusion. Cette volonté de mettre la presse au service de tous, y compris dans certains cas de ceux qui ne savaient ni lire, ni écrire, donnera lieu quelques années plus tard à la création, sous l'impulsion de Manuel Godoy, du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) dont les premiers destinataires étaient les modestes artisans et travailleurs de la terre à qui les curés étaient tenus de lire et d'expliquer les articles publiés dans le Semanario…. Voir à ce sujet: El Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808). Antología, selección e introducción por Elisabel LARRIBA y Gérard DUFOUR, Valladolid, Ámbito, 1997.

67 « Prospecto del Periódico curioso, erudito, económico y comercial que con el título de Diario de Barcelona empezará a publicarse en ella el 1° de octubre de 1792 », in Diario de Barcelona, tome I, p. 7-8: « Como nosotros somos responsables de la verdad de las que publiquemos, cualquier noticia que se nos comunique deberá ir acompañada con el nombre del Sujeto que la de, avisando allí mismo el Cuartel, Calle y Casa donde vive, y la hora a la que se hallará en ella, para que pueda averiguarse su certeza, la que ratificará el interesante con su firma, que dará en presencia del Comprobador, o por otros medios si no supiese escribir.

Asimismo, con el fin de ocurrir a varios abusos que podrían introducirse, prevenimos que no publicaremos noticia alguna hasta después de 48 horas de haberse recibido. Con todo, si a alguno corre prisa su publicación, acudirá en persona al despacho principal, que siendo Sujeto conocido, y firmando de su mano la noticia, se publicará de inmediato. / Si alguna vez sucediere multiplicarse demasiado las noticias, se preferirán las que juzguemos más urgentes, reservando las otras para los días que siguen. »

68 « Prólogo », in Diario de Madrid, tome I, 1786, p. 16: « Figúrese cualquiera el modo con que se imprime el Diario; venga y póngase a nuestro lado un par de días; entonces sabrá qué es reunir especies diversas en un Papel precipitadamente; qué es darlas colocación y orden en un tiempo momentáneo; qué es expurgarlas de lo falso y supuesto por la malicia de ciertos espíritus bajos que se entretienen en preparar la zancadilla a los Diaristas con papeletas de embustes paliados, y contra quien no basta toda la vigilancia de un comprobador astuto. »

69 Ibid., p. 16: « Las cajas se han colocado en parajes cómodos de Madrid para recoger principalmente aquellas papeletas de que resulta un beneficio inmediato a la humanidad, y cuando la noticia se quiere comunicar sin descubrirse el autor por convenir así. Un abuso, inesperado verdaderamente entre hombres de razón, ha alterado unos fines tan útiles y benéficos, y la malicia lo ha llevado a tal extremo, que se hacen ya dignos de castigo los que así pervierten el orden público. ¿En qué seremos culpables si alguna vez se anuncias cosas falsas? ¿Quién podrá librase, sin el auxilio del brazo de la Justicia de unos hombres tan desalmados, Quisiéramos saber de qué se regocijan los que consiguen un triunfo con engañarnos de este modo. Hay otro modo inevitable para caer en una de estas faltas: v. gr. echose un globo aerostático; escribe el que lo echó una carta a un pariente suyo de Madrid, hombre conocido, relacionando en esta mil circunstancias notables. Arrebátase de sus manos esta carta por un amigo de los Diaristas, quien la presenta con ansia de que se publique. Estos lo ponen en obra mediante la buena fe del amigo; pero después se descubre, que el que echó el globo no dijo palabra de verdad en toda su carta. ¿Hay culpa en este caso en los Diaristas por haber puesto una relación falsa en el hecho? »

70 Note sans titre in Diario de Barcelona, 21 octobre 1792 (n° 21), p. 84: « De orden del Excelentísimo Marqués de Amarillas, Gobernador Político y Militar de esta Plaza &c, se hace saber: Que Joseph Babot, vecino de esta Ciudad, habiendo entregado, sea por chanza, o cualquier otro motivo, una noticia al Despacho principal de este Periódico, para que se publicara, se puso en el día 15 del corriente, después de asegurado, y conocer quién era dicho Joseph Babot, como se practica con puntualidad de todas las que se insertan, siéndonos responsables de ellas los sujetos que nos las entregan, o los que han de dar razón (diligencia precisa para no faltar a la fe pública); la que habiendo sido fallida, por haber dado una falsa dicho Joseph Babot, en perjuicio del Patrón Joseph Sala de Palamós, anunciando que salía con su Londro la Divina Pastora para Cádiz y Málaga, a mediados de Noviembre, sin el conocimiento de dicho Patrón: ha sido apercibido, que si incurre otra vez en semejante delito, será castigado ».

71 Cf. le texte sans titre qui ouvre le Correo de Xerez du 20 avril 1800 (n° 6), pp. 41-44. Citation pp. 41-42: « …he establecido correspondencia en algunos Pueblos de bastante instrucción y civilización; de manera que por este medio tendré la satisfacción de anunciar muchas piezas originales, ya en prosa, ya en verso, asuntos de mucha instrucción, noticias particulares &c. Cuyas producciones juntas con las que siguieren remitiéndome mis Patriotas harán mi proyecto mucho más plausible, y digno del aprecio de los literatos: dando gusto de este modo a algunos que esperaban encontrar en mis obras especies originales, raras y peregrinas, siendo a la verdad una especie de injusticia exigir de los escritores, con sumo rigor, la novedad de discursos, y pensamientos, no habiendo en el siglo presente cosa que no se haya visto en los anteriores (nihil novum sub sole) máxime, siendo las verdades no como las hermosuras que pierden por la vejez. Contra la verdad no hay prescripción, y si se espera utilidad o diversión en sacarla al Público, no hay porque levantar un pleito sobre que ya otras veces se ha visto en el teatro. Representándose tantas veces las mentiras en esta farsa del Mundo, no hay porque estancar a la verdad sus salidas al Público: decía un discreto, que la verdad era como la nobleza, que es más recomendable, mientras más antigua. No dudo que otros muchos habrán dicho lo mismo que yo ¿pero he de enmudecer, porque ellos hablaron? Si esta regla se hubiera de observar con rigor, era menester que los impresores aprendieran otro oficio: los inventores son muy pocos, los escritores de mi clase muchísimos ».

72 Cf. LE GUELLEC, Maud, « Lorsque la presse est sa propre source : le Correo de las damas du baron de la Bruère (1804-1808) », in El Argonauta español, 2014 (livraison janvier), http://argonauta.revues.org/1974

73 « Prólogo », in Diario de Valencia, 1790 (tome 1), [p. 6] « Asimismo se advierte, que todo aquello que sea de alguna utilidad, y se halle en los Periódicos que salen en el día, no solo en España, sino en otros Reinos extranjeros, se echará mano de ello con el fin de que se dilaten sus conocimientos en beneficio común; porque los tales papeles suelen ser muy raros en las Provincias; pero en este caso se advertirá de dónde se ha sacado, no queriendo lucir con trabajo ajeno ».

74 « Reflexiones sobre la general instrucción y común utilidad, que deben ser los fines principales de los papeles públicos, comunicado por un Anónimo a los Diaristas », in Diario de Barcelona, 2 octobre 1792 (n° 2), pp. 5-6 et « Continuación de las reflexiones de ayer », 3 octobre 1790 (n° 3), pp. 9-10.

75 « Señores Diaristas », in Diario de Barcelona, 25 novembre 1792 (n° 56), pp. 221-222. Citation p. 222: « De nada hagan Vmds. caso: créanme amenicen su Diario con mis Pitipiezas, y verán las ventajas y el aplauso que con ello consiguen. Yo se las iré comunicando, conforme me vengan a la cabeza: y prevengo a Vmds. para después no les cause novedad, que yo no reparo en atribuirme a mí lo que ha sucedido a otros; ni tengo escrúpulo en vender lo ajeno por mío. Pueden decir l, que soy un Pájaro que me visto de plumas ajenas; pero no me importa: digan lo que quieran, que en esto no hago más que imitar a muchísimos, que brillan del mismo modo en la República literaria. / Déjenme Vds. brillar a mí, sin querer averiguar de dónde he sacado las Pitipiezas que les remita; y sin meterse en si son mías o ajenas. Basta que ellas gusten, y tenga despacho su Periódico. Yo mismo no sabré de donde las he sacado, a bien que la última oficina de donde saldrán, será seguramente mi cabeza… »

76 « Advertencia del Editor », in Semanario de Salamanca, 7 mai 1795 (n° 177), pp. 125-126: « Hay gentes, que incapaces de poner la pluma en el papel para extender un pensamiento verdaderamente suyo, o por un gusto indefinible, sino es el de ver en cuarto lo que está en octavo o en folio, se divierten en copiar ya en prosa, ya en verso, y remitir a la Caja papeles a la verdad apreciables, pero intempestivos y como robados a sus verdaderos Autores. Algunas veces y de buena fe hemos dado lugar en el Semanario a algunos de ellos; y en adelante acaso incurriremos en igual descuido por la precipitación a veces indispensable en prevenir las materias, o no advertir por de pronto el robo en tanta variedad de asuntos: pero el descuido que se nos previene con razón en la siguiente Carta, nacido de las causas ya dichas, nos hará abrir los ojos, y proceder con el mayor esmero en el examen; mayormente cuando con el favor de los nuevos Corresponsales podemos hacer mayor y más detenida elección de los papeles que envían a la Caja: y de ahora para siempre prevenimos a los que se ocupan en tan ímprobo trabajo no verán su lucimiento; y llorarán el tiempo que perdieron en copiar ya Fábulas de Iriarte, o de Samaniego, ya Letrillas de Quevedo o de Iglesias, o ya en fin discursos de muchos papeles periódicos nacionales, que andando en manos de todos, no necesitan reproducirse. »

77 El Amigo del Diarista, lettre à l'Editeur, in Diario de Barcelona, 14 octobre 1792 (n° 14), pp. 53-55. Citation p. 53: « Muy Señor mío: Yo no le conozco a Vm. poco ni mucho, ni sé lo que Vm. sabe, ni si sabe, ni por consiguiente si puede Vm. ilustrarnos por sí mismo, o si sacado lo de las Afecciones Astronómicas, el Santo y la Opera del día, y la venta del Bacalao y Avichuelas, ha de ser Vm. un cuerpo meramente opaco, que sirva solo para hacer reflectir la luz que le envíen los demás… »

78 « Curso completo de formar Periódicos, dividido en dos lecciones que da un padre a sus hijo », in Diario de Mallorca, 14 septembre 1811 (n° 353), pp. 1034-1036 et 15 septembre 1811 (n° 354), pp. 1037-1038. On trouvera en annexe l'intégralité de ce document.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Correo literario de Murcia (1792-1795): représentation en % des collaborations extérieures par rapport au total de la surface imprimée
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1997/img-1.png
Fichier image/png, 37k
Titre Evolution du nombre de lettres publiées dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808)
Légende Source: Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos, Madrid, Imprenta de Villalpando, 1797-1808, 599 n°. Elaboration personelle.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/1997/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « La presse espagnole à la fin du XVIIIe siècle: de l'appel à collaboration à la tentation du plagiat », El Argonauta español [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 26 juin 2017. URL : http://argonauta.revues.org/1997 ; DOI : 10.4000/argonauta.1997

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

Aix Marseille Université, CNRS, TELEMME, UMR 7303, 13094, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org