Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Pratiques journalistiques aux premiers temps de la presse espagnole (XVIII° - début du XIX° siècles)

Le système narratif des « spectateurs » et leur réception en Espagne : quelques vecteurs discursifs dans le Pensador de José Clavijo y Fajardo

Klaus-Dieter Ertler

Résumés

Dans notre contribution, nous nous proposons de jeter un regard analytique sur la poétique et le système narratif du journal El Pensador (1762-1767), le premier grand « spectateur » dans la culture hispanique, de José Clavijo y Fajardo. Dans les recherches portant sur le rayonnement de la presse moraliste européenne, il faut se demander dans quelle mesure ce premier grand spectateur espagnol fait partie de la transmission narrative et culturelle à l’intérieur du réseau spectatorial du continent. Quels en sont les micro-récits puisés dans les spectateurs hypotextuels – anglais, français ou italiens –, et quelles en sont les imitations ? Mais – suivant la logique de notre argumentation –, il faut se demander également dans quelle mesure la narration spectatoriale s’inscrit dans la tradition hispanique.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 STEELE (Richard), ADDISON (Joseph), The Tatler : By Isaac Bickerstaff, Esq., London, S. Buckley / J (...)
  • 2 STEELE (Richard), ADDISON (Joseph), The Spectator : To be continued every Day [1e série], London, S (...)
  • 3 STEELE, Richard, et al., The Guardian : To be Continued every Day, London, J. Tonson, [12.3.] 1713- (...)

1Dans le contexte de la recherche actuelle sur les médias en général, et sur la presse en particulier, le genre « spectatorial » est devenu un objet d’étude privilégié. Il s’agit de la presse morale issue, à Londres, de la plume de deux journalistes anglais, Richard Steele et Joseph Addison, dont les trois journaux The Tatler1, The Spectator2 et The Guardian3 (1711-1714) ont révolutionné le champ de communication dans leur contexte culturel. Au fur et à mesure de leur succès en Angleterre, la manière d’écrire en « spectateur » est devenue un modèle, qui devait marquer le siècle. Le prototype – largement connu sous l’appellation consacrée de « spectateur » – a connu une réception très vaste avec de nombreuses traductions, imitations et adaptations non seulement en Angleterre, mais également à travers le continent européen ainsi qu’aux Amériques.

2Le contexte d’origine des premiers « spectateurs » est la ville de Londres à l’époque de la post-Révolution glorieuse et de l’ « Augustan Age », où l'on cherchait à établir des valeurs protestantes dans une vie publique ouverte et équilibrée. Les nouveaux périodiques divulguaient un code moral censé introduire une nouvelle ère de progrès, fondée sur la raison, la liberté, le commerce, l’utilitarisme et une sociabilité vertueuse. Ils se considéraient les porteurs de cette morale, en suivant la poétique horacienne du « prodesse et delectare », « l’utile et le doux », donc en offrant à leur lectorat des textes à la fois plaisants et moralisateurs. Le prototype The Spectator sortait de la presse tous les jours, tandis que ces imitations ou adaptations avaient un temps de publication plus espacé. C’est la raison pour laquelle on les appelait « periodical essays ».

3Leur percée dans le continent européen s’est réalisée par la Hollande, où de nombreux émigrants français avaient trouvé refuge après la Révocation de l’Edit de Nantes en 1685. C’est donc à La Haye et à Amsterdam que sortirent les premiers spectateurs en langue française, avant même de passer par Paris. Dans le réseau francophone des cours européennes, le genre allait s’intégrer progressivement aux différentes cultures. Mais on peut constater que les régions à dominance protestante formaient le substrat le plus fécond pour leur propagation. Les régions allemandes du Nord – avec Hambourg et Leipzig en tête – comme la Suisse ont vu prospérer les premiers spectateurs allemands. Dans les cultures à tendance catholique, à Vienne, Venise, Milan ou Madrid, le genre des spectateurs émergea vers le milieu du siècle, à un moment, où il était en train de s’éteindre à Londres, Paris ou Hambourg.

4Dès la première heure, la poétique des spectateurs suivit un même canevas avec un système narratologique particulier. Le trait distinctif le plus important en est l’instance d’un auteur ou éditeur fictif, qui porte un masque afin de mieux pouvoir observer et décrire la société ambiante. Cette mise à distance semble indispensable à la position d’un spectateur de la vie quotidienne de son entourage. Dans la position du journaliste, nous trouvons généralement un personnage critique et irréprochable qui, loin des traditions séculaires (en quelque sorte d’une manière neutre) observe et juge à son gré afin de repérer les faiblesses morales dans le développement social, économique ou culturel de la société.

  • 4 [STEELE (Richard), ADDISON (Joseph)], Le Spectateur, ou le Socrate moderne: Où l’on voit un Portrai (...)
  • 5 [CLAVIJO Y FAJARDO, José], El Pensador por Don Joseph Álvarez de Valladares, Madrid, Joachin Ibarra (...)

5Ce personnage fictif, identifiable par un nom propre comme Isaac Bickerstaff dans The Tatler ou par sa fonction observatrice comme Le Spectateur4 ou El Pensador5 établit un réseau de communication, par lequel il entre en contact avec des contemporains ou des visiteurs d’un club, d’une coterie ou d’un café ainsi qu’avec les lecteurs de son journal qui (par retour de courrier) lui envoient des lettres avec toutes sortes de commentaires, que ce soit sur les sujets traités dans les feuilles morales ou bien sur des questions de la vie contemporaine. Les commentaires des lecteurs peuvent porter également sur la qualité du journal en question, sans que le directeur semble intervenir dans leur jugement. Les commentaires peuvent être élogieux, ou dévastateurs. Ainsi, les « spectateurs » offrent une plateforme de discussion, un forum ouvert au lectorat, où tout un chacun se donne l’air de participer en toute franchise. De cette façon, la liberté, la raison, la sociabilité et la vertu (mais aussi des sujets comme le comportement des femmes) forment, entre autres, les catégories essentielles de l’entreprise journalistique, où les réflexions de l’éditeur sur son entreprise (par exemple sur la viabilité économique du journal) ne font pas défaut. C’est généralement un sens très marqué par les activités commerciales qui traverse les discours journalistiques du début à la fin.

  • 6 [BAKER, Thomas, et al.], The Female Tatler. By Mrs. Crackenthorpe, a Lady that Knows Everything, Lo (...)
  • 7 [ANONYME], La Spectatrice, Paris, Pissot / Nully, [29.3.]-[Enero], 1728.
  • 8 CIENFUEGOS, Beatriz, La Pensadora Gaditana, vol. I/II : Madrid, Francisco Xavier García, 1763/64, [ (...)

6Mais les essais périodiques ont une autre vocation qui n’est pas des moindres : c’est la femme qui y fait non seulement l’objet de la critique, mais y trouve une voix à part entière. La réception des feuilles par des lectrices a été extrêmement importante, ce qui mène de nombreux chercheurs à constater que les « spectateurs » permettaient souvent l’introduction de la femme à la lecture. Notons aussi que de nombreux « spectateurs » avaient connu des « concurrents » féminins comme The Female Tatler6, La Spectatrice7 ou La Pensadora gaditana8. Quoi qu’il en soit, le genre ne peut pas être dissocié des questions importantes du rôle des femmes dans la « nouvelle » société.

7Quant aux leçons morales des « spectateurs », elles ont tendance à se ressembler dans le fond, même si elles se retrouvent intégrées dans des contextes culturels très différents. Il est évident qu’un périodique français, allemand, espagnol ou autre se rattache non seulement à la tradition spectatoriale anglaise du prototype, mais s’inscrit aussi dans sa propre tradition culturelle, en particulier avec les formes littéraires du système dominant en question.

  • 9 URZAINQUI, Inmaculada, « Autocreación y formas autobiográficas en la prensa española del siglo XVII (...)
  • 10 MARTENS, Wolfgang, Die Botschaft der Tugend. Die Aufklärung im Spiegel der deutschen moralischen Wo (...)
  • 11 SERMAIN, Jean-Paul, « L’invention d’un périodique littéraire », in Klaus-Dieter Ertler (éd.), Die S (...)
  • 12 LÉVRIER, Alexis, Les journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », Paris, PUPS, 2007, p. 12 (...)

8En ce qui concerne les formes discursives, on peut relever un grand nombre de narrations de différents types. D’abord, il y a l’autoportrait de l’auteur, de l’éditeur, des personnages participants ainsi que les lecteurs. Cette forme de mise en scène d’un « je » observateur, penseur, raisonneur, censeur, lutin, apologiste, parfois babillard, souvent taciturne, en principe masculin, mais parfois féminin, se trouve au cœur même du genre en question. Inmaculada Urzainqui parle d’ « autocréation et de formes autobiographiques »9 lorsqu’elle analyse la série de la presse critique du 18e siècle, Wolfgang Martens souligne la mise en scène du sujet publiant le « message de la vertu »10, Jean-Paul Sermain y voit une prolongation pure et simple de « ce que le 17e siècle français avait créé et légué au 18e siècle : une littérature s’adressant à un public non déterminé, exposant les situations et les conflits de la société contemporaine, les problèmes de l’individu, les aspirations à une juste expression de soi, la construction intersubjective, les tensions entre l’appétit de jouir et les devoirs, etc. »11. Pour cette raison, il opte pour le terme de « périodique littéraire ». Et Alexis Lévrier, quant à lui, définit les spectateurs comme « feuilles périodiques à forme personnelle »12.

9À part la mise en scène de soi dans ces portraits divers, le « spectateur » organise un ensemble de discours littéraires qui véhiculent non seulement des dialogues, mais aussi des fables, des rêves, des allégories, des exemples, des récits de voyages, des satires et autres genres littéraires. Ces formes narratives constituent l’architecture du récit, certes, mais elles ont tendance à se retrouver dans un genre de construction complexe, avec de nombreuses interruptions, organisées souvent à plusieurs niveaux narratifs. Ainsi les feuilles périodiques reflètent dans la forme ce qui est présenté dans le fond : un concert de nombreuses voix, de différentes opinions, organisées selon le courant des événements de la communication ou au gré des pensées fluctuantes de leur auteur.

10Comme nous l’avons vu, la chaîne de transmission spectatoriale au niveau européen se réalise souvent selon le modèle suivant : du Spectator (anglais) vers Le Spectateur (en français) aboutissant à x (dans une autre langue). On relève des exceptions, comme dans le cas du Filósofo a la moda (espagnol) qui suit le modèle italien qui, lui, se tient au Spectateur (en français). Dans cette chaîne de transmission se distinguent les traductions et les adaptations. Les traductions, bien que proches du prototype spectatorial, se permettent généralement de nombreuses libertés dans le traitement du texte original, en particulier en ce qui concerne le choix des textes traduits. Ainsi le public français ne connaît que 427 numéros des 635 numéros publiés dans les deux séries londoniennes. De nombreux passages ont été coupés pour leur contenu trop localiste ou d’une actualité périmée. Il faut aussi mentionner les retouches d’ordre culturel pour que le lecteur s’y retrouve plus facilement.

11Quant aux adaptations, on observe une dynamique contraire. Celles-ci cherchent à établir une nouvelle version spectatoriale sans pour autant changer de formule, c’est-à-dire, elles créent de nouvelles ambiances culturelles tout en poursuivant la poétique du modèle anglais, français ou allophone. Pourtant, ces adaptations reproduisent souvent des pans de textes entiers ou en offrent des imitations. Par conséquent, lorsque nous considérons le corpus vaste des « spectateurs » européens dans son ensemble, nous nous retrouvons souvent devant une structure spectatoriale assez homogène dans le cadre de laquelle évolue un conglomérat de microrécits aux sensibilités culturelles hétérogènes. Dans l’avenir, il faudra repérer les migrations de ces microrécits au niveau intragénérique des spectateurs, pour découvrir finalement les mouvements transgénériques en direction du système littéraire, situé à la périphérie du genre journalistique. Autrement dit, il faudra établir des instruments qui permettent de suivre le flux spectatorial à l’intérieur du corpus journalistique comme dans certaines œuvres littéraires – particulièrement celles du 18e siècle et des premières décennies du 19e siècle naissant.

  • 13 MONTESQUIEU, Baron de, Les lettres persanes, Cologne, Pierre Marteau, 1721.
  • 14 PETERSON, H., « Notes on influence of Addison’s Spectator », in Hispanic Review, IV, 1936, pp. 256- (...)
  • 15 MONTGOMERY, Clifford Marvin, Early Costumbrista Writers in Spain, 1750-1830, Philadelphia, West­bro (...)
  • 16 [GARCÍA DEL CAÑUELO (Luis), PEREIRA (Marcelino Luis), El Censor : Obra periódica, Madrid, Con las l (...)
  • 17 CADALSO, José, Cartas marruecas, Ed. Emilio Martínez Mata, Barcelona, Ed. Crítica, 2008 [1792/1793]
  • 18 MONTENGÓN, Pedro, Eusebio, Madrid, Cátedra, 1998 [1786/87].

12Il s’agit donc de voir, par exemple, l’influence des « spectateurs » sur l’écriture de Montesquieu, dont Les Lettres persanes13 auraient été inspirées par le numéro 50 du Spectateur, où un Autochtone canadien critique les coutumes anglaises14, ou bien la préparation de l’écriture costumbrista réalisée par la presse morale : « [El Pensador] contains more costumbrista [essays] than any publication up to 1830 when the major costumbristas began to write. There are twelve definite examples of the genre among the eighty-six numbers […] while still others are costumbrista in general tone »15. D'autres exemples à avancer dans ce contexte seraient les lettres d’Abu Taleb dans les discours 65 et 87 du Censor16, qui témoignent des liens intertextuels avec le roman de José Cadalso, Las Cartas marruecas17. La première des deux lettres à l’éditeur du numéro 45 du Pensador semble relever de la même tradition d’écriture. Et le roman de Pedro Montengón, Eusebio18, n’évoluerait-il pas aussi dans la tradition spectatoriale ?

El Pensador et ses vecteurs européens et hispaniques

  • 19 BUFFON, Comte de, Historia natural, general y particular, escrita en francés por el Conde de Buffon(...)
  • 20 Voir BEAUMARCHAIS, Pierre Augustin Caron de, Mémoires II, s.l., s.n., s.a. [env. 1755], p. 119 sq. (...)

13Dans notre contribution, nous jetterons un regard sur la poétique et le système narratif d’El Pensador de José Clavijo y Fajardo, l’auteur du premier grand « spectateur » dans la culture hispanique. Le journal parut en 1762, un an après le séjour de Clavijo y Fajardo à Paris, où il avait noué contact avec Voltaire ainsi qu’avec Buffon, dont il devait traduire l’Histoire naturelle19. El Pensador connut un grand succès auprès de ses lecteurs, avant d’être interrompu pour quelques années (de 1763 à 1767) à cause d’un scandale impliquant l’auteur et Beaumarchais, scandale qui leur causa à tous les deux de nombreux déboires20. En 1767, El Pensador reprit son rythme pour une dernière année.

14Dans notre contexte, il faut se demander dans quelle mesure ce premier grand spectateur espagnol fait partie de la transmission narrative et culturelle dans le réseau spectatorial européen. Quels en sont les microrécits puisés dans les spectateurs hypotextuels, quelles en sont les imitations ? Mais (suivant la logique de notre argumentation) il faut se demander également dans quelle mesure sa narration s’inscrit dans la tradition hispanique.

Du Spectator au Spectateur – du Spectateur au Pensador

  • 21 PETERSON, 1936, p. 257. La source de Peterson est Le Spectateur, ou le Socrate moderne, Paris, Meri (...)

15Dans une brève étude, H. Peterson21 a énuméré les passages des microrécits non originaux du Pensador afin de démontrer que l’influence du Spectator passa par la source de sa version française, Le Spectateur. Ainsi est-t-il question de la traduction pure et simple de quelques numéros du journal français et anglais ainsi que de quelques imitations :

16Textes traduits :

El Pensador

Pensamiento

Le Spectateur

Volume/Discours

The Spectator

Speculation

8 (seconde partie)

III/52

212

35 (première partie)

I/7

7

35 (seconde partie)

III/89

117

36 (première partie)

I/19

25

36 (seconde partie)

I/13

17

36 (troisième partie)

I/26

33

39 (première partie)

I/113

170

17Textes imités :

1 (premier paragraphe)

I/1 (premier paragraphe)

1

8 (première partie)

I/53

66

11

I/83

105

12

I/166

246

44, recte 45

III/88

85

63 (seconde partie)

II/12

317

64

I/167

247

18La configuration en espagnol des emprunts au texte français (en renvoyant implicitement au prototype anglais) pourrait certainement donner l’impression d’une manière de travail peu consciencieuse de la part de l’auteur. Mais en même temps, il faut ajouter que cette écriture de plagiat partiel faisait partie du comportement intentionnellement insoucieux d’un spectateur aussi bien que d’un penseur. Celui-ci est censé charrier des masses de textes qui circulent dans le monde ambiant, afin d’en présenter un choix à son lectorat. En ce sens, le journal espagnol suit les consignes de son modèle anglais et français.

L’exemple de la Pensée 45

  • 22 Il faut souligner que l’Orient a marqué les cultures européennes à différentes époques et en de nom (...)

19Il n’y a pas seulement l’imitation de certains paragraphes du prototype anglais (en français), mais aussi le souci remarquable de rattacher les « pensées » espagnoles à la tradition du système littéraire hispanique. À titre d’exemple, nous nous pencherons sur la pensée 45, afin de montrer le degré d’hybridité qui caractérise ce genre d’écriture et sa valeur littéraire inscrite. Dans le numéro en question, le lecteur trouve deux lettres. Nous nous intéresserons à la première. Celle-ci fait partie du genre des récits orientaux, genre qui avait connu un grand succès à la fin du 17e et au cours du 18e siècle22. La présence de cet orientalisme relève d’une complexité culturelle révélatrice.

  • 23 SCUDÉRY, Madeleine de, Ibrahim ou l’Illustre Basar, Paris, A. de Sommaville, 1641-1644, 4 vol. Trad (...)
  • 24 L’ESTRANGE, Roger, Fables of Aesop and Other Eminent Mythologists; with Morals and Reflexions, Lond (...)
  • 25 Turkish Tales ; Consisting of several Extraordinary Adventures with the History of the Sultaness of (...)
  • 26 GALLAND, Antoine, Les mille et une nuit [sic], contes arabes traduits en français par M. Galland, P (...)
  • 27 ANONYME, Arabian Nights’ Entertainments, London, A. Bell, 1706.
  • 28 KAY 1975, p. 78 sq.

20Si l'on dirige le regard vers l’Angleterre, l’influence française joue un rôle important dans la réception de l’Orient fictionnalisé. Ibrahim ou l’illustre Bassa23, le roman héroïque pseudo-oriental de Madame de Scudéry en traduction anglaise est pour beaucoup dans ce processus ainsi que The Fables of Aesop24 dans la version de Sir Roger L’Estrange ou The Turkish Tales25. La traduction des Mille et une nuits dans la version populaire de Galland26, fut partiellement traduite en anglais et parut sous le titre The Arabian Nights en 170627. Elles ont fortement marqué les lecteurs anglais. Par conséquent, à l’époque de l’émergence du Spectateur, le terrain était pour le moins propice aux récits et aux contes orientaux28.

  • 29 WATSON, Melvin R., Magazine Serials and the Essay Tradition, 1746-1820, Baton Rouge, Louisiana Stat (...)

21Si nous nous penchons sur la source de cette écriture dans les « spectateurs », ce n’est pas Richard Steele, mais Joseph Addison qu’il faut observer de plus près. Car (à une exception près) les quinze récits inspirés de l’Orient et répartis dans l’ensemble du corpus relèvent, de sa plume. Il s’agit moins de transmettre des connaissances sur le monde oriental que de colorer les propres récits par une approche nouvelle. A en croire Melvin R. Watson, cette fonction semble avoir été importante pour le système littéraire anglais : « Addison’s importance in the development of the oriental tale in England – and here again he is the dominant figure – lies not in what or how much he used but what he did with the material. »29 Cette dernière remarque se voit illustrée par Donald Kay, qui établit une catégorisation des contes orientaux du Spectateur en les caractérisant selon leurs composantes morales, philosophiques et satiriques.

22Dans la série de contes relevée par ce chercheur nord-américain, le numéro 85 du Spectator n’y figure pourtant pas. La raison en pourrait être qu’il s’agit moins d’un récit entier que d’un microrécit, cette forme caractéristique, mais difficilement repérable dans les « spectateurs ». Nous la prenons comme un exemple à plusieurs titres dans la mesure où elle ne véhicule pas seulement un fait oriental, mais qu’elle exprime l’essence de toute la philosophie communicationnelle de l’entreprise spectatoriale, ce qui implique en particulier le changement de paradigme dans la tradition de la lecture en Occident. Afin de ne pas perdre de vue la chaîne de transmission culturelle, nous nous concentrerons sur les trois versions, c’est-à-dire la version anglaise, française et espagnole :

  • 30 Spectator 85, pp. 360 sq.

« It is the Custom of the Mahometans, if they see any printed or written Paper upon the Ground, to take it up and lay it aside carefully, as not knowing but it may contain some Piece of their Alcoran. I must confess I have so much of the Mussulman in me, That I cannot forbear looking into every printed Paper which comes in my Way, under whatsoever despicable Circumstances it may appear; for as no mortal Author, in the ordinary Fate and Vicissitude of Things, knows to what Use his Works may, some time or other, be applied, a Man may often meet with very celebrated Names in a Paper of Tobacco. I have lighted my Pipe more than once with the Writings of a Prelate; and know a Friend of mine, who, for these several Years, has converted the Essays of a Man of Quality into a kind of Fringe for his Candlesticks. I remember in particular, after having read over a Poem of an Eminent Author on a Victory, I met with several Fragments of it upon the next rejoicing Day, which had been employ’d in Squibs and Crackers, and by that means celebrated its Subject in a double Capacity. I once met with a Page of Mr. Baxter under a Christmas Pye. Whether or no the Pastry-Cook had made use of it through Chance or Waggery, for the Defence of that superstitious Viande, I know not; but upon the Perusal of it, I conceived so good an Idea of the Author’s Piety, that I bought the whole Book. I have often profited by these accidental Readings, and have sometimes found very Curious Pieces, that are either out of Print, or not to be met with in the Shops of our London Booksellers. For this Reason, when my Friends take a Survey of my Library, they are very much surprised to find, upon the Shelf of Folios, two long Band-Boxes standing upright among my Books, till I let them see that they are both of them lined with deep Erudition and abstruse Literature »30.

  • 31 Le Spectateur III, p. 88, cité d’après PETERSON 1936, p. 261.

« Entre autres coutumes des mahométans il y en a une tout-à-fait singulière. Quand il leur arrive de trouver à terre un papier où il y a quelques caractères imprimés ou simplement écrits à la main, ils le ramassent et le serrent soigneusement, ne sachant pas s’il ne contient point quelque passage de l’Alcoran. J’avoue que je suis assez bon musulman pour ne pouvoir m’empêcher de parcourir des yeux tous les papiers qui se rencontrent en mon chemin, quelque humiliante que puisse être la circonstance où ils s’offrent à mes regards : car la fatale vicissitude des choses humaines étant telle qu’aucun auteur mortel ne peut savoir à quel usage ses ouvrages seront employés quelque jour, il est très possible qu’on trouve une belle pièce tracée sur un cornet de papier où il y a eu du tabac […]. Je rencontrai un jour une page entière de Baxter sous un pâté de Noël […] [et] après l’avoir lu, je conçus une idée si avantageuse de la piété de l’auteur que j’achetai tout le livre »31.

  • 32 El Pensador 45, pp. 61sq.

« Entre las costumbres de los Mahometanos me ha parecido siempre muy graciosa la de recoger los pedazos de papel escrito, que encuentran, guardandolos con cuidado, por si contienen algunas palabras del Alcoràn; y por cierto, que en esto de recoger, y guardar papeles, se pudiera haver hecho de mì un Musulman perfecto. Los papeles, que tienen la desgracia de ir à embolver caramelos, los que yacen en el polvo de los desvanes, y los que sirven de cubiertas à los Libros, todos excitan mi curiosidad igualmente que los Libros mismos. A este afan de reconocer, y guardar papeles debo varios hallazgos; y no es de los menores el que servirà de assunto à este Discurso. Es el caso, que ayer un Criado mio, que es algo goloso, comprò unas pastillas: guardòlas, y arrojò, como era natural, el papel: recogìlo, segun tengo de costumbre: paréme à reconocer sus caractéres, y vì que eran Arabigos. No se puede pintar mi inquietud. Indago la Tienda de donde havia salido aquella hoja: voy corriendo à buscar las restantes, temeroso de no hallarlas; pero fuè tal mi fortuna, que no solo hallè las que faltaban, sino otras muchas. He hecho traducirlas todas, y pondrè aqui el contenido de una Carta, que decia assi: Ibrahim Ali Golou à Abdelvex Ben-Hussein, Vicario del Mufti »32.

  • 33 Ce lien a été souligné aussi par PETERSON 1936, p. 260.

23Le microrécit qui ne constitue pas vraiment un conte oriental proprement dit véhicule pourtant un riche noyau d’énergie interprétative, décelant toutes sortes de sources intertextuelles. Le lecteur hispanique le relierait instinctivement à la scène bien connue du chapitre IX de Don Quijote, où l’auteur (en panne d’inspiration) se rendit au marché et y trouva, par pur hasard, un manuscrit, dont il identifia les caractères arabes. Après avoir fait traduire le texte, il y découvre l’histoire de don Quijote de la Mancha, écrite par Cide Hamete Benengeli, historien arabe33.

  • 34 CERVANTES, Miguel de, El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha, Madrid, Juan de la Cuesta, 160 (...)

« Estando yo un día en el Alcaná de Toledo, llegó un muchacho a vender unos cartapacios y papeles viejos a un sedero; y como yo soy aficionado a leer, aunque sean los papeles rotos de las calles, llevado d’esta mi natural inclinación, tomé un cartapacio de los que el muchacho vendía, y vile con caracteres que conocí ser arábigos. Y puesto que, aunque los conocía, no los sabía leer, anduve mirando si parecía por allí algún morisco aljamiado que los leyese; y no fue muy dificultoso hallar intérprete semejante, pues, aunque le buscara de otra mejor y más antigua lengua, le hallara. [...] Cuando yo oí decir « Dulcinea del Toboso », quedé atónito y suspenso, porque luego se me representó que aquellos cartapacios contenían la historia de don Quijote. Con esta imaginación, le di priesa que leyese el principio y, haciéndolo ansí, volviendo de improviso el arábigo en castellano, dijo que decía: Historia de don Quijote de la Mancha, escrita por Cide Hamete Benengeli, historiador arábigo »34.

24Mais du côté anglais (on pourrait penser à la découverte d’un manuscrit dans la traduction des récits des Mille et une nuits de Galland), il existe un autre lien intertextuel qui ne semble pas être moins révélateur, dans la mesure où Joseph Addison signait les textes à parfum oriental dans Le Spectator. Nous connaissons aujourd’hui les détails de cet intérêt personnel particulier, ce qui nous donne une clé importante pour la compréhension de la mosaïque inter­textuelle sous-jacente.

  • 35 JUNQUA, Amélie, « Destruction and Survival of the Written Word in Joseph Addison’s Periodical Prose(...)
  • 36 ADDISON, Lancelot, West Barbary, or, A Short Narrative of the Revolutions of the Kingdoms of Fez an (...)

25Dans une étude récente, Amélie Junqua a su dévoiler l’arrière-fond de l’expérience intellectuelle du jeune auteur : elle souligna que le père de Joseph, Lancelot Addison, avait passé quelques années de sa vie à Tanger, comme chapelain de l’armée anglaise35. A son retour, il avait publié un livre sur les coutumes de la Barbarie: West Barbary, or, A Short Narrative of the Revolutions of the Kingdoms of Fez and Morocco36. D’autres textes suivirent où Joseph, qui avait sans doute lu les œuvres de son père, pouvait apprendre les nombreuses observations sur la vie musulmane et orientale. Dans un autre livre, The First State of Mahumedisme : or, An Account of the Author and Doctrines of that Imposture on pourrait reconnaître – avec Amélie Junqua – des traces intertextuelles qui nous mènent à ce passage spectatorial :

  • 37 ADDISON, Lancelot, The First State of Mahumedisme : or, An Account of the Author and Doctrines of t (...)

«  […] the Moors respect to the Alcoran is so egregious, that they so far honour all written paper for its sake, as to take up very little script, where they find it, and having kissed it, they stop it up in some chink of a Wall: saying, It is no small iniquity, that any Paper should be trodden under foot, in which may be written some of the Alcoran, and the name of God »37.

26Les exemples avancés ici démontrent une fois de plus le haut degré d’interdiscursivité et d’intertextualité qui existe aux niveaux narratifs des « spectateurs ». Le jeu de l’auteur et son masque, la référence permanente à des observateurs extérieurs, l’importance de l’écrit dans un contexte culturel complexe et un cadre temporel fugitif caractérisent les feuilles à travers l’Europe. Il est évident que l’observateur oriental prend une dimension spécifique selon son contexte de réception en France ou en Espagne, vu la tradition et l’histoire particulière de la péninsule ibérique. Le microrécit à saveur orientale choisi s’inscrit donc de plain-pied dans la chaîne de transmission qui peut s’observer à niveau européen, les derniers chaînons touchant le numéro 50 du Spectateur avec son influence sur les Lettres persanes de Montesquieu, en fournissant par conséquent la base logique pour les Cartas marruecas de José Cadalso, préparée en quelque sorte par El Pensador. Si le cadre narratif est puisé partiellement dans le prototype spectatorial, la lettre elle-même relève de la source de José Clavijo y Fajardo ou de son lectorat.

La lettre d’Ibrahim Ali Golou à Abdelvex Ben-Hussein, le Vicaire du Mufti (Pensée 45)

27La lettre d’Ibrahim Ali Golou suit la tradition des Turkish Tales, livre édité juste avant la naissance des spectateurs et repris occasionnellement par les journalistes anglais. Ici pourtant, on reconnaît une imitation de la forme sans qu’il y ait transtextualité au niveau de l’histoire. Ibrahim, le narrateur turc, raconte ses observations dans ce pays étranger dont la religion est chrétienne et dont les mauvaises habitudes le surprennent. Le destinataire de la lettre, Abdelvex Ben-Hussein, le Vicaire du Mufti, semble se trouver en Alep, alors ville sous l’influence de l’empire ottoman. La lettre touche un sujet délicat dans la mesure où le destinateur se réfère de façon explicite aux faits religieux du pays visité qui se distinguent dans la manifestation de la foi de la religion dans son Empire.

  • 38 El Pensador 45, pp. 62sq.

« Por una Fragata, que saliò de este Puerto para Alepo, te escribì dias passados mis observaciones en quanto à la ex-[63]tension, limites, fecundidad, y gobierno de este Reyno. Esta Carta se reducirà à darte una idèa de algunas prácticas de su Religion. Cumplirè assi con lo que me tienes mandado, y con mi humilde, y sumissa veneracion al Vicario del sublìme Pastor, que dà luz, y guia à los verdaderos creyentes. Esta relacion merece que le dès credito; porque à mas de mi observacion, y conversacion con las gentes del Pueblo, he tenido varias conferencias con sus Imanes, y Dervices, y he logrado, enterarme à fondo de su creencia »38.

  • 39 [CADALSO, José], Cartas marruecas del coronel Joseph Cadahalso, Madrid, Imprenta de Sancha, 1793 [p (...)
  • 40 Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, éd. par Denis Diderot (...)

28Il s’agit donc d’un texte commandé par son chef religieux, au nom de celui qui donne la lumière aux véritables croyants de sa religion. Il est hautement significatif que la métaphore de la lumière se voit prise en charge par le discours religieux mahométan, à l’opposé du discours chrétien et du discours des Lumières. Comme on connaît la formule des relations de voyage (et par la suite des romans comme Les lettres persanes ou Las Cartas marruecas39) la lettre fait apparemment partie de toute une série de rapports sur le pays visité. Ce rapport est strictement catégorisé, selon les prémisses de la science contemporaine digne de l’Encyclopédie40. Par conséquent, il correspond à la logique du rapport, que la lettre précédente, qui d’ailleurs ne figure pas dans la collection, fournisse une introduction à l’extension, aux limites, à la fécondité et au gouvernement de ce Royaume, dont le nom n’est pas prononcé. Il faut relever également que le destinateur souligne la véridicité de son rapport dans la mesure où il se réfère non seulement à son observation (en quelque sorte comme « spectateur »), mais aussi à une série d’informateurs dignes de foi, c’est-à-dire des villageois ou des représentants officiels de l’église qu’il appelle (selon ses propres expériences culturelles) Imams et Derviches. Pour les deux fonctions, le lecteur espagnol de cette Pensée 45 trouve des explications dans les notes en bas de page, introduites par l’éditeur ou l’auteur du Pensador. Selon ces notes, Imams se réfère à des « Curas Parrocos », « des prêtres », et Derviches aux « Religiosos », donc aux Religieux.

29Ainsi la construction du complexe narratif particulier devient évidente. Notons aussi que l’auteur de la lettre construit également un cadre narratif ou discursif avant d’entrer en matière, selon les règles de la rhétorique, mais aussi selon le concept horacien du « prodesse et delectare », en guise de « captatio benevolentiae » ou en préparant son lecteur psychiquement au message qui suivra. Il faut rappeler que le cadre fait partie de la poétique du récit enchâssé, d’origine oriental. Notons dans ce contexte que la lettre n’est pas adressée au directeur du journal (comme d’habitude), mais qu’il s’agit d’une trouvaille fortuite d’un papier qui avait servi à enrober les pastilles de son servant et que celui-ci avait jeté.

30L’introduction ou la « captatio benevolentiae », ou bien le premier niveau intratextuel du récit enchâssé ne touche pas seulement les circonstances de la rédaction et de l’envoi de la lettre ainsi que les méthodes « raisonnées » de la démonstration d’un fait social et religieux, mais aussi l’approche objective (et sans aucun préjugé) de l’observateur. Son destinataire est (à l’instar du protagoniste marocain Gazel Ben-Aly dans les Cartas marruecas) une personne très instruite, devant laquelle Ibrahim a un grand respect :

  • 41 Pensador 45, pp. 63sq.

« Estos Regnicolas (como tù sabes) siguen la Religion Christiana : pretenden conservarla en toda su pureza ; creo que en esta parte no vàn errados. En quanto à los Articulos de su creencia no me detendrè, porque tù estàs instruìdo de los que son, y assi passarè à tocar algunos puntos de la práctica de su Religion, que es lo que me ha hecho mayor novedad »41.

31Nous retrouvons donc un discours qui se veut pragmatique et qui laisse de côté les principes de la religion largement connus par le vicaire du Mufti pour être répétés ici. En plus, la « captatio benevolentiae » se réfère aussi à une profonde estime pour la religion chrétienne et ses dogmes. Ce qui étonne le voyageur ce sont pourtant quelques pratiques observées dans le pays en question. Voilà pour le cadre initial de cette observation, qui jette un regard neuf et curieux sur le comportement religieux des croyants dans le pays visité. Le regard neutre du sujet voyageur, dont les observations subjectives au début deviennent objectives au cours de son périple (après avoir consulté les différents représentants de la société) comporte des caractéristiques des Lumières dans la mesure où il accepte en principe la religion, sans pour autant s’aligner sur les pratiques observées.

32Suivant implicitement la tradition protestante, la critique majeure du catholicisme s’inspire dans sa mise en scène du fait religieux qui générerait l’hypocrisie et couperait le chemin vers Dieu : « Apenas havrà en el Mundo Nacion alguna, que hable tanto, y haga tanto alarde de su Religion, ni que menos la siga en la práctica. » (Pensador 45, 64). N’oublions pas que le grand écart entre les principes religieux et leurs pratiques caractérise le discours du protestantisme et sa version polémique dirigée à l’encontre de la culture hispanique, la « Leyenda negra ». Comme nous l’avons vu, la méthode objectivante du voyageur consiste à intégrer des informateurs de toutes sortes afin de pouvoir en fournir une relation véridique. Dans ce cadre, il consulte un prêtre catholique (appelé « Imam » à défaut d’une nomenclature adéquate) qui, en toute confidentialité, semble confirmer les observations d’Ibrahim :

  • 42 El Pensador 45, p. 65.

« Un Iman venerable, con quien tengo mucha amistad, porque ignora que soy Turco, se me ha lamentado mil veces esta falta de observancia à la Ley ; [...]. En efecto toda la Moral, y toda la Religion de estas gentes està reducida en la práctica à ciertos actos exteriores, con que parece pretenden engañar à Dios, para entrar en el Paraìso, y tal vez à los hombres, para lograr honores, y empléos à titulo de devocion, de que suelen hace un infame comercio »42.

33Par conséquent, la critique, s’appuyant sur les présupposés de l’empirisme, ne vient pas seulement de l’observateur étranger, mais se voit confirmée à partir d’une instance officielle intraculturelle.

34À l’instar de la poétique spectatoriale, la lettre d’Ibrahim crée un cadre curieux, amusant, entraînant son lectorat, afin de lui faire voir la critique religieuse. Nous y trouvons une stratégie discursive qui a certes des liens avec la culture empiriste et pragmatique, liée à la culture anglaise en particulier, et protestante en général, donc avec l’ambiance qui a vu naître les spectateurs, où les présupposés rhétoriques horaciens sont largement en vigueur. D’autre part, dans les cultures de la Contre-Réforme, le procédé poétique d’enrober un message moral sévère avec du « sucre » avait ses lettres de noblesse dans le discours jésuite, qui s’appuyait également sur le « prodesse et delectare » horacien afin de dorer la pilule amère (de la vérité morale) pour qu’elle puisse être avalée. Si les stratégies se ressemblent, la lettre d’Ibraham est pourtant ouvertement dirigée contre les traditions catholiques et la fonction adjuvante des Saints de l’Église :

  • 43 El Pensador 45, pp. 66 sq.

« Para todo tienen Santos de devocion, y à estos se pide remedio en las urgencias. El que està enfermo de los ojos, clama a Santa Lucìa: el que de las muelas, à Santa Apolonia; y el que de las piernas, à San Peregrino. [...] En fin, cada Santo tiene aqui su virtud, y estas gentes se guardaràn muy bien de pedir à un Santo cosa que sea de la juridicion de otro. Hasta para lograr las cosas imposibles tienen por Abogada à Santa Rita: mira si el delirio, y la necedad de los hombres puede llegar à mas alto punto »43.

35Le noyau du message se réfère donc aux habitudes religieuses du catholicisme espagnol, en particulier au déficit de raison et de clairvoyance qui s’y manifeste. Le rapport logique à Dieu semble avoir été entièrement perdu au profit de mises en scènes d’un comportement religieux vidé de substance. Dans la bonne tradition de l’empirisme, le lien entre les sujets et Dieu se trouverait fortement déficient, ce qui représente un des arguments les plus vigoureux de la part du protestantisme.

36Le message principal de cette lettre (curieusement enrobé dans un discours oriental) correspond donc aux isotopies majeures des « spectateurs ». Dans la mesure où cette morale s’inscrit dans une société prototype caractérisée par son développement vers une fonctionnalité moderne, les noyaux critiques se marient difficilement avec les valeurs en vigueur d’une culture ou d’une autre. Cet exemple montre pourtant la raison pour laquelle, dans une première étape, les récits complexes à message dense des « spectateurs » circulaient mieux dans un contexte protestant que catholique. Dans une deuxième étape pourtant, à partir du milieu du 18e siècle, le genre journalistique prit un essor justement dans ce contexte catholique (comme en Espagne, en Italie ou en Autriche), au moment où il avait perdu son souffle dans les lieux qui l’avaient vu naître. Le cas du Pensador (comme beaucoup d’autres) pourrait servir d’exemple.

Le récit-cadre (Pensée 45)

37Après avoir repéré le message moral dans le noyau du récit enchâssé, nous nous tournerons de nouveau vers son récit-cadre supérieur. La première partie correspondait au numéro 85 du Spectator, où elle avait également la fonction d’incipit. En ce qui concerne la deuxième partie, l’excipit du récit-cadre reprend l’histoire de la trouvaille du manuscrit en ajoutant des réflexions sur l’authenticité de cette lettre :

  • 44 El Pensador 45, pp. 76-77.

« No faltarà quien crea, que el hallazgo de esta Carta es una ficcion. Sobre esto, y sobre si està bien, ò mal imaginada havrà sus conferencias. Diràn que no es este el estilo de los Orientales, y añadiràn otras semejantes reflexiones. Digan lo que quieran. Yo sè lo cierto del caso, y creo que el ser la Carta fingida, ò verdadera, es lo que menos monta. Examinemos si acaso pudo este Turco hablar de nosotros. Esto es lo que importa. ¿Y què huviera dicho de nosotros este Turco, si supiera, como yo, que un sugeto Español, preciado de muy Christiano Catholico, havia dado gracias à Dios con toda solemnidad en su Templo, por haver logrado vengarse iniquamente de cierta persona, quitadole el credito, y causadola perjuicios moralmente imposibles de resarcir? Supongo que no huviera creído semejante horror. Tales, y tan bajas idéas tenemos de Dios, y luego mucho blasonar de Christianismo. Hà mucho tiempo que se remitiò la Carta siguiente »44.

38Cette deuxième partie du récit-cadre se divise en deux tranches. D’abord le lecteur tombe sur un commentaire de l’anecdote à couleur orientale, donc un métarécit qui pourrait se situer d’un palier narratif au-dessus de l’incipit. Dans ce cas, l’auteur se révèlerait être l’auteur d’une anecdote auto- et homodiégétique, qui aurait préparé le chemin de lecture d’une façon alléchante. Par la suite surgit la question de l’authenticité du récit introducteur et en même temps l’oblitération de cette dispute dont la futilité pourrait être laissée au gré de la discussion publique. Les arguments selon lesquels l’histoire en question ne correspondrait pas à la logique des Orientaux, ne sont pas le problème essentiel.

39L’instance du je-narrateur-auteur-commentateur prend les rênes des arguments flottants en tout sens en s’instituant en autorité discursive et morale: dans toutes les discussions, il sait et il affirme que la question de la fiction ou de la non-fiction n’est pas au cœur du message, mais un autre problème, celui de savoir si Ibrahim a parlé d’un « nous » espagnol. Et pour appuyer cette thèse dans sa version affirmative, le narrateur-auteur-éditeur fournit un cas, un exemple de son expérience qui rejoint les observations du voyageur turc et qui fait ressortir l’argument principal enseveli dans les nombreuses couches narratives d’enchâssement du Pensador.

40Avec ce stratagème, le commentateur cherche à restituer les critiques sévères (d’ordre plutôt protestant) dans l’ambiance catholique. Une fois de plus il fait (jésuitiquement parlant) avaler la pilule amère enrobée par une couche de sucre, en fournissant un exemple de son champ d’expérience qui, lui, peut effectivement relever d’une critique de l’hypocrisie d’un contemporain catholique. A la fin du métarécit, à cheval sur un palier narratif-discursif supérieur, l’auteur parle en éditeur qui vient de recevoir une autre lettre.

  • 45 El Pensador 45, p. 90.

41Cette deuxième lettre annoncée de la Pensée 45 ne comprend pas de récit ou discours enchâssant ou de commentaire. Elle apparaît sans autre forme de réflexion. Mais l’expéditeur de la lettre se voit fortement impliqué dans l’entreprise spectatoriale dans la mesure où il porte le nom El Martyr del Pensador. Cette lettre fonctionne finalement comme justification du journal et se réfère une fois de plus – comme l’incipit orientalisant – à Don Quijote. La lettre se termine sur la formule suivante : « Nuestro Señor guarde á Vd. muchos años para ser el Cervantes de las monerìas, y ridiculeces del siglo, que es lo que deseo. En esta Cuidad de ::: hoy 27. de Octubre de 1762. De Vm. su devoto, y apassionado El Martyr del Pensador »45.

Conclusion

42Par la complexité de la construction narrative et discursive du Pensador, le périodique se révèle être la première grande réincarnation du Spectateur en Espagne. Avec un demi-siècle de retard, comme cela semble être la règle (à quelques exceptions près) dans les cultures à dominance catholique, il correspond pourtant au modèle dans la mesure où il reconstruit une architecture polycontexturale, avec de nombreuses couches narratives et discursives, dominées par un sujet fictionnalisé, le Penseur, qui lui, gère la complexité du nouveau discours naissant, discours préfigurant plutôt que réfléchissant le système social ambiant.

43Nous avons vu, dans la construction de la Pensée 45, que le spectateur espagnol se trouve à la croisée des traditions européennes, non seulement par le nouveau discours anglais (véhiculé par Mister Spectator), mais aussi par une forte tradition espagnole. Les nombreux liens avec le Quijote ou avec la littérature picaresque sont évidents. Nous y découvrons également la diffusion du conte oriental avec sa tradition du récit enchâssé, transmis une fois de plus par le Quijote, le Spectateur ou les nombreux récits circulant dans le système littéraire français. Par ironie du sort, c’est justement dans les années de l’éviction des jésuites, que leur méthode pédagogique (enrober le discours moral dans une couche alléchante) est prise en compte par les représentants d’un discours à tonalités protestante et libérale. La mise en service d’un système narratif complexe (non seulement pour faire avancer des réformes dans la société espagnole, mais aussi pour recycler et « moderniser » les formes littéraires et journalistiques) semble fournir assez d’indices d’un changement de paradigme social que le Pensador ou les autres « spectateurs » annoncent subrepticement.

Haut de page

Notes

1 STEELE (Richard), ADDISON (Joseph), The Tatler : By Isaac Bickerstaff, Esq., London, S. Buckley / J. Tonson, [12.4.] 1709-[2.1.] 1711, nr. 1-271.

2 STEELE (Richard), ADDISON (Joseph), The Spectator : To be continued every Day [1e série], London, S. Buckley / J. Tonson, [1.3.] 1711-[6.12.] 1712, nr. 1-555. – [ADDISON (Joseph), BUDGELL (Eustache), TICKELL (Thomas)], The Spectator [2e série], London, S. Buckley / J. Tonson, [18.6.] 1714-[20.12.] 1714, nr. 556-635, http://www. gutenberg.org/ebooks/12030.

3 STEELE, Richard, et al., The Guardian : To be Continued every Day, London, J. Tonson, [12.3.] 1713-[1.10.] 1713, nr. 1-175.

4 [STEELE (Richard), ADDISON (Joseph)], Le Spectateur, ou le Socrate moderne: Où l’on voit un Portrait naïf des Mœurs de ce Siècle : Traduit de l’anglois, Amsterdam, David Mortier, [vol. 1-3] / Frères Wetstein, [vol. 4-6], 1714-1726, http:// gallica. bnf.fr/ark:/12148/bpt6k49666j.

5 [CLAVIJO Y FAJARDO, José], El Pensador por Don Joseph Álvarez de Valladares, Madrid, Joachin Ibarra, 1762-1767, http://www-gewi.uni-graz.at/cocoon/mws/container?pid=mws-pensador &locale=de. [Ed. crit. de Yolanda Arencibia, Las Palmas, Universidad de Las Palmas, 1999.]

6 [BAKER, Thomas, et al.], The Female Tatler. By Mrs. Crackenthorpe, a Lady that Knows Everything, London, B. Bragge / A. Baldwin, [8.7.] 1709-[31.3.] 1710, nr. 1-111 [115].

7 [ANONYME], La Spectatrice, Paris, Pissot / Nully, [29.3.]-[Enero], 1728.

8 CIENFUEGOS, Beatriz, La Pensadora Gaditana, vol. I/II : Madrid, Francisco Xavier García, 1763/64, [14.7.1763-5.1.1764]; vol. III/IV : Cádiz, Imprenta Real de Marina, 1764 [7.1.1764-2.7.1764], http://www-gewi.uni-graz.at/cocoon/mws/container?pid=mws-pensadoragaditana&locale=de. [Ed. de Cinta Canterla, Cádiz, Universidad de Cádiz, 1996].

9 URZAINQUI, Inmaculada, « Autocreación y formas autobiográficas en la prensa española del siglo XVIII », in Anales de la Universidad de Alicante. Serie monográfica 1. La novela española del siglo XVIII, n° 11 (1995), pp. 193-226.

10 MARTENS, Wolfgang, Die Botschaft der Tugend. Die Aufklärung im Spiegel der deutschen moralischen Wo­chenschriften, Stuttgart, Metzler, 1968.

11 SERMAIN, Jean-Paul, « L’invention d’un périodique littéraire », in Klaus-Dieter Ertler (éd.), Die Spectators in der Romania – eine transkulturelle Gattung ?, Frankfurt/Main, Peter Lang, 2011, pp. 39-50, ici p. 47.

12 LÉVRIER, Alexis, Les journaux de Marivaux et le monde des « spectateurs », Paris, PUPS, 2007, p. 123.

13 MONTESQUIEU, Baron de, Les lettres persanes, Cologne, Pierre Marteau, 1721.

14 PETERSON, H., « Notes on influence of Addison’s Spectator », in Hispanic Review, IV, 1936, pp. 256-263, ici p. 261.

15 MONTGOMERY, Clifford Marvin, Early Costumbrista Writers in Spain, 1750-1830, Philadelphia, West­brook, 1931, cité d’après PETERSON 1936, p. 256.

16 [GARCÍA DEL CAÑUELO (Luis), PEREIRA (Marcelino Luis), El Censor : Obra periódica, Madrid, Con las licencias necesarias, 1781-1788, vol. 1-8, discours 167, http://www-gewi.uni-graz.at/cocoon/mws/ container?pid= mws-censor&locale=de. Ed. crit. de José Miguel Caso González, Oviedo, Instituto Feijoo de Estudios del siglo XVIII, 1989.

17 CADALSO, José, Cartas marruecas, Ed. Emilio Martínez Mata, Barcelona, Ed. Crítica, 2008 [1792/1793].

18 MONTENGÓN, Pedro, Eusebio, Madrid, Cátedra, 1998 [1786/87].

19 BUFFON, Comte de, Historia natural, general y particular, escrita en francés por el Conde de Buffon. trad. de José Clavijo y Fajardo, Madrid, Joachin Ibarra, 1786-1805, 21 vol.

20 Voir BEAUMARCHAIS, Pierre Augustin Caron de, Mémoires II, s.l., s.n., s.a. [env. 1755], p. 119 sq. Goethe en tira une pièce de théâtre, Clavigo [Hamburg, 23 août 1774].

21 PETERSON, 1936, p. 257. La source de Peterson est Le Spectateur, ou le Socrate moderne, Paris, Merigot, 1755, 3 vol.

22 Il faut souligner que l’Orient a marqué les cultures européennes à différentes époques et en de nombreuses circonstances alors que l’Espagne était un des pays les plus impliqués dans l’expérience des cultures orientales. Les récits du Quijote en fournissent également un exemple tangible de la mise en fiction du sujet oriental.

23 SCUDÉRY, Madeleine de, Ibrahim ou l’Illustre Basar, Paris, A. de Sommaville, 1641-1644, 4 vol. Trad. angl. Ibrahim, ou, The illustrious bassa : the whole work, in four parts, written in French by Monsieur de Scudery and now Englished by Henry Cogan, gent. London, Printed by J. R., 1674.

24 L’ESTRANGE, Roger, Fables of Aesop and Other Eminent Mythologists; with Morals and Reflexions, London, R. Sare et al., 1692.

25 Turkish Tales ; Consisting of several Extraordinary Adventures with the History of the Sultaness of Persia and the Visiers. Written originally in the Turkish Language, by Chec Zade, for the Use of Amurath II. And now done into English, London, Jacob Tonson, 1708.

26 GALLAND, Antoine, Les mille et une nuit [sic], contes arabes traduits en français par M. Galland, Paris, Imprimerie de la Vve. Cl. Barbin, 1704-1717, 12 vol. « The English translation of his French translation (for A. Bell) was of volume five or six ». (KAY, Donald, Short fiction in The Spectator, Alabama, University of Alabama Press, 1975, p. 132.)

27 ANONYME, Arabian Nights’ Entertainments, London, A. Bell, 1706.

28 KAY 1975, p. 78 sq.

29 WATSON, Melvin R., Magazine Serials and the Essay Tradition, 1746-1820, Baton Rouge, Louisiana State University Press, 1956, p. 12, cit. d’après KAY, 1975, p. 79.

30 Spectator 85, pp. 360 sq.

31 Le Spectateur III, p. 88, cité d’après PETERSON 1936, p. 261.

32 El Pensador 45, pp. 61sq.

33 Ce lien a été souligné aussi par PETERSON 1936, p. 260.

34 CERVANTES, Miguel de, El ingenioso hidalgo Don Quijote de la Mancha, Madrid, Juan de la Cuesta, 1605, cap. IX, pp. 31-32. Transcripción de José Manuel Lucía Megías, http://quijote.bne.es/libro.html.

35 JUNQUA, Amélie, « Destruction and Survival of the Written Word in Joseph Addison’s Periodical Prose », in XVII-XVIII. La diffusion de l’écrit / Spreading the written word. Revue de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, hors série, nr. 2, 2010, RSEEAA XVII-XVIII, pp. 197-219.

36 ADDISON, Lancelot, West Barbary, or, A Short Narrative of the Revolutions of the Kingdoms of Fez and Morocco. With an account of the present Costums, Sacred, Civil and Domestick, Oxford, John Wilmot, 1671.

37 ADDISON, Lancelot, The First State of Mahumedisme : or, An Account of the Author and Doctrines of that Imposture, by the Author of the Present State of the Jews, London, Will Crooke, 1679, p. 52, cit. d’après JUNQUA 2010, p. 209.

38 El Pensador 45, pp. 62sq.

39 [CADALSO, José], Cartas marruecas del coronel Joseph Cadahalso, Madrid, Imprenta de Sancha, 1793 [publication dans le Correo de Madrid en 1789]. Concernant la filiation de ce texte avec le Pensador, l’avertissement peut en donner une idée : « Leyendo con atencion estas Cartas, se verá que el Autor trabajaba en ellas el año 1768, y asi no es de extrañar que critique algunas cosas que se han remediado ya, ó se van remediando. » (CADALSO, 1793, épigraphe)

40 Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, éd. par Denis Diderot et Jean LeRond d’Alembert, Paris, Panckoucke, 1751-.

41 Pensador 45, pp. 63sq.

42 El Pensador 45, p. 65.

43 El Pensador 45, pp. 66 sq.

44 El Pensador 45, pp. 76-77.

45 El Pensador 45, p. 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Klaus-Dieter Ertler, « Le système narratif des « spectateurs » et leur réception en Espagne : quelques vecteurs discursifs dans le Pensador de José Clavijo y Fajardo », El Argonauta español [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 15 février 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/2002 ; DOI : 10.4000/argonauta.2002

Haut de page

Auteur

Klaus-Dieter Ertler

Université de Graz, Autriche

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org