Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Pratiques journalistiques aux premiers temps de la presse espagnole (XVIII° - début du XIX° siècles)

Introduction

Elisabel Larriba

Texte intégral

1On a coutume de fixer la date de la naissance de la presse espagnole en 1661, date de la parution du premier numéro de la Gazeta de Madrid, même si, pour la forme, les manuels al uso n’omettent pas de faire référence, au chapitre préhistoire, à quelques publications qui, sous des titres divers (Avisos, Relaciones, Relaciones breves, etc.) auraient pu être les anges annonciateurs de la venue prochaine dans les états de Sa Majesté Catholique de celle qui allait bouleverser la République des Lettres. Mais on s’accorde aussi à estimer que ce n’est qu’en 1737 (date à laquelle vit le jour le Diario de los literatos de España) que cette presse sortit de l’enfance et qu’elle n’atteignit sa majorité qu’avec le décret du 10 novembre 1810 sur la liberté d’impression promulgué par la Junta Central pendant la Guerre d’Indépendance.

2Cette arrivée tardive de la presse Outre-Pyrénées permit aux rédacteurs de périodiques de bénéficier de l’expérience et de suivre les exemples de leurs aînés étrangers : les Joseph Addison et Richard Steele, qui, en 1711, avaient fondé à Londres le prestigieux Spectator, ou les éditeurs des gazettes et autres journaux qui faisaient florès dans les principaux pays du reste de l’Europe. Mais l’Espagne n’était pas l’Angleterre, terre de liberté par excellence, ni même la France, où, en matière de délit d’opinion, les lois étaient plus rigoureuses que les juges chargés de les appliquer : Cañuelo, rédacteur du Censor, ou le P. Centeno, pour avoir publié El Apologista universal, en firent l’amère expérience. En Espagne péninsulaire comme aux Indes, les « Don Quichottes du monde philosophique », avant de devenir parfois de remarquables entrepreneurs de presse, comme le baron de la Bruère, durent mettre en place, souvent en tâtonnant, de nouvelles pratiques d’écriture et de diffusion de l’information. Tenant compte des contraintes qu’imposait la double censure (préalable et étatique du Conseil de Castille, et a posteriori et religieuse du Saint Office de l’Inquisition), tâchant de répondre aux aspirations de ce public dont ils dépendaient sur le plan économique, ils mirent en place ces pratiques journalistiques qui font l’objet de cette livraison de El Argonauta español.

3Les articles qui suivent correspondent à la version revue, corrigée voire augmentée par leurs auteurs, au vu des discussions auxquelles elles donnèrent lieu, des communications qui furent présentées lors de journées d’étude organisées l’an passé à la MMSH d’Aix-en-Provence, dans le cadre du groupe L’Information en Europe méridionale, du siècle des Lumières au Temps présent, que j’ai l’honneur de diriger au sein de l’UMR TELEMME. Portant aussi bien sur l’Espagne péninsulaire que sur ses territoires d’Amérique (trop souvent oubliés dans les travaux portant sur cette période), situant le cas espagnol dans le contexte intellectuel européen, ces travaux analysent les principales difficultés auxquelles se trouvèrent confrontés tous ceux qui se donnèrent pour objectif d’informer (dans la mesure du possible) leurs compatriotes sur ce qui se débattait et se passait en ce bas monde. Ils montrent clairement que le principal obstacle que durent surmonter les éditeurs de périodiques résida dans l’impossibilité, pour qui n’était pas Pic de la Mirandole, d’embrasser l’ensemble des connaissances et de trouver le temps d’écrire la totalité des articles qui devaient constituer les feuillets impatiemment attendus par les lecteurs. Des études de cas présentées dans ce numéro de El Argonauta español, il appert que, pour surmonter cette difficulté, ils privilégièrent le recours à la traduction, au commentaire d’ouvrages publiés (favorisant la diffusion d’un genre spécifique : la critique littéraire qui sera tant en vogue au XIX° siècle), voire au plagiat. En d’autres termes, ces rédacteurs (qui étaient loin d’avoir tous les qualités des pères de El Censor) acceptèrent souvent de renoncer à leur qualité d’auteurs originaux et jouèrent le rôle d’intermédiaires, de « passeurs » culturels. Ils firent aussi appel aux collaborations extérieures (avec le « courrier des lecteurs » qui, aujourd’hui encore, demeure une rubrique incontournable des publications journalistiques, mêmes dans leurs versions numérisées). Mais, ce faisant, ils courraient le risque d’être purement et simplement dépossédés (sur le plan intellectuel) de tout contrôle sur leur propre entreprise s’ils tenaient scrupuleusement la promesse inconsidérée qu’ils avaient faite à leurs lecteurs de publier toute correspondance qui leur serait adressée, pour peu que la censure n’y trouvât rien à redire. Le Correo literario de Murcia (1792-1795) offre un exemple frappant de cette conséquence imprévue de l’appel au courrier des lecteurs. Nous aurons l’occasion de revenir sur cette question dans une prochaine livraison de notre revue.

4En fait, pour répondre aux attentes de ses lecteurs, un périodique ne pouvait être l’œuvre d’un homme seul, ni même d’une paire d’associés, même si les binômes Cañuelo – Pereira (pour El Censor), ou trinômes (Bado, Meseguer y Zamorano pour le Correo literario de Murcia ) firent des merveilles. La solution consistait en la création de sociétés de rédacteurs, autrement dit, de comités de rédactions, qui sont aujourd’hui à la base de toute structure éditoriale de journaux ou revues. Elle fut mise en œuvre très tôt (1790) à Lima, dans ces Indes dont on a trop souvent tendance à dire que les Lumières n’y furent que des « veilleuses » sans grand éclat. Une preuve de plus qu’on ne saurait faire l’histoire de la presse espagnole sans prendre en compte, du moins jusqu’à la date de leurs indépendances, celle de ses colonies d’Outre-mer.

5Nous terminerons cette brève introduction à ce numéro de El Argonauta español en exprimant un regret, voire en formulant un mea culpa : aucun des articles rassemblés ne porte, de façon spécifique, sur l’un des points qui contribuèrent le plus à conditionner les pratiques journalistiques aux premiers temps de la presse espagnole : son financement. Sauf erreur de notre part, si l’on excepte les travaux pionniers d’Enciso Recio sur la Gazeta de Madrid et le Mercurio histórico y político, cette question, fondamentale, n’a guère suscité l’intérêt des historiens et l’on se contente de rappeler en la matière la véritable révolution que constitua la mise en œuvre de la pratique de l’abonnement. Aussi, à l’instar des rédacteurs de périodiques du XVIII° siècle, invitons-nous ceux de nos lecteurs qui pourraient nous faire bénéficier de leurs lumières en cette matière à nous adresser leurs articles… et comme eux, nous devons les prévenir non pas qu’ils devront satisfaire à une quelconque censure (fi donc !) mais être soumis, comme tous, à l’approbation des experts qui seront chargés de les examiner.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « Introduction », El Argonauta español [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 28 mai 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/2038

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

Aix Marseille Université, CNRS, TELEMME, UMR 7303, 13094, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org