Navigation – Plan du site
Livraison juin: Varia

Le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz (1820-1824), un pionnier du journalisme médical

Isabelle Renaudet

Résumés

L’article analyse l’évolution du Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz publié entre 1820 et 1824 à Cadix, durant le Trienio liberal. Lié au Collège Royal de Chirurgie, le Periódico de la Sociedad Médico Quirúrgica de Cádiz fut un pionnier du journalisme médical. Francisco Javier Laso de la Vega, qui fut l’introducteur de la méthode anatomopathologique en Espagne, en constitue le membre le plus éminent. Relais des débats scientifiques européens, le Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz fut un vecteur des transferts de savoirs médicaux et un acteur d’une presse professionnelle dont la spécialisation était en marche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il s’agit de la Bibliographia médica Hispánica (1475-1950) en 2 volumes. Le premier (Volume VIII de (...)
  • 2 On notera que cette date est relativement tardive si l’on tient compte que dans le nord de l’Europe (...)
  • 3 Mort du roi Ferdinand VII qui marque en même temps la fin de l’Ancien Régime espagnol.
  • 4 Sur ce point, on consultera LÓPEZ PIÑERO, José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo (...)

1Alors que le journalisme médical connaît son âge d’or durant le second XIXe siècle, la date de parution précoce du Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz (1820) souligne l’originalité de son parcours. Les travaux menés par José María López Piñero et María Luz Terrada1 ont montré en effet qu’entre 1736, date de parution de la première publication médicale2, et la césure majeure que constitue l’année 1833 dans l’histoire politique espagnole3, la presse médicale est restée très embryonnaire puisque, en environ un siècle, seuls 18 titres ont circulé sur le marché. Pionnier du journalisme médical, le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz naît en outre dans un environnement dominé par l’indigence de l’activité scientifique4 propre au règne de Ferdinand VII (1814-1833). D’une part, le processus d’échanges de l’Europe vers la péninsule est interrompu par la réaction absolutiste. D’autre part, l’exil qui frappe les afrancesados et les libéraux renforce l’isolement culturel du pays. Significativement d’ailleurs, sur les 18 publications médicales parues entre 1736 et 1833, la majorité l’ont été avant 1820 (13), seuls 5 titres ayant vu le jour entre 1820 et 1833. L’initiative prise par la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz de publier un organe en 1820 (au moment du trienio libéral) est en ce sens tout à fait remarquable. Comment ce projet a-t-il pris corps ? En quoi consiste-t-il ? On tentera de répondre à ces questions à partir de l’analyse de quelques-uns des axes forts de cette revue.

I - Genèse d’une création

  • 5 Puis par l’Imprimerie de Don José Niel, Calle de San Francisco, Cadix. Cité dans GIL NOVALES, Alber (...)
  • 6 La collection a été consultée à la Bibliothèque Nationale d’Espagne où elle est conservée. Elle est (...)

2Partie visible d’une entreprise collective dont les origines sont antérieures à 1820, le Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz est une revue de parution trimestrielle, imprimée par la Casa de la Misericordia de Cadix5. La revue forme une collection de quatre volumes6 correspondant à deux périodes de son histoire Tributaire du contexte du Trienio, elle cesse ainsi de paraître une première fois en 1823, date qui marque la fin de l’expérience libérale. Si elle est publiée de nouveau au cours de l’année 1824, selon une périodicité mensuelle, elle ne survit pas toutefois au démantèlement des Académies de médecine du royaume ordonné en septembre 1824. Entre 1820 et 1824, le Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz aura donc dû faire face aux aléas d’une vie politique tumultueuse et à la suppression d’une institution qui cristallise les velléités d’organisation de la vie scientifique. Le premier volume (1820) comprend 404 pages, le second (1821) 420 pages, le troisième (1822) 336 pages, le quatrième (1824) 286 pages. Chaque numéro est d’environ cent pages, les quatre numéros annuels des années 1820 à 1822 paraissant à dates fixes : le 22 janvier, le 24 avril, le 22 juin, le 23 octobre.

3L’environnement dans lequel le projet est né (la ville de Cadix), tout comme la personnalité des acteurs qui l’impulsent, confèrent au Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz un statut d’exception. Si la revue est lancée au temps du Trienio, l’idée de sa publication est pourtant antérieure. L’équipe qui en prend la direction œuvre en effet depuis plusieurs années au renouveau de la médecine espagnole. Tout autant que la conjoncture qui préside au lancement de la revue compte donc le milieu dans lequel elle a pris racine.

1 - Le laboratoire gaditan

  • 7 BARTOLEMEI, Arnaud, La Bourse et la vie : destin collectif et trajectoires individuelles des marcha (...)
  • 8 CASTRO, Adolfo de, Historia de Cádiz de 1814-1820, Cádiz, Diputación de Cádiz, 1982.
  • 9 BUTRÓN PRIDA, Gonzalo, « Elite local, poder y cambio político en Cádiz del Antiguo régimen al liber (...)
  • 10 On renverra sur ce point à FERRER, Diego, Un siglo de cirugía en España: Historia del Real Colegio (...)

4Ce milieu renvoie à la ville de Cadix, riche place du négoce. Largement ouverte sur l’Atlantique et sur l’Empire espagnol, Cadix est une ville cosmopolite où l’influence des communautés étrangères implantées localement est forte7. Réelle sous l’Ancien Régime, cette vitalité économique s’essouffle cependant durant le premier tiers du XIXe siècle parallèlement au processus d’émancipation des colonies américaines8. On sait par ailleurs le rôle joué par Cadix dans le paysage libéral national. La rédaction de la Constitution de 1812 en ce lieu a renforcé cet ancrage, maintenu vivant par une bourgeoisie commerçante qui domine très largement la vie politique locale, comme l’a montré Gonzalo Butrón Prida dans sa contribution à l’ouvrage El primer liberalismo en Andalucía (1808-1868). Política, economía y sociabilidad9. Les fonctions municipales incombent ainsi majoritairement à cette bourgeoisie du négoce et dans une moindre mesure aux militaires. Si cette matrice idéologique est essentielle à prendre en compte dans la genèse du projet du Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz le dynamisme des sciences médicales localement l’est plus encore. En ce domaine a été décisive l’implantation en 1728 du premier Collège royal de Chirurgie que l’Espagne ait connu10. La création de ce collège par la monarchie répondait à un objectif précis : rénover les structures sanitaires en fournissant à la Marine un personnel médical de qualité. L’enseignement dispensé fut pensé dans ce but. Les élèves y recevaient une formation en médecine et en chirurgie, disposition novatrice dans la mesure où la séparation entre ces deux disciplines restait une réalité dans le système universitaire chargé de former le personnel médical civil. L’attention portée aux savoirs et pratiques de l’art de soigner venus de l’étranger y était en outre très grande. Placé à la tête du collège, Pedro Virgili mit en place un système de bourses pour favoriser des séjours à l’étranger qui servit de vecteur à ces transferts. La composition de la bibliothèque du collège, très cosmopolite, témoigne également de cette ouverture sur la médecine européenne. Le milieu médical gaditan hérite donc d’une riche tradition fondée sur le prestige du Collège royal de chirurgie d’une part et de l’autre sur une propension marquée de ses élites aux échanges culturels et scientifiques avec les autres pays d’Europe. La création de la société médico-chirurgicale de Cadix en 1817 atteste de cette double tradition.

2 - Les origines de la Sociedad médico-quirúrgica de Cádiz

  • 11 Cité dans FERRER Diego, Un siglo de cirugía en España: Historia del Real Colegio de Cirugía de Cádi (...)
  • 12 Idem.

5La naissance de la Sociedad médico-quirúrgica de Cádiz résulte d’un processus complexe. Elle est l’héritière d’une société plus ancienne fondée le 23 avril 1785, la Sociedad Médica Gaditana de San Rafael. Cette société affiche d’emblée sa volonté d’établir des contacts avec les écoles médicales européennes et survit tant bien que mal jusqu’au retour sur le trône de Ferdinand VII en 1814 date à laquelle elle disparaît. Lui succède en décembre 1817 la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz créée à l’initiative de « professeurs du Collège et de membres de la Marine »11. Deux noms se détachent parmi ses créateurs : celui de Carlos Francisco Ameller, sous la présidence duquel la société est placée et qui occupe alors la charge de directeur du collège royal de chirurgie, et celui de Francisco Javier Laso de la Vega, nommé secrétaire. Les statuts de la société sont approuvés par le Conseil suprême de Castille en avril 1818. Ses domaines d’élection touchent à la physique, à la chimie, à l’histoire naturelle, à l’anatomie, à la physiologie, à l’hygiène, à la pathologie générale, aux matières médicales, à la médecine, à la chirurgie pratique et à la médecine légale12. De par la fonction de ses fondateurs, les liens entre Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz et collège, ont donc été d’emblée très étroits.

  • 13 « Ametller y Clot, Carlos Francisco », GIL NOVALES, Alberto, Diccionario biográfico del Trienio lib (...)

6Carlos Francisco Ameller (orthographié aussi Ametller) y Clot est né en 1753 à Barcelone et mort à Cadix en 1835. Il réalise ses études au sein du Collège de chirurgie de Cadix à partir du 21 août 1771. Au-delà de l’année 1772 et jusqu’en 1783, il sert comme chirurgien dans la marine. Le 30 juillet 1783 il réintègre le Collège où il enseigne la physique. Sa carrière s’y déploie par la suite : après avoir été son secrétaire en 1789, il en devient le vice-directeur intérimaire en 1800, le directeur intérimaire en 1804, puis le directeur titulaire en 1805. Le collège ayant reçu la faculté de conférer le grade de docteur en médecine, Ameller est le premier à en bénéficier le 3 septembre 1810. Bien que partisan du trienio, il reste à la tête du Collège jusqu’à sa mort en 1835. Il a donc traversé les « vicissitudes politiques » comme le souligne la notice que lui consacre le Diccionario biográfico del Trienio liberal13.

  • 14 Sur ce point, on renverra à l’étude de CARRILLO, Juan L., Juan Manuel de Aréjula (1755-1830). Estud (...)
  • 15 « Juan Manuel Aréjula », GIL NOVALES, Alberto, Diccionario biográfico del Trienio liberal, op. cit.(...)

7En 1821 la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz compte 15 membres: Serafín Sola, son président, Rafael Ameller, José Benjuméda, Francisco Puga, Francisco Javier Laso, Leonardo Pérez, Juan Antonio Iniesta, Joaquín Solano, Bartolomé Mellado, Alonso García, José Villalva, Nicolás María Carmona, Manuel María Mansera, Teodoro Madrazo, Ignacio Ameller, enfin, qui est son premier secrétaire. L’association est placée en outre sous la protection de deux personnalités de premier plan, Carlos Francisco Ameller qui nous est connu et Juan Manuel Aréjula. Né en 1755 dans la province de Cordoue, Aréjula a intégré le Collège de Cadix le 7 octobre 1772. De 1775 à 1784, il sert dans la marine en tant que chirurgien major et séjourne à plusieurs reprises en Amérique où il observe les effets de la fièvre jaune. Entre 1784 et 1791, il complète sa formation en France en étudiant la chimie auprès de Fourcroy dont il est un des disciples. A son retour à Cadix, il est nommé professeur au Collège où il enseigne la chirurgie, la chimie et les mathématiques médicales, ainsi que la botanique. Il occupe les fonctions de sous-directeur aux côtés d’Ameller en 1805 et 1809. Ses travaux sur l’épidémie de fièvre jaune qui éclate en Andalousie au début du XIXe siècle contribuent à sa notoriété14. Ses idées libérales nuisent cependant à sa carrière et la réaction absolutiste conduit à sa marginalisation. Il participe au soulèvement de Cadix le 24 janvier 1820 et revient au premier plan pendant le Trienio : membre de la Dirección general de Estudios et doyen du Tribunal du Protomedicato en 1821, il est chargé d’entreprendre une réforme des études médicales. Son activité politique l’oblige cependant à prendre le chemin de l’exil en 1823 à la fin de l’expérience du Trienio. Réfugié en Grande-Bretagne, il meurt à Londres en 183015.

  • 16 « Laso de la Vega y Orcajada Francisco Javier », GIL NOVALES Alberto, Diccionario biográfico del Tr (...)
  • 17 FERRANDIZ ARAUJO, Carlos, Biografía del médico cartagenero F. J. Laso de la Vega y Orcajada (1785-1 (...)
  • 18 Cité dans López Piñero José María, Historia de la medicina española, Valence, Ajuntament de Valenci (...)

8Si la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz se développe sous la protection des deux figures tutélaires que sont Ameller et Aréjula, c’est toutefois Francisco Javier Laso de la Vega y Orcajada qui en reste la clef de voûte. Membre fondateur de l’association, il sera par ailleurs le principal rédacteur de la revue. Né à Carthagène en 1785, mort à Cadix en 1836, Laso de la Vega est le fils d’un sergent de la marine dont la carrière se déroule d’abord à Carthagène, puis à Cadix. Francisco Javier fait ses études au Collège de Cadix où il obtient sa licence en chirurgie en 1806. Il complètera sa formation en devenant plus tard licencié en médecine en 181716. Au cours de ses études, son goût pour les travaux anatomiques s’affirme, comme le souligne l’un de ses biographes17. Il est nommé chirurgien dans la marine en juin 1808 et combat contre les Français pendant la Guerre d’Indépendance. S’il sert sur les navires engagés dans les combats, il soigne aussi à terre. Ses compétences chirurgicales sont mises à profit dans la province de Badajoz en 1809 où, après la bataille de Medellín, il est affecté dans un hôpital de campagne. Ce poste lui permet de réaliser de nombreuses autopsies qui confirment son penchant, nous y reviendrons, pour la médecine anatomo-clinique. En 1810 de retour à Cadix, il combat l’épidémie de fièvre jaune qui s’y est déclarée. Chargé de veiller à l’état sanitaire du port, il fait ses premières armes sur le terrain de l’épidémiologie. En 1813, il est nommé professeur suppléant de médecine pratique au Collège de chirurgie de Cadix, puis en 1821 professeur numéraire. En 1825, il obtient son doctorat en médecine. En 1831, il est nommé à la tête de la chaire d’histoire de la médecine et de bibliographie médicale qu’il occupe jusqu’à sa mort18.

  • 19 Prospecto del periódico que va a publicar la sociedad médico-quirúrgica de Cádiz, 1820, p. 1.

9Les éléments biographiques du fondateur de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz comme de ses protecteurs témoignent donc de l’interpénétration étroite entre le collège de chirurgie gaditan et la société qui lance le périodique éponyme en 1820. Un petit noyau d’hommes préside aux destinées des deux institutions. Leurs activités se déploient entre enseignement de la chirurgie et de la médecine et exercice professionnel. Les statuts de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz révèlent en outre leur goût pour la diffusion des savoirs. L’objectif essentiel de la société est en effet de recueillir les avancées marquantes des sciences naturelles dont l’application serait utile à l’art de soigner afin de leur donner une publicité et de les porter à la connaissance de ceux qui cultivent la passion de la connaissance, qualifiés de « amantes de la literatura »19. Dans cette perspective, la publication d’une revue constitue un tournant. Dans le cadre de la mission que la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz s’assigne de « propager les lumières acquises », la fonction dévolue à son périodique sera de se substituer au journalisme médical étranger qui assure une diffusion tardive de l’actualité scientifique (compte tenu du délai d’acheminement des abonnements) et dont les lecteurs prenaient en outre connaissance en français ou en anglais. Le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz aspire donc à combler une lacune sur le marché de la presse médicale, si tant est que ce terme de marché ait un sens compte tenu de l’étroitesse de l’offre. L’environnement culturel qui préside au lancement de la revue mérite de ce point de vue d’être éclairé.

3 - Le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz

  • 20 Parti de Las Cabezas de San Juan, la révolution s’étend en Andalousie entre le 27 janvier et le 13 (...)
  • 21 Ils sont conduits entre autres par Nicolás Santiago Rotalde. Vauchelle Aline, « El Dardo : périodiq (...)

10Un double jeu d’échelle doit être pris en compte à ce stade de l’analyse. Il met en jeu les temporalités différentes dans lesquelles s’inscrivent la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz d’une part et la revue qu’elle fait paraître d’autre part. L’histoire de la société, commencée en 1817, se déploie pendant tout le règne de Ferdinand VII dont on a dit qu’il avait été peu propice à l’essor des échanges scientifiques. L’histoire de la revue en revanche est intimement liée à la parenthèse du Trienio libéral (1820-1823), instauré à la suite du soulèvement du colonel Riego en Andalousie, le 1er janvier 1820. On sait que ce mouvement révolutionnaire, qui a pour but de rétablir la constitution de 1812, s’impose difficilement au pays20. A Cadix ainsi, le 24 janvier 1820, le plan des libéraux qui veulent rallier la population à Riego, échoue21. En mars toutefois, la révolution l’emporte et le régime constitutionnel qui s’ouvre constitue une rupture dans l’histoire du règne de Ferdinand VII.

  • 22 GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823), op. cit., Volume II, p. 1032.
  • 23 Organe animé par le fougueux Santiago Rotalde (1783-1833).
  • 24 SÁNCHEZ HITA, Beatriz, José Joaquín de Clararrosa y su “Diario gaditano” (1820-1822): ilustración, (...)
  • 25 Idem, p. 94.

11Ce temps court est mis à profit par les fondateurs de la revue pour concrétiser leur idée puisque liberté est accordée à tout type de publication. Le premier numéro voit donc le jour en janvier 182022, alors que le journalisme gaditan fait preuve d’un véritable dynamisme. Comme l’ont montré les travaux de Beatriz Sánchez Hita, si avant le Trienio un seul organe existait à Cadix (El Diario mercantil), on assiste à partir de 1820 à une éclosion de titres : La Gaceta patriótica del Ejercito nacional, El Telescopio político23, El Celador de la constitución, El Despertador24. Les tendances les plus radicales sont représentées en outre, notamment à partir de 1821-1822 où le libéralisme exalté et le mouvement comunero s’affirment en tant que force politique. Signalons parmi les journaux de ce type, disponibles sur la place gaditane, El Gorro, El Perrito, El Espectador, El Azicate de los enemigos de la Constitución, El Descamisado, El Constitucional de Cádiz25. L’expérience libérale qui s’ouvre en 1820 comme l’ambiance qui règne à Cadix ont donc constitué un terreau favorable à la publication du Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz.

  • 26 « Acta de la sesión extraordinaria que celebro esta Sociedad en la noche del 13 de abril de 1820 », (...)

12Le contexte particulier dans lequel naît la revue éclaire donc les relations de ses fondateurs avec le libéralisme. Le compte rendu de la session extraordinaire que la société organise le 13 avril 1820 l’indique. Le rétablissement de la constitution de Cadix de 1812 est perçu très positivement par ses membres qui y prêtent serment. La tonalité de l’article témoigne de leur engagement : la Pepa en permettant de « déterrer de notre sol le funeste système d’oppression » qui y sévissait sera en mesure de « fixer pour toujours les libertés des Espagnols ». L’époque qui s’ouvre est qualifiée de favorable pour ceux qui s’adonnent au commerce des idées compte tenu de la suppression de la censure qui conduisait les auteurs par méfiance à se contraindre dans l’exposition des idées les plus utiles et nécessaires26.

  • 27 FERRER, Diego, Un siglo de cirugía en España: Historia del Real Colegio de Cirugía de Cádiz, op. ci (...)
  • 28 « Juan Manuel Aréjula », GIL NOVALES Alberto, Diccionario biográfico del Trienio liberal, op. cit., (...)

13Au-delà de cette adhésion de principe à l’idéologie libérale, la participation de certains des membres de la Société au mouvement révolutionnaire qui secoue Cadix le 24 janvier 1820 est avérée. Rafael Luis Ameller et Ignacio Ameller y Ros sont parmi eux, selon Diego Ferrer 27. Les liens entre Juan Manuel Aréjula et la franc-maçonnerie sont par ailleurs connus28. Des nuances sont cependant perceptibles en termes d’engagement entre ces médecins gaditans. Tous ainsi ne sont pas victimes de la répression qui se déchaîne lors de la década ominosa, une fois la fin du régime constitutionnel acquise en octobre 1823. Et si Juan Manuel Aréjula est contraint à l’exil, les deux piliers du Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz (Ameller et Laso de la Vega) conservent leur fonction au sein du collège.

  • 29 La vie politique gaditane est particulièrement agitée durant le Trienio. On renverra sur ce point à (...)

14Ces éléments témoignent qu’en dépit de l’affiliation aux idées libérale de ses fondateurs, la revue reste à l’écart des débats politiques qui agitent la société espagnole et gaditane29 entre 1820 et 1823. Elle demeure en fait fidèle à la mission qu’elle s’est assignée : favoriser l’essor des sciences en général et de la médecine en particulier. Elle traite ainsi exclusivement de sujets intéressant les hommes de l’art. Dans ses pages souffle donc moins un vent d’émancipation qu’un vent de modernité scientifique.

II - Un outil au service de la modernité scientifique

  • 30 « Discurso preliminar », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, 1820, Volume 1, p. VI (...)

15Le discours préliminaire30 qui introduit le premier numéro du périodique traduit l’optimisme des membres de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz à l’heure de lancer leur revue. Retraçant l’histoire de la médecine occidentale dans une perspective téléologique, cet article met en lumière les avancées médicales du XIXe siècle : après le temps de l’enseignement hippocratique et galénique, puis de l’époque médiévale marquée par l’influence arabe, un « troisième âge de la médecine » s’est ouvert, le plus « brillant » d’entre tous. Le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz entend participer de ce « troisième âge » en contribuant à l’élaboration et à la diffusion des savoirs. Le projet de ses fondateurs est en effet de mettre à la disposition des membres du Collège et, au-delà, du public de la revue, un outil en mesure d’étancher leur soif de connaissances.

1 - « Boire aux sources de la médecine »

  • 31 Idem, p. XI.
  • 32 « Descripción de dos plantas nuevas halladas en los contornos de Sevilla », Periódico de la Socieda (...)

16Cet objectif est énoncé à travers cette métaphore invitant les lecteurs à « boire aux sources de la médecine »31. Les chemins empruntés pour atteindre ce noble but sont des plus divers. Ils conduisent en premier lieu vers les autres sciences. Aux côtés des articles proprement médicaux, une partie du corpus relève en effet de l’histoire naturelle et de la botanique. Les articles de ce type sont certes loin d’être majoritaires puisqu’ils ne représentent que 5% du total. Mais leur présence témoigne d’un certain éclectisme, d’autant que les thèmes abordés sont moins traités en tant que sciences auxiliaires de la médecine que pour eux-mêmes. Ces articles s’inscrivent par là dans une tradition d’érudition scientifique qui renvoie notamment à la pratique consistant à herboriser, représentée par la communication faite à la société par l’un de ses membres, en 1824 intitulée Description de deux plantes nouvelles trouvées dans les environs de Séville32. Même si leur présence dans la revue est marginale, les articles relevant des autres sciences que la médecine rattachent donc le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz à un modèle de presse qui a connu son apogée au siècle des Lumières où la polyvalence des centres d’intérêt était nettement marquée.

17Reste que la vocation strictement médicale de la revue est avérée. L’atteste en premier lieu la part de l’information de type médical proprement dit, qui représente 45% du corpus (soit 83 articles sur 184). Ces 83 articles renvoient à deux types de contributions.

  • 33 La rubrique médecine se décline elle-même en trois sous-ensembles : médecine, médecine pratique, ma (...)

18Les premières prennent place dans le cadre de rubriques récurrentes d’un numéro à l’autre. Elles sont occupées majoritairement par des articles relevant de la médecine (36% du total33), de la chirurgie (13%), de l’hygiène publique (18%). 11% en outre se répartissent entre divers sujets relevant des rubriques correspondant à la pharmacie (2 articles), à l’obstétrique (1 article), à l’anatomie pathologique (2 articles), à la pathologie (1), à la thérapeutique (1), à la chimie (2). Cette énumération appelle plusieurs remarques. Permettant de sérier l’information en fonction du domaine abordé, cette ventilation annonce un processus de spécialisation des professions médicales qui deviendra une réalité au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. Encore sommaire, cette répartition par disciplines remplit une fonction évidente : guider le lecteur en l’aidant à sélectionner l’information de son choix. Elle reflète en second lieu le mode de fonctionnement de ce journalisme médical encore balbutiant. Ces rubriques sont en effet pour la plupart alimentées par des articles des membres du collège. Leur enseignement associé à l’exercice de la médecine déployé dans le cadre de cet établissement constitue donc le fondement de leurs contributions. Les matières médicales qu’ils professent occupent ainsi une part importante dans l’espace rédactionnel de la revue. On notera toutefois que la chirurgie, art qui fut à l’origine de la création du Collège, n’est pas prédominante dans l’ensemble envisagé. Le périodique se révèle en fait beaucoup plus réceptif à la médecine (à qui 30 articles sont consacrés) et à l’hygiène publique (15 articles), ce qui témoigne de l’attention portée aux questions de santé publique.

19Le second type de contribution qui rattache le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz au registre de la presse professionnelle met en jeu les articles originaux intéressant la médecine (22%). Signées des membres de la société (10 cas sur 18), de collaborateurs extérieurs (7 cas) ou reproduites à partir de travaux publiés à l’étranger (1 cas), ces études occupent une place centrale dans l’économie des savoirs médicaux qu’elles contribuent à enrichir. Parmi les thématiques abordées, une prédomine qui concerne la question épidémiologique (6 articles). Les études cliniques (5 cas) sont également bien représentées témoignant d’une fonction appelée à devenir centrale dans la presse médicale : octroyer une visibilité à leurs auteurs du fait de la publicité donnée à leurs observations. Le reste des contributions touche à des domaines plus classiques : enseignement de la médecine (2 articles), sciences auxiliaires (chimie et pharmacie médicales, 3 articles), thermalisme (1 article), défense de la médecine espagnole (1 article).

20A cette information de type médical renvoyant à des contributions originales s’ajoute celle issue de la rubrique « Littérature médicale ». Occupant 35% de l’espace rédactionnel, cette section se nourrit d’articles reproduits de la presse professionnelle nationale comme étrangère et remplit une fonction explicite : tenir les lecteurs informés de l’actualité scientifique et éditoriale en mettant à leur portée les avancées de la discipline.

21La revue sert enfin d’organe de liaison entre ses membres et de vitrine à la société. Relèvent de cette fonction classique les comptes rendus de ses assemblées, les discours qui y sont prononcés, la publication de la liste de ses membres, des mémoires, et ouvrages remis à sa bibliothèque, la publication de son budget, les liens entretenus avec d’autres sociétés savantes (soit 6% du corpus).

22Les fonctions assignées à la presse professionnelle sont donc bien présentes dans le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz. L’information médicale y prédomine largement, puisque 5% du corpus seulement relève d’autres disciplines. Cette vocation médicale est rendue visible par la part occupée par les contributions originales (45% du corpus) et la rubrique littérature médicale (35%), majoritaire. S’y l’on y ajoute la section « Observations météorologiques » (9% de l’espace rédactionnel) sur laquelle on reviendra, on mesure l’importance que représentent les sujets proprement médicaux dans l’espace rédactionnel de la revue (soit 89%). Parmi les articles portant sur les avancées de la discipline, une catégorie se dégage : les études cliniques. L’exemple du Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz montre que ce genre n’est pas encore très répandu. Mais il fonctionne déjà comme une sorte de tribune permettant à leurs auteurs d’exposer leurs observations et d’enrichir l’exercice de la profession. Face à ce bloc constitué par la couverture de sujets médicaux, les autres articles sont réduits à la portion congrue, notamment ceux qui se rattachent à la vie de la société médico-chirurgicale de Cadix et aux liens entretenus avec d’autres associations (6% du corpus).

23Cette étude de contenu met en valeur l’originalité du Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz. L’étude de José María López Piñero et María Luz Terrada, citée plus haut, a montré en effet que les premières publications de la fin du XVIIIe et du début du XIXe siècle ne relèvent pas encore de ce que l’on appellera le journalisme médical. La presse n’est pas encore conçue comme un instrument servant à publier de nouveaux travaux. Sa fonction est alors plutôt de relayer le livre médical en divulguant l’information qui y est contenue ou de diffuser les activités des académies scientifiques. En outre, ces revues ne sont pas encore véritablement spécialisées, l’information qu’elles diffusent s’inscrivant dans plusieurs champs de la science : sciences naturelles, physiques, chimiques, médicales, mais aussi philosophiques et littéraires. Ces données témoignent que le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz se situe à l’articulation de deux étapes de l’histoire du journalisme médical. La polyvalence des centres d’intérêt de ses prédécesseurs n’est plus qu’une survivance dans ses pages. En revanche, cette revue participe très largement d’un modèle de presse spécialisée qui deviendra dominant sous le règne d’Isabelle II, articulé autour de trois piliers : la diffusion scientifique, le partage d’expériences dans le cadre de l’exercice du métier, la visibilité du groupe soudé autour de son identité professionnelle.

24Gardons-nous toutefois de biaiser l’étude de ce périodique par cette lecture à laquelle invite l’évolution ultérieure du journalisme médical. C’est moins ainsi un pionnier que la revue aspire à être qu’un acteur des débats de son temps.

2 - Le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, acteur des débats de son temps

25La revue s’inscrit en effet pleinement dans les courants de la médecine de son époque. L’approche de la maladie qu’elle postule en témoigne de façon significative. La médecine pré-pasteurienne qui domine alors pousse à rechercher l’origine des pathologies dans le milieu extérieur plutôt que dans l’organisme humain comme la théorie microbienne y incitera. Le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz fait donc du milieu de vie un facteur jugé fondamental sur le plan sanitaire. L’état de santé des patients est présenté dans cette perspective comme dépendant de la saison, de l’état de l’atmosphère, de la salubrité de l’environnement. Cette conception explique le rôle essentiel joué par la rubrique intitulée Observaciones meteorológicas: reportant pour chaque trimestre le relevé des données thermométriques, barométriques et hygrométriques, elle est suivie de l’exposé de la constitution médicale de la localité, énumérant les maladies et autres affections dominantes relevées durant la même période ainsi que de la table des décès. Occupant 9% de l’espace rédactionnel de la revue, cette rubrique se distingue par la régularité de sa présence : 5 articles en relèvent en 1820, 4 en 1821, 4 en 1822, 4 en 1824.

  • 34 LÓPEZ PIÑERO, José María, « La escuela de Cádiz y la introducción en España de la medicina anatomoc (...)
  • 35 Francophone, Laso traduit régulièrement des articles de la presse médicale française ou des extrait (...)

26Si le lien établi entre morbidité et climat est attesté dans ses pages, le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz n’en défend pas moins des positions plus novatrices, notamment pour ce qui concerne la méthode anatomo-clinique. Cette méthode milite en faveur d’une médecine pratique fondée sur une double observation : observation des symptômes de la maladie lorsqu’elle se déclare, observation des lésions constatées sur les organes, après la mort, lorsqu’une autopsie est pratiquée. La méthode anatomo-clinique assigne en effet aux nécropsies, comme on les désigne alors, une fonction centrale en permettant de vérifier le diagnostic émis avant le décès du patient. Elle reste le plus sûr moyen de déchiffrer l’origine et les effets des maladies jusqu’à ce que de nouveaux moyens d’explorer le corps souffrant ne se développent entre la seconde moitié du XIXe siècle et le XXe siècle. L’essor de l’anatomo-clinique témoigne de la place que l’observation prend de plus en plus dans la médecine au détriment des systèmes philosophiques à partir desquels le malade était appréhendé jusqu’alors. Elle s’exerce tout particulièrement au sein des hôpitaux qui permettent l’observation au chevet des malades et pourvoient les hommes de l’art en cadavres. Dans les années 1820, cette méthode qui s’est affirmée à la fin du XVIIIe siècle, ne peut être considérée comme nouvelle. Le fait que les journalistes du Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz en soient des adeptes n’en est pas moins significatif. Eu égard au retard scientifique de l’Espagne, ce parti pris est en effet signe de modernité. Il fait du collège de chirurgie de Cadix un foyer ouvert aux savoirs élaborés à l’étranger, notamment en France où l’école anatomo-clinique de Paris rayonne à travers les travaux de Bichat, Laennec et Broussais en attendant ceux d’Armand Trousseau. La figure de Francisco Javier Laso de la Vega, véritable pilier du périodique, octroie une tonalité militante à cette affiliation. Dès ses études, puis alors qu’il sert dans l’armée, Laso de la Vega a montré l’intérêt qu’il vouait aux autopsies. Sa carrière d’enseignant a conforté la pratique de cet art dans l’exercice de son métier. Le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz ne fait donc que relayer les convictions anatomo-cliniques de Laso de la Vega, déjà bien implantées. Sur ce point l’analyse de José María López Piñero est éclairante qui a montré le rôle de Laso de la Vega dans l’introduction de cette méthode en Espagne34. Dans le cadre de la revue, la défense de cette approche de la maladie et du malade aura été en tout cas déterminante : elle témoigne de son engagement envers une médecine pratique fondée sur l’observation ; en outre, elle met en lumière son rôle de passeur de savoirs, entre la France et l’Espagne35.

27Acteur des débats de son temps, le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz l’est aussi au sujet de la fièvre jaune. L’état des savoirs est rudimentaire à cette époque sur cette maladie virale aigüe qui fait des ravages en Espagne, notamment en Andalousie depuis le début du siècle. Le fléau y sévit régulièrement, en 1800, 1803, 1804, 1810, 1811,1813, 1817, 1818, 1819. On s’explique mal dans les années 1820 l’origine de ce mal. Considérée comme contagieuse par les partisans des thèses contagionnistes qui attribuent la transmission des maladies à des germes spécifiques aux différentes pathologies, la fièvre jaune ne l’est pas pour d’autres qui voient dans l’environnement sanitaire le laboratoire où s’élaborent les fièvres. C’est en 1881 que le processus de transmission de la maladie par la piqûre de moustiques sera établi et en 1901 que son origine infectieuse sera démontrée. Au début des années 1820, cette question est en tout cas très présente dans la revue compte tenu de la récurrence des épisodes épidémiques qui frappent Cadix et sa région.

  • 36 MELLADO, Bartolomé, « Consideraciones sobre el origen e introducción de la fiebre amarilla en las p (...)
  • 37 RODRÍGUEZ, Claudio Francisco, « Sencilla descripción de los principales síntomas que caracterizan l (...)
  • 38 GIL Y ALVENIZ, Manuel, « Descripción histórica médica de la epidemia general padecida en los años d (...)
  • 39 « Oficio dirigido por el Sr Alcalde I° constitucional del Puerto de Santa María a la Sociedad Médic (...)

287 articles y sont consacrés en 1820, 4 en 1821, 3 en 1822, 4 en 1824. Or sur ces 18 articles, 11 s’interrogent sur les facteurs provoquant ce fléau et surtout sur son caractère contagieux ou non36. Le reste des articles aborde respectivement la question des symptômes (1 cas)37, le récit des épidémies (4 cas)38, les moyens de s’en prévenir (2 cas)39. Si l’étiologie de cette maladie reste donc très incertaine, l’attention qui y est portée n’en est pas moins remarquable. Le foyer épidémique que constitue l’Andalousie l’explique. La vigilance de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz s’exerce à ce sujet doublement : au niveau de l’élaboration des théories en cours qu’elle relaye, mais aussi sur le terrain où elle est amenée à intervenir en cas d’urgence à la demande des autorités publiques locales.

29La contribution de la revue au débat d’idées est donc réelle. Si l’apport de ses membres à la réflexion sur les savoirs est active l’est tout autant l’intérêt qu’elle porte à la « nouveauté médicale ».

3 - Le traitement de la nouveauté médicale

  • 40 BOURDELAIS (Patrice), FAURE (Olivier), Les nouvelles pratiques de santé, XVIII-XXe siècles, Paris, (...)
  • 41 Cette démarche prend le parti d’envisager le processus de médicalisation non pas uniquement comme u (...)

30La fécondité d’une interrogation sur le « nouveau » en médecine est démontrée dans l’introduction à l’ouvrage de Patrice Bourdelais et Olivier Faure sur Les nouvelles pratiques de santé, XVIII-XXesiècles40. Le XIXe siècle, durant lequel la médecine cesse d’être un art pour devenir une science, constitue un cadre pertinent pour une telle approche tant les avancées sont nombreuses. L’une des pistes ouvertes par ces auteurs consiste à appréhender la nouveauté non pas du point de vue des médecins mais des patients41. Impossible à explorer ici à partir d’une source donnant la parole exclusivement aux hommes de l’art, cette voie a été délaissée au profit d’un autre poste d’observation qui vise à saisir cette notion de nouveauté médicale non pas sous l’angle des savoirs, mais des objets et des gestes. Tout comme le discours sur la maladie occulte souvent les pratiques de soins, de même l’importance prise dans l’espace rédactionnel de la revue par les savoirs a tendance à reléguer à la portion congrue la part des objets et des gestes dans l’exercice de la médecine.

  • 42 Auscultation consistant à appliquer l’oreille sur le thorax du patient ; « Auscultación mediata », (...)
  • 43 PETER, Jean-Pierre, « De la diagnose hippocratique au "geste médical". Un parcours dans la relation (...)

31On s’intéressera à la suite à l’un de ces objets promis à un long avenir et qui a révolutionné le diagnostic : le stéthoscope. Le stéthoscope offre un exemple d’instrument ayant entraîné la naissance d’un nouveau geste médical, par la percussion sur le thorax et l’écoute au moyen de l’auscultation. Significativement d’ailleurs, c’est ce geste qui donne son titre à l’article paru dans la revue en 1822 (L’auscultation médiate42) et non l’objet en lui-même. On mesure par là l’importance du geste en médecine : se déclinant en un catalogue d’actes les plus divers (exploratoire, réparateur, chirurgical, etc…), il participe de l’art de soigner au point d’en constituer une des représentations les plus classiques43. La lecture de cet article de 1822 rédigé par Laso de la Vega appelle plusieurs remarques.

  • 44 Paru en 1819 à Paris.
  • 45 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., p. 36.

32L’œuvre de Laennec (Auscultation médiate ou traité du diagnostic des maladies du poumon et du cœur fondé principalement sur ce nouveau moyen d’exploration44) traduite ici est inscrite d’emblée dans le registre des livres importants de par « la nouveauté de leur objet » et en tant qu’ils sont jugés « indispensables au médecin dans sa pratique »45. Le caractère nouveau de l’objet médical présenté aux lecteurs est donc bien avéré ici.

  • 46 Un ouvrage auquel Mazet a collaboré paraît en 1820 à Paris sur ce thème. Rédigé par Etienne Pariset (...)

33Cet article illustre en outre le circuit des transferts de savoirs entre France et Espagne, dont Laso de la Vega a été un agent actif. Mis au point par Laennec en 1819, le modèle de stéthoscope dont la revue présente une reproduction, a été remis depuis Paris à Laso de la Vega par un médecin français de ses amis, le Docteur André Mazet. Mazet, qui a séjourné à Cadix en 1819 à l’occasion de l’épidémie de fièvre jaune, était resté en contact avec Laso de la Vega, à son retour en France46. Le lien personnel a donc servi ici de support au transfert de l’instrument d’un pays à un autre. L’attention à la nouveauté technique que ce récit révèle témoigne en même temps que le projet de la revue n’est pas uniquement de « boire aux sources de la médecine », mais aussi d’enrichir la pratique médicale.

  • 47 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., p. 45.

34La dynamique de diffusion de la nouveauté médicale se donne à voir en outre à travers ce texte. La presse joue en la matière un rôle essentiel. L’article souligne la rupture introduite dans l’exercice du métier par la mise au point de cet instrument exploratoire. Les domaines pulmonaire et cardiaque sont concernés, l’enjeu étant en particulier de rechercher d’éventuelles ulcérations pulmonaires selon que la respiration est « normale » ou « suspecte »47. Par là, le stéthoscope atténue le caractère infranchissable de la barrière anatomique en permettant au médecin de percevoir l’état des organes lors de l’examen médical. Est par ailleurs mis en relief le rôle des acteurs individuels (celui de Laso de la Vega) et collectifs (celui de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz et de sa revue) dans cette dynamique de diffusion.

  • 48 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., p. 63.
  • 49 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., p. 64.

35L’une des vertus de cette circulation des savoirs est bien évidemment d’enseigner aux lecteurs le geste et les utilisations diagnostiques liés à l’usage du stéthoscope. Ses applications ouvrent la voie à l’exploration de multiples maladies : phtisie pulmonaire, dilatation bronchiale, péripneumonie, gangrène du poumon, emphysème, pleurésie, hydrothorax, pneumothorax, œdème du poumon, apoplexie pulmonaire, maladies du cœur. Toutefois la maîtrise du geste implique une pratique plus ou moins longue : à la difficulté technique s’ajoute la nécessité « d’accoutumer le public » à cet instrument et à son usage48. On touche là un aspect essentiel de la question de la médicalisation « par le bas » mettant en jeu l’acceptation par les patients de ce nouvel objet. La crainte qu’une utilisation « peu éclairée de l’auscultation » ne donne lieu à des « pronostics funestes » et à des « traitements inconsidérés » est par ailleurs envisagée par l’auteur49.

  • 50 Idem.

36Le témoignage de Laso de la Vega est de ce point de vue significatif. Il permet en particulier de nuancer le degré d’adhésion à la nouveauté médicale que traduit la parution de cet article. Se référant à son expérience, l’auteur confesse ainsi qu’il n’a pas encore expérimenté, pour sa part, « les avantages » du stéthoscope. Pour ce qui est de l’utilisation de cet instrument appliqué à l’écoute de la respiration pectorale par exemple, les essais menés sur quatre patients n’ont pas été concluants. Certes Laso de la Vega concède que cet échec est peut-être lié à « son manque d’habitude » ou à l’insuffisance « d’éducation de ses organes » à cette technique50. Une crainte émerge toutefois qui indique que la nouveauté médicale n’est pas toujours perçue positivement. Cette inquiétude concerne le risque que le recours à l’instrument ne supplante « la véritable étude des maladies, l’observation des phénomènes de la nature malade, la marche des symptômes que présentent les organes » ; autrement dit, qu’ « une méthode mécanique », une « médecine des signes » ne s’imposent au détriment de la pratique de l’art hérité des maîtres de la discipline, d’Hippocrate à Boerhawe. Cet appel à une utilisation raisonnée du stéthoscope comme « un auxiliaire » de la médecine prouve que l’objet nouveau doit être mis à l’épreuve de l’expérience du métier, avant d’être accepté.

37Cette mise à l’épreuve semble s’être effectuée entre 1822 et 1828 pour Laso de la Vega. Dans un discours prononcé devant la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, il déclarait en effet à cette date que :

  • 51 LASO DE LA VEGA, Francisco Javier, « Resumen y comentario de “Memoria sobre nuevas aplicaciones del (...)

« Depuis 1822, nous avons vu avec la plus grande satisfaction que les professeurs en Espagne se sont empressés de l’acquérir, le faisant même fabriquer sur place. Le stéthoscope est désormais dans nos salles cliniques, et dans les logements de nos malades privés, il est un moyen nullement insolite pour perfectionner le diagnostic de nombreuses maladies internes »51.

38La publicité assurée par la revue au stéthoscope aura donc contribué à son introduction dans les pratiques médicales.

  • 52 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., pp. 51-52.

39Un dernier enseignement peut être tiré enfin de l’article, qui tient au statut du journalisme médical. Le caractère technique des contributions rédigées par des médecins pour des médecins les soustrait en effet au circuit de la presse d’opinion, les rendant largement étrangères aux préoccupations des lecteurs ordinaires. La présentation du stéthoscope reflète les prétentions de Laennec de créer une véritable sémiologie propre à l’auscultation. On est frappé de la précision du vocabulaire employé pour décrire par exemple le type de respiration, de « l’égophonie » (mode de respiration de la voix comparée à la voix d’une chèvre) au « bourdonnement métallique », ou bien encore les différents types de râles : râle de « crépitation » (rappelant le crépitement du sel dans le feu), râle « muqueux » du tuberculeux, râle sonore (comparable à un ronflement), râle de « sifflement »52. De l’objet au geste ; de la perception de la pénétration de l’air dans le tissu pulmonaire et de son expulsion à la qualification de la respiration, l’exercice de la médecine requiert donc maîtrise et expertise rendant le discours de la presse médicale impénétrable pour les non initiés.

De la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz à la Real Academia Médico-Quirúrigca de Cádiz (1824-1831)

40Exemple précoce de la construction d’une presse professionnelle par les milieux médicaux gaditans, le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz porte l’empreinte de son fondateur, Francisco Javier Laso de la Vega. Alors que l’Espagne vit repliée sur elle-même, cette société met à profit les années du Trienio pour se lancer dans l’aventure du journalisme médical. La fin de l’expérience libérale compromet son projet, puisqu’au-delà de 1823, la revue cesse de paraître. Sa renaissance en 1824 est de courte durée. L’interruption de la publication du périodique entre 1825 et 1828 ne met pourtant pas un terme aux activités de la société qui se lance dans l’édition de l’œuvre de Claude-François Lallemand, Investigaciones anatomopatológicas sobre el encéfalo y sus dependencias, traduite en castillan par Laso de la Vega. Parue sous forme de quatre lettres, cette traduction est présentée comme supplément au tome quatre du périodique (première et seconde lettre parue respectivement en 1824 et 1825), puis indépendamment de la revue en 1825 (troisième lettre) et 1826 (quatrième lettre).

  • 53 Cité dans GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823), op. cit., Volume II, p. 103 (...)

41La reconstitution des académies de médecine en 1828 contribue à donner une nouvelle visibilité à la société. En 1829, la publication du périodique est ainsi relancée53. La mention qui l’accompagne (Tome V) le situe explicitement dans la continuité de la précédente expérience. Le titre de la publication témoigne cependant d’un infléchissement du projet initial, puisqu’il s’agit désormais de publier les Actas y Memorias de la Real Academia Médico-Quirúrigca de Cádiz. La transformation de la société en Académie (qui ne sera officialisée que le 15 janvier 1831) a donc eu pour effet de rendre moins explicite le lien avec le journalisme médical. La publication de ses activités par l’Académie est dans tous les cas éphémère. Les Actas y Memorias cessent de paraître en 1830. Un ultime tome VI est publié en 1831, correspondant aux deux premiers mois de l’année. L’évolution de son statut n’a donc pas permis à la société de poursuivre ses objectifs : ayant perdu le caractère d’association privée de ses débuts, fonctionnant désormais comme une institution placée sous le patronage des pouvoirs publics, elle a eu tendance à recentrer ses activités sur elle-même.

42Le périodique publié de 1820 à 1824 aura compté dans l’histoire du journalisme médical. Dans un contexte globalement défavorable aux échanges scientifiques interrompus depuis la fin de l’occupation napoléonienne, cette revue aura permis à l’information scientifique venue d’Europe d’irriguer de nouveau l’Espagne. Original par son projet, le périodique constitue également un modèle de presse professionnelle, appelé à se développer durant le siècle. Comme la part prépondérante de l’information consacrée au champ de la médecine l’indique, la spécialisation de cette presse est en effet en marche. Si le traitement de l’information scientifique occupe une part prépondérante dans l’ensemble des articles publiés, la revue fonctionne aussi comme un outil de communication pour les membres de la société. Entre les deux vocations qu’elle s’assigne (d’une part servir les idées, d’autre part servir la carrière des hommes), le déséquilibre est cependant grand. Plus qu’un instrument au service des hommes qui y écrivent, la revue joue surtout le rôle de vecteur de la circulation des savoirs en se montrant réceptive vis-à-vis de ce qui relève de la nouveauté médicale. Ce déséquilibre est significatif de ce qu’est la médecine dans les années 1820 qui ne jouit pas encore de l’autorité que les découvertes de la seconde moitié du siècle lui assureront. L’heure n’est donc pas venue où la presse médicale affichera ses conquêtes sur un mode souvent triomphaliste.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit de la Bibliographia médica Hispánica (1475-1950) en 2 volumes. Le premier (Volume VIII de la série) intitulé Revistas, publié en 1990 recense les 1095 revues constituant le corpus rassemblé par ces deux auteurs. Le second (Volume IX), intitulé Bibliometría de las revistas, publié en 1991, qui porte le sous-titre Bibliometría de las revistas (1736-1950), analyse le corpus en question. LÓPEZ PIÑERO (José María), TERRADA (María Luz), Bibliografía médica hispánica, Cuadernos Valencianos de Historia de la Medicina y de la Ciencia, Universidad de Valencia-CSIC, 1990 (Vol. VIII), 1991 (Vol. IX).

2 On notera que cette date est relativement tardive si l’on tient compte que dans le nord de l’Europe, en Allemagne et en France en particulier, c’est dès les années 1670 qu’apparaissent les premières revues médicales, d’abord en latin, puis en langue vulgaire sur le modèle du Journal des nouvelles découvertes sur toutes les parties de la médecine de Nicolas de Blegny (paru en 1679). Que la première revue de ce type en Espagne date de 1736 est un indicateur significatif de son retard scientifique, patent dès la première moitié du XVIIe siècle et qui est progressivement comblé au siècle des Lumières.

3 Mort du roi Ferdinand VII qui marque en même temps la fin de l’Ancien Régime espagnol.

4 Sur ce point, on consultera LÓPEZ PIÑERO, José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo XIX », in LÓPEZ PIÑERO, José María (dir), La ciencia en la España del siglo XIX, Madrid, Ayer, n° 7, 1992, pp. 193-240.

5 Puis par l’Imprimerie de Don José Niel, Calle de San Francisco, Cadix. Cité dans GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823). Las libertades de expresión y de reunión en el origen de los partidos políticos, Madrid, Editorial Tecnos, 1975, Volume II, p. 1032.

6 La collection a été consultée à la Bibliothèque Nationale d’Espagne où elle est conservée. Elle est consultable en ligne dans une version numérique : http://catalog.hathitrust.org/Record/009353355

7 BARTOLEMEI, Arnaud, La Bourse et la vie : destin collectif et trajectoires individuelles des marchands français de Cadix, de l’instauration du « Comercio libre » à la disparition de l’empire espagnol, thèse de doctorat d’histoire, Université de Provence, 2007.

8 CASTRO, Adolfo de, Historia de Cádiz de 1814-1820, Cádiz, Diputación de Cádiz, 1982.

9 BUTRÓN PRIDA, Gonzalo, « Elite local, poder y cambio político en Cádiz del Antiguo régimen al liberalismo (1823-1835) », in CARO CANCELA, Diego (dir), El primer liberalismo en Andalucía (1808-1868). Política, economía y sociabilidad, Cadix, Servicio de publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2005, pp. 63-88.

10 On renverra sur ce point à FERRER, Diego, Un siglo de cirugía en España: Historia del Real Colegio de Cirugía de Cádiz, Barcelone, Pentágono, 1962.

11 Cité dans FERRER Diego, Un siglo de cirugía en España: Historia del Real Colegio de Cirugía de Cádiz, op.cit., p. 217.

12 Idem.

13 « Ametller y Clot, Carlos Francisco », GIL NOVALES, Alberto, Diccionario biográfico del Trienio liberal, Madrid, El Museo Universal, 1991, p. 35.

14 Sur ce point, on renverra à l’étude de CARRILLO, Juan L., Juan Manuel de Aréjula (1755-1830). Estudio sobre la fiebre amarilla, Ministerio de Sanidad y Consumo, Colección de Textos clásicos Españoles de la salud pública, Madrid, 1986.

15 « Juan Manuel Aréjula », GIL NOVALES, Alberto, Diccionario biográfico del Trienio liberal, op. cit., p. 47.

16 « Laso de la Vega y Orcajada Francisco Javier », GIL NOVALES Alberto, Diccionario biográfico del Trienio liberal, op. cit., p. 361.

17 FERRANDIZ ARAUJO, Carlos, Biografía del médico cartagenero F. J. Laso de la Vega y Orcajada (1785-1836). Fundador de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Carthagène, Gráficas Cartagena, 1979, p. 21.

18 Cité dans López Piñero José María, Historia de la medicina española, Valence, Ajuntament de Valencia, 2009, p. 505.

19 Prospecto del periódico que va a publicar la sociedad médico-quirúrgica de Cádiz, 1820, p. 1.

20 Parti de Las Cabezas de San Juan, la révolution s’étend en Andalousie entre le 27 janvier et le 13 mars 1820.

21 Ils sont conduits entre autres par Nicolás Santiago Rotalde. Vauchelle Aline, « El Dardo : périodique brûlot lancé par le colonel libéral Nicolás Santiago y Rotalde, 1831 », El Argonauta español [En ligne], 2 | 2005, mis en ligne le 15 janvier 2005, consulté le 04 mai 2014. URL : http://argonauta.revues.org/1186

22 GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823), op. cit., Volume II, p. 1032.

23 Organe animé par le fougueux Santiago Rotalde (1783-1833).

24 SÁNCHEZ HITA, Beatriz, José Joaquín de Clararrosa y su “Diario gaditano” (1820-1822): ilustración, periodismo y revolución en el Trienio Liberal, Cadix, Publicaciones de la Universidad de Cádiz, 2009, p. 91.

25 Idem, p. 94.

26 « Acta de la sesión extraordinaria que celebro esta Sociedad en la noche del 13 de abril de 1820 », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, 1820, Tome 1, pp. 84-85.

27 FERRER, Diego, Un siglo de cirugía en España: Historia del Real Colegio de Cirugía de Cádiz, op. cit., p. 279.

28 « Juan Manuel Aréjula », GIL NOVALES Alberto, Diccionario biográfico del Trienio liberal, op. cit., p. 47. Sur la franc-maçonnerie gaditane, on renverra par ailleurs à José María GARCÍA LEÓN, La masonería gaditana desde sus orígenes hasta 1833. Una contribución al estudio del liberalismo gaditano, Cadix, Quórum, 1993.

29 La vie politique gaditane est particulièrement agitée durant le Trienio. On renverra sur ce point à GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823), op. cit., Volume I, pp. 392-419 notamment.

30 « Discurso preliminar », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, 1820, Volume 1, p. VII.

31 Idem, p. XI.

32 « Descripción de dos plantas nuevas halladas en los contornos de Sevilla », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, 1824, Volume 4, pp. 1-5.

33 La rubrique médecine se décline elle-même en trois sous-ensembles : médecine, médecine pratique, matière médicale. La répartition des articles entre ces sous-ensembles se fait comme suit : médecine : 4 articles ; médecine pratique : 17 ; matière médicale : 9.

34 LÓPEZ PIÑERO, José María, « La escuela de Cádiz y la introducción en España de la medicina anatomoclínica », Medicina Española, Volume 70, 1973, pp. 125-133.

35 Francophone, Laso traduit régulièrement des articles de la presse médicale française ou des extraits d’ouvrages pour la revue. Entre 1824 et 1826, il traduit en castillan l’une des œuvres maîtresses de l’école anatomo-clinique de Paris, l’ouvrage de Claude François Lallemand parue sous le titre Investigaciones anatómico-patológicas sobre el encéfalo y sus dependencias.

36 MELLADO, Bartolomé, « Consideraciones sobre el origen e introducción de la fiebre amarilla en las provincias meridionales de la península », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume I, pp. 171-240; « Extracto de una memoria sobre el contagio de la fiebre amarilla », Literatura médica, Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume I, pp. 357-375; LASO DE LA VEGA, Francisco Javier, « Censura del folleto intitulado el contagio discutido e impotencia de las Sanidades », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume I, pp. 317-328; « Memoria en la que se contesta a las objeciones que se han hecho al contagio de la fiebre amarilla y se refuta el sistema de la infección aplicada a dicha calentura », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume II, pp. 141-194; LASO DE LA VEGA, Francisco Javier, « Debe considerarse como una fiebre esencial el afecto que conocemos con el nombre de fiebre amarilla? », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume II, pp. 225-270; « Sobre el contagio de la fiebre amarilla », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume II, pp. 383-388; « Dictamen dado por la Sociedad Médico-quirúrgica de Cádiz al gobierno sobre la cuestión del contagio de la fiebre amarilla », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume III, pp. 1-35; « Colección de inspecciones anatómicas relativas a la fiebre amarilla », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume III, pp. 175-176; « Nuevos hechos que corroboran la importación del contagio de la fiebre amarilla », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume IV, pp. 10-14; MOLERO, Nicolás, « Extracto de una memoria sobre el no contagio de la fiebre amarilla », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume IV, pp. 41-58; « Fiebre amarilla », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume IV, pp. 135-145.

37 RODRÍGUEZ, Claudio Francisco, « Sencilla descripción de los principales síntomas que caracterizan la fiebre amarilla o tifus icterodes, pronóstico y método de curación », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume I, pp. 309-310

38 GIL Y ALVENIZ, Manuel, « Descripción histórica médica de la epidemia general padecida en los años de 1803 y 1804 », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume I, pp. 376-383; CODORNIU, Manuel, « Historia de la salvación del exército (sic) expedicionario de Ultramar de la llamada fiebre amarilla », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume I, pp. 307-309; « Observations sur la fièvre jaune faites à Cadix par MM Pariset et Mazet », Obras impresas, Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume II, p. 319; « Memoria sobre la fiebre amarilla de Pasajes en 1823 », Medicina práctica, Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume IV, pp. 186-190.

39 « Oficio dirigido por el Sr Alcalde I° constitucional del Puerto de Santa María a la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume 1, pp. 337-347; De Borja José, « Prospecto sobre la inoculación de la fiebre amarilla presentado a esta sociedad », Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume III, p. 255.

40 BOURDELAIS (Patrice), FAURE (Olivier), Les nouvelles pratiques de santé, XVIII-XXe siècles, Paris, Belin, 2005, pp. 7-24.

41 Cette démarche prend le parti d’envisager le processus de médicalisation non pas uniquement comme un processus imposé par le haut, mais à partir de la demande sociale en s’interrogeant sur le processus de négociation à l’œuvre entre patient et praticien, processus en mesure de déterminer les pratiques de santé.

42 Auscultation consistant à appliquer l’oreille sur le thorax du patient ; « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, Periódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, Volume III, pp. 36-69.

43 PETER, Jean-Pierre, « De la diagnose hippocratique au "geste médical". Un parcours dans la relation du médecin au malade », in AMBROISE RENDU (Anne-Claude), D’ALMEIDA (Fabrice), EDELMAN (Nicole) (dir), Des gestes en histoire. Formes et significations des gestualités médicale, guerrière et politique, Paris, Seli Arslan, 2006, p. 25.

44 Paru en 1819 à Paris.

45 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., p. 36.

46 Un ouvrage auquel Mazet a collaboré paraît en 1820 à Paris sur ce thème. Rédigé par Etienne Pariset, il s’intitule Observations sur la fièvre jaune faites à Cadix en 1819, Paris, Audot, 1820.

On renverra sur ce point à LÓPEZ PIÑERO, José María, « Francisco Javier Laso de la Vega y la introducción de la auscultación en España », Archivo Iberoamericano de Historia de la Medicina y Antropología médica, Volume 11, 1960, pp. 157-165.

47 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., p. 45.

48 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., p. 63.

49 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., p. 64.

50 Idem.

51 LASO DE LA VEGA, Francisco Javier, « Resumen y comentario de “Memoria sobre nuevas aplicaciones del estetóscopo de M. Laennec » de J. Lisfranc, Actas de las sesiones de la Academia Médico-Quirúrgica de Cádiz, Tome I, 1829, pp. 266-268.

52 « Auscultación mediata », Literatura médica extranjera, op. cit., pp. 51-52.

53 Cité dans GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823), op. cit., Volume II, p. 1032.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Renaudet, « Le Périódico de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz (1820-1824), un pionnier du journalisme médical », El Argonauta español [En ligne], 11 | 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 28 avril 2017. URL : http://argonauta.revues.org/2098 ; DOI : 10.4000/argonauta.2098

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org