Navigation – Plan du site
Livraison janvier: Varia

La campagne de presse des Amis de la Religion en faveur de l’intervention militaire française en Espagne en 1823

Gérard Dufour

Résumés

Cet article analyse la participation des deux principales revues ecclésiastiques de l’époque (L’Ami de la Religion et du Roi et Les Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, fondés, réciproquement, en 1814 et 1822) à la véritable croisade que la presse ultra mena, dès la fin janvier 1820, en faveur d’une intervention militaire française en Espagne pour sauvegarder les droits « légitimes » du trône et de l’autel.
Il montre comment l’information fournie aux ecclésiastiques français sur le sort réservé par les révolutionnaires à leurs collègues espagnols réveilla en eux le souvenir de la Terreur et des persécutions qu’ils avaient alors subies et qu’ils risquaient de devoir supporter de nouveau si l’on laissait le mal se propager et comment, à partir des nouvelles (vraies ou fausses) ainsi propagées, les prêtres poussèrent dans leurs prêches (avec le plus grand succès) les fidèles à manifester par des prières publiques leur souhait de voir la France restaurer Ferdinand VII comme souverain absolu.

Haut de page

Texte intégral

La croisade des journaux ultraroyalistes

  • 1 Journal des débats, 22-23 janvier 1820, p. 1.
  • 2 Ibid., pp. 1, 2 et 3.
  • 3 Ibid., p. 3.
  • 4 Lettres normandes ou Correspondance politique et littéraire, tome dixième, à Paris, au Bureau des L (...)

1Ce n’est que le 21 janvier 1820 que la presse française se fit, pour la première fois, l’écho des troubles qui avaient éclaté en Espagne et dont on pouvait, espérer pour les uns, craindre pour les autres, « un changement dans la forme de gouvernement »1 outre-Pyrénées. Sept jours plus tard, après avoir donné des nouvelles contradictoires sur ce qui se passait notamment à Cadix2, le Journal des débats rassurait ses lecteurs en déclarant que « l’Europe, la Sainte-Alliance, dont le Roi d’Espagne fait partie, s’empresserait sans doute d’accourir au besoin pour éteindre l’incendie révolutionnaire qu’on voudrait rallumer dans ce royaume »3. Et, selon les Lettres normandes qui s’en offusquèrent, tous les Ultra s’empressèrent alors de réclamer une telle intervention4

  • 5 Ibid., tome X, lettre IX, Paris, 27 janvier 1820, p. 354.
  • 6 Cf. l’analyse de Chateaubriand : « quoi ? c’était ce chétif ministère qui prétendait faire ce que N (...)
  • 7 Napoléon I, Mémorial de Sainte-Hélène par M. le comte de Las cases, illustré de 120 nouveaux dessin (...)
  • 8 Mémoires de Louis XVIII recueillis et mis en ordre par M. le duc de D****, Bruxelles, 12 vols., 183 (...)
  • 9 Journal des Débats, 26 mai 1820, p. 1 d’après les informations de la Gazette officielle d’Espagne d (...)

2Louis XVIII, pour sa part, n’était guère pressé de voler au secours de Ferdinand VII dont on disait « partout » qu’il avait « fait demander à S. M. Très Chrétienne un renfort de 25 000 hommes pour résister aux insurgés de Cadix »5. Outre la légitime prudence6 qu’inspirait à tout homme de bons sens le cuisant échec subi, quelques années seulement auparavant, par les armées françaises lors de la « malheureuse guerre »7 d’Espagne dans laquelle l’empereur Napoléon s’était fourvoyé, le roi de France n’était sans doute pas fâché, dans son for intérieur, de voir son « cousin » obligé de reconnaître qu’il avait eu tort de faire fi de ses conseils et de ne pas avoir, comme lui, octroyé de bonne grâce une constitution à son peuple8. Aussi, malgré l’opinion de tous ceux qui se voulaient plus royalistes que lui, les Ultra, qui virent dans l’assassinat du duc de Berry (le 13 février 1820) et le pronunciamiento de Riego à Las Cabezas de San Juan la même manifestation d’une résurgence du péril révolutionnaire qui avait naguère mis la France à feu et à sang, Louis XVIII se contenta de prendre acte des changements opérés outre-Pyrénées en déclarant à l’ambassadeur d’Espagne qui lui remit la lettre par laquelle Ferdinand VII l’informait qu’il avait juré fidélité à la « constitution des Cortés », qu’il était persuadé « que le Roi, son cousin, avait fait ce qu’il avait jugé le plus convenable à la félicité de ses peuples, et qu’il désirait ardemment qu’il assigne l’objet de ses vœux »9.

  • 10 Réflexions sur différents articles du Journal des débats relatifs aux affaires d’Espagne, Paris, ch (...)

3Au grand dam des Ultra, Louis XVIII, victime, selon certains, de son « obsession de prudence »10, se refusa pendant plus de trois ans à toute intervention militaire en Espagne et ce n’est qu’en janvier 1823 qu’il consentit à mettre Cent Mille fils de Saint-Louis au service de la Sainte-Alliance pour restaurer en Espagne l’autorité bafouée de Ferdinand VII. Et ce, malgré une véritable « croisade des journaux royalistes [entendez, ultra] de Paris et de province », que l’un d’entre eux, La Foudre, nous décrit en ces termes :

  • 11 La Foudre, n° 95 [1822], pp. 282-283. Ce périodique, créé en 1821 par Alphonse de Beauchamps et réd (...)

«  Le Journal des débats, la Gazette de France, la Quotidienne, le Drapeau blanc peuvent être considérés comme le quartier général de l’armée royaliste.
La Foudre, qui a paru après eux, s’est chargée du service périlleux des avant-postes ; elle n’a pas craint même d’engager la première des combats dangereux, en faisant reculer devant elle les ennemis du trône, en éclairant les complots et en attaquant à bout portant les chefs éternels de toutes les séditions.
Le Réveil et l’Apollon viennent de paraître pour renforcer l’artillerie légère de l’armée ; ces journaux, consacrés à la littérature, aux théâtres et aux beaux arts, et rédigés par de jeunes littérateurs, déjà vieux pour la gloire, deviennent d’excellents auxiliaires, que nous sommes fiers de compter dans nos rangs.
En province, la croisade n’est ni moins royaliste, ni moins nombreuse. Nous citerons, avec les plus grands éloges, la Ruche d’Aquitaine, à Bordeaux ; l’Echo du Midi, à Toulouse ; le Journal du Nord, à Lille, l’énergique Observateur Neustrien, à Caen ; le Journal du Gard, à Nîmes, etc. […] Ainsi donc, l’opinion publique, si longtemps égarée, se trouve vaillamment défendue maintenant par les chevaliers de la fidélité ; les journaux révolutionnaires n’étant plus soutenus, comme naguère, par l’appui de l’autorité n’auront plus qu’une couleur pâle et une allure timide ; mais il ne faut pas un seul instant déposer les armes, si nous voulons les vaincre et faire cesser la guerre »11.

La Foudre: premiè...La Foudre: première page du numéro 95, 1822.

La Foudre: première page du numéro 95, 1822.

  • 12 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 835, 10 août 1822, p. 411.
  • 13 On trouve par exemple dans le Petit dictionnaire ultra, précédé d’un essai sur l’origine, la langue (...)
  • 14 Mémoires de Louis XVIII…, op. cit., tome XII, p. 72.
  • 15 Voir notre article “Restauración borbónica y restauración religiosa en el reinado de Luis XVIII”. à (...)
  • 16 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 260 (mercredi 5 février 1817), tome X (1817), p. 393, en rendant (...)
  • 17 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 240, mercredi 27 novembre 1816, tome X (1817), p. 71.
  • 18 Petit dictionnaire ultra. Précédé d’un essai sur l’origine, la langue et les œuvres des Ultra, par (...)
  • 19 Chaque parti s’ingénia à démontrer sa supériorité sur son adversaire en matière d’opinion publique (...)

4Dans cette distribution de citations à l’ordre de l’armée royaliste sur le front de la guerre de la plume, l’auteur de cet article n’avait pas oublié son propre journal. Ce n’était d’ailleurs que justice : l’obstination de son rédacteur à traiter de politique dans ce périodique quand il n’était plus censé n’être que purement littéraire fut telle qu’il fut condamné, en août 1822 à un mois de prison12 et les libéraux reconnurent à quel point cette publication pouvait les insupporter en l’abreuvant d’injures13. On s’étonne en revanche de ne voir mentionné parmi les croisés de la presse en faveur d’une intervention militaire en Espagne aucun titre de périodique appartenant à ce que Louis XVIII lui-même qualifia de « parti-prêtre »14. Or, dans la France de la Restauration, ce n’était plus dans les cabinets de lecture mais dans les temples que se formait avant tout une opinion publique abreuvée à chaque instant de sermons à l’occasion de cérémonies d’expiation, de services anniversaires de la mort de victimes de la Révolution ou de Napoléon, et de missions auxquels l’on ne pouvait se soustraire sans afficher une hostilité aux Bourbons de fort mauvais aloi15. Il n’appartient qu’à Dieu de sonder les reins et les cœurs, dit l’Ecclésiaste. Mais il n’est sans doute pas aventureux d’avancer que bon nombre de ces fidèles de fraiche date étaient plus préoccupés des bénéfices immédiats qu’ils pouvaient tirer de leur attitude que du salut de leurs âmes, comme ces gendarmes qui, contrairement aux principes de frère Jean des Entommeures, abandonnaient le service du vin pour le service divin, jouaient les enfants de chœur et chantaient la messe16. Devenu événement mondain sous l’appellation de conférences avec l’abbé Frayssinous, qui poussa le dévouement jusqu’à se déplacer jusqu’à Bordeaux pour que la province put bénéficier de ses talents tout aussi bien que la capitale17, le sermon (« éloquence politique, administration et talent littéraire des ultras » selon le Petit dictionnaire ultra18) devint incontestablement le premier mass media du royaume et les quelque 40 000 à 70 000 abonnés que revendiquait la presse dans son ensemble19 pesaient peu au regard des trente millions de sujets de S. M. T. C. dont l’immense majorité prenait alors le chemin régulier de l’église.

  • 20 Journal des Curés ou Mémorial ecclésiastique de l’Eglise anglicane, [paris], de l’imprimerie de Mam (...)
  • 21 L’Ami de la Religion et du Roi, « Prospectus », p. 4.
  • 22 Les premiers numéros de l’Ami de la Religion et du Roi ne furent pas datés mais les événements rapp (...)
  • 23 L’Ami de la Religion et du Roi, « Prospectus », p. 4.
  • 24 Tome I, p. 1.

5Cela ne signifie toutefois nullement que la presse n’eut pas son rôle à jouer dans la formation de l’opinion publique. Comme Napoléon qui avait créé, naguère, un Journal des curés destiné à informer et former à ses vues ceux qui guidaient les fidèles du haut de la chaire et dans l’obscurité du confessionnal20, le gouvernement « protecteur » de Louis XVIII ne tarda pas à « autoriser et encourager »21 la création d’un « journal ecclésiastique, politique et littéraire rédigé par les auteurs des Annales catholiques, par de savants ecclésiastiques et par des hommes de lettres distingués », qui prit le titre fort explicite de L’Ami de la Religion et du Roi et vit le jour vers la fin du mois d’avril 181422. « MM. les ecclésiastiques et les personnes attachées à la religion » auxquels il s’adressait purent souscrire à ce nouveau périodique bihebdomadaire, paraissant tous les mercredi et samedi, à raison de « 25 francs pour un an, 14 francs pour six mois ; huit francs pour trois mois, franc de port par la poste »23 ou se procurer par la suite chez Adrien Le Clerc, « imprimeur de N. S. P. le Pape et de l’archevêché de Paris », au prix de sept francs (huit, franco de port)24, les volumes formés par l’ensemble des numéros de chaque trimestre.

L'Ami de la Relig...L'Ami de la Religion et du Roi, page de garde du tome 25, 1820.

L'Ami de la Religion et du Roi, page de garde du tome 25, 1820.

Source. BNF : 8-LC2-890 <tome 25> Consultable sur Gallica

  • 25 « Prospectus », p. 2.
  • 26 L’Album, Journal des Arts, des Modes et des Théâtres, Paris, au bureau de l’Album, rue des Moulins, (...)
  • 27 Cf. Tablettes du clergé et des Amis de la Religion février 1822, tome I, (1822), pp. 141 et 142 et (...)
  • 28 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, mars 1822, tome I, pp. 212-213.

6Dans le titre complet comme dans le prospectus, les rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi avaient clairement manifesté que leur entreprise était tout aussi politique que religieuse. « Nous rendrons aussi compte des principaux événements politiques » disaient-ils, car « ces événements sont d’un tel intérêt que chacun veut en être instruit, et ils se rattachent d’ailleurs à la religion par plus d’un fil ; car le monde religieux et le monde politique se tiennent par bien des rapports »25. Ils réussirent si bien en ce domaine qu’ils devinrent l’une des bêtes noires des libéraux, dont ils provoquèrent les sarcasmes, parfois assez sottement, comme quand ceux-ci tentèrent, dans L’Album de dénigrer le principal rédacteur de L’Ami de la Religion et du Roi en raison de son nom (Picot), jugé ridicule26. Le succès de ce périodique, qui publia deux numéros par semaine, fut d’ailleurs si manifeste qu’il provoqua, en janvier 1822, la naissance d’un épigone et concurrent mensuel, les Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, qui ne chercha nullement à dissimuler ni dans le titre, ni dans ses références (du moins au début) sa dette envers son aîné27. Et si les Tablettes… s’adressèrent plus spécifiquement aux ecclésiastiques plutôt qu’aux fidèles, même les plus zélés (en allant jusqu’à utiliser le vieil artifice de la publication en latin de passages dont il ne convenait pas que le premier laïc venu pût prendre connaissance, comme un article circa debitum conjugale28), elles consacrèrent elles aussi une large place aux nouvelles politiques, et notamment aux événements d’Espagne.

  • 29 [M.-N. Balisson de Rougemeont], Petit dictionnaire libéral, à Paris, chez Ponthieu, libraire, Palai (...)

7Comme les autres, les journalistes du « parti-prêtre » furent donc des  « hommes qui pensaient pour leurs abonnés » et leurs abonnés des « hommes qui recevaient leur opinion toute faite chaque matin et lui étaient fidèles toute la journée »29. Pourquoi donc, dans de telles conditions, les Amis de la Religion et du Roi et les Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion n’eurent-il pas l’honneur de figurer parmi ceux qui combattaient vaillamment en faveur d’une intervention militaire Outre-Pyrénées auxquels le rédacteur de La Foudre rendit un si vibrant hommage ? En quoi ces périodiques déméritèrent-ils à ses yeux? C’est ce que nous aimerions comprendre en examinant la façon dont fut traitée la révolution d’Espagne de 1820-1823 dans ces deux revues ecclésiastiques.

Quand l’espoir changea de camp

8Le mercredi 26 janvier 1820, on put lire dans L’Ami de la Religion et du Roi, au milieu du fatras que constituait la rubrique « Nouvelles politiques », l’entrefilet suivant :

  • 30 N° 570, mercredi 26 janvier 1820, tome XXII, p. 350.

« Depuis quelque temps, les journaux libéraux parlent avec complaisance d’une insurrection éclatée en Espagne. Il paraît certain que la rébellion s’est bornée à quatre bataillons qui ont juré la constitution, et ont marché contre Cadix ; leur entreprise contre cette ville a échoué. Il n’est plus question de ces troubles dans les lettres particulières d’Espagne et on a lieu de croire que les détails fournis par les feuilles libérales ont été prodigieusement exagérés »30.

9Cinq jours après le Journal des Débats, et comme ce quotidien, L’Ami de la Religion et du Roi rassurait donc ses lecteurs sur l’issue d’événements dont il s’était bien gardé de les informer, en en faisant de simples faits divers, voire des non-événements. Deux semaines plus tard, il continuait d’afficher la même satisfaction quant au sort que connaissait l’Espagne (ou plutôt, son souverain) en rendant compte (toujours au chapitre « Nouvelles politiques ») du « morceau remarquable » que venait de faire paraître Chateaubriand dans le Conservateur et où l’auteur de De Buonaparte et des Bourbons formulait sur les Cortès et la Constitution (systématiquement écrits l’un et l’autre sans majuscule) ce jugement sans appel :

  • 31 N° 574, mercredi 9 février 1820, tome XXII, p. 410.

« Cette constitution des cortès dont on fait grand bruit était un chef-d’œuvre de démocratie. On y décidait que la souveraineté réside essentiellement dans la nation, et on y réduisait le roi à n’être qu’un commis des cortès. C’étaient eux [sic] qui faisaient les lois, qui faisaient des ordonnances. Le roi ne pouvait se marier sans leur consentement. Il leur prêtait serment et ils ne lui en prêtaient point. Ils réglaient l’éducation des princes et le traitement des ministres. Dans l’intervalle des sessions, ils avaient une députation permanente composée de sept membres pour surveiller les affaires. Il est vraiment fâcheux que Ferdinand VII n’ait pas voulu accepter cette tutelle et se mettre dans une situation pire que celle qui a conduit Louis XVI à l’échafaud »31.

  • 32 Ibid., p. 412 : « Les nouvelles d’Andalousie deviennent de plus en plus rassurantes : le 27 janvier (...)

10L’ironie triomphante de ces lignes était due à des « nouvelles d’Andalousie […] de plus en plus rassurantes » dont faisait état le périodique deux pages plus loin, sans se rendre compte qu’elles constituaient en fait un démenti à ses affirmations antérieures selon lesquelles il n’était plus question de troubles en Espagne32.

  • 33 N°575, samedi 12 février 1820, tome XXII, p. 11 ; dans le n° 577, samedi 19 février 1820, p. 40, on (...)
  • 34 N° 580, mercredi 1 mars 1820, tome XXIII (1820), p. 94.
  • 35 N° 581, samedi 4 mars 1820, tome XXIII (1820), p. 110.

11Faute de mieux, L’Ami de la Religion et du Roi en fut réduit à affirmer que, « les affaires étaient toujours à peu près dans la même situation » en Andalousie33, et que la tranquillité régnait en Espagne34, tout en annonçant à chaque fois que les rebelles « sortis de l’île de Léon sous la conduite de Riego » (dont les lecteurs découvrirent le nom tout à trac dans le numéro du samedi 4 mars 182035) avaient été défaits, ou été sur le point de l’être, par les troupes loyales à Ferdinand VII sous le commandement des généraux O’Donnel [sic pour O’Donnell] et Freyre.

  • 36 N° 583, samedi 11 mars 1820, pp. 137-138.

12Malgré leurs réticences à faire état du succès des révolutionnaires en Espagne, surtout après l’assassinat à Paris du duc de Berry par Louvel, dans la nuit du 12 au 13 février 1820, les rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi furent bien obligés de reconnaître dans le numéro du samedi 11 mars que les nouvelles en provenance de Bayonne et de Bordeaux étaient « assez alarmantes » sur la situation outre-Pyrénées, que l’on prétendait que l’insurrection avait gagné en Galice et que « les feuilles libérales » ne parlaient que « des progrès de Riego, de la marche incertaine du gouvernement et du découragement des troupes fidèles »36. Et s’ils furent bien obligés de confirmer que « la constitution des cortès » avait été proclamée à La Corogne « par le peuple et les troupes malgré les efforts des autorités », ils tentèrent cependant de faire croire que rien n’était définitivement perdu, puisque, écrivaient-ils :

  • 37 N° 584, mercredi 15 mars 1820, pp. 153-154.

« Il paraît certain que la colonne de Riego a été complètement battue par la division d’O’Donnell. La gazette de Madrid, du 2 mars, est arrivée sans obstacle, ce qui prouve que Mina n’est pas maître de la route de Madrid à Bayonne, comme on l’avait dit. La gazette du 4 porte que le roi d’Espagne, désirant vivement de calmer les inquiétudes qui agitent quelques parties du royaume, a chargé son conseil de lui proposer les mesures qu’il croira le plus convenable, et a engagé les corporations et les universités de fournir au conseil tous les renseignements » 37.

  • 38 N° 585, samedi 18 mars 1820, p. 171.
  • 39 Le Constitutionnel du 16 mars 1820, p. 1.
  • 40 Le Journal des débats politiques et littéraires du 17 mars 1820, p. 1.
  • 41 La Minerve française, par MM. Aignan, de l’Académie française ; Benjamin Constant ; Evariste Dumoul (...)

13Mais, trois jours plus tard, le samedi 18 mars 1820, dans le numéro qui rendit compte des « Obsèques et oraison funèbre de Mgr le duc de Berri », les lecteurs de L’Ami de la Religion et du Roi trouvèrent cette annonce : « La Gazette extraordinaire du 8 mars renferme un décret par lequel le roi d’Espagne déclare qu’il est décidé à jurer la constitution promulguée par les cortès en 1812 »38. Cette fois, ses rédacteurs avaient renoncé à tout faux fuyant. Ils n’avaient même pas cherché à retarder l’annonce d’une nouvelle qui avait été publiée l’avant-veille par Le Constitutionnel39 et la veille par le Journal des débats40 et qui était parvenue à Paris le 15 mars au soir, par un courrier en provenance de Madrid qui avait apporté le texte du décret par lequel, le 7, Ferdinand VII avait accepté la constitution de Cadix41. Tout au plus l’accompagnèrent-ils de ce commentaire laconique : « Dieu veuille que ce prince et ses sujets s’en trouvent bien ! » Ils se voulaient ironiques : ils n’étaient que résignés.

14M. Picot et ses collaborateurs revinrent sur les affaires d’Espagne dès le numéro suivant. Pour la première fois, ils ne les expédièrent pas en un bref paragraphe des « Nouvelles politiques », mais leur consacrèrent toute une page (à deux lignes près) dans cette rubrique. Après avoir retracé les derniers événements qui avaient contraint Ferdinand VII à céder aux révolutionnaires (en insistant sur les défections des militaires comme La Bisbal et Ballesteros), ils reprirent mot pour mot (mais cette fois sur le ton du désespoir) les critiques qu’ils avaient formulées à l’égard de la constitution, le 9 février, en annonçant l’article que Chateaubriand avait publié sur l’Espagne dans Le Conservateur et concluaient par ces mots :

  • 42 N° 586, mercredi 22 mars 1820, pp. 189-190.

« Tels sont les éléments de cette constitution toute républicaine ; si elle n’est pas modifiée, on peut prévoir que la monarchie et l’ordre sont détruits en Espagne. Nos libéraux disent que la révolution de ce pays est faite ; nous disons au contraire qu’elle commence. L’Espagne se trouve dans la même position que la France en 1789. Dieu veuille que son avenir ne soit pas écrit dans l’histoire des désastres que nous avons essuyés depuis cette époque! »42.

  • 43 Cf. tome X, p. 17, « lettre première, 19 février 1820 »: « la ridicule accusation de M. Clausel de (...)
  • 44 Tome X, « Lettre III, 4 mars 1820 », p. 84.
  • 45 Ibid., tome X, p. 47, « Lettre première, 19 février 1820 ».

15L’analyse n’était guère originale : même les Lettres normandes dont le directeur, Léon Thiessé, ne cessait de combattre le « parti oligarchique »43 (entendez, les ultra), avaient affirmé sur un ton quelque peu goguenard, en annonçant les progrès que semblait faire l’insurrection d’Espagne, qu’il fallait « se rendre à la triste réalité et convenir qu’une force invincible » voulait « que la révolution de 1789 fasse le tour du monde »44. Mais si les rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi se désespéraient que Ferdinand VII en fût réduit à une telle extrémité, à aucun moment ils n’avaient jusque là hurlé avec les loups et réclamé une intervention militaire de la Sainte-Alliance afin de châtier l’Espagne « par les armes étrangères, pour le bon plaisir de l’inquisition, et des nobles, pour la conservation des préjugés et de l’ignorance » comme le prétendaient les Lettres normandes45.

De la feinte indifférence à la virulente dénonciation des violences contre le clergé

  • 46 Petit dictionnaire ultra …, op. cit., p. 90 : « SERVILE : nom qu’on donne aux Ultra d’Espagne et qu (...)
  • 47 Cf. notre article « Restauración monárquica y restauración religiosa en la Francia de Luis XVIII », (...)
  • 48 N° 612, mercredi 21 juin 1820, tome XXIV, p. 192.
  • 49 Ibid., p. 191.

16La loyauté et le respect « servile » (selon le Petit dictionnaire ultra qui parut l’année suivante46) qu’ils portaient aux monarques interdisaient toute critique à l’égard de Ferdinand VII aux rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi, qui, par ailleurs, consacrèrent l’essentiel de leur rubrique « Nouvelles politiques » à la situation dans laquelle se trouvait la France au lendemain de l’assassinat du duc de Berry, qu’ils ne cessèrent de parer de toutes les vertus susceptibles d’entraîner sa canonisation47. Même quand cela dut leur coûter, comme quand ils informèrent leurs lecteurs que « quelques évêques ont publié des Pastorales en faveur de la constitution » et que « plusieurs religieux » se montraient « aussi favorables au nouveau régime »48, ils s’abstinrent de tout commentaire, laissant à chacun le soin de se faire son opinion. Il n’y eut que lorsqu’ils relatèrent que « les curés mêmes doivent, les dimanches et fêtes, expliquer la constitution à leurs paroissiens » qu’ils ne purent s’empêcher d’ajouter « il est clair que c’est là le plus pressé : l’Evangile et la morale attendront !»49 

17Une telle affectation d’objectivité dissimulait en fait une partialité sans faille. Ainsi put-on lire dans L’Ami de la Religion et du Roi du 1 avril 1820 :

  • 50 N° 236, samedi 1 avril 1820, tome XXIII, p. 236.

« Le Roi […] vient de choisir pour confesseur D. François Martinez Marina, chanoine de saint-Isidore, auteur d’un ouvrage intitulé : Théorie des Cortès. Ce choix est fort applaudi des constitutionnels ; et le premier résultat qu’il a eu a été d’ôter aux Jésuites l’église de Saint-Isidore qui leur avait été rendue, et d’y remettre les chanoines »50

  • 51 La Minerve de France annonça en mars 1820 que l’on travaillait « à la traduction de cet ouvrage qui (...)
  • 52 N° 594, mercredi 19 avril 1820, tome XXIII, p. 313 et n° 596, mercredi 26 avril 1820, tome XXIII, p (...)
  • 53 N° 609, samedi 16 juin 1820 , tome XXIV (1820), p. 142.
  • 54 N° 616, mercredi 5 juillet 1820, tome XXIV, p. 253.
  • 55 N° 626, mercredi 9 août 1820, tome XXIV, p. 415.
  • 56 N° 634, mercredi 6 septembre 1820, tome XXV, p. 127 et samedi 11 novembre 1820, tome XXV, p. 419.

18Or si Martínez Marina était bien coupable, à leurs yeux, d’avoir écrit en faveur du système constitutionnel un ouvrage que l’on était en train de traduire en français51, la décision de restituer leur église aux chanoines des Reales Estudios de San Isidro avait été prise par le gouvernement et non par le souverain sur conseil de son directeur de conscience. En fait, ce qui importait à nos journalistes était de discréditer les libéraux, que ce soit en évoquant le rôle joué par le nouveau confesseur du roi, les menaces qui pesaient sur l’existence même d’un fidèle serviteur de Ferdinand VII comme le général Elío à Valence52 ; les conditions dans lesquelles avait été rédigée la constitution promulguée en 1812 à Cadix53 ; l’implantation de loges maçonniques en Espagne54 ; l’introduction dans ce royaume d’ouvrages philosophiques55, ou encore la politique religieuse que Ferdinand VII se voyait contraint d’approuver comme le décret sur l’abolition de l’ordre des jésuites ou des ordres religieux en Espagne56.

  • 57 Supplément au Drapeau blanc du 12 de juin 1820 [p. 1] : « Des pierres furent lancées ; des cris séd (...)
  • 58 N° 591, samedi 8 avril 1820, tome XXIII, p. 269.
  • 59 N° 649, samedi 28 octobre 1820, tome XXV, p. 367.
  • 60 N° 630, mercredi 28 août 1820, tome XXV, p. 62.
  • 61 N° 592, mercredi 12 avril 1820, tome XXIII, p. 282.
  • 62 N° 635, samedi 9 septembre 1820, tome XXV, p. 141.

19De telles informations étaient bien de nature à inquiéter un clergé qui dut apprendre avec effroi qu’au lendemain de l’exécution de Louvel, l’assassin du duc de Berry, la force armée avait écrasé à Paris un début de rébellion au cours de laquelle on avait entendu les émeutiers proférer les cris de « à bas les missionnaires !»57. Mais surtout, les rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi s’attachaient à souligner l’esprit révolutionnaire qui se manifestait dans les clubs comme celui de Lorenzana58 et l’ensemble des sociétés patriotiques59, les complots qui menaçaient le souverain60, et surtout le rôle prépondérant joué par les chefs de l’insurrection de l’Ile de Léon, Quiroga, Riego et Areo-Aguiro [sic], qui avaient été tous promus61 et se permettaient d’adresser de « vives protestations au roi et aux cortès contre l’ordre qui leur avait été donné de licencier leurs troupes »62.

20Usant de la formule « dit-on » (qui, en attendant le fameux « selon des milieux bien informés » permettait de tout avancer sans la moindre preuve), les rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi s’évertuèrent à reprendre la thèse de l’abbé Barruel sur les origines de la révolution française pour rendre compte des événements qui bouleversaient l’Espagne, le Portugal et le royaume de Naples. Ainsi, dans le numéro du 27 décembre 1820 pouvait-on lire l’affirmation suivante :

  • 63 N° 666, mercredi 27 décembre 1820, tome XXVI (1821), p. 204.

« Il a été saisi, dit-on, sur les frontières du royaume de Naples, une correspondance en caractères mystérieux mais qui donne la clé des conspirations d’Espagne, de Naples et de Portugal »63.

  • 64 Ibid.: « On se rappelle le ton menaçant de nos proconsuls de 1793 dans leurs proclamations ; ce ton (...)

21Chacun reconnaissait dans ces « caractères mystérieux » le fameux alphabet maçonnique qu’étaient censés utiliser tant d’agents révolutionnaires et pouvait légitimement craindre que la contamination ne s’étendît à la France quand il découvrait, dans la même page, quelques lignes plus bas, que le ton des proclamations en Espagne rappelait le temps de la Terreur64.

  • 65 N° 698, mercredi 18 avril 1821, tome XXVI I (1821), p. 297; n° 699 ; samedi 21 avril 1821, Ibid., p (...)
  • 66 N° 707, samedi 19 mai 1821, tome XXVIII (1821), p. 44.

22Nos journalistes ne s’y trompaient point : la peur (au demeurant, parfaitement légitime) que pouvaient éprouver les prêtres qui constituaient l’immense majorité de leurs lecteurs était bien l’argument majeur qu’ils pouvaient utiliser pour convaincre leurs confrères de déployer leur zèle pour enrayer parmi leurs ouailles toute manifestation de sympathie à l’égard des libéraux espagnols (et, par voie de conséquence, leurs homologues français). Ils ne perdirent donc aucune occasion de dénoncer les violences faites à ceux qui étaient considérés comme adversaires de la constitution, et en particulier, ceux d’entre eux qui appartenaient à l’état ecclésiastique65. « Le fameux Quiroga a trouvé fort étonnant que l’on fît tant de bruit pour le massacre d’un prêtre » écrivirent-ils en annonçant le massacre du chanoine Vinuesa dans la prison où il était détenu66 : tout était dit.

Une voix discordante dans l’exaltation du dévouement des médecins français et des sœurs de Sainte-Camille lors de la peste de Barcelone

23Nous pourrions multiplier à l’infini les exemples d’une telle attitude. Nous nous bornerons à citer cet extrait des « Nouvelles politiques » publiées dans le numéro du 5 décembre 1821 :

  • 67 N° 764, mercredi 5 décembre 1821, tome XXX (1822), p. 764.

« L’Etat de l’Espagne devient de plus en plus déplorable ; ici la peste, là les divisions, ailleurs des révoltes, partout du trouble et de l’agitation dans les esprits, des écrits incendiaires, des adresses insolentes, des menaces dans les clubs, un gouvernement sans pouvoir, des ministres créés hier, dénoncés aujourd’hui, chassés demain ; des journaux donnant la loi et tenant le langage de 1793, tel est le spectacle d’un pays si longtemps calme sous l’empire de la religion et de ses rois. On lisait dernièrement dans une feuille libérale qu’une liberté agitée vaut mieux qu’une obéissance tranquille. Ceux qui sont de ce goût n’ont qu’à passer en Espagne ; ils y trouveront leur compte et nous aussi »67.

  • 68 N° 758, mercredi 14 novembre 1821, tome XXX (1822), p. 15.
  • 69 « Un fléau destructeur ravage une partie de l’Espagne ; j’ai ordonné, et je maintiendrai, des préca (...)
  • 70 Petit dictionnaire ultra…, op. cit., p. 19 et p. 70.
  • 71 Cette souscription fut également annoncée par l’Album, Journal des Arts et des Théâtres, Paris, au (...)
  • 72 Cette « proposition noble et généreuse » annoncée dans La Quotidienne de la veille fut saluée par L (...)
  • 73 N° 762, samedi 15 décembre 1821, tome xxx (1822), p. 156.
  • 74 Le Réveil, 4 août 1822, n° 4, p. 4.
  • 75 « Malgré le délai fort court prescrit par le programme aux auteurs, 130 odes et poèmes ont été envo (...)
  • 76 « L’Album du 30 novembre 1822 », p. 435 : « la dose d’opium que le grave Moniteur offre chaque jour (...)
  • 77 Recueil de l’Académie des Jeux Floraux, 1822, à Toulouse, chez M. M.-J. Dalles, imprimeur de l’Acad (...)
  • 78 Bibliographie de la France ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie, paris, chez Pille (...)

24Au premier rang des maux qui désolaient l’Espagne, les rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi avaient cette fois placé la peste qui avait dévasté Barcelone où elle avait causé quelque 15 000 morts68, donnant ainsi l’occasion au gouvernement français de fermer la frontière par un « cordon » dont Louis XVIII reconnut lui-même à mi-mots qu’il était tout aussi militaire ou policier que sanitaire dans le discours qu’il prononça le 5 novembre 1821, à l’occasion de l’ouverture des sessions des Chambres des pairs et des députés69. Les libéraux ne se firent pas faute de dénoncer une telle utilisation politique de ce fléau, et, par exemple, on trouve dans le Petit dictionnaire ultra… les définitions suivantes : « Cordon : mauvaise plaisanterie qui n’a rien de sanitaire » et « Peste : les Ultra savent parfois la mettre à profit, pour exécuter leurs projets »70. Toutefois, les médecins qui avaient été mandés de Paris par le gouvernement français pour observer l’épidémie et venir en aide aux victimes de la fièvre jaune, ainsi que les sœurs de Sainte-Camille qui avaient quitté Paris pour se mettre à la disposition des malades, avaient provoqué, à gauche comme à droite, une admiration tout à fait légitime. Ainsi, le journal libéral Le Réveil ouvrit-il une souscription en faveur de la mère du docteur Mazet, qui restait sans ressources après le décès de son fils, mort à Barcelone d’avoir contracté la maladie en prodiguant ses soins aux victimes de l’épidémie71 et l’un des organes des Ultra, La Quotidienne, proposa que fut frappée « une médaille, aux médecins français qui se sont rendus en Catalogne et dont l’héroïque dévouement doit passer à la postérité »72. Quant à Louis XVIII, qui voyait, pour une fois, se réaliser son rêve d’ « union » entre tous les Français, il mit à la disposition de l’Académie française une somme de 1 500 francs, prise sur sa cassette, pour récompenser l’auteur du meilleur poème qui lui serait adressé sur le thème du « dévouement des médecins français et des sœurs de Sainte-Camille lors de la peste de Barcelone »73. Pas moins de 127 poètes adressèrent leurs compositions quai Conti74 ; 130 à la Société des Bonnes Lettres qui organisa elle aussi un concours sur le même sujet75 ; d’autres comme Victor Hugo (que L’Album accusait de doubler la dose d’opium que le Moniteur offrait chaque jour à ses lecteurs76 !) firent parvenir leurs odes ou autres poèmes à l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse77 et, entre 1821 et 1823, une cinquantaine de poèmes ayant pour thème le dévouement des médecins français et des sœurs de Sainte-Camille furent mis en vente chez les libraires parisiens78 Un roman traduit de l’espagnol sous le titre des Amants de Barcelone, fit pleurer Margot et les autres. Bref, à la fin de l’année 1821, la presse ne cessa de chanter les louanges de ces hommes de science et de ces filles de Dieu, qui par amour de l’humanité et par charité chrétienne, avaient exposé, voire sacrifié leur vie, pour tenter de soulager leurs semblables.

  • 79 N° 754, mercredi 31 octobre 1821, tome XXIX (1821), p. 363.
  • 80 N° 758, mercredi 14 novembre 1821, tome XXX (1822), p. 25.

25Or, L’Ami de la Religion et du Roi fut loin de partager un tel enthousiasme. Pour ce qui concerne les médecins, il se contenta de signaler à ses lecteurs, le décès du docteur Mazet dans le numéro du 31 octobre 182179, et d’annoncer, dans celui du 14 novembre que « S.A.R. Monsieur a fait remettre à la mère du docteur Mazet, mort à Barcelone, une somme de 2 000 francs, en attendant la pension qu’elle est en droit d’espérer »80. Quant aux précisions que ses rédacteurs apportèrent sur les sœurs de Saint-Camille, elles furent plus de nature à tempérer l’admiration de leurs lecteurs qu’à la susciter car le bilan qu’ils présentèrent en ces termes était, somme toute, assez léger :

  • 81 N° 751, samedi 10 novembre 1821, tome XXIX (1821), p. 508.

« Tous les journaux ont parlé des sœurs de Sainte-Camille, qui sont allées à Barcelone se dévouer aux soins des malades. Deux de ces sœurs sont en effet parties de Paris pour cet objet, et on a reçu une lettre d’elles, du 27 octobre. Elles étaient arrivées à Barcelone le 21, et logeaient dans la maison du consul de France. La sœur Josèphe, une d’elles, entra à l’hôpital des pestiférés et on lui confia la surveillance des salles de femmes. La sœur Vincent, l’autre hospitalière, était encore au consulat pour se remettre des fatigues du voyage. C’est elle qui écrit et fait l’éloge des médecins français en même temps qu’elle peint la désolation qui règne dans la ville. La lettre est adressée à la supérieure de l’établissement, formé à Paris, rue Notre-Dame-des-Champs, n° 42. […] Les journaux ont parlé récemment de deux autres soeurs de Sainte-Camille (lisez plutôt de Saint-Camille) qui ont passé le 26 octobre dernier, à Toulouse, se rendant à Barcelone. Celles-ci ne viennent point de la maison de Paris ; peut-être sont-elles envoyées d’Italie »81.

  • 82 Ibid. : « C’est par erreur que tous les journaux les appellent sœurs de Sainte-Camille ; leur nom e (...)
  • 83 Les sœurs de Sainte-Camille ne figurent pas dans le chapitre  « Maisons religieuses de dames de Par (...)
  • 84 N° 750, mercredi 17 octobre 1821, tome XXIX (1821), p. 299.
  • 85 N° 752, mercredi 24 octobre 1821, tome XXIX (1821), p. 333.
  • 86 N° 755, samedi 3 novembre 1821, tome XXIX (1821), p. 383,
  • 87 N° 758, mercredi 14 novembre 1821, tome XXX (1822), p. 15.
  • 88 N° 756, mercredi 7 novembre 1821, tome XXIX (1821), p. 398.
  • 89 N° 760, mercredi 21 novembre 1821, tome XXX (1822), p. 41.

26On ne peut que s’étonner de cette dernière supposition car Toulouse n’est pas sur le chemin le plus direct de l’Italie à Barcelone. Mais elle nous donne sans doute l’explication de la réticence des rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi à chanter les louanges des membres de cet ordre fondé au XVIème siècle par Camille Lelli, prêtre italien canonisé en 1746 par Benoît XIV et que l’on s’efforçait d’introduire en France, peut être (insinuaient-ils) sans disposer de toutes les autorisations nécessaires82. Plutôt que d’exalter le dévouement des membres d’une association religieuse qui n’était pas parmi les plus illustres de France83, L’Ami de la Religion et du Roi préférait signaler à ses lecteurs le dévouement des prêtres et religieux espagnols dont la presse française ne disait mot, mais qui, partout où l’épidémie faisait rage, avaient consenti à sacrifier leur vie pour soulager leurs frères atteints de la peste: à Tortosa, l’évêque,  qui avait péri « victime de son zèle et de son dévouement »84, tout comme un grand nombre d’ecclésiastiques et de religieux85, quatre sœurs de la Charité de Valence86, immédiatement remplacées par six autres87, et dix religieux de Saint-François88. Il ne manqua pas non plus de signaler qu’à Barcelonette, c’étaient « de bons religieux capucins » qui prodiguaient « aux malades tous les secours qui étaient en leur pouvoir » et étaient « chargés de nourrir tous les petits enfants devenus orphelins par suite de la contagion »89. Dans le même numéro dans lequel ils annoncèrent le décès du docteur Mazet à Barcelone, les rédacteurs de la revue crurent devoir ajouter que :

  • 90 N° 754, mercredi 31 octobre 1821, tome XXIX (1821), p. 363.

« Au plus fort de la contagion, on a vu tout à coup ces bons religieux [qui en avaient été expulsés], animés d’un zèle que seule la religion peut inspirer, se présenter aux portes de la ville, et demander à partager les périls des citoyens, en leur portant secours. Leur demande a été accueillie, et plus d’un d’entre eux ont péri victimes de leur dévouement »90.

27Et c’est avec fierté qu’ils purent établir ce bilant saisissant :

  • 91 N° 769, samedi 22 décembre 1821, tome XXIX (1821), p. 187.

« Beaucoup de prêtres et de religieux sont morts à Barcelone, victimes de leur zèle pour le soulagement des malades. Le couvent des franciscains a perdu 15 religieux ; la seule paroisse de Sainte-Marie, 15 prêtres ; 20 capucins ont subi le même sort »91.

28Le but de nos journalistes était clair : établir un saisissant parallélisme entre le dévouement et l’abnégation des ecclésiastiques espagnols et les persécutions dont ils ne cessaient d’être l’objet de la part des libéraux.

L’entrée en lice de nouveaux Amis de la Religion

  • 92 Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, tome I (1822), p. 142 (février 1822).
  • 93 A Paris, chez Audin, libraire, quai des Augustins, n° 25, 1821 ; annoncé dans Bibliographie de la F (...)
  • 94 Tablettes du clergé…, tome 1 (1822), pp. 9-10.

29En janvier 1822 vit le jour un nouvel organe du « parti-prêtre » sous le titre de Tablettes du clergé et des Amis de la Religion. Comme ceux de son aîné, ses rédacteurs ne manquèrent pas d’insister sur le nombre d’ecclésiastiques (500, selon eux) qui, à Barcelone, avaient sacrifié leur vie « en portant les consolations de la religion aux pestiférés »92. Mais ils furent loin de partager la réserve de L’Ami de la Religion et du Roi à l’égard des médecins français et des sœurs de Sainte-Camille dépêchés dans la capitale de la Catalogne. Et pour bien marquer tout le respect que leur inspiraient le « généreux dévouement » de ces médecins, et « l’ardente piété de ces vierges modestes, les sœurs gardes-malades de l’ordre de sainte-Camille, qui ne consultant que la tendre humanité qui les anime, s’éloignent de leur patrie, et volent sur un sol don l’air infecté fait respirer la mort, pour y porter secours à des malheureux, abandonnés aux horreurs du trépas », ils publièrent dans le premier numéro de leur revue l’un des très nombreux poèmes sur ce sujet qui virent alors le jour. Ils choisirent pour cela l’Ode sur la fièvre jaune qui ravage l’Espagne de Lebrun des Charmettes, une composition qui venait d’être mise en vente à Paris chez le libraire Audin93 et qu’ils préférèrent publier sous le titre, à leurs yeux plus explicite, d’Ode sur les maux qui ravagent l’Espagne94.

Les Tablettes du ...Les Tablettes du clergé et des amis de la religion: page de garde du tome I (1822)

Les Tablettes du clergé et des amis de la religion: page de garde du tome I (1822)

  • 95 Tablettes du clergé… tome I (1822), p. 9.
  • 96 Paris, chez Charles Gosselin, libraire, rue de Seine, n° 12 et Ponthieu, au Palais-Royal, 1822, p.  (...)
  • 97 Cf. les derniers vers de l’Ode…. :

30De fait, pour Lebrun des Charmettes comme pour les journalistes des Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, la peste qui dévastait le royaume voisin avait été provoquée par le courroux du «  Très-Haut […] irrité par l’impiété de la nation espagnole » qui avait « ordonné à l’ange exécuteur des justices divines, de frapper ce peuple violateur de ses saintes lois »95. C’était là une opinion fort répandue parmi les ultra, et que l’on retrouve, par exemple, dans le Testament politique de l’année 1821 ou avis et leçons à ma fille, ouvrage posthume (et publié sans nom d’auteur) du vicomte Gallard de Terraube96. Mais si Lebrun des Charmettes imposait silence à sa lyre sur la façon dont il convenait d’extirper la cause de tous les maux97 (à savoir, le libéralisme impie), la solution était évidente pour tout ami de la religion : il fallait restaurer pleinement l’autorité de l’Eglise et du trône d’Espagne, ce qui ne pouvait se faire que manu militari. Dès leur naissance, les Tablettes du clergé et des Amis de la Religion s’étaient donc placées, pour reprendre la formule de La Foudre, « aux avant postes » de la croisade des journaux monarchiques en faveur de l’intervention militaire française Outre Pyrénées.

L’Ami et Les Amis de la Religion : un même objectif pour l’Espagne

  • 98 Tablettes de du clergé et des Amis de la Religion, tome 3 (1823), p. 354 (novembre 1823), « Avis de (...)
  • 99 Tablettes de du clergé et des Amis de la Religion, tome 2 (1822), p. 380 (décembre 1822).

31Ce nouvel organe du « parti-prêtre » (fortement recommandé par l’épiscopat qui chargea son administration d’en faciliter la diffusion98) trouva d’ailleurs rapidement un ample écho parmi le clergé, puisque, dix mois après sa création, ses rédacteurs purent faire état, sans être démentis, de « plusieurs milliers de souscripteurs »99.

  • 100 N° de juin 1823, tome III (1823), pp. 475–478. L’article comme de la sorte : « Nous espérions vivre (...)
  • 101 Par exemple, ces commentaires (qui font référence à la présence de Juan Antonio Llorente au sein de (...)

32Manifestement, ce succès agaça parfois les publicistes de L’Ami de la Religion et du Roi qui avaient perdu le monopole de l’information du clergé avec l’apparition des Tablettes… et lancèrent même contre leurs confrères des attaques auxquelles ceux-ci répliquèrent vertement100. Mais la concurrence entre les deux revues était purement de nature commerciale car les points de vue qu’elles énonçaient étaient si proches et étaient parfois formulés en termes si voisins que l’on pouvait se demander si le second journaliste ne s’était pas contenté de copier le premier ou si les deux textes n’auraient pas été rédigés par une seule et même plume101.

  • 102 Avant les événements de 1820, L’Ami de la Religion et du Roi se félicita du rétablissement de la Co (...)
  • 103 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 800, mercredi 10 avril 1822, tome XXXII (1822), p. 270.
  • 104 Ainsi furent censurées cinq lignes du numéro de L’Ami de la Religion et du Roi dans lequel cette re (...)
  • 105 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 866, mercredi 27 novembre 1822, tome XXXIV (1823), p. 76.
  • 106 Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile démontrée par le raisonnement et p (...)

33En bon admirateur des Jésuites dont il ne cessait de chanter les louanges102, L’Ami de la Religion et du Roi se garda bien d’afficher aussi clairement son engagement en faveur de l’intervention armée de la France en Espagne que l’avaient fait dans leur prospectus les rédacteurs des Tablettes du clergé… Mais l’abondance des informations fournies sur les affaires d’Espagne dans tous les domaines venait constamment rappeler à leurs lecteurs que « ce malheureux pays était le théâtre de scènes sanglantes qui se succéd[ai]ent sur tous les points »103. Les rédacteurs des Tablettes du clergé… n’avaient pas jugé utile, à l’instar de leurs confrères de L’Ami de la Religion et du Roi, de présenter leur journal comme « ecclésiastique, politique et littéraire » et en avaient limité l’objet, dans l’« Avis des éditeurs » placé en tête (qui précéda) leur premier numéro, au domaine religieux. S’en tenant strictement à ce cadre, ils évitèrent ainsi tout risque de la part d’une censure qui pouvait fort bien s’en prendre à un journal ecclésiastique104 et surtout de sanction comme ce fut le cas, comme nous l’avons déjà vu, pour le propriétaire de La Foudre, ou celui du Diable Rose, Victor Ducange, lui aussi condamné à 40 jours de prison et 300 francs d’amende pour avoir publié des commentaires politiques dans un journal consacré aux annonces de spectacles et aux événements littéraires105 Mais comment un journal religieux aurait-il pu ne pas parler de politique puisque, comme disait de Bonald, « quand on traite de la société civile, qui est la réunion de la société politique et de la société religieuse, il faut, sous peine de s’égarer, considérer la politique sous le point de vue de la religion, et la société religieuse sous le point de vue du gouvernement politique »106 ?

  • 107 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 802 (mercredi 17 avril 1822), tome XXXI (1822), p. 301, en renda (...)
  • 108 Ibid., n° 796, mercredi 27 mars 1822, p. 205.

34Aussi qu’ils lussent l’une ou l’autre des deux revues qui leur était essentiellement destinées, curés et desservants des paroisses de France trouvèrent les mêmes motifs de s’alarmer sur les persécutions dont était l’objet les membres de l’Eglise d’Espagne, et dont ils ne tarderaient guère à être victimes à leur tour si rien ne venait interrompre les progrès de la contagion révolutionnaire. Car aucune disposition prise par les Cortès à l’égard de ce qu’on appelait la « discipline ecclésiastique » ne trouva grâce aux yeux des rédacteurs de nos « bonnes feuilles » : pas même celle d’établir une pension congrue de 300 ducats (1 325 francs)107, puisque cette mesure fut attribuée au seul souci d’attirer le bas clergé au parti libéral108. En revanche, les Tablettes du clergé et des Amis de la Religion ne manquèrent pas de souligner, en mars 1822, que :

« Un député des Cortès a proposé une constitution civile du clergé sur le modèle de celle qui fut décrétée en 1791 par nos révolutionnaires, pour le renversement de la religion catholique. »

  • 109 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, mars 1822, tome I (1822), p.  216.

35« Voilà », commentaient ses journalistes, « le respect des libéraux espagnols pour cette constitution qu’ils ne cessent d’invoquer et qui, cependant, a fait de la religion catholique un article fondamental »109. L’Ami de la Religion et du Roi fit chorus quelque temps plus tard en affirmant que :

  • 110 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 823, samedi 29 juin 1822, tome XXXII (1822), p. 237.

« Plusieurs députés ont proposé, dans une des dernières séances, la suppression, de tous les couvents. Un d’entre eux, M. Isturitz, zélé imitateur de nos révolutionnaires de 1792, qui voulaient en finir avec les prêtres et les nobles, a déclaré qu’il fallait en finir avec les moines. »110

  • 111 Cité dans L’Ami de la Religion et du Roi, n° 793 , mercredi 2 janvier 1822, tome XXX (1822), p. 242
  • 112 N° 825, samedi 6 juillet 1822, tome XXXII (1822), p. 255
  • 113 N° 838, mercredi 21 août 1822, tome XXXIII (1822), pp. 46-47. 
  • 114 N° 849, samedi 28 septembre 1822, tome XXXIII (1822), p. 224.
  • 115 N° 859, samedi 2 novembre 1822, tome XXXIII (1822), p. 382.
  • 116 Cf. Relación de los obsequios fúnebres con que los RR. Curas Párrocos del Obispado de Vich honraron (...)
  • 117 Voir BARRIO GOZALO, Maximiliano, El real Patronato y los obispos españoles del Antiguo Régimen (155 (...)
  • 118 REVUELTA GÓNZALEZ, Manuel, Política religiosa de los liberales en el siglo XIX, Madrid, C.S.I.C., 1 (...)
  • 119 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, décembre 1822, tome II, p. 425 et janvier 1823, tom (...)

36Dans cette France où le « pardon et oubli » promis à ses sujets par Louis XVIII se traduisait par la commémoration incessante des crimes révolutionnaires, ce n’était assurément pas prêcher dans le désert que d’évoquer les sombres jours de la Terreur. Surtout quant on s’adressait à un public d’ecclésiastiques qui, pour une grande partie d’entre eux avaient vécu cette période puisque, selon l’Almanach du clergé de France de 1822 de M. Chatillon, sur les 35 286 prêtres qui desservaient les paroisses du royaume au 1 janvier 1821, 14 870 (soit un peu plus de 42% d’entre eux) étaient âgés de plus de 60 ans111. Aussi L’Ami de la Religion et du Roi ne manqua pas de signaler à ses lecteurs tous les massacres dont les prêtres et religieux espagnols furent victimes. « Les constitutionnels espagnols se livrent à toutes sortes d’horreurs. Les habitants de Castelfollit [sic, pour Castrellfollit] ont été fusillés. A Guisona, 18 habitants, plusieurs prêtres et religieux ont éprouvé le même sort », écrivit-il dans son numéro du 6 juillet 1822112. « Le 1er avril, le Trapiste est parti de Puycerda avec sa division et s’est dirigé du côté de Lérida. On dit que les constitutionnels de cette ville ont pendu l’évêque, trois chanoines et trois prêtres qu’ils accusaient de vouloir livrer le fort aux royalistes », put-on lire dans la livraison du 21 août113. « Plusieurs ecclésiastiques de Ronda, chefs de la dernière insurrection, ont été pris et ont subi la peine de mort », annonça-t-il le 28 septembre114, et, le 2 novembre : « la division du général constitutionnel Milany [ ?] s’est portée aux derniers excès : des religieux et des prêtres ont été égorgés de sang froid ; quelques uns ont été immolés au pied des autels. L’évêque de Vich, dont la conduite politique devait paraître sans reproche aux révolutionnaires a été arrêté et on craint pour ses jours »115. En fait, les rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi ne se montraient pas très regardants sur l’exactitude des « on dit » qu’ils colportaient volontiers dès qu’il s’agissait d’assimiler les « descamisados » d’Espagne (le terme faisait alors fureur en France) avec les septembriseurs de Paris de 1792. Ainsi, s’ils avaient toutes raisons de s’inquiéter du sort de l’évêque de Vich, Raimundo Strauch y Vida, qui fut « traitreusement assassiné » le 16 avril 1823 lors de son transfèrement de Barcelone à Tarragone 116, celui de Lérida, Simón Antonio de Rentería Reyes, loin d’être pendu, survécut au régime constitutionnel et mourut en octobre 1824 après avoir reçu le prix de son dévouement à la cause absolutisme en étant nommé à la tête du quatrième archevêché d’Espagne de par ses revenus : celui de Saint-Jacques de Compostelle117. Certes, L’Ami de la Religion et du Roi aurait pu faire état d’autres atrocités dont avaient été victimes des ecclésiastiques, comme le hiéronymite Vicente Cortès, roué de coups jusqu’à ce que mort s’ensuive dans l’église de Tirix (province de Castellón) et dont on coupa la langue et les oreilles pour les promener en guise de trophées au bout d’une lance dans tous les villages voisins118. Mais on peut être assuré que, si ses rédacteurs omirent de rapporter ce fait, ce ne fut pas par crainte de traumatiser leurs lecteurs, mais simplement parce que l’information ne parvint pas jusqu’à eux. Leur but, comme celui de leurs confrères des Tablettes du clergé… qui, eux, préférèrent regrouper les exactions à l’encontre des prêtres et des religieux sous forme de longues listes récapitulatives119, était de réveiller les souvenirs et les peurs de tous ceux de leurs lecteurs qui, sous la Terreur, n’avaient dû leur salut qu’à la Providence, ou à une fuite opportune à l’étranger.

  • 120 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 812, mercredi 22 mai 1822, tome XXXII (1822), p. 47 : « on a eu (...)
  • 121 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 873, samedi 21 décembre 1822, tome XXXIV (1823), pp. 190-191.
  • 122 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, décembre 1822, tome II, p. 380
  • 123 GUTIÉRREZ GARCÍA-BRAZALES, Manuel, El exilio francés en España durante la revolución (1791-1815), Z (...)
  • 124 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, janvier 1823, tome III, p. 62.
  • 125 L’Ami de la Religion et du Roi, n° L’Ami de la Religion et du Roi, n° 867, samedi 30 novembre 1822, (...)
  • 126 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, décembre 1822, tome II, p. 380.
  • 127 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 823, samedi 29 juin 1822, tome XXXII (1822), p. 233.

37C’est dans le même état d’esprit que nos Amis de la Religion rendirent compte des proscriptions dont furent également l’objet les ecclésiastiques espagnols120 et de l’exil auquel bon nombre d’entre eux se virent contraints. En lisant que le flux de prêtres qui venaient chercher refuge en France la France augmentait de jour en jour121, que « les malheurs et les crimes dont l’Espagne est affligée repoussent de son sein les amis de la religion et de la monarchie » et que «grand nombre de ces braves et vertueux Espagnols appartiennent à l’état ecclésiastique »122, plus d’un ecclésiastique français (ils avaient été quelque 8 000 à trouver refuge Outre-Pyrénées pendant la Révolution123) devait songer que l’Espagne, vingt ans plus tôt, avait été pour eux une terre d’asile, où, comme le rappelaient les Tablettes du clergé…, l’Eglise de France avait trouvé sur son sol « naguère bienfaisant, un asile tandis qu’agitée par la tempête d’une révolution, elle fuyait un pays où la croix était foulée aux pieds et le sceptre avili »124. Aussi curés et desservants durent-ils être particulièrement sensibles aux appels lancés par des prélats comme ceux de Bordeaux125, de Carcassonne126 ou de Toulouse pour venir en aide à ces infortunés comme les « 14 religieux Trappistes que la fureur révolutionnaire a[vait] chassés de leur asile de paix et de pénitence » et allaient sans doute devoir attendre à Toulouse « le dénouement de la lutte sanglante dans leur patrie »127. La Sainte Alliance des prêtres avait moins tardé à se mettre en marche que celle des rois qu’elle sommait (discrètement) d’agir au plus vite et le 8 janvier 1823, on pouvait lire les lignes suivantes dans L’Ami de la Religion et du Roi :

  • 128 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 878, mercredi 8 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 268.

« Nous annonçons avec plaisir qu’une souscription a été ouverte à Paris, chez un notaire, M. Agasse, en faveur des Espagnols bannis et réfugiés en France. Déjà des personnes de marques se sont fait inscrire pour des offrandes plus ou moins considérables. Nous ne doutons pas que cet exemple ne soit imité par des âmes pieuses »128.

38Mais ces « bonnes âmes », encouragées par les revues du parti-prêtre, ne tardèrent pas à franchir un nouveau pas dans leurs revendications en faveur des défenseurs espagnols du trône et de l’autel. Trois jours plus tard, le 11 janvier 1823, L’Ami de la Religion… invitait tous ses lecteurs à suivre l’exemple de ce qui passait à Paris en écrivant que :

  • 129 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 879, samedi 11 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 278.

« L’état religieux et politique de l’Espagne est fait pour exciter tout l’intérêt des âmes pieuses. Des personnes zélées proposent de faire, pour ce malheureux pas, une quarantaine de prières, qui commencera le 12 janvier prochain, à Paris, et dans les provinces, le jour où elle sera connue. On a publié une prière pour demander à Dieu de jeter un regard de miséricorde sur cette contrée ; on invoque les saints protecteurs du pays. On y joint un Pater et un Ave, et on recommande de faire un jeune et une communion pendant la quarantaine »129.

39Ce n’était plus seulement à une campagne de presse, mais à une campagne d’opinion que se livraient ses rédacteurs qui se proposaient de réunir pendant 40 jours consécutifs, dans chaque paroisse de France, les fidèles les plus zélés pour demander à Dieu de vaincre l’impie Outre-Pyrénées.

40Ce n’était pas la guerre, mais la mobilisation de ses partisans, qui était ainsi déclarée et proclamée jusqu’au fin fond des départements. Et c’était bien le mouvement de la dernière chance puisque, quelques jours auparavant, le 28 décembre 1822, la presse s’était faite l’écho en ces termes de la décision prise par Louis XVIII le jour de Noël de ne pas intervenir militairement en Espagne :

  • 130 Ibid., n° 875, samedi 28 décembre 1822, tome XXXIV (1823), p. 220.

« Le Conseil des ministres, présidé par le Roi, a eu lieu le 25 de ce mois et a duré trois heures. On dit que la délibération a porté sur les résultats du congrès de Vérone, et sur le parti à prendre à l’égard de l’Espagne. On assure que cinq ministres ont opiné pour la guerre, et que le Roi a incliné pour l’opinion émise par MM. Villèle et de Lauriston en faveur de la paix. Par suite de cette résolution, le ministre des affaires étrangères [Montmorency] aurait donné sa démission, et M. de Villèle prendrait par intérim le portefeuille de ce ministère. Du reste, comme l’on est dans une grande incertitude sur les affaires d’Espagne, il est possible que ce qui est arrêté aujourd’hui ne le soit plus demain »130.

41On ne peut que s’étonner que les rédacteurs de L’Ami de la Religion et du Roi aient cru pouvoir conclure leur note d’information sur la décision prise par Louis XVIII de ne pas intervenir militairement en Espagne en laissant une lueur d’espoir aux « va-t-en-guerre ». Mais à vrai dire, il ne fait nul doute qu’ils comptaient sur la quarantaine qui se préparait à Paris et dont ils ne firent état qu’au tout dernier moment, c’est-à-dire, quand le succès en fut assuré, pour fléchir l’opinion du souverain. Vos populi, vox Dei, disait le vieil adage : le Roi Très Chrétien, qui avait fondé toute sa politique sur la restauration conjointe du trône et de l’autel, ne pouvait rester insensible aux prières de son peuple. Un miracle se préparait dont les organes du parti-prêtre avaient été les artisans, aussi discrets qu’efficaces.

42Pour renforcer l’ardeur belliqueuse des Français, L’Ami de la Religion et du roi fit également vibrer la fibre patriotique de ses lecteurs en dénonçant vigoureusement les violations de territoire auxquelles, selon lui, se livraient les constitutionnels. Ainsi, ses lecteurs furent-ils informés que :

  • 131 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 880, mercredi 11 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 222.

« Dans la nuit du 29 décembre 1822, une colonne armée de 200 constitutionnels a traversé, sur un espace d’environ trois lieues, le territoire français pour aller massacrer des soldats de l’armée de la foi »131.

43et que :

  • 132 Ibid., n° 992, mercredi 22 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 330.

« Une centaine de miliciens espagnols ayant osé dans la nuit du 8 au 9 janvier, violer le territoire français de la commune des Aldules, un détachement du 28e régiment de ligne les a forcés de mettre bas les armes. Six soldats de l’armée de la foi qui avaient été faits prisonniers par les milices ont été aussitôt mis en liberté. Ces derniers sont détenus en attendant des ordres supérieurs. Postérieurement à cette date, les troupes du corps d’observation ont encore désarmé une autre centaine de soldats constitutionnels espagnols qui ont eu la témérité de violer, pour la troisième fois, le territoire français132 . »

44De telles violations du territoire national ne pouvaient être tolérées ; le gouvernement se devait de faire respecter le « nouveau drapeau » et cet argument venait s’ajouter à tous ceux qui avaient jusqu’alors été énoncés en faveur de l’intervention militaire.

  • 133 Ibid., n° 883, samedi 25 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 351.
  • 134 Journal des Débats politiques et littéraires, mercredi 30 janvier 1823, p. 1.

45De fait, tous les arguments en faveur de la paix tombèrent les uns après les autres. Le 25 janvier 1823, L’Ami de la Religion et du Roi put signaler à ses lecteurs que « le bruit d’une guerre prochaine avec l’Espagne » prenait « de jour en jour plus de consistance » et que l’on faisait « circuler à ce sujet des nouvelles plus ou moins vraisemblables »133. Quatre jours plus tard, cette guerre était « presque déclarée » aux dires du Journal des Débats qui résuma en ces mots le discours du Roi lors de l’ouverture solennelle des sessions des deux Chambres le 29 janvier 1823134.

Venger en France de semblables outrages à la Religion

  • 135 Ibid.
  • 136 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, avril 1823, tome III, pp. 351-352.

46Ce n’était sans doute pas la campagne de presse et les quarantaines pratiquées dans toutes les paroisses du royaume qui fléchirent Louis XVIII qui, dit-il, « avait tout tenté pour garantir la sécurité de ses peuples et préserver l’Espagne elle-même de ses derniers malheurs » mais (toujours selon lui) « l’aveuglement » « avec lequel avaient été repoussées les représentations faites à Madrid »135. Les Tablettes du clergé lui en firent d’ailleurs le reproche en publiant le mandement de l’évêque de Carcassonne en date du 21 février 1823 par lequel il ordonnait à ses fidèles de pratiquer des prières publiques en faveur du succès des armées françaises durant tout le temps de son intervention en Espagne tout en s’étonnant (c’est-à-dire, en s’offusquant) de ce que celles-ci n’aient pas été ordonnées par le roi lui-même136. C’était la première fois s’attirait une observation de son « fidèle clergé ». Aussi ne tarda-t-on pas à faire amende honorable et, en s’adressant aux Espagnols de Bayonne, le 30 mars 1823, juste avant de franchir la Bidassoa à la tête des Cent mille fils de Saint Louis, le duc d’Angoulême (qui fut, en tout, le fidèle exécuteur des ordres du souverain) ne manqua pas de faire observer à tous les Amis de la Religion à quel point ils avaient été entendus par la famille royale en déclarant :

  • 137 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 904, mercredi 9 avril 1823, tome XXXV (1823), p. 266.

« Je vais franchir les Pyrénées pour relever l’autel et le trône et pour arracher les prêtres à la proscription »137.

47En excluant les Amis de la Religion des périodiques les plus engagés en faveur de l’intervention militaire Outre-Pyrénées, le rédacteur de La Foudre avait eu tort. Car non seulement ils avaient tout mis en œuvre pour gagner à leur cause les desservants de toutes les paroisses de France, c’est-à-dire, les intermédiaires culturels les plus efficaces du moment, mais, d’après la déclaration du duc d’Angoulême, si la Guerre d’Espagne avait bien lieu, c’était, officiellement, pour les motifs énoncés par les Amis de la Religion. Et même s’ils exagéraient sans doute leur influence, eux et eux seuls pourraient se targuer d’avoir convaincu le roi et chanter le Te Deum de la victoire en se félicitant, comme l’archevêque de Paris, de ce que :

  • 138 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, octobre 1823, tome IV (1824), p. 255-256. Nous avon (...)

« Ferdinand VII est libre, et le roi de France est son libérateur ! Misit rex, et solvit eum ; cent mille français rassemblés par ses ordres, commandés par un prince de sa famille, par celui que son cœur aime à nommer son fils, ont marché en invoquant le Dieu de Saint Louis ; le trône d’Espagne est conservé à un petit-fils de Henri IV, un beau royaume, préservé de sa ruine, est réconcilié avec l’Europe ; une paix, impossible à obtenir par d’autres voies, est conquise par la guerre la plus juste, la plus loyale, et en même temps la moins sanglante qui fut jamais ; un prince, longtemps opprimé par les enfants de la rébellion reste dans l’exercice de son pouvoir et de la plénitude de ses droits, un peuple, arraché à son amour, revient avec ivresse sous le joug de son obéissance, l’anarchie confondue ; les factions dispersées ; la révolte soumise ; une révolution ennemie du monde forcée dans ses derniers retranchements, obligée d’abandonner l’asile où elle se croyait impugnable [sic], de fuir dans les contrées éloignées et lointaines, ou de se replonger dans les ténèbres ; la fidélité consolée par la fidélité victorieuse, six mois, N. T.-C. F., six mois ont suffi pour tant de merveilles. Grâces en soient rendues au Roi que Dieu éclaire, dont les lèvres sont comme un oracle, dit l’Esprit-Saint, dont la bouche ne se trompe pas dans les jugements qu’il prononce, dont la sagesse dissipe les méchants et, après les avoir vaincus, les fait passer sous l’arc de triomphe : Divinitio in labiis regiis, in judicio non errabit os ejus. Dissipat impios rex sapiens, et incurvat super eos fornicem »138.

  • 139 Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, novembre 1823, tome IV (1824), pp. 299- 333.
  • 140 Ibid., pp. 311- 327.
  • 141 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 961, samedi 25 octobre 1823, tome XXXVII (1823), pp. 347-348 ; n (...)
  • 142 Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, novembre 1823, tome IV (1824), p. 323.

48Tous les prélats de France saluèrent de la sorte « les résultats de la guerre d’Espagne par rapport à la Religion » et après avoir consacré tout un article à cette question139, les Tablettes du clergé… purent offrir à leurs lecteurs un long florilège des mandements dans lesquels l’épiscopat se réjouit de la victoire du duc d’Angoulême et de la restauration de Ferdinand VII comme souverain absolu140. Dans l’enthousiasme de la victoire, ses rédacteurs oublièrent leurs querelles contre L’Ami de la Religion et du Roi qui, lui aussi, s’était empressé de fournir à ses lecteurs les réactions enthousiastes d’autorité ecclésiastiques à l’annonce de la libération de Ferdinand VII141 et qu’ils n’omirent pas de citer respectueusement en reproduisant un texte déjà publié par leur rival142. Mais les journalistes du « parti-prêtre » n’entendaient pas en rester là car, disaient les Tablettes du clergé :

  • 143 Ibid., p. 301.

« Notre généreuse nation vient de faire triompher chez les autres la légitimité ; il ne lui reste plus qu’à la faire triompher parmi nous par des lois et des doctrines. La Religion a été vengée en Espagne des outrages d’une secte impie, ennemie de Dieu et des rois ; n’est-il pas temps, enfin, qu’elle soit vengée en France, par le triomphe des vérités éternelles qu’elle proclame, par le retour de cette postérité qu’elle seule peut donner ? »143

  • 144 Expression utilisée par l’ultraroyaliste Clausel de Coussergues, lors de son intervention lors de l (...)

49Pour les Amis de la Religion, il restait à écraser les « ennemis de l’intérieur  de la monarchie »144 : ils purent croire y être parvenu lorsque Charles X se fit sacrer à Reims avec toute la pompe d’antan.

Caricature sur le...Caricature sur les Ultra et le Journal libéral Le Miroir, 18,8 x 24 cm lith. De Motte, Paris, 1821.

Caricature sur les Ultra et le Journal libéral Le Miroir, 18,8 x 24 cm lith. De Motte, Paris, 1821.

Source. BNF: RESERVE QB-370 (77)-FT4. Consultable sur Gallica

Haut de page

Notes

1 Journal des débats, 22-23 janvier 1820, p. 1.

2 Ibid., pp. 1, 2 et 3.

3 Ibid., p. 3.

4 Lettres normandes ou Correspondance politique et littéraire, tome dixième, à Paris, au Bureau des Lettres normandes, rue Saint-Hyacinthe-Saint-Michel, n° 27, et chez Foulon et comp., rue des Francs-Bourgeois-Saint-Michel, n° 3, 1820, « Lettre première , Paris, le 19 février 1820 », pp. 47-48.

5 Ibid., tome X, lettre IX, Paris, 27 janvier 1820, p. 354.

6 Cf. l’analyse de Chateaubriand : « quoi ? c’était ce chétif ministère qui prétendait faire ce que Napoléon, vainqueur du monde, n’avait jamais pu accomplir ! Quand on nous regardait, on haussait les épaules : les uns nous taxaient de folie ; les autres nous prenaient en pitié : les ambitieux s’armaient déjà pour nous culbuter, dans l’espérance d’hériter de nos places ; tous se promettaient notre prochaine défaite, suivie d’une chute obligée ou d’une inévitable révolution » (Le Congrès de Vérone, Œuvres de Chateaubriand, tome XIX, Paris, Dufour, Mulat et Boulanger, éditeurs, Paris, 6, rue de Beaune, près le Pont-Royal, (ancien hôtel de Nesle), p. 125). On peut également mesurer la crainte qu’avait inspirée aux Français la résistance des Espagnols à Napoléon par le soulagement manifesté devant les résultat de la campagne menée par le duc d’Angoulême dans un certain nombre de poèmes écrits en 1823 pour célébrer son triomphe, comme La Croix d’Argent d’Ed. Mechennet, publiée dans les Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 139e livraison, tome XI (1823), pp. 273-277, où l’on trouve ces vers : « Est-ce-là l’Espagne, où naguère/ Notre sang coula par torrents ?» ou les Stances à Son Altesse Royale Monseigneur le duc d’Angoulême à son retour d’Espagne, d’Antoine-François Rigaud, Employé au secrétariat-général des Postes, [Paris], L. E. Herhan, imprimeur-stéréotype breveté de S. A. R. Monseigneur le Duc de Berry, rue Servandoni, n° 15, 3 p.

Cette poésie fut présentée comme une « Anecdote militaire, lue à la Société des Bonnes-Lettres, dans sa séance du 30 mai 1823 ». Cf. également « Le Trappiste », d’Ernest de Blosseville, « Elégie héroïque, lue à la Société des Bonnes-Lettres, dans sa séance du 18 avril 1823 » et publiée dans les Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 138e livraison, tome XI (1823), pp. 241-243, et les poèmes intitulés « L’Armée française en Espagne » publiés également dans les Annales de la littérature… : celui de J. B. A. Denain, 175e livraison [ deuxième semaine de février 1824, du 8 au 14], tome XIV (1824), pp. 240-248 ; l’ode de Constant Berrier, Ibid., 176e livraison [troisième semaine de février 1824, du 15 au 21], tome XIV (1824), pp. 281-288 ; celui d’un anonyme, 176e livraison [troisième semaine de février 1824, du 15 au 21], tome XIV (1824), pp. 315-317. Présidée par Chateaubriand et comptant parmi ses membres Victor et Abel Hugo, la Société des Bonnes Lettres se distinguait par un engagement politique qui lui valut cette définition du Petit dictionnaire ultra… : « Institution excellente, sous le rapport des principes, et à laquelle il ne manque qu’un peu de littérature, bonne ou mauvaise » (p. 13) et d’être connue sous le nom de d’Assemblée des Bons Hommes, « sobriquet donné à une réunion dangereuse de savants et de gens de lettres qui combattent avec talent les idée révolutionnaires » ([M.-N. Balisson de Rougemeont], Petit dictionnaire libéral, à Paris, chez Ponthieu, libraire, Palais-Royal, Galerie-de-Bois, n° 252, 1823, p. 14).

7 Napoléon I, Mémorial de Sainte-Hélène par M. le comte de Las cases, illustré de 120 nouveaux dessins par Janet-Lange et Gustave Janet, publié avec le concours de M. Emmanuel de Las Cases, page de l’Empereur à Sainte-Hélène, Paris, Gustave Barba, libraire-éditeur, rue de Seine, 31, s.d. [1862], p. 165.

8 Mémoires de Louis XVIII recueillis et mis en ordre par M. le duc de D****, Bruxelles, 12 vols., 1832-1833, tome XII, p. 259 : « On enjoignit en 1814 au roi Ferdinand VII, lors de sa rentrée, d’accepter cette constitution. Il éluda d’abord, puis refusa et punit ceux qui la lui avaient proposée. Rentré dans ses droits, il s’y maintint. C’était sans doute le moment de m’imiter, de calmer par une concession prudente les agitations intérieures. Il ne le fit pas, malgré mes conseils ».

9 Journal des Débats, 26 mai 1820, p. 1 d’après les informations de la Gazette officielle d’Espagne du 16 mai.

10 Réflexions sur différents articles du Journal des débats relatifs aux affaires d’Espagne, Paris, chez C.-J. Trouvé, imprimeur-libraire, rue Neuve-Saint-Augustin, n° 17, décembre 1822, p. 6.

11 La Foudre, n° 95 [1822], pp. 282-283. Ce périodique, créé en 1821 par Alphonse de Beauchamps et rédigé par une compagnie d’hommes de lettres fut tout d’abord publié tous les cinq jours, sans indication de date, de lieu d’édition ni d’imprimeur sous le titre de La Foudre. Journal de la littérature, des Spectacles et des Arts. En 1822, le sous-titre disparut et à partir du 2 avril 1823, il se substitua au Réveil, en tant que Journal politique et littéraire tous les deux jours, en alternance avec L’Eclair, Journal des Sciences, de la littérature, des Mœurs et des Beaux Arts. L’Eclair et La Foudre reprirent le logotype et le graphisme du Réveil et adoptèrent pour devise, le premier : « L’Eclair précède la Foudre » ; le second : « Le laurier seul préserve de la Foudre ».

12 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 835, 10 août 1822, p. 411.

13 On trouve par exemple dans le Petit dictionnaire ultra, précédé d’un essai sur l’origine, la langue et les œuvres des ultra, par un royaliste constitutionnel, à Paris, chez Mongié aîné, boulevard Poissonnière, n° 18, 1823, les définitions suivantes : « BOUE : arme que les ultra appellent la foudre » (p. 14) et « DIFFAMATION : il y a des gens qui en font métier. Lisez, si vous pouvez, la Foudre, le Drapeau blanc, la Quotidienne, etc. » (p. 23).

14 Mémoires de Louis XVIII…, op. cit., tome XII, p. 72.

15 Voir notre article “Restauración borbónica y restauración religiosa en el reinado de Luis XVIII”. à paraître dans Alcores. Revista de Historia contemporánea.

16 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 260 (mercredi 5 février 1817), tome X (1817), p. 393, en rendant compte du succès d’une mission à Rennes. Cf. également la définition du Petit dictionnaire ultra…, op. cit. : « GENDARMES : fonctionnaires publics armés de mousquets : leur institution remonte aux beaux jours de la monarchie. Ils jouissent d’une estime toute particulière chez les ultra qui peu satisfaits de les rencontrer dans nos spectacles ou au milieu de nos fêtes, veulent qu’on en fasse des délégués de la police ou des bedeaux au service des missionnaires » (pp. 35-36).

17 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 240, mercredi 27 novembre 1816, tome X (1817), p. 71.

18 Petit dictionnaire ultra. Précédé d’un essai sur l’origine, la langue et les œuvres des Ultra, par un royaliste constitutionnel, à Paris, chez Mongié aîné, libraire, boulevard Poissonnière, n° 18, pp. 89.

19 Chaque parti s’ingénia à démontrer sa supériorité sur son adversaire en matière d’opinion publique par des calculs quelque peu hasardeux : en 1820, d’Herbouville affirmait dans Le Conservateur, dans un article intitulé « De la résistance des Royalistes » que « des données exactes nous assurent que, sur la totalité des écrits périodiques et semi-périodiques, qui s’expédient de Paris pour les départements, la proportion est établie de la manière suivante :

Ministériels, en y incluant Le Moniteur, qui est plutôt une collection de faits qu’un journal de discussion : 6 à 7 000 ;

Libéraux : 19 000 ;

Royalistes : 27 000.

Ce calcul plus précis que les indications fautives qu’on peut tirer de la majorité vacillante dans les chambres et du résultat des votes des collèges électoraux, montre la nullité des ministériels, la faiblesse des libéraux, et la force des royalistes » (Le Conservateur, 67° livraison, 1820, tome VI, p. 63.

En 1822, Le Miroir donnait pour sa part les chiffres suivants : « Abonnés aux feuilles constitutionnelles : 29 800/ abonnés aux feuilles ministérielles : 18 400 / différence à l’avantage des journaux constitutionnels : 11 4000 » (n° 509, 19 juin 1822, p. 4).

20 Journal des Curés ou Mémorial ecclésiastique de l’Eglise anglicane, [paris], de l’imprimerie de Mame Frères, rue de Pot-de-Fer, n° 14. Le premier numéro parut le 1 janvier 1808. Sous le titre, on pouvait lire la déclaration suivante : « En vertu d’une Décision de S. M. l’Empereur et Roi, il n’y aura qu’un Journal ecclésiastique qui portera le nom de Journal des Curés et de l’Eglise anglicane ».

21 L’Ami de la Religion et du Roi, « Prospectus », p. 4.

22 Les premiers numéros de l’Ami de la Religion et du Roi ne furent pas datés mais les événements rapportés dans la rubrique « ecclésiastiques et politiques » permettent d’affirmer que le premier numéro est immédiatement postérieur au 19 avril 1814.

23 L’Ami de la Religion et du Roi, « Prospectus », p. 4.

24 Tome I, p. 1.

25 « Prospectus », p. 2.

26 L’Album, Journal des Arts, des Modes et des Théâtres, Paris, au bureau de l’Album, rue des Moulins, n°22 ; et chez Pélicier, libraire, place du Palais-Royal, 5 décembre 1822, tome V, p. 27 : « Je veux changer de nom, disait l’autre jour le rédacteur de l’Ami de la Religion et du Roi. Ce serait dommage, répondit-on ».

27 Cf. Tablettes du clergé et des Amis de la Religion février 1822, tome I, (1822), pp. 141 et 142 et mars 1822, Ibid., p. 169.

28 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, mars 1822, tome I, pp. 212-213.

29 [M.-N. Balisson de Rougemeont], Petit dictionnaire libéral, à Paris, chez Ponthieu, libraire, Palais-Royal, Galerie-de-Bois, n° 252, 1823, p. 44 (entrées : « Journaliste » et « Journal (abonné de) »).

30 N° 570, mercredi 26 janvier 1820, tome XXII, p. 350.

31 N° 574, mercredi 9 février 1820, tome XXII, p. 410.

32 Ibid., p. 412 : « Les nouvelles d’Andalousie deviennent de plus en plus rassurantes : le 27 janvier, le général Freyre était au port de Sainte-Marie et espérait réduire les rebelles sans verser de sang. Les troupes royales sont toujours animées d’un bon esprit. A Cadix, dans la nuit du 24 au 25, un colonel, déjà connu pour avoir figuré dans une émeute populaire, en 1808, ayant voulu exciter une nouvelle commotion dans l’intérêt des révoltés, le peuple et les soldats de la garnison en ont été si indignés qu’ils en ont fait justice sur le champ ».

33 N°575, samedi 12 février 1820, tome XXII, p. 11 ; dans le n° 577, samedi 19 février 1820, p. 40, on trouve que la situation est toujours « à peu près la même ».

34 N° 580, mercredi 1 mars 1820, tome XXIII (1820), p. 94.

35 N° 581, samedi 4 mars 1820, tome XXIII (1820), p. 110.

36 N° 583, samedi 11 mars 1820, pp. 137-138.

37 N° 584, mercredi 15 mars 1820, pp. 153-154.

38 N° 585, samedi 18 mars 1820, p. 171.

39 Le Constitutionnel du 16 mars 1820, p. 1.

40 Le Journal des débats politiques et littéraires du 17 mars 1820, p. 1.

41 La Minerve française, par MM. Aignan, de l’Académie française ; Benjamin Constant ; Evariste Dumoulin ; Etienne ; A. Jay ; E. Jouy de l’Académie française ; Lacretelle aîné, de l’Académie française ; Tissot, professeur de poésie latine au collège royal de France, etc., à Paris, au bureau de la Minerve française, rue des Fossés-Saint-Germain-des-Prés, n° 18, tome neuvième, février 1820, « Troisième lettre à MM. les habitants de la Sarthe », p. 337.

42 N° 586, mercredi 22 mars 1820, pp. 189-190.

43 Cf. tome X, p. 17, « lettre première, 19 février 1820 »: « la ridicule accusation de M. Clausel de Coussergues contre M. Descazes ne paraît pas devoir produire l’effet que le parti oligarchique en attend ».

44 Tome X, « Lettre III, 4 mars 1820 », p. 84.

45 Ibid., tome X, p. 47, « Lettre première, 19 février 1820 ».

46 Petit dictionnaire ultra …, op. cit., p. 90 : « SERVILE : nom qu’on donne aux Ultra d’Espagne et qui convient également à ceux de ce pays ».

47 Cf. notre article « Restauración monárquica y restauración religiosa en la Francia de Luis XVIII », op. cit.

48 N° 612, mercredi 21 juin 1820, tome XXIV, p. 192.

49 Ibid., p. 191.

50 N° 236, samedi 1 avril 1820, tome XXIII, p. 236.

51 La Minerve de France annonça en mars 1820 que l’on travaillait « à la traduction de cet ouvrage qui a obtenu en Espagne un juste succès (tome II, mai 1818 [sic pour 1820], p. 60 et l’on trouve l’annonce suivante dans le n° 6 (9 février) de la Bibliographie de la France ou Journal général de l’imprimerie et le la librairie de 1822 : « Théorie des cortès ou Histoire des grandes assemblée nationales des royaumes de Castille et de Léon, depuis l’époque de la monarchie espagnole jusqu’à nos jours ; avec quelques observations sur le constitution actuelle de l’Espagne ; par don Francisco Martinez Marina, chanoine de l’église de Saint-Isidore de Madrid, membre de plusieurs académies , confesseur du roi Ferdinand VII et député aux cortès. Trad. de l’espagnol par P. F. L. Fleury. (Prospectus) ». Le prix fut fixé à 12 fr. pour les souscripteurs, 15 « après », et l’ouvrage, d’environ 600 p. en deux volumes, qui devait paraître vers le 13 avril, fut annoncé dans la Bibliographie de la France du 25 mai 1822 (p. 319). Martínez Marina manifesta son adhésion à la Constitution de Cadix en étant le cosignataire d’une lettre de félicitation de l’Académie Royale d’Histoire aux Cortès pour avoir aboli l’Inquisition, lettre qui fut lue lors de la séance de cette assemblée du 15 août 1813 (Diario de sesiones de las Cortes generales y extraordinarias. Dieron principio el 24 de setiembre de 1810 y terminaron el 20 de setiembre de 1813, Madrid, 1870, vol. 8, p. 5876). Toutefois, Martínez Marina avait fait preuve, au moins, d’afrancesamiento passif en restant à Madrid à la tête de la Real Academia de la Historia durant tout le temps de l’occupation française (cf. Gérard Dufour, Juan Antonio Llorente, el factotum del Rey Intruso, Zaragoza, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2014, pp. 167 sq.).

52 N° 594, mercredi 19 avril 1820, tome XXIII, p. 313 et n° 596, mercredi 26 avril 1820, tome XXIII, p. 345.

53 N° 609, samedi 16 juin 1820 , tome XXIV (1820), p. 142.

54 N° 616, mercredi 5 juillet 1820, tome XXIV, p. 253.

55 N° 626, mercredi 9 août 1820, tome XXIV, p. 415.

56 N° 634, mercredi 6 septembre 1820, tome XXV, p. 127 et samedi 11 novembre 1820, tome XXV, p. 419.

57 Supplément au Drapeau blanc du 12 de juin 1820 [p. 1] : « Des pierres furent lancées ; des cris séditieux de toute nature furent entendus. On entendit crier à bas les chambres, à bas les royalistes, à bas les émigrés, à bas les missionnaires, à bas les cuirassiers, à bas les dragons ! »

58 N° 591, samedi 8 avril 1820, tome XXIII, p. 269.

59 N° 649, samedi 28 octobre 1820, tome XXV, p. 367.

60 N° 630, mercredi 28 août 1820, tome XXV, p. 62.

61 N° 592, mercredi 12 avril 1820, tome XXIII, p. 282.

62 N° 635, samedi 9 septembre 1820, tome XXV, p. 141.

63 N° 666, mercredi 27 décembre 1820, tome XXVI (1821), p. 204.

64 Ibid.: « On se rappelle le ton menaçant de nos proconsuls de 1793 dans leurs proclamations ; ce ton se retrouve déjà dans quelques écrits de ce genre publiés en Espagne. Le chef politique de Saragosse, après avoir dit que jusqu’ici il n’a employé que la modération, s’écrie : Que le malheureux qui, dès aujourd’hui, oserait prononcer un seul mot contre le système constitutionnel, tremble ! il sera irrémissiblement et soudain frappé du terrible couteau de la loi. Plus de pitié pour les ennemis de la patrie. Collot-d’Herbois et Danton ne parlaient pas mieux. »

65 N° 698, mercredi 18 avril 1821, tome XXVI I (1821), p. 297; n° 699 ; samedi 21 avril 1821, Ibid., p. 317; n° 701, samedi 28 avril 1821, Ibid., pp  345 et 347.

66 N° 707, samedi 19 mai 1821, tome XXVIII (1821), p. 44.

67 N° 764, mercredi 5 décembre 1821, tome XXX (1822), p. 764.

68 N° 758, mercredi 14 novembre 1821, tome XXX (1822), p. 15.

69 « Un fléau destructeur ravage une partie de l’Espagne ; j’ai ordonné, et je maintiendrai, des précautions sévères pour défendre de la contagion nos frontières de terre et de mer ». Cité, entre autres, par La Foudre, n° 37, 1821, p. 170.

70 Petit dictionnaire ultra…, op. cit., p. 19 et p. 70.

71 Cette souscription fut également annoncée par l’Album, Journal des Arts et des Théâtres, Paris, au bureau de L’Album, rue des Moulins, n° 22, et chez Pelicier, libraire, place du Palais-Royal, 31ème livraison, mercredi 12 décembre 1821, tome VI (1822), p. 382.

72 Cette « proposition noble et généreuse » annoncée dans La Quotidienne de la veille fut saluée par Le Réveil comme un « GRAND MIRACLE !!! » (Le Réveil du 4 novembre 1821, p. 4).

73 N° 762, samedi 15 décembre 1821, tome xxx (1822), p. 156.

74 Le Réveil, 4 août 1822, n° 4, p. 4.

75 « Malgré le délai fort court prescrit par le programme aux auteurs, 130 odes et poèmes ont été envoyés à la Commission » chargée du prix attribué à la meilleure composition  sur le dévouement des médecins français et des sœurs de Sainte-Camille lors de la peste de Barcelone adressée à la Société Royale des Bonnes Lettres (Annales de la Littérature et des Arts, tome XIV (1824), 175e livraison, p. 269.

76 « L’Album du 30 novembre 1822 », p. 435 : « la dose d’opium que le grave Moniteur offre chaque jour à ses lecteurs vient d’être doublée : M. Victor Hugo travaille à ce journal… ».

77 Recueil de l’Académie des Jeux Floraux, 1822, à Toulouse, chez M. M.-J. Dalles, imprimeur de l’Académie des Jeux Floraux où l’on trouve « Le dévouement de la peste. Ode par M. Victor Hugo, maître es-Jeux-Floraux, pp. 52-55.

78 Bibliographie de la France ou Journal général de l’imprimerie et de la librairie, paris, chez Pillet aîné, imprimeur-libraire, éditeur de la Collection des mœurs françaises, rue Christine, n° 5, 1821-1823.

79 N° 754, mercredi 31 octobre 1821, tome XXIX (1821), p. 363.

80 N° 758, mercredi 14 novembre 1821, tome XXX (1822), p. 25.

81 N° 751, samedi 10 novembre 1821, tome XXIX (1821), p. 508.

82 Ibid. : « C’est par erreur que tous les journaux les appellent sœurs de Sainte-Camille ; leur nom est sœurs de Saint-Camille, et elles ont fait profession de suivre à peu près la même règle que les Clercs Réguliers pour le service des malades, fondés en Italie par Saint Camille Lelli. Ce vertueux et charitable prêtre, né au royaume de Naples , en 1550, et mort à Rome, le 14 juillet 1614, a été canonisé par Benoît XIV en 1746. Son ordre, appuyé par plusieurs papes, est principalement répandu en Italie. On essaye en ce moment, à ce qu’il paraît, de l’introduire en France. Une pieuse fille, qui a rendu beaucoup de services aux malades dans es hôpitaux et les prisons, a réuni une douzaine de sœurs animées du même esprit. Elles vont visiter les malades à domicile, et se rendent aussi dans les prisons. Elles ont publié un Prospectus, signé Renée Meunoir ou Sœur de la Providence, et elles reçoivent les femmes ou filles qui voudraient s’associer à leur œuvre. Il y a de plus un semblable projet d’établissement pour les hommes, et on a répandu récemment un Prospectus d’une institution de Saint-Camille Lelli. Il est signé Jeanty ; nous supposons qu’il est dûment autorisé à prendre le titre de supérieur général ; il vient aussi de former une maison d’éducation. On ne voit pas trop comment la direction d’une maison de ce genre peut s’accorder avec les fonctions d’hospitalier. »

83 Les sœurs de Sainte-Camille ne figurent pas dans le chapitre  « Maisons religieuses de dames de Paris », de l’Almanach ecclésiastique à l’usage du clergé de France et des personnes pieuses, pour l’an de grâce MDCCCXXI contenant le Tableau du Clergé de Paris, l’Etat de l’Eglise de Rome ; les Dignités du Saint-Siège ; les Diocèses de France, selon l’ordre des provinces ecclésiastiques ; les Archevêques et Evêques du Royaume ; le Gouvernement temporal du Clergé de France, etc., etc. Suivi de Pensées extraites des plus grands écrivains et orateurs sacrés ; de Poésies choisies de nos plus célèbres auteurs ; de Notices religieuses ; de Cantiques nouveaux ; de pieuses anecdotes ; telles que l’aventure authentique et surnaturelle du laboureur Thomas Martin. Par M. l’abbé GIR***. Première année, à Paris, chez Plancher, libraire, quai Saint-Michel, maison neuve des cinq arcades ; Domère, libraire, même maison, 1821, pp. 167-172. Elles sont toutefois signalées au « Chapitre V. Congrégations religieuses. Etat des principales maisons et religieuses de Femmes à Paris », et plus précisément à la rubrique « Associations. Sœurs consacrées au soulagement des pauvres, au soin des malades dans les hôpitaux, à la distribution des secours à domicile, et à l’éducation de la classe indigente » dans l’Almanach du clergé pour l’an MDCCCXXI faisant suite à celui de 1820. Contenant l’Etat de l’Eglise de Rome, l’organisation de chaque diocèse de France ; les noms des Archevêques et Evêques, des Vicaires généraux, des Chanoines, des Professeurs et Directeurs des Séminaires et des Curés ; les changements survenus dans les desservants ; la Grande Aumônerie ; le Clergé de la Cour ; le Chapitre royal de Saint-Denis ; les Congrégations religieuse ; les Ordonnances et Décisions , rendues en 1820concerbnant la Religion ou ses ministres ; les états des personnels des Diocèses, ceux de fonds alloués en 1820 pour les dépenses relatives à l’exercice du culte, etc., etc., etc. Publié avec autorisation, par M. Chatillon, Chevalier de l’Ordre royal de la Légion d’honneur, chef du Bureau des Affaires ecclésiastiques au Ministère de l’Intérieur, à Paris, chez M.-P. Guyot, éditeur de l’Almanach royal, rue Hautefeuille, n° 13, 1821, p. 309. Il y est fait état de deux maisons de sœurs de Sainte-Camille dans la région parisienne pour un total de 8 religieuses.

84 N° 750, mercredi 17 octobre 1821, tome XXIX (1821), p. 299.

85 N° 752, mercredi 24 octobre 1821, tome XXIX (1821), p. 333.

86 N° 755, samedi 3 novembre 1821, tome XXIX (1821), p. 383,

87 N° 758, mercredi 14 novembre 1821, tome XXX (1822), p. 15.

88 N° 756, mercredi 7 novembre 1821, tome XXIX (1821), p. 398.

89 N° 760, mercredi 21 novembre 1821, tome XXX (1822), p. 41.

90 N° 754, mercredi 31 octobre 1821, tome XXIX (1821), p. 363.

91 N° 769, samedi 22 décembre 1821, tome XXIX (1821), p. 187.

92 Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, tome I (1822), p. 142 (février 1822).

93 A Paris, chez Audin, libraire, quai des Augustins, n° 25, 1821 ; annoncé dans Bibliographie de la France…, n° 52 – Samedi 29 décembre 1821, p. 711, n° 5348.

94 Tablettes du clergé…, tome 1 (1822), pp. 9-10.

95 Tablettes du clergé… tome I (1822), p. 9.

96 Paris, chez Charles Gosselin, libraire, rue de Seine, n° 12 et Ponthieu, au Palais-Royal, 1822, p. 40 : « L’Espagne […] présente l’image d’une douloureuse agonie, en proie à tous les genres de convulsions. La fièvre pestilentielle, qui moissonne par milliers ses malheureux habitants, est le moindre de ses fléaux. Il est une autre fièvre, tout autrement homicide, qui fait fermenter et déchire son sein. Elle s’est en quelque sorte rayée de ses propres mains de la liste des nations. »

97 Cf. les derniers vers de l’Ode…. :

« O Dieu ! que de l’Ibère ont irrité les crimes,/ Puissent tant de victimes/Assouvir ton courroux./

Mais non : le crime dure, et ta colère encore./Ce peuple aveugle et sourd, que ta colère dévore,/ Persiste dans la voie où s’égarent ses pas. /Il menace son Prince, et son fougueux délire…O ma fidèle lyre,/ Pleure, et n’achève pas ! » :

98 Tablettes de du clergé et des Amis de la Religion, tome 3 (1823), p. 354 (novembre 1823), « Avis des Editeurs » : « il est important que MM. les Ecclésiastiques afin de ne pas éprouver de retard, renouvellent ou souscrivent de suite, pour 18/24, à Paris, chez Rivals et Denonville, ou dans leurs diocèses respectifs, chez MM. les secrétaires des évêchés, qui nous ont prêté jusqu’ici appui et protection et qui, nous osons l’espérer, nous continueront leur obligeance, ou chez les imprimeurs-libraires des Evêchés ».

99 Tablettes de du clergé et des Amis de la Religion, tome 2 (1822), p. 380 (décembre 1822).

100 N° de juin 1823, tome III (1823), pp. 475–478. L’article comme de la sorte : « Nous espérions vivre en pais avec le rédacteur du journal qui a pour titre L’Ami de la Religion et du Roi. Ce titre nous imposait certain respect. Mais cet Ami de la Religion nous attaque [...] Nous sommes obligés de lui répondre ». Le mois suivant, la polémique était loin d’être apaisée et les Tablettes du Clergé et de la Religion publièrent une nouvelle « Réponse à de nouvelles provocations du journaliste qui s’intitule L’Ami de la Religion » (juillet 1823, tome IV (1824), p. 53.

101 Par exemple, ces commentaires (qui font référence à la présence de Juan Antonio Llorente au sein de cette association) au sujet de la Société de la Morale chrétienne : « on y voit deux prêtres, dont l’un a depuis longtemps abandonné son état, et dont l’autre a appris avec étonnement en quelle compagnie il se trouvait et se propose de ne plus y retourner » (L’Ami de la Religion et du Roi, n° 796 (samedi 27 mars 1822), tome XXXI (1822), p. 207 ; « on y voit deux prêtres, dont l’un a depuis longtemps abandonné son état, et dont l’autre a appris avec étonnement en quelle compagnie il se trouvait, et se propose de ne plus revenir » (Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, tome I (1822), pp. 299-300 (avril 1822).

102 Avant les événements de 1820, L’Ami de la Religion et du Roi se félicita du rétablissement de la Compagnie de Jésus dans les territoires de la monarchie espagnole : cf. n° 132, mercredi 15 novembre 1815, tome VI (1816), p. 6 ; n° 204, mercredi 24 juillet 1816, tome VIII (1816), p. 329 ; n° 217, samedi 7 septembre 1816, tome IX (1816), p. 121 et n° 270, mercredi 12 mars 1817, tome XI (1817), p. 137. Pendant la période constitutionnelle, il en déplora la suppression dans le n° 634, mercredi 6 septembre 1820, tome XXV (1820), p. 127 et en chanta les louanges dans les numéros 800, mercredi 10 avril 1822, tome XXXI (1822) pp. 257-264 (« Sur les différentes traverses des Jésuites d’Espagne depuis un demi-siècle ») et 862, mercredi 13 novembre 1822, tome XXXIV (1823), pp. 27-31 (« Sur quelques Jésuites espagnols morts récemment et qui se sont rendus célèbres par leurs connaissances, leurs travaux et leurs écrits »).

103 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 800, mercredi 10 avril 1822, tome XXXII (1822), p. 270.

104 Ainsi furent censurées cinq lignes du numéro de L’Ami de la Religion et du Roi dans lequel cette revue annonça l’impression du discours de Clausel de Coussergues du 16 juin 1821 sur les affaires d’Espagne (n° 732, mercredi 15 août 1821, tome XXIX, p. 32. Le Miroir du 2 janvier 1822 faisait état de la censure qui le frappait régulièrement en ces termes : « nous avons calculé que, depuis cinq mois, la censure nous avait supprimé plus de 10 000 lignes ! Ce n’est pas là émonder ; c’est tondre, et même raser !) (p. 4).

105 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 866, mercredi 27 novembre 1822, tome XXXIV (1823), p. 76.

106 Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile démontrée par le raisonnement et par l’histoire, par M. de B**** [Bonald], Gentilhomme Français, tome I, contenant la Théorie du pouvoir politique, Paris, 1796, p. 323.

107 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 802 (mercredi 17 avril 1822), tome XXXI (1822), p. 301, en rendant compte de la séance des Cortès du 4 du même mois.

108 Ibid., n° 796, mercredi 27 mars 1822, p. 205.

109 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, mars 1822, tome I (1822), p.  216.

110 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 823, samedi 29 juin 1822, tome XXXII (1822), p. 237.

111 Cité dans L’Ami de la Religion et du Roi, n° 793 , mercredi 2 janvier 1822, tome XXX (1822), p. 242.

112 N° 825, samedi 6 juillet 1822, tome XXXII (1822), p. 255

113 N° 838, mercredi 21 août 1822, tome XXXIII (1822), pp. 46-47. 

114 N° 849, samedi 28 septembre 1822, tome XXXIII (1822), p. 224.

115 N° 859, samedi 2 novembre 1822, tome XXXIII (1822), p. 382.

116 Cf. Relación de los obsequios fúnebres con que los RR. Curas Párrocos del Obispado de Vich honraron la muerte de su difunto Prelado el Ilmo. Sr. D. Fr. Raimundo Strauch, alevosamente asesinado por las tropas constitucionales en 16 de abril de 1823, en los campos de Vallirana mientras lo conducían de Barcelona a Tarragona, s. l. n. d. [1824]

117 Voir BARRIO GOZALO, Maximiliano, El real Patronato y los obispos españoles del Antiguo Régimen (1556-1834), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2004, pp. 362, 447 et 457.

118 REVUELTA GÓNZALEZ, Manuel, Política religiosa de los liberales en el siglo XIX, Madrid, C.S.I.C., 1973, pp. 364-365.

119 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, décembre 1822, tome II, p. 425 et janvier 1823, tome III, p. 75 sq.

120 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 812, mercredi 22 mai 1822, tome XXXII (1822), p. 47 : « on a eu la douleur de voir dans la chaîne qui est partie le 7 mai, cinq vénérables prêtres, et le malheureux Abuelo, partageant les liens honteux réservés au crime » ; n°  825, samedi 6 juillet 1822, Ibid., p. 255 (sur la condamnation à huit ans de fers à Ceuta du chanoine Fernández de Castro, l’un des Persas) ; n° 861, samedi 9 novembre 1822, p. 414, où il est fait état, par ordre du gouvernement, de l’expulsion d’Orense de cinq chanoines et d’un grand nombre d’autres ecclésiastiques » ; n° 864, mercredi 20 novembre 1822, tome XXXIV (1823), p. 44 : « tous les religieux Cordeliers de Barcelone ont été arrêtés le 5 de ce mois et déportés » ou encore n° 873, samedi 21 décembre 1822, tome XXXIV (1823), p. 186.

121 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 873, samedi 21 décembre 1822, tome XXXIV (1823), pp. 190-191.

122 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, décembre 1822, tome II, p. 380

123 GUTIÉRREZ GARCÍA-BRAZALES, Manuel, El exilio francés en España durante la revolución (1791-1815), Zaragoza, 2004, p. 69 et pp. 434-501 où est présentée une « relación de clérigos franceses en diversas diócesis españolas ».

124 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, janvier 1823, tome III, p. 62.

125 L’Ami de la Religion et du Roi, n° L’Ami de la Religion et du Roi, n° 867, samedi 30 novembre 1822, tome XXXIV (1823), pp. 88-90

126 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, décembre 1822, tome II, p. 380.

127 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 823, samedi 29 juin 1822, tome XXXII (1822), p. 233.

128 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 878, mercredi 8 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 268.

129 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 879, samedi 11 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 278.

130 Ibid., n° 875, samedi 28 décembre 1822, tome XXXIV (1823), p. 220.

131 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 880, mercredi 11 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 222.

132 Ibid., n° 992, mercredi 22 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 330.

133 Ibid., n° 883, samedi 25 janvier 1823, tome XXXIV (1823), p. 351.

134 Journal des Débats politiques et littéraires, mercredi 30 janvier 1823, p. 1.

135 Ibid.

136 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, avril 1823, tome III, pp. 351-352.

137 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 904, mercredi 9 avril 1823, tome XXXV (1823), p. 266.

138 Tablettes du Clergé et des Amis de la Religion, octobre 1823, tome IV (1824), p. 255-256. Nous avons respecté les errata commis par les imprimeurs des Tablettes… : il convient évidemment de lire Divinatio in labiis regis.

139 Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, novembre 1823, tome IV (1824), pp. 299- 333.

140 Ibid., pp. 311- 327.

141 L’Ami de la Religion et du Roi, n° 961, samedi 25 octobre 1823, tome XXXVII (1823), pp. 347-348 ; n° 962, mercredi 29 octobre 1823, Ibid., pp. 359-362 ; n° 963, samedi 1 novembre 1823, Ibid., p. 377 et n° 964, mercredi 5 novembre 1823, Ibid., pp. 395-397.

142 Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, novembre 1823, tome IV (1824), p. 323.

143 Ibid., p. 301.

144 Expression utilisée par l’ultraroyaliste Clausel de Coussergues, lors de son intervention lors de la discussion par la Chambre des députés du budget de 1817 au cours de laquelle il demanda la suppression de tout secours aux réfugiés espagnols, portugais et égyptiens et leur renvoi dans leurs pays. (Clausel de Coussergues, député du département de l’Aveyron, opinion sur l’article du Budget du Ministère de la Guerre relatif aux traitements accordés aux réfugiés égyptiens, espagnols et portugais, prononcé dans la séance publique du 18 février, Paris, Chambre des Députés, 1817, p. 9.

Haut de page

Table des illustrations

Titre La Foudre: première page du numéro 95, 1822.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2117/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 692k
Titre L'Ami de la Religion et du Roi, page de garde du tome 25, 1820.
Légende Source. BNF : 8-LC2-890 <tome 25> Consultable sur Gallica
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2117/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Les Tablettes du clergé et des amis de la religion: page de garde du tome I (1822)
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2117/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Caricature sur les Ultra et le Journal libéral Le Miroir, 18,8 x 24 cm lith. De Motte, Paris, 1821.
Légende Source. BNF: RESERVE QB-370 (77)-FT4. Consultable sur Gallica
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2117/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dufour, « La campagne de presse des Amis de la Religion en faveur de l’intervention militaire française en Espagne en 1823 », El Argonauta español [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 30 janvier 2015, consulté le 25 juin 2017. URL : http://argonauta.revues.org/2117 ; DOI : 10.4000/argonauta.2117

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org