Navigation – Plan du site
Livraison juin: De l'usage de l'image dans la presse (XIXe - XXe s.)

Introduction

Elisabel Larriba

Texte intégral

1Le 14 novembre 2013, la une du quotidien Libération attirait l’attention des lecteurs par sa titraille : non seulement le seul mot « ASSEZ » (en référence aux attaques racistes dont était l’objet la ministre de la Justice, Christiane Taubira) s’étalait, en gras et en majuscules sur tout le tiers inférieur de la page, mais on trouvait, en surtitre, l’avertissement «°Aujourd'hui un "Libé" sans photo°», suivi de l’éditorial suivant :

«°Malgré les apparences, le numéro spécial que vous avez entre les mains n'est pas tout à fait un journal sans image. C'est un Libération où la photo a été volontairement escamotée. Du blanc en hauteur ou en largeur, comme le négatif d'images invisibles et pourtant bel et bien là.

Cette nuance a son importance. Libération voue une infinie reconnaissance à l'iconographie, celle des photoreporters, mais aussi des photographes de mode, des portraitistes, des conceptualistes. Au fil des ans, notre passion pour la photographie dans tous ses états ne s'est jamais démentie. Non pas pour "faire joli", "faire choc" ou illustrer, mais parce que la photo a l'œil sur les mœurs et usages de notre monde.

Choisir l'ouverture du salon Paris Photo, au Grand Palais, pour "installer" des images blanches dans toutes nos pages comporte, bien sûr, un engagement de notre part. Il ne s'agit pas d'un deuil, nous n'enterrons pas aujourd'hui l'art photographique et toutes les photos escamotées se retrouvent réduites sur une double page. Nous rendons, au contraire, à l'image l'hommage qui lui revient. Mais nul n'ignore la situation calamiteuse où se trouvent les photographes de presse, en particulier les reporters de guerre, qui mettent leur vie en danger pour à peine la gagner. Quant à ceux exposés pour quatre jours au grand palais par des galeristes avisés, leur sort apparemment plus enviable est en réalité un miroir aux alouettes: le marché de la photographie est en pleine confusion.

  • 1 «°Aujourd'hui un "Libé" sans photos°», Libération, jeudi 14 novembre 2013 (n° 10 110), p. 1.

L'abstraction possède une vertu irremplaçable quand elle est claire et radicale: elle met en lumière les évidences oubliées°»1.

2Ce numéro émaillé de cadres blancs, d'images à la fois invisibles et terriblement visibles, marqué par «°la présence d'une absence°» et que la journaliste Brigitte Ollier qualifie de «°numéro muet°», illustre et souligne l'importance que revêt aujourd'hui l'image dans la presse écrite tout en attirant le regard sur les difficultés auxquelles sont confrontés les photojournalistes qui rendent possible ce dialogue entre le texte et l'image.

3Il nous rappelle alors que l'ère du numérique bat son plein et change considérablement la donne, combien l'image (sous ses diverses formes, photographie dans ce cas précis, mais aussi dessin de presse, caricature) est porteuse d'information et à quel point elle contribue à forger l'identité d'un périodique et comment de manière plus générale, elle contribue à dessiner le visage de la presse pour reprendre le titre d'un ouvrage de Louis Guéry retraçant l'Histoire de la présentation de la presse française du XVIIe au XXe siècle, un visage de la presse qui a considérablement changé au fil du temps.

  • 2 EVENO, Patrick, Histoire du journal Le Monde 1944-2004, Paris, Albin Michel, 2004, p. 523.

4Mais cette alliance du «°poids des mots et du choc des photos°», pour reprendre un slogan publicitaire qui a fait florès, n'a pas toujours eu bonne presse. En France, au sortir de la seconde guerre mondiale, le terme d'illustré s'appliquait exclusivement aux «°publications pour la jeunesse°» (le tebeo espagnol), aux Tintin, Journal de Mickey, Spirou, et autres Zorro. La photographie en première page, fut une concession que firent la plupart des journaux au public populaire, à l'instar du plus lu d'entre eux, le prestigieux France Soir, de Pierre Lazareff. Mais un quotidien élitiste et intellectuel, Le Monde, n'offrit pendant longtemps à ses lecteurs, que du texte, et rien que du texte, et il faudra attendre la "Révolution du 9 janvier 1995" pour que l'infographie se développe véritablement dans le journal Le Monde "en dépit de l'opposition de nombreux rédacteurs qui croyaient préserver une tradition d'austérité en refusant que photographies et illustrations viennent envahir les pages"2.

5Cet état d'esprit est d'autant plus surprenant qu'il y avait belle lurette que la presse illustrée avait fait la conquête de la bourgeoisie européenne. La marche avait été glorieusement ouverte par des périodiques comme The Penny Magazine (1832-1845), The Illustrated London News (1842-2003!), ou (si l'on traverse la Manche et si l'on bascule vers la caricature) La Caricature politique morale et littéraire (1830-1835) de Philippon et Le Charivari (1832-1937) qui put compter sur le génial coup de crayon de Daumier. L'Illustration (1843-1944), en France, La Ilustración española y americana (1869-1921) puis Blanco y Negro (1891-1939) suivirent les traces de L'Illustrated London. Ces revues purent compter sur la collaboration des plus grands écrivains et des politiques les plus en vue de leur temps: entre autres, d'Anunzio, Pierre Loti, Anatole France, George Clémenceau pour l'Illustration; Zorilla, Campoamor, Clarín, Castelar pour la Ilustración española y americana; Pardo Bazán, Antonio Machado et Azorín, pour Blanco y Negro. Mais c'est moins à la qualité des articles publiés qu'à l'engouement suscité par les illustrations, notamment, les reproductions de photographies, à partir de la fin des années 80 du XIXe siècle, que ces revues obtinrent l'incroyable succès qui explique leur surprenante longévité.

6Toutefois, la presse illustrée n'est pas née ex nihilo au XIXe siècle. Dès les années 1780, certains publicistes avaient eu recours à l'image non seulement pour tenter de séduire les lecteurs, mais afin d'expliciter leur propos, selon le principe qui sera formulé par Napoléon qu'un bon croquis vaut mieux qu'un long discours. Comme nous avons plusieurs fois attiré l’attention des lecteurs de El Argonauta español sur l’importance de la gravure dans la presse de la fin du siècle des Lumières, nous n’avons pas jugé utile d’y revenir dans ce numéro qui fait la part belle à cette « prensa ilustrada » qui faisait le désespoir du personnage de Luces de Bohemia, don Latino, parce qu’elle le « boycottait ».

7Les articles qui composent ce numéro de El Argonauta español abordent l’utilisation de l’image dans la presse des XIXe et XXe siècles dans ses multiples finalités avec les contributions de Laëtitia Blanchard Rubio, pour ce qui concerne la première guerre carliste, et de Laura González Díez, pour la mode (un sujet certes moins tragique, mais d’une importance économique indéniable). Une image, qui ne se réduit pas, malgré son importance croissante, à la photographie comme en témoigne l’étude d’Inocente Soto Calzado sur l’artiste peintre et dessinateur José Blanco Coris. Une image qui modifia la présentation même de l’information, en imposant la « maquette horizontale » comme le démontre Pedro Pérez Cuadrado. Une image qui, parce qu’elle est a priori tenue pour une preuve irréfutable, permet aussi touts les tricheries et manipulations, comme l’expose Javier Ortiz-Echagüe en étudiant la réutilisation pendant la guerre civile de photographies antérieures à 1936. Une image, enfin, qui, se faisant caricature, assure le triomphe d’une presse dite satirique qui connut ses heures de gloire au XIXe (et nous nous permettons de renvoyer le lecteur à l’article d’Ainhoa Gilarranz Ibáñez sur « la representación gráfica de España en la publicación republicana ‘La Flaca’ » paru dans notre revue en juin 2012) ainsi que pendant la Transition démocratique, entre 1970 et 1980, comme nous le rappelle Juan Fermín Vílchez de Arribas, grand témoin de cette époque.

8Ces études nous permettent de mieux saisir l'évolution de la place et du rôle de l'iconographie dans la presse espagnole, des origines à nos jours, voire à demain. Car cette évolution n'est pas finie: lorsque, en novembre 2015, quand El Mundo a perdu sa qualité de leader des quotidiens numériques espagnols au profit de El País, la réaction de sa direction ne s'est pas fait attendre: abandonnant la formule de présentation sur la page web du titre, accroche et (souvent) photo de l'article présenté, El Mundo digital n'offre pratiquement plus à ses lecteurs que des photos grand ou moyen format, accompagnées d'une légende, qui sert de lien pour accéder au texte. Cette stratégie sera-t-elle payante? Elle montre en tout cas que l'on peut estimer que l'image a pris le dessus, en matière d'appel, sur le rédactionnel. Une tendance qui s'accentuera sans doute avec la diminution des tirages papier au profit des éditions numériques et l'introduction dans celles-ci de vidéos, qui, lorsqu'elles sont en direct comme ce fut le cas des élections législatives de 2015, n'offrent pas de différence avec celles d'un journal télévisé. "Ceci tuera cela", disait Victor Hugo en évoquant la naissance de l'imprimerie. Cela se vérifiera-t-il de nouveau? C'est là toute la question.

Haut de page

Notes

1 «°Aujourd'hui un "Libé" sans photos°», Libération, jeudi 14 novembre 2013 (n° 10 110), p. 1.

2 EVENO, Patrick, Histoire du journal Le Monde 1944-2004, Paris, Albin Michel, 2004, p. 523.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « Introduction », El Argonauta español [En ligne], 12 | 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/2308

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

Aix Marseille Université - CNRS, UMR 7303 Telemme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org