Navegación – Mapa del sitio
Livraison janvier: Varia

« Roucouler la guerre; vociférer la paix »:les événements d'Espagne de 1820 à 1823 dans les poèmes publiés par la presse française de l'époque

Gérard Dufour

Resúmenes

Cuando todo lo que tenía cierta importancia había de expresarse en versos, el estudio de los poemas sobre los acontecimientos de España publicados entre 1820 y 1823 en una prensa francesa estrechamente controlada por la censure permite entender la dialéctica entre el poder y las distintas facciones de la opinión política que llevará a Francia, pese a las reticencias del propio Luis XVIII, a intervenir militarmente en España para restablecer en el trono a Fernando VII como soberano absoluto.
Se hallarán en apéndice 81 poemas sobre los acontecimientos españoles publicados en la prensa francesa (1820-1823).

Inicio de página

Texto completo

  • 1 Le Défenseur. Ouvrage Religieux, Politique et Littéraire, 33ème édition [11 novembre 1820], p. 364, (...)
  • 2 Ibid et deuxième livraison [mars 1820], tome I, p. 96.
  • 3 Le Trapiste, poème, par l’Auteur des Poèmes antiques et modernes, Le Somnambule, La Femme adultère, (...)
  • 4 On ne peut que renvoyer aux Illusions perdues de Balzac ; voir, par exemple, l’édition avec une int (...)
  • 5 Bibliographie de la France, 1820-1823. Pour 1820, pp. 159-167 et pp. 171-175 (des tables); pour la (...)
  • 6 Dans son n° 48 (janvier 1822), La Foudre annonce que l’on a déjà vendu pour les étrennes 10 000 dic (...)
  • 7 Lettres champenoises, soixante-et unième lettre, tome VII (1821), p. 199.

1En l’an de grâce de 1820 (que Louis XVIII prétendait être le vingt-sixième, de son règne), il était de bon ton, dans le microcosme littéraire parisien, de se lamenter du rejet, voire du « dégoût », dont faisait montre le public à l’égard de la poésie1. Mais, depuis la Pléiade, jamais celle-ci n’avait brillé en France de tant de feux : Lamartine triomphait avec ses Méditations, épuisées en huit jours et, immédiatement réimprimées, qui connurent six éditions en moins de neuf mois2; Victor Hugo, avec ses Odes, démontrait qu’en littérature, « la valeur n’attend pas le nombre des années » ; et un troisième mousquetaire de la plume, Alfred de Vigny, n’allait pas tarder à jeter aux orties le voile de l’anonymat après le succès du Trappiste, en 18223. C’étaient les nouveaux enfants chéris de la gloire et chacun rêvait de les égaler. Les libraires-imprimeurs étaient submergés de manuscrits proposés par des auteurs qui se disaient poètes4, et n’étaient la plupart du temps que des versificateurs, voire des rimailleurs. Et malgré une sélection que ces écrivains jugeaient souvent bien rigoureuse, le nombre de poèmes annoncés dans la rubrique « poétique et poésie » de la Bibliographie de la France surpassait chaque année, celui des romans et contes : 313 contre 181 en 1820 ; 321 contre 231 en 1821 ; 360 contre 290, en 1823 ; et 383 contre 207, pour 18235. La passion des Français quelque peu cultivés pour les vers était telle que le dictionnaire des rimes (le fameux Richelet) fut l’article le plus vendu pour être offert comme étrennes lors du nouvel an de 18226. C’était un cadeau utile car « la prose s’envole et les vers restent »7 et il était des circonstances dans lesquelles on n’aurait su s’exprimer « comme on parle », comme disait M. Jourdain. Ainsi, les tambours de la garde nationale n’auraient su souhaiter la bonne année à leurs chefs respectifs autrement que par ce morceau de poésie, consigné dans une circulaire imprimée :

« MONSIEUR

Pour vous rendre un hommage vraiment légitime,

Nous ne devons consulter que notre cœur,

Parce qu’il ne doit nous dicter que l’honneur

Qui ne peut être que le guide de l’estime.

Conformément à ce principe, je vous la souhaite

  • 8 Le Miroir du 6 janvier 1822 (n° 327), p. 2

Bonne et heureuse, et tout à fait parfaite »8.

2A partir de 1820, il fut de bon ton d’adresser des billets de part (que nous appelons maintenant des faire-part) rédigés en vers. Le style n’était pas toujours très poétique, comme on peut en juger par celui-ci, publié à titre d’exemple par le Journal des dames et de la mode ; mais l’intention y était :

« Pour moi mon cher ami, quelle belle journée !

D’un garçon bien portant,

Et fort heureusement,

  • 9 Journal des dames et de la mode, 25 septembre 1820 (n° 53), p. 423.

Ma femme est accouchée »9.

  • 10 Voir le prospectus de la Compagnie Royale d’Assurances contre l’Incendie publié dans le Journal de (...)
  • 11 Le Constitutionnel du 24 juin 1820 (n° 176), p. 4.
  • 12 Le Miroir, 20 juin 1822 (n° 510), p. 4.
  • 13 Charte constitutionnelle donnée par S. M. Louis XVIII en 1814, mise en vers par un constitutionnel (...)
  • 14 La Charte constitutionnelle mise en vers, avec notes et variantes par L. H. d’H***, imprimerie de D (...)
  • 15 L’Ecole du cavalier; poème didactique et militaire en trois chants, par le chef d’escadron Millet. (...)
  • 16 La Reliure : poème didactique en six chants ; précédé d’une analyse de cet art, suivi de notes hist (...)
  • 17 Journal des dames et des modes 16, pp. 125-128 ; Revue encyclopédique, 36ecahier (décembre 1821), p (...)

3Un prospectus d’assurance, pour attirer l’attention et inspirer la confiance par le sérieux qu’exige une telle activité, se devait d’être présenté sous forme de poème10. Une soi-disant information (qui n’était qu’une publicité déguisée) sur une cafetière comme la Morise, ne se concevait pas sans être accompagnée de quelques vers (en la circonstance, du célèbre Delille)11. Une maison de bain qui se respectait devait s’annoncer en vers12. Et si l’on voulait donner une certaine tenue à un ouvrage quelconque, même un manuel, on l’écrivait en alexandrins. Ainsi, trouvait-on en librairie quatre versions rimées de la charte constitutionnelle13 (une cinquième vit le jour en 182414); une méthode en forme de « poème didactique et militaire, en trois chants » pour apprendre à monter à cheval  (qui eut assez de succès pour faire l’objet de deux éditions)15 ou encore un ouvrage composé de diverses pièces en prose sur l’art de la reliure, mais avec une composition poétique en six chants qui donnait son nom à l’ensemble de la publication16 et eut même droit à des comptes rendus dans le Journal des dames et des modes du 20 mars 1820 et la Revue encyclopédique de décembre 182117.

  • 18 Par exemple, l’Académie de Marseille (une ville qui comptait alors plus de 100 000 habitants) propo (...)
  • 19 Recueil de l’Académie des Jeux floraux 1822, à Toulouse, chez M. Dalles, imprimeur de l’Académie de (...)
  • 20 Le Mois littéraire et historique, avril 1823, p. 284.
  • 21 Le Conservateur littéraire, tome III, p. 80.
  • 22 Le Mois littéraire et historique ou esprit des journaux. Littérature, Beaux-Arts, Voyages, octobre (...)
  • 23 Le Constitutionnel du 31 juin 1823, p. 4.
  • 24 La Minerve française, février 1820, tome IX, p. 28.

4Dans tout le royaume, la flamme poétique était entretenue par les prix (annuels ou exceptionnels) qu’attribuaient l’Académie française, celle des Jeux Floraux, la tout récente Société des Bonnes-Lettres et les institutions qui, sous le nom d’académies ou de société pour l’encouragement ou d’émulation de ceci, cela et le reste, étaient établies dans la plupart des villes, même celles qui ne comptaient qu’un nombre modeste d’habitants18. La gloire qui s’attachait à ces prix n’était pas la seule récompense des vainqueurs qui percevaient une gratification d’un montant qui n’avait parfois rien de négligeable et méritait bien que l’on sacrifiât ses loisirs pour composer quelques centaines de vers : les Jeux Floraux offraient 400 francs pour l’amarante d’or (réservée aux odes), 250 pour la violette (qui récompensait un poème de moins de 300 vers) ; 200 pour le souci d’argent (prix de l’églogue, de l’idylle ou de l’élégie et 60 pour le lis d’argent destiné au meilleur sonnet en l’honneur de la Vierge19 ; la société royale d’encouragement des Sciences, des Lettres et des Arts d’Arras remettait au vainqueur une médaille d’or d’une valeur de 200 francs20, tout comme celle de Cambray21. Mais la valeur de celle qui fut offerte par la Société des Bonnes-Lettres pour célébrer en vers « l’armée française en Espagne en 1823 » fut de 1 500 francs22! une somme correspondant quasiment au traitement annuel d’un juge de première instance, dont le traitement fut porté à 1 600 francs au premier janvier 182423, ou à ce que percevait en trois ans un lieutenant en demi-solde24.

  • 25 « Victor Hugo, à Monsieur le comte Alfred de Vigny, au 5e régiment de la Garde royale, à Rouen : il (...)
  • 26 Le Réveil, 14 septembre 1822, n° 45, p. 4.
  • 27 Journal des débats, 21 novembre 1820, pp. 2-3.
  • 28 Esquisse de la campagne faite en l’année 1823 par l’armée française en Espagne, sous les ordres de (...)
  • 29 La Foudre, 22 avril 1823, n° 110, p. 2.

5En fait, c’est le gouvernement de S. M. T. C. qui suscitait le plus de vocations en ce domaine en n’hésitant pas à solliciter (et rémunérer) les meilleures plumes pour célébrer les fastes de la Maison de Bourbon. Ainsi, recruta-t-il le jeune Victor Hugo pour composer une ode à l’occasion du baptême du duc de Bordeaux25. Mais surtout, le pouvoir savait récompenser tous ceux qui, sans avoir été sollicités, exprimaient leur enthousiasme pour le Roi dans quelque composition poétique et, par exemple, en 1822, il accorda « dit-on, une gratification de 1 000 francs pour chacune des pièces nouvelles qui avaient célébré, cette année l’anniversaire de la fête du Roi » 26. Un ex-vétéran, comme le sieur Renou, de Beauvais, s’estimait-il réduit à l’indigence? Quelques vers sur la « bonté » du roi lui vaudraient de percevoir une somme de 40 francs27. Dans la gendarmerie de Paris, pour gagner du galon, le maréchal des logis Descombes28 tout comme son commandant, le chef d’escadron Duvigneau, avaient à cœur de montrer qu’ils savaient chanter les lys comme […] les défendre »29. La gratification ou le grade supérieur était au bout de la plume. Et chacun le savait : pour faciliter la tâche des moins doués, l’hebdomadaire ultra Le Défenseur alla jusqu’à proposer la série de rimes que l’on attendait de tout défenseur du trône et de l’autel :

« Bourbon et bon.

CAROLINE et héroïne.

HENRI et chéri.

Naissance et espérance.

Légitime et magnanime.

POUVOIR et VOULOIR.

Dévouement et Encouragement.

Doctrinaires et révolutionnaires.

  • 30 Le Défenseur…, op. cit., 39ème livraison, 30 décembre 1820, tome III, p. 616.

Jacobins et assassins »30.

6Verba tene ; res sequetur, aurait dit Caton l’Ancien…

Presse et poésie

  • 31 Entre 1820 et 1823, on trouve ainsi des chansonniers intitulés français, des Bonnes Gens, du Jour d (...)

7On conçoit que les multiples productions de ce prêt-à-rimer aient entraîné l’exaspération des amoureux des Belles Lettres et la prudence des imprimeurs-libraires sollicités de les éditer. Il était toutefois d’autres formes que le recueil de poèmes pour publier une pièce de circonstance. Ainsi les chansonniers et almanachs de tous genres31 ouvraient largement leurs pages à ce type de littérature. Mais il y avait, surtout, les journaux et les revues.

  • 32 Le Réveil, 1er août 1822, p. 4.
  • 33 Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, à Paris, chez Rivals aîné et Demonville, Editeurs, (...)

8Rares étaient en effet les périodiques qui refusaient de fournir à leurs lecteurs leur dose quotidienne, hebdomadaire, mensuelle ou autre de poésie. Et ceux qui n’avaient pas coutume de le faire (le Journal des Débats, par exemple) ne pouvaient se dispenser d’accompagner l’annonce d’événements aussi importants pour la famille royale que la mort du duc de Berry ou la naissance du duc de Bordeaux d’une composition poétique « analogue aux circonstances » (comme l’on disait alors). Mais la plupart des journaux et des revues ne rechignaient pas à mêler à leurs articles des poèmes de tous types. Ainsi, pour attirer la clientèle, le quotidien Le Réveil promettait-il la livraison tous les mois de « deux romances et deux lithographies »32. Et les membres du clergé qui formaient la quasi-totalité des lecteurs des très sérieuses (pour ne pas dire austères) Tablettes du clergé et des Amis de la Religion trouvaient à la fin de chaque numéro mensuel une récréation en forme d’une composition poétique (ode, hymne, stances) d’une centaine de vers33.

Le Réveil. Journal des Sciences, de la Littérature, des Mœurs, Théâtres et Beaux-Arts, Paris. Première page du numéro du 14 septembre 1822 (n° 45).

  • 34 La Foudre…, 22 avril 1823 (n° 110), p. 2.
  • 35 On trouvera un magnifique exemple de réclame pour la cafetière Morise (avec citation de vers de Del (...)
  • 36 « J’ai terminé mes courses du jour par mon imprimeur, toujours occupé du titre et de la couverture. (...)
  • 37 Cf. Le Défenseur. Journal Religieux, Politique et Littéraire, tome V [mai-juillet 1821], p. 40 : «  (...)

9Les rédacteurs de périodiques n’avaient d’ailleurs nulle peine à trouver de quoi remplir ainsi leurs feuilles : ils avaient à leur disposition les sous-produits des divers prix annuels décernés par les Académies et Sociétés d’encouragement des Belles-Lettres et les auteurs déçus de ne pas avoir remporté la palme refusaient rarement la satisfaction de vanité que supposait une publication dans la presse. Ils disposaient aussi (et surtout) des textes que ne manquaient pas de leur adresser leurs fidèles abonnés et lecteurs. Certains d’entre eux purent même se montrer si prolixes et si insistants dans leur volonté d’être publiés à tout bout de champ dans leur canard favori que l’un d’entre eux, La Foudre, se vit contraint d’annoncer qu’il suspendait toute publication de poésie faute de pouvoir suffire à l’insertion de tant de textes que lui adressaient tant de « bons royalistes »34. Enfin, en ces temps où la publicité (la « réclame ») se glissait plus ou moins discrètement dans les pages des journaux35, les imprimeurs-libraires n’hésitaient pas à communiquer aux publicistes, pour qu’ils les reproduisent dans leurs feuilles, quelques « bonnes pages » ou extraits des recueils de poésie qu’ils venaient de publier. C’est du moins ce que faisait le roi des imprimeurs-libraires parisiens Ladvocat si l’on en croit une lettre de Victor Hugo à son épouse Adèle datée du 22 mai 182536. Par cette tactique (qui s’apparente de près à la diffusion des bandes-annonces des films actuels) l’éditeur entendait mettre l’eau à la bouche des lecteurs qui se précipiteraient acheter l’ouvrage. Mais Ladvocat ne fut assurément pas le seul à la pratiquer car la presse de l’époque abonde en poèmes dont elle ne cita, « faute de place », que quelques fragments comme cela fut le cas avec l’Ode sur le baptême de Son Altesse Royale Henri Charles Ferdinand Marie Dieudonné d’Artois, duc de Bordeaux publiée chez Pélicier par le même Victor Hugo en 182137.

La Foudre. Journal de la Littérature, des Spectacles et des Arts. Rédigé par une société de gens du monde et d'hommes de lettres, Paris. Première page du n° 13 de 1821.

10Cette abondance de compositions poétiques publiées dans la presse des années 1820 permettrait sans doute aux historiens de la littérature française de revisiter (comme on dit maintenant) cette période. Peut-être découvriraient-ils quelques auteurs aujourd’hui ignorés mais qui furent les rivaux et parfois les triomphateurs des Hugo, Lamartine et Vigny dans les jeux floraux ou autres concours de poésie. Et sans doute mettraient-ils en valeur le rôle que les journaux (pas seulement par les critiques littéraires de leurs feuilletons, mais aussi par les annonces et la publication de poèmes) purent jouer dans la consécration des trois monstres sacrés que nous venons de citer, et l’oubli dans lequel furent impitoyablement rejetés les autres. Mais nous ne sommes pas historiens de la littérature française et nous nous bornerons, en hispaniste, à tenter de saisir comment cette poésie tant prisée des lecteurs de la presse nous permet d’appréhender le rapport dialectique qui s’instaura en France à propos de ce que l’on appela la seconde révolution d’Espagne, entre les autorités et les diverses composantes de l’opinion publique.

La hantise de la page blanche et autres tracas des rédacteurs de périodiques

  • 38 P. 1 (« Intérieur. Paris 20 janvier »).
  • 39 P. 2.
  • 40 Projet de la proposition d’accusation contre M. le duc Decazes, pair de France, ancien président du (...)

11L’émotion causée par l’annonce dans tous les journaux, le 15 février 1820, de l’assassinat du duc de Berry perpétré dans la nuit du 13 au 14 par l’ « infâme Louvet », sans l’éclipser complètement, relégua au second plan des préoccupations des Français les nouvelles en provenance d’Espagne sur la situation provoquée par la révolte des troupes destinées à être embarquées pour l’Amérique dont s’étaient fait l’écho Le Constitutionnel du 21 janvier38 et le Journal des débats du 22-23 janvier39. Mais surtout les mesures prises par Richelieu pour apaiser la colère des ultra (parmi lesquels le virulent député de la l’Aveyron Clausel de Coussergues ne demanda pas moins que la mise en accusation de Decazes pour complicité de meurtre40) affectèrent profondément la presse. Certes, La Minerve française exagérait en déclarant dans ses « Lettres sur Paris » datées du 15 mars 1820 :

  • 41 La Minerve française, II, p. 284.

« L’Espagne va jouir d’une constitution, et la France est menacée de perdre la sienne. La liberté se fonde au-delà des Pyrénées, et l’esclavage, chassé de Madrid, nous apporte ses chaînes. L’inquisition peut venir, les cachots sont ouverts »41.

  • 42 Bibliographie de la France…8 avril 1820, n° 15 (pp. 198-199)
  • 43 Tome 14, p. 188 de La Comédie humaine, Paris, Jean de Bonnot éditeur, 1986.
  • 44 « Extrait du Drapeau blanc de vendredi » cité dans « Variétés » du Miroir du 4/08/1821, p. 4.
  • 45 Le Miroir, 6 août 1821, p. 3 (« Variétés »).
  • 46 Le Miroir, 10/08/1821, p. 4.
  • 47 Le Constitutionnel, 2 et 3 novembre 1821, p. 3.
  • 48 Le Miroir, 2 janvier 1822.
  • 49 Procès fait aux chansons de P. J. de Béranger, avec le Réquisitoire de Me Marchangy, le Plaidoyer d (...)
  • 50 Le Constitutionnel du 13 septembre 1822, p. 1.
  • 51 Tablettes universelles, juillet 1822, tome XXII, p. 61.

12Il n’en reste pas moins que la libre circulation des journaux et périodiques ainsi que des gravures fut suspendue par la loi du 31 mars 182042 et que cette situation, initialement prévue jusqu’à la fin de la session de 1820, devint la règle. Comme le rapporte Balzac dans César Biroteau, les journaux furent soigneusement étudiés « depuis le titre jusqu’au nom de l’imprimeur, ligne où pouvaient se cacher les ironies de l’opinion persécutée »43 et surtout, les censeurs purent se livrer à cœur joie à leur passe-temps favori : le découpage. Cette pratique ne choqua d’ailleurs nullement les journalistes… quand c’étaient leurs adversaires politiques qui en étaient victimes. Ainsi, Le Drapeau blanc (ultra) et Le Miroir (libéral) échangèrent ce type d’amabilités : « Le Miroir avait avant-hier perdu ses couleurs naturelles ; il était presque blanc : il les a recouvrées aujourd’hui ; il a repris sa noirceur habituelle », asséna Le Drapeau blanc du 10 août 182244. « Le Drapeau blanc d’hier contenait trois blancs ; trois de plus, il sera à sa juste valeur », rétorqua le surlendemain tard Le Miroir45. Dix mois plus tôt, le même Miroir avait même tenté de jeter le discrédit sur le seul journal qui n’avait pas subi les foudres des censeurs en déclarant que « presque tous les journaux d’hier contenaient des blancs considérables. Le Journal de Paris est le seul à l’abri de cette contrariété. Nous l’en félicitons plus que ses lecteurs »46. Mais au-delà des postures que pouvaient affecter les rédacteurs, la réalité était bien que l’abondance des passages censurés mettait purement et simplement en péril l’existence des périodiques qui en étaient victimes. Les rédacteurs du Constitutionnel, informèrent leurs lecteurs, le 2 novembre 1821 que, depuis le 1er juillet jusqu’au 31 octobre, il avait été supprimé dans leur journal « 24 495 lignes, qui jointes à 88 525 lignes précédemment supprimées depuis l’établissement de la censure (3 avril 1820) forment un total de 112 920 lignes, ce qui, à raison de 700 lignes par numéro, représente la matière de 161 numéros du journal, plus 220 lignes (cinq mois et huit jours »47. « Nous avons constaté que, depuis cinq mois, la censure nous avait supprimé plus de 10 000 lignes ! Ce n’est pas là émonder ; c’est tondre, et même raser » renchérirent le 2 janvier 1822 ceux du Miroir48. Il y avait là effectivement de quoi inquiéter les propriétaires de journaux dont les lecteurs n’étaient certainement pas disposés à sacrifier leur bel et bon argent pour contempler des pages blanches. Mais c’était aussi le moindre des risques encourus puisque, selon l’humeur des juges autrefois « impériaux », maintenant « royaux » (pour reprendre la célèbre expression de l’avocat Dupin49), tout périodique pouvait être saisi ou définitivement interdit de publication et son propriétaire traduit en cour d’Assises et condamné à une lourde amende éventuellement accompagnée d’une peine de prison. Quant aux motifs qui pouvaient conduire l’éditeur d’un journal en cour d’Assises, ils étaient aussi vagues que variés et allaient de l’accusation d’injure au roi ou à la religion à celle « d’infidélité et de mauvaise foi » comme ce fut le cas en 1822 pour ceux du Constitutionnel, du Courrier, du Pilote et du Journal de Commerce pour la façon dont ils avaient rendu compte dans leurs feuilles du procès de « l’affaire de La Rochelle50 en passant par celle d’ « empiétement dans le domaine politique » comme ce fut le cas, par exemple, pour les rédacteurs de « trois journaux littéraires, de couleurs différentes » ( le Courrier des Spectacles, le Miroir et la Foudre) en juillet 182251.

Le Miroir, 1er août 1821 (n° 169), p. 3 avec les emplacements qu’auraient dû occuper une correspondance adressée au rédacteur de la revue et une poésie de Théveneau.

Plus royalistes que le roi

  • 52 Journal des théâtres, de la littérature et des arts, 15 novembre 1820, p. 3.
  • 53 Nos 8538, 8857 et 8858 ; respectivement Bulletin des Lois n° 358, pp. 409-412  et n° 359, pp. 417-4 (...)
  • 54 La Minerve française, tome IX, p. 304, « Lettres sur Paris, 15 mars 1820 ».

13La plus grande prudence fut donc de mise dans les salles de rédaction et, par exemple, pour tout compte rendu d’une Epitre à M. Grégoire, ancien évêque de Blois d’un certain Audignier, le Journal des théâtres, de la littérature et des arts se borna à informer ses lecteurs que le nom du personnage à qui ce texte était adressé annonçait qu’il devait s’ « interdire toute réflexion favorable ou défavorable sur le sujet soumis à son examen »52. Toutefois, ce n’est que le 1er avril 1820 que Louis XVIII signa l’ordonnance « concernant l’exécution de la loi du 31 mars 1820 relative à la publication des Journaux et Ecrits périodiques » ainsi que celles « portant nomination de la Commission de censure instituée à Paris » et « des membres de la Commission du Conseil chargé de la censure des Journaux et Ecrits périodiques »53. Les lecteurs avaient donc eu le temps de se familiariser avec les noms de Quiroga et de Riego et les journalistes d’exprimer leur enthousiasme ou leur effroi en commentant la nouvelle, parvenue le 15 mars 1820 à Paris, que Ferdinand VII avait fini par accepter la Constitution de Cadix54. Mais si les évènements d’Espagne avaient déjà suscité une vive polémique entre ultra et libéraux, nul n’avait eu le temps de composer un quelconque poème pour témoigner à ses compatriotes son enthousiasme ou son désespoir devant la situation outre-Pyrénées.

  • 55 Cf. Le Défenseur qui dans sa 28e livraison (octobre 1820), annonça la poésie laine « In burdigalae (...)
  • 56 « Notice historique et bibliographique des journaux et recueils périodiques de politique, de littér (...)

14Une telle initiative eut du reste sans doute été jugée déplacée en un temps où toutes les lyres, comme celle de Victor Hugo, se consacrèrent exclusivement (et même parfois en latin55) à chanter le malheur, après l’assassinat du duc de Berry, puis l’espoir de la famille royale, lors de la naissance et du baptême de l’enfant du miracle, Henri, Charles, Ferdinand, Marie, Dieudonné, duc de Bordeaux. Nous n’avons trouvé, pour l’instant (mais nous ne saurions jurer qu’il n’y en eut pas d’autres), qu’une publication de province (où, comme chacun sait, il n’est ni bon bec, ni esprit distingué) pour avoir enfreint cette règle : le Journal de Lyon et du département du Rhône, feuille « ministérielle », c’est-à-dire, selon la formule d’Arsenne Thiébaut-de-Berneaud, qui défendait « indistinctement tous les actes des agents du pouvoir »56. Ses lecteurs purent ainsi découvrir, dans le numéro du 28 avril 1820 une fable intitulée Le Mulot et la Taupe dont la moralité ne laissait aucun doute sur les opinions de son auteur, un certain Dumas qui proclamait qu’il fallait

« […] le répéter aux peuples turbulents

Qui sans cesse du sort s’en vont agiter l’urne :

Les révolutions ressemblent à Saturne,

  • 57 Journal de Lyon et du département du Rhône du vendredi 28 avril 1820, n° 38, p. 2b. Les textes enti (...)

Elles dévorent leurs enfants »57.

  • 58 Tablettes universelles, octobre 1820, tome I, p. 46.
  • 59 Ibid., novembre 1820, tomes I- II –III, pp.  308-309.
  • 60 Ibid, avril 1822, tomes XIX, XX et XXI, pp. 146-147.

15Les périodiques libéraux, alors qualifiés par leurs adversaires de « taciturnes » parce qu’ils n’avaient pas « montré une joie assez bruyante lors de la naissance de Mgr. le duc de Bordeaux » 58 se montrèrent tout aussi discrets en la matière et seules les Tablettes universelles se risquèrent, timidement, à publier, en espagnol suivie d’une traduction en prose, un fragment d’une « ode patriotique » dans laquelle « l’auteur imitait une ode d’Horace O navis referent, et comparait sa patrie à un vaisseau ; mais avec cette différence que loin de déplorer, comme le poète latin, les tempêtes essuyées par le navire espagnol, et de craindre pour lui l’avenir, il célèbrait sa gloire et chantait son bonheur futur »59. En fait, il n’y avait rien, dans le passage reproduit, qui évoquât l’avenir de l’Espagne et les rédacteurs, tout en piquant la curiosité des lecteurs, avaient su donner la parole à un Espagnol constitutionnel sans que les censeurs ne s’en offusquassent. Le procédé leur réussit si bien qu’ils l’utilisèrent à nouveau en 1822 en publiant, également sous le titre d’ « ode patriotique » la version originale et la traduction d’un poème dont un vers pouvait être interprété comme un appel à défendre la « liberté, liberté chérie »60.

16Mais il ne faudrait pas s’imaginer que les censeurs avaient reçu pour consigne d’expurger toute allusion aux bienfaits que pouvait apporter à l’Espagne le système constitutionnel auquel s’était résolu Ferdinand VII. En effet, le 22 décembre 1820, le Journal des Théâtres, de la Littérature et des Arts publia les 31 derniers vers d’une Epître au Roi d’Espagne qui avait été lue par J. P. G. Viennet lors d’une séance de l’Athénée Royal. Or, non seulement il était bien familier pour un sujet de Louis XVIII de s’adresser ainsi à S.M.C. Ferdinand VII, mais le ton employé était celui d’une véritable philippique, comme on peut en juger par le début du fragment reproduit dans le journal :

« Telle est la liberté, quand au sein de la paix,

Sur un peuple qui l’aime, elle étend ses bienfaits.

Ses jours sont arrivés ; son ère vient de naître.

Malheur aux imprudents qui l’osent méconnaître !

Ce n’est pas un Tribun qui lui prête sa voix ;

Je ne suis l’ennemi ni le flatteur des Rois.

Du repos des Etats j’estime en eux le gage,

Et les vois à regret préférer le langage

De ceux qui, les armant contre la liberté,

D’un triomphe impossible abusent leur fierté.

Dussent-ils m’en punir, ma muse leur révèle

  • 61 Journal des Théâtres, de la Littérature et des Arts, 22 décembre 1820, p. 3.

Qu’il faut ou prospérer ou succomber par elle. »61

Journal des Théâtres, de la Littérature et des Arts, Paris. Première page du numéro du 15 novembre 1820 (n° 207).

  • 62 « Notice historique et bibliographique des journaux et recueils périodiques… », op. cit., p. XXXI ; (...)
  • 63 Mémoires de Louis XVIII recueillis et mis en ordre par M. le duc de D***, Bruxelles, Louis Hauman e (...)

17Bien qu’il se fût présenté comme un « vrai royaliste » en critiquant la brochure de Chateaubriand De la monarchie et de la Charte, Jean Pons Guillaume Viennet n’était certes pas en odeur de sainteté à la cour de Louis XVIII pour n’avoir pas fait le voyage de Gand au retour de Napoléon, même s’il n’avait pas approuvé l’Acte additionnel. Toutefois, l’Athénée Royal où il avait fait la lecture de son poème était loin d’être un dangereux repaire de carbonari. Quant au Journal des Théâtres, de la Littérature et des Arts, Thiébaut-de-Berneau, dans sa « Notice historique et bibliographique des journaux et recueils périodiques » ne l’a rattaché à aucun parti, le classant ainsi parmi les journaux « sans couleur » c’est-à-dire ceux « qui se disent amis de tout le monde et ne le sont réellement de personne »62. Il serait donc bien étonnant que son principal rédacteur, Charles Maurice (que nous avons vu si prudent, voire pusillanime lorsqu’il s’agissait de Grégoire), se soit décidé à publier cet extrait particulièrement virulent du poème de Viennet sans avoir la certitude que de tels propos ne susciteraient pas les foudres des autorités. Or, le Roi lui-même n’était pas fâché de voir son « cousin », qui n’avait pas suivi les recommandations qu’il lui avait prodiguées en sa qualité de « chef suprême de la maison de Bourbon »63, se décider enfin à emprunter la voie constitutionnelle, puisqu’il écrivit dans ses Mémoires :

  • 64 Ibid., XII, p. 259.

« On enjoignit en 1814 au roi Ferdinand VII, lors de sa rentrée, d’accepter cette constitution. Il éluda tout d’abord, puis refusa, et punit ceux qui la lui avaient proposée. Rentré dans ses droits, il s’y maintint. C’était sans doute le moment de m’imiter, de calmer par une concession prudente les agitations antérieures. Il ne le fit pas, malgré mes conseils »64.

18Il n’est donc nullement étonnant que la Commission de censure, fidèle à la voix de son maître, ne vit rien à redire à la publication dans le Journal des théâtres… d’un extrait de l’Epître à Ferdinand VII de Viennet. Et, fort de ce précédent, quelques mois plus tard, en avril 1821, la célèbre Revue Encyclopédique dirigée par Jullien (qui ne cachait pas son libéralisme, mais sans s’exposer au courroux des autorités) en publia un autre en rendant compte des Epîtres et poésies suivies du poème Parga. « M. Viennet, pouvait-on lire, s’adresse au roi d’Espagne qu’il cherche à prévenir contre les flatteurs et contre les perfides conseillers.  C’est Dieu, lui dit-il, qui t’inspira le dessein d’asseoir la liberté sur le trône 

« Sans crainte et sans regret supporte sa victoire ;

Elle fit ton salut, elle fera ta gloire.

Loin d’attaquer les rois, elle seule aujourd’hui

Des trônes ébranlés peut devenir l’appui ;

Ses amis sont les tiens, vos intérêts vous lient ;

De ses ennemis seuls que les rois se méfient ».

  • 65 Revue encyclopédique, avril 1821 (28° cahier), tome X, pp. 140 – 141.
  • 66 Le Miroir des Spectacles, des Lettres, des Mœurs et des Arts, 9 septembre 1821, pp. 3-4.

19Mais la Revue Encyclopédique ne se contentait pas de citer ces cinq vers et, dans les suivants, le lecteur découvrait que Viennet, exonérant Ferdinand VII de toute responsabilité, accusait son entourage de tous les maux qui avaient désespéré les Espagnols65. C’était une pierre dans le jardin du duc d’Artois et de tous les ultra. Mais, pour sa part, Louis XVIII ne pouvait qu’acquiescer. Pour peu que l’on prît la peine de désigner comme coupables les « mauvais conseillers » qui l’avaient égaré, il était loisible de critiquer Ferdinand VII. C’est ce que ne comprit pas J. H. Belloc, qui dans une fable publiée dans Le Miroir des Spectacles, des Lettres, des Mœurs et des Arts du dimanche 9 septembre 1821, se montra tellement sibyllin dans ses propos qu’il faut chausser de grosses lunettes à lire entre les lignes pour entrevoir que le parcours du ruisseau dévastant la prairie qu’il nous expose pourrait bien être celui du roi d’Espagne66.

Miroir des Spectacles, des Lettres, des Mœurs et des Arts, Paris. Première page du numéro du 1er janvier 1823 (n° 706).

Le dévouement des médecins français et des sœurs de Saint-Camille lors de la peste de Barcelone

  • 67 Ordonnance n° 11 300, Bulletin des lois…, tome XIII (1822), pp. 420-425.
  • 68 Petit dictionnaire ultra, précédé d’un essai sur l’origine, la langue et les œuvres des Ultra, par (...)
  • 69 Ibid., p. 70
  • 70 Le Constitutionnel, 18 juin 1822, p. 2.
  • 71 Le Constitutionnel, 6 novembre 1821, p. 2 
  • 72 Louis XVIII, Mémoires…, op. cit., XII, p. 200.

20S’il n’avait pas été mécontent, dans un premier temps, de voir son cousin obligé d’accepter la constitution qu’il avait rejetée en 1814, Louis XVIII ne tarda pas à s’effrayer de la similitude de la situation espagnole avec celle qu’avait pu connaître la France sous la Révolution. Pour éviter la contagion révolutionnaire, il signa, le 27 septembre 1821, au château des Tuileries, une « ordonnance qui prescrivait des mesures sanitaires dans plusieurs départements »67. Officiellement, il s’agissait de protéger la France de l’épidémie de fièvre jaune (souvent confondue avec la peste) qui sévissait en Espagne, et notamment à Barcelone. Nul ne fut dupe : deux ans plus tard, le Petit dictionnaire ultra n’eut pas de définition assez dure pour dénoncer cette décision, comme on peut en juger par les entrées : « cordon » : « mauvaise plaisanterie qui n’a rien de sanitaire »68 et « peste » : les ultra savent parfois la mettre à profit pour exécuter leurs projets »69. Louis XVIII ne cessa toutefois de protester que son seul souci, en prenant une telle mesure, avait été de protéger ses enfants (lisez, ses sujets), du terrible fléau qui sévissait au-delà des Pyrénées. « La malveillance seule a pu trouver dans les mesures que j’ai prises un prétexte pour dénaturer mes intentions », déclara-t-il dans son discours d’ouverture de la session des chambres de 1822. Le Constitutionnel fut même convaincu, ou feignit de l’être, puisque, en rapportant ces propos, il ajouta : « après ces récentes et royales paroles, l’expression du doute n’est plus permise. L’Espagne ne perdra pas son indépendance nationale ; elle conservera sa liberté »70. Mais en citant dans ses Mémoires les termes qu’il avait utilisés en semblable circonstance l’année précédente, le 5 novembre 1821 (« Un fléau destructeur désole une partie de l’Espagne ; j’ai prescrit et je maintiendrai des mesures sévères pour défendre de la contagion nos frontières de terre et de mer »71), le même Louis XVIII ne put s’empêcher d’ajouter qu'il s'agissait du « cordon sanitaire établi dans un double but d’intérêt national et de prudence diplomatique »72.

21Avant de prendre la décision de fermer la frontière franco-espagnole, le gouvernement avait envoyé à Barcelone, sous la direction du docteur Pariset, une Commission de médecins français chargés d’étudier la maladie. Cette expédition, du point de vue scientifique, n’était sans doute pas absolument nécessaire puisque deux de ces médecins, les docteurs Pariset et Mazet en avaient déjà effectué une semblable lors de l’épidémie de fièvre jaune qui avait affecté Cadix en 1819. Il s’agissait, une nouvelle fois, d’une mission d’expertise pour déterminer si la maladie était contagieuse ou non, et quels étaient les moyens les plus surs de s’en préserver. Mais les autorités lui conférèrent un caractère humanitaire en autorisant deux religieuses parisiennes d’un ordre si peu connu en France qu’on l’appela souvent de Sainte-Camille alors qu’il s’agissait de Saint-Camille, à se rendre en même temps qu'eux dans la capitale catalane pour porter secours aux malades. Dès son début, la mission (qui arriva à Barcelone le 9 octobre 1821) bénéficia d’une couverture médiatique (comme on dirait de nos jours) qui ne dut certainement rien au hasard : grâce à leurs correspondances (même privées) publiées dans la presse, on put suivre l’activité des « héroïques servantes de Dieu » et des « nobles savants » qui, loin de se contenter d’observer la pandémie, prodiguèrent leur soin aux malades. On s’enthousiasma pour ces intrépides bienfaiteurs de l’humanité et l’émotion fut à son comble quand on apprit le décès du plus jeune des médecins, Mazet, mort victime du devoir. Tous les journaux, unanimes, saluèrent la mémoire du héros et le courage de ses compagnons, et Le Miroir (libéral) célébra à sa manière cette union sacrée dans l’entrefilet suivant :

  • 73 Le Miroir, 4 novembre 1821, p. 4.

« GRAND MIRACLE ! La Quotidienne [journal ultra] contenait hier une proposition noble et généreuse ; c’est celle de faire frapper une médaille aux médecins français qui se sont rendus en Catalogne et dont l’héroïque dévouement doit passer à la dernière postérité »73.

  • 74 Le Constitutionnel, 26-27 décembre 1821, p. 2
  • 75 Nous avons résumé, à grands traits, l’information que nous avons pu glaner sur ce sujet, notamment (...)

22Pour sa part, l’Académie française décida de donner comme sujet de son prix de poésie de 1823 « le dévouement des médecins français et des sœurs de Saint-Camille dans la peste de Barcelone ». Louis XVIII, personnellement, pensant « que l’espace trop éloigné de ce concours pouvait refroidir le juste et vif intérêt qu’inspirait cet acte de courage vraiment héroïque »74 décida que le concours aurait lieu au plus tôt et mit une somme de 1 500 francs à disposition de la docte assemblée pour le doter75.

  • 76 Le Constitutionnal, 26 août 1822, p. 3
  • 77 Annales de la littérature et des arts, 62e livraison, tome V (1822), p. 312.
  • 78 Recueil de l’Académie des Jeux Floraux, Toulouse, chez M. J. Delles, imprimeur de l’Académie des Je (...)
  • 79 HUGO, Victor, Oeuvres posthumes. Correspondance 1815-1835, Paris, Calman Lévy, éditeur, 1896, p. 26

23Comme le déclara avec quelque grandiloquence Le Constitutionnel du 26 août 1822, « le dévouement des médecins français et des sœurs de Saint-Camille dans la peste de Barcelone était un sujet national, un sujet sublime »76. Aussi, pas moins de 127 poètes concoururent pour ce prix, remis lors de la séance annuelle de l’Académie, le 24 août 1822 à Edouard Alletz, MM. Chauvet et Pichal obtenant chacun un accessit. D’autres sociétés suivirent l’exemple de l’Académie française, comme celle des Sciences, Arts et Belles Lettres de Macon, présidée par Lamartine77 ou celle des Jeux Floraux de Toulouse qui organisa un concours auquel participa Victor Hugo78. Avant, ce dernier avait annoncé au comte Jules de Rességuier son intention d’écrire un tel texte en ajoutant naïvement : « au moins ne renfermera-t-elle aucun sentiment politique »79. En fait, rien ne pouvait être plus politique que cette exaltation du courage de Français qui avaient affronté la peste pour l’amour de Dieu et de leurs semblables et dont la mort de l’un d’entre eux confirmait le caractère contagieux de la maladie : la thèse officielle de la Commission qui justifiait pleinement la décision du Roi d’avoir fermé la frontière, et d’y masser des troupes, y compris des régiments d’artillerie qui n’étaient sans doute pas indispensables à une simple opération de police.

  • 80 Cf. cette note de Le Brun de Charmette à son poème pourtant intitulé « Ode sur la fièvre jaune qui (...)
  • 81 Nouveau journal de médecine, pharmacie, décembre 1821, p. 298.
  • 82 Cf. infra, Appendice, nos 8-12, 15, 17-20, 25, 32 et 43.
  • 83 L’Album, n° 65, p. 423 [publié le 30 mars 1821, d’après la lithographie jointe à ce numéro] : « Cha (...)
  • 84 La Foudre, n° 43 [2 décembre 1821], pp. 327-329 : « Les sœurs de Sainte-Camille par M. J. Brisset » (...)
  • 85 Le Miroir, 21 novembre 1821, p. 3, fragment de « Panorama d’Athènes ».
  • 86 Annales de la Littérature et des Arts et Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 61e livraison, t (...)
  • 87 Tablettes universelles, avril 1822, tomes XIX, XX et XXI, pp. 146-147 : « Chant patriotique » (text (...)
  • 88 Revue encyclopédique, 44e cahier (septembre 1822), pp. 596-597 : « Le Dévouement des médecins franç (...)
  • 89 La Muse française, tome 1, 1823, pp. 67- 76 : « Aux mânes de Mazel. Poème par M. Pichald [sic, pour (...)
  • 90 Le Journal des Débats, 2 décembre 1823, pp. 1-4 : « La Guerre d’Espagne. Ode àS.A.R. Mgr le Duc d’A (...)
  • 91 Tablettes du clergé et des amis de la religion (janvier 1822), pp. 9-15 : « Ode sur la fièvre jaune (...)
  • 92 Le Journal des dames et des modes, 20 décembre 1821, n° 70, pp. 552-553 : « La Peste de Barcelone o (...)

24La presse prit toute sa part à la diffusion de ce déluge de poèmes qui s’abattit alors sur la France et contribua ainsi grandement, sous couleur de « licence poétique »80, à accréditer l’idée que c’était bien la peste, et non la fièvre jaune, qui avait fait plus de 20 000 morts à Barcelone81, faisant craindre que l’épidémie n’atteignît la France et y fit les mêmes ravages qu’un siècle plus tôt à Marseille. Quelles que fussent les opinions qu’ils entendaient propager et quel que fût le public auquel ils s’adressaient, la plupart des journaux et revues publièrent au moins un poème à la gloire de Mazel, de ses compagnons ou des sœurs de Saint-Camille ou faisant référence à la peste de Barcelone. Nous en avons relevé 12 (dont certains parurent dans des différents journaux) entre mars 1821 et décembre 1823, mais nous nous garderons bien de prétendre avoir dépouillé la totalité des périodiques publiés en France à cette époque82. Et pas seulement dans des journaux ou revues qui affichaient quelque prétention littéraire, comme L’Album83, La Foudre84 Le Miroir85, Les Annales de la Littérature et des Arts et Journal de la Société des Bonnes-Lettres86, les Tablettes universelles87, la Revue Encyclopédique88, La Muse française89 et Le Journal des Débats politiques et littéraires90, mais aussi dans une revue qui s’adressait aux ecclésiastiques, les Tablettes du clergé et des amis de la religion91 et une autre destinée au beau sexe, comme on disait alors, le Journal des dames et des modes92.

La Muse française, Paris, 1823. Page de garde du Tome I.

  • 93 Bibliographie de la France…, n° 52, samedi 29 décembre 1821, p. 711 (n° 5348).
  • 94 Tablettes du clergé et des amis de la religion, janvier 1822, p. 9.

25Ne pas publier de poème sur « le dévouement des médecins français et des sœurs de Saint-Camille » dans son journal ou sa revue, c’était, pour un rédacteur, s’exposer à mécontenter ses lecteurs, quels qu’ils fussent : celui des Tablettes du clergé et des amis de la religion en fut à ce point persuadé que, pour le premier numéro de cette revue qui parut en janvier 1822, il préféra substituer deux pièces originales initialement prévues (une ode intitulée Les bienfaits de la révélation et un Hymne à la Vierge) par l’Ode sur la fièvre jaune qui ravage l’Espagne de Le Brun de Charmettes qui venait tout juste d’être mise en vente chez Audin, libraire, quai des Augustins93. Cela, se justifia-t-il, afin d’offrir à ses lecteurs « une production nouvelle, qui semble acquérir un nouveau degré d’intérêt au moment où l’Espagne, en proie à des maux inouïs, essuie les désastres dont cette ode offre la peinture »94.

  • 95 Le Journal des dames et des modes, modes, 31 août 1822, n° 48, pp. 382-383 (Mlle Gay) ; 20 septembr (...)

26Cette publication in extenso par les Tablettes du clergé et des amis de la religion constituait une exception notable car, comme nous l’avons déjà dit, les libraires-éditeurs avaient pour habitude de n’accorder aux journalistes que le droit de reproduire quelque extrait susceptible d’allécher le chaland. Les rédacteurs du Journal des dames et des modes furent particulièrement bien traités de ce point de vue, puisqu’ils purent offrir à leurs lectrices des morceaux choisis des compositions d’Edouard Alletz, qui avait obtenu le prix décerné par l’Académie française, de Bignan, objet d'une mention honorable, de Mlle Gay, prodige de 17 ans, qui avait tout particulièrement retenu l’attention des académiciens navrés de n’avoir pu la couronner parce qu’elle n’avait traité que du seul dévouement des sœurs de Saint-Camille, sans parler de celui des médecins, et d’Ourry, qui jouissait déjà d’un certain renom comme poète95. Indubitablement, libraires et auteurs comptaient avant tout, pour écouler leurs stocks, sur la sensibilité féminine qui ne pouvait que s’émouvoir à la lecture d’un récit aussi pathétique.

27Mais ces poèmes, qu’ils aient ou non été adressés préalablement à l’Académie française, ne contaient pas seulement une histoire à faire pleurer Margot. Ils flattaient aussi l’orgueil national, à tel point que l’on pouvait oublier la piteuse façon dont s’était achevée la Guerre d’Espagne. Ainsi, A. Bignan, dans l’une des pièces intitulées « Le dévouement des médecins français », n’hésita pas à faire dire à un Espagnol sauvé par Mazel :

« Les Français autrefois faisaient trembler nos armes,

  • 96 Voir appendice, septembre 1822.

Les Français aujourd’hui viennent sécher nos larmes »96.

28Enfin, et surtout, l’alliance, non pas du sabre et du goupillon, mais de la science et de la religion en la personne des médecins et des religieuses, conférait à l’intervention (alors) pacifique des Français un caractère de mission divine que l’on retrouvera quelque temps plus tard. Car si, selon la théorie de Bonald, dès qu’on parle de politique, on en vient à la religion, la réciproque est vraie. Le premier (toujours à notre connaissance) à associer dans un poème « peste » et « révolution » le fit dans un texte intitulé « Le patriote par excellence ou Le bon Français comme nous en connaissons tant » qu’il signa de ses initiales : E. L., avec la précision suivante (qui ne nous a toutefois pas permis de l’identifier) : «  Auteur du Chevalier de la Liberté ». Il s’agissait d’une « chanson poissarde » qui s’achevait par ces vers :

« Fiers révoltés de l’héroïque Espagne,

Vous qu’autrefois je traitais de brigands,

Passez les monts ! mettez-vous en campagne,

Pour nous aider à chasser nos tyrans ! (bis.)

La fièvre jaune est un présent funeste ;

Mais votre but à mes yeux vous absout ;

Je serai libre, et nous aurons la peste.

  • 97 L’Album n° 65, p. 423 [publié le 30 mars 1821, d’après la lithographie jointe à ce numéro].

Je suis Français, mon pays avant tout (bis) » 97

29Le caractère burlesque du texte nous incite évidemment à ne pas le prendre au premier degré. Mais le second n’est sans doute pas le bon non plus car on ne voit pas pourquoi une revue libérale comme L’Album publia ces vers si ce n’est pour se gausser de ceux pour qui tout bon Français se devait d’être royaliste ultra. Mais il n’en demeure pas moins que l’idée était dans l’air.

  • 98 La Foudre, n° 46 [8 décembre 1821], pp. 394-397.
  • 99 Ibid., pp. 394-395.

30Dans son Ode sur la fièvre jaune qui ravage l’Espagne qui, à peine parue, fut l’objet de la publication de larges extraits dans La Foudre lors des premiers jours de décembre 182198 et fut reproduite in extenso (comme nous avons vu) par les Tablettes du clergé et des amis de la religion en janvier 1822, Le Brun de Charmettes présenta la peste comme l’œuvre de « l’Ange exterminateur/ envoyé du très-Haut au jour de sa colère » châtier les adorateurs de Demorgogon (démon de l’anarchie) qui, en Espagne, avaient « dans leur monarque outragé son image ». Pour les rédacteurs de La Foudre, « cette ode, pleine de vers remarquables et de grandes pensées, ne pouvait être sortie que d’une plume monarchique car ce n’est que dans l’honneur que l’on peut puiser de telles inspirations »99. En la faisant connaître à leurs lecteurs, les « amis de la religion » qu’étaient les rédacteurs des Tablettes du clergé et ceux d’un roi affranchi de la Charte qui publiaient La Foudre donnèrent à l’opinion de Le Brun de Charmettes un écho qu’elle n’aurait certainement pas eu si son ouvrage (dont le titre n’avait rien d’original et qui et avait été mis en vente chez un libraire, Audin, qui était loin d’être le plus grand de Paris) n’avait pas bénéficié d’une telle « réclame ».

  • 100 Ibid., n° 95, [8 septembre 1822], p. 282.

31L’année suivante, en septembre 1822, La Foudre, dressant le bilan de la « croisade des journaux royalistes de Paris et de province » en faveur d’une intervention militaire française pour rétablir en Espagne la monarchie absolue et la religion, se targuera de s’être « chargée du service pénible des avant-postes », et de ne pas avoir « craint même d’engager la première des combats dangereux, en faisant reculer devant elle les ennemis du trône, en éclairant les complots, et en attaquant à bout portant les chefs éternels de toutes les séditions »100. On peut douter de ce qu’elle prit de grands risques en publiant les fragments de l’Ode sur la fièvre jaune qui ravage l’Espagne de Le Brun de Charmettes. En revanche, il est sûr qu’elle fut en l’occurrence à l’avant-garde d’une campagne qui aboutit à l’expédition Outre-Pyrénées des Cent Mille Fils de Saint Louis sous le commandement du duc d’Angoulême.

  • 101 « Boue : arme que les ultra appellent la Foudre », Petit dictionnaire ultra […] par un royaliste co (...)
  • 102 L’Album, 12 décembre 1821, 31ème livraison, tome II, pp. 381-382.
  • 103 Tablettes universelles de juin 1822, tomes XIX, XX et XXI, pp. 281-282.

32Les journaux des libéraux, qui tenaient La Foudre pour de la boue101 (on savait alors éviter les pires grossièretés), publièrent eux aussi des poèmes où étaient exaltés l’héroïsme et le dévouement des Français à Barcelone. Mais ils donnèrent la préférence à ceux consacrés aux médecins, plutôt qu’aux sœurs de Saint-Camille. Ainsi, L’Album du 12 décembre 1821 publia des « Stances » dues à la plume de Prosper Chalas qui s’achevaient par les derniers mots de l’infortuné Mazet : « Ma mère ! es-tu donc sans secours ?... », ajoutant en note que « Le Miroir avait ouvert une souscription en faveur de la mère du disparu qui ne pouvait compter sur aucune ressource102. Les Tablettes universelles, pour leur part, saluèrent l’action d’un autre médecin, en publiant une strophe du Retour de Barcelone. Hommage au docteur Bally, paroles de M. B. Antier, musique et accompagnement de piano ou de harpe de M. Wilhem, en vente chez Henz-Jouve, au Palais-Royal, en soulignant que : « Les lettres et les arts se sont réunis et toute l’Europe n’a eu qu’une voix pour célébrer le généreux dévouement des médecins français »103. Mais seules les Tablettes universelles osèrent publier des vers qui exprimaient une leçon politique de ce qui s’était passé à Barcelone.

  • 104 Cf. supra, note 59.

33Dans le compte rendu d’un ouvrage intitulé Relation historique des malheurs de la Catalogne ou Mémoires de ce qui s’est passé à Barcelone en 1821 pendant que la fièvre jaune y a exercé ses ravages, qui venait paraître à Paris, les rédacteurs des Tablettes universelles réservèrent en effet un sort particulier à un poème publié en note par l’auteur, D.-M. J. Henry, archiviste de la préfecture des Pyrénées-Orientales. Il s’agissait d’un huitain en espagnol (ce qui dissuadait peut-être les censeurs de le lire attentivement) avec une traduction en prose, comme cela avait été déjà le cas avec l’imitation de l’ode d’Horace parue dans la même revue en novembre 1820104. Mais le texte était singulièrement ambigu puisqu’il exaltait le courage devant la mort, en général, et pas seulement devant la mort par maladie :

«Vaya haciendo la Parca su oficio

Y aunque aumente su furia y rigor,

No por eso desmaya el que es libre,

Antes bien da realce a su ardor;

Poderoso al contrario es por cierto

Y capaz de infundir el terror,

Pero un cuerpo que es libre y valiente

Ni por sombras conoce el temor.

  • 105 Tablettes universelles, avril 1822, tomes XIX, XX et XXI, pp. 146-147.

Traduction: « Que la parque fasse son office, qu’elle augmente même sa furie et sa cruauté, l’homme libre ne se laisse point abattre ; il donne avant de mourir un nouvel éclat à son ardeur. Un puissant adversaire est sans doute bien capable d’imprimer la terreur ; mais à l’homme qui est libre et vaillant, la mort même ne peut inspirer de la crainte »105.

  • 106 Relation historique des malheurs de la Catalogne ou Mémoires de ce qui s’est passé à Barcelone en 1 (...)
  • 107 Petit dictionnaire libéral [par M. N. Balisson de Royemont], Paris, chez Ponthieu, libraire, Palais (...)

34En outre, le titre, « Chanson patriotique » ne semblait guère en adéquation avec l’objet du travail recensé et laissait davantage supposer que « l’homme libre [qui] ne se laisse point abattre » se disposait à affronter un adversaire de sang et d’os plutôt que la maladie. En fait, l’auteur du compte rendu s’était montré aussi filou que celui de l’ouvrage recensé. Car les vers cités étaient extraits non d’une note de l’auteur, mais d’un texte que ce dernier avait reproduit, sous le numéro X, au milieu des « pièces officielles communiquées par MM. les Préfets, les Consuls, les Intendants et les Médecins de la Catalogne ». Et non seulement il s’agissait bien d’une « chanson patriotique », mais son auteur n’était rien moins que le « premier Milicien volontaire de Tortose », un « des Patriotes de cette ville » qui l’adressait « à ses compagnons d’armes »106. La rédaction des Tablettes universelles avaient donc réussi à se jouer de la censure et à publier un extrait d’un chant composé par un de ces « descamisados » que les ultra haïssaient et méprisaient tant, et dont ils faisaient les successeurs des sans-culottes, c’est-à-dire, de « ceux qui prenaient les culottes des autres »107 Combien de ses lecteurs poussèrent la curiosité jusqu’à se procurer l’ouvrage de Henry ? Nous ne saurions le dire. Mais il ne leur échappa sans doute pas qu’ils avaient affaire à un hymne à la liberté et qu’il était des hommes en Espagne disposés à sacrifier leur vie pour elle, et donc prêts à combattre ceux qui voudraient tenter de restaurer l’absolutisme dans leur pays.

Rome versus La Trappe

  • 108 Cf. Pichald, « Aux Mânes de Mazel », La Muse française [2ème livraison, février ( ?) 1823], tome 1, (...)
  • 109 Le Journal des débats, 19 février 1822, p. 2.
  • 110 17 500, selon le « relevé […] des abonnements des divers journaux politique »  publié dans le Miroi (...)

35Pour les libéraux français, de tels propos n’étaient pas seulement des « paroles verbales », comme dirait le plus célèbre de nos journaux satiriques contemporains. Tous les Français avaient été impressionnés par la défense numantine de Saragosse, Gérone et autres villes assiégées et le sacrifice d’un peuple entier capable de chanter ses propres funérailles108. Les Espagnols étaient semblables aux citoyens de la République romaine. Cela était si évident que le gouvernement interdit la représentation d’une tragédie d’Arnault fils, intitulée Régulus qui devait être donnée à l’occasion des adieux au public du célèbre comédien Baptiste Cadet à la fin du mois de février 1822109. Mais quand il revint sur cette décision, le Constitutionnel (qui était, de loin, le quotidien le plus diffusé en France, avec au moins 17 500 abonnés payants110) s’empressa dans son numéro du 9 juin de faire le compte rendu de la première représentation et de citer ces trois vers qui furent interprétés comme une mise en garde contre ce qui se passerait en cas d’invasion armée de la péninsule :

« De semblables vainqueurs sont à moitié vaincus ;

Carthage a des soldats ; Rome a des citoyens ;

  • 111 Le Constitutionnel, 9 juin 1822, p. 4.

On détruit une armée ; un peuple est éternel »111.

  • 112 Le Diable rose, 28 juin 1822, pp. 250-252.

36Trois semaines plus tard, Le Diable rose fit chorus112, et cita, avec quelques autres, ces trois vers qui résumaient le crédo et l’espoir des libéraux que la Sainte-Alliance renoncerait à affronter ce peuple qui avait été capable non seulement de résister à Napoléon, mais de le vaincre. Et même en avril 1823, quand l’absolutisme était sur le point d’être rétabli en Espagne par l’armée française, les libéraux continuèrent à affirmer que :

« Dans le péril commun, il n’est plus d’adversaires ;

Tous les bons citoyens ne sont plus que des frères »

  • 113 Le Constitutionnel, 14 avril 1823, p. 4.

37comme le disait Giraud dans Le Comte Julien, une tragédie en cinq actes dont E. D…. (Evariste Dumoulin) cita ces trois vers dans le compte rendu qu’il en donna, dans Le Constitutionnel du 14 avril 1823113.

Lithographie livrée avec le numéro de l’Album du 19 janvier 1822.

  • 114 Paris, imprimerie de Hocquet, 1820.
  • 115 La Foudre, n° 91, pp. 180-181.

38Mais l’heure des combats avait déjà sonné. Non pas contre l’étranger, mais entre Espagnols. Et, chez les ultra, en même temps que l’on tremblait pour la vie de Ferdinand VII menacée par la fureur des descamisados, on plaçait tous ses espoirs dans les rébellions armées qui se multipliaient sur tout le territoire espagnol. Les obsèques des victimes du 7 juillet 1822, pendant laquelle s’affrontèrent gardes du roi et miliciens nationaux, fournirent l’occasion à E. Michelet (un ancien officier, qui avait déjà manifesté son royalisme en publiant en 1820 un « chant lyrique » sur La Naissance du duc de Bordeaux114) de composer une ode que La Foudre s’empressa de publier115. S’indignant du sort réservé aux « vrais fils de Pélage/ défendant le trône et l’autel » et des « homicides lauriers » offerts aux « aux bourreaux vainqueurs », l’auteur achevait son poème par cette exhortation :

« Cénobite-guerrier, courage !

Marche, les temps sont arrivés,

Invoque Jeanne d’Arc, et l’on dira peut-être :

« Par la main d’une vierge et par la main d’un prêtre,

  • 116 Ibid., p. 181.

« Deux empires furent sauvés. »116

  • 117 Le mot est alors généralement écrit avec un seul « p ». Toutefois, l’orthographe en est incertaine (...)
  • 118 Petit dictionnaire ultra…, op. cit., p. 107.
  • 119 Bibliographie de la France…, samedi 19 octobre 1822 (n° 42), p. 628-n° 4689.
  • 120 pp. 309-313.

39Comme le précisait une note (qui n’avait rien de superflu), ce « cénobite-guerrier » n’était autre que « le Trapiste »117, qui deviendra en France une figure emblématique de la contre-révolution espagnole, encensé par les ultra, vilipendé et raillé par les libéraux pour qui la Trappe était l’ « école militaire des ultra » car « c’est de là qu’ils prétendent que sortent les meilleurs généraux, les plus intrépides soldats, parce que le bras d’un trapiste frappe et bénit »118. Au milieu du mois d’octobre 1822, la Bibliographie de la France annonça la parution d’un ouvrage intitulé Le Trapiste, poème, par l’auteur des poèmes antiques et modernes, Le Somnambule, La Femme adultère, La Fille de Jephté, Héléna, etc.119. La Foudre en fit un compte rendu dithyrambique et, dans son numéro de novembre, Le mois littéraire et historique. Littérature, Beaux Arts, Voyages120 en publia de longs extraits, précédés de cette introduction :

  • 121 Ibid., p. 309.

« Le poème intitulé Le Trapiste prouve, dit la Quotidienne, l’heureux emploi que nos jeunes officiers savent faire des loisirs que leur donnent la paix et la prospérité de la patrie. Ces beaux vers consacrés à la cause sainte de la monarchie et de la religion, fournissent en même temps une application de ce mot du poète grec : Il sied bien à un homme armé de jouer de la lyre. Cette pièce intéressante est de l’auteur d’Héléna ».121

  • 122 Le Réveil, 1er décembre 1822 (n° 123), p. 4.

40C’était désigner sans le nommer Alfred de Vigny, lieutenant titulaire (l’équivalent de capitaine aujourd’hui) au cinquième régiment de la Garde Royale, alors en garnison à Rouen. Les éloges de La Foudre et de La Quotidienne, ainsi que les extraits publiés par Le mois littéraire et historique lui permirent d’obtenir un énorme succès et, le 1er décembre 1822, moins de deux mois après la publication de l’ouvrage, on pouvait lire dans un autre périodique ultra, Le Réveil, que « L’auteur du Trappiste, cédant aux sollicitations des vrais amis des beaux vers et des nobles sentiments, venait de livrer à la presse la deuxième édition de son poème » qui paraîtrait chez Guiraudet, rue St.-Honoré, n. 315, et chez Pélicier, place du palais-Royal »122.

  • 123 Bibliographie de la France…, samedi 7 décembre 1822 (n° 49), p. 729-n° 5475.
  • 124 Le Réveil, 16 mars 1823 (n° 228), p. 3; Annales de la littérature, tome X (1823), 129e livraison, p (...)
  • 125 Lettres champenoises, 87e lettre, tome X (1822), pp. 180-182.
  • 126 Bibliographie de la France, samedi 24 avril 1824 (n° 17), p. 256-n° 2163.

41En réalité, l’affaire était déjà bien avancée, puisque, cinq jours plus tard, la Bibliographie de la France annonçait que l’on pouvait trouver ce second tirage non seulement chez Guiraudet et Pélicier, mais aussi chez Painparré123. Vigny s’y présentait encore comme « l’auteur des poèmes antiques et modernes, Le Somnambule, La Femme adultère, La Prison, etc. ». Il en fit de même pour la troisième édition, parue en mars 1823 et vendue au profit du Trappiste et de ses hommes qui avaient dû se réfugier en France124. Mais l’anonymat ne dupait personne et les rédacteurs des Lettres champenoises n’hésitèrent pas à citer le nom de Vigny dans un compte rendu extrêmement flatteur qu’ils donnèrent du Trapiste (en l’accompagnant d’un long extrait du texte) dans la 87ème de leurs lettres125. Et quand en avril 1824 en publiant une nouvelle œuvre Eloa, ou la Sœur des Anges, Vigny jettera aux orties le voile de l’anonymat et mentionnera avec fierté ses titres de comte et d’auteur du Trapiste126.

  • 127 n° 101, p. 3.
  • 128 « Comment on s’immortalise », poème anonyme publié dans Lettres champenoises, 104e lettre [février (...)

42« Toute la France a répété les beaux vers que M. de Vigny lui a consacrés ; ce jeune officier a noblement payé à l’héroïsme la dette de la poésie ; la peinture s’empressera de suivre cet exemple » affirma L’Eclair… du 11 avril 1823 en annonçant la parution d’une lithographie représentant « Frère Antonio le Trapiste »127. Indubitablement, il avait réussi à sacraliser, chez les « bien pensants » la figure de ce moine-guerrier, ce « terrible inconnu/ sorti jadis du monde, au monde […] revenu », qui, pour les ultra, représentait l’antithèse des « héros de l’île de Léon », Quiroga et Riego, qu’ils s’attachaient à présenter comme des lâches et des traîtres, ne songeant qu’à leurs propres intérêts128.

  • 129 Lettres champenoises, 101e lettre [janvier 1823], tome XII, pp. 60-66.
  • 130 Le Diable boiteux, 28 décembre 1823, n° 168, p. 4.
  • 131 Oraison funèbre de don Mathias Vinuésa [sic] chapelain honoraire du roi d’Espagne, archidiacre de T (...)
  • 132 Op. cit., p. 13
  • 133 Annales de la Littérature et des Arts, 138e livraison, tome XI (1823), pp 241-243.
  • 134 L’Eclair…, 11 avril 1823, n° 101, p. 3.

43Vigny fit en effet des émules. Une femme, qui signa Caroline de M…. , publia dans les Lettres champenoises une composition à la gloire de « Don Antonio Gregorio de Maragnon »129. Un « hommes de bonnes lettres » qui, selon le rédacteur du Diable boiteux se distinguaient des simples hommes de lettres parce que ceux-ci pensaient et que ceux-là étaient « pensés ou pensionnés »130, rivalisera même avec le futur auteur de Grandeurs et servitudes militaires en lisant, lors de la séance de la Société des Bonnes Lettres du 18 avril 1823, un poème dont le titre ne se différenciait de celui de Vigny que par les deux « p » du mot « Trappiste ». Il s’agissait du marquis d’Ernest de Blosseville qui, à la fin de la même année, fit preuve de sa solidarité envers les réfugiés (royalistes) espagnols en publiant à leur profit la traduction qu’il avait réalisée de l’Oraison funèbre de Mathias Vinuésa131. Les Annales de la Littérature et des Arts, organe de la Société des Bonnes-Lettres cette « institution excellente sous le rapport des principes et à laquelle », selon le Petit dictionnaire ultra, « il ne manquait qu’un peu de littérature, bonne ou mauvaise »132, publièrent son « élégie héroïque » sur le Trappiste133. Et si celle-ci ne connut pas le même succès que le poème de Vigny, elle n’en contribua pas moins à fixer dans les esprits l’image de « ce fameux trapiste, qui, une croix à la main, relevait la royauté et faisait pâlir la révolution »134, même s’il avait dû chercher refuge en France.

« L’un veut la paix, l’autre veut la guerre »135

  • 135 « Aux royalistes sur la paix ou la guerre », poème par A. D…., publié dans le feuilleton du Journal (...)
  • 136 On la le trouve dans un « quatrain traduit du chinois » publié dans Le Miroir du 15 mars 1823 et da (...)

44Si Gregorio Maragnon (comme les journaux français écrivaient le nom du Trapiste) et ses hommes avaient été contraints de se replier au-delà de la frontière quand le marquis de Blosseville prit la plume pour rendre hommage à son courage et son dévouement, le duc d’Angoulême pour sa part s’apprêtait à franchir la Bidassoa à la tête des Cent Mille Fils de Saint-Louis. Louis XVIII avait longtemps résisté aux instances des va-t-en guerre qui, à l’instar de Chateaubriand, ne rêvaient que de jouer le bras armé de la Sainte-Alliance et de voler au secours d’un Bourbon outragé. Aussi, avant que les troupes ne se mettent en marche, les journaux s’étaient violemment affrontés les uns pour « roucouler la guerre », les autres pour « vociférer la paix » pour reprendre une expression qui semble avoir fait florès à l’époque136.

  • 137 Tome V, p. 236.

45Pour conquérir l’opinion publique, la presse ultra ne recula devant aucun sacrifice : « Le Réveil continue à servir ses abonnés gratis ; on assure que ceux-ci se proposent de demander à l’avenir une indemnité pour frais de lecture » ironisa L’Album dans son numéro du 25 août 1822137 ; quant au Constitutionnel il dénonça en ces termes, dans son édition du 26 janvier 1823, les pratiques déloyales de ses concurrents :

  • 138 Le Constitutionnel, 26 janvier 1823, p. 3

« On nous écrit de Milhau (Aveyron) : il n’y a point de ville, point de village, dans l’Aveyron, où les cafetiers et les limonadiers ne reçoivent gratis, et sans en avoir témoigné aucune envie, les intéressants journaux intitulés La Quotidienne, la Gazette ou le Drapeau blanc. Cette munificence de papier amuse beaucoup les habitués, qui en rient, et les cafetiers qui s’en servent pour éclairer leurs fourneaux, lorsque les gendarmes les ont lus, car il faut bien que quelqu’un les lise »138.

  • 139 Ibid., 9 octobre 1822, p. 2

46On ne s’étonnera donc pas de trouver force poèmes en faveur ou contre l’intervention militaire en Espagne dans la presse française de l’époque. Pour les organes des libéraux qu’étaient L’Album et Le Miroir qui se présentaient, le premier comme le Journal des Arts, des Modes et des Théâtres, et le second comme celui des Spectacles, des Lettres, des Mœurs et des Arts, cette forme d’expression, en plus de l’attrait qu’elle exerçait sur le lecteur, offrait l’immense avantage de permettre de traiter de politique tout en restant formellement dans leur domaine de compétence, les belles lettres, et d’éviter ainsi de sérieux ennuis avec la censure et la justice. En rendant compte de la « fête civique qui a eu lieu [à Madrid] pour célébrer l’anniversaire de l’installation des cortès à l’île de San Fernando » en présence des autorités institutionnelles et des généraux Ballesteros, Alava, Moreno, Daoiz, Blake, Lopez Baños, O’Dely et Pepe, Le Constitutionnel du 9 octobre 1822, reprenant un article de son confrère madrilène El Universal, publia un «  couplet patriotique » « littéralement traduit, vers par vers ». On y célébrait la victoire remportée sur « l’odieux despotisme » et les défenseurs de la « liberté chérie » s’y déclaraient prêts à vaincre ou mourir pour elle. Certes, avouaient El Universal et Le Constitutionnel, de tels vers faisaient « plus d’honneur aux bonnes intentions qu’au génie poétique » de ceux qui les avaient composés. Mais, ajoutaient-ils, ils peignaient mieux que 20 pages d’histoire les vœux et les habitudes d’une nation »139.

47On ne se serait certes pas attendu à ce que les censeurs ne fissent pas le moindre obstacle à la reprise, dans la presse française, d’un article publié dans un journal espagnol libéral et à la publication de la traduction d’une chanson qui avait quelque relent manifeste de La Marseillaise. Mais on est encore plus stupéfait à la lecture, dans L’Album du 5 décembre 1822, d’une ode d’un certain L. M. Fontan, de Lorient, intitulée « Chant d’un Espagnol » qui commençait par ce couplet qui ne laissait pas le moindre doute sur ses opinions :

« Entendez-vous gronder les foudres de la guerre ?

Espagnols, Espagnols, volez à la frontière,

L’étranger a paru :

Il croit entrer vainqueur dans l’Espagne asservie,

  • 140 L’Album du 5 décembre 1822,pp. 5-8 (tome VII, 1823).

Qu’il en sorte vaincu ! »140

  • 141 Tome VII, 1823, 114e livraison, pp. 5-8.

48Pour éviter d’être accusé de souhaiter la défaite et l’extermination de ses compatriotes, l’auteur (ou la rédaction du journal) avait cru bon de spécifier en note qu’en parlant de la « horde sauvage » « des flancs du Nord vomie » qui n’aurait à choisir qu’entre « la fuite et le cercueil », l’auteur se référait à la Russie et que c’était là son « idée formelle ». La ficelle était un peu grosse ! Qui pouvait douter que « le lâche oppresseur » qui s’apprêtait à envahir l’Espagne n’était autre que cette armée française massée à la frontière ? et que c’était pour elle qu’il n’y aurait « point de pardon », pas même de Dieu ? Et non seulement notre Breton dénonçait l’oppression politique que la Sainte-Alliance se préparait à exercer à l’encontre des Espagnols, mais il condamnait aussi l’alliance non pas du Trône et de l’Autel, mais du despotisme et du fanatisme religieux, par une allusion très claire à l’Inquisition et à « ses bûchers, dressés par des prêtres infâmes » 141.

  • 142 Cf. DUFOUR, Gérard, « Restauración monárquica y restauración religiosa en la Francia de Luis XVIII  (...)

49Comment de tels propos purent-ils être tolérés dans une France dont le souverain avait renouvelé le vœu de Louis XIII la consacrant à la Vierge Marie, mère de Dieu, et qui vivait désormais au rythme des cérémonies religieuses d’expiation des crimes de la Révolution, des prédications mondaines de l’abbé Frayssinous, des bénédictions de drapeaux et des missions qui parcouraient tout le royaume142 ? Le censeur en charge du Miroir, se prenant pour Homère, se serait-il lui aussi assoupi un moment ? Nous avons d’autant plus de peine à le croire qu’il laissa ce même journal récidiver en offrant à ses lecteurs la fable suivante , dans le numéro du 28 janvier 1823 :

« Un lion autrefois la terreur des forêts,

Avait dans un combat reçu maintes morsures.

Depuis lors il vivait en paix,

Voulant guérir de ses blessures ;

Quand un autre lion, son voisin, son parent,

Vint troubler sa convalescence

En réclamant son assistance

Pour vider certain différent.

Redoutant quelqu’imprévoyance,

Avant que de rien accorder,

Des avis du conseil il voulut sans tarder

Etayer son expérience.

Le jour même il fut assemblé,

Et bientôt chacun eut parlé

Contre une pareille entreprise :

Secourir autrui, c’est sottise,

Quand soi-même on est accablé.

Tout allait bien, lorsqu’en cette occurrence

Le singe et le renard, animaux sans honneur,

Apôtres fieffés d’impudence,

Aux avis du conseil opposèrent le leur.

Maîtres passés en fourberie,

Nos coquins par de longs discours

Prouvaient qu’en refusant un pareil secours,

La gloire de l’état se trouverait flétrie.

Bref, leur trahison prévalut

Et la minorité conclut

Que dès le lendemain on serait en campagne.

On bâtissait déjà des châteaux en Espagne.

Le méchant jouissait, le sage dépité

Tremblant, mais sans reproche, attendait en silence

L’inévitable conséquence

D’un parti qu’avec zèle il avait rejeté.

Qu’arriva-t-il ? ce qu’on devait attendre ;

Sans sauver son ami, le lion succomba ;

Mais en mourant il s’écria :

  • 143 Le Miroir, 28 janvier 1823, pp. 3-4.

Avant d’aider autrui, songez à vous défendre. » 143

  • 144 Propos attribués à « un homme de beaucoup d’esprit » et rapportés dans Le Télégraphe. Gazette offic (...)
  • 145 Le Miroir… du jeudi 29 mai 1823 (n° 854), p. 3.

50Même le plus obtus des abonnés du Miroir n’eut aucune peine à identifier le Roi de France dans ce lion qui vivait en paix en soignant ses blessures, Ferdinand VII dans son parent qui appelait à l’aide pour régler un « différent », ainsi que Montmorency et Chateaubriand dans le singe et le renard, ces coquins maîtres en fourberie qui réussirent à retourner l’opinion du conseil et entraînèrent (dans la fable) le monarque à sa ruine. Mais cette fois, on ne s’étonnera pas que le censeur n’ait rien trouvé à redire à la publication d’un tel poème. Car bon nombre de royalistes appréhendaient cette « guerre inévitable, mais infaisable »144. Le Miroir insista sur ce point en rendant compte, dans son édition du 29 mai 1823 de l’ode de P. Denné-Baron intitulée La Nymphe Pyrène aux Français dont il cita une strophe entière en précisant que « l’auteur qui se déclare royaliste et fidèle et dévoué, se montre cependant opposé à cette guerre »145. De fait, en tête du recueil dans lequel il publia ce poème et qui fut mis en vente au milieu du mois de mai 1823 chez les libraires parisiens Emerie, Ladvocat, Coréard et Chaumerot jeune, l’auteur, membre de plusieurs académies, avait tenu à préciser :

  • 146 La Nymphe Pyrène aux Français, Ode suivie de la Nymphe Europe, du Couvent, poème ,de Zéphire et Flo (...)

« Je crois qu’on peut être excellent royaliste et ne pas être partisan de la guerre qui va éclater incessamment contre l’Espagne puisque des amis sincères de la légitimité ont prouvé clairement qu’elle était inutile pour affermir le trône de France, qu’une paix de neuf années a peut-être déjà rendu l’un des plus florissants de l’Europe, et qu’une guerre malheureuse pourrait compromettre ; car malgré les bons sentiments d’une armée dévouée à ses princes, la guerre a ses chances. Si l’on admet la possibilité d’un revers (tout bon royaliste qu’on puisse être), où trouverons-nous des soldats et de l’argent ? Ce qui nous manque le moins, c’est le courage, sans doute ; mais qu’est-ce que 80 000 hommes dans un pays comme l’Espagne, sans compter le Portugal, son allié par le triple accord de l’opinion, des traités et de la nature ? »146.

  • 147 « Le Constitutionnel et Le Courrier fournissent à eux sels 25 000 abonnés et quatre des journaux qu (...)
  • 148 Sur l’utilisation du personnage de Pélage en France à cette époque, voir Dufour, Gérard, « La figur (...)
  • 149 L’Album, tome VII, 1823, 28 février 1823, 131e livraison (pp. 413-417).

51Ces poèmes nous prouvent à quel point, à l’exception des ultra, l’opinion publique était, dans sa majorité (libéraux et royalistes confondus147), réticente à une intervention militaire. Non seulement la France et l’Espagne allaient reconnaître les horreurs de la guerre, qu’A. Bignan (auteur de l’un des poèmes consacrés au dévouement des Français à Barcelone) décrivit dans un texte imité de Schiller intitulé « La Bataille » paru dans Le Miroir du 17 février 1823, mais l’issue des combats était incertaine. Et si Bignan, en se demandant si la liberté serait bien du côté des vainqueurs, souhaitait à mi-mots la victoire des troupes espagnoles, d’autres la redoutaient. Car il ne fallait pas oublier que les « fils de Pelage »148 avaient triomphé des vainqueurs de Marengo, de Rivoli et d’Austerlitz, comme le rappela Bignan dans une « élégie sur la guerre d’Espagne de 1809 » intitulée « Le pauvre Vieillard » que publia L’Album du 28 février 1823149. Et ces mots, censés être adressés à Napoléon, constituaient bien une mise en garde à son successeur :

« Mais voit-il l’Espagnol, amant de l’esclavage,

Au devant de son joug lâchement accourir ?

Le peuple de Cortès, l’héritier de Pélage

Sur le tombeau du cid a-t-il peur de mourir ?

Malheur à l’insensé qui prépare à la France

Un immense avenir et de honte et de deuil ! »

  • 150 L’Album, tome VII, 1823, mardi 25 février 1823, 130e livraison, pp. 389-391.

52Et si l’armée la plus puissante de l’Europe avait dû céder devant ce « seul peuple » capable de « repousser la chaîne/ du soldat roi de l’univers », que serait-ce maintenant que ses officiers aguerris avaient été remplacés par des marquis dont le seul mérite était d’avoir su flatter les Bourbons, comme on put le lire dans une fable sans titre signée E. V. et parue dans L’Album du 25 février 1823150 ?

  • 151 Le Journal des débats, 30 décembre 1822, p. 1 (feuilleton).

53Toute la presse ultra en revanche entonna l’antienne « Tout à mon Roi, tout à la France », dernier vers du poème « Aux royalistes sur la paix ou la guerre » d’un certain A. D… publié dans le feuilleton du Journal des débats du 30 décembre 1822. Désaugiers, qui pouvait tout chanter, vins, amours et souverains, s’empressa de composer un « Chant du départ » qui, comme celui de Mahul, exhortait le soldat à mourir, non point pour la république, mais à l’appel de l’Espagne, de l’honneur, de la gloire, d’un Bourbon, de l’ombre du duc de Berry et de Dieu151. Le succès fut tel que Le Réveil du 10 mars 1823 lui aussi publia ce texte, sous le titre, cette fois de « Chant de victoire », la référence à l’hymne révolutionnaire n’ayant sans doute pas été du goût de tout le monde. Le même enthousiasme politico-religieux poussa le Journal de Marseille à publier cette prière :

« Père des Cieux

Donne au soldat ce valeureux courage

Qui fit jadis d’un héros un martyr,

Et que l’Espagne ait enfin l’avantage

De savoir vaincre, et s’il le faut mourir.

Pour la patrie,

Pour le seigneur,

Donner sa vie,

  • 152 L’Album, tome VII, 1823, mercredi 5 mars 1823, 132e livraison, p. 23.

N’est-ce pas un bonheur »152

  • 153 Id.

54L’Album la publia à son tour, avec ce commentaire assassin : « On ne saurait douter maintenant, selon l’expression de M. Hugo, du Réveil, que la haute poésie ne se trouve plus que dans les hautes idées monarchiques »153.

  • 154 La Foudre…, 4 avril 1823 (n° 94), p. 3.

55Si l’on ne peut qu’être d’accord avec L’Album sur la qualité littéraire d’un tel poème, il nous révèle cependant à quel point il était important pour les ultra de présenter l’intervention militaire en Espagne comme une croisade contre tous ceux qui osaient crier : « la guerre à Dieu ; la guerre aux Rois » comme le disait une chanson intitulée « Le Réveil des Rois » dont les paroles étaient dues à un certain Ravannel et qui fut publiée par La Foudre du 4 avril 1823 avec la précision que « ces strophes, avec musique et accompagnement de piano ou harpe, se trouvaient chez Scicher, rue des Filles St.-Thomas, et chez tous les marchands de musique »154.

  • 155 L’expression avait été utilisée par Clausel de Coussergues dans son Opinion sur l’article du budget (...)
  • 156 Cf. infra, Appendice, nos 4, 28, 35, 38, 45, 48, 52, 53, 58, 59, 60, 62, 65, 66, 69, 70, 71, 72, 74 (...)
  • 157 L’Eclair… du 27 avril 1823 (n° 117), p. 2.
  • 158 L’écho du Parnasse, 2° année, n° 3, mars 1823, p. 522.
  • 159 Le Réveil, 14 mars 1823, n  226, p. 3.
  • 160 Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 152e livraison, to (...)
  • 161 Le Journal des Débats politiques et littéraires, 2 décembre 1823, pp. 1-4 (feuilleton) et 3 décembr (...)
  • 162 Le Journal des Débats politiques et littéraires, 3 décembre 1823, pp. 1-4 (feuilleton)
  • 163 Voir Appendice, pièce n° 28.
  • 164 Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 150e livraison, to (...)

56Il y avait là comme un avertissement aux « ennemis intérieurs » de la monarchie155, durement réprimés par la police et la justice. Mais il s’agissait avant tout de célébrer la grandeur des Bourbons auxquels sont consacrés 21 des 81 poèmes que nous publions en appendice156. Alors que l’intervention militaire se faisait au nom de Saint Louis dont les Cent Mille Fils avaient envahi l’Espagne, c’est le premier des Bourbons que les ultra ne cessèrent d’invoquer dans des poèmes comme « Le Berceau. Hommage d’un soldat français au berceau d’Henri IV »157, « En avant »158, « Les Bourbons sont encor là »159, « Sur l’entrée de Mgr. le duc d’Angoulême en Espagne »160, « La Guerre d’Espagne »161 ou « La Délivrance de l’Espagne »162. Le panache blanc du vainqueur d’Ivry, qui avait abjuré le protestantisme parce que Paris valait bien une messe, était sans doute moins approprié que les « étendards de Saint-Louis évoqués par Désaugiers dans son « Chant du départ » ou « de victoire »163 pour rallier les soldats de cette nouvelle croisade menée par le duc d’Angoulême. Mais l’insistance de ces poètes à vouloir faire du duc d’Angoulême « du Béarnais [le] rejeton adoré» nous montre que même ceux qui entamaient avec le plus d’enthousiasme le « arma virumque cano » pour célébrer les exploits de ce nouvel héros n’oubliaient pas combien il était important de rappeler aux Français que Louis XVIII n’était pas Napoléon, qu’il était bien « le Roi des bonnes gens » (comme le dit, en s’inspirant de Béranger, le chevalier de l’ordre royal de la légion d’honneur J. A. Jacquelin164) et qu’on lui devait déjà dix années de paix et de prospérité.

57Mais le souvenir de l’épopée napoléonienne était bien présent dans tous les esprits. Même chez ceux qui avaient exécré Buonaparte. Même si l’on soutenait que l’Armée française était cette fois entrée en amie en Espagne pour y rétablir son monarque dans ses droits bafoués, on n’oubliait pas qu’elle comptait encore dans ses rangs des vétérans qui avaient fait les guerres de l’Empire et que, selon ses vers d’un certain P. Ledoux publiés dans L’écho du Parnasse en mars 1823, à la veille du début des hostilités :

« Sous l’étendard d’Henri-Quatre,

Donnant l’exemple à son fils,

Avec orgueil va combattre,

  • 165 L’écho du Parnasse, 2° année, n° 3, mars 1823, p. 522.

Le vieux soldat d’Austerlitz. » 165

58Ed. Mechennet, pour sa part, insista sur la fraternisation entre les deux ennemis de naguère en s’écriant dans un poème intitulé « La Croix d’argent » lu le 30 mai 1823 dans la séance de la Société des Bonnes-Lettres et publié dans la 139e livraison des Annales de la littérature et des arts :

« Est-ce là l’Espagne, où naguère

 Notre sang coula par torrents ;

Où le Ciel apprit à la terre

Que le glaive des conquérants

Est plus fragile que le verre ;

Et que les vains droits de la guerre

Ne sont que les droits des tyrans ?

Est-ce là cette Espagne aux combats aguerrie,

Où, pour affranchir sa patrie,

Tout homme était soldat, et tout soldat héros ?

Dans ces champs belliqueux qui furent nos tombeaux,

Nous revenons armés, et, loin de nous combattre,

Ces mêmes Espagnols, que rien ne put abattre,

  • 166 Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 139e livraison, to (...)

Viennent avec amour saluer nos drapeaux ! »166.

59Mais, dans une ode sur « la délivrance de l’Espagne » lue devant la même Société des Bonnes-Lettres le 4 décembre 1823 et publiée le lendemain dans le Journal des débats, Alexandre Guiraud n’hésita pas à affirmer que :

« Le soleil d’Austerlitz s’est levé sur l’Espagne 

[…]

Et le cœur d’un Bourbon, ouvert à toute gloire,

Bat, aux cris de victoire

  • 167 Journal des Débats politiques et littéraires, 5 décembre 1823, pp. 1-3 (feuilleton).

Que le Tage a reçu des échos de Friedland »167.

60Ces échos de Friedland et d’Austerlitz faisaient oublier ceux de Bailén, de Salamanque et de Vitoria : sous le drapeau blanc, l’armée française retrouvait sa gloire toute entière grâce à un amalgame réussi puisque :

« Les vieux compagnons de Lescure

Se mêlent dans les rangs des vainqueurs d’Austerlitz.

  • 168 Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 152e livraison, to (...)

Aux champs où l’honneur doit combattre. » 168

  • 169 Lettres champenoises, 129e lettre [octobre 1823], tome XV, pp. 90-92.

61On le répéta sur tous les tons : dans une « chanson grivoise parue en octobre 1823, Armand Gouffé évoqua lui aussi ces « jeun’ et vieille[s] moustache[s] qui suivaient ensemble « l’blanc panache / d’leur brav’général ! »169. Désaugiers, Gentil, Gersin, Brazier, Merle, Ourry, Dartois, Cuvelier, Boirie, Léopold, Pixerecourt et Jacquelin, qui se mirent à 12 pour composer une pièce à grand spectacle intitulée Les Pyrénées, Cadix et les Champs-Elysées, purent ainsi l’agrémenter de ces vers, dont le sujet constituait un topos sous l’empire et qui, sans doute pour cela, furent cités dans Le Diable boiteux du 13 décembre 1823 :

« Les jeunes soldats de la France

A nos vieux guerriers vont s’unir,

Et maintenant c’est l’espérance

Qui marche auprès du souvenir.
Après tant de courses rapides

On trouve, grâce à nos soldats,

Dans les jardins des Invalides,

  • 170 Le Diable boiteux, 13 décembre 1823, n° 113, p. 2.

Des lauriers de tous les climats »170.

62Napoléon étant mort, ceux qui l’avaient combattu pouvaient récupérer sa gloire au profit des Bourbons. Ils pouvaient même soutenir qu’Angoulême avait fait mieux que l’Empereur. Ils ne s’en privèrent pas puisqu’une pièce poétique composée à l’occasion des « fêtes de Paris » en l’on honneur du Duc et publiée dans le Journal des Débats du 17 décembre 1823 se terminait par ces vers :

« Voilà, voilà, dira l’impartiale histoire

  • 171 Journal des Débats politiques et littéraires, 17 décembre 1823, p. 2.

Ce qu’un prince, un Bourbon a su faire en six mois »171.

« La mine qui mina Mina »

63A son retour en France, le duc d’Angoulême fut submergé par les flots de vers qui célébraient sa victoire. L’unanimité d’une louange, « toujours la même, et jamais une autre » est fort lassante et n’apporte aucun élément nouveau qui puisse modifier notre vision de la France et de l’Espagne de 1824. Il n’en va pas de même quant aux poèmes que nous venons d’examiner. Certes, il n’y a rien d’étonnant à constater que les libéraux placèrent tous leurs espoirs dans la vertu des nouveaux Régulus que devaient ceux qui s’honoraient du titre de citoyens espagnols ; ou que les ultra s’enthousiasmèrent aux exploits du Trapiste. Mais sans ces poèmes, notre attention n’aurait pas été attirée sur le dévouement des médecins français et des sœurs de Saint-Camille lors de la peste de Barcelone de 1821 et l’indubitable savoir faire en matière de communication dont fit preuve Louis XVIII qui nous apparaît comme plus fin politique que ne le laisserait croire l’image de souverain podagre que l’histoire a gardé de lui. On ne percevrait pas non plus si clairement à quel point le souvenir de la résistance héroïque du peuple espagnol avait marqué les Français qui, pour beaucoup, craignirent que la seconde guerre d’Espagne ne s’achevât comme la première. On n’aurait surement pas vu non plus comment les Bourbons avaient fait l’amalgame, des vétérans d’Austerlitz et des nouvelles recrues qui n’avaient jamais servi que sous l’étendard blanc, réparant ainsi les effets désastreux produits dans l’armée par le mépris affiché par un Maubreuil qui, le 3 avril 1814, avait caracolé dans Paris, une croix de la Légion d’honneur attachée à la queue de son cheval. Enfin, le fait que la censure s’abstint d’interdire les pièces poétiques où s’exprimait une opinion opposée à l’intervention militaire confirme que Villèle et le Roi n’étaient nullement favorables à la guerre et se virent contraints à adopter cette solution réclamée par les ultra.

  • 172 Cf. le poème qui commence par ce vers: et le poème qui commence par ce vers: «El Héroe tan aplaudid (...)
  • 173 La Foudre, n° 92, pp. 215-216.

64On ne saurait toutefois se cacher que tous ces poèmes furent loin d’avoir la tenue de ceux de Vigny ou d’Ernest de Blosseville, sur le Trapiste, ou d’Alletz, Pichal, d’Ourry, Le Brun de Charmettes, Bignan, Mle Gay, et Mme Dufrénoy sur le dévouement des médecins français et des sœurs de Saint-Camille dans la peste de Barcelone. Certes, même dans l’ivresse de la victoire, la presse française ne se déshonora pas en publiant des compositions aussi abjectes que celles que le Diario de Madrid se crut en devoir d’offrir à ses lecteurs pour célébrer la condamnation et l’exécution de Riego172. Mais on trouve dans les journaux de l’époque de ces niaiseries qui séduisaient (et ravissent toujours) le peuple qui se dit le plus spirituel du monde. Ainsi, La Foudre publia, en août 1822, une « Pétition des Artistes décrotteurs de Paris au comité directeur des libéraux » pour que soit mis fin à l’activité de ceux qui, « se moquant de leurs misères » leur avaient « volé leur métier » en transformant en « source de gloire » les taches les plus noires dont étaient couverts ceux qui s’étaient enfoncés dans un bourbier, comme Riego et Pepe, dont ils avaient lavé « les souillures » et « les ordures/ dont ces messieurs étaient trempés »173. Le Constitutionnel, et Le Réveil rivalisèrent dans l’art de dénigrer l’adversaire, Le premier, en publiant dans la rubrique « Nouvelles d’Espagne » un pasquin qui aurait été trouvé à la porte de l’archevêque de Tarragone :

« Réduits à l’extrémité

Sans pain, sans argent, sans pitance,

Les bandes de la Foi viennent chercher en France

  • 174 Le Constitutionnel, 26 décembre 1822, à la rubrique « Nouvelles d’Espagne » datées du 18, p. 3.

L’espérance et la charité »174.

65Le second, en se gaussant des « descamisados » (un terme que les ultra utilisaient avec délectation et qu’ils assimilaient à celui de « sans-culottes » de la Révolution française) dans un article intitulé « Les petits cadeaux entretiennent l’amitié » où l’on pouvait lire :

66« Le Journal du Commerce a gratifié le vertueux Torijos de plusieurs aulnes de drap tricolore et d’un grand nombre de paires de souliers par tout ce que la France a d’honorable et industriels ; le tout afin de vêtir proprement et décemment sa bande couverte des plus héroïques guenilles. Cet envoi était accompagné d’une lettre qui finissait ainsi

« Renforcez bien dans vos culottes

Ce bout de chemise qui pend

Pour qu’on’dise pas q’des patriotes

  • 175 Le Réveil, 4 janvier 1823, p. 4

Ont arboré le drapeau blanc !" »175.

67On tâta aussi du calembour pour ridiculiser l’adversaire, et le nom de Mina inspira particulièrement les boutes en train ultra. Ainsi, les lecteurs de La Foudre du 30 avril 1823 furent censés s’esclaffer en trouvant cette rime ô combien riche dans le poème « Les on dit des libéraux », que l’auteur eut du moins la décence de ne signer que de ses initiales, J. R. T. :

« Où donc est-il ce Mina

Qu’on vantait naguère ?

Verra-t-on quelle mine a

  • 176 p. 3.

Ce foudre de guerre ? »176

68Tout aussi spirituel fut ce trait d’esprit qui eut l’honneur d’être cité dans L’Etoile :

« La peur qui mina Mina

  • 177 Cité par Le Constitutionnel, 2 décembre 1823, p. 2.

A fuir le détermina ».177

  • 178 Id.

69Le Constitutionnel du 2 décembre 1823 les reprit en les accompagnant de ce commentaire : « L’Etoile contient ce soir une chanson signée Capelle, qui ne nous paraît ni d’un très bon esprit, ni d’un très bon goût. […] Est-ce par de pareilles fadaises que l’on prétend célébrer une fête donnée à l’armée française, et peut-elle accepter comme un hommage des injures à un ennemi qui a capitulé honorablement ? »178. La remarque était amplement justifiée. Mais il ne fait guère de doute que ces vers de mirliton furent considérés par les lecteurs de L’Etoile comme un bon mot qui ne détonnait pas en pareilles circonstances.

  • 179 Le Constitutionnel, 2 décembre 1823, p. 2.

70On ne saurait lire aujourd’hui tous ces vers (car on ne peut parler de poèmes et encore moins de poésie) que d’une « fesse distraite » (pour reprendre la célèbre formule utilisée par Clémenceau pour exprimer la considération el laquelle il tenait le Figaro). Mais une de ces compositions méritent toutefois notre attention : une « Proclamation aux Français » dont on avait trouvé un exemplaire imprimé sur « le nommé Adolphe Maillard, ex-adjudant major à l’ex-brigade impériale […] surpris sur notre territoire dans la nuit du 17 au 18 mai par un détachement du 38e de ligne et arrêté avec une partie de sa bande ». Elle fut transcrite, « sans y changer une seule lettre », dans le numéro 76 de l’année 1822 de La Foudre, dont le propos était manifestement de se gausser de l’orthographe pour le moins incertaine et du peu d’habileté de son auteur qui n’avait pas été capable de composer un poème entièrement rimé et avait dû laisser bon nombre de vers blancs dans son texte179. Mais une telle obstination, malgré toutes les difficultés rencontrées, à ne pas vouloir écrire en prose montre tout le prix de que l’on attachait alors à s’exprimer en vers, même pour embaucher des soldats.

Inicio de página

Bibliografía

Périodiques français utilisés pour cette étude (1820-1823)

L’Album. Journal des Arts, des Modes et des Théâtres, Tome Premier, Paris, au bureau de L’Album, rue des Moulins, n°  22 et chez Pélicier, libraire, place du Palais-Royal, 1821(sans indication de jour) – tome Septième, Paris, au bureau de L’Album, rue des Moulins, n° 21 et chez Béchet aîné, libraire, quai des Augustins, 1823 (136e livraison, mardi 25 mars 1823).

L’Album de la Nièvre, s.l. [Nevers ?], livraisons 1 (1 mars 1823) – 9 (15 juin 1823).

L’Alcyon. Etudes littéraire du cercle académique de Marseille, Marseille, de l’imprimerie de Guion, rue d’Aubigné, 1821.

L’Ami de la Religion et du Roi, journal ecclésiastique, politique et littéraire, à Paris, chez Adrien Le Clere, imprimeur de N.S.P. le Pape et de S. Em. Mgr. L’Archevêque de Paris, quai des Augustins, n° 35, 1820 – 1823.

Annales de la littérature et des arts, par MM. Quatremère de Quincy, Vanderbourg, Raoul Rochette, de Chézy, Abel Rémusat, CL L. Mollevaut, Charles Nodier, Ancelot, Amar, Destains, et plusieurs autres Hommes de Lettres, Paris, au Bureau des Annales de la littérature et des Arts, place des Petits-Pères, n° 9, et chez Nicolle, libraire, rue de Seine, n° 12, Tome premier, 1820 – tome quatorze, 1823.
[Présente diverses variantes dans le titre et certaines confusions dans la numérotation des livraisons.]

Annales françaises des Arts, des Sciences et des Lettres, faisant suite aux Annales des Bâtiments rédigées par une Société d’Artistes, de Savants et de Littérateurs, publiées par MM. le cher Alex. Lenoir et B. Mondor. Ouvrage honoré des souscriptions de la famille royale (On ne s’y occupe aucunement de politique), de l’imprimerie de J. P. Jacob, à Versailles, 1820-1822.

Bibliothèque de famille ou Choix d’instructions familières sur la Religion, la Morale, les Eléments des connaissances les plus utiles, et sur l’Industrie et les Arts. Ouvrage périodique publié tous les mois par livraison, Paris, Arthus Bertrand, libraire, rue Hautefeuille, n° 23, 1823 (tomes I et II).

Le Conservateur. Tome sixième, Paris, au bureau du Conservateur, chez Le Normant fils, rue de Seina n° 8, 1820 [livraisons 66- 78 et dernière]

Le Conservateur littéraire, à Paris, au Bureau du Conservateur littéraire, rue des Bons-Enfants, n° 34 et chez les libraires Le Normand, rue de Seine, n° 8 ; Pichard, quai Conti, n° 5 ; Pelicier, Palais-Royal, Galerie de Pierre, n° 10, Ponthieu, Palais-Royal, Galerie de Bois, n° 201, tomes II – III (1820 – 1821).

Le Constitutionnel. Journal du commerce, politique et littéraire, 1820 – 1823 : [Paris], de l’imprimerie d’Ant. Bailleul, rue Thibautodé, n° 8, jusqu’au 24/07/1823 : imprimerie de Fain, rue Racine, Olace de l’Odéon, n° 4, du 25/07/1823 au 6/09/1823, et imprimerie de Laurens, rue Montmartre, n° 121, du 7/09/1823 au 31/12/1823.

Le Défenseur. Ouvrage religieux, Politique et littéraire, Paris, au dépôt de la librairie grecque-latine-allemande, chez G. Nicolle, rue de Seine, n° 9, tomes I– tome IV ( mars 1820 - avril 1821).
Devient, Le Défenseur. Journal Religieux, Politique et Littéraire, Paris, au bureau du Défenseur, à la librairie grecque-latine-française, rue de Seine n° 12, tome V [mai - juillet 1821].

Le Diable Boiteux. Journal des spectacles, des modes et de la littérature, [Paris], imprimerie de J. Tastu, rue de Vaugirad, n° 36, 14 juillet 1823 (n° 1) – 31 décembre 1823 (n° 171).

Le Diable rose, ou le Petit Courrier de Lucifer, imprimerie de D. Didot sauf le dernier numéro (imprimerie de F. J. de Busscler, 31 mai – 19 juillet 1822.)

L’Echo du Parnasse, ou Choix d’œuvres inédites des auteurs contemporains, chez B. Furcy, éditeur, ou au Bureau de l’Echo du Parnasse, rue Bertin-Poirée, n° 7 et chez Pillet aîné, imprimeur libraire, rue Christine, n° 5, première année, janvier – avril 1823, I – IV [manque vol. I]

L’Eclair, avril-mai 1823 [paraît en alternance avec La Foudre, selon la formule : « l’éclair précède la foudre »].

La Foudre, Journal de la Littérature, des Spectacles et des Arts, s. n. [1821], n° 18 [9 juin 1821] – 100 [6 janvier 1823]. [S’intitule seulement La Foudre à partir du n° 53 [10 février 1822].

Journal des débats politiques et littéraires, 1820–1823.

Journal de Lyon et du département du Rhône du vendredi 28 avril 1820, n° 38, p. 2b.

Journal des Dames et des modes, [Paris], imprimerie de Nicolas Vaucluse, puis, à partir du 25 Mai 1823, imprimerie ou Atelier de Carpentier-Méricour [successeur de Nicolas Vaucluse].

Journal des théâtres, de la littérature et des arts, C. Ballard, imprimeur du Roi, rue J.-J. Rousseau, n° 8 jusqu’au 27 décembre, puis De l’imprimerie de Ragueneau, rue de l’Arbre-Sec, n° 11 à partir du 28. 1 août-31 décembre 1820.

Journal des savants, à Paris, de l’Imprimerie Royale, 1820-1823.

Lettres champenoises ou Correspondance morale et littéraire rédigée par MM. libraire de Feletz, Michaud, O’Mahony, Mely-Janin, Laurentie, Saint-Prosper et plusieurs autres hommes de lettres, adressée à Madame de *** à Arcis-sur-Aube, à Paris, chez Pillet aîné, imprim.-libraire, éditeur de la collection des Mœurs françaises, rue Christine n° 5, 1820-1823 (tomes I-XV).

Lettres normandes, ou Correspondance politique et littéraire, Paris, au bureau des Lettres normandes, librairie de Lacretelle aîné et Compagnie, rue Dauphine, tome XI, 91e (20 juin)-97e livraisons (11 septembre 1820).

Le Lycée armoricain, à Nantes, de l’imprimerie de Melliel-Malassis, vol. I et II (1823).

Lycée français, ou Mélanges de littérature et de critique par MM. Avenel – Bert – Brifaut – Bruguière de Sorsum – Casimir Delavigne – Germain Delavigne – Jos. Vict. Leclerc – De Lécluse – Charles Loyson – Patin – Scribe – Viollet –Leduc – etc., à Paris au bureau du Lycée français, rue du Pot-de-fer n° 14 ; Bechet aîné, Libraire, quai des Augustins n° 7, Delaunay, Libraire, Palais Royal, galerie de Bois, n° 243-244, Mongie, Libraire, boulevard Poissonnière, n° 18. Danugon, Imprimeur, rue du Pot-de-fer, n° 14 (F.S.G.) tomes III-V (1820).

Mélanges de Religion, de Morale et de Critique sacrée, à Nimes, chez J. L. S. Vincent, l’un des pasteurs de l’Eglise réformée, principal rédacteur et chargé de la correspondance, Maison Vincens – Mourgues, à La Couronne, de l’imprimerie de J. B. Guibert, Imprimeur du Roi, 1820-1823 (tomes I-VIII).

Mémorial universel, tomes II (1820) – VIII (mai 1822).
Ce périodique parut avec des différences de titres, de lieux de distribution et d’imprimeurs :
- Tome II : Mémorial universel de l’industrie française, des sciences et des arts, à Paris, au Bureau du Mémorial, rue Pavée-St.-André-des-Arts, n° 5, imprimerie de J. L. Chanson (1820) ; Tome III : Mémorial universel de l’industrie française, des sciences et des arts, à Paris, au Bureau du Mémorial, rue Pavée-St.-André-des-Arts, n° 5, Moreau, imprimeur de S.A.R. Madame, rue Coquillière, n° 27 (1820) ; Tomes IV, V et VI: Mémorial universel de l’industrie française, des sciences et des arts. Dédié au Roi, à Paris, au Bureau du Mémorial, rue Pavée-St.-André-des-Arts, n° 5. de l’imprimerie de Firmin Didot, imprimeur du Roi, de l’Institut et de la Marine, rue Jacob, n° 24, 1820 (tome IV), 1821 (tomes V et VI) ;
- Tome VII : Mémorial universel. Journal du Cercle des Arts. Dédié au Roi, à Paris, au Bureau du Cercle des Arts, rue Malaquais, n° 13. De l’imprimerie de Firmin Didot (1er janvier 1820) ;
- Tome VIII : Mémorial universel. Journal du Cercles [sic] et des Arts. Dédié au Roi. A Paris, au Bureau du Mémorial, quai Malaquais, n° 13. De l’imprimerie de P. Dupont (mai 1822).

La Minerve française par MM. Aignan, de l’Académie française ; Benjamin Constan ; Evariste Desmoulin ; Etienne ; A. Jay ; E. Jouy, de l’Académie française ; Lacretelle aîné, de l’Académie française ; Tissot, professeur de poésie latine au collège royal de France ; etc., tome neuvième, Paris, au bureau de La Minerve française, rue des Fossés-Saint-Germain-des Prés, n° 18 ; et chez Alex. Eymery, libraire de la Minerve française, tome IX (février -mars 1820)

La Minerve littéraire. Principaux collaborateurs : MM. Berville ; - Emmanuel Dupaty-Duval (Amaury), de l’Académie des Inscriptions et des Belles-lettres ; - de Latouche ; - Lemontey, de l’Académie française ; - Moreau ; - Sénancour ; - Viennet, et plusieurs autres Académiciens, QSavants et Gens de lettres ; - MM. Alexandre de Lameth et de Ségur, de l’Académie française donneront des morceaux de poésie, d’histoire et de littérature. Mme Dufrenoy est chargée de la Direction. A Paris, au Bureau de la Rédaction, rue Bourgtibourg, n° 16, et chez Alex. Eymery, libraire de la Minerve littéraire, rue Mazarine, n° 30, 1820-1821 (tome I et II).

Le Miroir des Spectacles, des Lettres, des Mœurs et des Arts, publié par M. A. Jal ; rédigé par MM. Jouy, de l’Académie français ; Arnault, ancien membre de l’Institut ; Em. Dupaty ; E. Gosse ; Cauchon-Lemaire ; Jal et autres gens de lettres, [Paris], de l’imprimerie de Constant-Chantpie, rue Sainte-Anne, n° 20 ; 1er janvier 1821 (n° 138) – 30 juin 1822 (n° 523) ; 1 janvier 1823 (n° 706) – 24 juin 1823 (n° 880). Remplacé alternativement un jour sur deux par l’Eclair et La Foudre.

Le Mois littéraire et historique ou Esprit des journaux. Littérature, Beaux Arts, Voyages, (s.l.), vols I – III (juillet 1822 – décembre 1823).

La Muse française, Paris, Ambroise Tardieu, éditeur, rue du Battoir Saint-André, n° 12, 1823 (tome premier).

Nouveau journal de médecine, de pharmacie, 1820-1822.

Portefeuille politique, imprimerie de Plassan, rue Vaugirard, à Paris, à la librairie Lacretelle aîné et compagnie, rue Dauphine, n° 20 ; chez Delaunay, libraire, au Palais-Royal ; Alex. Eymery, libraire, rue Mazarine, n° 30, Mongie, aîné, libraire, Boulevard Poissonnière, n° 18, mai 1820.

Le Réveil. Journal des Sciences, de la Littérature, des Mœurs, Théâtres et Beaux-Arts, 1er avril 1822-30 mars 1823. Jusqu’au 6 novembre 1822 : imprimerie de Guiraudet [Paris], n° 35, vis-à-vis Saint Roch ; ensuite : imprimerie C. J. Trouvé, [Paris] rue Neuve Saint-Augustin, n° 57.

Revue Encyclopédique, ou Analyse raisonnée des productions les plus remarquables de la Littérature, les Sciences et les Arts, par une réunion des membres de l’institut et d’autres hommes de lettres, Paris, au Bureau de la Revue Encyclopédique, chez Foulon, libraire, rue des Francs-Bourgeois-Saint-Michel, n° 5 ; Londres Treuttel et Würtz, 1820-1823 (tomes V-XX).

Le Sphinx, journal littéraire, des spectacles, des mœurs, des arts, des sciences et des modes, [Paris], imprimerie de Constant Chantpie, rue Sainte-Anne, n° 20, 26 juin 1823 (n° 1) – 28 juin 1823 (n° 3).

Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, à Paris, chez Rivals aîné et Demonville, Editeurs, rue Christine n° 2 , tome I (janvier -juin 1822) – tome V (janvier - juin 1824).

Tablettes Universelles. Répertoire des événements des nouvelles, et de tout ce qui concerne l’histoire, les sciences, la littérature et les arts, avec une bibliographie générale, par une société d’hommes de lettres, dirigé et publié par J. B. Gouriel, Paris, au bureau des Tablettes Universelles, place de l’Odéon, n° 3, entre les rues Racine et Voltaire, tomes I-VI (octobre 1820-mars 1821), X-XXIV (juillet 1821-décembre 1822).

Inicio de página

Notas

1 Le Défenseur. Ouvrage Religieux, Politique et Littéraire, 33ème édition [11 novembre 1820], p. 364, à propos des Méditations de Lamartine : « cet ouvrage a triomphé et du dégoût qu’inspirent aujourd’hui les vers et du goût qu’on a pour la politique ». Le Réveil s’exprimera en des termes semblables en rendant compte, le 28 août 1823, des Odes et poésies de Victor Hugo en disant : « on parle sans cesse du discrédit dans lequel est entré la poésie… » (Le Réveil, 28 août 1822 (n° 28), p. 2).

2 Ibid et deuxième livraison [mars 1820], tome I, p. 96.

3 Le Trapiste, poème, par l’Auteur des Poèmes antiques et modernes, Le Somnambule, La Femme adultère, La Fille de Jephté, Hélène, etc., Paris, imprimerie de Guiraudet, 7 juillet 1822, 16 p. Annoncé dans la Bibliographie de la France… du samedi 19 octobre 1822 (n° 42), p. 628 - n° 4 689.

4 On ne peut que renvoyer aux Illusions perdues de Balzac ; voir, par exemple, l’édition avec une introduction, des notes et des variantes par Antoine Adam, Paris, Editions Garnier frères, 1956 (collection Classiques Garnier).

5 Bibliographie de la France, 1820-1823. Pour 1820, pp. 159-167 et pp. 171-175 (des tables); pour la poésie, il faut ajouter 15 éditions de fables (présentés sous la rubrique « mythologie et fables », p. 175) et nous n’avons compté que les œuvres en langue française sans répertorier les traductions que nous avons incluses dans notre calcul pour les romans et contes ; en 1821, pp. 171–179 et pp. 184-189, avec 14 recueils de fables, p. 190 ; en 1822 : pp. 185-194 et 201-207, plus 10 fables (p. 207) ; et en 1823 : pp. 176-185 et 193-197, plus 17 fables (pp. 197-198).

6 Dans son n° 48 (janvier 1822), La Foudre annonce que l’on a déjà vendu pour les étrennes 10 000 dictionnaires de rimes « à tous ceux qui, dans Paris, veulent être poètes, malgré Minerve » (p. 24).

7 Lettres champenoises, soixante-et unième lettre, tome VII (1821), p. 199.

8 Le Miroir du 6 janvier 1822 (n° 327), p. 2

9 Journal des dames et de la mode, 25 septembre 1820 (n° 53), p. 423.

10 Voir le prospectus de la Compagnie Royale d’Assurances contre l’Incendie publié dans le Journal de Lyon et du département du Rhône du samedi 10 juin 1820 (n° 52), p. 2.

11 Le Constitutionnel du 24 juin 1820 (n° 176), p. 4.

12 Le Miroir, 20 juin 1822 (n° 510), p. 4.

13 Charte constitutionnelle donnée par S. M. Louis XVIII en 1814, mise en vers par un constitutionnel régulier, à Paris, chez l’éditeur, rue de Bièvre, n° 32 et chez les marchands de nouveautés, signalé dans la Bibliographie de la France ou Journal de l’imprimerie et de la librairie, année 1820, à Paris, chez Pillet aîné, imprimeur-libraire, éditeur de la collection des mœurs françaises, rue Christine, n° 5, 11 mars (n° 11), p. 132, n° 809. Il est précisé que « l’éditeur est M. Pinot de Saint-Pierre » ; Charte constitutionnelle en vers ; précédée d’une épître au roi, imprimerie de Herhan, Paris (Bibliographie de la France… 12 août (n° 33), p. 441, n° 2909) ; Poème politique ou la Charte alexandrine par M. R Lacombe du Blanc (Berri), imprimerie de poulet, à Paris, annoncé dans la Bibliographie de la France de 1820, 17 juin (n° 25), p. 328, n° 2251, qui précise : « C’est la Charte mise en alexandrins ») ; et La Charte constitutionnelle donnée par S. M. Louis XVIII l’an de grâce 1814 ; poème didactique dédié aux Français par Legendre (Louis Désiré), ancien sous-officier de hussards, imprimerie de Risler, à Mulhausen (Bibliographie de la France… du 2 décembre 1820 (n° 49), p. 673, n° 4397.

14 La Charte constitutionnelle mise en vers, avec notes et variantes par L. H. d’H***, imprimerie de Didot, à Paris signalé dans la Bibliographie de la France… de 1824, p. 239, n° 239.

15 L’Ecole du cavalier; poème didactique et militaire en trois chants, par le chef d’escadron Millet. Seconde édition, revue et corrigée […] imprimerie de P. N. Rougeron, à Paris, chez Dalibon. Cité dans Bibliographie de la France…, op. cit., année 1820, 11 mars (n° 11), p. 132 - n° 803.

16 La Reliure : poème didactique en six chants ; précédé d’une analyse de cet art, suivi de notes historiques et critiques et d’un Mémoire soumis à la société d’encouragement, ainsi qu’au jury d’exposition de 1819, relatif à des moyens de perfectionnement propres à retarder le renouvellement des reliures, imprimerie de Gillé, à Paris, chez Lesné, relieur, rue des Grès-Saint-Jacques n° 5 et chez Nepveu. Prix : 4, 0 frs. L’ouvrage eut droit à un compte rendu fort élogieux dans le n° 6 des Les Lettres champenoises (tome I, 1820), pp. 217-218.

17 Journal des dames et des modes 16, pp. 125-128 ; Revue encyclopédique, 36ecahier (décembre 1821), pp. 630 - 631.

18 Par exemple, l’Académie de Marseille (une ville qui comptait alors plus de 100 000 habitants) proposa en 1820 pour sujet du prix qu’elle aurait à décerner en 1821 : en prose : l’Eloge de Belzunce, et en poésie : l’année séculaire de la peste de Marseille de 1720 (Le Conservateur littéraire, tome III, p. 120 ; les Annales de la littérature et des Arts, I (1820), p. 116 et le Journal des théâtres, de la littérature et des Arts du 10 septembre 1820 (n° 148), pp. 3-4). La Société d’Emulation de Cambray (cité qui ne dépassait guère les 15 000 âmes) fit savoir en février 1823 qu’aucun thème précis n’était fixé pour son prix de poésie, les auteurs devant simplement se garder d’offenser le Roi, le gouvernement et la religion (Le Mois littéraire ou Esprit des journaux. Littérature, Beaux Arts, Voyages, février 1823, p. 90. La Société royale d’Amiens pour l’encouragement des Sciences, des Lettres et des Arts proposera dans Le Mois littéraire et historique d’avril 1823 le duel comme thème pour son prix de 1824 (p. 284)

19 Recueil de l’Académie des Jeux floraux 1822, à Toulouse, chez M. Dalles, imprimeur de l’Académie des Jeux Floraux, p. 6.

20 Le Mois littéraire et historique, avril 1823, p. 284.

21 Le Conservateur littéraire, tome III, p. 80.

22 Le Mois littéraire et historique ou esprit des journaux. Littérature, Beaux-Arts, Voyages, octobre 1823, p. 198.

23 Le Constitutionnel du 31 juin 1823, p. 4.

24 La Minerve française, février 1820, tome IX, p. 28.

25 « Victor Hugo, à Monsieur le comte Alfred de Vigny, au 5e régiment de la Garde royale, à Rouen : il parait que vous avez pris, ce mois-ci, toute l’inspiration pour vous seul, car je n’ai pu en avoir un seul moment. Je n’ai rien fait. Le gouvernement m’a demandé sur le baptême du duc de Bordeaux des vers, que je ne ferai pas si cet état d’impuissance continue ». Lettre non datée (1821), in Victor Hugo, Correspondance, 1815-1835, Paris, Calman Lévy, éditeur , 3 rue Auber et boulevard des Italiens, 15, à la Librairie nouvelle, 1896, p. 14.

26 Le Réveil, 14 septembre 1822, n° 45, p. 4.

27 Journal des débats, 21 novembre 1820, pp. 2-3.

28 Esquisse de la campagne faite en l’année 1823 par l’armée française en Espagne, sous les ordres de S. A. R. Mgr le duc d’Angoulême. En vers, par Maurice Descombes, maréchal des logis de la gendarmerie royale de Paris, Paris, imprimerie. de Carpentier-Méricourt, à Paris, 1823.

29 La Foudre, 22 avril 1823, n° 110, p. 2.

30 Le Défenseur…, op. cit., 39ème livraison, 30 décembre 1820, tome III, p. 616.

31 Entre 1820 et 1823, on trouve ainsi des chansonniers intitulés français, des Bonnes Gens, du Jour de l’an, de l’Hymen, des Demoiselles, des Grâces, des Belles, des Muses ainsi qu’un Bijou des chansonniers ; pour les almanachs, on trouve celui des Royalistes, des Demoiselles, de tous les goûts, des Braves, des Muses chrétiennes ou encore un Almanach royal, la Muse bordelaise (sic).

32 Le Réveil, 1er août 1822, p. 4.

33 Tablettes du clergé et des Amis de la Religion, à Paris, chez Rivals aîné et Demonville, Editeurs, rue Christine n° 2, tome I (janvier -juin 1822) – tome V (janvier - juin 1824).

34 La Foudre…, 22 avril 1823 (n° 110), p. 2.

35 On trouvera un magnifique exemple de réclame pour la cafetière Morise (avec citation de vers de Delille !) se présentant comme une information importante communiquée aux lecteurs dans Le Constitutionnel du 25 juin 1820 (n° 176), p. 4.

36 « J’ai terminé mes courses du jour par mon imprimeur, toujours occupé du titre et de la couverture. Je crains de ne pouvoir rapporter cette troisième édition à Blois. Ladvocat voudrait publier l’ode en même temps, à part, avec notes, préface et bagage. Il la ferait insérer partiellement dans tous les journaux, qui sont, m’a-t-il dit, fort bien pour moi maintenant », Correspondance 1815-1835, op. cit., p. 238.

37 Cf. Le Défenseur. Journal Religieux, Politique et Littéraire, tome V [mai-juillet 1821], p. 40 : « de toutes les pièces qui ont paru sur le baptême de Mgr. le duc de Bordeaux, la plus remarquable, sans contredit, est celle publiée par M. Victor Hugo, qui, à peine âgé de dix-neuf ans, compte déjà parmi l’élite des écrivains royalistes. Nous regrettons vivement que le défaut d’espace nous prive de donner dans son entier l’ode de M. Victor Hugo ; mais les citations suivantes mettront à même le lecteur de juger du talent de l’auteur. »

38 P. 1 (« Intérieur. Paris 20 janvier »).

39 P. 2.

40 Projet de la proposition d’accusation contre M. le duc Decazes, pair de France, ancien président du conseil des ministres, ancien ministre de l’Intéreur et de la police générale du royaume, par M. Clausel de Coussergues, membre de la chambre des députés, conseiller à la cour de cassation, etc., à Paris, chez Dentu, chez Egron, chez Le Normant, chez Michaud, chez Pillet aîné, 1820.

41 La Minerve française, II, p. 284.

42 Bibliographie de la France…8 avril 1820, n° 15 (pp. 198-199)

43 Tome 14, p. 188 de La Comédie humaine, Paris, Jean de Bonnot éditeur, 1986.

44 « Extrait du Drapeau blanc de vendredi » cité dans « Variétés » du Miroir du 4/08/1821, p. 4.

45 Le Miroir, 6 août 1821, p. 3 (« Variétés »).

46 Le Miroir, 10/08/1821, p. 4.

47 Le Constitutionnel, 2 et 3 novembre 1821, p. 3.

48 Le Miroir, 2 janvier 1822.

49 Procès fait aux chansons de P. J. de Béranger, avec le Réquisitoire de Me Marchangy, le Plaidoyer de Me Dupin, l’Arrêt de Renvoi et autres Pièces, Paris, chez les marchands de Nouveautés, décembre 1821, p. 48.

50 Le Constitutionnel du 13 septembre 1822, p. 1.

51 Tablettes universelles, juillet 1822, tome XXII, p. 61.

52 Journal des théâtres, de la littérature et des arts, 15 novembre 1820, p. 3.

53 Nos 8538, 8857 et 8858 ; respectivement Bulletin des Lois n° 358, pp. 409-412  et n° 359, pp. 417-418 et 418-419, in Bulletin des Lois de France, 7esérie. Tome dixième, contenant les Lois et Ordonnances pendant le premier semestre de l’année 1820, nos 337 à 380, à Paris, de l’imprimerie Royale, août 1820.

54 La Minerve française, tome IX, p. 304, « Lettres sur Paris, 15 mars 1820 ».

55 Cf. Le Défenseur qui dans sa 28e livraison (octobre 1820), annonça la poésie laine « In burdigalae ducis navitatem » (n° 2), tome III, p. 132.

56 « Notice historique et bibliographique des journaux et recueils périodiques de politique, de littérature et de sciences, publiés au 1er janvier 1821, tant en France que dans les diverses autres parties du globe », publié en tête du volume rassemblant les tomes IV, V et VI des Tablettes universelles, pp. XXXI et XXXII.

57 Journal de Lyon et du département du Rhône du vendredi 28 avril 1820, n° 38, p. 2b. Les textes entiers des poèmes portant sur les événements d’Espagne publiés dans la presse française entre 1820 et 1823 sont reproduits en appendice, classés par ordre chronologique.

58 Tablettes universelles, octobre 1820, tome I, p. 46.

59 Ibid., novembre 1820, tomes I- II –III, pp.  308-309.

60 Ibid, avril 1822, tomes XIX, XX et XXI, pp. 146-147.

61 Journal des Théâtres, de la Littérature et des Arts, 22 décembre 1820, p. 3.

62 « Notice historique et bibliographique des journaux et recueils périodiques… », op. cit., p. XXXI ; notice sur le journal des théâtres… , p. LXXI.

63 Mémoires de Louis XVIII recueillis et mis en ordre par M. le duc de D***, Bruxelles, Louis Hauman et compe, VIII, p. 117

64 Ibid., XII, p. 259.

65 Revue encyclopédique, avril 1821 (28° cahier), tome X, pp. 140 – 141.

66 Le Miroir des Spectacles, des Lettres, des Mœurs et des Arts, 9 septembre 1821, pp. 3-4.

67 Ordonnance n° 11 300, Bulletin des lois…, tome XIII (1822), pp. 420-425.

68 Petit dictionnaire ultra, précédé d’un essai sur l’origine, la langue et les œuvres des Ultra, par un royaliste constitutionnel, à Paris, chez Mongié aîné, libraire, boulevard Poissonnière, n° 18, 1823, p. 19.

69 Ibid., p. 70

70 Le Constitutionnel, 18 juin 1822, p. 2.

71 Le Constitutionnel, 6 novembre 1821, p. 2 

72 Louis XVIII, Mémoires…, op. cit., XII, p. 200.

73 Le Miroir, 4 novembre 1821, p. 4.

74 Le Constitutionnel, 26-27 décembre 1821, p. 2

75 Nous avons résumé, à grands traits, l’information que nous avons pu glaner sur ce sujet, notamment dans la presse. Nous nous proposons de consacrer une étude détaillée, à laquelle nous espérons pouvoir renvoyer bientôt les lecteurs du présent travail, à cette opération si bien menée de manipulation de l’opinion.

76 Le Constitutionnal, 26 août 1822, p. 3

77 Annales de la littérature et des arts, 62e livraison, tome V (1822), p. 312.

78 Recueil de l’Académie des Jeux Floraux, Toulouse, chez M. J. Delles, imprimeur de l’Académie des Jeux Floraux, 1822, pp. 52-55 (« Le dévouement dans la peste. Ode, par M. Victor Hugo, maître es-Jeux Floraux ») et 1823, p. IX (« Ode à Victor Hugo qui a concouru pour le prix par M. Durand-Vrandolman »).

79 HUGO, Victor, Oeuvres posthumes. Correspondance 1815-1835, Paris, Calman Lévy, éditeur, 1896, p. 26.

80 Cf. cette note de Le Brun de Charmette à son poème pourtant intitulé « Ode sur la fièvre jaune qui dévaste l’Espagne » : « la Peste n’est pas le mot propre ; mais ceux de fièvre jaune ne peuvent entrer dans le style élevé, et la poésie est en possession du droit d’employer, en pareil cas, des expressions équivalentes. Toute contagion, au reste, était la peste aux yeux des peuples anciens, et la fièvre jaune pourrait très bien s’appeler la peste d’Amérique » (Tablettes du clergé et des amis de la religion (janvier 1822).

81 Nouveau journal de médecine, pharmacie, décembre 1821, p. 298.

82 Cf. infra, Appendice, nos 8-12, 15, 17-20, 25, 32 et 43.

83 L’Album, n° 65, p. 423 [publié le 30 mars 1821, d’après la lithographie jointe à ce numéro] : « Chanson . Le Patriote par excellence ou Le bon Français comme nous en connaissons tant, par E. L****, Auteur du Chevalier de la Liberté » ; 12 décembre 1821, 31ème livraison, tome II, pp. 381-382 : « Stances par M. Chalais » ; 5 décembre 1822, 114e livraison (tome VII, 1823 pp. 5-8) : « Chant d’un Espagnol. Ode, par L.M. Fontan, de Lorient ».

84 La Foudre, n° 43 [2 décembre 1821], pp. 327-329 : « Les sœurs de Sainte-Camille par M. J. Brisset » ; n° 46 [ 8 décembre 1821], pp. 394-397 fragment de « Ode sur la fièvre jaune qui dévaste l’Espagne par Le Brun de Charmette ».

85 Le Miroir, 21 novembre 1821, p. 3, fragment de « Panorama d’Athènes ».

86 Annales de la Littérature et des Arts et Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 61e livraison, tome V (1822), pp. 286-287 : « Reviendrez-vous ! Stances par Désaugiers » ; 118e livraison [première semaine de 1823], tome X (1823), pp. 8-10 : « La jeune Catalane, par Al. Guiraud » ; 138e livraison, tome XI (1823), pp. 241-243 : « Le Trappiste. Elégie héroïque, lue à la Société des Bonnes Lettres dans sa séance du 18 avril 1823 par Ernest de Blosseville.

87 Tablettes universelles, avril 1822, tomes XIX, XX et XXI, pp. 146-147 : « Chant patriotique » (texte anonyme traduit de l’espagnol)  et pp. 281-282 : « Retour de Barcelone. Hommage au docteur Bally » par M. B. Antier.

88 Revue encyclopédique, 44e cahier (septembre 1822), pp. 596-597 : « Le Dévouement des médecins français et des sœurs de Saint-Camille dans la peste de Barcelone par M. Pichat [sic pour Pichal] (fragment) ; 46e cahier (octobre 1822), tome XVI, p. 176 : « Le Dévouement des médecins français et des sœurs de Sainte-Camille par Mme Dufrénoy » (fragment).

89 La Muse française, tome 1, 1823, pp. 67- 76 : « Aux mânes de Mazel. Poème par M. Pichald [sic, pour Pichal] ».

90 Le Journal des Débats, 2 décembre 1823, pp. 1-4 : « La Guerre d’Espagne. Ode àS.A.R. Mgr le Duc d’Angoulême, par Alexandre Soumet ».

91 Tablettes du clergé et des amis de la religion (janvier 1822), pp. 9-15 : « Ode sur la fièvre jaune qui dévaste l’Espagne par Le Brun de Charmette ».

92 Le Journal des dames et des modes, 20 décembre 1821, n° 70, pp. 552-553 : « La Peste de Barcelone ou le Dévouement des Français par M. Ourry » (fragment) ; 31 août 1822, n° 48, pp. 382-383 : « Le dévouement des sœurs de Saint-Camille dans la peste de Barcelone  par Mle Gay » ; 20 septembre 1822, n° 52, pp. 415-417 : « Le dévouement des médecins français par A. Bignan » (Fragment) ; 25 septembre 1822, pp. 423-424 : « Le Dévouement des médecins français et des sœurs de Saint-Camille par Edouard Alletz » (fragment).

93 Bibliographie de la France…, n° 52, samedi 29 décembre 1821, p. 711 (n° 5348).

94 Tablettes du clergé et des amis de la religion, janvier 1822, p. 9.

95 Le Journal des dames et des modes, modes, 31 août 1822, n° 48, pp. 382-383 (Mlle Gay) ; 20 septembre 1822, n° 52, pp. 415-417 (Bignan) ; 25 septembre 1822, n° 53, pp. 423-424 (Alletz).

96 Voir appendice, septembre 1822.

97 L’Album n° 65, p. 423 [publié le 30 mars 1821, d’après la lithographie jointe à ce numéro].

98 La Foudre, n° 46 [8 décembre 1821], pp. 394-397.

99 Ibid., pp. 394-395.

100 Ibid., n° 95, [8 septembre 1822], p. 282.

101 « Boue : arme que les ultra appellent la Foudre », Petit dictionnaire ultra […] par un royaliste constitutionnel, op. cit., p. 14.

102 L’Album, 12 décembre 1821, 31ème livraison, tome II, pp. 381-382.

103 Tablettes universelles de juin 1822, tomes XIX, XX et XXI, pp. 281-282.

104 Cf. supra, note 59.

105 Tablettes universelles, avril 1822, tomes XIX, XX et XXI, pp. 146-147.

106 Relation historique des malheurs de la Catalogne ou Mémoires de ce qui s’est passé à Barcelone en 1821 pendant que la fièvre jaune y a exercé ses ravages, suivie des pièces officielles communiquées par MM. les Préfets, les Consuls, les Intendants et les Médecins de la Catalogne. Avec deux gravures lithographiées. Par D.-M.-J. Henry, archiviste des Pyrénées-Orientales, Paris, Audot, Libraire, rue des Maçons-Sorbonne, n° 11 ; Béchet jeune, Libraire, place de l’Ecole de Médecine, 1822, pp. 286–291 (texte en espagnol, pages paires, en français sur les « belles pages »). Les « Piezas justificativas / Pièces justificatives » occupent les pages 212-326 et sont suivies d’un « chapitre supplémentaire ».

107 Petit dictionnaire libéral [par M. N. Balisson de Royemont], Paris, chez Ponthieu, libraire, Palais-Royal, Galerie de Bois, n° 252, 1823, p. 65.

108 Cf. Pichald, « Aux Mânes de Mazel », La Muse française [2ème livraison, février ( ?) 1823], tome 1, 1823, pp. 67- 76. La même admiration se trouve déjà exprimée dans une « Satire sur l’ambition composée sous la tyrannie de Buonaparte » rédigée clandestinement en 1812 par Petit le Jeune. Cf. El Ogro corso. Poesía francesa antinapoleónica durante la Guerra de la Independencia (1808-1814). Antología bilingüe. Textos recogidos y presentados por Gérard Dufour. Traducción de los poemas por Lola Bermúdez, Cádiz, Biblioteca de la Cortes de Cádiz, 2015, p . 292, n. 8.

109 Le Journal des débats, 19 février 1822, p. 2.

110 17 500, selon le « relevé […] des abonnements des divers journaux politique »  publié dans le Miroir du 19 juin 1822, (n° 509), et « 20 000 abonnés payants et plus de deux millions de lecteurs habituels » selon la notice publiée par Arsenne Thiébault-de-Berneau avec les Tablettes universelles de janvier 1821, tome IV, p. XXXVIII .

111 Le Constitutionnel, 9 juin 1822, p. 4.

112 Le Diable rose, 28 juin 1822, pp. 250-252.

113 Le Constitutionnel, 14 avril 1823, p. 4.

114 Paris, imprimerie de Hocquet, 1820.

115 La Foudre, n° 91, pp. 180-181.

116 Ibid., p. 181.

117 Le mot est alors généralement écrit avec un seul « p ». Toutefois, l’orthographe en est incertaine comme on peut le voir dans les deux premières éditions du poème de Vigny.

118 Petit dictionnaire ultra…, op. cit., p. 107.

119 Bibliographie de la France…, samedi 19 octobre 1822 (n° 42), p. 628-n° 4689.

120 pp. 309-313.

121 Ibid., p. 309.

122 Le Réveil, 1er décembre 1822 (n° 123), p. 4.

123 Bibliographie de la France…, samedi 7 décembre 1822 (n° 49), p. 729-n° 5475.

124 Le Réveil, 16 mars 1823 (n° 228), p. 3; Annales de la littérature, tome X (1823), 129e livraison, pp. 383 – 384.

125 Lettres champenoises, 87e lettre, tome X (1822), pp. 180-182.

126 Bibliographie de la France, samedi 24 avril 1824 (n° 17), p. 256-n° 2163.

127 n° 101, p. 3.

128 « Comment on s’immortalise », poème anonyme publié dans Lettres champenoises, 104e lettre [février 1823], tome XII, pp. 179-182.

129 Lettres champenoises, 101e lettre [janvier 1823], tome XII, pp. 60-66.

130 Le Diable boiteux, 28 décembre 1823, n° 168, p. 4.

131 Oraison funèbre de don Mathias Vinuésa [sic] chapelain honoraire du roi d’Espagne, archidiacre de Taragona et ancien curé de Tamajon ; prononcée par le docteur Don Edouard-Joseph Rodriguez de Caressa, chanoine de l’illustre église de Berlanga, dans le service solennel célébré en l’église de Saint-Placide des Religieuses de l’Incarnation, à Madrid ; traduite de l’espagnol par Ernest de Bl**** et publiée au profit des réfugiés espagnols, Paris, chez C. J. Trouvé, imprimeur-libraire, rue Neuve Saint-Augustin, n° 17, chez Petit, Ponthieu et Delaunay, libraire au Palais-Royal, 1823. Cet ouvrage fut annoncé dans la Bibliographie de la France… du 27 septembre 1823 (n° 39), p. 564 - n° 4088.

132 Op. cit., p. 13

133 Annales de la Littérature et des Arts, 138e livraison, tome XI (1823), pp 241-243.

134 L’Eclair…, 11 avril 1823, n° 101, p. 3.

135 « Aux royalistes sur la paix ou la guerre », poème par A. D…., publié dans le feuilleton du Journal des débats du 30 décembre 1822, p. 1.

136 On la le trouve dans un « quatrain traduit du chinois » publié dans Le Miroir du 15 mars 1823 et dans le poème « Molière n’existe plus », publié par La Foudre du 12 avril de la même année.

137 Tome V, p. 236.

138 Le Constitutionnel, 26 janvier 1823, p. 3

139 Ibid., 9 octobre 1822, p. 2

140 L’Album du 5 décembre 1822,pp. 5-8 (tome VII, 1823).

141 Tome VII, 1823, 114e livraison, pp. 5-8.

142 Cf. DUFOUR, Gérard, « Restauración monárquica y restauración religiosa en la Francia de Luis XVIII », in Alcores, 2014 (n° 17), pp. 19-36.

143 Le Miroir, 28 janvier 1823, pp. 3-4.

144 Propos attribués à « un homme de beaucoup d’esprit » et rapportés dans Le Télégraphe. Gazette officielle, Port au Prince, de l’imprimerie du gouvernement, 15 juin 1823, an 20, p. 1.

145 Le Miroir… du jeudi 29 mai 1823 (n° 854), p. 3.

146 La Nymphe Pyrène aux Français, Ode suivie de la Nymphe Europe, du Couvent, poème ,de Zéphire et Flore, du Lézard et du mameluck mourant par P. Denne-Baron, de plusieurs académies, à Paris, chez Emerie, libraire rue Mazarine, n° 30, Ladvocat, Coréard, Chaumerot jeune, au Palais Royal, 1823. L’ouvrage fut annoncé annoncé dans Bibliographie de la France…, samedi 17 mai 1823 (n° 20), p. 298 - n° 2161.

147 « Le Constitutionnel et Le Courrier fournissent à eux sels 25 000 abonnés et quatre des journaux qui suivent (les Débats, la Quotidienne, le Drapeau blanc et la Gazette), feuilles d’une opinion politique entièrement opposées à celle du Constitutionnel et du Courrier, ne donnant réunis que 23 300 spectateurs, il résulte qu’en France la majorité des lecteurs est du côté des constitutionnels libéraux », Tablettes universelles, tome IV, janvier 1821, p. 189.

148 Sur l’utilisation du personnage de Pélage en France à cette époque, voir Dufour, Gérard, « La figura de Pelayo en Francia durante el Imperio y la restauración borbónica » in Agustín Coletes (ed), El rey Pelayo y el romanticismo europeo y norteamericano. Siete estudios críticos, Oviedo, Real Instituto de Estudios Asturianos, 2015, pp. 55-110.

149 L’Album, tome VII, 1823, 28 février 1823, 131e livraison (pp. 413-417).

150 L’Album, tome VII, 1823, mardi 25 février 1823, 130e livraison, pp. 389-391.

151 Le Journal des débats, 30 décembre 1822, p. 1 (feuilleton).

152 L’Album, tome VII, 1823, mercredi 5 mars 1823, 132e livraison, p. 23.

153 Id.

154 La Foudre…, 4 avril 1823 (n° 94), p. 3.

155 L’expression avait été utilisée par Clausel de Coussergues dans son Opinion sur l’article du budget du Ministère de la Guerre relatif aux traitements accordés aux réfugiés égyptiens, espagnols et Portugais, pronnoncé [sic] dans la séance publique du 18 février, Paris, Cmambre des Députés, 1817. Cf. Dufour, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822). Contribution à l’étude du Libéralisme chrétien en France et en Espagne au début du XIXe siècle, Genève, Droz, p. 118 sq.

156 Cf. infra, Appendice, nos 4, 28, 35, 38, 45, 48, 52, 53, 58, 59, 60, 62, 65, 66, 69, 70, 71, 72, 74, 78, et 80.

157 L’Eclair… du 27 avril 1823 (n° 117), p. 2.

158 L’écho du Parnasse, 2° année, n° 3, mars 1823, p. 522.

159 Le Réveil, 14 mars 1823, n  226, p. 3.

160 Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 152e livraison, tome XII (1823), pp. 361-364

161 Le Journal des Débats politiques et littéraires, 2 décembre 1823, pp. 1-4 (feuilleton) et 3 décembre 1824, p. 4 (feuilleton).

162 Le Journal des Débats politiques et littéraires, 3 décembre 1823, pp. 1-4 (feuilleton)

163 Voir Appendice, pièce n° 28.

164 Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 150e livraison, tome XII (1823), pp. 283-284.

165 L’écho du Parnasse, 2° année, n° 3, mars 1823, p. 522.

166 Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 139e livraison, tome XI (1823), pp. 273-277.

167 Journal des Débats politiques et littéraires, 5 décembre 1823, pp. 1-3 (feuilleton).

168 Annales de la Littérature et des Arts, Journal de la Société des Bonnes-Lettres, 152e livraison, tome XII (1823), pp. 361-364.

169 Lettres champenoises, 129e lettre [octobre 1823], tome XV, pp. 90-92.

170 Le Diable boiteux, 13 décembre 1823, n° 113, p. 2.

171 Journal des Débats politiques et littéraires, 17 décembre 1823, p. 2.

172 Cf. le poème qui commence par ce vers: et le poème qui commence par ce vers: «El Héroe tan aplaudido » et est signé E. M.S, les «Décimas » composées par G. de A., et les « Lamentaciones de Riego por habérsele acabado la comedia y no poder ya representar el papel de primer galán. Décima por el madrileño F. R. D.  » respectivement publiés dans le Diario de Madrid du 19 (p. 4), 23 (p. 3) et 29 octobre 1823 (p. 4).

173 La Foudre, n° 92, pp. 215-216.

174 Le Constitutionnel, 26 décembre 1822, à la rubrique « Nouvelles d’Espagne » datées du 18, p. 3.

175 Le Réveil, 4 janvier 1823, p. 4

176 p. 3.

177 Cité par Le Constitutionnel, 2 décembre 1823, p. 2.

178 Id.

179 Le Constitutionnel, 2 décembre 1823, p. 2.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Leyenda Le Réveil. Journal des Sciences, de la Littérature, des Mœurs, Théâtres et Beaux-Arts, Paris. Première page du numéro du 14 septembre 1822 (n° 45).
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2311/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 356k
Leyenda La Foudre. Journal de la Littérature, des Spectacles et des Arts. Rédigé par une société de gens du monde et d'hommes de lettres, Paris. Première page du n° 13 de 1821.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2311/img-2.jpg
Ficheros image/jpeg, 284k
Leyenda Le Miroir, 1er août 1821 (n° 169), p. 3 avec les emplacements qu’auraient dû occuper une correspondance adressée au rédacteur de la revue et une poésie de Théveneau.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2311/img-3.jpg
Ficheros image/jpeg, 429k
Leyenda Journal des Théâtres, de la Littérature et des Arts, Paris. Première page du numéro du 15 novembre 1820 (n° 207).
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2311/img-4.jpg
Ficheros image/jpeg, 380k
Leyenda Miroir des Spectacles, des Lettres, des Mœurs et des Arts, Paris. Première page du numéro du 1er janvier 1823 (n° 706).
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2311/img-5.jpg
Ficheros image/jpeg, 560k
Leyenda La Muse française, Paris, 1823. Page de garde du Tome I.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2311/img-6.jpg
Ficheros image/jpeg, 512k
Leyenda Lithographie livrée avec le numéro de l’Album du 19 janvier 1822.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2311/img-7.jpg
Ficheros image/jpeg, 280k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Gérard Dufour, « « Roucouler la guerre; vociférer la paix »:les événements d'Espagne de 1820 à 1823 dans les poèmes publiés par la presse française de l'époque », El Argonauta español [En línea], 13 | 2016, Publicado el 30 enero 2016, consultado el 27 mayo 2017. URL : http://argonauta.revues.org/2311

Inicio de página

Autor

Gérard Dufour

Aix Marseille Université,  CNRS, TELEMME UMR 7303, Membre correspondant de l’Academia Portuguesa da Historia

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Inicio de página
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org