Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Varia

Lorsque le Diable se mêle de Religion : le Diablo predicador (Valence, 1820-1821)

Joan Cavaillon Giomi

Résumés

Parmi les thèmes discutés lors des sessions des Cortès et qui divisèrent l’Espagne durant le Trienio liberal figurait celui relatif à l’Église. Les réformes proposées par les libéraux en matière de discipline ecclésiastique, opposèrent, a priori, ces derniers, favorables au libéralisme chrétien, aux royalistes, réfractaires à tout changement. A priori car l’étude du Diablo predicador, périodique édité à Valence en 1820-1821, démontre que son rédacteur, Anastasio Navas Martín, servile convaincu (comme il le spécifia en se présentant à ses lecteurs), n’hésita pas à adhérer aux thèses libérales en matière de discipline ecclésiastique en raison de leur régalisme. En effet, grâce à l’analyse des chroniques et livres annoncés en relation avec la politique religieuse dans le journal, cet article prouve qu’Anastasio Navas était un libéral absolutiste, termes antinomiques, dont le premier ne va pas de pair avec l’ultramontanisme et la défense de l’Inquisition dont faisaient preuve les serviles.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 70 (jeudi 12 mai 1814), pp. 515-521.
  • 2 Real Decreto de 25 de marzo de 1815 : «°Habiendo visto con desagrado mío el menoscabo del prudente (...)
  • 3 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 31 (mercredi 8 mars 1820), p. 239.
  • 4 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 34 (jeudi 9 mars 1820), p. 251.
  • 5 El Diablo Predicador, periódico libre que se publica en Valencia, n° 9, pp. 67-68.
  • 6 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 38 (dimanche 12 mars 1820), p. 266.
  • 7 Suplemento a la gaceta del Gobierno. Martes 5 de Diciembre de 1820, n° 162, pp. 727-729.
  • 8 Voir à ce sujet la carte, document 20 «°La prensa española durante el Trienio liberal (1820-1823)°» (...)
  • 9 GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823). Tome II, Madrid, Tecnos, 1975, pp. 98 (...)
  • 10 «°La prensa española durante el Trienio liberal (1820-1823). Principales tendencias políticas°», in (...)
  • 11 GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823), Tome II, op. cit., pp. 987-1047.
  • 12 Pour réaliser ce classement nous nous sommes appuyé sur les ouvrages de GIL NOVALES, Alberto, Las s (...)

1Lorsque Ferdinand VII, el deseado, remonta sur le trône d’Espagne, après la Guerre d’Indépendance, il eut tôt fait le 4 mai 1814 à Valence de devenir el rey felón, en balayant d’un revers de la main ou plutôt de plume l’héritage libéral de Cadix, c’est-à-dire la Constitution promulguée le 19 mars 1812, pour rétablir la monarchie absolue par Décret royal1. Avec elle, disparut, bien évidemment, la liberté d’impression mais aussi d’expression. Plus encore, afin de réduire au silence ses opposants, les libéraux, dont nombre d’entre eux faisaient entendre leur voix par l’entremise des journaux, Ferdinand VII décida par un autre décret, en date du 25 mars 1815, d’interdire l’ensemble des journaux, exceptions faites de la Gaceta de Madrid (porte-parole du pouvoir) et du Diario de Madrid2. Si Ferdinand VII pensait en muselant la presse qu’il ferait également taire les opposants à l’absolutisme, ce fut peine perdue, les idées libérales de la Guerre d’Indépendance avaient fait leur chemin dans les esprits. En effet, entre 1814 et 1820, les libéraux qui s’étaient réfugiés à l’étranger continuèrent pour certains d’entre eux leur lutte contre l’absolutisme par voix/e de presse. Quant à ceux restés en Espagne, ils s’élevèrent contre le pouvoir en place par le biais de pronunciamientos qui ne cessèrent de se multiplier. Ainsi, le 1er janvier 1820, le pronunciamiento réussi du lieutenant-colonel Rafael de Riego à Cabezas de San Juan (Séville) fut suivi dans nombre de casernes dans l’ensemble de la Péninsule (La Corogne, Barcelone, Oviedo…). Fort de ce succès, Riego proclama la restauration de la Constitution de 1812. Face à ces soulèvements (que la très officielle Gaceta de Madrid taira par ailleurs dans ses pages), Ferdinand VII n’eut d’autre choix que de devenir un « Roi constitutionnel » et de jurer la Constitution de Cadix le 7 mars 18203, devant la Junte provisoire le 94, et officiellement devant les Cortès lors de l’ouverture des sessions deux mois plus tard, le 9 juillet5. Dès lors, avec la promulgation de la Constitution, s’ouvrit le Triennat libéral et furent immédiatement rétablies, dans une certaine mesure, la liberté d’impression avec la suppression de la censure6 (sauf pour les ouvrages religieux) et une nouvelle Ley de Imprenta (complétée et précisée par rapport à celle de 1812) fut votée le 22 octobre 1820 par le congrès et ratifiée par Décret Royal le 12 novembre7, et avec elle, bien évidemment, la liberté d’expression. Aussi, on assiste tout au long du Triennat constitutionnel à une véritable explosion journalistique8, soit quelque 680 titres selon Alberto Gil Novales9 ainsi qu’à un véritable engouement du public, qui ne cessa d’augmenter, pour la presse. Compte tenu du contexte politique du Trienio liberal, les journaux se firent également le reflet des conflits politiques qui régnaient en Espagne : absolutistes versus libéraux, lesquels ne tardèrent pas à se diviser entre « exaltados » ou « veinteañitas » (encore appelés « veintenos ») plus radicaux quant à la marche à suivre pour l’élaboration de la Constitution et « moderados » ou « doceañistas », partisans d’une application stricte de la Constitution de 181210. Parmi les thèmes discutés qui agitèrent les Cortès et animèrent aussi, sans nul doute, les discussions des Espagnols figuraient, entre autres, ceux relatifs à l’Église. Ainsi, nombreux furent ceux, hommes de Lettres, journalistes de renom ou simples lettrés, qui, désireux de défendre leurs convictions, éditèrent leur propre périodique et se livrèrent à une véritable guerre de plume. Valence n’échappa pas à la règle. Sur les 33 titres qui y furent publiés entre 1820 et 182311, au moins 16 étaient libéraux et huit absolutistes12. Parmi ces derniers figurait notamment le Diablo predicador, periódico libre que se publica en Valencia.

I – L’obscure figure du Diable

  • 13 GIL NOVALES, Alberto, Diccionario Biográfico de España (1808-1833). De los orígenes del liberalismo (...)
  • 14 Archivo General Militar de Segovia (AGMS), http://www.bibliodef.es/abnetopac/BaratzCL/O7211/ID55ef3 (...)
  • 15 BOIX, Vicente, Historia de la ciudad y reino de Valencia, Tome III, Valencia, Imprenta de D. Benito (...)
  • 16 BOIX, Vicente, Historia de la ciudad y reino de Valencia, op. cit., p. 116.
  • 17 DP, n° 19, pp. 140-141 : «°[…] y tomando en consideración la tranquilidad pública y la gravedad de (...)
  • 18 DP, n° 13, p. 101 ; Ibid., n° 15, pp. 118-119, Ibid., n° 20, pp. 147-154.
  • 19 DP, n° 18, p. 138°: «°Excelentísimo Señor. = Se servirá V. E. disponer, que el teniente coronel D. (...)

2Nous ne savons que peu de choses sur le rédacteur d’El Diablo predicador, Anastasio Navas Martín13. Si la date et le lieu de sa naissance nous sont inconnus, nous savons qu’il fut élève de l’Académie d’artillerie de Ségovie en 1810 et qu’il s’exerça pendant ses classes à la cartographie militaire comme en témoignent les 18 plans et croquis qu’il réalisa en 1811, conservés à l’Archivo General Militar de Segovia14. Par la suite, lorsque le Conseil de guerre fut établi à Sagunto (ou Murviedro) entre 1815 et 1819 afin de sécuriser la province et d’éradiquer le banditisme sous les ordres du capitaine général Francisco Javier Elío y Olándriz avec l’aide du deuxième régiment d’artillerie, il fut nommé procureur militaire du conseil15. Puis, il devint avocat et capitaine d’artillerie du deuxième régiment16. Cependant, accusé d’avoir provoqué avec quelques camarades « la haine du peuple [valencien] pour leur manque d’adhésion à l’actuel système »17, entendons le système constitutionnel, il fut suspendu de ses fonctions le 21 novembre 1820 à Valence où il se trouvait en raison des évènements survenus la nuit précédente. L’enquête lancée par les autorités militaires suite à la dénonciation des Valenciens représentés par la municipalité constitutionnelle, Navas en rendit compte dans pas moins de trois numéros d’El Diablo predicador18, en retranscrivant notamment l’ensemble des correspondances et des décisions prises par ses supérieurs hiérarchiques comme en témoigne, par exemple, la première lettre envoyée par le capitaine général, le comte d’Almodóvar, au sous-inspecteur intérimaire du deuxième régiment d’Artillerie nationale, Joaquín de Ibarra, dans laquelle il était fait mention de sa mise à pied19.

  • 20 DP, n° 19, pp. 141-142.
  • 21 DP, n° 23, pp. 177-180.
  • 22 Estado Militar de los ejércitos de la monarquía española, Madrid, Imprenta Nacional, 1821, p. 97.
  • 23 El Espectador, n° 429 (dimanche 9 juin 1822), p. 230, estime qu’il s’est suicidé le 1er juin tout c (...)

3Cette suspension fut de courte durée puisqu’il fut rétabli dans ses fonctions le lendemain par Joaquín de Ibarra20. Cependant, l’affaire était loin d’être terminée et donna lieu à une enquête qui dura du 21 au 27 novembre. Aucune preuve tangible n’ayant été apportée de leur conduite, les militaires demandèrent réparation. Aussi, le 16 décembre 1820, ils s’adressèrent au roi en personne21. Si par la suite, rien ne filtra quant aux décisions prises par Ferdinand VII, Navas fut cependant nommé en 1821 à la Secrétairerie de Sous-inspection du département de Ségovie22. Enfin, de retour à Valence en 1822, il se suicidera le 31 mai ou le 1er juin23, ce que les journaux ne manquèrent pas de relater. Ainsi, le 9 juin, le périodique madrilène libéral El Espectador donnait à ses lecteurs l’information suivante :

  • 24 El Espectador, n° 429 (dimanche 9 juin 1822), p. 230: «°El capitán de artillería don Anastasio Nava (...)

« Le capitaine d’artillerie don Anastasio Navas, (qui a causé tant de préjudices à la patrie avec ses productions El Diablo predicador, Cimitarra, Espabiladeras et d’autres du même acabit) s’est tiré un coup de pistolet et est mort au grand dam des serviles. Il ne serait pas étrange que vous voyez dans quelques jours dans cette capitale [Valence], quelques autres écrivains vénaux, qui ont causé tant de malheur à la malheureuse Espagne que leur soif d’or a poussés à vendre dans d’autres circonstances critiques »24.

4Cette diatribe montre à quel point les rédacteurs d’El Espectador et Navas étaient en totale opposition sur le plan politique mais aussi, et surtout, combien la bataille entre les partis était rude et sans pitié. Le même jour, El Imparcial, autre périodique madrilène mais d’opinion absolutiste, et de surcroit financé par l’Infant don Carlos, fut pour sa part bien plus attristé par cette nouvelle allant même jusqu’à attribuer ce suicide à ses adversaires politiques :

  • 25 El Imparcial, n° 274 (dimanche 9 juin 1822), p. 1 158 : «°El capitán de artillería don N*** Navas M (...)

« Le capitaine d’artillerie don N*** Navas Marín (sic), l’un des rédacteurs de las Espabiladeras, dont le malheur a donné lieu à une multitude de suppositions, s’est suicidé en se tirant une balle dans la tête. Notre correspondant à Valence, sans valoriser aucune d’entre elles, nous manifeste seulement la douleur qu’a provoquée cette perte aux hommes de bien de cette ville par crainte que disparaisse un périodique, qui avec tant de grâce et un si heureux succès combattait les doctrines anarchiques que quelques misérables se complaisent à diffuser aussi bien là-bas qu’en d’autres endroits de la monarchie. Ayons pitié de la misérable condition humaine, en voyant la facilité avec laquelle les esprits les mieux organisés ont été bouleversés au point de violer la loi la plus générale de la nature qui est celle de la propre conservation »25.

  • 26 Las Espabiladeras, Valencia, Imprenta y Librería de López, 1822, 7 numéros (sans périodicité fixe, (...)
  • 27 Diario de las Sesiones de las Cortes. Legislatura de 1822, n° 121 (3 juin 1822) p. 1°687.
  • 28 GARCÍA GONZÁLEZ, Juan, Prisión, enjuiciamiento y muerte del general Elío, (1820-1822). Discurso leí (...)

5Dans cette dernière dépêche, le correspondant se contenta seulement de manifester toute la peine que causait cette disparition aux « bons » Valenciens et la peur de voir disparaître l’un des instruments de la cause absolutiste, Las Espabiladeras26. Par ailleurs, si le correspondant d’El Imparcial spécifia qu’il n’avait accordé aucun crédit à la rumeur, ce ne fut peut-être pas le cas d’El Espectador qui inséra l’information du suicide de Navas dans un article consacré au récit de la mutinerie d’un groupe d’artilleurs du deuxième régiment qui prit d’assaut la citadelle de la ville où Elío était enfermé à une date toute symbolique, le 30 mai 1822, jour de la saint-Ferdinand, à grands cris de « ¡°Viva el Rey absoluto ; muera la Constitución ; viva Elío ; muera Riego°! »27. Elío, qui n’était autre que l’ancien gouverneur de Valence nommé en 1814 par Ferdinand VII28, en absolutiste convaincu, avait démissionné de son poste puisque disait-il :

  • 29 Ibid., p. 16 : «°El día 10 de Marzo de 1820, sin el menor antecedente, recibí por el correo ordinar (...)

« Le 10 mars 1820, sans le moindre préavis, j’ai reçu par courrier ordinaire l’avis officiel du Ministre de la Guerre que le Roi avait juré la Constitution ; et bien qu’aucun ordre ni avertissement ne fût ajouté, et que, par conséquent, je devais légitimement, conserver le commandement militaire, non seulement, j’ai pris sur le champ, les dispositions pour rétablir la Municipalité et les autorités constitutionnelles, en le faisant savoir, mais j’ai laissé entendre à la Municipalité que je désirais que l’on désigne quelqu’un d’autre à qui je puisse remettre le commandement, considérant cette mesure comme politique. J’ai appelé les Chefs des corps militaires, et en leur ayant expliqué l’aveugle obéissance que nous devions au serment du Roi, je leur ai expliqué que les circonstances dans lesquelles je me trouvais rendaient inapproprié mon maintien à la tête des troupes »29.

  • 30 Ibid., p. 17.
  • 31 ARDIT LUCAS, Manuel, Revolución liberal y revuelta campesina. Un ensayo sobre la desintegración del (...)
  • 32 El Espectador, n° 429 (dimanche 9 juin 1822), p.230 : « […] pues este criminal para salvar la vida, (...)
  • 33 El Espectador, n° 429 (dimanche 9 juin 1822), pp. 229-230.
  • 34 Ibid., p. 230 : « Luego que los malvados supieron la existencia de Elío, se entristecieron y tembla (...)
  • 35 Vicente BOIX dans son Historia de la ciudad de Valencia (op. cit., p. 124) explique que la mort d’A (...)
  • 36 ARDIT LUCAS, Manuel, Revolución liberal y revuelta campesina. Un ensayo sobre la desintegración del (...)

6Ironie du sort, ce même jour, à cause de ses opinions anticonstitutionnelles, il fut emprisonné par celui qu’il venait de libérer des geôles de l’Inquisition et auquel il avait remis ses fonctions de capitaine général, le comte d’Almodóvar30. La rébellion des artilleurs qui eut lieu à la fin de l’après-midi de ce 30 mai 1822, fut matée dès le lendemain, soit le 31, grâce à la Milice Nationale, les régiments de Zamora et des Cuirassés, des cadets du collège Militaire aidés par les paysans de la Huerta31. Quant à Elío, qui dans la hâte avait laissé dans sa cellule une correspondance « de la junte de conspirateurs, dont il était à la tête » compromettant ainsi un grand nombre de personnes32, il fut à nouveau arrêté, relatait El Espectador33. Et poursuivait-il, avant d’enchaîner sur le récit du suicide de Navas : « Après que les scélérats apprirent la capture d’Elío, ils en furent attristés et tremblèrent de peur qu’on ne les découvre, aussi désiraient-ils plus que tout autre sa perte »34. Anastasio Navas était-il mentionné dans la correspondance retrouvée, voire avait-il correspondu avec Elío et eut-il peur de représailles pour mettre fin à ses jours le lendemain de la nouvelle arrestation du général ? Rien ne l’atteste et rien n’explique son geste non plus35. En revanche, il est certain que Navas adhérait aux idées d’Elío. En effet, lorsqu’à partir de mai 1820, le journal libéral radical valencien, El Centinela contra serviles, se consacra à dénoncer les persécutions subies par les libéraux à l’initiative du conseil de guerre sous l’autorité d’Elío, Navas n’hésita pas à prendre parti. Ce fut d’ailleurs à ce moment-là qu’il prit la plume pour rédiger, en défense de son supérieur et de son bataillon, les Cartas de la abuela a la nieta36, avant de poursuivre avec la rédaction d’El Diablo predicador.

7Sur ses idées politiques, Anastasio Navas s’expliqua clairement dans le premier numéro d’El Diablo predicador, qui lui servit également de présentation et de justification sur ce qui le poussa à prendre à nouveau la plume :

  • 37 DP, n° 1, p. 2 : « A principios de este año me hallaba yo en las inmediaciones de Cádiz, comisionad (...)

« Au début cette année, je me trouvais à proximité de Cadix, envoyé par mon Supérieur pour affaires […]. Je faisais la sieste et dormais à poings fermés quand retentit tout à coup un vacarme retentissant : je saute du lit, accours sur les lieux, et je n’aurais pas été plus saisi si toute la neige qui couvrait alors le Guadarrama m’était tombée dessus quand je vis sous les armes l’armée de votre immortel Quiroga qui, à grand son de tambours, de fifres et de trompettes faisait retentir le cri de la liberté de l’Espagne. Tous les plans s’effondraient avec ce projet ; mais pendant un certain temps je n’en fis rien paraître dans l’espoir de pouvoir en venir a bout ; j’arrivais même parfois à me persuader que ce mouvement pourrait être un aubaine pour nous les diables, comme celle que nous avons connue en 1808 et les années suivantes ; mais quand j’ai vu le 7 mars la décision de votre Monarque et peu de jours après que dans tout le royaume on rétablissait et jurait en douce cette Constitution que le Ciel vous a envoyée pour mon tourment, je considérai ma commission comme terminée et, sans prendre congé de personne, et en laissant là mes bagages, je me suis mis en route pour mon pays, l’oreille basse et la queue entre les jambes »37.

  • 38 Idem. : « El Ángel tutelar de las Españas me salió al encuentro […]. »

8Mais, poursuivait-il, « l’Ange tutélaire des Espagnes »38 vint à sa rencontre et lui dit :

« Retourne dans cette Espagne que tu détestes tant, et de laquelle tu as tant tiré profit jusqu’à aujourd’hui ; prends un exemplaire de sa Constitution, et charge-toi de la faire comprendre et respecter en châtiment des injures que tu as osé vomir contre l’œuvre de mes mains »,

  • 39 Ibid., p. 3 : « Vuelve a esa España que tanto detestas, y de que tanto partido has sacado hasta aqu (...)

9et concluait-il, « depuis, je suis parmi vous »39.

10Aussi l’un des moyens employés par Anastasio Navas Martín pour expliquer et diffuser la Constitution, ainsi que ses idées politiques notamment en ce qui concerne la Religion, fut la presse et notamment El Diablo predicador.

11Or, si Navas se présenta comme seul et unique rédacteur du journal, il semblerait pourtant qu’il fut aidé dans son entreprise par le capitaine du 2e régiment d’artillerie, José González Pardo40, nouveau rédacteur en 1822 du Cajón de sastres de Murcia. C’est ce qu’affirma, le 19 juin de la même année (soit peu de temps après le suicide de Navas) le journal libéral modéré, El Chismoso, qui présenta son nouveau confrère en ces termes peu élogieux en se référant par ailleurs à El Diablo predicador :

  • 41 El chismoso, n° 26 (mercredi 19 juin 1822), p. 348°: «°Diablo. El predicador periódico que se publi (...)

« Diable. Le prédicateur, journal qui était publié à Valence, était rédigé par quelques messieurs, artilleurs du 2° régiment, parmi lesquels se trouvait monsieur González, capitaine de ce corps, dont on dit qu’il est actuellement l’éditeur de ce torchon de cajón. Il faut remarquer que le diablo predicador était un papier anarchiste, incendiaire, ultra tout comme le cajón. Félicitations monsieur González : vous nous trouverez toujours prêts à faire votre éloge°»41.

12Si l’on ne peut qu’accorder crédit aux dires d’El Chismoso, aussi bien sur le type périodique proposé par Navas que sur l’aide qu’il reçut, compte tenu des nombreux articles qui se réfèrent aux péripéties d’Anastasio Navas, nous pouvons sans aucun doute penser qu’il fut le principal rédacteur et éditeur d’El Diablo predicador, et ce, malgré la participation de José González.

II – El Diablo predicador, contenu d’une chaire ouverte à tout un chacun

  • 42 «°Prospecto°», in DP, n° 1, p. 1: «°[…] este periódico se llama así porque no quisieron sus padrino (...)
  • 43 DOMÍNGUEZ DE PAZ, Elisa, «°El Satisfecho°: fama y fortuna de una comedia desconocida de Luis Belmon (...)
  • 44 SÁNCHEZ JIMÉNEZ, Antonio, « Anonimia y censura en el teatro del siglo XVII: el caso del Diablo pred (...)
  • 45 RODRÍGUEZ LÓPEZ-VÁZQUEZ, Alfredo, «°El diablo predicador °: una obra maestra de Luis de Bermonte°», (...)
  • 46 Archivo Histórico Nacional (par la suite AHN), Inquisición, Leg. 3 739, exp. 154.
  • 47 AHN, Inquisición, Leg. 4493, exp. 9.
  • 48 AHN, Inquisición, Leg. 3739, exp. 154.
  • 49 Suplemento al Índice expurgatorio del año de 1790 que contiene los libros prohibidos y mandados exp (...)
  • 50 ROLDÁN PÉREZ, Antonio, « El Diablo predicador : una comedia cuestionada. El Consejo de la Inquisici (...)
  • 51 Diario de Madrid, n° 335 (mardi 1er décembre 1801), p. 1 376°; Ibid., n° 336 (mercredi 2 décembre 1 (...)
  • 52 Diario de Madrid, n° 335 (mardi 1er décembre 1801), p. 1 376.
  • 53 Ibid., n° 14 (jeudi 14 janvier 1802), p. 55.

13Ce fut le 11 juin 1820 que naquit El Diablo predicador, en prenant le titre éponyme de la pièce en trois actes jouée le même jour au théâtre de Valence42 du chroniqueur, poète et dramaturge du siècle d’Or, Luis Belmonte Bermúdez (Séville, 1577-Madrid, 165043). Cette pièce, représentée pour la première fois en 1623 devant Philippe IV et publiée anonymement à Madrid en 165344, tomba, malgré son succès45, à différentes reprises entre les griffes des inquisiteurs. Examinée par les tribunaux de la Sainte Inquisition de Séville et de Logroño respectivement en 171546 et 178747, il ne fut retenu aucune charge à son encontre. Mais, en 1802, elle fut à nouveau dénoncée au tribunal de Séville48 et, cette fois-ci, les qualificateurs portèrent l’affaire devant le Conseil de la Suprême et Générale Inquisition, qui prononça son interdiction in totum le 6 mars 1802, ratifiée par édit le 11 février 180449, entre autre car le Diable usurpait le titre de prédicateur50, alors que cette pièce avait été jouée, par exemple à Madrid en décembre 180151 et que son texte était en vente chez les libraires madrilènes González (rue d’Atocha)52 et Quiroga (rue Carretas)53.

  • 54 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 35 (vendredi 10 mars 1820), p. 253 : « Considerando que es inco (...)
  • 55 Suplemento a la gaceta del Gobierno. Martes 5 de Diciembre de 1820, n° 162, p. 727°: «°2°. Se excep (...)
  • 56 DP, n° 1, p. 4 : « Sí queréis que todos seamos liberales, y que llevemos bajo el palio la Constituc (...)

14Ce fut donc avec ironie que le rédacteur d’El Diablo predicador avait dû donner comme titre à son journal celui d’une œuvre interdite par l’Inquisition alors même que le rétablissement de la Constitution, à laquelle il était opposé, entraîna ipso facto sa disparition, l’institution étant considérée comme « incompatible […] avec la Constitution de la Monarchie espagnole »54. En outre, dans un article intitulé « Lamentations d’un absolutiste », il rappela, non sans railler ses détracteurs libéraux, que malgré le rétablissement de la liberté d’imprimer, le Titre I article 2 du règlement sur la liberté d’imprimer soumettait toujours les ouvrages ayant trait à la religion à la censure ecclésiastique55 : « Si vous voulez que nous soyons tous libéraux [disait-il], et que nous portions en grande pompe la Constitution, abolissez le décret qui interdit d’écrire des ouvrages religieux… »56.

  • 57 Les dates d’impression étant renseignées à la fin du journal, les numéros 1 à 22 furent publiés en (...)
  • 58 «°Prospecto°», in DP, n° 1, p. 1°: «°Saldrá el día que salga […]°».
  • 59 Ibid. : « Ofrecer mucho°: he aquí a lo que se reducen todos los prospectos. Dar poco, o no dar nada (...)

15Composé de 25 numéros de huit pages, El Diablo predicador, periódico libre que se publica en Valencia fut édité, comme indiqué dans le sous-titre, à Valence sur les presses des imprimeurs Miguel Domingo et Ildefonso Mompié de juin 1820 à 182157 sans périodicité fixe58. Dans le prospectus, qui ouvrait le premier numéro du journal, le publiciste ne donna aucune explication sur son contenu car, expliquait-il, « Offrir beaucoup : voilà ce à quoi se bornent tous les périodiques. Peu ou rien : voilà à quoi se réduisent tant de promesses »59. Il précisa néanmoins qu’il entendait faire participer les lecteurs à la rédaction du journal puisqu’il :

  • 60 Ibid. : « Admite todos los artículos o cualesquiera otras producciones que se quieran comunicar, se (...)

« accept[erait] tous les articles ou toutes autres productions qui lui seraient communiquées, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, courtes ou longues, signées ou pas, parce que le choix induit en erreur ; mais que seraient publiées celles qui le seraient. Quant aux autres, que Dieu vous ait en sa sainte garde ! »60

16Un appel à contribution qu’Anastasio Navas réitéra dans ce même numéro dans le but d’inciter le public à prendre la plume en se moquant, d’une part, de ceux qui se vantaient d’avoir de nombreuses idées et en rassurant, d’autre part, ceux qui n’osaient pas donner leur opinion en public puisqu’il se ferait leur intermédiaire :

  • 61 DP, n° 1, p. 4°: «°Vosotros, los que os preciáis de abrigar buenas ideas, y de saber discurrir, pre (...)

« Vous qui vous vantez d’avoir de bonnes idées, et de savoir discourir venez à mon aide. Depuis le temps que vous jouez pour rien du violon et d’autres instruments avec lesquels vous assourdissez les voisins et les vers à soie, vous auriez pu consacrer quelques instants au service de votre Patrie ; car vous y avez plus d’intérêt que moi. Si votre retenue ne vous permet pas de faire face, mettez-vous en relation avec moi, je ferai face pour vous, et communiquerai vos idées sans que la terre en soit désolée, car moi, je n’ai aucun respect, puisque diable je suis et diable je reste »61.

  • 62 Ibid. : « El Diablo predicador no se atreve a ofrecer cosa ninguna porque sabe que no le creerían; (...)
  • 63 Ibid. : « Saldrá el día que salga, porque el diablo no acostumbra a contraer obligaciones, y no sab (...)
  • 64 Ibid. : « Después de haberle leído se sabrá lo que contiene; al pagarle se verá lo que cuesta; si g (...)

17Outre cet appel à participation, pourquoi le publiciste ne donna-t-il que si peu de renseignements sur le journal dans le prospectus alors que celui-ci devait susciter l’envie de le lire et surtout d’y souscrire, l’usage voulant notamment que soient précisées les thématiques privilégiés par le périodique ? En baptisant son journal « diable », Anastasio Navas Martín expliqua à ses lecteurs que le diable n’étant pas quelqu’un à qui l’on peut se fier, il n’oserait donc rien offrir sachant pertinemment qu’on ne le croirait pas, tout comme il ne donnerait que peu et rien de très bon « parce que l’on sait ce que peut donner un diable »62. Il précisa également que sa périodicité aléatoire était aussi due au fait qu’un diable n’avait pas pour habitude d’avoir d’obligations et qu’il ne savait pas ce qui pouvait se passer dans l’autre monde63. Aussi, pour avoir une idée de son contenu, le rédacteur encourageait simplement les lecteurs à l’acheter promettant que s’ils n’étaient pas satisfaits, il changerait de métier64.

  • 65 Ibid. : « Como Diablo no dejará de sacar la pata alguna vez para tentar a los buenos […]°».
  • 66 «°Tentación°», in Diccionario de Autoridades, Tome VI, Imprenta de la Real Academia Española, 1739, (...)
  • 67 « Diablo », in Diccionario de Autoridades, Tome III, Imprenta de Real Academia Española, 1732, p. 2 (...)
  • 68 Ibid., Tome V, « El Orador Evangélico, que predica o declara la palabra de Dios. Sale del Latino Pr (...)
  • 69 DUFOUR, Gérard, Sermones revolucionarios del Trienio Liberal (1820-1823), Alicante, Instituto de Cu (...)
  • 70 Ibid., pp. 23-53.
  • 71 DP, n° 1, p. 4 : «°el evangelio político°».

18Mais malgré ce ton ironique et sarcastique avec lequel s’ouvrait le premier numéro du journal et le peu d’informations quant au contenu d’El Diablo predicador, ce dernier n’était pas dénué d’objectifs. En effet, le « diable », outre le titre du journal, était également le surnom qu’Anastasio Navas, en tant que principal rédacteur du périodique, s’était attribué. Aussi son but était de n’avoir de cesse de « tenter les gens de bien »65. Ce fut donc par la tentation66 que le publiciste voulait rallier à sa cause les libéraux et de fait, il voulait se faire « l’avocat du Diable » en devenant « un adversaire et un calomniateur »67 de ses opposants politiques. Il s’agissait également par l’entremise de son journal de renforcer dans leur opinion ceux qui étaient déjà tout acquis à la cause anticonstitutionnelle en utilisant, du moins dans un premier temps, l’arme des ecclésiastiques, le prêche puisqu’il s’était également attribué le titre de « prédicateur ». Un terme antinomique avec celui de diable car le prédicateur est « l’Orateur Évangélique, qui prêche ou déclare la parole de Dieu »68. Ainsi, Navas ou plutôt le diable, utilisa le sermon, « premier "mass media" de l’Ancien Régime »69 qui avec la Guerre d’Indépendance puis le Triennat libéral ne cessa de mêler religion et politique70 pour donner son avis sur les avancés libertaires promulguées par « l’évangile politique »71 et pour distiller ses idées en matière de politique et de religion. De fait, les numéros un à six s’ouvrirent par un long article, sans titre et simplement précédé de l’intitulé de la section : « Sermon ».

  • 72 DP, n° 7, pp. 49-50 : « Hoy no hay Sermón, porque nos hemos visto precisados a complacer a una seño (...)
  • 73 DP, n° 24, pp. 185-191.
  • 74 DP, n° 1, pp. 7-8; n° 2, pp. 11-12°; Ibid., pp. 12-13°; Ibid., pp. 13-16°; n°3, p. 23° ; Ibid., pp. (...)
  • 75 DP, n° 4, pp. 31-32°; n° 5, p. 39.

19Ce fut avec le numéro 7 que, pour « rendre heureuse une jeune fille » qui l’avait supplié de publier dans le journal un article,72 cette première section disparut pour laisser place à de nombreuses chroniques rédigées par le rédacteur en relation avec ses mésaventures, les évènements survenus à Madrid au début de l’année 182173 ou à des articles qu’il avaient reçus et qu’il publia sous le titre d’ : « Artículo comunicado » ou « Artículo remitido », comme dans le cas de la Nieta, surnom que s’était donné la jeune fille dans le numéro 7. Cette section, conformément au désir d’Anastasio Navas de donner la parole à ceux qui le désiraient, parut dès le premier numéro. Cependant, ces papiers étaient-ils réellement le fruit de lecteurs ou étaient-ils apocryphes ? Sur les 17 articles « envoyés » à El Diablo predicador, 15 furent signés d’un pseudonyme ou en ayant recours a des initiales74 et deux ne comportent aucune indication d’auteur75. Toutefois, si ces envois anonymes ne durent poser aucun problème à Navas puisqu’il se faisait fort d’affronter les quolibets de ses détracteurs à la place de ses correspondants, dans le numéro 5, Navas publia l’« Avis » suivant :

  • 76 DP, n° 5, p. 40 : «°AVISO. Se nos ha remitido por el correo un artículo bajo el nombre de Uno, que (...)

« Il nous a été transmis par courrier un article signé Quelqu’un, qui compte tenu du sujet traité ne peut être publié sans que son auteur se fasse connaître, aussi, nous publions cet avis pour qu’il vienne le signer s’il en a envie »76.

20En publiant les productions de ses lecteurs, en les faisant participer à la rédaction du journal, le publiciste, en fait, essayait de fidéliser une clientèle dont la survie du périodique dépendait. Cependant, si les correspondances démontrent que Navas était arrivé à convaincre une partie de son lectorat de s’exprimer par l’entremise de son périodique, l’anonymat gardé par les contributeurs montre également qu’ils étaient peu enclins, sans nul doute par peur de représailles, à voir leur nom figurer dans un périodique largement controversé, car n’adhérant pas au nouveau système politique.

21Malgré ce, aux dires d’Anastasio Navas, El Diablo predicador rencontra un certain succès puisqu’il précisa dans une note publiée dans le numéro 3 que :

  • 77 Un article remis par El Holgazán porte la date du 16 juin 1820 dans ce même numéro 3 du DP.
  • 78 DP, n° 3, p. 24 : «°Siendo infinitos los amigos que el diablo tiene en todas partes, y no menos los (...)

« Les amis que le Diable a en tous lieux sont si nombreux, tout comme ceux qui désirent correspondre avec lui, ainsi que les articles que l’on nous remet pour les publier dans notre Journal, qu’il nous est impossible de contenter tout le monde comme nous le désirerions. C’est pourquoi, pensant qu’en peu de mots l’on pourra bien souvent dire tout ce qu’ils contiennent d’utile, il semble qu’il sera opportun d’en résumer beaucoup, et ainsi l’on vérifiera dorénavant dans ce cas précis qu’ils n’aient pas une note qui dise : ne pourra pas être résumé. Cette même règle sera suivie avec ceux que l’on nous a déjà remis, à moins que leurs auteurs ne viennent avant le 22 de ce mois [juin probablement77] pour y apposer la note mentionnée »78.

  • 79 «°Extracto de un artículo comunicado°», in DP, n° 4, pp. 31-32.

22Si Navas dut quelque peu forcer le trait quant à la diffusion dont bénéficia El Diablo predicador ainsi que sur le nombre de ses lecteurs et de ses correspondants, il appliqua néanmoins dès le numéro suivant la règle qu’il venait d’établir. Ainsi, dans le numéro 4 parut un article totalement anonyme sous le titre de section : « Résumé d’un article qui nous est parvenu »79.

  • 80 DP, n° 3, p. 24.
  • 81 DP, n° 5, pp. 39-40.
  • 82 DP, n° 13, pp. 101 ; n° 15, pp. 118-119°; n° 20, pp. 147-154.
  • 83 DP, n° 13, pp. 97-100.
  • 84 DP, n° 2, p. 16.
  • 85 DP, n° 3, p. 20; n° 6, p. 45.
  • 86 DP, n° 4, p. 29.
  • 87 DP, n° 17, p. 136.
  • 88 DP, n° 4, p. 32.
  • 89 DP, n° 12, p. 96.
  • 90 « Cortes », in DP, n° 9, pp. 67-69 ; n° 10, pp. 78-80 ; n° 11, pp. 83-87°; n°12, pp. 94-95 ; n° 13, (...)

23En outre, si les billets des lecteurs permettaient de noircir habilement les pages du journal, sans trop d’efforts pour le rédacteur, El diablo predicador comportait également d’autres sections. En effet, après les « sermons » et « articles communiqués », Navas consacra diverses rubriques aux productions littéraires. Tout d’abord, celles réalisées par ses lecteurs ou lui-même en publiant des sonnets80, contes81 ou fables82, voire des histoires83 dont la teneur était bien évidemment politique. Comme nombre de ses confrères, El Diablo… fit la part belle aux publications périodiques valenciennes, qu’il présenta parfois en termes peu élogieux, sous des titres tels que : « Producciones del Turia »84, « Periódico Nuevo »85 ou encore « Periódicos de esta ciudad [Valence] »86. En plus des journaux, Anastasio Navas présenta dans une section qui clôturait le journal, les productions littéraires du moment dans une section intitulée « Literatura » ou « Impresos ». Ces annonces de librairie qui n’étaient pas systématiques, laissèrent parfois la place à des petites annonces sous les titres « Avis » (« Aviso ») et « Ventes » (« Ventas »)87 pour faire savoir que l’on pouvait se procurer des miniatures en ivoire, des reproductions des meilleurs tableaux de Rome88 ou une « Gravure » (« Grabado ») qui représentait l’un des héros de la Guerre d’Indépendance, le capitaine général Luis Lacy89. Enfin, tout comme bon nombre de ses confrères, le Diablo predicador n’oublia pas de rendre compte des sessions quotidiennes des Cortès dès leur ouverture, dans les numéros 9 à 1490 en début ou au milieu du journal.

24Ainsi, bien que constitué de sections fixes (du moins dans les premiers numéros) et récurrentes (articles remis par les lecteurs et annonces de librairie), El Diablo predicador semble parfois être un assortiment d’articles de lecteurs et de réflexions ironiques et sarcastiques d’Anastasio Navas Martín lancées au gré de ses humeurs, quand le journal ne servait pas à défendre ses propres intérêts ou ceux de son régiment. Mais malgré ce, comme le rédacteur l’avait spécifié dans sa présentation, il entendait bien prendre part au débat politique par le bais de sa publication. Et, ce fut ce qu’il fit notamment en matière de religion.

III – Quand le Diable se mêle de Religion

  • 91 Constitución política de la Monarquía Española. Promulgada en Cádiz a 19 de Marzo de 1812, Cádiz, I (...)

25Parmi les débats qui agitèrent les sessions ordinaires et extraordinaires de l’Assemblée et qui divisèrent la population et surtout le clergé, figuraient ceux ayant trait aux questions religieuses, héritage des Cortès de Cadix. Il ne s’agissait en aucune manière de remettre en cause la foi et la religion catholique. L’article 12, Titre 2 de la Constitution précisait d’ailleurs que « L’unique vraie Religion de la Nation espagnole est et sera perpétuellement catholique, apostolique et romaine. La Nation la protège par des lois sages et justes, et interdit l’exercice de toute autre »91. Néanmoins, il s’agissait de réformer l’Église d’Espagne. Ainsi, au cœur des discussions figuraient les réformes relatives aux ordres monastiques, aux rentes du clergé (avec la dîme) ou la remise en cause du pouvoir temporel du pape. Quant à l’abrogation de l’Inquisition déjà proclamée avec le rétablissement de la Constitution, si elle ne fit pas l’objet de discussions des Cortès, elle provoqua cependant de vifs débats au sein de l’opinion publique. Bien évidemment, le rédacteur du Diablo predicador ne se priva pas de donner son avis en matière de religion dans ses prêches et divers articles. Mais, ce furent surtout les annonces de livres qu’il publia qui, sans conteste, illustrèrent au mieux la pensée d’Anastasio Navas en matière de politique de religieuse.

1 – Sermon et article du Diable

  • 92 Voir à ce sujet DUFOUR, Gérard, Sermones revolucionarios del Trienio liberal (1820-1823), op. cit., (...)
  • 93 Ibid., p. 12.
  • 94 Ibid., p. 37.

26Obligatoire pour prêcher la bonne parole lors des messes dominicales ou des jours fériés, auxquelles tout bon chrétien se devait d’assister92, le prêche ou le sermon fut largement utilisé par les ecclésiastiques comme arme politico-religieuse aussi bien durant la Guerre d’Indépendance que durant le Triennat libéral pour combattre la Constitution. En outre, si ne pas assister régulièrement à la messe pouvait constituer une suspicion d’hérésie, y assister était également un acte social pour voir et être vu93. Ce qu’eurent tôt fait de comprendre les libéraux qui, pour tenter de museler les ecclésiastiques hostiles à la Constitution, les obligèrent, grâce au Décret royal du 24 avril 1820, à expliquer la Constitution aux fidèles durant les offices94. Anastasio Navas en tant que Diable prédicateur, n’hésita donc pas à l’utiliser également comme arme politique.

  • 95 « Tercer sermón », in DP, n° 3, pp. 17-19.
  • 96 Ibid., p. 17 : « Permitidme, Padres de la Patria, a quienes debía también dirigir hoy mi palabra [… (...)

27Ainsi, consacra-t-il son « Troisième sermon »95 à une vive critique à l’encontre du Saint-Office, en n’oubliant pas d’écorcher au passage les libéraux, « Pères de la Patrie », à qui il s’adressait96. Il s’insurgea tout d’abord contre le fait que malgré la suppression de l’Inquisition, suite au rétablissement de la Constitution, la Municipalité de Valence n’avait toujours pas fait disparaître les symboles figurant sur l’édifice qui abritait le sombre Tribunal :

  • 97 Ibid. : « Todavía subsiste sobre la primera puerta de la Casa negra de esta Ciudad la piedra blanca (...)

« Il subsiste encore [disait-il] sur la première porte de la Maison noire de cette Ville, la pierre blanche sur laquelle est gravée l’Exurge Domine, judica causam tuam. Il subsiste encore sur la porte intérieure le blason avec l’épée sans fourreau à côté de la Croix, et la terrible inscription : Tribunal Apostolique et Royal de la Sainte Inquisition. N’y aura-t-il pas à Valence un tailleur de pierre et un maçon qui fassent disparaître ces souvenirs de la barbarie de cette poignée de fanatiques, dont vous étiez contraints à qualifier la fonction de sainte »97.

  • 98 Ibid. : « esos miserables ministros ».
  • 99 LLORENTE, Juan Antonio, Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne, depuis l’époque de son établi (...)
  • 100 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del Rey Intruso, Prensas de la Universidad de Za (...)
  • 101 Idem., pp.  220-222.
  • 102 « Tercer sermón », in DP, n° 3, p. 17 : « […] por espacio de trescientos treinta y nueve años ; en (...)
  • 103 DUFOUR, Gérard, Clero y sexto mandamiento. La confesión en la España del siglo XVIII, Valladolid, Á (...)

28Dès les premières lignes de ce sermon, le rédacteur exprimait toute son aversion envers « ces misérables ministres »98 qui, sous prétexte d’être garants de la foi catholique, apostolique et romaine, n’étaient en réalité que des fanatiques religieux dont la sainteté n’avait d’égal que la barbarie qu’ils avaient perpétrée au nom de la religion. Aussi, en guise d’exemple, Navas rappela-t-il, en s’appuyant sur des chiffres tirés de l’Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne de Juan Antonio Llorente99, que l’Inquisition qui, avait sévi plus de 339 ans, n’avait fait pas moins de 341 518 victimes (dont 32 382 condamnées au buché en personne, 17 686 brûlées en effigie et 291 450 condamnées à la prison), sans distinction de classe sociale. Des chiffres d’autant plus irréfutables et gênants pour les partisans du Saint-Office, que Llorente s’était servi, pour justifier ses calculs, des archives de l’Inquisition sur lesquelles il avait mis la main lorsqu’il fut nommé Directeur des Biens Supprimés puis des Biens Nationaux sous le gouvernement de Joseph Ier en 1808 et 1809100 ou qu’il avait simplement emporté lors de campagnes de recherches101. Un argument de poids pour démontrer à tous ceux qui défendaient cette institution qu’elle n’avait de « saint » que le nom, compte tenu du nombre de crimes qu’elle avait commis pour garantir la pureté de la foi en s’appuyant sur la délation. Une infâme pratique que l’Inquisition avait mise en place pour préserver la pureté du dogme catholique et fondée sur la peur de se voir à son tour condamné pour avoir fermé les yeux sur une suspicion d’hérésie102. Aussi, nul n’était à l’abri de tomber entre les griffes des inquisiteurs et d’être tenu pour hérétique qu’elles qu’en fussent les raisons. L’une d’entre elles et, sans conteste, la plus importante était de ne pas s’être confessé durant la Semaine Sainte103, ce que Navas expliqua non sans ironie :

  • 104 « Tercer sermón », in DP, n° 3, p. 18°: «  […] el que en vida no había querido pagar una bula, entr (...)

« celui qui, en vie [disait-il], n’avait pas voulu payer une bulle, entrer dans une confrérie ou payer avec le morceau de lard frit le Prédicateur de la Semaine Sainte, devait être perpétuellement attaché après avoir été enfermé ou réduit en cendres »104.

  • 105 DUFOUR, Gérard, Clero y sexto mandamiento…, op. cit., p. 17.
  • 106 « Tercer sermón », in DP, n° 3, p. 18° : « Un Pintor que no quiso tapar con una hoja de higuera la (...)
  • 107 Ibid., p. 18 : « ¿°os parecerá que estos herejotes fueron otros tantos Arrios, Calvinos y Luteros°? (...)
  • 108 Ibid., p. 17°: « […] recordaos la conducta de esos miserables ministros, que abusando de la Religió (...)
  • 109 Ibid., p. 18°: « Las expresadas víctimas tendrían bienes y propiedades, porque los delitos encargad (...)
  • 110 Ibid., pp. 18-19°: « Conozco muy bien la necesidad que tenéis de reconciliaros para evitar que vuel (...)
  • 111 Ibid., p. 19°: « Contemplación, condescendencia y generosidad para lo pasado hasta la época de vues (...)

29Pour autant, ce grave manquement face au « Tribunal de la pénitence »105 était bien loin de constituer l’unique délit. En effet, le publiciste se plut à remémorer à ses lecteurs, dans une liste non exhaustive, les fautes diverses et variées, parfois incongrues, commises par les pécheurs tombés sous le joug du Saint-Office. Ainsi, trouvait-on pêle-mêle : « le Peintre d’un tableau qui représentait la métamorphose de la côte d’Adam qui ne voulut pas couvrir d’une feuille de figuier la partie la plus gracieuse et qu’il avait travaillé avec le plus d’habileté », « un Poète qui osa appeler son tourment adoré divine », « une jeune fille qui avait le maudit vice de dormir sans chemise de nuit » ou encore « une Bienheureuse qui jeta le tisonnier avec rage sur le chat et lui dit maudit sois-tu »106. Toutes ces personnes étaient-elles des ennemis de la vraie religion comme l’étaient les partisans d’Arius, de Calvin ou de Luther, de grands hérétiques ? s’interrogea-t-il. Rien de tout cela !107 En réalité, avec ces exemples, Navas voulait démontrer que les inquisiteurs s’étaient faits maîtres de la vie des Espagnols, de leur honneur en abusant leur crédulité selon des règles qu’ils s’étaient eux-mêmes fixés108. Cette utilisation outrancière de la religion, sous prétexte de garantir la foi, n’avait, selon Navas, d’autre but que l’enrichissement du Saint-Office par le biais de la saisie des biens des hérétiques, puisque, disait-il, « dans une bonne guerre, le butin est juste ». Une mesure qui visait également à ne pas exposer les descendants des suppliciés à l’hérésie par des biens apparemment contaminés109. Ainsi, Navas laissait entrevoir non seulement toute l’absurdité des procès réalisés par le Saint-Office, mais aussi l’hypocrisie dont firent preuve les inquisiteurs. Somme toute, si dans ce sermon le publiciste dénonçait les abominations commises par le Saint Tribunal justifiant ainsi sa disparition auprès de ses plus farouches défenseurs, ce texte était également destiné aux libéraux. En effet, Anastasio Navas les invitait à ne pas s’opposer sur le sujet mais à agir avec bienveillance à l’encontre des anciens inquisiteurs afin qu’ils s’aperçoivent de leur mauvaise conduite et de leurs erreurs110. Aussi, préconisait-il d’agir avec « égard, condescendance et générosité envers le passé » et « vigilance, exactitude et vigueur pour respecter et soutenir les nouvelles institutions » ce qui était, disait Navas, « les pôles autour desquels devaient tourner la roue de [leur] fortune, s’ils [les libéraux] voulaient fixer leur mouvement pour toujours »111.

  • 112 DP, n° 9, p. 65 : « Una nación envilecida y degradada por muchos siglos de opresión, sumergida en l (...)
  • 113 DP, n° 8, pp. 57-59.
  • 114 Ibid., p. 57°: « […] la masa de bienes, destinada a la subsistencia del clero, es excesiva, pues di (...)
  • 115 Ibid., p. 57 : « carga pesadísima que recae solamente sobre la profesión más útil de la sociedad, y (...)
  • 116 Ibid. : « Este desorden ya no debe tolerarse por más tiempo en el estado°: porque choca y pugna con (...)
  • 117 Ibid., pp. 57-58 : « La magnificencia de los edificios, la abundancia, comodidad, regalo y fausto d (...)
  • 118 Ibid., p. 58 : « […] al paso que un Canónigo, cuya obligación está reducida principalmente a la asi (...)
  • 119 Ibid., p. 58-59 : « […] el Gobierno debe […] también cortar a la raíz los abusos introducidos°; no (...)
  • 120 Ibid., p. 58 : « Los Arzobispados, cuyo cargo y obligaciones deben ser iguales, ¿por qué no habían (...)
  • 121 Ibid., p. 58 : « Pues yo no encuentro ninguna dificultad, entes me parece que sería muy arreglado, (...)
  • 122 Voir à ce sujet, DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del Rey Intruso, op. cit., p. 2 (...)
  • 123 Ibid., p. 30.
  • 124 DP, n° 8, p. 58 : « No hay cosa más justa que destinar las catedrales como casa de retiro para los (...)
  • 125 Ibid., p. 58-59 : « Estas y otras reformas necesita sufrir el Clero español, para nivelarle con las (...)

30Après avoir dépeint une Inquisition qui avait fait de l’Espagne « [u]ne nation avilie et dégradée par de nombreux siècles d’oppression, plongée dans la plus crasse ignorance [et] dominée par le fanatisme »112, Navas, non plus dans un sermon mais dans un article ouvrant le numéro 8113, s’attacha à donner son point de vue en matière de politique religieuse et tout particulièrement sur la réforme du clergé. Bien loin d’être antireligieux, voire athée, puisqu’il pensait que les ecclésiastiques étaient utiles à la nation, il considérait cependant qu’une réforme était nécessaire. En tout premier lieu, il s’insurgeait contre l’immense et excessive richesse que l’Église espagnole avait accumulée au fil des siècles, par donation ou héritage testamentaire et, en second lieu, contre la dîme, « tribut monstrueux » auquel étaient soumises quasiment toutes les terres de la monarchie114 et majoritairement supporté par une seule partie de la population, le peuple, main d’œuvre la plus utile pour et de la nation115. Si Navas expliquait que le gouvernement, à qui il s’adressait également dans cet article, devait protéger cette classe de la population en promulguant des lois pour le bien de la nation, il démontrait également que la richesse du clergé n’était, ni compatible avec la misère du peuple, ni digne d’une nation éclairée116. En réalité, Navas ne jetait pas l’opprobre sur les prêtres, ecclésiastiques, selon ses dires, les plus laborieux et nécessaires à la population, travaillant pour le bien spirituel des paroissiens et vivant dans la privation mais plutôt sur les hautes sphères du clergé : archevêques, évêques, chanoines, qui vivaient dans le luxe117 et nullement en accord avec les vœux de pauvreté et de charité qu’ils avaient prononcés lors de leur ordination. Plus encore, en ce qui concernait les chanoines, Navas les réduisait à de simples chanteurs puisqu’ils s’occupaient des chœurs, sans autre mérite que d’avoir accédé à cette dignité grâce à la faveur ou l’intrigue118. Loin de ne présenter qu’une simple et acerbe critique de l’Église espagnole, le publiciste proposa également des solutions que le gouvernement se devait d’entreprendre pour la réformer et « couper les abus à la racine »119. Il évoqua ainsi la question de la rétribution des archevêques, évêques et chanoines qui en fonction de leur siège ne percevaient pas les mêmes rentes alors que, comme le soulignait très justement Navas, leurs charges et obligations étaient les mêmes quel que soit l’archevêché ou l’évêché120. Aussi proposait-il, comme changements substantiels, que tous ces dignitaires perçoivent une même rente, proportionnelle à leur rang au sein de l’Église mais aussi que tous possèdent sous leur juridiction un même nombre de suffragants et de paroisses, ce dernier point engendrant de fait un redécoupage administratif et juridictionnel de l’Espagne au niveau ecclésiastique121. Ce plan de réforme de l’Église proposé par Navas n’allait pas sans rappeler El Reglamento para la Iglesia española rédigé par Llorente le 30 mai 1808 et remis à Napoléon122. L’adhésion d’Anastasio Navas aux idées de Juan Antonio Llorente pour une uniformisation de l’Église d’Espagne sous entendait donc que le publiciste adhérait également pleinement au système de la France impériale sur lequel Llorente s’était appuyé pour écrire El Reglamento…123. L’autre proposition du rédacteur du Diablo predidicador était de récompenser les ecclésiastiques méritants, particulièrement les prêtres qui avaient consacré leur vie pour le bien public, en leur réservant des dignités dans les cathédrales comme maison de retraite124. Et de conclure que ces réformes que devaient subir le clergé étaient nécessaires pour le mettre au même niveau que les autres classes sociales de la nation, tout en sachant pertinemment que cette réforme serait de longue haleine125.

  • 126 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., p. 375 p.

31Ce sermon et cet article en rapport avec l’abrogation de l’Inquisition et la réforme du clergé démontrent qu’Anastasio Navas s’appuya, pour affirmer ses idées en matière de politique religieuse, sur les ouvrages de l’une des figures les plus importantes du libéralisme chrétien, Juan Antonio Llorente126. Par ailleurs, bien qu’hostile pour ne pas dire opposé à la Constitution, il était aussi bien loin de partager l’ensemble des idées conservatrices de l’Ancien Régime et par conséquent d’être l’ultraroyaliste dépeint par ses confrères publicistes. Et cela fut encore plus flagrant avec les ouvrages annoncés dans El Diablo Predicador.

2 – Les ouvrages de politique religieuse et de discipline ecclésiastique annoncés dans El Diablo Predicador

  • 127 Voir à ce sujet CAVAILLON GIOMI, Joan, Le Monde de l’édition sous le règne de Charles IV (1789-1808 (...)
  • 128 MUÑOZ SEMPERE, Daniel, « La libertad de imprenta y la abolición de la Inquisición », in LARRIBA, El (...)

32Héritage du XVIIIe siècle, les notices bibliographiques publiées dans la presse, jouèrent un rôle considérable dans la diffusion de ce qui fut le premier vecteur de propagation des Lumières en Espagne, les livres. Toutefois, si à la fin du siècle de la Raison, la publicité des imprimés, largement encouragée par la couronne, avait, entre autre, pour objectif de dévoiler au plus grand nombre de lecteurs les dernières avancées réalisées dans les domaines littéraires, scientifiques et techniques, l’impression des ouvrages était étroitement contrôlée par la censure (gouvernementale et inquisitoriale) et la lecture orientée par les autorités en place. Tout ouvrage se devait d’être utile et pédagogique pour connaître l’honneur des presses127. Maintenant la censure à la fois gouvernementale et inquisitoriale, le règne de Ferdinand VII n’eut rien à envier à celui de ses prédécesseurs en matière de contrôle des imprimés. Néanmoins, la parenthèse constitutionnelle de la Guerre d’Indépendance (1808-1813) avec la proclamation de la liberté d’imprimerie par les Cortès le 10 novembre 1810 permit pour la première fois de légiférer sur la liberté d’expression jusqu’alors muselée128. Dès lors les livres, tout comme la presse d’ailleurs, acquirent une dimension politique reflétant les sujets débattus lors des sessions des Cortès et les divisions qui y régnaient. La deuxième parenthèse constitutionnelle qui s’ouvrit avec le Triennat libéral, raviva cette liberté d’expression que Ferdinand VII s’était fait fort de bâillonner à nouveau en 1814. Ainsi, nombre d’ouvrages interdits durant le sexenio absolutista (1814-1820) retrouvèrent le chemin des presses.

  • 129 Tous les livres annoncés dans le Diablo predicador (nous écartons ici les périodiques) étaient vend (...)

33Dans le Diablo predicador, les annonces de librairie revêtaient un double enjeu. D’une part, dans un échange de bon procédés, faire étalage des ouvrages que les imprimeurs-libraires Domingo et Mompié (uniques vendeurs du journal) possédaient en magasin129. Et d’autre part, refléter les idées politico-religieuses de Navas.

34Parmi les 82 notices bibliographiques publiées dans le périodique, 30 annoncèrent un ouvrage portant non pas uniquement sur la religion stricto sensu mais aussi sur des thématiques liées à la politique religieuse et à la discipline ecclésiastique, soit une représentation de 36,58 % et une moyenne de 1,2 annonce par numéro.

Source : El Diablo Predicador (1820-1821). Élaboration personnelle.

  • 130 DUFOUR, Gérard, Sermones revolucionarios del Trienio Liberal (1820-1823), op. cit., p. 7°: « […] la (...)

35Le diagramme démontre, comme nous l’avons spécifié précédemment, que les annonces de librairie n’étaient pas systématiques. Il en était de même pour les livres en relation avec la politique religieuse. Par ailleurs, l’on constate que ces derniers ouvrages, bien qu’apparaissant avec le numéro 8 ne devinrent récurrents qu’à partir du numéro 15. Une répartition somme toute disparate à l’image du journal tout comme les annonces de librairie d’ailleurs qui ne se présentèrent pas toutes sous la même forme. En effet, si l’une des constantes fut l’inclusion des lieux de vente pour se procurer l’œuvre (commerce oblige), dans de nombreux cas les auteurs et/ou les traducteurs ne furent pas mentionnés, de même que ne figuraient pas systématiquement des commentaires circonstanciés pour susciter l’envie de lire les ouvrages proposés. Néanmoins, il y a fort à penser que ces ouvrages ainsi que leurs auteurs, dans la majorité des cas, devaient être bien connus du public et, ce, malgré la censure qui avait été exercée jusqu’alors. En outre, si Navas avait fait le choix de ne mentionner qu’une seule œuvre par notice, le nombre total de titres réellement annoncés, en tenant compte des réitérations et des numéros de revues, est réduit à 20. Enfin, preuve que les imprimés faisaient encore trembler plus d’un esprit, la « Commission ecclésiastique pour les affaires d’Espagne, créée au sein de la Curie Romaine en 1820, déclara, par la voix de Monseigneur Du Mont, que les espagnols ne pouvaient pas prêter serment de fidélité à la Constitution de 1812, récemment jurée par […] Ferdinand VII, car celle-ci établissait la liberté d’imprimerie »130. Pourtant, ce fut bel et bien par et grâce aux imprimés qu’Anastasio Navas Martín essaya d’illustrer ses dires et sa pensée en matière de politique religieuse.

a – La démonstration que la religion est compatible avec la Constitution

  • 131 DP, n° 22, p. 176 : « En esta homilía manifiesta este prelado su espíritu e ideas liberales, excita (...)

36Assurément, pour Monseigneur Du Mont et le Vatican, Constitution et religion ne faisaient pas bon ménage. Pourtant, comble de l’ironie, avant d’être élu pape en 1800, sous le nom de Pie VII, le cardinal Grégoire Chiaramonte de son vrai nom, alors qu’il était évêque d’Imola en République Cisalpine, s’adressa, en 1797, à ses fidèles à travers une longue homélie dans laquelle il démontrait que les idées libérales de la République pouvaient être compatibles avec la religion. Ce sermon publié sous la forme d’un résumé en 1820 sur les presses valenciennes de Domingo et Mompié, sous le titre Extracto de la Homilia del ciudadano Cardenal Chiaramonte, obispo de Imois (sic), hoy Pío séptimo, soberano Pontífice, a los pueblos de su diócesis en la República Cisalpina, año 1797, n’avait d’autre but, comme stipulé dans les commentaires insérés dans l’annonce, que de faire taire les détracteurs de la Constitution, notamment les ecclésiastiques et tout particulièrement l’archevêque du diocèse de Valence, Fr. Veremundo Arias de Texeiro, mais aussi de réduire à néant les dires de Pie VII131. En réalité, la controverse ou plutôt le schisme entre la curie romaine et les chrétiens libéraux espagnols ne tenait pas au fait que Pie VII reniait la compatibilité entre la religion et la Constitution mais plutôt, comme nous le verrons avec les différentes œuvres proposées, à leur volonté de soustraire les hauts dignitaires de l’Église d’Espagne à l’autorité temporelle du pape.

b – La justification de l’abrogation de l’Inquisition

  • 132 DP, n° 13, p. 103 : « […] da una idea más aproximada que cuantos escritos modernamente se han publi (...)
  • 133 DP, n° 22, p. 176.
  • 134 Ibid. : « Contiene ahora una advertencia preliminar relativa a la cruel persecución que durante cua (...)

37En ce qui concerne le Saint-Office, si Navas s’était exprimé à son sujet dans son troisième sermon, il n’en oublia pas pour autant d’annoncer nombre d’ouvrages dans le but de justifier son abrogation. Ainsi, annonça-t-il la réédition de la Relación histórica del auto general de fe que se celebró en Madrid en el año de 1680 con asistencia del Rey Don Carlos II, fiel y literalmente reimpresa de la que publicó en el mismo año Josef del Olmo, alcalde y familiar del santo Oficio, ayuda de la furriela de S. M., y Maestro del Buen Retiro y villa de Madrid, l’œuvre de Leandro Fernández de Moratín, Auto de fe celebrado en la ciudad de Logroño los días 7 y 8 de noviembre del año de 1610, publiée en 1812 et ayant sans nul doute contribuée à ouvrir la voie à la multiplication de ce type de publications. La Relación histórica… se voulait être une preuve irréfutable de ce que l’Inquisition était une offense à la religion de par les abominations qu’elle avait commises lors des autodafés et qui étaient relatées dans l’ouvrage. Présentée comme un document irrécusable de par son authenticité, Navas encourageait vivement ceux qui défendaient farouchement le Saint-Office à la lire132. Autre ouvrage en la matière, l’Apéndice al dictamen sobre el tribunal de la Inquisición, que en las Cortes celebradas el año de 1813, dio el Dr. D. Antonio Josef Ruiz de Padrón, diputado por las islas de Canarias, qui fut réédité pas moins de deux fois au cours de l’année 1820133. Cette allocution prononcée devant les Cortès en 1813 par l’ecclésiastique et qui plus est, qualificateur du Saint Tribunal, Antonio José Ruiz de Padrón, comme indiqué dans le titre, fut une véritable exhortation pour encourager l’Assemblée à se prononcer pour la suppression du Tribunal. Cette prise de position lui valut par ailleurs nombre de démêlés avec la justice relatés dans l’« Avertissement préliminaire » de l’édition annoncée dans El Diablo predicador134.

  • 135 Apéndice al dictamen sobre el tribunal de la Inquisición, Que en las Cortes celebradas el año de 18 (...)
  • 136 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, Alicante, (...)
  • 137 Ibid., p. 183.
  • 138 Ibid., p. 187.
  • 139 Ibid., p. 209-212.
  • 140 DUFOUR, Gérard, « El Santo Oficio de la Inquisición como revelador de la crisis del Antiguo Régimen (...)
  • 141 Voir à ce sujet : « Sesión del día 30 de marzo de 1813°», in Diario de las discusiones y actas de l (...)

38En réalité, bien plus que de dénoncer les horreurs commises par le Saint-Office et contraires à la religion, il s’agissait par ces œuvres, et tout particulièrement l’allocution de Padrón, de démontrer que le roi d’Espagne n’avait aucun pouvoir sur cette institution puisqu’elle était placée sous l’autorité papale. De fait, le monarque était non seulement soumis au Saint-Office mais aussi par sa seule présence au Pape. Aussi, Olmo et Padrón justifiaient-ils sa disparition afin que le roi retrouvât toute autorité dans ses territoires. Il s’agissait donc, ni plus ni moins, que de supprimer le pouvoir temporel du pape. Plus encore, l’auteur du Dictamen sobre el Tribunal de la Inquisición, justifiait à la fois l’abolition de l’Inquisition et la suppression du pouvoir temporel du successeur de Saint-Pierre, par le fait que les évêques étaient ceux qui défendaient la foi dans leur diocèse et qu’ils étaient de fait sur le même pied d’égalité que l’évêque de Rome135. Bien évidemment, il ne s’agissait en aucun cas de nier le pouvoir spirituel de ce dernier ni qu’il représentait l’Église catholique, apostolique et romaine dans le monde. À vrai dire, ces idées n’étaient pas nouvelles puisque depuis le XVIIIe siècle, les ilustrados se battaient pour maintenir les droits du roi et de fait éviter l’ingérence de l’Inquisition et par de la même de Rome dans les affaires d’état, défendre les droits des évêques et soumettre l’action des inquisiteurs au droit commun136. En d’autres termes, il ne s’agissait ni plus ni moins que de défendre l’épiscopat espagnol pour défendre les droits régaliens137. Si les plus fervents défenseurs de cette pensée janséniste n’étaient autres que Jovellanos et Urquijo, pour ne pas affronter frontalement l’Inquisition, ce dernier proposa, la création de « Conseils de l’Inquisition » composés de chanoines et de l’évêque, membre essentiel de ce conseil protecteur de la foi considéré, dans une certaine mesure, comme « démocratique »138. Ce projet, rapporté lors des sessions des Cortès de Cadix, fut à la demande de Ferdinand VII, imprimé sous le titre d’Informe sobre el tribunal de la Inquisición, con el proyecto de decreto acerca de los tribunales protectores de la religión, presentado a las Cortes generales y extraordinarias por la comisión de Constitución. Mandado imprimir de orden de S. M., à diverses reprises en 1812 et 1813. Acceptés et créés en 1813, ces Tribunaux protecteurs de la Foi, sans l’annoncer clairement, laissaient malgré tout entendre que l’Inquisition était abolie. Pièce maîtresse de cette nouvelle institution, les évêques devenaient les seuls garants du dogme et de l’unité religieuse dans leur diocèse et il leur incombait de délivrer la licence d’impression pour les écrits religieux. Toutefois, à la différence du Saint-Office, ces tribunaux n’avaient aucune compétence pour déclarer une personne hérétique et imposer les peines, de même que pour recueillir les écrits jugés illicites par les évêques et plus encore le pouvoir de les déclarer interdits, cela passant sous la tutelle des juges et des tribunaux civils139. Plus qu’une claire suppression du pouvoir temporel du pape sur l’Église d’Espagne, les Cortès de Cadix imposaient le régalisme à l’épiscopat et de fait contribuèrent plus encore à placer les pourprés sous l’autorité royale en créant de fait une « Église nationale », labeur auquel s’employaient les ilustrados depuis le début du XVIIIe siècle140, ce qui n’alla pas sans faire grincer des dents les ultramontains. Ainsi, en réponse aux ultraroyalistes qui s’érigeaient contre la suppression du Saint-Office, fut de nouveau annoncé en 1820, alors qu’il fut édité en 1812 à Palma de Majorque sur les presses de Miguel Domingo, l’opuscule anonyme de 25 pages, Conferencia de dos liberales o amigos de la Constitución sobre el papel titulado : Vindicación de la Inquisición, escrita por un taquígrafo141.

  • 142 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, op. cit., (...)
  • 143 Ibid., p. 204.
  • 144 Ibid., p. 215.
  • 145 Defensa de las Cortes, y de las regalías de la Nación, en contestación a la instrucción pastoral de (...)

39Mais ce fut surtout la liberté d’imprimerie qui provoqua le mécontentement de bons nombres d’ecclésiastiques qui, réfugiés à Majorque142, attaquèrent les libéraux à grands renforts de pastorales et prirent résolument la défense du Saint-Office. Parmi ces évêques, ceux de Lérida, Tortosa, Barcelone, Urgel, Teruel et Pampelune, furent particulièrement virulents. En effet, ils considéraient que cette liberté d’opinion (somme toute relative) permettrait aux idées « philosophiques » d’entrer dans la Péninsule. En d’autres termes, ils craignaient que l’Espagne n’adopte les idées révolutionnaires françaises qu’ils considéraient antireligieuses et que, par conséquent, s’établisse une certaine tolérance religieuse. Arguant par ailleurs que les idées philosophiques étaient à la source d’un certain recul de la mentalité religieuse, ils accusèrent les députés d’être parfois trop laxistes en matière de censure religieuse143. En réponse à ces attaques, qui constituaient également une claire opposition au régalisme mais aussi une farouche défense de la cause absolutiste144, les Cortès répondirent en 1813 aux six évêques qui avaient trouvé refuge à Majorque avec l’imprimé Defensa de las Cortes, y de las regalías de la Nación, en contestación a la instrucción pastoral de los seis reverendos Obispos refugiados en Mallorca145.

  • 146 Ibid., pp. 189-201.
  • 147 DUFOUR, Gérard, «°¿°Cuándo fue abolida la Inquisición en España°?°», in Cuadernos de Ilustración y (...)
  • 148 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, op. cit., (...)
  • 149 Ibid., pp. 104-107.
  • 150 Ibid., p. 107.

40Toutefois, l’abolition du Saint-Office ne fut que de la poudre aux yeux. En effet, bien que les libéraux démontrèrent que cette institution était incompatible avec la Constitution, inutile pour conserver la foi puisque cela incombait aux évêques, qu’elle portait atteinte au nouveau régime et aux droits des hommes146, la création des Tribunaux protecteurs de la Foi ne fut en réalité qu’un simple changement de nom et une réforme de l’Inquisition, les pouvoirs des inquisiteurs étant simplement transférés aux évêques147. Effectivement, non seulement il s’agissait toujours de faire la chasse aux hérétiques et de les châtier mais aussi, si non d’avoir « l’obligation » de dénoncer toute suspicion d’hérésie, d’avoir toute « action » pour le faire. Plus encore, au niveau de la censure des livres religieux, si l’action de l’Inquisition se situait après la publication de l’œuvre, avec ces tribunaux, elle se plaçait désormais en amont, soit au même niveau que la censure civile, conférant de fait aux évêques plus de pouvoir que par le passé aux inquisiteurs. Enfin, bien que les jugements et sentences des hérétiques fussent placés, en théorie, sous la tutelle des juges civils, ce fut dans la pratique tout le contraire, ces derniers se soumettant aux sentences émises par leurs confrères ecclésiastiques. En d’autres termes, le nom d’Inquisition avait disparu mais pas ses procédés148. Et il en fut de même en 1820, avec la création des deux Juntes diocésaines ecclésiastiques situées à Madrid et à Tolède149. En fin de compte, malgré toutes les allégations pour proclamer la totale disparition du Saint-Office, ni les Cortès de Cadix ni les Cortès du Triennat libéral n’y parvinrent. Il fallut attendre le décret du 15 juillet 1834 durant la régence de la reine Marie Christine pour que l’Inquisition ne figurât plus parmi les institutions espagnoles150.

c – La reforme du clergé régulier

41Si le rétablissement de la Constitution ne constituait nullement, comme nous l’avons vu antérieurement, une remise en cause de la religion catholique, il s’agissait néanmoins de réformer l’Église, de la dépurer en se recentrant sur l’Évangile et en procédant, pour ce faire, à de profonds changements notamment en ce qui concernait le clergé régulier.

  • 151 Memoria de la vida política y religiosa de los Jesuitas, donde se prueba que no han debido volver a (...)
  • 152 GIL NOVALES, Alberto, Diccionario Biográfico de España (1808-1833), op. cit., http://diccionario.hi (...)
  • 153 Proyecto de Decreto sobre el Plan general de enseñanza presentado a las Cortes por la Comisión de I (...)
  • 154 Memoria de la vida política y religiosa de los Jesuitas, donde se prueba que no han debido volver a (...)

42Bien que non présentée comme une réforme des ordres monastiques par les Cortès, une nouvelle expulsion ou suppression de la Compagnie de Jésus, que Ferdinand VII avait rétabli dans la Péninsule, et notamment dans ses fonctions d’enseignement, en 1815, était présentée et demandée dans un livre au titre évocateur publié en 1820 sous la plume anonyme d’Agustín Pérez Zaragoza de Godínez, Memoria de la vida política y religiosa de los Jesuitas, donde se prueba que no han debido volver a España por ser perjudiciales a la Religión y al Estado. Escrita en obsequio de Dios, del Rey y de la Patria, por D. A. Zeper Gazoaraz151. Dans cet écrit de 72 pages, cet afrancesado, qui trouva refuge en France et réconfort dans la religion152, n’eut de mots assez durs pour exprimer son aversion envers les jésuites et justifier leur expulsion en 1767. En effet, Pérez Zaragoza expliquait que la Compagnie n’avait fait que s’enrichir (biens mobiliers, immobiliers, terres…), ce qui était peu compatible avec le vœu de pauvreté que ses membres prononçaient. Plus encore, à grand renfort d’exemples, il démontrait que cet ordre n’avait eu de cesse de créer un état dans l’État pour tenter de se situer non seulement au dessus de la hiérarchie ecclésiastique, mais aussi du roi. Effectivement, cet ordre, rétabli par Pie VII en 1814, en plus des trois vœux de pauvreté, chasteté et d’obéissance en prononçait un quatrième qui n’était autre que celui d’obéissance au pape. Avec ce dernier point relatif à la constitution de la Compagnie, Agustín Pérez dénonçait l’ultramontanisme des jésuites, peu compatible avec la Constitution civile espagnole désireuse de placer l’Église d’Espagne sous l’autorité royale. De plus, en totale contradiction avec la proposition des Cortès, qui par ailleurs ne figure nullement dans le Proyecto de Decreto sobre el Plan general de enseñanza presentado a las Cortes por la Comisión de Instrucción Pública153, il s’opposait fermement à ce que l’enseignement soit dispensé par les membres de la Compagnie qui, disait-il, n’avait par ailleurs jamais répondu aux attentes en professant un enseignement de qualité et utile à la nation antérieurement. Aussi, en guise de conclusion, Agustín Pérez proposait-il de supprimer cet ordre, de séculariser ceux qui étaient prêtres en leur donnant une modeste pension et pour ceux qui ne l’étaient pas, de les renvoyer dans leur famille pour se rendre utile à la nation en exerçant une autre profession car, disait-il, « un homme qui mange et ne travaille pas est une charge pour la société »154. Il s’agissait donc clairement de combattre ces ultramontains qui, dans de nombreux cas, accusaient les libéraux de jansénisme. Somme toute, l’auteur de la Memoria de la vida política y religiosa de los Jesuitas…, en proposant la sécularisation des prêtres voire leur retour à la vie civile afin qu’ils travaillent et se rendent utile à la nation, était en totale adéquation avec le projet de réforme du clergé régulier engagé par les Cortès, qui prévoyait une réduction à la fois du nombre d’ordres et de leurs membres.

  • 155 Ibid., p. 14.
  • 156 Ibid., p. 69-72.
  • 157 Ibid., p. 73 : « Por un lado se disminuiría considerablemente esa masa enorme de bienes amortizados (...)
  • 158 El Español, n° 13 (mars 1813), pp. 177-194.
  • 159 Reforma de los regulares de España, sacada del Español número 30, Cádiz, Imprenta de Lema, 1813, p. (...)
  • 160 Reforma de los regulares de España…, op. cit., p. 8 : «°Si a mí se me preguntase en abstracto si de (...)
  • 161 Ibid., p. 9 : « La opinión pública en España está aún muy lejos de hallarse dispuesta a sufrir la e (...)
  • 162 Ibid., p. 12 : « España necesita de ciudadanos activos, España necesita de aumento en su población, (...)
  • 163 Ibid., pp. 13-16.
  • 164 Ibid., pp. 16-21 : «°Solo la costumbre de ver esas prisiones que llaman asilos de la virtud femenil (...)
  • 165 Ibid., p. 17 : « He aquí no el plan sino algunos de de los pensamientos sueltos que pueden tenerse (...)

43Aussi, dans cette droite ligne, retrouvait-on l’ouvrage publié en 1812, Observaciones histórico-críticas, sobre el monaquismo, los monjes, y la necesidad de su reforma : ilustradas con notas por P. U. P. Z., dans lequel l’auteur remettait en cause, d’une part, le nombre excessif d’ecclésiastiques (149 832 au total, en s’appuyant sur le Censo de Floridablanca de 1787)155 et, d’autre part, d’ordres monastiques ainsi que leur diversité de règle. Un nombre démesuré de religieux qui était préjudiciable non seulement à l’Église mais aussi à la nation. En se centrant plus particulièrement sur son objet d’étude, le monachisme, P. U. P. Z. opposait la vie monacale durant les premiers siècles de l’Église et celle du XIXe siècle. Ainsi, expliquait-il l’évolution de ces ordres qui, vivant, par exemple, au départ de l’aumône, s’enrichirent au fur et mesure pour vivre dans l’opulence et le luxe en possédant des biens mobiliers, immobiliers, terres bien trop grandes et vivant de plus au crochet de la nation avec la dîme. D’où, l’impérieuse nécessité de réformer le clergé régulier. Pour ce faire, il proposa une réforme composée de XXI articles156 dont les résolutions les plus importantes étaient les suivantes : la sécularisation des moines qui n’avaient pas choisi cette voie par vocation (articles I et II), la réduction des ordres et un nombre fixe des membres réguliers des deux sexes (article III) et l’impossibilité de fonder de nouveaux ordres monastiques (article IV), une portion de terrain et de biens appropriés à chaque ordre en fonction du nombre de membres pour subvenir à leurs besoins sans pouvoir recevoir d’autres rentes que celles des sermons ou des quêtes sous peine de confiscation (article V) et par conséquent de vendre les biens en surplus (article VII), la suppression de la dîme (article VIII), un âge fixé à 20 ans révolu pour l’entrée des novices pour remplacer les places vacantes après avoir vérifié ce que cela fût par vocation et une profession de foi fixée à 24 ans et un jour de nouveau soumise à examen (article XI). Et enfin des règles communes à l’ensemble des ordres : habits avec pour seule distinction l’emblème de l’ordre sur la poitrine, un plan d’études identiques aux collèges et universités nationales ainsi que l’impossibilité de sortir du monastère sans expresse licence (articles XV, XVI et XIX). En d’autres termes, ce plan de réforme n’avait d’autre but que de revenir à la base même de la fondation des ordres : la prière pour le salut des âmes. Mais il s’agissait également grâce au désamortissement des biens d’accroître l’accès à la propriété et par la réduction du nombre d’ecclésiastiques réguliers d’augmenter la population active, soit pour reprendre les termes de l’auteur de « fourn[ir] des citoyens et des bras utiles à la société »157. Des idées que partageaient également l’auteur de la Reforma de los regulares de España, opuscule qui, avant de faire l’objet d’un tirage à part sur les presses gaditanes de Lema en 1813, avait été publiée dans le numéro 30 (ce fut en réalité dans le numéro 35) du journal El Español entièrement rédigé et édité en Angleterre par José María Blanco White158. Si ce dernier, dans le but de calmer les esprits au moment où les Cortès de Cadix étaient justement en train de débattre du sujet159, appelait les députés à plus de clémence envers les moines car rien de bon ne pouvait en ressortir, il fut en réalité bien plus virulent dans ses propos que l’auteur des Observaciones histórico-críticas, sobre el monaquismo… Effectivement, s’il se prononça en substance pour une abolition totale des ordres monastiques160 alors que les Espagnols étaient quant à eux favorables à leur existence161, il convenait donc d’engager une réforme. Blanco White dénonçait non seulement les abus commis dans les couvents mais aussi, tout comme son confrère, le nombre excessif de leurs membres et l’austérité des règles faisant qu’elles n’étaient pas suivies par un grand nombre d’entre eux notamment par les plus jeunes et tout particulièrement ce qui concernait la règle de la vertu. Il arguait également un manque de formation des novices, et tout particulièrement de ceux issus des familles les plus pauvres, tout comme le malheur de ceux qui n’avaient pas choisi cette voie portant de fait un grand préjudice à la religion. Cette réforme devait donc intervenir dans les plus brefs délais. Bien évidemment une réduction des effectifs du clergé régulier était préconisée car l’Espagne avait non seulement besoin d’augmenter sa population mais aussi de citoyens actifs et de soldats162. Pour y arriver, il dévoila des idées qui allaient bien plus loin que celles de son de prédécesseur : limiter le nombre de couvents à un seul et uniquement dans les villes où il en existait un de la Compagnie de Jésus, l’existence d’un seul ordre (Orden general de regulares de España) suivant une règle unique imposant que pour y être admis la langue latine devait être correctement maniée, qu’aucun individu ne pourrait être ordonné in sacris avant 30 ans et avant cela renouvellerait sa volonté de rester dans l’ordre chaque année puis ensuite tous les cinq ans jusqu’à l’âge de 50 ans sans ordination et pour subvenir aux besoins de ses membres, la création d’un fond grâce à la vente des biens des communautés religieuses expulsées par les troupes napoléoniennes. Enfin, pour que cette réforme serve également à l’État, Blanco White proposait que cet ordre monastique espagnol fût en charge de l’enseignement public et qu’il fût gratuit163. S’il ne s’agissait là que des ordres masculins, en ce qui concernait les moniales, Blanco White fit appel au bon sens et à l’humanité des députés. Considérant qu’elles étaient enfermées dans des prisons, il proposait qu’elles renouvelassent leurs vœux tous les deux ans et eussent le choix d’y renoncer164. Selon, ses dires, Blanco White ne donnait que des pistes pour créer un plan de réforme pour « remédi[er] aux très graves inconvénients de l’état religieux, sans l’abolir »165.

d – Un auteur incontournable en matière de discipline ecclésiastique : Juan Antonio Llorente

  • 166 Colección diplomática de varios papeles antiguos y modernos, sobre dispensas matrimoniales y otros (...)
  • 167 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., p. 25.
  • 168 Voir à propos de la Colección diplomática…, DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del (...)
  • 169 Disertación sobre el poder que los reyes de España ejercieron hasta el siglo duodécimo en la divisi (...)
  • 170 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del Rey Intruso, op. cit., pp. 143-146.
  • 171 Ibid., p. 16.
  • 172 Discursos sobre una Constitución religiosa considerada como parte de la civil nacional : su autor u (...)
  • 173 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., p. 208.

44Si Anastasio Navas avait déjà fait référence, sans le citer, à Juan Antonio Llorente dans son troisième sermon en faveur de l’abrogation de l’Inquisition et dans l’article dans lequel il dénonçait l’excessive richesse du clergé, il présenta trois de ses ouvrages. Le premier d’entre eux n’était autre que la Colección diplomática de varios papeles antiguos y modernos, sobre dispensas matrimoniales y otros puntos de disciplina eclesiástica, publiée à Madrid en 1809, sur les presses d’Ibarra166 alors que Llorente était chargé, sous le gouvernement de Joseph Ier, de la Direction des Biens Nationaux et était membre du Conseil d’État de la section Justicia y Negocios Eclesiásticos. Ce fut dans le cadre de cette dernière fonction qu’il rédigea sur ordre des autorités cet ouvrage pour justifier le futur décret du 16 décembre 1809 « attribuant aux seuls évêques, et non plus au pape, la faculté d’accorder les dispenses matrimoniales »167, réhabilitant ainsi le décret du 5 septembre 1799 de Mariano Luis de Urquijo, dénommé « schisme d’Urquijo ». S’il s’agissait aussi d’éviter « l’évasion fiscale » vers la Curie Romaine engendrée par les dispenses168, le décret d’Urquijo et la Colección diplomática… légitimaient également pleinement l’autorité royale sur les prélats au détriment du pape et étaient par conséquent clairement régalistes. Dans cette droite ligne régaliste et de justification du décret du 16 décembre 1809, Llorente publia l’année suivante la Disertación sobre el poder que los reyes de España ejercieron hasta el siglo duodécimo en la división de obispados y otros puntos conexos de disciplina eclesiástica, con un apéndice de escrituras, en que constan los hechos citados en la disertación169. Le titre on ne peut plus clair de cette dissertation, de même que son contenu, démontrait que durant l’Église primitive les évêques étaient soumis au pouvoir temporel du roi. Plus encore, cet écrit commandé confidentiellement, tout comme le précédent par le monarque, non seulement correspondait parfaitement aux attentes de la politique religieuse menée par l’Empereur Napoléon mais aussi intervenait à un moment opportun, puisque nombre de sièges épiscopaux étaient vacants en raison de la fuite des évêques opposés à cette politique religieuse considérée comme janséniste alors qu’elle était régaliste dans les zones non occupées par les Français. Il était par conséquent nécessaire de pourvoir ces vacances et de justifier les nouvelles nominations de ces prélats par le roi170. En outre dans cette dissertation, Llorente laissait apparaître qu’il considérait que l’Église était une institution soumise au pouvoir civil et qu’il fallait la réguler avec une constitution civile du clergé171. En ce sens, il ne fut pas étonnant que Navas annonçât alors les Discursos sobre una Constitución religiosa considerada como parte de la civil nacional publiés en France en 1819172. Avec cette œuvre, dont il ne s’attribuait que le mérite d’en avoir été l’éditeur, Llorente confirma sa « rupture avec Rome » et son « adhésion au libéralisme »173 chrétien. Ainsi, pour reprendre les termes du Professeur Gérard Dufour, dans ses discours, Llorente se prononçait pour :

  • 174 Ibid., p. 211.

« [un] christianisme comme religion d’État, mais sans poursuite contre les autres religions ; [une] nouvelle division des évêchés, [la] suppression des titres ecclésiastiques inutiles, [de] nouvelles modalités de désignation et rétribution des prêtres°; [l’] annulation des vœux religieux et [du] mariage considéré non comme un sacrement mais comme relevant uniquement du pouvoir civil »174.

  • 175 Ibid., p. 212.

45En réalité, il remettait en cause le dogme de l’Église et l’obéissance absolue due au pape en s’appuyant sur une « pratique de l’Église durant les deux premiers siècles »175 de son existence. Et poursuivant dans cette droite ligne :

  • 176 Ibid.

« il donn[ait] à chaque chrétien le droit de juger selon sa conscience et remet[tait] en cause un certain nombre de règles tenues jusque-là comme impératives par la religion catholique : le jeune, l’abstinence, le célibat des prêtres, les voeux religieux, l’obligation d’assister a la messe, de communier en temps pascal, la cessation du travail les jours de fête, les empêchements de mariage "et quelques autres maximes de la même espèce, toutes ultramontaines, qui n’ont été répandues parmi les chrétiens qu’afin d’enrichir Rome par le moyen des dispenses" »176.

  • 177 Ibid.
  • 178 Ibid., p. 212.

46Ainsi, plus qu’un projet de constitution du clergé, il s’agissait de totalement réformer l’Église catholique177 et surtout de « faire obstacle au pouvoir absolu du pape », ce qui n’alla pas sans provoquer la désapprobation des esprits même les plus éclairés178.

e – Le libéralisme chrétien prôné par la revue Política eclesiástica

  • 179 DUFOUR, Gérard, « La diffusion en France et en Espagne du libéralisme chrétien dans les années 1820 (...)
  • 180 Voir Annexe.
  • 181 DP, n° 15, pp.119-120 : « Comprendiendo bajo el nombre de Política eclesiástica las varias memorias (...)
  • 182 DUFOUR, Gérard, « La diffusion en France et en Espagne du libéralisme chrétien dans les années 1820 (...)
  • 183 DUFOUR (Gérard), LARRIBA (Elisabel), « Clero y opinión pública ante el celibato eclesiástico de la (...)
  • 184 Ibid., pp. 146-154.
  • 185 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia, op. cit., p. 164.
  • 186 DUFOUR, Gérard, LARRIBA, Elisabel, « Clero y opinión pública ante el celibato eclesiástico de la Il (...)
  • 187 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., p. 214.

47Revue bi-mensuelle valencienne publiée anonymement sur les presses de Domingo y Mompié, sous le titre Política Eclesiástica, o colección selecta de escritos concernientes a la disciplina de la Iglesia dont le premier numéro parut en octobre 1820179, le Diablo predicador se fit largement l’écho des numéros un à six180. Les différents écrits proposés dans cette revue étaient consacrés aux thèmes de discipline ecclésiastique, conformément au sous-titre. Cependant, Anastasio Navas précisa en guise de présentation de la revue qu’il s’agissait d’une compilation de mémoires, traités ou discours soit imprimés soit manuscrits visant à combattre l’hypocrisie et le fanatisme pour éclairer les uns, dissiper la timidité des moins instruits et réfuter les erreurs des autres181. Les livraisons une à quatre annoncées dans El Diablo… étaient regroupées dans le tome I tandis que les cinq et six appartenaient au second. Mais comme le précise le professeur Gérard Dufour, seul ce dernier tome a été conservé182. Ainsi, les thèmes traités étaient dans le numéro I Bosquejo de los fraudes que las pasiones de los hombres han introducido en nuestra santa Religión ; le numéro II, Disciplina Eclesiástica nacional. Observaciones de la autoridad del Papa y mudanzas de la Iglesia española acerca de este punto de disciplina después de la publicación de las Partidas, con notas de los editores del Tribunal del Pueblo español°: y apuntes sobre el poder temporal y pretensiones de los papas (une réédition de 1813)°; Observaciones sobre el juramento que los obispos prestan al Papa en el acto de su consagración. Elecciones de los obispos en la época primitiva del cristianismo. Desengaño cristiano a los partidarios de la Inquisición, y de la potestad temporal del Papa. Copia de una carta que dirigió Monseñor Gravina al R. Obispo de Mallorca en 24 de Julio de 1813 dans le numéro III. Celles-ci remettaient en cause le pouvoir temporel du pape sur les évêques mais aussi dénonçaient la présence de l’Inquisition et la superstition ainsi que les fausses croyances qui s’était immiscées dans la religion provoquant nombre d’abus. Enfin, le numéro IV qui clôturait le tome I de Política religiosa n’allait pas sans rappeler un thème déjà abordé par Llorente dans ses Discursos sobre una Constitución religiosa… et touchant un point épineux (encore de nos jours d’ailleurs) en matière de discipline ecclésiastique, le célibat des ecclésiastiques. Et pour cause ! Ce texte publié en février 1804 sous le simple titre de Inconvenientes del Celibato Eclesiástico était bel et bien le fruit de Llorente183. Ce qui dérangeait dans le célibat des ecclésiastiques, thème déjà débattu dans la presse de la fin du XVIIIe siècle184, était non seulement le manque de main d’œuvre que cela engendrait pour la nation185, mais aussi un engagement, l’abstinence, parfois bien difficile à tenir pour nombre de religieux pour leur plus grand désarroi186. Quant à Llorente, il considérait que ce célibat était « nuisible sur le plan social » et une « hypocrisie »187.

  • 188 DUFOUR, Gérard, « La diffusion en France et en Espagne du libéralisme chrétien dans les années 1820 (...)

48Les deux ultimes livraisons de la revue annoncées dans El Diablo predicador avaient respectivement pour titre : La tolerancia Religiosa en armonía con el derecho divino y humano et Apología de la Jurisdicción Episcopal, dont les lecteurs furent avertis pour cette dernière qu’elle était sous presse. Si dans le premier numéro du second tome, il s’agissait de prôner la tolérance religieuse à l’inverse de ce que la présence de l’Inquisition avait pu faire en Espagne, dans le deuxième, la limitation du pouvoir du pape était encore de mise. Toutefois, pour les rédacteurs de la revue cette restriction de la main mise de la Curie romaine sur l’Église d’Espagne « n’entraînait aucune rupture spirituelle »188.

g – La littérature engagée

49Loin de se cantonner aux seuls écrits traitant de discipline ecclésiastique et de politique religieuse, Anastasio Navas n’hésita pas à annoncer des ouvrages qui, sous couvert d’être littéraires, s’intégraient parfaitement dans la reforme de l’Église. Ce fut notamment le cas des œuvres théâtrales. Parmi les trois œuvres littéraires proposées deux d’entre elles étaient des drames qui dénonçaient on ne peut plus clairement, pour l’un, les abus commis par les inquisiteurs et, pour l’autre, la prise du voile forcé.

  • 189 RODRÍGUEZ GUTIÉRREZ, María, « La Inquisición por dentro o el día 8 de marzo de 1820, de Francisco V (...)
  • 190 Voir au sujet de Cornelia Bororquia, l’introduction à l’œuvre réalisée par Gérard DUFOUR (pp. 11-62 (...)
  • 191 DP, n° 22, p. 175 : « proporciona al poeta presentar una pintura histórica de la execrable Inquisic (...)
  • 192 Diario de Madrid, n° 267 (samedi 23 septembre 1820), p. 430: « Nota. El domingo 24 se ejecutará el (...)

50Le premier d’entre eux, La Inquisición por dentro. Drama original en cuatro actos, fut publié en 1820 par Francisco Verdejo y Páez. De son titre exact, La Inquisición por dentro o el día 8 de marzo de 1820189, cette pièce était un clair plaidoyer en faveur de l’abolition de l’Inquisition. Matilde, promise à don Carlos, refusant les avances de don Miguel, secrétaire du Saint-Office, se vit dénoncée par ce dernier sur un faux témoignage, enfermée et interrogée ainsi que son père (don Antonio Ontivelos) et son promis. Cette intrigue n’allait pas sans rappeler celle de Cornelia Bororquia o La víctima de la Inquisición, de Luis Gutierrez, publiée pour la première fois à Paris en 1801. Cette dernière œuvre, interdite in totum par la Suprema le 25 février 1804 même pour les lecteurs possédant une licence pour consulter les ouvrages interdits, connut un énorme succès sous le Trienio liberal (trois éditions pour la seule année 1820) et ouvrit la voie à un théâtre engagé justifiant l’abrogation du Saint-Office190. Dans La Inquisisión por dentro, outre les agissements de l’inquisiteur, Verdejo dénonçait l’ensemble du système inquisitorial (livres interdits, dénonciations calomnieuses et délation mais aussi d’avoir ainsi plongé l’Espagne dans l’ignorance et la peur…). Et conformément à son sous titre, el día 8 de marzo de 1820, l’auteur y intégrait aussi des éléments historiques en relation avec son abolition (la victoire du mouvement des troupes de Riego et l’extension du soulèvement notamment en Galice, le futur serment à la Constitution de Ferdinand VII). En présentant cette nouvelle œuvre, Navas démontrait une fois de plus, par ses commentaires, toute son aversion envers un tribunal fanatique et hypocrite191. Ce fut d’ailleurs pour cela que la troupe du théâtre du Príncipe à Madrid avait décidé de la représenter le dimanche 24 septembre 1820192.

  • 193 Voir à ce sujet CARNERO, Guillermo, « Sobre La novicia de José María de Carnerero (una corrección f (...)
  • 194 Ibid., pp. 301-302.
  • 195 La date et le lieu nous sont connus grâce à l’exemplaire manuscrit conservé à la Biblioteca Naciona (...)
  • 196 Voir ce passage dans CARNERO, Guillermo, « Sobre La novicia de José María de Carnerero (una correcc (...)
  • 197 DP, n° 13, p. 104 : « ¡°Cuántas víctimas arrancará al fanatismo, ignorancia, superstición y codicia (...)

51Quant au second, La Novicia o Víctima del Claustro, tragedia en tres actos, de José María de Carnerero193, elle n’était en aucun cas une traduction de La Religieuse de Diderot mais plutôt une adaptation de Mélanie ou la Religieuse (publiée en 1770) de Jean-François de la Harpe194. Seconde édition qui vit le jour en 1820 sur les presses valenciennes de Domingo y Mompié, cette œuvre théâtrale représentée au Coliseo del Príncipe en 1810195, relatait l’histoire de Matilde que ce son père (don Pedro Guevara) voulait enfermer dans un couvent, alors qu’elle n’avait aucune vocation et qu’elle était amoureuse de don Carlos, afin de laisser tout son héritage à son fils. Ni sa mère (doña Eulalia) ni don Prudencio (un « sage » ecclésiastique) à qui Matilde s’était livrée n’arriveront à faire changer d’avis don Pedro. Finissant tragiquement par le suicide de la protagoniste le jour du prononcement de ses vœux, Carnerero s’attacha à dénoncer non seulement la réalité de la vie conventuelle à travers le récit de la mort d’une moniale196 mais aussi la prise de voile forcée et sans vocation qui ne faisait que rendre nombre de femmes malheureuses. Aussi Navas, dans le commentaire proposé pour cette œuvre n’hésita pas à interpeller les députés afin de les libérer de leur prison197.

  • 198 La Inquisición vengada contra libertinos, Palma, Imprenta de Miguel Domingo, 1813, 9 p.

52Enfin, la poésie ne resta pas en marge de ce phénomène de dénonciation de l’Église. La Inquisición vengada contra libertinos, publiée anonymement à Palma en 1813198, critiquait également sur un ton comique les agissements et abus du Saint-Office et de ses membres.

h – Les Discours sur l’Histoire ecclésiastique retrouvent le chemin des presses

  • 199 Índice último de los libros prohibidos y mandados expurgar para todos los Reinos y Señoríos del Cat (...)
  • 200 FLEURY, Claude, Discursos sobre la Historia eclesiástica, Tome I, Palma, Imprenta de Miguel Domingo (...)
  • 201 Ibid., Tome II, Valencia, Imprenta de Domingo y Mompié, 1820, 6 + 231 p.°; Ibid., Tome II, Valencia (...)
  • 202 DP, n° 16, pp. 127-128.
  • 203 Ibid., p. 128 : «°Constará la colección de tres tomos en octavo. Se admiten suscripciones por todo (...)
  • 204 Ibid. : « Al entregar los suscriptores el importe total recibirán el primer tomo, y muy luego los o (...)
  • 205 DP, n° 16, p. 128 : « El resumen de las materias que contienen los doce Discursos de esta colección (...)
  • 206 Ibidem. : « El duodécimo Discurso sobre la libertad de la Iglesia galicana es muy interesante […].  (...)
  • 207 Voir à ce sujet DUFOUR, Gérard, « De la Ilustración al Libéralismo : el clero jansenista », in PÉRE (...)

53Grâce au rétablissement de la Constitution, nombre d’œuvres mises à l’index purent retrouver le chemin des presses. Il en fut de même pour celles dont l’édition dut être stoppée lorsque Ferdinand VII musela de nouveau l’imprimerie en remontant sur le trône en 1814. Tel fut le cas de la traduction des Discours sur l’Histoire ecclésiastique de l’abbé Claude Fleury. Interdite in totum par l’Inquisition, même pour les lecteurs possédant une licence199, il fallut attendre que les Cortès de Cadix proclament la liberté d’imprimerie pour que la traduction espagnole de cette œuvre pût être réalisée. Si le tome I des Discursos sobre la Historia eclesiástica fut publié en 1813 à Palma par Miguel Domingo200, les tomes II et III ne le furent respectivement qu’en 1820 et 1821 sur les presses valenciennes de Domingo et Mompié201. Néanmoins, l’annonce parue dans le numéro 16 du Diablo predicador202 précisait très clairement que cette œuvre, composée de trois volumes était soumise à souscription durant tout le mois d’octobre 1820203 mais que, lors du paiement total, les souscripteurs recevraient le premier tome et très prochainement les deux autres qui étaient déjà sous presses204. Or, la souscription permettait aux imprimeurs, pour ne pas perdre d’argent en imprimant de livres plus que de besoin et pour éviter les invendus, de connaître précisément le nombre de personnes intéressées par l’ouvrage. Alors pourquoi les libraires Domingo et Mompié remettaient-ils dès le paiement le tome I ? Domingo avait-il gardé des exemplaires du tome I qu’il avait imprimé à Palma malgré le retour à la prohibition avec puisqu’il n’existe, à notre connaissance, aucune autre édition des Discursos sobre la Historia eclesiástica ? Après avoir commenté chacun des 12 discours contenus dans la collection, Navas expliquait qu’ils devaient servir à diffuser des connaissances où l’oubli, le fanatisme, l’ignorance et la superstition avaient contribué à fonder le despotisme205. Dans ces discours, Fleury expliquaient ce qu’était l’Église primitive et, par la suite, dénonçaient les abus qui s’y étaient introduits au fil des siècles, la multiplication des ordres religieux, l’établissement de la dîme par exemple et dans le dernier se prononçait pour « la liberté de l’Église gallicane »206. Ils étaient par ailleurs bien souvent utilisés par les mal nommés jansénistes espagnols207 pour ses positions « gallicanes ». Une doctrine politico-religieuse qui cherchait à organiser l’Église catholique de façon autonome par rapport à Rome dans laquelle le pape n’avait qu’un pouvoir spirituel et non temporel, c’est-à-dire, aucun rôle dans la nomination des évêques.

i – Navas se fait l’avocat du diable

  • 208 GIL NOVALES, Alberto, Diccionario Biográfico de España (1808-1833), op. cit., http://diccionario.hi (...)
  • 209 Conducta de los RR. PP. Provincial y definitorio de menores observantes de S. Francisco de Asís de (...)
  • 210 Respuestas a las seis primeras proposiciones de la carta inserta en los números 24 y 25 del periódi (...)

54Les ouvrages présentés jusqu’alors démontrent clairement que Navas adhérait, en matière de politique religieuse, aux idées libérales. Pourtant, il présenta deux œuvres en totale opposition, toutes deux du Père Raimundo Strauch y Vidal, frère de l’ordre des franciscains. Strauch, royaliste de la première heure, fut poursuivi par les libéraux et emprisonné du 28 juillet 1813 au 22 mai 1814 à Palma de Majorque208, ce qu’il raconta dans son texte Conducta de los RR. PP. Provincial y definitorio de menores observantes de S. Francisco de Asís de la ciudad de Palma de Mallorca, sobre el auto de prisión dados por el Juez de primera instancia D. Ignacio Pablo Sandino, contra las persona del M. R. P. Strauch, fraile de dicha orden, y en la actualidad obispo de Vich209. Nommé évêque de Vich par Ferdinand VII, il fit à nouveau parler de lui lors du Triennat constitutionnel en 1820 avec ses Respuestas a las seis primeras proposiciones de la carta inserta en los números 24 y 25 del periódico el Universal Observador Español, título Variedades210, un opuscule totalement antijanséniste. Réfutant clairement la politique religieuse menée par les libéraux, il fut de nouveau arrêté en 1822 et assassiné en 1823.

3 – Politique religieuse et censure ecclésiastique

  • 211 Cf. Annexe.
  • 212 Índice general de los libros prohibidos, compuesto del índice último de los libros prohibidos y man (...)
  • 213 Suplemento al índice general de los libros prohibidos, que comprende los edictos de la Inquisición (...)
  • 214 Índice de los libros prohibidos por el Santo Oficio de la Inquisición española, desde su primer dec (...)
  • 215 «°Edicto de la Suprema y general Inquisición, en el que se anotan, y señaladamente se condenan como (...)
  • 216 Cf. Annexe.
  • 217 Ibidem.
  • 218 Colección eclesiástica española comprensiva de los Breves de S.S., Notas del M.R. Nuncio, Represent (...)
  • 219 DUFOUR, Gérard, « La Iglesia española y la prensa a principios del siglo XIX  », in AUBERT, Paul, D (...)
  • 220 Colección eclesiástica española…, Tome X, op. cit., pp. 16-17.
  • 221 Ibid., pp. 15-17 : « En estos cenagosos charcos beben muchos de nuestros periodistas las máximas im (...)
  • 222 Índice de los libros prohibidos por el Santo Oficio de la Inquisición española… (1873), op. cit., p (...)
  • 223 Índice de los libros prohibidos… (1844), op. cit., p. 205.

55La politique religieuse menée par les Cortès fut bien loin de faire l’unanimité au sein du clergé. Si nombre d’ecclésiastiques y furent réfractaires, il ne fut pas étonnant que lorsque Ferdinand VII restaura la monarchie absolue en 1814 puis en octobre 1823, nombre de ceux qui avaient soutenu la Constitution et ses idées libérales, comme José Ruiz de Padrón ou encore Juan Antonio Llorente, furent poursuivis. Et les écrits, vecteurs de ces idées, furent bien évidemment mis à l’index quand le monarque restaura la monarchie absolue. Ainsi, parmi les 20 titres annoncés, 12211 (soit 60 % d’entre eux) furent inclus dans les Index des livres interdits publiés en 1844212 (avec un supplément en 1848213) et en 1873214. Pourtant, au moment de leur publication, l’Inquisition n’avait plus cours en Espagne puisque supprimée en 1834. Cependant, pour qu’ils y figurent, il fallut bien qu’ils fussent interdits à la lecture après examen et sanctionnés par un édit. Pour ce faire, après la Guerre d’Indépendance et après que Ferdinand VII rétablit, le Tribunal du Saint-Office, les inquisiteurs publièrent une liste le 22 juillet 1815215 dans laquelle ils n’interdirent pas moins de huit œuvres sur les dix annoncées dans El Diablo predicador publiées durant la première période libérale216. Quant au Triennat constitutionnel, seulement quatre livres sur huit annoncés dans le périodique furent condamnés217. Si Ferdinand VII ne rétablit pas le Tribunal du Saint-Office en octobre 1823, les évêques utilisèrent en guise d’édit leurs pastorales, regroupées dans les 14 tomes que forment la Colección eclesiástica española comprensiva de los Breves de S.S., Notas del M.R. Nuncio, Representaciones de los S.S. Obispos, Pastorales, Edictos, etc., con otros documentos relativos a las innovaciones hechas por los constitucionales en materias eclesiásticas desde el 7 de marzo de 1820218, lesquelles présentaient dans de nombreux cas des listes de livres dangereux et de fait interdits à la lecture219. Parmi les huit livres de cette période annoncés dans le périodique, un seul retint l’attention des prélats, les Discursos sobre una Constitución religiosa considerada como parte de la civil nacional°: su autor un americano°: las da a luz D. Juan Antonio Llorente, doctor en sagrados cánones220. Dénoncée dans la Pastoral del señor Obispo de Tortosa sobre las perniciosas doctrinas esparcidas en los periódicos prononcée le 18 décembre 1820, Manuel Ros de Medrano déclarait que les périodiques ne servaient qu’à corrompre les citoyens, à répandre des idées pernicieuses pour qu’ils abandonnent la religion, à calomnier les religieux et à planifier de monstrueuses réformes de discipline ecclésiastique qui menaçaient l’unité de l’Église. Mais si les journaux étaient en cause dans la propagation des idées réformistes, selon le prélat, Juan Antonio Llorente, « le fugitif espagnol », en était l’un des principaux inspirateurs notamment avec ses Discursos… Aussi, Ros de Medrano, s’attachait-il également dans sa pastorale à réfuter les idées de Llorente221. Cet ouvrage fut par conséquent interdit par les évêques d’Oviedo le 25 mars 1824, par les autorités ecclésiastiques de l’évêché de Palencia le 13 avril de la même année ainsi que par l’archevêque de Valence le 16 octobre 1825222. Cependant, force est de constater que durant le Triennat libéral bien avant que les évêques puissent faire valoir leurs pastorales pour interdire la lecture des œuvres jugées dangereuses, la Curie romaine avait pris les devants. À titre d’exemple, la Disertación sobre el poder que los reyes españoles ejercieron… de Llorente fut interdite par le pape Léon XII par décret dès le 6 septembre 1824223 tandis que le cardinal archevêque de Séville et l’archevêque de Valence ne le firent, respectivement, que le 9 mars et le 16 octobre 1825. Toutefois, si institutionnellement l’Inquisition n’avait pas été rétablie en 1823, le fonctionnement pour censurer les écrits restait sensiblement le même. En outre, la mise à l’index de ces écrits sous couvert du monarque démontre qu’il s’agissait de faire disparaître tout imprimé traitant de politique religieuse susceptible de mettre à mal les institutions issues de l’absolutisme. Et, pour combattre ce libéralisme, le Trône et l’Autel s’étaient de nouveau unis prouvant une nouvelle fois qu’ils étaient indissociables au maintien de la monarchie absolue.

Conclusion

56Personnage complexe et ambigu, Anastasio Martín était à la fois un absolutiste convaincu comme il le démontra fort bien dans le texte liminaire du Diablo predicador qui lui servit de présentation et, de par ses prises de positions à l’encontre de l’Église pour qu’elle soit réformée, un libéral chrétien. En effet, pour reprendre la définition du professeur Gérard Dufour :

  • 224 DUFOUR, Gérard, « La diffusion en France et en Espagne du libéralisme chrétien dans les années 1820 (...)

« on ne peut parler de libéralisme chrétien que pour ceux qui, parfois sans grande conscience politique, adhérèrent au libéralisme en raison de leur attitude religieuse : protestants ou catholiques qui mirent en cause l’autorité absolue du pape (tant dans le domaine spirituel que temporel) et œuvrèrent en faveur d’une réunion de toutes les communautés chrétiennes »224.

  • 225 DUFOUR, Gérard, Sermones revolucionarios del Trienio Liberal (1820-1823), op. cit., p. 48°: «°De es (...)
  • 226 Ibidem. : « éste [le libéralisme chrétien] se oponía de lleno a la política absolutista de Fernando (...)

57Ainsi, ce libéralisme chrétien reposait sur « deux points essentiels : [le] régalisme et [l’] épiscopalisme qui aboutissait à un concept fondamental : celui d’une église nationale soumise non pas à l’autorité ou à la volonté de Rome, mais du Monarque (au niveau temporel) et aux conciles nationaux (au niveau spirituel) »225. Aussi, comment Anastasio Navas pouvait-il rejeter la Constitution et adhérer au libéralisme chrétien alors même que ce libéralisme « s’opposait de plein fouet à la politique absolutiste de Ferdinand VII » ?226 C’est peut-être dans le concept de pleine autorité du monarque que résidaient les idées politico-religieuses du journaliste. Effectivement, si l’aboutissement du libéralisme chrétien était la création d’une église nationale dont la plus haute autorité était le monarque grâce à notamment à la nomination des prélats sur les sièges vacants, cela convertissait de fait les candidats à la mitre en de véritables employés de l’État qui se devaient par conséquent de suivre la politique royale. Ainsi, le roi, en s’affranchissant de la tutelle de Rome, pouvait détenir les pleins pouvoirs sur l’ensemble des ses sujets toutes classes sociales confondues et, ce, dans tous ses domaines. Et de fait, l’épiscopat se trouvait entièrement soumis à la seule volonté royale.

58Enfin, l’attitude de Navas tend à démontrer que le Trienio liberal ne fut pas simplement un combat politique bipartiste, comme souvent présenté dans la presse de l’époque (Navas en est un exemple) ou dans les discours des membres des Cortès, qui prétendaient que si l’on soutenait la Constitution l’on était libéral et, à l’inverse, si l’on s’y opposait l’on était absolutiste ou servile. Les prises de position du rédacteur du Diablo predicador démontrent qu’il se trouvait à la croisée de ces deux tendances en soutenant à la fois la monarchie absolue et le libéralisme chrétien encouragé par les libéraux. Aussi était-il, pourrions-nous dire compte tenu de la période un « monarchiste ou royaliste libéral ».

Haut de page

Notes

1 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 70 (jeudi 12 mai 1814), pp. 515-521.

2 Real Decreto de 25 de marzo de 1815 : «°Habiendo visto con desagrado mío el menoscabo del prudente uso que debe hacerse de la imprenta que, en vez de emplearla en asuntos que sirvan a la sana ilustración del público, o a entretenerlo honestamente, se la emplea en desahogos y contestaciones personales, que no sólo ofenden a los sujetos contra los que se dirigen, sino a la dignidad y decoro de una nación circunspecta a quien convidan con su lectura ; y bien convencido por Mí mismo de que los escritos que particularmente adolecen de este vicio son los llamados periódicos y algunos folletos provocados por ellos, he venido en prohibir todos los que de esta especie se dan a la luz dentro y fuera de la Corte ; y es mi voluntad que sólo se publiquen la Gaceta Gaceta y el Diario de Madrid.°»

3 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 31 (mercredi 8 mars 1820), p. 239.

4 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 34 (jeudi 9 mars 1820), p. 251.

5 El Diablo Predicador, periódico libre que se publica en Valencia, n° 9, pp. 67-68.

Dorénavant DP pour se référer à El Diablo predicador.

6 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 38 (dimanche 12 mars 1820), p. 266.

7 Suplemento a la gaceta del Gobierno. Martes 5 de Diciembre de 1820, n° 162, pp. 727-729.

8 Voir à ce sujet la carte, document 20 «°La prensa española durante el Trienio liberal (1820-1823)°», in FUENTES, Juan Francisco, FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, Javier, Historia del periodismo español, Madrid, Editorial Síntesis, 1998, p. 82.

9 GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823). Tome II, Madrid, Tecnos, 1975, pp. 987-1047.

10 «°La prensa española durante el Trienio liberal (1820-1823). Principales tendencias políticas°», in FUENTES, Juan Francisco, FERNÁNDEZ SEBASTIÁN, Javier, Historia del periodismo español, op. cit., p. 79. Les auteurs estiment que 36,50 % des périodiques publiés durant le Triennat constitutionnel étaient libéraux, 32,40 % radicaux, 16,20 % modérés et 14,90 % absolutistes.

11 GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823), Tome II, op. cit., pp. 987-1047.

12 Pour réaliser ce classement nous nous sommes appuyé sur les ouvrages de GIL NOVALES, Alberto, Las sociedades patrióticas (1820-1823), Tome II, op. cit., pp. 987-1047 et de LAGUNA PLATERO, Antonio, Història de la comunicació : València, 1790-1898, València, Universitat de València, 2001, pp. 321-322. Pour les neuf périodiques restant : six n’ont pu être classés, un était à dominante littéraire, un appartenait à la presse d’information et de divulgation et un autre était un calendrier annuel.

13 GIL NOVALES, Alberto, Diccionario Biográfico de España (1808-1833). De los orígenes del liberalismo a la reacción absolutista, Madrid, Fundación Mapfre, 2010. L’ouvrage est consultable en ligne : http://diccionario.historia.fundacionmapfre.org/bio.php?id=98485

14 Archivo General Militar de Segovia (AGMS), http://www.bibliodef.es/abnetopac/BaratzCL/O7211/ID55ef3a2e/NT1

15 BOIX, Vicente, Historia de la ciudad y reino de Valencia, Tome III, Valencia, Imprenta de D. Benito Monfort, 1847, p. 116 [3ª ed., Reprod. de la ed. de Valencia (1845-1847), Valencia, Albatros, 1984]°; TRAMOYERES Y BLASCO, Luis, «°Periódicos de Valencia°», in Revista de Valencia, Tome I, Valencia, Imprenta de Domenech, 1880-1881, p. 515.

16 BOIX, Vicente, Historia de la ciudad y reino de Valencia, op. cit., p. 116.

17 DP, n° 19, pp. 140-141 : «°[…] y tomando en consideración la tranquilidad pública y la gravedad de la circunstancias se ha creído que cualquiera medida que debiese tomarse era más propia de la autoridad superior política de la Provincia, bajo cuyo supuesto se ha visto en la precisión de determinar dicho Superior Jefe la suspensión provisional de aquellos individuos contra quienes se ha juzgado que se dirigía el odio público por falta de adhesión al actual sistema […].°»

18 DP, n° 13, p. 101 ; Ibid., n° 15, pp. 118-119, Ibid., n° 20, pp. 147-154.

19 DP, n° 18, p. 138°: «°Excelentísimo Señor. = Se servirá V. E. disponer, que el teniente coronel D. Cayetano Blengua, entregue el mando del segundo Regimiento de Artillería de su interino cargo a quien le corresponda según ordenanza, en la inteligencia, que tanto este jefe como los capitanes D. Anastasio Navas y D. Sabas Marín, y los ayudantes D. F. Arjona y D. F. González de dicho regimiento, y los individuos del segundo escuadrón de dicha arma D. F. Río Soto, D. F. Melgarejo y D. F. Ruiz no hagan ningún servicio hasta nueva orden. Dios guarde a V. E. muchos años. Valencia 21 de noviembre de 1820.°» Les prénoms sont tirés du DP, n° 23, p. 177.

20 DP, n° 19, pp. 141-142.

21 DP, n° 23, pp. 177-180.

22 Estado Militar de los ejércitos de la monarquía española, Madrid, Imprenta Nacional, 1821, p. 97.

23 El Espectador, n° 429 (dimanche 9 juin 1822), p. 230, estime qu’il s’est suicidé le 1er juin tout comme Vicente BOIX, Historia de la ciudad y reino de Valencia, op. cit., p. 124, précisant même que cela survint dans l’après-midi chez l’un de ses amis, rue Santa Eulalia : «°[…] D. Anastasio Navas, redactor de las Espabiladeras, se suicidó […] en la tarde del 1° de Junio, en casa de uno de sus amigos, situada en la calle de Santa Eulalia, vulgarmente llamada de Formachers.°». La Municipalité de Valence, quant à elle, donne la date du 31 mai « […] el Capitán Navas […] se quitó la vida el 31 de Mayo. », in Exposición que dirige a las Cortes el Ayuntamiento constitucional de Valencia sobre los sucesos ocurridos en esta ciudad en el discurso de año que finaliza, Valencia, 1822, p. 8 [document numérisé°: http://dadun.unav.edu/bitstream/10171/25646/1/FA.Foll.005.131.pdf]

24 El Espectador, n° 429 (dimanche 9 juin 1822), p. 230: «°El capitán de artillería don Anastasio Navas, (que tantos perjuicios ha causado a la patria con sus producciones del Diablo Predicador, Cimitarra, Espabiladeras y otras de igual calaña), se dio un pistoletazo y murió con terror de los serviles. No sería extraño que en pocos días vieran vds. en esa capital quitarse la tapa de los sesos, a algunos otros escritores venales, que tantas desgracias han ocasionado a la infeliz España, a la cual en otras críticas circunstancias también vendieron por el auri sacra fames°».

25 El Imparcial, n° 274 (dimanche 9 juin 1822), p. 1 158 : «°El capitán de artillería don N*** Navas Marin (sic) uno de los redactores de las Espabiladeras se ha matado a sí mismo de un pistoletazo que tiró a la frente, cuya desgracia da lugar a una multitud de conjeturas. Nuestro corresponsal de Valencia, sin dar valor a ninguna de ellas, sólo nos manifiesta lo sensible que ha sido esta pérdida a los hombres de bien de esta ciudad por el recelo de que cese un periódico, que con tanta gracia y tan feliz éxito combatía las doctrinas anárquicas que algunos miserables se complacen en difundir tanto allí como en otros puntos de la monarquía. Compadezcamos la mísera condición humana, al ver la facilidad con que los cerebros mejor organizados se trastornan hasta el punto de quebrantar la ley más general de la naturaleza que es la de la propia conservación.°»

26 Las Espabiladeras, Valencia, Imprenta y Librería de López, 1822, 7 numéros (sans périodicité fixe, comme pour le Diablo predicador). Anastasio Navas rédigea les six premiers numéros.

27 Diario de las Sesiones de las Cortes. Legislatura de 1822, n° 121 (3 juin 1822) p. 1°687.

28 GARCÍA GONZÁLEZ, Juan, Prisión, enjuiciamiento y muerte del general Elío, (1820-1822). Discurso leído en la solemne apertura del curso 1983-1984, Valencia, Universidad de Valencia, 1983, p. 13.

29 Ibid., p. 16 : «°El día 10 de Marzo de 1820, sin el menor antecedente, recibí por el correo ordinario el aviso oficial por el Ministro de Guerra de haber el Rey jurado la Constitución : y aunque ninguna orden ni advertencia añadía, y por consiguiente yo legítimamente debía conservar el mando militar, no sólo di las disposiciones al momento, para restablecer el Ayuntamiento y autoridades constitucionales, haciéndolo público, sino que insinué al nuevo Ayuntamiento que desearía se designase a otro a quien yo entregase el mando, considerando esta medida como política : llamé a los Jefes de los cuerpos militares, habiéndoles insinuado la ciega obediencia que debíamos manifestar al juramento del Rey, les manifesté que las circunstancias en que me encontraba hacían impolítica mi continuación en el mando°».

30 Ibid., p. 17.

31 ARDIT LUCAS, Manuel, Revolución liberal y revuelta campesina. Un ensayo sobre la desintegración del régimen feudal en el País Valenciano (1793-1840), Barcelona, Ariel, 1977, p. 264.

32 El Espectador, n° 429 (dimanche 9 juin 1822), p.230 : « […] pues este criminal para salvar la vida, abandonó en su calabozo toda su correspondencia, que consta de papeles muy interesantes sobre las disposiciones de la junta de conspiradores, a cuya cabeza en Valencia estaba él colocado, dejando así comprometidos a una multitud de personajes de alto bordo ».

33 El Espectador, n° 429 (dimanche 9 juin 1822), pp. 229-230.

34 Ibid., p. 230 : « Luego que los malvados supieron la existencia de Elío, se entristecieron y temblaron de miedo que los descubriese, y por eso anhelaban más que nadie su perdición ».

35 Vicente BOIX dans son Historia de la ciudad de Valencia (op. cit., p. 124) explique que la mort d’Anastasio Navas servit à faire croire qu’il était l’instigateur de la conspiration, mais que,de son point de vue, il fut seulement victime de son honneur car il avait toujours défendu son corps d’artillerie de ceux qui l’attaquaient pour s’opposer au gouvernement constitutionnel : «°Su muerte sirvió para hacer creer que verdaderamente era él el jefe de la conspiración ; pero en nuestro concepto fue sólo víctima de su pundonor, pues había siempre defendido al cuerpo de artillería de los que bruscamente le atacaban como desafecto al gobierno constitucional°». Quant au chroniqueur de Ferdinand VII, Estanislao de Kostka VAYO, dans l’Historia de la vida y reinado de Fernando VII de España, con documentos justificativos, órdenes reservadas y numerosas cartas del mismo monarca, Pio VII, Carlos IV, María Luisa, Napoleón, Luis XVIII, el infante Don Carlos y otros personajes (Tome II, Madrid, Imprenta de Repullés, 1842, pp. 312-313), il affirme que Navas se suicida car son journal Las Espabiladeras défendait l’ordre public et qu’ayant par ailleurs eu connaissance de la rébellion des artilleurs, ses ennemis se seraient servis de cela pour en déduire qu’il était un ami de la tyrannie: «° Los oficiales de artillería habían publicado por aquel tiempo varios folletos defendiendo el orden público y zahiriendo con gracia y acrimonia a las cabezas de los motines, o a los que desde detrás de un mostrador los dirigían y empujaban. Sobresalía en primer lugar La Cimitarra del soldado musulmán por la semejanza de los retratos y por la soltura y facilidad del pincel: inferior en mérito, pero no en atrevimiento, veía también la luz pública el titulado Las Despabiladeras (sic). Atribuíase el primero al artillero Madrazo, y era autor del segundo otro oficial, que sabida la rebelión de los artilleros se suicidó de un pistoletazo porque conoció que sus enemigos tomarían justamente pie de ella para argüirles de amigos de la tiranía°». Enfin, la Municipalité de Valence, qui n’avait que très peu de doutes sur son implication dans l’attaque de la citadelle, attribua son suicide à l’échec de la rébellion : « […] el Capitan Navas […] se quitó la vida el 31 de Mayo, despechado al ver frustrado el plan de los facciosos, en el que tenía sin duda gran parte.°», in Exposición que dirige a las Cortes el Ayuntamiento constitucional de Valencia sobre los sucesos ocurridos en esta ciudad…, op. cit. p. 8.

36 ARDIT LUCAS, Manuel, Revolución liberal y revuelta campesina. Un ensayo sobre la desintegración del régimen feudal en el País Valenciano (1793-1840), op. cit., p. 259°; BOIX, Vicente, Historia de la ciudad y reino de Valencia, op. cit., p. 116°; LAGUNA PLATERO, Antonio, Historia del periodismo valenciano. 200 años en primera plana, Valencia, Generalitat Valenciana, 1990, p. 54°; TRAMOYERES Y BLASCO, Luis, «°Periódicos de Valencia°», op. cit., p. 124. En outre dans le premier numéro du DP, Navas précisa que ce n’était pas la première fois qu’il prenait la plume sans pour autant mentionné ses premiers écrits et en précisant qu’il avait par ailleurs dit la vérité (DP, n° 1, p. 2) : « No es ésta la primera vez que al Padre de la mentira se le ha visto predicando la verdad […] ».

37 DP, n° 1, p. 2 : « A principios de este año me hallaba yo en las inmediaciones de Cádiz, comisionado por mi Principal en una especulación del comercio […] : estando una siesta durmiendo a pierna tendida, se dejó oír de repente el más estrepitoso ruido : salto de la cama, vuelo al sitio, y si me hubiera caído encima toda la nieve que tenía entonces Guadarrama, no me habría dejado tan frio como me quedé al ver formado el ejército de vuestro inmortal Quiroga, y que sus tambores, pitos y trompetas redoblaban el grito de la libertad de la España. Todos mis planes iban por tierra con este proyecto ; pero todavía me mantuve algún tiempo a la capa, con la esperanza de poder desvanecerle ; y aun hubo momentos en que llegué a lisonjearme de que este movimiento podría proporcionarnos a los diablos otra ganga como la que tuvimos el año de ocho y siguientes ; pero cuando el 7 de Marzo vi la resolución de vuestro Monarca, y pocos días después repuesta y jurada en todo el Reino a la chita callanda esa Constitución, que os envió el Cielo para mi tormento, tuve desde luego por concluida mi comisión ; y sin despedirme de nadie y abandonando mi equipaje, me puse en camino para mi país, con las orejas gachas y el rabo entre las piernas ».

38 Idem. : « El Ángel tutelar de las Españas me salió al encuentro […]. »

39 Ibid., p. 3 : « Vuelve a esa España que tanto detestas, y de que tanto partido has sacado hasta aquí ; toma un ejemplar de su Constitución, y encárgate de hacerla entender y observar en castigo de las injurias que te has atrevido a vomitar contra la obra de mis manos. […] Desde entonces estoy con vosotros […]°».

40 GIL NOVALES, Alberto, Diccionario Biográfico de España (1808-1833), op. cit., http://diccionario.historia.fundacionmapfre.org/bio.php?id=91787

41 El chismoso, n° 26 (mercredi 19 juin 1822), p. 348°: «°Diablo. El predicador periódico que se publicaba en Valencia fue redactado por algunos señores artilleros del 2° regimiento, siendo uno de ellos el señor González, capitán de esta arma que actualmente dicen que es editor del soez cajón. Es de advertir que el diablo predicador era un papel anarquista, incendiario, servilismo así como el cajón. Sea enhorabuena señor González°: siempre nos hallará V. prontos a hacer su elogio°».

42 «°Prospecto°», in DP, n° 1, p. 1: «°[…] este periódico se llama así porque no quisieron sus padrinos que se llamase de otro modo, como sucede con todas las cosas; sin embargo tuvieron una razón para hacerlo, y fue que el día que se bautizó se estaba representando en Teatro de esta Ciudad [Valencia] la comedia del mismo nombre°».

43 DOMÍNGUEZ DE PAZ, Elisa, «°El Satisfecho°: fama y fortuna de una comedia desconocida de Luis Belmonte°», in Revista de Humanidades, n° 21 (2014), p. 14.

44 SÁNCHEZ JIMÉNEZ, Antonio, « Anonimia y censura en el teatro del siglo XVII: el caso del Diablo predicador°», in Hispanófila: Literatura – Ensayos, n° 131 (2001), pp. 9-20.

45 RODRÍGUEZ LÓPEZ-VÁZQUEZ, Alfredo, «°El diablo predicador °: una obra maestra de Luis de Bermonte°», in GÓMEZ YEBRA, Antonio A. (ed.), Estudios sobre el Patrimonio Literario Andaluz V (Homenaje al profesor Cristóbal Cuevas), Málaga, AEDILE, 2013, pp. 67-80.

46 Archivo Histórico Nacional (par la suite AHN), Inquisición, Leg. 3 739, exp. 154.

47 AHN, Inquisición, Leg. 4493, exp. 9.

48 AHN, Inquisición, Leg. 3739, exp. 154.

49 Suplemento al Índice expurgatorio del año de 1790 que contiene los libros prohibidos y mandados expurgar en todos los reinos y señoríos del Católico Rey de España el Sr. D. Carlos IV, desde el edicto de 13 de diciembre del año de 1789 hasta el 25 de agosto de 1805, Madrid, Imprenta Real, 1805, p. 15. Voir à propos de la censure de cette pièce : ROLDÁN PÉREZ, Antonio, « El Diablo predicador : una comedia cuestionada. El Consejo de la Inquisición contra el tribunal de Sevilla », in GACTO FERNÁNDEZ, Enrique (ed.), El centinela de la fe°: estudios jurídicos sobre la Inquisición de Sevilla en el siglo XVIII, Sevilla, Universidad de Sevilla, 1997, pp. 399-419.

50 ROLDÁN PÉREZ, Antonio, « El Diablo predicador : una comedia cuestionada. El Consejo de la Inquisición contra el tribunal de Sevilla », op. cit., p. 417.

51 Diario de Madrid, n° 335 (mardi 1er décembre 1801), p. 1 376°; Ibid., n° 336 (mercredi 2 décembre 1801), p. 1380°; Ibid., n° 337 (jeudi 3 décembre 1801), p. 1384°; Ibid., n° 338 (vendredi 4 décembre 1801), p. 1388°; Ibid., n° 339 (samedi 5 décembre 1801), p. 1392.

52 Diario de Madrid, n° 335 (mardi 1er décembre 1801), p. 1 376.

53 Ibid., n° 14 (jeudi 14 janvier 1802), p. 55.

54 Gaceta extraordinaria de Madrid, n° 35 (vendredi 10 mars 1820), p. 253 : « Considerando que es incompatible la existencia del tribunal de la Inquisición con la Constitución de la monarquía española, promulgada en Cádiz en 1812, y que por esta razón les suprimieron las Cortes generales y extraordinarias por decreto de 22 de Febrero de 1813, […], he venido mandar que desde hoy quede suprimido el referido tribunal en la monarquía, y por consecuencia el Consejo de la suprema Inquisición, poniéndose inmediatamente en libertad a todos los presos que estén en sus cárceles por opiniones políticas o religiosas […]. Palacio 9 de Marzo de 1820 ».

55 Suplemento a la gaceta del Gobierno. Martes 5 de Diciembre de 1820, n° 162, p. 727°: «°2°. Se exceptúan solamente de esta disposición general los escritos que versen sobre la sagrada Escritura y sobre los dogmas de nuestra santa Religión, los cuales no podrán imprimirse sin licencia del Ordinario°».

56 DP, n° 1, p. 4 : « Sí queréis que todos seamos liberales, y que llevemos bajo el palio la Constitución, abolid el decreto sobre no proveer piezas eclesiásticas [...] ».

57 Les dates d’impression étant renseignées à la fin du journal, les numéros 1 à 22 furent publiés en 1820 et les numéros 23 à 25 en 1821.

58 «°Prospecto°», in DP, n° 1, p. 1°: «°Saldrá el día que salga […]°».

59 Ibid. : « Ofrecer mucho°: he aquí a lo que se reducen todos los prospectos. Dar poco, o no dar nada°: en esto vienen a parar tantas promesas°».

60 Ibid. : « Admite todos los artículos o cualesquiera otras producciones que se quieran comunicar, sean buenas o malas, chicas o grandes, con firma o sin ella, porque en esto de tomar no cabe engaños; pero se insertarán las que se inserten°; en cuanto a las demás Dios guarde a Vmd. muchos años°».

61 DP, n° 1, p. 4°: «°Vosotros, los que os preciáis de abrigar buenas ideas, y de saber discurrir, prestadme vuestros auxilios. De tanto tiempo como malgastáis en tocar el violín, y otros instrumentos con que atronáis a los vecinos y a los gusanos de seda, podíais dedicar algún rato en obsequio de vuestra Patria°; pues sois más interesados que yo. Si vuestra moderación no os permite dar la cara°; ponedos en correspondencia conmigo, que yo la daré por vosotros, y comunicaré vuestras ideas sin que lo sienta la tierra, pues a mí no me detienen ningunos respetos, porque diablo soy y diablo me quedo°».

62 Ibid. : « El Diablo predicador no se atreve a ofrecer cosa ninguna porque sabe que no le creerían; tampoco dará mucho ni muy bueno, porque ya se conoce lo que puede dar un diablo°».

63 Ibid. : « Saldrá el día que salga, porque el diablo no acostumbra a contraer obligaciones, y no sabe los quehaceres que le pueden ocurrir por el otro mundo.°»

64 Ibid. : « Después de haberle leído se sabrá lo que contiene; al pagarle se verá lo que cuesta; si gusta no parecerá caro; y sino cada uno sabe lo que tiene que hacer, y el pobre diablo tendrá que aprender otro oficio°».

65 Ibid. : « Como Diablo no dejará de sacar la pata alguna vez para tentar a los buenos […]°».

66 «°Tentación°», in Diccionario de Autoridades, Tome VI, Imprenta de la Real Academia Española, 1739, p. 250 : «° Instigación, o estímulo, que induce, o persuade à alguna cosa mala. Algunas veces se toma por el sujeto, que induce, o persuade°».

67 « Diablo », in Diccionario de Autoridades, Tome III, Imprenta de Real Academia Española, 1732, p. 258°: «°Nombre general de los Ángeles arrojados al abismo, y de cada uno de ellos, que significa lo mismo que Adversario, calumniador, y tentador°».

68 Ibid., Tome V, « El Orador Evangélico, que predica o declara la palabra de Dios. Sale del Latino Praedicator. Latín. Concionator. PART. 1. tit. 5. l. 41. Demostradores y Predicadores de la Fe de nuestro Señor Jesucristo deben ser los Perlados mayores. OÑA, Postrim. lib. 1. cap. 2. Disc. 1. Este es el oficio del Predicador Cristiano, del Confesor y Padre de almas ».

69 DUFOUR, Gérard, Sermones revolucionarios del Trienio Liberal (1820-1823), Alicante, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert, colección «°Espejo de Clio°», n° 5, 1991, pp. 10-23.

70 Ibid., pp. 23-53.

71 DP, n° 1, p. 4 : «°el evangelio político°».

72 DP, n° 7, pp. 49-50 : « Hoy no hay Sermón, porque nos hemos visto precisados a complacer a una señorita, que nos ha suplicado insertemos en nuestro periódico el siguiente: ARTÍCULO.°»

73 DP, n° 24, pp. 185-191.

74 DP, n° 1, pp. 7-8; n° 2, pp. 11-12°; Ibid., pp. 12-13°; Ibid., pp. 13-16°; n°3, p. 23° ; Ibid., pp. 23-24 °; n° 5, pp. 38-39°; n° 6, pp. 47-48°; n° 7, pp. 49-55°; Ibid., pp. 55-56 °; n° 12, pp. 90-92°; Ibid., pp. 93-94°; n° 14, pp. 105-106 °; n° 15, pp. 114-118.

75 DP, n° 4, pp. 31-32°; n° 5, p. 39.

76 DP, n° 5, p. 40 : «°AVISO. Se nos ha remitido por el correo un artículo bajo el nombre de Uno, que por la materia que trata no puede insertarse sin que su autor se dé a conocer, por lo que damos este aviso para que si gusta se presente a prestar su firma°».

77 Un article remis par El Holgazán porte la date du 16 juin 1820 dans ce même numéro 3 du DP.

78 DP, n° 3, p. 24 : «°Siendo infinitos los amigos que el diablo tiene en todas partes, y no menos los que desean estar en correspondencia con él, son tantos los artículos que se nos remiten para insertar en nuestro Periódico, que no nos es posible complacer a todos como lo desearíamos°; por lo que, y creyendo que en pocas palabras se podrá muchas veces decir todo lo útil que contengan aquellos ; parece será oportuno extractar muchos de ellos, y así se verificará en lo sucesivo con los que hallándose en el expresado caso no tengan una nota que diga°: no se podrá extractar°: cuya igual regla se observará con los que ya se nos han entregado, sino acuden sus autores antes del día 22 del corriente á ponerles la expresada nota.°»

79 «°Extracto de un artículo comunicado°», in DP, n° 4, pp. 31-32.

80 DP, n° 3, p. 24.

81 DP, n° 5, pp. 39-40.

82 DP, n° 13, pp. 101 ; n° 15, pp. 118-119°; n° 20, pp. 147-154.

83 DP, n° 13, pp. 97-100.

84 DP, n° 2, p. 16.

85 DP, n° 3, p. 20; n° 6, p. 45.

86 DP, n° 4, p. 29.

87 DP, n° 17, p. 136.

88 DP, n° 4, p. 32.

89 DP, n° 12, p. 96.

90 « Cortes », in DP, n° 9, pp. 67-69 ; n° 10, pp. 78-80 ; n° 11, pp. 83-87°; n°12, pp. 94-95 ; n° 13, pp. 101-103 ; n° 14, pp. 106-111.

91 Constitución política de la Monarquía Española. Promulgada en Cádiz a 19 de Marzo de 1812, Cádiz, Imprenta Real, 1812, p. 6°: « La Religión de la Nación española es y será perpetuamente la católica, apostólica, romana, única verdadera. La Nación la protege por leyes sabias y justas, y prohíbe el ejercicio de cualquier otra ».

92 Voir à ce sujet DUFOUR, Gérard, Sermones revolucionarios del Trienio liberal (1820-1823), op. cit., pp. 10-11.

93 Ibid., p. 12.

94 Ibid., p. 37.

95 « Tercer sermón », in DP, n° 3, pp. 17-19.

96 Ibid., p. 17 : « Permitidme, Padres de la Patria, a quienes debía también dirigir hoy mi palabra […] ».

97 Ibid. : « Todavía subsiste sobre la primera puerta de la Casa negra de esta Ciudad la piedra blanca en que está grabado el Exurge Domine, judica causam tuam : todavía subsiste sobre la puerta interior el escudo de armas con la espada desnuda al lado de de la Cruz, y la terrible inscripción de Tribunal Apostólico y Real de la Santa Inquisición. ¿°No habrá en Valencia un picapedrero y un albañil que hagan desaparecer estos recuerdos de de la barbarie de aquel puñado de fanáticos, cuyo oficio estabais obligados a llamar santo°? »

98 Ibid. : « esos miserables ministros ».

99 LLORENTE, Juan Antonio, Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne, depuis l’époque de son établissement par Ferdinand V, jusqu'au règne de Ferdinand VII, tirée des pièces originales des archives du Conseil de la Suprême et de celles des tribunaux subalternes du Saint-Office. Traduite de l’espagnol sur le manuscrit et sous les yeux de l’auteur par Alexis Pellier, Tome IV, Paris, Treuttel et Würtz, 1818. Voir en particulier, le chapitre XLVI intitulé « Dénombrement des victimes de l’Inquisition, et tableau chronologique des inquisiteurs généraux sous lesquels les exécutions ont eu lieu », pp. 242-273. Les chiffres annoncés par Llorente sont les suivants : Condamnés brûlés en personne : 31 912, condamnés brûlés en effigie : 17 659, pénitents condamnés à des peines rigoureuses : 291 450. Soit un total de 341 021 personnes condamnées par l’Inquisition (p. 271). Voir également, DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822). Contribution à l’étude du Libéralisme chrétien en France et en Espagne au début du XIXe siècle, Genève, Droz, 1982, p. 126.

100 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del Rey Intruso, Prensas de la Universidad de Zaragoza, 2014, p. 168.

101 Idem., pp.  220-222.

102 « Tercer sermón », in DP, n° 3, p. 17 : « […] por espacio de trescientos treinta y nueve años ; en los cuales han quemado en persona 32 382 de sus semejantes°; en estatua 17 686°; y condenado a reclusión 291 450. Estas 314 518 víctimas pertenecerían a otras tantas familias, las cuales todas quedaron infamadas sin distinción de personas […] ».

103 DUFOUR, Gérard, Clero y sexto mandamiento. La confesión en la España del siglo XVIII, Valladolid, Ámbito, 1996, p. 55-61 ; Id., Sermones revolucionarios del Trienio liberal (1820-1823), op. cit., pp. 11-12.

104 « Tercer sermón », in DP, n° 3, p. 18°: «  […] el que en vida no había querido pagar una bula, entrar en una cofradía, o contribuir con el torrezno al Predicador de Semana Santa, tuviese que sufrir un continuo cordelejo después de encerrado o reducido a cenizas. »

105 DUFOUR, Gérard, Clero y sexto mandamiento…, op. cit., p. 17.

106 « Tercer sermón », in DP, n° 3, p. 18° : « Un Pintor que no quiso tapar con una hoja de higuera la parte más graciosa, y él que había trabajado con más primor, de una figura que representaba la metamorfosis de la costilla de Adán°: un Poeta que se atrevió a llamar divina a su adorado tormento […] una muchacha que tenía el maldito vicio de dormir sin camisa […] una Beata que tiró las tenazas al gato con rabia, y le dijo maldito seas […] ».

107 Ibid., p. 18 : « ¿°os parecerá que estos herejotes fueron otros tantos Arrios, Calvinos y Luteros°? nada de eso […] ».

108 Ibid., p. 17°: « […] recordaos la conducta de esos miserables ministros, que abusando de la Religión y de vuestra credulidad, habían logrado hacerse dueños de vuestras vidas, honras y haciendas, y han dispuesto de ellas a su arbitrio […] ».

109 Ibid., p. 18°: « Las expresadas víctimas tendrían bienes y propiedades, porque los delitos encargados al Santo Oficio eran privilegiados, y no podía incurrir en ellos ningún pobre miserable. Estos bienes entraban in corbonam porque no eran el precio de la sangre°; porque en buena guerra es lícito el botín°; y porque si con arreglo a las leyes de sanidad corporal todo lo que poseía el sentenciado se declara por buena presa […]. Por otra parte los bienes de los herejes debían estar infestados, y no era regular exponer a sus herederos a que tuviesen su misma suerte […] ».

110 Ibid., pp. 18-19°: « Conozco muy bien la necesidad que tenéis de reconciliaros para evitar que vuelva a introducirse entre vosotros el espíritu de partido, que podría oponer grandes obstáculos a vuestra felicidad°: sois liberales, y no debéis perder ninguna ocasión de acreditarlo°: encomendarlos a Dios, pues fallecieron por dicha de la humanidad°; y sea ésta el único aspecto bajo el que se presenten a vuestra memoria°; ellos y sus sectarios admirarán vuestra generosa indulgencia°; poco a poco irán reconociendo sus extravíos, y renunciarán para siempre de sus miserables máximas°; pero si os ponéis en contradicción con los mismos principios que proclamáis°; si queréis apropiaros de todas sus ventajas, diciendo al prójimo contra una esquina°; si les enseñáis la horca antes que el lugar°: se harán la cuenta de que presos por mil, presos por mil quinientos, y podían declararse abiertamente vuestros enemigos irreconciliables ».

111 Ibid., p. 19°: « Contemplación, condescendencia y generosidad para lo pasado hasta la época de vuestra regeneración°; vigilancia, exactitud y vigor para observar y sostener las nuevas instituciones°: estos son los polos en que debe girar la rueda de vuestra fortuna, si queréis fijar su movimiento para siempre ».

112 DP, n° 9, p. 65 : « Una nación envilecida y degradada por muchos siglos de opresión, sumergida en la más crasa ignorancia, dominada por el fanatismo […] ».

113 DP, n° 8, pp. 57-59.

114 Ibid., p. 57°: « […] la masa de bienes, destinada a la subsistencia del clero, es excesiva, pues disfruta todavía ese cúmulo inmenso de bienes y propiedades que la barbarie de los siglos, la ignorancia y simplicidad de los pueblos, y una combinada política depositó en sus manos, y además las rentas y tesoros procedentes de los diezmos°: tributo monstruoso a que están afectas en beneficio del Clero casi todas las tierras de la Monarquía ».

115 Ibid., p. 57 : « carga pesadísima que recae solamente sobre la profesión más útil de la sociedad, y sobre los ciudadanos más dignos de la protección de las leyes ».

116 Ibid. : « Este desorden ya no debe tolerarse por más tiempo en el estado°: porque choca y pugna con las luces de la razón, y es contrario al bien de la sociedad que el Clero sea rico y poderoso, y el pueblo muy pobre».

117 Ibid., pp. 57-58 : « La magnificencia de los edificios, la abundancia, comodidad, regalo y fausto de los principales Ministros del Santuario, es un insulto que se hace a la miseria pública, y ofende vivamente el amor proprio de tantos oficiales y magistrados que consagrando sus vidas y talentos al servicio de la Patria, se ven sujetos a mil privaciones, y a vivir con gran economía. […] los Párrocos, esta clase tan acreedora por todos títulos a nuestra consideración, esa porción escogida del Clero, que sin embargo de ser la más laboriosa, la más útil y necesaria al estado, es la más desatendida, y carece en lo general de medios para vivir con decoro […]. […] los Párrocos […] trabajando incesantemente en el bien espiritual de sus feligreses, levantándose de la cama a deshora en las noches más borrascas y terribles, y haciendo a veces caminatas a pie por sitios ásperos y fragosos para administrar los Sacramentos ».

118 Ibid., p. 58 : « […] al paso que un Canónigo, cuya obligación está reducida principalmente a la asistencia del coro, y que bajo este respeto debemos considerarle como un mero cantor, nada en la abundancia, y ofrece la majestad, brillo y esplendor de un distinguido magnate, y acaso sin otros méritos que los del favor o la intriga. »

119 Ibid., p. 58-59 : « […] el Gobierno debe […] también cortar a la raíz los abusos introducidos°; no sólo en lo general, sino en las clases de particulares ».

120 Ibid., p. 58 : « Los Arzobispados, cuyo cargo y obligaciones deben ser iguales, ¿por qué no habían de estar igualmente dotados? ¿Por qué el de Toledo ha de disfrutar tres o cuatro veces más rentas que el de Tarragona […]°? Lo mismo digo en proporción de los Obispos, Canónigos, &c.  » En effet, comme le relevait très justement Navas, l’évêché de Tolède, le plus riche d’Espagne, avait une rente annuelle de 4 000 000, le deuxième, celui de Valence, de 2 000 000 de réaux tandis que le plus pauvre, celui de Ciudad Rodrigo, 83 000. Voir à ce sujet, DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del Rey Intruso, op. cit., p. 32-33.

121 Ibid., p. 58 : « Pues yo no encuentro ninguna dificultad, entes me parece que sería muy arreglado, que así como todos los Ministros, Generales, Intendentes, &c. gozan un mismo sueldo respectivamente a sus empleos, se verificase lo mismo con aquellos [Arzobispos y obispos]. »

122 Voir à ce sujet, DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del Rey Intruso, op. cit., p. 28-37.

123 Ibid., p. 30.

124 DP, n° 8, p. 58 : « No hay cosa más justa que destinar las catedrales como casa de retiro para los Párrocos que han apurado sus años y su vida en beneficio público […]. »

125 Ibid., p. 58-59 : « Estas y otras reformas necesita sufrir el Clero español, para nivelarle con las demás clases de la nación°: si todas no se pueden practicar en el día, conviene al menos tenerlas presentes parea cuando el estado se encuentre en el caso de verificarlas. »

126 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., p. 375 p.

127 Voir à ce sujet CAVAILLON GIOMI, Joan, Le Monde de l’édition sous le règne de Charles IV (1789-1808) à travers les annonces de librairie des journaux madrilènes, Thèse de Doctorat, Aix-Marseille Université, 2013, 548 p. ; Id., « La presse madrilène au service de l’information littéraire dans l’Espagne de la fin de l’Ancien Régime (1789-1808), in Annie CHARON, Sabine JURATIC, Isabelle PANTIN (eds.), L’Annonce faite au lecteur, Louvain, Presses Universitaires de Louvain - L’Atelier d’Érasme, p. 209-230.

128 MUÑOZ SEMPERE, Daniel, « La libertad de imprenta y la abolición de la Inquisición », in LARRIBA, Elisabel, DURÁN LÓPEZ, Fernando (eds.), El nacimiento de la libertad de imprenta. Antecedentes, promulgación y consecuencias del Decreto de 10 de noviembre de 1810, Madrid, Sílex ediciones, 2012, p. 283.

129 Tous les livres annoncés dans le Diablo predicador (nous écartons ici les périodiques) étaient vendus à Valence chez les imprimeurs-libraires Domingo et Mompié. Soit un total de 67 sur 80.

130 DUFOUR, Gérard, Sermones revolucionarios del Trienio Liberal (1820-1823), op. cit., p. 7°: « […] la Comisión eclesiástica para los asuntos de España, creada en el seno de la Curia Romana en 1820, declaró, por la voz de Monseñor Du Mont, que los españoles no podían prestar juramento de fidelidad a la Constitución de 1812, recientemente jurada por el propio monarca, Fernando VII, por el hecho de que ésta establecía la libertad de imprenta. »

131 DP, n° 22, p. 176 : « En esta homilía manifiesta este prelado su espíritu e ideas liberales, excitando a sus diocesanos a la unión y conformidad con el Gobierno democrático de la república Cisalpina a que pertenecía su diócesis, idéntica por su filiación a la francesa, cuyas instituciones es bien notorio no admiten frailes ni monjas, al mismo tiempo que hicieron notables reformas en la disciplina exterior de la Iglesia, aboliendo diezmos y primicias, desaforando radicalmente a los eclesiásticos, y dejándolos en clase de puros pensionarios del Estado. Todo contra las opiniones vertidas por el Excelentísimo e Ilustrísimo Señor D. Fr. Veremundo Arias de Texeiro, actual arzobispo de esta diócesis de Valencia, en su representación a las Cortes. El contraste que ofrece dicha representación con la citada Homilía, obliga a que esta se propague por medio de la reimpresión, a fin de que a los incautos o los preocupados tengan por desengaño la autoridad del Primado de la Iglesia. »

132 DP, n° 13, p. 103 : « […] da una idea más aproximada que cuantos escritos modernamente se han publicado del ascendiente que la extinguida Inquisición tomó en nuestra patria con ofensa de la Religión de Jesucristo, que a fuerza de horrores intentaban conservar ilesa; teniendo este documento la circunstancia de ser irrecusable por su autenticidad. »

133 DP, n° 22, p. 176.

134 Ibid. : « Contiene ahora una advertencia preliminar relativa a la cruel persecución que durante cuatro años ha experimentado el autor, a causa de los dos escritos mencionados. »

135 Apéndice al dictamen sobre el tribunal de la Inquisición, Que en las Cortes celebradas el año de 1813 dio el Dr. D. Antonio José Ruiz de Padrón, Diputado por las Islas Canarias, Madrid°: en la Imprenta de la calle de de la Greda, 1820, pp. 26-34.

136 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, Alicante, Instituto de Estudios Juan Gil-Albert, 1985, pp. 179-180.

137 Ibid., p. 183.

138 Ibid., p. 187.

139 Ibid., p. 209-212.

140 DUFOUR, Gérard, « El Santo Oficio de la Inquisición como revelador de la crisis del Antiguo Régimen°», in Primer Congreso virtual de Historia contemporánea. La Iglesia y la crisis del Antiguo Régimen, CDrom, UNED-Microsoft, 2000, 21 p.

141 Voir à ce sujet : « Sesión del día 30 de marzo de 1813°», in Diario de las discusiones y actas de las sesiones, Tome XVIII (1813) Cádiz, p. 89°; FERNÁNDEZ SEBASTIAN, Javier, «°Liberales y liberalismo en España, 1810-1850. La forja de un concepto y la creación de una identidad política°», in Revista de Estudios Políticos (nueva época), n° 134 (2006), p. 142°; RODRÍGUEZ MORÍN, Felipe, «°La «°impía°» imprenta y librería mallorquina de Miguel Domingo (1818-1814)», in Cuadernos de Ilustración y Romanticismo, n° 19 (2013), p. 372 et 386, http://revistas.uca.es/index.php/cir/article/view/1895/1713

142 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, op. cit., p. 30.

143 Ibid., p. 204.

144 Ibid., p. 215.

145 Defensa de las Cortes, y de las regalías de la Nación, en contestación a la instrucción pastoral de los seis reverendos Obispos refugiados en Mallorca, Cádiz, Imprenta de García Campoy, 1813, 8 + 62 p.

146 Ibid., pp. 189-201.

147 DUFOUR, Gérard, «°¿°Cuándo fue abolida la Inquisición en España°?°», in Cuadernos de Ilustración y Romanticismo, n° 13 (2005), p. 103.

148 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, op. cit., pp. 99-104.

149 Ibid., pp. 104-107.

150 Ibid., p. 107.

151 Memoria de la vida política y religiosa de los Jesuitas, donde se prueba que no han debido volver a España por ser perjudiciales a la Religión y al Estado. Escrita en obsequio de Dios, del Rey y de la Patria, por D. A. Zeper Gazoaraz, Madrid, Imp de Alvarez, 1820, 72 p.

152 GIL NOVALES, Alberto, Diccionario Biográfico de España (1808-1833), op. cit., http://diccionario.historia.fundacionmapfre.org/bio.php?id=100465

153 Proyecto de Decreto sobre el Plan general de enseñanza presentado a las Cortes por la Comisión de Instrucción Pública e impreso por la misma, Madrid, Imprenta Nacional, 1820, 20 p.

154 Memoria de la vida política y religiosa de los Jesuitas, donde se prueba que no han debido volver a España por ser perjudiciales a la Religión y al Estado. Escrita en obsequio de Dios, del Rey y de la Patria, por D. A. Zeper Gazoaraz, op. cit., p. 72°: «°[…] pues el hombre que come y no trabaja es una carga en la sociedad […]°»

155 Ibid., p. 14.

156 Ibid., p. 69-72.

157 Ibid., p. 73 : « Por un lado se disminuiría considerablemente esa masa enorme de bienes amortizados […] al paso que aumentándose con su venta el número de propietarios, crecería en breve la población proporcionando ciudadanos y brazos útiles a la sociedad […] »

158 El Español, n° 13 (mars 1813), pp. 177-194.

159 Reforma de los regulares de España, sacada del Español número 30, Cádiz, Imprenta de Lema, 1813, p. 3 : «°Las Cortes están tratando de establecer algunos reglamentos acerca de las casas religiosas de España.°» Voir par ailleurs au sujet de la réforme du clergé régulier, LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia. Las Cortes de Cádiz, op. cit., pp. 139-169.

160 Reforma de los regulares de España…, op. cit., p. 8 : «°Si a mí se me preguntase en abstracto si debían existir frailes, no dudaría un momento decir que no.°» et plus loin, p. 8 : «°¿°Deberá, pues, abolirse una profesión que tantos males causa°? Repito que considerada esta cuestión en abstracto, no cabe duda en que su abolición sería un bien.°»

161 Ibid., p. 9 : « La opinión pública en España está aún muy lejos de hallarse dispuesta a sufrir la extinción de las órdenes religiosas. »

162 Ibid., p. 12 : « España necesita de ciudadanos activos, España necesita de aumento en su población, España necesita de soldados. »

163 Ibid., pp. 13-16.

164 Ibid., pp. 16-21 : «°Solo la costumbre de ver esas prisiones que llaman asilos de la virtud femenil, puede hacer que un alma sensible no se estremezca al pasar por junto a una de ellas. Los más feroces delincuentes no están guardados con igual seguridad y aparato. Paredes gruesas, ventanas que apenas dejan bastante entrada a la luz, rejas erizadas de puntas, puertas dobles, cerrojos pesados, llaves enormes; todo presenta la imagen de una cárcel en que apenas bastan precauciones para que no escapen los forzados. […] jamás ha llegado el refinamiento de la opresión y crueldad a tan alto punto en ninguna parte del mundo […]. Por él, y en nombre de la humanidad suplico al gobierno español, que tome en consideración este punto. […] Si aun se quieren votos y obligaciones, pónganse por tiempo limitado, y renuévense a voluntad de quien los presta. […] Establézcase que las monjas hagan sus votos cada dos años, y que puedan salir del convento y renunciar el hábito y todas sus obligaciones al cabo de dicha época, si no se hayan dispuestas a renovarlas para otra igual.°»

165 Ibid., p. 17 : « He aquí no el plan sino algunos de de los pensamientos sueltos que pueden tenerse presentes, si se quiere formar uno que remedie los gravísimos inconvenientes del estado religioso, sin extinguirlo. »

166 Colección diplomática de varios papeles antiguos y modernos, sobre dispensas matrimoniales y otros puntos de disciplina eclesiástica, Madrid, Imprenta de Ibarra, 1809, XII + 272 + 8 p.

167 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., p. 25.

168 Voir à propos de la Colección diplomática…, DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del Rey Intruso, op. cit., pp. 155-138 et sur le décret d’Urquijo, DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., pp. 14-15 ; Id., « Las ideas político-religiosas de Juan Antonio Llorente », in Cuadernos de Historia Contemporánea, n° 10 (1988), pp. 14-15.

169 Disertación sobre el poder que los reyes de España ejercieron hasta el siglo duodécimo en la división de obispados y otros puntos conexos de disciplina eclesiástica, con un apéndice de escrituras, en que constan los hechos citados en la disertación, Madrid, Imprenta de Ibarra, 1810, VIII + XVI + 246 p.

170 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente. El factótum del Rey Intruso, op. cit., pp. 143-146.

171 Ibid., p. 16.

172 Discursos sobre una Constitución religiosa considerada como parte de la civil nacional : su autor un americano : las da a luz D. Juan Antonio Llorente, doctor en sagrados cánones, Paris, Imprenta de Stahl, 1820, XVI + 223 p.

173 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., p. 208.

174 Ibid., p. 211.

175 Ibid., p. 212.

176 Ibid.

177 Ibid.

178 Ibid., p. 212.

179 DUFOUR, Gérard, « La diffusion en France et en Espagne du libéralisme chrétien dans les années 1820 », in DUFOUR, Gérard, RUBAT DU MÉRAC, Marie-Anne, VIRLOGEUX, Georges, Libéralisme chrétien et catholicisme libéral en Espagne, en France et en Italie dans la première moitié du XIXe siècle. Colloque Internationale 12/13/14 novembre 1787, Aix-en-Provence, publications Université de Provence, 1989, p. 270.

180 Voir Annexe.

181 DP, n° 15, pp.119-120 : « Comprendiendo bajo el nombre de Política eclesiástica las varias memorias, discursos y tratados ya impresos, ya manuscritos, acerca de materias, en que tanto importa en el día ilustrar a unos, rebatir a otros, y disipar la infundada timidez de muchos menos instruidos, luchando con mano fuerte contra la hipocresía y el fanatismo […] »

182 DUFOUR, Gérard, « La diffusion en France et en Espagne du libéralisme chrétien dans les années 1820 », op. cit., p. 270.

183 DUFOUR (Gérard), LARRIBA (Elisabel), « Clero y opinión pública ante el celibato eclesiástico de la Ilustración al Liberalismo », in FERNÁNDEZ (Roberto), SOUBEYROUX (Jacques) ed., Historia social y literatura. III Familia y clero en España, Lleida, Milenio, 2004, p. 158.

184 Ibid., pp. 146-154.

185 LA PARRA LÓPEZ, Emilio, El primer liberalismo español y la Iglesia, op. cit., p. 164.

186 DUFOUR, Gérard, LARRIBA, Elisabel, « Clero y opinión pública ante el celibato eclesiástico de la Ilustración al Liberalismo », op. cit., p. 160.

187 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France (1813-1822), op. cit., p. 214.

188 DUFOUR, Gérard, « La diffusion en France et en Espagne du libéralisme chrétien dans les années 1820 », op. cit., p. 271.

189 RODRÍGUEZ GUTIÉRREZ, María, « La Inquisición por dentro o el día 8 de marzo de 1820, de Francisco Verdejo y Páez (1820) », in Quimera. Revista de Literatura, n° 383 (2015), p. 21.

190 Voir au sujet de Cornelia Bororquia, l’introduction à l’œuvre réalisée par Gérard DUFOUR (pp. 11-62), in GUTIÉRREZ, Luis, Cornelia Bororquia o La víctima de la Inquisición (Edición de Gérard DUFOUR), Madrid, Cátedra, 2005, 206 p.

191 DP, n° 22, p. 175 : « proporciona al poeta presentar una pintura histórica de la execrable Inquisición, una patética descripción de sus tormentos, proceder oscuro, delaciones calumniosas, crímenes y demás infernales trofeos, cuya memoria nos hará felicitar eternamente del triunfo de nuestra libertad nacional sobre las ruinas del fanatismo religioso y tiranía política. »

192 Diario de Madrid, n° 267 (samedi 23 septembre 1820), p. 430: « Nota. El domingo 24 se ejecutará el drama nuevo en 4 actos titulado la Inquisición : ésta pieza original, que reúne a un argumento interesante el cuadro de los odiosos procederes de aquel extinguido tribunal, representando con él la lucha de la virtud sensible e ilustrada contra la hipocresía y fanatismo , disfrazados con la máscara de la Religión, ha parecido a la sociedad de actores de dicho teatro la más apropósito para celebrar el fausto aniversario dé la instalación de la Cortes extraordinarias°; a cuyo ilustrado patriotismo debió España la abolición de un establecimiento tan contrario al espíritu del Evangelio, a la propagación da las luces y a la libertad individual. »

193 Voir à ce sujet CARNERO, Guillermo, « Sobre La novicia de José María de Carnerero (una corrección fraterna a don Emilio Cotarelo y compañía », in Homenaje al profesor Antonio Gallego Morell, Tome I, Granada, Universidad de Granada, 1989, pp. 289-302.

194 Ibid., pp. 301-302.

195 La date et le lieu nous sont connus grâce à l’exemplaire manuscrit conservé à la Biblioteca Nacional de España (MSS/16015).

196 Voir ce passage dans CARNERO, Guillermo, « Sobre La novicia de José María de Carnerero (una corrección fraterna a don Emilio Cotarelo y compañía », op. cit., p. 294.

197 DP, n° 13, p. 104 : « ¡°Cuántas víctimas arrancará al fanatismo, ignorancia, superstición y codicia nuestro sabio Congreso nacional abriéndoles las puertas del encierro de su desesperación°! »

198 La Inquisición vengada contra libertinos, Palma, Imprenta de Miguel Domingo, 1813, 9 p.

199 Índice último de los libros prohibidos y mandados expurgar para todos los Reinos y Señoríos del Católico Rey de las Españas, el Señor Don Carlos IV. Contiene en resumen todos los libros puestos en el Índice Expurgatorio del año 1747, y en los Edictos posteriores, hasta fin de Diciembre de 1789. Formado y arreglado con toda claridad y diligencia, por mandato del Excmo. Sr. D. Agustín Rubín de Cevallos, Inquisidor General, y Señores del Supremo Consejo de la Santa General Inquisición: impreso de su orden, con arreglo al Ejemplar visto y aprobado por dicho Supremo Consejo, Madrid, Imprenta de Don Antonio Sancha, 1790, p. 105.

200 FLEURY, Claude, Discursos sobre la Historia eclesiástica, Tome I, Palma, Imprenta de Miguel Domingo, 1813, 12 + 275 p.

201 Ibid., Tome II, Valencia, Imprenta de Domingo y Mompié, 1820, 6 + 231 p.°; Ibid., Tome II, Valencia, Imprenta de Domingo y Mompié, 1821, p. 240 p.

202 DP, n° 16, pp. 127-128.

203 Ibid., p. 128 : «°Constará la colección de tres tomos en octavo. Se admiten suscripciones por todo el Octubre […].°»

204 Ibid. : « Al entregar los suscriptores el importe total recibirán el primer tomo, y muy luego los otros dos que se están ya imprimiendo. »

205 DP, n° 16, p. 128 : « El resumen de las materias que contienen los doce Discursos de esta colección, es la única recomendación digna que puede hacerse de su mérito y de la oportunidad de publicarlos traducidos a nuestra lengua para generalizar ciertos conocimientos sobre cuyo olvido la ignorancia, la superstición y el fanatismo habían fundado el imperio del despostismo. »

206 Ibidem. : « El duodécimo Discurso sobre la libertad de la Iglesia galicana es muy interesante […]. »

207 Voir à ce sujet DUFOUR, Gérard, « De la Ilustración al Libéralismo : el clero jansenista », in PÉREZ, Joseph, ALBEROLA, Armando (eds.), España y América entre la Ilustración y el Liberalismo, Alicante, Instituto de Cultura Juan Gil-Albert – Casa de Velázquez, 1993, pp. 57-68.

208 GIL NOVALES, Alberto, Diccionario Biográfico de España (1808-1833), op. cit., http://diccionario.historia.fundacionmapfre.org/bio.php?id=109078

209 Conducta de los RR. PP. Provincial y definitorio de menores observantes de S. Francisco de Asís de la ciudad de Palma de Mallorca, sobre el auto de prisión dados por el Juez de primera instancia D. Ignacio Pablo Sandino, contra las persona del M. R. P. Strauch, fraile de dicha orden, y en la actualidad obispo de Vich, Palma, Imprenta de Miguel Domingo, 1813, 8 p. Voir à propos du Père Strauch et des raisons de son emprisonnement à cause de ses idées GIL NOVALES, Alberto, «°La Antorcha, Palma 1813°», in El Argonauta Español, n° 5 (2008), https://argonauta.revues.org/984

210 Respuestas a las seis primeras proposiciones de la carta inserta en los números 24 y 25 del periódico el Universal Observador Español, título Variedades, Vich, [s.n.], 1820, 16 p.

211 Cf. Annexe.

212 Índice general de los libros prohibidos, compuesto del índice último de los libros prohibidos y mandados expurgar hasta fin de diciembre de 1789 por el señor Inquisidor General y señores del Supremo Consejo de la Santa General Inquisición, de los suplementos del mismo, que alcanzan hasta 25 de agosto de 1805, y además de un índex librorum prohibitorum juxta exemplar romanum jussu SS. D. N. editum anno MDCCCXXXV, en el que van intercalados en sus respectivos lugares los prohibidos hasta fin de 1842, Madrid, Imprenta de D. José Félix Palacios, editor, carrera de S. Francisco, n° 6, 1844.

213 Suplemento al índice general de los libros prohibidos, que comprende los edictos de la Inquisición posteriores al 25 de agosto de 1805 hasta 29 de mayo de 1819 (último que publicó) y los decretos de S. Santidad y de la Sagrada Congregación del índice hasta 3 de marzo de 1846, Madrid, Imprenta de D. José Félix Palacios, editor, carrera de S. Francisco, n° 6, 1848.

214 Índice de los libros prohibidos por el Santo Oficio de la Inquisición española, desde su primer decreto hasta el último, que expidió en 20 de mayo de 1819, y por los Rdos. Obispos españoles desde hasta fecha hasta fin de diciembre de 1872: por el Dr. D. León Carbonero y Sol. Director de «La Cruz», revista religiosa. Con licencia y aprobación de la Autoridad eclesiástica, Madrid, Imprenta de D. Antonio Pérez Dubrull, Jesús del Valle, núm. 15, 1873.

215 «°Edicto de la Suprema y general Inquisición, en el que se anotan, y señaladamente se condenan como contrarios a la religión y al Estado las obras o folletos que en estos últimos tiempos se han impreso; cuya prohibición también es extensiva, y con acuerdo de S. M. se manda recoger hasta que sean examinados y calificados los designados en la lista adjunta, que con el nombre de periódicos han circulado por toda la nación°», in Decretos del Rey Don Fernando VII. Año segundo de su restitución al trono de las Españas. Se refieren todas las reales resoluciones generales que se han expedido por los diferentes ministerios y consejos en todo el año de 1815. Por Don Fermín Martín de Balmaseda, Tome II, Madrid, Imprenta Real, año de 1816, pp. 505-517.

216 Cf. Annexe.

217 Ibidem.

218 Colección eclesiástica española comprensiva de los Breves de S.S., Notas del M.R. Nuncio, Representaciones de los S.S. Obispos, Pastorales, Edictos, etc., con otros documentos relativos a los innovaciones hechas por los constitucionales en materias eclesiásticas desde el 7 de marzo de 1820, Madrid, Imprenta de Aguado, 1823-1824.

219 DUFOUR, Gérard, « La Iglesia española y la prensa a principios del siglo XIX  », in AUBERT, Paul, DESVOIS, Jean-Michel (eds.), Les Élites et la presse en Espagne et en Amérique Latine des Lumières à la Seconde Guerre Mondiale, Madrid, Casa de Velázquez, 2001, p. 55 ; Ibid., Sermones revolucionarios del Trienio Liberal (1820-1823), op. cit., pp. 54-56

220 Colección eclesiástica española…, Tome X, op. cit., pp. 16-17.

221 Ibid., pp. 15-17 : « En estos cenagosos charcos beben muchos de nuestros periodistas las máximas impías de la Nación que publican en sus periódicos. Dicen que trabajan para ilustrar a sus conciudadanos; pero su trabajo se dirige a corromper sus costumbres, y a disponerlos para que abandonen la Religión Católica, Apostólica, Romana. En la mayor parte de sus folletos no vemos más que dicterios e injurias atroces y calumniosas contra los Ministros de la Religión, y planes monstruosos de reformas de la disciplina de la Iglesia que atacan su unidad, y promueven el cisma. No nos sugiere estas ideas un celo imprudente°: son hechos constantes a toda la Nación°; y entre otros muchos pueden verse refutados en varios números del Ciudadano despreocupado. A esto mismo conspiran las tropas auxiliares de la infame cofradía, que publican sus errores en Francia e Inglaterra para propagarlos en la amada Patria, digna de mejores hijos. En París publicó un fugitivo español [El señor Llorente, bien conocido por otras producciones de esta clase] una Constitución religiosa para una Nación libre independiente. En ella niega que sea de institución divina el Primado de los Papas sobre toda la Iglesia: reduce a nada los dogmas que creen y confiesan todos los católicos como artículos de fe: trata de seductores y tiranos a los Santos y venerables Obispos que asistieron y formaron los Concilios generales de Nicea, Calcedonia, Constantinopla y otros, negando que estas santas Congregaciones representan la Iglesia universal, y que tengan la autoridad que tributan a sus decisiones todos los católicos que los obedecen y respetan como a los Santos Evangelios; y con mucha razón porque es uno mismo el Espíritu de Dios que iluminó a los Evangelistas, y que ilumina a los Obispos reunidos en los Concilios. Niega a la Iglesia la autoridad de imponer preceptos; de modo que, según quiere este infeliz, los dogmas de nuestra santa fe no son más que opiniones, y los preceptos de la santa Iglesia no son más que consejos. No pensaba así el Emperador Justiniano, que mandó observar como leyes las reglas establecidas en dichos cuatro Concilios generales, Niceno, Constantinopolitano, Efesino y Calcedonense°; pero no es de admirar, porque Justiniano era un Emperador católico, y el autor de la Constitución indicada no debe mirarse, según dice un sabido diarista de París, sino como un hombre que ha naufragado en la fe. »

222 Índice de los libros prohibidos por el Santo Oficio de la Inquisición española… (1873), op. cit., p. 231.

223 Índice de los libros prohibidos… (1844), op. cit., p. 205.

224 DUFOUR, Gérard, « La diffusion en France et en Espagne du libéralisme chrétien dans les années 1820 », op. cit., p. 267.

225 DUFOUR, Gérard, Sermones revolucionarios del Trienio Liberal (1820-1823), op. cit., p. 48°: «°De este jansenismo (o catolicismo ilustrado), conservaba el liberalismo cristiano los dos puntos esenciales°: regalismo y episcopalismo que cuajaban en un concepto fundamental°: el de una iglesia nacional sometida no a la autoridad o arbitrio de Roma, sino del Monarca (en lo temporal) y de los concilios nacionales (en lo espiritual).°»

226 Ibidem. : « éste [le libéralisme chrétien] se oponía de lleno a la política absolutista de Fernando VII. »

Haut de page

Table des illustrations

Légende Source : El Diablo Predicador (1820-1821). Élaboration personnelle.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/2537/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joan Cavaillon Giomi, « Lorsque le Diable se mêle de Religion : le Diablo predicador (Valence, 1820-1821) », El Argonauta español [En ligne], 14 | 2017, mis en ligne le 30 mai 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://argonauta.revues.org/2537

Haut de page

Auteur

Joan Cavaillon Giomi

Aix Marseille Univ, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org