Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La presse espagnole et la Guerre civile. Entre rupture et propagande (1936-1939)

Introduction

Severiano Rojo Hernandez

Texte intégral

  • 1 GONZÁLEZ CALLEJA, Eduardo, « Reflexiones sobre el concepto de guerra civil », in Gladius, n° 20, 20 (...)

1Une guerre civile est un type de conflit bien particulier, qui contraint à radicaliser la pensée de la guerre. C’est un affrontement qui ignore les liens entre proches, génère une mobilisation massive et contamine l’ensemble du tissu social. Comme l’ont montré des luttes fratricides telles que la Guerre de Sécession ou la Commune, elle produit une rupture majeure et se traduit fréquemment par la marginalisation des vaincus, contraints de s’exiler ou de continuer à vivre – marqués par le stigmate de l’échec, mais aussi de la violence subie et des pertes endurées – dans le même territoire que leur ennemi. La guerre civile se différencie donc d’un affrontement traditionnel du fait de la nature de l’adversaire, du lien entre les forces en présence et de leur perception réciproque du territoire, objet du litige. Elle génère une violence et certaines formes de cruauté qui semblent parfois d’une intensité hors du commun, en raison, précisément, « de la proximité spatiale et confraternelle, qui existe entre les adversaires ». En ce sens, les « guerres civiles ne sont pas des guerres de conquête, mais plutôt des conflits où sont remises en question l’existence des groupes rivaux, leur identité collective, voire leur survie sur le plan physique. »1.

  • 2 SALAÜN, Serge, « La presse républicaine pendant la Guerre d’Espagne (1936-1939) », Typologie de la (...)
  • 3 Presse Ibérique et Latino-Américaine de Rennes 2.
  • 4 ÁLVAREZ, Jesús Timoteo (coord.), Historia de los medios de comunicación en España. Periodismo, imag (...)
  • 5 MADRID SANTOS, Francisco, La prensa anarquista y anarcosindicalista desde la I Internacional hasta (...)
  • 6 NÚÑEZ DIAZ-BALART, Mirta, La prensa de guerra en la zona republicana durante la guerra civil españo (...)
  • 7 Cf. Voir, par exemple, PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, « Los extranjeros y la Guerra Civil española  (...)

2De ce point de vue, la guerre d’Espagne est exemplaire. Les centaines de milliers de morts et la destruction d’une grande partie des infrastructures du pays illustrent parfaitement le niveau extrême de violence et les multiples ruptures que peut engendrer un tel affrontement. En ce qui concerne la presse, le constat est similaire. L’exécution de nombreux propriétaires, journalistes et employés de journaux, la réquisition, la suspension voire la suppression de centaines de quotidiens, hebdomadaires et revues témoignent de l’ampleur d’un phénomène, mettant à mal (par delà les victimes) la liberté d’expression. La Guerre Civile constitue en cela un moment fondamental dans l’histoire de la presse espagnole, comme le soulignent les colloques qu’organisent dans les années soixante-dix et quatre-vingts de prestigieux historiens tels que Manuel Tuñón de Lara. Parmi les approches novatrices qui se manifestent au cours de cette période figure notamment l’article de Serge Salaün « La presse républicaine pendant la Guerre d’Espagne (1936-1939) »2, publié en 1986, sous la direction de Danielle Bussy Genevois dans les actes du colloque Typologie de la presse hispanique, organisé par le groupe de recherche PILAR 23. Cette contribution a permis de mieux saisir l’ampleur des bouleversements et de comprendre l’impact complexe de la lutte armée sur la production et l’organisation des périodiques. Dès lors, cette thématique a été analysée dans de multiples colloques et publications, parmi lesquelles on peut citer Historia de los medios de comunicación en España. Periodismo, imagen y publicidad, sous la direction de Jesús Timoteo Álvarez4. Elle a également été traitée dans plusieurs thèses importantes5 et des ouvrages comme celui de Mirta Núñez Díaz-Balart, La prensa de guerra en la zona republicana durante la guerra civil española (1936-1939), paru en 19926. Cette étude consacrée aux journaux publiés par les combattants est devenue une référence incontournable, pour tous ceux qui s’intéressent à la presse espagnole pendant la Guerre Civile. Parmi les autres publications que l’on ne peut ignorer figurent également celles d’Alejandro Pizarroso, dont les travaux permettent de mieux appréhender le contenu et l’organisation de la propagande, tant dans la zone républicaine que franquiste7.

  • 8 Voir, par exemple, SEVILLANO CALERO, Francisco, Propaganda y medios de comunicación en el franquism (...)
  • 9 Voir, par exemple, MORENO SÁEZ, Francisco, La prensa en la provincia de Alicante durante la Guerra (...)
  • 10 FLEITES MARCOS, Álvaro, Prensa y guerra civil en Asturias. De las elecciones del Frente Popular a l (...)

3Si, ces dernières années, diverses études à caractère général ont été publiées – ou sont en passe de l’être – et permettent d’avoir une vision globale du rôle de la presse lors de l’affrontement8, la tendance à la « régionalisation » s’est également renforcée. Elle témoigne d’une certaine orientation de la recherche. Ainsi, dans les différentes communautés autonomes, des monographies ont abordé la question sous divers angles9, comme le montre, par exemple, l’étude récente d’Alvaro Fleites Marcos, Prensa y guerra civil en Asturias. De las elecciones del Frente Popular a la caída de Gijón (Enero 1936 – Octubre 1937)10. Ces travaux ont établi que l’analyse de la presse au cours de la lutte armée ne peut s’effectuer qu’en tenant compte de la multiplicité des cas de figure, qu’il n’existe pas de règle générale et que les observations réalisées dans certains territoires ne sont pas toujours exportables dans d’autres. C’est, en définitive, à une histoire plus soucieuse de la complexité de la réalité et de la diversité des situations que ces études nous ont permis d’accéder.

  • 11 DUBY, Georges, L’histoire continue, Paris, Editions Odile Jacob, 1991, p. 15.

4Cette richesse, cependant, ne doit pas faire oublier que l’on a encore tendance à faire une lecture de la presse au premier degré, à la percevoir comme un instrument permettant essentiellement de connaître l’actualité et les discours du moment. Si l’on ne peut méconnaître cette dimension, certes fondamentale, on ne saurait toutefois s’arrêter aux seules qualité ou véridicité des informations transmises par les journaux. Ce serait en effet ignorer que la presse constitue – au même titre que la société – « un système dont de multiples facteurs déterminent la structure et l’évolution », facteurs qui agissent et se modifient selon leur propre rythme, et qui doivent être considérés « dans l’indissociable cohésion qui les rassemble, si l’on veut comprendre le fonctionnement du système »11. Bien qu’à travers ces propos Georges Duby envisage une méthode d’analyse du monde social, il est pour le moins tentant de s’en emparer pour lancer une réflexion stimulante, concernant la presse et son évolution au cours de la guerre d’Espagne. C’est ce que propose aujourd’hui El Argonauta Español, dans un numéro qui donne lieu à la publication de huit articles. Tous contribuent, dans leur variété, à une meilleure compréhension des mécanismes en jeu, lors de cette période tragique.

5Élaborées par des chercheurs espagnols et français, la plupart des contributions s’inscrivent avant tout dans une logique de la description. Il s’en dégage une dynamique de lecture en deux temps, fondée, d’une part, sur la présentation des différentes situations et, d’autre part, sur leur interprétation. Les articles, en outre, proposent des études centrées tant sur le camp républicain que sur celui des franquistes et limitent, à l’exception de deux contributions, leur analyse à la période de la lutte armée, soit 1936-1939. Enfin, ils abordent la presse en tenant compte de sa diversité formelle (quotidiens, hebdomadaires, revues…), sans oublier les structures politiques dont elle dépend. Ce numéro propose ainsi non seulement une étude horizontale, ciblant le fonctionnement de la presse et de son discours, mais aussi verticale, mettant en valeur les instances chargées de déterminer son orientation idéologique. Dès lors, il permet de mieux décrypter toute la complexité des rapports entre la presse et son environnement, ainsi que les ruptures qu’a provoquées le conflit sur le plan médiatique.

6La lecture des divers travaux conduit à un premier constat : la guerre se traduit par un renforcement considérable de l’emprise du pouvoir politique. La liberté de presse s’estompe. La plupart des auteurs, de fait, soulignent l’étendue du contrôle exercé par les formations et les différents groupes impliqués, contrôle qu’ils analysent, en grande partie, à travers la propagande : ils mettent certes l’accent sur le rapport de force qui s’est instauré mais insistent particulièrement sur les stratégies d’endoctrinement. Javier Domínguez Arribas (« L’organisation de la presse et de la propagande dans l’Espagne rebelle [1936-1939] ») montre de la sorte la manière dont le camp franquiste bâillonne la presse et la transforme en un instrument chargé d’orienter l’opinion, en un vecteur au service du projet de société nationaliste, dans ses diverses déclinaisons. Il rappelle aussi un point important : les journaux et les différents périodiques sont, dans le camp franquiste, au cœur des enjeux, et rejoint en cela la contribution d’Antonio César Moreno Cántano (« La lucha por el control de la política informativa de la España franquista durante la Guerra Civil. El caso de las Oficinas Católicas de Información Internacional »). Ces deux chercheurs montrent en effet qu’il n’existe pas chez les dénommés rebelles, et ce contrairement à ce que l’on aurait pu croire, une planification extrêmement précise de la propagande, une unanimité totale sur la façon dont il faut l’orienter, ainsi que sur l’identité de l’organisme ou du groupe devant en assumer la direction. Le contrôle de la propagande fait l’objet d’un conflit intense. Autorités religieuses, phalangistes, monarchistes et militaires, tous s’opposent et se lancent dans des tractations, qui témoignent des lignes de fracture qui scindent le camp franquiste. Dès lors s’impose une observation essentielle sur le plan de la recherche : l’étude de presse et de son message au cours de la Guerre Civile contribue à une meilleure compréhension des déficiences et des divisions internes, autour desquelles se structurent les deux camps.

7Le deuxième constat que l’on peut effectuer concerne la diversité des situations que présente la presse : tandis que chez les militaires rebelles l’uniformité idéologique devient la règle, dans le camp républicain la presse offre un large éventail idéologique, qui ne cesse de se renforcer tout au long de la guerre. Les articles de Cindy Coignard (« Presse et propagande pendant la guerre civile espagnole : la participation des femmes du P.O.U.M. dans la guerre des idées [1936-1937] ») et d’Ana Martínez García (« De la Guerra Civil Española al exilio : discurso, propaganda y reflexión a través de la revista Nuestra Bandera ») sont de la sorte particulièrement révélateurs de la diversité existant dans le camp républicain. Ils abordent une question fondamentale, celle de la coexistence d’idéologies parfois profondément antagonistes, comme le sont le communisme, le trotskisme, l’anarchisme ou les nationalismes basque et catalan, doctrines qui forment néanmoins le socle d’un mouvement qui marque l’histoire du XXe siècle : l’antifascisme. Ces travaux, par ailleurs, mettent en évidence deux points importants : l’implication des femmes dans la création de nouveaux journaux et la survie d’un certain nombre de périodiques républicains dans l’exil. Il s’agit là d’éléments qui témoignent de l’originalité du phénomène et de la conviction avec laquelle une quantité considérable d’individus a contribué à l’élaboration d’une nouvelle presse. Au-delà, ces éléments démontrent à quel point les journaux étaient perçus à cette époque-là comme indispensables à un engagement idéologique dans le conflit. Ils étaient au cœur du combat politique. Luisa Marco Sola (« El factor cristiano. Católicos y sacerdotes antifranquistas en los medios republicanos ») le confirme et rappelle que les journaux républicains ne se sont pas limités à relayer la voix d’hommes politiques et de militants situés à la gauche de l’échiquier politique, mais aussi celle de prêtres, convaincus que la République devait s’opposer à la rébellion militaire.

8Le troisième et ultime constat qu’il convient d’établir est celui de la rupture qu’entraîne la Guerre Civile sur le plan médiatique. L’affrontement constitue un moment essentiel, notamment en raison de la mutation qu’il implique. En effet, il s’accompagne de la naissance d’une quantité considérable de périodiques, d’un renouvellement du personnel et d’une réorganisation du financement de la presse, tant dans le camp républicain que franquiste. Il génère également une évolution du contenu et de la forme des journaux, que souligne, par exemple, la disparition ou la raréfaction de la publicité dans la presse républicaine. Les articles d’Álvaro Fleites Marcos (« Las transformaciones de la prensa a consecuencia de la guerra civil. Una aproximación al paradigma asturiano »), de Josep Pinyol Vidal (« De la amenaza a la resistencia. Una evolución en las imágenes de la prensa barcelonesa ») et de Guiomar C. Fages (L´Esquella de la Torratxa : la campana que enmudeció en 1939) révèlent l’ampleur des bouleversements : le premier en établissant une analyse comparative entre la presse des deux camps telle qu’elle se structure dans les Asturies, le deuxième à travers une étude diachronique, dans laquelle il observe l’évolution des illustrations entre 1931 et 1939, dans un certain nombre de périodiques nationalistes de Barcelone, et le dernier, enfin, en soulignant la transformation qu’engendre la prise de contrôle d’un journal satirique catalan par l’UGT. Ces trois auteurs, contribuent de la sorte à mieux comprendre toute la complexité d’un phénomène dont de nombreux aspects n’ont pas encore été étudiés. Tout cela, me semble-t-il, invite à renouveler les perspectives de la recherche dans ce domaine. Ce renouvellement pourrait passer par des études comparatives, que l’on pourrait étendre à des aires géographiques extrêmement différentes sur le plan culturel (Europe de l’Est, Russie…), démarche qui permettrait de saisir toute la spécificité du cas espagnol et de mesurer ainsi à quel point la guerre constitue un parfait laboratoire pour l’étude de la presse.

Haut de page

Notes

1 GONZÁLEZ CALLEJA, Eduardo, « Reflexiones sobre el concepto de guerra civil », in Gladius, n° 20, 2000, p. 308.

2 SALAÜN, Serge, « La presse républicaine pendant la Guerre d’Espagne (1936-1939) », Typologie de la presse hispanique, Bussy Genevois, Danielle (dir.), Rennes, PUR, 1986.

3 Presse Ibérique et Latino-Américaine de Rennes 2.

4 ÁLVAREZ, Jesús Timoteo (coord.), Historia de los medios de comunicación en España. Periodismo, imagen y publicidad, Barcelona, Ariel, 1989.

5 MADRID SANTOS, Francisco, La prensa anarquista y anarcosindicalista desde la I Internacional hasta el final de la Guerra Civil, Manuscrit de thèse, Facultad de Geografía e Historia, Universidad Central de Barcelona, 1991 ; IGLESIAS RODRÍGUEZ, Gema, La propaganda política durante la Guerra Civil española : la España republicana, (Manuscrit de Thèse), Universidad Complutense de Madrid, Facultad de geografía e historia, 1993 ; MATEOS FERNÁNDEZ, Juan Carlos, Bajo el control obrero. La prensa diaria en Madrid durante la guerra civil, 1936-1939, (Manuscrit de thèse), Universidad complutense de Madrid, Facultad de ciencias de la información, 1996.

6 NÚÑEZ DIAZ-BALART, Mirta, La prensa de guerra en la zona republicana durante la guerra civil española (1936-1939), Madrid, Ediciones de la Torre, 1992.

7 Cf. Voir, par exemple, PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, « Los extranjeros y la Guerra Civil española : información y propaganda », Historia de los medios de comunicación en España. Periodismo, imagen y publicidad, ÁLVAREZ, Jesús Timoteo (coord.), Barcelona, Ariel, 1989 ; Historia de la propaganda, Madrid, Eudema, 1990 ; PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, « La historia de la propaganda : una aproximación metodológica », Historia y Comunicación Social, n° 4, 1999 ; « La propaganda, arma de guerra en España (1936-1939) », Propaganda de guerra, Salamanca, Consorcio Salamanca 2002, 2002 ; PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, « La propaganda durante la Guerra Civil : aproximación al estado de la cuestión », Del periódico a la sociedad de la información, T I, Almuiña, Celso et Sotillos, Eduardo (coord.), Madrid, España Nuevo Milenio, 2002 ; PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, « La Guerra Civil española, un hito en la historia de la propaganda », El Argonauta Español, n° 2, juin 2005, http://argonauta.imageson.org/document62.html; « Prensa y propaganda bélica 1808-1814 », Cuadernos Dieciochistas, n° 8, 2007.

8 Voir, par exemple, SEVILLANO CALERO, Francisco, Propaganda y medios de comunicación en el franquismo (1936-1951), Murcie, Publicaciones de la Universidad de Alicante, 1998 ; CORREYERO RUIZ, Beatriz, « Las rutas de guerra y los periodistas portugueses », Historia y comunicación social, n° 6, 2001 ; FONTAINE, François, « La guerre d’Espagne : une guerre d’images », Voir ne pas voir la guerre. Histoire des représentations photographiques de la guerre, Gervereau, Laurent (dir.), Paris, Somogy, 2001 ; ALMUIÑA, Celso et SOTILLOS, Eduardo (coord.), Del periódico a la sociedad de la información, Madrid, España Nuevo Milenio, 2002 ; Pablo, Santiago de et Momoitio Astorkia, Iratxe, El papel de los corresponsales en la Guerra Civil española. Homenaje a George Steer, Gernika-Lumo, Gernika-Lumoko Udala, 2003 ; NÚNEZ DÍAZ-BALART, Mirta, « Un cuadrilátero para el combate político : la prensa de las Brigadas internacionales », Ayer, n° 56, 2004 ; FIGUERES ARTIGUES, Josep M., « Periodismo de guerra : las crónicas de la guerra civil española », Estudios sobre el Mensaje Periodístico, n° 11, 2005 ; PANTOJA CHAVES, Antonio, « Prensa y fotografía. Historia del fotoperiodismo en España », El Argonauta Español, n° 4, juin 2007. http://argonauta.imageson.org/document98.html; CASTILLO CÁCERES, Fernando, « Propaganda gráfica y nacionalismo en la Guerra Civil Española », Revista de historia militar, n° 101, 2007 ; SEVILLANO CALERO, Francisco, Rojos. La representación del enemigo en la guerra civil, Madrid, Alianza, 2007 ; BERTHIER, Nancy, TRANCHE, Rafael R et SÁNCHEZ-BIOSCA, Vicente (coord.), Imágenes de la Guerra Civil, Actes du colloque International, Madrid, Casa de Velázquez, 8-9 juin 2009 (à paraître) ; DÓMINGUEZ ARRIBAS, Javier, El enemigo judeo-masónico en la propaganda franquista (1936-1945), Madrid, Marcial Pons, 2009.

9 Voir, par exemple, MORENO SÁEZ, Francisco, La prensa en la provincia de Alicante durante la Guerra Civil (1936-1939), Alicante, Diputación de Alicante, 1994 ; GONZÁLEZ MARTÍNEZ, Carmen, « Sociedad y guerra : condiciones de vida en la retaguardia murciana, a través del análisis de la prensa 1936-1939 », Anales de Historia contemporánea, n° 12, 1996 ; ZALBIDEA BENGOA, Begoña, « La prensa del Movimiento en Euskadi », Cuadernos de Historia-Geografía, n° 27, Bilbao, 1998 ; MÍNGUEZ LASHERAS, Francisco, La prensa cartagenera en la Guerra Civil, La Unión, Tierra Nuestra, 2000 ; RODRÍGUEZ CENTENO, Juan Carlos, Anuncios para una guerra : política y vida cotidiana en Sevilla durante la Guerra Civil, Sevilla, Ayuntamiento de Sevilla, 2003 ; MIRANDA ENCINAS, Jorge, La prensa en la Guerra Civil. Toledo (1936-1939), Toledo, Diputación provincial de Toledo, 2004 ; ROJO, Severiano, « Entre rupture et continuité : la guerre civile espagnole, fabrique de la presse (Pays basque 1936-1937) », in Sancho el Sabio, n° 30, Vitoria, Fundación Sancho el Sabio, 2009.

10 FLEITES MARCOS, Álvaro, Prensa y guerra civil en Asturias. De las elecciones del Frente Popular a la caída de Gijón (Enero 1936 – Octubre 1937), Aviles, Azucel, 2008.

11 DUBY, Georges, L’histoire continue, Paris, Editions Odile Jacob, 1991, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernandez, « Introduction », El Argonauta español [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 15 janvier 2010, consulté le 24 avril 2017. URL : http://argonauta.revues.org/313

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernandez

Université de Bretagne occidentale (Brest) - UMR Telemme

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org