Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La presse espagnole et la Guerre civile. Entre rupture et propagande (1936-1939)

L’organisation de la presse et de la propagande dans l’Espagne rebelle (1936-1939)

Javier Domínguez Arribas

Résumés

Cet article présente les différents organismes en charge de la presse et de la propagande dans la zone contrôlée par les insurgés pendant la guerre civile espagnole. Une première phase caractérisée par le poids des militaires et par l’existence de multiples foyers de propagande (juillet 1936-janvier 1938) fut suivie par une autre étape où les phalangistes ont joué un rôle prépondérant (depuis janvier 1938). Les différents mécanismes de contrôle de l’information, et en particulier la censure et le système des consignes, sont également examinés.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur le ministère de l’Information et de la Propagande de Vichy, voir ROSSIGNOL, Dominique, Histoire (...)
  • 2 Un ouvrage encore très utile est celui de SINOVA, Justino, La censura de Prensa durante el franquis (...)

1Le binôme « presse et propagande » constitue la dénomination la plus habituelle dans l’Espagne de Franco, à l’instar de l’Italie fasciste, des services qui s’appelèrent ailleurs « Information et Propagande » ou « Culture populaire et propagande »1 . La dénomination était quelque peu redondante car, à l’époque de la guerre civile, les journaux étaient davantage un moyen de propagande que d’information. En tout cas, il est impossible de comprendre dans sa globalité la presse de l’Espagne « nationale » sans étudier d’abord l’organisation des services franquistes de presse et de propagande. Les références à l’organisation de ces services sont abondantes dans la bibliographie sur la guerre civile et sur le franquisme, mais elles n’aident pas toujours à en avoir une vision précise, car elles contiennent de nombreuses erreurs concernant les dénominations des différents organismes, leurs dates de création ou l’identité des personnels dirigeants2 . Dans le but de dépasser ces écueils, les données fournies par la bibliographie seront ici croisées avec les informations tirées de diverses sources d’archives, pour présenter de la façon la plus complète possible l’appareil de presse et de propagande des insurgés, son évolution et les responsables successifs qui se trouvaient à sa tête. Les mécanismes de contrôle de l’information, depuis la censure préalable de toute sorte de publications jusqu’au système des consignes, seront également pris en compte. En revanche, ayant principalement pour but de fournir un cadre utile aux spécialistes, ces pages ne se pencheront pas sur les contenus de la propagande.

L’étape militaire (juillet 1936-janvier 1938)

  • 3 Lorsque les organismes successifs seront mentionnés pour la première fois, ils seront présentés sou (...)
  • 4 Selon un témoin de l’époque, Pujol fut nommé par le général Emilio Mola, ayant comme mission princi (...)

2Une première étape, comprise entre le début de la guerre et janvier 1938, se caractérise par la subordination absolue aux considérations d’ordre militaire. Le 5 août 1936, quelques jours après l’insurrection, un ordre de la Junta de Defensa Nacional créait un premier Gabinete de Prensa, qui reçut peu après (le 24 août) la dénomination d’Oficina de Prensa y Propaganda3 . Siégeant d’abord à Burgos, il eut pour premier responsable le journaliste Juan Pujol, qui avait été collaborateur d’ Acción Española , député catholique et directeur d’Informaciones, le journal madrilène pour lequel il avait obtenu une subvention de l’Allemagne nazie. En outre, Pujol avait le mérite d’avoir participé à des conspirations contre le régime républicain4 .

  • 5 La bibliographie consultée ne précise pas la date de nomination de Millán Astray. SINOVA, Justino ((...)
  • 6 D’autres collaborateurs de Millán Astray furent Ramón Rato et Lucas María de Oriol. Giménez Caballe (...)

3Pujol ne resta pas longtemps à ce poste. Après la nomination de Franco comme Generalísimo le 29 septembre 1936, il désigna le général Millán Astray comme chef du bureau de Presse et de Propagande, siégeant dès lors à Salamanque, au Palacio de Anaya5 . Millán était le fondateur de la Légion espagnole et semble avoir bénéficié de la confiance de Franco, mais il lui manquait la subtilité nécessaire pour les tâches de propagande. Ses discours n’étaient pas très différents des harangues qu’il adressait aux légionnaires. Le principal collaborateur de Millán Astray dans les services de propagande fut, sur désignation du Caudillo, l’écrivain fasciste Ernesto Giménez Caballero, qui a souligné dans ses mémoires la précarité extrême, côtoyant le ridicule, qui caractérisait le bureau6 .

  • 7 « [E]l Delegado tendrá atribuciones para orientar la prensa, coordinar el servicio de las estacione (...)

4Le manque absolu de moyens semble avoir rendu le service de presse et de propagande dirigé par Millán Astray quasiment inopérant. Une réorganisation fut donc nécessaire. Le 14 janvier 1937, un décret signé par Franco créait la Delegación del Estado para Prensa y Propaganda (DEPP), qui dépendait du secrétaire général du chef de l’État, en l’occurrence Nicolás Franco, le frère du tout nouveau Generalísimo. La création du nouvel organisme répondait au but de centraliser toutes les fonctions se rapportant avec la presse et la propagande. Ainsi, pour accomplir la mission de faire connaître le Movimiento Nacional et de contrecarrer la propagande ennemie, le Delegado avait des « attributions pour orienter la presse, coordonner le service des stations de radio, signaler les normes auxquelles la censure doit s’assujettir et, en général, diriger toute la propagande au moyen du cinéma, de la radio, des périodiques, des brochures et des conférences »7 .

  • 8 Curieusement, il semble avoir été nommé Delegado le 9 janvier 1937, quelques jours avant la créatio (...)
  • 9 BEN-AMI, Shlomo, La dictadura de Primo de Rivera (1923-1930), Barcelone, Planeta, 1983, p. 123, cit (...)
  • 10 « [P]roceder por tanteo », AGA, C., 21/320, 30 janvier 1937. À cette époque, la DEPP avait plusieur (...)
  • 11 BOE, 13 avril 1937, cité par CAL, Rosa, « El Franquismo… », art. cit., p. 1378. L’annonce du rempla (...)

5Le successeur de Millán Astray à la tête des services de propagande et, donc, premier délégué investi de ces attributions fut le professeur d’économie de l’Université de Valladolid Vicente Gay Forner8 . Antilibéral convaincu, après avoir contribué avec ses écrits à la justification de la dictature de Primo de Rivera, il avait été proche des secteurs qui essayaient de renverser la République et collabora aux premiers numéros d’ Acción Española , ainsi qu’à Informaciones, sous le pseudonyme « Luis de Valencia ». Mais Gay était surtout connu en tant que défenseur enthousiaste des régimes de Mussolini et, tout spécialement, de Hitler, comme l’attestent plusieurs travaux qu’il consacra pendant la République à encenser l’œuvre du national-socialisme. À l’instar du journal dirigé par Juan Pujol, Gay avait également reçu un financement du ministère de la Propagande de l’Allemagne hitlérienne, un pays où il avait réalisé plusieurs séjours9 . Les projets de Gay à la tête de l’organisme restèrent très modestes, comme le montre le rapport du budget pour février 1937, où il reconnaissait « procéder par tâtonnement »10 . L’influence du premier Delegado sur les différentes forces « nationales » était trop limitée pour parvenir à une gestion efficace des services de propagande et le 9 avril 1937, trois mois après sa nomination, il fut remplacé par Manuel Arias Paz11 .

  • 12 Cf. VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., pp. 220-221 ; SINOVA, Justino, op. cit., pp. 88-89 ; et ANDRÉ (...)
  • 13 Le 19 août 1937 au plus tard, Moreno Torres était déjà chef de la nouvelle section. AGA, Presidenci (...)

6Commandant au corps d’ingénieurs de l’Armée, Arias avait suivi des cours à l’école de journalisme d’El Debate et collaboré à l’Editorial Católica (par exemple à Ya), mais, selon ses critiques, il était loin d’être un propagandiste-né. Inconnu politiquement, ses mérites se réduisaient à être galicien, comme Franco, et à ses connaissances techniques dans les domaines de la radiodiffusion et de l’automobile. Il était entouré d’une équipe mixte : des hommes proches de la CEDA, comme probablement lui-même, côtoyaient, non sans problèmes, ceux provenant d’Acción Española, un groupe idéologique concurrent12 . Sans obtenir des résultats impressionnants, les services dirigés par Arias semblent avoir gagné en efficacité, tout au moins par rapports aux étapes précédentes. La sphère territoriale d’influence fut élargie et on inaugura de surcroît, au sein de la délégation, un Departamento de Propaganda Nacional, placé sous l’égide de José Moreno Torres, ancien député de la CEDA et, comme son supérieur, commandant du corps d’ingénieurs de l’Armée13 .

  • 14 Vegas raconte en détail dans ses mémoires les efforts qu’il réalisa pour donner à la propagande le (...)
  • 15 Cf. SINOVA, Justino, op. cit., p. 89 ; VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., p. 221 ; LUIS, Francisco d (...)
  • 16 Le commandant Torre Enciso apparaît en tant que « segundo Jefe » le 11 août 1937, par exemple. L’or (...)

7D’avril à juillet 1937, le second d’Arias à la délégation de l’État à la Presse et à la Propagande n’était autre qu’Eugenio Vegas Latapie, principal animateur d’Acción Española, qui appela un autre membre de ce groupe monarchiste et autoritaire pour collaborer à la délégation, José Ignacio Escobar14 . Enfin, un troisième collaborateur d’Arias et, selon Vegas Latapie, son mentor et principal conseiller, fut Francisco de Luis. En plus d’avoir été directeur du journal catholique El Debate et professeur du futur délégué à l’école de journalisme du quotidien, il avait écrit La masonería contra España (1935), où De Luis soulignait les liens étroits entre judaïsme et franc-maçonnerie et dénonçait leurs manœuvres antichrétiennes. Arias Paz nomma ce propagandiste chef de la Sección de Información, celle qui était en charge d’élaborer les textes devant être envoyés à la presse15 . Cette étape prit fin lorsque, suite à un ordre verbal de Franco du 21 novembre 1937, Arias Paz fut substitué à la tête de la délégation par Santiago Torre Enciso, un autre commandant du corps d’ingénieurs qui avait été le second de l’organisme depuis le départ de Vegas Latapie. Torre Enciso fut délégué accidentel (c’est-à-dire sans nomination effective) jusqu’au moment où une nouvelle réorganisation du service eut lieu à partir de la fin de janvier 193816 .

Autres organismes de propagande

  • 17 Les initiatives particulières de propagande en faveur des « nationaux », qui s’étaient multipliées (...)
  • 18 L’ Oficina de Prensa est parfois qualifiée dans la bibliographie de Gabinete de Prensa. Il devint a (...)

8Avant d’expliquer en quoi consistait cette réorganisation, il convient de présenter d’autres organismes qui coexistaient avec les précédents, car ces derniers ne disposaient pas du monopole sur le contrôle de la presse et de la propagande, surtout au début de la guerre civile17 . La délégation de l’État à la Presse et à la Propagande et les organismes la précédant, tous subordonnés à des considérations d’ordre militaire et souvent dirigés par des militaires (Millán Astray, Arias Paz, Torre Enciso), coexistèrent de surcroît avec les divers services de l’Armée en rapport avec la presse et la propagande. La censure militaire, établie depuis le 18 juillet 1936, les compagnies de propagande et, surtout, le bureau de Presse (Oficina de Prensa) du Quartier général du Généralissime, avaient tous des attributions considérables, notamment pendant la première moitié de la guerre et surtout dans les zones d’avant-poste. Le bureau de Presse fut dirigé par un civil qui avait été nommé capitaine honoraire de la Légion, le journaliste d’ABC Luis Antonio Bolín. Celui-ci avait eu un rôle important dans le voyage permettant à Franco de rejoindre le Maroc espagnol au début de la guerre civile et avait été envoyé ensuite en Italie pour obtenir de l’aide militaire. À la tête du bureau, Bolín organisa, par exemple, le corps d’« officiers de presse » (Oficiales de Prensa), un service destiné à contrôler étroitement les activités des journalistes étrangers18 . Le bureau était de plus la voie normalement utilisée par les autorités militaires suprêmes pour transmettre des informations (ou des consignes) à l’organisme civil de presse et de propagande.

  • 19 Cette dénomination apparaît dans une revue de presse élaborée par la même Delegación en avril 1937, (...)
  • 20 Cadenas avait séjourné en Allemagne l’été 1935 pour se renseigner sur l’organisation de la propagan (...)
  • 21 Yzurdiaga fut nommé car il avait déjà une équipe de collaborateurs, celle d’Arriba España, selon la (...)

9Parallèlement aux organismes dépendant de l’État naissant et de l’Armée, il y avait aussi les services de presse et de propagande des forces politiques qui avaient prêté leur concours au soulèvement. D’une part, la Delegación Nacional Carlista de Prensa, dirigée par Julio Muñoz Aguilar19 . De l’autre, beaucoup plus importante, la Jefatura Nacional de Prensa y Propaganda de FE de las JONS, siégeant à Saint-Sébastien sous la direction de Vicente de Cadenas y Vicent, désigné par José Antonio Primo de Rivera avant le début de la guerre et confirmé dans ce poste en septembre 1936. Cette Jefatura, cependant, coexistait au sein de la Phalange avec un bureau de presse autonome et concurrent lié à la Junta de Mandos de Salamanque, organe de direction du parti20 . Du fait de l’unification des partis en avril 1937, toutes ces entités s’unirent dans la Delegación Nacional de Prensa y Propaganda (DNPP) de la FET y de las JONS. Le premier responsable de cette délégation fut l’extravagant (selon ses contemporains) prêtre phalangiste Fermín Yzurdiaga, qui avait l’atout d’avoir réuni une bonne partie des intellectuels de la Phalange autour du quotidien Arriba España, dont il était le directeur. La principale fonction du nouvel organisme était de gérer le réseau de presse du Parti, constitué essentiellement grâce à la saisie des journaux « rouges ». Celui connu comme le « curé bleu » fit tout son possible pour éliminer tout particularisme (comme celui représenté par les anciens périodiques carlistes) échappant à l’uniformité phalangiste en matière de presse21 .

  • 22 À la fin de la guerre civile, les attributions du bureau furent transférées à l’attaché de presse d (...)

10Finalement, outre les organismes de propagande espagnols (de l’État, de l’Armée ou des partis), il faut mentionner l’intervention en Espagne de ceux dépendant des puissances étrangères qui soutenaient Franco pendant la guerre civile. Les autorités militaires italiennes établirent à Salamanque, en janvier 1937, l’ Ufficio Stampa e Propaganda della Missione Militare Italiana in Spagna, dirigé par le journaliste Guglielmo Danzi jusqu’en juin de la même année et, postérieurement, par l’ancien consul italien à Barcelone, Carlo Bossi. L’Ufficio, appelé aussi, au moins depuis mai 1937, Oficina Italo-Española de Prensa y Propaganda , publiait le périodique Il Legionario pour les combattants italiens, réalisait un bulletin anticommuniste, diffusa des informations de presse (favorables au régime de Mussolini, bien entendu) et des brochures de propagande fasciste en espagnol. Il réalisa également différentes activités dans les domaines de la propagande radiophonique et cinématographique22 .

  • 23 Depuis 1938, le représentant à Burgos de Transocean fut Hans Lazar, qui devint l’homme clé de la pr (...)
  • 24 Les informations concernaient l’Afrique du Sud, la France et, surtout, la Pologne. ABC, Séville, 20 (...)
  • 25 L’utilisation de cette méthode a été constatée autant à l’époque de la Seconde République qu’à cell (...)

11La propagande allemande, quant à elle, suivit des voies diverses, tout en continuant la tâche entamée pendant la Seconde République. La plus influente d’entre elles fut peut-être celle des agences informatives, comme Deutsches Nachrichtenbüro (DNB) ou Transocean, qui fournissaient une grande quantité d’informations internationales aux journaux espagnols, toujours selon une optique national-socialiste23 . Ainsi, les dépêches concernant la « question juive » dans le monde était souvent signées, dans n’importe quel quotidien, par l’agence DNB. Ce fut le cas, parmi beaucoup d’autres exemples possibles, d’une série de six dépêches publiées dans ABC le 20 janvier 1937. La mobilisation antijuive y était présentée comme une affaire planétaire, ce qui fut une constante dans les informations de l’agence24 . Une autre méthode employée par les Allemands pendant la Seconde République pour influencer la presse espagnole consista à payer des journalistes pour diffuser les points de vue nazis et il est improbable que le système ait prit fin tout à coup lors de la guerre civile25 . Dans tous les cas, deux des personnages subventionnés, Juan Pujol et Vicente Gay, furent les seuls civils qui parvinrent à la tête des services de presse et de propagande des rebelles à une époque (la première moitié de la guerre) où les militaires étaient prépondérants. Probablement, leurs bons rapports avec le puissant allié nazi, dont le concours technique allait être nécessaire dans des domaines comme la radiodiffusion, constituèrent un argument de poids lors de leur nomination.

  • 26 PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda, op. cit., pp. 375 et 377 ; ROS AGUDO, Man (...)
  • 27 À ce propos, voir un exemple concernant la délégation provinciale de Propagande de la FET du Maroc (...)

12Enfin, une autre voie de diffusion de la propagande nazie, plus directe que les précédentes, fut celle de l’ambassade allemande à Salamanque, et en particulier de son Departamento de Prensa, constitué en juin 1937. Franz von Goss, qui avait dirigé la délégation de l’agence DNB en Espagne, y joua un rôle considérable, tout comme une équipe de spécialistes envoyée par le ministère de la Propagande allemand26 . Ce département élabora le bulletin ASPA (Actualidades Semanales de Prensa Alemana) et, à travers l’ambassade, distribua généreusement des brochures avec les discours de Hitler, par exemple, ce qui s’effectuait souvent par l’intermédiaire des services de propagande de la FET27 .

L’étape phalangiste (depuis janvier 1938)

  • 28 Le 17 octobre 1937, par exemple, Arias Paz interdit à l’ Oficina Católica de Información Internacio (...)
  • 29 Les différentes étapes, dans SINOVA, Justino, op. cit., pp. 83-84.
  • 30 CHUECA, Ricardo, op. cit., p. 288.
  • 31 La nomination, dans Centro Documental de la Memoria Histórica, Dionisio Ridruejo, leg. 5, exp. 1.

13Revenons maintenant à l’évolution des organismes officiels espagnols. Devant cette multiplicité d’instances (civiles ou militaires, de l’État ou du Parti unique, espagnoles et étrangères), les efforts réalisés par la délégation de l’État pour centraliser ou du moins contrôler l’ensemble de la propagande menée dans l’Espagne soulevée se révélèrent insuffisants28 . La réorganisation du service qui eut lieu en janvier 1938 visait en partie à résoudre ce problème de dispersion et, en même temps, marquait le début de la deuxième grande étape dans la gestion de la presse et de la propagande franquiste, étape caractérisée par la prépondérance phalangiste, comme nous le verrons par la suite29 . Cette nouvelle période commence lors de la constitution par Franco de son premier gouvernement proprement dit, après la période de la Junta Técnica. Ramón Serrano Suñer, beau-frère du Caudillo et ancien député de la CEDA nouvellement converti à la foi phalangiste, est nommé ministre de l’Intérieur et les attributions en matière de presse et de propagande sont confiées alors à son ministère. Deux organismes différents, siégeant à Burgos, se partagent les fonctions de l’ancienne délégation de l’État (établie à Salamanque). D’une part, le Servicio Nacional de Prensa , qui eut comme premier Jefe un ancien collaborateur de Serrano à Saragosse, José Antonio Giménez-Arnau, nommé le 2 février 193830 . De l’autre, le Servicio Nacional de Propaganda, dirigé par Dionisio Ridruejo depuis le 2 mars31 . L’instance administrative intermédiaire entre le ministre et ces deux services était le sous-secrétariat de l’Intérieur, confié à José Lorente Sanz depuis la formation du gouvernement.

  • 32 GIMÉNEZ-ARNAU, José Antonio, Memorias de memoria. Descifre vuecencia personalmente, Barcelone, Dest (...)
  • 33 La seule section à ne pas être mentionnée par Ridruejo (op. cit., pp. 129-137) est celle de la Cens (...)
  • 34 RIDRUEJO, Dionisio, op. cit., pp. 123 et 129 ; SERRANO SUÑER, ramón, op. cit., p. 260. Tovar avait (...)

14Chacun des services nationaux était subdivisé en sections. Le service national de la Presse avait, parmi d’autres, la section de Presse nationale, celle de Presse étrangère, confiée à Jesús Pabón, ou celle d’Information, avec Ramón Garriga32 . Le service national de la Propagande, quant à lui, comprenait les sections suivantes : Propagande directe, dirigée au début par Moreno Torres ; Propagande aux fronts, en coordination avec l’autorité militaire ; Cinématographie, confiée à Manuel Augusto García Viñolas ; Théâtre, à Luis Escobar ; Plastique, à Juan Cabanas ; Censure, à Juan Beneyto ; et la Sección de Ediciones. Placée sous la responsabilité de Pedro Laín, elle était consacrée à la publication de brochures et d’ouvrages de propagande et reçut en plus le contrôle de l’ Editora Nacional, un organisme autonome qui était né à Bilbao33 . La Jefatura de Radiodifusión, confiée à Antonio Tovar, dépendait en même temps, apparemment, des deux services nationaux34 .

  • 35 La date de création du sous-secrétariat de la Presse et de la Propagande (29 décembre 1938), dans S (...)

15L’organigramme qui a été présenté ne connut presque pas de modifications, ni dans sa structure ni dans les personnes qui se trouvaient à sa tête, pendant le reste de la guerre civile. Il est vrai que lorsque le ministère de l’Ordre public disparut en décembre 1938 et que ses attributions furent confiées à celui de l’Intérieur, converti en ministère de la Gobernación (toujours sous la direction de Serrano), un sous-secrétariat spécifique de Presse et de Propagande fut créé, comme nouvel intermédiaire entre le ministère et les services nationaux. Cependant, le poste ne fut pas immédiatement pourvu et ses fonctions furent assumées, semble-t-il, par Lorente Sanz, qui continua aussi au sous-secrétariat de l’Intérieur35 .

  • 36 Cf. « Normas para la propaganda en la zona de vanguardia y frentes », AGM, CGG, arm. 5, leg. 283, c (...)
  • 37 Ainsi, le 26 juillet 1938, le chef du service national de la Propagande demandait d’examiner les br (...)
  • 38 Arriba España, Pampelune, 10 février 1938, cité par ANDRÉS-GALLEGO, José, ¿Fascismo o Estado católi (...)
  • 39 L’ordre du 11 août 1938 (AGA, P., 52/14106) fut précédé par une autre disposition similaire issue d (...)

16Comme il a été dit, la création des nouveaux services nationaux au sein du ministère de l’Intérieur répondait en grande partie au but de centraliser et de contrôler de plus en plus les activités concernant la presse et la propagande réalisées dans l’Espagne « nationale », dont la censure préalable des journaux et des publications non périodiques. La propagande d’origine militaire continua, mais de mieux en mieux coordonnée avec l’organisme civil et de plus en plus limitée aux zones d’avant-garde36 . En même temps, les nouveaux services essayèrent de surveiller davantage la propagande réalisée par les alliés nazi-fascistes, sans forcément la limiter, bien au contraire37 . En ce qui concerne le Parti unique, Serrano Suñer fut nommé délégué national à la Presse et à la Propagande de la FET, succédant à Yzurdiaga, au début de février 1938. Autrement dit, quelques jours après la nomination du cuñadísimo à la tête du ministère contrôlant les services de presse et de propagande de l’État, il recevait, de plus, la direction de ceux du Parti38 . Cette concentration de fonctions au niveau supérieur du système fut complétée l’été 1938 par des dispositions qui réunissaient aussi les attributions du Parti et de l’État aux niveaux inférieurs, au bénéfice de ce dernier. Le 11 août, un ordre de Serrano, en tant que délégué national à la Presse et à la Propagande de la FET, supprimait les Delegaciones provinciales de Prensa y Propaganda del Movimiento (FET) et transférait leurs attributions aux Jefaturas provinciales de Presse et de Propagande, qui dépendaient des services nationaux correspondants et, donc, du ministère de l’Intérieur39 .

  • 40 À ce propos, voir quelques exemples révélateurs dans TUSELL, Javier, op. cit., pp. 372-375. Sur la (...)

17La (con)fusion entre État et Parti est particulièrement claire si l’on se penche sur les personnes à la tête des organismes issus de la réorganisation de janvier 1938. Si la période précédente était caractérisée par le poids des militaires, dont certains (Torre Enciso ou Moreno Torres) figuraient encore dans les nouveaux services, celle qui commençait alors se distinguait par la prépondérance d’une équipe d’intellectuels phalangistes radicaux, comme Ridruejo, Giménez-Arnau, Tovar ou Laín, qu’ils aient été ou non des camisas viejas. Plusieurs d’entre eux provenaient des anciens services de presse et de propagande du Parti ; tous bénéficiaient de la protection de celui qui les avait désignés. En échange, Serrano Suñer utilisa l’appareil de presse et de propagande pour renforcer son pouvoir40 . Sous l’égide du tout-puissant ministre de l’Intérieur, cette équipe de phalangistes radicaux défendait un projet totalitaire, ce qui avait aussi son expression dans la propagande. Comme Ridruejo l’a reconnu longtemps après, lorsqu’il se fut converti au libéralisme, il ne voulait pas se limiter à endoctriner la population :

  • 41 « El plan que me tracé para organizar los servicios era más amplio y, si se quiere, más totalitario (...)

« Le plan que je me suis tracé pour organiser les services était plus large et, si l’on veut, plus totalitaire dans le sens strict du mot. Il visait au dirigisme culturel et à l’organisation des instruments de communication publique dans tous les domaines. C’était un plan probablement sinistre, mais pas banal. Le mauvais (ou le bon) [ sic ] est qu’il était très au-dessus des ressources disponibles et de mon autorité même »41 .

  • 42 Cf. ANDRÉS-GALLEGO, José, ¿Fascismo o Estado católico ?, op. cit., p. 135 et passim.

18Les prétentions hégémoniques (et fascistes) de ces phalangistes radicaux provoquèrent de nombreux conflits avec les autres familles politiques de la coalition autoritaire franquiste, notamment à propos de la censure ou du contrôle des journaux42 .

  • 43 Cf. GIMÉNEZ CABALLERO, Ernesto, op. cit., pp. 104-106 ; Vegas Latapie, op. cit., pp. 332-333 ; ESCO (...)
  • 44 « Realmente, por el lado “blanco”, tenemos un servicio de contrapropaganda muy deficiente ». Archiv (...)
  • 45 « No contentos con repartirlas entre los nuestros, la lanzan a las trincheras enemigas y como [sic] (...)

19Les différents acteurs qui firent partie de l’appareil de presse et de propagande pendant la guerre civile ont laissé de nombreux témoignages, souvent sous la forme de récits autobiographiques. Les désaccords s’y révèlent plus fréquents que les accords, sur des questions de fond ou sur des détails concernant la chronologie ou les dénominations des organismes, ce qui complique la reconstitution de l’organigramme et de son évolution. Cependant, ils sont unanimes à souligner la précarité extrême, la mauvaise qualité et l’influence limitée de la propagande rebelle durant la guerre civile, particulièrement au début. Giménez Caballero nous parle d’émissions de radio ratées ; Vegas Latapie et José Ignacio Escobar, des idées ridicules de leur supérieur et de l’impossibilité de réaliser quelque chose de sérieux ; « mon pouvoir effectif était assez réduit », affirme de son côté Ridruejo, tandis que Giménez-Arnau mentionne « combien est mauvaise et nulle la propagande que l’on fait de Franco »43 . Il est possible de penser que ces affirmations sont en bonne partie (et du moins pour certains) des arguments auto-justificatifs, destinés à dédramatiser leur collaboration enthousiaste avec un régime dictatorial qui était en train de s’imposer par le biais d’une guerre civile. Le caractère bâclé de la propagande franquiste, c’est-à-dire de celle qu’ils ont contribué à mettre en place, agirait, semble-t-il, comme une sorte de justification qui les libère de toute responsabilité. Néanmoins, sans pouvoir complètement exclure le bien-fondé de cette hypothèse, il est certain que les contemporains avaient la même opinion de la propagande « nationale » à l’époque de la guerre. « Réellement, du côté “blanc”, nous avons un service de contre-propagande très déficient », affirmait un correspondant du cardinal Gomá en janvier 193744 . Beaucoup d’autres exemples pourraient être invoqués. Contentons-nous d’en retenir un seul. Le 21 mars 1938, lorsque Ridruejo venait d’être nommé chef du service national de la Propagande, une amie phalangiste, désespérée, lui envoie un échantillon de propagande rebelle (en particulier l’histoire d’un enfant appelé Ernestito) qui l’avait consternée : « Non satisfaits de les distribuer parmi les nôtres, on la jette aux tranchées ennemies, et la situation là-bas doit être telle que, malgré cette propagande, ils passent aux lignes nationales »45 .

Les mécanismes de contrôle de l’information

  • 46 À ce propos, voir ESCOLAR SOBRINO, Hipólito, La cultura durante la guerra civil, Madrid, Alhambra, (...)
  • 47 La propagande extérieure, bien entendu, échappait à cette règle, et elle eut de fait un développeme (...)
  • 48 « No dejan de ser un medio de propaganda los inhibidores de la comunicación », affirme à ce propos (...)
  • 49 Ceci est particulièrement clair à l’époque où Arias Paz dirigeait les services de propagande. Cf. A (...)

20Les limitations de la propagande des insurgés et son infériorité par rapport à celle des gouvernementaux, unanimement reconnues, peuvent être expliquées en partie par les meilleures infrastructures culturelles qui restèrent en zone « rouge » (imprimeries et stations de radio, notamment) ou par la supériorité des propagandistes au service de la République, qui étaient parfois des intellectuels prestigieux46 . Néanmoins, le facteur décisif fut probablement le moindre intérêt que les militaires insurgés accordaient, d’un point de vue idéologique et par rapport à leurs ennemis, à la propagande. Selon un jeu de mots fréquemment invoqué pour l’occasion, leur priorité était de vaincre, non de convaincre47 . La traduction de cette devise dans le domaine de la presse et de la propagande fut la grande importance donnée aux mécanismes de contrôle de l’information, un moyen de propagande indirect qui fut privilégié par rapport aux mesures positives et créatrices48 . Ces dernières étaient de surcroît probablement plus difficiles à mettre en œuvre dans le contexte de l’Espagne « nationale », en raison de la grande précarité des organismes de propagande. Au-delà des conditionnements idéologiques, cette précarité a peut-être encouragé encore plus, lors de la guerre civile, l’utilisation des mécanismes de contrôle de l’information, qui par leur efficacité sont arrivés à compenser en partie les limitations de la propagande rebelle49

  • 50 Par exemple, le ban de Franco à Tétouan, celui du général Saliquet à Valladolid (datés du 18 juille (...)
  • 51 SINOVA, Justino, op. cit. , pp. 21, 78 et 91-92 ; et Cal, « El Franquismo… », art. cit., p. 1377.
  • 52 « Nos falta la debida orientación y los censores, incompetentes y amedrentados, cortan por lo sano  (...)

21Le plus important de ces mécanismes fut la censure préalable de toute sorte de publications, périodiques ou non, ainsi que des émissions de radio. Elle fut établie, dès le début de la guerre civile, par les autorités militaires dans les territoires où l’insurrection avait triomphé, au moyen de chacun des bans proclamant l’état de guerre, et fut la première et principale fonction des organismes examinés dans les pages précédentes50 . Postérieurement, d’autres dispositions essayèrent de systématiser et de rationaliser la censure, comme l’édit de la Junta de Defensa Nacional daté du 28 juillet 1936, l’ordre du 29 mai 1937, qui la confiait à la délégation de l’État à la Presse et à la Propagande, ou d’autres ordres sur des questions plus spécifiques51 . Cependant, en l’absence d’un ensemble de normes claires et précises sur les sujets interdits, la pratique de la censure resta énormément imprévisible. En janvier 1939, un journaliste de Saragosse se plaignait de cette situation auprès des autorités militaires, et il ne mâchait pas ses mots : « Il nous manque une orientation convenable et les censeurs, incompétents et effrayés, tranchent dans le vif »52 .

  • 53 « Incumbe al Estado la organización, vigilancia y control de la institución nacional de la Prensa p (...)
  • 54 « [E]s hoy cuando auténtica y solemnemente puede declararse la libertad de Prensa », cité dans Sevi (...)
  • 55 Cf. GIMÉNEZ-ARNAU, José Antonio, op. cit., pp. 97-98. D’autres dispositions de 1938 et 1939 concern (...)

22Le contrôle de l’information fut renforcé après l’adoption de la Loi de presse du 22 avril 1938, un texte rédigé par José Antonio Giménez-Arnau à la demande de Serrano Suñer. La presse devenait un instrument au service de l’État, et les journalistes, quasiment ses agents. Le premier article ne laissait pas de doutes à propos de l’inspiration totalitaire de la loi : « Incombe à l’État l’organisation, la vigilance et le contrôle de l’institution nationale de la presse périodique ». Les attributions de l’État s’avéraient donc très larges, allant de l’exercice de la censure à la nomination du personnel de direction des journaux, parfois contre la volonté des entreprises éditrices, tout en passant par la « régulation du nombre et de l’extension des publications périodiques » ou, plus généralement, par la « vigilance de l’activité de la presse ». Les professionnels du métier avaient l’obligation d’être inscrits au Registro Oficial de Periodistas et subirent d’ailleurs une épuration implacable53 . En dépit des contraintes imposées aux journaux, le texte de la loi osait affirmer que « c’est aujourd’hui que, authentiquement et solennellement, la liberté de la presse peut être établie ». Seulement d’un point de vue totalitaire, pourrait-on ajouter54 . Et même si la loi avait été conçue, selon son rédacteur, comme une mesure transitoire dans un contexte de guerre civile, elle resta en vigueur jusqu’en 196655 .

  • 56 Cf. PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda, op. cit., p. 339 ; Rossignol, op. cit (...)
  • 57 « Los periódicos tienen la obligación de reservar en el lugar que se les indique espacio suficiente (...)
  • 58 Des consignes du début de la guerre, depuis décembre 1936, dans AGM, CGG, arm. 1, leg. 54, cp. 27-4 (...)
  • 59 Les consignes constituent une source très riche pour l’étude de la première moitié de la dictature, (...)

23Néanmoins, l’élément le plus intéressant de la politique franquiste d’information (ou de propagande, plus précisément) n’était pas explicitement mentionné dans la loi d’avril 1938. Il s’agissait du système des consignes, dont l’étude est indispensable pour comprendre ce que le pouvoir franquiste voulait transmettre aux Espagnols à travers les journaux. Les consignas étaient la version espagnole des veline fascistes, des Sprachregelungen nazies (« règles de langage ») ou, plus tard, des « notes d’orientation » vichystes56 . Depuis le 18 juillet 1936, les différents bans proclamant l’état de guerre ordonnaient aux journaux de réserver « suffisamment d’espace pour l’insertion des informations officielles »57 . Ce fut le point de départ d’une pratique qui, de plus en plus perfectionnée, fut maintenue pendant toute la guerre civile, à l’époque de la Seconde Guerre mondiale et encore après, jusqu’aux années soixante. Durant toutes ces décennies, les différents organismes chargés de la presse et de la propagande envoyaient quotidiennement aux publications périodiques des instructions concernant les sujets qu’elles ne devaient pas aborder, à la façon d’une censure préventive, mais aussi ceux qu’elles devaient impérativement traiter, quand elles devaient le faire, dans quel emplacement et de quelle manière. Parfois, les journaux recevaient des textes qu’ils devaient publier tels quels (discours, commentaires, éditoriaux) ; souvent, ils devaient développer le plan qu’on leur envoyait à propos d’un sujet particulier, tout en donnant une impression d’originalité et en suivant les « suggestions » sur le ton qui était adéquat à chaque occasion58 . Mais les indications des services de presse ne se limitaient pas aux contenus (sur les sujets les plus divers, pas seulement politiques) et concernaient aussi des aspects formels, tels que la taille des gros titres ou la place qu’un commentaire, par exemple, devait avoir dans la page, et arrivèrent même à porter sur les aspects les plus triviaux de la pratique journalistique59 .

En guise de conclusion

24Divers organismes ont été en charge de la presse et de la propagande dans l’Espagne rebelle. Pendant la première moitié de la guerre, le personnel militaire et les considérations d’ordre militaire ont été prépondérants dans la « délégation de l’État à la Presse et à la Propagande ». Cet organisme dépendant du nouvel État n’avait pas l’exclusivité en matière de propagande et s’est trouvé parfois en concurrence avec d’autres organismes dépendant de l’Armée, des partis politiques ou des forces allemandes ou italiennes. Des mesures pour parvenir à une plus grande centralisation ont été prises progressivement, en particulier pendant la seconde moitié du conflit, lorsque les phalangistes ont obtenu le contrôle des nouveaux « services nationaux de la Presse et de la Propagande ». Durant toute la période de la guerre, les limitations de la propagande des insurgés ont été compensées par divers mécanismes de contrôle de l’information, notamment la censure et le système des consignes. On en vint ainsi à une presse de plus en plus uniforme, répétitive et prévisible, consciemment utilisée par le nouveau pouvoir franquiste comme un porte-parole fidèle pour diffuser ses discours.

Haut de page

Notes

1 Sur le ministère de l’Information et de la Propagande de Vichy, voir ROSSIGNOL, Dominique, Histoire de la propagande en France de 1940 à 1944. L’utopie Pétain, Paris, Presses Universitaires de France, 1991, pp. 15-17. Le Reichsministerium für Volksaufklärung und Propaganda et le Ministero di Stampa e Propaganda sont mentionnés, par exemple, dans PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda. Notas para un estudio de la propaganda política y de guerra , 2 e éd. aug., Madrid, Eudema, 1993, p. 316 (1 e éd., 1990). Il faut préciser que les pages qui suivent ont comme origine une recherche doctorale plus large sur la propagande antisémite et antimaçonnique du franquisme, menée sous la direction de M. Bernard Vincent à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales. Ce travail de recherche a donné lieu à une thèse soutenue en décembre 2006 et récemment publiée en espagnol. Cf. DOMÍNGUEZ ARRIBAS, Javier, El enemigo judeo-masónico en la propaganda franquista (1936-1945), Madrid, Marcial Pons, 2009.

2 Un ouvrage encore très utile est celui de SINOVA, Justino, La censura de Prensa durante el franquismo (1936-1951), Madrid, Espasa Calpe, 1989 ; une bonne synthèse, quoique très centrée sur l’époque de la guerre mondiale, est celle de BERMEJO, Benito, « L’Espagne », in GERVEREAU, Laurent, PESCHANSKI, Denis, et al., La propagande sous Vichy 1940-1944, Nanterre, BDIC, 1990, pp. 263-271 ; la précision concernant les dates est notable dans SEVILLANO CALERO, Francisco, Propaganda y medios de comunicación en el franquismo (1936-1951), Murcie, Publicaciones de la Universidad de Alicante, 1998. Voir aussi les travaux de CAL, Rosa, « El Franquismo y las actividades del organismo de Propaganda : 1936-1945 », in RIPOLL MOLINÉS, Fernando (éd.), Las mil caras de la comunicación. Homenaje al profesor Don Ángel Benito, Madrid, Universidad Complutense de Madrid, 2001, vol. II, pp. 1369-1398, et « La organización de la Dirección General de Propaganda durante el franquismo », in Tiempos de silencio. Actas del IV Encuentro de investigadores del franquismo, Valence, Universitat de València, 1999, pp. 594-602.

3 Lorsque les organismes successifs seront mentionnés pour la première fois, ils seront présentés sous leurs noms originaux en espagnol. Plusieurs auteurs affirment, à l’instar de Sevillano Calero (op. cit., pp. 53-54), que les attributions de cette Oficina furent « asumidas por la Comisión de Cultura y enseñanza de la Junta Técnica del Estado creada el 1 de octubre [1936] ». Voir aussi CAL, Rosa, « El Franquismo… », art. cit., p. 1376, et PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda, op. cit., p. 361. Cependant, il n’est pas clair que cela veuille dire que l’Oficina fut substituée par la dite commission (ce qui ne fut pas le cas) ou seulement subordonnée à elle. Dans tous les cas, l’Oficina continua à exister pendant les derniers mois de 1936.

4 Selon un témoin de l’époque, Pujol fut nommé par le général Emilio Mola, ayant comme mission principale de « dirigir la actuación de los corresponsales extranjeros y ejercer la censura sobre la Prensa nacional ». ESCOBAR, José Ignacio, Así empezó, 2 e éd. aug., Madrid, G. del Toro Editor, 1975, p. 165 (1 e éd., 1974). Voir aussi VEGAS LATAPIE, Eugenio, Los caminos del desengaño. Memorias políticas 2. 1936-1938, Madrid, Tebas, 1987, pp. 172-173 ; SINOVA, Justino, op. cit., p. 85 ; SCHULZE SCHNEIDER, Ingrid, « La propaganda alemana en la Segunda República Española », in Historia y Comunicación Social, n.º 4 (1999), pp. 183-197 (pp. 185-186) ; VIÑAS, Ángel, Franco, Hitler y el estallido de la guerra civil. Antecedentes y consecuencias, Madrid, Alianza, 2001, pp. 185-187 ; THOMAS, Hugh, La guerra civil española, Barcelone, Grijalbo Mondadori, 2001, vol. I, p. 460 (éd. or. angl., 1976).

5 La bibliographie consultée ne précise pas la date de nomination de Millán Astray. SINOVA, Justino (op. cit., p. 85) mentionne le mois de novembre 1936, à partir probablement du récit de GIMÉNEZ CABALLERO, Ernesto, Memorias de un dictador, Barcelone, Planeta, 1981, p. 101 (1 e éd., 1979). Ce dernier commença à travailler sous les ordres de Millán au début de ce mois. Cependant, on a affirmé que Millán était déjà chef de la propagande le 12 octobre 1936, date de l’incident avec Miguel de Unamuno. ESCOBAR, José Ignacio, op. cit., p. 166 ; FERRARY, Álvaro, El franquismo : minorías políticas y conflictos ideológicos, Pampelune, EUNSA, 1993, pp. 54-56. D’après les documents d’archives consultés, il est certain qu’il était à la tête du service tout au moins entre le 25 novembre 1936 (Archivo General de la Administración, Cultura, désormais AGA, C., 21/1359) et les premiers jours de janvier 1937 (Archivo General Militar, Cuartel General del Generalísimo, désormais AGM, CGG, arm. 12, leg. 580, cp. 122). Il est donc improbable que l’incident avec Unamuno soit la raison de la destitution de Millán, comme l’affirment Escobar (op. cit., pp. 166-167) et Ferrary (op. cit., pp. 54-56). Par ailleurs, il est possible que Millán Astray ait dirigé le service « sin formal nombramiento », comme le pense SERRANO SUÑER, Ramón, Entre el silencio y la propaganda, la Historia como fue. Memorias, Barcelone, Planeta, 1977, p. 159. Voir aussi VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., pp. 172-173.

6 D’autres collaborateurs de Millán Astray furent Ramón Rato et Lucas María de Oriol. Giménez Caballero proposa également les noms de Juan Aparicio, Víctor de la Serna et Antonio de Obregón. Cf. GIMÉNEZ CABALLERO, Ernesto, op. cit., pp. 101-106. Vegas Latapie (op. cit., p. 175) mentionne Francisco de Luis et Joaquín Arrarás en tant que collaborateurs de Millán.

7 « [E]l Delegado tendrá atribuciones para orientar la prensa, coordinar el servicio de las estaciones de radio, señalar las normas a que ha de sujetarse la censura y, en general, dirigir toda la propaganda por medio del cine, radio, periódicos, folletos y conferencias ». BOE, 17 janvier 1937, cité dans Cal, « El Franquismo… », art. cit., pp. 1376-1378. Tout au long de l’année 1937, d’autres normes approfondirent le processus de concentration de fonctions dans la DEPP, notamment en ce qui concernait la censure. Cf. SEVILLANO CALERO, Francisco, op. cit., pp. 54-55.

8 Curieusement, il semble avoir été nommé Delegado le 9 janvier 1937, quelques jours avant la création effective de la DEPP. Cette date, ainsi que d’autres informations sur la gestion de Gay à la tête de la DEPP, dans AGA, C., 21/1358. Gay avait déjà été conseiller du bureau de Presse de la Junta de Defensa Nacional. Cf. Diario Regional, Valladolid, 9 septembre 1936, cité par ÁLVAREZ BERCIANO, Rosa, et SALA NOGUER, Ramón, El cine en la zona nacional 1936-1939, Bilbao, Ediciones Mensajero, 2000, p. 22.

9 BEN-AMI, Shlomo, La dictadura de Primo de Rivera (1923-1930), Barcelone, Planeta, 1983, p. 123, cité dans MORALES RUIZ, Juan José, El discurso antimasónico en la guerra civil española (1936-1939), Saragosse, Gobierno de Aragón, 2001, p. 118 ; VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., pp. 182-183 ; ÁLVAREZ CHILLIDA, Gonzalo, El Antisemitismo en España. La imagen del judío (1812-2002), Madrid, Marcial Pons, 2002, pp. 314-315 et 372 ; SCHULZE SCHNEIDER, Ingrid, « La propaganda alemana en la Segunda República Española », art. cit., p. 185 ; VIÑAS, Ángel, op. cit., p. 187 ; RODRÍGUEZ JIMÉNEZ, José Luis, « El discurso antisemita en el fascismo español », in Raíces, n.º 42 (2000), pp. 57-69 (pp. 63-64). Ce dernier auteur inclut Gay parmi les « monárquicos fascistizados ». À propos de l’idéologie de Gay, ajoutons que dans une lettre non datée qui lui était adressée lorsqu’il était Delegado, le journaliste César González Ruano (subventionné, lui aussi, par les nazis) évoquait « nuestros días de Berlín y nuestro mutuo sueño fascista ». AGA, C., 21/1358.

10 « [P]roceder por tanteo », AGA, C., 21/320, 30 janvier 1937. À cette époque, la DEPP avait plusieurs sections : Presse nationale, Presse étrangère, Radio et Photographies et Affiches.

11 BOE, 13 avril 1937, cité par CAL, Rosa, « El Franquismo… », art. cit., p. 1378. L’annonce du remplacement, dans Arriba España , Pampelune, 14 avril 1937, p. 3. Les raisons de la destitution de Gay ne sont pas claires. ANDRÉS-GALLEGO, José ( ¿Fascismo o Estado católico ? Ideología, religión y censura en la España de Franco 1937-1941 , Madrid, Ediciones Encuentro, 1997, p. 62) suggère un rapport avec le Décret d’unification et, peut-être, avec des plaintes du cardinal Gomá à son sujet. Selon Escobar (op. cit., p. 169), la raison fut que Gay voulait tenir le rôle vedette. Pour un deuxième témoin de l’époque, Vegas Latapie ( op. cit. , p. 183), la destitution fut motivée par les tensions entre Gay et les phalangistes à propos de la diffusion d’un discours de José Antonio Primo de Rivera en février 1937. Cette dernière version est retenue par Ferrary (op. cit., pp. 56-57 et 74) et par TUSELL, Javier, Franco en la guerra civil. Una biografía política , Barcelone, Tusquets, 1993, p. 101 (1 e éd., 1992).

12 Cf. VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., pp. 220-221 ; SINOVA, Justino, op. cit., pp. 88-89 ; et ANDRÉS-GALLEGO, José (¿Fascismo o Estado católico ?, op. cit., p. 61), qui affirme qu’Arias était « bien relacionado con Gomá », le cardinal primat. Le responsable de l’entrée des membres d’Acción Española dans la DEPP semble avoir été, si l’on en croit la version de Vegas Latapie (op. cit., p. 185-186), l’ancien cedista Serrano Suñer, peut-être dans le but d’éviter que ses anciens coreligionnaires ne puissent monopoliser cet espace de pouvoir à l’époque de l’unification des partis. Serrano n’avait encore aucun poste officiel, mais intervenait déjà, seulement en tant que cuñadísimo, dans les affaires concernant la presse et la propagande. Cf. SERRANO SUÑER, Ramón, op. cit., p. 176.

13 Le 19 août 1937 au plus tard, Moreno Torres était déjà chef de la nouvelle section. AGA, Presidencia (P.), 52/14107. Cf. VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., p. 221, et RIDRUEJO, Dionisio, Casi unas memorias, Barcelone, Planeta, 1976, p. 130.

14 Vegas raconte en détail dans ses mémoires les efforts qu’il réalisa pour donner à la propagande le « principio ideológico rector » dont elle manquait, qui aurait dû être, bien entendu, celui d’Acción Española. Il affirme aussi avoir été imposé à Arias Paz en tant que secrétaire général de la DEPP par Serrano Suñer. Les mémoires de Vegas restent le récit le plus complet sur le rôle de la DEPP à l’époque d’Arias Paz. VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., pp. 183-186, 219-226, 332-333 et passim.

15 Cf. SINOVA, Justino, op. cit., p. 89 ; VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., p. 221 ; LUIS, Francisco de, La masonería contra España, Madrid, Ediciones Fax, 1935, cité par RODRÍGUEZ JIMÉNEZ, José Luis, « Los Protocolos de los Sabios de Sión en España », in Raíces, n.º 38 (1999), pp. 27-40 (p. 37). De Luis semble avoir représenté le point de vue du catholicisme politique et de la hiérarchie ecclésiastique au sein de la DEPP, organisme qu’il abandonna en août 1937.

16 Le commandant Torre Enciso apparaît en tant que « segundo Jefe » le 11 août 1937, par exemple. L’ordre verbal de Franco est mentionné dans un courrier du 22 novembre 1937. AGA, C., 21/320. Le nouveau « Delegado Accidental » resta à la tête de la DEPP au moins jusqu’au 31 janvier 1938. AGA, C., 21/1359. Une vision générale de la période où Arias fut délégué, dans SANTONJA, Gonzalo, De Un Ayer No Tan Lejano (Cultura y propaganda en la España de Franco durante la guerra y los primeros años del Nuevo Estado), Madrid, Editorial Noesis, 1996, pp. 29-30.

17 Les initiatives particulières de propagande en faveur des « nationaux », qui s’étaient multipliées en Espagne et à l’étranger depuis le soulèvement de juillet 1936, seront ici laissées de côté. Pensons, par exemple, à l’Oficina Católica de Información Internacional de Saragosse, une initiative de l’Action catholique approuvée par la hiérarchie ecclésiastique au début de 1937. Voir ANDRÉS-GALLEGO, José, et PAZOS, Antón M. (éds.), Archivo Gomá. Documentos de la Guerra Civil, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas, 2001-2002, t. 3, pp. 111-119 et 133. Pensons également au bureau de propagande de Joan Estelrich à Paris, crée sous l’impulsion d’anciennes personnalités de la Lliga et absorbé ensuite par les services officiels de propagande. À ce propos, voir l’excellente étude de RIQUER, Borja de, El último Cambó 1936-1947. La tentación autoritaria , Barcelone, Grijalbo, 1997, pp. 103-110 (éd. or. cat., 1996).

18 L’ Oficina de Prensa est parfois qualifiée dans la bibliographie de Gabinete de Prensa. Il devint après la Delegación de Propaganda du Quartier général du Généralissime, selon PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda, op. cit., pp. 362 et 366. Cf. SINOVA, Justino, op. cit., pp. 16 et 92 ; Cal, « El Franquismo… », art. cit., pp. 1372 et 1375. Sur les « Compañías de propaganda », AGM, CGG, arm. 12, leg. 655. Sur Bolín, qui avait été correspondant à Londres, voir BOLÍN, Luis, España. Los años vitales, Madrid, Espasa Calpe, 1967 ; Archivo Gomá , t. 2, pp. 199-200 et 396 ; PRESTON, Paul, Franco. « Caudillo de España », Barcelone, Grijalbo, 1999, pp. 174-175 et 241 (éd. or. angl., 1993) ; NOURRY, Philippe, Francisco Franco : La conquista del poder , Madrid, Ediciones Júcar, 1976, pp. 301, 312-313, 338-339, 351-360 (éd. or. fr., 1975) ; VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., p. 175.

19 Cette dénomination apparaît dans une revue de presse élaborée par la même Delegación en avril 1937, juste avant l’unification des partis. AGM, CGG, arm. 34, leg. 63, cp. 5. L’organisme, qui siégeait à Burgos, reçut aussi le nom d’Oficina Nacional Carlista de Prensa. Cf. Archivo Gomá, t. 1, pp. 451-452.

20 Cadenas avait séjourné en Allemagne l’été 1935 pour se renseigner sur l’organisation de la propagande nazie. Sur les organismes phalangistes de presse et de propagande antérieurs à l’unification des partis et sur leurs tensions internes, VEGAS LATAPIE, Eugenio, op. cit., pp. 175-176 ; FERRARY, Álvaro, op. cit., pp. 71-72 et 75-77. Voir aussi PIZARROSO QUINTERO, Historia de la propaganda, op. cit., p. 362.

21 Yzurdiaga fut nommé car il avait déjà une équipe de collaborateurs, celle d’Arriba España, selon la version de SERRANO SUÑER, Ramón, op. cit., p. 178. Le prêtre est déjà cité comme chef de presse et de propagande (vraisemblablement de la FET) le 21 avril 1937, dans Arriba España, mais le texte de sa nomination à la tête de la DNPP de la FET (sans date) n’est publié dans ce même journal que le 6 mai 1937. Cité par ANDRÉS-GALLEGO, José, ¿Fascismo o Estado católico ? , op. cit., pp. 44-45 et 60. Yzurdiaga était assisté dans sa fonction par un conseil où siégeaient, parmi d’autres, Dionisio Ridruejo, José Antonio Giménez-Arnau et Julio Muñoz Aguilar, l’ancien chef de la propagande carliste. Cf. THOMAS, Joan Maria, La Falange de Franco. Fascismo y fascistización en el régimen franquista (1937-1945), Barcelone, Plaza & Janés, 2001, p. 156. Selon TUSELL, Javier (op. cit., p. 102), la DNPP de la FET « tuvo en el interior de la zona controlada por Franco una actividad mucho mayor que la del propio Estado ». Cf. aussi SINOVA, Justino, op. cit. , pp. 89-90, et CHUECA, Ricardo, El Fascismo en los comienzos del régimen de Franco. Un estudio sobre FET-JONS, Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas, 1983, pp. 281-287. Par ailleurs, il ne faut pas confondre, comme le fait souvent la bibliographie, la Delegación Nacional de Prensa y Propaganda (DNPP), dépendant de la FET, avec l’organisme officiel qui existait parallèlement et qui portait un nom similaire (Delegación del Estado para Prensa y Propaganda).

22 À la fin de la guerre civile, les attributions du bureau furent transférées à l’attaché de presse de l’ambassade italienne. Cf. PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda, op. cit., pp. 372-374. Sur le bulletin anticommuniste et sur un « Noticiario radiofónico internacional », AGM, CGG, arm. 6, leg. 323, cp. 30-31 ; arm. 34, leg. 63.

23 Depuis 1938, le représentant à Burgos de Transocean fut Hans Lazar, qui devint l’homme clé de la propagande allemande en Espagne à l’époque de la Seconde Guerre mondiale. Cf. PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda, op. cit., pp. 375-376 ; ROS AGUDO, Manuel, La guerra secreta de Franco (1939-1945), Barcelone, Crítica, 2002, pp. 272 et 274-275.

24 Les informations concernaient l’Afrique du Sud, la France et, surtout, la Pologne. ABC, Séville, 20 janvier 1937, pp. 18-19.

25 L’utilisation de cette méthode a été constatée autant à l’époque de la Seconde République qu’à celle de la Seconde Guerre mondiale. Voir, par exemple, SCHULZE SCHNEIDER, Ingrid, « La propaganda alemana en la Segunda República Española », art. cit., pp. 185-186 ; et « La propaganda alemana en España 1942-1944 », in Espacio, Tiempo y Forma, Serie V, Historia Contemporánea, t. VII (1994), pp. 371-386 (p. 374). Cependant, à ma connaissance, la bibliographie ne dit rien à ce propos sur la période de la guerre civile.

26 PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda, op. cit., pp. 375 et 377 ; ROS AGUDO, Manuel, op. cit., pp. 272-273.

27 À ce propos, voir un exemple concernant la délégation provinciale de Propagande de la FET du Maroc espagnol dans AGA, C., 21/1347, 12 juillet 1938. Sur ASPA, voir AGM, CGG, arm. 34, leg. 63, et GARRIGA, Ramón, Las relaciones secretas entre Franco y Hitler, Buenos Aires, Jorge Álvarez Editor, 1965, p. 59.

28 Le 17 octobre 1937, par exemple, Arias Paz interdit à l’ Oficina Católica de Información Internacional (Saragosse) d’envoyer des matériaux de propagande à l’étranger. AGA, C., 21/320.

29 Les différentes étapes, dans SINOVA, Justino, op. cit., pp. 83-84.

30 CHUECA, Ricardo, op. cit., p. 288.

31 La nomination, dans Centro Documental de la Memoria Histórica, Dionisio Ridruejo, leg. 5, exp. 1.

32 GIMÉNEZ-ARNAU, José Antonio, Memorias de memoria. Descifre vuecencia personalmente, Barcelone, Destino, 1978, p. 96. À la différence d’autres récits autobiographiques (comme celui de Ridruejo, op. cit.), celui-ci n’est pas très utile pour reconstituer la période où son auteur eut un rôle central dans l’organisation de la presse. Voir aussi SERRANO SUÑER, Ramón, op. cit., p. 260 ; GARRIGA, Ramón, op. cit., p. 3. La section de Presse nationale n’est pas mentionnée par ces témoins, mais elle existait déjà à l’époque de la DEPP et il est improbable qu’elle ait disparu après.

33 La seule section à ne pas être mentionnée par Ridruejo (op. cit., pp. 129-137) est celle de la Censure. Juan Beneyto fut son chef tout au long de 1938. AGA, C., 21/41. Sur les sections, et en particulier sur celle d’Éditions, voir aussi LAÍN ENTRALGO, Pedro, Descargo de conciencia (1930-1960), Madrid, Alianza, 1989, pp. 226-227, 233-235 et 239-241 (1 e éd., 1976).

34 RIDRUEJO, Dionisio, op. cit., pp. 123 et 129 ; SERRANO SUÑER, ramón, op. cit., p. 260. Tovar avait déjà appartenu à l’équipe de la DEPP sous la direction d’Arias Paz. AGA, P., 52/14107, 23 juillet 1937.

35 La date de création du sous-secrétariat de la Presse et de la Propagande (29 décembre 1938), dans SEVILLANO CALERO, Francisco, op. cit. , p. 58. D’autres travaux mentionnent l’existence de ce sous-secrétariat à des dates antérieures. Ainsi, José Lorente est cité comme étant Subsecretario de Prensa y Propaganda le 2 septembre 1938 dans DIEZ PUERTAS, Emeterio, El montaje del franquismo. La política cinematográfica de las fuerzas sublevadas, Barcelone, Laertes, 2002, p. 150. Ferrary (op. cit., p. 127), quant à lui, situe la création du nouveau sous-secrétariat en août 1939. Par ailleurs, « ministère de la Gobernación », n’ayant pas d’équivalent en français, sera désormais traduit par « ministère de l’Intérieur ».

36 Cf. « Normas para la propaganda en la zona de vanguardia y frentes », AGM, CGG, arm. 5, leg. 283, cp. 9, 12 septembre 1938. « El Jefe Militar de Propaganda en los frentes será enlace entre el Servicio Nacional de Propaganda y el Cuartel General del Generalísimo para la mejor coordinación de la Propaganda en su funcionamiento en la zona de vanguardia y frentes ».

37 Ainsi, le 26 juillet 1938, le chef du service national de la Propagande demandait d’examiner les brochures allemandes reçues dans la Jefatura du Maroc avant de pouvoir autoriser leur distribution. AGA, C., 21/1347.

38 Arriba España, Pampelune, 10 février 1938, cité par ANDRÉS-GALLEGO, José, ¿Fascismo o Estado católico ?, op. cit., p. 52 ; SEVILLANO CALERO, Francisco, op. cit., p. 58 ; THOMAS, La Falange de Franco , op. cit., p. 158.

39 L’ordre du 11 août 1938 (AGA, P., 52/14106) fut précédé par une autre disposition similaire issue du service national de la Propagande le 27 juin 1938. Cf. CHUECA, Ricardo, op. cit., pp. 188-189, et Ridruejo, op. cit. , p. 123.

40 À ce propos, voir quelques exemples révélateurs dans TUSELL, Javier, op. cit., pp. 372-375. Sur la permanence du personnel de l’ancienne DEPP, voir RIDRUEJO, Dionisio, op. cit., pp. 130-134. GIMÉNEZ-ARNAU, José Antonio, (op. cit., p. 80) provenait des services du Parti.

41 « El plan que me tracé para organizar los servicios era más amplio y, si se quiere, más totalitario en el sentido estricto de la palabra. Apuntaba al dirigismo cultural y a la organización de los instrumentos de comunicación pública en todos los órdenes. Era un plan probablemente siniestro, pero no banal. Lo malo (o lo bueno) es que quedaba muy por encima de los recursos disponibles y de mi propia autoridad ». Ridruejo, op. cit., p. 130.

42 Cf. ANDRÉS-GALLEGO, José, ¿Fascismo o Estado católico ?, op. cit., p. 135 et passim.

43 Cf. GIMÉNEZ CABALLERO, Ernesto, op. cit., pp. 104-106 ; Vegas Latapie, op. cit., pp. 332-333 ; ESCOBAR, José Ignacio, op. cit., pp. 172, 263, 284 et 301-302 (la propagande était « sumergida en un marasmo ») ; GIMÉNEZ-ARNAU, José Antonio, op. cit., p. 94 (« lo mala y nula que es la propaganda que se hace de Franco ») ; RIDRUEJO, Dionisio, op. cit., p. 146 (« mi poder efectivo era bastante reducido ») ; et SERRANO-SUÑER, Ramón, op. cit., p. 163.

44 « Realmente, por el lado “blanco”, tenemos un servicio de contrapropaganda muy deficiente ». Archivo Gomá, t. 2, p. 209.

45 « No contentos con repartirlas entre los nuestros, la lanzan a las trincheras enemigas y como [sic] estará allí la situación, que a pesar de esta Propaganda se pasan a las líneas Nacionales ». AGA, C., 21/1346, exp. 110. La même idée était sous-jacente dans un « Rapporto sulla questione della propaganda nazionalista », élaboré par la mission militaire italienne (18 octobre 1937). Archivo de la Fundación Nacional Francisco Franco, doc. 18035, 18 octobre 1937.

46 À ce propos, voir ESCOLAR SOBRINO, Hipólito, La cultura durante la guerra civil, Madrid, Alhambra, 1987, p. 101, et Ridruejo, op. cit., p. 167, par exemple.

47 La propagande extérieure, bien entendu, échappait à cette règle, et elle eut de fait un développement supérieur à celle de l’intérieur. À l’étranger il était seulement possible de convaincre. Cf. NÚÑEZ DE PRADO Y CLAVELL, Sara, Servicios de información y propaganda en la guerra civil española. 1936-1939, Madrid, Editorial de la Universidad Complutense de Madrid, 1992, pp. 309-311 et 367 ; GUBERN, Román, « La propaganda cinematográfica », in Propaganda en guerra, Salamanque, Consorcio Salamanca 2002, 2002, pp. 109-128 (p. 124) ; BERMEJO, Benito, art. cit., pp. 264-265.

48 « No dejan de ser un medio de propaganda los inhibidores de la comunicación », affirme à ce propos Pizarroso Quintero, Historia de la propaganda, op. cit., p. 31.

49 Ceci est particulièrement clair à l’époque où Arias Paz dirigeait les services de propagande. Cf. AGA, C., 21/3à0.

50 Par exemple, le ban de Franco à Tétouan, celui du général Saliquet à Valladolid (datés du 18 juillet 1936) ou celui de Mola à Pampelune. Tous les trois contenaient le passage suivant : « quedan sometidas a la censura militar todas las publicaciones de cualquier clase que sean ». Cf. CAL, Rosa, « El Franquismo… », art. cit., p. 1372 ; SINOVA, Justino, op. cit. , p. 16 ; MORALES RUIZ, Juan José, op. cit., p. 114. Voir aussi Chueca, op. cit. , pp. 281 et 289.

51 SINOVA, Justino, op. cit. , pp. 21, 78 et 91-92 ; et Cal, « El Franquismo… », art. cit., p. 1377.

52 « Nos falta la debida orientación y los censores, incompetentes y amedrentados, cortan por lo sano ». Manuel Sánchez del Arco au lieutenant-colonel Antonio Barroso, 17 janvier 1939, AGM, CGG, arm. 6, leg. 323, cp. 32. Pendant la guerre, les censeurs surveillèrent tout particulièrement les informations sur des questions militaires, afin d’éviter la moindre indiscrétion susceptible de profiter à l’ennemi. Voir, par exemple, AGM, CGG, arm. 6 leg. 323, cp. 26, mars 1937.

53 « Incumbe al Estado la organización, vigilancia y control de la institución nacional de la Prensa periódica » ; « regulación del número y extensión de las publicaciones periódicas » ; « vigilancia de la actividad de la prensa ». La loi est citée et analysée longuement par SINOVA, Justino, op. cit., pp. 36-66.

54 « [E]s hoy cuando auténtica y solemnemente puede declararse la libertad de Prensa », cité dans Sevillano Calero, op. cit., p. 59.

55 Cf. GIMÉNEZ-ARNAU, José Antonio, op. cit., pp. 97-98. D’autres dispositions de 1938 et 1939 concernant le contrôle de toute sorte de productions culturelles (presse, livres, radio, cinéma), dans SEVILLANO-CALERO, Francisco, op. cit. , p. 60.

56 Cf. PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Historia de la propaganda, op. cit., p. 339 ; Rossignol, op. cit., p. 40. D’autres auteurs mentionnent les istruzioni fascistes et les Anweisungen nazis. Cf. CHULIÁ, Elisa, El poder y la palabra. Prensa y poder político en las dictaduras. El régimen de Franco ante la prensa y el periodismo, Madrid, Editorial Biblioteca Nueva / Universidad Nacional de Educación a Distancia, 2001, p. 71.

57 « Los periódicos tienen la obligación de reservar en el lugar que se les indique espacio suficiente para la inserción de las noticias oficiales, únicas que sobre orden público y política podrán insertarse ». Cet ordre apparaissait, avec les même mots, dans les trois bans cités précédemment (de Franco, de Saliquet et de Mola), cités par CAL, Rosa, « El Franquismo… », art. cit., p. 1372 ; SINOVA, Justino, op. cit., p. 16 ; et Morales Ruiz, op. cit., p. 114. Un autre ordre similaire et un peu postérieur fut publié dans La Voz de España , Saint-Sébastien, 5 décembre 1936, cité par SANTOJA, Gonzalo, op. cit., p. 29.

58 Des consignes du début de la guerre, depuis décembre 1936, dans AGM, CGG, arm. 1, leg. 54, cp. 27-48. D’autres de 1937, dans AGA, C., 21/320, dont une ordonnant de faire l’éloge de l’œuvre de Marconi, mais sans répéter le plan envoyé par la DEPP, « para evitar monotonía » (sans date, mais probablement de juillet 1937). D’autres instructions pour que les textes élaborés à partir des consignes semblent originaux, dans AGA, C., 21/330, juillet 1938.

59 Les consignes constituent une source très riche pour l’étude de la première moitié de la dictature, mais elles n’ont pas encore suffisamment attiré l’attention des spécialistes. Il n’existe pas, à ma connaissance, une étude systématique sur la question, de manière que le travail de SINOVA (op. cit.) reste fondamental, surtout pour la période de la Seconde Guerre mondiale, et les observations de TERRÓN MONTERO, Javier (La prensa de España durante el régimen de Franco. Un intento de análisis político, Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas, 1981, pp. 65-79) ou de BARRERA, Carlos (Periodismo y franquismo. De la censura a la apertura, Barcelone, Ediciones Internacionales Universitarias, 1995, pp. 47-50) continuent à être pertinentes. Voir aussi PIZARROSO QUINTERO, Alejandro, Stampa e mezzi di comunicazione in Spagna, Milan, Franco Angeli, 1994, pp. 157-163. D’autres observations, bien plus discutables, dans ABELLÁN, Manuel L., « De los servicios nacionales de prensa y propaganda a la Vicesecretaría de Educación Popular (1938-1941) », in AUBERT, Paul, et DESVOIS, Jean-Michel (éds.), Presse et pouvoir en Espagne 1868-1975, Bordeaux, Maison des Pays Ibériques / Madrid, Casa de Velázquez, 1996, pp. 233-256. Abellán affirme à tort que pendant la guerre civile « no fue la prensa objeto directo de una política de consignas y directivas como la que se instaurará una vez llegada la “normalización civil” a partir de la primavera de 1939 », mais il reconnaît ensuite n’avoir pas eu accès aux archives du Service historique militaire (actuellement, AGM), qui sont, justement, celles qui gardent une grande partie de ce type de documentation (ibid., pp. 235-236). Le même auteur fournit en contrepartie un dépouillement des 393 consignes transmises aux journaux entre septembre 1939 et décembre 1940, qui fut réalisé par Elke BAUMSTARK (ibid., p. 239). Voir quelques exemples de consignes de l’époque dans NÚÑEZ DE PRADO Y CLAVELLl, Sara, op. cit., pp. 317-321. D’autres consignes des années cinquante et soixante, adressées à Diario Regional de Valladolid, dans PÉREZ LÓPEZ, Pablo, « El régimen de consignas de prensa durante el franquismo : análisis de una fuente », in Congreso de jóvenes historiadores y geógrafos , Madrid, Editorial de la Universidad Complutense, 1990, vol. II, pp. 739-747.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Javier Domínguez Arribas, « L’organisation de la presse et de la propagande dans l’Espagne rebelle (1936-1939) », El Argonauta español [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 15 janvier 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/argonauta.314

Haut de page

Auteur

Javier Domínguez Arribas

Université Paris XIII – CRESC

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org