Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La presse espagnole et la Guerre civile. Entre rupture et propagande (1936-1939)

Presse et propagande pendant la guerre civile espagnole : la participation des femmes du P.O.U.M. dans la guerre des idées (1936-1937)

Cindy Coignard

Résumés

On trouvera dans cet article une approche du rôle qu’ont joué les femmes dans la presse du P.O.U.M. depuis le début de la guerre civile espagnole jusqu’au milieu de l’année 1937, moment où le Parti est persécuté, censuré puis déclaré illégal. On se propose donc de voir dans quelle mesure ces femmes ont participé à la tâche propagandistique dans la presse écrite à travers des journaux comme Avançada, L’Espurna, Impuls, Emancipación… et ce, autour de deux axes principaux : d’une part une propagande organisée en fonction des ennemis du mouvement ouvrier (fascisme, capitalisme, stalinisme) ; d’autre part, une propagande interne au P.O.U.M. et plutôt adressée aux femmes du Parti afin de tenter de les mobiliser.

Haut de page

Texte intégral

1Alors que le P.O.U.M. (Parti Ouvrier d’Unification marxiste, principalement ancré en Catalogne) naît officiellement le 29 septembre 1935 à la suite de la fusion entre le B.O.C. (Bloc Obrer i Camperol) et l’I.C.E. (Izquierda Comunista de España), la prolifération des journaux du Parti ne débute que lors des premiers mois de la guerre civile espagnole, entre septembre et novembre 1936. Rapidement, le P.O.U.M. devient la cible d’une campagne de calomnies. Accusé d’être un agent du fascisme, le Parti sera durement persécuté et cette contre-révolution culminera lors des célèbres mais malheureux événements de Mai 1937, à Barcelone, au cours desquels les communistes de Moscou tenteront de prendre le contrôle de la capitale catalane. Le P.O.U.M. est alors déclaré illégal, puis interdit un mois plus tard, et commencera une période de clandestinité qui se terminera de façon forcée au sein du territoire français, après la victoire des troupes insurgées le 1 er avril 1939.

  • 1 On pensera notamment à l'exemple de l'Argentine Mika Etchebéhère qui, suite au décès de son mari Hi (...)
  • 2 A Gérone, Antònia Adroher occupa, de novembre 1936 jusqu'en février 1937, le poste de Conseillère à (...)

2Dans une guerre fratricide où les combats font rage sur le front, l’arrière n’est pas exempt d’affrontements, bien que d’un autre type. En effet, on assiste, parallèlement au conflit armé, à une autre sorte de lutte, qui se retrouve notamment dans la presse écrite : une guerre des idées. Si les journaux du parti marxiste sont encore méconnus, un autre aspect demande également à être étudié : les femmes du P.O.U.M. En effet, celles-ci ont joué un rôle important lors de la guerre civile espagnole en participant à diverses actions et activités : certaines sont allées au front1 , d’autres sont restées à l’arrière, ont intégré le Secrétariat Féminin ou le Secours Rouge du Parti et prenaient en charge les blessés, les réfugiés ou les enfants ; d’autres encore ont occupé des postes politiques à responsabilité2 . Enfin, nombre d’entre elles ont été présentes dans les cellules de presse, signant ainsi des articles dans différents journaux : Avançada, L’Espurna, Front, Impuls, Emancipación… et participant par la même occasion à cette guerre journalistique et propagandistique qui s’instaure.

3Sur un laps de temps réduit, il convient alors de s’interroger sur la lecture de la guerre que proposent ces femmes et sur les positions qu’elles affichent dans des journaux au fort caractère révolutionnaire. Puis, face au cri de « mujeres a la retaguardia », qui les relègue plutôt à des tâches sociales et humanitaires, faut-il considérer qu’elles sont exclues (ou qu’elles s’excluent) pour autant des débats politiques dans la presse ? Et dans quelle mesure se chargent-elles de participer à la tâche propagandistique ?

4Avant de tenter de répondre aux questions soulevées, il faudra dans un premier temps faire une nécessaire présentation des journaux à partir desquels nous avons travaillé afin de définir quelle est la place des femmes dans la presse du P.O.U.M. pendant la guerre civile espagnole. Puis, nous nous intéresserons aux thèmes qu’elles abordent : sont-ce les mêmes selon le lieu ou la date d’édition ? Peut-on considérer que les femmes sont contraintes à n’écrire que sur certains sujets ? Enfin, nous verrons comment s’exprime plus concrètement la propagande en différenciant, d’une part, ce que l’on pourrait appeler une propagande « externe », qui a trait aux différents ennemis du P.O.U.M. (fascisme, stalinisme, capitalisme) ; d’autre part, une propagande intrinsèque au Parti, qui a alors pour but de mobiliser et de persuader.

Les femmes dans la presse du P.O.U.M. (1936-1937)

  • 3 On utilise ici le terme de «journalistes» afin de désigner les personnes qui écrivaient dans la pre (...)
  • 4 Les statistiques effectuées ont été réalisées à partir de l'étude de sept journaux dont la liste se (...)

5Bien que la proportion de femmes « journalistes »3 ait augmenté depuis la fin du 19ème siècle et le début du 20ème siècle, elles sont encore peu nombreuses à écrire des articles lorsque débute la guerre civile espagnole en juillet 1936. En ce qui concerne la presse du P.O.U.M. sur la période que nous nous proposons d’étudier, 172 articles ont été signés par des femmes sur un total de 652 numéros (voir annexe 1)4 , ce qui fait une moyenne d’environ un article tous les trois à quatre numéros. Les articles qui étaient rédigés par les hommes étaient bien sûr beaucoup plus abondants et demanderaient, de ce fait, un travail important si l’on tentait de les quantifier sur ce même corpus.

6Pendant la guerre, le fait que des femmes intègrent des rédactions de journaux apparaît comme quelque chose d’assez novateur. Cette situation a sans doute été favorisée par la conjoncture politique et économique du moment : les hommes étant partis au front, les femmes commencent à occuper des postes auxquels elles n’avaient jusqu’alors pas accès. D’ailleurs, Júlia Serra se souvient à propos de la presse à Gérone :

  • 5 Interview de Júlia Serra par Cindy Coignard, en présence de son fils Michel Martí, Toulouse, 31/11/ (...)

« - Cindy : est-ce qu’il y avait beaucoup de femmes qui écrivaient dans L’Espurna ?
- Júlia : pas tellement. C’était nouveau encore pour nous. Ça c’est une idée assez originale de la guerre civile. […]
- Michel : et est-ce qu’il y avait des femmes en plus de toi qui écrivaient dans L’Espurna ?
- Júlia : non. On était presque tous des hommes. Il y avait moi comme femme. Il y avait Adroher aussi qui écrivait. Dans la presse de gauche maintenant, on commence à écrire mais pendant la guerre civile, non. Nous, on a pris des initiatives »5 .

  • 6 GARCÍA BANÚS, María Teresa, «Una vida bien vivida», in Viento Sur (transcription de José Gutiérrez (...)
  • 7 REBULL, Teresa, En chantant , Baixas, Balzac Editeur, 2005 (traduction de André Vinas du livre Tot (...)

7Plusieurs raisons peuvent expliquer la faible présence des femmes dans la presse. Il faut tout d’abord prendre en compte le fait qu’à l’époque, et malgré les avancées considérables permises par la Seconde République espagnole depuis avril 1931, le taux d’analphabétisme féminin est encore élevé. C’est d’ailleurs l’avis de María Teresa Andrade lorsqu’elle évoque le journal du Secrétariat Féminin du P.O.U.M. à Barcelone : « Hicimos también un periódico, Emancipación, difícil de sacar porque faltaban redactoras, ya que la mayor parte de las obreras que podían ofrecernos informaciones les costaba mucho escribir »6 . Si l’on s’intéresse de plus près aux noms qui apparaissent dans la presse du P.O.U.M., on se rend compte que nombre de ces femmes ont une formation. A Gérone par exemple, Antònia Adroher et Júlia Serra sont toutes deux enseignantes et ont été formées à l’Ecole Normale. C’est également le cas de Pilar Santiago et de María Teresa Andrade (García Banús de son nom de jeune fille qui apparaît parfois), cette dernière étant également écrivain. A Sabadell, la directrice du journal Impuls, Maria Gispert était elle aussi écrivain et journaliste de formation. Teresa Rebull se souvient d’ailleurs dans ses mémoires de ces brillantes militantes, sur lesquelles elle écrit avec une pointe d’humour : « Qui a dit qu’une femme ne pouvait pas être en même temps jolie et intelligente ? »7 . En outre, presque toutes avaient un lien direct avec le Parti de par leur frère, leur père ou leur mari ; lesquels écrivaient aussi dans la presse et occupaient parfois un poste pouvant favoriser l’accès de leurs compagnes au sein des rédactions : Juan Andrade (époux de María Teresa Andrade) faisait partie du Comité Exécutif du Parti ; Enrique Adroher (frère aîné d’Antònia Adroher), instituteur, était un élément clef du P.O.U.M. dans un premier temps à Gérone, puis à Barcelone et enfin au Mexique, en exil ; Miquel Martí (mari de Júlia Serra) était directeur de L’Espurna à Gérone ; Juan Hervás (époux de Pilar Santiago) n’était autre que le responsable du C.E.N.U. (Conseil de l’Ecole Nouvelle Unifiée), pour ne citer que quelques-uns d’entre eux.

  • 8 Antònia Adroher en fait mention dans l'une de ses interviews accordées à Salomó Marqués en 1992 à G (...)

8En partant des résultats obtenus et exposés dans l’annexe 2, on voit que des 53 femmes recensées, plus de la moitié (31 exactement) ne signera qu’un seul article. Et 13 autres n’en signeront que 2 au total. Seul Júlia Serra se démarque clairement avec 74 articles écrits dans L’Espurna, organe porte-parole du P.O.U.M. dans la province de Gérone, dont 58 à la Une du quotidien, ce qui n’est pas anodin et permet, entre autres conséquences, au lectorat une certaine familiarisation et fidélisation à un auteur. Précisons que nous n’avons pris en compte dans ces calculs que les articles où le nom de l’auteur était clairement identifiable et renvoyait à une figure féminine. De fait, si certains noms ou prénoms ne prêtent pas à discussion, d’autres doivent faire l’objet de recherches et vérifications avant qu’on puisse affirmer qu’un pseudonyme ou des initiales appartiennent bien à une personne de sexe féminin (par exemple « Mingo » dans L’Espurna). Le recours aux pseudonymes peut avoir plusieurs origines : un sentiment affectif envers quelqu’un (Gracieta était le nom de la mère de Júlia Serra), une revendication (Llibertat8 pour Antònia Adroher), une référence à une grande figure de l’Histoire (Rosa L., signature qui évoque sans doute Rosa Luxemburg). Enfin, c’est très probablement pour éviter la répression que ces femmes ont recours à un pseudonyme. Il est évident que de nombreux articles dont l’auteur est inconnu peuvent avoir été écrits par des femmes. Cependant, étant donné que nous ne pouvons en être sûre, ceux-ci n’entrent pas dans les statistiques. Il en va de même pour certains articles signés par des collectifs et dont nous ne pouvons affirmer à cent pour cent qu’ils aient été écrits, ou bien effectivement à plusieurs mains, ou bien par une seule personne (de sexe masculin ou féminin) au nom du collectif. Peut-être ces femmes, par manque de formation et d’assurance dans la façon de dire les choses, ne voulaient-elles pas apposer leur signature afin d’éviter une quelconque gêne.

Thématiques et période de publication

9Dans l’annexe 3, nous voyons que le nombre d’articles ne devient véritablement signifiant qu’à partir du mois de novembre (10 articles), pour s’amplifier au cours des mois suivants (21 articles en décembre, 17 en janvier). La période de production la plus forte se situe après, entre février et mai 1937 (117 articles en 4 mois, sur un total de 172). Cette répartition pourrait être due à plusieurs facteurs. Premièrement, lors des premières semaines de la guerre civile espagnole, l’heure semble être à la réaction, à la spontanéité et à la désorganisation, tant sur le front qu’à l’arrière. Rapidement, au cri de « mujeres a la retaguardia », clamé entre autres par La Pasionaria, on appelle les femmes à revenir « occuper leur place », notamment pour celles qui auraient eu l’idée de s’engager comme miliciennes. A l’arrière, on pense cependant à faire la Révolution et les femmes, en plus des actions humanitaires et sociales réalisées, participent de plus en plus à l’élaboration du changement. Au sein du P.O.U.M., est créé en septembre 1936, un Secrétariat Féminin à l’initiative de María Teresa Andrade et Pilar Santiago, et ce ne sont alors pas les activités qui manquent. Si le Parti marxiste était plus ou moins organisé, il faut prendre en compte que pour la branche féminine du P.O.U.M., il était nécessaire de tout construire depuis la première pierre : trouver un local, encadrer l’organisation, proposer et monter des activités ainsi que des formations,… d’où peut-être un manque de temps pour se consacrer à l’écriture journalistique :

  • 9 «Era necesario dirigir las actividades del Secretariado Femenino en otro sentido. Primero el educat (...)

« Il était nécessaire d’orienter les activités du Secrétariat Féminin dans une autre direction. Premièrement, vers le domaine éducatif : nous avons organisé des cours de français et d’anglais avec des militants étrangers, des cours de culture générale avec des camarades du parti, des professeurs et des instituteurs ; nous avons commencé à accueillir des femmes qui étaient intéressées par ce que nous pouvions leur offrir grâce à Toska, une militante trotskiste polonaise ou lituanienne, exilée en France, grande couturière de métier, qui s’engagea à créer un atelier de couture et de confection qu’elle-même dirigerait. Une autre camarade de Barcelone, également couturière, lui vint en aide. Nous avons cherché des machines à coudre et tout le nécessaire, et l’atelier de Toska est devenu une école d’initiation révolutionnaire. Ça a été un succès extraordinaire : beaucoup de ces femmes venaient ensuite à tous nos meetings et nous furent fidèles durant la persécution. Nous avons également organisé des lectures commentées avec l’aide de jeunes militantes et une infinité d’activités culturelles. Parmi les femmes qui venaient à ces activités, certaines sont ensuite entrées au Parti ou dans les Jeunesses »9 .

10A Gérone, c’est Antònia Adroher qui s’occupe de la section locale du S.F.P.O.U.M. (Secrétariat Féminin du P.O.U.M.). Son emploi à la mairie et son poste de responsable sont les raisons qui justifient son manque de temps pour prendre part activement à la rédaction d’articles au sein de L’Espurna.

11Nous n’avons pas d’informations précises sur toutes les femmes recensées au travers des journaux, mais on peut supposer que beaucoup d’entre elles s’efforçaient d’organiser et de participer tant bien que mal aux différentes actions destinées à aider les soldats au front et à tenter d’améliorer la vie à l’arrière. Enfin, rajoutons à cela le fait de devoir s’occuper éventuellement d’un foyer, il ne reste alors pas beaucoup de temps et d’énergie pour se lancer dans un travail de réflexion et de rédaction d’articles.

12Les thèmes abordés par les femmes dans la presse poumiste durant la guerre sont de nature diverse. Nous avons pu les classer en sept catégories différentes (voir annexe 4). Si l’on pouvait supposer d’entrée de jeu que les femmes seraient amenées à écrire sur la problématique féminine (72 articles sur un total de 172), le chiffre de 58 articles sur la thématique politique est, à première vue, plus surprenant. En effet, en 1936, les femmes manquent encore majoritairement de formation politique et l’on peut penser qu’elles parlaient plutôt non seulement de ce qui les intéressait, mais surtout de ce qu’elles connaissaient. Or, les chiffres ne montrent pas d’écart flagrant entre ces deux thématiques. L’explication la plus probable est celle exposée dans la première partie de notre article, à savoir que les femmes qui écrivaient dans les journaux du Parti avaient pour la plupart une formation, qu’elle soit journalistique, éducative ou encore politique, et bénéficiaient d’un entourage pouvant éventuellement les aider. Ainsi, les femmes dont nous parlons dans cet article avaient, de par leur engagement, un degré de politisation plus important et étaient peu nombreuses au sein du Parti. N’oublions pas une raison évoquée précédemment, à savoir que, dans l’Espagne des années 1930, beaucoup de femmes ne savaient ni lire ni écrire en raison de la traditionnelle marginalisation qui les excluait souvent d’une quelconque scolarisation ; l’important était de travailler le plus rapidement afin d’aider à la subvention des besoins familiaux. Peu de femmes écrivaient alors dans les journaux à cette époque.

13La majorité des articles traitant de la politique ont été écrits par Júlia Serra dans L’Espurna. La militante reconnaît que le fait que son mari soit du Parti et, qui plus est, directeur du journal à Gérone, joua sans doute sur le choix des sujets :

  • 10 Interview de Júlia Serra par Cindy Coignard, en présence de son fils Michel Martí, Toulouse, 31/11/ (...)

« Moi c’est peut-être un cas parce que j’avais un rapport direct, puisqu’on vivait ensemble. On en discutait déjà du journal avant qu’il sorte et comme il sortait tous les jours, ton père me disait « écoute, on commente un article de guerre du jour, parce que c’est ça que les gens veulent savoir »10 .

14Cependant, elle confirme bien qu’elle était tout de même libre d’écrire sur ce que bon lui semblait :

  • 11 Ibidem.

« Cindy : mais c’est vous qui choisissiez ce que vous écriviez ?
Júlia : ah oui ! Tout ce que j’ai écrit, c’est moi, en tant que militante.
Michel : mais tu m’avais dit que papa il était toujours derrière toi en train de corriger tes articles.
Júlia : "corriger", ce n’est pas "corriger". Ce sont les fautes d’orthographe. Ah, mais pas l’article ! Il ne touche rien à l’article. Il savait très bien que je ne voulais pas ça ! Non, non. Il touchait l’orthographe. Il était maniaque »11 .

15Les articles à caractère politique abordent divers sujets : industrie (« Indústria racionalitzada », Impuls, n° 14, 23/04/1937), interprétation historique (« Primer de maig. Aurora roja », « La significació d’aquest primer de maig », Impuls, n° 15, 30/04/1937), question des nationalités (« Catalanisme », L’Espurna, n° 131, 19/04/1937), milices (« Milícies, milícies revolucionàries », L’Espurna, n° 80, 17/02/1937) ou encore décrets (« Comentant un decret… », L’Espurna, n° 85, 23/02/1937). Mais ils restent tout de même très peu nombreux et isolés, et les thèmes politiques ne sont traités que de manière ponctuelle au travers d’un ou deux articles généralement.

16Il convient pourtant de faire une remarque concernant le reste des articles politiques, car la plupart a en partage une caractéristique commune : ils abordent le problème qui existait à l’époque au sein du mouvement ouvrier, à savoir la division de plus en plus marquée entre les communistes dits de Moscou (le Parti Socialiste Unifié de Catalogne qui a, par ailleurs, la main mise sur l’U.G.T. (Unión General de los Trabajadores) et le Parti Communiste Espagnol) et les communistes dits dissidents (le P.O.U.M. qui, dans cette guerre interne, luttera aux côtés des anarchistes). Il apparaît ainsi dans les textes une certaine dichotomie entre le Bien d’un côté et le Mal de l’autre. La propagande passe alors par la caricature de l’ennemi et la victimisation de la classe ouvrière.

Entre manichéisme et propagande : le Bien, le Mal… et le traître12

  • 12 Les femmes ne sont pas les seules à avoir cette conception des choses. Cependant, il est important (...)

17Défendre son propre modèle et caricaturer le ou les adversaires en montrant ses défauts est l’un des objectifs premiers de la propagande dans la presse écrite durant la guerre civile espagnole. Il s’agit d’une sorte de guerre psychologique en sus de la guerre physique, dans le but d’attiser les antagonismes, d’encourager les troupes à l’arrière comme sur le front et de continuer la bataille contre l’ennemi.

18La classe ouvrière est alors mise en avant et apparaît comme le Bien ; elle regroupe ceux qui, prêts à donner leur vie innocemment, veulent gagner la guerre pour la bonne cause dans l’espoir de parvenir à une société meilleure et où chacun serait plus libre. Ainsi, l’on trouve dans les articles rédigés, à la fois une sorte de victimisation du prolétariat martyr, mais aussi un élan d’héroïsme qui se dégage au travers des scènes épiques qui sont décrites :

  • 13 «Ambient gris pel plom de les bales, encès pel foc dels canons, tenyit per la sang dels màrtirs de (...)

« Le plomb des balles rend l’atmosphère grise, elle est comme enflammée par le feu des canons, teintée du sang des martyrs de la Liberté : "Champ de guerre". Une intense inquiétude semble battre en elle : une inquiétude que ne connaissent pas les braves héros, bien qu’elle les accompagne sans cesse »13 .

19Si les hommes étaient majoritairement présents sur le front, l’héroïsme des femmes n’en est pas pour autant oublié et il est vu comme pouvant être un exemple non seulement pour toutes, mais pour tous :

  • 14 «Luchaba valientemente como solo saben luchar los que como ella dan la vida por la revolución socia (...)

« Elle luttait courageusement comme seuls savent le faire ceux qui, comme elle, donnent leur vie pour la révolution socialiste, pour l’émancipation des masses opprimées. Elle ramenait avec soin les blessés, en s’exposant sans cesse et sans jamais défaillir. Margarita Zimbal était le prototype de la femme révolutionnaire. [...] A travers son héroïsme, à travers son esprit révolutionnaire, nous avions la femme authentique dont a besoin le mouvement prolétaire. Féminine mais forte, courageuse, héroïque, elle luttait jusqu’à vaincre ou mourir »14 .

20A l’inverse, le fascisme est caricaturé et apparaît comme le Mal, le camp de celui qui ne désire qu’anéantir sans pitié son ennemi pour épurer la société de ses mauvais éléments. On met alors en avant la sauvagerie avec laquelle celui qu’on appelle « la bête fasciste » opère, et ce, afin de le déshumaniser au maximum et de susciter la haine. Dans un exemple tiré de Front (Sitges), l’auteur de l’article, Teresa Guillot, en vient même à parler de l’Inquisition pour évoquer la barbarie avec laquelle les troupes fascistes procèdent :

  • 15 «Una vez más, los criminales enemigos de la clase trabajadora han ensangrentado las calles de Barce (...)

« Une fois de plus, les ennemis criminels de la classe ouvrière ont ensanglanté les rues de Barcelone. Une fois de plus, le cœur "humanitaire" des successeurs de Torquemada s’est fait sentir dans les foyers prolétaires. Les pleurs des mères ouvrières résonnent à nouveau ; ces mères qui, avec un effroyable étonnement, voient les corps de leurs chers enfants écartelés par la mitraille des criminels fascistes. [...] De grandes explosions, de nombreux morts, des immeubles détruits, des larmes de douleur, des cris d’angoisse, des êtres innocents qui, étrangers à tout ce qu’il se passe dans la péninsule, payent de leurs vies la lâcheté vile et sanguinaire de ceux qui s’évertuent à de continuelles répétitions où ils s’égosillent quotidiennement, s’autoproclament les "seuls sauveurs de l’Espagne". "Sauveurs de l’Espagne !", "Ah, misérables, votre destin est tracé ! Vous paierez cher, oui cher, votre conduite criminelle et votre bassesse mille fois condamnable. Le peuple, la classe ouvrière, se chargera de vous demander des comptes, en vous traînant là-bas, dans les cimetières où reposent les restes de ces femmes, ces personnes âgées et ces enfants que vous avez assassinés en traîtres, oui, en traîtres, canailles, bourreaux, criminels »15 .

21C’est véritablement un troisième protagoniste qui entre en lice sous le masque du traître. Comme nous l’avons déjà évoqué précédemment, en 1937, le P.O.U.M. est victime d’une persécution supplémentaire menée depuis Moscou et qui culmine lors des Evénements de Mai 1937 à Barcelone. Dans la presse du Parti, les femmes contribuent à dénoncer la contre-révolution qui croît progressivement et tentent de faire taire le P.S.U.C. qui ne cesse de calomnier :

  • 16 «I com tot aixó són vils calumnies que cauen per ellas soles, perquè no hi pot haver un treballador (...)

« Et puisque tout cela n’est que viles calomnies qui ne tiennent pas, parce qu’il ne peut pas y avoir d’honorable travailleur qui les souligne, et la meilleure c’est que l’on nous appelle TROTSKISTES, et en majuscules. Ce nom serait-il une sorte de "croque-mitaine" ou de "fantôme" pour faire peur aux enfants ? Quand ils voient qu’il y a des choses qu’ils ne peuvent pas maintenir car elles sont sans fondement, ils cherchent une phrase qui renferme une ridicule abstraction »16 .

22Elles mettent également en garde les femmes qui, par manque de formation ou de conscience politique, pourraient éventuellement être attirées vers un chemin à première vue plus tentant ; procédé trompeur fréquemment utilisé par le traître pour attirer les plus faibles et les plus vulnérables :

  • 17 «El P.S.U.C. ha obert les seves portes en la nostra localitat. Alerta treballadora! No et deixis po (...)

« Le P.S.U.C. a ouvert ses portes dans notre ville. En garde ouvrière ! Ne te laisse pas porter par leurs chants de sirène qui ne te conduiront nulle part si ce n’est, à nouveau, à te faire exploiter. [...] En garde ouvrière ! Le chemin que t’offre le réformisme est plein de fleurs et de choses mais au bout du compte, tu y trouveras la main brusque du bourgeois qui t’attend pour faire de toi une esclave »17 .

23Comme on le sait, le chemin le plus difficile et semé d’embûches est parfois celui qu’il faut affronter pour atteindre son but :

  • 18 «En canvi el camí que t'ensenya la Revolució el camí que seguim nosaltres, les teves companyes les (...)

« En revanche, le chemin que te montre la Révolution, celui que nous, tes camarades, les femmes de la Section Féminine du P.O.U.M., nous suivons, est un chemin épineux, sombre, difficile à parcourir mais au bout du chemin, nous sommes sûres de trouver notre émancipation, notre liberté, notre bien-être et celui de nos filles. En garde ouvrière ! Ecarte-toi du réformisme malgré les promesses qu’on te fait, et en revanche, résigne-toi à souffrir, à travailler et à mourir s’il le faut, pour défendre la Révolution qui est la position que nous devons adopter, nous les camarades qui chaque jour devons empoigner les outils si nous voulons continuer à donner un morceau de pain à nos enfants »18 .

  • 19 Rappelons que la branche catalane du PCE (le PCC, Parti Communiste Catalan) fusionne en 1936 avec d (...)

24Le Parti Communiste Espagnol dans son ensemble19 est également visé par les dénonciations formulées par les poumistes et le mot de « traître » est d’ailleurs lâché :

  • 20 «Pero a pesar de todo no conseguirán sus propósitos los que han renegado de ser defensores del soci (...)

« Mais, malgré tout, ceux qui ont nié être les défenseurs du socialisme mais sont devenus de vrais laquais de la bourgeoisie et du Capitalisme n’arriveront pas à atteindre leur objectif, parce que pour ça ils devront nous affronter, nous qui lutterons jusqu’à réussir à implanter, non pas de la République Démocratique, mais le Socialisme. C’est finalement pour ça, Carrillín, toi qui as trahi la cause ouvrière, que nous n’acceptons pas tes conseils, ni ceux des êtres qui, comme toi, renient le Socialisme pour lutter en faveur de la bourgeoisie »20 .

25Ce premier type de message qui s’apparente plutôt à une propagande « d’agitation » n’offre pas, comme on le voit, d’analyse poussée de la situation. Les auteurs des articles se contentent d’exposer des faits sans pour autant en détailler l’explication. Dans l’esprit belliciste qui règne en Espagne à cette époque, l’on propose plutôt, semble-t-il, des positions simplifiées destinées à favoriser le choix d’un camp ou de l’autre. Au travers des articles présents dans les journaux du P.O.U.M. durant la Guerre Civile (pour le moins, dans les articles signés par des femmes), les allusions et explications historiques du pourquoi de l’assujettissement de la classe ouvrière ou des raisons de la division croissante au sein des communistes, ne sont pas clairement explicitées et analysées.

26Un autre type de propagande est perceptible dans les textes des journaux poumistes : une propagande que l’on pourrait appeler « d’intégration », interne au Parti, et qui passe, comme nous allons le voir dans la dernière partie, par différentes techniques.

Propagande féminine : de la persuasion à la mobilisation

27Les femmes ont joué un rôle essentiel pendant la Guerre d’Espagne, tant sur le front qu’à l’arrière. Cependant, cela n’a pas toujours été chose facile de les mobiliser et de rompre avec le schéma traditionnel qu’elles avaient intériorisé depuis des décennies et qui les reléguait à un espace privé et domestique. L’on va alors se servir, entre autres relais, de la presse afin de transmettre, certains messages et de tenter ainsi de créer une prise de conscience féminine et une mobilisation massive.

28Premièrement, la rhétorique et la manipulation émotionnelle seront des techniques fortement utilisées. En effet, les auteures des articles avancent des généralités autour de concepts tels que l’amour à la patrie et font allusion aux différents sacrifices dont sont capables les femmes pour sauver leurs proches, leurs idées et leurs valeurs. Tous ces éléments sont destinés à ce que les femmes prennent conscience du rôle qu’elles jouent ou qu’elles pourraient jouer dans une guerre qui ne se déroule pas simplement sur le front. Elles doivent comprendre qu’elles ont, elles aussi, beaucoup à gagner dans cette lutte. On peut lire dans Front :

  • 21 «Mujeres, vosotras que para el bienestar de vuestros hijos, de vuestros hermanos, estáis dispuestas (...)

« Femmes, vous qui pour le bien-être de vos fils, de vos frères, êtes toujours disposées à tout supporter avec une énergie enviable, sachez sentir cette grande lutte, comprendre ce que vaincre signifie dans cette grande lutte »21 .

29Ou bien encore dans Emancipación :

  • 22 «Es la mujer joven la que ha de levantar la bandera de las reivindicaciones femeninas, y ha de llev (...)

« C’est la femme jeune qui doit brandir le drapeau des revendications féminines, et qui doit amener dans les foyers et lieux de travail, l’air rénovateur de la révolution [...] La femme jeune a une grande responsabilité en ces heures : rompre avec les anciennes traditions, démolir les institutions qui lui valent son statut d’esclave, mettre de côté les préjugés et hisser, par son propre effort, le niveau de la femme au même niveau que celui de l’homme »22.

30Dans un autre article du même journal, la même idée relative au rôle héroïque des femmes est encore évoquée :

  • 23 «El 19 de julio, las mujeres se lanzaron a la calle con un entusiasmo insuperable para luchar junta (...)

« Le 19 juillet, les femmes se sont lancées dans la rue avec un enthousiasme insurpassable pour lutter aux côtés de leurs compagnons, pour prendre soin des blessés, pour donner leur sang […] La femme doit conserver dans tout ce qui l’entoure cet esprit de lutte, chaque jour, elle doit éviter que les préoccupations, les ennuis, les mesquineries, n’acquièrent une ampleur disproportionnée et ne prennent le pas sur les grandes idées. Et la femme a une autre tâche de grande importance : celle de bâtir la base révolutionnaire pour la génération future. Si la femme, toujours sur ses gardes, remplit ses obligations, elle sauvera la Révolution »23 .

  • 24 «Observava l'efecte que el discurs produia a les dones, i va semblar-me que totes vibraven a l'impu (...)

31Ce genre de discours exposé dans la presse écrite, semble faire ses preuves, si l’on en croit ce que dit Júlia Serra dans l’un de ces articles en date du 6 janvier 1937 : « J’observais l’effet que le discours produisait sur les femmes, et il m’a semblé que toutes vibraient sous l’élan de ces mots encourageants. S’unir et en terminer pour toujours avec la guerre »24 .

32A l’inverse, le fait de créer un sentiment de culpabilité est une stratégie également utilisée. Celle qui ne suit par le mouvement, qui ne remplit pas son « devoir révolutionnaire » ou ne souhaite pas s’engager est montrée du doigt :

  • 25 «La dona que avui encara roman inactiva preferint passejar la seva frivolitat, a agafar l'agulla; l (...)

« La femme qui encore aujourd’hui est inactive et préfère se promener, frivole, plutôt que de prendre une aiguille ; la femme ouvrière qui par manque de travail dans les usines, reste oisive et qui cependant touche intégralement son salaire journalier ; enfin, la femme qui justifie son abstention avec de futiles excuses, ne remplit pas son devoir […] Si tu restes passive en espérant tirer profit de l’activité des autres, tu seras indigne de ces heures glorieuses. Tu ne mériteras pas l’hommage du futur, ni en tant que femme, ni en tant que citoyenne »25 .

33L’usage de pronoms personnels, l’utilisation de certains modes et temps verbaux et le recours aux répétitions dans les textes journalistiques permettent de créer un sentiment de proximité et d’empathie, d’autant plus que, comme nous l’avons déjà exposé précédemment, ces articles destinés aux femmes étaient pour la plupart écrits par des femmes, ce qui, selon nous, renforce la capacité de persuasion du message. Dans l’article « Obrera Senyoreta », publié dans L’Espurna en date du 16 novembre 1936, Gracieta appelle les ouvrières à se mobiliser pour participer à la victoire en s’intégrant pleinement à la lutte à l’arrière. L’article étant dirigé aux femmes dans leur ensemble, c’est un appel collectif à la communauté féminine. Mais, si cet appel est commun à un groupe, l’utilisation de la deuxième personne du singulier permet que chaque femme se sente concernée. L’utilisation d’impératifs instaure par ailleurs un certain rapport d’autorité entre destinateur et destinataire ; des ordres toutefois exprimés de façon habile et atténués par l’emploi récurrent d’appellatifs comme « companyes », « camarades » ou « obrera », de répétitions (« Prou inhibir-se per fútils excuses. Prou cobrar sens treballar. Prou presumir i fer ostenció de banalitat per la rambla ») ou de slogans (« Visca la Revolució » « Hasta vencer o morir »), qui sont plutôt destinés à impulser une prise de conscience féminine et qui donnent à l’article un caractère plus général.

34Enfin, l’usage de la deuxième personne, non plus au singulier mais au pluriel, permet de créer une sorte d’effet moutonnier. En effet, l’emploi du « nous » se veut synonyme de la volonté d’un mouvement de masse d’être solidaire et ne faire plus qu’un face à l’ennemi. De plus, à l’époque, sans doute le sentiment de solidarité était-il plus fort et l’investissement au sein d’un groupe plus important et significatif :

  • 26 «Nosotras estamos dispuestas a todo; queremos ir hasta el fin; trabajaremos noche y día siempre que (...)

« Nous sommes disposées à tout, nous voulons aller jusqu’au bout, nous travaillerons nuit et jour chaque fois que cela sera nécessaire et favorable à la cause des travailleurs. Nous continuerons à lutter sans repos jusqu’à atteindre la victoire de la Révolution Socialiste et l’implantation du communisme, qui sera enfin l’idéal de tous les travailleurs qui désirent ardemment une vie de liberté et de bonheur. En avant camarades ! »26

35La participation des femmes du P.O.U.M. à la propagande journalistique n’est pas radicalement différente de celle de leurs compagnons masculins. En effet, quant à la vision des ennemis du Parti, les principes de simplification, de grossissement des traits, d’hyperbole ainsi que d’orchestration (répétition des messages) sont également utilisés par les militants hommes dans les organes de presse. Cependant, il est intéressant de voir que les femmes, bien que beaucoup moins nombreuses à écrire, sont tout de même présentes et ont une voix. Par ailleurs, elles ont en charge un type de propagande qui leur est quasiment exclusivement propre : les messages destinés à mobiliser les masses féminines.

  • 27 On estime les effectifs du P.O.U.M. à environ 8.000 militants au début de la guerre. Rapidement, il (...)

36L’analyse que nous proposons ici est toutefois à nuancer. Nous avons voulu montrer de quelle manière et dans quelle mesure les femmes participent au message propagandistique dans la presse du P.O.U.M. mais l’efficacité des propos tenus n’a sans doute pas atteint les objectifs envisagés. Si certaines femmes ont pu s’engager suite aux lectures qu’elles ont effectuées, leur nombre n’a sans doute pas été élevé au sein du parti marxiste, d’autant plus lorsque l’on sait que peu de femmes savaient lire et quand on connaît par ailleurs les effectifs de militants du Parti pendant la guerre civile espagnole27 .

Haut de page

Bibliographie

BERTRAND, Claude, Médias : introduction à la presse, la radio et la télévision , 2ème édition, Paris, Ellipses, 1999, pp. 11-50.

CHRIST, Michel , Le POUM : Histoire d’un parti révolutionnaire espagnol 1935-1952 , Paris, L’Harmattan, 2005.

COIGNARD, Cindy, Action et militantisme des femmes du P.O.U.M. : la perception de L’Espurna, organe de presse du Parti à Gérone (1936-1937), Mémoire de Master 2 sous la direction de Danièle Bussy-Genevois, Université Paris VIII (Vincennes Saint-Denis), 2007-2008.

CORNELLA i ROCA, Pere, « La premsa gironina en el context de la guerra », in Revista de Girona, n° 116, Maig-Juny de 1986, pp. 38-43.

DEHNY, Yasmine, Les femmes du POUM , Mémoire sous la direction de Pierre Broué et Jean-Paul Joubert, Grenoble, Institut d’Etudes Politiques, 1985-1986.

DOMINGO, Carmen, Nosotras también hicimos la guerra, Barcelona, Flor del Viento Ediciones, 2006.

NASH, Mary, Rojas : las mujeres republicanas en la guerra civil , Madrid, Taurus, 2006.

SOLANO, Wilebaldo, Le POUM : révolution dans la guerre d’Espagne , Paris, Syllepse, 2002.

Journaux

Avançada, 1936-1937, Puig Alt de Ter.

La Batalla, 1936-1937, Barcelona.

L’Espurna : portaveu del P.O.U.M. a les comarques gironines (1936-1937).

Emancipación : órgano quincenal del Secretariado Femenino del P.O.U.M., 1937, Barcelona.

Front, 1936-1937, Terrassa.

Front, 1936-1937, Sitges.

Impuls, 1937, Sabadell.

Interviews de Júlia Serra (31/11/2007-01/12/2007), Toulouse.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 On pensera notamment à l'exemple de l'Argentine Mika Etchebéhère qui, suite au décès de son mari Hippolyte le 16 août 1936 sur le front d'Atienza, prendra la tête de la colonne du P.O.U.M. dans la région de Madrid.

2 A Gérone, Antònia Adroher occupa, de novembre 1936 jusqu'en février 1937, le poste de Conseillère à la Culture au sein de la Mairie. De ce fait, elle sera également responsable du C.E.N.U. (Conseil de l'Ecole Nouvelle Unifiée).

3 On utilise ici le terme de «journalistes» afin de désigner les personnes qui écrivaient dans la presse. Cependant, même si c'était effectivement le métier de certaines femmes, d'autres se sont improvisées en tant que telles en raison de la conjoncture du moment et des éventuelles possibilités qui s'offraient à elles.

4 Les statistiques effectuées ont été réalisées à partir de l'étude de sept journaux dont la liste se trouve en annexe 1.

5 Interview de Júlia Serra par Cindy Coignard, en présence de son fils Michel Martí, Toulouse, 31/11/2007-01/12/2007. Nous respectons au maximum l'expression des propos de Júlia Serra, qui ne s'exprime pas ici dans sa langue maternelle, afin de conserver l'originalité du témoignage et des sentiments qui s'en dégagent.

6 GARCÍA BANÚS, María Teresa, «Una vida bien vivida», in Viento Sur (transcription de José Gutiérrez Alvarez), 13/01/2005, p.15.

7 REBULL, Teresa, En chantant , Baixas, Balzac Editeur, 2005 (traduction de André Vinas du livre Tot cantant , Barcelona, Columna, 1999), p.63.

8 Antònia Adroher en fait mention dans l'une de ses interviews accordées à Salomó Marqués en 1992 à Gérone. Cependant, ce pseudonyme n'apparaît aucune fois dans le journal L'Espurna.

9 «Era necesario dirigir las actividades del Secretariado Femenino en otro sentido. Primero el educativo: organizamos cursos de francés e inglés con militantes extranjeros, de cultura general con compañeros del partido, profesores o maestros; empezamos a recibir mujeres interesadas por lo que les ofrecíamos gracias a Toska, militante trotskista polaca o lituana, exiliada en Francia, gran modista de profesión, quien se comprometió a crear un taller de costura y confección que ella dirigiría. Otra compañera de Barcelona, también modista, acudió en su ayuda. Buscamos máquinas de coser y todo lo necesario y el taller de Toska se convirtió en una escuela de iniciación revolucionaria. Fue un éxito extraordinario: muchas de aquellas mujeres venían después a todos nuestros mítines y nos fueron fieles durante la persecución. Organizamos también lecturas comentadas con la ayuda de jóvenes militantes y un sinfín de actividades culturales. Algunas de las muchachas que acudían a estas actividades ingresaron después en el partido o en las juventudes».
GARCÍA BANÚS, María Teresa, «Una vida bien vivida», in Viento Sur, transcription de José Gutiérrez Alvarez, 13/01/2005, p.15. Consulté le 22/10/2008 sur http://www.vientosur.info/documentos/unavidabienvivida-mteresagbanus.pdf

10 Interview de Júlia Serra par Cindy Coignard, en présence de son fils Michel Martí, Toulouse, 31/11/2007-01/12/2007.

11 Ibidem.

12 Les femmes ne sont pas les seules à avoir cette conception des choses. Cependant, il est important de souligner qu'elles aussi écrivent des articles dans ce sens et qu'au même titre que les hommes, elles participent de cette façon à la tâche propagandistique du P.O.U.M. au travers de la presse.

13 «Ambient gris pel plom de les bales, encès pel foc dels canons, tenyit per la sang dels màrtirs de la Llibertat: Camp de guerra. Un neguit intensíssim sembla bategar en ell: neguit que no és pas experimentat pels braus herois, encara que els acompanya sempre». GRACIETA, «Abnegació i tacanyeria», in L'Espurna, n° 13, 30/11/1936.

14 «Luchaba valientemente como solo saben luchar los que como ella dan la vida por la revolución socialista, por la emancipación de las masas oprimidas. Recogía con gran celo los heridos, exponiéndose contínuamente y sin desfallecer jamás. Margarita Zimbal era el prototipo de la mujer revolucionaria. [...] En su heroismo, en su espíritu revolucionario, teníamos a la auténtica mujer que necesita el movimiento proletario. Femenina pero fuerte, valiente, heroica, luchando hasta vencer o morir». CASTELLVI, Otília, «Margarita Zimbal (Puz) ha muerto», in Front (Sitges), n° 8, 25/10/1936.

15 «Una vez más, los criminales enemigos de la clase trabajadora han ensangrentado las calles de Barcelona. Una vez más, el «humanitario» corazón de los continuadores de Torquemada se ha hecho sentir en los hogares proletarios. De nuevo hacen eco los lamentos de las madres obreras, que ven con un asombro aterrador los cuerpos infantiles de sus queridos hijos descuartizados por la metralla de los criminales fascistas. [...] Grandes explosiones, numerosos muertos, edificios destruidos, llantos dolorosos, gritos de angustia, séres (sic) inocentes que, ajenos a todo lo que está sucediendo en nuestra península, pagan con su vida la cobardía canallesca y sanguinaria de los que con repeticiones continuas se esfuerzan y se desgañitan diariamente, tildándose ellos mismos como los «únicos salvadores de España». «¡Salvadores de España! » ¡Ah miserables, cuán marcado está vuestro destino! Caro, muy caro pagaréis vuestro criminal proceder y vuestra mil veces condenable villanía. El pueblo, la clase trabajadora, se encargará de pediros cuentas, arrastrándoos allí, a los cementerios, lugares donde reposan los restos de esas mujeres, ancianos y niños que vosotros habéis asesinado por la espalda, sí, por la espalda, canallas, verdugos, criminales». GUILLOT, Teresa, «Criminales», in Front (Sitges), n° 40, 13/06/1937.

16 «I com tot aixó són vils calumnies que cauen per ellas soles, perquè no hi pot haver un treballador honrat que les subratllé, ens anomenen, com a plat fort, TROTSQUISTES, així amb majúscules. Serà aquest nom una mena de «papu» o de «fantasma» per espantar criatures? Quan veuen que hi ha coses que no s'aguanten perquè els falta la base, cerquen una frase que enclogui una abstracció ridícula». COLL, Rosa, «Revolució vol dir victòria», in Impuls, n° 3, 05/02/1937.

17 «El P.S.U.C. ha obert les seves portes en la nostra localitat. Alerta treballadora! No et deixis portar pels seus cants de sirena, que no poden conduir-te enlloc més que no sigui altra vegada a la teva explotació. [...] Alerta treballadora! El camí que t'ofereix el reformisme és ple de flors i de coses però al capdevall tens de trobar-hi a la força la mà brusca del teu burgès que t'espera per a esclavizar-te». Rassagaña, Paquita, «Alerta dona proletària», in Avançada, n° 28, 01/05/1937.

18 «En canvi el camí que t'ensenya la Revolució el camí que seguim nosaltres, les teves companyes les dones de la Secció Femenina del P.O.U.M., és un camí espinós, fosc, difícil de travessar però al final del trajecte estem segures de trobar-hi la nostra emancipació, la nostra llibertat, el nostre benestar i el dels nostres filles. Alerta treballadora! Aparta't del reformisme per més promeses que et faci, i en canvi resigna't a sofrir, a treballar, a lluitar i a morir si és precís, en defensa de la Revolució que és la posició que hem d'adoptar les companyes que diariament hem d'empunyar les eines del treball si volem seguir donant un bocí de pa als nostres fills». Rassagaña, Paquita, «Alerta dona proletària», in Avançada, n° 28, 01/05/1937.

19 Rappelons que la branche catalane du PCE (le PCC, Parti Communiste Catalan) fusionne en 1936 avec d'autres mouvements catalans pour former le PSUC. Dès lors, le PCE n'est plus présent en tant que tel au sein du territoire catalan mais les communistes seront de plus en plus nombreux au travers de ce nouveau parti créé dès le début de la guerre et qui prospère très rapidement ; d'où l'allusion ici à Santiago Carrillo, homme politique communiste.

20 «Pero a pesar de todo no conseguirán sus propósitos los que han renegado de ser defensores del socialismo y han pasado a ser verdaderos lacayos de la burguesía y del Capitalismo, porque para ello tendrán que enfrentarse con nosotras que lucharemos hasta conseguir la implantación no de la República Democrática sino del Socialismo. [...]. Finalmente para ello, Carrillín, no te aceptamos consejos de ti que has hecho traición a la causa del proletariado ni de ninguno de los que como tú renegáis del Socialismo para luchar por la burguesía». López, J., «Para Carillo, no queremos la unión con los católicos ni te aceptamos consejos», in Front (Sitges), n° 26, 28/02/1937.

21 «Mujeres, vosotras que para el bienestar de vuestros hijos, de vuestros hermanos, estáis dispuestas siempre a sufrirle (sic) todo con envidiable entereza, sabed sentir esta gran lucha, comprender lo que significa vencer en esta contienda decisiva». C., «Mujeres proletarias, sepamos sentir la Revolución», in Front (Sitges), n° 22, 31/01/1937.

22 «Es la mujer joven la que ha de levantar la bandera de las reivindicaciones femeninas, y ha de llevar al (sic) aire renovador de la revolución a los hogares y sitios de trabajo [...] La mujer joven tiene en estas horas una gran responsabilidad: romper con las antiguas tradiciones, demoler las instituciones que representan su esclavitud, arrinconar los prejuicios y levantar, por su propio esfuerzo, el nivel de la mujer hasta el mismo nivel del hombre». SOLER, Teresa, «Mujer joven», in Emancipación, n° 4, 24/04/1937.

23 «El 19 de julio, las mujeres se lanzaron a la calle con un entusiasmo insuperable para luchar juntas con sus compañeros, para atender a los heridos, para prestar su sangre [...] La mujer tiene que conservar en cuanto le rodea ese espíritu de lucha, tiene que evitar que los asuntos de cada día, les preocupaciones, las molestias, las nimiedades, asuman una importancia que nos les corresponde y superen a las ideas grandes [...] Y la mujer tiene otra tarea de suma importancia : la de edificar la base revolucionaria en la generación futura [...] Si la mujer siempre alerta cumple con sus obligaciones, salvará a la Revolución». CARLOTA, «El doble papel de la mujer», in Emancipación, n° 5, 29/05/1937.

24 «Observava l'efecte que el discurs produia a les dones, i va semblar-me que totes vibraven a l'impuls d'aquestes encoratjadores paraules. Unir-se i acabar per a sempre amb la guerra». GRACIETA, «El camí de la pau», in L'Espurna, n° 44, 06/01/1937.

25 «La dona que avui encara roman inactiva preferint passejar la seva frivolitat, a agafar l'agulla; la dona obrera que per manca de treball en les fàbriques, resta ociosa i que, no obstant, cobra el seu jornal íntegre, la dona, en fi, que justifica la seva abstenció amb fútils excuses, no compleix el seu deure. [...] Si restes passiva esperant profit de l'activitat dels altres, et faràs indigna d'aquestes hores glorioses. Ni com a dona, ni com a ciutadana, mereixeràs l'homenatge del futur». GRACIETA, «Dones de Girona», in L'Espurna, n° 11, 27/11/1936.

26 «Nosotras estamos dispuestas a todo; queremos ir hasta el fin; trabajaremos noche y día siempre que sea necesario y favorable para la causa de los trabajadores. Seguiremos luchando sin descanso hasta conseguir la victoria de la Revolución Socialista y el implantamiento del comunismo, que será por fin el ideal de todos los trabajadores que ansían de (sic) una vida de libertad y felicidad. ¡Adelante camaradas!». CARMEN, «La mujer en la edificación de la nueva sociedad», in Front (Sitges), n° 20, 17/01/1937.

27 On estime les effectifs du P.O.U.M. à environ 8.000 militants au début de la guerre. Rapidement, ils seront 30.000. Avant les événements de Mai 1937, le chiffre se serait élevé à près de 45.000 poumistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cindy Coignard, « Presse et propagande pendant la guerre civile espagnole : la participation des femmes du P.O.U.M. dans la guerre des idées (1936-1937) », El Argonauta español [En ligne], 7 | 2010, mis en ligne le 15 janvier 2010, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://argonauta.revues.org/349 ; DOI : 10.4000/argonauta.349

Haut de page

Auteur

Cindy Coignard

Université Paris VIII (Vincennes – Saint-Denis)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org