Navigation – Plan du site
Livraison juin : Être journaliste dans l’Espagne des Lumières

Être journaliste dans l’Espagne des Lumières

Elisabel Larriba

Texte intégral

1Pour cette seconde livraison 2009, El Argonauta español a souhaité porter son regard sur les pionniers de la presse espagnole, genre auquel certains s’adonnèrent avec enthousiasme, mus qu’ils étaient par l’espoir quelque peu donquichottesque de contribuer à la création d’un monde meilleur placé sous la bannière du savoir, du progrès, de la modernité et de la communication. Et l’on se souviendra notamment du célèbre mot de Cañuelo (principal rédacteur de El Censor, qui, en 1783, se présentait avec orgueil comme un « Don Quichotte du monde philosophique » (tome IV, n° LXVIII, p. 10).

2Comme chacun sait, le XVIIIe siècle fut assurément celui de la presse. Partout en Europe, voire sur le Nouveau Continent, les périodiques, nés du besoin d’information des uns et du désir d’informer des autres, se multiplient, favorisant l’émergence d’une opinion publique et annonçant l’avènement d’une société nouvelle. L’apparition de ce genre littéraire et sa consolidation, à des rythmes qui varient d’un pays à l’autre, bouleversent considérablement les modalités de la diffusion de l’information et des savoirs ainsi que les rapports entre les auteurs et un public qui s’érige progressivement en mécène collectif. La presse est bien souvent présentée par ceux qui la servent et par ceux qui l’utilisent comme un extraordinaire vecteur de diffusion des Lumières, comme un symbole de progrès et de prestige culturel, comme un instrument pédagogique

3Citons en guise d’exemple les propos archétypiques tenus par Pedro Estala (chanoine de Tolède et responsable de la Bibliothèque des Reales Estudios de San Isidro) et Ignacio García Malo (employé de la Bibliothèque Royale) lorsqu’ils sollicitèrent le 15 juillet 1792 l’autorisation de publier un Nuevo Diario Enciclopédico (Archivo Histórico Nacional - Madrid, Consejos, leg. 11 279, Exp. 75). Le prospectus de l’oeuvre, s’ouvrait sur une longue introduction d’ordre générique concernant la presse et le rôle déterminant qu’elle avait joué et devait encore jouer dans toute société souhaitant s’engager résolument sur la voie de la modernité. Ainsi déclaraient-ils :

« Parmi les établissements littéraires qui, depuis la Restauration des Lettres en Europe, ont le plus contribué à l’instruction générale ; il n’est pas permis de douter que les périodiques ont été et sont les plus efficaces quant au progrès des connaissances humaines ».

4La production livresque demeurait à leurs yeux un vecteur de savoir incontournable mais qui, de par son caractère élitiste, ne suffisait pas à bâtir une nation éclairée :

« une centaine ou quelques centaines de savants ne constituent point une Nation savante, si ces mêmes savants ne s’efforcent pas de répandre au sein du Peuple les vérités utiles ».

5Le savoir n’a en fait de sens que s’il est partagé et contribue au bonheur de tous. Aussi Estala et García Malo ne manquèrent-ils pas de rendre un fervent hommage aux intellectuels qui, l’ayant compris, s’étaient détournés de la course aux honneurs pour privilégier « l’utilité publique » et faire connaître par voie de presse le fruit de leur labeur. Grâce à eux et grâce à cet extraordinaire instrument de divulgation qu’ils avaient à disposition était né :

« un commerce du savoir entre les Nations éclairées, bien plus utile et plus noble que celui des marchandises ; et chaque Nation s’efforçant généreusement d’augmenter la masse de ces richesses, nous assistons chaque jour au perfectionnement et à la vulgarisation des Sciences, des Arts et de tous les objets d’utilité publique ».

6Les motivations qui animent ceux qui ont choisi d’intégrer la République journalistique sont multiples et diverses. Tous ne furent pas comme Cañuelo ou Centeno (auteur de El Apologista universal) des martyrs de la raison. Force est de constater qu’à la fin du XVIIIe siècle la presse était pour nombre de ses serviteurs (du moins en Espagne) bien plus qu’un simple instrument de divulgation au service des Lumières et de la nation ; elle constituait aussi une appréciable source de revenus et un moyen de se faire valoir auprès des autorités. Joseph Cornide ne s’y était pas trompé, lui qui, chargé de rapporter sur une demande d’impression, déclarait en 1794 avec un certain mépris (mais il n’avait pas complètement tort) :

« Le Diario histórico que souhaite publier Don Pedro María Olive, est un de ces expédients que tendent à rechercher les hommes, soit pour gagner leur vie, soit pour se distinguer ». (Archivo Histórico Nacional - Madrid, Consejos, Leg. 5560, Caja 1, Exp. 45.)

7Bien évidemment il ne saurait être question de généraliser. La République journalistique est assurément plurielle et force est de constater que, malgré des avancées certaines en la matière, trop rares sont à ce jour les biographies consacrées à ces représentants de la République des Lettres, de même que l’on ne dispose toujours pas pour l’Espagne d’une étude permettant d’avoir une vision d’ensemble de ce collectif aux contours encore bien flous et notamment, comme cela pu être le cas pour la France grâce aux travaux entrepris sous la direction de Jean Sgard, d’un dictionnaire des journalistes espagnols pour la période 1737-1808, lacune que nous espérons pouvoir combler à moyen terme avec l’aide d’autres chercheurs, dont ceux qui ont apporté leur contribution à ce numéro spécial de El Argonauta español qui constitue une nouvelle pierre à ce vaste édifice.

8L’article d’Inmaculada Urzainqui (Universidad de Oviedo), qui couvre les règnes de Charles III et Charles IV et fait la part belle aux déclarations des journalistes, identifie magistralement les fondements théoriques et méthodologiques qui régissent la composition des spectateurs espagnols et met en évidence l’existence d’une véritable conscience journalistique. Les contributions de Beatriz Sánchez Hita (Centro de Estudios del Siglo XVIII, Universidad de Cádiz) et de Joan Cavaillon Giomi (doctorant, UMR Telemme) nous permettent quant à elles d’apprécier la trajectoire, à la fois singulière et représentative, de deux hommes lettres, Juan Antonio Olavarrieta et Pedro María Olive, dont les personnalités sont diamétralement opposées, mais qui choisirent tous deux de mettre leur talent et l’enthousiasme au service de la presse dont ils connaissaient fort bien les rouages.

9Personnage haut en couleur, c’est aux Indes où il avait été envoyé par son ordre, qu’Olavarrieta fit ses premières armes journalistiques. Il n’y a pas lieu de s’en étonner : jusqu’à la Guerre d’Indépendance, l’Atlantique représentait un obstacle et non point une frontière entre l’Espagne et ses possessions d’outre-mer. C’est pourquoi, nous refusant à une séparation géographique qui n’est pas pertinente pour la période concernée, nous avons également fait appel à deux éminents américanistes : Catherine Poupeney-Hart (Université de Montréal), qui nous livre trois « parcours journalistiques en régime colonial », ceux de José Rossi y Rubí, Simón Bergaño et d’Alejandro Ramírez, et Jean-Pierre Clément (Université-Paris Sorbonne) qui nous présente la trajectoire de José Hipólito Unanue, journaliste, scientifique et politique péruvien qui contribua grandement au développement de la presse de son pays non seulement en tant que rédacteur mais également en tant qu’organisateur, administrateur et impulseur de cette dernière.

10Si l’on ne peut ignorer les liens existant alors entre les Espagnols « des deux hémisphères », pour reprendre l’expression qui sera employée dans la Constitution politique de la monarchie espagnole promulguée à Cadix en 1812, on ne peut d’avantage faire abstraction de l’influence des modèles étrangers. En effet, conscients de leur retard en la matière et soucieux de se mettre au diapason de l’Europe des Lumières, les publicistes espagnols (tributaires des palinodies du pouvoir) ne manquèrent pas de faire référence dans leurs écrits, avec admiration et souvent avec frustration (comment pouvait-il en être autrement ?), aux incroyables progrès réalisés par la presse à l’étranger, l’Italie, la France et l’Angleterre étant souvent érigées en modèle, et notamment cette dernière où il était déjà question de « quatrième pouvoir ».

11C’est pourquoi, débordant le cadre strict de El Argonauta español, nous offrons cette fois-ci, à nos lecteurs un « complément » consacré à ces modèles. Dans une approche comparatiste, Anne-Marie Mercier-Faivre y aborde, à partir des recherches effectuées au sein de l’UMR « LIRE » de Lyon, la question du « travail » des gazetiers, que l’on ne saurait confondre avec les rédacteurs de périodiques littéraires ou dits d’opinion, comme les Mercures ou les Spectateurs. Elías Durán de Porras (Universidad Cardenal Herrera, Valencia) analyse comment le passage en Angleterre du statut d’éditeur à celui de journaliste a permis l’éclosion du journalisme contemporain et a substantiellement modifié les relations entre les hommes politiques, les aristocrates, les journalistes et les lecteurs. Enfin, Vitorio Criscuolo (Università degli studi di Milano) étudie l’activité journalistique du médecin et érudit bolonais Giovanni Ludovico Bianconi, rédacteur du Journal des savans d’Italie, périodique peu connu, publié en Allemagne en langue française dans le but de diffuser en Europe la culture italienne.

12Nous remercions chaleureusement les collègues qui, répondant à notre appel, nous ont permis de réaliser ce numéro spécial de El Argonauta español qui s’adresse, certes, en priorité aux spécialistes de la presse espagnole du XVIIIe siècle, mais qui, nous n’en doutons pas, suscitera également l’intérêt d’un plus large public.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « Être journaliste dans l’Espagne des Lumières », El Argonauta español [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://argonauta.revues.org/515

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

UMR Telemme, Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org