Navigation – Plan du site
Livraison juin : Être journaliste dans l’Espagne des Lumières

José Hipólito Unanue (1755-1833), journaliste, scientifique et politique péruvien

Jean-Pierre Clément

Résumés

José Hipólito Unanue (1755-1833), journaliste, scientifique et politique péruvien contribua grandement au développement de la presse de son pays non seulement en tant que rédacteur mais également en tant qu’organisateur, administrateur et impulseur de cette dernière. C’est le double rôle journalistique tenu par cet éminent personnage de l’histoire péruvienne qui est ici évoqué, depuis l’exaltante aventure du Mercurio Peruano (1790-1795), périodique conçu comme un outil de transformation sociale, à celle de El Nuevo Día del Perú (1824), érigé au statut d’arme politique.

Haut de page

Texte intégral

1Dans son ouvrage pionnier sur Los médicos en la Independencia del Perú , Jorge Arias-Schreiber Pezet écrit à propos de ces héros qui furent des pionniers de l’émancipation de leur pays :

  • 1 ARIAS-SCREIBER PEZT, J. Los médicos en la Independencia del Perú, Lima, Editorial Universitaria, 19 (...)

« Abre la galería el Dr. Hipólito Unanue, el médico de mayor prestigio en su tiempo y figura representativa de la peruanidad en las postrimerías del Virreynato y primeros años de la República y cuyos méritos como científico, patriota y estadista son unánimemente reconocidos en el Perú y en el extranjero »1.

2Comme on peut le constater, l’auteur, excellent historien de la Médecine et, de surcroît, admirateur d’Unanue et de son œuvre, fait allusion aux multiples facettes du personnage, mais ne mentionne pas le travail de journaliste accompli par ce dernier, tant comme rédacteur que comme organisateur, administrateur et impulseur de la presse périodique nationale. C’est le double rôle journalistique tenu par cet éminent personnage de l’histoire péruvienne qu’il me paraît intéressant d’évoquer ici.

I - L’homme de science

3José Hipólito Unanue est né le 3 août 1755 à Arica ; il était le fils d’Antonio Miguel de Unanue y Montalivet, natif de Motrico dans la province espagnole de Guipuzcoa, et de Manuela Pavón Salgado de Araujo, née à Arica. Après avoir commencé ses études au Séminaire Saint-Jérôme d’Arequipa, il alla les poursuivre à Lima en 1777 chez les oratoriens de Saint-Philippe Néri, sous la tutelle de son oncle maternel, frère Pedro Pavón, qui était Professeur de Médecine : d’abord d’Anatomie (1760-1765), puis de Térapeuthique (« Método de Galeno o Arte curativo », 1765-1769). En 1784, Unanue obtenait le grade de Bachelier en Médecine à l’Université de San Marcos, puis ceux de Licencié et de Docteur en Médecine en 1786, sous la protection de Cosme Bueno et la direction de Gabriel Moreno, tous deux grands médecins dont le savoir encyclopédique s’étendait bien au-delà de leur discipline.

1) Le médecin

4En 1788, Unanue gagnait, par concours, la chaire de Professeur d’Anatomie à l’Université de San Marcos de Lima. Il appuya son enseignement sur les maîtres les plus modernes de son art et, en particulier, sur les travaux du Français Jacques-Bénigne Winslow, auteur d’une très prisée Exposition anatomique de la structure du corps humain (1732) et qui, avant même d’être professeur d’Anatomie à l’Université de Paris, avait fait construire une nouvelle salle de dissection. Unanue fut vite conscient de l’aspect trop théorique de l’enseignement de la Médecine et, par conséquent, de la façon, tout aussi théorique, dont elle était ensuite pratiquée par les médecins péruviens :

  • 2 UNANUE, J. H., « Decadencia y restauración del Perú… », Mercurio Peruano, VII, n° 220, 10 févr. 179 (...)

« A proporcion, pues, de la [ignorancia] que ocupó al Perú en la Ciencia Anatómica, las enfermedades internas, dirigidas por las manos del Empírico y del charlatan, menoscabáron una parte de sus moradores. Entre tanto las externas consumian la otra »2.

5C’est pourquoi il se lança de toutes ses forces dans un combat en faveur d’un enseignement plus concret, qui mît un peu de côté la formation presque abstraite qui prévalait jusque-là, affirmant, au contraire, l’importance d’un enseignement expérimental :

  • 3 UNANUE, J. H., « Decadencia y restauración del Perú… », Mercurio Peruano, VII, n° 221, 14 févr. 179 (...)

« El Cadáver[,] disecado y demostrado, es la sabia y eloqüente escuela, en que se dictan las mas seguras máximas para conservar á los vivientes. En él se conoce qual es el enlace, y los oficios de los distintos órganos que componen esa máquina singular, la primera entre las obras de la Divinidad : en que consiste la mutua dependencia con que se auxîlian, ó se dañan unas á otras : quales son las verdaderas causas que fomentan ó destruyen su armonía, y qual es el modo de restaurarla »3.

  • 4 Issu d’une famille peu aisée (son père était au bord de la faillite à la veille de sa naissance), U (...)
  • 5 Pour plus d’informations sur cette période de sa vie, voir Jean-Pierre CLÉMENT, « Decadencia y rest (...)

6Il obtint enfin, grâce à son action opiniâtre (et peut-être aussi, à son entregent4), l’autorisation de créer un Amphithéâtre anatomique (inauguré le 21 novembre 1792). Mais cela ne lui semblant pas suffisant, il voulut accompagner cette construction d’un plan de cours pratiques : ce furent les Conférences cliniques, imaginées cette même année et qui commencèrent à fonctionner deux ans plus tard, le 24 juillet 1794, marquant alors véritablement le renouveau de la science médicale au Pérou. En effet, établies à l’image de celles qui existaient déjà dans les grandes universités européennes (Édimbourg, Londres, Padoue, Göttingen, Paris, Montpellier, etc.), elles avaient pour objet d’expliquer les maladies aux étudiants en présence du patient ; on devait y décrire le cas, faire l’histoire de la maladie, proposer un traitement5.

  • 6 Lima, Impr. Real de los Huérfanos, 1806, 198 pp. (1 e éd.), et Madrid, Sancha, 1815 (2 e éd.), 315 (...)
  • 7 Lima, Impr. de Niños Expósitos, 1807.

7Toujours fidèle à cette ligne en faveur d’une médecine pragmatique, il s’intéressa à l’influence du climat sur la santé des personnes et publia en 1806 son œuvre scientifique principale, Observaciones sobre el clima de Lima y sus influencias en los seres organizados en especial el hombre6. L’année suivante, il donna un texte en faveur de la vaccination antivariolique, les Actuaciones literarias de la Vacuna en la Real Universidad de San Marcos de Lima7. Le 14 septembre 1807, il était nommé Protomédico du Pérou, fonction qu’il occupa jusqu’au 28 juillet 1821. Enfin, le 29 novembre 1808, il devint Directeur du Collège de Médecine et Chirurgie de San Fernando dont il venait d’obtenir la création par le vice-roi. Cet établissement, très moderne dans sa conception didactique, forma pendant des décennies une foule de médecins de grande qualité.

  • 8 « Decadencia y restauración del Perú. Oracion inaugural, que para la estrena y abertura del Anfitea (...)
  • 9 « Discurso que para el establecimiento de unas Conferencias Clinicas de Medicina, y Cirujia, dixo e (...)
  • 10 « Apuntes de la Sociedad sobre las conjeturas del Doctor Crespo relativas á restaurar la Longevidad (...)
  • 11 « Anatomia. historia de un colico extraordinario » (Mercurio Peruano, Lima, t. IV, n os 110-111, 22 (...)
  • 12 « Observaciones médicas [sobre una Tenia] » (Mercurio Peruano, Lima, t. IV, n o 117, 16 févr. 1792, (...)
  • 13 « Indagaciones sobre la disenteria y el vicho. Observacion 1 a hecha en el Real Anfiteatro Anatomic (...)
  • 14 « Metamorfoses (sic) humanas. noticia de la extraña desfiguracion de una niña » ( Mercurio Peruano (...)
  • 15 « Medicina. Precauciones para conservar la salud en el presente Otoño » (Mercurio Peruano, Lima, t. (...)
  • 16 « Disertacion sobre el aspecto, cultivo, comercio, y virtudes de la famosa planta del Perú nombrada (...)
  • 17 « Disertacion sobre la naturaleza y efectos del Tabaco, adornada con una breve idea del origen y pr (...)

8C’est dans cette lignée, je pense, qu’il faut situer l’ensemble des articles de caractère médical qu’il publia dans le Mercurio Peruano, entre 1790 et 1795, mettant ainsi sa science à la portée de l’élite éclairée de la population, dont il considérait ainsi implicitement les membres comme des passeurs de savoir en direction du reste du peuple. Il se mit ainsi à publier de la littérature médicale, non pas théorique, mais pratique, c’est-à-dire en relation directe, matérielle, concrète avec le pays qui était le sien et les personnes qui y habitaient. Outre la retranscription des discours qu’il prononça lors de l’inauguration de l’Amphithéâtre Anatomique8et du lancement des Conférences Cliniques9, il publia dans cet organe de presse un certain nombre d’études sur des sujets qui attiraient son attention et lui paraissaient dignes d’être présentés au public, comme ses réflexions sur la durée de la vie humaine10, sur « une colique extraordinaire »11, sur un ténia12, sur la dissenterie13, sur les monstres14 Il diffusa également par ce même medium des traitements ou des conseils d’hygiène15, ainsi que des travaux sur des plantes et leur influence sur la santé humaine : la coca16ou le tabac17, par exemple.

2) Le scientifique encyclopédique

  • 18 Mercurio Peruano, Lima, t. II, n os 43-44, 29 mai et 2 juin 1791, pp. 68-86.
  • 19 « Carta escrita a la Sociedad por el doctor don Pedro Nolasco Crespo, proponiendo unas nuevas conje (...)

9Ces derniers sujets nous amènent à nous intéresser à une autre facette du personnage, complémentaire de la précédente et qui était celle du praticien ; Unanue a, en réalité, été bien plus qu’un médecin, il a également été un scientifique passionné par plusieurs domaines, en particulier la botanique et l’histoire. Rappelons qu’il est l’auteur, toujours dans le même périodique, d’un article général, de poids, sur les plantes du Pérou, « Botánica. Introducción científica de las Plantas del Perú »18. Rappelons encore qu’il intervint à de nombreuses reprises dans ce même journal, pour rectifier des thèses trop fantaisistes, comme ce fut le cas pour les « conjectures » du Dr Crespo destinées à expliquer le phénomène des marées19.

  • 20 « Beneficencia pública » (Mercurio Peruano, Lima, t. III, n o 92, 20 nov. 1791, pp. 214-216).
  • 21 Voir les textes suivants : « Critica de la oracion. Que para abrir los estudios de la Real Universi (...)

10Tous ces articles d’Unanue étaient rédigés dans un but précis : aider le Pérou par la connaissance, par les Lumières. C’est, d’ailleurs, pourquoi, il s’intéressa à des questions comme la bienfaisance20et encore plus à l’éducation21. Surtout, étant médecin, il chercha d’abord à améliorer ou à préserver la santé des habitants, mais aussi à leur trouver de nouvelles ressources. C’est cela qui le poussa à tout faire pour mieux connaître et le passé et le présent du Pérou, rédigeant des textes sur l’histoire du pays et s’attachant à décrire sa géographie et ses richesses naturelles.

  • 22 « Idea general de los monumentos del antiguo Perú, é introducción á su estudio » (Mercurio Peruano (...)
  • 23 « Historia de las Misiones de Caxamarquilla origen, y pérdida de las de Manoa » (Mercurio Peruano, (...)
  • 24 « Noticia de los trages, supersticiones, y exercicios de los Indios de la Pampa del Sacramento, y M (...)
  • 25 Mercurio Peruano, Lima, t. IV, n os 105-106, 5 et 8 janv. 1792, pp. 9-26.
  • 26 « Peregrinacion por el rio Huallaga hasta la laguna de la gran Cocama, hecha por el Padre Predicado (...)
  • 27 « Peregri,acion por los rios Marañon y Ucayali á los Pueblos de Manoa, hecha por el Padre Predicado (...)
  • 28 Celui-ci déclare, dans sa Memoria de Gobierno : « Tuve a bien encargar al genio fecundo y laborioso (...)
  • 29 . « La Guía Política, Eclesiástica y Militar del Virreynato, que publica la Sociedad de Orden del S (...)

11Dans le premier domaine, on trouve des textes sur l’archéologie inca22, sur les missions franciscaines en Amazonie23, sur les coutumes des Indiens24. Quant au second domaine (d’ailleurs lié au précédent par un texte intitulé « Geografía física del Perú para continuar la historia de sus monumentos »25), il est essentiellement constitué par des récits d’exploration de provinces péruviennes, comme ceux des missions des pères Sobreviela26et Girbal y Barceló27. A propos de cette question de la connaissance du territoire péruvien, signalons qu’en 1793 (c’est-à-dire au milieu de l’expérience du Mercurio Peruano ), il fut nommé Grand Cosmographe et il lui revint donc, à la demande du vice-roi Gil de Taboada28, de rédiger la Guía política, eclesiástica y militar del virreinato del Perú (1793-1797) ; la Sociedad Académica, éditrice du Mercurio, étant, de son côté, chargée d’en assurer la publication29. Cette revue annuelle offrait un panorama assez complet de la vice-royauté : provinces et organisation territoriale (politique, militaire, ecclésiastique), villes, nombre d’habitants et leur répartition par castes, principaux personnages et leurs fonctions (Administration, Armée et Milices, Clergé, Université, etc.), richesses naturelles, et une foule d’autres informations.

12Tous ces écrits vont faire connaître le personnage et si, avec le recul, l’on fait un bref bilan de sa vie professionnelle, on constate que, plus intéressantes que les honneurs qu’il a reçus (Orden del Sol et « Benemérito de la Patria ») sont ses collaborations avec des groupements scientifiques renommés : Real Academia Médica de Madrid, Académie des Sciences de Bavière, Académie Linnéenne de Paris, Académies Philosophiques de Philadelphie et de New York. Tout cela traduit la dimension internationale du personnage, ou plus exactement la reconnaissance par l’étranger de l’existence d’une science authentique au Pérou à travers sa personne. En cela aussi, Unanue a bien servi sa patrie.

II - Le journaliste “philosophe” ou l’aventure exaltante du Mercurio Peruano

  • 30 Pour un relevé complet des textes signés par Unanue et publiés dans le Mercurio Peruano, voir Jean- (...)

13Comme nous pouvons nous en apercevoir après ce bref portrait d’Unanue en tant qu’homme de science, et d’homme de science au service de son pays, une dimension remarquable du personnage est sa capacité d’écriture, ainsi que sa volonté de diffusion de ses idées qui vont l’amener à participer très activement à l’aventure journalistique du Mercurio Peruano ; outre le rôle naturel, dont nous venons de parler, qu’il y a joué en tant qu’auteur, sous son propre nom ou sous le pseudonyme d’Aristio (rappelons qu’on lui doit 51 articles ou notices diverses30), il a également joué (et cela est tout aussi important pour expliquer la suite de son aventure personnelle) celui, essentiel, d’animateur du groupe en charge du journal.

  • 31 El Mercurio Peruano, 1790-1795, Francfort : Vervuert ; Madrid : Iberoamericana, 1997 (Vol. I : Estu (...)

14Ayant publié, il y a des années, une étude assez complète sur ce périodique et sur le groupe qui l’a produit31, je me contenterai de rappeler ici quelques caractéristiques qui me semblent utiles pour notre réflexion actuelle.

15Une donnée importante du Mercurio Peruano est qu’il n’est pas l’œuvre d’un ou deux hommes, comme c’était en général le cas pour les périodiques du temps (Clavijo et El Pensador, ou Cañuelo et Pereira pour El Censor, Addison et Steele pour The Spectator ou Brissot de Warville pour Le Courrier Général de l’Europe ). Cette pratique (toute nouvelle) était, bien sûr, tout autant contraire à la pratique liménienne (Pensons au Diario de Lima et au Semanario Crítico, œuvres respectives de Jaime Bausate y Mesa et du père Olavarrieta).

16En fait, le périodique qui nous intéresse est l’œuvre collective de la Sociedad Académica de Amantes del País de Lima, dont tous les membres sont appelés à apporter leur contribution écrite. Certes, tous ne le feront pas, et il y aura un certain nombre de participations extérieures, mais le journal connaîtra 137 auteurs différents, les membres de la Sociedad Académica rédigeant pour leur part presque les deux tiers des articles signés. On peut également remarquer que cette variété de provenance des auteurs est à la fois géographique (60 % des rédacteurs sont péruviens, 14 % résident dans d’autres territoires hispaniques et 13 % en métropole) et socio-professionnelle (18 % sont fonctionnaires, 15 % exercent une activité économique -surtout minière-, 14 % sont gens d’Église, 24 % intellectuels -dominent les professions de santé-). Les auteurs eux-mêmes, dans des termes semblables à ceux qu’emploient les Sociétés économiques de la Péninsule, se définissent ainsi :

  • 32 José Rossi y Rubí, « Introducción al Tomo VII », Mercurio Peruano, t. VII, n° 209, 3 janv. 1793, p. (...)

Jóvenes todos, empleados algunos en el servicio del Rey, otros graduados en los diversos ejercicios de la Universidad, otros Ministros del Altar, hemos abrazado unánime y gustosamente una nueva senda, que nos conduzca al término feliz de ser útiles a la Patria32.

17Un des intérêts de l’existence d’une équipe est que les rédacteurs se spécialisent, ce qui permet à la publication d’offrir à ses lecteurs un très vaste éventail de thèmes, alors que dans le cas d’un auteur unique, une telle ampleur de vues est difficile à atteindre.

18Un autre aspect positif est l’existence d’une organisation bien structurée, qui encadre les rédacteurs. En effet, la Sociedad Académica désigne en son sein un certain nombre de Consultores qui sont chargés de contrôler les travaux présentés et de conseiller les auteurs dans chacune des quatre branches principales que sont l’agriculture, le commerce, les finances et les mines (Statuts, art. VI et VII) ; ces personnages préfigurent ce que seront les chefs des divers services de rédaction ou départements de nos journaux actuels. D’autre part, la décision de publication du texte est prise en commun au cours de véritables conférences de rédaction : le secrétaire de l’association propose les thèmes de réflexion, puis, après qu’a eu lieu une discussion générale, il distribue entre les membres les articles qu’il a, collectivement, été décidé d’écrire (Statuts, art. XVI) ; les textes rédigés sont soumis au contrôle moral et scientifique de deux « censeurs » de la Sociedad (Statuts, art. XV).

  • 33 Juan Félix de Berindoaga y Palomares publiera l’Argos constitucional (1824), Cabello y Mesa le Telé (...)

19Même si ces rédacteurs ne sont pas des professionnels (ils ne sont pas payés pour leurs travaux et ne vivent donc pas de cette activité), force est de constater que l’expérience leur a donné le goût du journalisme et que, dans des temps postérieurs, ils se lanceront dans d’autres aventures de ce type, soit comme simples rédacteurs, soit comme éditeurs33. Unanue, qui avait été l’un des piliers du Mercurio Peruano -il en a été le Secrétaire pendant les années où la production a été de meilleure qualité (1790-1793)-, où il a appris ce qu’était un journal moderne, comment il se fabriquait, quels étaient les obstacles à surmonter, comment on devait s’adresser à un public, etc., a été l’un des plus enclins à reprendre cette occupation.

20Sur le plan des idées, il a trouvé, dans le cercle d’amis créoles que représentait la Sociedad Académica, un double but à sa vie, celui de défendre les Lumières et sa Patrie. C’est ce qui le fait agir sans cesse, car il considère que c’est son devoir d’homme qui sait que d’éclairer les autres, et surtout ses compatriotes. Il est tout à fait représentatif de cette nouvelle catégorie sociale que l’on nommera « les intellectuels » et qu’un spécialiste des lettres françaises du XVIIIe siècle a décrit en ces termes :

  • 34 Marc Regaldo, « Lumières, élite, démocratie : la difficile position des Idéologues » (Dix-huitième (...)

« On voit peu à peu, au cours du 18 e siècle, les gens qui pratiquent des métiers de l’esprit prendre, à ce titre, conscience d’une responsabilité individuelle et collective à l’égard de leur pays en particulier et de l’humanité en général. On les voit se grouper en associations diverses pour confronter leurs vues et, fort de leur savoir éprouvé par la discussion, se poser, bien au-delà des problèmes de leur profession, en conseillers des gouvernements et en guides de leurs frères humains »34.

  • 35 Ouvrages décrits par José Toribio Medina, La Imprenta en Lima, 1584-1824. Reimpresión de Amsterdam, (...)
  • 36 « Discurso histórico Sobre el nuevo camino del Callao, construido de órden del Excmo. Señor Marques (...)
  • 37 « Discurso sobre el Panteón que está construyendo en el Convento Grande de San Francisco de esta Ca (...)

21La diffusion des Lumières au Pérou doit beaucoup à Unanue. Elles lui sont d’autant plus redevables qu’il ne s’est pas contenté d’écrire dans le Mercurio et de rédiger la Guía del Perú. Après la disparition du périodique et de la revue, il continue à publier : certains de ses travaux, auxquels il vient d’être fait allusion ont, par exemple, été réédités sous forme de brochures, comme les récits des missions franciscaines, le discours inaugural de l’Amphithéâtre Anatomique ou la dissertation sur la coca35. Et ce n’est pas tout : il publie d’autres textes, nouveaux ceux-là, sur les sujets les plus divers et sous cette nouvelle forme ; par exemple, un discours sur la toute récente route du Callao36ou un autre sur le panthéon du couvent principal des franciscains37.

22On a donc affaire ici à un homme qui s’est, en permanence, soucié de mieux connaître son pays natal (le passé, le territoire et la nature, les habitants) et qui a toujours cherché à faire partager son savoir à ses compatriotes (par l’enseignement, par le journalisme, par l’action politique), utilisant, pour y parvenir et chaque fois que possible, la presse périodique dont il a compris l’intérêt en tant que vecteur d’idées. Bref, par son patriotisme didactique Unanue est parfaitement représentatif de cette minorité éclairée qui cherche alors à être utile à son pays… et à y jouer un rôle de plus en plus grand.

III - Le journaliste politique

1) L’homme politique : rôle et fonctions occupées

  • 38 « En 1809 firmó un Memorial solicitando a la Corona igualdad de derechos entre criollos y peninsula (...)
  • 39 « El primer acto [de Abarca, restablecido como Inquisidor de Lima en 1814] fue formar una relación (...)

23Les temps qui viennent ensuite vont être extrêmement troublés : invasion de la Péninsule ibérique par les troupes napoléoniennes, exclusion des Bourbons du trône hispanique, premiers cabildos abiertos et premières juntes, guerre d’Indépendance, etc. Dans de telles circonstances, Unanue est, dans un premier temps, resté fidèle à l’Espagne. Ce qui ne l’empêche d’ailleurs pas de défendre sa caste, celle des Créoles (en 1809, il signe, par exemple, un manifeste pour l’égalité de leurs droits par rapport à ceux des Péninsulaires38), et de défendre aussi ses idées (en 1812, il signe un document réclamant la suppression de l’Inquisition39).

  • 40 Il aurait également, selon ARIAS-SCREIBER PEZET, J. (Los médicos… , pp. 32 et 62), rédigé le Mémoir (...)

24En 1813, a lieu l’expérience journalistique du Verdadero Peruano, à laquelle il participe et qui le place encore parmi les fidèles de l’Espagne. Aussi quand, en 1814, il est élu député d’Arequipa aux Cortes, se voit-il nommer Médecin honoraire de la Chambre du Roi (ce qu’il accepte) et proposer l’année suivante le titre de marquis del Sol (ce qu’il refuse), donnant déjà là des signes de l’ambiguïté de sa position personnelle. A son retour au Pérou, en 1816, il rentre dans le rang, redevenant Directeur du Collège de Médecine de San Fernando, pendant son absence, l’intérim avait été assuré par le Dr Miguel Tafur et Professeur de Médecine à l’Université San Marcos où le Dr José Pezet l’avait provisoirement remplacé. Il va même jusqu’à rédiger le mémoire de gouvernement du vice-roi Abascal40.

  • 41 Remarquons que la Bibliothèque du Congrès à Washington possède un intéressant document : A la Nació (...)

25Les années suivantes furent certainement plus difficiles, car son attitude révèle un certain flottement. D’une part, Unanue continue d’afficher une loyauté peu contestable envers la métropole, marqué par sa proximité à l’autorité suprême41. En un mot, il semble bien soutenir Abascal, comme en fait foi son appui au vice-roi et sa participation à la rédaction du Verdadero Peruano , journal voulu à toute force par ce représentant suprême de l’Espagne. Ce qu’Ascensión Martínez Riaza confirme en ces termes :

  • 42 MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 171.

« durante mucho tiempo contó [Abascal, que “se propuso ejercer un gobierno fuerte y eficaz”] con la colaboración de las principales instituciones y también de los más destacados intelectuales del momento. Liberales de la talla de Pezet, Devoti, Flórez, José Gregorio Paredes, Baquíjano, Unanue… confían en las rectas intensiones del Marqués de la Concordia [Abascal] en cuanto a la aplicación de la legalidad y se aprestan a refrendarle con discursos en centros prestigiosos, libros y artículos periodísticos desde los que manifiestan apoyo al virrey y difunden sus éxitos más notables, tanto en lo relativo a la política exterior (campañas pacificadoras) como en los asuntos internos (administración, finanzas, control de movimientos que podrían ser causa de inquietud…) »42.

26Et d’autre part, il aurait comploté dans les locaux mêmes du Collège de Médecine de San Fernando. En effet, il semble qu’un travail souterrain (pour ne pas dire clandestin) se fasse dans cet établissement, dont Unanue est directeur. Arias-Schreiber Pezet y fait clairement allusion :

  • 43 ARIAS-SCREIBER PEZET, J. Los médicos…, p. 62.

Bajo su dirección tuvieron lugar las sesiones secretas de los maestros [médicos], conocida en la historia como « le conspiración de San Fernando », donde se debatía sobre el futuro político del país43.

27C’est cette ambiguïté qui va faire qu’à un moment donné, on va assister à un basculement apparemment brusque et de toute façon irréversible. Unanue, bien perçu par les autorités, est nommé par le vice-roi Pezuerla, secrétaire des négociations de paix de Miraflores qui ont lieu entre le pouvoir espagnol et San Martín (septembre 1820). Puis son successeur, le vice-roi La Serna, le désigne, à son tour, membre de la Commission de négociations de Punchauca (mai-juin 1821). Mais, à peine un mois plus tard, le 30 juillet 1821, Unanue signe au Cabildo de Lima l’Acte officiel de proclamation de l’indépendance du Pérou. La rupture est consommée.

  • 44 Voici ce qu’en dit MARTÍNEZ RIAZA, A. : « En realidad, el Protector [San Martín] no intervino activ (...)

28Dès le mois suivant, San Martín (avec lequel il entretiendra toujours des rapports cordiaux) le nomme Ministre des Finances et membre du Conseil qui gouverne le nouvel État. Entre autres actions politiques, il va créer une banque destinée à financer les campagnes militaires des Indépendantistes, ainsi qu’à relancer l’agriculture et le commerce. Son poids politique est alors important, car San Martín, Protecteur du Pérou, reste un peu à l’écart de la gestion proprement dite du pays, qu’il laisse entre les mains d’Unanue et de deux autres ministres44.

  • 45 « Bases de la Constitución politica del Peru. Lima : 1822. Imprenta de D. Manuel del Rio. » (MEDINA (...)

29En 1822, il est élu député de Puno à l’Assemblée Constituante, qu’il va même présider à deux reprises. En novembre, il présente avec quelques collègues un projet de constitution45. Après l’échec de la présidence de la première Junte de gouvernement et de la gestion de Riva Agüero, il reste fidèle à son président et, lorsque Lima est reprise par les royalistes, il se retire avec lui à Trujillo et y reprend le combat des idées.

30A l’arrivée de Bolivar, il est à nouveau nommé Ministre des Finances, puis occupe ensuite d’autres porte-feuilles gouvernementaux, avant de devenir Président du Conseil de Gouvernement (1824-1825) qui dirige le pays. A partir de là, il sera fidèle au Libertador, qu’il admire et dont il dit, en 1824 :

  • 46 El Nuevo Día del Perú, n 12 et dernier, 25 septembre 1824, « Despedida ».

« Y tú, Bolívar, hombre extraordinario, nacido para ser defensor de la libertad de este continente […] Tú libertando al Perú, libertas toda América »46.

  • 47 « Ensayo sobre los primemeros (sic) fundamentos de las bellas letras, grmatica (sic) latina, mithol (...)

31En août 1826, il se retire de la vie publique dans son hacienda d’Arona dans la vallée de Cañete. Plus tard, sentant approcher sa fin, il revient s’installer à Lima dans la maison qu’il avait héritée de son très riche ancien élève Agustín de Landaburu47et s’y éteint le 15 juillet 1833, à l’âge de 78 ans d’une vie bien remplie au service de sa patrie.

2) La plume au service des idées

32Dans la grande aventure politique vécue par celui qui ne fut, d’abord, qu’un esprit éclairé plein de foi dans la science, dans l’homme, dans l’action (plein de foi, tout court, aussi), le combat pour les idées qui avaient été les siennes jusque-là ne cessa pas, ne pouvait cesser : les Lumières étaient sans cesse à dispenser et la Patrie toujours à défendre ; un troisième but apparut alors à ses yeux, qui n’effaçait en rien les deux précédents, mais s’y rajoutait : la défense de Liberté.

a) El Verdadero Peruano

  • 48 « Monumentos literarios del Perú colectados por D. Guillermo del Rio. Lima 1812. Imprenta de los hu (...)
  • 49 Lima, Imprenta del Gobierno. [28 pp. ] (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima , vol. IV, pp. 327).

33Bien entendu, dans cette troisième phase de son existence, il continua à produire des textes qu’il diffusa sous des formes diverses, souvent des opuscules ou des colllaborations à des ouvrages collectifs, comme ce fut le cas pour sa participation au livre Monumentos literarios del Perú colectados por Guillermo del Río48, œuvre patriotique de 1812. En outre, il n’hésite pas à diffuser des écrits techniques, chaque fois qu’il lui semble nécessaire de porter certaines informations à la connaissance de ses compatriotes. Ainsi publie-t-il, en 1822, un exposé de la situation financière du Pérou (« Exposición, que al Soberano Congreso del Peru, hizo sobre la Hacienda Pública el Ministro de ella Dr. D. Hipolito Unanue, en la sesion del dia 23 de Setiembre de 1822 »49) et un projet de constitution (auquel nous avons fait allusion un peu plus haut).

  • 50 « Verdadero Peruano. Tomo I. Comprende desde el 22 de Septiembre de 1812, en que llegó á esta capit (...)
  • 51 « Geografia : compendio estadístico del Virreinato del Perú á fines del siglo XVIII, extractado de (...)
  • 52 « Elogios académicos, D. José Urrutia y las Casas, por el Doctor Unanue », Verdadero Peruano. Lima, (...)

34Surtout, en 1813, il fut l’un des principaux rédacteurs du Verdadero Peruano50, journal que le vice-roi Abascal venait de lancer, par l’intermédiaire du père Tomás Flores, afin d’essayer de contrer l’influence de El Peruano et de son Satélite, jugés trop libéraux et constitutionalistes. Unanue y donna un bon nombre d’articles : un tableau du Pérou (nos 19, 20 et 22)51, l’éloge de personnalités (n° 27)52, un texte de soutien au vice-roi (n° 1), des descriptions géographiques (nos 17 et 26).

  • 53 Voir MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, pp. 35, 38 et 91.
  • 54 « Le Diario Pinciano du 23 février 1788 (apporte P.-J. GUINARD dans La Presse espagnole de 1737 à 1 (...)
  • 55 El Nuevo Día del Perú, n° 11, 16 septembre 1824 (MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 162).

35Bien que non responsable en titre de ce journal, son poids réel était si grand qu’il réussit à en faire prolonger la vie pendant un certain temps, malgré les difficultés financières qui étranglaient cet organe53. C’est qu’il tenait à l’existence de ce périodique, parce qu’il avait compris que la presse périodique pouvait avoir un impact sur la population qui la lisait alors, ne l’oublions pas, directement ou, pour les illettrés, par l’oreille, puisque les séances de lecture collective étaient une pratique courante54. Et notre homme tenait beaucoup à ce que ses idées soit diffusées en ces temps de très vif (pour ne pas dire violent) débat politique, comme il les rappelle dans l’article intitulé « Soberanía del Pueblo »55.

  • 56 MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 35.

36Dernière remarque sur ce titre de presse. Curieusement, comme le note A. Martínez Riaza56, la plupart de ses auteurs (José Pezet, José Manuel Valdés, José Larrea, José Joaquín larriva, Hipólito Unanue y Félix Devoti) allaient bientôt basculer dans le camp indépendantiste. L’explication tient probablement au fait que le journalisme n’est pas une activité innocente, surtout en période de crise, et qu’à force de s’intéresser toujours plus à leur pays natal, ces Péruviens ont fini par donner priorité aux intérêts de ses habitants (au moins de ceux qui partagent avec eux le fait d’être créoles).

b) El Nuevo Día del Perú

  • 57 « Considero necesario precisar que, proclamada en Lima la Independencia, el 28 de julio de 1821, el (...)

37C’est pourquoi, lorsque la nécessité de défendre à tout prix ses idées devient tout à fait impérieuse, au moment où Riva Agüero est chassé de Lima, Unanue, qui l’avait suivi à Trujillo, lance son propre organe, El Nuevo Día del Perú (1824), dans cette ville qui, par bien des points est déjà l’un des lieux clés de la saga indépendantiste57. Ce journal hebdomadaire a eu douze numéros publiés entre le 1 er juillet et le 25 septembre 1824. L’en-tête était orné d’une gravure éloquente représentant un phénix renaissant de ses cendres.

  • 58 « Cuadro histórico de la revolución del Perú desde la entrada en Lima del general San Martín hasta (...)

38Il commence, dès les tout premiers numéros58, par essayer de comprendre ce qui s’est passé sous le protectorat de San Martín et d’où vient l’échec politique des indépendantistes. Son regard est lucide et sans concession ; les responsabilités des uns et des autres, même celles de ses amis, sont exposées. Le but étant, bien entendu, non pas de porter ombrage à ces patriotes, mais de voir comment faire, dans l’intérêt de la nation, pour ne pas retomber dans les mêmes erreurs.

39Il utilise ensuite son talent de journaliste pour entretenir la fibre patriotique, décrivant les grandes combats qui ont mené à l’indépendance du pays (bataille de Boyacá, dans le n° 6) et glorifiant ses héros célèbres (article apologétique en faveur du Libertador, dans le n° 2) ou inconnus (dans le n° 9, il porte aux nues le patriotisme des femmes du village de Moche qui ont vendu leurs bijoux pour financer l’armée indépendantiste).

40On le voit bien clairement ici, ce qui domine, c’est la volonté pédagogique d’Unanue, qui ne conçoit son rôle de journaliste que comme un moyen pour diffuser ses idées, c’est-à-dire celles qui vont dans le sens de la défense de la patrie, et d’offrir des vies exemplaire, c’est-à-dire à imiter, le tout devant entraîner le peuple péruvien à rejoindre les combattants de la liberté et d’en faire de vrais citoyens.

41Ce qui domine dans cette publication, c’est la maturité, la profondeur des articles qui, à travers des sujets aussi variés que « Observaciones sobre el cuadro histórico », « Informe sobre la instrucción pública » ou « Carácter del verdadero peruano », dessinent le portrait du bon citoyen, les caractéristiques de l’amour de la patrie, le besoin de formation qui permettra d’atteindre le progrès et la liberté.

42Un des articles peut-être les plus importants d’Unanue, dans ce journal, est celui consacré à « Las Ruinas del Valle de Santa » (nos 1, 2 et 5 des 1er , 8 et 29 juillet 1824), qui permet de saisir le sentiment tellurique qu’éprouve l’auteur, cet indéfectible amour pour le sol de la patrie qui, au fil du temps et depuis les premiers textes du Mercurio Peruano a pris de l’ampleur et de la profondeur. Et qui évolue vers une volonté politique de défense et illustration du système républicain, dans le n° 5, il fait d’ailleurs part de ses réflexions sur ce que doit être « El carácter del verdadero republicano ». Et A. Martínez Riaza insiste fort justement sur cet aspect politique de notre personnage :

  • 59 MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 303. Sur la notion de patriotisme selon Unanue, ce mêm (...)

« Desde El Nuevo Día del Perú, Unanue se aferra a sus convicciones liberales y aconseja a los peruanos desde su alejada atalaya de Trujillo que no duden en acogerse a la República, porque es superior a cualquier otro tipo de sistema, sólo en ella se forman ciudadanos virtuosos »59.

43Comme on peut le constater, le journalisme, qui ressemble davantage, au début de sa vie d’adulte, à un lobby, va petit à petit prendre de plus en plus d’importance dans l’existence de José Hipólito Unanue. Ce qui explique le rôle essentiel qu’il a joué dans la naissance de la presse périodique. En effet, il a été l’un des créateurs de la presse moderne (introduction de la technique de l’abonnement, équipe de rédacteurs par secteurs, articles de réflexion, etc.), mais aussi l’un des initiateurs de la presse politique, telle qu’elle se développera au xix e siècle (Émile de Girardin en France, Emilio Castelar en Espagne, etc.). Cette double réussite est le fruit d’une lente évolution, qui s’est étalée sur plusieurs décennies (1789-1824) et a vu le journal passer du statut d’outil de transformation sociale (le Mercurio Peruano) au statut d’arme politique (El Nuevo Día del Perú).

Haut de page

Notes

1 ARIAS-SCREIBER PEZT, J. Los médicos en la Independencia del Perú, Lima, Editorial Universitaria, 1971, p. 60.

2 UNANUE, J. H., « Decadencia y restauración del Perú… », Mercurio Peruano, VII, n° 220, 10 févr. 1793, p. 103.

3 UNANUE, J. H., « Decadencia y restauración del Perú… », Mercurio Peruano, VII, n° 221, 14 févr. 1793, p. 110.

4 Issu d’une famille peu aisée (son père était au bord de la faillite à la veille de sa naissance), Unanue avait un besoin impérieux de gagner sa vie pour pouvoir poursuivre ses études. Il put, grâce à son oncle, devenir le précepteur du jeune Landaburu, fils d’une des plus grosses fortunes de Lima ; il trouva dans cette famille beaucoup d’appui, puisqu’il hérita même d’une maison que lui légua son ancien élève ; mais il eut aussi l’avantage d’y fréquenter tout le “grattin” de la capitale vice-royale. Cela le servit très certainement quand il lui fallut, plus tard, obtenir des rendez-vous et convaincre des personnages influents de la colonie.

5 Pour plus d’informations sur cette période de sa vie, voir Jean-Pierre CLÉMENT, « Decadencia y restauración de la medicina peruana a fines del siglo XVIII", dans Ciencias y técnicas en la América española del siglo XVIII, n° spécial de Asclepio (Revista de Historia de la Medicina y de la Ciencia), Madrid, C.S.I.C., Centro de Estudios Históricos, vol. XXXIX, fascículo 2, 1987, pp. 217-238.

6 Lima, Impr. Real de los Huérfanos, 1806, 198 pp. (1 e éd.), et Madrid, Sancha, 1815 (2 e éd.), 315 pp. 

7 Lima, Impr. de Niños Expósitos, 1807.

8 « Decadencia y restauración del Perú. Oracion inaugural, que para la estrena y abertura del Anfiteatro Anatómico, dixo en la Real Universidad de San Marcos el día 21 de Noviembre de 1792, el Doctor Don Joseph Hipólito Unanue, Catedrático de Anatomía, y Secretario de la Sociedad » (Mercurio Peruano, Lima, t. VII, n os 218-222, 3-17 févr. 1793, pp. 82-127).

9 « Discurso que para el establecimiento de unas Conferencias Clinicas de Medicina, y Cirujia, dixo en el Real Anfiteatro Anatómico, el día 18 del presente mes. El Doctor Don Hipólito Unanue, Catedrático de Anatomía » (Mercurio Peruano, Lima, t. XI, n° 371, 24 juillet 1794, pp. 195-204).

10 « Apuntes de la Sociedad sobre las conjeturas del Doctor Crespo relativas á restaurar la Longevidad de los antediluvianos, ya publicadas en el Mercurio último » (Mercurio Peruano , Lima, t. II, n° 65, 18 août 1791, pp. 286-291). Il s’agit d’une réponse, scientifiquement critique, à l’article du Dr Pedro Nolasco Crespo intitulé « Conjeturas sobre las causas de la decadencia de la vida humana » (Mercurio Peruano , Lima, t. II, n o 64, 14 août 1791, pp. 278-285).

11 « Anatomia. historia de un colico extraordinario » (Mercurio Peruano, Lima, t. IV, n os 110-111, 22 et 26 janv. 1792, pp. 52-62).

12 « Observaciones médicas [sobre una Tenia] » (Mercurio Peruano, Lima, t. IV, n o 117, 16 févr. 1792, p. 115).

13 « Indagaciones sobre la disenteria y el vicho. Observacion 1 a hecha en el Real Anfiteatro Anatomico el dia 15 del mes presente » (Mercurio Peruano, Lima, t. VIII, n o 258, 23 juin 1793, pp. 128-131), et « Indagaciones sobre la disenteria y el vicho. Observacion 2 a extraida de las que se han hecho en el Real Anfiteatro Anatómico » (Mercurio Peruano, Lima, t. IX, n° 283, 19 sept. 1793, pp. 44-45).

14 « Metamorfoses (sic) humanas. noticia de la extraña desfiguracion de una niña » ( Mercurio Peruano , Lima, t. II, n o 55, 14 juillet 1791, pp. 196-198) ou « Descripcion del gigante que acaba de ser conducido á esta Ciudad de la de Ica » ( Mercurio Peruano , Lima, t. IV, n o 138, 29 avr. 1792, pp. 293-297). Mais aussi, « Descripcion de un ternero bicípite seguida de algunas reflexiones sobre los Monstruos » (Mercurio Peruano, Lima, t. IV, n o 126, 18 mars 1792, pp. 183-192).

15 « Medicina. Precauciones para conservar la salud en el presente Otoño » (Mercurio Peruano, Lima, t. I, n o 30, 14 avr. 1791, pp. 275-280), et « Medicina practica. Resultado del pronostico y precauciones para el Otoño Publicados en el Mercurio Peruano Tom. I. Pag. 275 » (Mercurio Peruano, Lima, t. III, n os 82-83, 16 et 20 oct. 1791, pp. 121-131).

16 « Disertacion sobre el aspecto, cultivo, comercio, y virtudes de la famosa planta del Perú nombrada Coca » (Mercurio Peruano , Lima, t. XI, n os 372-378, 27 juillet-17 août 1794, pp. 205-257). Pour une étude de ce texte, voir Jean-Pierre Clément, « La coca du Pérou ou La passion botanique au XVIII ème siècle », dans Nouveau Monde et renouveau de l’Histoire Naturelle, vol. I. Paris, Publications de l’Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, 1986, pp. 65-84.

17 « Disertacion sobre la naturaleza y efectos del Tabaco, adornada con una breve idea del origen y progresos del Real Estanco de Lima » (Mercurio Peruano, Lima, t. IV, n os 108-109, 15 et 19 janv. 1792, pp. 35-51).

18 Mercurio Peruano, Lima, t. II, n os 43-44, 29 mai et 2 juin 1791, pp. 68-86.

19 « Carta escrita a la Sociedad por el doctor don Pedro Nolasco Crespo, proponiendo unas nuevas conjeturas sobre el fluxo, y refluxo del Mar » (Mercurio Peruano, Lima, t. II, n os 46-47, 9 et 12 juin 1791, pp. 96-108).

20 « Beneficencia pública » (Mercurio Peruano, Lima, t. III, n o 92, 20 nov. 1791, pp. 214-216).

21 Voir les textes suivants : « Critica de la oracion. Que para abrir los estudios de la Real Universidad de San Marcos dixo, según costumbre, el dia 2 del presente mes de mayo de 1791 Don Dionisio Cerdan, y Encalada, Alumno del Real Convictorio Carolino » (Mercurio Peruano, Lima, t. II, n o 36, 5 mai 1791, pp. 9-15) ; « Proyectos literarios » (Mercurio Peruano, Lima, t. III, n o 91, 17 nov. 1791, pp. 196-199) ; « Actuaciones escolasticas » (Mercurio Peruano, Lima, t. IX, n o 284, 22 sept. 1793, pp. 46-51) ; et « Establecimiento de una Academia de pilotage » (Mercurio Peruano, t. IX, n° 291, 17 oct. 1793, pp. 103-105).

22 « Idea general de los monumentos del antiguo Perú, é introducción á su estudio » (Mercurio Peruano , Lima, t. I, n os 22, 17 mars 1791, pp. 201-208), et « Noticia de una inscripcion encontrada en las inmediaciones de Cuenca » ( Mercurio Peruano , Lima, t. IX, n o 284, 22 sept. 1793, p. 53).

23 « Historia de las Misiones de Caxamarquilla origen, y pérdida de las de Manoa » (Mercurio Peruano, Lima, t. II, n o 51, 30 juin 1791, pp. 137[bis]-144).

24 « Noticia de los trages, supersticiones, y exercicios de los Indios de la Pampa del Sacramento, y Montañas de los Andes del Perú » (Mercurio Peruano, Lima, t. III, n os 78-79, 2 et 6 oct. 1791, pp. 73-90).

25 Mercurio Peruano, Lima, t. IV, n os 105-106, 5 et 8 janv. 1792, pp. 9-26.

26 « Peregrinacion por el rio Huallaga hasta la laguna de la gran Cocama, hecha por el Padre Predicador Apostólico Fray Manuel Sobreviela en el año pasado de 1790 » (Mercurio Peruano, Lima, t. II, n° 59, 60 et 61, 28 et 31 juillet, 4 août 1791, pp. 226-244).

27 « Peregri,acion por los rios Marañon y Ucayali á los Pueblos de Manoa, hecha por el Padre Predicador Apostólico Fray Narciso Girbal y Barceló en el año pasado de 1790 » ( Mercurio Peruano , Lima, t. III, n os 75, 76 et 77, 22, 25 et 29 sept. 1791, pp. 49-66).

28 Celui-ci déclare, dans sa Memoria de Gobierno : « Tuve a bien encargar al genio fecundo y laborioso del Dr. D. Hipólito Unanue una más extensa y circunstanciada […] ; y tuvo su principio en el expuesto año de 1793 » (Memorias de los Virreyes [éd. par Manuel A. Fuentes, Lima, 1859], t. VI, p. 96 ; cité par José TORIBIO MEDINA, La Imprenta en Lima, 1584-1824. Reimpresión de Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum, 1964-1967, vol. III, art. 1778, p. 244).

29 . « La Guía Política, Eclesiástica y Militar del Virreynato, que publica la Sociedad de Orden del Superior Gobierno, se hallará desde el Miercoles 2 de Enero [de 1793] en el Despacho del Mercurio y en la Libreria de la calle del Arzobispo. » (Mercurio Peruano, Lima, t. VI, n° 208, 30 déc. 1792, p. 296).

30 Pour un relevé complet des textes signés par Unanue et publiés dans le Mercurio Peruano, voir Jean-Pierre CLÉMENT, Índices del Mercurio Peruano, 1790-1795, Lima, Instituto Nacional de Cultura, 1979, pp. 133 (art. « Aristio ») et 138 (art. « Unanue »).

31 El Mercurio Peruano, 1790-1795, Francfort : Vervuert ; Madrid : Iberoamericana, 1997 (Vol. I : Estudio, 307 pages) et 1998 (Vol. II : Antología , 330 pages).

32 José Rossi y Rubí, « Introducción al Tomo VII », Mercurio Peruano, t. VII, n° 209, 3 janv. 1793, p. 6.

33 Juan Félix de Berindoaga y Palomares publiera l’Argos constitucional (1824), Cabello y Mesa le Telégrafo mercantil del Río de la Plata (1801-1802), Gabriel Moreno et Francisco Romero l’ Almanaque peruano y guía de forasteros (respectivement en 1799-1809 et 1813-1814).

34 Marc Regaldo, « Lumières, élite, démocratie : la difficile position des Idéologues » (Dix-huitième Siècle, Paris, Garnier, n° 6 (1974), p. 194).

35 Ouvrages décrits par José Toribio Medina, La Imprenta en Lima, 1584-1824. Reimpresión de Amsterdam, Theatrum Orbis Terrarum, 1964-1967, vol. III, arts. 1749, 1779 et 1791.

36 « Discurso histórico Sobre el nuevo camino del Callao, construido de órden del Excmo. Señor Marques de Osorno, Virey Gobernador y Capitan general del Perú &c. Placide quiescas ! Tac[ite]. Por el Doct. Unanue. Con superior permiso. Lima : MDCCCI. Impreso en la Real Imprenta del Telégrafo Peruano » (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, III, n° 1902, p. 304).

37 « Discurso sobre el Panteón que está construyendo en el Convento Grande de San Francisco de esta Capital el R. P. Guardian Fray Antonio Diaz. Por el D. D. Hipólito Unanue, Catedrático de Anatomía. Segunda impresión. Con Superior permiso. Lima En la Real Imprenta de Niños Expósitos. Año de MDCCCIII » (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, III, n° 1944, p. 319).

38 « En 1809 firmó un Memorial solicitando a la Corona igualdad de derechos entre criollos y peninsulares. » (ARIAS-SCREIBER PEZET, J., Los médicos en la Independencia del Perú , p. 63).

39 « El primer acto [de Abarca, restablecido como Inquisidor de Lima en 1814] fue formar una relación de los miembros de la Universidad de San Marcos que en 1812 suscribieron un documento hostil para el Santo Oficio. Entre los 64 firmantes estaban los médicos Unanue, Valdés, Dávalos y Pezet y los abogados J. T. Rodríguez de Mendoza, Pérez de Tudela y Larriva. » (MARTÍNEZ RIAZA, Asunción, La Prensa doctrinal en la Independencia del Perú, 1811-1824. Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, ICI, 1985, p. 210).

40 Il aurait également, selon ARIAS-SCREIBER PEZET, J. (Los médicos… , pp. 32 et 62), rédigé le Mémoire de gouvernement du vice-roi Francisco Gil de taboada. Mais tous les historiens ne sont pas d’accord là-dessus, puisque Gustavo Siles écrit de son côté (Incas, virreyes y presidentes del Perú, Lima, Ediciones Peisa, [1970], p. 119) : « Al dejar el gobierno a su sucesor, dejóle también el señor Gil la Relación de él […], escrita se asegura por el doctor don Cosme Bueno […] ». Personnellement, je pencherais plutôt en faveur d’Unanue, car alors Bueno était très vieux (85 ans) et devenait aveugle et sourd.

41 Remarquons que la Bibliothèque du Congrès à Washington possède un intéressant document : A la Nación española el Pensador del Perú (Lima, Bernardino Ruiz, 1814). Une note commente ainsi l’ouvrage: « The first of 3 pamphlets by El Pensador del Perú (probably Hipólito Unanue; but, according to BM, v. 226, column 926, J. Morales y Ugalde) in defense of Viceroy Abascal, marqués de la Concordia. Cf. Biblioteca peruana / G.R. Moreno. vol. 1, no. 1263 ».

42 MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 171.

43 ARIAS-SCREIBER PEZET, J. Los médicos…, p. 62.

44 Voici ce qu’en dit MARTÍNEZ RIAZA, A. : « En realidad, el Protector [San Martín] no intervino activamente en las tareas de gobierno. En seguida se retiró a la Magdalena, donde permaneció prácticamente recluido. La // gestión quedó en manos de tres ministros : Juan García del Río (Asuntos Exteriores), Hipólito Unanue (Hacienda) y sobre todo Monteagudo (Guerra y Marina), que es quien lleva las riendas. » (La Prensa doctrinal…, pp. 183-184)

45 « Bases de la Constitución politica del Peru. Lima : 1822. Imprenta de D. Manuel del Rio. » (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, vol. IV, art. 3683, p. 319). Medina remarque que ce projet a été « suscrito en Lima, en 2 de Noviembre de 1822, por D. Javier de Luna Pizarro, D. Hipólito Unánue, D. José de Olmedo, D. Manuel Pérez de Tudela y D. Justo Figuerola. » (Ibid., p. 320).

46 El Nuevo Día del Perú, n 12 et dernier, 25 septembre 1824, « Despedida ».

47 « Ensayo sobre los primemeros (sic) fundamentos de las bellas letras, grmatica (sic) latina, mithologia, y poesia. Que ofrecio, y consagro, Don Agustin de Landaburu y Belsunce à la tierna memoria de su difunto Padre Don Agustin de Landaburu, y Rivera, Coronel que fue de las Milicias del Partido de mala, y Alcalde Ordinario de esta Ciudad. Baxo la direccion de Don Hipolito Enanúe (sic), Bachiller en Medicina. El dia 16 de Marzo del año de 1785. » (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima , vol. III, art. 1601, p. 156). Il en existe une version latine : Lima, Impr. de la calle del Marqués de Concha, 1785. Unanue a, en outre dirigé la thèse de Landaburu : « Theses pro actv pvblico, et magisterio lavrea in philosophia : qvas, Deo favente, tveri conabitvr, D. Avgvstinvs Landabvrv, et Belsvnze, legiones svbvrbanae de Carabaillo dvx, Vasconiae Societatis, socivs, praeside institvtore svo D. Ios. Hipólito Vnanve, Doctore Medico, Limae, in Reg. Divi Marci Academia, IV. Idvs Aprilis, Ann. mdcjxxxviii. mane et vespere. » (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, vol. III, art. 1671, p. 185.)

48 « Monumentos literarios del Perú colectados por D. Guillermo del Rio. Lima 1812. Imprenta de los huérfanos. » Œuvre patriotique qui commence par un “Informe de D. Hipólito Unanue sobre varios establecimientos literarios erigidos durante el gobierno del virrey Gil de tabeada y Lemus.” (MEDINA, J. T. Medina, La Imprenta en Lima , vol. IV, art. 2761, p. 52.)

49 Lima, Imprenta del Gobierno. [28 pp. ] (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima , vol. IV, pp. 327).

50 « Verdadero Peruano. Tomo I. Comprende desde el 22 de Septiembre de 1812, en que llegó á esta capital la Constitución española, hasta 31 de marzo de 1813, en que se concluyéron las Elecciones Populares. Lima : Imprenta de los Huérfanos : 1813. Por Bernardino Ruiz. » (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, vol. IV, art. 2868, p. 85).

51 « Geografia : compendio estadístico del Virreinato del Perú á fines del siglo XVIII, extractado de las Guias del Perú […] », Verdadero Peruano. Lima, n° 19 (jeudi 28 janvier 1813), t. I [unique], pp. 173-180 (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, vol. IV, art. 2868, p. 86) ; « Continúa el compendio de la estadistica del Perú », n° 20 (jeudi 4 février 1813), pp. 181-188 (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, vol. IV, art. 2868, p. 86) ; et « Concluye el compendio de estadistica del Perú, por H. U. (Hipólito Unanue) », n° 22 (jeudi 18 février 1813), pp. 209-216 (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, vol. IV, art. 2868, p. 87).

52 « Elogios académicos, D. José Urrutia y las Casas, por el Doctor Unanue », Verdadero Peruano. Lima, n° 27 (jeudi 25 mars 1813, pp. 253-268 (MEDINA, J. T., La Imprenta en Lima, vol. IV, art. 2868, p. 87).

53 Voir MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, pp. 35, 38 et 91.

54 « Le Diario Pinciano du 23 février 1788 (apporte P.-J. GUINARD dans La Presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d’un genre , Paris, Centre de recherches hispaniques,1973, p. 70 n.) publie une lettre […] d’un étudiant devenu soldat, qui raconte qu’il lit ce journal à ses camarades, lesquels l’écoutent « la boca abierta ». C’était là un procédé courant à l’époque, non seulement parce qu’une grande partie du public était analphabète (ce qui est probablement le cas dans l’exemple précédent), mais aussi dans bien d’autres circonstances ; ce qui, soit dit en passant, a eu des conséquences sur le style, dont la qualité primordiale devait être l’éloquence. Phénomène qu’explique très bien Nigel GLENDINNING (Historia de la literatura española. 4 : "El siglo xviii", Barcelona, Ariel, 1973, p. 47) : « el procedimiento de leer las obras en voz alta supuso que los libros no siempre tuviesen la unidad que nosotros esperamos de ellos hoy día. ». Et il ajoute un peu plus loin : « El hábito de leer en voz alta llevó, además, a los poetas a preferir las formas de reducidas proporciones y aquellas otras estructuras que, aunque más amplias, eran fácilmente susceptibles de fragmentación, y fomentó, sin duda, la utilización de los efectos acústicos, tanto en prosa como en verso. El término « prosa », en efecto, viene a ser en este período sinónimo de elocuencia […] » (Ibid., p. 48).

55 El Nuevo Día del Perú, n° 11, 16 septembre 1824 (MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 162).

56 MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 35.

57 « Considero necesario precisar que, proclamada en Lima la Independencia, el 28 de julio de 1821, el libertador José de San Martín remplazó a la “Gaceta” virreinal, por la “Gaceta del Gobierno Independiente”, periódico que, frente a la resistencia del Ejército Realista, debió imprimirse temporalmente en Trujillo. Esta ciudad era inclaudicable territorio libre, pues había jurado la independencia el 29 de diciembre de 1820 y contaba con una buena imprenta pública comprada y puesta al servicio de la naciente república por acuerdo del Cabildo del 4 de febrero de 1823. » (LLANOS HORNA, J., « Identidad histórica del periodismo de la Libertad », PUCP. 18/5/2007, p. 3). Ajoutons à cela que Bolivar y fonde en 1824 la première université de l’ère républicaine.

58 « Cuadro histórico de la revolución del Perú desde la entrada en Lima del general San Martín hasta la pérdida del Callao el 5 de febrero de 1824 », El Nuevo Día del Perú, n° . 1 y 2, 1 y 8 de julio de 1824.

59 MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 303. Sur la notion de patriotisme selon Unanue, ce même auteur faisait remarquer un peu plus haut dans son étude que « “Carácter de verdadero republicano” es un artículo de Unanue que toca una serie de cuestiones importantes y es expresión de su postura política en los últimos momentos de su actividad periodística. Son continuas las referencias a la Patria como une realidad perfilada, el ciudadano tiene en ella deberes y derechos específicos, siendo el primero y principal amarla y sacrificarse por ella : “el republicano no se distingue de los demás sino por los servicios verdaderos que presta a la Patria” y “hace derivar su propia felicidad del bien universal de la Patria”, “el republicano ama a la Patria por deber y por gratitud”, “La Patria es su numen, sus amigos son los que la sirven” [Nuevo Día del Perú, n° 5, 29 juillet 1824]. » (MARTÍNEZ RIAZA, A., La Prensa doctrinal…, p. 134.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Clément, « José Hipólito Unanue (1755-1833), journaliste, scientifique et politique péruvien », El Argonauta español [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://argonauta.revues.org/583 ; DOI : 10.4000/argonauta.583

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org