Navigation – Plan du site
Livraison juin : Être journaliste dans l’Espagne des Lumières

Parcours journalistiques en régime colonial : José Rossi y Rubí, Alejandro Ramírez et Simón Bergaño*

Catherine Poupeney Hart

Résumés

Au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, trois figures clefs des débuts du journalisme hispano-américain se retrouvent en Amérique centrale (Royaume de Guatemala) : José Rossi y Rubí, co-fondateur du Mercurio peruano, Alejandro Ramírez et Simón Bergaño, tous deux éditeurs de la Gazeta de Guatemala , qui seront plus tard fondateurs du Diario económico de Puerto Rico, pour l'un, et du , pour l'autre. La comparaison des parcours de ces personnages à la fois exceptionnels et exemplaires permet de mieux cerner les modalités de discussion et de diffusion des Lumières en Amérique, ainsi que les conditions d'exercice de la parole publique à la fin du régime colonial.

Haut de page

Texte intégral

  • * Cette recherche a été rendue possible grâce à l'appui du Conseil de Recherche en Sciences Humaines (...)
  • 1 Je parle évidemment d'une Amérique où, vers 1790, les prétentions territoriales espagnoles allaient (...)
  • 2 Le journaliste mexicain José Antonio de Alzate est sans doute l'exemple le plus spectaculaire de ce (...)
  • 3 « Se trata pues de dar interès à este papel para que tenga lectores ; nò precisamente un interes pa (...)

1Jusqu'aux conflits qui ont mené à l'émergence des nouveaux états, il a été couramment admis par les élites américaines que leurs territoires constituaient l'un des deux piliers de la Monarchie hispanique1. Au même titre que leurs homologues péninsulaires, à partir de la deuxième moitié du XVIII e siècle, les membres les plus dynamiques de ces secteurs numériquement très minoritaires ont ainsi aspiré à participer au grand mouvement d'idées associé au terme de Lumières ou Ilustración. Revendiquant leur aptitude intellectuelle et, dans certains cas, la richesse de la tradition ou de l'expérience locale2, mais conscients aussi de leur marginalité politique et culturelle, nombre d'entre eux ont mis de plus en plus leurs espoirs personnels et collectifs dans une presse périodique destinée, l'espéraient-ils, à abolir les frontières géographiques et temporelles3. Beaucoup de combats ont ainsi étaient menés pour assurer une participation aux grands débats de l'Europe contemporaine, pour en diffuser de manière critique les idéaux sans perdre de vue les exigences immédiates du milieu.

  • 4 Grâce notamment au processus de digitalisation et de mise en ligne des séries : le Mercurio peruano(...)

2Ces œuvres, très peu nombreuses si on les compare à la production en Europe ou dans l'Amérique anglophone, sont redécouvertes et étudiées chaque jour plus systématiquement par la critique, et elles commencent à être diffusées largement4. En revanche, en raison de leur caractère souvent collectif et de la pratique fréquente de l'anonymat pour les collaborations ponctuelles, la personnalité et l'apport spécifique des éditeurs et rédacteurs sont encore mal connus. Leur étude pourrait toutefois apporter un éclairage particulièrement avantageux sur les conditions d'exercice de la pensée et de la parole publique, sur les tendances idéologiques au sein des élites, sur la complexité des liens tissés avec le vieux continent ainsi qu'entre les différentes régions de l'Empire, enfin sur l'exercice d'une activité journalistique au seuil de sa professionnalisation.

3Un travail de ce type peut être tenté pour l'un de ces espaces périphériques de l'Europe des Lumières qu'a été, du point de vue des minorités d'ascendance espagnole, le « Royaume du Guatemala ». Cette région caractérisée par l'extrême exiguïté du secteur lettré l'a été aussi par la personnalité très affirmée de plusieurs des personnages publics qui s'y sont illustrés au tournant des XVIII e -XIX e siècles. Avec des frontières délimitées par les isthmes de Tehuantepec et de Panama, la province dépendait directement du Roi à travers le Conseil des Indes et était connue administrativement comme Capitainerie générale ou Audience de Guatemala, puisqu'elle accueillait l'une des douze hautes cours régionales caractéristiques de la colonisation espagnole, où se superposaient les fonctions judiciaires, législatives et exécutives. Alors qu'au tout début de la colonisation, elle avait servi de point d'union entre les grands centres de peuplement en Nouvelle Espagne et au Pérou, le caractère accidenté de son relief et l'insalubrité ou l'insécurité de ses côtes avaient accentué l'isolement de la région, qui se voyait chaque jour plus fragilisée économiquement par sa dépendance de la monoculture d'exportation, l'indigo surtout à l'époque qui nous occupe. D'un autre côté, placée dans l'orbite culturelle et économique de son grand voisin mexicain, elle ne pouvait pas non plus rester indifférente à la situation dans les Antilles, théâtre de la rivalité des puissances européennes rendue particulièrement critique avec la reprise de la guerre contre l'Angleterre en 1796.

4Illustrant la vocation transatlantique et transcontinentale de beaucoup d'individus attachés à l'administration de l'Empire, trois personnages dont les noms sont associés à la pratique journalistique retiendront ici notre attention, pour leur parcours à la fois exceptionnel et exemplaire : José Rossi y Rubí, Alejandro Ramírez et Simón Bergaño. Tous trois Européens d'origine, arrivés en Amérique au début de leur âge adulte, ils semblent avoir nourri un attachement profond pour les espaces qui les ont accueillis : le Pérou, l'Amérique centrale, Porto Rico et Cuba. Ces territoires étant venus à l'indépendance après leur décès, ils ont fonctionné dans un cadre relativement étranger aux questionnements publics sur la légitimité du pouvoir espagnol. Dans les trois cas, si l'ancrage ou l'investissement est fort dans la réalité locale et dans la reconnaissance de ses urgences, s'affirment aussi dans leurs écrits la conscience de vivre une époque charnière et la volonté, même à partir d'une position géographiquement excentrique, de participer activement à un projet de rénovation intellectuelle et sociale de portée internationale. Tous les trois ont été liés de près à l'administration coloniale. Ils ont en même temps joué un rôle central de promotion de la presse périodique, qu'ils associaient à une défense des idéaux de la modernité, idéaux souvent en contradiction avec leur rôle au sein d'une monarchie absolue et leur fonctionnement à l'intérieur de sociétés extrêmement conservatrices, au statu quo desquelles veillait un strict régime de censure ecclésiastique et politique. La confrontation a été complexe, voire douloureuse, avec les contraintes de l'univers administratif dans lequel ils ont œuvré professionnellement et dans l'espace exigu laissé au questionnement par les forces conservatrices (métropolitaines et créoles) en présence, et avec lesquelles ils ont été amenés à négocier avec plus ou moins de succès.

5Il s'avère que ces trois individus ont coïncidé pendant plusieurs années en Amérique centrale, où ils ont eu une forte relation, en tant qu'éditeur ou collaborateur, avec la Gazeta de Guatemala. C'est cette étape de leur parcours qui justifie que nous les réunissions ici.

José Rossi y Rubi ou la réinvention

6Justement associé au Mercurio peruano, dont il est considéré comme co-fondateur, et à l'une des plus grandes figures des Lumières américaines, José Hipólito Unanue, dont il fut l'intime collaborateur, José Rossi y Rubí présente une trajectoire encore mal connue en dehors du bref épisode péruvien. Elle n'en est pas moins étonnante, pour ses multiples rebondissements et la capacité de réinvention du personnage dont fait état une documentation qui ne manque pas de détailler sa transformation d'homme de lettres en homme d'action, dans les facettes auxquelles renvoie ce terme dans l'histoire coloniale espagnole, telles que la conquête, l'administration ou la modification du paysage.

7Rien ne semblait prédisposer cet aristocrate milanais à son aventureux destin américain. Il naît en effet dans la capitale lombarde, en 1765, au sein de la vieille noblesse. Le milieu familial raffiné, et le vent de rénovation qui souffle parmi les élites vont laisser leur marque sur notre personnage : nourri de culture classique, il est aussi polyglotte, ouvert aux idées, aux voyages, aux débats, dans la lignée des membres de la fameuse « Accademia dei pugni » qui, à l'époque même de sa naissance, avaient choisi un journal, Il caffè, pour son dialogue avec les grandes préoccupations des Lumières.

  • 5 La demande de naturalisation du jeune homme résume ainsi son parcours inicial : « […] el año de 176 (...)
  • 6 MANFREDI, Dario, Il viaggio attorno al mondo di Malaspina con la fregata di S.M.C. « Astrea ». 1786 (...)

8Effet des liens séculaires du Milanais avec l'Espagne, et plus particulièrement de la présence de maisons de commerce lombardes dans la ville de Cadix, c'est dans ce port atlantique, dont le rôle dans les échanges avec l'Amérique était encore prépondérant, qu'un parent du jeune homme l'accueille en 1781, à la mort de son père5. Rossi fréquente sûrement le cercle du commerçant et diplomate Paolo Greppi puisqu'en 1785, un grand ami de ce dernier, le navigateur Alessandro Malaspina l'engage comme secrétaire pour le voyage qu'il doit effectuer pour le compte de la Compagnie Royale des Philippines, aux commandes d'un bâtiment de la Marine espagnole nolisé à cet effet6.

  • 7 MANFREDI, Dario, Alessandro Malaspina e Fabio Ala Ponzone. Lettere dal Vecchio e Nuovo Mundo (1788- (...)

9La frégate de guerre Astrea quitte l'Andalousie en septembre 1786, passe par le cap Horn et rejoint El Callao, au Pérou, en février 1787. Rossi reste alors à Lima où il se voit confier presque immédiatement un poste dans l'administration locale, sur la base de l'expérience comptable acquise à Cadix, de la considération de ses conditions de naissance, et des recommandations de Malaspina et du Comte Greppi auprès du vice-roi De Croix7.

  • 8 Mercurio peruano, t. I, num. 7 (23-01-1791), p. 49-50.

10Les quelques années qui suivent sont bien connues des lecteurs du Mercurio puisque Rossi (Hesperiófilo) lui-même en fera la synthèse : une fois domicilié dans la capitale, son travail, ses récréations (l'équitation, la chasse, la lecture) ne lui suffisent bientôt plus, et avec cinq autres jeunes gens rencontrés lors d'une promenade, il participe tous les soirs à une réunion littéraire (au sens large) qui se constituera bientôt en « Académie », non pas « des coups de poings (dei pugni) », mais comme par exacte antithèse, « philarmonique »8.

  • 9 Ibid., p. 50. Voir aussi : POUPENEY HART, Catherine, « Prensa e ilustración : José Rossi y Rubí, de (...)

11Les circonstances (« une série cruelle de malheurs », dont le décès en octobre 1788 de la jeune épouse du milanais)9 dispersent la petite société qui se retrouve finalement, avec d'inévitables départs et additions de membres, vingt-deux mois plus tard. C'est alors que la viabilité d'un projet journalistique se fait jour : en effet, alors que Jaime Bausate (Francisco Antonio Cavello) y Mesa est en train de lancer un quotidien qui compte faire une grande part aux annonces et nouvelles locales, le groupe projette un hebdomadaire sur le modèle des grands journaux « scientifiques » européens, tels que The Spectator ou le Mercure de France.

  • 10 CLEMENT, Jean-Pierre, « Aproximación al Diario de Lima (1790-1793) y a Jaime Bausate y Mesa, su aut (...)

12La petite société ne dispose pas de l'expérience professionnelle dans le domaine que Bausate a acquise, selon J.-P. Clément, avec le Diario curioso, erudito y comercial, público y económico de Madrid10. Cependant, alors que le péninsulaire ne compte que quelques mois dans le pays lorsqu'il démarre le projet, les membres du groupe jouissent en revanche d'un solide bagage académique et d'une profonde connaissance du terrain. Même Rossi, qui vient de passer près de deux ans dans les Andes. À cela s'ajoute le caractère collectif de l'investissement (qui permet en principe un équilibre des tâches) et, dans le cas de notre personnage, la possibilité ouverte par l'accès à la dot de son épouse pour déléguer des tâches professionnelles mineures et libérer du temps pour l'écriture.

  • 11 Ses bilans administratifs évoquent ainsi « sus empleos de oficial mayor de la contaduria de Propios (...)

13Parallèlement à ses activités d'édition et de rédaction sur une très grande variété de thèmes dans le Mercurio, ainsi que d'animation, en tant que fondateur, puis premier président, de la Société Académique d'Amis du Pays de Lima dont le journal est le porte-parole (et la seule réalisation tangible), Rossi acquiert une expertise en minéralogie et métallurgie au cours de ses voyages andins, et, dans le cadre de commissions, il effectue des activités d'inspection et de gestion des institutions liées à l'économie extractive11. Fort de l'ensemble de ses succès, il retourne en Europe en mai 1793 avec l'objectif d'obtenir sa naturalisation et gravir les échelons administratifs.

  • 12 BURKHOLDER, Mark A., Politics of a Colonial Career. José Baquíjano and the Audiencia of Lima, Wilmi (...)
  • 13 En français dans le texte. MANFREDI, Dario, Alessandro Malaspina e Fabio Ala Ponzone, op. cit., pp. (...)
  • 14 « […] Il sig. Rossi y Rubí mi scrive da Madrid d'aver conseguito il correggimiento de San Antonio d (...)

14Entre la date de son départ de Lima, et janvier 1795, celle de son retour en Amérique, il passe de longs mois à effectuer les démarches qui régulariseront son statut. Il profite aussi de son séjour européen pour effectuer un grand tour qui le mène de la Sicile à la Hongrie et la Pologne où, à l'exemple des voyages minéralogiques ou métallurgiques alors en vogue, il visite les célèbres mines de Friedeberg, Idria, Wiliska. Il a retrouvé à Madrid d'autres collaborateurs du Mercurio, José Baquíjano y Carrillo et Jacinto Calero, prétendants comme lui à un poste dans l'administration12. Il dispose, selon toute évidence, d'une certaine aisance financière. Tout semble lui sourire, et Malaspina, lui aussi de retour de sa grande expédition politico-scientique (1789-1794), s'en réjouit dans une lettre qu'il écrit à Greppi, de Cadix, le 11 octobre 1794, et où il lui annonce que « notre Rossi, qui vient / d'arriver Madrid se trouvant déjà naturalisé, avec le grade de commissaire intendant d'une province de Guatemala et à la veille de se marier en secondes noces avec la fille du president Romás (sic) de Guatemala ; a deployé un talent et un caractère singuliers ». Il s'affirme « persuadé qu'il est fait pour des grandes choses en Amérique »13. Une note dissonante cependant : au même moment, un autre correspondant du Comte, le vice-consul impérial Carlo Bazzoni, émet de sérieuses réserves quant à l'avenir politique du jeune homme chez qui il craint un tempérament trop libéral pour les circonstances14. La suite des événements confirmera effectivement ses réticences.

  • 15 POUPENEY HART, Catherine, op. cit.

15Notre personnage s'embarque le 13 janvier 1795 sur la frégate Corte del Cielo qui est arraisonnée le 11 mars par des corsaires français, non loin de Monte Christi. Dépouillé de tous ses bagages et, symboliquement aussi peut-être, des privilèges attachés à son lignage, commence alors pour lui un processus de réinvention qui connaîtra toute une série d'avatars. Conduit au Guaricó (Cap Haïtien), il y est détenu pendant cinq mois, au cours desquels, profitant de sa connaissance du français, il est initié aux secrets de la franc-maçonnerie et organise son rachat ainsi que celui de ses compagnons. En août 1795, il se retrouve donc à la Havane d'où il sollicite l'aide de Malaspina pour un poste à Lima, sans se douter que son « bienfaiteur » est lui-même sur le point d'être arrêté pour complot contre l'État15.

  • 16 « Apuntamientos de D. J. R. y R. escritos en el año de 1800 », Gazeta de Guatemala, t. VII, numéro (...)

16Son premier contact, sans doute en mars 1796, avec la région dont il a été nommé gouverneur (alcalde mayor) a dû être passablement décourageant. A plusieurs jours de distance de la capitale, le long de routes presque inexistantes, le Suchitepéquez compte 18 000 habitants, dans leur immense majorité autochtones. Cette province de la côte pacifique du Royaume de Guatemala connaît une économie agricole, traditionnellement tournée vers l'exportation du cacao, dont la culture est en crise lorsqu'il prend son poste16. Alors que Rossi se prévaut d'une expérience minéralogique, il constate rapidement que le Suchitepéquez ne dispose d'aucune ressource dans le domaine. Il profite alors de la guerre contre l'Angleterre pour s'engager dans la défense de la côte atlantique et accélérer son avancement dans la hiérarchie bureaucratique, afin de quitter la région au plus vite. C'est ainsi que le 17 mai 1797, il reconquiert (sans coup férir) l'île de Roatán, dont il convainc les occupants (« negros caribes ») de se joindre aux Espagnols pour assurer la protection du continent contre les britanniques. Deux jours plus tard, on le retrouve combattant pendant près d'une semaine l'incendie qui menace de ravager le port de Trujillo.

17De retour au Suchitepéquez, il veille à la bonne administration de sa province : reconstruisant les archives, organisant les prisons, mariant les concubins, etc. Un autre projet d'envergure mobilise bientôt son énergie : il effectue ainsi, à ses frais, à partir d'avril 1800, la reconnaissance puis l'ouverture d'une route permettant la circulation commerciale entre la capitale du Royaume et la Nouvelle Espagne, le « chemin de Toliman ». Armé de pic et de pioche, à la tête d'équipes mêlées d'Indiens et de ladinos qu'il galvanise de son exemple, il perce des tranchées, aplanit des sommets, construit des ponts.

  • 17 Archivo General de Centroamérica, Guatemala (AGCA), A I, Legajo 2814, Expediente 24818 (février 179 (...)
  • 18 Le très expérimenté et ferme fiscal Diego Piloña.

18Un lourd nuage à l'horizon, cependant, qui empêchera que le projet soit finalement complété : en juillet 1798, une accusation de gestion injuste et négligente a été portée contre lui par un jeune curé exalté et peut-être manipulé17. A l'encontre, comme le soulignera plus tard le procureur chargé d'instruire l'affaire18, des principes du droit naturel qui commandent d'écouter un accusé avant de le condamner, Rossi n'est pas entendu. L'incrimination est relayée à Madrid par le président de l'Audience, José Domás y Valle. Les témoignages les plus édifiants auront beau s'accumuler, et l'indignation du procureur de la couronne se donner libre cours, aucune tentative sérieuse de la part des autorités locales n'est effectuée pour enrayer le processus de remplacement déjà en marche à Madrid et Rossi doit céder le commandement de sa province à son successeur en janvier 1802.

19Son bilan est impeccable. Les dépositions de tous les secteurs touchés par son administration le portent aux nues. Sa conduite publique et privée (jusque dans sa chambre à coucher) a été passée au crible. Les recommandations officielles seront unanimes : Rossi mérite une promotion, un poste d'intendant ou équivalent.

  • 19 Gazeta de Guatemala, t. VII, numéro 292, p. 1.
  • 20 Nouvelle complication : à sa mission de peuplement, s'ajoute l'instruction d'un dossier qui oppose (...)

20Il est honoré avec la Croix « surnuméraire » de l'ordre de Charles III19, et pour le moment, puisqu'il est sans ressources, il se voit confier une commission qui l'envoie à nouveau à Trujillo pour organiser le peuplement de cette région20. À partir de décembre 1803, aucune trace de lui dans les fichiers des archives. Ni à Séville, ni à Guatemala.

21Et la presse dans tout cela ? Les liens sont importants à plus d'un titre.

  • 21 « Ya que S. M. se dignó en octubre de 1794 concederme el honor de llevar el uniforme de Comisario d (...)

22Tout d'abord, une suite ou séquelle de l'expérience du Mercurio peruano : en arrivant au Guatemala, Rossi retrouve un personnage important dans l'histoire de ce journal. Lorsqu'il était ministre (oidor) de la Audiencia à Lima, le très conservateur Ambrosio Cerdán y Pontero avait contribué à la publication avec plusieurs articles de caractère surtout historique. Il avait même été le dernier président de la Société des Amis du Pays de Lima. C'est en régent qu'il accueille maintenant quelqu'un dont le statut au sein de l'équipe de rédaction lui avait été en quelque sorte supérieur. Et cet accueil semble avoir été désastreux. Il est ainsi possible que Cerdán ait été l'instigateur soit de la « consultation » initiale du curé Aguilar, soit de la communication hâtive à Madrid du jugement négatif sur la gestion de Rossi, soit enfin des lenteurs mises à enrayer le processus qui mènera à son remplacement. Dans une lettre adressée en août 1797 au Ministre de Gracia y Justicia Eugenio de Laguno, Rossi avait d'ailleurs prévu (ou peut-être précipité par sa franchise) la fâcheuse tournure des événements, se plaignant explicitement du despotisme du régent, et des persécutions dont il est déjà victime21.

23N'ayant pas pu obtenir une autre destination, Rossi n'est pas resté étranger à une pratique journalistique avec laquelle il avait acquis une grande familiarité. Il est même présent à deux titres dans la Gazeta de Guatemala : en tant que personnage et auteur.

  • 22 « Por carta de un amigo hemos tenido la placentera noticia de que D. José Rosi y Rubí Alcalde mayor (...)
  • 23 POUPENEY HART, Catherine. « Villaurrutia, Jacobo de », Diccionario de la Asociación para el Fomento (...)

24Modèle de gouverneur éclairé, pour son intégrité et son investissement dans des projets d'utilité publique, les lecteurs de la Gazeta peuvent effectivement suivre les péripéties héroïques de son parcours, de la reconquête de Roatán à la construction du chemin de Tolimán. Dans le cas de ce dernier dossier, outre l'information et la présentation aux lecteurs d'un comportement professionnel édifiant, on peut voir déjà à l'œuvre une fonction de la presse, qui est la construction d'une opinion publique et sa manipulation comme forme de pression sur le pouvoir en place. La présence d'articles le concernant semble aller dans le sens d'un soutien inconditionnel de la communauté éclairée à l'alcalde mayor. Ainsi, en pleine tourmente de l'affaire Aguilar (19 mai 1800), l'annonce, communiquée par « lettre d'un ami », que la première étape de reconnaissance du terrain est en train d'être réalisée par Rossi, donne lieu à des commentaires sans équivoques de la part de l'éditeur qui rappelle sa singularité (« sans doute l'unique philosophe parmi ceux de sa profession ») et célèbre son zèle, son intelligence et son patriotisme22. N'est-il pas en effet en train de concrétiser un projet cher à la Société économique et au fondateur de cette dernière, Jacobo de Villaurrutia23 ?

  • 24 « …. Pensadores egoístas, alucinados por la vanidad y el interes… Vosotros todos enemigos del hombr (...)

25Outre cette présence comme personnage (ici, le fonctionnaire exemplaire), il lui est aussi donné l'occasion d'intervenir comme auteur sur des sujets où sa compétence est reconnue. Dans le domaine botanique, par exemple, où il a eu l'occasion de s'illustrer avec la mise en place d'un programme de revitalisation de la culture du cacao dans sa province de Suchitepéquez. Il est sollicité aussi pour son expérience et son autorité morale. C'est ainsi qu'il intervient en 1801 avec une force admirable dans un débat sur la place de l'Indien dans l'économie du Royaume : s'indignant de l'aveuglement et du manque de compassion des privilégiés qui font de lui un paresseux, un être dégradé, il évoque tour à tour l'expérience laborieuse du petit cultivateur, du muletier, du mineur, multipliant les détails qui replacent l'autochtone dans son quotidien et lui restituent sa dignité, puisant dans ses observations européennes des éléments de comparaison qui l'amènent à conclure au scandale de la situation américaine24.

  • 25 GUERRA, François-Xavier. Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, (...)
  • 26 Selon l'expression (« el hacer útiles consumidores a unos vasallos perdidos ») de Malaspina, qui re (...)

26Il est évident qu'une prise de position aussi catégorique et éloquente en faveur d'une reconnaissance de la pleine humanité du secteur autochtone, même si elle s'inscrivait dans la dynamique réformatrice bourbonienne d'abolition des corps intermédiaires entre le monarque absolu et ses sujets25, et de transformation « de vassaux perdus » en « utiles consommateurs »26, ne pouvait que susciter l'indignation et renforcer l'hostilité d'une part importante de l'élite espagnole (européenne et créole), installée dans des privilèges dont elle ne voulait et ne pouvait reconnaître le caractère artificiel.

  • 27 Plusieurs témoignages sur la conduite et les réalisations de Rossi relèvent le caractère insolite d (...)
  • 28 Telle cette approbation sans réserve de « aquella precisa maxîma de Estado, de que combiene humilla (...)
  • 29 Même si ce texte se donne à lire comme la tentative désespérée d'un homme pour infléchir son destin (...)

27C'est sans doute l'intuition d'une position de ce type qui avait fait émettre au correspondant du comte Greppi, Carlo Barzoni, des réserves quant à l'avenir politique (ou tout simplement professionnel) de son compatriote, tempérament définitivement « trop libéral »27. Mais n'en concluons pas pour autant que Rossi n'est pas un homme d'ordre, soucieux du respect d'une hiérarchie au sommet de laquelle se trouve l'autorité incontestée du souverain. Les preuves abondent de son conservatisme à ce niveau28, et sa condamnation passionnée du ferment républicaniste (égalitaire) que constitue pour lui la franc-maçonnerie, va sans doute dans cette direction29.

Alejandro Ramírez, l’administrateur exemplaire

28Si le parcours de Rossi a été marqué par les chances et les désespoirs, par les réévaluations et les réinventions, Alejandro Ramírez y Blanco présente un cheminement plus linéaire et relativement analogue à celui d'autres brillants fonctionnaires des dernières années de l'ancien régime. À l'inverse de son collègue, et malgré les virulentes critiques qui rendirent particulièrement difficiles les derniers mois d'exercice de sa fonction administrative et expliquent en partie sa mort prématurée, il connut un indéniable succès dans sa carrière d'homme public, et fut l'objet d'une reconnaissance posthume immédiate et constante.

  • 30 VILLA-URRUTIA, Wenceslao Ramírez de Villa-Urrutia, Marqués de, Palique diplomático. Recuerdos de un (...)
  • 31 Selon les termes exacts de sa relation de mérites qui parle de « genio suave y pazifico buenas incl (...)
  • 32 Son premier protecteur, Manuel Méndez, était un prêtre rattaché à la cathédrale de Valladolid (MÉND (...)
  • 33 VILLA-URRUTIA, Wenceslao, op. cit, p. 21.
  • 34 Il publia ainsi à l'âge de quatorze ans des « Respuestas de Sanchico Panza a dos cartas », où il ma (...)

29Ramírez était né en 1777, dans le village d'Alaejos, diocèse de Valladolid, au sein d'une famille d'honnêtes laboureurs30. Les traits de caractère manifestés dès son jeune âge, un « tempérament doux et pacifique, de bonnes inclinations, une réserve peut-être extrême, une application au travail excessive, un talent pénétrant, et un esprit observateur sous un aspect grave »31, compensèrent la limitation des ressources économiques et sociales de la famille, en lui donnant accès à l'appui de mentors, grâce auxquels il put acquérir une bonne formation humaniste. Sans vocation pour la carrière ecclésiastique à laquelle il était destiné32, il trouva un emploi de copiste à la librairie d'Antonio Arribas à Madrid, puis de secrétaire du corregidor de letras d'Alcalá de Henares, le créole Jacobo de Villaurrutia, qui prit le jeune sous son aile, comme l'avait fait pour lui en son temps l'archevêque de Tolède, Francisco Antonio de Lorenzana. Outre ses fonctions administratives et judiciaires, Villaurrutia déployait une intense activité intellectuelle, collaborant avec son frère Antonio, au Correo de Madrid, o de los Ciegos (1786-1791), prestigieux journal « littéraire » à la publication et à la distribution duquel était d'ailleurs associé le libraire Arribas. Il tenait un salon (une « tertulia ») auquel participaient les figures les plus notables de l'Université d'Alcalá ainsi que les étudiants les plus prometteurs33. C'est dans cette ambiance idéologiquement libérale, que Ramírez se familiarisa avec les œuvres de Condillac, Locke, Feijoo, Campomanes, Jovellanos. Il s'initia à des travaux littéraires34, et poursuivit des études à l'université tout en travaillant comme secrétaire pour son protecteur.

  • 35 C'est à dire « agregado supernumerario de la Contaduría de rentas decimales » (MÉNDEZ M. Isidro, op (...)

30Il ne suivit pas initialement ce dernier lorsqu'en 1792 il fut nommé oidor à l'Audience du Guatemala. L'archevêque Lorenzana, qui continuait à veiller aux intérêts de l'administrateur créole, étendit son aide à Ramírez qui put ainsi compléter sa formation académique et entamer une carrière dans la bureaucratie, avec un poste d'assistant surnuméraire à la Cour des rentes décimales de la ville35.

  • 36 Son petit-fils Wenceslao fournit quelques détails d'une expérience qui, bien loin d'être exceptionn (...)

31S'il avait conçu des réticences devant le changement de vie et d'horizons que l'auditeur lui proposait, Ramírez les abandonna rapidement. Il avait dix-sept ans, et recevait sa licence d'embarquement pour l'Amérique, le 15 octobre 1794, deux jours après celle de Rossi y Rubí. Tandis que ce dernier prenait la voile en janvier pour son alcaldía mayor de Suchitepéquez, le jeune castillan quittait Cadix à la mi-mars 1795. Sans atteindre le caractère extrême des péripéties que connut le milanais, les circonstances du transport de Ramírez furent aussi difficiles qu'instructives, avec une escale à la Havane, où il se retrouva sans argent et dut vendre tous ses bagages, puis embarqué finalement sur un bâtiment de guerre pour le port de Trujillo, mettant plusieurs mois à rejoindre la capitale, dans des conditions plus que précaires36.

  • 37 AGI, Guatemala 882.
  • 38 Ramírez avait sans doute acquis en Espagne une connaissance passive ou rudimentaire de l'anglais et (...)
  • 39 Gazeta de Guatemala , t. V, numéro 194 (9-3-1801), p. 413.
  • 40 BERTRAND, Michel, « Poder, negocios y familia en Guatemala a principios del siglo XIX ». Historia m (...)
  • 41 CHANDLER, Dewitt, op. cit., p. 411.
  • 42 Dix-huit corbeilles de plantes vives et de semences, qu'il laissa aux bons soins de Juan Ortiz de L (...)

32Ce n'est qu'en mai 1796, soit plus d'un an après le départ de la péninsule, qu'il retrouvait finalement la résidence de Villaurrutia où l'attendaient officiellement les deux mêmes activités complémentaires qu'il avait réalisées pour lui à Alcalá : « la plume » et « l'éducation de ses enfants »37. Mais c'était en fait une véritable collaboration et une introduction dans les cercles administratifs que l'oidor avait prévues pour le jeune homme. Ce dernier occupa ainsi tout d'abord un emploi à la Contaduría de Consolidación, et au début de l'année 1797, il était nommé stagiaire (meritorio) à la Real Casa de la Moneda. À la même époque (concrètement, le 13 février) sortait le premier numéro d'une nouvelle série de la Gazeta de Guatemala, qui avait été élargie en fonction d'ambitieux objectifs énoncés dans un Prospectus publié peu de temps auparavant, et dont il allait assurer la coordination. Très vite aussi, soit le 24 février 1798, il était désigné comme Secrétaire du Real Consulado de Comercio de Guatemala. Si le poste l'amena à réorganiser les archives, à rédiger des règlements, à soutenir une abondante correspondance avec d'autres institutions analogues dans l'aire antillaise38, il lui permit aussi de consolider ses contacts avec les importantes maisons de commerce de la capitale. C'est ainsi qu'il fut choisi par l'un des plus dynamiques représentants de ce secteur, le navarrais Juan Bautista Irisarri, pour l'accompagner en qualité d'interprète lors des expéditions effectuées dans le contexte du réajustement de la politique commerciale hispanique face au blocus britannique du trafic transatlantique39. Effectivement, depuis novembre 1797, des licences permettaient de réaliser des échanges avec des puissances extérieures au conflit40, et Ramírez agit donc comme intermédiaire pour l'achat de bateaux et de marchandises41. Il voyagea ainsi des Antilles jusqu'à Philadelphie, et suivant aussi la pratique préconisée par les naturalistes de l'Expédition Botanique de Nouvelle Espagne, il recueillit des espèces végétales utiles, susceptibles d'être acclimatées en Amérique centrale42.

  • 43 BERTRAND, Michel, « Configurations sociales et jeux politiques aux confins de l'empire espagnol », (...)
  • 44 Dans cette condamnation il semble qu'ait joué un rôle important l'implication du capitaine général (...)
  • 45 « Concibo como sumo prejuicio a este Reyno exista dentro de la Capital y al lado de la casa y compa (...)

33Irisarri avait profité de la législation temporaire favorable au commerce avec les pays neutres, grâce à la protection intéressée du président Domás, et lorsqu'en 1799, le Conseil des Indes décida d'abroger les mesures autorisant ce trafic, il obtint du vieil administrateur une dérogation lui permettant d'écouler ses stocks43. Cette faveur souleva l'opposition de ses compétiteurs qui obtinrent la saisie des marchandises en transit. Au mois d'août, Domás faisait l'objet d'une « fulminante suspension »44, tandis que se déchaînait ouvertement un affrontement au sein du Consulat entre partisans et opposants du libre commerce. La participation de Ramírez à des activités qui frisaient (ou plus) l'illégalité, son maniement de plusieurs langues, son contact avec des livres et des interlocuteurs étrangers, ne manquèrent pas de susciter l'animosité des secteurs conservateurs de l'Audience, et tout particulièrement celle du régent Cerdán, qui ne tarda pas à partager ses soupçons avec ses supérieurs45.

  • 46 Comme celui qui l'unit à son mentor Jacobo de Villaurrutia.
  • 47 BERTRAND, Michel, « Poder, negocios y familia… », op. cit., p. 912.
  • 48 Pour une vue d'ensemble de ces tâches voir : GONZÁLEZ VALES, Luis E., « Alejandro Ramírez : la vida (...)
  • 49 « Resumen general de las familias de españoles y ladinos domiciliados en el Reyno de Guatemala, con (...)

34Le fait que les insinuations les plus pernicieuses et le scandale suscité par la collusion du Président Domás et du commerçant navarrais n'aient eu finalement aucun impact négatif sur sa carrière, est un témoignage de l'habileté politique de Ramírez, c'est-à-dire de son aptitude à se prévaloir de systèmes relationnels à la fois traditionnels (de type clientélaire, par exemple)46 et modernes (fondés sur les affinités idéologiques, intellectuelles etc.)47. Il poursuivit ainsi son ascension professionnelle et en 1802, se voyait conférer le secrétariat de la surintendance générale, poste où il allait travailler pendant dix ans auprès du nouveau Capitaine général et président de l'Audience, Antonio González Saravia. Fonctionnaire relativement dynamique et efficace, ce dernier lui manifesta une grande confiance en lui confiant de nombreuses commissions officielles, dont la rédaction de plusieurs règlements et édits48, et la publication en 1804 d'un important recensement49.

  • 50 Deux gazettes parues respectivement en 1729-1731 (Sebastián de Arévalo) et 1794-1796 (Ignacio Betet (...)

35Il a déjà été mentionné que, parallèlement à ses fonctions administratives, et en accord avec l'engagement que, sans doute depuis l'Espagne, il avait contracté avec Jacobo de Villaurrutia, Ramírez fut amené à exercer une activité complémentaire de celle de l'auditeur dans son projet de redressement de la situation intellectuelle et économique du royaume, dans la ligne des propositions de Campillo, Ward, Campomanes et Jovellanos. Pendant que Villaurrutia assumait la présidence de la Société Économique des Amis du Pays de Guatemala, qu'il avait fondée en 1795, son jeune collaborateur se chargea donc de l'édition de la Gazeta : conçue comme organe de diffusion des politiques éclairées que la Société s'attachait à défendre, et pouvant compter sur la participation de plusieurs de ses membres (le chanoine Antonio García Redondo, le frère José Antonio Goicoechea, le négociant Juan Bautista Irisarri lui-même), elle connut donc un virage notable, une « amplification », par rapport à la timide direction que lui avait donnée l'imprimeur Ignacio Beteta. Elle conservait le nom sous lequel avaient été publiés les deux séries antérieures50, mais le modèle était maintenant sans ambiguïté celui des « papiers littéraires » du siècle, dans la ligne du Correo de los Ciegos , auquel Villaurrutia avait collaboré ou, plus encore, du fait de sa préoccupation pour les réalités locales et concrètes, à l'image du Mercurio peruano.

  • 51 Comme nous l'avons vu, ses voyages commerciaux le maintinrent éloigné de la capitale à partir de 17 (...)
  • 52 Ramírez lui-même encouragea cette interprétation des choses, comme on peut le voir dans le message (...)

36Le succès de cette nouvelle série fut tel que la personne de Ramírez resta associée à la publication au delà de la période où il agit en tant qu'éditeur (1797-1799)51, et cette réputation dépassa les frontières du royaume52.

  • 53 BELAUBRE, Christophe, « Ramírez, Alejandro », Diccionario biográfico centroamericano, Boletín AFEHC(...)
  • 54 Il s'agit de María Josefa Ferrándiz, de Comayagua, dont il eut cinq enfants et qui mourut à Campech (...)
  • 55 Cette démission peut aussi s'interpréter comme une preuve de conservatisme, la manifestation de un (...)
  • 56 « Nunca he salido de mi patria que es todo el Imperio español » (Cit. in GONZÁLEZ VALES, Luis E., « (...)

37Durant son (relativement) long séjour au Guatemala, sa personnalité, autant que ses capacités intellectuelles furent unanimement appréciées dans la petite communauté d'ascendance espagnole qui monopolisait le pouvoir économique et politique. Aux élections à la Junte Suprême espagnole de 1809, suite à l'invasion de la péninsule par les troupes napoléoniennes, il fut élu comme représentant de Comayagua, Sonsonate, et Granada53. Cependant, malgré un parcours personnel qui aurait pu faire penser à un enracinement, une « criollización » concrétisée par son mariage avec une « dame du pays »54, son refus de participer au processus représentatif trahit sans doute une réticence à assumer le cas échéant la défense des intérêts américains55. « Ma patrie est tout l'Empire espagnol », dira-t-il plus tard56, réaffirmant une vision fondamentalement unitaire qui a été, sans nul doute, un moteur profond de ses actions.

  • 57 Briggs Kent, Jacquelyn, op. cit., p. 152, n. 34. Puig-Samper, Miguel Angel & Maldonado, J. Luis, op (...)

38C'est vers un autre coin de sa patrie que l'emmène une importante promotion obtenue en janvier 1812, tandis qu'il agissait comme secrétaire de José Bustamante y Guerra, successeur d'Antonio González Saravia. Nommé para la Junte de Cadix au poste d'intendant de Porto Rico comme récompense pour sa loyauté envers la Couronne espagnole et son succès dans la résolution des insurrections de San Salvador, León et Granada, il est très probable qu'il ait bénéficié de ses connexions avec les puissantes familles de négociants Aycinena et Irisarri, ainsi que de la recommandation de Ramón Power, député de l'île au Cortès57. Il arriva à sa destination le 11 février 1813, après un bref séjour à la Havane, qui lui permit de se familiariser avec les problèmes et des modèles d'administration propres à la situation antillaise.

39Avec une population encore réduite, bien qu'en croissance constante, la petite île se voyait limitée à une économie de subsistance et de contrebande, avec une dépendance totale de l'aide financière (« situado ») de Nouvelle Espagne. Elle avait vu sa situation géographique orienter de façon exclusive (c'est-à-dire défensive) la vocation qui lui était assignée dans la dynamique impériale. L'année 1813 allait marquer un tournant crucial : elle ne comptait plus seulement comme poste militaire, mais était enfin considérée comme espace susceptible d'atteindre une autonomie économique. La séparation des pouvoirs exécutifs (entre un gouverneur-capitaine général, et un intendant) s'imposait donc comme premier pas vers la diversification de ses activités.

  • 58 González Vales, Luis E., « Alejandro Ramírez y el periodismo », op. cit., p. 31.

40Lorsque Ramírez fut choisi pour le poste d'intendant, il ne possédait aucune expérience de haut niveau en direction administrative, mais jouissait, en revanche, d'une réputation d'intégrité et de fidélité à des principes, tels que la loyauté envers le centralisme péninsulaire et un idéal réformateur de type éclairé. Il arrivait aussi avec une réputation d'habileté politique et de tempérament étranger à la controverse. Qualités particulièrement appréciables dans une situation de tension prévisible du fait de la division de pouvoirs dont le gouverneur Salvador Meléndez Bruna avait bénéficié (pour ne pas dire abusé) amplement depuis sa nomination en 1809. Si la relation entre les deux chefs n'eut rien d'harmonieux, la majorité des observateurs, autant contemporains que postérieurs, s'accorde à souligner, que malgré sa courte durée, l'intendant obtint des résultats inespérés dans les circonstances, et posa les bases du développement économique de l'île58.

  • 59 Ibid., p. 40.
  • 60 La justemente fameuse « Carta de Jamaica » de Simón Bolívar fut publiée en 1818 dans les presses de (...)
  • 61 González Vales, Luis E., « Alejandro Ramírez y el periodismo », op. cit., p. 19.
  • 62 Ibid., pp. 19-20.
  • 63 Briggs Kent, Jacquelyn, op. cit., p. 142.
  • 64 Une ordonnance royale de 1811 chargeait le nouvel intendant de créer une Société économique et spéc (...)

41Il arrivait dans un contexte aigu de crise, provoquée par la discontinuation du situado mexicain et l'inflation résultante de l'émission indiscriminée de papier monnaie autorisée par le gouverneur Meléndez59. Étant donné l'horizon politique hostile à la monarchie espagnole que présentaient des territoires géographiquement très proches (le Vénézuela, en particulier), étant donné aussi la difficulté d'éviter la circulation des dénonciations du régime colonial espagnol provenant des Antilles britanniques60, il s'avérait urgent d'adopter une série de mesures pour assainir les finances publiques et rétablir la confiance dans la gestion des ressources fiscales61 ; il importait, en outre, de fomenter l'économie, et d'offrir des solutions pratiques aux problèmes matériels de l'île tout en favorisant la création d'images d'une communauté politique, historique, sociale, partagée et viable62. Pour atteindre ces objectifs, Ramírez fit appel à son expérience centre-américaine, utilisant par exemple le modèle du Consulat de commerce guatémaltèque pour créer un Junte du Trésor Royal63, rédigeant et publiant les statuts d'une Société Economique et fondant un journal pour la diffusion de ses idées et des programmes de réforme proposés64.

  • 65 « Prospecto de un diario de agricultura, Industria y Comercio de la Isla de Puerto-Rico », in Gonzá (...)
  • 66 Selon les termes du prospectus : « […] en esta Isla, […] la falta absoluta de establecimientos pùbl (...)
  • 67 « […] la Economía política […] es la [ciencia] que deseamos inculcar màs à nuestros lectores » (Ibi (...)
  • 68 González Vales, Luis E., « Alejandro Ramírez y el periodismo », op. cit., pp. 27, 31.

42Paraissant deux fois par semaine, entre mars 1814 et février 1815, le « Diario de agricultura, industria y comercio ou simplement Diario económico de Puerto-Rico »65, remplissait un objectif didactique, palliant explicitement « le manque absolu d'établissements publics »66. Étant le seul journal de l'île, il incluait des rubriques d'annonces officielles, de nouvelles étrangères ou des échos des luttes indépendantistes, avec de l'information sur les mouvements d'entrée et sortie des bateaux. Une part considérable était faite, cependant, à l'exposition de grands principes d'économie politique67, à des explications sur la situation monétaire du pays, ainsi qu'à des conseils pratiques portant en premier lieu sur l'agriculture68. Si, comme dans la majorité des journaux contemporains, la collaboration du public était sollicitée et rendue manifeste par la publication de diverses observations provenant de lecteurs locaux, un aspect tout à fait inédit du Diario est la stimulation qu'il opère de la conscience collective par le dévoilement minutieux des états de compte du Trésor.

43En arrivant dans les Antilles, Alejandro Ramírez avait renoué avec une expérience journalistique prometteuse au Guatemala. Mais ici, comme là-bas, la presse était clairement envisagée comme instrument au service de la divulgation d'un ensemble d'idées et de techniques, de la mise sur pied de programmes spécifiques de réformes. Comme au Guatemala, elle avait été conçue en tant que complément (porte-parole) d'une Société patriotique et subordonnée à l'obtention d'objectifs économiques et, en dernière instance, politiques.

  • 69 PUIG-SAMPER, Miguel Angel & MALDONADO, J.Luis, op. cit., p. 173.
  • 70 Ibid., p. 174.

44C'est un autre type de relation avec les périodiques qu'allaient lui offrir les circonstances de son nouveau poste, à Cuba, où il arriva le 3 juillet 1816, après sa nomination comme surintendant (« Superintendante general de Hacienda »), suite à la reconnaissance de l'efficacité de sa gestion à Porto Rico69. Dans une perspective de développement pour l'île et de service à la monarchie, et avec l'appui du gouverneur José de Cienfuegos entré en fonction en même temps que lui, Ramírez intervint dans de multiples domaines de la réalité cubaine : il relança ainsi les activités de la Société économique, dont il fut le directeur en 1818, 1820 et 1821 ; il promut la création de chaires, dont celle d'économie politique, contribua à fonder un Jardin botanique, un musée anatomique, une école de dessin ; il présida la réforme d'hôpitaux, la création d'écoles etc.70. Il disposait maintenant d'un champ d'action beaucoup plus large et de solides appuis politiques. Il bénéficiait aussi d'un climat affectif plus favorable, grâce à son mariage avec Mercedes de Villaurrutia, fille de son mentor, grâce aussi aux retrouvailles avec le frère de celle-ci, son ancien élève Wenceslao, pour lequel il obtint en 1817 le poste de Secrétaire du Consulat. Les différents séjours qu'il avait effectués sur l'île (en 1795, 1799 et 1812), lui avaient permis de nouer des amitiés, de forger des alliances, et de se familiariser avec les problèmes et les potentiels locaux. Une Société Économique était constituée depuis 1791, et elle avait réussi à maintenir des publications continues, telles que le Papel periódico, baptisé El Aviso après 1805, puis Diario en 1810. Ramírez insuffla de nouvelles énergies dans l'institution et prêta un soin tout particulier à ses Memorias.

  • 71 Voir JENSEN, Larry R., op. cit.

45Le panorama cubain présentait, cependant, une complexité à laquelle contribua beaucoup l'émergence d'une opinion particulièrement désireuse de se faire entendre. La liberté de presse décrétée par les Cortès et la Constitution de Cadix avait favorisé l'éclosion d'une quantité impressionnante de journaux71. Ces voix durent se taire à nouveau avec la restauration absolutiste de 1814, mais le triennat constitutionnaliste entamé en 1820 ouvrit à nouveau les écluses. Et, dans un retournement inattendu de situation, si l'on considère le rôle positif joué par Ramírez dans l'histoire de ce medium en Amérique, les opposants de l'orientation économique de l'intendant utilisèrent les publications périodiques pour le déstabiliser et le discréditer.

  • 72 PUIG-SAMPER, Miguel Angel & MALDONADO, J. Luis, op. cit., p. 175.
  • 73 Ibid., p. 176.
  • 74 Briggs Kent, Jacquelyn, op. cit., p. 296.

46En raison des problèmes de santé dont souffraient le capitaine général José Cienfuegos (1816-1819) et son successeur Juan Manuel Cagigal (1819-1821), Ramírez s'était révélé la véritable force administrative au gouvernement, ce qui fit de lui la cible des critiques et des animosités. Plusieurs secteurs, en effet, étaient menacés par les mesures adoptées au cours de son administration. D'un côté, répétant ce qui s'était passé au Guatemala, le programme orienté vers la libéralisation commerciale qu'il prônait entrait en conflit direct avec les intérêts des groupes de négociants péninsulaires représentants des intérêts monopolistiques de Cadix72. À cela s'ajoutait l'opposition d'un secteur religieux réactionnaire préoccupé par l'influence croissante de la franc-maçonnerie73, mode de sociabilité avec lequel Ramírez devait avoir des affinités depuis longtemps. Plus grave, encore, pour sa réputation, était l'effet pervers de la législation adoptée pour favoriser la colonisation blanche de l'île, et qui fit perdre à des milliers d'agriculteurs tout droit sur des terres qu'ils travaillaient depuis des générations, au bénéfice des grand propriétaires très présents au Consulat et dans les conseils municipaux (cabildos)74.

  • 75 PUIG-SAMPER, Miguel Angel & MALDONADO, J. Luis, op. cit., p. 176-177.
  • 76 Dans son Exposición […] al público de la Habana sobre imputaciones que le hace de haberse enriqueci (...)
  • 77 Briggs Kent, Jacquelyn., op. cit., p. 319-320.

47Avec le début de la seconde période constitutionnelle et la liberté de presse retrouvée, les critiques se multiplièrent donc, et se centrèrent sur l'alliance de l'intendant avec l'oligarchie sucrière. Les premières accusations, publiées dans le virulent El Tío Bartolo mirent en cause son intégrité dans la gestion de son mandat. D'autres journaux prirent la relève, organisèrent et diversifièrent les tirs. El Esquife arranchador, par exemple, publia en mars 1821 une pétition signée par six cents citoyens et demandant la déposition de Ramírez pour hostilité à la Constitution75. Cette dernière accusation, ainsi que celles de malversation, ne se révélèrent pas fondées76. Cependant, le mal allait s'avérer momentanément irréparable du fait surtout de l'absence de soutien de la part du nouveau capitaine général Mahy, et de l'intensification des critiques dues au succès d'une coalition de la presse77.

  • 78 Ses partisans ne manquèrent pas de brandir cette preuve ultime de son intégrité.

48Peu de temps après avoir reçu sa nomination comme « chef politique supérieur » du Guatemala, Ramírez mourut subitement (20 mai 1821), victime de la faiblesse de sa constitution physique, du travail excessif auquel il se soumettait et, bien sûr, du climat de discorde publique, qu'il n'avait pas réussi à maîtriser. Il avait 44 ans, et laissait une veuve et huit enfants de ses deux mariages, sans autres ressources qu'une souscription publique et la pension que Francisco de Arango y Parreño sollicita pour eux78. Il laissait aussi l'image d'un administrateur efficace, profondément dévoué aux obligations de sa charge et à la prospérité de l'île. Dans une période d'incertitude politique en Amérique, cet investissement profita largement à l'élite créole et solidifia les bases de sa loyauté envers l'Espagne.

  • 79 Ibid., pp. 322, 296.
  • 80 Ibid., p. 283; JENSEN, Larry R., op. cit, p. 53.
  • 81 Briggs Kent, Jacquelyn., op. cit., p. 9, pp. 304-305.

49Ramírez était fondamentalement un hombre de consensus, mais il se trouvait confronté à des principes et des intérêts profondément divergents, il était difficile que Ramírez ne laisse pas un héritage contradictoire. Il avait projeté de diversifier l'agriculture et de créer une classe de petits propriétaires, à partir d'une immigration blanche dans les régions les moins développées de l'île79. La réalité qui s'imposa fut au contraire celle d'une richesse associée au café, au tabac, et surtout au sucre, avec pour conséquence que son administration connut la plus grande expansion de la traite de l'histoire de Cuba en dépit des pressions britanniques pour son abolition80. Il avait manifesté une indéfectible loyauté envers la Monarchie espagnole, mais son appui constant à l'application de mesures favorables au libre commerce ouvrit les marchés cubains aux bateaux et aux entrepreneurs états-uniens, préparant le terrain pour de futures interventions de la république du nord81.

Simón Bergaño, le trickster

  • 82 Il est souvent désigné dans les documents administratifs par l'un ou l'autre de ces patronymes. Nou (...)
  • 83 La conscience que Bergaño lui-même a dû avoir de cette dimension de sa personnalité lui fait adopte (...)
  • 84 Voir PENCAK, William, « Benjamin Franklin: the Many Faces of an American Revolutionary », in R. Wil (...)

50Avec Simón Bergaño y Villegas82, on aborde un monde et une tonalité tout à fait différente, loin de l'héroïcité romantique d'un Rossi ou de la dignité cérébrale d'un Ramírez. Au delà de l'évidente dimension picaresque du personnage83, c'est plus généralement la figure du trickster qu'il faut convoquer à son sujet, ce héros traditionnel qui satirise les conventions de la culture, dans les marges de laquelle, et pour le bénéfice de laquelle, au bout du compte, il se risque à jouer, sur un mode souvent proche de la bouffonnerie84.

  • 85 Martínez Peláez, Severo, La patria del criollo, México, Fondo de Cultura Económica, 2006, p. 261.
  • 86 « Uno de los más esclarecidos precursores de la independencia nacional » est une forme habituelle d (...)

51Arrivé sans doute au début de l'année 1800 dans la capitale centre-américaine, Bergaño va rapidement s'investir dans la Gazeta et en assurer la coordination jusqu'en octobre 1808. De son origine sociale et géographique, au contraire des deux journalistes évoqués antérieurement, on sait peu de choses. Le personnage a pu ainsi être récupéré, dans une perspective nationaliste, comme figure de résistance au « cadre rigide et mesquin de la décadence coloniale »85, et comme précurseur de l'indépendance86. Le portrait que permettent de reconstituer les documents émanant de ses démêlés avec les autorités administratives et politiques, une amorce d'enquête du Saint Office et quelques confessions autobiographiques, présente des traits plus complexes.

  • 87 « Yo tenía ya 14 años y me bañaba en Asturias con muchachas de esta misma edad », écrit-il dans son (...)
  • 88 « Concedo libre y seguro pasaporte a Dn Jose Ximenez Capitan del Regimiento de Infanteria de Zamora (...)
  • 89 Dans le dossier d'enregistrement et permis d'embarquement pour les Indes, Villaurrutia insiste ains (...)
  • 90 « Una misma escuela servía para los dos sexôs : no habia division, ni era necesaria. » (Manifiesto, (...)
  • 91 Le nombre des références et des citations latines est particulièrement notable dans le Manifiesto o (...)

52Originaire des Asturies87, et probablement même du « concejo » de Carreño, comme semble l'indiquer le nom sous lequel il arrive en Amérique en qualité de serviteur88, il est issu d'un milieu social sans doute équivalent à celui d'Alejandro Ramírez, quoique peut-être moins modeste que ne le suggère sa condition déclarée de « criado ». Les restrictions d'immigration, aujourd'hui comme hier, requièrent souvent de masquer les véritables aptitudes et projets pour fins d'obtention de permis89. Il a certes effectué ses premières études à l'école publique90, mais la qualité de sa formation attestée par son écriture et par le nombre de ses références classiques91 est, à première vue, incompatible avec une appartenance de départ à un milieu très humble.

  • 92 Par l'archevêque du Guatemala Luis Peñalver y Cárdenas : « El Redactor actual de la Gazeta, se dice (...)
  • 93 « sé quien es el principal Autor de esta obra… es un muchacho desconocido » (1793, t. VII, numéro 2 (...)

53Quoi qu'il en soit, la caractérisation « d'origine inconnue » lui est appliquée92, comme elle l'avait été à Lima à l'aristocrate Rossi y Rubi93, ce qui souligne l'importance de réseaux familiaux denses et actifs dans un univers où la valorisation de l'individu dépend encore essentiellement de sa filiation.

  • 94 Ses collègues s'accordent à noter le « desenfreno con que Bergaño se produce, provoca[ndolos] con s (...)
  • 95 AGCA A4.1, Legajo 1, Expediente 6.

54Tempérament combatif et impatient, se jouant des frontières entre les registres et les classes (comme dans ses écrits périodiques, il le fera des convention sociales, voire des tabous), Bergaño peut allier le raffinement et la perspicacité de la pensée avec, dans ses rapports professionnels, la grossièreté de l'expression qui fuse94. Les lieux de sociabilité qu'il fréquente sont aussi bien la demeure de l'humble employé de boutique, que celle du puissant conseiller municipal (regidor)95.

  • 96 Quoi qu'en dise, par exemple, Severo MARTÍNEZ PELAEZ, « Simón Bergaño Villegas, periodista prócer » (...)
  • 97 AGCA B2.7, Legajo 31, Expediente 771.

55Une caractéristique physique a frappé les esprits parce qu'elle a lui valu plus tard un traitement judiciaire particulier : Bergaño se déplace avec des béquilles. Il ne s'agit pas d'un problème qui remonte à l'enfance96, mais des séquelles d'une prosaïque chute d'un arbre, dans la ville d'Escuintla, qui lui a brisé les os des jambes ou du bassin et produit des fistules qui ne guérissent pas97.

  • 98 L'entrée en matière est caractéristique de la distance moqueuse prisée par notre journaliste : « Si (...)
  • 99 AGCA A1.19, Legajo 344, Expediente 7208.

56Si en dehors de la date d'émission du passeport (fin décembre 1799), on ne dispose pas de repères permettant de cerner l'entrée de Bergaño sur la scène guatémaltèque, le ton légèrement irrévérencieux du prologue au Tome V (2 mars 1801) de la Gazeta de Guatemala et la mention qui y est faite de négociations avec un pouvoir en place sont la marque que notre personnage est maintenant en charge de la coordination du projet98. Parallèlement à cette activité, dont on ne sait pas si, et combien de temps, elle aura été exclusive, et quelle source de revenu elle représente, il est engagé en 1804, sur la recommandation d'Alejandro Ramírez, comme employé aux écritures du Secrétariat de la Présidence de l'Audience : il doit dresser un index général des ordonnances et décrets royaux depuis 1751, et après les six mois initiaux prévus, conserve le poste en raison de l'ampleur de la tâche99.

  • 100 « […] el Presidente se asustó ! Yo le penetré en el semblante […] » confie Bergaño à son correspond (...)
  • 101 « El tropel de la gente, los vivas, los cohetes, las cámaras y bombas que se iban acercando, infund (...)
  • 102 Manifestant des réflexes analogues à ceux de journalistes modernes, il semble avoir mené sa propre (...)

57Comme on le sait, les événements de mai 1808 en Espagne vont déchaîner un processus de questionnement de la légitimité du pouvoir exercé tant par le prétendant français au trône, que par le souverain Bourbon ou par les gouverneurs des possessions d'outremer. Inévitablement des débats surgissent où se manifestent l'existence de divisions entre les Espagnols et la montée d'un « parti américain ». Différents moments forts d'exaltation collective mettent aussi à nu la fragilité de l'ordre politique et la force de la volonté publique : en Nouvelle Espagne où le vice-roi Iturrigaray est déposé, mais aussi, quoique de façon moins dramatique, au Guatemala. C'est ainsi que le 14 septembre, à l'occasion de l'anniversaire de Ferdinand VII a lieu une manifestation d'appui populaire au souverain exilé. Organisée en secret par un groupe de dix-huit personnes (dont Bergaño), une mise en scène festive à l'échelle de la ville a pour objectif d'exprimer, et de renforcer, la loyauté des habitants à l'égard de la couronne. Dans la correspondance privée que notre journaliste adresse à un résident de Mexico, son ami le poète Ramón Quintana del Azebo, et où il relate les événements, deux aspects apparaissent clairement : d'une part le contentieux entre lui et le Président González, et d'autre part, la conscience qu'a ce dernier du potentiel subversif d'un tel acte100. Le 18 octobre, à l'annonce erronée du soulèvement de la France, de la mort de Napoléon et de Godoy, les célébrations, spontanées cette fois, reprennent. Et la perception qu'a le capitaine général de la réalité d'une menace se fait de plus en plus tangible101. Le 23 octobre, dans la nuit, Bergaño est arrêté à son domicile. Les choses vont aller très vite ensuite : interrogé à la prison dès le lendemain, il rapporte les rumeurs du mécontentement que suscite le caractère de González102, celles de possibles complots ; il cite quelque noms, mettant notamment en cause plusieurs notables créoles, membres du cabildo, dont le regidor José María Peinado et son collègue Antonio Juarros.

  • 103 AGCA, A4.1, Legajo 1, Expedientes 6, 20.
  • 104 AGCA, B2.7, Legajo 31, Expediente 779.

58Déjà, le comportement imprudent et peu mesuré du journaliste avait suscité des animosités et provoqué deux enquêtes le concernant personnellement : l'une, à son insu, auprès du Saint Office103, et l'autre, administrative, à sa propre demande104. Plus grave, la liberté de ton qu'il avait adoptée dans la Gazeta et, tout dernièrement, le rôle qu'il avait joué lors des célébrations de septembre, où il avait canalisé les émotions de la foule par des compositions poétiques spontanées, le désignaient à l'attention de l'Audience et de son président, Antonio González. Qu'il ait nourri à l'égard de la propre fille de ce dernier des sentiments amoureux, à un moment sans doute réciproques, aggravait aussi son cas. Peu importait, au fond, son attachement à la cause loyaliste, dont sa correspondance privée ne permet pas de douter. Face à de puissants notables créoles, jaloux de privilèges servis par le système politique en place et donc susceptibles d'entrer dans un jeu de négociations et d'ententes, un personnage imprévisible tel que Bergaño ne faisait pas le poids. La faiblesse de son réseau relationnel le désignait aussi comme un parfait bouc émissaire.

59Son inculpation fut immédiate : pour délit de sédition. Son châtiment : la déportation en Espagne. Deux jours après, il prenait le chemin de la côte afin d'être conduit à Cuba, d'où il serait transporté dans la péninsule. Après six mois passés au château d'Omoa, il arrivait sur l'île pour y être hospitalisé. Il y resterait près de dix ans, les tentatives réitérées de le renvoyer en Espagne ayant été bloquées par son état de santé.

  • 105 Jensen, Larry R., op. cit., p. 35.

60C'est dans cette situation ambiguë (de criminel hors des murs de la prison105, de grand malade multipliant les activités), qu'allait se dérouler la deuxième étape des activités journalistiques de Bergaño.

  • 106 Ibid., p. 32.

61Celles-ci seront très marquées par les péripéties de la politique péninsulaire avec sa première période de révolution et de liberté de la presse (1810-1814), suivie de la restauration absolutiste et d'une répression. Elles le seront aussi par les événements locaux, où des menaces de rébellion abolitionniste comme celle de José Antonio Aponte (1812) font craindre le pire de la libre circulation d'écrits émanents de personnages aussi éloquents et combatifs qu'un Simón Bergaño y Villegas. Les énormes contraintes liées à sa santé et à son statut ne l'ont pas empêché, en effet, de dominer la presse cubaine entre 1811 et 1814106. Il fonde et anime ainsi plusieurs journaux : le Patriota americano (janvier 1811 à décembre 1812), en collaboration avec José del Castillo et Nicolás Ruiz ; le Correo de las damas (du 16 mars jusqu'à son interdiction en novembre 1811), avec Joaquín José García ; le Diario cívico (fondé en septembre 1812) ; El esquife (du 1er septembre 1813 au 30 juin 1814).

  • 107 Voir JENSEN, Larry R., op. cit., p. 35.
  • 108 Alors archevêque du Guatemala, il avait notamment protesté contre l'insertion dans la Gazeta d'un r (...)
  • 109 De ce point de vue, l'inclusion d'« Hermafroditas » avait ouvert aux femmes la voie d'une connaissa (...)
  • 110 Dans ce cas précis, le Manifiesto (i.).
  • 111 Ibid. p. 4.
  • 112 Ibid. p. 28.

62Le tempérament critique et extraverti qu'il avait manifesté au Guatemala l'implique dans des controverses, suscite l'hostilité d'autres éditeurs, qui rendent publique sa condition criminelle107. Il est traité comme une menace par les représentants du pouvoir politique (les capitaines généraux Domeruelos et, à partir d'avril 1812, Juan Ruiz de Apodaca), autant qu'ecclésiastique : continuant dans la ligne de son collègue, le cubain Luis Peñalver y Cárdenas108 , l'évêque de la Havane Juan José Díaz de Espada réagit violemment à la publication d'un article du Correo de las Damas, le « Rasgo filosófico de Dorila » dont il perçoit qu'il porte atteinte à des fondements du patriarcat109. Bergaño répond alors avec les seules armes dont il dispose110, faisant appel au tribunal de l'opinion publique, celui des « hommes sages et justes »111, de l' « illustre et généreux peuple de la Havane »112.

  • 113 Larry R. Jensen mentionne les démarches du magistrat Leonardo del Monte (ob. cit., p. 46.)
  • 114 Telle la demande d'admission à la La Sociedad de Amigos del Pais de La Habana défendue pas son cens (...)
  • 115 17 novembre 1812. AGCA, B2.7, Legajo 31, Expediente 778.
  • 116 JENSEN, Larry L., op. cit., p. 47.
  • 117 AGCA B2.7, Legajo 31, Expediente 778 et A3.1, Legajo 18, Expediente 380.

63Cette générosité a eu l'occasion de se manifester lors de son séjour cubain. Des aides matérielles lui ont été offertes pour soulager sa misère, pour lutter contre les mesures de déportation113 , pour faciliter sa réhabilitation sociale et professionnelle114. Après que la demande de pardon, prévue pour des cas analogues par les Cortès de Cadix, lui ait été refusée115, il s'était retiré à la campagne au début du mois de février 1814116. On le retrouve et on le réemprisonne, lui interdisant toute communication ou permission pour écrire117.

  • 118 LÓPEZ PRIETO, Antonio, « Introducción. La poesía en Cuba », in Parnaso Cubano. Colección de poesías (...)
  • 119 AGCA, A3.1, Legajo 18, Expediente 380. Notons, cependant, qu'en 1819 il est encore désigné comme «  (...)
  • 120 MARTÍNEZ PELÁEZ, Severo, ob. cit., p. 107.

64Bergaño avait dédié à Alejandro Ramírez, alors intendant à Porto Rico, le poème El Desengaño ó sea despedida de la Corte y elogio de la vida del campo (1814)118. En 1816 il sera mis en liberté, probablement sur intervention de ce dernier, qui est parfaitement au courant des circonstances de sa détention initiale de Bergaño et dispose à Madrid d'appuis considérables119. S'il est couramment admis qu'il meurt à Cuba en 1828, il semble plutôt que, la même année, il ait rejoint la Péninsule, d'où il n'aurait plus pu repartir vers la Havane, tel qu'il en avait le désir120.

  • 121 Voir pour cette section : WOLD, Ruth, El Diario de México, primer cotidiano de Nueva España, Madrid (...)
  • 122 Telles que cette ode A las delicias de México : « […] Pastores ingeniosos/seguid, seguid cantando/ (...)
  • 123 Mariée en 1811 avec l'Auditeur de guerre Joaquín de Ibáñez (Fernández Hernández, Bernabé, El Reino (...)

65A la différence de José Rossi y Rubí et d'Alejandro Ramírez, largement impliqués dans leur milieu du fait de leur statut et leur rôle d'administrateurs, la carrière de Simón Bergaño s'est rattachée à des modes de sociabilités proprement littéraires, sans prétention à un effet immédiatement concret sur la réalité. C'est surtout vrai, sans doute, de l'épisode centre-américain de sa carrière où ses interlocuteurs privilégiés ont été associés à la Arcadia mexicana121. Inspirée par l'Académie des arcades de Rome (1690), cette dynamique société, fondée sans doute autour de 1805, regroupait des poètes résidant majoritairement dans la capitale de Nouvelle Espagne et cultivant une esthétique pastorale. Elle utilisait le Diario de México (dont nous avons vu qu'il avait été fondé par J. de Villaurrutia) comme canal de diffusion de leur production et ce sont au moins trois de ses membres dont la correspondance personnelle avec notre journaliste a été retrouvée lors de l'enquête qui suivit son arrestation : Ramón Quintana del Azebo, Pelayo Suárez et Agustín Pomposo Fernández de San Salvador. La Arcadia offrit sans nulle doute à notre personnage le refuge imaginaire d'un monde où primait l'amitié et le culte de l'art. Si Bergaño continua à publier dans le Diario de México lors de son exil cubain, le plus gros de sa collaboration se centre pendant les années 1807-1808, et comporte une série de compositions, dédiées à « Cintia »122, dont nous parle aussi sa correspondance. Compte tenu du contexte, la référence mythologique se décode facilement : autre nom de la déesse Artemis, et donc fille de Zeus, Cintia est réputée s'abstenir de tout commerce sexuel avec les hommes. L'analogie avec la situation présente n'entache donc pas l'honneur de María del Carmen, la fille du capitaine général Antonio González123, mais ne met pas pour autant son auteur à l'abri des foudres parentales.

  • 124 Il emploie aussi le mot « philosophe » comme synonyme (Manifiesto, op. cit., p. 32).
  • 125 « Ten presente la suerte de los escritores. Consulta su triste historia, que es, como decia Ciceron (...)
  • 126 Ibid., p. 29.
  • 127 « […] y en fin, mírame a mí, que por haber aspirado con una noble emulacion a seguir sus huellas, h (...)
  • 128 « Su profesion, aunque util al publico, es la mas expuesta. » (Ibid., p. 30).

66Plus tard, à Cuba, son propre statut de proscrit et les événements qui agitent la monarchie hispanique confèrent une dimension plus ambitieuse et plus urgente à son activité de publication. Il se conçoit alors avant tout comme « écrivain »124, et trouve un réconfort dans la considération d'une longue et prestigieuse lignée de prédécesseurs125 : Confucius, Zoroastre, Homère, Pitagore, Socrate, Sénèque, Ovide, Cicéron, Le Tasse, Garcilaso, Camões, Ercilla, Cervantès, Milton, Pope, Quevedo, Fray Luis de León, Meléndez Valdés, le « grand Jovellanos, enfermé soit dans une cellule, soit dans un château »126, sans parler de celui dont il lui faut taire le nom mais dont la sensibilité et les perspectives imprègnent tout particulièrement le Manifiesto, Jean-Jacques Rousseau. Comme lui, ces hommes auxquels il n'a pas de fausse honte à se comparer127, ont encouru les peines et les persécutions liées à l'exercice d'une « profession » utile mais dangereuse128.

Observations finales

  • 129 Le Chili et le Vénézuela, par exemple, n'y auront pas accès avant le XIXe siècle.

67Avec Rossi, autant que Ramírez et Bergaño, nous avons affaire à des personnalités remarquables qui ont mené à bien des projets ancrés dans une volonté de revitalisation de leur espace de résidence, tout en maintenant un regard au-delà de cet espace et de leur temps. Pour eux comme pour d'autres journalistes en Amérique, les obstacles ont pourtant été considérables. À commencer par l'insuffisance des ressources : la mauvaise qualité des presses, lorsqu'elles existaient129 ; la limitation et le coût du papier qu'il fallait importer d'Espagne et dont l'approvisionnement souffrait des aléas du trafic transatlantique ; les distances et le manque de routes qui rendaient l'accès à l'information et sa communication particulièrement longues et difficiles ; sans parler de l'extrême exiguïté des marchés de lecteurs.

68Dans ce contexte, pour les trois personnages considérés, le journalisme n'a pas (ou très difficilement) été exercé comme activité professionnelle exclusive. Il s'est agi, souvent, d'une tâche complémentaire à l'exercice d'une fonction administrative, et préalable à une action directe sur la réalité : comme relais, par exemple, dans la diffusion de mesures gouvernementales inspirées d'économistes tels que Campomanes, Ward ou Jovellanos.

69Ce qui est vrai pour la production de Ramírez et sa politique éditoriale, l'est moins, bien sûr, dans le cas de Bergaño, pour qui le journalisme semble répondre à une véritable vocation. Le parcours des uns et des autres a de toute façon été marqué par les contradictions et la marge infime de manœuvre avec laquelle ils ont dû composer. Si les risques pris (le pari sur la modernité) leur a donné accès à une forme de postérité, leur survie matérielle a dépendu étroitement de leur capacité d'accommodement au cadre confiné, résolument non moderne de leurs actions et de leur prise de parole. Un facteur crucial de cette survie aura été notamment leur aptitude ou difficulté à intégrer des réseaux relationnels forts, de type familial en particulier.

  • 130 Échec matérialisé par la condamnation et l'exil pour Bergaño, par le confinement à des postes périp (...)
  • 131 Angulo Morales, Alberto, Eugenio de Llaguno y Amirola (1724-1799) : una figura emblemática en la di (...)

70En effet, si une bonne part de l'échec du projet vital de Rossi et Bergaño130 peut être imputé à un manque de prudence dans leur prise de parole, leur incapacité à surmonter un statut de « muchacho desconocido » (sans origine connue) aura joué un rôle primordial. Dans un monde qui ne fait pas encore de distinction nette entre la sphère publique et la privée, entre le bien public et les intérêts personnels, l'accès à la reconnaissance sociale et, en particulier, l'intégration dans l'appareil bureaucratique, source de pouvoir et de stabilité financière, font jouer à plein des mécanismes tels que la famille, l'amitié, la clientèle, le partage d'un même origine géographique (« paisanaje »)131.

71Le mentor (père de substitution) joue ainsi un rôle clef. Villaurrutia l'avait été pour Ramírez, comme auparavant l'archevêque Lorenzana pour lui, et comme le surintendant de Cuba le serait pour le jeune Wenceslao. Pour en avoir profité à Cadix, puis à Lima, Rossi était de toute évidence très conscient de ce phénomène et, une fois rendu au Guatemala, il avait tenté de jouer à nouveau la carte de la protection de Malaspina. La condamnation de ce dernier allait être un gros coup pour sa carrière, et signifiait de plus l'inutilité, pour ne pas dire la nocivité du réseau italien.

  • 132 AGI Lim 951, numéro 63.
  • 133 Archivo arzobispal, Lima, Pliego matrimonial nº 9 (août 1788). Le mariage eut lieu in articulo mort (...)
  • 134 Voir note numéro 44.

72Pièce clef de l'univers familial et des possibilités d'alliances, la femme se révélait un des maillons les plus forts du processus. Si Ramírez, plus tard, s'était uni à la fille de son mentor, renforçant ainsi la tendance fortement endogamique et solidaire de la famille Villaurrutia, il avait épousé en premières noces une « dame du pays ». Rossi avait eu le même type d'opportunité à Lima. Son union avec la fille du gouverneur de Tarma et Arica, si elle allait indéniablement faciliter sa naturalisation132, s'avéra peut-être plus problématique qu'il n'y paraît et elle ne semble pas lui avoir donné accès à de solides appuis dans la capitale vice-royale : la jeune femme était elle-même orpheline et elle mourut prématurément, non pas en couches, tel que le relate la version officielle des faits, mais plusieurs mois après la naissance d'un enfant conçu hors mariage133. Si une telle situation ne causait pas nécessairement de scandale dans les sociétés d'ancien régime, l'insistance de Rossi à la cacher, en jouant notamment avec les dates, semble bien trahir la conscience d'une transgression. Son projet d'union avec la fille du président Domás se solda ensuite par une crise, dont le caractère peu approprié à la dignité de sa charge précipita la destitution du vieil administrateur. Et, à la lumière des événements (dont la plainte non fondée du père Aguilar, relayée à Madrid) qui abrégèrent son administration du Suchitepéquez, il est difficile de ne pas imaginer combien sa carrière et son destin auraient été différents si la promesse de mariage avait été tenue134.

73Bergaño, lui-même, tenta d'entrer dans la dynamique des alliances matrimoniales et jeta son dévolu sur la fille du Président González Saravia, avec les conséquences funestes dont nous avons parlé plus haut.

  • 135 AGI, Estado 48, Nº 26.

74À côté de réseaux traditionnels de ce type, le succès professionnel (ou même, tout simplement, la survie) dépendait de la capacité à susciter des solidarités dans des secteurs influents de la société. Comme le prouve l'étendue de sa collaboration avec le Diario de México au delà de son bannissement, les interlocuteurs les plus fidèles de Bergaño semblent avoir été les membres de la Arcadia Mexicana, société d'amants des belles lettres : parmi eux, on retrouve l'avocat Agustín Pomposo de San Salvador, à plusieurs reprises recteur de l'Université de Mexico, et le cordonnier Ramón Quintana del Azebo, qui même s'ils jouissaient, à des titres divers, de l'estime de la communauté d'ascendance espagnole, ne devaient pas disposer d'un capital relationnel susceptible d'infléchir le cours d'une carrière administrative ou d'une décision pénale. Dans un autre registre associatif, la question se pose des relations avec la franc-maçonnerie. Pour ce qui est de Rossi, on ne connaîtra sans doute jamais la part jouée dans son destin administratif par la violente dénonciation de la « fraternité », et la délation d'officiers espagnols qui, au cours de leur détention dans le Guaricó en 1795, semblaient y avoir adhérer135. La reconnaissance de l'œuvre du jeune Ramírez par la American Philosophical Society, même si elle ne constitue pas la preuve de son affiliation à la franc-maçonnerie, traduit bien en revanche sa capacité à intégrer des réseaux de sociabilité dont le maillage dépasse largement le cadre local.

75José Rossi y Rubi, aussi bien qu'Alejandro Ramírez et Simón Bergaño, ont joué un rôle fondamental dans l'histoire de la presse écrite de langue espagnole. Ils ont dû pour cela, livrer des batailles, qui, si elles ont été douloureuses, n'auront tout de même pas été dérisoires. Leurs écrits ont circulé, au delà du domaine géographique très marginal où ils ont été produits, et au delà du temps : ils ont été lus et, espérons-le, continueront de l'être.

Haut de page

Notes

1 Je parle évidemment d'une Amérique où, vers 1790, les prétentions territoriales espagnoles allaient du Sud de l'Alaska jusqu'à la Terre de Feu.

2 Le journaliste mexicain José Antonio de Alzate est sans doute l'exemple le plus spectaculaire de cette prise de position.

3 « Se trata pues de dar interès à este papel para que tenga lectores ; nò precisamente un interes parcial ò transeunte, sino un interés de humanidad, que sea grato a los amantes del bien de cualquiera pais, y de cualquier tiempo », promet le Prospectus de la Gazeta de Guatemala en 1797, et l'on pourrait multiplier les exemples de ce type d'ambition.

4 Grâce notamment au processus de digitalisation et de mise en ligne des séries : le Mercurio peruano, par la Biblioteca virtual Miguel de Cervantes et la Gazeta de México, par la Hemeroteca digital de la Biblioteca Nacional, pour ne citer que deux remarquables initiatives espagnoles.

5 La demande de naturalisation du jeune homme résume ainsi son parcours inicial : « […] el año de 1765 nació en la ciudad de Milan de Padres nobles, así en su ascendencia directa, como en todas sus ramas laterales. Despues de haber hecho sus primeros estudios con un Ayo doméstico, los continuó en el Colegio de Nobles cinco años ; y en el de 1781 pasó a la Universidad de Pavía, en donde coronó su Carrera literaria con los Actos de estilo. En d[ic]ho año de 81 el Sup[lican]te perdió á su Padre : pasó a Cadiz á la sombra // de un Pariente suyo, se estableció en su Casa, y en ella se mantubo hasta mediados de 1785. En Agosto del mismo hizo apunte á sus negocios el Pariente del Sup[lican]te ; y este se vió obligado á tomar otro partido. » (Archivo General de Indias, Séville (AGI), Lima 951).

6 MANFREDI, Dario, Il viaggio attorno al mondo di Malaspina con la fregata di S.M.C. « Astrea ». 1786-1788, La Spezia, Accademia lunigianese di scienze « Giovanni Capellini », 1988.

7 MANFREDI, Dario, Alessandro Malaspina e Fabio Ala Ponzone. Lettere dal Vecchio e Nuovo Mundo (1788-1803), Bologna, Il Mulino, 1999, p. 233.

8 Mercurio peruano, t. I, num. 7 (23-01-1791), p. 49-50.

9 Ibid., p. 50. Voir aussi : POUPENEY HART, Catherine, « Prensa e ilustración : José Rossi y Rubí, del Mercurio peruano a la Gaceta de Guatemala », in Istmo. Revista virtual de estudios literarios y culturales centroamericanos, numéro 13 (2006), http://www.denison.edu/collaborations/istmo/n13/proyectos/prensa.html

10 CLEMENT, Jean-Pierre, « Aproximación al Diario de Lima (1790-1793) y a Jaime Bausate y Mesa, su autor », El Argonauta Español, numéro 3 (2006), http://argonauta.imageson.org/document82.html

11 Ses bilans administratifs évoquent ainsi « sus empleos de oficial mayor de la contaduria de Propios de Lima, reforma y arreglo de la Caxa R[ea]l de Pasco, […] visitador y Juez pesquisidor de las caxas r[eale]s, Administraciones, contadurias y factorias de 17 Provin[cia]s y diez minerales » (AGI, Guatemala 515, 294).

12 BURKHOLDER, Mark A., Politics of a Colonial Career. José Baquíjano and the Audiencia of Lima, Wilmington, Delaware, Scholarly Resources, 1990.

13 En français dans le texte. MANFREDI, Dario, Alessandro Malaspina e Fabio Ala Ponzone, op. cit., pp. 321-322.

14 « […] Il sig. Rossi y Rubí mi scrive da Madrid d'aver conseguito il correggimiento de San Antonio de Puchitepeque nella provincia di Guatemala, che sollecitava ; dubito che saprà profittarne per fare la sua sorte, perchè mi pare di genio troppo liberale […] » (Ibid, pp. 321-322).

15 POUPENEY HART, Catherine, op. cit.

16 « Apuntamientos de D. J. R. y R. escritos en el año de 1800 », Gazeta de Guatemala, t. VII, numéro 295 (14-03-1803), pp. 54-56.

17 Archivo General de Centroamérica, Guatemala (AGCA), A I, Legajo 2814, Expediente 24818 (février 1799).

18 Le très expérimenté et ferme fiscal Diego Piloña.

19 Gazeta de Guatemala, t. VII, numéro 292, p. 1.

20 Nouvelle complication : à sa mission de peuplement, s'ajoute l'instruction d'un dossier qui oppose âprement, dans une querelle de juridiction, l'intendant du Honduras, Ramón de Anguiano, et le capitaine général du Guatemala, Antonio González Saravia, et qui met en cause le ministre du trésor (« ministro principal de Real Hacienda ») pour le port de Trujillo, Juan Ortiz de Letona. Il est difficile de mesurer quel impact a pu avoir sur ses réseaux de solidarité, et donc, sur son avenir professionnel la position critique que notre personnage a été amené à adopter à l'égard de ce membre très actif de la Société économique (dont la Gazeta est l'organe de diffusion des projets).

21 « Ya que S. M. se dignó en octubre de 1794 concederme el honor de llevar el uniforme de Comisario de Guerra, me considero en un escalon inmediato al honor y grado de Coronel, que solicito ; y tambien como Alcalde-Mayor, solo disto un Escalón de Gobernador Intendente. Nada de esto alcanzaré, si V[uestra] Ex[celenci]a no me ampara. D[o]n Ambrosio Cerdán, Regente de esta R[ea]l Audiencia, ayudado de unos talentos sutilísimos, de su mucho caudal, y de la suma ancianidad del S[eñ]or Presidente Domás, está gobernando à todo este Reyno con un despotismo inaudito. Este dicho S[eñ]or Cerdan no me puede ver, sin saber yo el porqué : no tira mas que à arruinarme, rebajando mis meritos, ajando mi persona y empleo, y martirizando mi pobre espiritu ; hasta el extremo de haberme despoxar de los Papeles y Documentos que tenia de mis ultimas comisiones. […] / Dígnese V[uestra] Ex[celenci]a sacarme de este Reyno, y de las garras de un enemigo tan fuerte, dandome en otro Reyno el destino que imploro, o el que fuese del agrado de V[uestra] Ex[celenci]a. » (AGI, Guatemala 515, numéro 4).

22 « Por carta de un amigo hemos tenido la placentera noticia de que D. José Rosi y Rubí Alcalde mayor de la Provincia de S. Antonio Suchitepeques habia salido de aquella cabezera con el importante objeto, y empeño formal de reconocer por si mismo los lugares desiertos por donde intenta abrir un nuevo camino, que franquee la comunicacion entre aquella provincia, y esta capital, especialmente para la arrieria, que al presente no puede transitar por aquella comarca, sino haciendo el rodeo de tres, ó quatro jornadas por Escuintla, y esto en solo el tiempo de verano. La actividad, é inteligencia del Sr. Rosi, acaso el unico filosofo entre los de su carrera, sostiene nuestras esperanzas, y creemos firmemente, que conseguirà este gran bien para su provincia, siempre que no se le opongan di- / ficultades insuperables, y que por otra parte se le proporcionen, y no se le frustren los auxilios que està pronto á concederle nuestro ilustrado Gobierno, y exige de justicia su celo, su amor patriotico, y su deseo de hacer al reyno todo un tan laudable servicio. Baya esto en descuento de los caminos buenos, que otros dejan perder hasta el punto de ser casi intransitables Quien sepa que este articulo basta por si solo para animar, ó desanimar el comercio interno de unas provincias con otras ; quien sin verlo sea capaz de concevir lo rudo, y aspero de nuestros transitos unirá sus votos con los nuestros, para desear que el descuido, ò esmero en ésta parte fuese punto el mas rigoroso de la residencia, ò del premio de los Alcaldes mayores. » (Gazeta de Guatemala, t. IV, numéro 157 (19-05-1800), pp. 260-261).

23 POUPENEY HART, Catherine. « Villaurrutia, Jacobo de », Diccionario de la Asociación para el Fomento de los Estudios Históricos en Centroamérica, 3 juin 2009, http://afehc-historia-centroamericana.org/index.php?action=fi_aff&id=2194

24 « …. Pensadores egoístas, alucinados por la vanidad y el interes… Vosotros todos enemigos del hombre americano, quien quiera que seais…. que decìs que los Indios son unos brutos degradados, unos afeminados, unos ociosos : dejad por un instante las preocupaciones cíentificas y pecuniarias : humanaos un poco, y seguidme.
En èse ranchito de paja vive un Indio con su muger y cinco hijos. Ved que todas las mañanas se lebanta con el lucero del alba, se laba, barre su patio y casa, enciende fuego, y mientras su muger se pone à moler el maìz que le ha de servir de desayuno, èl va à la pila, ò al rio, y acarrea la provision de agua necesaria para todo el dia, almuerza unas simples tortillas mojadas en chilmole, ó salsa de chile, y antes de que el astro del dia se asome al orizonte, se encamína à su labor à una o dos leguas del pueblo : en ella se mantiene trabajando hasta las tres de la tarde, con el cuerpo doblado, con instrumentos incómodos, con la cabeza desnuda, resistiendo los fuegos verticales de un sol despejado, enmedio de las humedades del terreno ; y en èstas ocho ò nueve horas de incesante tarea desmonta un área de 784 varas cuadradas, que ès lo que llamamos un metate regular de à siete brazadas dobles. Acabada su faena campestre hace un tercio de leña, busca algunas yerbecitas alimentosas, y con èsta provision vuelve á su casa, en donde halla una comida poco mejor que la de la mañana. A la oracion tòma alguna bebida regional ; y se acuesta para emprender los mismos destinos à la aurora siguiente. Esto hace el primer dia del año, y lo sigue haciendo hasta el último, desde su primera adolescencia hasta que desciende al sepulcro.
Este ès un quadro fiel y constante de la vida del Indio agricultor. Aùn mas dura ès la vida del Indio traginante. Por de contado èl mismo ès à un propio tiempo acémila y conductor de su pobre comercio.
[…] Y con todo llamamos holgazana, ociosa, degenerada, é imbecìl á la de los Indios ! Què injusticia ! Què ceguedad ! En lugar de acriminar el desgano y la apatìa que à veces se observa en ellos, debemos admirarnos de que todavía haya uno solo que se dedique á trabajar con esfuerzo. » (Gazeta de Guatemala, t. V, numéro 237 (2-11-1801), pp. 615-616.

25 GUERRA, François-Xavier. Modernidad e independencias. Ensayos sobre las revoluciones hispánicas, México, MAPFRE ; Fondo de Cultura Económica, 2001, p. 23.

26 Selon l'expression (« el hacer útiles consumidores a unos vasallos perdidos ») de Malaspina, qui reprend ici les propositions de Bernardo Ward et autres (cit. in SÁIZ, Blanca (ed.), Alejandro Malaspina. La América imposible, Madrid, Compañía literaria, 1994, p. 337).

27 Plusieurs témoignages sur la conduite et les réalisations de Rossi relèvent le caractère insolite du comportement d'un gouverneur qui s'engage dans les mêmes conditions de vie et de travail que ses ouvriers. Outre les dures leçons d'humilité qu'il a apprises de sa captivité dans le Guaricó, entre autres épisodes de sa vie tumultueuse, une telle implication répond aussi à un calcul selon lequel le leader qui s'investit pleinement dans sa tâche peut exiger et obtenir le meilleur de ses subordonnés. Il a eu l'occasion de mesurer, lors de son voyage avec Malaspina, l'efficacité de cette pratique « égalitariste », caractéristique de la tradition maritime britannique, où « the gentleman must haul with the mariner, and the mariner with the gentleman » (HERMAN, Arthur, To Rule the Waves. How the British Navy Shaped the Modern World, New York-London-Toronto-Sydney, Harper Perennial, 2004, p. 154).

28 Telle cette approbation sans réserve de « aquella precisa maxîma de Estado, de que combiene humillar aquellas cabezas que se elevan demasiado » (AGCA, A I, Legajo 2814, Expediente 24818).

29 Même si ce texte se donne à lire comme la tentative désespérée d'un homme pour infléchir son destin et offrir au pouvoir, par la délation, une occasion de le récompenser (en lui conférant un poste ailleurs qu'au Guatemala), le fond de l'argumentation a dû correspondre à une conviction politique (AGI, Estado 48, numéro 26).

30 VILLA-URRUTIA, Wenceslao Ramírez de Villa-Urrutia, Marqués de, Palique diplomático. Recuerdos de un embajador, t. II, Madrid, Francisco Beltrán, 1928, p. 18.

31 Selon les termes exacts de sa relation de mérites qui parle de « genio suave y pazifico buenas inclinaciones, reserva acàso extrema, laboriosidad excessiva, talento penetrante, y espiritu observador bajo un aspecto serio » (AGCA, A1.29-5, Legajo 4685, Expediente 40434).

32 Son premier protecteur, Manuel Méndez, était un prêtre rattaché à la cathédrale de Valladolid (MÉNDEZ M. Isidro, El intendente Ramírez , La Habana, Academia de Historia de Cuba, 1944, p. 20).

33 VILLA-URRUTIA, Wenceslao, op. cit, p. 21.

34 Il publia ainsi à l'âge de quatorze ans des « Respuestas de Sanchico Panza a dos cartas », où il manifeste les préoccupations en économie politique qui l'accompagneront jusqu'au bout (BRIGGS KENT, Jacquelyn. « The Enlightenment and Spanish Colonial Administration: the Life and Myth of Alejandro Ramírez y Blanco in Guatemala, Puerto Rico, and Cuba, 1777-1821 », Thèse Tulane University, 1997, p. 120).

35 C'est à dire « agregado supernumerario de la Contaduría de rentas decimales » (MÉNDEZ M. Isidro, op. cit., p. 29). Notons, par ailleurs, qu'Alcalá était encore à cette époque district sous seigneurie ecclésiastique et relevait que l'archevêché de Tolède que Lorenzana présidait (CHANDLER, Dewitt S., « Jacobo de Villa Urrutia and the Audiencia of Guatemala, 1794-1804 », The Americas, New York, 1976, p. 405).

36 Son petit-fils Wenceslao fournit quelques détails d'une expérience qui, bien loin d'être exceptionnelle à l'époque, dut paraître extrême au jeune homme qui découvrait un monde inconnu et dont la constitution n'était déjà pas très robuste : « enfermó en la Habana », nous dit-il, « y por no haber allí recibido oportunamente las cartas de recomendación y los auxilios pecuniarios que le envió su amo y protector D. Jacobo, pasó toda clase de apuros y miserias, habiendo de vender su equipaje. En la Habana embarcó en una goleta de guerra para Trujillo, y en la jornada por tierra hasta llegar a su destino, no fueron pocos los males que padeció […] Tres meses tardó desde Trujillo a la capital de Honduras, Comayagua, sin haber encontrado en el camino más que dos miserables pueblos, obligado a dormir en el duro suelo de una ranchería o de una choza de negros y mulatos, abatido y prostrado por la fiebre. » (VILLA-URRUTIA, Wenceslao, op. cit., p. 23).

37 AGI, Guatemala 882.

38 Ramírez avait sans doute acquis en Espagne une connaissance passive ou rudimentaire de l'anglais et du français, et ces voyages lui permirent d'en perfectionner la connaissance.

39 Gazeta de Guatemala , t. V, numéro 194 (9-3-1801), p. 413.

40 BERTRAND, Michel, « Poder, negocios y familia en Guatemala a principios del siglo XIX ». Historia mexicana, LVI :3 (2007), p. 864.

41 CHANDLER, Dewitt, op. cit., p. 411.

42 Dix-huit corbeilles de plantes vives et de semences, qu'il laissa aux bons soins de Juan Ortiz de Letona ( Gazeta de Guatemala , t. V, numéro 194 (9-03-1801), pp. 413-415). Voir PUIG-SAMPER, Miguel Angel & MALDONADO, J. Luis, « Ciencia y cultura en la época de Alejandro Ramírez en Guatemala, Cuba y Puerto Rico », in José A. PIQUER, Las Antillas en la era de las Luces y la Revolución, Madrid, Siglo XXI, 2005, pp. 165-168.

43 BERTRAND, Michel, « Configurations sociales et jeux politiques aux confins de l'empire espagnol », in Annales HSS, 4 (juillet-août 2007), p. 866.

44 Dans cette condamnation il semble qu'ait joué un rôle important l'implication du capitaine général dans les démêlés très publics de sa fille avec le colonel José Antonio Molina, Colonel agrégé (« agregado ») au régiment d'infanterie de Lima, qu'elle avait épousé en 1795, alors qu'elle était fiancée à nul autre que José Rossi y Rubí (AGI, Estado 50, numéro 16).

45 « Concibo como sumo prejuicio a este Reyno exista dentro de la Capital y al lado de la casa y compañía del oydor J. Villaurrutia […] Alejandro Ramírez. […] Su desembarazo natural con / las lenguas extranjeras adquiridas en sus excursiones y acopio de libros y papeles en aquellos países, su concepto granjeado por la sombra de este ministro, el nombre que logra por este y otros principios más fácilmente aquí donde los pocos sabios son necesariamente obsecuentes y humildes […] son todos estos antecedentes que unidos a la correspondencia franca que mantiene con aquellos descaradamente protegidos con la confianza de este gobierno no anuncian sino perniciosamente resultas no menos que en cualquier parte de la América donde resida este joven resaviado y sospechoso. » Cit. in BERTRAND, Michel, « Poder, negocios y familia … », op. cit., pp. 893-894.

46 Comme celui qui l'unit à son mentor Jacobo de Villaurrutia.

47 BERTRAND, Michel, « Poder, negocios y familia… », op. cit., p. 912.

48 Pour une vue d'ensemble de ces tâches voir : GONZÁLEZ VALES, Luis E., « Alejandro Ramírez : la vida de un intendente liberal », in Diario económico de Puerto Rico. 1814-1815, San Juan de Puerto Rico, Instituto de Cultura Puertorriqueña, 1972, vol. 1, p. 15.

49 « Resumen general de las familias de españoles y ladinos domiciliados en el Reyno de Guatemala, con distinción de las que viven en los pueblos de Indios, villas o reducciones separadas, haciendas y valles, los que son propietarios y arrendatarios de tierras, jornaleros y gentes de oficio ».

50 Deux gazettes parues respectivement en 1729-1731 (Sebastián de Arévalo) et 1794-1796 (Ignacio Beteta).

51 Comme nous l'avons vu, ses voyages commerciaux le maintinrent éloigné de la capitale à partir de 1799 et cette absence dura deux ans (Gazeta de Guatemala, t. V, numéro 221 (7-9-1801, p. 554).

52 Ramírez lui-même encouragea cette interprétation des choses, comme on peut le voir dans le message adressé en 1817, de la Havane, à John Vaughan, bibliothécaire de la American Philosophical Society (APS), prestigieuse institution, fondée par Benjamin Franklin à Philadelphie en 1743, qui l'avait accueilli comme membre en 1801 : « The Gazeta de Guatemala was, I can say, one of my first litterary Essais. I was too young, and think them little worthy your notice, except only as a rarity from an unknown Country. Something more interesting has been printed there the late years. » (APS, Letter to John Vaughan, Havanna 28, March 1817).

53 BELAUBRE, Christophe, « Ramírez, Alejandro », Diccionario biográfico centroamericano, Boletín AFEHC 35, 28 abril 2008, http://afehc-historia-centroamericana.org/index.php?action=fi_aff&id=1889

54 Il s'agit de María Josefa Ferrándiz, de Comayagua, dont il eut cinq enfants et qui mourut à Campeche, lors du transfert de la famille à Porto Rico.

55 Cette démission peut aussi s'interpréter comme une preuve de conservatisme, la manifestation de un « decidido propósito de no colaborar con los constitucionalistas de Cádiz » (LUQUE ACAIDE, Elisa, La Sociedad Económica de Amigos del País de Guatemala, Sevilla, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, 1962, p. 83).

56 « Nunca he salido de mi patria que es todo el Imperio español » (Cit. in GONZÁLEZ VALES, Luis E., « Alejandro Ramírez y el periodismo ». Discours prononcé à la Academia Puertorriqueña de la Lengua Española, 28-8-2008. [À paraître dans le Boletín de la Academia Puertorriqueña de la Lengua , 2009] http://www.academiapr.org/index.php?option=com_content&view=article&id=88:28-agosto-2008-incorporacion-luis-gonzalez-vales&catid=78:noticias&Itemid=71, p. 6).

57 Briggs Kent, Jacquelyn, op. cit., p. 152, n. 34. Puig-Samper, Miguel Angel & Maldonado, J. Luis, op. cit., p. 171.

58 González Vales, Luis E., « Alejandro Ramírez y el periodismo », op. cit., p. 31.

59 Ibid., p. 40.

60 La justemente fameuse « Carta de Jamaica » de Simón Bolívar fut publiée en 1818 dans les presses de l'île voisine, dont une des missions était de subvertir l'ordre colonial dans les territoires espagnols (Jensen, Larry R. , Children of Colonial Despotism. Press, Politics, and Culture in Cuba, 1790-1840 , Tampa , University Presses of Forida, 1987, pp. 19-20).

61 González Vales, Luis E., « Alejandro Ramírez y el periodismo », op. cit., p. 19.

62 Ibid., pp. 19-20.

63 Briggs Kent, Jacquelyn, op. cit., p. 142.

64 Une ordonnance royale de 1811 chargeait le nouvel intendant de créer une Société économique et spécifiait, parmi les tâches de cette dernière, l'établissement de « un papel periodico, destinado a las materias economicas, acomodándolas à la comun inteligencia. » (« Estatutos de la Sociedad Económica de Amantes de la Patria de Puerto Rico », 1813. AGI, IA 20/18)

65 « Prospecto de un diario de agricultura, Industria y Comercio de la Isla de Puerto-Rico », in González Vales, Luis E. ed., Diario económico de Puerto Rico. 1814-1815, San Juan de Puerto Rico, Instituto de Cultura Puertorriqueña, 1972, vol. 1 [p. 7].

66 Selon les termes du prospectus : « […] en esta Isla, […] la falta absoluta de establecimientos pùblicos imposibilita la educacion de la juventud, la circulacion de las luzes, y la adquisicion de los conocimientos que son tan comunes en otros pueblos. » (Ibid. [p. 4]).

67 « […] la Economía política […] es la [ciencia] que deseamos inculcar màs à nuestros lectores » (Ibid. [p. 2])

68 González Vales, Luis E., « Alejandro Ramírez y el periodismo », op. cit., pp. 27, 31.

69 PUIG-SAMPER, Miguel Angel & MALDONADO, J.Luis, op. cit., p. 173.

70 Ibid., p. 174.

71 Voir JENSEN, Larry R., op. cit.

72 PUIG-SAMPER, Miguel Angel & MALDONADO, J. Luis, op. cit., p. 175.

73 Ibid., p. 176.

74 Briggs Kent, Jacquelyn, op. cit., p. 296.

75 PUIG-SAMPER, Miguel Angel & MALDONADO, J. Luis, op. cit., p. 176-177.

76 Dans son Exposición […] al público de la Habana sobre imputaciones que le hace de haberse enriquecido a expensas del erario público , rédigée en août 1820, Ramìrez avait d'ailleurs réaffirmé son appui à la Constitution de 1812 (« tuve alguna parte en su formación, y conservo con no pocos de sus inmortales autores la amistad noble e íntima que produce la conformidad de opiniones en materias políticas » cit. in Méndez, M. Isidro, El intendente Ramírez , La Habana, Academia de Historia de Cuba, 1944, p. 69). Il avait aussi rappelé le caractère peu matérialiste de son tempérament : « Digno sería de universal execración […] si me hubiese enriquecido con mi empleo. Invoco en mi defensa a cuantos […] se han acercado a tratarme. Largos 25 años hace que soy funcionario público, siempre en destinos tentadores y ocasionados para lo que se llama hacer fortuna. ¿Habré tenido proporciones ? Jamás las he buscado. Reusando las que se me han ofrecido, aun con visos de justas y legí-/timas, he preferido la plaza de tonto a la de codicioso, sin tener en esto mérito alguno, por serme genial y natural el despego, la indiferencia, y aún la indolencia pecuniaria, hasta rayar en el abandono de los cuidados domésticos. » (Ibid., pp. 27-28).

77 Briggs Kent, Jacquelyn., op. cit., p. 319-320.

78 Ses partisans ne manquèrent pas de brandir cette preuve ultime de son intégrité.

79 Ibid., pp. 322, 296.

80 Ibid., p. 283; JENSEN, Larry R., op. cit, p. 53.

81 Briggs Kent, Jacquelyn., op. cit., p. 9, pp. 304-305.

82 Il est souvent désigné dans les documents administratifs par l'un ou l'autre de ces patronymes. Nous simplifierons en n'utilisant que le premier, employé plus couramment à l'époque actuelle.

83 La conscience que Bergaño lui-même a dû avoir de cette dimension de sa personnalité lui fait adopter le pseudonyme de Gil Blas (Gielblas) pour certains de ses articles de la Gazeta.

84 Voir PENCAK, William, « Benjamin Franklin: the Many Faces of an American Revolutionary », in R. William Weisberger, Dennis P. Hupchick & David L. Anderson, Profiles of Revolutionaries in Atlantic History, 1700-1850 , Boulder, Social Science Monographs, 2007, pp. 58-59.

85 Martínez Peláez, Severo, La patria del criollo, México, Fondo de Cultura Económica, 2006, p. 261.

86 « Uno de los más esclarecidos precursores de la independencia nacional » est une forme habituelle de présentation. Voir César BRAÑAS, « Una batalla contra el olvido », in Simón Bergaño y Villegas, Poemas, Guatemala, Revista de Guatemala, 1959, p. 6) ; Severo Martínez Peláez, « Simón Bergaño Villegas, periodista prócer », Revista APG (Guatemala), 34 (ca. 1972), 106-113 (texte publié plus tard sous le titre « Simón Villegas y el elogio de la economía política », mars 2007, radiou.usac.edu.gt/tmp/iies/files/boletin_edicion_especial_03_marzo_-el_elogio_de_la.pdf), ou encore, dans un autre genre, « El periodista Simón Bergaño y Villegas precursor de la Independencia Patria », Diario de Centro América. Órgano oficial de la República de Guatemala , Edición electrónica, No. 351, (20-07-2004), http://www.dca.gob.gt/index.html

87 « Yo tenía ya 14 años y me bañaba en Asturias con muchachas de esta misma edad », écrit-il dans son Manifiesto ( Manifiesto que publica uno de los Editores del Correo de las Damas, D. J. Bergaño y Villegas para sincerar su opinión vulnerada en la pastoral impresa el dos de septiembre contra el rasgo filosófico de Dorila, y la persona del autor , La Habana, Imprenta de Miguel Domingo, 1813, p. 48).

88 « Concedo libre y seguro pasaporte a Dn Jose Ximenez Capitan del Regimiento de Infanteria de Zamora para que pase a Goatemala donde pasa a continuar su merito con un criado nombrado Simon Carreño. […] Veracruz y diciembre veinte y ocho de mil setecientos noventa y nueve. » (AGCA, B2.7, Legajo 31, Expediente 777).

89 Dans le dossier d'enregistrement et permis d'embarquement pour les Indes, Villaurrutia insiste ainsi sur le besoin qu'il a de son serviteur Ramírez : « N. Guatemala 30 de Henero de 94. Mui Señor mio : Dn. Alexandro Ramirez, que me servia en el Corregimiento de Alcalá para la pluma, y para la educacion de mis hijos, me avisa que ya se halla en disposicion de venir a continuar ambas cosas. » (AGI, Guatemala 882). Il est aussi très probable que Rossi se soit entendu à l'avance avec Malaspina pour débarquer à l'escale du Callao, où la conjoncture de la présence du vice-roi De Croix, proche du navigateur et du comte Greppi, était particulièrement favorable à son intégration.

90 « Una misma escuela servía para los dos sexôs : no habia division, ni era necesaria. » (Manifiesto, op. cit., p. 48).

91 Le nombre des références et des citations latines est particulièrement notable dans le Manifiesto où il met en cause l'autorité de l'évêque de la Havane Juan José Díaz de Espada.

92 Par l'archevêque du Guatemala Luis Peñalver y Cárdenas : « El Redactor actual de la Gazeta, se dice llamar Simón Bergaño Villegas, joven de origen desconocido, pero lleno de amor propio, y no de buenos pensamientos » (AGI, Guatemala 649).

93 « sé quien es el principal Autor de esta obra… es un muchacho desconocido » (1793, t. VII, numéro 209 (3-01-1793), p. 2) est la sentence sans appel d'un lecteur du Mercurio qui vient de prendre connaissance de la véritable identité d'Hesperiófilo, nom de plume de Rossi.

94 Ses collègues s'accordent à noter le « desenfreno con que Bergaño se produce, provoca[ndolos] con su lengua nada moderada, diciendoles injurias y palabras indecentes » (AGCA B2.7, Legajo 31, Expediente 779).

95 AGCA A4.1, Legajo 1, Expediente 6.

96 Quoi qu'en dise, par exemple, Severo MARTÍNEZ PELAEZ, « Simón Bergaño Villegas, periodista prócer », op. cit. p. 7.

97 AGCA B2.7, Legajo 31, Expediente 771.

98 L'entrée en matière est caractéristique de la distance moqueuse prisée par notre journaliste : « Sigue nuestra Gazeta con sus vestidos modestos, y acomodados à las facultades, opiniones, y costumbres del pais. Es nuestra muchacha, y la alindaremos como mejor nos parezca : tiene Padres y tutores à quienes obedecer, agradar y dar pruebas de subordinacion. » (T. V, numéro 931 (2-03-1801), p. 403).

99 AGCA A1.19, Legajo 344, Expediente 7208.

100 « […] el Presidente se asustó ! Yo le penetré en el semblante […] » confie Bergaño à son correspondant (AGCA B2.7, Legajo 31, Expediente 771).

101 « El tropel de la gente, los vivas, los cohetes, las cámaras y bombas que se iban acercando, infundieron un terror tan pánico al G[ene]ral que trémulo y asustado se quitó de nuestra vista en la Secretaría y se encerró en su gabinete. Pero luego que oyó los vivas á Fernando, salió a la sala haciendo de las tripas corazon. No hay que extrañar. El pobre ha visto como han tratado en otras partes a los cabezas ; tenía muy fresca la noticia de lo ocurrido con Iturrigaray, y no es extraño que temblase a la vista // [106 vº] de un pueblo inmenso y de una algarazába sin exemplo. » (Ibid.)

102 Manifestant des réflexes analogues à ceux de journalistes modernes, il semble avoir mené sa propre recherche (AGCA B2.7, Legajo 31, Expediente 777).

103 AGCA, A4.1, Legajo 1, Expedientes 6, 20.

104 AGCA, B2.7, Legajo 31, Expediente 779.

105 Jensen, Larry R., op. cit., p. 35.

106 Ibid., p. 32.

107 Voir JENSEN, Larry R., op. cit., p. 35.

108 Alors archevêque du Guatemala, il avait notamment protesté contre l'insertion dans la Gazeta d'un rapport médical sur un cas d'intersexualité (le texte « Hermafroditas » du chirurgien Narciso Esparragosa, T. VII, numéros 310-311), l'accusant d'éveiller « las pasiones de las carnes, [y] anticipa[r] en la juventud conocimientos que devian ignorar » (AGI, Guatemala 649). Voir JENSEN, Larry R., op. cit., p. 33.

109 De ce point de vue, l'inclusion d'« Hermafroditas » avait ouvert aux femmes la voie d'une connaissance scientifique de leurs corps (organes génitaux), et la suggestion de modes alternatifs de sexualité. Le « Rasgo de Dorila » se proposait maintenant de modifier la perception publique du phénomène de la « séduction » sexuelle, faisant porter le poids de la responsabilité de l'acte délictuel sur l'homme : « ¿No es mas maligno el que seduce que la que se dexa seducir ? Pues cargue toda la infamia sobre él […] sugetémosle á un castigo vergonzoso, que le excluya de la sociedad […] » (Manifiesto, op. cit. p. 13).

110 Dans ce cas précis, le Manifiesto (i.).

111 Ibid. p. 4.

112 Ibid. p. 28.

113 Larry R. Jensen mentionne les démarches du magistrat Leonardo del Monte (ob. cit., p. 46.)

114 Telle la demande d'admission à la La Sociedad de Amigos del Pais de La Habana défendue pas son censeur (1814) (AGI-Ultramar 154, n 2).

115 17 novembre 1812. AGCA, B2.7, Legajo 31, Expediente 778.

116 JENSEN, Larry L., op. cit., p. 47.

117 AGCA B2.7, Legajo 31, Expediente 778 et A3.1, Legajo 18, Expediente 380.

118 LÓPEZ PRIETO, Antonio, « Introducción. La poesía en Cuba », in Parnaso Cubano. Colección de poesías selectas de autores cubanos , La Habana, Miguel de Villa, 1891, p. LIV.

119 AGCA, A3.1, Legajo 18, Expediente 380. Notons, cependant, qu'en 1819 il est encore désigné comme « insurgente » dans des écrits officiels (Ibid.).

120 MARTÍNEZ PELÁEZ, Severo, ob. cit., p. 107.

121 Voir pour cette section : WOLD, Ruth, El Diario de México, primer cotidiano de Nueva España, Madrid, Gredos, 1970.

122 Telles que cette ode A las delicias de México : « […] Pastores ingeniosos/seguid, seguid cantando/ vuestros dulces amores […] / Y sed en amistosa / union, depositàrios / de las dichas, la Arcádia / mexicana formando. / […] Sédlo, sédlo, ingeniosos / pastores, entretanto / que solo en Guatemala / me quejo de mis hados. / De mis hados, que à Cintia, / à Cintia ¡ay ! si, arrancaron, / ya que nò de mi pecho, / de mis ojos y brazos …/ Y todas cuantas veces / por verme à vuestro lado / quise con mis ovejas / partir, me lo estorvaron. / Pusiéronme inflexibles / obstàculos, mas altos / que éstos Etnas gigantes / en cuyas faldas escribo. » (Diario de México. T. 7, numéro 801 (9-12-1807) pp. 427-428. Signée S.B. Villegas).

123 Mariée en 1811 avec l'Auditeur de guerre Joaquín de Ibáñez (Fernández Hernández, Bernabé, El Reino de Guatemala durante el gobierno de Antonio González Saravia 1801-1811 , Guatemala, CIGDA, 1992, p. 37).

124 Il emploie aussi le mot « philosophe » comme synonyme (Manifiesto, op. cit., p. 32).

125 « Ten presente la suerte de los escritores. Consulta su triste historia, que es, como decia Ciceron, el texto de los tiempos, la luz de la verdad, y el nuncio que trae á la posteridad las lecciones de lo pasado […] / Mira al gran Confúcio [etc.] » (Manifiesto, ob. cit., pp. 28-29).

126 Ibid., p. 29.

127 « […] y en fin, mírame a mí, que por haber aspirado con una noble emulacion a seguir sus huellas, hace seis años que estoy sufriendo todos los males de todos, y que al fin moriría como los primeros sino tratase de retroceder por la misma senda que me en-/señaron a seguir. Estoy muy léjos de presumir que los iguale en el talento ; pero yo no soy criminal, me persiguen, y debo tener alguno. » (Ibid, pp. 29-30).

128 « Su profesion, aunque util al publico, es la mas expuesta. » (Ibid., p. 30).

129 Le Chili et le Vénézuela, par exemple, n'y auront pas accès avant le XIXe siècle.

130 Échec matérialisé par la condamnation et l'exil pour Bergaño, par le confinement à des postes périphériques pour Rossi.

131 Angulo Morales, Alberto, Eugenio de Llaguno y Amirola (1724-1799) : una figura emblemática en la difusión y patrocinio de lo vasco y la cultura ilustrada, Vitoria, Diputación Foral de Álava, Departamento de Cultura, D.L., 1994, p. 48.

132 AGI Lim 951, numéro 63.

133 Archivo arzobispal, Lima, Pliego matrimonial nº 9 (août 1788). Le mariage eut lieu in articulo mortis.

134 Voir note numéro 44.

135 AGI, Estado 48, Nº 26.

Haut de page

Note de fin

* Cette recherche a été rendue possible grâce à l'appui du Conseil de Recherche en Sciences Humaines du Canada

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Poupeney Hart, « Parcours journalistiques en régime colonial : José Rossi y Rubí, Alejandro Ramírez et Simón Bergaño », El Argonauta español [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 juin 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://argonauta.revues.org/603 ; DOI : 10.4000/argonauta.603

Haut de page

Auteur

Catherine Poupeney Hart

Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org