Navigation – Plan du site
Livraison juin : Être journaliste dans l’Espagne des Lumières
Le complément de El Argonauta español (juin 2009)

Le travail du gazetier

Anne-Marie Mercier-Faivre

Résumés

La plupart des gazetiers du 18 e siècle font un travail invisible aux yeux des lecteurs : leurs journaux sont faits de lettres mises bout à bout, organisées sans ordre autre que celui fourni par le lieu d’origine et la date des textes. Pourtant, en confrontant différents journaux, on voit que certains ont retravaillé leurs sources. Ces interventions vont de l’ajout de formules qui qualifient les nouvelles (et souvent les disqualifient), ou de coupes, à la réécriture totale du texte d’origine. Dans d’autres cas, on observe des silences volontaires, des recherches d’équilibre dans les discours masquant les déséquilibres du monde. Sous le gazetier anonyme apparaît plus souvent qu’on ne croit le journaliste moderne.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Groupe d’études du 18 e siècle, fondé par Pierre Rétat comme unité constitutive du LIRE (UMR 5611, (...)
  • 2 Voir VAN DIJK, Suzan, « Madame Dunoyer, auteur de la Quintessence des Nouvelles, 1711-1719 », in Tr (...)

1Parler du « travail du journaliste », quand on se penche sur le discours des gazettes, comme nous le faisons dans le groupe de Lyon1depuis plusieurs années, est une tâche a priori paradoxale. S’il y a bien un « travail » du gazetier dans le sens où on l’entend aujourd’hui, c’est-à-dire une activité rémunérée, il n’y a pas forcément de réel « travail » sur l’information. Quant on lit les écrits du temps, le mot « gazetier » est synonyme de colporteur de rumeur, d’homme (ou de femme, madame Dunoyer2en est un bel exemple) à la solde de tel ou tel pouvoir, de mercenaire corrompu et prêt à tout pour survivre. Le mot « gazette » est porteur de connotations négatives : objet insipide, inutile, informe, mensonger.

  • 3 Comme je l’ai développé dans un article récent, « La voix éditoriale, outil de cohésion dans le tex (...)

2Les Gazettes, journaux d’informations politiques, n’ont pas le statut des journaux littéraires, les « Mercures », ou des périodiques portant un regard personnel sur l’actualité, les « Spectateurs ». Il est vrai que les auteurs de Gazettes se livrent essentiellement à un montage de textes de lettres reçues de leurs correspondants et s’expriment peu de façon personnelle3comme Claude Labrosse le souligne dans son texte capital sur ce type de périodiques.

  • 4 LABROSSE, Claude, « Journaux et fictions au XVIII e siècle : introduction », in Malcolm Cook et Ann (...)

« Les gazettes semblent presque toujours muettes bien qu’elles proposent dans le patchwork et l’apparente neutralité de leurs textes une figure non indifférente au monde. Mais on n’entend guère leurs correspondants ou même leurs éditeurs sauf quand éclate dans les parenthèses et les notes infrapaginales du Courrier du Bas-Rhin l’ironie de J. Manzon ou quand on croit entendre la méditation de J. Luzac dans certains développements de la gazette de Leyde »4.

  • 5 Directeur du Courrier du Bas Rhin de 1768 à 1798 (voir F. MOUREAU, notice « Manzon », in J. Sgard ( (...)
  • 6 Un des « fondateurs du journalisme politique » d’après, Ch. Albertan et J. Brengues, auteurs de la (...)

3La grande époque de la Gazette de Renaudot au cours de laquelle le gazetier pouvait écrire avec style est passée et la tentative d’un autre rédacteur de ce journal, Marin, qui livre sa défense restée célèbre dans ses colonnes le 30 août 1773, est isolée et a été condamnée. Il faut attendre Manzon5, Linguet6et surtout la presse révolutionnaire pour trouver une écriture et un point de vue. Entre-temps, avec l’arrivée du Journal de Paris, en 1777, premier quotidien français, on a affaire à un journalisme plus proche de ses lecteurs, qui cherche à les impliquer, qui leur propose des actions de bienfaisance, se félicite des interventions de ses lecteurs, ou se justifie de ses choix.

4Mais il faut revenir sur l’idée d’une absence de travail chez les gazetiers précédents. Leurs journaux offrent une apparence d’uniformité : ils relaient bien souvent les mêmes nouvelles, ont recours aux mêmes correspondants et publient les mêmes textes. Leur travail, quand travail il y a, est la plupart du temps invisible dans l’espace de leur journal. Pour trouver leur voix, on est obligé de se livrer soi-même à un travail, travail de comparaison qui permet de déceler, sous cette apparente neutralité, des choix et une mise en forme.

  • 7 « Le tremblement de terre de Messine (1783) : catastrophe et intérêt », in A.M. Mercier-Faivre et C (...)

5Le premier travail du gazetier, travail minimal, consiste en un travail rédactionnel sommaire qui introduit la nouvelle avec des formules souvent réduites à quelques mots, du type « on nous mande de… que… » Des élaborations peuvent se greffer sur cette base : on qualifiera la nouvelle de « triste », ou « heureuse », on dira d’elle qu’elle « se soutient », « court », ou bien à l’inverse qu’elle « ne se soutient pas », « n’est pas confirmée ». Plus élaboré, sera l’ajout du degré de certitude de la nouvelle : de source sûre, « de bonne main » ou non, ou avec un commentaire plus circonstancié. J’ai étudié ailleurs7ce type de précision à propos de l’annonce de la catastrophe du tremblement de terre de Calabre en 1783. Si la Gazette d’Amsterdam annonce sans nuances la destruction totale de la ville de Messine à travers le récit d’un témoignage de capitaine de navire, la Gazette de Cologne ajoute à cette même nouvelle qu’« il est à souhaiter que cette fâcheuse nouvelle, qui d’ailleurs n’est fondée que sur le récit assez vague de quelques témoins, qui peuvent avoir mal vu, ne se confirme pas » (3/3). Dans la livraison suivante, elle précise que la nouvelle a été « reçue indirectement », de Naples, et on ne connaît « que les témoignages de quelques bateliers de Calabre et de Sicile […] ordinairement fort sujets à caution » (6/3). Même méfiance dans la Gazette de Leyde, la nouvelle, n’est « fondée que sur un rapport de mer, peut être fort exagéré » (11/3). Ainsi les gazetiers établissent une hiérarchie des sources, sommaire certes, dans laquelle le témoignage terrien vaut davantage que celui des marins, le témoignage noble vaut plus que celui du peuple, celui de l’expert vaut davantage que celui du quidam mais où surtout le témoin direct, celui qui a bien vu, de ses propres yeux et qui écrit directement au journal vaut plus que les autres, surtout s’il ajoute à cette qualité de témoin une autre de celles qu’on vient d’évoquer.

6Même à ce niveau très sommaire, on voit que certaines gazettes se contentent de donner la nouvelle, alors que d’autres donnent un statut à celle-ci. Ainsi, ils tentent de donner à la gazette une place dans le discours de vérité, contrairement à ce qu’en disent ses détracteurs.

7Mais il y a d’autres formes plus élaborées de travail non plus autour du texte, mais sur le texte.

  • 8 J’ai étudié ces variations en détail dans une communication au colloque de Naples de décembre 2007, (...)

8Un exemple servira d’illustration, le traitement d’une éruption du Vésuve en 1779. Les gazettes d’Amsterdam, de Cologne, d’Utrecht et de Leyde partent toutes du même texte : mêmes informations, même organisation du récit, mêmes mots. Il est intéressant d’observer les variations d’un texte à l’autre8. Chacun a une façon particulière de réécrire, ou de ne pas le faire.

9On lit dans la Gazette d’Utrecht une nouvelle datée du 10 août 1779 et provenant de Naples :

« Depuis avant-hier au soir, nous sommes dans les plus cruelles angoisses. Ce soir-là, la Cour était au Théâtre des Florentins, lorsque pendant la représentation, on y apprit la nouvelle d’une éruption du Vésuve la plus violente qu’on ait vue de bien des années et à laquelle celle arrivée lors de l’expulsion des Jésuites ne peut en aucune façon être comparée. A l’oui de cette nouvelle tout le monde sortit du Théâtre et l’on entendit le fracas le plus épouvantable que faisait le Volcan, en lançant des pierres de toute grosseur, parmi les quelles quelques une sont d’une grandeur presque incroyable et une si grande quantité de cendres, que l’air en était offusqué. L’alarme et l’épouvante étaient si grandes que les Religieuses de sept Communautés aux environs furent obligées d’abandonner leurs Monastères et de se réfugier ici, où elles furent suivies de tous les habitants de la campagne qui, pour mettre leur vie en sûreté, étaient obligés d’abandonner leurs maisons et leurs effets. La Principauté d’Ottajano, qui n’est qu’à une lieue de la montagne, a été la plus maltraitée ; on y compte déjà plus de 150 personnes écrasées sous les ruines de leurs maisons, abattues par les pierres, ou le Volcan vomissait, que par celles qui les atteignaient dans leur fuite. La Plaine de Cacciabella , qui appartenait ci-devant aux Jésuites et où le Roi avait fait construire un pavillon, pour s’y rafraîchir, lorsque S. Maj. prend le divertissement de la chasse, n’est plus qu’un amas de pierres et de cendres. Mais ce qui jeta la plus grande consternation, fut une colonne de feu, qui s’élevait au-dessus de la fournaise et dont on estimait la hauteur à plus de 2000 pas, et dont la lumière était si vive, qu’un des Princes Borghese, qui en était à plus de 30 miles, écrit qu’on pouvait facilement lire une Lettre. Ce Spectacle effroyable fit demander au Peuple à grands cris, que l’on fit à l’heure même une procession, mais l’Archevêque jugea plus prudent de la différer jusqu’au lendemain matin, qu’elle eut lieu. L’éruption est bien un peu diminuée au départ de la poste, mais pas encore tellement que l’on puisse se croire à l’abri de toute crainte et danger ». (publié dans le supplément de la livraison du 31/8/1779).

10Le même jour, la gazette de Leyde annonce :

« De Naples, le 10 août. Avant-hier au soir, pendant que la Cour était au Théâtre, l’on a reçu la Nouvelle d’une éruption du Vésuve si violente, qu’il y en a eu peu d’exemples. L’Assemblée se sépara aussitôt, et les rugissements de la Montagne annoncèrent, pour ainsi dire, les ravages qu’elle allait causer : Elle lança une grêle de pierre d’une grosseur extraordinaire ; et une grande quantité de cendres se répandit au loin ; il s’éleva du foyer de ce Volcan une colonne de feu à une hauteur très considérable ; et la clarté, qu’elle répandit au milieu de la nuit, ne servit qu’à la rendre plus effrayante. Le District d’Ottajano a beaucoup souffert : mais l’on exagère peut-être en portant à 150 Personnes le nombre de celles qui ont été ensevelies sous les ruines de leurs Maisons ou écrasées par la chute des pierres. Sur les instances du Peuple, l’on a fait hier une procession avec l’image de Saint-Janvier. Actuellement, la première violence de cette éruption paraît s’être amortie ».

11On voit que Leyde se méfie des chiffres, reste dans le vague. C’est sans doute le signe que le rédacteur, Etienne Luzac sait que ce genre d’observation, vu de très loin, ne peut être fiable. Les autres gazettes annoncent toutes le chiffre de 150 victimes. La gazette de Leyde qui a reçu le même texte se contente de dire : « l’on exagère peut-être en portant à 150 Personnes le nombre de celles qui ont été ensevelies sous les ruines de leurs Maisons ou écrasées par la chute des pierres ». Ce journal gomme les péripéties : on sait que la procession de Saint Janvier a été réclamée par le peuple, qu’elle a eu lieu. On ne s’étend pas sur les détails. De même, on ne dit pas quels bâtiments, quelles personnes, ont souffert en particulier : le nom d’un district est le seul qui soit avancé : Naples est loin des lecteurs ordinaires de la Gazette et Luzac leur transmet des nouvelles dignes de l’intéresser.

  • 9 SGARD, Jean, « L’auteur », in P. RÉTAT (dir.), La « Gazette d’Amsterdam » : miroir de l’Europe au X (...)

12On peut admirer le travail de concision qui permet au rédacteur de Leyde de donner l’essentiel de l’information sans tomber dans le pittoresque ni dans le spectaculaire. Si l’on compare toutes les gazettes entre elles, on voit que c’est celle d’Amsterdam qui donne le texte le plus long : le journaliste n’a sans doute pas fait de coupe, il s’est contenté de recopier l’ensemble. La Gazette d’Amsterdam est rédigée à cette époque par Johannes Fredrick, que Jean Sgard classe parmi les « gazetiers anonymes », qui jouent le rôle d’un bureau d’agence de nouvelles (comme notre AFP)9. A cette époque, la Gazette de Leyde entre librement en France et est la grande concurrente de celle d’Amsterdam. Elle est dirigée par un grand journaliste, Etienne Luzac.

13Mais les différences ne tiennent pas seulement au travail réalisé sur les textes, mais aussi à l’orientation idéologique de chaque journal : « travailler » l’information c’est transformer une donnée qui est de l’ordre de l’information, du fait, en symptôme, ou en argument. Etre pleinement journaliste, du moins un journaliste qui s’exprime, c’est être capable de dire un état du monde à partir d’événements muets. C’est aller ainsi contre le reproche fait aux gazettes d’être « insipides », ou futiles.

  • 10 D’après Jean SGARD (Dictionnaire des journaux, t. 1, p. 462).

14Chaque gazette est marquée d’une certaine façon, même celles qui se veulent les plus neutres. La Gazette d’Amsterdam est contrôlée à cette époque d’assez près par la France, celle de Leyde se caractérise par sa plus grande indépendance. Le Courrier (dit Courrier d’Avignon, fondé en 1733 et refondé en 1775 après le retour du Comtat au Pape (1774)) est géographiquement le plus proche de Naples et est orienté par sa dépendance vis-à-vis des Etats Pontificaux. La Gazette d’Utrecht a elle aussi une attitude prudente ; la Gazette de Cologne, (1734-1794) est restée fidèle aux positions royalistes, catholiques et indépendantes de son fondateur, Roderique, ancien jésuite10.

15Si l’on compare la place que chaque gazette donne à l’événement, on constate de grandes différences. C’est dans la Gazette de Leyde qu’il apparaît le plus discrètement (en troisième page du supplément) et le plus brièvement, et dans celle d’Avignon qu’il est le mieux mis en valeur, surtout dans les suites de la première annonce, qui apparaissent toutes en première page. Cela s’explique facilement pas les liens du Courrier avec les états pontificaux, Naples est une capitale voisine.

16Sur le traitement de la religion, on peut observer des nuances intéressantes qui montrent des interventions directes des journalistes sur le texte de départ.

17La Gazette d’Amsterdam donne une version reprise plus ou moins par les autres journaux :

« Pendant ce temps là, au milieu de la consternation générale et de l’effroi qu’un pareil événement répandit parmi le Peuple, on l’entendit demander à grands cris que l’on portât sur le champ même en procession les Reliques de St. Janvier. Sur quoi le Roi, vivement touché des vives instances de ses Sujets, envoya des Seigneurs, pour en faire avertir l’Archevêque, qui par des raisons de prudence différa jusqu’au jour cette pieuse cérémonie : Elle a eu lieu hier matin, et on a remarqué que depuis ce moment l’éruption avait diminué, mais cependant pas assez, pour que les craintes et les alarmes qu’elle a causées, soient encore entièrement dissipées ». (31/8/1779)

18On voit ici soulignée la responsabilité du peuple dans le culte de Saint Janvier et comme une réticence des élites, même de l’Archevêque, qui craint qu’une procession nocturne n’ait des effets plus funestes que bénéfiques. Le Courrier propose une histoire légèrement différente. Contrairement aux autres, il insiste sur la réponse immédiate des autorités, tant civiles que religieuses, réponse essentiellement d’ordre religieux : « Leurs MM […] n’en furent pas plus tôt informées que tous les Théâtres furent fermés, et l’Archevêque ordonna aussitôt des prières publiques ». Aucun délai, aucune distance n’apparaît entre le Peuple et les dirigeants : le peuple n’apparaît d’ailleurs pas. Mais tout cela est sans doute tiré de la lettre envoyée par le correspondant : sans élément de comparaison, on ne peut savoir si le journaliste est intervenu, ni où.

19Dans les autres journaux qui disposent de la même version que la gazette d’Utrecht (citée plus haut), on insiste sur un écart : le peuple est montré comme superstitieux, impulsif, presque violent (il demande « à grands cris ») ; les élites ne le seraient pas. Il est intéressant de voir comment chaque journal traite cette superstition populaire. Le texte de Gazette d’Amsterdam indique une possible relation de cause à effet entre la procession et la fin de l’éruption (« Elle a eu lieu hier matin, et on a remarqué que depuis ce moment l’éruption avait diminué »). Celle de Cologne indique la coïncidence des événements sans la souligner davantage. Celle d’Utrecht est plus réservée encore (« jusqu’au lendemain matin, que [la procession] eut lieu. L’éruption est bien un peu diminuée au départ de la poste, mais… »). La Gazette de Leyde est la plus réservée sur ce sujet : « Sur les instances du Peuple, l’on a fait hier une procession avec l’image de Saint-Janvier. Actuellement, la première violence de cette éruption paraît s’être amortie ». Elle n’indique aucun lien entre la procession et la fin de l’éruption ; le terme « actuellement », marque bien l’aspect ponctuel du temps, indique une discontinuité entre les deux faits (la procession et l’état du volcan) alors que les autres gazettes insistent sur une continuité qui permet de supposer des liens de cause à effet.

  • 11 C’est ce qu’on observe dans les nouvelles du tremblement de terre de Calabre de 1783 (cf. « Le trem (...)
  • 12 Voir mon article, « Les ambassadeurs : gazettes et diplomatie (l’exemple Russo-ottoman de 1775), in (...)

20Enfin, le rédacteur peut aussi intervenir pour souligner les contradictions entre différentes nouvelles11, il peut aussi choisir de publier ou non les informations dont il dispose. Ainsi, lors d’un échange d’ambassadeurs entre la Russie et la Porte en 177512, la gazette de Leyde signale les difficultés que rencontrent les deux envoyés dans leur voyage, alors que celle d’Amsterdam ne s’intéresse qu’à la partie véritablement officielle du voyage et à une apparence d’égalité et de réciprocité ; de la même façon, la gazette de Leyde ne masque pas que le traité qui va être signé est en défaveur de la Porte, alors que celle d’Amsterdam, proche des positions de la France qui soutient cet empire, le tait. Les deux journaux travaillent chacun à leur manière, tantôt en fonction des opinions de leurs rédacteurs tantôt en fonction de la politique des pouvoirs dont ils dépendent.

21Le travail de comparaison entre gazettes qui se servent de sources proches, comme celles d’Amsterdam et de Leyde, permet donc de mettre en lumière la nature du travail du journaliste. Il choisit comment il va présenter la nouvelle et donne à celle-ci un statut : nouvelle avérée, ou rumeur. Le texte reçu par le journal est soit laissé tel quel, soit résumé et les choix opérés par le rédacteur ne sont pas neutres. Ce travail est invisible à la plupart des lecteurs, et surtout aux lecteurs modernes. Seule une lecture plurielle permet de redonner à l’information de ce temps son épaisseur et ses enjeux et de comprendre que les faits sont les reflets des idées plus souvent que les idées ne naissent des faits.

Haut de page

Notes

1 Groupe d’études du 18 e siècle, fondé par Pierre Rétat comme unité constitutive du LIRE (UMR 5611, CNRS-Lyon2), ce groupe a publié plusieurs ouvrages sur le sujet et ouvert un site consacré à la presse ancienne : http://gazettes18e.ish-lyon.cnrs.fr/

2 Voir VAN DIJK, Suzan, « Madame Dunoyer, auteur de la Quintessence des Nouvelles, 1711-1719 », in Traces de femmes. Présence féminine dans le journalisme français du XVIIIe siècle. Amsterdam/Maarssen, Holland University Press, 1988.

3 Comme je l’ai développé dans un article récent, « La voix éditoriale, outil de cohésion dans le texte des gazettes du 18 e siècle », Orages, n° 7 poétiques journalistiques, mai 2008), pp. 37-52.

4 LABROSSE, Claude, « Journaux et fictions au XVIII e siècle : introduction », in Malcolm Cook et Annie Jourdan, Journalisme et fiction au 18 e siècle, Peter Lang, Bern, 1999, p. 9-15, p. 14.

5 Directeur du Courrier du Bas Rhin de 1768 à 1798 (voir F. MOUREAU, notice « Manzon », in J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes (1600-1789), Voltaire foundation, Oxford, 1999, t. 2, p. 644-679).

6 Un des « fondateurs du journalisme politique » d’après, Ch. Albertan et J. Brengues, auteurs de la notice qui lui est consacrée dans le Dictionnaire des journalistes (1600-1789), ouvr. cit., t. 2, p. 525-526.

7 « Le tremblement de terre de Messine (1783) : catastrophe et intérêt », in A.M. Mercier-Faivre et Chantal Thomas (dir.), L’Invention de la catastrophe au 18 e siècle, Droz, 2008.

8 J’ai étudié ces variations en détail dans une communication au colloque de Naples de décembre 2007, « Les éruptions du Vésuve dans la presse du 18 e siècle" (à paraître dans les actes, qui seront publiés par Dominique Bertrand).

9 SGARD, Jean, « L’auteur », in P. RÉTAT (dir.), La « Gazette d’Amsterdam » : miroir de l’Europe au XVIII e siècle, Oxford, Voltaire foundation, 2001, p. 41.

10 D’après Jean SGARD (Dictionnaire des journaux, t. 1, p. 462).

11 C’est ce qu’on observe dans les nouvelles du tremblement de terre de Calabre de 1783 (cf. « Le tremblement de terre de Messine (1783) : catastrophe et intérêt », in L’Invention de la catastrophe, ouvr. cit.)

12 Voir mon article, « Les ambassadeurs : gazettes et diplomatie (l’exemple Russo-ottoman de 1775), in Gazettes et information politique sous l’Ancien Régime, textes réunis par Henri Duranton et Pierre Rétat, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1999, pp. 371-383.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Mercier-Faivre, « Le travail du gazetier », El Argonauta español [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/635 ; DOI : 10.4000/argonauta.635

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Mercier-Faivre

LIRE (UMR 5611, CNRS-Lyon 2), Université de Lyon - Université Claude Bernard-Lyon 1

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org