Navigation – Plan du site
Livraison juin : Être journaliste dans l’Espagne des Lumières
Le complément de El Argonauta español (juin 2009)

Giovanni Ludovico Bianconi et le Journal des savans d’Italie (1748-1749)

Vittorio Criscuolo

Résumés

Le Journal des savans d’Italie fut publié en Allemagne en 1748-1749 par le médecin et érudit bolonais Giovanni Ludovico Bianconi (1717-1781). Il était écrit en langue française et présentait des comptes rendus de livres publiés en Italie, dans le but de diffuser en Europe la culture italienne. Bianconi appartenait au courant de catholicisme éclairé qui trouvait son point de repère dans l’oeuvre de Ludovico Antonio Muratori. Par son journal il se proposait de dépasser le climat de la Contre-réforme et de rétablir les échanges entre la culture italienne et l’Europe, mais dans une perspective très modérée, qui maintenait des liens très solides avec la Papauté et restait bien loin des idées des Lumières.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Quelques renseignements sur ce journal, qui ne tiennent pas compte de la bibliographie italienne, s (...)
  • 2 Bianconi nous informe que quelqu’un l’avait invité à révéler sa propre identité. Il répondit qu’il (...)
  • 3 Voir BONORA, Elena, Giovanni Lodovico Bianconi, in Dizionario biografico degli Italiani, vol. X, Ro (...)
  • 4 Journal, tome II, Avis au lecteur, p. IV.

1Le premier tome du Journal des savans d’Italie parut en 1748, avec l’indication « à Amsterdam, aux depens de la compagnie », mais il était imprimé en réalité à Leipzig1. Les articles ne présentent ni signatures ni paraphes, et n’offrent aucune information utile pour remonter à l’identité des rédacteurs2. Nous savons cependant que le journal fut composé entièrement par le bolonais Giovanni Lodovico Bianconi3, qui se trouvait à cette époque à Augsbourg comme médecin personnel de Joseph de Hesse-Darmstadt, prince-évêque de cette ville. C’est lui-même qui, dans une lettre du 2 janvier 1748 au vénitien Francesco Algarotti, révèle les raisons qui l’avaient conduit à suivre une route qui lui était « absolument inconnue »4 :

  • 5 EMERY, Luigi, « Gian Lodovico Bianconi in Germania (1744-1764) », in Studi e Memorie per la storia (...)

« Per passare il tempo, e alleggerire la noia, che secondo me in questo paese di Augusta più che altrove fiorisce, ho incominciato a scrivere un giornale dei letterati d’Italia in francese, giacché parevami che questo solo mancasse alla repubblica letteraria »5.

  • 6 A la fin des deux premiers volumes figure une rubrique de Nouvelles littéraires qui signale succinc (...)
  • 7 Journal, t. II, Avis au lecteur, p. III.

2Dans la préface au premier tome, Bianconi manifeste l’intention de faire sortir quatre volumes par an, mais la publication du journal s’interrompit dès l’année suivante. On ne peut rien dire de précis au sujet des causes de cette interruption. La collection complète ne comprend donc que trois volumes, composé chacun de quelque 300 pages, pour un total de 868 pages6. Un Avis au lecteur qui se trouve au début du deuxième tome déclare que les savants européens, « meme ceux du premier ordre », avaient réservé au premier tome un « bon accueil »7. En ce qui concerne la diffusion, l’on peut se référer à la liste des villes et des libraires où il était possible de l’acheter :

  • 8 Tome I, p. 301. Nous omettons les noms des libraires.

« Amsterdam, Anvers, Augsbourg, Bâle, Bamberg, Breslau, Brünn, Cologne, Dresde, Francfort, Geneve, Gräz, La Haye, Insproug, Lausanne, Leipzic, Lyon, Mayence, Munic, Nuremberg, Paris, Prague, Ratisbonne, Salzbourg, Strasbourg, Treves, Venise, Vienne, Ulm, Wirzbourg »8.

3Bianconi prétendait donc toucher une vaste aire de diffusion, mais nous ne savons pas dans quelle mesure ses intentions se sont réalisées.

  • 9 Bianconi se rapporte explicitement à l’expérience de ce journal : « De tous les journaux qui se don (...)

4Le titre fixe exactement la nature du journal : il s’agit d’une publication périodique qui présente des extraits ou des compte rendus des livres nouveaux imprimés en Italie. Il se proposait de diffuser en Europe la culture italienne, en remplissant ainsi le vide laissé par la Bibliothèque italique, un journal italianisant imprimé à Genève, qui avait cessé de paraître en 17349 :

  • 10 Journal, t. I, p. VII.

« Les savans d’Italie cultivent les sciences avec la meme chaleur sans doute, et les memes progrès que ceux des autres nations. Ils donnent des ouvrages qui meritent de passer entre les mains d’un chacun ; cependant ils n’y parviennent pas. Si les italiens n’écrivoient que dans leur langue l’on pourrait croire qu’elle en seroit la seule cause ; mais ils écrivent beaucoup en latin »10.

  • 11 T. II, p. 364.
  • 12 Bianconi demande à ce propos l’indulgence de ses lecteurs, en rappelant que le français n’était pas (...)

5La langue n’était donc pas la seule cause de la circulation limitée des livres italiens en Europe. La responsabilité de cette situation tenait également à « la nonchalance sur tout des libraires de France, qui ne se procurent pas les ouvrages des Italiens »11. Cette considération explique largement la décision de Bianconi d’utiliser pour son journal la langue française12 :

  • 13 Journal, t. I, p. V.

« Quelle autre choisir ? la Latine ? Ell’ eut donné à notre ouvrage un air trop savant, elle en eut mis la lecture au dessus de la portée de bien de personnes. L’Italienne ? Elle est lue et entendue de beaucoup de gens de lettre, il est vrai ; mais elle n’est pas universelle. Nous n’ecrivons pas d’ailleurs pour les Italiens, mais pour les autres nations ; la langue Françoise y est la plus repandue »13.

  • 14 T. I, p. II.
  • 15 Une analyse complète du Journal a été effectuée par ROSCIOLI, Daniela, Le journal des savans d’Ital (...)

6Le Journal des savans d’Italie n’occupe pas une place de premier ordre dans l’univers du journalisme italien du XVIII e siècle, en raison même de sa courte durée. Par ailleurs, il représentait pour son auteur « un coup d’essai, un travail nouveau »14 ; le médecin bolonais, après son retour en Italie en 1764, aurait contribué à la publication de journaux très importants, tels que l’Antologia romana et les Effemeridi letterarie di Roma. Pourquoi donc avons-nous décidé de poser notre, et votre, attention sur cet ouvrage ? Il faut considérer tout d’abord qu’il représente un épisode de cette histoire des Italiens à l’étranger qui nous permet d’envisager un problème vraiment central, et décisif, pour l’histoire de la péninsule au XVIIIe siècle : la question des relations entre la tradition historique, linguistique et culturelle de l’Italie et l’Europe des Lumières. Dans cette perspective notre journal, bien que cité très souvent, a été très peu étudié. Par ailleurs, l’analyse du journal de Bianconi nous permettra d’esquisser quelques réflexions non seulement sur les milieux catholiques auxquels appartenait son auteur, mais aussi sur le pontificat de Benoît XIV et sur la fonction de ce catholicisme modéré, ou éclairé, à l’aube de la diffusion de la culture des Lumières dans la péninsule. Dans ce but, nous ne proposerons pas une analyse détaillée du journal, et nous nous limiterons à mettre en lumière quelques thèmes, parmi les plus importants, qui nous offriront la possibilité de présenter des considérations d’ordre plus général sur la vie intellectuelle de l’Italie au délicat tournant de la moitié du siècle15. Mais avant d’examiner certains aspects du journal, il convient d’esquisser brièvement la personnalité de son auteur.

7Giovanni Lodovico Bianconi fut un protagoniste important du journalisme et en général de la culture italienne au XVIII e siècle. Il était né à Bologne en 1717. Après avoir obtenu une solide formation humaniste, il suivit des études scientifiques et mathématiques sous la direction d’excellents maîtres, parmi lesquels l’on peut citer le célèbre Eustachio Zanotti. Il se dédia ensuite aux études de philosophie et de médecine, qu’il termina en 1741. Trois ans après, alors qu’il était âgé de seulement 24 ans, il fut appelé par le langrave Joseph d’Hesse-Darmstadt, prince évêque d’Augsburg, pour être son médecin personnel. Nous avons déjà dit que pendant son séjour à Augsbourg il publia le journal dont nous allons nous occuper.

  • 16 Cet ouvrage fut publié anonyme en langue italienne : Lettere al marchese Filippo Hercolani […] sopr (...)

8A Augsbourg, il connut Sophie Gutermann, une jeune fille douée d’une intelligence extraordinaire. Il se proposa de la diriger sur le chemin des sciences, des lettres et des beaux-arts. Mais bientôt des rapports bien plus étroits s’établirent entre les deux jeunes. Le mariage fut empêché par la volonté du père de Sophie, rigoureux luthérien, qui imposa à propos de l’éducation des enfants des conditions inacceptables pour le catholique Bianconi. Sophie fut ensuite amie du poète allemand Christoph Martin Wieland, et devint une femme écrivain célèbre sous le nom qu’elle prit après son mariage, Sophie La Roche. Une fille de Sophie, Maximilienne, fut aimée par Goethe, et fut ensuite la mère de Clemens Maria Brentano. L’on peut supposer que la conclusion de sa relation avec Sophie ait eu quelque part dans la décision d’interrompre la publication du journal. Mais il faut considérer aussi que Bianconi peu après quitta Augsbourg pour se rendre à Dresde, où il s’établit dès 1750. Il devint en effet, grâce aux bons offices de Benoît XIV, médecin personnel, et ensuite conseiller et bibliothécaire de l’électeur de Saxe Frédéric-Auguste II, roi de Pologne sous le nom d’Auguste III. À la cour de Dresde, qui était à l’époque l’une des plus fastueuses d’Europe, Bianconi s’inséra dans un milieu intellectuel prestigieux, où il se lia d’amitié, entre autres, avec le peintre Mengs, qui en était alors à ces débuts, et surtout avec Winckelmann. Ce fut d’ailleurs Bianconi qui introduisit l’historien et archéologue allemand dans les milieux de cour et dans la société des savants. Les liens avec la société saxonne furent ultérieurement renforcés en 1753 par le mariage avec Eléonore Esse, fille du grand bailli de Dresde. Bianconi s’occupa aussi d’acheter en Italie, pour la splendide Galerie du roi, plusieurs oeuvres d’art, parmi lesquelles figure notamment un célèbre tableau de Raffaello, la Vierge avec l’enfant et les saints Sixte et Barbe. Après l’occupation de Dresde par les troupes prussiennes, pendant la guerre des sept ans, Bianconi suivit le prince héréditaire Frédéric-Chrétien à Prague, et ensuite en Bavière. Là le médecin bolonais recueillit un grand nombre de renseignements et d’observations sur le pays, qu’il publia ensuite dans son ouvrage le plus important et le plus célèbre, les Lettres au marquis Philippe Hercolani sur quelques particularités de la Bavière et d’autres régions de l’Allemagne, mieux connues comme Lettres bavaroises16.

9Il s’agit d’un exemple très intéressant de cette littérature de voyage qui occupa une place importante dans la culture européenne et italienne du XVIIIe siècle. Après la mort de l’électeur Frédéric-Chrétien en 1763, survenue deux mois après qu’il avait succédé à son père, Bianconi décida de revenir définitivement en Italie. En 1764, il s’établit à Rome avec la charge honorifique de ministre de Saxe près du Saint-Siège. Dans cette troisième période de son existence Bianconi se consacra entièrement à l’étude des sciences et de l’histoire, ainsi qu’à des travaux d’érudition. Il reprit aussi son activité journalistique qu’il avait interrompue en 1749 et s’imposa comme l’un des protagonistes du journalisme littéraire de Rome pendant le pontificat de Pie VI. En fait, il compta parmi les fondateurs des Effemeridi letterarie, et ensuite du Nuovo Giornale dei letterati d’Italia , et collabora activement aux Anecdota litteraria, et à l’Antologia romana. Il mourut à Pérouse en 1781. Mais passons enfin à l’analyse des thèmes les plus intéressants du Journal des savans d’Italie.

  • 17 Il faut rappeler que la question des fêtes d’obligation avait beaucoup agité les premières années d (...)
  • 18 Prosperi cardinalis Lambertini postea Benedicti XIV pont. Maximi commentarii duo de Domini Nostri J (...)
  • 19 Il écrit : « Nous ne saurions commencer notre Journal par un ouvrage plus illustre que celui ci » ((...)

10Les premiers articles des deux premiers tomes sont consacrés à l’analyse de deux ouvrages écrits par le pape Benoît XIV quand il était encore le cardinal Prospero Lambertini, archevêque de Bologne : il s’agit respectivement d’un commentaire sur les fêtes chrétiennes en honneur de Jésus et de la Vierge17et d’un commentaire sur le sacrifice de la Messe18. La place d’honneur que le médecin bolonais réserve aux écrits du pape représente assurément une sorte de manifeste programmatique de son journal19.

11En écrivant ces deux commentaires Benoît XIV s’était proposé de contribuer à l’instruction du clergé. C’est un but que Bianconi considère absolument essentiel pour rendre plus efficace l’action pastorale de l’Eglise romaine :

  • 20 Journal, t. I, pp. 3-4.

« Rien sans contredit de plus nécessaire, rien de plus à souhaiter pour l’Eglise que de la voir servir par des personnes instruites à fond de tous les Mystères qui la regardent. L’ignorance, où il n’a été que trop commun de voir croupir les Ecclésiastiques, la malice et l’orgueil des méchants ont été la Tige d’où tous les malheureux schismes qui ont déchiré l’Eglise de Dieu, et la déchirent encore de nos jours, ont poussé leurs pernicieuses racines »20.

  • 21 T. II, p 324.
  • 22 T. I, p. 33.

12Dans les articles consacrés aux questions de théologie et d’histoire ecclésiastique Bianconi ne manque jamais de manifester la volonté d’éviter « les controverses, qui malheureusement divisent aujourd’hui les chrétiens »21. Sa personnalité se caractérise assurément par un esprit irénique. En rapportant les thèses soutenues par une université protestante qui exprimaient une certaine ouverture à l’Eglise romaine, il écrit : « Qu’il plaise au Seigneur, que ce soit là un prélude de paix, et de cette sainte union qui est désirée »22.

  • 23 T. II, p. 340, à propos des Opuscoli ecclesiastici del marchese Scipione Maffei, parte non più racc (...)

13Dans un autre article, après avoir examiné la controverse entre le catholique Scipione Maffei et le protestant Christophe Pfaff à propos de certains fragments manuscrits attribués à Saint Irénée, Bianconi souligne « la manière noble et civile, avec la quelle ces deux savans disputent », et ajoute : « Que de maux n’auroit on pas évité, si l’on eut toujours agi de même ? Le but d’un catholique, qui dispute avec un protestant, doit être de le persuader. Mais comment y parvenir, si on l’injurie, et le courrouce ? »23.

  • 24 T. I, p. 52.

14Et pourtant l’esprit de controverse, bien que fondé exclusivement sur la discussion savante, se manifeste très souvent dans son journal. Bianconi ne renonce jamais à soutenir contre le protestantisme la « véritable théologie » et surtout « la primauté du Souverain Pontife »24. Par exemple, lorsqu’il analyse le commentaire de Benoît XIV sur la messe, il loue « la constance de l’Eglise de n’admettre que très dificilement les nouvelles langues dans les mystères de la réligion », et ajoute :

  • 25 T. II, pp. 314-315.

« Quelqu’un des protestans a prétendu que cet usage tendoit à cacher les mystères sacrés aux yeux du peuple ; mais il est aisé de voir que ce raisonnement n’a pas été judicieux. […] Le Concile de Trente ordonna expressement aux ecclesiastiques d’expliquer au peuple le contenu de la Messe, afin qu’il ne l’ignore point. Si quelqu’un ne le fait pas, il manque essentielllement à son devoir »25.

15Il faut remarquer aussi le compte rendu très favorable de l’Histoire ecclésiastique du père Ascanio Orsi, dominicain, secrétaire de la congrégation de l’Index. Bianconi y polémique ouvertement avec les protestants, qui refusaient la tradition au nom d’un retour intégral aux Saintes Ecritures :

  • 26 T. II, p. 513.

« On se persuadera aisement, suivant toutes les reflexions de nôtre auteur, qu’aucun des Evangelistes, ni tous ensemble n’ont eu intention, en écrivant l’histoire de Jesus-Christ, de former un code universel, qui contient toute la doctrine, et les articles du christianisme. Par cette raison il ne faut donc pas pretendre, que tout ce, qui ne se trouve point dans ces saints livres, soit apocrife, lorsqu’il est apppuié sur la constante tradition des fidelles jusques à nous »26.

16Mais Bianconi n’est pas du tout fermé à l’exigence d’un renouvellement profond de la sensibilité chrétienne. La controverse avec le protestantisme n’est plus animée par l’esprit d’intolérance des théologiens, et se développe entièrement sur le plan de l’histoire et de l’érudition. Au fond, il s’agit de montrer la conformité de la confession de foi catholique aux principes de la religion apostolique. Il faut souligner que dans cette affirmation d’une méthode nouvelle en matière de religion, Bianconi se rapporte explicitement à l’autorité de Pierre Bayle :

  • 27 T. II, pp. 515-516.

« Ceux, qui pretendent, que ces matières ne peuvent se bien traiter qu’avec la vieille forme syllogistique, […], peuvent y voir, combien on se trompe, et qu’on devroit laisser quelque fois cette méthode, comme dit Bayle, aux professeurs de Salamanque, ou aux regents des anciens couvens »27.

  • 28 T. II, pp. 304-305.

17A travers ces considérations d’histoire ecclésiastique, l’on entrevoit toujours clairement l’idéal d’une Eglise plus pure et plus simple, de cette Eglise primitive qu’il fallait encore proposer comme le véritable modèle de la spiritualité chrétienne. Bianconi écrit par exemple, au sujet de la célébration de la Messe : « Les passages qui nous parlent de ce mistère dans les premiers siecles, nous apprenent aussi qu’il étoit celebré avec simplicité. L’on a ajouté peu à peu beaucoup de preparation, et de prieres, pour agmenter la devotion des chrétiens »28. C’était surtout en examinant la pénitence chez les premières églises chrétiennes qu’on pouvait mesurer la distance qui séparait le catholicisme contemporain de ses origines :

  • 29 T. II, p. 317.

« On y peut voir, quelles austerités les anciens Chrétiens pratiquoient pour faire penitence de leurs pechés. Cela montre aussi combien cet esprit de liberté et d’indolence (qui ne s’introduit que trop parmi nous) s’accorde peu avec celui de l’ancienne Eglise, qui exigeoit une veritable penitence »29.

  • 30 Istoria teologica delle dottrine e delle opinioni corse ne’ primi cinque secoli della Chiesa in pro (...)
  • 31 Journal, T. I, p. 49.
  • 32 Ibidem.

18Il ne faut pas rapporter ces affirmations à une certaine influence janséniste sur le catholicisme de Bianconi. Il écrit en effet dans son journal un compte rendu très favorable de l’Histoire théologique publiée en 1742 par Scipione Maffei30, qui représentait une réfutation des thèses jansénistes sur la grâce. Dans le but de contraster le grand nombre « de brochures et de petits traités que le parti janseniste répand en France pour séduire les gens simples et ignorans »31, Maffei avait reproduit dans son ouvrage de nombreux passages tirés des écrits des Pères de l’Eglise afin de montrer que les propositions des élèves de Jansen étaient « une à une contraires à Saint Augustin »32. Bianconi condamne donc l’hostilité janséniste pour la communion fréquente et se montre en parfait accord avec les thèses soutenues dans l’Histoire théologique par Maffei :

  • 33 T. I, p. 50.

« On y découvre les ruses des Quesnellistes qui transforment souvent une proposition en y ajoutant ou retranchant une sillabe. On y découvre encore un autre artifice, qui est d’éloigner les fidèles de la confession et de la communion, ce qui a causé un mal infini ; et cela sous l’apparence d’un rigorisme feint, en semant qu’on ne doit point s’approcher de la Sainte Table, si l’on n’a un amour parfait vers Dieu, exempt de quelque mélange que ce soit »33.

  • 34 T. II, p. 340.

19L’on peut également observer que Bianconi dans son article souligne à plusieurs reprises l’orthodoxie de l’Histoire théologique de Maffei, qui avait été accusée de semipélagianisme ou de molinisme. En fait l’érudit véronais visait, plus qu’à affirmer l’orthodoxie catholique, à revendiquer la liberté du chrétien, contre les bornes de la prédestination et de la grâce interprétée d’après la tradition augustinienne. Même l’utilisation de la langue italienne causa à Maffei quelques problèmes avec le Saint-Office, qui ne considérait pas favorablement les ouvrages théologiques qui n’étaient pas écrits en langue latine. C’est pourquoi notre Bianconi ne manque pas de souligner, à propos des Opuscules ecclésiastiques de Maffei, que « la langue italienne n’est pas moins propre que d’autres, à traiter des matieres theologiques »34.

  • 35 Dans le journal il y a le compte rendu d’un ouvrage publié par Lami à Florence en 1738 : De eruditi (...)

20En conclusion, les convictions religieuses exprimées par Bianconi dans son journal s’insèrent dans ce courant de catholicisme éclairé auquel appartenaient entre autres Scipione Maffei et Giovanni Lami35, et qui s’inspirait surtout des principes affirmés par Muratori dans son ouvrage Della regolata divozione de’ cristiani. Il s’agit d’un christianisme raisonnable, fondé sur la volonté de corriger les abus de la Contre-réforme, c’est à dire d’une manière de vivre la foi vouée moins à l’intériorité du sentiment religieux qu’à l’extériorité de la liturgie.

  • 36 Lettre au maquis Filippo Hercolani à Bologna, datée Dresde, 17 giugno 1763, in EMERY, cit., p. 144.
  • 37 EMERY, op. cit., p. 145.

21L’aspiration à une religiosité plus simple, et ouverte au dialogue avec les autres confessions chrétiennes, se manifeste toujours par une attitude très modérée, qui ne prévoit aucune critique, même partiale, à la tradition et à l’histoire de l’Eglise romaine. Il s’agit d’une position assurément sincère, mais qui n’exclut pas au fond une certaine circonspection ou prudence. La correspondance du médecin bolonais nous montre qu’il était parfaitement conscient de l’opportunité de ne pas se brouiller avec les milieux traditionalistes : il décida par exemple de publier les Lettres bavaroises anonymes à Lucques afin d’échapper à la censure ecclésiastique, et surtout à l’hostilité des moines ignorants, qui possédaient tous les vices des jésuites sans en posséder les vertus36. D’autre part il y a dans les Lettre bavaroises quelques passages qui montrent une attitude, face à l’Europe protestante, plus ouverte et libre, et laissent entrevoir même une certaine admiration. Par exemple, lorsqu’il décrit Augsbourg, cette ville heureuse dans laquelle les catholiques et les protestants vivaient en paix ensemble, il ajoute qu’il était assez facile de distinguer ceux qui appartenaient à l’une ou à l’autre de ces deux confessions : « Il protestante, sia detto per amor del vero, ha l’aria infinitamente più composta e colta. Tanto vale nell’uomo la differente educazione, ed è pur d’uopo il dirlo, quella de’ cattolici in Augusta è estremamente negletta ed ignobile »37.

  • 38 Bianconi parle dans plusieurs articles des fouilles d’Ercolano.
  • 39 Voir par exemple le compte rendu des Consulti medici (2 voll., Venezia, 1741 ; première édition : N (...)

22Mais le journal de Bianconi ne s’occupe pas seulement de théologie et d’histoire ecclésiastique. Il propose à l’attention du public européen un vaste choix d’ouvrages publiés en Italie, qui traitent les sujets les plus divers, qui vont de l’archéologie38à l’histoire, des littératures classiques à la philologie, des sciences naturelles aux mathématiques, du droit à la médecine39. C’est surtout dans ces articles que l’on peut apprécier la remarquable stature intellectuelle de son auteur, et sa contribution au renouvellement de la culture italienne.

  • 40 Le premier plan des Annales s’arrêtait à l’an 1500. Muratori ensuite mena son travail jusqu’à l’an (...)

23En ce qui concerne l’histoire il faut signaler surtout le compte rendu d’un ouvrage fondamental pour la culture italienne de la première moitié du XVIIIe siècle, les Annali d’Italia dal principio dell’Era volgare fino all’anno 1500 compilati da Ludovico Antonio Muratori40. Bianconi traite dans son journal du premier volume, publié à Milan en 1744, qui considère la période qui va du commencement de l’ère chrétienne jusqu’à l’an 221 après Jésus-Christ. Ce n’est pas la partie la plus intéressante des Annales qui, dans les volumes concernant le moyen âge et l’âge moderne, montrent un esprit pacifiste, prélude au climat des Lumières, et surtout critiquent plusieurs aspects de la politique des Papes, suivant une orientation au fond gibeline. Bianconi ne parle pas dans son journal de ces problèmes et, en ce qui concerne le volume considéré, se limite à critiquer respectueusement Muratori pour avoir commencé ses Annales à la naissance de Jésus-Christ :

  • 41 Journal, t. I, pp. 208-209.

« L’on ne sauroit comprendre (soit dit sans s’ecarter de tout ce qui est dû au merite de notre auteur) pourquoi il a commencé son histoire d’Italie d’une époque pareille. Elle est celebre par dessus les autres ; mais n’influe-t-elle pas uniquement sur l’histoire sacrée ? [...] Il faut penser que Mr. Muratori a eû pour cela de bonnes raisons que nous ignorons »41.

  • 42 T. I, pp. 203-204.

24Bianconi pensait au contraire qu’une histoire civile de l’Italie ne pouvait pas ignorer les événements antérieurs à l’affirmation du principat d’Auguste, et en particulier les vicissitudes de « cette grande Republique romaine si ennemie de tout ce qui lui rappelloit l’idée odieuse de la royauté, cette Republique si jalouse de sa liberté », qui était devenue « tout d’un coup esclave d’un seul homme »42.

25L’on sent dans ces mots une certaine sympathie, plus historique et littéraire que politique, pour la tradition républicaine, qui était caractéristique des milieux intellectuels auxquels Bianconi appartenait, c’est-à-dire de ce monde des patriciats urbains dont étaient issues en grande partie les classes dirigeantes des Etats italiens d’ancien régime.

  • 43 Comitis Gabrielis Verri, Mediolanensis Patricii, de ortu et progressu juris Mediolanensis, seu appa (...)
  • 44 Journal, t. II, p. 392
  • 45 A ce propos voir VENTURI, Franco, Settecento riformatore, vol. I, Da Muratori a Beccaria, Torino, E (...)
  • 46 Journal, t. II, p 397.

26A ce propos un témoignage intéressant nous est fourni par le compte rendu d’une dissertation de Gabriele Verri, le père de Pietro, qui servait d’introduction au recueil des lois de l’Etat de Milan, ordonné par l’impératrice Marie-Thérèse lorsqu’elle décida de réunir sous la même juridiction de l’ancien Duché de Milan les nouvelles acquisitions de Mantoue, de Parme et de Plaisance43. Les documents de l’ancienne législation milanaise avaient été détruits en 1162 quand la ville avait été obligée à se rendre à l’empereur Frédéric I. Verri se proposait par son travail « de recueillir ce qui pouvoit être echappé de cet accident »44. Dans ce sens il fallait interpréter, selon Bianconi, le mot de Properce que Gabriele Verri avait choisi pour son ouvrage : Iam nova de nihilo nascitur historia. Il ne s’agissait pas d’une perspective de renouvellement de la législation, d’après les positions qui seraient adoptées, quelques années plus tard, par son fils Pietro. Le vers du poète latin était rapporté au travail de l’historien et du juriste, qui remettent au jour, par l’érudition et la philologie, les témoignages de l’ancienne tradition civique45. Le projet de Gabriele Verri était en parfaite adéquation avec les idées et la formation du bolonais Bianconi, et de tous les intellectuels italiens qui étaient enracinés dans ces histoires urbaines qui remontaient jusqu’à l’âge glorieux des communes. Bianconi écrit à ce sujet : « Les villes du territoire de Milan, quoique sujettes aux loix de leur capitale, avoient leurs droits municipaux ; M. Verri les met au jour en très bon ordre »46. Le municipalisme qui caractérisait au fond ces positions était destiné inévitablement à se heurter avec les réformes poursuivies par le despotisme éclairé.

  • 47 T. I, p. 195 (Compte rendu des Tragedie trasportate dalla greca nell’Italiana favella da Mons. Cris (...)

27Même sur le plan littéraire la formation de Bianconi se révèle solidement ancrée dans la tradition humaniste. En se faisant écho des polémiques qui avaient opposé au début du siècle le français père Bouhours aux hommes de lettres italiens, parmi lesquels Muratori lui-même, à propos de la supériorité de la langue française sur la langue italienne, Bianconi se range aux côtés de ceux qui avaient célébré les qualités de notre langue littéraire, « qui est surement la plus propre à la poësie »47. L’on entrevoit clairement ici le lien profond qui reliait notre Bianconi à l’héritage de l’humanisme et de la tradition littéraire italienne. A ce propos il y a un thème absolument central dans l’histoire de la culture italienne au XVIIIe siècle, qui nous permet de distinguer assez facilement les novateurs et les traditionalistes : la question de la langue, c’est-à-dire le problème de l’influence des langues étrangères, et surtout du français, sur la langue italienne. A ce propos Bianconi se montre tout à fait d’accord avec Maffei, qui considérait fort dangereuse l’introduction de mots français dans la langue littéraire de la péninsule. Il écrit dans son journal :

  • 48 T. I, p. 294.

« Maffei censure la corruption de la langue italienne par le melange prodigieux que l’on fait aujourd’hui de mots françois. Il n’est rien de plus ridicule qu’un petit maitre qui sans posseder ni le bon italien ni le français nous debite un langage qui est un vrai galimathias, tiré et tissu de l’un et de l’autre »48.

28Nous sommes ici bien loin des positions des milieux influencés par les Lumières, qui auraient affirmé la nécessité d’ouvrir enfin notre tradition à l’influence régénératrice des langues européennes, et donc de la culture moderne, contre l’archaïsme de l’Accademia della Crusca, qui établissait comme modèle exclusif de langue littéraire le florentin du XIVe siècle.

29Cependant Bianconi, malgré sa formation tout à fait traditionnelle et sa modération sur le plan religieux, exprime une volonté sincère et féconde de sortir du climat sombre de la Contre-Réforme et de rétablir les liens avec la culture européenne.

30A ce sujet il faut considérer tout d’abord sa volonté de diffuser la culture au dehors du cercle restreint des savants. A ce propos Bianconi dans la préface de son journal demande l’indulgence de ses lecteurs les plus cultivés car ils y trouveront parfois des explications inutiles pour eux, mais indispensables pour un public plus vaste :

  • 49 T. I, pp. X-XI.

« Nos extraits seront tantot plus, tantot moins detaillés suivant la matière. L’on tachera de se rendre la plus intelligible qu’il se pourra dans celles qui ne sont pas de la portée d’un chacun et pour y parvenir nous ferons preceder en racourci ce qui nous semblera propre a preparer le lecteur a nous comprendre. L’on s’attachera uniquement a donner des idées claires et netes des ouvrages qui y seront traités. Nous sacrifierons au desir de reussir a cette clarté le vain plaisir d’etaler des episodes agreables et semer d’inutiles fleurs. L’on trouvera souvent des paragrafes un peu elementaires. Les savans auront la bonté de penser que ce n’est point à eux que nous les adressons, mais à ceux qui cherchent des instructions »49.

31Il voulait donc donner de chaque ouvrage une idée claire et nette, condition indispensable pour réaliser son but de divulgation de la culture. Il s’agissait d’une exigence fondamentale dans l’Italie du XVIIIe siècle, où il y avait certes des savants prestigieux, mais où n’existait pas un lectorat suffisamment vaste.

32Idées claires et nettes : ce sont des mots qui se rapportent à une formation cartésienne que l’on entrevoit sans difficulté dans de nombreux articles du journal. Et pourtant Bianconi a dépassé désormais la perspective du rationalisme d’ascendance cartésienne, pour s’insérer résolument dans les milieux qui s’engagèrent à répandre dans la culture italienne les idées, et surtout la méthode de Newton. Je ne peux que proposer très rapidement quelques exemples de cette adhésion au newtonianisme.

  • 50 Ragionamenti supra la durata de regni de’ re di Roma, Roma, 1746.
  • 51 Journal, t. I, p. 63. Voir ARATO, Franco, Il secolo delle cose : scienza e storia in Francesco Alga (...)
  • 52 Journal, t. I, p. 63.

33Bianconi présente un compte rendu très favorable d’un livre publié par Francesco Algarotti, qui avait essayé de modifier la chronologie traditionnelle de l’histoire romaine sur la base des calculs de Newton50. Il s’agit d’une question très discutée, même aujourd’hui, et très difficile à résoudre : l’incertitude de la chronologie de l’époque monarchique, qui compte d’après les annalistes 244 ans. Algarotti affirme que « cette chronologie est moralement impossible » et propose d’abréger l’âge des rois de plus de 100 ans51. Les considérations de Bianconi à ce sujet visent surtout à expliquer « en faveur de ceux qui ne le connoissent pas » les « theoremes fondamenteaux de la chronologie de M. Newton »52, qui avaient servi de base aux conclusions d’Algarotti : le calcul de la durée d’une génération et les informations fournies par l’astronomie ancienne et moderne. C’était une méthode que Bianconi considérait très utile pour le progrès des études de chronologie et d’histoire.

  • 53 Il montre une attention particulière aux applications médicales de l’électricité, et nous informe q (...)
  • 54 Lettre sur l’electricité, écrite par Mr. Bianconi, conseiller et premier médecin de S.A.S. le Landg (...)
  • 55 Voir à ce sujet FERRONE, Vincenzo, Scienza, natura, religione : mondo newtoniano e cultura italiana (...)

34Il publie aussi dans son journal une Lettre sur l’électricité composée par lui-même et adressée au comte Francesco Algarotti, qui montre assez bien les racines de sa formation scientifique. Il faut rappeler ici que le comte vénitien avait publié un ouvrage très important, les Dialogues sur le newtonianisme, qui avait représenté une étape fondamentale pour la diffusion des théories newtoniennes dans la culture européenne, et surtout dans la société italienne. Peut-être n’est-il pas inutile de souligner que cet ouvrage avait été mis à l’Index, décision confirmée encore en 1758. Naturellement les thèses de Bianconi sur l’électricité ne présentent aucun intérêt spécifique53. D’autre part il ne prend pas position entre les différentes théories qui se confrontaient à son époque, et adopte une attitude positive, strictement liée à l’observation des phénomènes : « Je me bornerai à examiner de quelle maniere l’electricité agit sur les corps, et il me sembleroit avoir fait quelque chose, si j’y reussissois »54. Bianconi cependant n’accepte pas la théorie des tourbillons proposée par Descartes et se montre favorable aux positions de Newton. Il s’agit d’une orientation caractéristique de ces milieux catholiques, qui préféraient la méthode newtonienne au mécanicisme cartésien même parce qu’elle se conciliait mieux avec l’orthodoxie religieuse55.

  • 56 De bononiensi scientiarum et artium Istituto atque Accademia commentarii, tomi secundi pars prima, (...)
  • 57 Journal, t. I, p. 117.
  • 58 A ce sujet voir ROSSI, Paolo, I segni del tempo : storia della terra e storia delle nazioni da Hook (...)
  • 59 De’ crostacei e degli altri corpi marini che si trovano su’ monti libri due, Venezia, 1740.
  • 60 Journal, t. II, p. 589-590.
  • 61 T. I, p. 120.

35En analysant les volumes des Commentaires de l’Institut et de l’Académie des sciences de Bologne56, Bianconi s’arrête sur les « belles observations et decouvertes » faites sur les Apennins bolonais par Giuseppe et Gaetano Monti, père et fils, à propos de « ces corps marins, que l’on trouve petrifiés sur les montagnes elevées, et considérablement eloignées de la mer »57. Il s’agissait d’une question extrêmement délicate, qui posait plusieurs problèmes non seulement aux hommes de sciences mais aussi aux théologiens parce qu’elle impliquait la question de la vérité historique du déluge58. Bianconi s’exprime donc avec prudence, et souligne sa propre fidélité à l’orthodoxie religieuse. Par exemple, à propos d’un ouvrage publié sur cet argument par Lazzaro Moro59, il écrit que l’auteur avait su « s’opposer d’avance aux argumens, que les libertains pourroient abusivement tirer de ces opinions contre la Bible. Lorsque les physiciens auront surabondamment prouvé le deluge, les incredules seront obligés de plier leurs cols, tels roides qu’ils soient, sous la verité, et reconnoître leurs erreurs »60. Bianconi cependant encore une fois ne prend aucun parti à propos des différentes opinions qui se confrontaient à son époque sur l’origine et la nature des fossiles, et se limite à illustrer les principales théories qu’il considérait vraisemblables : « Nous en rapporterons quelques unes en passant, sans pretendre pour cela embrasser aucun parti contraire. Nous voulons seulement user de la liberté de philosopher en doutant »61.

  • 62 Vita del Padre Guido Grandi, abate camaldolese, matematico dello Studio Pisano, scritta da un suo d (...)
  • 63 Journal, t. II, p. 554.
  • 64 T. II, p. 560.

36L’on trouve dans ce passage le noyau central du projet poursuivi par le journal de Bianconi : la revendication d’un espace de liberté qui favorisât le progrès des sciences et de la vie intellectuelle. Il s’agissait donc de cette recherche d’une « libertas philosophandi », qui était une condition absolument essentielle à la renaissance de la vie culturelle et civile de l’Italie. Dans ce contexte, qui prévoyait un progressif dépassement de l’âge de la Contre-Réforme, l’adhésion au newtonianisme permettait à ces milieux intellectuels de proposer de nouveau dans la culture italienne la centralité de cette méthode expérimentale, qui se reliait ouvertement à l’héritage prestigieux de Galilée, jamais oublié en Italie malgré la condamnation de l’Eglise. Il faut souligner à ce sujet l’article consacré par Bianconi à la biographie de Guido Grandi publiée par un jeune moine vénitien, Giammaria Ortes, presque inconnu alors, qui serait devenu l’un des plus importants économistes italiens du XVIIIe siècle62. Ortes, qui avait été élève du grand mathématicien de Cremone, rappelle dans son ouvrage la polémique de Grandi avec le napolitain Porzio et le romain Giordano, qui avaient « attaqué comme paralogisme la proposition de Galilée que la force, que le corps ont en descendant par un plan incliné, est proportionnée à celle, qu’ils auroient dans la perpendiculaire de ce plan, comme la hauteur du plan est proportionnée à son inclination »63. Bianconi ne perd pas l’occasion de proposer à l’attention de ses lecteurs européens le souvenir du grand Galilée, qui avait élaboré les principes fondamentaux de la méthode scientifique. Lorsqu’il condamne les milieux traditionalistes qui avaient contrasté les nouveautés proposées par Grandi, il ne se réfère pas seulement au mathématicien de Cremone, mais pense évidemment à tout le courant philosophique et scientifique qui s’était développé à partir de Galilée : « Quelques partisans de l’ancienne philosophie speculative, qui vivoient à Pise, declamoient sans cesses contre les decouvertes des modernes, comme si l’on faisoit mal de devoiler la verité lorsqu’on la trouve »64.

37En conclusion, il convient d’évoquer, à la lumière du journal que nous venons d’analyser, la place de Bianconi dans la vie intellectuelle du XVIII e siècle. Il ne fait aucun doute que sa tentative de rétablir les échanges culturels entre l’Europe et l’Italie se fondait sur une formation solidement enracinée dans la tradition italienne, une tradition qui remontait à l’âge glorieux de l’humanisme et de la Renaissance. Par ailleurs, il faut souligner que ce courant de catholiques modérés et éclairés, auquel appartenait Bianconi, a joué un rôle très important dans la préparation du terrain sur lequel se serait affirmé ensuite la culture des Lumières. L’on retrouve dans le Journal de Bianconi une Italie qui, bien qu’animée par la volonté d’affirmer les racines humanistes de sa propre tradition culturelle et linguistique, s’efforçait en même temps de reprendre et développer ses relations avec l’Europe. La Contre-Réforme n’avait pas imposé seulement un modèle religieux qui avait éloigné la population de la péninsule des principes de l’Eglise primitive, mais avait isolé la culture italienne des progrès des pays européens les plus avancés. Il s’agissait donc de rétablir la circulation des idées avec l’Europe afin de créer dans la péninsule même les conditions nécessaires au progrès et à la diffusion de la culture.

  • 65 FERRONE, cit., pp. 167-168.

38A ce propos Vincenzo Ferrone a parfaitement montré que ce groupe de catholiques était bien loin d’être homogène : il ne s’agissait pas d’un parti philosophique « ante litteram ». Certains ne manqueront pas de développer cette « libertas philosophandi » revendiquée par Bianconi dans une perspective qui s’insérait consciemment dans le climat des Lumières65. Ce n’est pas le cas de Bianconi. Malgré la dimension européenne de sa personnalité, il resta en deçà de la culture des Lumières, non seulement à cause de ses liens avec la tradition culturelle et linguistique de l’Italie, mais surtout en raison de sa volonté de ne jamais soumettre à discussion l’hégémonie de l’Eglise catholique sur la vie intellectuelle de la péninsule. Dans ce sens, ses positions, qui à la moitié du siècle pouvaient représenter une tentative remarquable, quoique modérée, de renouvellement de la culture catholique, auraient rapidement épuisé ses éléments progressifs, et auraient contribué à préparer, par ailleurs, les matériaux avec lesquels l’Eglise romaine aurait bâti ensuite une nouvelle digue pour contraster la dangereuse diffusion des Lumières dans la péninsule.

  • 66 DEL PIANO, Patrizia, Il governo della lettura. Chiesa e libri nell’Italia del Settecento, Bologna, (...)

39Les considérations que nous venons de faire à propos de Bianconi semblent confirmer les résultats de la recherche historique de ces dernières années sur le pontificat de Benoît XIV. Je pense ici, par exemple, à un très important livre publié par Patrizia Del Piano, une jeune historienne de Turin66. L’historiographie a sensiblement nuancé l’image consolidée d’un Benoît XIV animé par un esprit de tolérance et d’indulgence chrétienne, qui rompait avec la tradition de la curie romaine.

40Le pape bolonais comprit qu’il fallait modifier la stratégie adoptée par l’Eglise romaine pour combattre la culture moderne. C’est pourquoi il réalisa une certaine ouverture aux aspirations de réforme des catholiques éclairés tels que notre Bianconi. Mais les limites de cette ouverture sont évidentes : une distance remarquable sépare les réalisations de son pontificat des idées soutenues par exemple par Muratori. Quant à la prétendue tolérance, peut-on oublier la mise à l’Index de l’Esprit des lois en 1751 ?

41L’histoire culturelle de l’Italie dans la première moitié du XVIII e siècle a été marquée profondément par les vicissitudes de deux intellectuels, Adalberto Radicati di Passerano et Pietro Giannone.

42Le premier, un aristocrate piémontais, proposa à son souverain Victor-Amédée II un projet très radical de politique ecclésiastique, mais fut contraint à l’exil, et finit ses jours, pauvre et isolé, aux Pays-Bas. Giannone publia en 1723 une Histoire civile du Royaume de Naples dans laquelle il attaquait l’hégémonie de l’Eglise romaine. Il fut contraint par la réaction de Rome et des ecclésiastiques à se réfugier à Vienne. Arrêté ensuite par les émissaires du roi de Sardaigne, il mourut en 1748 dans une prison piémontaise. Son Triregno, écrit pendant l’exil, mise en cause radicale de l’Eglise, attaquée jusque dans ses dogmes, resta inconnu et ne fut publié qu’au XIXe siècle.

43Les destins parallèles de Radicati et de Giannone démontraient que, dans le pays de l’Inquisition, il était impossible d’attaquer de front le pouvoir de Rome. Le souvenir de ces destins dramatiques conditionna longtemps l’attitude de la culture des Lumières dans la péninsule.

44Si vous lisez le Caffè, la revue la plus importante de l’Italie du XVIII e siècle, vous trouverez des projets très avancés dans tous les domaines : économie, droit, littérature, langue, sciences naturelles, etc., mais vous ne trouverez au sujet de la religion qu’un silence presque absolu. Pietro Verri, le véritable chef de l’école milanaise des Lumières, avait bien compris la leçon de l’histoire.

45Leçon de longue durée, ajoutons-nous.

Haut de page

Notes

1 Quelques renseignements sur ce journal, qui ne tiennent pas compte de la bibliographie italienne, sont fournis par Robert GRANDEROUTE in Dictionnaire des journaux. 1600-1789, sous la direction de Jean SGARD, Paris, Universitas, 1991, p. 654.

2 Bianconi nous informe que quelqu’un l’avait invité à révéler sa propre identité. Il répondit qu’il s’agissait d’une question sans importance, et ajouta que presque tous les journaux paraissaient anonymes (Journal des savans d’Italie, cité dorénavant simplement comme Journal, tome II, Avis au lecteur, pp. VII-VIII).

3 Voir BONORA, Elena, Giovanni Lodovico Bianconi, in Dizionario biografico degli Italiani, vol. X, Roma, Istituto dell’Enciclopedia italiana, 1968, pp. 252-255.

4 Journal, tome II, Avis au lecteur, p. IV.

5 EMERY, Luigi, « Gian Lodovico Bianconi in Germania (1744-1764) », in Studi e Memorie per la storia dell’Università di Bologna. XV (1942), p. 120.

6 A la fin des deux premiers volumes figure une rubrique de Nouvelles littéraires qui signale succinctement les livres nouveaux parus dans les différentes villes de la péninsule.

7 Journal, t. II, Avis au lecteur, p. III.

8 Tome I, p. 301. Nous omettons les noms des libraires.

9 Bianconi se rapporte explicitement à l’expérience de ce journal : « De tous les journaux qui se donnent, il n’y en a aucun depuis que la Bibliothèque italique est cessée qui ait pour objet de parler seulement des livres d’Italie » (t. I, p. VIII). Voir à ce sujet CRUCITTI ULLRICH, Bianca, La « Bibliothèque italique ». Cultura « italianisante » e giornalismo letterario, Milano-Napoli, 1974.

10 Journal, t. I, p. VII.

11 T. II, p. 364.

12 Bianconi demande à ce propos l’indulgence de ses lecteurs, en rappelant que le français n’était pas sa langue maternelle (t. I, p. V). En fait le journal présente beaucoup de fautes et d’imperfections, même dans l’orthographe et dans l’usage des accents. Mais Bianconi précise que cela ne dépendait pas exclusivement de lui : « Cet ouvrage ne s’imprime pas sous nos yeux et les imprimeurs ne comprenent ni la langue ni l’ortographe Françoise, ainsi les fautes sont inevitables » (t. I, p. III). Nos citations reproduisent fidèlement le texte des articles sans corriger les fautes, même les plus évidentes.

13 Journal, t. I, p. V.

14 T. I, p. II.

15 Une analyse complète du Journal a été effectuée par ROSCIOLI, Daniela, Le journal des savans d’Italie (1748-1749). Tesi di laurea in Lettere, soutenue à l’Université de Milan, année académique 1995-1996, sous la direction du prof. Vittorio Criscuolo.

16 Cet ouvrage fut publié anonyme en langue italienne : Lettere al marchese Filippo Hercolani […] sopra alcune particolarità della Baviera ed altri paesi della Germania , in Lucca, per Giovanni Riccomini, 1763.

17 Il faut rappeler que la question des fêtes d’obligation avait beaucoup agité les premières années du pontificat de Benoît XIV. Celui-ci avait envoyé en 1742 à un certain nombre d’évêques et d’ecclésiastiques un questionnaire sur le projet de réduire le nombre des fêtes d’obligation, un problème qui touchait directement la sensibilité des fidèles et qui avait d’importantes implications d’ordre non seulement religieux, mais aussi économique et social. Les discussions qui en étaient dérivées et la résistance des milieux conservateurs avaient obligé le pape à intervenir d’autorité pour clore le débat et pour interdire toute autre intervention. Bianconi ne parle pas du tout de cette délicate question.

18 Prosperi cardinalis Lambertini postea Benedicti XIV pont. Maximi commentarii duo de Domini Nostri Jesu Christi Matrisque Eius Festis et de Missae sacrificio retractati atque aucti [...] , Patavii, Typis Seminarii, 1745.

19 Il écrit : « Nous ne saurions commencer notre Journal par un ouvrage plus illustre que celui ci » (Journal, t. I, p. 2).

20 Journal, t. I, pp. 3-4.

21 T. II, p 324.

22 T. I, p. 33.

23 T. II, p. 340, à propos des Opuscoli ecclesiastici del marchese Scipione Maffei, parte non più raccolti, e parte non più stampati , Trento, 1742.

24 T. I, p. 52.

25 T. II, pp. 314-315.

26 T. II, p. 513.

27 T. II, pp. 515-516.

28 T. II, pp. 304-305.

29 T. II, p. 317.

30 Istoria teologica delle dottrine e delle opinioni corse ne’ primi cinque secoli della Chiesa in proposito della Divina grazia e del libero arbitrio e della predestinazione , Trento, 1742.

31 Journal, T. I, p. 49.

32 Ibidem.

33 T. I, p. 50.

34 T. II, p. 340.

35 Dans le journal il y a le compte rendu d’un ouvrage publié par Lami à Florence en 1738 : De eruditione apostolorum (t. III, pp. 798 e sg.).

36 Lettre au maquis Filippo Hercolani à Bologna, datée Dresde, 17 giugno 1763, in EMERY, cit., p. 144.

37 EMERY, op. cit., p. 145.

38 Bianconi parle dans plusieurs articles des fouilles d’Ercolano.

39 Voir par exemple le compte rendu des Consulti medici (2 voll., Venezia, 1741 ; première édition : Napoli, 1738) du médecin napolitain Nicola Cirillo, qui avait été ami et correspondant de Pietro Giannone. Bianconi dénonce la dissociation entre la théorie et la pratique des études medicaux en Italie : « Les medecins qui se sont adonnés à la seule pratique n’ont gueres le loisir pour ecrire » (Journal, t. III, p. 731).

40 Le premier plan des Annales s’arrêtait à l’an 1500. Muratori ensuite mena son travail jusqu’à l’an 1749.

41 Journal, t. I, pp. 208-209.

42 T. I, pp. 203-204.

43 Comitis Gabrielis Verri, Mediolanensis Patricii, de ortu et progressu juris Mediolanensis, seu apparatus ad historiam juris Mediolanensis antiqui et novi. Milano, Giuseppe Richini Malatesta, 1747.

44 Journal, t. II, p. 392

45 A ce propos voir VENTURI, Franco, Settecento riformatore, vol. I, Da Muratori a Beccaria, Torino, Einaudi, 1969, p. 651.

46 Journal, t. II, p 397.

47 T. I, p. 195 (Compte rendu des Tragedie trasportate dalla greca nell’Italiana favella da Mons. Cristoforo Guidiccioni Lucchese, vescovo d’Ajace in Corsica, Lucca, 1747).

48 T. I, p. 294.

49 T. I, pp. X-XI.

50 Ragionamenti supra la durata de regni de’ re di Roma, Roma, 1746.

51 Journal, t. I, p. 63. Voir ARATO, Franco, Il secolo delle cose : scienza e storia in Francesco Algarotti , Genova. Marietti, 1991, p. 81 et sq.

52 Journal, t. I, p. 63.

53 Il montre une attention particulière aux applications médicales de l’électricité, et nous informe qu’il essaya d’en vérifier personnellement les conséquences, en se faisant électriser plusieurs fois.

54 Lettre sur l’electricité, écrite par Mr. Bianconi, conseiller et premier médecin de S.A.S. le Landgrave d’Hesse-Darmstadt, Prince et Evêque d’Augsbourg, à Mr. Le comte Algarotti, datée Augsbourg ce 3 novembre 1747. Le passage cité se trouve dans le t. II, p. 414.

55 Voir à ce sujet FERRONE, Vincenzo, Scienza, natura, religione : mondo newtoniano e cultura italiana nel primo Settecento , Napoli, Jovene, 1982, p. 171 e sg.

56 De bononiensi scientiarum et artium Istituto atque Accademia commentarii, tomi secundi pars prima, Bononiae, 1745

57 Journal, t. I, p. 117.

58 A ce sujet voir ROSSI, Paolo, I segni del tempo : storia della terra e storia delle nazioni da Hook a Vico , Milano, Feltrinelli, 1979.

59 De’ crostacei e degli altri corpi marini che si trovano su’ monti libri due, Venezia, 1740.

60 Journal, t. II, p. 589-590.

61 T. I, p. 120.

62 Vita del Padre Guido Grandi, abate camaldolese, matematico dello Studio Pisano, scritta da un suo discepolo, Venezia, Pasquali, 1744.

63 Journal, t. II, p. 554.

64 T. II, p. 560.

65 FERRONE, cit., pp. 167-168.

66 DEL PIANO, Patrizia, Il governo della lettura. Chiesa e libri nell’Italia del Settecento, Bologna, Il Mulino, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vittorio Criscuolo, « Giovanni Ludovico Bianconi et le Journal des savans d’Italie (1748-1749) », El Argonauta español [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 20 juin 2009, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/696 ; DOI : 10.4000/argonauta.696

Haut de page

Auteur

Vittorio Criscuolo

Università degli studi di Milano

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org