Navigation – Plan du site
Livraison janvier

Juan Antonio Llorente, collaborateur de périodiques français et espagnols, rédacteur des Conversaciones de Cándido y Prudencio sobre el estado actual de España (1820)

Gérard Dufour

Résumés

Parmi ceux qui, nés dans l’Espagne des Lumières, mirent leur plume au service de ce nouveau moyen de communication que constituait la presse figuraient nombre d’ecclésiastiques dont Juan Antonio Llorente, passé à la postérité comme le premier historien de l’Inquisition. Ce dernier présente la particularité d’avoir collaboré aussi bien à des journaux français qu’espagnols et d’avoir publié à Paris, en 1820, un périodique destiné à ses compatriotes : Conversaciones entre Cándido y Prudencio sobre el estado actual de España. C’est sa trajectoire de journaliste, peu connue, qui est ici présentée et analysée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIème siècle, Paris, Honoré Cha (...)
  • 2 LARRIBA, Elisabel, « Un publiciste poursuivi par l'Inquisition : Fr. Pedro Centeno, de l'ordre de S (...)
  • 3 GODOY, Manuel, Memorias, edición de Emilio LA PARRA y Elisabel LARRIBA, Alicante, Publicaciones de (...)
  • 4 GUINARD, Paul-J., La Presse espagnole de 1737 à 1791, formation et signification d'un genre, Paris, (...)
  • 5 GUINARD, Paul - J., op. cit., pp. 231-238.
  • 6 GIL NOVALES, Alberto, « Clararrosa americanista » in Homenaje a Noel Salomon. Ilustración española (...)
  • 7 Semanario de agricultura y artes dirigido a los párrocos (Antología), edición de Elisabel LARRIBA y (...)
  • 8 ALTABELLA, José, « Algunas precisiones en torno a la vida y obra del gacetero de Bayona Luis Gutiér (...)
  • 9 ARENAS CRUZ, María Helena, Pedro Estala. Vida y obra. Una aportación a la teoría literaria del sigl (...)
  • 10 GOMEZ IMAZ, Manuel, Los periódicos durante la Guerra de la Independencia [1808 - 1814]. Prólogo de (...)
  • 11 RIAÑO DE LA IGLESIA, La imprenta en la Isla Gaditana durante la Guerra de la Independencia. Libros, (...)
  • 12 GÓMEZ IMAZ, Manuel, op. cit., pp. 175-182.
  • 13 Ibid., pp. 57-62.
  • 14 Ibid., pp. 235-237.
  • 15 Ibid., pp. 272-275.
  • 16 MURPHY, Martin, Blanco White, self-banish Spaniard, New Haven and London, Yale University Press, 19 (...)

1Les études de théologie ou de droit canon prédisposaient-elles ceux qui les suivirent à devenir l’un de ces Don Quichottes qui s’enthousiasmèrent pour la presse et ses combats ? On pourrait le croire puisque l’une des meilleures spécialistes de l’histoire de la presse espagnole à la fin du XVIIIème siècle nous affirme que pas moins de « 30 % de ceux qui eurent alors le courage de se lancer dans une aventure journalistique, étaient des ecclésiastiques »1. Citons, après elle, Pedro Centeno, de l’ordre de Saint Augustin, rédacteur de l’ Apologista universal , condamné par l’Inquisition pour la hardiesse de ses propos2; Cristóbal Cladera Company, fondateur de El Espíritu de los mejores diarios, que Godoy qualifia dans ses mémoires d’ « excellent ecclésiastique »3; José María Beristain, rédacteur du Diario Pinciano, qui finit sa carrière comme chanoine de la cathédrale de Mexico malgré quelques démêlés avec l’Inquisition pour avoir pris trop d’intérêt à des livres illustrés de gravures suggestives4; José Ezquerra, fondateur et principal rédacteur du Memorial literario ; Antonio Manegat, qui publia le Correo de los ciegos5; Juan Antonio Olavarrieta, fondateur du Semanario crítico peruano, plus connu sous le nom de Clararrosa qu’il prit sous le Trienio Liberal6; Juan Antonio Melón, membre de la première équipe de direction du Semanario de agricultura y artes dirigido a los párrocos7; et Luis Gutiérrez, qui après avoir jeté son froc aux orties, prit en main la destinée de la Gazeta de Bayona8. On peut ajouter à cette liste celle des hommes d’église qui, pendant la Guerre d’Indépendance, ne se contentèrent pas de prêcher du haut de la chaire (en faveur de l’un ou de l’autre camp) mais, conscients de ce que la presse était devenue un media aussi important que le sermon, se transformèrent en rédacteurs de périodiques. Citons, parmi les afrancesados, le chanoine de la cathédrale de Tolède et professeur des Reales Estudios de San Isidro à Madrid, Pedro Estala, qui mit sa plume, la meilleure d’Espagne selon le comte de La Forest, au service du Roi Intrus en publiant El Imparcial9et Alberto Lista, qui après avoir été un ardent partisan de la Junte Centrale, devint rédacteur de la Gazeta de Sevilla sous Joseph I10. Et parmi les patriotes, les RR. PP. Francisco Alvarado y Téllez, alias El Filósofo rancio11, José Manuel Gil, membre de la Junte Centrale et rédacteur de la Gazeta ministerial de Sevilla12, Agustín de Castro (Atalaya de la Mancha en Madrid)13, Tomás Navarro (La Píldora)14et le chanoine López Cerezo (A Sevilla libre)15. Mais le plus célèbre de ces hommes d’église convertis au journalisme fut sans contredit José Blanco, qui après avoir publié à Séville un certain nombre d’articles dans le Semanario patriótico pendant les mois de mai à août 1809, s’exila en Angleterre où, ayant pris le nom de White et troqué la soutane pour l’habit de clergyman, il publia des périodiques aussi importants que El Español (1810-1813) ou les Variedades o Mensajero de Londres (1823-1825)16.

  • 17 Semanario de agricultura y artes…, op. cit., pp. 52-53 et 85 sq.
  • 18 GOMEZ IMAZ, Manuel, op. cit., p. 27.
  • 19 LARRIBA, Elisabel, « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes diri (...)

2Il conviendrait aussi de prendre en compte tous les ecclésiastiques qui, sans jamais avoir été responsables de la publication d’un périodique, se firent, notamment par leur correspondance, les collaborateurs plus ou moins attitrés de certains titres, comme le curé de Linares (dans la province de Salamanque), spécialiste de la pomme de terre du Semanario de agricultura y artes dirigido a los párrocos publié sous Charles IV17. Il faudrait également prendre en compte les contributions plus ou moins régulières d’hommes d’église comme le P. Rafael de Vélez dans les journaux de la Guerre d’Indépendance18. Nous ne nous lancerons pas dans cette entreprise titanesque réalisée par Elisabel Larriba en ce qui concerne les correspondances adressées au Semanario de agricultura…19. Nous nous contenterons plus modestement d’attirer l’attention sur un autre ecclésiastique espagnol (et non des moindres) : Juan Antonio Llorente qui présente la particularité d’avoir collaboré aussi bien à des journaux français qu’espagnols et d’avoir publié à Paris, en 1820, un périodique destiné à ses compatriotes : Conversaciones entre Cándido y Prudencio sobre el estado actual de España.

Llorente et la presse jusqu’en 1813

  • 20 Juan Antonio Llorente figure parmi les listes de souscripteurs qui furent publiées par le Memorial (...)
  • 21 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse…, op. cit., notamment « Conclusion », pp. 332-343.

3Juan Antonio Llorente, qui s’approchait alors de la trentaine (il était né en 1756), avait découvert l’intérêt de la presse à Calahorra où il s’était abonné au Memorial literario en 1784-178520. Sans doute s’agissait-il pour lui de meubler les loisirs que lui laissait sa charge de prébendier de la cathédrale. Mais on ne peut écarter l’hypothèse que, comme bien d’autres (et, compte tenu de son ambition dévorante, plus encore que bien d’autres) il ait surtout cherché à montrer à la face du monde (et notamment, du pouvoir) sa préoccupation pour la chose publique en figurant parmi la liste de souscripteurs que publiait régulièrement ce périodique et qui constituait un brevet d’ilustración pour ceux qui avaient l’honneur d’y figurer21.

  • 22 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France. Contribution à l'étude du libéralisme chrétien en (...)
  • 23 Ibid., note 28.
  • 24 Ibid., p. 9.

4Il ne semble pas toutefois que Llorente ait cherché à se faire connaître en adressant pour publication quelque correspondance aux principaux organes de presse de l’époque. En fait, il préférait s’attirer les bonnes grâces du tout puissant premier secrétaire d’Etat, le comte de Floridablanca, en lui demandant l’autorisation de publier, précédés d’une dédicace des plus flagorneuses, des ouvrages érudits comme celui qui portait sur la découverte d’un monument romain à Calahorra (Monumento romano descubierto en Calahorra22). A vrai dire, le Ministre n’attachait aucune importance au contenu de ce type de dissertation, mais il en soutenait volontiers la publication car elle lui permettait de passer pour un protecteur des arts et des lettres, qualité indispensable (comme chacun sait depuis Louis XIV) à tout homme d’Etat23. En récompense de ses bonnes et loyales flagorneries, Juan Antonio Llorente, que diverses charges avaient appelé à la Cour, fut donc invité à participer, du 23 au 25 septembre 1790 à la grande manifestation intellectuelle organisée sur ordre du comte de Floridablanca aux Reales Estudios de San Isidro pour répondre aux calomnies de Masson de Morvilliers dans l’Encyclopédie méthodique et prouver au monde entier que l’Espagne n’était pas un désert culturel. Il y présenta une communication sur les mérites comparés de Cassiodore, Alcuin et Isidore de Séville dont il aurait dû être rendu compte dans le Memorial literario. Ce périodique commença à publier les résumés des interventions à partir du mois de janvier 1791 mais sa publication fut interrompue par ordre de Floridablanca (comme celle de tous les journaux non-officiels) avant d’en être arrivé au texte de Llorente. Il avait manqué son premier rendez-vous avec la presse24.

  • 25 Il suffit pour s'en convaincre de parcourir la liste des publications de Llorente à cette période, (...)
  • 26 LLORENTE, Juan Antonio, Noticia biográfica o Memorias para la historia de su vida, Paris, en la imp (...)
  • 27 Ibid., p. 136.
  • 28 Gazeta de Madrid n° 3 (martes 30 de enero de 1810), pp. 123-124; n° 31 (miércoles 31 de enero), pp. (...)
  • 29 Anales de la Inquisición de España. Su autor D. Juan Antonio Llorente, Consejero de Estado, Comisar (...)

5Ayant su faire apprécier ses talents de canoniste par Urquijo et d’historien par le Prince de la Paix, Llorente vit ses mérites récompensés par la dignité d’écolâtre de la cathédrale de Tolède. Afrancesado de la première heure, il fut conseiller d’Etat sous Joseph I, et l’un des plus zélés propagandistes de la nouvelle dynastie25. Mais le premier article qu’il signa de son nom ne fut publié que le 14 janvier 1813, dans la Gazeta de Zaragoza. Il s’agissait de la publication du texte de la fameuse représentation de l’évêque d’Orense à la Régence du royaume accompagné de commentaires de l’éditeur visant à établir l’illégitimité des Cortès de Cadix26. Toutefois, il est fort possible que Llorente ait fait paraître d’autres textes dans la presse pendant la guerre puisqu’il indiqua dans sa Noticia biográfica [] o Memorias para la historia de su muerte escritas por él mismo que, outre tous les écrits qu’il avait cités dans cet ouvrage, il avait rédigé des textes destinés à être publiés sous un autre nom que le sien (« otros varios discursos y papeles […] para que otras personas se aprovechasen de su trabajo »)27. Aussi, même si aucun article paru dans la Gazeta de Madrid entre 1808 et 1812 n’est signé du nom de Llorente ou de ses initiales, il ne nous semble pas impossible qu’il y ait collaboré. En particulier nous sommes assez tenté de lui attribuer le compte rendu paru entre le 30 janvier et le 1er février 1810 de l’ouvrage Historias de las Inquisiciones religiosas de Italia, España, Portugal28 dans la mesure où les conclusions de l’article sur la façon dont il convient d’écrire l’histoire de l’Inquisition sont trop semblables aux principes que suivra Llorente dans ses Anales de la Inquisición de España (Madrid, 1812-1813) et surtout son Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne (Paris, 1817-1818)29pour qu’il puisse s’agir de simples coïncidences. De même, on ne peut pas écarter qu’il ait collaboré au Diario de Valencia. Mais là encore, il ne s’agit là que d’une supposition.

Llorente en France : la collaboration à la Revue encyclopédique et au Journal de législation et de jurisprudence

  • 30 Magazin Encyclopédique, V (1814), pp. 162-164.
  • 31 Ibid, VI, pp. 227-240.

6Ayant été obligé de se réfugier en France en juillet 1813 à la suite de la bataille de Vitoria, son premier contact avec la presse parisienne fut la lettre qu’il adressa au directeur du Magazin Encyclopédique (M. Millien) le 1 septembre 1814 et qui fut publiée dans le tome V de cette revue30. Il s’agissait tout bonnement d’attirer l’attention de quelque « imprimeur-libraire » (l’éditeur n’existait pas encore) sur l’intérêt que présenterait la publication en français de ses Annales de l’Inquisition d’Espagne dont les premiers tomes, en espagnol, avaient selon lui connu le plus vif succès lors de leur parution à Madrid en 1812-1813. Cette « réclame » étant restée infructueuse, Llorente revint à la charge en faisant parvenir au même magazine, qui s’empressa de les publier en décembre 1814, la « liste des manuscrits qui n’ont pas encore vu le jour » et dont il entendait se servir pour écrire une Histoire de l’Inquisition, ainsi que le « Tableau et sommaire des chapitres » qui la composeraient31.

  • 32 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., p. 131-162.
  • 33 Archives Nationales de France (A. N. F.), F 7 - 6700 (avril 1828).
  • 34 DES GRANGES, Ch. - M., Le Romantisme et la critique. La presse littéraire sous la Restauration, 181 (...)

7Llorente dut alors désespérer de l’efficacité de la presse puisqu’il dut attendre 1817 et la polémique qu’il sut habilement déclencher à la suite de l’intervention à la chambre des députés de l’ultra-royaliste Clausel de Coussergues qui demandait la suppression des subsides accordés aux réfugiés espagnol, portugais et égyptiens pour pouvoir enfin publier l’Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne32. Du jour au lendemain, Llorente devint l’une des personnalités les plus en vue de la République des Lettres. Aussi, quand Jullien, que le Préfet de Police décrira comme un « propriétaire, électeur et légionnaire »33, décida de regrouper « des collaborateurs qui étaient tous, comme lui, d’anciens impérialistes devenus libéraux »34pour créer la Revue Encyclopédique, Llorente fut du nombre, aux côtés de personnages comme le comte de Lanjuinais, Jullien, Palissot de Beauvoir et Népomucène Lemercier, tous deux de l’Institut, La Borde, l’avocat protestant Mahul, etc.

  • 35 Prospectus, p. 5.
  • 36 A.N.F., F 18* II (5-6). Les déclarations des imprimeurs ne donnent évidemment aucune certitude sur (...)
  • 37 DUFOUR, Gérard, Llorente en France…, op. cit., pp. 199-207 et « Llorente défenseur de l'Espagne et (...)

8Ce mensuel, dont le titre complet était Revue Encyclopédique ou analyse raisonnée des productions les plus remarquables dans la littérature, les sciences et les arts, par une réunion de membre de l’Institut et d’autres hommes de lettres et auquel on pouvait s’abonner pour 42 francs par an à Paris et 45 francs en province35, connut une forte diffusion puisque la première livraison fit l’objet d’une déclaration de l’imprimeur de 4 000 exemplaires. Et si les tirages suivants furent de moindre importance, son imprimeur ne fit jamais état de moins de 1 200 exemplaires alors que le Magazin Encyclopédique n’avait jamais été donné pour plus de 500, chiffre habituel pour toutes les publications de l’époque36. Llorente y joua le rôle d’hispaniste de service : il publia l’analyse de nombreux ouvrages comme la Teoría de las Cortes de Marina ; El sí de las Niñas de Moratín ; le Répertoire portatif de l’histoire et de la littérature des nations espagnoles d’Alvaro Agustín de Liaño, les Poesías de Quintana, le Diccionario histórico de los más ilustres profesores de Bellas artes en España, de Ceán Bermudez, la Biblioteca española económico - política de Sempere y Guarinos, ou encore España venturosa por la muerte de la Inquisición du prêtre alicantin Antonio Bernabeu. Il donna à l’occasion son sentiment sur les événements d’Espagne, veillant au bon renom de son pays, notamment par une surprenante « Réclamation » en faveur du Saint-Office, ou de l’action du gouvernement de Joseph. Mais il se contenta parfois d’une simple rubrique intitulée « Espagne Bibliographie » qui n’était qu’une liste de titres d’ouvrages récents, sans le moindre commentaire37. Le lecteur qui souhaiterait plus de détails sur la collaboration de Llorente à la Revue Encyclopédique trouvera en appendice au présent article la liste des contributions de Llorente à cette revue et celle des ouvrages qu’il signala à l’attention des lecteurs sans plus de présentation.

  • 38 A.N. F 18* II, n° 550 de 1820.
  • 39 Prospectus du Journal de législation et de jurisprudence [Paris, 1819], p. 4.
  • 40 Ibid., p. 2.

9La participation de Llorente à la Revue Encyclopédique après la polémique qu’avait suscitée la publication de son Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne le situait définitivement parmi ceux que l’on appellerait aujourd’hui les « intellectuels de gauche » parisiens. Aussi n’est-il guère étonnant que l’on fît appel à lui quand une société de juristes décida de créer une nouvelle revue libérale, le Journal général de législation et de jurisprudence dont la veuve Jeunehomme, imprimeur à Paris, déclara le 4 mars 1820 vouloir effectuer un tirage de 500 exemplaires38. LLorente se retrouvait là en belle compagnie puisque la liste des futurs collaborateurs telle qu’elle était donnée dans le prospectus du magazine état la suivante : « M. Barthe, avocat à la Cour Royale ; M. de Berville, avocat à la Cour royale ; M. Chevalot, avocat à la Cour Royale ; M. Cousin, professeur de philosophie ; M. Delaplesse, avocat ; M. Dumont, avocat à la Cour Royale ; M. Dupin je., avocat à la Cour Royale ; M. Heiberg, publiciste danois, M. Llorente, publiciste espagnol ; M. Mérilhou, avocat à la Cour Royale ; M. Odillon-Barrot, avocat à la Cour de Cassation ; M. Thierry, publiciste ; MM. Lanjuinais, pair de France, Girod (de l’Ain) et Schonen, conseillers à la Cour Royale »39. La présence de Mérilhou qui avait défendu avec succès le rédacteur de la Bibliothèque historique, Gossuin, lors du premier procès jugé par un jury en matière d’infraction aux nouvelles lois sur la presse, et de Barthe, qui avait été l’avocat de l’un des quatre sergents de La Rochelle, ne laissait aucun doute sur l’orientation de cette publication mensuelle qui entendait faire de « l’étude des lois positives […] une étude populaire » et à laquelle on pouvait souscrire pour un an au prix de 32 francs pour Paris et 36 pour la province, ou 17 et 19 francs pour un semestre40. Au reste, Charles de Rémusat, dans l’autobiographie intitulée Mémoires de ma vie, nous affirme qu’au mois de janvier 1820, il avait été

  • 41 Mémoires de ma vie , Présentés et annotés par Charles H. POUTHAS ; préface de Gilberte de CORAL - R (...)

« un des fondateurs d’une société de jurisprudence politique qui s’assemblait chez Barrot, chez Berville, chez Barthe, chez nous tous, et dont plusieurs membres conspiraient. Cependant, contrairement à ce que l’on pouvait attendre du caractère national, le secret fut bien gardé, si bien que le public ne soupçonna jamais l’étendue de la conspiration ; il en admit à peine l’existence et il ignore encore cette partie de son histoire. Un réseau de ventes occultes fut étendu sur la France entière, sans que la France s’en doutât et le gouvernement mieux instruit n’a pourtant pas tout connu »41.

  • 42 Op. cit., I, pp. 36 -50.
  • 43 Ibid., pp. 270 - 277.
  • 44 P. 3 b.
  • 45 Op. cit., p. 16.
  • 46 Op. cit ., p. 204.
  • 47 Cf. GIL NOVALES, Alberto, Las Sociedades patrióticas (1820-1823), Madrid, ed. Tecnos, 1975, p. 1026 (...)
  • 48 Minerva española, I, p. 89.
  • 49 Ibid, I, pp. 212-233. Nous devons avouer que rien ne nous permet de préciser s'il s'agit du texte o (...)

10La contribution de Llorente à cette entreprise se limita à deux articles, le premier « Sur la Constitution ancienne du royaume d’Aragon »42, l’autre « Sur la Constitution du royaume de Léon »43. Mais ils ne passèrent pas inaperçus. Un compte rendu extrêmement favorable du premier parut dans le Constitutionnel du 22 avril 182044et la constitution ancienne du royaume d’Aragon (dont les Français ignoraient jusqu’à l’existence) devint du jour au lendemain une référence normale dans le débat politique entre ultra-royalistes et libéraux et fut aussi bien citée (pour en nier l’importance) par un certain Pêche dans ses Réflexions sur différents articles du Journal des Débats relatifs aux Affaires d’Espagne publiées en 182245que par l’abbé Grégoire qui déclara dans son Histoire des Confesseurs … parue en 1824 que « la constitution politique des Aragonais […] excite encore aujourd’hui l’admiration »46. Mais c’est peut-être en Espagne que l’article de Llorente fit le plus sensation puisque José Joaquín de Mora, rédacteur de la Minerva española qui parut à Madrid du 19 mai au mois d’août 182047, non seulement en signala immédiatement l’intérêt à ses lecteurs dans les termes les plus favorables pour l’auteur48, mais en publia ultérieurement la version en espagnol49.

Conversaciones de Cándido y Prudencio sobre el estado actual de España. Las publica su redactor Don Juan Antonio Llorente

11Juan Antonio Llorente avait donc une expérience non négligeable de la presse quand il se décida, après que Ferdinand VII eut accepté de suivre la voie constitutionnelle, à entrer de plain pied dans le débat politique espagnol en créant son propre périodique qu’il intitula Conversaciones de Cándido y Prudencio sobre el estado actual de España.

  • 50 Op cit, p 4.
  • 51 Conversación sexta, p. 25.
  • 52 Biblioteca nacional, Madrid, R/ C a 535 - 32.
  • 53 Hispanic Society of America, 1667 - 262.
  • 54 FERNÁNDEZ PARO, Francisco, Juan Antonio Llorente, español “maldito”, presentación: Ignacio Telleche (...)

12Nous ne pouvons en fixer avec certitude la date de naissance : les seules indications dont nous disposions sont l’allusion, dans la troisième conversation, au mouvement populaire qui eut lieu à Saragosse le 14 mai 182050, et la date du 9 juillet 1820, à laquelle Llorente acheva la rédaction du numéro VI51. Par ailleurs, très peu d’exemplaires de cette publication sont aujourd’hui conservés. La Biblioteca Nacional à Madrid ne possède que la Conversación tercera52; la Hispanic Society of America, la Conversación sexta sobre la división de provincias conforme a la Constitución53. Seules deux bibliothèques conservent l’ensemble des sept numéros qui constituent sans doute (mais nous ne saurions l’affirmer) la collection complète de ce périodique : la Biblioteca Menéndez Pelayo, à Santander, et la Bibliothèque Méjanes, à Aix-en-Provence. Celle de Santander a été signalé par M. Francisco Fernández Pardo dans son ouvrage Juan Antonio Llorente, « español maldito »54. Malheureusement M. Pardo ne fournit guère de précisions sur le volume dont il nous donne la cote (24 179) et le titre, Conversaciones entre Cándido y Prudencio, qu’on ne trouve malheureusement pas (pas plus quelenom de Llorente) dans le catalogue informatique de la Bibliothèque Menéndez Pelayo. A la Bibliothèque Méjanes, à Aix-en-Provence, on trouve ces conversations rassemblées dans un volume artefact intitulé Mélanges d’économie politique espagnole ayant appartenu à M. de Salvandy. Elles sont précédées des opuscules suivants : Cartilla forense o continuación del catecismo político constitucional. Diálogo que comprende lo dispuesto en el Decreto de 9 de octubre de 1812, y otros expedidos por las Cortes generales y extraordinarias, sobre arreglo de los Tribunales de las Provincias, a saber : Audiencias, Jueces de primera instancia, y Alcaldes Constitucionales (Valencia, imprenta de Domingo y Mompié, 1820, 90 p. + 4 f., 16 x 10,5 cm) ; Observaciones sobre los perjuicios y monstruosidad de la Contribución general directa, imposibilidad de formarse una estadística exacta para establecerla, y clase de contribuciones que más bien puede soportar la nación (Madrid, imprenta de Aguado y compañía, 1820, 36 p., 14 x 10, 5 cm.) ; Indicaciones político-militares del estado de la Nación española dirigidas a la oficialidad de los exércitos nacionales y dedicadas al Soberano Congreso de las Cortes por D. José Alvarez Guerra, 2° Ayudante de Estado Mayor en servicio de reserva de Andalucía (Madrid, 1814, 63 p. 16 x 10,5 cm.). Une Carta octava del compadre (Madrid, imprenta de Villalpando, 1820, 35 p., 16 x 10,5 cm.) complète le tome, manifestement composé en fonction de la langue et du format des opuscules.

  • 55 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., pp. 227-233.
  • 56 VAUCHELLE – HAQUET, Aline, Les Ouvrages en langue espagnole publiés en France entre 1814 et 1833 (p (...)

13Les Conversaciones entre Cándido y Prudencio… firent l’objet de six livraisons, la première comprenant les deux premiers numéros. Llorente ne respecta aucune régularité dans le nombre de pages qu’il offrit à ses lecteurs : le numéro le plus court (la Conversación VI) ne dépassa pas les 22 pages imprimées alors que le septième en eut 72. Seul le format demeura inchangé : 16 x 10,5 cm. Plutôt que de faire éditer ses Conversaciones… à Paris et de les expédier ensuite en Espagne (comme il venait de le faire en mai 1820 avec deux Cartas de un español liberal habitante en París dont l’imprimeur parisien Herman déclara réaliser un tirage de 500 exemplaire chacune55) Llorente préféra les faire imprimer en Espagne. C’était sans doute moins onéreux, mais pas forcément plus pratique car, comme le montre fort clairement le travail d’Aline Vauchelle-Haquet sur Les Ouvrages en espagnol publiés en France …, les imprimeurs- libraires français maîtrisaient parfaitement l’envoi et la diffusion de leur production en Espagne, que ce fût de façon officielle ou clandestine56. Au reste, fleurant la bonne affaire, un négociant français établi à Madrid, Dalgue, avait offert ses bons offices aux libraires et aux rédacteurs de journaux en faisant publier dans la Bibliographie de la France du samedi 27 mai 1820 l’annonce suivante :

  • 57 Bibliographie de la France, ou Journal général de l'imprimerie et de la librairie, année 1820, Pari (...)

« MM. les libraires de Paris qui désirent établir des relations en Espagne par le débit de leurs livres peuvent s’adresser à M. J. N. P. Dalgue, négociant français à Madrid ; il se chargera, moyennant une commission, de vendre leurs livres pour leur compte, soit en prenant les commandes de MM. les libraires d’Espagne, soit en vendant ceux qu’on voudra bien lui consigner. A cet effet, ils voudront bien adresser leur répertoire, franc de port, à MM. Barradin et Faurie, négociants de Bayonne et correspondre avec ledit Dalgue pour établir leurs relations. Il se charge aussi de recevoir les abonnements aux journaux de Paris. MM. les journalistes qui désireront se servir de son ministère voudront bien lui adresser leurs ordres avec leurs conditions »57.

  • 58 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op.cit., pp. 329-330.
  • 59 « Advertencia », Conversación VI, pp. 71-72.
  • 60 Conversación sexta, p. 22.

14Si Llorente choisit une autre solution pour faire diffuser ses Conversaciones entre Cándido y Prudencio en Espagne, c’est qu’il pouvait compter sur quelques amis dévoués à qui il faisait parvenir ses textes et qui se chargeaient de contacter imprimeurs et libraires. Faut-il imaginer que ces amis allaient jusqu’à financer l’impression du périodique ? Nous sommes dans l’incapacité de répondre mais il nous semble douteux que Llorente, qui ne cessait de crier misère et devait bénéficier des secours du Literary Fund, de Londres, que lui fit obtenir son ami Blanco White58, ait pu faire face aux frais qu’entrainait une telle entreprise, même si la qualité du papier démontre qu’elle fut réalisée a minima. Quoi qu’il en soit, et pour des motifs que nous ignorons, le commanditaire de Llorente dut changer d’imprimeur. Les deux premières livraisons sortirent des presses de l’ancienne maison de García. Le successeur de Fuentenebro prit le relai à partir de la troisième. Mais tout cela fut bien chaotique puisque, suite à un incident inattendu, le numéro VI (imprimé par le successeur de Fuentenebro) fut mis en vente avant les numéros III (imprimé par l’ancienne maison García), IV et V (imprimés par les successeurs de Fuentenebro)59. Selon une note insérée dans les conversations IV et VII, on pouvait les trouver au prix de 13 cuartos le numéro, chez le libraire Paz, à Madrid, face à la montée de San Felipe el Real. Mais les trois premiers numéros étaient en vente chez Antorán60. Au reste, les trois premières livraisons réelles (les deux premiers numéros, le sixième et le troisième) parurent sans aucune indication du nom du distributeur, ce qui révèle pour le moins des difficultés pour trouver un libraire qui acceptât de se faire le diffuseur officiel des Conversaciones… On ne saurait s’en étonner car la précision fièrement apportée dans le titre sur l’identité du rédacteur du périodique (Las publica su redactor Don Juan Antonio Llorente) sonnait comme une provocation, nul n’ayant oublié le rôle que Llorente avait joué au côté de Joseph I pendant la Guerre d’Indépendance.

  • 61 GUINARD, Paul-J., La Presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d'un genre, Paris, (...)
  • 62 Cartas del verdadero español (1808), publiées par DUFOUR (Gérard), « Pourquoi les Espagnols prirent (...)
  • 63 Conversación tercera, p. 9.

15L’idée de publier, sous forme de périodique, le dialogue de deux personnages traitant de questions politiques n’était assurément pas neuve et Llorente ne faisait que reprendre, 22 ans plus tard, le procédé adopté par Pedro Mariano Ruiz dans ses Conversaciones de Perico y Marica et le rédacteur anonyme des Diálogos de Don Benito61. Mais, contrairement à ceux-ci, Llorente annonçait dès le titre la position qu’il allait adopter en commentant les événements de la « nouvelle révolution d’Espagne ». Après s’être fait passer pour le « véritable espagnol » pour tenter de convaincre ses compatriotes des bienfaits que promettait la régénération promise par Napoléon62, il était devenu « don Prudencio », chantre du libéralisme modéré, voire extrêmement modéré. En fait, quel que fût le sujet examiné, Llorente plaidait non seulement pour l’amnistie totale des anciens afrancesados mais pour que ceux-ci pussent reprendre toute leur place dans leur pays, en ayant même le droit de briguer un siège de député aux Cortès, sinon aux premières élections législatives qui allaient se dérouler, mais aux suivantes. En fait, Llorente aurait pu donner pour devise à son périodique cette formule que l’on trouve dans la troisième conversation et n’est pas sans rappeler le programme politique de Louis XVIII : « olvido absoluto de lo pasado, unión general, fraternidad nacional »63.

16La thèse était hardie. Aussi ne resta-t-elle pas sans écho. Dans son numéro 71, El Universal, organe de presse afrancesado, reprit les thèses du troisième dialogue entre Cándido et Prudencio, suscitant la colère de El Conservador qui, malgré son titre, se faisait l’écho des libéraux exaltés et publia le 31 juillet 1820 un virulent article que lui aurait adressé un « ennemi des traîtres » qui réclamait ni plus ni moins que la saisie d’un libelle infâme, subversif, calomnieux à l’égard du gouvernement, les Cortès et la Nation, ainsi que le châtiment de son auteur, qualifié de séditieux, d’imposteur et d’anarchiste :

  • 64 El Conservador, n° 127 (31 de julio de 1820), p. 4b.

« Por último, señores editores, concluyo diciendo a Vms. y al público que el libelo de Llorente es infame, subversivo del orden, calumnioso al Gobierno, a las Cortes extraordinarias que ornaron la Constitución, a las existentes y a toda la Nación española, y como tal debe ser denunciado al odio público y a la junta de censura para que sea recogido y castigado su autor como sedicioso, impostor y anarquista »64.

  • 65 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., p. 237.
  • 66 Miscelanea, n° 72, p. 3.
  • 67 LÓPEZ TABAR, Juan, Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1 (...)
  • 68 III, n° 10, p. 316.
  • 69 Revue Encyclopédique, XI (1821), pp. 648-652.

17Cette polémique entre El Conservador et El Universal attira même sur les Conversaciones… l’attention de l’ambassadeur de France à Madrid, Laval-Montmorency, puisqu’il mentionna le Dialogue de Candido et Prudencio, aux côtés de la Miscelanea, du Ministériel et des Lettres de l’Holgazan et du Censeur parmi « les feuilles qui annoncent une certaine modération » de l’opinion publique qu’il signala dans l’analyse de l’ « Esprit des journaux » adressée au ministre des Affaires Etrangères le 14 août 1820. Or, l’ambassadeur de France ne se contentait pas d’approuver ces publications : il stipendiait certains de leurs rédacteurs, comme Javier de Burgos, rédacteur de la Miscelánea65.Or Llorente était alors en contact Burgos puisqu’il lui confia avoir prêté son exemplaire de la Teoría de las Cortes de Martínez Marina pour que l’ouvrage fut traduit en français66. Faut-il en déduire qu’il aurait participé lui aussi, comme moult anciens afrancesados, à cette offensive contre-révolutionnaire67 ? On ne saurait écarter cette hypothèse, d’autant plus qu’un autre périodique afrancesado, El Censor vint faire chorus en octobre 1820 pour chanter les louanges des Conversaciones entre Cándido y Prudencio et de son auteur68qui, pour sa part, ne manqua pas de dénoncer l’auto-da-fé d’un des numéros de ce périodique auquel s’étaient livrés les libéraux exaltés69.

  • 70 Op. cit., II, pp. 987-1047.
  • 71 El Constitucional, n° 487, 4°f. (n.n.), deuxième colonne.
  • 72 Gazeta del Gobierno, n° 76, p. 320b.
  • 73 LÓPEZ TABAR, Juan, Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1 (...)

18Avec le septième numéro, qui en constitua la sixième livraison, Llorente dut mettre fin aux Conversaciones entre Cándido y Prudencio sans même prendre congé de ses lecteurs. Du moins le semble-t-il, car nous ne sommes pas à l’abri d’une (heureuse) surprise comme celle qu’asséna Guy Mercadier, lors de la soutenance à la Sorbonne de notre thèse sur Juan Antonio Llorente en France, il y a 30 ans de cela, en nous révélant l’existence de la collection conservée à la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence alors que nous nous étions donné toutes les peines du monde pour repérer les numéro 3 et 7 qui n’avaient jusque-là été répertoriés par aucun historien de la presse, pas même Alberto Gil Novales dans le si remarquable catalogue qui constitue l’appendice V de ses Sociedades patrióticas70 ! Outre les difficultés qu’entrainait la distance qui séparait le rédacteur de l’imprimeur, le libraire Paz eut quelque difficulté à écouler les exemplaires des Conversaciones entre Cándido y Prudencio… dont il avait la vente exclusive puisqu’il fit signaler dans le Constitucional du 7 septembre 1820 qu’il tenait à disposition de ses clients la septième conversation71, et la sixième (datée, rappelons-le, du 9 juillet) dans la Gazeta del Gobierno du 12 du même mois72. Paz bradait même cette dernière puisque, malgré un nombre de pages conséquent (72), il n’en demandait que quatre cuartos alors que la dernière (de 24 pages seulement) était encore proposée au prix « normal » de 13 cuartos. L’affaire n’était visiblement pas viable et ces déboires économiques durent être la cause principale de la mort de cette publication qui, malgré son caractère éphémère (de trois à quatre mois au plus) fut bien un périodique et non une suite de feuilles volantes comme l’a écrit Juan López Tobar, qui n’a pu prendre connaissance que du troisième dialogue pour rédiger son (par ailleurs) remarquable ouvrage sur Los afrancesados durante la crisis del Aniguo Régimen (1808 - 1833)73.

Les collaborations anonymes à la presse politico-religieuse espagnole

  • 74 MAHUL, Notices de journaux, 1819, p. 22.
  • 75 DUFOUR, Gérard, « La crónica religiosa : un intento de liberalismo cristiano ¿español o francés? », (...)

19Le coup d’essai de Llorente comme rédacteur d’ouvrage périodique n’avait pas été un coup de maître. Ce n’est pas pour autant qu’il renonça à écrire dans la presse et tout en continuant, comme nous l’avons vu, à assurer la rubrique « Espagne » de la Revue Enyclopédique, il collabora très vraisemblablement à Crónica religiosa, une revue fondée en Espagne sur le modèle de la Chronique religieuse qui paraissait en France depuis le 2 juillet 1818 et, selon la rubrique que lui consacra Mahul dans la Notice des journaux de 1819, rassemblait, sous l’impulsion de l’abbé Grégoire et de Lanjuinais, « des évêques, des ecclésiastiques, des savants et pieux laïques » qui oeuvraient dans le but de « voir la religion, la philosophie et la liberté former une sainte et indissoluble alliance »74. Dès le 11 octobre 1820, le nonce apostolique à Madrid, Mgr. Giustiniani, alertait le Secrétaire d’Etat du Saint-Siège en lui adressant le prospectus de cette publication qui déclarait la guerre à l’ultramontanisme, au fanatisme et à la superstition Mais aucun des articles n’étant signé, il est impossible de déterminer la part que prit Llorente dans cette revue qui cessa après le dixième numéro75.

  • 76 DUFOUR, Gérard, Llorente en France.., op. cit., pp. 207-216 et 260-278.
  • 77 Archivio Segretto Vaticano, Secretaria di Stato, Esteri, rub. 249, anno 1821, fasc. 3, fol. 148.
  • 78 Política eclesiástica o Colección selecta de escritos concernientes a la disciplina de la Iglesia, (...)
  • 79 « División y demarcación de obispados y provincias eclesiásticas. Extracto de la disertación sobre (...)

20En revanche, Mgr. Giustiniani n’eut aucune peine à attribuer à Llorente un article qui attira l’attention de la Misclanea du 28 février 1821 et parut dans le numéro 4 d’un autre périodique, qui s’intitulait non pas Crónica mais Política religiosa et publiait également de façon anonyme les contributions qui lui étaient adressées. Il s’agissait de rien moins que d’un texte sur les inconvénients du célibat ecclésiastique (« Los inconvenientes del celibato eclesiástico »), un sujet qui préoccupait alors fort Llorente qui avait publié à la fin de 1819 un Projet d’une constitution religieuse comme faisait partie de la constitution civile d’une nation libre indépendante bien proche des thèses protestantes76Bien entendu, le Nonce Apostolique s’empressa de transmettre à Rome une telle preuve de l’apostasie de l’auteur de l’ Histoire critique de l’Inquisition d’Espagne en demandant que l’article incriminé fût mis à l’Index77. Llorente fit également paraître dans le numéro 8 du tome II de cette même revue un article sur la « división y demarcación de obispados y provincias eclesiásticas. Extracto de la disertación sobre este asunto de Don Juan Antonio Llorente ». Curieusement cet article n’apparait pas dans le tome 8 de Política eclesiástica conservé à la Biblioteca Nacional de Madrid78, alors que les références précises, y compris pour les pages (219-312), apparaissent sur le tiré à part ou fragment de la revue79.

Dernières activités journalistiques

  • 80 Cette lettre fut signalée pour la première fois par Robert Marrast qui le publia dans « Sur Juan An (...)
  • 81 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., p 295.

21Llorente (qui, avec Clararrosa, était l’une des bêtes noires du Nonce apostolique à Madrid) avait observé la plus grande prudence en gardant l’anonymat dans les articles qu’il donna à Política eclesiástica et (vraisemblablement) à Crónica religiosa. Il n’en alla pas de même quand il adressa une lettre à l’Imparcial pour protester contre l’attribution, par le libraire parisien qui, disait-il, entendait profiter de sa notoriété, de la traduction en espagnol des licencieuses Aventures du chevalier de Faublas de Louvet de Couperay80. Llorente pouvait, effectivement, avoir été choqué de se voir attribuer des travaux littéraires peu conformes avec sa qualité d’ecclésiastique et de dignitaire du chapitre de la cathédrale de Tolède. Mais il n’ignorait pas non plus que sa réclamation attirerait l’attention sur l’ouvrage dont le véritable traducteur était un de ses proches, Eugenio Santos Gutiérrez, ex-employé des Biens nationaux sous Joseph81. Depuis le temps où il avait adressé sa première lettre au rédacteur du Magazin encyclopédique, Llorente avait fait quelques progrès dans l’art d’utiliser, et maintenant, de manipuler la presse.

  • 82 Journal de la Morale chrétienne, I, pp. 140-149.
  • 83 Ibid., I, pp. 217-224.
  • 84 Journal de la Société de la morale chrétienne, « Procès verbal de la première assemblée générale », (...)
  • 85 AN, F 18* II, 1822.
  • 86 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., p. 329 sq.

22Les deux derniers articles de Llorente parurent en 1822 dans le Journal de la Société de la Morale chrétienne. Le premier s’intitulait « De la réunion des chrétiens de diverses communions dans une société de la morale chrétienne »82, l’autre portait sur la « Société des prisons en Espagne »83. Les membres de cette société au sein de laquelle on trouvaient le comte Alexandre de Laborde, Mahul et Jullien et qui, selon le mot de son président, le duc de La Rouchefoucault-Liancourt, entendait « lutter contre l’ignorance, le plus grand fléau du monde »84, avaient compris que leurs travaux ne pouvaient être utiles que s’ils étaient médiatisés, comme on dit aujourd’hui. Le tirage (déclaré par l’imprimeur Moreau) de ce nouveau périodique fut de 1 500 exemplaires pour la première livraison, mille ensuite, ce qui était considérable85. Llorente, qui n’avait jamais réussi à prendre une place importante dans le monde de la presse espagnole, entre la Revue Encyclopédique et le Journal de la Société de la Morale chrétienne avait réussi à collaborer à des revues françaises non seulement prestigieuses, mais des plus diffusées. On comprend que le retour en Espagne auquel le condamna le gouvernement en décembre 1822 fut pour lui un véritable second exil86.

23Son premier geste, à peine eut-il franchi la frontière, fut d’adresser le 30 décembre 1822 la lettre suivante au rédacteur du Constitutionnel qui la publia dans le numéro du samedi 24 janvier 1823 :

« Monsieur,

J’ai l’honneur de vous annoncer que j’ai déjà quitté la France en exécution de l’ordre du ministre de l’intérieur, et que je croirais être ingrat si, lorsque je suis rentré dans le premier bourg de ma patrie, je ne m’arrêtais pour vous remercier de la bonté que vous avez bien voulu avoir envers moi dans l’annonce de mon voyage. Ma reconnaissance est grande aussi pour les autres journaux qui ont imité votre exemple, et je désire la manifester au grand nombre de citoyens de Paris qui ont exercé envers moi leur générosité spontanée et d’une manière si noble que je souffre beaucoup en supprimant les noms de ces personnages qui pourraient servir de modèles à la bienfaisance, même au milieu de la très généreuse nation française, qui m’avait si bien accueilli depuis le commencement de mon séjour et qui m’a comblé de faveurs et d’éloges pendant dix ans. Mon cœur ne l’oubliera jamais, et je regarderai toujours ce bonheur comme un effet spécial de la Providence, qui a inspiré à de telles personnes d’agir de la sorte envers un Espagnol qui avait fait vivre cent cinquante prêtres français pendant seize mois des années 1792 et 93, sans leur demander quelle était leur opinion politique. J’étais alors gouverneur et grand vicaire général de mon diocèse de Calaharra [sic].

Les personnes qui se sont distinguées envers moi ont satisfait une dette, sans le savoir, car elles ont agi par l’inspiration de la charité de Dieu. C’est cependant à des prêtres que j’attribue mon expulsion de Paris. D’après les renseignements que j’ai pu obtenir, il paraît que les jésuites ont fait croire au nonce du pape que mon ouvrage intitulé Portrait politique des Papes est le même que celui intitulé Crimes des Papes : le nonce demanda mon expulsion ou ma punition. Le ministre préféra la première sans examiner l’identité des écrits qui sont réellement très différents.

Aussitôt que j’arrivai à Bayonne, le sous-préfet m’intima l’ordre de partir sans délai, quoique j’eusse voyagé trois jours, depuis Bordeaux, sur des chemins couverts de neige, à mon âge, plus que sexagénaire, et dans la plus grande rigueur de la saison. Ayant eu besoin d’implorer des lois de l’humanité, on m’accorda une demi-journée, en me disant que c’était seulement par humanité. J’avais pensé que mon domicile en France, qui avait existé cinq ans, me donnait, d’après les lois françaises, quelques droits civiques.

  • 87 Le Constitutionnel, samedi 24 janvier 1823, p. 1a et 2b.

Dans la frontière, on a fouillé ma malle ; mais je ne portais pas de papiers.
Je suis, etc. »87.

24Juan Antonio Llorente prenait ainsi congé des Français en vrai journaliste, léguant à la postérité l’image qu’il voulait laisser de lui-même et faisant, au passage, quelque publicité à son dernier ouvrage. Aujourd’hui, on ne le connaît plus que comme un historien de l’Inquisition dont les ouvrages sont d’ailleurs plus utilisés que cités. Mais c’est sans doute par la façon dont il utilisa la presse que cet ecclésiastique aventuré en politique fut un homme de son temps.

Haut de page

Notes

1 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIème siècle, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 249.

2 LARRIBA, Elisabel, « Un publiciste poursuivi par l'Inquisition : Fr. Pedro Centeno, de l'ordre de Saint Augustin », in Mélanges offerts au Professeur Guy Mercadier, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 1998, pp. 301-312.

3 GODOY, Manuel, Memorias, edición de Emilio LA PARRA y Elisabel LARRIBA, Alicante, Publicaciones de la Universidad de Alicante, 2008, p. 517.

4 GUINARD, Paul-J., La Presse espagnole de 1737 à 1791, formation et signification d'un genre, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973, pp. 357-364 ; « José Mariano Beristáin y la Inquisición. Un tropiezo del futuro autor del Diario Pinciano », in Ibérica. Cahiers ibériques et ibéro-américains de l'Université de Paris- Sorbonne I (1977), pp. 155-171; BERISTÁIN (José Mariano), Diario Pinciano : primer periódico de Valladolid (1787-1788 ). Estudio preliminar Celso ALMUIÑA FERNÁNDEZ, Valladolid, Simancas ed., 1978; LARRIBA, Elisabel, « La prensa, verdadera vocación de tres eclesiásticos a finales del Antiguo Régimen », in Hispania nova n° 4, año 2004 (http://hispanianova.rediris.es).

5 GUINARD, Paul - J., op. cit., pp. 231-238.

6 GIL NOVALES, Alberto, « Clararrosa americanista » in Homenaje a Noel Salomon. Ilustración española e Independencia de América, Barcelona, Universidad Autónoma, 1979, pp. 113-124; LARRIBA (Elisabel), « La prensa, verdadera vocación… », op. cit.; SÁNCHEZ HITA, Beatriz, Juan Antonio Olavarrieta/José Joaquín de Clararrosa: Periodista Ilustrado: Aproximación biográfica y estudio del “Semanario Crítico de Lima” (1791) y del “Diario de Cádiz” (1796), Cádiz (sous presse) et José Joaquín de Clararrosa y su Diario Gaditano (1820-1823), Cádiz (sous presse).

7 Semanario de agricultura y artes dirigido a los párrocos (Antología), edición de Elisabel LARRIBA y Gérard DUFOUR, Valladolid, Ámbito, 1997, pp. 18-25.

8 ALTABELLA, José, « Algunas precisiones en torno a la vida y obra del gacetero de Bayona Luis Gutiérrez », in La Revolución francesa y la Península Ibérica, Estudios de Historia Social, núm 36-37, enero-junio de 1986, p. 333-335; MORANGE, Claude, « Un panfleto clandestino de 1800 », in Siete calas en la crisis del Antiguo Régimen español, Alicante, Instututo de Culura Juan Gil-Albert,1999, p. 277-400.; LARRIBA, Elisabel, « La prensa verdadera vocación… », op. cit.; GUTIÉRREZ, Luis, Cornelia Bororquia o La víctima de la Inquisición, edición de Gérard DUFOUR, Madrid, Cátedra, 2005.

9 ARENAS CRUZ, María Helena, Pedro Estala. Vida y obra. Una aportación a la teoría literaria del siglo XVIII español, Madrid, CSIC, Instituto de la lengua española, 2003; DUFOUR (Gérard), « Une éphémère revue afrancesada : El Imparcial (mars-août 1809) », El Argonauta español, n° 2 (juin 2005), http://argonauta.imageson.org/document64.html; BUSAALL (Jean-Baptiste), « Le discours constitutionnel dans El Imparcial de Pedro Estala », in El Argonauta español n° 5 (juin 2008), http://argonauta.imageson.org/document109.htlm; ARENAS CRUZ (María Helena), « La esperanza dolorida de los afrancesados : El Imparcial de Pedro Estala », in España 1808-1814. De súbditos a ciudadanos , s.l., Sociedad Don Quijote de Conmemoraciones Culturales de Castilla-La Mancha - Sociedad Estatal de Conmemoraciones Culturales, 2008, pp. 250-266; LARRIBA (Elisabel), « La prensa afrancesada. El caso de El Imparcial. Gaceta política y literaria de don Pedro Estala », à paraître prochainement dans les actes du colloque Internacional, Los afrancesados y la cultura política española, Valencia, Servicio de Publicaciones de la Universidad de Valencia.

10 GOMEZ IMAZ, Manuel, Los periódicos durante la Guerra de la Independencia [1808 - 1814]. Prólogo de Manuel Moreno Alonso, Sevilla, Renacimiento, 2008, p. 162 - 169 (édition originale : Madrid, Tipografía de la Rev. de Arch., Bib. y Museos, 1910): JURETSCHKE (Hans), Vida, obra y pensamiento de Alberto Lista, Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas. Escuela de Historia moderna, 1951.

11 RIAÑO DE LA IGLESIA, La imprenta en la Isla Gaditana durante la Guerra de la Independencia. Libros, folletos y hojas volantes (1808 - 1814). Ensayo bio-bibliográfico documentado. Edición a cargo de José Manuel FERNÁNDEZ TIRADO y Alberto GIL NOVALES, Madrid, ed. Del Orto, 2004, III, pp. 1412-1421.

12 GÓMEZ IMAZ, Manuel, op. cit., pp. 175-182.

13 Ibid., pp. 57-62.

14 Ibid., pp. 235-237.

15 Ibid., pp. 272-275.

16 MURPHY, Martin, Blanco White, self-banish Spaniard, New Haven and London, Yale University Press, 1989; MORENO ALONSO, Manuel, Blanco White. La obsesión de España, Sevilla, ediciones Alfar, 1998.

17 Semanario de agricultura y artes…, op. cit., pp. 52-53 et 85 sq.

18 GOMEZ IMAZ, Manuel, op. cit., p. 27.

19 LARRIBA, Elisabel, « Contribution du clergé à la rédaction du Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los párrocos », in SOUBEYROUX (Jacques), directeur, L'Espagne du XVIIIème siècle. Economie, société, idéologie, culture. Actes des Journées d'études sur « Ville et acampagne » et Cartas marruecas des 5 et 6 décembre 1997 , Saint-Etienne, Publications de l'Université de Saint-Etienne, pp. 217-233.

20 Juan Antonio Llorente figure parmi les listes de souscripteurs qui furent publiées par le Memorial literario en mars 1784, septembre 1784 et décembre 1785. Ces renseignements sont tirés de la banque de données de souscripteurs établie par Elisabel Larriba lors de la préparation de sa thèse sur Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIème siècle (op. cit.). Compte tenu de son volume (quelque 15 000 fiches) cette banque de données est restée inédite et nous savons gré à notre collègue de nous avoir fourni cette information tout en formulant le vœu qu'elle puisse prochainement mettre cet incomparable instrument de travail à disposition de l'ensemble des lecteurs de El Argonauta español .

21 LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse…, op. cit., notamment « Conclusion », pp. 332-343.

22 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France. Contribution à l'étude du libéralisme chrétien en France et en Espagne au début du XIXème siècle, Genève, Droz, 1983, p. 7.

23 Ibid., note 28.

24 Ibid., p. 9.

25 Il suffit pour s'en convaincre de parcourir la liste des publications de Llorente à cette période, soit dans VAN DER VEKENE, Emil, « Obras impresas de Juan Antonio Llorente. Ensayo bibliográfico », in LLORENTE, Juan Antonio, Noticia biográfica [autobiografía] con una`,Nota crítica' de Antonio MARQUEZ Madrid, Taurus, 1982, pp. 32-33, soit DUFOUR, Gérard, « Biblographie llorentine », in Hommage à Monsieur le Professeur Frèches à l'occasion de son départ à la retraite, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 1984, pp. 80-82.

26 LLORENTE, Juan Antonio, Noticia biográfica o Memorias para la historia de su vida, Paris, en la imprenta de A. Bobée, calle de la Tablerie, n° 1818. Dans l'édition d'Antonio MÁRQUEZ, parue sous le titre de Noticia biográfica…, op. cit., p. 121.

27 Ibid., p. 136.

28 Gazeta de Madrid n° 3 (martes 30 de enero de 1810), pp. 123-124; n° 31 (miércoles 31 de enero), pp. 127-128 et n° 32 (jueves 1 de febrero de 1810), p. 136.

29 Anales de la Inquisición de España. Su autor D. Juan Antonio Llorente, Consejero de Estado, Comisario general de Cruzada, Comendador de la Orden Real de España. Tomo I. Desde el establecimiento de la inquisición hasta el [sic] de 1550, Madrid, imprenta de Ibarra, 1812; Anales de la Inquisición de España. Su autor D. Juan Antonio Llorente, Consejero de Estado, Comisario general de Cruzada, Comendador de la Orden Real de España. Tomo II. Desde el año de 1509 hasta el de 1550, Madrid, imprenta de Ibarra, 1813; Histoire critique de l'Inquisition d'Espagne depuis l'époque de son établissement par Ferdinand V jusqu'u règne de Ferdinand VII; tirée des pièces originales de la Suprême, et de celles des tribunaux subalternes du Saint-Office. Par D. Jean-Antoine Llorente, ancien Secrétaire de l'Inquisition de la Cour ; Dignitaire-Ecolâtre et Chanoine de l'Eglise primatiale de Tolède ; Chancelier de l'Université de cette ville ; Chevalier de l'Ordre de Charles III ; Membre des académies roy. [sic] de l'Histoire et de la langue esp. [sic] de Madrid, de celle des Belles Lettres de Séville ; des sociétés patriotiques de la Rioxa, des provinces Basques, de l'Aragon, de la ville de Tudèle de Navarre, etc. Traduite de l'espagnol sur le manuscrit et sous les yeux de l'auteur par Alexis Pellier , Paris, Treuttel et Würtz, 1817 -1818, 4 vol.

30 Magazin Encyclopédique, V (1814), pp. 162-164.

31 Ibid, VI, pp. 227-240.

32 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., p. 131-162.

33 Archives Nationales de France (A. N. F.), F 7 - 6700 (avril 1828).

34 DES GRANGES, Ch. - M., Le Romantisme et la critique. La presse littéraire sous la Restauration, 1815-1830, Paris, Mercure de France, 1907, p. 81.

35 Prospectus, p. 5.

36 A.N.F., F 18* II (5-6). Les déclarations des imprimeurs ne donnent évidemment aucune certitude sur les tirages réels. Elles permettent toutefois d'établir des ordres de grandeur.

37 DUFOUR, Gérard, Llorente en France…, op. cit., pp. 199-207 et « Llorente défenseur de l'Espagne et de l'Inquisition », in Mélanges à la mémoire d'André Joucla-Ruau, Editions de l'Université de Provence, 1978, pp. 157-165.

38 A.N. F 18* II, n° 550 de 1820.

39 Prospectus du Journal de législation et de jurisprudence [Paris, 1819], p. 4.

40 Ibid., p. 2.

41 Mémoires de ma vie , Présentés et annotés par Charles H. POUTHAS ; préface de Gilberte de CORAL - RÉMUSAT, Paris, Plon, 1958 - 1959, II, p. 52.

42 Op. cit., I, pp. 36 -50.

43 Ibid., pp. 270 - 277.

44 P. 3 b.

45 Op. cit., p. 16.

46 Op. cit ., p. 204.

47 Cf. GIL NOVALES, Alberto, Las Sociedades patrióticas (1820-1823), Madrid, ed. Tecnos, 1975, p. 1026.

48 Minerva española, I, p. 89.

49 Ibid, I, pp. 212-233. Nous devons avouer que rien ne nous permet de préciser s'il s'agit du texte original que Llorente aurait fait parvenir au rédacteur de la Minerva española ou d'une traduction.

50 Op cit, p 4.

51 Conversación sexta, p. 25.

52 Biblioteca nacional, Madrid, R/ C a 535 - 32.

53 Hispanic Society of America, 1667 - 262.

54 FERNÁNDEZ PARO, Francisco, Juan Antonio Llorente, español “maldito”, presentación: Ignacio Tellechea Idígora; prólogo : Miguel Artola Gallego , s.l., 2001, p. 742, n. 248 y p. 745, n. 20.

55 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., pp. 227-233.

56 VAUCHELLE – HAQUET, Aline, Les Ouvrages en langue espagnole publiés en France entre 1814 et 1833 (présentation et catalogue). Préface de Gérard DUFOUR, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 1985.

57 Bibliographie de la France, ou Journal général de l'imprimerie et de la librairie, année 1820, Paris, chez Pillet aîné, imprimeur libraire, p. 280.

58 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op.cit., pp. 329-330.

59 « Advertencia », Conversación VI, pp. 71-72.

60 Conversación sexta, p. 22.

61 GUINARD, Paul-J., La Presse espagnole de 1737 à 1791. Formation et signification d'un genre, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1973, pp. 340-343

62 Cartas del verdadero español (1808), publiées par DUFOUR (Gérard), « Pourquoi les Espagnols prirent-ils les armes contre Napoléon », in Les Espagnols et Napoléon, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, 1984, pp. 326-334.

63 Conversación tercera, p. 9.

64 El Conservador, n° 127 (31 de julio de 1820), p. 4b.

65 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., p. 237.

66 Miscelanea, n° 72, p. 3.

67 LÓPEZ TABAR, Juan, Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1808 - 1833), Madrid, Biblioteca Nueva, 2001, pp. 188-189.

68 III, n° 10, p. 316.

69 Revue Encyclopédique, XI (1821), pp. 648-652.

70 Op. cit., II, pp. 987-1047.

71 El Constitucional, n° 487, 4°f. (n.n.), deuxième colonne.

72 Gazeta del Gobierno, n° 76, p. 320b.

73 LÓPEZ TABAR, Juan, Los famosos traidores. Los afrancesados durante la crisis del Antiguo Régimen (1808-1833, Madrid, Biblioteca Nueva, 2001, pp. 188.

74 MAHUL, Notices de journaux, 1819, p. 22.

75 DUFOUR, Gérard, « La crónica religiosa : un intento de liberalismo cristiano ¿español o francés? », in La prensa en la revolución liberal : España, Portugal y América latina . Actas del Coloquio Internacional que sobre dicho tema tuvo lugar en la Facultad de Ciencias de la Información, Universidad, los días 1, 2, y 3 de abril de 1982. Edición y prólogo a cargo de Alberto Gil Novales, Madrid, Universidad Complutense, 1983, pp. 57-65.

76 DUFOUR, Gérard, Llorente en France.., op. cit., pp. 207-216 et 260-278.

77 Archivio Segretto Vaticano, Secretaria di Stato, Esteri, rub. 249, anno 1821, fasc. 3, fol. 148.

78 Política eclesiástica o Colección selecta de escritos concernientes a la disciplina de la Iglesia, II, Valencia, imprenta de Domingo y Mompié, 1821, 216 p. + numéros 6, 7, 8 et 10 (Biblioteca Nacional de España, Madrid, R/ C a 755- 38 - 40/43).

79 « División y demarcación de obispados y provincias eclesiásticas. Extracto de la disertación sobre este asunto de Don Juan Antonio Llorente », in Política eclesiástica n° 8, tomo II, pp. 219-312 (Biblioteca Nacional, de España, Madrid, R/ C a 775 - 38 – 42).

80 Cette lettre fut signalée pour la première fois par Robert Marrast qui le publia dans « Sur Juan Antonio Llorente », in Mélanges offerts à Charles Vincent Aubrun, Paris, Centre de Recherches Hispaniques, 1966, II, p. 9.

81 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., p 295.

82 Journal de la Morale chrétienne, I, pp. 140-149.

83 Ibid., I, pp. 217-224.

84 Journal de la Société de la morale chrétienne, « Procès verbal de la première assemblée générale », I, p. 3.

85 AN, F 18* II, 1822.

86 DUFOUR, Gérard, Juan Antonio Llorente en France…, op. cit., p. 329 sq.

87 Le Constitutionnel, samedi 24 janvier 1823, p. 1a et 2b.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Dufour, « Juan Antonio Llorente, collaborateur de périodiques français et espagnols, rédacteur des Conversaciones de Cándido y Prudencio sobre el estado actual de España (1820) », El Argonauta español [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2009, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://argonauta.revues.org/720 ; DOI : 10.4000/argonauta.720

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org