Navigation – Plan du site
Livraison juin

Trahison, Procès et Conservation : la Gazette « française » d’Oviedo (1810-1811)

Alicia Laspra

Résumés

La Gazeta de Oviedo fut publiée pour la première fois dans la capitale des Asturies le 4 juin 1808, étant le résultat d’une des nombreuses initiatives adoptées par la « Junta Suprema » de la province après la rébellion espagnole contre Napoléon. A partir de cette date, au moins 111 numéros furent imprimés par José Díaz Pedregal, l’imprimeur officiel de la Principauté des Asturies. La première invasion de la province par les forces françaises n’entraîna pas la disparition de la Gazeta patriotique qui fut publiée par le même imprimeur jusqu’en janvier 1810. Cependant, la situation changea quand les Français occupèrent la Principauté pour la deuxième fois, et plus longuement, de la fin janvier 1810 à juin 1811. Les autorités asturiennes prirent la fuite mais leur imprimeur demeura dans la capitale, une attitude qui fut par la suite interprétée comme une trahison. Pedregal, en effet, imprima la « nouvelle » Gazette d’Oviedo, utilisée comme un instrument de propagande par l’administration française de la province.Bien que ce périodique au service des Français ait été publié régulièrement pendant six mois, et bien que ses 56 numéros aient fait l’objet d’un tirage considérable, on pensait qu’aucun exemplaire n’avait survécu. Mais une récente et fortuite découverte aux Archives Nationales (AHN, Madrid) a permis de mettre à jour une collection complète de la Gazeta de Oviedo, incluant à la fois les originaux manuscrits et les numéros imprimés. Cette double collection avait été réunie par les autorités espagnoles afin d’apporter la preuve de la prétendue trahison de Pedregal. Un avantage additionnel inhérent à cette découverte est que sur les originaux manuscrits de la gazette figurent nombre de lignes barrées, ce qui suggère la pratique par les autorités françaises d’une espèce d’auto-censure. Cet article a pour objectif de présenter et d’analyser la Gazeta de Oviedo « française » en accordant une attention toute particulière à sa nature propagandiste, la présumée trahison de son imprimeur et la censure à laquelle furent soumis ses textes.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour une étude très complète du très spécial cas de Cadix, CANTOS (Marieta), DURÁN (Fernando), ROME (...)

1La Gazeta de Oviedo fut publiée pour la première fois dans la capitale des Asturies le 4 juin 1808, étant le résultat d’une des nombreuses initiatives adoptées par la Junta General de la province après la rébellion espagnole contre Napoléon. Comme tant d’autres qui sont nées en Espagne à partir de 18081, la gazette asturienne est créée sur le modèle de la presse périodique, patriotique et décentralisée, comme une réponse au besoin des institutions et des gens de partager les nouvelles, ainsi que leurs opinions dérivées des événements. De ce moment-là au 26 août 1809, au moins 111 numéros furent imprimés par José Díaz Pedregal, l’imprimeur officiel de la Principauté des Asturies.

2Le rôle joué par cette presse n’était pas uniquement informatif. Elle avait, bien sûr, une fonction propagandiste anti-française, ce qui ne surprend personne, au milieu d’une guerre. Mais la gazette asturienne avait aussi une autre fonction, la plus intéressante et peut-être la plus inconnue et originale. Elle avait une fonction idéologique qui permettait à ses rédacteurs de favoriser la propagation de leurs points de vue au sujet du rôle politique joué par l’assemblée asturienne. La gazette patriotique d’Oviedo était principalement le moyen d’expression d’une politique radicale, qui avait un certain air d’indépendantisme, sous l’impulsion de son principal rédacteur, Álvaro Flórez Estrada. Il contrôlait aussi la Principauté des Asturies et son gouvernement du point de vue politique. L’esprit de rébellion contre le gouvernement central espagnol, ainsi que l’attitude indépendantiste de Flórez et ses coreligionnaires n’étaient pas ouvertement manifestés. On peut le percevoir, par exemple, dans la constante résistance à accepter formellement la suprématie du gouvernement central espagnol. Et c’est précisément ce mot là, « suprématie », qui va dévoiler cette attitude rebelle. Un seul mot, qui est devenu un mot clé comme je vais essayer de le démontrer.

3Le 1er janvier 1809 le gouvernement central espagnol publia un règlement établissant que dès ce moment-là les assemblées provinciales, las juntas, étaient obligées d’éliminer l’adjectif `Suprême’ de leurs dénominations officielles. Le gouvernement provincial à Oviedo n’avait pas encore éliminé cet adjectif de sa dénomination officielle en avril, c’est-à-dire, plus de trois mois après que la résolution avait été prise, comme on peut le voir dans les rapports correspondant aux réunions qui étaient tenues presque tous les jours. C’était toujours « La Junta Suprema… », c’est-à-dire, « La Suprême Assemblée des Asturies ». Et, naturellement, quand cette assemblée employait la gazette pour annoncer quelque chose, elle utilisait le mot « Suprême » pour s’y identifier.

1. Gazeta de Oviedo Nº 3, 5 avril 1809, p. 225.

1. Gazeta de Oviedo Nº 3, 5 avril 1809, p. 225.

4On a essayé de justifier cette situation sur la base d’une ignorance involontaire, à cause des difficultés de communication, les Asturies étant entourées par les forces françaises. Mais c’est encore la gazette qui nous informe sur la facilité des communications par mer qu’on avait à Oviedo avec Séville en ce temps-là. Un seul exemple suffit. Voilà l’évidence de ces communications :

2. Gazeta de Oviedo, Nº 30, 20 mars 1809, pp. 215-216.

2. Gazeta de Oviedo, Nº 30, 20 mars 1809, pp. 215-216.

5Cet exemple est très utile pour remarquer que la gazette avait une énorme importance du point de vue psychologique et idéologique. On n’a qu’à imaginer l’effet permanent sur les lecteurs de cet adjectif « Suprême » attribué constamment à l’institution qui les gouvernait, alors que dans les autres provinces espagnoles la dénomination avait déjà changé depuis longtemps.

6La gazette d’Oviedo de la première époque ne fut pas utilisée seulement comme un instrument propagandiste de guerre. Elle fut utilisée également comme un instrument de confrontation idéologique, face aux rivaux, entre les patriotes eux-mêmes.

7L’anormale situation qu’on connaissait aux Asturies, et dont la dénomination de Junta n’était qu’un symbole, inquiétait le général en chef de l’Armée espagnole du Nord, le marquis La Romana ainsi que les ennemis politiques de Flórez Estrada. Comme les rapports des réunions de ces jours-là avaient disparus, l’historiographie s’était laissée influencer uniquement par les opinions de certaines personnalités, comme Jovellanos, et aussi par celles d’auteurs qui n’avaient pas été témoins directs des événements, et pendant 200 années on a diffamé grossièrement le marquis en l’accusant d’avoir organisé un coup d’état. C’est vrai que le marquis La Romana est arrivé à Oviedo où il a imposé un nouveau gouvernement. Cette institution nouvelle était composée partiellement par quelques membres de l’antérieure (dont quelques uns ont refusé de continuer, tandis que d’autres ont accepté) et par de nouveaux. En contredisant l’idée qu’on a aujourd’hui d’un coup d’état, La Romana ne formait pas partie du nouveau gouvernement et il resta fidèle à ses obligations militaires. La dénomination de l’institution changea après cela et l’adjectif « Suprême » disparut. Il y a une année et demie que les rapports officiels ont été retrouvés et on a pu vérifier que, dans une perspective actuelle, la conduite de Romana, bien que difficilement acceptable, n’avait pas été si violente ni si traumatique qu’on l’avait généralement cru.

8Après Flórez Estrada, d’autres rédacteurs continuèrent à publier la Gazette d’Oviedo qui était devenue l’organe de diffusion d’une nouvelle assemblée dénommée La Junta Superior (pas « Suprême ») de Observación y Defensa del Principado de Asturias. La nouvelle institution continua ainsi à utiliser la Gazette d’Oviedo comme moyen de diffusion officiel et de propagande. Les rédacteurs qui prirent la relève, matérialisée le 10 mai 1809, n’étaient pas aussi éclairés que Flórez Estrada, ce qui est évident du point de vue stylistique. La gazette perdit ainsi beaucoup en qualité littéraire.

  • 2 LASPRA, Alicia, La Gazeta de Oviedo 1ª Época (junio 1808-julio 1809), Oviedo, Laria, 2009, pp. 31-4 (...)

9La première invasion de la province par les forces françaises, qui culmina avec l’occupation d’Oviedo le 19 mai 1809, ne mit pas un terme à la Gazette patriotique, qui continua à être publiée par le même imprimeur jusqu’à la deuxième invasion. Il est avéré que la Gazette d’Oviedo de la première époque fut publiée au moins jusqu’au 5 novembre, et il y a de bonnes raisons pour supposer qu’elle continua à exister jusqu’à la fin du mois de janvier 1810, quand le général Bonet occupa Oviedo pour y rester pendant presque une année et demie, jusqu’au 14 juin 18112.

10Après cette deuxième occupation des Asturies (principalement du district d’Oviedo), les autorités asturiennes se sont enfuies. Leur imprimeur, apparemment, avait refusé de quitter la cité et il resta là. Cette attitude serait après interprétée comme une trahison. Díaz Pedregal, en effet, devenu l’imprimeur de Bonet, s’est occupé de la « nouvelle » Gazette d’Oviedo, non plus patriotique en faveur des Espagnols, mais qui était utilisée comme un instrument de propagande par l’administration française de la province. Mais il paraît qu’au lieu d’avoir trahi son pays, il avait été forcé de collaborer avec les autorités au service de la France.

  • 3 Margarita Cuartas Rivero, responsable de la section `Consejos Suprimidos’ à AHN, a exhumé cet intér (...)

11Bien que cette gazette ait été publiée régulièrement pendant six mois, produisant une considérable quantité d’exemplaires et 56 numéros au total, on pensait qu’aucune copie n’avait survécu jusqu’à-ce-qu’une découverte fortuite eut lieu récemment à l’Archivo Histórico Nacional (AHN, Madrid)3. Une collection complète de la Gazeta de Oviedo, à la fois manuscrite et imprimée, est apparue dans les pièces du procès contre Díaz Pedregal, finalement accusé de trahison contre les autorités espagnoles. Avantage supplémentaire : les brouillons manuscrits de la majorité des numéros de la gazette présentent parfois des lignes rayées, en suggérant une sorte d’autocensure par les autorités pro-françaises elles-mêmes.

  • 5 AHN, Section `Consejos’, Dossier 3558.

12Dans les lignes suivantes on essayera de présenter et analyser la Gazeta de Oviedo au service du roi Joseph I et contrôlée par le Général Bonet, en se centrant sur sa nature propagandiste, les aspects du procès instruit contre la présumée trahison de Díaz Pedregal qui apportent d’importantes informations sur la gazette5 et la censure à laquelle elle était apparemment exposée.

13Bien que la publication périodique dirigée par Bonet ait usurpé le nom de la gazette originale, elle doit être considérée comme une publication différente, car elle n’était plus patriotique, selon la terminologie de Checa Godoy, mais « française ».

14A l’exception du numéro 2 du 5 Janvier 1811 et des quatre derniers numéros (53-56) du mois de juin de la même année, dont on n’a trouvé que les originaux manuscrits, on conserve à l’AHN la collection imprimée complète de cette publication bihebdomadaire qui, comme sa prédécesseur, fut publiée régulièrement le mercredi et le samedi. C’est-à-dire, que l’on conserve 51 des 56 numéros imprimés. Parallèlement, on conserve aussi 55 originaux manuscrits, car il ne manque que le numéro 28.

  • 8 GREGORIO SAINZ, Silvia, Ayuda británica y resistencia antinapoleónica en Cantabria (1808-09), Mémoi (...)

15Le premier numéro est sorti le samedi 1 er décembre, assez tard si l’on tient compte de ce que Bonet avait occupé Oviedo le 31 janvier la même année. Bonet avait déjà l’expérience de la publication d’un instrument de diffusion avec la Gazeta de Santander, dont le premier numéro avait été imprimé le 2 décembre 1809, quand il commandait l’occupation de la province voisine8.

16À Oviedo, en 1810, on imprima un total de neuf gazettes, présentées avec une numérotation corrélative. Au début de 1811, on recommença à partir du numéro 1, comme on l’avait fait pendant la première époque de la Gazette d’Oviedo. Cette décision implique quelque confusion car, dans le manuscrit original, les numéros 1 à 4 de 1811 furent numérotés corrélativement après la dernière gazette de 1810, c’est-à-dire, le numéro 1 de janvier avait été numéroté 10 dans la version manuscrite, et la même chose se passe avec les numéros 2, 3 et 4, qui reçoivent respectivement (toujours dans les manuscrits originaux) les numéros 10, 11, et 12. Cette pratique fut ensuite corrigée et l’original suivant reçut le numéro 5. L’explication est, peut-être, que quand les rédacteurs avaient écrit les quatre premiers numéros de janvier 1811, ils avaient pensé que la numération allait être corrélée avec celle des numéros de 1810. Probablement, aussitôt que l’éditeur s’en rendit compte, décida-t-il de changer la numérotation et de reprendre au numéro 1 à partir de la première gazette imprimée de janvier 1811.

3. Gazeta de Oviedo. Fragments des numéros 1-5 de janvier 1811.

3. Gazeta de Oviedo. Fragments des numéros 1-5 de janvier 1811.
  • 9 AHN, Section `Consejos’, Gazeta de Oviedo, Manuscritos. Dossier 3558, numéro 5 (5).

17C’est peut-être pour cela que les gazettes imprimées en 1811 ne présentent pas cette confusion, et sont toutes numérotées dès le début corrélativement à partir du numéro 1. Cette question est intéressante parce qu’elle pourrait indiquer que les gazettes étaient normalement préparées par les rédacteurs quatre par quatre, dans leurs versions originales, plusieurs jours avant d’être imprimées. Au cours de 1811 on imprima 47 numéros. Cela fait un total de 56 numéros. On conserve aussi, comme je l’ai déjà indiqué, presque toutes les versions originales manuscrites des numéros imprimés, L’unique exception est celle du numéro 28, dont on a, quand même, la version imprimée9.

18Tous ces documents manuscrits présentent à la fin du texte la signature et le paraphe du responsable de l’édition qui, en même temps, indiquait le tirage qu’on devait imprimer pour chaque numéro. C’est sans doute l’Intendant Général pour les Asturies, Antonio Gómez, qui était l’éditeur de toutes les publications. Un autre paraphe apparaît aussi sur toutes les pages paires des manuscrits, et aussi à la fin de chaque document, ce qu’on peut interpréter comme une marque finale de responsabilité du contenu à publier. Elle pourrait même être celle de Bonet parce que la signature a la forme d’une abréviation qui ressemble à un « B », mais je ne suis pas certaine de l’identification.

4. Fragment final de la Gazeta de Oviedo, Nº 1, du 1er décembre 1810.

4. Fragment final de la Gazeta de Oviedo, Nº 1, du 1er décembre 1810.

5. Dernières pages des numéros 3 et 6 du 8 et du 19 décembre 1810 respectivement.

5. Dernières pages des numéros 3 et 6 du 8 et du 19 décembre 1810 respectivement.
  • 10 Pour une évaluation des prix et une comparaison du prix des gazettes, DUFOUR, Gérard, « Une éphémèr (...)

19En ce qui concerne les premiers numéros publiés jusqu’au numéro 10 du 6 février 1811, l’imprimeur décida qu’on en tire 200 exemplaires. À partir du numéro 11 du 9 février la même année, on réduisit le tirage à 150 exemplaires. La stabilité de l’occupation des Asturies par le général Bonet s’était tellement améliorée à partir du 23 mars que l’imprimeur décida qu’on ne tire p as moins de 400 exemplaires. Qui sont les destinataires d’un nombre aussi important pour une province comme les Asturies ? Il est difficile de répondre à cette question. Et c’est encore le procès contre Pedregal qui va nous fournir quelques informations. Un des témoins qui déclarent pendant le procès explique que le tirage de 400 n’était pas pour la vente car le profit qu’on obtenait des ventes était maigre, malgré le prix réduit du numéro : quatre « cuartos » (20 « maravedís »). Le prix n’était pas trop cher si on le compare avec le coût d’autres gazettes similaires10. A la différence de la Gazeta de Oviedo patriotique, qui comportait huit pages, cette publication n’en comportait que quatre. Mais il y avait un autre élément qui, en partie, compensait la différence numérique des pages : les dimensions des feuilles. Tandis que la gazette de la première époque mesurait 15 x 20 cm, celle-ci était un peu plus grande car elle mesurait 16,5 x 23,5 cm et par conséquent, la quantité d’information qu’elle contenait n’était pas trop maigre en comparaison. Les manuscrits originaux sont paginés, mais pas très régulièrement et sans continuité d’un numéro à l’autre. Les pages des gazettes imprimées ne sont jamais numérotées.

20La langue employée dans tous les numéros est l’espagnol. Dans la collection il y a seulement une circulaire bilingue (en espagnol et en français) placée juste après le numéro 21 manuscrit. Cette circulaire sera mentionnée plus bas.

21Se rendant probablement compte de ce que la situation allait changer, le tirage spécifié pour le dernier numéro fut réduit à 300 exemplaires. Bonet abandonna les Asturies le 14 juin, même s’il y revint encore une fois, mais pour ne pas y rester longtemps, au mois de novembre la même année. Des quatre gazettes de juin, correspondant aux 1, 5, 8 et 12 du mois, on ne conserve que les originaux manuscrits. Ils avaient été validés, avec la signature habituelle et l’indication des exemplaires qu’on devrait en imprimer, la veille de la date prévue de publication, c’est-à-dire le 31 mai et les 4, 7 et 11 juin respectivement. Ainsi, il semble que les rédacteurs et l’Intendant des Asturies n’imaginaient pas que l’évacuation était si proche car le dernier numéro imprimé le fut le 12 juin, deux jours seulement avant le départ de Bonet.

  • 11 AHN, Section `Consejos’, Dossier 3558.

22Par rapport aux rédacteurs, plusieurs documents du procès fournissent assez d’information pour en déduire que c’étaient deux moines bénédictins provenant du monastère de Santa María la Real de Obona, à Tineo (Asturies), et qui habitaient à Oviedo à ce moment-là. Ils s’appelaient D. Bernardino et D. Bartolomé. La description apportée par un des témoins permet de connaître la procédure habituellement suivie11 :

6. Déclaration de Manuel Suárez, un des témoins dans le procès qui eut lieu en 1811.

6. Déclaration de Manuel Suárez, un des témoins dans le procès qui eut lieu en 1811.

23[Le déclarant] En tant qu’employé de l’intendance du gouvernement, il a observé qu’à plusieurs reprises sont entrés à des heures indues chez l’Intendant pour s’entretenir avec lui les frères dom Bernardino et dom Bartolomé (dont il ignore les noms), appartenant d’après ce qu’il a pu comprendre au couvent d’Obona de cette Principauté. Et après s’être entretenu secrètement avec celui qui assurait les fonctions d’Intendant, il a observé que celui-ci conservait la Gazette que dom Bernardino lui laissait régulièrement, et qu’après l’avoir examiné, commenté, ou avoir ajouté ce qui lui semblait bon, il mettait sur la dernière page, lui ou parfois, sur son ordre, le déclarant, l’ordre, à l’imprimeur de la Principauté, d’imprimer généralement 400 exemplaires, et ainsi sans que le déclarant n’ait osé le lire en raison du soin dudit Intendant à ce qu’absolument rien ne filtre, il le mettait dans une enveloppe adressée à l’imprimeur de la Principauté qu’il confiait au portier Francisco Alonso, alias le Frère, pour qu’il le portât à l’Imprimerie. (…) [Le déclarant] ne peut rendre compte des conditions et du contrat passées entre l’imprimeur, l’intendant et l’éditeur et la seul chose qu’il peut dire c’est que ledit imprimeur indiquait les frais correspondant au papier et au travail, et qu’après examen par le bureau des ventes, l’ordre de payer était donné à la Trésorerie de la Principauté.

24Il semble que les numéros étaient présentés quatre par quatre à l’éditeur quinze jours à l’avance, et celui-ci les lisait et ajoutait ou éliminait ce qu’il voulait. L’éditeur signait chaque numéro et y ajoutait la date de la veille du jour de publication, ainsi que l’ordre de les imprimer et le nombre d’exemplaires à tirer. L’intérêt à ce que rien ne filtre avant la publication explique l’envoi des numéros la veille.

25Voici un exemple de suppression :

7. Gazeta de Oviedo Nº 20, 1er avril 1810.

7. Gazeta de Oviedo Nº 20, 1er avril 1810.

8. Gazeta de Oviedo Nº 20, 1er avril 1810.

8. Gazeta de Oviedo Nº 20, 1er avril 1810.

26En ce qui concerne la description du contenu de la gazette, le premier numéro commence par expliquer les raisons qui justifient la publication (surtout le besoin de remédier à la « mauvaise » influence des publications antérieures). Ensuite, le rédacteur indique les principaux sujets qui seront traités :

9. Gazeta de Oviedo, Nº 1, 1 er décembre 1810

9. Gazeta de Oviedo, Nº 1, 1 er décembre 1810

« (...) une relation simple de l’état de l’Europe, ce que l’Espagne doit espérer, ce qu’elle peut craindre et, pour tout dire, un système de nouvelles qui puisse être compatible avec celui utilisé dès le début, malgré les rivaux fabuleux, pour être ainsi parfaitement crédible, sans laisser la moindre place au doute, voilà l’important objet de ce périodique »

27La gazette d’Oviedo est généralement composée de trois rubriques dont la première est consacrée aux nouvelles étrangères, surtout de l’Europe, mais aussi de l’Amérique ; la deuxième, à l’Empire Français (l’Espagne el le Portugal étant inclus), et la troisième, d’une présence irrégulière, aux contributions, vraisemblablement « fabriquées » par quelques lecteurs ainsi qu’aux réponses que l’éditeur leur adressait. Cette partie est précédée, ou quelque fois remplacée, par certaines annonces officielles, comme des circulaires de Bonet ou de ses supérieurs, décrets, ou dispositions pris par le gouvernement de Joseph Napoléon etc. Quelques fois ces documents sont suivis d’une analyse ou explication que l’éditeur lui-même ajoutait. Une dernière partie qu’on ajoute quelques fois à la fin comprend la correction de coquilles.

28La première partie était déjà familière aux lecteurs de la gazette parce que l’édition de la première époque (1808-1809) avait également fait part de toutes les nouvelles de l’étranger qui arrivaient aux Asturies. La Gazeta de Madrid consacrait aussi une première partie à l’information politique étrangère. Dans une perspective actuelle, il pourrait sembler que ces nouvelles étaient trop « étrangères » et même exotiques pour les lecteurs asturiens, mais, comme Gérard Dufour l’indique : « depuis 1808, il y avait peu d’événements en Europe qui, d’une façon ou d’une autre, n’étaient pas susceptibles d’influer sur la situation espagnole », ce qui démontre que la guerre n’était pas seulement une question péninsulaire mais qu’elle était liée à ce qui se passait en Europe. En outre, les éditeurs respectifs avaient une claire volonté d’internationalisation, dont ces nouvelles étrangères étaient la manifestation la plus manifeste. On prouvait qu’on était en contact permanent avec l’extérieur, ce qui, dans une province, soi-disant, petite et fermée, était très important du point de vue psychologique.

29Quant à la deuxième partie, les nouvelles étaient encore plus importantes de ce même point de vue, parce qu’on rappelait aux lecteurs qu’il y avait un empire et un empereur qui triomphait en Europe et qui ferait réussir ses partisans. On insistait fortement sur les questions à caractère institutionnel comme s’il s’agissait de questions personnelles, probablement avec l’intention d’habituer les destinataires de la gazette à considérer ces événements comme s’ils les concernaient. La naissance d’un héritier de l’Empereur en est un bon exemple. Dès qu’on sut que Marie Louise allait avoir un enfant, la nouvelle d’abord, et l’enfant après devinrent l’information principale. Les images suivantes constituent seulement une petite sélection parmi nombre de textes traitant le même sujet :

10. Gazeta de Oviedo, Nº 2, 1810.

10. Gazeta de Oviedo, Nº 2, 1810.

11. Gazeta de Oviedo, Nº 10, 1811.

11. Gazeta de Oviedo, Nº 10, 1811.

12. Gazeta de Oviedo, Nº 37, 1811.

12. Gazeta de Oviedo, Nº 37, 1811.

30On partage le bonheur de la naissance de l’héritier en divers lieux de l’empire, comme on le voit dans l’image numéro 10. Puis, on le rappelle aux lecteurs après quatre mois (image 11) et, finalement, on annonce que l’Impératrice s’occupe de donner le sein à l’enfant (image 12).

31Les victoires françaises en Espagne et au Portugal (vraies ou non) font également l’objet d’un traitement privilégié dans cette partie. Un exemple magnifique d’exagération victorieuse se trouve dans la description de la bataille de Buçaco, au Portugal, le 27 septembre 1810.

13. Gazeta de Oviedo, Nº 2, 5 décembre 1810.

13. Gazeta de Oviedo, Nº 2, 5 décembre 1810.

32Comme on peut voir, le rédacteur évite de faire allusion explicite à Buçaco, et il préfère mentionner « une forte position à une journée de Coimbra » pour continuer à offrir une description des événements très différente de la réelle.

  • 15 Gaceta de Oviedo , numéro 2 du 5 décembre 1810.

« Les Anglais furent attaqués, encerclés, et vivement poursuivis et, par voie de conséquence, ils ont abandonné leurs malades et leurs magasins. L’action du 27 nous a permis de prendre deux pièces d’artillerie et de faire 700 prisonniers dont 400 étaient anglais. »15

33Cette description ne surprend pas, car c’était la tradition dans les journaux espagnols et français, et c’est une stratégie propagandiste traditionnelle de guerre. Le rapport du maréchal Masséna pourtant n’était pas tellement optimiste :

« Le 3 ème jour de marche, je me suis trouvé devant la position de Busaco qui était occupée par les deux armées anglaise et portugaise réunies. J’ai reconnu cette position. Le lendemain, à la pointe du jour, j’ai fait attaquer à la gauche … La position est assurément la plus forte de tout le Portugal. Le général Regnier est parvenu cependant au haut de la crête et commençait a s’y établir, lorsque le général Hill, avec un corps de 20,000 hommes, a attaqué en colonne serrée les troupes qui, excédées de fatigue, commençaient à se former sur la crête de la montagne, et les a forcées à en descendre. Ce mouvement de retraite, soutenu par une bonne réserve, s’est fait avec ordre, et le 2 ème corps a repris sa première position.

Au centre se trouvaient les divisions Loison et Marchand. La première a attaqué sur la droite du chemin qui conduit au couvent de Busaco, et l’autre vers la gauche. Obligé de gravir une montagne très escarpée pour rejoindre la grande route, mais il n’eut pas le tems de s’y former en colonne et de s’y établir ; deux colonnes anglaises, serrées en masse, protégées par une nombreuse artillerie, sont arrivées au pas de charge, et ont forcé cette division à rétrograder. Le général Marchand, qui devait soutenir cette attaque, a pris position pour arrêter l’ennemi. Les anglais n’ont pas osé avancer à plus de 300 toises hors de leur ligne de bataille. Le reste de la journée s’est passé à tirailler.

Après avoir reconnu attentivement cette position, que Lord Wellington n’aurait pas osé tenir si, comme moi, il ne l’avait pas jugé extrêmement forte, je pris tout de suite mon parti, et je cherchais à obtenir par mes manœuvres un avantage qui nous aurait couté trop de braves. J’envoyais des reconnaissances de cavalerie sur ma droite et sur ma gauche pour examiner le pays, et pour tenir les ennemis dans l’incertitude sur la direction de mes manœuvres. (…)

  • 16 Masséna à Berthier, Coimbra. 4 octobre 1810, GURWOOD, John (éd.), The Dispatches, of Field Marshal (...)

Notre perte en tués et blessés est d’environ 3,000 hommes, parmi lesquels beaucoup d’officiers. Le général Simon, de la division Loison, dangereusement blessé, est resté au milieu des rangs de l’ennemi. Le général Graindorge est mort de ses blessures. Le général de division Merle est blessé. Les généraux Foy et Maucune le sont également. Ils ne pourront de quelque tems reprendre leur service. Les colonels du 26 ème de ligne, des 6 ème et 32ème légère, ont été tués, et plusieurs autres blessés. Il manque dans le corps un grand nombre d’officiers qu’il serait nécessaire de remplacer. L’armée anglo-portugaise a avoué avoir perdu 4,000 hommes, dont la moitié anglais »16.

Il faut avouer néanmoins que dans les numéros suivants de la Gazette d’Oviedo on offre d’autres nouvelles plus réalistes sur Buçaco.

34Finalement, Cadix est une référence constante dans la majorité des numéros de cette gazette. L’énorme préoccupation des autorités françaises est visible tout au long des différents textes qu’on y publie.

35En ce qui concerne la troisième partie qui compose ce journal, les circulaires, décrets et autres communications officiels qu’on y reproduit, ils paraissent avoir quelque fois la fonction de remplir les pages quand on n’a pas assez de nouvelles à publier. Une fonction pareille pourrait être aussi celle de la correspondance de l’éditeur avec des lecteurs anonymes.

36Le numéro 21 de la gazette publie une circulaire, écrite en espagnol, et adressée par le Général en chef de l’État-major aux Généraux Gouverneurs et Commandants de la circonscription de l’Armée du Nord. Elle est précédée d’une annonce selon laquelle on a affiché une version bilingue de ce document dans les places publiques de la ville d’Oviedo. C’est pour cela qu’une copie imprimée de cette circulaire bilingue (déjà mentionnée) avait été placée juste après la version manuscrite du numéro 21 :

14. Circulaire placée dans le manuscrit du numéro 2.

14. Circulaire placée dans le manuscrit du numéro 2.

15. Gazeta de Oviedo Nº 21, 13 mars 1811

15. Gazeta de Oviedo Nº 21, 13 mars 1811

37En plus des circulaires, la gazette publie quelques autres documents officiels, comme proclamations, décrets, etc. Une décision de l’éditeur qu’on pourrait qualifier de vraiment inattendue consiste à publier la Constitution « de Bayonne ». Si l’on tient compte de ce que cette constitution avait été déjà publiée en 1808, on pourrait penser que la faire imprimer trois années après n’était pas vraiment nécessaire. Mais l’éditeur pense que si. Pour lui c’est une constitution en vigueur. Par ailleurs, sa publication peut aider à remplir les pages de la gazette. Mais nous pouvons imaginer qu’il y a d’autres raisons, politiques et institutionnelles, qui inspirent cette décision. C’est pour cela, peut-être, qu’il annonce dans le numéro 3 du 9 janvier qu’on va la publier par livraisons successives dans les numéros suivants. Et le premier fragment est publié dans le numéro 4 du 13 de ce mois :

16. Gazeta de Oviedo, Nº 3, 9 janvier 1811.

16. Gazeta de Oviedo, Nº 3, 9 janvier 1811.

17. Gazeta de Oviedo, Nº 4, 13 janvier 1811 .

17. Gazeta de Oviedo, Nº 4, 13 janvier 1811 .

38Les numéros suivants de la gazette continuent régulièrement à publier des fragments jusqu’au numéro 19, du 5 mars 1811, où paraît le dernier. Les lecteurs pouvaient de cette façon connaître facilement, peu à peu, le contenu de la constitution `intruse’. Quelques fois, l’éditeur ajoute à la publication de ces passages quelques clarifications pour s’assurer que le document sera bien compris.

39Ce n’est pas une coïncidence si, pendant que la Gazeta de Oviedo faisait part dans ses numéros de la Constitución de España, décrétée par « Don José Napoleón, Rey de las Españas y de las Indias », et signée le 6 juillet à Bayonne, le processus d’élaboration d’une constitution patriotique était parallèlement mis en marche à Cadix.

18. Gazeta de Oviedo, Nº 19, 5 mars 1811.

18. Gazeta de Oviedo, Nº 19, 5 mars 1811.

40C’était vraiment une façon très intelligente d’essayer d’influencer les citoyens, spécialement les partisans, pour qu’ils ne fassent pas attention aux nouvelles de Cadix, qui arrivaient sans doute de temps en temps. L’intérêt qu’une constitution vraiment espagnole devait susciter partout était efficacement contrarié, grâce à cette idée d’un fidèle intendant et éditeur.

41Un autre sujet qui faisait partie de cette troisième section de la gazette était la correspondance de l’Editeur avec des lecteurs anonymes. Le premier d’entre eux qui apparaît est identifié avec le pseudonyme de « L’Espagnol indécis ». Mais il y en aurait d’autres, comme un curé auquel l’éditeur écrit pour justifier les mesures répressives prises à l’égard des prêtres qui aident les insurgés. Cette correspondance a naturellement la fonction d’exprimer des idées exemplaires et d’offrir apparemment des interprétations logiques de la situation, et de ce qu’il faut faire pour agir d’une façon `intelligente’ en acceptant l’occupation.

42Il y a un dernier élément, déjà mentionné, que l’on insère à la fin de quelques gazettes, et que je trouve méritoire, parce qu’il reflète une préoccupation particulière et admirable de l’éditeur pour la perfection linguistique et pour la précision. Ce ne sont que des anecdotes, mais, comme toutes les anecdotes, très intéressantes. Je me réfère ici aux coquilles et à l’insistance avec laquelle on les corrige. Quelques fois, les erreurs son graves, comme quand on écrit La Russie au lieu de la Prusse, mais quelques fois elles sont simplement insignifiantes mais pas pour le scrupuleux éditeur. Voilà quelques exemples :

19. Quelques exemples de correction de coquilles

19. Quelques exemples de correction de coquilles

43Le départ de Bonet le 14 juin, impliquerait l’interruption de l’impression de cette gazette. Le général français revint à Oviedo, en novembre de cette même année, mais la publication ne fut plus imprimée malgré sa permanence dans la ville jusqu’au 24 de janvier 1812. En plus, il n’avait pas réussi à atteindre la stabilité nécessaire pour s’occuper de sa gazette et il est fortement probable que même s’il avait essayé de continuer la publication, cela aurait été pratiquement impossible car l’imprimeur, après avoir subi les conséquences du procès dont il fut l’objet en 1811, avait surement disparu. Mais demeure un souvenir fascinant qui fait notre bonheur. Bonet reviendrait une dernière fois pour occuper Oviedo entre le 17 mai et le 14 juin la même année.

44Il reste maintenant à exposer en quelques mots le procès qui nous a permis de trouver et de connaître cette double collection d’une grande valeur.

45Tout commença à la fin de 1816 à Oviedo. L’imprimeur Díaz Pedregal était à ce moment-là un représentant du peuple à la mairie d’Oviedo, en espagnol, il était Síndico Personero de lo Común, une responsabilité qu’il exerçait après avoir être élu pour cela. A la fin de chaque année il fallait renouveler le poste. Mais quelques citoyens, eux-mêmes élus à la mairie, organisèrent une campagne contre l’imprimeur pour l’empêcher d’obtenir le poste. Et leur plus fort argument était qu’il avait été un collaborateur du général Bonet pendent l’occupation française d’Oviedo entre 1810 et 1811. La campagne fut bien organisée et arriva même à Madrid. Les documents permettent de savoir que Pedregal avait souffert les conséquences d’une telle campagne après le départ de Bonet des Asturies en 1811. Le déroulement des procédures suivies impliqua la révision du premier procès, avec la relecture de tous les documents s’y rapportant. C’est comme cela qu’on peut connaître aujourd’hui les deux procès (ceux de 1811 et de 1816-1818). Le premier procès généra 160 feuilles manuscrites et le deuxième un nombre identique. Je me limiterai ici à une relation succincte en commençant par le résultat final : Pedregal ne l’emporta pas. Ses ennemis réussirent à convaincre les autorités à Madrid qu’il n’avait pas raison. Il ne fut pas emprisonné mais il perdit son poste et fut condamné à payer les frais du procès.

20. Première page du dossier du procès de 1811

20. Première page du dossier du procès de 1811

46Les papiers les plus importants pour nous sont ceux provenant du premier procès, celui de 1811 parce que les différents témoins (22) offrent de remarquables détails relatifs à la gazette qui constituent un trésor. Le plus grand profit de tout cela est la double collection, bien sûr, mais les informations qu’on tire des déclarations des témoins sont aussi très importantes pour connaître tous les pas effectués jusqu’à ce que la publication fût prête pour être vendue ou envoyée aux lecteurs, comme on l’a déjà vu.

47D’après Pedregal lui-même et divers témoins, son histoire n’est pas celle d’une trahison. Mais elle n’est pas non plus l’histoire d’un patriote parce qu’autrement il serait difficile de comprendre qu’il ait continué pendant tellement de temps à travailler pour l’appareil propagandiste des oppresseurs de son pays. Le contenu des textes qu’il imprimait aurait dû le conduire à trahir ceux qui, comme il le déclara pendant le procès, l’obligeaient à travailler pour eux.

48Les raisons qu’il donna d’avoir commencé à imprimer pour les autorités d’Oviedo, bien qu’elles fussent confirmées par quelques témoins, ne sont pas très crédibles. Il déclara qu’il était parti pour Riosa, vers le sud, suite à l’occupation et que Bonet lui envoya un ordre pour qu’il revienne à Oviedo sous peine de mort. Mais il aurait pu s’enfuir au lieu de rejoindre la ville. Et même quand il était là, il a dû avoir beaucoup d’opportunités pour quitter la capitale des Asturies.

49Cependant, il faut avouer que c’est une grande satisfaction qu’il y soit resté et qu’il ait imprimé la collection pour que nous puissions en profiter deux cent ans après.

Haut de page

Notes

1 Pour une étude très complète du très spécial cas de Cadix, CANTOS (Marieta), DURÁN (Fernando), ROMERO (Alberto) eds., La Guerra de pluma. Estudios sobre la prensa de Cádiz en el tiempo de las Cortes (1810-1814), Cádiz, UCA, 2008, 3 vols.

2 LASPRA, Alicia, La Gazeta de Oviedo 1ª Época (junio 1808-julio 1809), Oviedo, Laria, 2009, pp. 31-44.

3 Margarita Cuartas Rivero, responsable de la section `Consejos Suprimidos’ à AHN, a exhumé cet intéressant dossier : « Causa contra el editor y el impresor de La Gazeta de Oviedo, en la época de ocupación de los franceses », in II Congreso de Bibliografía Asturiana , 3 vols. (Oviedo, Principado de Asturias, 1999) 3 : pp. 1249-1254.

4 Pour une étude récente de la presse contemporaine en Espagne : CHECA GODOY, Antonio, La prensa española durante la Guerra de la Independencia, Cádiz, Quorum, 2010.

5 AHN, Section `Consejos’, Dossier 3558.

6 CHECA GODOY, Antonio, « La prensa durante la Guerra de la Independencia », in DIEGO, Emilio de (dir.). y MARTÍNEZ SANZ, José Luis (coord.), El comienzo de la Guerra de la Independencia. Congreso Internacional del Bicentenario, San Sebastián de los Reyes, ACTAS, 2009, pp. 210-241.

7 AHN, Section de `Consejos’, Gazeta de Oviedo, Impresos. Dossier 3558, numéro 5 (4).

8 GREGORIO SAINZ, Silvia, Ayuda británica y resistencia antinapoleónica en Cantabria (1808-09), Mémoire de Recherche, Universidad de Oviedo, 2011.

9 AHN, Section `Consejos’, Gazeta de Oviedo, Manuscritos. Dossier 3558, numéro 5 (5).

10 Pour une évaluation des prix et une comparaison du prix des gazettes, DUFOUR, Gérard, « Une éphémère revue afrancesada : El Imparcial de Pedro Estala (mars-août 1809) », in El Argonauta Español, Revue bilingue, franco-espagnole consacrée à l’étude de la presse espagnole de ses origines à nos jours (XVII°-XXI° siècles), n° 2, 2005, livraison juin. http://argonauta.imageson.org/document64.html.

11 AHN, Section `Consejos’, Dossier 3558.

12 AHN, Consejos, 3558/5, pp. 21-22

13 Gazeta de Oviedo. Samedi, 1 er décembre 1810, s/p [1ère page].

14 DUFOUR, Gérard, « Une éphémère revue afrancesada : El Imparcial de Pedro Estala (mars-août 1809) », op. cit.

15 Gaceta de Oviedo , numéro 2 du 5 décembre 1810.

16 Masséna à Berthier, Coimbra. 4 octobre 1810, GURWOOD, John (éd.), The Dispatches, of Field Marshal the Duke of Wellington during his Various Campaigns in India, Denmark, Portugal, Spain, the Low Countries and France (8 vols.; London, Parker, Furnivall and Parker, 1845) vol. IV, Appendix XIII, pp. 812-813. Les graphies employées pour les toponymes dans le document utilisé comme source ont été respectées.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Gazeta de Oviedo Nº 3, 5 avril 1809, p. 225.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 2. Gazeta de Oviedo, Nº 30, 20 mars 1809, pp. 215-216.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 3. Gazeta de Oviedo. Fragments des numéros 1-5 de janvier 1811.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre 4. Fragment final de la Gazeta de Oviedo, Nº 1, du 1er décembre 1810.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre 5. Dernières pages des numéros 3 et 6 du 8 et du 19 décembre 1810 respectivement.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre 6. Déclaration de Manuel Suárez, un des témoins dans le procès qui eut lieu en 1811.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre 7. Gazeta de Oviedo Nº 20, 1er avril 1810.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 8. Gazeta de Oviedo Nº 20, 1er avril 1810.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 9. Gazeta de Oviedo, Nº 1, 1 er décembre 1810
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre 10. Gazeta de Oviedo, Nº 2, 1810.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 11. Gazeta de Oviedo, Nº 10, 1811.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 12. Gazeta de Oviedo, Nº 37, 1811.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre 13. Gazeta de Oviedo, Nº 2, 5 décembre 1810.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre 14. Circulaire placée dans le manuscrit du numéro 2.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 15. Gazeta de Oviedo Nº 21, 13 mars 1811
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 16. Gazeta de Oviedo, Nº 3, 9 janvier 1811.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre 17. Gazeta de Oviedo, Nº 4, 13 janvier 1811 .
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 18. Gazeta de Oviedo, Nº 19, 5 mars 1811.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre 19. Quelques exemples de correction de coquilles
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre 20. Première page du dossier du procès de 1811
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/73/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alicia Laspra, « Trahison, Procès et Conservation : la Gazette « française » d’Oviedo (1810-1811) », El Argonauta español [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 15 mai 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/73 ; DOI : 10.4000/argonauta.73

Haut de page

Auteur

Alicia Laspra

Universidad de Oviedo

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org