Navigation – Plan du site
Livraison janvier

La presse face aux contraintes de la guerre : les quotidiens basques antifascistes et la Guerre Civile (1936-1937)

Severiano Rojo Hernandez

Résumés

Cet article analyse l’évolution et la fonction des quotidiens basques antifascistes au cours de la Guerre Civile espagnole, conflit qui débute le 18 juillet 1936 et s’achève au Pays basque le 19 juin 1937. L’étude met l’accent en particulier sur les nombreuses contraintes auxquelles doit faire face la presse. Ces dernières déterminent l’apparition de nouveaux quotidiens qui, non seulement servent de relais au pouvoir en place, mais participent également à la diffusion d’une propagande dans laquelle les mythes politiques jouent un rôle fondamental. Au-delà, cet article est une réflexion sur l’adaptation de la presse à la guerre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 PABLO, Santiago de, « La estructura de la prensa vasca durante la Segunda República. El País Vasco (...)
  • 2 SEOANE (María Cruz), SÁIZ (María Dolores), Historia del periodismo en España. El siglo XX : 1898-19 (...)
  • 3 CHARLE, Christophe, Le siècle de la presse (1830-1939), Paris, Seuil, 2004, p. 312.
  • 4 ZALLO, Ramón, « Bilbao en la estructura industrial cultural y comunicativa vasca : hipótesis y reto (...)
  • 5 BARRERA DEL BARRIO, Carlos, « La prensa navarra a través de las estadísticas oficiales (1867-1927) (...)

1Quand débute la Guerre Civile espagnole le 18 juillet 1936, le Pays basque dispose de l’une des presses les plus importantes d’Espagne, presse dont l’apparition et le développement sont liés aux transformations sociales et économiques de grande ampleur qui, depuis le XIXe siècle, métamorphosent la région. Ainsi, par exemple, le Pays basque compte seize quotidiens, huit à Bilbao, six à Saint-Sébastien et deux à Vitoria. Sous la IIe République, la plupart d’entre eux sont inféodés à des partis politiques et participent activement aux nombreux conflits qui agitent l’Euskadi. De fait, si l’on réunit les périodiques nationalistes, les journaux carlistes et monarchistes, 69 % des quotidiens basques sont situés idéologiquement à droite (25 % sont proches du PNV), 19 % à gauche et 12 % sont indépendants. Au-delà de cette répartition par tendances politiques qui reflète les clivages de la région, c’est à Bilbao, et dans une moindre mesure à Saint-Sébastien, que se concentrent les sociétés de presse les plus modernes, où sont implantés des journaux dont le fonctionnement ressemble à cette presse de masse telle qu’elle existe dans des pays comme la France et ce, même si leur tirage demeure extrêmement modeste. En effet, dans les années trente, l’ensemble des huit quotidiens de Bilbao tire environ 100 000 exemplaires par jour (les quotidiens de Saint-Sébastien 34 000, les quotidiens de Vitoria 6 000)1, production largement inférieure aux plus de 200 000 exemplaires du journal catalan La Vanguardia2 ou aux 1 500 000 du Petit Parisien3 Néanmoins, après Madrid et Barcelone, Bilbao est la ville où le tirage des quotidiens, et de la presse en général, est le plus important4. Bilbao est, par ailleurs, la localité espagnole où le nombre d’exemplaires de journaux par habitant est l’un des plus élevés5 Quant à la distribution des périodiques basques, elle est en général locale. Cependant, un certain nombre d’entre eux, notamment les quotidiens de Bilbao El Liberal et La Gaceta del Norte ainsi que El Pueblo Vasco de Saint-Sébastien, sont vendus également dans le reste de l’Espagne et disposent donc d’un lectorat non basque.

2Les caractéristiques de la presse basque m’ont conduit à m’interroger sur son évolution au cours de la Guerre Civile. Il s’est agi de déterminer la manière dont la guerre, en tant que rupture majeure, transforme la presse dans son mode de fonctionnement et son contenu. Pour cela, j’ai réalisé une étude qui ne concerne pas l’ensemble des périodiques et revues publiés au Pays basque, tâche impossible à réaliser dans le cadre d’un article, mais qui s’attache essentiellement aux quotidiens antifascistes. Ce choix s’explique de différentes manières : d’une part, la Guerre Civile se caractérise au Pays basque par l’existence dans le camp républicain d’une pluralité politique unique au cours du conflit, pluralité qui se matérialise par un large éventail idéologique dans lequel on retrouve tant des périodiques catholiques et de centre droit (les nationalistes basques) que des journaux d’extrême gauche. Cette diversité permet d’analyser l’impact de la guerre sur la presse en fonction des différentes idéologies des périodiques. Le choix du quotidien répond, d’autre part, au fait qu’il facilite, en raison de la fréquence de sa parution, l’étude des ruptures et des permanences qui orientent le fonctionnement et le discours de la presse pendant la Guerre Civile. Enfin, le grand nombre de rubriques (sport, faits divers, rubrique nécrologique, jeux, publicité, informations locales et nationales…) offre au chercheur une quantité considérable de matériaux, extrêmement utile pour saisir non seulement la complexité des liens qui existent entre la presse et le lecteur au cours de l’affrontement, mais aussi pour analyser les éléments qui façonnent l’imaginaire en temps de guerre.

Les quotidiens basques face aux contraintes de la guerre

  • 6 Cf. PABLO, Santiago de, « Los medios de comunicación », in Historia del País Vasco y Navarra en el (...)
  • 7 Il s’agit de : Euzkadi [PNV], La Tarde [PNV], Excelsius [PNV], El liberal [Républicain socialiste], (...)
  • 8 Il s’agit de : Euzkadi [PNV], La Tarde [PNV], Excelsius [PNV], Eguna [PNV], Lan Deya [ELA-STV], Tie (...)

3La guerre est un phénomène qui génère de multiples contraintes dans tous les domaines, contraintes qui se traduisent par une perte de liberté et, dans bien des cas, par la disparition de nombreux périodiques. Dans le cas basque, on assiste, comme dans le reste de l’Espagne, à la saisie de certains quotidiens par les représentants des forces politiques ou militaires, qui ont la maîtrise du territoire où se publient les différents journaux. Ainsi, en Alava, le journal républicain La Libertad passe rapidement sous le contrôle des phalangistes et disparaît en 1937, remplacé par Norte, un périodique proche du mouvement fondé par José Antonio Primo de Rivera. A Saint-Sébastien, dès le début des hostilités, les organisations proches du Front Populaire suppriment l’ensemble des journaux. A leur place, on publie Frente Popular, un quotidien qui disparaît en septembre 1936, lors de la prise de ville par les militaires insurgés. A Bilbao, la situation diffère. Les journaux de droite La Gaceta del Norte, El Pueblo Vasco et El Nervión ainsi que l’indépendant El Noticiero Bilbaíno sont saisis par les autorités républicaines, qui nomment à leur tête une personne chargée de leur gestion. Chaque journal conserve ses caractéristiques, mais l’orientation idéologique est dorénavant pro-gouvernementale. Quant aux quotidiens non saisis, ils deviennent ou demeurent, tant dans la zone républicaine que dans celle contrôlée par les militaires, les porte-parole des pouvoirs locaux. C’est le cas, par exemple, du quotidien Pensamiento Alavés qui se met au service des insurgés dès le 18 juillet 1936 ou de El Liberal, journal de Bilbao proche des socialistes, qui lors du soulèvement militaire rappelle son profond attachement à la République et aux autorités légalement constituées. Ces ressemblances ne doivent pas, néanmoins, occulter une différence profonde entre les presses des deux camps : tandis que chez les militaires s’impose rapidement une uniformité idéologique, dans le camp républicain la presse offre un large éventail idéologique, éventail qui ne cesse de se renforcer tout au long de la guerre par la création de nouveaux journaux6 De fait, à Bilbao, on passe de huit quotidiens au début de la guerre7 à onze en juin 19378, et ce en dépit de la disparition des journaux de droite saisis par les autorités. Parallèlement à cette évolution se produit un accroissement des périodiques nationalistes basques, dont la proportion s’élève à 55 % en 1937 alors qu’elle n’était que de 37 % avant la guerre. La suppression des journaux de droite traditionnels se fait donc essentiellement au profit de la presse proche du nationalisme basque, idéologie qui accroît son influence tout au long du conflit.

  • 9 Archivo del Nacionalismo, Fondo Partido Nacionalista Vasco, Ambito Nacional, Euzkadi Buru Batzar K.(...)

4La mutation que subit la presse dans les deux camps s’accompagne de mesures de répression à l’encontre des personnes. L’épuration devient la norme. Ainsi, certains propriétaires ou actionnaires de journaux sont incarcérés voire exécutés, comme par exemple José María Urquijo, propriétaire de La Gaceta del Norte. Nombre de journalistes républicains sont incarcérés par les militaires, tandis que dans le camp républicain des Juntes Municipales d’Investigation se penchent sur les activités politiques des employés des journaux. Cette répression met fin, bien entendu, à une certaine pluralité dans les engagements politiques du personnel de presse, mais elle signifie surtout la fin du journalisme indépendant. De fait, à partir de juillet 36, les journalistes qui désirent continuer à exercer leur profession sont sommés de s’engager, engagement indispensable pour obtenir l’appui des autorités militaires ou des formations politiques qui contrôlent les médias. Les contraintes générées par la répression ne sont toutefois que la partie visible des problèmes que doit affronter la presse dans sa gestion du personnel. En effet, elle doit également faire face aux conséquences de la mobilisation. Cette dernière provoque non seulement la diminution du nombre d’employés ainsi que de sérieuses difficultés de fonctionnement, mais aussi une détérioration des conditions de travail du personnel non mobilisé, détérioration qui se traduit parfois par de vives protestations, comme c’est le cas dans les ateliers de Euzkadi en 19379

  • 10 GARITAONANDÍA, Carmelo, « Información y propaganda en torno al bombardeo de Guernica », in Gernika  (...)

5La diminution du personnel n’est pas uniquement le résultat de la mobilisation. Elle est liée aussi à une réduction des revenus, qui contraint certains journaux à se séparer d’une partie de leurs employés. La baisse des recettes n’est pas aisée à établir en raison de l’impossibilité d’accéder aux livres de comptabilité des quotidiens, détruits lors de la guerre ou simplement inexistants. Néanmoins, il est avéré par exemple qu’un journal comme El Noticiero Bilbaíno qui, avant la guerre, tire 12 500 exemplaires ne vend plus que 500 numéros par jour à la fin de l’année 1936. Il souffre d’un déficit considérable et vit essentiellement des subventions du gouvernement basque, qui tient absolument à ce que ce journal survive, afin de donner la sensation que la pluralité et la démocratie règnent à Bilbao10 La diminution des revenus des quotidiens antifascistes s’explique en partie par l’impact du conflit sur l’économie de la région et les modalités contemporaines de la guerre. En effet, dans la mesure où il s’agit d’un affrontement marqué par des transformations de type révolutionnaire, et ce même si le Pays basque est en partie épargné, les entreprises privées, contrôlées parfois par des comités d’ouvriers, sollicitent beaucoup moins la presse pour diffuser leur publicité. Par conséquent, nombre de quotidiens subissent une diminution des revenus générés traditionnellement par les annonces publicitaires, revenus essentiels au fonctionnement des journaux d’information. La réduction de la publicité atteint des proportions alarmantes, comme le souligne la diminution de la surface de journal occupée par les réclames. Par exemple, dans El Noticiero Bilbaíno elle passe de 16 % en juin 36 à 5 % en mars 37. Dans El Liberal, elle se réduit de 13 % à 3 % au cours de la même période. Il s’agit là de contraintes qui déterminent obligatoirement de nouvelles stratégies et de nouveaux rapports au pouvoir.

  • 11 Archivo de la Guerra Civil, PS Bilbao, Caja 239, Exp. 20.
  • 12 GARITAONAINDÍA, Carmelo, « Política de comunicación de las juntas de Defensa y del Gobierno Vasco d (...)
  • 13 Ibid.
  • 14 Résultats obtenus à partir de : Archivo de la Guerra Civil, PS Bilbao, Caja 34, Exp. 6 ; Caja 113, (...)

6Les contraintes dont souffrent les journaux au cours de la guerre ne sont pas seulement d’ordre économique. Elles sont également institutionnelles, comme c’est le cas de la censure, et, en tant que telles, elles déterminent en grande partie le contenu de la presse. Dans les territoires basques fidèles à la République ainsi que dans le reste de l’Espagne gouvernementale, la censure est déjà en place lorsque se produit le putsch militaire. Destinée à empêcher la propagation des troubles politiques, le gouvernement du Front Populaire l’instaure dans les mois qui précèdent la Guerre Civile. Quand le conflit éclate, les autorités maintiennent la censure et l’appliquent dans toute sa rigueur. Au Pays basque, dans un premier temps, elle est mise en œuvre par les juntes de défense, soucieuses de préserver l’ordre public11. Par la suite, le gouvernement basque en assure la direction12 Elle ne fait pas l’objet d’une planification, elle évolue en fonction de la situation et de l’orientation de la guerre13.Les normes de la censure sont modifiées tout au long du conflit et elles sont établies, notamment à partir de 1937, en accord avec les directeurs des différents journaux. L’action de la censure semble donc difficile à évaluer. Il est possible néanmoins de déterminer une partie de son activité en consultant les dossiers de censure, conservés (41 dossiers) dans les Archives de la Guerre Civile (Salamanque) et dans celles du Nationalisme (Artea). Ainsi dans la plupart des cas, les quotidiens sont sanctionnés pour avoir publié des informations considérées stratégiques (44 %) et pour leurs critiques à l’encontre des autorités civiles et militaires (34 %)14. Révélateurs de la volonté des censeurs d’éviter que les journaux ne servent à informer l’ennemi et à diviser le camp républicain, ces résultats attestent également de l’existence de conflits avec le pouvoir républicain, du refus de certains périodiques d’accepter des mesures qui limitent les activités de la presse et modifient sa fonction au sein de la société. Ce rejet de la censure se manifeste parfois de façon ouverte par la publication d’articles dénonçant les pratiques des autorités. Dès lors, les condamnations sont fréquentes et touchent l’ensemble de la presse. La presse de gauche est toutefois particulièrement visée par la censure : 71 % des dossiers consultés concernent les périodiques El Liberal, Euzkadi Roja, La Lucha de Clases, Unión et, surtout, CNT del Norte. Les sanctions contre ce quotidien anarchiste représentent en effet 27 % des cas analysés. Les statistiques font donc apparaître le parti pris d’une censure qui soumet à une étroite surveillance la presse de ses alliés, et notamment celle des anarchistes, formation qui suscite la méfiance au sein du gouvernement basque. Ce rejet trouve son expression tant dans l’opposition des autorités à la participation des anarchistes dans les institutions basques, que dans leur refus d’autoriser CNT del Norte à acquérir les ateliers de El Noticiero Bilbaíno, lui interdisant dès lors de devenir un organe de presse puissant et moderne. La censure reflète ainsi des conflits d’ordre idéologique, car elle est au service d’un modèle de société, qui se veut en rupture avec celui qui s’impose dans le reste de l’Espagne républicaine.

Une presse façonnée par la guerre

  • 15 Résultats obtenus à partir de : EL Liberal, juin, décembre 1936, mai 1937.

7Au-delà de l’encadrement idéologique, la guerre génère une évolution et une mutation de l’information. Lorsque l’on analyse les quotidiens et l’ensemble de la presse basque antifasciste, on constate d’emblée que la guerre modifie des fonctions que les périodiques assumaient auparavant. La presse, en particulier les quotidiens, a toujours servi de relais entre l’Etat, les autorités locales et les populations. La plupart des périodiques, même les plus opposés au pouvoir en place, ont régulièrement transmis à leur lecteur des informations pratiques concernant les modalités d’application d’une loi, les sentences des tribunaux locaux, les travaux entrepris par la municipalité, etc. Avec la guerre, la presse (et l’ensemble des médias) continue à assumer ce rôle, comme en atteste, par exemple, la publication de directives sur le rationnement, de mises en garde contre les bombardements ou d’ordres de mobilisation. Cependant, le conflit accentue cette fonction et accroît la quantité d’informations que les autorités nationales et régionales adressent aux populations par voie de presse. Ainsi, par exemple, la surface moyenne de journal occupée par les messages des autorités dans le quotidien Euzkadi passe de 9 % en juin 36 à 17 % en mai 1937. En décembre 36 elle s’élevait à 20 %15 Représentatifs de l’emprise du pouvoir sur la presse, ces résultats soulignent à quel point les quotidiens deviennent les relais des autorités et participent à l’organisation de la société en guerre ainsi qu’à l’encadrement des individus, raisons pour lesquelles les partis et le gouvernement basques font en sorte d’en conserver le contrôle. L’accroissement des messages transmis par les autorités accentue néanmoins les contraintes. Dans un contexte de pénurie et de réduction du nombre de pages, l’espace occupé par ces communiqués ou articles réduit d’autant la part du journal consacrée à d’autres types d’informations. Ainsi, dans le périodique nationaliste basque La Tarde, l’espace moyen occupé par les faits divers se réduit de 5 % en juin 1936 à 1 % en mai 1937.

  • 16 « Máximo rigor en la retaguardia », CNT del Norte, 17 février 1937, p. 1.
  • 17 Cf. R . A., « Responsabilidad. La obra de todos », Euzkadi, 21 avril 1937, p. 4.
  • 18 « Con pluma ajena » , El Liberal, 25 novembre 1936, p. 7.

8La participation des journaux à l’organisation de la société en guerre n’est pas toujours imposée par les autorités. En effet, nombre de périodiques secondent le pouvoir en place et publient des articles stigmatisant les conduites jugées déviantes et contraires aux objectifs poursuivis par la République et le gouvernement basque. Dès lors, la presse assume une tâche supplémentaire, celle de définir les comportements conformes aux idéaux antifascistes. Parmi, les sujets abordés dans ces articles figurent, par exemple, le non-respect du rationnement, les activités de la cinquième colonne16 ou la lâcheté dont font preuve certains individus vivant à l’arrière17. Au-delà, les périodiques participent d’un système de délation et s’érigent en exemple afin d’inciter les citoyens à les imiter. Cette pratique est confortée par la publication de lettres de lecteurs, dans lesquelles ces derniers dénoncent toutes sortes de problèmes, tels que les prix pratiqués dans divers magasins ou le non-respect des horaires de travail dans les entreprises18 La presse devient de fait un exutoire, le réceptacle des frustrations de la population victime de la guerre.

  • 19 « Euzkadi ante el invasor », Euzkadi, 12 mai 1937, p. 1.
  • 20 Cf. CNT del Norte, 4 février 1937, p. 1
  • 21 ROUSSEAU, Frédéric, op. cit., p. 258.
  • 22 La presse publie parfois la liste des victimes d’un bombardement ou de personnes exécutés par les i (...)

9Les quotidiens essaient de réduire ces frustrations par la concession d’un espace aux lecteurs. Mais, leur principal apport dans ce domaine consiste à garantir le contact entre l’arrière et le front. La plupart des périodiques publient des appels de miliciens sollicitant des nouvelles de leur famille ou des demandes de renseignements émanant des épouses. La presse fait également paraître des lettres dans lesquelles les soldats s’adressent directement à leurs parents afin de les rassurer sur leur sort. Les journaux assurent ainsi un lien indispensable au moral des troupes et des populations civiles, lien essentiel à l’effort de guerre et qui sous-tend une grande partie du contenu de la presse au cours du conflit. Cette fonction s’inscrit d’ailleurs dans une stratégie de propagande, qui oriente l’ensemble de l’information militaire publiée par les périodiques. De fait, les chroniques de guerre décrivent des gudaris (soldats basques) résistant héroïquement aux assauts des troupes franquistes, résistance qui, faute de succès militaires, est interprétée comme une victoire19, même si parfois certains périodiques critiquent le manque d’initiative des troupes basques20. L’expression « nombreuses pertes » n’apparaît que lorsque les journalistes se réfèrent aux militaires insurgés. Les articles décrivant des affrontements ou des opérations menées par les républicains revêtent ainsi les dimensions d’une épopée guerrière, dont la finalité ultime est la victoire totale, synonyme de renaissance et de retour aux équilibres ancestraux. Pourtant, en dépit du recours au récit épique, la réalité du conflit transparaît entre les lignes des rapports résumant l’évolution quotidienne de la guerre. Au fil des jours, la localisation des lignes de défense basques, même approximative, reflète un inexorable repli des troupes républicaines, repli que confirment les nouvelles du front colportées par les survivants des combats. Quant aux victimes de guerre, elles occupent une place particulière dans la presse. Comme le rappelle Frédéric Rousseau, « dire la guerre, c’est aussi dire la mort des corps »21. La presse basque ne dit pas la mort22, elle l’utilise. La mort participe d’une construction au service de la propagande. Elle est en permanence instrumentalisée : tantôt les périodiques l’ignorent ou se contentent de la quantifier, tantôt ils l’élèvent au rang d’objectif ultime. La mort frappe essentiellement les autres et elle est le plus souvent l’affaire des franquistes. Quand elle concerne son propre camp, elle sert à dénoncer la barbarie franquiste. Elle acquiert dès lors un caractère spécifique. Elle n’est pas traitée de façon quantitative et anonyme. Elle est individualisée et célébrée. Ainsi se met en place un culte des morts, dont la dimension christique est indéniable. Dans les périodiques antifascistes, la mort du soldat se fait au nom de la patrie et son sacrifice garantit la rédemption de la communauté menacée par le conflit. Une théologie de la guerre fondée sur le schéma mort/résurrection, souffrance/rédemption alimente dès lors un discours saturé de violence, violence dont les miliciens doivent faire preuve pour s’imposer sur le champ de bataille. Les avis de décès des gudaris, qui parsèment les pages des quotidiens tels que Tierra Vasca, s’inscrivent dans un processus d’héroïsation destiné à susciter l’imitation, laquelle est rendue possible par la publication d’articles décrivant la vie exemplaire des miliciens sur le modèle hagiographique. Cette incursion dans le sacré conduit évidemment les journaux, tant communistes qu’anarchistes et nationalistes basques, à présenter le conflit comme le résultat d’un affrontement titanesque entre les forces du bien et du mal. L’ennemi n’est pas issu de la contemporanéité, même s’il est parfois représenté sous les traits de Mussolini ou Hitler, comme en atteste le dessin ci-dessous :

Euzkadi Roja, 27 janvier 1937, p. 1.

Euzkadi Roja, 27 janvier 1937, p. 1.
  • 23 Cf. La Tarde, 4 octobre 1936, p. 1.
  • 24 Cf. « Contra el pueblo », Euzkadi, 5 août 1936, p. 1.
  • 25 Cf. Mateos Fernández, Juan Carlos, Bajo el control obrero. La prensa diaria en Madrid durante la gu (...)
  • 26 « Guerra de Independencia », CNT del Norte, 17 février 1937, p. 6.
  • 27 BARTHES, Roland, op. cit., p. 231.
  • 28 CERTEAU, Michel de, L’invention du quotidien. Arts de faire, T. 1, Paris, Gallimard, Folio essais, (...)

10L’ennemi est un barbare, cet adversaire qui tout au long de l’histoire a persécuté le peuple, un peuple que la presse antifasciste s’efforce d’identifier : figures d’ouvriers et de paysans aux origines indéterminées et unis dans un même combat dans la presse de gauche ; figures de paysans basques, comme enracinés dans leur terre, que diffuse la presse nationaliste traditionnelle23. La lutte contre l’adversaire est un moyen de retourner aux sources d’un passé prétendument grandiose qui, dans le cas des nationalistes basques, conduit à réactiver un ensemble de mythes décrivant les victoires des Basques contre l’ennemi héréditaire, l’Espagnol. La Guerre Civile est présentée comme une invasion de l’Euskadi, identique à celle qu’aurait connue la région dans le passé24. Comme tout au long de leur histoire, les nationalistes basques interprètent le présent à partir d’une histoire victimaire, qui élève le martyre au rang de récompense ultime. Dans la presse, l’affrontement est décrit comme le prolongement d’une bataille inachevée, bataille pour le salut de la patrie et l’avènement d’un nouvel âge d’or. De fait, le combat se métamorphose en un acte de dévotion à l’égard d’une nation divinisée et souillée par des adversaires incarnant l’altérité absolue. Cette vision de la guerre que diffuse la presse nationaliste basque s’insère dans une matrice, d’où émergent d’autres représentations du conflit. En effet, l’idée d’invasion est également reprise par la presse communiste et anarchiste. Mais, à l’instar de la presse madrilène25, elle interprète le conflit comme le résultat d’un complot orchestré par le fascisme international. Par conséquent, les mythes auxquels font appel des journaux comme CNT del Norte concernent l’ensemble de l’Espagne. Il s’agit, par exemple, du mythe du 2 mai 1808, qui célèbre le soulèvement des habitants de Madrid contre les troupes de Napoléon26. Les mythes sont omniprésents dans les pages des périodiques et ils alimentent sans cesse la rhétorique guerrière. Cependant, loin de consacrer des dizaines d’articles aux mythes, la presse antifasciste en fait en général un emploi diffus et y puise des messages aux contenus immédiatement compréhensibles. Ils accompagnent une information et apparaissent au détour d’un paragraphe. Ils constituent une composante fondamentale de la propagande, un ingrédient dilué dans les interstices du discours journalistique, afin « d’abolir la complexité des actes humains » et d’organiser « un monde sans contradictions […] étalé dans l’évidence »27. En ce sens, le fonctionnement du mythe exemplifie celui des divers mécanismes que j’ai tenté de démonter ici. La guerre en les exacerbant les met à nu, les exhibe dans leur pure visée qui n’est autre que la recherche constante de l’efficacité. Par le biais du mythe, la presse nourrit ce que De Certeau nomme la « société récitée », une société qui raconte le réel, un réel sans contradiction, fabriqué, pétri de messages simples, d’images immédiatement efficaces et qui dicte en permanence « ce qu’il faut croire et ce qu’il faut faire28 »

Haut de page

Notes

1 PABLO, Santiago de, « La estructura de la prensa vasca durante la Segunda República. El País Vasco y Alava », in Cultura, 1, 1990, p. 102.

2 SEOANE (María Cruz), SÁIZ (María Dolores), Historia del periodismo en España. El siglo XX : 1898-1936, T III, Madrid, Alianza Editorial, 1996, p. 31.

3 CHARLE, Christophe, Le siècle de la presse (1830-1939), Paris, Seuil, 2004, p. 312.

4 ZALLO, Ramón, « Bilbao en la estructura industrial cultural y comunicativa vasca : hipótesis y retos en un mundo abierto », in Medios y empresas de comunicación, Bidebarrieta, n° 16, 2005, pp. 15-16.

5 BARRERA DEL BARRIO, Carlos, « La prensa navarra a través de las estadísticas oficiales (1867-1927) », in Príncipe de Viana, Anejo 10, 1er Congreso General de Historia de Navarra, n° XLIX, 1988, p. 46.

6 Cf. PABLO, Santiago de, « Los medios de comunicación », in Historia del País Vasco y Navarra en el siglo XX, Granja, José Luis de y Pablo, Santiago de (Coords), Madrid, Biblioteca Nueva, 2002, pp. 390-391.

7 Il s’agit de : Euzkadi [PNV], La Tarde [PNV], Excelsius [PNV], El liberal [Républicain socialiste], La Gaceta del Norte [catholique], El Pueblo Vasco [monarchiste conservateur], El Nervión [monarchiste], El Noticiero de Bilbao [indépendant].

8 Il s’agit de : Euzkadi [PNV], La Tarde [PNV], Excelsius [PNV], Eguna [PNV], Lan Deya [ELA-STV], Tierra Vasca [ANV], El liberal [Républicain socialiste], La Lucha de clases [PSOE], Euzkadi Roja [PCE], CNT del Norte [CNT], Unión [Républicain].

9 Archivo del Nacionalismo, Fondo Partido Nacionalista Vasco, Ambito Nacional, Euzkadi Buru Batzar K. 363, C. 1

10 GARITAONANDÍA, Carmelo, « Información y propaganda en torno al bombardeo de Guernica », in Gernika : 50 años después (1937-1987), Nacionalismo, República, Guerra Civil, San Sebastián, Universidad del País Vasco, 1987, p. 47, note 21.

11 Archivo de la Guerra Civil, PS Bilbao, Caja 239, Exp. 20.

12 GARITAONAINDÍA, Carmelo, « Política de comunicación de las juntas de Defensa y del Gobierno Vasco durante la Guerra Civil », in Comunicación, cultura y política durante la II República y la Guerra Civil, II encuentro de historia de la prensa, TUÑÓN DE LARA (Manuel), GARITAONANDÍA (Carmelo), GRANJA (José Luis de la), PABLO (Santiago de) (Dirs.) Bilbao, Universidad del País Vasco, 1990, p. 24.

13 Ibid.

14 Résultats obtenus à partir de : Archivo de la Guerra Civil, PS Bilbao, Caja 34, Exp. 6 ; Caja 113, Exp. 12 ; Caja 114, Exp. 4 ; PS Santander, Serie D, Caja 40 ; Archivo del Nacionalismo, Guerra en Euzkadi, K64, c 14 ; K 66, c 34 ; K 68, c12 ; K 69, c 3 ; Fondo Hacienda, K 945, c  6.

15 Résultats obtenus à partir de : EL Liberal, juin, décembre 1936, mai 1937.

16 « Máximo rigor en la retaguardia », CNT del Norte, 17 février 1937, p. 1.

17 Cf. R . A., « Responsabilidad. La obra de todos », Euzkadi, 21 avril 1937, p. 4.

18 « Con pluma ajena » , El Liberal, 25 novembre 1936, p. 7.

19 « Euzkadi ante el invasor », Euzkadi, 12 mai 1937, p. 1.

20 Cf. CNT del Norte, 4 février 1937, p. 1

21 ROUSSEAU, Frédéric, op. cit., p. 258.

22 La presse publie parfois la liste des victimes d’un bombardement ou de personnes exécutés par les insurgés. Mais ce sont des cas exceptionnels. (Cf. « Después del bombardeo faccioso », Tierra Vasca, 6 janvier 1937, p. 2.)

23 Cf. La Tarde, 4 octobre 1936, p. 1.

24 Cf. « Contra el pueblo », Euzkadi, 5 août 1936, p. 1.

25 Cf. Mateos Fernández, Juan Carlos, Bajo el control obrero. La prensa diaria en Madrid durante la guerra civil, 1936-1939, Tesis, Universidad complutense de Madrid, Facultad de ciencias de la información, 1996.

26 « Guerra de Independencia », CNT del Norte, 17 février 1937, p. 6.

27 BARTHES, Roland, op. cit., p. 231.

28 CERTEAU, Michel de, L’invention du quotidien. Arts de faire, T. 1, Paris, Gallimard, Folio essais, 1990, p. 271.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Euzkadi Roja, 27 janvier 1937, p. 1.
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/748/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Severiano Rojo Hernandez, « La presse face aux contraintes de la guerre : les quotidiens basques antifascistes et la Guerre Civile (1936-1937) », El Argonauta español [En ligne], 6 | 2009, mis en ligne le 15 janvier 2009, consulté le 26 juin 2017. URL : http://argonauta.revues.org/748 ; DOI : 10.4000/argonauta.748

Haut de page

Auteur

Severiano Rojo Hernandez

Université de Bretagne Occidentale (Brest) - UMR TELEMME

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org