Navigation – Plan du site
Livraison janvier : La presse réactionnaire

Introduction

Elisabel Larriba

Texte intégral

1L’adjectif « réactionnaire » ne figure pas dans le Dictionnaire de l’Académie française publié par le libraire Smits en vertu d’une loi datée du premier jour complémentaire de l’an III de la République (17 septembre 1794). Pas même dans le « complément contenant les mots nouveaux en usage depuis la Révolution » publié en appendice de cette édition. Et quelque 70 ans plus tard (1873), Littré le considère encore comme un néologisme. Pourtant le Robert assure que le terme est attesté dès 1790. C’est-à-dire quand, au nom de la liberté d’expression, reconnue comme l’un des droits de l’homme et du citoyen, partisans et adversaires de la Révolution s’affrontent dans une presse désenchaînée, voire déchaînée. Depuis lors, il a fait florès, avec une singulière extension de sens, passant de « qui conspire à la réaction contre l’action de la révolution » (Littré) à « qui va contre le progrès social et l’évolution des mœurs » (Petit Robert, 1967), quand, sous la forme abrégée de « réac », il n’est pas systématiquement accolé au terme de bourgeois pour dénoncer le manque d’intérêt (réel ou supposé) pour les réformes de l’adversaire politique.

2L’Espagne mettra quelque temps à assimiler le terme, mais pas le concept. Nuñez de Taboada, philologue préposé à la surveillance de la correspondance des prisonniers sous l’Empire, ne retint pas « reaccionario » dans son dictionnaire bilingue (« plus complet et plus correct que ceux qui ont été publiés à ce jour, y compris celui de Capmany ») qui, de 1812 à 1855, constitua le nec plus ultra en matière de lexicologie franco-espagnole. Pas plus, d’ailleurs que celui de « réactionnaire », dans la partie « français-espagnol » alors qu’il précisait que « réaction » pouvait avoir le sens de « oposición entre dos partidos ». Quant aux éditions de 1817 et de 1822 du Diccionario de la lengua española de la Real Academia, elles ignorent ce qui n’aurait été, alors, qu’un barbarisme, ou un gallicisme, ce qui revient au même. Pour désigner les contre-révolutionnaires, l’espagnol disposait alors, depuis les Cortès de Cadix (c'est-à-dire, là aussi, quand la « guerre de la plume » prit des allures de guerre civile dans les journaux patriotes), d’un terme qui n’avait toujours pas été reconnu par l’Académie dans son acception politique : celui de servil. Il restera dans le langage pour désigner spécifiquement les adversaires des libéraux au début du XIXe siècle. Lorsque le terme « reaccionario » apparaît pour la première fois, en 1869, dans le Diccionario de la lengua española de la Real Academia, ses rédacteurs jugent utile de spécifier qu’il s’applique à ce qui « intempestivamente propende a restablecer lo ya abolido ». Le terme connaîtra par la suite la même extension de sens qu’en français, avec la suppression dans ce même dictionnaire de l’adverbe « intempestivement » à partir de l’édition de 1925. Et l’on en arrivera à la savoureuse liste de synonymes proposée par María Moliner : « apostólico, carca, carlista, cavernícola, arrimado a la cola, neo, retardatario, retrógrado, ultramontano » et même « conservador, moderado ».

3Dans l’appel à contribution que nous avions lancé l’an passé, nous avions exigé de s’en tenir à une définition plus rigoureuse du terme et de ne considérer comme réactionnaire que la presse ouvertement contre-révolutionnaire, celle qui voulait « faire du présent table rase » pour revenir à un passé tout aussi parfait que glorieux. Nous avons été entendus et sommes heureux d’offrir à nos lecteurs ce numéro monographique sur une presse trop souvent négligée car présupposée uniforme, voire sans intérêt.

4L’ordre de présentation des articles est naturellement chronologique. Deux d’entre eux (celui de Beatriz Sánchez Hita et le nôtre) ont comme cadre la Guerre d’Indépendance ; celui de Pedro Rújula, la première guerre carliste, tandis que Rebeca Viguera Ruiz s’est intéressée à la fin du XIXème siècle. Le XXème a reçu un traitement similaire, avec une étude de Francisco Javier Capistegui sur la Seconde République, alors qu’Eduardo González Calleja s’est penché sur la presse carliste et phalangiste pendant cette même période et la Guerre Civile. Enfin, José L. Rodríguez Jiménez et Juan Manuel González Sáez achèvent logiquement l’étude de ce cycle en accordant leur attention à la Transition du franquisme à la démocratie, Transition qu’ils font l’un et l’autre débuter (ce qui n’est pas sans intérêt et signification) non pas à la mort du dictateur en 1975, mais deux ans avant, en 1973.

5« Con la Iglesia hemos dado », pourrait-on dire comme Cervantès à la lecture de ce numéro de El Argonauta español. Certes, il ne faudrait pas sur-interpréter le fait, pour reprendre une expression à la mode, et on ne saurait oublier les prêtres basques fusillés par les troupes franquistes durant la Guerre Civile, ni ces ecclésiastiques du Trienio liberal dont Gérard Dufour a naguère exhumé les sermons révolutionnaires. En cherchant bien, on peut même trouver, à cette époque, quelque périodique comme Crónica religiosa qui relève du libéralisme chrétien. Mais, comme disait de Bonald (un authentique « réactionnaire »), « dès qu’on parle de politique, on en revient à la religion » et c’est bien sur la pierre de l’autel que, face à la ou aux révolution(s) s’est toujours fondé la réaction.

6Comme c’est désormais la règle pour toute publication dans El Argonauta español, les articles publiés dans ce numéro ont été validés par la direction de la revue après rapport favorable de deux experts à qui les textes avaient été communiqués de façon anonyme. Avec cette nouvelle procédure, nous ne prétendons pas avoir amélioré la qualité de la revue car nous avons toujours été vigilants sur ce point. Les réactions des lecteurs, les nombreuses références à l’Argonauta… dans les publications scientifiques nous en donnent acte. Mais en nous conformant à cette règle, maintenant adoptée sur le plan international, nous n’avons fait que suivre l’enseignement de notre (saint) patron, le « bachiller Pedro Gatell », auteur de la revue dont nous avons repris le titre en guise d’hommage à ce journaliste espagnol du XVIIIème siècle jusque là oublié : « para historias estamos. No hay más que vestir al uso y comer al gusto. Donde fueres, haz como vieres ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « Introduction », El Argonauta español [En ligne], 9 | 2012, mis en ligne le 09 janvier 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://argonauta.revues.org/769

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org