Navigation – Plan du site

In memoriam François Lopez (1934-2010)

El Argonauta espagnol est en deuil : il a perdu l’un des membres de son Conseil scientifique, François Lopez, professeur émérite à l’Université Michel de Montaigne (Bordeaux III), décédé le 5 août 2010.

  • 1 Ricardo GARCÍA CARCEL y Eliseo SERRANO MARTÍN (editores), Memoria personal y memoria histórica. El (...)

François Lopez était né à Rabat en 1934 et, jusqu’à la fin de sa vie, il conserva une profonde nostalgie du Maroc de son enfance, qu’il évoqua avec chaleur et pudeur dans le texte qui servit de contrepoint au portrait professionnel que fit de lui María Victoria López-Cordón dans un ouvrage consacré à l’hispanisme français d’origine espagnole paru en 20091. Publiée un an avant sa mort, cette notice autobiographique (mémoires d’Outre-tombe prématurés) nous livre François Lopez tel qu’il était et qu’il voulait être : un homme de cœur qui portait le masque de l’érudit. Car pour parler de lui et de ses sentiments les plus profonds, il avait eu recours au titre le plus impersonnel et le plus « historiciste » possible : « Generaciones, alianzas y azares ». Un acte de foi dans le déterminisme historique, certes, mais aussi une leçon d’humilité.

Discret, réservé, d’aucuns disaient distant, François Lopez n’était pas de ceux qui saisissent la moindre opportunité pour prendre la parole et tenter de se mettre en valeur. Mais il savait s’engager pour les plus nobles causes. Alors que, dans les années soixante du siècle dernier, les Français découvraient les charmes de l’Espagne sur les plages et dans les restaurants de la Costa Brava, il s’attacha à leur montrer que tout n’était pas que « sea, sex and sun » au pays de Franco. Il traduisit ainsi L’Espagne en marche, de Gabriel Celaya (Seghers, 1961), participa, avec Jean Camp et Robert Marrast, à la traduction du Théâtre d’Alberti (L’Arche, 1963) et, de nouveau en collaboration avec Robert Marrast, publia une anthologie de La Poésie ibérique de combat (P. J. Oswald, 1966).

Malgré son intérêt pour la poésie espagnole en général, et la poésie contemporaine engagée en particulier, François Lopez consacra la thèse qu’il entreprit sous la direction du professeur Aristide Rumeau à un personnage du XVIIIème siècle, Juan Pablo Forner, qui, à vrai dire, n’était guère connu alors que pour son essai Oración apologética sobre España y su mérito literario. Comme il le disait volontiers, de cette période si riche en personnages qui forcent l’admiration pour leur audace intellectuelle, il avait choisi « le mauvais », un individu jugé réactionnaire, peu propre à susciter la sympathie. Cela permit sans doute à François Lopez d’éviter de manifester cet amour béat (dont on ne sait trop s’il est filial ou paternel) qu’éprouvent trop souvent les auteurs de biographie par rapport au personnage qu’ils étudient. Mais ce ne fut pas le seul piège qu’il sut éviter. Ecartant le schéma en deux tomes : « I - la vie ; II - l’œuvre », il sut replacer son personnage dans son temps, notamment en le situant par rapport à Gregorio Mayans (dont le professeur Antonio Mestre révélait alors au monde intellectuel la riche personnalité et l’importance). Le résultat fut cet ouvrage devenu depuis lors classique : Juan Pablo Forner et la crise de conscience espagnole au XVIIIème siècle (Bordeaux, 1976).

Du diptyque que constituait le titre, l’élément le plus important était évidemment le second. L’allusion à l’ouvrage de Paul Hazard, La crise de conscience européenne, 1680-1715 (Paris, 1934-1935), était évidente. C’était insinuer que, dans cette prise de conscience européenne, l’Espagne avait occupé une place plus importante que celle que lui avait attribuée le grand littérateur français. C’était aussi suggérer que cette crise ne se situait pas uniquement pendant les règnes de Charles III et de Charles IV, comme on l’avait cru après le travail (au demeurant tout à fait remarquable pour l’époque), de Jean Sarrail sur l’Espagne éclairée de la seconde moitié du XVIIIème siècle (Paris, 1962). De fait, simultanément avec le professeur Antonio Mestre, en cherchant les origines de la Ilustración chez les novatores, François Lopez en était arrivé à remonter jusqu’au siècle d’Or. Le plus ancien des co-fondateurs de El Argonauta espagnol se souvient encore de l’étonnement admiratif que provoqua François Lopez quand il exposa sa théorie, avec le brio, l’élégance et la précision qui lui étaient propres, lors du IXe colloque des Hispanistes français de l’Enseignement supérieur qui se tint à Dijon en 1973. Désormais, il était impossible de considérer les Lumières en Espagne uniquement comme une rupture provoquée par l’importation des idées introduites de l’étranger, de France en particulier. Elles se situaient également dans une continuité.

Rien que pour cela, François Lopez mériterait l’admiration et la reconnaissance des dix-huitièmistes. Mais ce n’est pas le seul cas où son érudition, jointe à une solide logique, lui permit de rectifier de patentes erreurs considérées comme vérités d’Evangile. On ne donnera pour exemple que l’attribution à Arroyal (et non à Jovellanos) du pamphlet Pan y toros (Bulletin Hispanique, 1969, vol. 71). Aucune de ses publications n’était hasardeuse. Aussi ne peut-on que regretter qu’il n’ait pas rassemblé (par manque de temps, d’opportunité ou par modestie) ses articles en un livre. Ce serait faire œuvre non seulement pie, mais utile de les mettre à disposition des chercheurs s’il se trouve un éditeur intéressé par une telle entreprise. En attendant, c’est avec émotion que nous songeons que sa dernière contribution à un ouvrage collectif (« José Marchena y su historia literaria de España ») a été publiée dans un hommage rendu à l’un d’entre nous.

François Lopez était un amoureux des livres et quelques remarques échappées au cours de conversations laissaient supposer qu’il avait une bibliothèque personnelle de qualité. Sous l’influence de José Moñino, reconnaissait-il volontiers, il s’était intéressé à leur histoire. De cet intérêt soutenu, sont nés l’ouvrage qu’il a réalisé en collaboration avec Joaquín Álvarez Barrientos et Inmaculada Urzainqui, La Répública de las letras en la España del siglo XVIII (CSIC, 1995) et la Historia de la edición y de la lectura en España. 1472-1914 (Fundación Germán Sánchez Ruipérez, 2003), qu’il co-dirigea avec Víctor Infantes y Jean-François Botrel.

L’aura de François Lopez était immense, en France et peut-être surtout en Espagne. Pour s’en convaincre, il suffira de consulter les deux numéros du Bulletin hispanique qui furent publiés en son honneur en 2002 et rassemblent 44 contributions provenant des deux côtés des Pyrénées. Il disait volontiers : « los franceses son mis compatriotas ; los españoles son mi gente ». De fait, ces derniers reconnaissaient volontiers un maître en lui : non seulement sa thèse fut traduite et publiée en 1999 par la Consellería de Cultura y Educación de Castilla-León, mais les éditions Labor n’hésitèrent pas à inclure dans leur catalogue, en 1973, le Discurso sobre el modo de escribir y mejorar la historia de España de Forner, un texte qui n’aurait sans doute jamais connu les honneurs d’une nouvelle édition s’il n’avait bénéficié du prologue et des notes de notre regretté ami.

François Lopez avait accompagné El Argonauta español dès sa première sortie. A notre demande de faire partie de son Comité Scientifique, il avait répondu par l’affirmative sans la moindre hésitation. Mais en nous mettant en garde contre les périls qui nous menaçaient. Il avait en particulier attiré notre attention sur le fait que, s’il était (relativement) aisé de rassembler un nombre d’articles suffisant pour constituer un numéro de revue, il était beaucoup plus difficile d’assurer dans le temps la régularité et la qualité d’une publication. Il parlait d’expérience, puisqu’il fut, de 1989 à 2000, directeur du prestigieux Bulletin Hispanique. Lorsque nous le vîmes pour la dernière fois, à Madrid, en 2007, lors du colloque Las élites y la Revolución de España (1808-1814), il s’était félicité de voir que l’entreprise n’avait pas été qu’un feu de paille et que El Argonauta espagnol occupait désormais une place de choix dans la diffusion de cette histoire de la presse à laquelle il attachait tant d’importance. Nous avions convenu de nouvelles rencontres, de futures collaborations… Hélas, le destin a opposé son veto à nos projets. Désormais, le nom de François Lopez sera suivi d’une croix dans notre revue. Mais il ne saurait disparaître de la liste des membres du Comité Scientifique. Parce que, même si nous n’avons pas été directement ses élèves, il fut un maître pour nous. La maladie a eu raison de son enveloppe charnelle. Son esprit, sa rigueur, son attachement à la recherche authentique continueront d’être présents dans les pages de notre revue.

Qu’il repose en paix !

El Argonauta español

Notes

1 Ricardo GARCÍA CARCEL y Eliseo SERRANO MARTÍN (editores), Memoria personal y memoria histórica. El hispanismo francés en el S. XX, Zaragoza, Institución Fernando el Católico, 2009.

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org