Navigation – Plan du site
Livraison janvier : Médecine et presse médicale en Espagne : entre les savoirs et les pouvoirs (XIXe siècle-premier tiers du XXe siècle)

Introduction : Médecine et presse médicale en Espagne : entre les savoirs et les pouvoirs (XIXe siècle-premier tiers du XXe siècle)

Isabelle Renaudet

Notes de la rédaction

Isabelle Renaudet, Maître de Conférences d’histoire contemporaine à l’Université de Provence, codirige avec Anne Carol le groupe de recherche Le corps régulé. Du biologique au culturel. 1

Texte intégral

  • 2 Sur l’évolution de la presse médicale espagnole, on renverra le lecteur aux travaux de LOPEZ PIÑERO (...)
  • 3 Ce choix témoigne de l’importance de la guerre civile (1936-1939) en ce domaine comme dans d’autres (...)

1La livraison de janvier du huitième numéro de El Argonauta español est consacrée à l’un des moyens de communication qui a accompagné la révolution scientifique du XIXe siècle : la presse médicale2. Du début du XIXe siècle jusqu’à la fin des années 19303, la presse médicale a pris une part de plus en plus active dans le processus de circulation des savoirs qui sous-tend les avancées de la médecine durant cette période. D’où l’intérêt que recèle son étude.

2Deux orientations ont présidé à l’analyse de ce média spécifique. Il n’a pas été question en premier lieu de l’aborder indépendamment de l’évolution générale des sciences médicales. Quelques-unes des contributions rassemblées dans ce numéro démontrent que l’une des fonctions de cette presse est de rendre compte des progrès enregistrés dans la connaissance des pathologies. L’article de María José Báguena en témoigne. Les étapes importantes qui ponctuent le combat contre la tuberculose à la fin du XIXe siècle (découverte de l’agent pathogène par Koch en 1882, mise au point de nouveaux moyens diagnostiques comme la tuberculine en 1890, etc .) se retrouvent dans le corpus d’articles qu’elle a réuni. Le même constat s’impose concernant la syphilis. L’élaboration d’un nouveau traitement à partir de composés arsenicaux par Paul Ehrlich en 1910 (le Salvarsan ou 606) rencontre un écho particulièrement fort dans la presse espagnole à la hauteur des espoirs qu’il suscite, comme l’illustre l’étude de José Luis Fresquet Febrer. La presse constitue en cela un miroir fidèle des évolutions de la médecine, nous rappelant, si besoin en était, que celle-ci n’a pas été une marche ininterrompue vers le progrès. Aux découvertes qui font entrer alors l’art de soigner dans l’ère scientifique de son développement répondent en effet des échecs multiples. Et l’écart est souvent grand entre d’une part l’énonciation de théories nouvelles et de l’autre les traitements thérapeutiques qui permettent d’enrayer les effets de la maladie. De nouveau l’exemple de la tuberculose est en ce domaine significatif.

  • 4 LEONARD Jacques, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs : histoire intellectuelle et politiq (...)

3Seconde orientation privilégiée dans cette réflexion collective : il s’est agi d’envisager la presse dans une double perspective. Faisant référence au titre d’un des ouvrages de Jacques Léonard, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs4, on a appréhendé la presse médicale en tant que vecteur des transferts de savoirs, mais aussi comme moyen de consolider les pouvoirs du corps médical. L’efficacité relative qu’acquiert la médecine à partir de la seconde moitié du XIXe siècle contribue en effet à renforcer l’autorité à la fois morale et sociale des hommes de l’art. Garants des politiques sanitaires publiques, ils se posent de plus en plus en experts. Les publications qu’ils créent ont donc aussi pour fonction de servir leurs intérêts, leur carrière. Autant qu’à la circulation des idées, on s’est donc intéressé aux professionnels de la santé, à leur culture, à leurs ambitions, à leurs stratégies de promotion, comme le montrent l’article d’Anne-Cécile Druet centré sur le groupe des psychiatres ou celui d’Isabelle Renaudet qui analyse l’action d’une association de médecins franco-espagnole fondée en 1912 et au sein de laquelle dominent les chirurgiens.

  • 5 On notera que l’articulation entre presse et médecine est envisagée aussi dans ce numéro en dehors (...)
  • 6 Il s’agit de l’article de Consuelo Miqueo qui porte sur la diffusion en Espagne des théories du méd (...)
  • 7 Les chiffres donnés par José María López Piñero à ce sujet sont édifiants : si entre 1736 et 1808, (...)
  • 8 Cette expression s’applique surtout à la réaction absolutiste correspondant aux années du règne de (...)

4Ce numéro ne prétend bien évidemment pas à l’exhaustivité. Seules quelques-unes des fonctions remplies par la presse médicale sont évoquées ici, à travers la trajectoire de publications d’ailleurs fort diverses5. Le déséquilibre chronologique est également patent en termes de contributions, entre un premier XIXe siècle abordé uniquement dans un article6 et l’époque où la médecine espagnole connaît son âge d’or, entre les années 1880 et la guerre civile (période qui concentre les cinq autres articles). En même temps, ce déséquilibre fait sens. Il reflète l’atonie caractérisant l’activité scientifique en Espagne au temps de Ferdinand VII où le nombre de publications médicales est très réduit7, situation qui contraste avec le dynamisme de la période de la Restauration (1875-1923) et plus encore de la II° République (1931-1939). Reste que cette inégale répartition des contributions dans le temps mérite d’être corrigée par des travaux ultérieurs. L’article de Consuelo Miqueo sur la diffusion et l’assimilation du broussisme en Espagne durant la première partie du XIXe siècle confirme l’intérêt qu’il y a à explorer cette séquence : bien que correspondant à des temps difficiles8, cette période voit la circulation des savoirs s’opérer malgré tout de l’Europe vers l’Espagne.

  • 9 Dépendant du CSIC et de l’Université de Valence.
  • 10 Anne-Cécile Druet est Maître de Conférences au département d’espagnol de l’Université Paris-Est Mar (...)

5Les auteurs des articles réunis ici proviennent d’horizons différents. L’interdisciplinarité a présidé en effet à la réalisation de ce numéro. Si les représentants des sciences médicales dominent (María José Báguena et José Luis Fresquet Febrer, Profesores titulares, sont tous deux rattachés à l’Instituto de Historia de la Medicina y de la Ciencia-López Piñero9 de Valence ; Josep Bernabeu-Mestre, Catedrático, est Professeur d’Histoire de la Science à l’Université d’Alicante ; Consuelo Miqueo, Profesora titular, enseigne l’Histoire de la Médecine à l’Université de Saragosse), deux des contributeurs sont issus du secteur des lettres et sciences humaines (Anne-Cécile Druet, spécialiste de littérature et de civilisation espagnoles ; Isabelle Renaudet, historienne10). La complémentarité des approches privilégiées (de l’échelle nationale à l’échelle locale, du temps long au temps court) invite en tout cas à prolonger la collaboration entreprise par d’autres projets collectifs.

  • 11 Les articles réunis explorent essentiellement cette question à partir de l’exemple de la France et (...)

6Plusieurs apports découlent des travaux présentés ici. Le premier met en jeu le rôle de la presse dans les transferts de savoirs opérés depuis l’Europe11 vers l’Espagne. L’étude des revues médicales permet non seulement d’identifier les nouveautés scientifiques qui circulent, mais aussi de mesurer le décalage ou au contraire la concordance entre le moment où les théories sont élaborées à l’étranger et le moment où elles sont diffusées dans la péninsule. La chronologie fine établie par José Luis Fresquet concernant la réception en Espagne du traitement antisyphilitique d’Ehrlich est de ce point de vue édifiante. Elle montre que ce pays n’est en rien à la traîne par rapport aux autres dans l’intérêt qu’il manifeste à l’égard des expérimentations menées à Francfort par le savant allemand. L’article d’Anne-Cécile Druet, qui étudie la pénétration de la psychanalyse en Espagne à partir des années 1910, va dans le même sens, les Espagnols étant les premiers à se lancer dans la traduction intégrale de l’œuvre de Freud, en 1922.

7Le second apport concerne l’identité des hommes qui font de la presse un outil de communication. Les articles rassemblés dans ce numéro permettent d’approcher quelques-uns des groupes à l’origine de la publication de ces périodiques : hommes de l’art bien évidemment, comme dans le cas de la Sociedad Médico-Quirúrgica de Cádiz, dont l’organe est publié de 1820 à 1826 ; mais aussi institutions philanthropiques liées au catholicisme social, comme dans le cas de La Lepra (1904-1909), revue du sanatorium pour lépreux de Fontilles situé dans la province d’Alicante, étudié par Josep Bernabeu-Mestre ; associations de notables enfin, comme dans le cas de La Revue de l’Union médicale franco-ibéro-américaine publiée de 1925 à 1940.

8La question du processus d’autolégitimation d’élites scientifiques désireuses d’exercer un magistère dans la société est également un des axes qui s’est dégagé de cette réflexion. Les savoirs consolident bien en ce sens les pouvoirs. Les membres de l’association franco-espagnole (l’UMFIA) étudiée par Isabelle Renaudet ont utilisé ainsi l’organe de presse qu’ils publiaient comme instrument de leur propre ascension sociale. Derrière cette instrumentalisation, c’est tout le rapport des élites médicales à la société de leur temps qui se trouve posé. Comment le médecin s’insère-t-il en effet dans son environnement, tant au niveau national, que régional ou local ? Les articles de María José Báguena et de Josep Bernabeu-Mestre ouvrent de ce point de vue de multiples perspectives.

9Enfin, l’un des champs exploré concerne la fonction jouée par la presse dans l’articulation entre savoirs et pratiques. Les nouvelles connaissances relayées par les publications professionnelles s’inscrivent-elles dans l’exercice médical ? A quels types d’applications donnent-elles lieu, notamment en matière de soins ? Consuelo Miqueo a inscrit cette interrogation au cœur de son questionnement : les périodiques broussistes étudiés apparaissent non seulement comme des organes d’expression pour leurs lecteurs qui ont pu communiquer leur expérience clinique grâce à eux, mais aussi comme des guides qui ont éclairé leur conduite. Le fait que le public de ces revues ait été constitué en grand nombre de médecins exerçant en milieu rural n’est pas anodin. Il témoigne que cette presse ne s’est pas adressée seulement à l’élite du corps, mais a influencé aussi de larges secteurs de la profession. La question de la retombée des savoirs médicaux et des usages qui en résultent pour les populations constitue donc l’un des axes des problématiques abordées dans ce numéro.

Haut de page

Notes

1 Isabelle Renaudet, Maître de Conférences d’histoire contemporaine à l’Université de Provence, codirige avec Anne Carol le groupe de recherche Le corps régulé. Du biologique au culturel, dépendant du programme numéro 2 de l’UMR Telemme intitulé Figures et expressions de la régulation. Echelles, dynamiques et pratiques.

2 Sur l’évolution de la presse médicale espagnole, on renverra le lecteur aux travaux de LOPEZ PIÑERO, José María, TERRADA, M ª Luz, Bibliographia médica hispánica :1475-1950. vol. VIII, Bibliometría de las revistas. 1736-1950, Valence, Instituto de Estudios Documentales e Históricos sobre la Ciencia-CSIC, 1991.

3 Ce choix témoigne de l’importance de la guerre civile (1936-1939) en ce domaine comme dans d’autres. Ce conflit a constitué en effet une rupture majeure du fait du départ en exil en 1939 de nombreux médecins qui avaient contribué à hisser la médecine espagnole aux plus hauts rangs durant le premier tiers du XXe siècle.

4 LEONARD Jacques, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs : histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle , Paris, Aubier, 1981.

5 On notera que l’articulation entre presse et médecine est envisagée aussi dans ce numéro en dehors du cas spécifique des publications professionnelles, dans la mesure où le corps médical a mobilisé d’autres organes (relevant de la presse d’information générale) pour assurer la diffusion des nouveautés scientifiques ou faire connaître son action. L’utilisation de ce nouveau média de communication par les élites témoigne d’une volonté d’assurer la circulation des savoirs et des techniques bien au-delà des sphères étroites des milieux scientifiques. Cette large publicité donnée à certaines découvertes s’explique par les enjeux qu’elles recèlent en termes de santé et d’hygiène publiques. L’article de José Luis Fresquet sur le 606 mis au point par Ehrlich est révélateur de ce point de vue.

6 Il s’agit de l’article de Consuelo Miqueo qui porte sur la diffusion en Espagne des théories du médecin français François Broussais, entre 1820 et 1850.

7 Les chiffres donnés par José María López Piñero à ce sujet sont édifiants : si entre 1736 et 1808, 13 revues médicales avaient vu le jour en Espagne, ce chiffre tombe à 3 entre 1820 et 1823, 2 entre 1824 et 1833 ; de 1834 à 1868 en revanche, 123 revues sont fondées, 265 entre 1869 et 1900. Cité dans LÓPEZ PIÑERO José María, « Las ciencias médicas en la España del siglo XIX », in LÓPEZ PIÑERO José María (dir), La ciencia en la España del siglo XIX, Ayer, n° 7, 1992, p 203.

8 Cette expression s’applique surtout à la réaction absolutiste correspondant aux années du règne de Ferdinand VII qui vont de 1814 à 1833. Comme l’historiographie l’a montré, la régence à partir de 1834, puis le règne d’Isabelle II (qui s’achève en 1868) constituent au contraire une période de lente récupération de l’activité scientifique.

9 Dépendant du CSIC et de l’Université de Valence.

10 Anne-Cécile Druet est Maître de Conférences au département d’espagnol de l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée ; Isabelle Renaudet est Maître de Conférences au département d’histoire de l’Université de Provence.

11 Les articles réunis explorent essentiellement cette question à partir de l’exemple de la France et de l’Allemagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Renaudet, « Introduction : Médecine et presse médicale en Espagne : entre les savoirs et les pouvoirs (XIXe siècle-premier tiers du XXe siècle) », El Argonauta español [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 15 janvier 2011, consulté le 27 mai 2017. URL : http://argonauta.revues.org/81

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org