Navigation – Plan du site
Livraison juin

Un miroir infidèle : la guerre d’Espagne vue à travers le Giornale Italiano de Milan

Vittorio Scotti Douglas

Résumés

Après une courte introduction sur l’état de la presse en Italie durant la période révolutionnaire et napoléonienne, l’article offre des informations sur la fondation et le programme du Giornale Italiano ainsi que sur son fondateur, Vincenzo Cuoco. S’ensuit un large choix de citations concernant la Guerre d’Espagne, qui montre que ce journal italien n’était en fait qu’une copie fidèle des journaux français s’inscrivant dans le schéma rigide de la propagande napoléonienne en Europe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La participation à ce colloque, qui m’honore en soi, m’a en plus offert l’occasion de traiter un thème d’étude et de recherche entièrement nouveau non seulement pour moi mais aussi, en général, pour les historiens hispanisants italiens.

2En effet, jusqu’à présent il n’y a pas eu d’études qui analysent les nouvelles de la Guerre de l’Indépendance publiées (ou non) soit par la presse du Royaume d’Italie et de Naples (les états appelés indépendants), soit par celle des territoires italiens directement annexés à la France.

3Ma recherche, qui est bien loin d’être complète, est centrée pour l’instant sur une seule source, Il Giornale Italiano (le Journal italien), parce qu’il offre une quantité impressionnante et en partie inattendue de nouvelles espagnoles. Je crois toutefois avoir pu commencer à en extraire et mettre en relief les tendances fondamentales et les plus intéressantes pour notre réflexion.

4Ma communication sera organisée de la forme suivante : je vais avant tout dessiner un panorama très rapide de la presse d’actualité et des journaux italiens, pour m’arrêter plutôt sur la presse milanaise et ses mutations, dès l’arrivée des troupes françaises à Milan, en 1796, jusqu’aux années qui nous intéressent. Je passerai ensuite au Giornale Italiano et à l’analyse des nouvelles qu’il publie. Enfin, j’essaierai de proposer une conclusion provisoire, en attendant de poursuivre ma recherche à travers la comparaison avec d’autres publications de l’époque.

Le journalisme révolutionnaire en Italie

  • 1 CAPRA, Carlo, Il giornalismo nell’età rivoluzionaria e napoleonica, in CASTRONOVO, Valerio, TRANFAG (...)

5Quand les baïonnettes républicaines arrivent en Italie, au printemps de 1796, il y a immédiatement et partout une véritable floraison de publications périodiques. Rien qu’à Milan, pendant les trois années qu’on appellera jacobines, on assiste à la naissance d’une quarantaine de journaux et magazines (c’est-à-dire trois fois plus que durant les 150 années précédentes). Une telle « explosion » (c’est le mot employé par Carlo Capra dans son important essai sur le journalisme à l’époque révolutionnaire et napoléonienne) a eu lieu dans la Péninsule entière1. Ce phénomène a bien sûr touché les grandes villes, comme Gênes (une vingtaine de journaux en trois ans) et Venise (une dizaine en quelques mois). Mais il a touché en même temps la province, où de petites villes comme Morbegno e Lodi, en Lombardie, Faenza, pas loin de Bologne, n’avaient jamais eu de journaux, pas même la moindre petite gazette.

6Ces journaux s’adressaient à un public bien plus important que celui des gazettes du XVIIIème siècle, mais malgré cela leurs auteurs n’avaient pas dû se donner trop de peines pour expliquer aux lecteurs les événements qu’ils essayaient de raconter, ni pour présenter des réflexions sur les idées qui étaient à la base du bouleversement général.

7En effet, dans les trois dernières décennies du XVIIIème siècle, le public italien alphabétisé s’était déjà emparé de la même nourriture intellectuelle consommée à Paris, Londres, Berlin. Il avait lu presque tous les mêmes livres, préféré les mêmes auteurs en vogue dans l’Europe entière : Montesquieu, Rousseau, Voltaire, Lessing, Hume, Locke.

8Ce public offrait donc un terrain fertile, prêt à accueillir les germes révolutionnaires et à les semer à fin de produire une révolution « à l’italienne », qui aurait très tôt déplu aux Français, passés très rapidement du rôle de libérateurs à celui de conquérants.

  • 2 BONAPARTE, Napoléon, Correspondance, publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III, Paris, Imprimeri (...)

9Le jeune général républicain Bonaparte, écrivant en Mai 1796 à l’astronome italien Barnaba Oriani, affirmait : « La pensée est devenue libre dans l’Italie. Il n’y a plus d’inquisition, ni intolérance, ni despotes »2.

10En très peu de temps il parvint à renverser ses opinions et ses gestes, en France comme en Italie. On sait bien que dès le 6 novembre 1797 il fit promulguer dans la République Cisalpine une Legge provvisoria sulla polizia tipografica (Loi provisoire sur la police de presse), qui transmettait le contrôle de la presse à l’exécutif ; plus tard, dans son nouveaux rôle de Premier Consul, par un décret du 27 nivôse an VIII (17 Janvier 1800), il supprima, dans le seul département de la Seine, une soixantaine de titres, n’en laissant survivre que treize. D’ailleurs, la Constitution du 22 frimaire an VIII (13 Décembre 1799) ne faisait aucune référence à la liberté de presse : le Premier Consul était donc l’arbitre de toutes décisions au sujet. C’est exactement se qui se passera avec la Constitution italienne et celle de Ligurie en 1802.

  • 3 FIEVEE, Joseph, Correspondance et Relations avec Bonaparte 1er Consul et Empereur de 1802 à 1813, 3 (...)

11Une phrase de l’Empereur, que je pourrais mettre en exergue de mon laïus, montre son mépris absolu pour la liberté de l’information : « Toutes les fois qu’il parviendra une nouvelle désagréable au gouvernement, elle ne doit pas être publiée jusqu’à ce qu’on soit tellement sûr de sa vérité qu’on ne doive plus la dire parce qu’elle est connue de tout le monde »3.

12La fin des Trois années Jacobines et la disparition des « républiques sœurs », provoquée par les armées de la Deuxième coalition et par les bandes sanfédistes, eurent comme conséquence la fin abrupte des périodiques récents, ne laissant survivre que les gazettes les plus anodines.

  • 4 CERRUTI, Marco, Neoclassici e giacobini : ricerche sulla cultura letteraria italiana del secondo Se (...)

13Après Marengo et le retour en forces des Français dans la Péninsule, on recommence à lancer quantités de nouveaux titres, mais l’enthousiasme et les illusions n’étaient déjà plus les mêmes. Comme il a été bien souligné, les intellectuels italiens se réfugièrent (exemple typique, Ugo Foscolo) dans une espèce de fugue de la réalité, essayant d’« élaborer des idéologies et des mythes appropriés », ou allant à la recherche de « solutions évasives et consolatoires »4. Au contraire, et/ou en même temps, ils essayèrent de s’insérer dans les engrenages du pouvoir des nouveaux états s’organisant dans l’Italie napoléonienne.

Le Giornale Italiano

  • 5 Sur Cuoco voir l’article ad nomen, rédigé par THEMELLY, Mario, in Dizionario biografico degli itali (...)

14Pourtant ce n’était pas toujours le cas, comme le montrent, au moins aux débuts, le Giornale Italiano et son fondateur, Vincenzo Cuoco5.

  • 6 BATTAGLIA, Felice, op. cit., chapitre V, Nazionalità e italianismo nel « Giornale Italiano », pp. 1 (...)

15Au début du siècle, Milan paraissait le lieu le plus apte à la création d’un nouveau journal, qui s’inspirerait de points de vue modernes, qui se nourrirait de l’esprit de progrès, d’éducation civique, de défense de l’italianité (tous, des concepts propres depuis toujours à la pensée de Cuoco6).

  • 7 In Archivio di Stato di Milano (ASM), Studi, p.m., 328. Un tableau, bâti à partir des informations (...)

16En 1802 la capitale de la République Cisalpine comptait, à part différents périodiques littéraires et scientifiques, un seul journal qu’aujourd’hui on appellerait d’information : le Corriere milanese. Celui-ci, grâce à la richesse des nouvelles locales, à la chronique littéraire, mondaine, de la musique et du théâtre, jouissait d’un tirage très élevé, si bien qu’en 1811 il était encore le plus diffusé parmi les périodiques de la Péninsule, avec 3 000 souscripteurs7. On pouvait donc compter sur un public potentiel pour une nouvelle entreprise de ce genre.

  • 8 CUOCO, Vincenzo, Saggio storico sulla Rivoluzione di Napoli, Milano, Dalla Tipografia Milanese in S (...)
  • 9 On le trouve dans CUOCO, Vincenzo, Scritti vari, 2 vol. , Bari, Laterza, 1924, I, Periodo milanese (...)
  • 10 CUOCO, Vincenzo, Scritti vari, cit., I, p. 3.
  • 11 Ibid., p. 10.
  • 12 Ibid., p. 11.
  • 13 « Il reporte honnêtement les faits : il annonce les temps futurs par des exemples connus ». La nais (...)

17Exilé à Milan de sa région du Molise (au centre-sud de la Péninsule), et après des séjours à Paris et à Marseille, Cuoco avait publié en 1801 son Essai historique sur la Révolution de Naples8. Le philosophe va donc soumettre au vice-président de la République italienne, Francesco Melzi d’Eril, le projet d’un journal qui, étant « destiné à former l’esprit publique d’une nation, ne doit pas se borner à offrir la narration de nouveautés capables de nourrir la curiosité, souvent puérile, de ceux qui ne s’occupent des autres que s’ils n’ont pas la possibilité de s’occuper d’eux-mêmes9. Pour former l’esprit des lecteurs il est nécessaire que l’ouvrage ait une intention précise, c’est-à-dire un seul but, et que toutes ses parties tendent vers le même but »10, avec des nouvelles politiques « celles qui peuvent être publiées sans dommages et qu’on rencontrerait dans d’autres journaux deux jours après »11. Selon lui, le journal doit « jouir d’une liberté décente. Si l’on veut que le journal produise des effets, il faut le faire paraître le plus libre possible, pour que ses avis soient davantage acceptables. Par ‘liberté décente’ je n’entend pas licence, dévergondage ou vilenie »12. C’est le 3 août 1803. Le 17, Melzi octroie la permission ; le premier numéro parait le 2 janvier 1804, avec en exergue un vers d’Horace : Recte facta refert : orientia tempora notis instruit exemplis13.

  • 14 Sur les premiers pas du Giornale n’est pas sans utilité l’article de BUTTI, Attilio, « La fondazion (...)

18Le Giornale Italiano paraîtra trois fois par semaine jusqu’au 1° octobre 1805. A partir de cette date, il se transforme en quotidien. Il est rédigé entièrement en italien, différemment d’autres périodiques de l’époque et surtout de ceux publiés dans les départements impériaux (comme la Gazzetta di Genova ou le Monitore della 28a divisione militare, publiant, souvent, en français la partie officielle (lois, décrets, avis du préfet) et en italien tout le reste14.

  • 15 L’abbé Guillon avait collaboré avec Antonio Aldini au Corriere d’Italia, publié à Paris de 1805 à 1 (...)
  • 16 Giovanni Gherardini (Milano 1778-1861), médecin et homme de lettres. Traducteur de l’allemand, s’ad (...)
  • 17 Francesco Cherubini (Milano 1789-1851). Hommes de lettres, spécialiste du dialecte milanais, auquel (...)

19Le succès est immédiat : à la fin de la première année le Giornale compte déjà 800 abonnés. Mais au printemps 1806 Cuoco quitte Milan pour rentrer à Naples, à la suite de différends avec le gouvernement et de la transformation de la République en royaume. Dans les années qui nous intéressent le journal est donc dirigé par l’abbé français Aimé Guillon15. Avec lui travaillent Giovanni Gherardini16, comme rédacteur, et Francesco Cherubini comme correcteur d’imprimerie17.

  • 18 CAPRA, Carlo, Il giornalismo nell’età rivoluzionaria e napoleonica, op. cit., p. 504.

20À partir de 1808, et jusqu’en 1814, le nombre des abonnés varie entre un minimum de 2240 (en 1809) et un maximum de 3671 (en 1813) : en moyenne, autour de 2800 pendant les sept années. C’était le quotidien le plus répandu, non seulement dans le Royaume d’Italie, mais aussi dans toute la Péninsule. Normalement il publiait les nouvelles politiques de l’étranger en avance sur tout le reste de la presse italienne, qui d’ailleurs les reprenait souvent des colonnes du Giornale lui-même, utilisant dans certains cas la même traduction (c’est ce que fait la Gazzetta di Mantova) mais en oubliant parfois de citer la source. Il était entretemps devenu un journal monotone, servile et ennuyeux. Gherardini lui-même en 1813 en parle à Cherubini sur ce ton : « Notre feuille est devenue un quadragésimal : à chaque jour son sermon »18.

21A la différence du premier projet de Cuoco, qui voulait un journal organisé en quatre rubriques, notre quotidien se compose très tôt de deux grandes sections : Notizie estere et Notizie interne (Nouvelles de l’étranger et Nouvelles de l’intérieur) auxquelles s’ajoute, assez souvent, une troisième section, dédiée aux Varietà (Variétés).

  • 19 A ce propos, voir la contribution précieuse d’Elías Durán de Porras, dans ce même numéro de El Argo (...)

22Les nouvelles de l’étranger, dont on cite normalement les sources, sont très souvent, mais pas toujours, traduites de journaux français. Ceux qu’on retrouve le plus fréquemment (à part évidemment le Moniteur) sont : le Journal de l’Empire, le Journal du Commerce, la Gazette de France, le Courrier de l’Europe, la part du lion étant réservée au Journal de l’Empire. Bien que rarement, il arrive aussi de trouver des nouvelles provenant de la presse départementale et de quelques journaux napolitains. Les citations provenant de la presse allemande sont rarissimes. On se sert aussi de la presse anglaise : le Morning Chronicle, le Statesman, le Times ; parfois, ce qui est assez surprenant, on cite le Journal de l’Empire, comme si, en temps de guerre, ce périodique pouvait avoir un correspondant à Londres. Cet usage, assez fréquent, des journaux britanniques pourrait paraître contradictoire par rapport à l’effort de propagande de toute la presse impériale, mais au contraire il fait partie d’un projet assez subtil. En effet, au Royaume Uni (comme on le sait, à partir de 1801 c’est le nom officiel de l’état comprenant Grande Bretagne et Irlande), il y avait un parlement libre et une presse libre, partagée (comme il arrive aujourd’hui) entre gouvernement et opposition. Cette dernière, ayant souvent des informations directes et en avance par rapport au gouvernement sur les événements politiques et militaires de l’étranger, se servait largement de ces privilèges pour attaquer même très violemment soit les différents ministres soit le cabinet tout entier. À peine est-il besoin de souligner que la presse française n’hésitait pas à citer amplement ces attaques, pour, d’un côté, montrer la « triste » situation de l’ennemi et les différends qui en brisaient l’unité ; et, de l’autre côté, faire valoir sa propre objectivité et son effort de présenter aux lecteurs des informations provenant de l’ennemi lui-même19.

  • 20 PINGAUD, Albert, Bonaparte Président de la République Italienne, 2 vol. , Paris, Perrin, 1914, II, (...)
  • 21 FUGIER, André, Napoléon et l’Italie, Paris, Janin, 1947, p. 288.
  • 22 HAZARD, Paul, La Révolution française et les lettres italiennes, Paris, Hachette, 1910, pp. 218-259 (...)

23Les historiens français ne se sont pas trop occupés du Giornale Italiano. Albert Pingaud ne lui consacre que quelques lignes dans son grand ouvrage sur Bonaparte président de la République italienne20, dans une note où il cite les propos exprimés par Vincenzo Cuoco dans l’article introductif. On trouve encore une petite page dans le volume d’André Fugier sur Napoléon et l’Italie21. Par contre, Paul Hazard, dans son texte incontournable : La Révolution française et les lettres italiennes 1789-1815, consacre à Cuoco quelque quarante pages, à savoir tout le deuxième chapitre du second livre de l’ouvrage. Là, il s’occupe un peu plus largement de l’entreprise journalistique du philosophe molisain22.

La recherche

24Pour commencer ma recherche (qui n’est qu’aux débuts, comme je viens de le signaler) j’ai choisi de dépouiller toute l’année 1808, le premier semestre 1809, le troisième trimestre 1812, le deuxième semestre 1813, ainsi que les quatre premiers mois de 1814, jusqu’à l’abdication de Napoléon.

25Les nouvelles des années 1808-1809 recouvrent donc la période préliminaire à l’invasion de l’Espagne, la crise dynastique, la Constitution de Bayonne, l’invasion, Bailén et les grande victoires napoléoniennes jusqu’à celle de Belchite (18 Juin 1809).

26Pour 1812, la bataille de Salamanca occupe le centre de la scène ; en 1813, il y a la bataille de Vitoria et la défense de la frontière avec la France. En 1814, très évidemment, le Giornale devra enregistrer la catastrophe finale, mais on en reparlera.

  • 23 Giornale Italiano, 7 janvier 1808 (n° 7), p. 26. Extrait d’une lettre datée Lisbonne 13 Décembre. N (...)

27Durant les trois premiers mois de 1808, l’attention est centrée sur les faits et gestes des troupes françaises au Portugal et sur le départ/fuite de la famille royale au Brésil. Dans bon nombre de correspondances, surtout dans le Journal de l’Empire, mais aussi dans la Gazette de France, on trouve des descriptions minutieuses et pleines d’admiration pour l’entreprise des soldats de Junot. Ce corps avait réussi à pénétrer au Portugal en plein hiver, franchissant la frontière espagnole du coté de Salamanque par un chemin qu’on estimait impraticable. De plus, on commentait : « On avait toujours estimé comme impraticable, notamment en hiver, l’entrée s’une armée au Portugal par la frontière d’Espagne du côté de Salamanque. Quinze lieues de pays en Espagne, au moins vingt au Portugal, n’offrent aucune ressource pour le ravitaillement d’une armée »23.

  • 24 Ibid.

28Un autre thème intéressant, fréquemment répété est celui du bon accueil réservé aux troupes françaises par les Portugais, une fois dissipée la méfiance inspirée par les « calomnies » diffusées par les Anglais : « L’émerveillement a donc été le premier sentiment des Portugais en voyant arriver les Français dans leur capitale ; la bienveillance a immédiatement succédé à cette première impression. Les Anglais et leur partisans leur avaient raconté tant de choses ridicules sur ce qu’il devaient craindre de notre part, qu’ils ont été doublement surpris et enchantés par la discipline des soldats et l’urbanité des officiers »24.

  • 25 Giornale Italiano, 29 janvier 1808 (n° 29), p. 115.

29Suit la nouvelle de l’arrivée au Portugal des alliés espagnols. C’est ainsi que le 15 décembre la Gazette de France envoie de Porto l’information suivante : « Les troupes espagnoles ont avant-hier occupé cette ville : il règne parmi elles la meilleure discipline »25.

  • 26 Ibid., 5 février 1808 (n° 36), p. 143 du Journal de l’Empire.

30Pour souligner l’heureuse situation des troupes, il n’y avait rien de mieux que l’appui de l’Église. Voici donc qu’on nous dit comment, le 22 décembre, José Maria de Mello, évêque titulaire d’Algarve, inquisiteur général, avait adressé au peuple une proclamation où il mettait en évidence « la paix et le bon ordre qui ont régné et règnent dans ces contrées, après qu’une grande armée est venue à notre secours ». Le mérite revient évidemment à Napoléon, « ce Monarque envoyé par Dieu pour protéger la religion et rendre les peuples heureux … ». Les prêtres se devront donc « de rappeler incessamment aux fidèles leur devoirs et surtout de leur insinuer cette vérité, qu’il ne peut jamais y avoir d’excès dans la paix et l’unité »26.

  • 27 Ibid, 7 février 1808 (n° 38), p. 151 du Journal de l’Empire.

31Les Espagnols ne cessent d’arriver, comme nous le signale, le 7 février, le Giornale, reprenant le Journal de l’Empire du 15 janvier, de Lisbonne. Il s’agit de vingt mille hommes, commandés par le général Solano, qui occupent « actuellement le parties méridionales du Portugal, et principalement les ports d’Algarve et de l’Alentejo. Un autre corps espagnol occupe Porto et les côtes d’Entre-Duero et Minho »27.

  • 28 Ibid., 20 février 1808 (n° 51), p. 203.

32Pour l’Espagne, notre Giornale du 20 février rapporte une nouvelle de Vitoria du 30 Janvier, reprise de la Gazette de France, à propos d’une « magnifique fête » offerte par la ville au maréchal Moncey. Après avoir souligné comment les officiers français « se sont distingués par leur urbanité, par leurs aimables manières, et par leur conduite », on ajoute : « Les Français et les Espagnols ne semblaient faire qu’une seule nation, dont les mœurs, les habitudes et les sentiments pour les augustes Monarques de la France et de l’Espagne n’offraient aucune différence »28.

33Cette interprétation est ultérieurement renforcée par une note du 7 mars, provenant de Valladolid à travers le Journal de l’Empire. Nous en sommes à l’idylle :

  • 29 Ibid, 27 mars 1808 (n° 87), p. 347.

« Nous continuons à jouir d’une tranquillité parfaite, car on ne se rend même pas compte de la présence d’une armée française, ne serait-ce le remue-ménage suscité par une grande réunion de troupes. Cette ville, jadis florissante et peuplée par cent mille habitants, mais déchue de ce brillant état depuis déjà un siècle, semble maintenant reprendre vie. Le commerce et l’industrie se raniment de jour en jour. Malgré la différence de mœurs et coutumes, les Français et les Espagnols s’accordent entre eux à merveille. Les troupes des deux nations servent en commun, on organise de fréquentes réunions où les officiers français et espagnols participent pour jouir des plaisirs de la société. Pendant que, de loin, on divulguait certaines sinistres voix sur une prétendue mésentente, on organisait ici des réunions et des bals chez S.E. le général en chef Dupont et chez le capitaine général de Castille »29.

34Dommage que des documents inédits de cette même période, que j’ai pu voir aux archives de la Chancillería de Valladolid, démentent d’une façon éclatante cette entente splendide entre Espagnols et Français. Voici les faits. Le 30 mars 1808, le général Laval écrit aux alcaldes de Valladolid pour demander au nom du général en chef « que vous fassiez conduire sur le champ à dos de mulet trois mille paillasses vuides [sic] et quinze cent couvertures sur l’Escurial, et que pareil nombre de paillasses et couvertures soient dirigées sur Ségovie pour la Division du Général Vedel ». Il ajoute que « l’exécution de cette mesure […] ne peut souffrir le moindre retard ». Ensuite, il y a une série de supplications des alcaldes au Roi, pour signaler que la ville n’a rien de ce qu’on lui demande. Le 2 avril, Laval écrit à nouveau, cette fois en espagnol. Le ton est très dur :

« Señores Alcaldes : S.E. el general en Gefe me prebiene oy, que haga conducir ala mayor brevedad posible las Camas que os he pedido para el Escorial y Segovia. No os oculto que la menor dilacion os haria responsables á vuestro Gobierno, y al General en Gefe. Seria muy sensible para mi usar del medio del rigor para la egecucion de estas ordenes ».

  • 30 Archivo de la Chancillería de Valladolid, Documentación Municipal, Secretaría General, legajo (leg. (...)
  • 31 Giornale Italiano, 1 avril 1808 (n° 92), p. 368 du Journal de l’Empire.

35Le 9 avril, en français et en espagnol, il renchérit, soulignant avec force que le général en chef lui commande formellement « d’emporter de gré ou de force » « para llebar de grado o por fuerza », les fournitures qui entre-temps ont monté à 7250 paillasses, autant de couvertures et de paires de draps30. Ce n’est qu’un exemple. En même temps, le Giornale du 1 avril nous informe que Murat, arrivant à Burgos le 13 mars, a diffusé une proclamation où il affirme que les dépenses soutenues par la province pour les troupes françaises seront remboursées « selon la plus scrupuleuse exactitude »31.

  • 32 Ibid., 4 avril 1808 (n° 95), pp. 379-381.
  • 33 Ibid., p. 381.

36Nous arrivons maintenant au drame d’Aranjuez, relaté avec une grande richesse de détails dans deux articles du Moniteur, datés de Madrid le 19 et d’Aranjuez le 21 mars, republiés, avec quatre annexes, dans le Giornale du 4 avril32. C’est la chronique, suffisamment précise, du « golpe » contre Godoy, et de l’abdication de Charles IV ; enrichie d’une proclamation, d’un décret, et de deux édits adressés au peuple. Le plus intéressant de l’article en question se situe vers la fin, quand on décrit les mouvements des troupes, d’où l’on déduit que Murat se trouve désormais près de Madrid, où « son arrivée semblait être souhaitée de tout le monde »33.

37Le Giornale reviendra sur les faits d’Aranjuez, les 5, 6 et 9 avril, avec des récits pleins de couleur, qui n’ajoutent toutefois aucun détail de quelque intérêt.

  • 34 Ibid., p. 380.
  • 35 Ibid., 7 avril 1808 (n° 98), p. 391.
  • 36 Ibid., 10 avril 1808 (n° 101), p. 403
  • 37 Ibid., 14 avril 1808 (n° 105), p. 419. Nouvelle du Moniteur et de la Gazette de France.
  • 38 Ibid., p. 421.

38L’un des thèmes les plus chers au Giornale est de toute évidence celui de la tranquillité des peuples et de la bonne entente entre le gens du lieu et les Français. On le voit le 4 avril (« La masse populaire de Madrid a été placide et tranquille »)34, on le revoit le 7 (« Ici la tranquillité a été entièrement rétablie, et nous sommes sûrs qu’elle ne sera plus troublée »)35, encore le 10 : « La plus grande tranquillité continue de régner dans cette capitale [Lisbonne] et il existe l’harmonie la plus parfaite entre les citoyens et les militaires français »36, enfin, le 14, « L’armée française est toujours vue ici de très bon œil »37 ; « Le courrier d’Espagne arrivé ce matin n’a apporté rien d’extraordinaire ; la tranquillité règne à Madrid »38.

39Il n’est pas dépourvu d’intérêt de noter que, suivant les instructions imparties par Napoléon à Murat, les journaux français (et par conséquent notre Giornale aussi) insistent à considérer et à appeler Ferdinand VII Prince des Asturies, ce qui revient à ne pas lui reconnaître une royauté légitime.

  • 39 Ibid., 21 avril 1808 (n° 112), p. 447.
  • 40 Ibid., 2 mai 1808 (n° 123), p. 493.
  • 41 Ibid., 4 mai 1808 (n° 125), p. 501.

40On s’y trompe parfois, comme dans une correspondance du Journal du Commerce et de la Gazette de France de Madrid le 4 avril. On parle ici de Ferdinand comme du souverain39, mais généralement la tendance à suivre les directives de l’Empereur est très claire. La chronique de l’arrivée à Bayonne de Ferdinand, le 21 avril, relate : « Le Prince des Asturies […] est arrivé hier dans cette ville. On prépare les logements en ville pour le roi Charles IV et pour la Reine »40. Le compte rendu du voyage de Charles IV vers Bayonne insiste ultérieurement sur lequel des deux est le roi. Quand Ferdinand arrive à Burgos, le 12 avril, la Gazette de France, reprise par le Giornale, dit, faisant référence, sans la nommer, à une gazette de Madrid : « Serrés autour de son auguste trône, tous les Espagnols ont juré dans leur cœur de verser pour sa défense et son honneur jusqu’à la dernière goutte de leur sang »41.

  • 42 Ibid., 16 mai 1808 (n° 137), p. 547.
  • 43 Ibid., 16 mai 1808 (n° 137), p. 547.

41Les journées fébriles des 2 et 3 mai sont racontées avec le retard habituel à partir des pages du Moniteur du 6 mai, qui se sert de la mise en scène d’une lettre de Madrid, prétendument rédigée dans la soirée du 2 mai. On y affirme entre autre que les bien-pensants voyaient avec plaisir une crise à l’approche : « Sans une leçon sévère il était impossible de reconduire à la raison cette multitude dévoyée ». La leçon, on le sait bien, sera des plus sévères42. À la fin de la journée on compte les pertes : « On évalue nos pertes à 25 hommes tués, entre 45 et 50 blessés. Les pertes des révoltés montent à plusieurs milliers des pires sujets du pays »43. Dans le même numéro du Giornale on trouve les lettres échangées entre Napoléon, Charles IV et Ferdinand, préparant la restitution de la couronne de ce dernier à Charles.

  • 44 Ibid., 21 mai 1808 (n° 142), p. 570.

42Peu de jours après la comédie (ou plutôt la tragédie) s’achève. Le Giornale du 21 mai annonce que Murat a été nommé lieutenant général du Royaume, à la suite de quoi une proclamation de Charles IV invite les Espagnols à ne pas croire ceux qui parlent contre la France, car il s’agit de gens « assoiffés de votre sang ; ce sont des ennemis de votre nation ou alors des agents de l’Angleterre ». Dans le même numéro parait le message au Conseil de Castille, où le Roi explique que « nous avons donc cédé tous nos droits sur les Espagnes à notre allié et ami l’Empereur des Français […], stipulant ainsi l’intégrité et l’indépendance des Espagnes, et la conservation de notre sainte religion […] comme la seule tolérée en Espagne »44.

  • 45 Ibid., 27 mai 1808 (n° 148), p. 595.

43A partir de ce moment il n’y a de jour sans quelque document sur le Dos de Mayo et sur les conséquences désastreuses qu’il aurait pu avoir sans l’intervention bienveillante et décisive des troupes impériales. D’ailleurs, on se prépare déjà à un nouveau changement. A Madrid, bien entendu, tout va bien et, chose encore plus importante, « Nous nous attendons d’un moment à l’autre la nouvelle de l’avènement au trône de notre nouveau Roi »45.

  • 46 Ibid., 2 juillet 1808 (n° 184), p. 736. Nouvelle du Journal de l’Empire, Madrid 14 Juin.

44Les nouvelles politiques de cette période comprennent en outre le compte rendu de l’assemblée constituante de Bayonne, dès le décret napoléonien qui la convoque jusqu’à la chronique des première séances. On insiste aussi sur la diffusion outre-mer de ce succès « La nouvelle de l’heureuse régénération de notre monarchie a été envoyée aux Colonies d’Amérique [de telle façon] qu’elle arrivera avant que les Anglais aient eu le temps de répandre les germes de la discorde »46.

  • 47 Ibid., 12 juillet 1808 (n° 194), pp. 775-777 ; 13 juillet 1808 (n° 195), pp. 781-782. Nouvelles du (...)
  • 48 Ibid., 1 août 1808 (n° 214), p. 857. Nouvelle du Moniteur, Madrid 16 Juillet.

45Le projet de Constitution est publié par le Giornale les 12 et 13 juillet47. Non sans insister sur l’attente qui monte dans toute l’Espagne pour l’arrivée du nouveau Roi, Joseph Bonaparte : « Hier toute les cloches sonnèrent ; le canon gronda dès la pointe du jour ; au soir la ville a été illuminée. Ces solennités annonçaient l’entrée du Roi en Espagne »48.

  • 49 Ibid., 13 août 1808 (n° 226), p. 907. Nouvelle de la Gazette de France.

46Le militaire commence à prévaloir sur le politique ; le problème est que la première nouvelle importante, bien difficile à relater, est celle d’une défaite : Bailén. La bataille a lieu le 19 juillet, mais il faut attendre le 12 Septembre pour que le Giornale informe ses lecteurs. Entretemps, il a publié la nouvelle de l’amnistie octroyé par Joseph le 23 juillet49.

  • 50 J’ai déjà fait référence à ces « miracles » dans des articles sur les soulévements contrerévolution (...)

47Le 12 Septembre le Giornale, reprenant un long article du Moniteur où on traite diffusément la situation espagnole, explique que « la troisième partie du pays est aux mains du clergé séculaire : les moines [sic], presque tous sans aucune éducation, fanatiques au plus haut degré, exercent une puissante influence sur les classes inférieures du peuple » ; le parti anglais « fut toujours très actif et très puissant » de sorte que « toutes les intrigues eurent pour but de faire naître la pensée d’abandonner l’alliance avec la France ». On invente des miracles qui, comme on le sait bien, réapparaissent constamment aux moments d’exaltation superstitieuse et contre-révolutionnaire50 ; on propose avec insistance des comptes rendus d’atrocités contre des Français ou des Espagnols modérés, ce qui d’ailleurs n’est pas loin de la vérité.

48Enfin, après cinq pages serrées de listes minutieuses d’accrochages et d’escarmouches, tous positifs pour les troupes impériales, juste au moment où, selon l’auteur de l’article, on pouvait pressentir « une solution rapide et heureuse des affaires d’Espagne », voilà que le général Dupont commet une série d’erreurs, jusqu’à se faire duper pendant les négociations de la capitulation, d’où le désastre.

  • 51 Giornale Italiano, 12 septembre 1808 (n° 256), p. 1029. Nouvelle du Moniteur. L’article complet occ (...)

49Joseph a été obligé de quitter Madrid, mais seulement pour « concentrer les troupes, et les repositionner dans des lieux à climat moins chaud »51.

  • 52 Ibid.

50Finalement, malgré le désastre de Dupont, « tout ce qui a été publié par la presse anglaise à propos des choses d’Espagne est faux et absurde ». Car « les bandes des insurgés méritent à peine d’être considérées comme ayant part dans la guerre », elles « ne résistent jamais en champ ouvert », et un escadron ou un bataillon « suffisent pour en disperser plusieurs milliers »52.

51A partir de ce moment on n’a que des comptes rendus de victoires, des nouvelles sur le désaccord perpétuel parmi les insurgés et entre leurs Juntes, des attaques polémiques aux Anglais pour leur conduite douteuse, visant à diminuer la grandeur et l’importance de la France.

  • 53 Giornale Italiano, 6 décembre 1808 (n° 341), p. 1368.

52Une phrase puisée dans le Journal de l’Empire du 22 novembre, publiée au Giornale le 6 décembre, peut finalement se révéler exacte : « Les nouvelles d’Espagne ne parlent que des succès des armées françaises et de la consternation des insurgés »53.

  • 54 Ibid., 19 décembre 1808 (n° 354), p. 1421.

53On ne doit pas trop attendre la nouvelle la plus souhaitée. Le 19 décembre, voici ce que le Giornale a pu glaner dans le Moniteur du 12 : « Du camp de Madrid, le 4 décembre. La ville de Madrid a capitulé. Nos troupes y ont fait leur entrée aujourd’hui à midi »54.

  • 55 Ibid., 26 décembre 1808 (n° 361), p. 1447. Nouvelle du Moniteur.

54S’ensuivent les célébrations attendues et rituelles, soi-disant spontanées, comme on le voit dans le Giornale du 26 décembre. On y trouve la lettre circulaire de l’Empereur, envoyée le 7 décembre « aux archevêques, évêques et président de consistoires », pour demander (ou plutôt ordonner ?) que le peuple soit appelé dans les églises et qu’on fasse chanter un Te Deum55.

  • 56 Ibid., 30 décembre 1808 (n° 365), pp. 1463-1466.

55La saga sera enrichie de la publication, le 30 décembre, des fameux décrets de Chamartín, qui marquent la fin de l’Espagne d’ancien régime56.

  • 57 Ibid., 28 décembre 1808 (n° 363), p. 1455. Nouvelle du Journal de l’Empire, Burgos, 10 décembre.
  • 58 MARBOT, Jean-Baptiste-Antoine-Marcelin de, Mémoires, 3 vol. , Paris, Plon, 1892, II, p. 45 ; SAINT- (...)

56La note suivante, tirée du Journal de l’Empire du 10 décembre, reprise par le Giornale du 28 (« Les chemins d’Espagne qui mènent aux différents quartiers généraux sont très sûrs, et il n’arrive là aucun inconvénient »57), mérite un commentaire un peu plus ample. Le refrain des chemins sûrs et des communications sans problèmes revient sans cesse, comme un vrai leit-motiv qui traverse toute la période prise en compte. Ce n’est évidemment pas par hasard. Se déplacer d’une ville à l’autre, ou simplement envoyer du courrier, était en effet une affaire fort difficile et dangereuse non seulement pour n’importe lequel des sujets de José Bonaparte, mais aussi pour les militaires français. Dans leurs mémoires, les souvenirs des difficultés et des risques rencontrés pour se déplacer en Espagne pendant toute la durée de la guerre reviennent incessamment. Il suffira de citer les ouvrages du Baron Marbot et du Comte de Saint-Chamans, aide de camp du Maréchal Soult, pour s’en convaincre58.

  • 59 SCOTTI DOUGLAS, Vittorio, « L’Archivo General de Simancas, fonte misconosciuta per la storia del re (...)

57Ces voix françaises sont ensuite amplement confirmées par les documents conservés à Simancas, los papeles del Rey intruso, auxquels j’ai fait référence en plusieurs occasions59.

  • 60 Giornale Italiano, 27 janvier 1809 (n° 27), p. 107.

58La répétition d’affirmations en contradiction évidente avec la réalité, est une constante qu’on observe au fil de toute la période. J’ai déjà mentionné la sécurité des chemins ; il y a aussi le thème presqu’obsessif du total anéantissement des insurgés dans l’une ou l’autre des régions, et jusque dans l’Espagne entière. Voici par exemple ce que le Giornale avait pu écrire le 27 Janvier 1809 sous la rubrique « Nouvelles de l’intérieur. Royaume d’Italie » : « Milan. Un courrier arrivé maintenant d’Espagne apporte la nouvelle qu’on peut tenir les affaires de ce pays pour définitivement réglées »60. Il s’en faut : cinq années devront encore s’écouler, sans toutefois que la fin de l’histoire ressemble à celle souhaitée par la presse dont nous sommes en train de nous occuper.

59Voici encore la haine contre les Anglais, accusés de souffler sans cesse sur le feu du mécontentement, tout en cherchant à s’emparer des colonies espagnoles en Amérique. On accuse les Anglais de préférer tisser leurs trames par l’argent plutôt que de se battre sur le champ d’honneur ; par exemple, on parle de « guerre achetée » quand, en 1809, l’Autriche défie encore une fois l’Empire. C’est une espèce de « perfide Albion » ante litteram.

  • 61 Ibid., 24 août 1812 (n° 237), p. 950. Nouvelle du Moniteur datée du 18 Août.
  • 62 GIROD DE L’AIN, Maurice, Vie militaire du Général Foy, Paris, Plon, Nourrit, 1900, p. 177.

60Une autre constatation intéressante ressort du dépouillement du Giornale : je parle de l’intérêt prééminent accordé au thème de la guerre, de n’importe quelle guerre de l’Empire. L’Espagne est à l’ordre du jour en 1808 et dans les premiers mois du 1809 parce que l’Empire est en paix ; ensuite, elle le sera parce que, en Espagne, on est en train de gagner. En 1809 l’intérêt se déplace vers la guerre contre l’Autriche, tout comme en 1812 et 1813 les nouvelles viendront presque seulement des fronts de Russie et de l’Europe du Nord. L’Espagne ne passera au second plan que quand les choses ne marcheront plus à merveille. Il ne sera question de la bataille de Salamanque (22 juillet 1812) que le 24 août, et la défaite, ramenée à une simple « retraite […] sans subir le moindre ennui », est attribuée à la grave blessure soufferte par le Maréchal Marmont61. Cette excuse officielle a été depuis longtemps démentie par un officier supérieur français ayant pris part à la bataille, le général Maximilien Sébastien Foy, qui affirme : « L’action du commandement n’a pas langui ; on n’eût pas fait mieux, quand le maréchal n’aurait pas été blessé »62.

  • 63 Giornale Italiano, 21 avril 1814 (n° 111). Nouvelle du Moniteur datée du12 Avril.
  • 64 Ibid., 22 avril 1814 (n° 112), pp. 445-450. Nouvelles du Courrier de Turin et de différentes feuill (...)

61En 1813 les problèmes sont différents et, si faire se peut, encore plus graves. Tout se détériore, sur tous les théâtres de guerre ; l’Empire est envahi, on s’évertue à essayer de négocier une paix qui puisse permettre de sauver la dynastie. Ainsi disparaît le désastre de Vitoria : le lecteur du Giornale n’en sera jamais informé. D’ailleurs, bien des choses s’égarant dans l’entassement tumultueux des événements, notre lecteur ne sera même pas informé (en ce qui concerne l’Espagne) de la dernière grande victoire française dans cette guerre, la bataille de Toulouse, gagnée par Soult le 10 Avril 1814, quand déjà, depuis quatre jours, l’Empereur, dans un Paris occupé, avait abdiqué « pour soi et pour ses héritiers les trônes de France et d’Italie »63 comme le Giornale avait bien été obligé de le dire le 21 avril. En effet, et pour tout dire, c’était le Sénat qui lui avait ôté la couronne, ce que le Giornale sera obligé d’admettre en publiant, le jour suivant, le procès-verbal des séances du Sénat et l’appel au trône de Louis XVIII64.

62Tandis que le Royaume d’Italie entrait lui aussi en agonie et s’acheminait vers la Restauration, le Giornale commençait à changer de registre, en publiant les textes des louanges adressées à Louis XVIII et les messages de bienvenue de la part du peuple des bonnes villes de France, apparemment enthousiastes, en réalité épuisées par vingt ans de guerre.

Haut de page

Notes

1 CAPRA, Carlo, Il giornalismo nell’età rivoluzionaria e napoleonica, in CASTRONOVO, Valerio, TRANFAGLIA, Nicola (dir.), Storia della stampa italiana, 6 vol. , Roma-Bari, Laterza, 1976-1980, I, La stampa italiana dal Cinquecento all’Ottocento, pp. 373-537, p. 405.

2 BONAPARTE, Napoléon, Correspondance, publiée par ordre de l’Empereur Napoléon III, Paris, Imprimerie Nationale 1858-1870, 33 vol. , I, p. 322.

3 FIEVEE, Joseph, Correspondance et Relations avec Bonaparte 1er Consul et Empereur de 1802 à 1813, 3 vol. , Paris, Dêrez, 1837, II, pp. 114-115.

4 CERRUTI, Marco, Neoclassici e giacobini : ricerche sulla cultura letteraria italiana del secondo Settecento, Milano, Silva, 1968, pp. 8-9.

5 Sur Cuoco voir l’article ad nomen, rédigé par THEMELLY, Mario, in Dizionario biografico degli italiani, Roma, Istituto della Enciclopedia italiana, XXXI, 1985, pp. 388-402, avec un riche appareil bibliographique. Voir aussi : BATTAGLIA, Felice, L’opera di Vincenzo Cuoco e la formazione dello spirito nazionale in Italia, Firenze, Bemporad, 1925, dont la bibliographie est datée mais également importante ; BUTTI, Attilio, « L’anglofobia nella letteratura della cisalpina e del regno itálico », in Archivio Storico Lombardo, 1909 (XXXVI), pp. 430-472.

6 BATTAGLIA, Felice, op. cit., chapitre V, Nazionalità e italianismo nel « Giornale Italiano », pp. 197-227. Pour l’évolution de la pensée de Cuoco : DE FRANCESCO, Antonino, Vincenzo Cuoco, una vita politica, Roma-Bari, Laterza, 1997. Le riche appareil fournit des références bibliographiques précieuses et mises à jour.

7 In Archivio di Stato di Milano (ASM), Studi, p.m., 328. Un tableau, bâti à partir des informations fournies par les préfets, a été publié en partie dans SÒRIGA, Renato, « Il giornalismo dipartimentale negli ultimi anni del Regno Italico », in Rassegna nazionale, XL, 16 Mai 1918, pp. 145-160.

8 CUOCO, Vincenzo, Saggio storico sulla Rivoluzione di Napoli, Milano, Dalla Tipografia Milanese in Strada nuova, Anno nono repubblicano. La première édition fut publiée sous forme anonyme ; la deuxième, avec le nom de l’auteur, parut à Milan, chez Sonzogno, en 1806.

9 On le trouve dans CUOCO, Vincenzo, Scritti vari, 2 vol. , Bari, Laterza, 1924, I, Periodo milanese (1801-1806), pp. 3-12. Le volume comprend toutes les contributions de Cuoco au Giornale Italiano.

10 CUOCO, Vincenzo, Scritti vari, cit., I, p. 3.

11 Ibid., p. 10.

12 Ibid., p. 11.

13 « Il reporte honnêtement les faits : il annonce les temps futurs par des exemples connus ». La naissance du Giornale Italiano est très bien documentée dans ASM, Studi, p.m., 335, 336, 337.

14 Sur les premiers pas du Giornale n’est pas sans utilité l’article de BUTTI, Attilio, « La fondazione del Giornale Italiano e i suoi primi redattori (1804-1806) », in Archivio Storico Lombardo, 1905 (XXXII), pp. 102-174.

15 L’abbé Guillon avait collaboré avec Antonio Aldini au Corriere d’Italia, publié à Paris de 1805 à 1808, très apprécié de Napoléon, qui en souhaitait la diffusion « même par les estafettes qui vont tous les jours à Milan et à Naples » (cfr. Correspondance, cit., XV, p. 557). L’abbé était toutefois un piètre personnage, dépourvu de talents littéraires ou philosophiques. Paul Hazard, op. cit., pp. 270-273, traite Guillon de « médiocre » à propos de ses querelles avec Vincenzo Monti et Ugo Foscolo ; BUTTI, Attilio, « La fondazione del Giornale Italiano e i suoi primi redattori (1804-1806) », op. cit., p. 153, s’en prend à l’« impudence littéraire » de l’abbé. Sur ces thèmes on peut voir encore le beau livre de ZANOLINI, Antonio, Antonio Aldini ed i suoi tempi : narrazione storica con documenti inediti o poco noti, 2 vol. , Firenze, le Monnier, 1864-1867, et spécialement le vol. II, p. 135.

16 Giovanni Gherardini (Milano 1778-1861), médecin et homme de lettres. Traducteur de l’allemand, s’adonna aussi aux livrets d’opéra (La gazza ladra, pour Rossini, en 1817).

17 Francesco Cherubini (Milano 1789-1851). Hommes de lettres, spécialiste du dialecte milanais, auquel il consacra un important vocabulaire (1814).

18 CAPRA, Carlo, Il giornalismo nell’età rivoluzionaria e napoleonica, op. cit., p. 504.

19 A ce propos, voir la contribution précieuse d’Elías Durán de Porras, dans ce même numéro de El Argonauta español : « De la euforia a la decepción : La prensa inglesa ante el levantamiento español », et surtout l’ouvrage récent Galicia, The Times y la Guerra de la Independencia. Henry Crabb Robinson y la corresponsalía de The Times en A Coruña (1808-1809), A Coruña, Fundación Pedro Barrié de la Maza, 2008.

20 PINGAUD, Albert, Bonaparte Président de la République Italienne, 2 vol. , Paris, Perrin, 1914, II, p. 383.

21 FUGIER, André, Napoléon et l’Italie, Paris, Janin, 1947, p. 288.

22 HAZARD, Paul, La Révolution française et les lettres italiennes, Paris, Hachette, 1910, pp. 218-259. Les pages où il est question du Giornale Italiano vont de 232 à 242.

23 Giornale Italiano, 7 janvier 1808 (n° 7), p. 26. Extrait d’une lettre datée Lisbonne 13 Décembre. Nouvelle du Journal de l’Empire.

24 Ibid.

25 Giornale Italiano, 29 janvier 1808 (n° 29), p. 115.

26 Ibid., 5 février 1808 (n° 36), p. 143 du Journal de l’Empire.

27 Ibid, 7 février 1808 (n° 38), p. 151 du Journal de l’Empire.

28 Ibid., 20 février 1808 (n° 51), p. 203.

29 Ibid, 27 mars 1808 (n° 87), p. 347.

30 Archivo de la Chancillería de Valladolid, Documentación Municipal, Secretaría General, legajo (leg.) 4, caja 206, expediente (exp.) 105.

31 Giornale Italiano, 1 avril 1808 (n° 92), p. 368 du Journal de l’Empire.

32 Ibid., 4 avril 1808 (n° 95), pp. 379-381.

33 Ibid., p. 381.

34 Ibid., p. 380.

35 Ibid., 7 avril 1808 (n° 98), p. 391.

36 Ibid., 10 avril 1808 (n° 101), p. 403

37 Ibid., 14 avril 1808 (n° 105), p. 419. Nouvelle du Moniteur et de la Gazette de France.

38 Ibid., p. 421.

39 Ibid., 21 avril 1808 (n° 112), p. 447.

40 Ibid., 2 mai 1808 (n° 123), p. 493.

41 Ibid., 4 mai 1808 (n° 125), p. 501.

42 Ibid., 16 mai 1808 (n° 137), p. 547.

43 Ibid., 16 mai 1808 (n° 137), p. 547.

44 Ibid., 21 mai 1808 (n° 142), p. 570.

45 Ibid., 27 mai 1808 (n° 148), p. 595.

46 Ibid., 2 juillet 1808 (n° 184), p. 736. Nouvelle du Journal de l’Empire, Madrid 14 Juin.

47 Ibid., 12 juillet 1808 (n° 194), pp. 775-777 ; 13 juillet 1808 (n° 195), pp. 781-782. Nouvelles du Moniteur.

48 Ibid., 1 août 1808 (n° 214), p. 857. Nouvelle du Moniteur, Madrid 16 Juillet.

49 Ibid., 13 août 1808 (n° 226), p. 907. Nouvelle de la Gazette de France.

50 J’ai déjà fait référence à ces « miracles » dans des articles sur les soulévements contrerévolutionnaires en Italie : SCOTTI DOUGLAS, Vittorio, « Le cause e la dinamica delle insorgenze antifrancesi nell’Italia napoleonica », in Atti del Convegno Storico : Napoleone e la Lombardia nel triennio giacobino (1796-1799), Lodi, Archivio Storico Lodigiano, 1997, pp. 153-180 ; Idem, « Le insorgenze antifrancesi in Italia : controrivoluzione ideologica o sommosse di affamati ? », in L’Europa scopre Napoleone, 1793-1804, Atti del Congresso Internazionale Napoleonico (Cittadella di Alessandria, 21-26 giugno 1997), 2 vol. , Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1999, II, pp. 557-575. Pour une analyse éclairante et approfondie de ces phénomènes : SANGALLI, Maurizio, Miracoli a Milano. I processi informatibi per eventi miracolosi nel Milanese in età spagnola, Milano, Nuove Edizioni Duomo, 1993, passim et spécialement chapitre III, paragraphe « Le immagini che aprono e chiudono gli occhi. L’importanza del ‘vedere’ nella mentalità popolare », pp. 118-122. Pour l’époque révolutionnaire : CATTANEO, Mario, Gli occhi di Maria sulla rivoluzione. ‘Miracoli’ a Roma e nello Stato della Chiesa (1796-1797), Roma, Istituto Nazionale di Studi Romani, 1995.

51 Giornale Italiano, 12 septembre 1808 (n° 256), p. 1029. Nouvelle du Moniteur. L’article complet occupe les pages de 1025 a 1030.

52 Ibid.

53 Giornale Italiano, 6 décembre 1808 (n° 341), p. 1368.

54 Ibid., 19 décembre 1808 (n° 354), p. 1421.

55 Ibid., 26 décembre 1808 (n° 361), p. 1447. Nouvelle du Moniteur.

56 Ibid., 30 décembre 1808 (n° 365), pp. 1463-1466.

57 Ibid., 28 décembre 1808 (n° 363), p. 1455. Nouvelle du Journal de l’Empire, Burgos, 10 décembre.

58 MARBOT, Jean-Baptiste-Antoine-Marcelin de, Mémoires, 3 vol. , Paris, Plon, 1892, II, p. 45 ; SAINT-CHAMANS, Alfred-Armand-Robert de, Mémoires du général comte de Saint-Chamans ancien aide de camp du Maréchal Soult 1802-1832, Paris, Plon Nourrit, 1896, p. 208.

59 SCOTTI DOUGLAS, Vittorio, « L’Archivo General de Simancas, fonte misconosciuta per la storia del regno di Giuseppe Bonaparte », in Spagna contemporanea, 1995, (n° 7), pp. 177-223 ; réimprimé in MIRANDA RUBIO, Francisco (dir.), Fuentes documentales para el estudio de la Guerra de la Independencia, Pamplona, Eunate, 2002, pp. 541-587.

60 Giornale Italiano, 27 janvier 1809 (n° 27), p. 107.

61 Ibid., 24 août 1812 (n° 237), p. 950. Nouvelle du Moniteur datée du 18 Août.

62 GIROD DE L’AIN, Maurice, Vie militaire du Général Foy, Paris, Plon, Nourrit, 1900, p. 177.

63 Giornale Italiano, 21 avril 1814 (n° 111). Nouvelle du Moniteur datée du12 Avril.

64 Ibid., 22 avril 1814 (n° 112), pp. 445-450. Nouvelles du Courrier de Turin et de différentes feuilles suisses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vittorio Scotti Douglas, « Un miroir infidèle : la guerre d’Espagne vue à travers le Giornale Italiano de Milan », El Argonauta español [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 15 juin 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://argonauta.revues.org/888 ; DOI : 10.4000/argonauta.888

Haut de page

Auteur

Vittorio Scotti Douglas

Université de Trieste

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org