Navigation – Plan du site
Livraison janvier

De l’usage de la gravure dans le Memorial literario (1784-1808)

Elisabel Larriba

Résumés

Après avoir analysé dans le numéro 2 de El Argonauta español (janvier 2005) le rôle joué par les gravures dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808), nous poursuivons ici notre étude sur l’usage de l’image dans la presse du XVIIIe siècle en nous intéressant au cas du Memorial literario (1784-1808) qui, de par sa qualité et son étonnante longévité, occupe assurément une place de choix au sein de la République journalistique de l’Espagne des Lumières.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les rédacteurs du Memorial literario voir : URZAINQUI, Inmaculada, « Los redactores del Memoria (...)
  • 2 A.H.N. (Archivo Histórico Nacional-Madrid), Consejos, 11279 (n° 22).
  • 3 Sur ce point voir LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIe siècle (1 (...)
  • 4 « Suscripción », in Diario de Madrid, 30 septembre 1808 (n° 54), p. 293.
  • 5 A notre connaissance les seuls exemplaires de ces numéros du Memorial literario (parus les 10, 20 e (...)

1Le Memorial literario, instructivo y curioso de la Corte de Madrid, fondé en avril 1784 par Joaquín Ezquerra (membre des Reales Estudios de San Isidro) et Pedro Pablo Trullench (un portier de la Cámara de Castilla ferru d’histoire)1, trouva auprès du public un écho fort appréciable comme en atteste son incroyable longévité : près d’un quart de siècle. Il fut bien évidemment frappé de plein fouet par le décret du 24 février 1791 qui interdisait la parution de tout périodique exception faite des journaux officiels (Gaceta de Madrid et Mercurio histórico y político) et du Diario de Madrid. Mais, à la différence de la plupart de ses confrères, condamnés à un silence définitif, le Memorial literario eut tôt fait de renaître de ses cendres. Le 22 juin de la même année, Ezquerra, ne souhaitant nullement renoncer à son activité de publiciste, sollicita auprès du Conseil de Castille le renouvellement de sa licence d’impression2. Il ne manqua pas de rappeler que cette publication, placée sous le sceau de l’utilité publique, avait bénéficié des faveurs du pouvoir et n’avait jamais trahi sa confiance en sept ans d’existence ; qu’au fil du temps, elle avait su s’attirer les grâces du public et comptait de ce fait un nombre appréciable de souscripteurs3 ; que son impression avait rapporté pas moins de 200 000 réaux à l’Imprimerie Royale et sa diffusion quelque 30 000 réaux aux Postes. Ces arguments firent mouche. C’est ainsi qu’en juillet 1793 vit le jour la Continuación del Memorial literario. Objet d’une deuxième interruption en décembre 1797, il parut d’octobre 1801 à juin 1804 sous le titre de Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias y Artes. En 1805, Ezquerra céda son journal à Carnerero qui en obtint le privilège exclusif et c’est sous ce même titre qu’il fut publié de janvier 1805 à septembre 1806 avant d’être rebaptisé, après un long silence, en janvier 1808, Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias, Literatura y Artes. Mais sa course eut tôt fait d’être stoppée. Le 30 mai 1808, après parution du quinzième numéro du trimestre en cours et du fait du déclenchement de la Guerre de l’Indépendance, le journal connut une nouvelle interruption. Toutefois, mettant à profit la retraite de Joseph I er, les éditeurs du périodique reprirent la plume dès le mois d’octobre. Ainsi dans une annonce parue dans le Diario de Madrid du 30 septembre 18084était-il fait mention de la publication en une seule livraison des trois derniers numéros du deuxième trimestre (les numéros 16, 17 et 18) qui n’avaient pu voir le jour en temps utile ainsi que du lancement de la souscription du troisième semestre. Le premier numéro sortit des presses le 10 octobre et au moins quatre autres furent publiés à sa suite5. Mais ce fut là le chant du cygne du Memorial literario qui, fondé 25 ans plus tôt par Joaquín Ezquerra, disparut définitivement lorsque Napoléon se rendit à nouveau maître de la capitale. Il n’en reste pas moins que le journal laisse derrière lui une imposante collection de 52 tomes.

  • 6 A.H.N., Consejos, 11 288 (n° 15). L'autorisation de passer à une périodicité quotidienne sollicitée (...)
  • 7 En janvier 1784, lors du lancement du Memorial literario, les souscriptions étaient ouvertes dans t (...)

2Ce volumineux mensuel, devenu bimensuel (en septembre 1787) puis trimensuel (en janvier 1805) et qui rêvait de passer à une périodicité quotidienne6, connut une trajectoire quelque peu accidentée. Néanmoins, il sut trouver sa place au sein de la République journalistique de la fin du XVIIIème siècle, si proche de cette République des Loups qu’évoquait Beaumarchais. Faisant la part belle à l’actualité littéraire et culturelle, mais couvrant néanmoins un large éventail thématique, le Memorial literario se distinguait par une prudente modernité qui ne fut pas pour déplaire aux autorités et séduisit un public essentiellement citadin composé d’hommes et de femmes éclairés, où le clergé était dignement représenté. Multipliant les points de vente et largement diffusé sur l’ensemble de la Péninsule (voire au-delà)7, le Memorial literario , qui jouissait d’une solide réputation, comptait au nombre des périodiques pouvant se permettre le luxe d’avoir recours à l’image. Il n’en fit toutefois qu’un usage modéré.

Vers un frontispice à la hauteur de ses ambitions

  • 8 In ipsis rebus, quae discuntur & cognoscuntur, insunt profecto invitamenta quaedam, quibus ad disce (...)

3Les pages de garde des numéros se distinguent généralement par une élégante sobriété. Y figure en lettres capitales (avec des variations de police et de taille) le titre du journal, suivi le plus souvent de l’indication du mois, de l’année, du tome et d’une citation de Cicéron8ainsi que de la mention En la Imprenta Real, le tout faisant l’objet d’un double encadrement.

Page de garde ML,...Page de garde ML, janvier 1784

Page de garde ML, janvier 1784

4Cette présentation souffrira de légères modifications au fil du temps. C’est ainsi, notamment, qu’à partir de 1786, les frontispices des volumes furent agrémentés du blason de l’Imprimerie Royale. La sobriété était toujours de mise, mais le recours à cet élément iconographique (fort visible de par sa taille et symbolique de par sa nature) n’était pas sans conférer une certaine noblesse aux pages de garde des numéros et témoignait de la volonté des éditeurs d’asseoir leur position au sein de la République journalistique.

  • 9 « Ocupen las Ciencias el centro; pero la circunferencia sea una corona de pulidas letras ».

5Mariano Carnerero, tout en suivant les brisées de ses prédécesseurs, se montra en la matière bien plus ambitieux et opta, en 1805, pour une présentation beaucoup plus travaillée où l’image jouait dès lors un rôle essentiel et mettait en avant (à l’instar du texte) la dimension encyclopédique à laquelle aspirait ouvertement le journal. De manière fort significative le titre fut scindé en deux parties : Memorial literario, d’une part, Biblioteca Periódica de Ciencias y Artes (en caractères bien plus imposants), de l’autre. Un cartouche où figurait une citation de Saavedra (« Que les sciences occupent le centre, mais que la circonférence soit une couronne de somptueuses lettres »9) fit son apparition et fut complété par une traduction iconographique. Ainsi était-il surmonté d’une composition allégorique au centre de laquelle se trouvait un globe terrestre, symbole des Sciences. A sa droite, figuraient les attributs traditionnels de l’agriculture (une faux, une bêche, le coutre d’une charrue) et des arts mécaniques (un compas) ainsi qu’un masque faisant référence au théâtre (auquel le périodique avait toujours accordé une attention particulière). A sa gauche étaient représentés des livres, une feuille couverte de figures géométriques, une équerre et une longue vue, symboles du savoir, des sciences modernes et des techniques, ainsi qu’un encrier, emblème des Belles Lettres, dont le Memorial literario, qui n’avait nullement renoncé à sa vocation littéraire, demeurait un fervent défenseur. Enfin le modeste encadré utilisé jusqu’alors fut remplacé par une imposante frise dans le plus pur esprit classique, ornée sur la partie supérieure d’une luxuriante couronne de laurier au sein de laquelle s’entrecroisent un rameau d’olivier et une palme, évocation de la gloire et de la félicité éternelles qui rejailliraient sur l’Espagne grâce aux efforts déployés afin de contribuer au développement des lettres, des sciences et des techniques, apanage des nations éclairées.

Page de garde ML,...Page de garde ML, 1805 (tome I)

Page de garde ML, 1805 (tome I)

  • 10 LA PARRA, Emilio, « La protection des hommes de lettres en Espagne à la fin du XVIIIe siècle. La po (...)

6Ainsi le frontispice élaboré à la demande de Carnerero, qui combinait harmonieusement texte et image, constituait une excellente illustration des ambitions et des objectifs poursuivis par le journal, lesquels étaient en parfaite adéquation avec la politique culturelle alors prônée par Manuel Godoy10. Et l’on conçoit aisément l’intérêt qu’il pouvait y avoir à le clamer haut et fort. Par ailleurs, à une époque où la plupart des périodiques (tributaires des contingences économiques) avaient opté pour des pages de garde fort sommaires, le raffinement et le souci du détail qui caractérisent celle du Memorial literario n’en sont que plus marquants et s’inscrivent dans une démarche résolument commerciale. Le message véhiculé par cette séduisante (et coûteuse) vitrine était sans équivoque : le Memorial literario se voulait un produit de qualité, destiné à public de qualité. Acheteurs, lecteurs et surtout souscripteurs du journal (dont la liste était régulièrement publiée), qu’ils appartinssent ou non à une élite sociale et / ou culturelle, s’en trouveraient flattés, ce qui ne pouvait nuire aux affaires.

La gravure : un nectar dispensé avec modération

  • 11 A.H.N., Consejos, 11 279 (n° 66).

7Cette recherche de la qualité, du détail qui fait toute la différence et éblouit le lecteur, se traduisit également par l’insertion de gravures proposées en complément de tel ou tel article. Cependant, les éditeurs du journal ne s’autorisèrent que très ponctuellement un tel luxe. Il faut dire que si le Memorial literario avait réussi, en trouvant son public, la gageure de s’affirmer sur le long terme, sa situation économique ne fut pas toujours reluisante. On se souviendra notamment que peu de temps avant de connaître sa première suspension, Joaquín Ezquerra obtint du Roi, à titre exceptionnel, l’étalement de la dette qu’il avait contractée auprès de l’Imprimerie Royale ainsi qu’un abattement de 12 000 réaux11. De ce fait, sur les 52 tomes parus entre janvier 1784 et mai 1808 (auxquels viennent se rajouter au moins cinq numéros parus entre octobre et novembre 1808), on ne recense que vingt illustrations réparties, qui plus est, de manière fort inégale, puisque concentrées pour la plupart sur la première et la dernière période du journal. Quinze d’entre elles (soit les trois quarts) furent publiées à un rythme plus ou moins régulier entre 1784 et 1791, à une époque donc où le journal amorçait sa trajectoire et ne reculait devant aucun sacrifice financier afin de conquérir son public tout en se démarquant de la concurrence qui n’était pas tendre, chacun luttant sans merci pour sa propre survie. [Voir tableau et corpus fournis dans l’appendice documentaire]

  • 12 A.H.N., Consejos, 11 277.
  • 13 On trouvera les références précises de chacune des illustrations citées dans le tableau récapitulat (...)
  • 14 Cf. Diario de Madrid du vendredi 30 septembre 1808 (n° 54), p. 293 : «…La historia económico-políti (...)
  • 15 « Al Rey Nuestro Señor », in Memorial literario. Biblioteca de Ciencias, Literatura y Artes, 30 mar (...)

8C’est en mars 1785, alors qu’un procès oppose le Memorial literario au Diario de Madrid12, que Joaquín Ezquerra eut pour la première fois recours à l’image13. Deux gravures furent insérées dans le numéro du mois de juin et une autre dans celui du mois d’août. L’année suivante ses lecteurs se virent également gratifiés de deux illustrations (en mai, puis en août 1786). En 1787, alors que le journal, fort de son succès, accroît sa périodicité et devient bimensuel, deux articles (parus en juin et en septembre) furent renforcés par le poids de l’image. En 1788, deux autres furent agrémentés de dessins. Trois gravures furent publiées en 1789 (dans les numéros d’avril, juin et septembre), ce qui peut paraître peu mais était beaucoup pour l’époque. En revanche, en 1790, alors que les caisses du journal étaient largement déficitaires et que Joaquín Ezquerra avait bien du mal à faire face aux frais d’impression, seule une gravure fut proposée au public (en septembre). Par la suite et durant de longues années le support iconographique ne sera utilisé que de manière on ne peut plus exceptionnelle : une gravure fait l’objet de commentaires dans le mémoire sur la cochenille paru en février 1797, mais semble ne pas avoir été publiée, une autre le fut en janvier 1805. En fait, il fallut attendre 1808, pour que le Memorial literario, qui entamait déjà son déclin, renouât, contre toute attente et de quelle manière, avec l’image. En seulement cinq mois d’existence, trois planches furent gracieusement offertes au public et une quatrième devait paraître dans le numéro du 10 juin 1808. Mais cette dernière (dont nous n’avons à ce jour localisé aucun exemplaire) ne fut livrée qu’en octobre 180814. Rien ne semblait alors trop beau pour les responsables du périodique (Andrés de Mora Luzuriaga, Cristóbal de Beña y Velasco et Mariano de Carnerero) qui, dans le numéro en date du 30 mars (paru quelques jours après le Motín d’Aranjuez et l’abdication de Charles IV) se jetaient, comme nous le verrons, avec ferveur aux pieds de leur nouveau roi, clamant haut et fort leur volonté de redorer le blason du Memorial literario… appelé à devenir un « monument durable » à la gloire de l’Espagne et d’un monarque érigé en protecteur des Lettres15.

Des illustrations de qualité très inégale

  • 16 La place de cette gravure, offerte en complément de l'article « Noticia de algunas particularidades (...)
  • 17 Il peut s'agir soit de Fernando, soit de Francisco Miranda. Notons toutefois que le premier était s (...)

9A ces disparités quantitatives, viennent se greffer par ailleurs d’importantes variations qualitatives qui donnent lieu à un corpus iconographique bigarré où le meilleur côtoie le pire. Ainsi certaines gravures du Memorial literario … se distinguent par une bien belle facture, la finesse du trait n’ayant d’égal que la complexité des compositions. C’est notamment le cas de la toute première d’entre elles qui représente la façade de la demeure du Comte de Tepa. Insérée dans le numéro de mars 1785, elle fut dessinée par Antonio Carnicero et gravée par Joaquín Pro16. Le médaillon figurant dans l’article biographique consacré à John Elwes dans le Memorial... du 20 juin 1805 et que l’on doit à F. Miranda17est également d’une exécution fort honorable. Mais les illustrations les plus abouties et les plus soignées sont assurément celles parues en 1808. Et l’on ne s’étonnera guère en constatant que deux de ces planches (celles qui figurent dans les n° 9 et 12, en date du 30 mars et du 30 avril) sont signées et par le dessinateur (Antonio Rodríguez) et par le graveur (Pedro Vicente Rodríguez). Tous deux pouvaient être fiers de leur travail.

  • 18 « Problema matemático », in Memorial literario…, août 1785, pp. 451-454. Les deux dessins (présenté (...)
  • 19 « Vindicación de la refutación escrita en Castellano por el señor D. Olao Gerardo Tichsen del Conse (...)
  • 20 « Matemática », in Memorial literario…, février 1788 (partie II), pp. 330-334 : deux figures géomét (...)
  • 21 « Relación del feliz suceso de los Pararrayos del almacén de la pólvora del Castillo de Monjuich de (...)
  • 22 SÁNCHEZ MIÑANA, Jesús, « La colaboración del Dr. Salvà i Campillo con el Memorial literario de Madr (...)
  • 23 « Observaciones meteorológicas. Descripción de la tempestad del día 10 de este mes », in Memorial l (...)
  • 24 Voir tableau supra.

10Si certaines gravures sont donc l’œuvre d’authentiques professionnels qui n’hésitèrent pas à en revendiquer publiquement la paternité, d’autres, en revanche, (anonymes pour la plupart) sont, dans le meilleur des cas, de qualité très moyenne. Pour ne citer que quelques exemples, les illustrations qui accompagnent, en août 1785, un problème mathématique portant sur le mouvement perpétuel sont en fait deux schémas, représentant une roue à godets, statique pour le premier, et en rotation, pour le second18. Celles qui clôturent en juin 1787 la très brève « Observation sur une médaille hébreo-samaritaine » (texte communiqué aux éditeurs par Tomás Fermín de Arteta, en complément d’un article précédemment paru dans le journal19), le sont tout autant, si ce n’est davantage. Il s’agit tout bonnement de la reproduction (de la main de l’auteur même de cette note) du recto et du verso d’une ancienne et rudimentaire monnaie. Quant aux illustrations figurant dans les numéros de février et août 1788, il s’agit en fait de figures géométriques d’une simplicité dérisoire20. L’article sur le paratonnerre livré aux lecteurs du journal en septembre 178721est agrémenté d’une planche technique composée de deux figures (là encore de simples schémas) représentant, pour l’une, l’appareil dont il question, pour l’autre, le plan d’un entrepôt d’explosifs. Cette planche, insérée dans le corps même du texte, de facture relativement grossière et non signée, est l’œuvre du concepteur de l’article qui ne dévoila pas son identité, mais n’était autre que Salvà y Campillo22. La gravure qui orne les « Observations météorologiques »23publiées dans le numéro d’août 1786 et qui est destinée à faire découvrir un nouveau électromètre, fut « inventée, dessinée » et réalisée en 1786 par Pedro de Salanova. Elle se distingue, il est vrai (du moins si on la compare à la précédente), par une composition plus élaborée et plus imposante, qui rendit nécessaire le recours à un dépliant (sacrifice auquel les éditeurs du journal consentirent à maintes reprises24). Toutefois, l’ensemble, là encore, n’est guère flamboyant : les caractères utilisés pour le texte (titre y compris) sont relativement grossiers, le dessin ne se distingue aucunement par la précision du trait et les jeux d’ombre sont fort maladroits. Mais qu’importe ! Les lecteurs du Memorial literario (qu’ils fussent ou non amateurs de gravures fines) ne pouvaient se sentir lésés par ces menues imperfections tant la présence de l’image dans la presse de l’époque était un mets rare et précieux. En revanche, ils ne pouvaient que s’estimer comblés lorsque la qualité d’exécution était au rendez-vous et elle y fut en plus d’une occasion.

L’image au service du sensationnel

a) Les fastes de la monarchie

  • 25 « Prospecto de la obra periódica intitulada : Memorial literario, instructivo y curioso de la Corte (...)
  • 26 « Advertencia a los suscriptores de las Provincias, y extracto de el Prospecto de esta Obra », in M (...)
  • 27 « Noticia de las Funciones y Fiestas con que se ha celebrado el Desposorio de la Serenísima Señora (...)
  • 28 « Noticia de algunas particularidades de las funciones celebradas en esta Corte, con motivo de los (...)
  • 29 Cette gravure qui ne figure pas dans la collection conservée à la BNM (Biblioteca Nacional-Madrid), (...)

11Les éditeurs du Memorial literario s’étaient engagés dans le Prospectus publié dans la Gaceta de Madrid du 26 mars 178425et partiellement reproduit l’année suivante dans le numéro du mois de janvier, à rendre compte, entre autres, des fêtes séculières telles que « les illuminations, les déclarations de paix ou de guerre, les couronnements, les inaugurations, l’arrivée d’Ambassadeurs et autres personnalités publiques »26. Parmi ces événements d’exception dont le journal se fit l’écho figuraient les fastueuses célébrations dont la capitale fut le théâtre les27, 28 et 29 janvier 1785 à l’occasion de la double union scellée entre les infants d’Espagne, Carlota Joaquina (fille des Princes des Asturies) et Gabriel (le fils préféré de Charles III) et les infants du Portugal, Don Juan et Maria Ana Victoria. L’événement de toute première importance, aboutissement d’une politique matrimoniale visant à apaiser les tensions entre les deux pays voisins et surtout à réduire l’emprise de l’Angleterre sur le Portugal, donna lieu à un numéro extraordinaire de la Gaceta de Madrid27 auquel les éditeurs du Memorial ne manquèrent pas de renvoyer leurs lecteurs. Ledit supplément présentant, comme ils le rappelèrent, une « description précise » et nourrie de ces célébrations, les rédacteurs du journal avaient choisi, de ce fait, de ne mettre l’accent que sur certains aspects des festivités ce qui ne les poussa nullement à la concision. Ainsi, la « Noticia de algunas particularidades de las funciones celebradas en esta Corte, con motivo de los Desposorios de los Serenísimos Sres. Infantes de España y Portugal »28s’étalait sur pas moins de 24 pages où le public trouva moult détails sur l’éblouissante réception que l’Ambassadeur du Portugal donna le 27 janvier au soir et qui, s’achevant par un délicieux bal, mena ses illustres invités jusqu’au petit matin ou bien encore sur les fastueux ornements dont furent parés divers établissements ou palais qui jalonnaient le trajet allant du Palais Royal au Sanctuaire de Notre Dame d’Atocha où le Roi, reconnaissant, devait se recueillir dans l’après-midi du 29. Parmi ces bâtisses fastueusement décorées et objet de toute l’attention des rédacteurs figuraient notamment la demeure du Comte de Tepa (calle de las Carretas) dont la décoration de la façade fut confiée au peintre Antonio Carnicero. En la circonstance les éditeurs du journal ne se contentèrent pas d’une simple description mais offrirent en complément à leurs lecteurs une gravure, sous forme de dépliant, qui leur permettrait d’apprécier bien plus aisément toute la beauté de l’ouvrage réalisé29.

  • 30 PAEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome 2, not (...)

12D’excellente facture, l’estampe avait été dessinée par Antonio Carnicero lui-même et gravée par Joaquín Pro qui, deux ans auparavant, avait mis son burin au service de l’appareil iconographique des Nouvelles exemplaires de Cervantès et travaillait alors, en collaboration avec d’autres graveurs, sur les illustrations qui devaient agrémenter la traduction espagnole de l’Histoire naturelle de Buffon30. La planche, agrémentée d’une légende fort explicite :

« Diseño de la Fachada que el Ilmo. S r. Conde de Tepa erigió con el plausible motivo de pasar por su Casa el Rey N. S. y su Real Familia a dar gracias a N tra. S ra. de Atocha p r los Casamientos de los Serenísimos SS Infantes de España y Portugal. Repres. ta una Casa festivamente adornada en obsequio de Himeneo Dios de las Bodas, cuya gentílica Estatua se ve colocada en el Pórtico con la inscripción.

….THAEDAS HYMENEUS AMORQUE
PRAECIPIUNT….

Lo dibujó y dirigió D. Antonio Carnicero, quien la dedica al dicho Iltmo. Sor »

  • 31 TORRIONE, Margarita (Ed.), Crónica festiva de dos reinados en la Gaceta de Madrid (1700-1759), Toul (...)
  • 32 « Noticia de algunas particularidades de las funciones celebradas en esta Corte, con motivo de los (...)

13n’avait pas été réalisée à la demande expresse du journal, mais elle servait parfaitement les desseins des éditeurs qui, à n’en pas douter, n’étaient pas exclusivement informatifs. En accompagnant leur article d’une gravure de toute première qualité, ils montraient combien ils étaient soucieux de satisfaire une clientèle exigeante, qui s’en trouverait forcément flattée. Ils inauguraient ainsi avec magnificence un nouveau type de chronique festive, rubrique qui depuis le début du siècle avait fait les délices des lecteurs de la Gaceta de Madrid31. Mais leur message n’était pas à l’adresse du seul public. En réservant un traitement privilégié à l’événement nul doute qu’ils espéraient également s’attirer les grâces du pouvoir, glorifié par le texte et l’image. En se faisant ostentatoirement l’écho de la joie et de l’allégresse dont fit alors montre « le fidèle peuple de Madrid »32, porté par son amour et sa loyauté à l’égard de la famille royale, les éditeurs du Memorial literario rendaient eux aussi allégeance à leur monarque et véhiculaient l’image d’une Espagne heureuse et brillant de mille feux.

b) A femme exceptionnelle, hommage exceptionnel

  • 33 MASSON DE MORVILLIERS, Nicolas, « Espagne », in Encyclopédie méthodique (tome I), Paris, Panckoucke (...)
  • 34 « Oración que hizo a la Real Academia Española la Excma. Señora Doña Laría Isidra Guzmán y la Cerda (...)
  • 35 «Noticia de los grados de maestra y Doctora en Filosofía y Letras humanas conferidos en los días 5 (...)
  • 36 Id., p. 148.
  • 37 Id., p. 155 : « …heroina de las letras, no sólo de este tiempo, sino de todos los siglos, de todas (...)
  • 38 Id., p. 168 : « Si recordamos la memoria de las mujeres ilustres en la Literatura, veremos el singu (...)
  • 39 Id., p. 170 : « ¡Ejemplo nunca visto ni oído! Ya desde hoy en adelante quedarán confundidas las obs (...)
  • 40 Id., p. 170.

14Ce même souci d’attirer le regard sur les gloires de leur nation poussa les éditeurs du périodique à rendre un hommage appuyé à la jeune Doña María Isidra Quintina de Guzmán y la Cerda qui, fait sans précédent, se vit décerner en juin 1785 par l’Université d’Alcalá de Henares le titre de docteur ès-Lettres et Philosophie. Elle avait alors dix-sept ans ! Son parcours exceptionnel, pour une femme, défraya la chronique et fut salué y compris par delà les Pyrénées. Ainsi, son admission quelques mois auparavant au sein de la Real Academia Española donna lieu à d’élogieux commentaires dans le prestigieux Journal encyclopédique de Bouillon, né dans cette France où d’aucuns se demandaient encore « Que doit-on à l’Espagne ? Et depuis deus siècles, depuis quatre, depuis dix, qu’a-elle fait pour l’Europe ? »33. Les éditeurs du Memorial literario, qui avaient reproduit dans leur numéro du mois de mai le discours prononcé par la fille des marquis de Montealegre et comtes d’Oñate lors de son entrée au sein de la prestigieuse institution, ne manquèrent pas de faire référence au « singulier éloge » rendu à la noble dame par leurs confrères français qui, faisant fi de tous préjugés, avaient salué avec le plus grand respect l’élévation de la jeune femme, o combien méritée, au rang des « plus grands Savants de sa Nation »34. Et c’est fort logiquement qu’ils reprirent la plume au mois de juin pour rendre compte cette fois-ci de son accession au titre de docteur, jamais obtenu jusqu’alors par une représentante du beau sexe35. L’article de quelque 31 pages s’ouvrait sur une introduction aux accents patriotiques où les rédacteurs s’érigeaient en défenseurs des Lettres espagnoles, à leur grand désespoir, trop souvent décriées non seulement pas les étrangers mais, pis encore, par certains de leurs compatriotes ignorant ou oubliant que leur patrie avait fourni de tous temps nombre de brillants esprits et avait vu naître, par ailleurs, « une kyrielle de femmes illustres »36qui avaient servi avec bonheur la Littérature au sens large du terme. Ils en voulaient pour preuve l’imposant catalogue d’érudites qu’ils offrirent à leurs lecteurs en parcourant l’histoire nationale et en remontant jusqu’au temps des Rois Catholiques. Pour ce qui est de leur siècle, qui ne demeurait pas en reste, ils se contentèrent de puiser dans le vivier que leur offrait le règne de Charles III ce qui leur permettait, tout en se nourrissant de l’actualité la plus récente (et sans doute la plus parlante pour le public), de rendre hommage par la même occasion à la politique culturelle menée par le monarque et ses ministres. Et, sacrifiant à la bienséance (ou faudrait-il dire à l’adulation ?), ils placèrent en tête de leur énumération (qui ne se voulait pas exhaustive) l’infante Carlota Joaquina dont le mariage était encore dans toutes les têtes. Suivaient les noms de doña Catalina de Castro, doña Mariana Alderete (marquise de la Rosa del Monte), doña María del Rosario Cepeda, doña Teresa González, doña Escolástica Hurtado, doña María Antonia Fernanda de Tordesillas et de doña Josepha Amar y Borbón dont ils évoquèrent les principaux travaux avant d’en venir à celle qui devait retenir toute leur attention, doña María Isidra Quintina de Guzmán y la Cerda. Son lignage, sa jeunesse, son érudition et son intelligence, le brio avec lequel elle avait passé ses examens pour l’obtention du doctorat, ainsi que sa sagesse et sa modestie en faisaient, soulignaient-ils, un être exceptionnel à de multiples égards, une « héroïne des Lettres, non seulement de ce temps, mais de tous les siècles, de toutes les Universités et de toutes les nations »37. Cette longue entrée en matière étant faite, les rédacteurs du Memorial literario, endossant avant la lettre l’habit de reporter, se firent fort de rendre compte (avec un surprenant sens du détail) de l’événement dont l’université d’Alcalá de Henares et la ville toute entière furent le théâtre du 3 au 6 juin 1785. Et c’est pas à pas qu’ils suivirent la docte jeune fille sur le chemin qui devait la conduire au titre de docteur. Ils témoignèrent du chaleureux accueil dont l’impétrante et sa famille bénéficièrent lors de leur arrivée, le 3 juin, à six heures de l’après-midi. Ils retranscrivirent le discours qui leur fut alors adressé au nom de l’Université par D. Juan del Valle López de Salazar ainsi que la réponse formulée par Doña María Isidra. Ils indiquèrent au lecteur quels furent les sujets tirés au sort le 4 juin par la candidate pour la leçon qui devait avoir lieu le lendemain dans l’Eglise de l’Université, seule capable d’accueillir le nombreux public attendu. Plus de 6 000 personnes, dont certaines venues des villes environnantes, auraient assisté à l’acte. Notons que selon le Censo de Floridablanca la ville comptait, en 1787, 6 633 habitants ! Bien évidemment les examens auxquels fut soumise la candidate le 5 juin au matin donnèrent lieu à un compte rendu circonstancié, tout comme la très solennelle cérémonie qui se déroula le 6 juin et au cours de laquelle Doña María Isidra obtint officiellement le titre de docteur ès-Lettres et Philosophie et fut faite, par ailleurs, professeur honoraire de Philosophie moderne et Conseillère à vie de l’Université d’Alcalá de Henares, honneur pourtant réservé jusqu’alors aux seuls docteurs en Théologie, Droit Canon, Droit civil ou Médecine. Se faisant écho du concert de louanges prodigué par les autorités universitaires à celle qu’ils venaient d’accueillir en son sein, les rédacteurs n’hésitèrent pas à reproduire en outre les discours prononcés à cette occasion par Don Juan Francisco del Valle López de Salazar (consiliario y orador mayor de l’Université), qui officiait en tant que paranymphe et panégyriste, puis par le Chancelier de cette même institution, D. Pedro Diaz de Rojas. Tous deux soulignèrent le caractère singulier de l’événement qu’il leur était donné de vivre. Le premier acheva son intervention en espérant que les jeunes gens des deux sexes, stimulés par le « singulier exemple »38que leur offrait Doña María Isidra, s’efforceraient de suivre la voie qu’elle avait tracée. Le second, pour qui ce fait sans précédent (« ¡Exemplo nunca visto, nunca oído ! » battait en brèche les « tenaces préjugés » de ceux qui affirmaient sans ambages que « la fraction la plus élevée de la République n’appréciaient pas les lettres »39ou que beau sexe et études ne faisaient pas bon ménage, se plut à souligner que les qualités intellectuelles de la jeune femme surpassaient de très loin celles de nombre d’éminents professeurs40.

  • 41 PAEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome 1 (198 (...)

15Celle qui fit battre le cœur de la ville d’Alcalá de Henares pendant quatre jours durant (qu’on la regardât avec les yeux de Chimène ou avec ceux de la vulgaire curiosité, comme on l’eût fait avec une bête de foire) méritait bien l’insertion dans le Memorial literario d’une gravure. C’est ainsi que les éditeurs du journal firent précéder leur article, non pas d’une mais de deux planches pleine page, œuvre cette fois de José Giraldo41.

  • 42 « LA EXCMA. SRA. D. MARIA ISIDRA GUZMAN Y LA CERDA hija de los Excmos. Señores Marqueses de Monteal (...)
  • 43 1785, Huile sur toile, 106 x 85 cm. Madrid, Universidad Complutense.

16La première, qui, à n’en pas douter ravirait les amateurs d’estampes fines, devait permettre aux lecteurs les plus curieux d’associer un visage à « l’héroïne des Lettres ». Son portrait en buste, logé dans un médaillon, fut réalisé afin de commémorer l’événement. Vêtue d’une robe particulièrement sobre (peu appropriée pour une jeune fille de son âge mais de mise pour la circonstance), elle portait l’épitoge et le mortier reçus lors de l’obtention du titre de docteur et tenait entre ses mains un livre ouvert où étaient indiquées les branches du savoir dans lesquelles elle s’était illustrée (« PHILOSOPHIA HUMANIORES LITTERE »). La dimension symbolique du portrait était renforcée par la présence au pied du médaillon, sur la gauche, d’un encrier et d’une boîte à sable, sur la droite, d’une pile de livres, attributs qui seyait particulièrement à l’élégance de sa plume. Ce même médaillon était couronné par un cartouche où figurait en lettres capitales l’inscription : « CAUSARUM COGNITIO » ainsi que par sept étoiles dont irradient des faisceaux d’une resplendissante lumière, celle qui naît de la connaissance et de l’esprit. Enfin la légende permettait d’identifier le personnage qui « reçut le titre de docteur ès-Lettres et Philosophie par l’Université d’Alcala le 6 juin 1785 à l’âge de 17 ans »42. En regard du portrait, fort avantageux (du moins si on le compare à celui réalisé par Joaquín Inza y Aínsa pour la même occasion43), étaient représentés l’avers et l’envers des médailles en argent dont l’Université avait gratifié la jeune femme et sa famille. Y était représentés sur une face le mortier et une couronne de laurier, « fruit d’un travail assidu » (« Assiduo parta labore »). Sur l’autre était gravée l’inscription : « A ? / EXC. D. D. MARIA / ISIDORA DE GUZMAN / ET A CERDA / HUM. LIT. ET PHILOS. / DOCT. / COMPLUT. ANNO / MDCCLXXXV ».

  • 44 « Memorias de historia literaria / Suplemento a la noticia de las mujeres ilustre en Letras que dim (...)
  • 45 « Memorias de la Excelentísima Señora Doña María Francisca Irene de Navia y Bellet, Marquesa de Gri (...)
  • 46 Id., p. 67 : « = Una de las más nobles prendas que el hombre logra sobre todas las criaturas vivien (...)
  • 47 « Discurso en defensa del talento de las mujeres, y de su aptitud para el gobierno, y otros cargos (...)
  • 48 « Real Sociedad Económica Matritense de los Amigos del País », in Memorial literario , avril 1786, (...)
  • 49 « Real Sociedad Económico Matritense / Discurso en defensa del talento de las mujeres… por Doña Jos (...)

17Par le recours à l’image (peu utilisée en raison du surcoût généré), les rédacteurs du Memorial literario rendaient à leur tour un hommage appuyé à une jeune femme hors du commun, dont la flamboyante réussite intellectuelle honorait l’Espagne et devait être mise au crédit de la politique culturelle du monarque, ce qu’ils ne manquèrent pas de souligner en reproduisant le texte des ordres royaux qui, promulgués les 20 avril et 7 mai 1785, avaient permis à une représentante du sexe faible de faire son entrée, au grand dam de certains, dans un univers jusqu’alors réservé aux seuls hommes. Dans le débat passionné qui s’ouvrait alors sur la condition féminine et le rôle des femmes dans la société civile, les éditeurs du journal avaient clairement pris fait et cause pour leurs contemporaines en leur reconnaissant le droit à l’instruction. De fait, ils se firent en plus d’une occasion le chantre des plus éclairées d’entre elles. Au mois de novembre de la même année, ils publièrent un supplément au florilège de femmes illustres qu’ils avait proposé en préambule à leur article sur Doña María Isidra Quintina de Guzman y la Cerda44. La nécrologie consacrée en mai 178645à Doña María Francisca Irene de Navia y Bellet, marquise de Grimaldo (dont l’éducation avait été confiée à Bernardo Ward et qui avait mis très tôt sa plume au service de la traduction et de la poésie) fut l’occasion d’affirmer que les femmes bien nées étaient tenues de s’appliquer aux Lettres, les parures de l’esprit étant préférables à toutes les autres et devant être leur principal atour46. Ne se contentant pas de poser les bases d’une galerie de femmes savantes, ils leur cédèrent volontiers la parole et publièrent notamment les écrits de Doña Josefa Amar y Borbón, dont le célèbre Discurso en defensa del talento de las mujeres…47, après avoir rendu compte de la joute qui opposa Jovellanos et Cabarrús sur l’épineuse question de l’admission des femmes au sein de la Société Economique des Amis du Pays de Madrid48. Comme ils le soulignèrent dans leur introduction à ce discours, l’heure était venue d’entendre la voix du beau sexe49. Le sujet, à caractère polémique et d’une brûlante actualité, était de nature à passionner le public. Les mémorialistes en étaient parfaitement conscients et n’ignoraient pas que les femmes éclairées, lectrices potentielles du journal, apprécieraient l’intérêt tout particulier qui leur était porté et ne pouvaient qu’être touchées par l’hommage exceptionnel rendu à Doña María Isidra Quintina de Guzmán y la Cerda.

c) Chronique d’une catastrophe : la Plaza Mayor de Madrid en proie aux flammes

  • 50 « Advertencia a los suscriptores de las Provincias, y extracto de el Prospecto de esta Obra », in M (...)
  • 51 LARRIBA, Elisabel, « En llamas. La Plaza Mayor destruida en 1790 », in La Aventura de la Historia ( (...)
  • 52 Memorial literario..., août 1790 (partie I), pp. 532-558.
  • 53 « Muestra de la beneficiencia del Excelentísimo Señor Duque de Medinaceli y de San Estebán, en el s (...)
  • 54 Ibid., pp. 150-151: « Persuadido íntimamente de que la propiedad de las riquezas no podía tener lug (...)
  • 55 « Lista de los Caballeros nombrados para la questa pública », in Memorial literario, août 1790 (par (...)
  • 56 In n° août 1790 (partie I), pp. 539-558, septembre 1790 (partie I), pp. 72-73 et décembre 1790 (par (...)
  • 57 « Informe de D. Pedro Gutiérrez Bueno, Catedrático de Química, al Excmo. Señor Marqués de Santa Cru (...)

18Parmi les événements d’actualité ayant profondément marqué les esprits et susceptibles donc de passionner les lecteurs, figurait également le terrible incendie qui ravagea la Plaza mayor de Madrid en août 1790. Les éditeurs du journal, qui, par ailleurs, s’étaient engagés (dans un avertissement aux souscripteurs publié en janvier 1785) à rendre compte des incendies qui se déclareraient50, ne pouvaient demeurer silencieux face à cette tragédie qui plongea les madrilènes dans l’émoi et dont le retentissement eut tôt fait d’acquérir une dimension nationale51. Réagissant immédiatement, les mémorialistes consacrèrent à l’événement pas moins de quatre articles publiés en août, septembre et décembre 1790. Le premier d’entre eux (« Noticias del incendio de la Plaza mayor de Madrid que empezó en la noche del 16 de agosto »52), paru alors que le feu n’était pas encore maîtrisé, couvrait pas moins de 25 pages. Agissant comme d’authentiques reporters, les rédacteurs se firent fort d’informer leurs lecteurs avec la plus grande précision sur l’évolution de l’incendie et les terribles dégâts causés par celui-ci ainsi que sur l’organisation des secours, mettant par là même en évidence le zèle déployé par les autorités et la mobilisation générale qui s’ensuivit. S’appuyant sur des exemples concrets, ils rendirent un hommage appuyé à tous ceux qui, parfois au péril de leur vie, combattirent le feu et attirèrent l’attention du public sur le grand élan de solidarité qui se mit rapidement en place. C’est ainsi qu’ils consacrèrent tout un article53à l’action caritative déployée par le duc de Medinaceli qui, profondément touché par la détresse des sinistrés, « sacrifia une partie de ses biens »54(plus de 100 000 réaux) pour venir en aide à ses concitoyens. Ils offrirent moult détails sur la collecte générale lancée par les autorités afin de créer un fonds de solidarité et livrèrent à leurs lecteurs la liste complète des individus nommés dans chacun des quartiers de la capitale pour recueillir les dons55. Ils ne manquèrent pas non plus de rendre hommage à la générosité dont fit montre en la circonstance la famille royale qui, immédiatement, offrit 1 450 000 réaux (soit un peu moins de la rente annuelle de l’évêché de Saint Jacques de Compostelle, l’un des plus riches d’Espagne) pour venir en aide aux victimes de l’incendie. S’érigeant en porte-parole du gouvernement, ils contribuèrent à la diffusion de divers bans, édits et avis en relation directe avec le drame survenu56. Conscients des inquiétudes de tous types générées par l’incendie, ils publièrent également le rapport élaboré à la demande du Marquis de Santa Cruz par Pedro Gutiérrez Bueno (chimiste renommé) sur la salubrité de l’air de la Plaza Mayor57.

  • 58 Parmi celles-là figure la gravure signée par Joseph Jimeno dont un exemplaire est conservé à la BNM (...)
  • 59 Gaceta de Madrid, 31 août 1790 (n° 70), p. 582: « Plan de la Plaza mayor de Madrid, en que se manif (...)
  • 60 Gaceta de Madrid, 7 de septembre 1790 (n° 72), p. 598: « Vista de las ruinas de la Plaza mayor de M (...)
  • 61 Gaceta de Madrid, 10 septembre de 1790 (n° 73), p. 606: « Vista de la Plaza mayor de Madrid al tiem (...)
  • 62 La première annonce du genre fut publiée dans la Gazeta de Barcelona del martes 7 de setiembre de 1 (...)
  • 63 « Noticia del Incendio acaecido en la Plaza Mayor de Madrid », in Diario de Valencia, 24 août 1790 (...)
  • 64 Le plan et son explication d'une page figurent à la fin du numéro du mois de septembre (partie I) c (...)

19Ces informations foisonnantes étaient certes du plus grand intérêt pour ceux qui avaient été directement touchés par le drame mais elles étaient également destinées à un bien plus large public qui trouvait dans la presse le moyen d’épancher sa curiosité. De fait, l’impact causé par le drame fut tel que dans les semaines qui suivirent la catastrophe, diverses gravures permettant d’apprécier l’étendue du désastre virent le jour pour le plus grand bonheur des amateurs d’estampes (certaines étant d’une qualité indéniable58) ou tout bonnement des curieux. Dès le 31 août 1790 la Gaceta de Madrid annonçait la vente à Madrid dans la librairie d’Escribano et dans le kiosque de la Gaceta (rue de Toledo) d’un plan de la Plaza mayor après l’incendie accompagné d’une brève exposition des faits et d’une notice historique relative aux incendies qu’elle avait précédemment subis, plan qui pouvait aisément être adressé par voie postale et produirait le plus bel effet une fois encadré59. Le 7 septembre la Gaceta faisait savoir qu’une gravure représentant les ruines de la place agrémentée d’une légende pouvait être acquise dans trois villes de province, Séville, Valence et Barcelone et pouvait également être envoyée par courrier60. Le 10 du même mois la gazette notifia que l’on pouvait se procurer à Madrid et à Cadix une estampe rendant compte des dégâts causés le premier jour de l’incendie61. Bien d’autres annonces de ce type furent publiées dans la Gaceta de Madrid et dans d’autres périodiques, y compris de province, dont la Gaceta de Barcelona62. Et ce n’était là qu’un début. Comme on peut s’en douter, le Memorial literario ne fut pas le seul périodique à rendre compte de ce drame qui défraya la chronique à Madrid et en province. C’est ainsi que le Diario de Valencia, par exemple, publia entre le 25 août et le 5 septembre cinq articles en rapport direct avec la catastrophe qui s’était abattue sur la capitale63. Mais le Memorial literario fut sans doute le seul à offrir à ses lecteurs une gravure pour illustrer ses propos. Le caractère exceptionnel de l’événement méritait bien un tel sacrifice qui, par ailleurs, ne pouvait qu’accroître les ventes du journal. Toutefois, les rédacteurs, se laissant porter par la gravité du sujet (à moins que ce ne fût par simple souci d’économie) firent le choix de la sobriété. Alors que bien d’autres possibilités s’offraient à eux, c’est un plan de la Plaza Mayor et de ses alentours qu’ils proposèrent à leurs lecteurs. Ledit plan, sous forme de dépliant (18 x 21 cm) et agrémenté d’une légende fort détaillée (« Explicación del plano »64), permettait de localiser aisément le foyer initial de l’incendie et les zones touchées par le feu ainsi que celles détruites, dans les mêmes circonstances, en 1631 et 1672.

  • 65 GARCÍA FOLGUERA, María de los Santos, « El incendio de la Plaza Mayor de Madrid en 1790 y los siste (...)

20Fuyant le sensationnalisme et évitant toute forme de voyeurisme, les mémorialistes en ayant recours à l’image ne jouèrent pas ici la carte de l’émotion mais celle de l’information au sens strict du terme. De manière significative, c’est à la suite du rapport établi par Pedro Gutiérrez Bueno, en sa qualité de chimiste, que fut annoncée la gravure fournie en complément du numéro de septembre. Quel que pût être l’effet causé par la seule présence d’une illustration, les mémorialistes s’inscrivaient ici dans une démarche qui se voulait essentiellement utile et dans le processus de réflexion qui s’amorçait alors sur les moyens de prévenir et combattre les incendies65.

d) La représentation du monstrueux

21Toutefois les rédacteurs du Memorial literario ne se montrèrent pas toujours aussi pudiques dans le traitement de l’information et n’hésitèrent pas, dans certains cas, à renforcer la force du verbe par le choc tapageur des images.

  • 66 « Relación de una niña monstruosa nacida en Barcelona en este corriente año », in Memorial literari (...)
  • 67 Id., p. 596: «…bien persuadido de lo mucho que sirve para la exacta observación de semejantes fenóm (...)
  • 68 La gravure, reproduite dans le Memorial literario et insérée entre les pages 596 et 597, n'est pas (...)
  • 69 « Relación de una niña monstruosa nacida en Barcelona en este corriente año », op. cit., p. 596 : « (...)

22Ce fut notamment le cas dans le numéro du mois d’avril 1789 (partie I) où figurait « La Relación de una niña monstruosa nacida en Barcelona en este corriente año »66. Il y était question d’une enfant à deux têtes, née prématurément (au sixième mois de gestation) dans l’après-midi du 22 février et morte seulement quatre heures après avoir vu le jour. L’avortement s’étant produit dans sa juridiction, Don Antonio de Tudó (membre du Conseil de S.M. et Alcalde de la Real Audiencia), pour qui « l’observation rigoureuse de tels phénomènes sert au plus au point la Médecine Morale et légale »67, avait tenu à ce qu’une gravure représentant l’enfant (la plus fidèle possible) fût réalisée au plus vite, tâche qu’il confia à deux artistes confirmés, le peintre Pedro Pablo Montaña et le graveur Pascual Moles. Le premier devait intervenir en tant que dessinateur, le second en sa qualité de graveur68. Il chargea par ailleurs deux médecins (Francisco Salvá et Francisco Samponts) et deux chirurgiens (Domingo Vidal et Antonio Sangerman) de procéder à la « scrupuleuse dissection anatomique du petit cadavre »69. Le rapport établi en la circonstance par les quatre spécialistes, de type purement descriptif, fut reproduit à l’état brut dans le Memorial literario. Plutôt que de se livrer à de prolixes commentaires qui auraient pu lasser le commun des lecteurs (vraisemblablement plus sensible à l’aspect monstrueux de l’enfant qu’à la dimension scientifique de l’événement) les publicistes, s’en remettant au pouvoir de l’image, préférèrent tout bonnement compléter l’article par la gravure réalisée par Moles qui permettrait à tout un chacun de contempler l’enfant bicéphale qui, encore munie de son cordon ombilical, reposait paisiblement sur un linge, son buste étant rehaussé au moyen d’un opulent coussin. Et ils n’hésitèrent pas en la circonstance à opter pour un format (14 x 20 cm) très supérieur à celui du périodique.

  • 70 Diario de Madrid du 23 mai 1791, p. 580 (a-b): « Estampa en que se representa un Monstruo de la Nat (...)
  • 71 Gaceta de Madrid, 14 juillet 1789 (n° 56), p. 484: « Memorial literario de Abril, parte Ia. Contien (...)
  • 72 « Carta a los Editores del Memorial literario de Madrid », in Memorial literario…, août 1789 (parti (...)
  • 73 Ibid., p. 612: « Señores. He leído la Relación de una Niña monstruosa nacida en Barcelona, que Vms. (...)

23Ce geste, que l’on pourrait qualifier de hautement commercial, ne fut certainement pas pour déplaire à un public toujours friand de ce type de curiosités. En témoigne, par exemple, l’annonce parue dans le Diario de Madrid du 23 mai 1791 qui faisait état de la vente à Madrid d’une gravure représentant un « Monstre de la Nature » né près de Turin, privé de mains et de pieds mais doté au niveau de la cuisse d’un doigt dont il usait avec une surprenante dextérité70. De fait, l’encart paru dans la Gaceta de Madrid du 14 juillet 1789 ne manqua pas de mentionner que le Memorial literario du mois d’avril incluait un article sur une enfant monstrueuse, née la même année à Barcelone, ainsi qu’une gravure la représentant71. Si cette illustration fit le bonheur des amateurs de telles curiosités, le texte (sans doute d’un intérêt secondaire pour ceux-là) suscita une réaction immédiate de la part d’un scientifique exaspéré par les observations évasives de ses confrères qu’il accusait tout bonnement de négligence. Les réflexions adressées par ce lecteur anonyme aux éditeurs du journal furent publiées en août 178972. Le texte, qui s’étalait sur 15 pages, était étoffé de nombreuses notes, de références bibliographiques et présentait un caractère résolument scientifique, n’était assurément pas destiné au tout public. Cependant, sa dimension polémique était de nature à piquer la curiosité des lecteurs qu’ils fussent ou non versés dans la matière. Et l’on conçoit aisément que les éditeurs n’aient pas hésité un seul instant à publier cette lettre qui assurait à leur numéro du mois d’avril une publicité non négligeable d’autant plus que l’auteur avait pris la peine de préciser que l’article incriminé était accompagné d’une gravure73. Etait-il meilleur moyen pour inciter ceux qui ne figuraient pas encore parmi les souscripteurs du journal à le devenir ou, du moins, pour les pousser à se procurer le numéro objet de la virulente critique ?

  • 74 « Copia de la certificación auténtica de un Niño monstruoso inspeccionado en forma en la Ciudad de (...)
  • 75 Ibid., p. 235: «… Don Pedro Antonio de Septien, Regidor Decano, Alferez Real, procurador mayor gene (...)
  • 76 Ibid., p. 236: «…su monstruosidad consiste en tener, como tiene, cuatro piernas, y otros tantos pie (...)
  • 77 Gaceta de Madrid, 25 août 1789 (n° 68), p. 580: « Memorial literario de Junio, parte Ia. Contiene d (...)

24L’intérêt que pouvaient susciter de tels sujets amena les mémorialistes à reproduire, dans leur numéro du mois de juin 1789 (soit seulement deux mois après avoir rendu compte du cas détecté à Barcelone), un article tiré de la Gazette de Mexico du 24 février de la même année concernant « un enfant monstrueux » né à Jalpilla en Nouvelle-Espagne74. Pedro Antonio de Septien, chargé par la Municipalité de Queretaro de collecter des « informations intéressantes »75, susceptibles de contribuer au prestige de la gazette et à en accroître l’utilité, avait fait procéder par un médecin et un chirurgien reconnus (en présence de divers témoins) à l’examen de l’enfant. Le rapport établi à cette occasion offrait divers renseignements sur les parents et incluait évidemment une description détaillée du garçon qui, bien qu’en parfaite santé, possédait « quatre jambes, et autant de pieds, pour un total de 23 doigts, quatre fesses, deux membres virils, deux bourses testiculaires, chacune contenant un seul testicule »76. Afin que l’on pût apprécier à sa juste valeur la difformité de l’enfant, Septien, au terme de sa visite, chargea le peintre Joseph María de la Vega de croquer le portrait de ce monstre de la nature en le représentant de face et de dos. A n’en pas douter les mémorialistes, à l’instar de leurs confrères de la Gaceta de Méjico, estimèrent que de telles informations de par leur caractère scientifico-spectaculaire (et sans doute plus spectaculaire que scientifique) étaient de nature à servir leur journal. Aussi, tout comme ils l’avaient fait deux moins auparavant, ils n’hésitèrent pas à avoir une fois de plus recours à l’image. Et c’est ainsi qu’ils complétèrent l’article tiré de la Gaceta par le témoignage graphique (o combien plus parlant) livré par Joseph María de la Vega et offrirent à leurs lecteurs deux gravures pleine page. Comme on pouvait s’y attendre l’annonce publiée dans la Gaceta de Madrid et où était détaillé le contenu du numéro du mois juin n’omit pas d’en faire état.77

  • 78 « Historia natural », in Memorial literario..., novembre 1789 (partie II), pp. 427-428.
  • 79 Ibid., pp. 427-428: « […] Se tomó medida a alguno de ellos, y se vio que tenía de largo 70 palmos C (...)
  • 80 Ibid., p. 428: « Hemos copiado la lámina que estamparon en Barcelona con su pitipie de palmos Catal (...)

25Quelques mois plus tard, l’actualité offrit aux éditeurs une nouvelle occasion d’exploiter la juteuse veine du spectaculaire. Le 4 octobre 1789 trente deux poissons de grande taille s’étaient échoués, suite à une violente tempête, sur les plages de Puerto de Fangar et y avaient péri sous les yeux ébahis de plusieurs personnes du voisinage alertées par leurs cris stridents. L’article, publié dans le Memorial literario du mois de novembre, sous le titre « Histoire naturelle », était particulièrement bref78. Il ne couvrait qu’une page et demi, ce qui n’était guère dans les usages de la revue. Il s’agissait en fait davantage d’une annonce que d’un article. L’accent y était mis sur les dimensions hors normes de ces extraordinaires spécimens que les témoins pensaient n’avoir jamais vu en Méditerranée et provenaient sans doute de l’Océan79. En réalité tous les regards devaient se porter sur la gravure (une reproduction de l’estampe diffusée à Barcelone et dont le format avait été adapté à celui du journal80) qui précédait l’article et représentait cette autre curiosité de la nature. En la circonstance le texte de par sa concision était secondaire et se bornait (tel une légende) à illustrer l’image, plus parlante et bien plus spectaculaire que le verbe.

  • 81 « Boletín de noticias diarias-Diversiones públicas », in Minerva, o el Revisor general, 17 octobre (...)
  • 82 Id.

26Comme le soulignèrent en octobre 1808, avec un soupçon d’ironie, les rédacteurs de Minerva, o el Revisor general en évoquant l’imminente venue à Madrid d’un « monstrueux éléphant », « en attendant d’avoir le plaisir de le voir, on nous en vendait divers portraits pour le plus grand bénéfice de notre curiosité et de la bourse des graveurs »81. La diffusion de telles estampes n’avait d’autre but que d’accroître la curiosité du public qui aurait tout loisir par la suite d’observer la « bête difforme » dans une maison de la rue Barquillo moyennant une « modique contribution de 8, 6 ou 4 réaux selon que l’on fût assis ou debout, au premier ou au second rang »82. Ce qui relevait du monstrueux ou du spectaculaire pouvait être source de confortables gains et c’est là une réalité qui, de toute évidence, n’avait nullement échappé aux mémorialistes dont la survie dépendait de leur capacité à séduire le public.

L’image comme instrument pédagogique

a) La gravure au service de la divulgation scientifique

27Si les éditeurs, à des fins essentiellement commerciales, succombèrent parfois à la tentation du sensationnalisme, notamment dans le traitement des trois derniers sujets, où la dimension scientifique n’était que leurre ou prétexte, ils surent également mettre l’image au service de la divulgation scientifique. Dès lors il ne s’agissait plus d’éblouir le public, mais de faire, dans la mesure du possible, œuvre utile.

  • 83 « Problema matemático », in Memorial literario…, août 1785, op. cit.
  • 84 Gaceta de Madrid, 25 octobre 1785 (n° 85), p. 700 : « El Memorial literario de Agosto se hallará en (...)

28La rubrique mathématique donna lieu à quatre reprises à l’insertion d’illustrations qui, de par leur sobriété ou leur caractère rudimentaire, ne sont en rien comparables à celles précédemment évoquées. Comme nous l’avons déjà signalé le « Problème mathématique » publié dans le numéro du mois d’août 1785 était certes accompagné d’un dépliant (fourni par l’auteur), mais y étaient représentés deux schémas d’une simplicité dérisoire83. Et les éditeurs ne jugèrent pas même utile d’en faire état dans l’annonce parue dans la Gaceta de Madrid du 25 octobre84.

  • 85 La question sur la quadrature du cercle donna lieu à toute une série d'articles publiés entre févri (...)
  • 86 « Matemática », in Memorial literario…, février 1788 (Partie II), pp. 330-334 (deux figures p. 331) (...)

29Quant aux articles publiés en février et août 1788 sur la quadrature du cercle (sujet objet de plusieurs livraisons85), ils incluaient chacun une ou deux figures géométriques de format réduit, insérées directement dans le corps du texte et dont la fonction première était de faciliter la compréhension des démonstrations proposées86.

  • 87 « Observación astronómica del tránsito del Planeta Mercurio por el disco del Sol, hecha en Madrid e (...)
  • 88 Ibid., pp. 9-10: «…acompañándonos un buen amigo, D. Joseph Antonio Velderrayan (joven de talento, y (...)
  • 89 Ladite planche signée par l'auteur de l'article (« Don Pedro Alonso de Salanoba lo delineó, y gravó (...)

30Les mathématiques ne se prêtaient évidemment pas à la moindre fantaisie iconographique, mais d’autres sujets, également de nature scientifique, devaient permettre aux éditeurs du Memorial literario de combiner avec plus de faste texte et image. Ce fut notamment le cas lorsqu’ils publièrent en mai 1786 les observations astronomiques de Pedro Alonso Salanova y Guilarte concernant le passage de Mercure dans le disque solaire survenu le 4 de ce même mois87. Le volumineux article (47 pages) offrait force détails sur le matériel utilisé par Salanova et Joseph Antonio Valderrayn (« un brillant jeune homme, passionné d’astrononie »88), rendait compte avec la plus grande précision du phénomène observé et était accompagné d’une planche où, par souci d’économie, avaient été regroupées diverses figures89, également objet de commentaires nourris, essentiellement destinés à éclairer un public non averti.

  • 90 « Madrid 19 de mayo », in Gaceta de Madrid, 19 mai 1786 (n° 40) pp. 332-334 [p. 333: « El mismo obs (...)
  • 91 « Observación astronómica del tránsito del Planeta Mercurio… », op. cit. , p. 33: « Como hay sujeto (...)

31Le recours à l’image s’inscrivait ici dans une démarche tout à la fois scientifique et pédagogique. A n’en pas douter Salanova avait à cœur de toucher un auditoire ne se limitant pas à une poignée d’érudits ou à quelques spécialistes. C’est pourquoi il avait choisi la presse pour faire connaître ses travaux. Un article paru dans la Gaceta de Madrid en date du 19 mai 1786 et offrant un exposé relativement concis de ses observations annonçait d’ailleurs la parution imminente dans le Memorial literario d’une relation bien plus détaillée90. Salanova caressait par ailleurs l’espoir que, grâce à ce vecteur de diffusion « grand public », ses propos trouveraient quelque écho à l’étranger, toujours prompt à se gausser d’une Espagne scientifiquement à la traîne91. Les rédacteurs du Memorial literario, soucieux de faire œuvre utile et de contribuer au rayonnement culturel de la Péninsule, n’hésitèrent pas à publier les réflexions de Salanova qui se devaient d’éclairer le public sur la science des astres. Pourtant, le texte, de par sa longueur et son rigorisme scientifique n’était pas, malgré les efforts de l’auteur pour se mettre à la portée des simples curieux, de nature à enthousiasmer le commun des lecteurs. Et que dire des quatre pages de distiques en latin à la gloire de l’astronomie et de son chantre qui, nés de la plume de Valderrain, parachevaient l’article ! Ceux qui purent trouver l’article quelque peu aride ou fort éloigné de leurs préoccupations durent néanmoins apprécier la présence de l’estampe destinée à renforcer la dimension scientifique du discours, à en clarifier la teneur, mais également à séduire les amateurs de gravures.

  • 92 « Observaciones meteorológicas. Descripción de la tempestad del día 10 de este mes », in Memorial l (...)
  • 93 Ibid., p. 491: « Entretanto oigamos a nuestro íntimo amigo D. Pedro Alonso de Salanova y Guilarte s (...)

32En dépit de ces coquetteries érudites destinées en partie à asseoir la qualité scientifique de la revue et à flatter un public soucieux de marquer son appartenance à une élite culturelle, les éditeurs du journal privilégièrent bien souvent les sujets offrant un intérêt pratique immédiat pour l’ensemble de la population. D’où, par exemple, la publication de divers articles concernant l’électricité et en particulier celle produite par les éclairs source de bien des drames. Cette thématique leur offrit à deux reprises l’occasion d’avoir à nouveau recours à l’image. La tempête qui s’abattit sur Madrid dans la nuit du 10 août 1786 donna lieu dans le numéro de ce même mois à une description minutieuse de la part des rédacteurs92. Ils insistèrent tout particulièrement sur les dégâts causés par la foudre en divers points de la capitale et, partant de cet événement tiré de l’actualité la plus récente, se livrèrent à différentes réflexions sur l’atmosphère visant à établir l’origine des tempêtes et des éclairs avant de céder la parole à un expert : Pedro Antonio de Salanova y Guilarte. Ce dernier, qui comptait au nombre de leurs amis, les autorisa à reproduire une partie de son Historia natural físico-química de las Tempestades y explicación de todos sus fenómenos y meteoros por las leyes de la electricidad, Magnetismo y fermentación93. Le fragment choisi contenait divers conseils pratiques permettant de se préserver de la foudre, la présentation d’un électromètre de son invention pouvant également servir de paratonnerre ainsi qu’une gravure représentant l’appareil.

33Cette dernière, objet de commentaires nourris et dont la fonction était cette fois-ci essentiellement utilitaire, devait permettre à qui le souhaiterait de construire ledit instrument.

  • 94 Partie I, pp. 78-88.
  • 95 SÁNCHEZ MIÑANA, Jesús, « La colaboración del Dr. Salvà i Campillo con el Memorial literario de Madr (...)
  • 96 « Relación de feliz suceso de los Pararrayos del almacén de pólvora del Castillo de Montjuich de Ba (...)
  • 97 Ibid., p. 78 : « Uno de los descubrimientos más útiles al género humano, y que han acreditado más l (...)

34La « Relación del feliz suceso de los Pararrayos del almacén de pólvora del Castillo de Monjuich de Barcelona, llamado San Felipe, en el rayo que le cayó en la madrugada del día 14 de este mes », publiée dans le numéro de septembre 178794, s’inscrit dans la même logique et reproduit peu ou prou le même schème. L’article n’est pas signé, mais est également l’œuvre d’un scientifique, Salvà y Campillo, qui collabora à plusieurs reprises avec le Memorial literario95). Ce dernier, qui avait été chargé d’inspecter le dépôt de poudre de Monjuïc afin d’évaluer la nature et l’ampleur des dégâts causés par la foudre lors de la tempête survenue quelques jours auparavant, le 14 septembre, livra aux lecteurs du journal le fruit de ses réflexions et leur offrit notamment une description minutieuse du paratonnerre dont l’édifice avait été muni (suite à un ordre royal de 1781). Pour une « meilleure compréhension des propos rapportés »96le texte était accompagné d’une planche où figuraient deux croquis : le premier représentait le paratonnerre grâce auquel une catastrophe majeure avait été évitée, le second en indiquait l’emplacement sur le plan du dépôt. La planche, en regard de laquelle se trouvait une légende détaillée, offrait là encore une dimension pragmatique et se voulait au service de la divulgation scientifique, l’objectif étant d’attirer l’attention du public sur le paratonnerre qui, soulignait Salvà, permettait à tout un chacun de se « défendre contre les funestes ravages causés par la foudre » et constituait, de ce fait, « l’une des découvertes les plus utiles pour le genre humain »97.

  • 98 « Memoria en que se trata del insecto grana o cochinilla, de su naturaleza y serie de su vida, como (...)
  • 99 José Alzate, membre correspondant de l'Académie des Sciences de Paris, du Real Jardín Botánico et d (...)
  • 100 « Memoria en que se trata del insecto grana o cochinilla, de su naturaleza y serie de su vida, como (...)
  • 101 ALZATE Y RAMÍREZ, Josef Antonio, Memoria en que se trata del insecto grana o cochinilla, de su natu (...)

35Les éditeurs du Memorial literario publièrent également en février 1797 un article à caractère scientifique où il était fait mention de la présence d’une gravure. Le texte, comme stipulé dans le titre, Memoria en que se trata del insecto grana o cochinilla, de su naturaleza y serie de su vida, como también del método para propagarla, y reducirla al estado en que forma uno de los ramos más útiles del comercio, escrita en 1777 por el Autor de la Gazeta literaria de Méjico98, avait été élaboré vingt ans auparavant. Néanmoins, ce mémoire fruit des réflexions de José Antonio Alzate (un prêtre qui avait servi avec passion les sciences et la presse99), renvoyait à une actualité relativement récente. En effet, cette étude avait été publiée par livraisons successives dans la Gazeta de Literatura de Méjico entre février et août 1794100et avait été rééditée, cette fois sous forme de livre, à Madrid en 1795101. Les éditeurs du Memorial literario, en choisissant de faire découvrir ce texte (du moins partiellement) à leurs lecteurs et en lui assurant une publicité certaine, ne pouvaient déplaire à son auteur qui, soucieux d’ouvrir les portes de la science à un large public, avait choisi à maintes reprises la presse pour contribuer à la divulgation de ses travaux.

« Les hommes [déclarait Alzate en guise d’introduction], généralement reclus dans leurs maisons ou aveuglés par des pensées visant à accroître leur fortune, ne daignent aucunement porter le regard sur un petit insecte : arrivés en un lieu, leur première, voire leur unique préoccupation est de recenser les édifices publics et de déterminer les moyens qui leur permettront de bâtir ou d’accroître leur richesse, sans réaliser que le plus insignifiant des êtres vivants recèle dans sa constitution organique bien plus de merveilles que l’ensemble de toutes les œuvres, modernes et anciennes, fabriquées sous la direction des mortels. Le Temple du Vatican, le Palais de Versailles, prodigieux effets de l’Architecture et du pouvoir, peuvent-ils être comparés à la fabrication du misérable petit corps d’une puce ?

  • 102 « Memoria en que se trata del insecto Grana o Cochinilla, de su naturaleza y serie de su vida, como (...)

L’histoire naturelle ne présente pas à première vue les ressources requises pour faire fortune ; mais le plaisir qui naît de la contemplation de toute production, procure à l’âme une jouissance que ne peut expliquer que celui qui en fait l’expérience ; c’est une source de richesse inépuisable, qui sert de récréation en tous temps et tous lieux, lorsque l’on maîtrise les principes et le dialecte de l’Histoire naturelle. Le terrain le plus aride offre la possibilité de se divertir aisément : je peux assurer, pour l’avoir observé y compris chez des individus en proie à la plus grande indolence, qu’après avoir lu quelques paragraphes de la célèbre Histoire des Insectes, écrite par M. Réaumur, du Dictionnaire d’Histoire naturelle, ou de quelques autres livres, ils ne pensent qu’à lire l’œuvre dans sa totalité »102.

36Et c’est tout autant à la communauté scientifique qu’à ce public peu versé en la matière, ignorant d’un univers regorgeant de merveilles insoupçonnées, qu’Alzate s’adressait.

  • 103 Cette gravure (19 x 13 cm) figure en ouverture du tome III de la Gazeta de Literatura de Méjico [HM (...)

37Le texte paru dans le Memorial literario incluait pages 190-191 l’explication d’une planche (« Explicación de la lámina primera ») qui regroupait sept figures permettant de visualiser la cochenille (mâle et femelle) à divers stades de son évolution. Cette estampe gravée par Agüera à partir des dessins fournis par l’auteur (qui avait utilisé pour observer l’insecte un microscope de son invention) figurait dans l’original en version colorisée et fut également reproduite dans l’édition de Sancha103.

Gazeta de Literat...Gazeta de Literatura de Méjico, 5 février 1794

Gazeta de Literatura de Méjico, 5 février 1794

  • 104 Cf. « Nota », in Gazeta de Literatura de Méjico, 5 février 1794 (n° 26), p. 206 : « En el número si (...)
  • 105 « Nota », in Gazeta de Literatura de Méjico, 21 juin 1794 (n° 31), p. 246: « Dará fin en la siguien (...)
  • 106 « Advertencia », in Gazeta de Literatura de Méjico, 9 août 1794 (n° 32), pp. 252-253 : « Advertenci (...)
  • 107 Gaceta de Madrid, 2 mai 1797 (n° 35), p. 364: « Memorial literario. Febrero : Partes Ia y IIa : con (...)

38Le recours à l’image, au nom de la rigueur scientifique et de la clarté de l’exposition, ne pouvait être éludé. Ainsi Alzate avait-il précisé lors de la première livraison de son étude, dans une note conclusive : « Dans le numéro suivant seront publiées deux estampes afin d’éclairer ce qui est dit dans le mémoire et de permettre aux Lecteurs d’apprécier la constitution organique de la cochenille »104. Il honora sa promesse. Mais, tributaire des contingences économiques, il ne put se montrer aussi prolixe qu’il l’aurait souhaité. De fait, après avoir annoncé peu avant de conclure la publication de son étude qu’il fournirait à son public deux autres estampes105, il dut se résoudre à regrouper l’ensemble des figures prévues sur une seule planche et à en réduire le format car, confessait-il : « la Gazette de Littérature, qui fait difficilement face aux frais d’impression, doit économiser le plus qu’elle peut »106. Et c’est vraisemblablement par souci d’économie que les éditeurs du Memorial literario (qui n’avaient pas eu recours à l’iconographie depuis septembre 1790 et devaient connaître une nouvelle interruption en décembre 1797) renoncèrent à publier l’estampe commentée par Alzate dans leur numéro de février 1797. Du moins n’en avons nous trouvé trace dans aucune des collections consultées. Par ailleurs, l’annonce de la Gaceta de Madrid détaillant le contenu de ce même numéro n’y fait, contrairement à l’usage, pas la moindre référence107.

b) Des vertus pédagogiques de la caricature ou l’image au service de la morale

  • 108 « Vida de John Elwes », in Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias y Artes, n° 20 jui (...)
  • 109 Ibid., p. 364 : « Si hubiéramos de referir todos los rasgos singlares de este hombre extravagante, (...)
  • 110 Ibid., pp. 360-361 : « … merece ocupar el primer puesto en la clase de aquellos pobres ricos, que s (...)

39Faisant feu de tout bois et s’en remettant aux vertus édifiantes du comique et du grotesque, lucarne ouverte sur la nature profonde de l’homme, les mémorialistes eurent également recours à la caricature. Comme bien d’autres publicistes éclairés, ils se faisaient fort de dénoncer les vices de la société qui était la leur et les faiblesses humaines. L’article biographique qu’ils consacrèrent en juin 1805 à l’un de leurs contemporains, John Elwes108, s’inscrivait dans cette logique et se voulait une diatribe contre l’avarice. Ce britannique, dont ils retracèrent avec facétie la trajectoire de son premier à son dernier soupir, était un personnage « extravagant » et « singulier »109, mais qui n’en demeurait pas moins archétypique. Il méritait bien (soulignèrent-ils en introduction) « d’occuper le tout premier rang parmi ces pauvres riches qui se privent du plus strict nécessaire pour laisser d’immenses richesses à leurs héritiers, après avoir été ridiculement esclaves de leurs trésors »110pour conclure, sur un ton moralisateur :

  • 111 Ibid., p. 375 : « Vivió para amontonar tesoros, y lo logró efectivamente; pero cuanto más crecieron (...)

« Il vécut pour accumuler des trésors, et de fait y parvint ; mais plus ces derniers croissaient et plus son inquiétude croissait et plus il était malheureux. Plaise à Dieu que cet exemple puisse servir de leçon fort instructive à tous les avares ! Pour jouir de l’argent, il est nécessaire de posséder un autre secret que celui de l’accumulation, et ce secret consiste à ne pas désirer l’or qui rend esclave et dégrade l’homme, à en jouir sans prodigalité, à le rechercher sans passion ; à se contenter du nécessaire et à user du superflu pour venir en aide aux nécessiteux »111.

  • 112 Voir note 17.
  • 113 Ibid., p. 360 : «…su rostro es una prueba evidente de la verdad de cuanto se escribe de él…»

40Mais afin d’accroître la portée et l’efficacité de leur message, ils doublèrent ce portait narré d’un portrait iconographique, gravé par Miranda112. L’estampe, livrée à la curiosité des lecteurs (en ouverture d’article et en pleine page) représentait, bourse en main, en chair et surtout en os, le tourmenté Elwes dont le visage, soulignaient les éditeurs, constituait « une preuve criante de la véracité de tout ce qui avait été dit sur lui »113.

41Le texte et la gravure (tous deux satiriques) se complétaient avec bonheur pour servir un même objectif : la critique de l’avarice. Il serait sans doute abusif d’établir un parallèle entre cette estampe et le Caprice n° 30 de Goya (Pourquoi les cacher ? / ¿ Por qué esconderlos ?), qui porte également sur ce sujet, même si le désespoir de l’avare portraituré par l’illustre peintre est aussi celui du malheureux Elwes.

  • 114 Cf. l'annonce parue dans le Diario de Madrid du 6 février 1799 (n° 37, p. 149) concernant la mise e (...)
  • 115 « Vida de John Elwes », op. cit., p. 360 : « Hemos creído no disgustar al público acompañado la pre (...)

42De toute évidence, les éditeurs du Memorial literario, à l’instar de Goya, étaient convaincus que « la censure des erreurs et des vices humains (bien qu’elle semble propre de l’éloquence et de la poésie) peut également être le fait de la peinture »114. D’où le recours une fois de plus au témoignage graphique, à cet éloquent « langage universel ». Mais il ne s’agissait pas seulement en la circonstance de renforcer le poids des mots par l’image ou de faire œuvre utile pédagogiquement parlant. Alors que les mémorialistes venaient de reprendre la plume après plusieurs mois de silence et partaient de nouveau à la conquête de leur public, l’insertion dans les pages du journal d’une nouvelle gravure s’inscrivait dans une stratégie de relance commerciale. Soucieux de souligner, s’il en était besoin le caractère exceptionnel d’une telle démarche, ils ne manquèrent pas de rappeler dans une note de bas de page adjointe au titre de l’article que par cet ajout, « qui ne saurait déplaire au public », ils respectaient la promesse qu’ils avaient faite « d’insérer de temps à autres quelques planches dans [leur] périodique »115. C’était là une manière discrète et efficace de marquer leur différence vis-à-vis de la plupart de leurs confrères et d’aguicher leurs lecteurs en leur laissant entendre que d’autres estampes suivraient.

La représentation graphico-patriotique d’une Espagne florissante

  • 116 « Respuesta a la pregunta de Mr. Masson. En la Enciclopedia metódica, artículo España, preguntó Mas (...)
  • 117 « Respuesta a la pregunta de Mr. Masson. En la Enciclopedia metódica, artículo España, preguntó Mas (...)
  • 118 « Respuesta a Mr. Masson : Varias reflexiones acerca de España considerada como guerrera, comparada (...)

43En fait, les mémorialistes ne s’acquitteront de cette promesse qu’en 1808, époque où, après s’être éclipsés une fois de plus et plusieurs mois durant de la scène journalistique, ils venaient de se remettre à l’ouvrage avec la ferme intention de chanter haut et fort les louanges d’une Espagne trop souvent et injustement décriée par les nations étrangères et en particulier par la France. Renouant avec l’esprit vindicatif des apologistes (dont El Censor s’était largement gaussé en son temps), les rédacteurs n’hésitèrent pas à réactiver de vieilles et douloureuses polémiques en publiant les 10 et 20 janvier 1808 (autrement dit dans les deux premiers numéros de la série) une nouvelle réponse à la fameuse question posée, bien des années auparavant, par Masson de Morvilliers dans l’Encyclopédie méthodique : « Mais que doit-on à l’Espagne ? Et depuis deux siècles, depuis quatre, depuis dix qu’a-t-elle fait pour l’Europe ? »116. Du haut de leur modeste tribune, ils se faisaient fort de « défendre l’honneur outragé de [leur] nation »117, affirmant que le devoir de tout homme de lettres était « d’employer toutes ses connaissances au maintien de la gloire de sa nation, tout comme le militaire se charge de la défendre »118. C’est dans cette même perspective, avec une plume certes plus apaisée, mais en faisant fi de la diversité thématique propre de la presse, qu’ils débutèrent en janvier 1808 la publication de la Historia, Estadística y Biografía de Valencia , œuvre qui devait constituer l’essentiel (et parfois la totalité) des 16 premiers numéros de l’année. Leur démarche était résolument patriotique et ils ne manquèrent pas de le rappeler le 30 mars 1808 (soit seulement quelques jours après le Motín de Aranjuez) dans une révérencieuse note adressée au nouveau monarque, Ferdinand VII, dont les responsables de la revue (Andrés de Mora Luzuriaga, Cristóbal de Beña y Velasco et Mariano de Carnerero) espéraient bien s’attirer les grâces.

  • 119 « Al Rey Nuestro Señor », in Memorial literario. Biblioteca de Ciencias y Arte, 30 mars 1808 (n° 9) (...)

« Si la gloire de notre Nation [affirmaient-ils avec fierté] est celle du Monarque qui la gouverne, et si les progrès de l’entendement, la splendeur des Sciences, l’utilité des Arts, et les délices de la Littérature contribuent à ce qu’il soit craint des étrangers et aimé des siens, nous, qui aspirons à faire revivre les gloires de notre Patrie, et à favoriser les progrès de tous types, nous nous sommes proposés de présenter à la vue du monde une Histoire Economico-Politique de la Péninsule composée de Résumés Historiques, Statistiques et Biographiques, et ne saurions dédier, ces travaux, quels qu’ils soient, si ce n’est à V.M. dont nous attendons du Règne en bonne justice de si nombreux et grands bonheurs.
Ayant eu par ailleurs l’honneur que V.M. eût souscrit à ce périodique dès sa création, en tant que Prince, nous ne doutons pas, qu’après avoir ceint la Couronne, vous nous dispenserez en tant que Roi et comme Père votre auguste Protection, et que notre Memorial, avec un si illustre Nom à sa tête, obtiendra un nouveau lustre et deviendra un monument durable qui rappellera à la postérité, outre les Gloires Espagnoles, la bienveillance de V.M. et tout l’intérêt qu’elle accorde aux Lettres »119.

  • 120 Les deux planches intitulées Trajes de Valencia, composées chacune de 4 estampes (14 x 22,5 cm) son (...)
  • 121 « Estadistica. Idea general de la Huerta de Valencia », in Memorial literario o Biblioteca periódic (...)

44Pour servir une si noble et importante cause, mais également pour assurer le Memorial literario d’une renaissance flamboyante, ils offrirent à leurs lecteurs, et ce avec une étonnante régularité, diverses estampes d’excellente qualité, dessinées par Antonio Rodríguez et gravées par Pedro Vicente Rodríguez, artistes dont la réputation n’était plus à faire. La première planche (tirée d’un dyptique120), proposée le 30 janvier 1808 en complément de la Idea general de la Huerta de Valencia121s’inscrivait dans la plus pure tradition costumbrista. Consacrée aux Trajes de Valencia, elle regroupait quatre estampes représentant un paysan et une paysanne, tels qu’ils étaient vêtus les jours de labeur, puis les jours de fête.

  • 122 Colección de Trajes de España, tanto antiguos como modernos, Que comprehende todos los de sus Domin (...)
  • 123 Juan de la Cruz y Cano, ulcéré par la multiplication des éditions pirates de sa Colección de trajes (...)
  • 124 RODRIGUEZ, Antonio, Colección general de los Trajes que en la actualidad se usan en España : princi (...)

45La gravure permettait à tout un chacun de visualiser avec précision les tenues décrites dans l’article et offrait une charmante représentation de la vie champêtre en général et en particulier de celle qui avait pour théâtre la fertile Huerta de Valence. Le choix des mémorialistes était particulièrement judicieux. En effet cette illustration relevait d’un genre alors en vogue (non seulement en Espagne mais en Europe), celui des cris et des costumes. On se souviendra notamment que les estampes de la Colección de trajes de España de Juan de la Cruz Cano y Olmedilla122(livrées initialement sous forme de cahiers parus entre 1777 et 1788) connurent un énorme succès en Espagne et donnèrent même lieu à des éditions pirates en France et en Allemagne, au plus grand désespoir de l’artiste qui ne goûta guère l’hommage qui lui était ainsi rendu123. Par ailleurs, comment ne pas établir un parallèle entre la planche proposée par les éditeurs du journal et celles de la plus récente et bien connue Colección de trajes que en la actualidad se usan en España, principiada en 1801124d’Antonio Rodríguez qui de par son importance tant qualitative que quantitative n’était pas à la portée de toutes les bourses. Assurément l’insertion d’une telle gravure ne pouvait que charmer la clientèle du périodique.

46Mais les mémorialistes, portés par un enthousiasme patriotique (que l’on ne saurait dissocier d’un indéniable à propos commercial), ne s’arrêtèrent pas en si bon chemin. C’est ainsi que le 30 mars et le 30 avril ils offrirent à leurs lecteurs deux nouvelles planches (pleine page et d’une bien belle facture) représentant diverses vues de la ville de Valence : la Ciudad de Valencia vista por el lado del Norte (au format paysage), puis la Vista de la Plaza de Santo Domingo y parte de la Real Aduana et la Vista del Colegio de S. Pío y Llano del Real, extramuros de la Ciudad de Valencia (pour la seconde).

47Chacune d’elles permettait d’apprécier la beauté architecturale de la ville, reflet de sa prospérité, d’un pouvoir tout à la fois économique et culturel, qui se voulait également celui de l’Espagne éclairée. Du moins tel était le message que souhaitaient diffuser les mémorialistes.

  • 125 Cf. annonce parue dans le Diario de Madrid du 30 mars 1808 (n° 90), pp. 398-399 : « Número 8 del Me (...)
  • 126 « Estadística. Idea general de la Ciudad de Valencia y su Estadística », in Memorial literario o Bi (...)
  • 127 La planche (signée par les mêmes artistes que la précédente) figure dans le numéro du 30 avril 1808 (...)
  • 128 Sur les stratégies commerciales ayant trait à la gestion de l'image dans la presse des Lumières on (...)

48La première planche parue dans le numéro 9 (dont la publication fut retardée de quelques jours afin que ladite gravure, en cours d’élaboration, puisse y figurer125), bien qu’elle ne donnât pas lieu à des commentaires spécifiques, complétait judicieusement la « Idea general de la ciudad de Valencia y de su Estadística »126. La seconde fut insérée quant à elle dans le numéro 12 où figuraient divers articles sur le Royaume de Valence, mais aucun ne présentait un rapport direct avec l’illustration fournie127. La logique eût voulu qu’elle fût également livrée dans le numéro 9 du journal. Mais cette incohérence thématique avait sa raison d’être et ne saurait être imputée à une vulgaire maladresse. De toute évidence les éditeurs du journal firent là un choix purement commercial et stratégique. L’image demeurait un luxe à distiller avec modération. Il s’agissait pour les mémorialistes de doser savamment leurs effets iconographiques afin (coût oblige) de ménager leur bourse mais aussi de créer auprès de leur clientèle un effet d’attente, et donc de les fidéliser128. D’où la décision de différer la publication de la seconde planche plutôt que de proposer d’emblée un diptyque. Cette gestion de l’image montre bien que l’iconographie n’était pas au seul service du texte, qu’elle ne se bornait pas toujours à l’illustrer, mais qu’elle pouvait parfaitement se suffire à elle-même, qui plus est lorsque la qualité artistique était au rendez-vous.

  • 129 « Estadística. Advertencia », in Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias, Literatura (...)
  • 130 Cf. annonce parue dans la Gaceta de Madrid, 7 octobre 1808 (n° 132), p. 1271 : « Suscripción. Memor (...)

49Les éditeurs, fidèles à cette politique de prestige éditorial et n’hésitant pas à mettre en avant l’étendue des sacrifices pécuniaires consentis pour satisfaire au mieux leur clientèle, confessèrent le 30 mai 1808 qu’ils avaient bien du mal à faire face « aux frais engagés jusqu’alors ». En dépit de ces difficultés, ils s’engagèrent, afin que leurs « Souscripteurs puissent disposer d’une œuvre utile », à fournir dans le prochain numéro « la carte géographique du Royaume de Valence, copiée avec précision de celle dessinée par Cavanilles »129. Les circonstances condamnèrent pour quelques mois le périodique à une nouvelle période de silence. Toutefois, lorsque des vents plus favorables leur permirent de reprendre leur course, ils n’oublièrent pas leur promesse comme en atteste l’annonce publiée dans la Gaceta de Madrid du 7 octobre 1808 où ils déclaraient : « les trois numéros qui manquent pour compléter le deuxième trimestre seront livrés conjointement dans les premiers jours d’octobre. Y figurera, bien que les rédacteurs n’y trouvent pas leur compte, le plan géographique de Valence »130. Leur détermination à respecter leur engagement, en dépit du surcoût généré, semble montrer que le recours à l’image était devenu à leurs yeux indispensable, non plus un simple luxe, mais une nécessité.

En guise de conclusion

50On peut néanmoins s’interroger sur cette utilisation « intensive » de l’image, en complète rupture avec les pratiques antérieures des éditeurs du journal. Etait-elle simplement destinée à éblouir Ferdinand VII, à le convaincre d’accorder ses faveurs à une publication soucieuse de se démarquer de ce qu’elle avait été sous le règne de ce père qu’il venait de renverser ? A nouveau roi, nouveau Memorial ! S’agissait-il d’un simple artifice au service d’une prestigieuse politique de lancement destinée à enivrer le public, à faciliter sa reconquête après une longue interruption, ou bien encore à affirmer la grandeur de l’Espagne ? Faut-il y voir, au-delà de motivations très circonstancielles, la volonté affichée de la part de publicistes, pressentant ce que serait la presse du XIXe siècle, d’aller vers une nouvelle formule journalistique où l’image serait appelée à jouer un rôle prépondérant et ne serait plus considérée, comme un simple instrument d’apparat utilisé occasionnellement, mais comme un complément indispensable du texte ? Il est bien difficile de trancher, car le Memorial literario…, journal des Lumières, disparut avec la Guerre d’Indépendance, catalyseur de profonds bouleversements politiques, sociaux et culturels.

51Quoi qu’il en soit, et comme nous venons de le voir, les mémorialistes offrirent à leurs lecteurs au cours d’une traversée journalistique qui dura plus d’un quart de siècle un corpus iconographique bigarré, où les gravures d’ornement (destinées à une clientèle sélecte) côtoient des illustrations à caractère utilitaire, scientifique ou pédagogique permettant une meilleure compréhension du texte et le renforçant. Leurs motivations, de toute évidence, ne furent pas toujours désintéressées. Mais en pratiquant l’alliance entre le texte et le burin, jusqu’alors apanage du monde livresque, les rédacteurs du Memorial literario firent montre d’une incroyable modernité qui méritait bien d’être saluée.

Haut de page

Notes

1 Sur les rédacteurs du Memorial literario voir : URZAINQUI, Inmaculada, « Los redactores del Memorial literario (1784-1808) », in Estudios de Historia Social. Periodismo e Ilustración en España (n° 52/53), Madrid, Centro de Publicaciones del Ministerio de Trabajo y Seguridad Social, 1990, pp. 501-516.

2 A.H.N. (Archivo Histórico Nacional-Madrid), Consejos, 11279 (n° 22).

3 Sur ce point voir LARRIBA, Elisabel, Le Public de la presse en Espagne à la fin du XVIIIe siècle (1781-1808), Paris, Honoré Champion, 1998, pp. 80-84.

4 « Suscripción », in Diario de Madrid, 30 septembre 1808 (n° 54), p. 293.

5 A notre connaissance les seuls exemplaires de ces numéros du Memorial literario (parus les 10, 20 et 30 octobre ainsi que 10 et 20 novembre 1808) et auxquels nous pensons consacrer une prochaine publication sont conservés à la Bibliothèque de l'Université du Connecticut (SPAN PER 241). Les annonces parues dans la Gaceta de Madrid et le Diario de Madrid en détaillent le contenu. Cf. Gaceta de Madrid du 7 octobre 1808 (n° 132, p. 1271), 28 octobre 1808 (n°  38, p. 1385), 4 novembre 1808 (n° 141, p. 1430) et du 18 novembre 1808 (n° 145, p. 1510) et Diario de Madrid du 27 octobre (n° 81, p. 437), 31 octobre (n° 85, p. 456) et du 7 novembre (n° 92, p. 490).

6 A.H.N., Consejos, 11 288 (n° 15). L'autorisation de passer à une périodicité quotidienne sollicitée par Mariano Carnerero en décembre 1806, puis en janvier 1807, fut systématiquement rejetée par le Conseil de Castille.

7 En janvier 1784, lors du lancement du Memorial literario, les souscriptions étaient ouvertes dans trois librairies de la capitale : celles de Castillo (en face de la montée de San Felipe el Real), de Bartolomé López (plazuela de San Domingo) et de la veuve de Bartolomé Sánchez (rue de Toledo) [cf. Memorial literario, janvier 1784, note p. 4]. Quelques années plus tard, comme en témoigne le Nuevo plan de suscripción para esta Obra periódica, in Memorial literario…, septembre 1787 (première partie), pp. 3-7, le nombre de points de vente s'était considérablement accru : « Suscripciones para Indias / Los sujetos que se hallan establecidos en las Américas meridional o septentrional, y en las Islas Filipinas, podrán suscribir en Madrid en la librería de D. Antonio del Castillo, en Cádiz en la de D. Antonio Iglesias, y en la Coruña en la de D. Vicente Gutiérrez ; en donde adelantando 190 rs. vn. por la suscripción de un año, o 95 por la de seis meses, se les dará su resguardo, y se remitirán los ejemplares por el correo francos de portes desde Madrid a cualesquiera Ciudad, Villa, o Lugar donde se halle el suscriptor; siendo de nuestro cargo el reemplazar los ejemplares que no hayan podido llegar a su destino, por haber naufragado la embarcación que los conducía.Suscripciones para las Provincias de España y sus Islas adyacentes / Las suscripciones para los que están domiciliados en las provincias de la Península de España, en las Islas de Canaria, Mallorca, Menorca, Ibiza, y las plazas de Ceuta y Orán, se recibirán en las Ciudades siguientes : en Cádiz, en la librería de D. Antonio Iglesias ; en Sevilla en, en la de los Sres. Berard, hermanos y Compañía ; en Granada, en la de D. Juan Joseph Colón ; en Pamplona, en la de D. Joseph Longas ; en Logroño, en la de D. Miguel Aymar ; en Badajoz, en la de D. Joseph Bernaldez ; en Valladolid, en la de la viuda e hijos de Santander ; en Salamanca, en la de D. Juan Barco ; en la Coruña, en la de D. Vicente Gutiérrez ; en Oviedo, en la de D. Santos Azero ; en Murcia, en la de D. Francisco Benedicto ; en Zaragoza, en la de D. Joseph Isidro Aguasvivas ; y en Madrid en la de D. Antonio del Castillo : en donde adelantando 54 rs. vn. por la suscripción de un año, o 27 por la de seis meses, se les dará su resguardo, y se les entregarán los correspondientes ejemplares, que se remitirán por el correo francos de portes el mismo día que se publiquen en esta Corte. Y a los sujetos que no tengan proporción de recurrir a las expresadas Capitales y librerías por los ejemplares también se les remitirán directamente en pliegos separados, y francos de portes a cualesquiera Ciudades, Villas o Lugares donde estén domiciliados.Suscripciones para Madrid / Para los que se hallan establecidos en Madrid se recibirán las suscripciones en la expresada librería de D. Antonio del Castillo, frente a San Felipe el Real, y en la de Bartolomé López, plazuela de Santo Domingo : en donde adelantando 36 rs. vn. por la suscripción de veinte y cuatro ejemplares, o 18 por la de doce, se les entregará resguardo y se les llevarán a sus casas un día antes de que se vendan al Público, sin que tengan necesidad de recurrir a las librerías; para lo que dirán el nombre de la calle, n° de la casa, y cuarto de su habitación cuando suscriban.
Advertencias
1a Todas las suscripciones citadas se recibirán tanto para los ejemplares que ya están publicados, como para los que ya están publicados, como para los que se publiquen en lo sucesivo ; advirtiendo que si en Madrid, o en las Provincias de España y sus islas adyacentes suscribe alguno por los 44 ejemplares que ya están publicados, sólo abonarán los precios que anteriormente estaban establecidos ; esto es, para las Provincias e Islas adyacentes 45 rs. por la suscripción de un año remitiendo los ejemplares por el correo francos de porte, y para Madrid a razón de 2 rs. por cada ejemplar; pero para las Américas se deberán abonar los mismos 190 rs. vn. por la suscripción de cada año, aunque comprenda los 44 ejemplares que ya están publicados.
2ª Para los que no quieran suscribir se venderá esta obra en las librerías acostumbradas a 2 rs. cada ejemplar de los que se publiquen en lo sucesivo, y a 3 cada uno de los 44 anteriores.
3ª Los ejemplares que de esta obra están publicados hasta ahora componen 11 tomos, que se hallarán encuadernados a la rústica en la citada librería de D. Antonio del Castillo, a 10 rs. cada uno. (…) »

8 In ipsis rebus, quae discuntur & cognoscuntur, insunt profecto invitamenta quaedam, quibus ad discendum cognoscendumque moveamur… Cicer. Fin. V n. 19.

9 « Ocupen las Ciencias el centro; pero la circunferencia sea una corona de pulidas letras ».

10 LA PARRA, Emilio, « La protection des hommes de lettres en Espagne à la fin du XVIII e siècle. La politique de Manuel Godoy », in Figures d'intellectuels des Lumières, de la Révolution et de l'Empire. Itinéraires croisés. Journée d'études du 31 mars 2004 organisée à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l'Homme, Aix-en-Provence, Publications de l'Université de Provence, à paraître.

11 A.H.N., Consejos, 11 279 (n° 66).

12 A.H.N., Consejos, 11 277.

13 On trouvera les références précises de chacune des illustrations citées dans le tableau récapitulatif figurant plus bas.

14 Cf. Diario de Madrid du vendredi 30 septembre 1808 (n° 54), p. 293 : «…La historia económico-política del reino de Valencia está ya concluida; y los tres números que faltan para la entrega del 2° trimestre se darán juntos en los primeros días de octubre. En ellos, aunque los redactores padecen detrimento, se dará el mapa geográfico de Valencia…»

15 « Al Rey Nuestro Señor », in Memorial literario. Biblioteca de Ciencias, Literatura y Artes, 30 mars 1808 (n° 9). Ce document (signé par Andrés de Moya Luzuriaga, Cristóbal de Beña y Velasco et Mariano de Carnerero), non paginé, figure à la fin du numéro : «… será [le Memorial literario ] un duradero monumento que recuerde a la posteridad, a par de las Glorias Españolas, la benevolencia de V. M. y la buena acogida que da a las Letras ».

16 La place de cette gravure, offerte en complément de l'article « Noticia de algunas particularidades de las funciones celebradas en esta Corte, con motivo de los Desposorios de los Serenísimos Sres. Infantes de España y Portugal » (pp. 332-355), varie d'une collection à l'autre (voir tableau supra).

17 Il peut s'agir soit de Fernando, soit de Francisco Miranda. Notons toutefois que le premier était spécialisé dans les gravures de presse. Cf. PAEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca nacional, Madrid, Ministerio de Cultura-Dirección General de Bellas Artes, Archivos y Bibliotecas, tome II (1982), notices 1405 et 1406, pp. 226-227. Cette gravure pleine page, qui n'est pas répertoriée par Elena Paez Ríos, figure dans l'article entre les pages 360 et 361.

18 « Problema matemático », in Memorial literario…, août 1785, pp. 451-454. Les deux dessins (présentés sous la forme d'un dépliant) qui complètent ce bref article (adressé par un lecteur du journal qui ne jugea pas utile de dévoiler son identité) précèdent ledit texte.

19 « Vindicación de la refutación escrita en Castellano por el señor D. Olao Gerardo Tichsen del Consejo de S.A.S. el duque de Mecklemburg, &c. traducida fielmente al Latín por D. Thomas Fermín de Arteta. 8° Madrid por Hilario santos, 1787, en la librería de Cero », in Memorial literario…, avril 1787, pp. 535-538. Illustrations intégrées au texte, p. 205.

20 « Matemática », in Memorial literario…, février 1788 (partie II), pp. 330-334 : deux figures géométriques p. 331; « Matemática », in Memorial literario…, août 1788 (partie I), pp. 547-555 : une figure géométrique p. 331 et « Matemática », in Memorial literario…, août 1788 (partie II), pp. 656-664 : une figure géométrique p. 658.

21 « Relación del feliz suceso de los Pararrayos del almacén de la pólvora del Castillo de Monjuich de Barcelona, llamado San Felipe, en el rayo que le cayó en la madrugada del día 14 de este mes », in Memorial literario.., septembre 1787 (partie I), pp. 234-238. Illustration intégrée au texte p. 86.

22 SÁNCHEZ MIÑANA, Jesús, « La colaboración del Dr. Salvà i Campillo con el Memorial literario de Madrid (1786-1790): una ventana sobre el paisaje científico y sus figuras en la Cataluña de finales del siglo XVIII », in Quaderns d'Historià de l'Enginyeria, 2000 (vol. IV), pp. 198-199.

23 « Observaciones meteorológicas. Descripción de la tempestad del día 10 de este mes », in Memorial literario, août 1787, pp. 484-509. La planche intitulée Figura de un nuevo Electrómetro, figure entre les pages 508 et 509.

24 Voir tableau supra.

25 « Prospecto de la obra periódica intitulada : Memorial literario, instructivo y curioso de la Corte de Madrid », in Gaceta de Madrid , 26 mars 1784 (n° 26), 4 p.

26 « Advertencia a los suscriptores de las Provincias, y extracto de el Prospecto de esta Obra », in Memorial literario, janvier 1785, p. 7 : « Descripción y aparato de las fiestas seculares, como son las iluminaciones, publicaciones de paz y guerra, coronaciones, inauguraciones, entradas de Embajadores, y demás celebridades públicas ».

27 « Noticia de las Funciones y Fiestas con que se ha celebrado el Desposorio de la Serenísima Señora Infanta Doña Carlota Joaquina, nieta del Rey, hija de los Príncipes Ntros. Sres. Con el Serenísimo Infante de Portugal Don Juan, hijo de la Reina y del Rey Fidelísimos. Para suplemento de la Gaceta de Madrid de 1° de abril de 1785 », 11 p. Le Memorial literario du mois de mars 1785, qui renvoie à ce texte daté du mois d'avril, fut de toute évidence publié après le mois de mars. Ces décalages dans le temps étaient semble-t-il assez fréquents.

28 « Noticia de algunas particularidades de las funciones celebradas en esta Corte, con motivo de los Desposorios de los Serenísimos Sres. Infantes de España y Portugal », in Memorial literario…, janvier 1785, pp. 332-355.

29 Cette gravure qui ne figure pas dans la collection conservée à la BNM (Biblioteca Nacional-Madrid), figure en revanche dans celle de la RBP (Real Biblioteca de Palacio-Madrid) à la fin du numéro (après l'index) ainsi que dans celle de la HMM (Hemeroteca Municipal de Madrid) où elle est insérée entre les pages 348 et 349.

30 PAEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome 2, notice 1739, pp. 447-448.

31 TORRIONE, Margarita (Ed.), Crónica festiva de dos reinados en la Gaceta de Madrid (1700-1759), Toulouse-Paris, Cric & Ophris, 1998.

32 « Noticia de algunas particularidades de las funciones celebradas en esta Corte, con motivo de los Desposorios de los Serenísimos Sres. Infantes de España y Portugal », in Memorial literario…, janvier 1785, p. 355 : « Fue universal el aplauso regocijo y contento, que manifestó el fiel pueblo de Madrid al ver tan de cerca a S.M. y demás Personas Reales ; ofreciendo cada uno en sus afectos y expresivas bendiciones la lealtad y amor que les inspiraba su corazón; y reinó tan buen orden, quietud, política y cortesanía en todas las gentes, que duplicó la alegría y gusto de tan magníficas fiestas ».

33 MASSON DE MORVILLIERS, Nicolas, « Espagne », in Encyclopédie méthodique (tome I), Paris, Panckoucke, 1782, p. 565.

34 « Oración que hizo a la Real Academia Española la Excma. Señora Doña Laría Isidra Guzmán y la Cerda, hija de los Excmos. Sres. Marqueses de Montealegre, Condes de Oñate &c. el día 28 de Diciembre próximo pasado, con motivo de haberla recibido por Socia dicha Real Academia », in Memorial literario…, mai 1785, pp. 5-13. Une longue note de bas de page (pp. 11-12) reproduit, référence bibliographique à l'appui, les propos tenus par les rédacteurs du Journal encyclopédique : « (I) A pesar de la modestia con que habla esta Excma. Sra. no podemos pasar en silencio la singular alabanza que ha merecido a los Autores del Diario Enciclopédico de Bouillon, los cuales en el tomo I° de este presente año, parte 2 a página 335, se explica en los términos siguientes : “Día 2 de Noviembre de 1784 la Real Academia Española de Madrid recibió por su Socia a la Excma. Sra. Doña María Isidra de Guzmán y la Cerda, hija del Excmo. Sr. Conde de Oñate, Marqués de Montealegre &c. Los votos que colocan hoy a esta Señorita en la clase de los primeros Sabios de su Nación, no provienen de la adulación o respeto, efectos ordinarios en las alabanzas de personajes de alta jerarquía, sino que recaen sobre un mérito sólido. Su instrucción en el idioma Griego y Latino ha admirado a los Individuos de la Real Academia que la ha asociado. Posee la lengua de Homero, de Virgilio, de Horacio &c. como la suya propia. Inimitable en el arte de hermosear sus traducciones con las gracias de la elocuencia; sabe también enriquecerlas con notas que demuestran una erudición exquisita y selecta, mayormente con los conocimientos sólidos de la Mitología, Historia, Geografía y Política. Aseguran que habla y escribe las lenguas Francesa e Italiana con aquella facilidad y armonía con que adorna los asuntos que presenta a la Literatura Española. A los cuidados de D. Antonio de Almarza su Maestro, es a quien debe España en reconocimiento el cultivo de los talentos e ilustración de esta Señorita” ».

35 «Noticia de los grados de maestra y Doctora en Filosofía y Letras humanas conferidos en los días 5 y 6 de este presente mes en la Real Universidad de Alcalá de henares a la Excma. Sra. Doña María Isidra Quintina de Guzmán y la Cerda, hija de los Excmos. Sres. Marqueses de Montealegre, condes de Oñate y paredes &c Socia de la Real Academia Española», in Memorial literario…, juin 1785, pp. 147-177.

36 Id., p. 148.

37 Id., p. 155 : « …heroina de las letras, no sólo de este tiempo, sino de todos los siglos, de todas las Universidades y de todas las naciones ».

38 Id., p. 168 : « Si recordamos la memoria de las mujeres ilustres en la Literatura, veremos el singular ejemplo en esta Señora, que en la corte edad de 17 años, ya aventajó a las que no alcanzaron tanta sabiduría, sino después de muchos años de estudio, y acaso de toda la vida…»

39 Id., p. 170 : « ¡Ejemplo nunca visto ni oído! Ya desde hoy en adelante quedarán confundidas las obstinadas preocupaciones de algunos que piensan que la porción más encumbrada de la República no apreciaba las letras; o de sentir con Aristóteles y otros Filósofos antiguos que el bello sexo era débil para el estudio ».

40 Id., p. 170.

41 PAEZ RÍOS, Elena, Repertorio de grabados españoles en la Biblioteca Nacional, op. cit., tome 1 (1981), notice 890, pp. 420-421.

42 « LA EXCMA. SRA. D. MARIA ISIDRA GUZMAN Y LA CERDA hija de los Excmos. Señores Marqueses de Montealegre , Condes de Oñate, Paredes &c. Recibió el grado de Doctora en Filosofía y Letras humanas en la Universidad de Alcalá el día 6 de Junio de 1785 a los 17 años de su edad ».

43 1785, Huile sur toile, 106 x 85 cm. Madrid, Universidad Complutense.

44 « Memorias de historia literaria / Suplemento a la noticia de las mujeres ilustre en Letras que dimos en el mes de Junio de este año con motivo de la relación de los grados de doctora en filosofía y Letras humanas conferidos a la Excma. Señora Doña María Isidra Quintina de Guzmán &c hija de los Excelentísimos Sres. Marqueses de Montealegre, Contes de Oñate, &c  », in Memorial literario…, novembre 1785, pp. 283-288.

45 « Memorias de la Excelentísima Señora Doña María Francisca Irene de Navia y Bellet, Marquesa de Grimaldo &c », in Memorial literario…, mai 1786, pp. 67-73.

46 Id., p. 67 : « = Una de las más nobles prendas que el hombre logra sobre todas las criaturas vivientes y sensibles es la razón; y una de las obligaciones que su imprescindible derecho les impone, es el cultivo de ella. No hay distinción de sexo, hombres y mujeres; niños, jóvenes y viejos en todas edades, en todos estados deben aprovechar el tiempo en perfeccionar su alma, llenarla de conocimientos, adornarla de virtudes y aspirar a la felicidad. La diferencia de clases en la República, y la mayor o menor proporción para adquirir estas perfecciones, son causa de la mayor o menor instrucción, y empleo de sus talentos. Las Señoras Ilustres nunca tendrán disculpa de no aplicarse a las Letras, y parecen que defraudan a una parte de su gloria en no dedicarse a ellas. No sucedió así a la Excelentísima Señora Doña María Francisca Irene de Navia, cuyos Padres conociendo la solidez del mérito que se adquiere por la buena educación, procuraron dotarla de aquellas luces con que había de brillar en su clase, no con un falso y aparente resplandor, sino con una clara luz que la había de distinguir algún día entre todas las de su edad... »

47 « Discurso en defensa del talento de las mujeres, y de su aptitud para el gobierno, y otros cargos en que se emplean los hombres ; compuesto por Doña Josepha Amar y Borbón, Socia de mérito de la Real Sociedad Aragonesa de los Amigos del País », in Memorial literario…, août 1786, pp. 399-430. Texte intégralement reproduit in LÓPEZ-CORDÓN CORTEZO, María Victoria, Condición femenina y razón ilustrada. Josefa Amar y Borbón , Zaragoza, Prensas Universitarias de Zaragoza, 2005, pp. 263-296. De même, lorsqu'en 1790, Josefa Amar y Borbón publia (Madrid, Benito Cano) son fameux Discurso sobre la educación física y moral de las mujeres, les publicistes du Memorial literario en donnèrent un résumé dans le numéro d'octobre 1790 (pp. 187-189). Cet ouvrage a également été réédité par María Victoría LÓPEZ-CORDÓN CORTEZO (Madrid, Ediciones Cátedra­Universitat de València-Instituto de la Mujer, 1994).

48 « Real Sociedad Económica Matritense de los Amigos del País », in Memorial literario , avril 1786, pp. 472-488 et mai 1786, pp. 74-91. Cette polémique est étudiée par BOLUFER PERUGA, Mónica, Mujeres e Ilustración. La construccion de la feminidad en la España del siglo XVIII, Valencia, Institució Alfons el Magnànim, 1998, pp. 341-388.

49 « Real Sociedad Económico Matritense / Discurso en defensa del talento de las mujeres… por Doña Josefa Amar y Borbón », pp. 399-430. Cf. introduction des rédacteurs du journal, pp. 399-400: « Un asunto tan controvertido y manejado por tan ilustres plumas, parecía que no dejaba que desear para que quedase terminada y aun decidida esta controversia; pero faltaba oír a la parte que era objeto de la disputa, restaba que el bello sexo hablase, y se le oyese. Tomó la defensa a su cargo una literata conocida ya en la republica literaria por su aplicación, talento, y escritos, y otras prendas que le han hecho acreedora a ser admitida en el número de una de las Reales Sociedades, que se han propuesto hacer feliz al reino de Aragón; Doña Josepha Amar y Borbón. Esta aplicadísima Señora luego que leyó uno y otro discurso, animada de un espíritu verdadero por la gloria de su sexo se propuso recopilar los ejemplos admirables de más Heroínas en letras, armas, y política, y hacer presentes los errores, y preocupaciones en que están no solo los hombres, sino aun las mismas mujeres del poco aprecio, que creen debe hacerse de su talento, para las cosas civiles, y conocimientos sólidos, de que se las procura apartar por la instrucción, y en algunos ramos del Estado; cuya Apología, que remitió a esta Real Sociedad económica de Madrid, es la siguiente….»

50 « Advertencia a los suscriptores de las Provincias, y extracto de el Prospecto de esta Obra », in Memorial literario, janvier 1785, p. 7: « Noticia de las ruinas de los edificios y obras públicas, sus reparaciones, edificaciones e incendios que acaecen ».

51 LARRIBA, Elisabel, « En llamas. La Plaza Mayor destruida en 1790 », in La Aventura de la Historia (Año 9, n° 101), pp. 60-68.

52 Memorial literario..., août 1790 (partie I), pp. 532-558.

53 « Muestra de la beneficiencia del Excelentísimo Señor Duque de Medinaceli y de San Estebán, en el socorro del incendio de la Plaza Mayor de Madrid la noche del 16 de Agosto », in Memorial literario…, septembre 1790 (partie II), pp. 149-152.

54 Ibid., pp. 150-151: « Persuadido íntimamente de que la propiedad de las riquezas no podía tener lugar cuando se presentaban a sus ojos innumerables hermanos suyos, víctimas inocentes del fuego, destituidos de amparo y de sustento, que reclamaban los derechos de la humanidad y de la naturaleza, abandonó una porción de sus bienes sacrificándola al bien de sus conciudadanos con aquel placer inocente que solo se deja gustar de las almas virtuosas y compasivas ».

55 « Lista de los Caballeros nombrados para la questa pública », in Memorial literario, août 1790 (partie I), pp. 550-556.

56 In n° août 1790 (partie I), pp. 539-558, septembre 1790 (partie I), pp. 72-73 et décembre 1790 (partie I), pp. 481-492.

57 « Informe de D. Pedro Gutiérrez Bueno, Catedrático de Química, al Excmo. Señor Marqués de Santa Cruz, sobre la salubridad del aire en la Plaza Mayor », in Memorial literario, septembre 1790 (partie I), pp. 73-78.

58 Parmi celles-là figure la gravure signée par Joseph Jimeno dont un exemplaire est conservé à la BNM (Inv. Est. 14873) et qui fut annoncée dans la Gaceta de Madrid du 14 septembre 1790 (n° 74), p. 606: « Estampa iluminada en medio pliego de papel imperial de Holanda, que representa la vista que ofrecía el incendio de la plaza mayor de Madrid la noche del día 16 de Agosto de este año, dibujada y grabada por D. Joseph Ximeno. Se hallará en las Librerías de Luna, red de S. Luis; de Castillo, frente a San Felipe; y de Escribano, calle de las Carreta ».

59 Gaceta de Madrid, 31 août 1790 (n° 70), p. 582: « Plan de la Plaza mayor de Madrid, en que se manifiesta la parte que se quemó de resultas del incendio padecido en la noche del 16 de este mes y días inmediatos. Va señalado el terreno que cogió el fuego, comprendiendo las casas derribadas en todo o en parte para atajar los progresos de las llamas: acompañan una breve razón de esta desgracia, y una noticia histórica de la construcción de la Plaza, y de los incendios que padeció anteriormente. Puede remitirse en carta, y colocarse con su explicación a modo de mapa con medias cañas o en marco. Véndese a real en la Librería de Escribano, frente a la Imprenta Real; y en el puesto de la Gazeta, calle de Toledo ».

60 Gaceta de Madrid, 7 de septembre 1790 (n° 72), p. 598: « Vista de las ruinas de la Plaza mayor de Madrid, causadas por el incendio de la noche del 16 de Agosto de este año, en una estampa de medio pliego de marca, en la que con su explicación al pie y exactamente copiados se señalan con números los principales edificios y ruinas de dicha plaza. Se hallará en la Librería de Quiroga, calle de la Concepción; en Sevilla en la de Caro; en Valencia en al Imprenta de Orgas; y en Barcelona en la de la viuda de Piferrer. Puede ir en carta ». Un exemplaire de cette gravure pourra être consulté à la BNM (Inv Est n° 14882).

61 Gaceta de Madrid, 10 septembre de 1790 (n° 73), p. 606: « Vista de la Plaza mayor de Madrid al tiempo de manifestarse el fuego en la noche de 16 de Agosto de este año; y de los estragos que hizo el primer día. Véndese a 2 rs. en la Librería de Escribano, calle de las Carretas; en el puesto del Diario calle de Toledo; y en Cádiz en la casa de Sabid ». Un exemplaire de cette gravure pourra être consulté à la BNM (Inv. Est 14870).

62 La première annonce du genre fut publiée dans la Gazeta de Barcelona del martes 7 de setiembre de 1790 (n° 72) p. 596: « Plan de la Plaza mayor de Madrid, en que se manifiesta la parte que se quemó de resultas del incendio padecido en la noche del 16 de este mes y días inmediatos. Va señalado el terreno que cogió el fuego, comprendiendo las casas derribadas en todo o en parte para atajar los progresos de las llamas: acompañan una breve razón de esta desgracia, y una noticia histórica de la construcción de la Plaza, y de los incendios que padeció anteriormente. Puede remitirse en carta, y colocarse con su explicación a modo de mapa con medias cañas o en marco. Véndese a real en la Librería de Escribano, frente a la Imprenta Real; y en el puesto de la Gazeta, calle de Toledo ».

63 « Noticia del Incendio acaecido en la Plaza Mayor de Madrid », in Diario de Valencia, 24 août 1790 (n° 55), pp. 218-219; « Al Incendio acaecido en la Plaza Mayor / Soneto », in id., 30 août 1790 (n° 61), p. 243; « Continuación de las Noticias del Incendio de Madrid. Día 26 del corriente », in id., 31 août 1790 (n° 62), pp. 246-247; « Continuación de las noticias del Incendio de la Plaza mayor de Madrid », in id., 4 septembre 1790 (n° 66), pp. 262-263 et « Continuación de las noticias del incendio de la plaza mayor de Madrid. Noticia de la heroica resolución de los dos militares en la extinción del fuego de maderos incendiados », in id., 5 septembre 1790 (n° 67), pp. 266-268.

64 Le plan et son explication d'une page figurent à la fin du numéro du mois de septembre (partie I) comme le stipule une note insérée p. 78 : « Para mejor poderse hacer cargo de la parte incendiada, véase el Plano que va al fin con explicación ».

65 GARCÍA FOLGUERA, María de los Santos, « El incendio de la Plaza Mayor de Madrid en 1790 y los sistemas de construcción en la Ciudad », in Anales del Instituto de Estudios madrileños , Madrid, CSIC, 1982, pp. 485-499.

66 « Relación de una niña monstruosa nacida en Barcelona en este corriente año », in Memorial literario…, avril 1789 (partie I), pp. 596-600.

67 Id., p. 596: «…bien persuadido de lo mucho que sirve para la exacta observación de semejantes fenómenos, dispuso D. Pedro Pablo Montaña sacase un fiel diseño de ella, sobre el cual la grabase D. Pascual Moles…»

68 La gravure, reproduite dans le Memorial literario et insérée entre les pages 596 et 597, n'est pas signée et n'est pas répertoriée dans le catalogue d'Elena PAEZ RIOS : voir la notice consacrée à Pedro Pascual Moles (fondateur notamment de l'Ecole de dessin de Barcelone et membre de diverses académies dont celles de San Carlos, à Valence et de San Fernando, à Madrid), op. cit., tome II (1982), notice 1411, pp. 230-234.

69 « Relación de una niña monstruosa nacida en Barcelona en este corriente año », op. cit., p. 596 : «…comisionó a los Médicos D. Francisco Salvá y D. Francisco Samponts, con los Cirujanos D. Domingo Vidal y D. Antonio Sangerman, para que hicieran una escrupulosa disección anatómica del pequeño cadáver…»

70 Diario de Madrid du 23 mai 1791, p. 580 (a-b): « Estampa en que se representa un Monstruo de la Naturaleza que ha nacido en un pequeño lugar de la corte de Turín, estados del rey de Cerdeña, sin manos, ni pies, y del principio del muslo le sale un dedo con el que toca un tambor, y escribe, y con la boca enhebra una aguja y otras varias habilidades. Se hallará en la librería de Escribano calle de las Carretas y en el puesto del Diario frente de Santo Tomás ».

71 Gaceta de Madrid, 14 juillet 1789 (n° 56), p. 484: « Memorial literario de Abril, parte Ia. Contiene (…) relación de una niña monstruosa nacida en este año en Barcelona, con una lámina que la representa &c. (…) »

72 « Carta a los Editores del Memorial literario de Madrid », in Memorial literario…, août 1789 (partie II), pp. 612-626.

73 Ibid., p. 612: « Señores. He leído la Relación de una Niña monstruosa nacida en Barcelona, que Vms. han publicado, acompañada de una lámina en la parte primera del mes de Abril ».

74 « Copia de la certificación auténtica de un Niño monstruoso inspeccionado en forma en la Ciudad de Queratero en Nueva España el día 2 de febrero de 1789 », in Memorial literario…, juin 1789 (partie I), pp. 234-238.

75 Ibid., p. 235: «… Don Pedro Antonio de Septien, Regidor Decano, Alferez Real, procurador mayor general de esta Ciudad y comisionado por su ilustre Ayuntamiento para la colección de noticias interesantes, y conducentes al mayor lustre y utilidad de la Gaceta de Méjico…»

76 Ibid., p. 236: «…su monstruosidad consiste en tener, como tiene, cuatro piernas, y otros tantos pies, y en ellos 23 dedos, cuatro nalgas, dos miembros viriles, dos bolsas testiculares, y un solo testículo en cada bolsa, cuyos miembros se hallan distribuidos y colocados en la forma siguiente…»

77 Gaceta de Madrid, 25 août 1789 (n° 68), p. 580: « Memorial literario de Junio, parte Ia. Contiene dos Reales Cédulas, una sobre el establecimiento de Cementerios en Indias, y otra para que no se restituyan los Negros fugitivos de las Colonias extranjeras: noticia de las honras celebradas en Mahon por el alma del Sr. Rey D. Carlos III : efectos perniciosos del lujo : extracto de una disertación sobre el Derecho de gentes : proclamación del Rey Ntro. Sr. En Málaga: relación de un niño monstruoso con cuatro piernas y 23 dedos, con una lámina que lo representa : carta sobre los hongos venenosos &c. Se hallará en los puestos acostumbrados ».

78 « Historia natural », in Memorial literario..., novembre 1789 (partie II), pp. 427-428.

79 Ibid., pp. 427-428: « […] Se tomó medida a alguno de ellos, y se vio que tenía de largo 70 palmos Castellanos y 16 de ancho. Era la cabeza roma de 24 palmos de larga : cada aleta de 8 palmos. La cola partida como la del Bonito de 20 palmos de ancha, y el peso de todo el cuerpo como de 19 quintales; aunque de algunos según la relación impresa en Barcelona se pondera hasta 500 quintales, sino es yerro de imprenta o equivocación. / En la mitad de la cabeza se observan los ojos como de buey, distantes 16 palmos de la punta del hocico. Este era grueso y los agujeros o ventanas de la nariz tan anchos que cabía un puño, y terminaban en la boca, cuya abertura era de 18 palmos de largo. Tenía dos ordenes de dientes de cinco pulgadas de grueso, salía dos pulgadas más afuera de la quijada. / Algunos llamaban esta especie de peces Puercos, otros Órganos, otros Mulares, y aun creían que no se habían visto jamás en el mediterráneo, y por consiguiente que eran del mar océano […] »

80 Ibid., p. 428: « Hemos copiado la lámina que estamparon en Barcelona con su pitipie de palmos Catalanes, reduciendo un poco más a la forma de nuestro Memorial ».

81 « Boletín de noticias diarias-Diversiones públicas », in Minerva, o el Revisor general, 17 octobre 1808 (n° LXXXIII), p. 39: « No hace mucho que los papeles franceses nos anunciaron la muerte del oso blanco del mar glacial, que se veía en la casa de las ferias de París; y como era un animal grande, extraño y de hermosa piel, y le habían visitado muchas y muy distinguidas personas, y era muy conocido en Francia y fuera de ella, parecía muy conveniente que toda la Europa supiese que ya no existía. También era muy conocida la elefanta, y así se nos dice que ha engruesado monstruosamente, y que pesa unas 320 arrobas, que es un buen pesar, y esta y la anterior muy importantes noticias, y muy dignas de ocupar todos los Periódicos. / Al mismo tiempo se acercaba a esta Corte otro monstruoso elefante, y en tanto que teníamos el gusto de verle, se nos vendían sus diferentes retratos a beneficio de nuestra curiosidad y del bolsillo de los grabadores. Llegó por fin la disforme bestia, que venía, según me han dicho, en un gran carro tirado por ocho fuertísimos caballos, y cual el de Troya, hubo de entrar por las puertas de esta villa para irse a alojar a un caserón de la calle del Barquillo, donde el Señor Padovany, su amo, le deja ver por la moderada contribución de 8, 6 o 4 rs. según uno esté sentado o de pie, en primero o segundo lugar / Cosas extrañas y casi increíbles nos refiere el Diario del 5 de este mes de tan prodigioso animal; pues conviene saber primero que la naturaleza sólo le formó para hacer antítesis, figura retórica, a la que es muy aficionado : segundo, tiene este enorme cuadrúpedo una inteligencia muy delicada, y lo que más pasma es su afectuosa y sensible moralidad, es complaciente y hace una infinidad de cosas agradables; es amable y amigo : en fin es la criatura de su especie la más apacible, y de inteligencia más delicada de cuantas han parecido jamás en nuestro hemisferio ».

82 Id.

83 « Problema matemático », in Memorial literario…, août 1785, op. cit.

84 Gaceta de Madrid, 25 octobre 1785 (n° 85), p. 700 : « El Memorial literario de Agosto se hallará en esta Corte desde mañana Miércoles en las Librerías acostumbradas, y en Cádiz en casa de Don Antonio Iglesias. Contiene el Edicto del Santo Oficio de la Inquisición publicado el día 11 de dicho mes, en que se prohíben y mandan expurgar respectivamente varios libros, tratados y papeles que en él se refieren : un problema matemático sobre el movimiento continuo : noticia de un específico descubierto contra la rabia canina y mordedura de la víbora y alacrán : un epigrama latino en alabanza del arte de hacer hablar los mudos y sordos de nacimiento : una oda premiada por la Sociedad del reino de Galicia &c. »

85 La question sur la quadrature du cercle donna lieu à toute une série d'articles publiés entre février 1788 et juin 1790: février 1788 (Partie II), pp. 330-334 ; août 1788 (Partie I), pp. 547-555 et pp. 555-556 ; août 1788 (Partie II), pp. 656-664 ; décembre 1788 (Partie II), pp. 664-676 ; octobre 1789 (Partie I), pp. 217-227; décembre 1789 (Partie II), pp. 607-631 et juin 1790 (Partie II), pp. 314-318.

86 « Matemática », in Memorial literario…, février 1788 (Partie II), pp. 330-334 (deux figures p. 331); « Matemática », in Memorial literario…, août 1788 (Partie I), pp. 547-555 (une figure p. 551) et ibid. (Partie II), pp. 656-664 (une figure p. 658).

87 « Observación astronómica del tránsito del Planeta Mercurio por el disco del Sol, hecha en Madrid en la mañana del Jueves 4 de este mes por D. Pedro Alonso Salanova y Guilarte, natural de esta corte », in Memorial literario…, mai 1786, pp. 7-52.

88 Ibid., pp. 9-10: «…acompañándonos un buen amigo, D. Joseph Antonio Velderrayan (joven de talento, y de mucha afición al objeto de la Astronomía que se ofreció gustoso a ayudarnos en la observación), madrugamos ambos, y eligiendo el paraje más cómodo y levantado sobre el horizonte que se proporcionó, pudimos observar con muy suficiente exactitud dicho fenómeno del tránsito de Mercurio…»

89 Ladite planche signée par l'auteur de l'article (« Don Pedro Alonso de Salanoba lo delineó, y gravó 1786 ») figurait sous la forme d'un dépliant (29 x 21 cm) entre les pages 508 et 509.

90 « Madrid 19 de mayo », in Gaceta de Madrid, 19 mai 1786 (n° 40) pp. 332-334 [p. 333: « El mismo observador ofrece comunicar al público más individual y circunstanciada esta observación astronómica en el Memorial literario del presente mes, con la explicación y demostración exacta de todos sus datos y afecciones, especialmente las diferencias de longitud, latitud y altura que tuvo Mercurio : sus diferencias azimutales: longitud y latitud geocéntricas : cantidad del segmento solar cortado por la orbita del planeta : dígitos corridos… »

91 « Observación astronómica del tránsito del Planeta Mercurio… », op. cit. , p. 33: « Como hay sujetos superficiales que no leen con el mayor aprecio las materias de Astronomía, y desean más bien que estas se traten ligera, y brevemente, sin internarse a objetos que a ellos les parecen de poca monta, y de ninguna utilidad, ni importancia; creo muy bien dirán de nuestra observación que es demasiado extensa, y prolija, y que desciendo en ella a unas menudencias muy triviales : nuestro intento ha sido de exponerla con toda la individualidad, y exactitud que ha podido ser susceptible a nuestro cuidado; para que si da la casualidad de que llegue, fuera de nuestra Península, se desengañen de que por acá no faltan sujetos aplicados al nobilísimo, y utilísimo estudio de la gran Ciencia de la Astronomía, como juzgan… »

92 « Observaciones meteorológicas. Descripción de la tempestad del día 10 de este mes », in Memorial literario…, août 1786, pp. 484-509.

93 Ibid., p. 491: « Entretanto oigamos a nuestro íntimo amigo D. Pedro Alonso de Salanova y Guilarte sobre los medios con que puede evitarse en parte la uia de los efectos eléctricos del rayo. Este laborioso y aplicado Físico-Matemático entre las muchas obras de toda especie de literatura que tiene compuestas, es la más voluminosa la que trata los asuntos instructivos y curiosos relativos a la Geografía, Astronomía, Física Experimental, Historia Natural, Química, Botánica, Medicina, Matemática pura, y otros ramos de ciencias naturales y exactas. Una de las Disertaciones u opúsculos que se hallan entre sus papeles se intitula : Historia natural físico-química de las Tempestades y explicación de todos sus fenómenos y meteoros por las leyes de a electricidad, Magnestismo y fermentación, la que por su mucha extensión es imposible incluir en este Memorial; pero su Autor que desea contribuir con sus tareas literarias en utilidad de la Nación nos ha franqueada graciosamente el párrafo 6 de ella que habla de los medios de guarecerse en lo posible del meteoro del rayo, con la explicación y demostración de un nuevo Electrómetro muy fácil de invención suya…»

94 Partie I, pp. 78-88.

95 SÁNCHEZ MIÑANA, Jesús, « La colaboración del Dr. Salvà i Campillo con el Memorial literario de Madrid (1786-1790) : una ventana sobre el paisaje científico y sus figuras en la Cataluña de finales del siglo XVIII », in Quaderns d'Historià de l'Enginyeria , 2000 (vol. IV), pp. 198-199.

96 « Relación de feliz suceso de los Pararrayos del almacén de pólvora del Castillo de Montjuich de Barcelona, llamado San Felipe, en el rayo que le cayó en la madrugada del día 14 de este mes », op. cit., p. 86 : « Para mayor inteligencia de lo referido se insertan las figuras siguiente ». Suit la gravure (p.86).

97 Ibid., p. 78 : « Uno de los descubrimientos más útiles al género humano, y que han acreditado más la Física moderna, ha sido la invención de los Pararrayos, Guardarayos, o Conductores eléctricos, cuyo objeto es defendernos de los funestos estragos del rayo ».

98 « Memoria en que se trata del insecto grana o cochinilla, de su naturaleza y serie de su vida, como también del método para propagarla, y reducirla al estado en que forma uno de los ramos más útiles del comercio, escrita en 1777 por el Autor de la Gazeta literaria de Méjico », in Memorial literario…, février 1797 (partie I), pp. 157-195.

99 José Alzate, membre correspondant de l'Académie des Sciences de Paris, du Real Jardín Botánico et de la Vascongada, fonda au Mexique divers périodiques comme le Diario literario de Méjico ou la Gazeta de Literatura de Méjico. Les différentes facettes de ce personaje sont abordées dans ACEVES PASTRANA, Patricia (Ed.), Periodismo científico en el siglo XVIII : José Antonio de Alzate y Ramírez , México, Universidad Autónoma Metropolitana, 2001.

100 « Memoria en que se trata del insecto grana o cochinilla, de su naturaleza y serie de su vida, como también del método para propagarla, y reducirla al estado en que forma uno de los ramos más útiles del comercio, escrita en 1777 por el Autor de esta Gazeta », in Gazeta de Literatura de México du 5 février 1794 (n° 26), pp. 199-206; 28 février 1794 (n° 27), pp. 207-215; 24 mars 1794 (n° 28), pp. 215-222; 12 avril 1794 (n° 29), pp. 223-230; 12 mai 1794 (n° 30), pp. 231-238; 21 juin 1794 (n° 31), pp. 239-246 et 9 août 1794 (n° 32), pp. 247-254. Ces exemplaires de la Gazeta de Literatura de México sont consultables à la HMM [AH4 / 4 (n° 785)].

101 ALZATE Y RAMÍREZ, Josef Antonio, Memoria en que se trata del insecto grana o cochinilla, de su naturaleza y serie de su vida, como también del método para propagarla, y reducirla al estado en que forma uno de los ramos más útiles del comercio, escrita en México en 1777 por D. Josef Antonio de Alzate , en Madrid, en la Imprenta de Sancha, 1795, X + 227 + 3 planches sous forme de dépliants. Deux exemplaires de cet ouvrage sont conservés à la BNM [2 / 49462 et 3 / 22319].

102 « Memoria en que se trata del insecto Grana o Cochinilla, de su naturaleza y serie de su vida, como también del método para propagarla, y reducirla al estado en que forma uno de los ramos más útiles del comercio, escrita en México en 1777 por el Autor de la Gazeta literaria de Méjico », in Memorial literario…, février 1797 (partie I), pp. 157-158 : « Los hombres, por lo general encerrados en sus casas; o embebecidos con pensamientos dirigidos a dar ensanches a su fortuna, desdeñan aun el mirar un pequeño insecto : llegados a un lugar, lo primero o lo único a que se dedican es a registrar los edificios públicos, y a pensar arbitrios con que establecer o aumentar los caudales, sin considerar que en el más despreciado viviente se hallan más maravillas en su constitución orgánica, que en el conjunto de todas las obras antiguas o modernas, fabricadas por la dirección de los mortales. El Templo del Vaticano, el Palacio de Versalles, portentosos efectos de la Arquitectura y poder, ¿podrán compararse a la fábrica del despreciado cuerpecillo de una pulga? / La Historia natural no presenta a primera vista medios proporcionados a establecer fortuna; pero la complacencia que se experimenta en la contemplación de cualesquiera producción, acarrea al alma un regocijo que no es capaz de explicarse, sólo lo siente quien lo experimenta : es un caudal inagotable, y que sirve de infinita diversión en todos tiempos y en todas ocasiones, cuando se poseen los principios y dialecto de Historia natural. El terreno más árido ofrece proporciones con que divertirse sin tedio : aseguro, por haberlo observado aun en personas enteramente poseídas de indolencia, que después de leídos un par de párrafos en la célebre Historia de los Insectos, escrita por Mr. Reaumur, en el Diccionario de Historia natural, o en algunos otros libros, no piensan sino en leer toda la obra».

103 Cette gravure (19 x 13 cm) figure en ouverture du tome III de la Gazeta de Literatura de Méjico [HMM : AH4 / 4 (n° 785)]. Elle figure également, mais en version non colorisée, dans l'édition péninsulaire de l'ouvrage (Madrid, Imprenta de Sancha, 1795), p. 23 (20,4 x 14,5 cm) [BNM : 2/49462 ou 3/22319].

104 Cf. « Nota », in Gazeta de Literatura de Méjico, 5 février 1794 (n° 26), p. 206 : « En el número siguiente se publicarán dos estampas que sirvan para aclarar lo que se dice en la Memoria y que los Lectores se hagan cargo de la constitución orgánica de la Grana ».

105 « Nota », in Gazeta de Literatura de Méjico, 21 juin 1794 (n° 31), p. 246: « Dará fin en la siguiente acompañada de dos estampas ».

106 « Advertencia », in Gazeta de Literatura de Méjico, 9 août 1794 (n° 32), pp. 252-253 : « Advertencia. Prometí en la anterior dos Estampas, las que juzgaba necesarias; pero el Abridor redujo a una todo lo que hubiera salido en dos; en virtud de haber reducido a punto menor las figuras; y en la Gazeta de Literatura se debe economizar todo lo que se pueda, porque apenas sufre los gastos de impresión. Tengo recibidos cuatro papeles anónimos sobre Grana: aviso a su Autor me participe por qué vía podré devolvérselos, porque no puedo imprimir lo que se opone a las resoluciones del Gobierno, a quien puede dirigirlas el Anónimo, si las juzga de algún interés: no es la Gazeta de Literatura conducto por donde se difundan especies anónimas, contrarias al intento con que se publica ».

107 Gaceta de Madrid, 2 mai 1797 (n° 35), p. 364: « Memorial literario. Febrero : Partes Ia y IIa : contiene el extracto de una Memoria sobre el objeto más importante de la agricultura : otra sobre el insecto grana o cochinilla, y el método de propagarla : noticia de los premios distribuidos en el estudio de las Humanidades en la Ciudad de Granada : observaciones médicas de los tres últimos meses de 1796 : observaciones sobre la isla de malta, la ciudad Valeta, el Gozo, &c.; por D. Joseph María Calderón de la Barca ».

108 « Vida de John Elwes », in Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias y Artes, n° 20 juin 1805, pp. 360-375.

109 Ibid., p. 364 : « Si hubiéramos de referir todos los rasgos singlares de este hombre extravagante, nos detendríamos demasiado, y así procuraremos no hacer mención sino de las principales anécdotas que ofrece su vida ».

110 Ibid., pp. 360-361 : « … merece ocupar el primer puesto en la clase de aquellos pobres ricos, que se cercenan muchísimo de lo más necesario para dejar inmensas riquezas a sus herederos, después de haber sido ridículamente esclavos de sus tesoros ».

111 Ibid., p. 375 : « Vivió para amontonar tesoros, y lo logró efectivamente; pero cuanto más crecieron éstos, tanto más creció su desasosiego, y tanto más infeliz fue. ¡Ojala que este ejemplar pueda servir de una lección bien instructiva a todos los avaros! Para gozar del dinero, es preciso poseer otro secreto que el del amontonamiento, y este secreto es no anhelar el oro que esclaviza y degrada al hombre, disfrutarle sin prodigalidad, buscarle sin ansia; y contentándose con lo suficiente, emplear lo superfluo en alivio de los menesterosos ».

112 Voir note 17.

113 Ibid., p. 360 : «…su rostro es una prueba evidente de la verdad de cuanto se escribe de él…»

114 Cf. l'annonce parue dans le Diario de Madrid du 6 février 1799 (n° 37, p. 149) concernant la mise en vente de la célèbre série des Caprices : « Colección de estampas de asuntos caprichosos, inventadas y grabadas al agua fuerte, por Don Francisco de Goya. Persuadido el autor de que la censura de los errores y vicios humanos (aunque parece peculiar de la elocuencia y la poesía) puede también ser objeto de la pintura: ha escogido como asunto de las extravagancias y desaciertos que son comunes en toda sociedad civil, y entre las preocupaciones y embustes vulgares, autorizados por las costumbres, la ignorancia o el interés, aquellos que ha creído más aptos a suministrar materia para el ridículo ».

115 « Vida de John Elwes », op. cit., p. 360 : « Hemos creído no disgustar al público acompañado la presente vida con el retrato de Elwes, pues además de que su rostro es una prueba evidente de la verdad de cuanto se escribe de él, cumplimos por otra parte con la oferta que tenemos hecha de insertar de cuando en cuando algunas láminas en este periódico ».

116 « Respuesta a la pregunta de Mr. Masson. En la Enciclopedia metódica, artículo España, preguntó Masson : ¿Mais que doit-on à l'Espagne? ¿Et depuis deux siècles, depuis Quatre, depuis dix qu'a-t-elle fait pour l'Europe? », in Memorial literario. Biblioteca de Ciencias y Artes, 10 janvier 1808 (n° 1), pp. 23-28 et « Respuesta a Mr. Masson : Varias reflexiones acerca de España considerada como guerrera, comparada con las demás naciones de Europa », in ibid., 20 janvier 1808 (n° 2), pp. 45-50. Sur l'affaire Masson de Morvilliers on pourra consulter notamment LOPEZ, François, Juan Pablo Forner et la crise de la conscience espagnole au XVIIIe siècle, Bordeaux, Institut d'Etudes Ibériques et Ibéro-américaines de l'Université de Bordeaux, 1976, pp. 317-436 et BREMOND, Joël, « L'affaire Masson de Morvilliers ou la confrontation de deux visions du monde », in VOLZ, Gunter (coord.), Individu et autorités : Positions de la Presse des Lumières. Actes du colloque tenu à Nantes 27-29 septembre 2001, Nantes, Université de Nantes, 2004, pp. 103-118.

117 « Respuesta a la pregunta de Mr. Masson. En la Enciclopedia metódica, artículo España, preguntó Masson : ¿Mais que doit-on à l'Espagne? ¿Et depuis deux siècles, depuis Quatre, depuis dix qu'a-t-elle fait pour l'Europe? », op. cit., p. 23 : « …aunque meros redactores de un periódico, trataremos de vindicar el honor ultrajado de nuestra nación, sustituyendo en el lugar que ocupa la ofensa un desengaño repetido, para convencer a algunos preocupados, que aun no conocen el terreno que pisan ».

118 « Respuesta a Mr. Masson : Varias reflexiones acerca de España considerada como guerrera, comparada con las demás naciones de Europa », op. cit., p. 45 : « Debe el Literato emplear todos sus conocimientos en mantener la gloria de su nación, así como el militar se ocupa de defenderla ».

119 « Al Rey Nuestro Señor », in Memorial literario. Biblioteca de Ciencias y Arte, 30 mars 1808 (n° 9) [document non paginé fermant le numéro] : « Si la gloria de nuestra Nación es la del Monarca que la gobierna, y si los progresos del entendimiento, el esplendor de las Ciencias, la utilidad de las Artes, y las amenidades de la Literatura contribuyen a que sea temido de los extraños y amado de los suyos; nosotros que anhelando por restablecer las glorias de nuestra Patria, y fomentar los adelantamientos de toda especie, nos hemos propuesto presentar a la vista del mundo una Historia Económico-Política de la Península dividida en Compendios Históricos, estadísticos y Biográficos, a nadie debemos dedicar estos trabajos, tales cuales sean, sino a V.M. de cuyo Reinado se esperan con justicia tantas y tan grandes felicidades. / Habiendo además tenido nosotros el honor de que V.M. suscribiese a este periódico desde su publicación, cuando era Príncipe, no dudamos, que después de haberse ceñido la Corona con general aplauso de toda la Nación, nos dispensará como Rey y como Padre su Protección augusta, y que llevando al frente nuestro Memorial tan esclarecido Nombre, adquirirá nuevo lustre y será un duradero monumento que recuerde a la posteridad, a par de las Glorias Españolas, la benevolencia de V.M. y la buena acogida que da a las Letras ».

120 Les deux planches intitulées Trajes de Valencia, composées chacune de 4 estampes (14 x 22,5 cm) sont conservées à la BNM [Est. Inv. 38227-28]

121 « Estadistica. Idea general de la Huerta de Valencia », in Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias, Literatura y Artes, 30 janvier 1808 (n°3), pp. 56-60. La planche (au format du journal et donc version réduite de l'original) est insérée entre les pages 58 et 59.

122 Colección de Trajes de España, tanto antiguos como modernos, Que comprehende todos los de sus Dominios, Dividida en dos Volúmenes con ocho cuadernos de a doce Estampas cada uno. Dispuesta y gravada, por D. Juan de la Cruz Cano y Holmedilla Geógrafo pensionado de S.M. e individuo de las Reales Academias de S. Fernando, y Sociedad Bascongada de los Amigos del País. Se hallará en Casa de M. Copin carrera de S. Geronimo, 1789, Con Privilegio de S. M. On pourra consulter les éditions en fac-similé réalisées par Valeriano Bozal (Madrid, Turner, 1988 [1 ère édition 1981], 28 p. + 86 planches en couleur, 35 cm.)

123 Juan de la Cruz y Cano, ulcéré par la multiplication des éditions pirates de sa Colección de trajes..., n'hésita pas à faire montre publiquement de son mécontentement comme en témoigne la Advertencia qui figure au bas de la planche 76 (publiée en 1788) : “En Francia y Alemania están copiando esta Colec n. sin G cia . alguna vendiéndola en n ros . Puertos de Mar ; esperamos para poder continuarla q. la Península q. la ha protegido no preferirá las contrahechas”.

124 RODRIGUEZ, Antonio, Colección general de los Trajes que en la actualidad se usan en España : principiada en el año de 1801. En Madrid. Se hallará en las librerías de Castillo frente a las Gradas de San Felipe, y de la Viuda de Cerro red de San Luis, 112 planches. [On pourra par ailleurs consulter les éditions réalisées par Valeriano BOZAL (Madrid, Visor, 1982) et Juan CARRETE PARRONDO (Madrid, Ayuntamiento, 1989).] La collection fut d'abord proposée sous la forme de livrets vendus chacun à 8 ou 20 réaux comme en témoigne l'annonce parue dans la Gaceta de Madrid , 22 septembre 1801 (n° 91), p. 992 : « Cuaderno I de la colección general de trajes de España según se usan actualmente, siguiendo el mismo orden, y grabados por los mismos profesores que dan a luz los del mundo descubierto arreglados a la edición del Viajero universal; los cuales noticiosos que el público desea tener los trajes nacionales, han determinado para complacer el dar alternativamente y sin faltar el orden que siguen en los del Viajero esta nueva colección, la que igualmente que la otra tendrá el público la libertad de tomarla por cuadernos sueltos, alternados o seguidos según le acomode, y a los mismos precios de 8 rs. en negro sin iluminar, y 20 los iluminados, en las librerías de Castillo, frente a las gradas de San Felipe de Neri, y de la viuda de Cerro, red de San Luis ».

125 Cf. annonce parue dans le Diario de Madrid du 30 mars 1808 (n° 90), pp. 398-399 : « Número 8 del Memorial literario. Contiene este número el artículo 8 de la historia del reino de Valencia; que comprende desde la venida de los alanos hasta las guerras del Cid; una idea general de la estadística de los campos de Segorve, Murviedro y del valle de Segó y los Llogarets; la vida del doctor Melchor de Villena; una epístola a Celio; un soneto, y el artículo de variedades. Se hallará, con los anteriores, en la librería de Escribano, calle de las Carretas, donde se admiten suscripciones para todas partes. Se advierte al público que por haberse retrasado la venida del dibujo de la vista de Valencia, no ha podido concluirse la lámina cuando se quería, y que por esta razón se retardará de dos o tres días la entrega del número 9 ».

126 « Estadística. Idea general de la Ciudad de Valencia y su Estadística », in Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias, Literatura y Artes , 30 mars 1808 (n°9), pp. 204-210. La gravure ( Ciudad de Valencia, vista por el lado del Norte ) signée par Antonio Rodríguez (dessinateur) et Pedro Vicente Rodríguez (graveur) est insérée entre les pages 204 et 205.

127 La planche (signée par les mêmes artistes que la précédente) figure dans le numéro du 30 avril 1808 (n°12), entre les pages 292 et 293. Sont publiés dans ce même numéro les articles suivants : « Historia. Artículo XII de la Historia del Reino de Valencia / Que comprehende desde la muerte de D. Jaime I el Conquistador hasta la conclusión de las guerras conocidas con el nombre de Germania », pp. 285-289; « Estadística. Idea general de la Estadística de la parte occidental del Reino de Valencia, que comprende desde la Sierra del Toro hasta San Felipe, y desde Ademúz a Almansa », pp. 289-291 et « Biografía. Noticias acerca de la vida de Pedro Antonio Beuter », pp. 291-293.

128 Sur les stratégies commerciales ayant trait à la gestion de l'image dans la presse des Lumières on pourra également consulter notre article : « L'art au service de la divulgation scientifique : le rôle des gravures dans le Semanario de Agricultura y Artes dirigido a los Párrocos (1797-1808) », in El Argonauta español. Revue bilingue, franco-espagnole consacrée à l'étude de la presse espagnole de ses origines à nos jours (XVIIe-XXIe siècles), n° 2 (janvier 2005), http://argonauta.imageson.org/document57.html

129 « Estadística. Advertencia », in Memorial literario o Biblioteca periódica de Ciencias, Literatura y Artes, 30 mai 1808 (n°15), pp. 363-364 : « Se dijo en el prospecto que si la empresa llegaba a tener buen éxito se daría la carta geográfica de la provincia de que se hiciere la Historia Económico-política, pero no obstante no haber tenido ni aun el suficiente para cubrir los gastos hechos hasta aquí, a fin de que los Señores Suscriptores tengan una obra útil se les dará en el número próximo la carta geográfica del reino de Valencia, copiada con exactitud de la que delineó Cavanilles, y arreglada por un individuo del Depósito Hidrógrico. Con el tal número que es el 16 se concluye la Historia, estadística y Biografía de Valencia, y con los anteriores formará el tomo primero de la obra que nos hemos propuesto. En seguida empezaremos con el Reino de Aragón o con el Principado de Cataluña, según tengamos preparados antes los materiales de la una o de la otra parte. Las actuales circunstancias son un obstáculo para que podamos continuar entregando con exactitud los números en los días que corresponden, lo cual no se deberá extrañar, pues que para el arreglo de los artículos de Estadística es preciso esperar las noticias que nos envían de las provincias; para que cotejadas con loas que refiere el Señor Cavanilles en sus observaciones sobre la historia natural, geografía, agricultura, población y frutos del reino de Valencia, se puedan notar a punto fijo las diferencias que haya podido haber desde el año de 96 acá, y por consiguiente que sea exacta en cuanto ser pueda la idea general de Estadística que hemos prometido insertar. Por estas causas esperamos que los Señores Subscriptores disimularán estos defectos involuntarios, que tienen por objeto la mayor perfección de la obra que hemos ofrecido, lisonjeándonos con que podrá no ser buena, pero a lo menos es la única que se conoce en España, y así somos acreedores a la indulgencia pública. Los 16 números que compondrán el tomo se venderán después encuadernados, y con las cinco estampas hasta aquí publicadas. El precio de cada cosa se anunciará por el próximo número y por la Gaceta. A los Señores Subscriptores se les enviará gratis la portada que se haga para el tomo ».

130 Cf. annonce parue dans la Gaceta de Madrid, 7 octobre 1808 (n° 132), p. 1271 : « Suscripción. Memorial literario, o Biblioteca periódica de ciencias, literatura y artes: trimestre tercero. Se suscribe en la librería de Escribano, calle de las Carretas. Este periódico sale los días 10, 20 y 30 de cada mes. Cada número constará de tres pliegos en 4°, medio pliego más o menos, según lo exija lo que se publique. El primer número se entregará el 10 de octubre. Pagará cada suscriptor por los nueve números del trimestre, que se considera como un suplemento al plan primitivo, 16 rs. vn., y los números sueltos se venderán a 2 rs. Esta obra que es la única que está dedicada al Rey nuestro Señor, y admitida por S. M. con gusto por su plan, no puede continuarse en toda su extensión hasta que varíen las circunstancias, pues la estadística no se puede desempeñar exactamente en la época actual; pero sí se desempeñará entre tanto la interesante parte que comprende la apología de nuestros escritores en todas materias, o sea la crítica de todas las obras extranjeras, haciendo el paralelo de sus doctrinas, método y estilo con las de nuestros autores en sus tiempos. Especialmente las de los franceses merecerán más nuestra detención, pues, como propusimos en nuestro prospecto, son los que más nos han injuriado, con particularidad Masson de Morvilliers y Montesquieu. A esto se agregaron algunos discursos, cartas &c., relativos a la actual situación de nuestra península. La historia económico-política del reino de Valencia está ya concluida; y los tres números que faltan para la entrega del segundo trimestre se darán juntos en los primeros días de octubre. En ellos, aunque los redactores padecen detrimento, se dará el mapa geográfico de Valencia. El precio de este, de las otras láminas sueltas, y el del tomo que componen los 18 números, se asignó por el diario y la gaceta ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Page de garde ML, janvier 1784
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Page de garde ML, mai 1787
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Page de garde ML, 1805 (tome I)
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 872k
Titre ML, janvier 1785
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre ML, juin 1785
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre ML, septembre 1790
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-6.png
Fichier image/png, 432k
Titre ML, avril 1789
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-7.png
Fichier image/png, 836k
Titre ML, juin 1789
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre ML, novembre 1789
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Titre ML, août 1785
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre ML, février 1788
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre ML, août 1788
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre ML, mai 1786
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 540k
Titre ML, août 1786
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre ML, septembre 1787
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Titre Gazeta de Literatura de Méjico, 5 février 1794
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre ML, juin 1805
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 784k
Titre Goya, Caprice n° 30
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre ML, 30 janvier 1808
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre ML, 30 mars 1808
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre ML, 30 avril 1808
URL http://argonauta.revues.org/docannexe/image/954/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabel Larriba, « De l’usage de la gravure dans le Memorial literario (1784-1808) », El Argonauta español [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 15 janvier 2008, consulté le 24 avril 2017. URL : http://argonauta.revues.org/954 ; DOI : 10.4000/argonauta.954

Haut de page

Auteur

Elisabel Larriba

Université de Provence - UMR TELEMME, Institut Universitaire de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
El Argonauta español est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International

Haut de page
Chargement des illustrations

Chargement des illustrations

  • Logo TELEMME - Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale - Méditerranée
  • Logo Université d’Aix-Marseille
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org